Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½"

Transcription

1 Condition inf-sup pour l Elément Fini de Taylor-Hood È ¾ -iso-è ½ Patrick Ciarlet et Vivette Girault & ENSTA & Laboratoire Jacques-Louis Lions, Paris 6 Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.1/14

2 I. Cas exact Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.2/14

3 ÖÓØ dans Ò ¼ ¾ Ä, ¼ µ Ú ¾ ¼, Ò ¼, ¾ Ä ¾ µ Problèmes-modèle Dans un polyèdre à bord lipschitzien ( et Ê Ò simplement connexes)... Fluide incompressible Trouver Ù Ôµ ¾ À ½ ¼ µ Ä ¾ ¼ µ tel que Ù ÖÔ dans Ú Ù ¼dans Ù ¼ (viscosité ¼, et ¾ À ½ µ.) Quasi-électrostatique Trouver ¾ Ä ¾ µ tel que Ú dans Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.3/14

4 Õ ¾ É ¼ ÖÓØ ÖÓØ Ú Ú Ú Ú Ú ¾ ¼ Formulations variationnelles équivalentes Dans ¼ À ½ ¼ µ et É ¼ Ä ¾ ¼ µ, soit à résoudre Trouver Ù Ôµ ¾ ¼ É ¼ tel que ÖÙ ÖÚ Ô Ú Ú À ½ µ Ú À ½ ¼ µ Õ Ú Ù¼ Dans À ¼ ÖÓØ µ À Ú µ et É Ä ¾ µ, soit à résoudre Trouver Ô µ ¾ É tel que Ò Ó Ò ÖÓØ Ú Ú ÚÓ Ô Ú Ú Ú ¾ Õ Ú Õ ¾ É Õ Ô On trouve ¼. Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.4/14

5 Dans ¼ Dans ÖÓØ Ú ÖÓØ Û ÚÚ Ú Û Coercivité ÖÚ Ö Û est coercitive... Ú Ûµ (Inégalité de POINCARÉ.) Ú Ûµ est un produit scalaire dans, noté µ ; de plus, Ú Ûµ ÖÚ Ö Û, Ú Û ¾ À ½ µ. (cf. [Weber 80] ; [Costabel 91] et [Costabel-Dauge-Nicaise 99].) Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.5/14

6 Condition inf-sup dans ¼ É ¼ µ D où la condition inf-sup exacte dans ¼ É ¼ µ Ò ÙÔ ¾É ¼ Ú ¼ ¾ ¼ ¼ Õ Classiquement [Girault-Raviart 86], il existe ½ ¼ tel que : Õ ¼ ¾ ¼ Ú ¼ ¾ ¼ Ú Ú ¼ Õ ¼ et Ú ¼ ½ ½ Õ ¼ ¼ Õ ¼ Ú Ú ¼ ¼ ¼ ¼ ½ ½ ½ Ú Õ Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.6/14

7 Condition inf-sup dans ɵ On conclut en choisissant «, puis «Ã ½ ¾ (On sait que Ú ¼ ½ Õ ¼). Soit une face donnée de : Lemme 1 ± ¾ ¾ µ telle que supp ± µ et ± ½. Soit ± ±Ò : ± ¾ ¾ µ et Ú ±½. On note à ½ ± ± ½. Théorème 1 La condition inf-sup exacte est vérifiée dans ɵ. Preuve. Décomposer Õ ¾ É en Õ Õ ¼ Õ, oùõ Õ ¾ Ê Õ ¼ ¾ É ¼. ½ ¾ ½ ¼ tel que µ Ú Ú ¼ Õ ¼,etÚ ¼ ¼ ½ Õ ¼ ¼ ½ ; on Ú «Ú pose Õ±. À ¼ Ú Ú Ú «Õ ¼ ¾ ¼ ½ Õ Õ¾ ¼ ½ ½¾ Õ ¼ Õ ¼ Ú ± «Õ ¼ ¾ ¼ ½ à ½ Õ¾ ¼ ½¾ Õ ¼ Õ ¼ ¼ à ½ ¾ ½ «Õ ¼ ¾ ¼ ½ Õ¾ ¼ Õ¾ ¼ Õ¼ ¾ ¼ avec ¼ ¾ ¾ Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.7/14

8 II. Cas discret Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.8/14

9 Ý ¾ ¼ µ Ý Ì É ¼ Õ ¾ É Ò Discrétisation µ une première famille de triangulations régulière. Ì Chaque Ì tétraèdre est divisé en huit Ì sous-tétraèdres µ ½ (Ì ½ Ì ). Aux Ì tétraèdres correspond une seconde famille Ì régulière µ ¾. Les espaces discrets... É Õ ¾ ¼ µ Õ Ì ¾ È ½ Ì ¾Ì ¾ È ½ Ì ¾Ì ¾ Pression / Multiplicateur Õ ¼ É Vitesse / Champ électrique ¼ Ú ¾ Ú ¼ Ú ¾ Ú Ò ¼ Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.9/14

10 Démarche... Coercivité discrète uniforme : toujours ok, puisque la discrétisation est conforme. Condition inf-sup discrète uniforme en trois étapes. (i) É Dans ¼ ¼ µ. (ii) Construction ± d une approximation de ±. (iii) É Dans µ Õ : ¾ É pour, écrire Õ ¼ Õ Õ, ¼, ¾ É Õ ¼ ¾ Ê ; Õ considérer ¾ ¼ associé à Õ ¼ réalisant la condition inf-sup du (i) ; Ú ¼ poser «Ú ¼ Õ ± et conclure. Ú Pour le point (i), on utilise le lemme de FORTIN [Fortin 77] : la condition inf-sup discrète uniforme est vérifiée si, et seulement si, il existe un opérateur d approximation È ¾Ä ¼ ¼ µ tel que pour tout élément Ú ¾ ¼, Õ ¼ Ú È Úµ Úµ ¼ Õ ¼ ¾ É ¼ È Úµ ¾ Ú Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.10/14

11 Ú ½Ì Õ ¼Ì A Õ de É ¼, on associe la fonction Õ, telle que Õ Ì Õ Ì Soient É Õ Õ ¾ É et Ú ¾ Conclusion : La condition inf-sup discrète uniforme est vérifiée dans É µ... Une condition inf-sup locale Soient : µ ½ les milieux de chaque arête de Ì. µ ½ les vecteurs unitaires tangents à chaque arête de Ì. Alors (cf. [Girault-Scott 02]), Lemme 2 Pour chaque µ, il existe È ½ Ä ¾ ¼ Ì Ú qui est la restriction à Ì d un élément Õ de ¾ tel que : Ú Ò Ì ¼ Ú µ ÖÕ µ si ¾ ¼ sinon ½ µ Õ Ú Ú Õ ¾ ¼Ì Ì ½ Õ, Ì ¾Ì. Ì Ì Ú Ú ¼ Ì ¾Ì. Ì Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.11/14

12 Condition inf-sup discrète uniforme dans ¼ É ¼ Ê Úµ Úµ Ò ¾É ÙÔ ¼ Ú ¼ Õ ¾ ¼ ¼ Ú ¼ Õ ¼ ¼ On définit l opérateur d approximation È en deux étapes... On construit un opérateur Ê ¾Ä ¼ ¼ µ quasi-local àla[scott-zhang 90], tel que ¼ sur toutes les faces de Ì Puis, on définit È en corrigeant Ê : È Úµ Ê Úµ Úµ, avec Úµ ¾ solution de Õ Ú Úµ Õ Ú Ú Ê Úµµ Õ ¾ É On en déduit le Théorème 2 La condition inf-sup discrète uniforme est vérifiée dans ¼ É ¼ µ. ¼ ¼, indépendante de telle que Õ ¼ Ú Ú¼ ¼ Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.12/14

13 Approximation de ± On introduit ±µ, où est l opérateur habituel d interpolation de Lagrange dans. Comme ne conserve pas ±µ ½, il faut le corriger... On construit par exemple une correction sur Æ les milieux des arêtes de (bord exclu), avec les fonctions de base de ³ µ ½ Æ associées. On ± définit ¾ par : ± ±µ Æ ³ où les µ ½ Æ dépendent linéairement de ± ±µ ; sont tels que ± ±µ ¼ ½ Ainsi Par construction, ± ½. ¼ indépendante de et ±, et donc à ¾ ¼ indépendante de, telles que ± ½ ± ¾ ± ¾ µ à ¾ On pose ± ± Ò ¾ (± ± ½ à ¾ ). Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.13/14

14 Condition inf-sup discrète uniforme dans É µ Ò ÙÔ ¾É Ú Õ ¾ Ú Õ ¼ ½¾ Õ ¼ On conclut comme dans le cas exact. Théorème 3 La condition inf-sup discrète uniforme est vérifiée dans É µ. ½ ¼, indépendante de telle que Õ Ú Ú ½ Preuve. On décompose Õ ¾ É en Õ Õ ¼ Õ,oùÕ ½ Õ ¾ Ê Õ ¼ ¾ É ¼. Ú ¼ ¾ ¼ tel que Õ ¼ Ú Ú¼ Õ¼ ¾ ¼,etÚ ¼ ½ ½ ¼ Õ¼ ¼ ; on pose Ú «Ú ¼ Õ ±. ½ Õ ¼ Ú ± Õ Ú Ú «Õ ¼ ¾ ¼ ½ Õ ¾ ¼ à ¾ ¾ ½ «Õ ¼ ¾ ¼ ½ Õ¼ ¾ ¼ avec ¼ ¾ Õ ¾ ¼ Õ ¾ ¼ ¾ Condition inf-sup pour l E. F. de Taylor-Hood p.14/14

Chapitre 7 Samedi (partie 1)

Chapitre 7 Samedi (partie 1) Chapitre 7 Samedi (partie 1) J e d é t e s t e l e s s a m e d i s m a t i n. C e s t t r è s i n q u i é t a n t t o u t e c e t t e a g i t a t i o n, l e s p o r t e s q u i c l a q u e n t, l e s «c

Plus en détail

VACATION DU 13 NOVEMBRE 2008

VACATION DU 13 NOVEMBRE 2008 VACATION DU 13 NOVEMBRE 2008 L O T S N O M B R E E T N A T U R E D E S M A R C H A N D I S E S E S T I M A T I O N S 1 1 E a u d e t o i l e t t e B U R B E R R Y T O U C H p o u r h o m m e 5 0 m l. 1

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème...

I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11. 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique... 13 1.2 Le plan... 18 1.3 Problème... TABLE DES MATIÈRES 5 Table des matières I Stabilité, Commandabilité et Observabilité 11 1 Introduction 13 1.1 Un exemple emprunté à la robotique................... 13 1.2 Le plan...................................

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions.

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Problèmes mathématiques de la mécanique/mathematical problems in Mechanics Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Cristinel Mardare Laboratoire

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

1,96 Z 0,05 = 1,64 t 0,975;38 = 2,02 χ 2 1;0.05 = 3,84.

1,96 Z 0,05 = 1,64 t 0,975;38 = 2,02 χ 2 1;0.05 = 3,84. Ô ½ ØØ ÒØ ÓÒ ÈÖ Ò Þ α = 5% ÔÓÙÖ ØÓÙ Ð Ø Ø Ø ÒØ ÖÚ ÐÐ ÓÒ Ò º Z 0,025 = 1,96 Z 0,05 = 1,64 t 0,975;38 = 2,02 χ 2 1;0.05 = 3,84. ÉÙ Ø ÓÒ ½ ½¼ ÔÓ ÒØ µ ÓÑÔÐ Ø Þ Ð Ø Ð Ù ¹ ÓÙ Ò Ö ÔÓÒ ÒØ Ô Ö ÎÖ ÓÙ ÙÜ ÔÓÙÖ ÙÒ

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Équations de Navier-Stokes dans des domaines quelconques

Équations de Navier-Stokes dans des domaines quelconques Équations de Navier-Stokes dans des domaines quelconques Sylvie Monniaux Univ. Paul Cézanne Aix-Marseille 3, France Séminaire EDP, Rennes 2008 Sylvie Monniaux (Univ. P. Cézanne) NS dans Ω qcq Rennes, mars

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008)

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008) Examen optimisation Centrale Marseille (28) et SupGalilee (28) Olivier Latte, Jean-Michel Innocent, Isabelle Terrasse, Emmanuel Audusse, Francois Cuvelier duree 4 h Tout resultat enonce dans le texte peut

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique J. Bodin 12, T. Clopeau 2, A. Mikelić 2 1 Agence Nationale pour la gestion

Plus en détail

Correction Concours blanc - CCP PC I. Partie i Étude d un faisceau laser. CPGE Dupuy de Lôme - PC 2012/2013.

Correction Concours blanc - CCP PC I. Partie i Étude d un faisceau laser. CPGE Dupuy de Lôme - PC 2012/2013. ÖÓ Correction Concours blanc - CCP PC 2009 - I I.3.c Par définition, () Partie i Étude d un faisceau laser I Modèle de l onde plane L opérateur étant non linéaire, il ne s applique pas aux représentations

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

½ +1 = ½ +1 = ÓÙ ¾ +2 = ÓÙ +5 = ÓÙ +8 = ÓÙ +6 = ÓÙ +7 =

½ +1 = ½ +1 = ÓÙ ¾ +2 = ÓÙ +5 = ÓÙ +8 = ÓÙ +6 = ÓÙ +7 = ÔØ Ø ÇÊÁÆ Ä ÔÖ Ñ Ö ØÖ Ö Ø ÓÒ ÖÒ ÒØ Ð ÓÙÐ Ö ÒÓ Ö ÑÓÒØ ÒØ Ù Áι Ñ Ð º Ò ÕÙ Ð ÐÙÐ ØÖ Ø Ð ÓÖ Ò Ø ÙÖ Ó ÒØ ÓÑÒ ÔÖ ÒØ ÒÓ ÓÙÖ Ð ÓÙÐ Ö Ö Ø ØÓÙ ÓÙÖ Ò Ù Ò ÒÓÑ Ö ÙÜ Ô Ý Ø ÕÙ Ò Ô ÖØ ÙÐ Ö Ò Ö ÔÙ Ð ÕÙ ÔÓÔÙÐ Ö Ò º Ù Â

Plus en détail

Représentation numérique de l information

Représentation numérique de l information Représentation numérique de l information 0 Représentation numérique de l information Durée 2h00 TP 1 : Représentation numérarique des nombres TP 2 : Représentation numériques des textes et des images

Plus en détail

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES

COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES CHAPITRE 13 COUPLES DE VARIABLES ALÉATOIRES Dans tout le chapitre, (Ω, P) désignera un espace probabilisé fini. 1 Couple de variables aléatoires Définition 13.1 On appelle couple de variables aléatoires

Plus en détail

Astrocyte. Neurone. Espace extracellulaire. Ca++ Ca++ Ca++ canal ionique. gap jonction. gap jonction. diffusion. canal ionique Ca++ gap jonction

Astrocyte. Neurone. Espace extracellulaire. Ca++ Ca++ Ca++ canal ionique. gap jonction. gap jonction. diffusion. canal ionique Ca++ gap jonction ÖÓÒØ ÔÖÓ Ö Ø ÑÓ Ð Ø ÓÒ ÒØ Ú ÙÐ Ö Ö Ö ÙÜ Ù ÐÐ Ñ ØØ ÔÙ Ø Å Ö ÐÐ Ð ¾ ÓØÓ Ö ¾¼¼ º ÅÓØ Ú Ø ÓÒ ÓÐÓ ÕÙ Ä ÔÖ ÓÒ ÓÖØ Ð ÒÚ ÒØ µ ÍÒ Ø ÙÒ ÔÓÐ Ö Ø ÓÒ Ø ÑÔÓÖ Ö Ø Ö Ò ÑÔÐ ÙÖ Ò ÙÖÓÒ ÕÙ ÔÖÓÔ Ð ÒØ Ñ ÒØ ÑÑ»Ñ Òµ Ò Ð ÖÚ Ùº

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Cinématique des fluides

Cinématique des fluides Cinématique des fluides L. Menguy, PSI*, Lycée Montesquieu, Le Mans février 2011 Plan du cours - Cinématique des fluides Description lagrangienne et eulérienne Notion de trajectoire et de ligne de courant

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail

JUMPING PRO SUITE VOLA

JUMPING PRO SUITE VOLA LA SOLUTION GLOBALE POUR LA GESTION DE VOTRE CONCOURS PAR VOLA RACING.CH 1 sur 6 Présentation de projets I n t r o d u c t i o n E n m a i 2 0 1 5, l e s i t e «E l e m e n t s R e s o r t» s i t u é à

Plus en détail

3. La suite ( un)a pour terme général un

3. La suite ( un)a pour terme général un NOM : Terminale ES Devoir n vendredi 9 octobre 0 Eercice : sur.5 points Des questions indépendantes. Résoudre l équation ² + 4 = 0. Calculer la dérivée de f dans chacun des cas suivants : a) f ( ) 4 8

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Optimisation Discrète

Optimisation Discrète Prof F Eisenbrand EPFL - DISOPT Optimisation Discrète Adrian Bock Semestre de printemps 2011 Série 7 7 avril 2011 Exercice 1 i Considérer le programme linéaire max{c T x : Ax b} avec c R n, A R m n et

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Vieux-Port de Marseille

Vieux-Port de Marseille x- 5 UUÀ O 2017 KY x- & z f q (...) & f (...) q à q q x-. U, x q q. q- ê q à q f f. q f, q x q q ô qà, à q à (. 2)! w f w... O., f, f f w. f,, f f, w w. Y f w w f w f f - f w, f...( 2). j w! & - - - -

Plus en détail

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Céline Lacaux École des Mines de Nancy IECL 27 avril 2015 1 / 25 Plan 1 Méthodes de Monte-Carlo 2 3 4 2 / 25 Estimation d intégrales Fiabilité d un système

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

B O U G I E S P H O T O P H O R E S

B O U G I E S P H O T O P H O R E S ET B O U G I E S P H O T O P H O R E S É d i t o A R T O R I A, une m a n u f a c t u r e d e x c e p t i o n p o u r d e s p r o d u i t s de L u x e en P o r c e l a i n e de L I M O G E S. L e s o r

Plus en détail

6 Equations du première ordre

6 Equations du première ordre 6 Equations u première orre 6.1 Equations linéaires Consiérons l équation a k (x) k u = b(x), (6.1) où a 1,...,a n,b sont es fonctions continûment ifférentiables sur R. Soit D un ouvert e R et u : D R

Plus en détail

SUR LA CONVERGENCE D'UN SYSTÈME DIFFÉREN- TIEL DE PREMIER ORDRE, VECTORIEL, ORDINAIRE, LINÉAIRE NON-HOMOGÈNE ET NON-AUTONOME

SUR LA CONVERGENCE D'UN SYSTÈME DIFFÉREN- TIEL DE PREMIER ORDRE, VECTORIEL, ORDINAIRE, LINÉAIRE NON-HOMOGÈNE ET NON-AUTONOME --~ LABORATOiRE LYSE ET MODÉLiSA- TiON DE SYSTEMES POUR AIDE À LA DÉCISION. jlté DE RECHERCHE ASSOCIÉE CNRS ESA 7024. UNiVERSITE PARIS DAUPHINE PLACE DU \1' DE LATTRE DE TASS GNY F-75775 PARIS CEDEX 16.

Plus en détail

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières.

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières. Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M Hadamard 25-26 TD7 Exercice Sous-espaces fermés de C ([,] formé de fonctions régulières. Soit F un sous-espace vectoriel fermé de C ([,] muni de la convergence

Plus en détail

Rappels (1) Objectif et plan. Rappels (2) On considère le problème modèle, supposé bien posé, Chercher uh V h tel que (1) a(u, v) = b(v)

Rappels (1) Objectif et plan. Rappels (2) On considère le problème modèle, supposé bien posé, Chercher uh V h tel que (1) a(u, v) = b(v) Rappels (1) On considère le problème modèle, supposé bien posé, { Chercher u V tel que a(u, v) = b(v) v V (1) Éléments finis en 2D Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr http://cermics.enpc.fr/cours/cs (V Hilbert,

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Méthodes de décomposition de domaine pour des problèmes hétérogènes

Méthodes de décomposition de domaine pour des problèmes hétérogènes Méthodes de décomposition de domaine pour des problèmes hétérogènes SMA - Projet de semestre - Analyse Numérique Sous la direction du Dr. Marco Discacciati Rime Mathias automne 2008 Remerciements Je remercie

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module: Stat inférentielles Définition Quelques exemples loi d une v.a

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : densité de probabilité Exercice 2 : loi exponentielle de paramètre

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014

Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014 Master Modélisation et Simulation M2S M6 Simulation et méthodes numériques Florian De Vuyst ENS de Cachan 2013-2014 Travaux pratiques, feuille 6. Méthode de volumes finis Résolution de l équation de convection

Plus en détail

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo Formes quadratiques Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Application à la génération de trajectoire articulaire pour un patient paraplégique sous Stimulation Électrique Fonctionnelle

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE l UE MNBif. Informatique 3A MÉTHODES NUMÉRIQUES DE BASE. 2015-2016, Automne. N. Débit & J. Bastien

TRAVAUX DIRIGÉS DE l UE MNBif. Informatique 3A MÉTHODES NUMÉRIQUES DE BASE. 2015-2016, Automne. N. Débit & J. Bastien TRAVAUX DIRIGÉS DE l UE MNBif Informatique 3A MÉTHODES NUMÉRIQUES DE BASE 2015-2016, Automne N. Débit & J. Bastien Document compilé le 13 novembre 2015 Liste des Travaux Dirigés Avant-propos iii Travaux

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES Exercice n. (correction) Répondre par VRAI (V) ou FAUX (F) : Question Soient A, B et C trois points distincts du plan. PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES a) A, B et C sont alignés si et seulement si :

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

ANNALES DE MATHEMATIQUES

ANNALES DE MATHEMATIQUES ANNALES DE MATHEMATIQUES TERMINALE S LYCEE LOUIS ARMAND Année scolaire 1999/2000 Annales du baccalauréat S 2000 2 Lycée Louis Armand Annales du baccalauréat S 2000 TABLE DES MATIÈRES Table des matières

Plus en détail

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure?

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure? Chapitre Applications linéaires Testez vos connaissances Pourquoi s intéresse-t-on au applications linéaires en économie? Qu est-ce qu un noyau, un rang et une image d une application linéaire? Donner

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon Oral HEC 2007 Question de cours : Dé nition d un estimateur ; dé nitions du biais et du risque quadratique d un estimateur. On considère n (n > 2) variables aléatoires réelles indépendantes X 1,..., X

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Exercice I Nous allons déterminer par analyse dimensionnelle la relation entre la Trainée D et les autres paramètres. F D, g,, V, ρ, ν) = 0 1) où D représente

Plus en détail

ZY X I! " # $ % & ' " ( ) * + ( ) *, ( ) -. ( ), + ( ) ) / ( ) ) ) + / / - 0 1 2 3 4 5 6 7 1 8 6 1 6 5 4 9 : ; < = : < >? @ ; A : = B ; < = C ; < ; > = : ; > B B 5 E 7 5 6 7 1 8 6 1 6 5 4 9 : @ F B G =

Plus en détail

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Chapitre 5 ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Exercice 5.2.1 A l aide de l approche variationnelle démontrer l existence et l unicité de la solution de { u + u = f dans (5.1) u = 0 sur où est

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

COURS OPTIMISATION. Cours à l ISFA, en M1SAF. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS OPTIMISATION. Cours à l ISFA, en M1SAF. Ionel Sorin CIUPERCA COURS OPTIMISATION Cours à l ISFA, en M1SAF Ionel Sorin CIUPERCA 1 Table des matières 1 Introduction 4 1.1 Motivation.................................... 4 1.2 Le problème général d optimisation......................

Plus en détail

Thèse de Doctorat de l École Polytechnique. Domaine : Mathématiques et Informatique

Thèse de Doctorat de l École Polytechnique. Domaine : Mathématiques et Informatique Thèse de Doctorat de l École Polytechnique Domaine : Mathématiques et Informatique Spécialité : Mathématiques de la Modélisation, Simulation et Applications de la Physique Présentée par : rell JAMLOT Pour

Plus en détail

Exercice 1 Le plan est muni d'un repère. On donne les points, et. 1/ Soit D le point tel que ABCD est un parallélogramme.

Exercice 1 Le plan est muni d'un repère. On donne les points, et. 1/ Soit D le point tel que ABCD est un parallélogramme. Devoir Maison A rendre le mercredi 2 mai 2nde 1 Le plan est muni d'un repère. On donne les points, et. 1/ Soit D le point tel que ABCD est un parallélogramme. Calculer les coordonnées du point D. 2/ a)

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. b) On suppose rga + rgb n. Montrer qu il existe U, V GL n (K) tels que

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. b) On suppose rga + rgb n. Montrer qu il existe U, V GL n (K) tels que [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 0 juillet 204 Enoncés Rang d une matrice Exercice [ 0070 ] [correction] Soit A M n K une matrice carrée de rang. a Etablir l existence de colonnes X, Y M n, K vérifiant

Plus en détail

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS 19 QCMs DURÉE DE L ÉPREUVE : 1 HEURE LES CALCULATRICES NE SONT PAS AUTORISÉES Le sujet comprend 8 pages, veuillez

Plus en détail

Directrice artistique et pédagogique Chargée de développement et de communication

Directrice artistique et pédagogique Chargée de développement et de communication Q É Y É l l- l l @ 33 9 l / l @ f l j 3 l P f f Vl ) ) l è l l f l j /3 f P l ) è l l l ) j l f f P l 3 4 3 4 f j l j l f l l f f f l l l l l f - l l f ) l l ô â j G l f l l j f lô f l - lô f H j ù f l

Plus en détail

Exercices de probabilités

Exercices de probabilités Exercices de probabilités EXERCICE 1 Dans un jeu de 32 cartes, on tire au hasard une première carte, on la remet dans le paquet puis on tire une deuxième carte. a) Déterminer le nombre d issues de l expérience.

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : affixe d un point, représentation d un point-image dans le plan complexe, argument

Plus en détail

L équation. y = y x. Pierre Abbrugiati

L équation. y = y x. Pierre Abbrugiati { x L équation y = y x x < y Pierre Arugiati I Tale des matières 1 Introduction 1 1.1 Lemmes préliminaires........................ 1 2 Résolution dans N 2 3 3 Résolution dans Z 2 5 4 Résolutions dans Q

Plus en détail