INF 232: Langages et Automates. Travaux Dirigés. Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INF 232: Langages et Automates. Travaux Dirigés. Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies"

Transcription

1 INF 232: Langages et Automates Travaux Dirigés Université Joseph Fourier, Université Grenoble 1 Licence Sciences et Technologies Année Académique

2 Année Académique UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 2 Licence Sciences et Technologies

3 Introduction Ce livret contient les exercices de l Unité d Enseignement (UE) INF 232 enseignée à l Université Joseph Fourier de Grenoble, France. Équipe Pédagogique Responsable de cette UE : Yliès Falcone Cours : Séance en Français, groupes MIN-S3-X, INF-S3-X : Yliès Falcone. Séance en Anglais, groupe MIN-S3-INT : Saddek Bensalem Travaux Dirigés : Séances en Français : MIN-S3-01 : Michel Burlet MIN-S3-02 : Mickaël Perin INF-S3-01 : Jean-Claude Fernandez et Yassine Lakhnech INF-S3-02 : Yliès Falcone Séance en Anglais : Yliès Falcone Information de Contact Voici les informations de contact en cas de question ou pour tout problème lié à l UE : Pour des questions générales liées au cours, merci de contacter votre enseignant de cours. Pour des question techniques liées aux exercices, merci de contacter vos enseignants responsables des travaux dirigés. Pour des questions concernant ce document, merci de contacter Yliès Falcone. s Voici les s de vos enseignants. Saddek Bensalem : Michel Burlet : Yliès Falcone : Jean-Claude Fernandez : Yassine Lakhnech : Mickaël Perin : Plan du cours et des travaux dirigés Notions mathématiques de base. Partie 1 : Langages Réguliers et Automates d États Finis. Automates d états-finis déterministes. Automates d états-finis non-déterministes et minimisation. Automates d états-finis non-déterministes avec ɛ-transitions. Modélisation et automates avancés, Expressions régulières et lemme de l itération, Partie 2 : Automates étendus et méthode de vérification de Floyd. 3

4 Année Académique Créneaux d enseignement Cours : Cours en français (groupes MIN-S3-01, MIN-S3-02, INF-S3) : Cours 1 : lundi, de 13h30 à 15h :00 in DLST F Cours 2 : vendredi, de 9h45 à 11h15 en DLST A2 Cours en anglais (groupe MIN-S3-INT) : Cours 1 : lundi, de 1h30 à 15h00 en DLST E2 Cours 2 : vendredi, de 11h15 à 13h00 en DLST E2 Sessions de Travaux Dirigés : MIN-S3-01 Session 1 : lundi, de 8h00 à 9h30 en B216 Session 2 : jeudi de 9h45 à 11h15 en B220 MIN-S3-02 Session 1 : mardi, de 13h30 à 15h00 en D104 Session 2 : jeudi, de 15h00 à 16h30 en D104 MIN-S3-INT Session 1 : mercredi, de 17h00 à 18h :00 en E-204 Session 2 : vendredi, de 15h15 à 16h45 en B-006 INF-S3-01 Session 1 : jeudi de 8h00 à 9h45 en B114 Session 2 : jeudi de 13h30 à 15h en B114 INF-S3-02 Session 1 : mardi de 13h30 à 15h00 en D104 Session 2 : jeudi de 13h30 à 15h en E205 Quelques remarques Le livret de travaux dirigés contient plus d exercices qu il n est possible de faire pendant les séances de travaux dirigés du semestre. Pour l examen final, vous êtes censés les avoir tous faits. Vos enseignants de travaux dirigés sont là pour vous aider sur les exercices que vous n arriveriez pas à faire tout seul. Quelques conseils Les conseils suivants peuvent sembler cliché et/ou naifs mais les suivre peut être un sérieux atout pour la réussite de votre UE. Soyez attentifs durant les cours. Votre objectif est de ne jamais sortir d un amphitéatre sans avoir tout compris. Contrairement à une croyance dûrement établie, les séances de travaux dirigés ne sont pas faites pour comprendre le cours mais pour s entrainer à faire les exercices mieux et plus rapidement. Posez des questions durant les cours si vous avez le moindre doute sur une notion abordée. Si vous vous posez une question, au moins deux de vos camarades ont la même question. Travaillez dur et régulièrement Penser qu il est possible d assimiler le contenu de l UE une semaine avant l examen est illusoire. Ne vous perdez pas au milieu du semestre. Discuter avec vos camarades des concepts que vous ne comprenez pas et/ou contactez vos enseignants. Contactez nous. N hésitez pas! Nous sommes généralement disponible et souhaitons aider. Pour la résolution d un exercice, un bon algorithme est d abord d essayer (sérieusement) de résoudre l exercice seul. Si vous n y arrivez pas, esssayez de la résoudre avec un camarade. En dernier recours, faites appel à la solution ou à vos enseignants. Ne jamais abandonner. Assez évident, mais c est mieux quand on le dit. UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 4 Licence Sciences et Technologies

5 CHAPITRE 1 Notions Mathématiques de Base Ensembles, Relations Exercice 1 1. Étant donné un ensemble E de cardinal fini. Rappeler la définition formelle de P(E), c est-à-dire l ensemble des parties de E ou l ensemble des sous-ensembles de E. 2. Pour E = {1, 2, 3}, donner P(E). Exercice 2 Prouver les propositions suivantes : 1. P(A) = P(B) ssi A = B. 2. P(A B) = {X Y X P(A) Y P(B)}. 3. P(A B) = P(A) P(B). 4. En général, P(A B) = P(A) P(B) n est pas vrai. Exercice 3 1. Rappeler les définitions formelles mathématiques des éléments suivants : relation, fonction, application, relation réflexive, relation anti-réflexive, relation symétrique, relation antisymétrique, relation transitive, relation d équivalence, classe d équivalence. 2. Donner un exemple pour chacun des éléments mentionnés dans la question précédente. Exercice 4 Considérons la relation R Z (Z \ {0}) définie comme suit : (a, b), (c, d) Z (Z \ {0}) : (a, b)r(c, d) ad bc = Prouver que R est une relation d équivalence. 2. Donner ses classes d équivalence. Preuves par induction Exercice 5 Prouver que pour chaque entier naturel n > 1 : 1. n a un diviseur premier ; 2. si n n est pas premier, il a un diviseur premier p tel que p n ; 3. il existe un nombre premier strictement plus grand que n. 5

6 CHAPITRE 1. NOTIONS MATHÉMATIQUES DE BASE Année Académique Prouver la proposition suivante : n N : n i = i=0 n(n + 1) Déduire que (2n 1) = n Prouver la proposition suivante : n N : n i 2 = i=0 n(n + 1)(2n + 1). 6 Exercice 6 1. Prouver la proposition suivante : Exercice 7 n N, i N : (n 1 1 i n) n i(n i + 1) 2. Déduire que n N : n 1 log n! n. log n 2(log n!). Définitions Inductives Exercice 8 Soit E un ensemble inductivement défini par les règles suivantes : Règle de Base : 0 E Règle d Induction : si x E, alors s(x) E 1. Proposer une définition d une fonction + qui se comporte comme l addition sur les entiers (où s(x) est l entier après x). La fonction doit travailler par induction sur son premier argument. 2. Proposer une définition d une fonction qui se comporte comme la multiplication sur les entiers. La fonction doit travailler par induction sur son premier argument. 3. Prouver les propriétés suivantes : x E : x 0 = 0 = 0 x, x, y E : x y = y x, x, y, z : (x y) z = x (y z), x, y, z : (x + y) z = x z + y z. Exercice 9 Soit E(Σ) l ensemble des listes dont les éléments sont dans l ensemble Σ et qui est inductivement défini comme suit : Règle de Base : nil E(Σ), Règle d Induction : si l E(Σ), cons(a, l) E(Σ), pour chaque a Σ, où cons est l opérateur de concaténation d un élément à une liste. Soit Σ = {a, b} 1. Rappeler la définition de l opérateur cons. 2. Donner une définition inductive de l ensemble des listes qui contiennent le même nombre de a s que de b s. 3. Donner une définition inductive de l ensemble des listes qui contiennent le même nombre de a s que de b s et qui commencent par des a s suivis par des b s. Entre les a s, il ne doit pas y avoir de b s. UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 6 Licence Sciences et Technologies

7 Première partie Langages réguliers et Automates d États-Finis 7

8

9 CHAPITRE 2 Automates d États-Finis Déterministes Rappel : AEFD : Automates d États-Finis Déterministe. Exercice 10 Considérons Σ un alphabet et a un symbole de Σ. 1. Donner une condition nécessaire et suffisante telle que la proposition suivante soit vraie (si cela est possible) : a Σ = Σ. 2. Donner une condition nécessaire et suffisante telle que pour n importequel langage, L Σ défini sur Σ la proposition suivante soit vraie : L Σ = Σ L = L. Exercice 11 Considérons Σ = {a, b}. 1. Donner un AEFD qui reconnaît l ensemble des mots qui contiennent un nombre de a multiple de Donner un AEFD qui reconnaît l ensemble des mots qui contiennent un nombre de a multiple de Donner un AEFD qui reconnaît l ensemble des mots qui contiennent un nombre de a multiple de 3 et multiple de 2 en calculant le produit des deux automates précédents. 4. Donner un AEFD qui reconnaît l ensemble des mots qui contiennent un nombre de a multiple de 2 et non multiple de Pour chacun des langages précédents, donner un AEFD qui reconnaît le langage complémentaire du langage reconnu dans Σ. Exercice 12 Considérons Σ = {a, b, c}. Pour chacun des langages suivants, donner un automate qui le reconnaît (si un tel automate existe). 1. L ensemble des mots qui commencent par a b ou b c et qui ne terminent pas par a b c. Utiliser la construction de l automate produit. 2. L ensemble des mots qui contiennent un nombre pair de c et qui ne contiennent pas a b. 3. L ensemble des mots tels que a est toujours suivi de b. 4. L ensemble des mots qui contiennent autant de a s que de b s. 5. Pour chacun des langages précédents, donner un AEFD qui reconnaît sont complémentaire dans Σ (si possible). Exercice 13 Considérons Σ = {0, 1}. Pour les langages suivants, donner un automate reconnaisseur. 1. Tous les mots qui terminent par Tous les mots qui contiennent Tous les mots tels que chaque bloc de 3 symboles consécutifs contienne (exactement) 2 occurrences du symbole Tous les mots de longueur supérieure ou égale à 2 et tels que l avant-dernier symbole est Pour chacun des lngages précédents, donner un AEFD qui reconnait son langage complémentaire dans Σ. 9

10 CHAPITRE 2. AEFD Année Académique Exercice 14 Considérons l alphabet Σ = {1, 2,..., 9, 0}. 1. Donner un AEFD qui reconnaît les entiers inférieurs à Donner des AEFDs qui reconnaissent les entiers multiples de 6, 9, 10, 25, 50, 100, 250, Donner des AEFDs qui reconnaissent un horaire donné sous la forme HHhMMm. 4. Donner un AEFD qui reconnait la date dans l année donnée sous la forme JJ/MM. b 0 1 a, b a a, b 2 Exercice 15 Nous considérons l alphabet Σ = {a, b}. 1. Calculer un automate qui reconnait le complémentaire du langage reconnu par l automate ci-dessus. Exercice 16 Considérons l AEFD (Q, q 0, Σ, δ, F ) et q Q un état particulier de cet automate tel que s Σ : δ(q, s) = q. 1. Prouver par induction sur la longueur de la séquence d entrée w que : w Σ : δ (q, w) = q. Exercice 17 Considérons un AEFD (Q, q 0, Σ, δ, F ) et a Σ un symbole particulier tel que q Q : δ(q, a) = q. 1. Prouver que : n N : δ (q, a n ) = q où a n est le mot formé en concaténant n a s. 2. Prouver que soit {a} L(A) soit {a} L(A) =. Exercice 18 À partir de la fonction de transition δ (opérant sur un état et un symbole), nous avons défini la fonction de transition étendue δ (son extension aux mots) comme la fermeture réflexive et transitive de δ. 1. Rappeler/proposer une définition inductive de cette fonction. Justifier pourquoi votre définition est bien formée. 2. Prouver que : x, y Σ, q Q : δ (q, xy) = δ (δ (q, x), y). Exercice 19 Considérons un AEFD A = (Q, q 0, Σ, δ, {q f }), et, supposons que pour chaque symbole s Σ nous avons δ(q 0, s) = δ(q f, s). 1. Prouver que, pour n importe quel mot w ɛ, nous avons δ (q 0, w) = δ (q f, w). 2. Prouver que, si un mot non-vide w est reconnu para, alors w k (le mot formé par k concaténations de w) est aussi dans L(A) pour chaque entier strictement positif k : w Σ \ {ɛ} : ( w L(A) k N \ {0} : w k L(A) ). UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 10 Licence Sciences et Technologies

11 CHAPITRE 3 Automates d États-Finis Non-Déterministes et Minimisation Rappel : AEFD : Automate d États Finis Déterministes ; AEFND : Automates d États Finis Non-Déterministes. Remarques : Dans ce chapitre, la numérotation des états commence à 0. Lorsqu on représentera un automate par sa table de transitions, nous utiliserons les conventions suivantes : l état initial sera indiqué par une flèche sur la droite de l état, les états étoilés sont accepteurs. Exercice 20 Donner un AEFND qui reconnait tous les mots de longueur supérieure ou égale à 2 et tels que l avant-dernier symbole est 1. Exercice 21 Soit Σ = {a, b}. Donner un AEFD minimal qui reconnait le langage des mots qui ne contiennent pas aba. Soit Σ = {0, 1}. Exercice Soit L 1 le langage des mots qui ne contiennent pas 0100 et qui contiennent un nombre pair de 0 s. Donner un AEFD complet qui reconnaît L Soit L 2 le langage des mots qui ne contiennent pas 010 et qui contiennent un nombre de 0 s multiple de 4. Donner un AEFD qui reconnait L Prouver que L 2 L 1. Exercice 23 Soit A l AEFND défini par ({1, 2, 3, 4, 5, 6}, {a, b}, 1,, {2}) t.q. = {(1, a, 2), (2, a, 3), (3, a, 2), (2, a, 4), (4, b, 2), (2, b, 5), (5, a, 2), (2, b, 6), (6, b, 2)}. Déterminiser A et minimiser l AEFD obtenu. Exercice 24 Soit A l AEFND défini par ({0, 1, 2, 3, 4, 5}, {a, b}, 0,, {4}) où la relation de transitions est définie par la table suivante : a 1,2,3,4,5 2,3 0,1, b 4 1,2,3 1,2,5 2,3,5 Determiniser A et minimiser l AEFD obtenu. 11

12 CHAPITRE 3. AEFND ET MINIMISATION Année Académique Exercice 25 Soit A l AEFND donné par ({0, 1, 2, 3, 4, 5}, {a, b}, 0,, {0, 3, 4}) où la relation de transition est définie par la table suivante : a 1,2 5 b Déterminiser A et minimiser l AEFD obtenu. Exercice 26 Soit A = (Q A, Σ, q A 0, δ A, F A ) et B = (Q B, Σ, q B 0, δ B, F B ) deux AEFDs. L objectif de cet exercice est de prouver que L(A) L(B) L(A B). 1. Prouver que pour chaque n N, pour chaque exécution (q A 0, u 0 ) (q A n, u n ) de A et (q B 0, u 0 ) (q B n, u n ) de B sur un mot commun u de longueur plus grande ou égale à n : ((q A 0, q B 0 ), u 0 ) ((q A n, q B n ), u n ) est une exécution de A B. 2. Utiliser le résultat précédent pour prouver L(A) L(B) L(A B). Exercice 27 Soit Σ = {0, 1}. Considérons les deux AEFND suivants : Σ Σ Quels sont les langages reconnus par ces automates? 2. Montrer que ces deux automates sont équivalents. 1 Exercice Considérons l AEFND suivant : 1. Construire un AEFD équivalent par déterminisation. UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 12 Licence Sciences et Technologies

13 CHAPITRE 4 Automates d États-Finis Non-Déterministes avec ɛ-transitions Rappel : ɛ-aefnd : Automates d États-Finis Non-Déterministes avec ɛ transitions. Exercice 29 Soit A l ɛ-aefnd défini par ({0, 1, 2, 3, 4}, {a, b}, 0,, {4}) où la relation de transition est définie par la table suivante : ɛ 1, 3 4 a 2 4 b Éliminer les ɛ-transitions. 2. Déterminiser l automate obtenu. 3. Déterminiser en utilisant la méthode directe (combinaison de l élimination des ɛ-transitions et déterminisation). Exercice 30 Soit A l ɛ-aefnd défini par ({0, 1, 2, 3, 4}, {a, b}, 0,, {4}) où la relation de transition est définie par la table suivante : ɛ 1, a 2 b 4 1. Éliminer les ɛ-transitions. 2. Déterminiser l automate obtenu. 3. Déterminiser en utilisant la méthode directe (combinaison de l élimination des ɛ-transitions et déterminisation). Exercice 31 Soit Σ = {a, b} et A l ɛ-aefnd suivant défini sur Σ : a 3 4 ɛ b ɛ a a b b 13

14 CHAPITRE 4. AEFND AVEC ɛ-transitions Année Académique Donner un mot accepté et un mot non-accepté. 2. Éliminer les ɛ-transitions et déterminiser l automate obtenu. 3. Minimiser l automate obtenu. Exercice 32 Dans cet exercice, nous nous intérressons à une propriété importante en sécurité des systèmes informatiques : l opacité. Le contexte est le suivant. Nous supposons qu un attaquant observe un système dont le comportement est modélisé par un AEFND avec ɛ-transitions. Les états accepteurs de l automate représentent le secret" : lors d une exécution du système, l attaquant ne doit pas être en mesure de savoir avec certitude que le système est dans un état secret. Si lors d une exécution du système, l attaquant est en mesure de déterminer que le système est dans un état secret, alors on dit que cette exécution révèle le secret. Un système est dit opaque s il n existe pas d exécution qui révèle le secret. L attaquant observe le système à travers une fenetre d observation" qui lui permet de voir toutes les transitions exceptées les ɛ-transitions. L attaquant connait la structure de l automate parfaitement. a q 4 q b 5 q 6 a,b q 4 q 5 q 3 b b a b a a,b a b b q ɛ 0 q 0 a q b 1 q a 2 q 3 q ɛ 0 q a 1 q 2 1. Nous considérons le système représenté par l automate de gauche ci-dessus. Lorsque l attaquant observe a, b, ab, quels sont les états courants possibles du système? 2. Dire si ce système est opaque. 3. Même questions avec le système modélisé par l automate de droite ci-dessus. 4. Est-il possible à partir de l automate modélisant le système, de construire un automate qui indique la connaissance de l attaquant en fonction de son observation? UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 14 Licence Sciences et Technologies

15 CHAPITRE 5 Modélisation et Automates Avancés Exercice 33 Monsieur Berger B emmène un Loup L, une chèvre C, et un choux X près d une rivière et souhaite traverser avec un petit bateau. Le bateau est tellement petit que B peut entrer dans le bateau avec au plus un passager. Sans surveillance de B, L mange C and C mange X. Comment B peut faire traverser la rivière à la compagnie? 1. Construire un automate qui modélise la situation. 2. Utiliser un automate pour trouver comment le problème peut être résolu. Exercice 34 Soit Σ un alphabet. L image miroir R(u) d un mot u est le mot que l on obtient en lisant le mot u de droite à gauche (comme en Arabe ou en Hébreu). Plus précisément : R(ɛ) = ɛ, R(u a) = a R(u), pour tout u Σ, a Σ. Soit L un langage d états finis. 1. Prouver que R(L) = {R(u) u L} est un langage d états finis. Exercice 35 Soit A un AEFND reconnaissant un langage L. Pour chacun des langages suivants, donner un AEFND qui le reconnaît : 1. longueur(l) = {u Σ v L : u = v }. 2. L 1/2 = {u Σ v Σ : u = v u v L}. Exercice 36 Pour n N, soit n l ensemble des encodages en binaire de n où le bit le moins significatif est à gauche. Par exemple : Pour 6 N : et Pour 2 N : et Donner un AEFND qui reconnaît les solutions de y = 2x dans N. Plus précisément, soit Σ = {0, 1} {0, 1}, nous cherchons un AEFND qui reconnaît L Σ tel que u L si et seulement s ils existent x, y N tels que : u = (x 1, y 1 ) (x k, y k ), x 1 x k x, y 1 y k ŷ, et y = 2 x. 15

16 CHAPITRE 5. MODÉLISATION ET AUTOMATES AVANCÉS Année Académique UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 16 Licence Sciences et Technologies

17 CHAPITRE 6 Expressions Régulières et Lemme de l Itération Exercice 37 Pour chacun des automates minimaux du Chapitre 3, donner une expression régulière spécifiant l automate. 1. Rapeller le lemme d Arden. 2. Prouver le lemme d Arden. Exercice 38 Exercice 39 L ensemble des expression régulières étendues est obtenu en ajoutant les constructions suivantes aux expressions régulières : Si e est une expression régulière sur Σ alors e est une expression régulière sur Σ. Si e et e sont des des expressions régulières sur Σ, alors e e est une expression régulière sur Σ. Si e est une expression régulière sur Σ alors e + est une expression régulière sur Σ. La sémantique de ces opérateurs est comme suit : L( e) = Σ \ L(e). L(e e ) = L(e) L(e ). L(e + ) = L(e) L(e). 1. Prouver qu il existe un algorithme qui transforme toute expression régulière étendue vers une expression régulière. Exercice 40 Donner une preuve ou un contre-exemple pour les lois algébriques suivantes sur les expressions régulières : 1. (ɛ + R) = R. 2. (ɛ + R) R = R. 3. R = R = R = R + = R. 5. (R + S) = R + S. 6. (RS + R) R = R(SR + R). 7. (RS + R) RS = (RR S). 8. (R + S) S = (R S). 9. S(RS + S) R = RR S(RR S). Exercice Construire l expression régulière associée à l automate suivant, en suivant les deux méthodes vues en cours : Méthode associant des expressions régulières aux chemins. Méthode associant des équations linéaires aux états. 17

18 CHAPITRE 6. EXPRESSIONS RÉGULIÈRES ET LEMME DE L ITÉRATION Année Académique Même question avec l automate suivant : Exercice 42 Soit Σ = {a, b}. Écrire les automates finis non-déterministes avec ɛ-transitions associés aux expressions régulières suivantes : 1. a b, 2. a b, 3. (a + b) a b a, ( 4. a b + d c ) ( b d + a d ), ( 5. a b + a b + c d ) ((c a + b d) (a b + a b d) ). Exercice 43 Considérons Σ = {0} et Σ deux alphabets. 1. Prouver que {0 i i est premier} n est pas un langage régulier. 2. Prouver que {u Σ u est premier} n est pas un langage régulier. 3. Prouver que {0 i i est un carre} n est pas un langage régulier. 4. Prouver que {u Σ u est un carre} n est pas un langage régulier. 5. Prouver que {0 i 1 j 2 i+j i, j N} n est pas un langage régulier. 6. Prouver que {0 i 1 j i and j sont premiers entre eux} n est pas un langage régulier. UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 18 Licence Sciences et Technologies

19 Deuxième partie Automates Étendus et la Méthode de Vérification de Floyd 19

20

21 CHAPITRE 7 Automates Étendus et Méthode de Floyd Exercice 44 Nous considérons l automate étendu suivant : z y z := z + 1 u := x z := 0 q 0 q 1 q 2 q 3 z = y u := u + 1 q t L état q 0 est l unique état initial et q t est l unique état final. 1. Calculer les exécutions de cet automate sur les états initiaux suivants : 1. σ(x) = 2, σ(y) = 3, and σ(v) = 0 pour toute variable v différente de x et y, 2. σ(x) = 2, σ(y) = 0 et σ(v) = 0 pour toute variable v différente de x et y, 3. σ(x) = 2, σ(y) = 3 et σ(v) = 0, pour toute variable v différente de x et y. 2. Déterminer la relation entre états induite par cet automate. 3. Donner une spécification (P, Q) satisfaite par cet automate (sans preuve pour le moment). Exercice Déterminer l ensemble des automates étendus partiellement corrects par rapport à (T, F). 2. Déterminer l ensemble des automates étendus partiellement corrects par rapport à (T, T). 3. Déterminer l ensemble des automates étendus partiellement corrects par rapport à (F, F). 4. Déterminer l ensemble des automates étendus partiellement corrects par rapport à (F, T). Exercice 46 Nous considérons l automate défini par le 5-tuple dont les éléments sont les suivants : 1. y : Z, z : Z 2. Q = {q 0, q 1, q 2 } 3. Q 0 = {q 0 } 4. T = {(q 0, z := 0, q 1 ), (q 1, z < y 1 z := z + 1, q 1 ), (q 1, z < y 1, q 2 )} 5. Q t = {q 2 } 1. Dessiner cet automate. 2. Calculer les exécutions de cet automate sur les états initiaux suivants : 1. σ(y) = 3 et σ(v) = 0, pour toute variable v différente de y. 21

22 CHAPITRE 7. AUTOMATES ÉTENDUS ET MÉTHODE DE FLOYD Année Académique σ(y) = 1 et σ(v) = 0, pour toute variable v différente de y. 3. σ(x) = 2, σ(y) = 3 et σ(v) = 0, pour toute variable v différent de y. 3. Déterminer la relation entre états induite par cet automate. 4. Donner une spécification (P, Q) satisfaite par cet automate (sans preuve pour le moment). Donner un automate qui satisfait la spécification suivante : (x = x 0 y = y 0 x 0 0 y 0 0, z = x 0 y 0 ) Exercice 47 et utilise seulement l opération d addition. u y u := u + 1 z := 0 u := 0 q 0 q 1 q 2 q 3 u = y z := z + x q t Exercice 48 Nous considérons l automate étendu représenté ci-dessous : q 3 x > 1 even(x) x := x/2 y := 2 y u := 0 q 1 q 2 x > 1 odd(x) x := (x 1)/2 q 4 x 1 y := y + u y := 2 y u := y + u q 5 q t L état q 0 est l unique état initial et q t est l unique état final. 1. Calculer les exécutions de cet automate sur les états initiaux suivants : 1. σ(x) = 4, σ(y) = 3 et σ(v) = 0, pour toute variable v différente de x et y, 2. σ(x) = 5, σ(y) = 0 et σ(v) = 0, pour toute variable v différente de x et y, 3. σ(x) = 2, σ(y) = 3 et σ(v) = 0, pour toute variable v différente de x et y, 4. σ(x) = 2, σ(y) = 3 et σ(v) = 0, pour toute variable v différente de x et y. 2. Déterminer la relation entre états induite par cet automate. 3. Donner une spécification (P, Q) satisfaite par cet automate (sans preuve pour le moment). UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 22 Licence Sciences et Technologies

23 CHAPITRE 8 Automates Étendus Méthode de Floyd (suite) Exercice 49 Nous considérons l automate étendu représenté sur la Figure 8.1a. L état q 0 est l unique état initial et q t est l unique état final. Démontrer que cet automate étendu satisfait la spécification (y = y 0 y 0 1, u = x + y). Exercice 50 Nous considérons l automate étendu A donné par le 5-tuple dont les éléments sont les suivants : 1. y : Z, z : Z 2. Q = {q 0, q 1, q 2 } 3. Q 0 = {q 0 } 4. T = {(q 0, z := 0, q 1 ), (q 1, z < y 1 z := z + 1, q 1 ), (q 1, z < y 1, q 2 )} 5. Q t = {q 2 } Prouver que A satisfait la spécification (y = y 0 y 1, z = y 0 1). Exercice 51 Nous considérons l automate étendu A représenté sur la Figure 8.1b. L état q 0 est l unique état initial et l état q t est l unique état final. On considère les prédicats suivants pour les états : P q1 : x = x 0 y = y 0 x 0 > 0. P q2 : x > 0 y x + u = y 0 x 0 P q3 : x > 0 y x + u = y 0 x 0 P q4 : x > 0 y (2x + ) + u = y 0 x 0 P q5 : x > 0 2 x y + u = y 0 x 0 P qt : y = x 0 y 0 Prouver que A satisfait la spécification (x = x 0 y = y 0 x 0 > 0, y = x 0 y 0 ) Exercice 52 Prouver que l automate représenté sur la Figure 8.1c satisfait la spécification suivante : (a > 0 b 0, x = a b ) Exercice 53 Nous définissons inductivement la fonction de Fibonacci : fib : N N : fib(0) = 0, fib(1) = 1, et fib(n + 2) = fib(n) + fib(n + 1). Prouver que l automate représenté sur la Figure 8.1d satisfait la spécification : (x = x 0 x 0, z = fib(x)) 23

24 CHAPITRE 8. AUTOMATES ÉTENDUS MÉTHODE DE FLOYD (SUITE) Année Académique z y z := z + 1 u := x z := 0 q 0 q 1 q 2 q 3 z = y u := u + 1 q t (a) Un automate étendu pour l addition q 3 x > 0 pair(x) x := x/2 y := 2 y u := 0 q 1 q 2 x > 1 impair(x) x := (x 1)/2 q 4 x 1 y := y + u y := 2 y u := y + u q 5 q t (b) Un automate étendu pour la multiplication u := a v := b q 0 q 1 q 2 x := 1 q t v := v 1 q 5 v = 0 v > 0 pair(v) u := u u q 3 q 4 v := v/2 v > 0 impair(v) x := x u y := 1 q 1 q 2 z := 0 x := x 1 q 6 y := u q 3 q 5 q t x 0 x > 0 u := z q 4 z := z + y (c) Un automate étendu pour la puissance (d) Un automate étendu pour Fibonacci FIGURE 8.1 Quelques automates étendus UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER 24 Licence Sciences et Technologies

25 CHAPITRE 8. AUTOMATES ÉTENDUS MÉTHODE DE FLOYD (SUITE) Année Académique Travaux Dirigés 25 INF 232: LANGAGES ET AUTOMATES

26 Université Grenoble 1, Université Joseph Fourier - Licence Sciences et Technologies INF232 : LANGAGES ET AUTOMATES

Cours 9: Automates finis

Cours 9: Automates finis Cours 9: Automates finis Olivier Bournez ournez@lix.polytechnique.fr LIX, Ecole Polytechnique INF421-a Bases de la programmation et de l algorithmique Aujourd hui Rappels Déterminisation Automates et expressions

Plus en détail

Partie I : Automates et langages

Partie I : Automates et langages 2 Les calculatrices sont interdites. N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut

Plus en détail

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h École polytechnique X2013 INF412 Fondements de l informatique Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h Sujet proposé par Olivier Bournez Version 3 (corrigé) L énoncé comporte 4 parties (sections),

Plus en détail

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre Prof. Emmanuel Filiot Exercice 1 1. Soit un langage L = (p, q, r, s, t, f, g) où p, q sont des prédicats unaires, r, s, t sont des prédicats

Plus en détail

Un automate à états fini

Un automate à états fini Automates à états et langages Notion d automate Langage reconnu par un automate Automates non déterministes Expressions régulières et automates Limites des automates Notion d automate Objectif : définir

Plus en détail

Épreuve d informatique 2011

Épreuve d informatique 2011 A 2011 INFO. MP ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L AÉRONAUTIQUE ET DE L ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE

Plus en détail

Option Informatique Arbres binaires équilibrés

Option Informatique Arbres binaires équilibrés Option Informatique Arbres binaires équilibrés Sujet novembre 2 Partie II : Algorithmique et programmation en CaML Cette partie doit être traitée par les étudiants qui ont utilisé le langage CaML dans

Plus en détail

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016

LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 2015-2016 LIVRET DE MATHEMATIQUES ENTREE EN PREMIERE S Institut Notre-Dame (Saint Germain en Laye) Année 015-016 Pourquoi ce livret? Afin de mieux préparer cette rentrée, ce livret reprend un ensemble de notions

Plus en détail

TD: Ensembles, applications, dénombrement

TD: Ensembles, applications, dénombrement Université de Provence Année 011/1 Licence Math Info ème année S3 Fondements de l Informatique 1 Ensembles et fonctions TD: Ensembles, applications, dénombrement 1. On suppose que l ensemble de tous les

Plus en détail

Programme du Math1. Chapitre 1. 22/09/2013 بالتوفيق. Math1 L1 Semestre 1 SM ST. Bibliographie: 1. Notions de Logique. 2. Ensembles

Programme du Math1. Chapitre 1. 22/09/2013 بالتوفيق. Math1 L1 Semestre 1 SM ST. Bibliographie: 1. Notions de Logique. 2. Ensembles /09/013 Programme du Math1 Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene Faculté de Mathématiques Math1 L1 Semestre 1 SM ST Dr M ZIDANI-BOUMEDIEN 1 Ensembles, Relations, Applications Structures

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Calculabilité Cours 2 : Machines de Turing

Calculabilité Cours 2 : Machines de Turing Calculabilité Cours 2 : Machines de Turing Introduction Un autre type de modèle de calcul Les fonctions récursives et les fonctions λ représentables définissent des modèles de calculs dans k N Nk N Nous

Plus en détail

Quelques problèmes NP-complets

Quelques problèmes NP-complets Chapitre 12 Quelques problèmes NP-complets Maintenant que nous connaissons la NP-complétude d au moins un problème (SAT), nous allons montrer qu un très grand nombre de problèmes sont NP-complets. Le livre

Plus en détail

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r Préséance (priorité) des opérateurs (1) [x := e] (substitution textuelle) (prioritéélevée) (2). (application de fonction) (3) + P (opérateurs unaires préfixes) (4) / mod pgcd (5) + (opérateurs binaires)

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée.

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée. A 2015 INFO. MP École des Ponts ParisTech, SUPAERO (ISAE), ENSTA ParisTech, Télécom ParisTech, Mines ParisTech, Mines de Saint-étienne, Mines Nancy, Télécom Bretagne, ENSAE ParisTech (filière MP), École

Plus en détail

CHAPITRE 5 : ANALYSE LEXICALE

CHAPITRE 5 : ANALYSE LEXICALE CHAPITRE 5 : ANALYSE LEXICALE L analyse lexicale est un autre domaine fondamental d application des automates finis. Dans la plupart des langages de programmation, les unités lexicales (identificateurs,

Plus en détail

5. Equivalences d automates

5. Equivalences d automates 5. Equivalences d automates 5.1. Le problème du déterminisme 5.2. Différentes sortes d AEF 5.3. Déterminisation d un AEF 5.4. Déterminisation d un AEF avec ɛ-transitions 5.5. Minimisation d un AEF déterministe

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés Semestre, ENSIIE Optimisation mathématique 4 mars 04 TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés lionel.rieg@ensiie.fr Exercice On considère le programme géométrique suivant : min x>0,y>0

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Apprentissage par exploration

Apprentissage par exploration Apprentissage par exploration 1/32 Introduction Méthode particulière d acquisition de connaissance : apprentissage artificiel, à partir d induction. obtention des connaissances à partir d exemples. On

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Théorie des langages. Automates à pile. Elise Bonzon http://web.mi.parisdescartes.fr/ bonzon/ elise.bonzon@parisdescartes.

Théorie des langages. Automates à pile. Elise Bonzon http://web.mi.parisdescartes.fr/ bonzon/ elise.bonzon@parisdescartes. Automates à pile Elise Bonzon http://web.mi.parisdescartes.fr/ bonzon/ elise.bonzon@parisdescartes.fr 1 / 62 Automates à pile Introduction Rappels sur les piles Automates à pile : définition Automates

Plus en détail

Cours 3. La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner sur les boucles: les invariants de boucle

Cours 3. La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner sur les boucles: les invariants de boucle Cours 3 : Instructions qui changent l ordre d exécution séquentiel 1 Cours 3 Instructions qui changent l ordre d exécution séquentiel La conditionnelle: instructions si et selon Les boucles Comment raisonner

Plus en détail

Partiel - 12 mars 2014

Partiel - 12 mars 2014 Licence STS, semestre 4 013 14 Mathématiques pour l Informatique (Info 9) 1 mars 014 http://www.lri.fr/~paulin/mathinfo Partiel - 1 mars 014 L examen dure heures. L énoncé est composé de 5 pages. Toutes

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE FRANÇOIS MAUCOURANT 1. Signature d une permutation Définition 1.1. Soit σ S n une permutations, k le nombre de σ-orbites. On définit la signature

Plus en détail

Théorie des Langages

Théorie des Langages Théorie des Langages Automates Claude Moulin Université de Technologie de Compiègne Printemps 2013 Sommaire 1 Automate fini 2 Automate et langages réguliers 3 Automate à pile Automate fini déterministe

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Licence STIC, Semestre 1 Algorithmique & Programmation 1

Licence STIC, Semestre 1 Algorithmique & Programmation 1 Licence STIC, Semestre 1 Algorithmique & Programmation 1 Exercices Alexandre Tessier 1 Introduction 2 instruction de sortie 3 expressions 4 variable informatique 5 séquence d instructions, trace Exercice

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Les limites théoriques de l informatique Les problèmes indécidables

Les limites théoriques de l informatique Les problèmes indécidables Les limites théoriques de l informatique Les problèmes indécidables Samuel Fiorini - Gilles Geeraerts - Jean-François Raskin Université Libre de Bruxelles Académie Royale des Sciences Bruxelles 3/3/2010

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE «FAIRE RESPECTER UNE PROPRIÉTÉ EXPRIMÉE SOUS FORME D AUTOMATE TEMPORISÉ»

RAPPORT DE STAGE «FAIRE RESPECTER UNE PROPRIÉTÉ EXPRIMÉE SOUS FORME D AUTOMATE TEMPORISÉ» Université Joseph Fourier Département Licence Sciences & Technologie RAPPORT DE STAGE «FAIRE RESPECTER UNE PROPRIÉTÉ EXPRIMÉE SOUS FORME D AUTOMATE TEMPORISÉ» VISAN Vlad Laboratoire d accueil : Verimag

Plus en détail

Congruences et théorème chinois des restes

Congruences et théorème chinois des restes Congruences et théorème chinois des restes Michel Van Caneghem Février 2003 Turing : des codes secrets aux machines universelles #2 c 2003 MVC Les congruences Développé au début du 19ème siècle par Carl

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Relation binaire. 2. Relations, fonctions et ordres. Exemples. Représentation d une relation binaire. Un couple est une paire ordonnée d éléments.

Relation binaire. 2. Relations, fonctions et ordres. Exemples. Représentation d une relation binaire. Un couple est une paire ordonnée d éléments. Relation binaire Un couple est une paire ordonnée d éléments. ex: les points (x,y) du plan de IN 2 ou de IR 2, les nom et prix d un produit, les instances d un objet en Java (à 2 attributs). 2. Relations,

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR DM4 Page 北 航 中 法 工 程 师 学 院 ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR Année académique 24-25 Devoir à la maison n 4 À rendre le vendredi 2 juin 25 Numéro d étudiant à 8 chiffres :

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Fiche de TD-TP no. 4

Fiche de TD-TP no. 4 Master 1 Informatique Programmation Fonctionnelle, p. 1 Fiche de TD-TP no. 4 Exercice 1. Voici trois façons différentes de définir le type Image : type Image = [[ Int ]] data Image = Image [[ Int ]] newtype

Plus en détail

Master Informatique Fondamentale - M1 Compilation

Master Informatique Fondamentale - M1 Compilation Master Informatique Fondamentale - M1 Compilation Analyse Statique Paul Feautrier ENS de Lyon Paul.Feautrier@ens-lyon.fr perso.ens-lyon.fr/paul.feautrier 12 mai 2007 1 / 38 Indécidabilité de la Terminaison

Plus en détail

et Automates de Büchi

et Automates de Büchi Cours 9: Propriétes ω-régulières et Automates de Büchi Francesco Belardinelli Laboratoire IBISC Remerciements à Alessio Lomuscio et Joost-Pieter Katoen 26 mars 2015 Cours 9 - Vue d Ensemble Motivation

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Projet : Logique du Premier Ordre et Utilisation de l Outil Z3

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Projet : Logique du Premier Ordre et Utilisation de l Outil Z3 UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES (corrected version 20120416) INFO-F-302 Informatique Fondamentale Projet : Logique du Premier Ordre et Utilisation de l Outil Z3 L objectif de ce projet est de modéliser des

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Expressions rationnelles, automates, analyse lexicale

Expressions rationnelles, automates, analyse lexicale Chapitre 2 Expressions rationnelles, automates, analyse lexicale L analyse lexicale est la première phase d un compilateur ou d un interprète : elle consiste à identifier et à catégoriser les différents

Plus en détail

ARITHMETIQUE EXERCICES CORRIGES

ARITHMETIQUE EXERCICES CORRIGES Exercice n 1. ARITHMETIQUE EXERCICES CORRIGES 5 1) Donner l écriture de a) A = 1 b) A = 1001 c) A = 1 ) Ecrire la suite des 10 premiers nombres entiers en base deux. En base quatre ) En base douze, on

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Un alphabet Un ensemble fini non vide s'appelle un alphabet. Langages réguliers et automates. Un mot. Un langage. {a,b} non. A.

Un alphabet Un ensemble fini non vide s'appelle un alphabet. Langages réguliers et automates. Un mot. Un langage. {a,b} non. A. Langages réguliers et automates finis A. Maurer Mars 09 Un alphabet Un ensemble fini non vide s'appelle un alphabet Ensemble Σ {a,b} {a,b,a,b} L'ensembledes nombres naturels pairs Alphabet? oui non oui

Plus en détail

Matrices. 1. Définition. Exo7. 1.1. Définition

Matrices. 1. Définition. Exo7. 1.1. Définition Exo7 Matrices Vidéo partie 1 Définition Vidéo partie 2 Multiplication de matrices Vidéo partie 3 Inverse d'une matrice : définition Vidéo partie 4 Inverse d'une matrice : calcul Vidéo partie 5 Inverse

Plus en détail

Théorie des Graphes Cours 3: Forêts et Arbres II / Modélisation

Théorie des Graphes Cours 3: Forêts et Arbres II / Modélisation IFIPS S7 - informatique Université Paris-Sud 11 1er semestre 2009/2010 Théorie des Graphes Cours 3: Forêts et Arbres II / 1 Forêts et arbres II Théorème 1.1. Les assertions suivantes sont équivalentes

Plus en détail

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel Master ICA Spécialité IHS Année 2007/2008 Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel I) Relations binaires 1. Généralités Définition 1 : Une relation binaire d un ensemble E vers

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Etant donné un entier n, l arithmétique modulo n consiste à faire des calculs sur les restes dans la division euclidienne des entiers par n. Exemples

Plus en détail

L2: cours I4c Langages et automates

L2: cours I4c Langages et automates L2: cours I4c Langages et automates Olivier Togni, LE2I (038039)3887 olivier.togni@u-bourgogne.fr Modifié le 31 mai 2007 Sommaire Utiles pour compilation, interprétation,... 1. Langages rationnels 2. Langages

Plus en détail

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction Chapitre 4 Démonstrations L objectif de ce chapitre est de commencer à aborder la question fondamentale suivante : qu est-ce qu une démonstration? Pour cela, plus précisément, on va se focaliser dans ce

Plus en détail

Langage mathématique

Langage mathématique Université Joseph Fourier, Grenoble I Mathématiques, Informatique et Mathématiques Appliquées Licence Sciences et Technologies 1 e année Langage mathématique Eric Dumas, Emmanuel Peyre et Bernard Ycart

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Initiation à la programmation en Python

Initiation à la programmation en Python I-Conventions Initiation à la programmation en Python Nom : Prénom : Une commande Python sera écrite en caractère gras. Exemples : print 'Bonjour' max=input("nombre maximum autorisé :") Le résultat de

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Feuille d exercices 1

Feuille d exercices 1 Université Paris 7 - Denis Diderot L2 - Probabilités PS4 Année 2014-2015 Feuille d exercices 1 Exercice 1 Combien y a-t-il de paires d entiers non consécutifs compris entre 1 et n (n 1)? Exercice 2 1.

Plus en détail

Représentation d un entier en base b

Représentation d un entier en base b Représentation d un entier en base b 13 octobre 2012 1 Prérequis Les bases de la programmation en langage sont supposées avoir été travaillées L écriture en base b d un entier est ainsi défini à partir

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

Parcours d un arbre Arbres de recherche CHAPITRE 6. Arbres binaires. Karelle JULLIAN. MPSI, Option Info 2014/2015. Karelle JULLIAN

Parcours d un arbre Arbres de recherche CHAPITRE 6. Arbres binaires. Karelle JULLIAN. MPSI, Option Info 2014/2015. Karelle JULLIAN CHAPITRE 6 Arbres binaires Lycée Kléber MPSI, Option Info 2014/2015 1 Définitions 2 Parcours en largeur Parcours en profondeur Parcours préfixe, infixe, postfixe Reconstitution 3 Recherche Complexité Insertion

Plus en détail

Chapitre 3. Définitions récursives et induction structurelle

Chapitre 3. Définitions récursives et induction structurelle Chapitre 3 Définitions récursives et induction structurelle 114 Plan 1. Définitions récursives 2. Induction structurelle 3. Exemples Arbres Naturels Expressions arithmétiques Lectures conseillées : I MCS

Plus en détail

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence Sommaire 1. Arithmétique 2 1.1. Division euclidienne......................... 2 1.2. Congruences.............................

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

Statique / Dynamique

Statique / Dynamique Statique / Dynamique Analyse dynamique : nécessite l exécution du code binaire Principe : à partir du code source (ou d un modèle) et spécification, produire des DT qui exécuteront un ensemble de comportements,

Plus en détail

Algorithmes récursifs

Algorithmes récursifs Licence 1 MASS - Algorithmique et Calcul Formel S. Verel, M.-E. Voge www.i3s.unice.fr/ verel 23 mars 2007 Objectifs de la séance 3 écrire des algorithmes récursifs avec un seul test rechercher un élément

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Arbres. Alphabet Σ = Σ 0 Σ k. Exemples

Arbres. Alphabet Σ = Σ 0 Σ k. Exemples Arbres Alphabet Σ = Σ 0 Σ k Σ i : alphabet fini de symboles de rang i (Σ i Σ j possible). Un arbre t de rang k est défini par un ensemble (fini) dom(t) {1,..., k} clos par préfixe (domaine de t) : si v,

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays.

Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Maquette de couverture : Graphir Maquette intérieure : Frédéric Jély Mise en page : CMB Graphic Dessins techniques : Gilles Poing Hachette Livre 008, 43, quai de Grenelle, 790 Paris Cedex ISBN : 978--0-8-

Plus en détail

Plan du module. Licence 2 Informatique 2005/2006. 1ère partie - Systèmes relationnels. 2ème partie - Algèbre. 3ème partie - Séries

Plan du module. Licence 2 Informatique 2005/2006. 1ère partie - Systèmes relationnels. 2ème partie - Algèbre. 3ème partie - Séries Informatique 20h cours/30h théorique TD 2 Informatique Systèmes -Informatiquethéorique 2 relationnels 2005/2006 Informatique -Informatiquethéorique Relations 22005/2006 n-aires 2 Informatique 2005/2006

Plus en détail

* fermeture le lendemain

* fermeture le lendemain MOIS DE JANVIER 2011 Samedi 1 01h35 08h43 14h09 21h14 Dimanche 2 02h41 09h42 15h15 22h09 Lundi 3 03h38 10h32 16h10 22h56 Mardi 4 04h26 11h15 16h57 23h37 Mercredi 5 05h07 11h54 17h37 *00h14 Jeudi 6 05h45

Plus en détail

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application Université de Provence Licence Math-Info Première Année V. Phan Luong Algorithmique et Programmation en Python Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application 1 Ordinateur Un

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Introduction à l Algorithmique

Introduction à l Algorithmique Introduction à l Algorithmique N. Jacon 1 Définition et exemples Un algorithme est une procédure de calcul qui prend en entier une valeur ou un ensemble de valeurs et qui donne en sortie une valeur ou

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Initiation à la programmation en Python

Initiation à la programmation en Python I-onventions Initiation à la programmation en Python Une commande Python sera écrite en caractère gras. Exemples : print("bonjour") max=input("nombre maximum autorisé :") Le résultat de l'exécution d'un

Plus en détail

TD 2 - Modèles de calcul

TD 2 - Modèles de calcul TD 2 - Modèles de calcul Remarques préliminaires Si ou désigne une relation binaire (de dérivation/transition suivant le contexte), on notera ou sa clôture transitive, comprendre la relation obenue en

Plus en détail

Théorie des graphes. Introduction. Programme de Terminale ES Spécialité. Résolution de problèmes à l aide de graphes. Préparation CAPES UCBL

Théorie des graphes. Introduction. Programme de Terminale ES Spécialité. Résolution de problèmes à l aide de graphes. Préparation CAPES UCBL Introduction Ces quelques pages ont pour objectif de vous initier aux notions de théorie des graphes enseignées en Terminale ES. Le programme de Terminale (voir ci-après) est construit sur la résolution

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques

Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques Prof. John MULLINS École Polytechnique de Montréal Prof. John MULLINS (École Polytechnique) Introduction

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Numération. On sait que dans 342 381, le chiffre 4 ne vaut pas 4 mais 40 000... Ainsi :

Numération. On sait que dans 342 381, le chiffre 4 ne vaut pas 4 mais 40 000... Ainsi : Numération Numération. 1 Les systèmes de numération 1.1 Le système décimal. 1.1.1 Les chiffres. Le système décimal est le système d écriture des nombres que nous utilisons habituellement dans la vie courante.

Plus en détail

Chaîne d additions ATTENTION!

Chaîne d additions ATTENTION! Chaîne d additions Épreuve pratique d algorithmique et de programmation Concours commun des écoles normales supérieures Durée de l épreuve: 3 heures 30 minutes Juin 2012 ATTENTION! N oubliez en aucun cas

Plus en détail