EXISTE-T-IL UNE CORRELATION ENTRE LE NIVEAU DE CULTURE SANITAIRE ET LE PARTENARIAT INFIRMIERE-PATIENT PERCU PAR CELUI-CI? PAR VALERIE RENOUD-GRENIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXISTE-T-IL UNE CORRELATION ENTRE LE NIVEAU DE CULTURE SANITAIRE ET LE PARTENARIAT INFIRMIERE-PATIENT PERCU PAR CELUI-CI? PAR VALERIE RENOUD-GRENIER"

Transcription

1 Master ès Sciences en Sciences Infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé EXISTE-T-IL UNE CORRELATION ENTRE LE NIVEAU DE CULTURE SANITAIRE ET LE PARTENARIAT INFIRMIERE-PATIENT PERCU PAR CELUI-CI? PAR VALERIE RENOUD-GRENIER DIRECTRICE DE MEMOIRE Prof. DIANE MORIN, Inf., PhD ET CO-DIRECTEUR Dr PATRICK BODENMANN, PD-MER, MSc 30 JUIN 2014

2 Composition du jury Dr Venetia Sofia Velonaki, Inf., PhD Experte externe et Présidente du Jury Post-Doctorante et Première Assistante Institut Universitaire de Formation et de Recherche en Soins IUFRS Faculté de biologie et de médecine Université de Lausanne Prof. Diane Morin, Inf., PhD Directrice de mémoire Directrice de l Institut Universitaire de Formation et de Recherche en Soins - IUFRS Faculté de Biologie et médecine Université de Lausanne Dr Patrick Bodenmann Co-directeur de mémoire Médecin adjoint, Maître d enseignement et de recherche 1, Responsable de l'unité des populations vulnérables (UPV) Policlinique médicale universitaire PMU CHUV Mme Margarita Cambra Experte externe Directrice du Développement des Pratiques Professionnelles Association Vaudoise d Aide et de Soins à Domicile - AVASAD Mémoire déposé le 30 juin 2014 Mémoire soutenu le 2 septembre 2014

3 Sommaire Contexte. La culture sanitaire ou «health literacy» fait référence aux capacités personnelles et sociales mises en place pour comprendre, intégrer et utiliser de l information de santé dans le but de maintenir et/ou améliorer sa santé. Pour se diriger dans un système de soins de plus en plus complexe, la personne doit posséder un niveau adéquat de culture sanitaire qui lui permet d agir positivement sur sa santé. Un faible niveau de culture sanitaire augmente les risques d erreurs ou de non compliance liés à une mauvaise compréhension de l information. L avancement en âge augmente le risque de présenter un faible niveau de culture sanitaire. Cependant, il semblerait qu à travers un partenariat de collaboration avec les professionnels de la santé, la personne ayant instauré une relation de confiance, pourrait parler de ses difficultés. Ce partenariat permettrait aux soignants de mettre en place des interventions facilitant la compréhension et l accompagnement de la personne dans son désir de maintenir ou d améliorer sa santé. Buts. Explorer s il existe une corrélation entre le niveau de culture sanitaire et le partenariat infirmière-patient. Méthode. Cette étude descriptive corrélationnelle a été conduite auprès de 32 personnes de 65 ans et plus, vivant avec au moins une maladie chronique et recevant des soins infirmiers d un service d aide et de soins à domicile. Pour mesurer le niveau de culture sanitaire, la version française du S-TOFHLA a été utilisée. Le niveau de partenariat infirmière-patient a été mesuré à l aide du QAPSIR. Pour explorer les corrélations un Tau de Kendall a été effectué. Résultats. La moyenne d âge des participants est de 83,2 ans. La majorité des participants est de nationalité suisse (87,5%), parle le français (90,6%) et a un niveau de scolarité inférieur au gymnase (81,3%). Les résultats obtenus au S-TOFHLA montrent que majoritairement, cette majorité a un niveau de culture sanitaire inadéquat (71,9%) ou marginal (21,9%). Cependant, aucune corrélation n a pu être

4 iv établie entre le niveau de culture sanitaire et le partenariat infirmière-patient. Seule la corrélation entre le niveau de scolarité et le niveau de culture sanitaire s est révélée statistiquement significative avec un t(b)=0,40 ; p=0,005. L étude n a pu démontrer de corrélation entre le niveau de culture sanitaire et l âge ou la durée de suivi. Conclusion. Les personnes âgées fragilisées utilisant les services d aide et de soins à domicile sont à risque de présenter une culture sanitaire inadéquate. Les interventions infirmières en vue d assurer une bonne compréhension de l information de santé sont nécessaires et doivent être développées pour permettre le maintien à domicile.

5 Summary Context. Health literacy refers to the personal and social skills mobilised to understand, integrate and use health information in order to maintain or improve health. To benefit from the health care system which is becoming more and more complex, the person must have an adequate level of health literacy that allows him to act positively concerning his health. A low level of health literacy increases the risk of error or non compliance related to poor understanding of the information. Advancing age increases the risk of having a low level of health literacy. However, it seems that through a collaborative partnership with health professionals, the person who has established a relationship of trust, could talk about his difficulties. This partnership would allow caregivers to implement interventions facilitating understanding and accompanying the person's desire to maintain or improve their health. Aim. To explore whether there is a correlation between the level of health literacy and the nurse-patient partnership. Method. This descriptive correlation study was conducted with 32 people aged 65 and over, living with at least one chronic illness, receiving nursing care and home help services. To measure the level of health culture, the French version of the S- TOFHLA was used. The level of nurse-patient partnership was measured using the QAPSIR. To explore the correlation, Kendall s Tau-b was used. Results. The average age of participants was 83.2 years. The majority of participants were of Swiss nationality (87.5%), speaking French (90.6%) and had a minimum level of schooling (81.3%). The results obtained using S-TOFHLA showed that mostly they have an inadequate level of health literacy (71.9%) or a marginal level (21.9%). However, no correlation could be established between the level of health literacy and the nurse-patient partnership. Only the correlation between level of education and the level of health literacy was statistically significant with a t(b)=0.40; p=

6 vi The study failed to demonstrate a correlation between the level of health literacy and age or duration of the care received. Conclusion. The frail and elderly people using support services and home care are at risk of having an inadequate health literacy. Nursing interventions to ensure a good understanding of health information are required and must be developed to enable to maintain health care in the home.

7 Table des matières Composition du jury... ii Sommaire... iii Summary... v Table des matières... vii Liste des tableaux... xiv Listes des figures... xv Remerciements... xvi Introduction Problématique But et objectifs de la recherche Recension des écrits La culture sanitaire Définitions Niveaux de culture sanitaire Mesures... 36

8 viii L ampleur du problème de la basse culture sanitaire Facteurs influençant le niveau de culture sanitaire Age Maladies chroniques Niveau d éducation, gradient social et pauvreté Culpabilité et isolement social Conséquences d une culture sanitaire diminuée Manque de compréhension et d utilisation des services de prévention Réhospitalisation et coûts Etat de santé et mortalité Problèmes liés au système de soins et accès à l information de santé Partenariat infirmière-patient Définition Caractéristiques Mesures Mise en œuvre du partenariat La relation... 58

9 ix Participation et prise de décision Partage du pouvoir Négociation Coût pour le système Cadre théorique Théorie de McGill Les concepts infirmiers La santé Personne-Famille Soins Infirmiers Environnement Apprentissage Métaparadigmes Ancrage disciplinaire Paradigme de l intégration Ecole d apprentissage Syntaxe des Sciences Infirmières... 82

10 x Modes de savoirs infirmiers Savoir empirique Savoir esthétique Savoir éthique Savoir personnel Savoir sociopolitique (ou émancipatoire) Méthodologie Devis de Recherche Milieu partenaire de l étude Calcul de la taille d échantillon et stratégie d échantillonnage Critères de sélection et population cible Identification et recrutement des participants Déroulement de l étude Information aux médecins et infirmières Surveillance médicale Variables Collecte de données... 91

11 xi Instruments de mesure Le S-TOFHLA Description du questionnaire QAPSIR Analyses statistiques Analyses descriptives de l échantillon Analyses descriptives des scores du S-TOFHLA et du QASPIR Analyses corrélationnelles des scores du S-TOFHLA et du QASPIR Considérations éthiques Protocole de recherche Formulaires de consentement et informations Traitement des données personnelles Evaluation des risques Plan de financement et rétribution Résultats Recrutement et participation Description de l échantillon Caractéristiques sociodémographiques

12 xii Caractéristiques cliniques Résultats du test S-TOFHLA et du questionnaire QAPSIR Analyses corrélationnelles Exploration de la corrélation entre culture sanitaire et partenariat infirmière-patient Exploration de la relation entre culture sanitaire et sociodémographique Discussion Caractéristiques sociodémographiques et cliniques de l échantillon Niveau d éducation Durée de suivi Nationalité et langue La culture sanitaire Forces et limites de l étude Méthodologie Pertinence du cadre théorique Instruments de mesure Echantillon Implications des résultats de la recherche pour la pratique et la recherche infirmière

13 xiii Pratique Recherche Conclusion Références Appendice A Test de santé fonctionnel sur l'alphabétisation des adultes S-TOFHLA Appendice B Questionnaire d appréciation des patients sur les soins infirmiers reçus QAPSIR Appendice C Avis présidentiel de la Commission cantonale (VD) d'éthique de la recherche sur l'être humain Appendice D Lettre d informations aux participants et formulaire de consentement

14 Liste des tableaux Tableau 1 Définition des métaparadigmes de l étude Tableau 2 Caractéristiques démographiques des participants (n=32) Tableau 3 Caractéristiques cliniques des participants (n=32) Tableau 4 Résultats du test S-TOFHLA Tableau 5 Les recommandations de Baker et al (1995) et les catégories d âge Tableau 6 Résultats du QAPSIR Tableau 7 Résultats pour chaque item du partenariat infirmière-patient Tableau 8 Résultats des corrélations Tableau 9 Association entre les variables

15 Listes des figures Figure 1. Causal pathways between limited health literacy et health outcomes [traduction libre] (p.3) Figure 2. Ottawa Decision Support Framework to Address Decisional Conflict (ODSF). [Traduction libre] Figure 3. The factors influencing a collaborative partnership (Gottlieb et al., 2006) Figure 4. Diagramme de recrutement

16 Remerciements Je souhaite remercier les nombreuses personnes qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce mémoire. Tout d abord à mesdames Laure-Reine Tabac, responsable de centre, ainsi que Nathalie Vallet, responsable d équipe qui ont cru en cette formation et m ont appuyée tout au long de ces deux ans entre autre par l acceptation de cette recherche dans leur centre médico-social. Un merci particulier à tous les participants de l étude qui m ont accueillie et ont accepté de relever le défi de compléter le test et de répondre à mes questions. A ma directrice de mémoire Mme Diane Morin pour son inspiration, sa curiosité, son aide ainsi que pour l intensité de nos nombreux échanges et du temps consacré à la réalisation de ce mémoire. Merci au Dr Patrick Bodenmann, co-directeur de ce mémoire, pour ses remarques pertinentes et toutes les discussions animées qui ont permis la bonification de ce travail. Je voudrais aussi remercier toute l équipe de l IUFRS pour sa disponibilité et son énergie qui nous ont portés durant ces deux années de Master. A Joëlle sans qui je n aurais jamais terminé, fidèle amie, copine d infortune et de galère, mais surtout de fous rires et de bonheur. A Alexandre pour son aide pour la partie informatique et Maria pour la traduction. Et pour terminer, merci de tout coeur à mon mari Jean-Paul pour ses relectures, ses encouragements, sa patience et son soutien depuis deux ans ainsi qu à mes enfants Océane, Mathéo et Robin qui ont toujours cru au succès de cette formation.

17 "You cannot teach a man anything. You can only help him discover it within himself." Galileo Galilei

18 Introduction

19 L évolution du système de santé suisse amène des durées d hospitalisation en constante diminution, une augmentation des chirurgies ambulatoires et doit faire face à l augmentation du nombre de maladies chroniques. Elle a comme conséquence une obligation de la part de la population, de se prendre en charge dans son parcours de soins. Chacun est appelé à se diriger seul dans un système de soins complexe, à comprendre et à intégrer de l information de plus en plus pointue pour assurer sa propre santé. La population âgée de plus de 65 ans représente un défi à cet égard et demande une attention particulière lors de la transmission d informations, puisque les capacités personnelles de compréhension diffèrent d une personne à l autre et que celles-ci peuvent diminuer avec l âge. En tenant compte du niveau de culture sanitaire des patients naviguant dans le système de soins, l infirmière peut assurer une information compréhensible pouvant être intégrée et utilisée par le patient à travers un partenariat de collaboration. Au vu de ces éléments, la présente étude a pour but d explorer si le niveau de culture sanitaire est corrélé au partenariat infirmière-patient. Pour ce faire, la mesure de la culture sanitaire sera évaluée avec le test S-TOFHLA. Elle sera mise en relation avec la perception qu a le patient du partenariat infirmière-patient mesurée par le questionnaire d appréciation des soins infirmiers, le QAPSIR. Ce mémoire est composé de six chapitres. Le premier élabore la problématique, le but et les questions de recherche. Le second présente la recension des écrits qui traite des

20 20 connaissances actuelles sur la culture sanitaire et sur le partenariat infirmière-patient en lien avec les implications auprès de populations vieillissantes recevant des soins à domicile. Le troisième chapitre décrit le cadre théorique qui a servi d assise à l élaboration de l étude ainsi que son ancrage dans la discipline infirmière. Il s agit du cadre McGill. Le quatrième chapitre décrit la méthode utilisée pour réaliser l étude ainsi que les spécificités des variables et instruments de mesure. Les résultats sont exposés dans le cinquième chapitre et ils sont discutés au chapitre six en lien avec les écrits analysés et le cadre théorique. Ce chapitre se termine avec les forces et les limites de l étude et il ouvre sur de nouvelles perspectives pour la clinique et la recherche en sciences Infirmières. Une brève conclusion permet de cerner les éléments clés de cette étude.

21 Problématique

22 Dans ce chapitre les éléments qui justifient l importance de la prise en compte du niveau de culture sanitaire lors d une prise en charge de patients âgés bénéficiant de soins à domicile sont examinés. Il se termine par la description du but et des objectifs de l étude. La Suisse considère que la culture sanitaire ou «health literacy», est la base d une nouvelle approche en santé (Stutz-Steiger & Spycher, 2006). Pour l Organisation mondiale de la santé (OMS), elle est définie comme : «les connaissances cognitives et sociales qui déterminent la motivation et l aptitude des individus pour repérer, comprendre et utiliser de l information afin de promouvoir et maintenir la santé» (OMS, 1998, p.10). Pour l Office fédéral de la santé publique suisse (OFSP), la culture sanitaire est définie par des caractéristiques qui permettent à chaque individu de prendre, dans la vie quotidienne, des décisions bénéfiques à sa santé (OFSP, 2013). Elle base sa définition sur les travaux de Nutbeam (2000) pour qui la culture sanitaire comprend trois niveaux de compétences: a) des compétences fonctionnelles : connaissances suffisantes en lecture et en écriture; b) des compétences communicationnelles et interactives : aptitudes cognitives et sociales permettant de participer activement à la vie de tous les jours, de recueillir des informations et de les interpréter en interaction avec d autres acteurs, ainsi que de les appliquer dans un contexte différent, et finalement c) des compétences critiques : des aptitudes cognitives et sociales poussées servant à l analyse critique d informations, afin de mieux maîtriser certaines situations de la vie.

23 23 A ce jour en Suisse, peu d études ont porté sur la culture sanitaire (Connor, Mantwill, & Schulz, 2012; Wang, Thombs, & Schmid, 2012; Zenklusen, Bischoff, Panese, & Bodenmann, 2012). Par contre, un récent rapport (Pletscher, 2013), donne une excellente idée des impacts liés à un faible niveau de culture sanitaire, notamment ceux de requérir à plus de spécialistes. Ce rapport concerne prioritairement les impacts sur le recours aux services médicaux. Il ne mesure pas le niveau de culture sanitaire, car on y suppose que dans la population suisse, il serait semblable à celui que l on retrouve dans les autres pays de l Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) et qu environ un tiers de la population aurait un niveau bas (OCDE, 2005). La diversité ethnique et linguistique de la Suisse et les changements dans le système de santé vaudois portent à penser que la culture sanitaire pourrait se révéler un frein conséquent dans le parcours de soins et les résultats de santé attendus. D ailleurs, Paasche-Orlow et Wolf (2007) ont identifié la culture sanitaire comme un élément pouvant potentiellement affecter les résultats de santé. Lorsque les professionnels de soins peuvent l identifier et ont les ressources (outils) nécessaires pour détecter une faible culture sanitaire, ils peuvent améliorer les soins donnés à ces personnes (Taggart et al., 2012; Weiss et al., 2005). Certains facteurs sont connus comme influençant la culture sanitaire : l âge, le niveau d éducation, la pauvreté, l appartenance à une minorité ethnique de première génération et le fait de parler une langue différente de la langue utilisée dans le pays de résidence (Kutner, Greenburg, Jin, & Paulsen, 2006; Paasche Orlow, Parker, Gazmararian, Nielsen Bohlman, & Rudd, 2005; Peterson et al., 2011; Weiss, 2007). En ce sens, les personnes ayant moins d éducation auraient un risque de maladie chronique plus élevé que les personnes ayant une formation tertiaire (Wolf, Gazmararian, & Baker, 2005), et les adultes

24 24 de plus de 65 ans auraient en général un niveau de culture sanitaire plus bas, avec un rapide déclin à partir de 55 ans (Manafo & Wong, 2012; Wolf et al., 2005). En ce qui concerne les résultats de santé, Peterson et al. (2011) ont associé une faible culture sanitaire avec une pauvre compréhension des prescriptions, de l information médicale et à de moins bonnes connaissances concernant les maladies chroniques. Dorman- Marek et Antle (2008), quant à eux, considèrent que les erreurs médicamenteuses pourraient être réduites et les réhospitalisations diminuées si les patients comprenaient mieux l information et l importance de leurs soins. En effet, les patients sont de plus en plus responsables de leur parcours de santé. Des recherches ont démontré qu une faible culture sanitaire pose des problèmes dans l éducation à la santé auprès de patients vivant avec des maladies chroniques (Lattimer, 2011; Nutbeam, 2000; Peterson et al., 2011). Il a aussi été démontré que les interventions basées sur un partenariat infirmière-patient a des effets positifs sur l acquisition de compétences (Taggart et al., 2012; Wong, Chau, So, Tam, & McGhee, 2012). Par le partenariat infirmière-patient, l infirmière est amenée à adopter une approche centrée sur l individu qui se base sur les forces en présence. Le cadre théorique de McGill a fait du partenariat de collaboration une priorité dans l intervention auprès des personnes et de leur famille dans un contexte de promotion de la santé. La collaboration permet le partage de l information et du pouvoir entre les parties et peut conduire à de meilleurs résultats de santé (Gottlieb & Rowat, 1987). Dans ce cadre théorique, chaque individu est reconnu comme ayant les capacités de se prendre en charge, pour autant qu il comprenne bien la situation, et qu il se sente impliqué dans les discussions et les décisions. Cette approche demande à l infirmière d évaluer et d aider le développement des compétences d auto prise en charge en

25 25 tenant compte du niveau de culture sanitaire de la personne (Gottlieb & Gottlieb, 2013). D ailleurs, les études de Cann et Gardner (2012) et Wang, Chau, So, Tam et McGhee (2012) ont observé une amélioration des comportements de santé, de la compréhension de l information, de l adhésion aux traitements et de meilleurs résultats cliniques, lorsque les interventions infirmières tiennent compte de la culture sanitaire de la personne soignée. Grâce à un partenariat infirmière-patient, l infirmière instaure un climat de confiance et de respect qui potentialise la compréhension de l information et l utilisation de nouveaux savoirs par la personne. Elle améliore ainsi ses capacités personnelles et ses nouvelles connaissances lui permettent alors de mieux naviguer dans le système de soins. La littérature porte à croire que cette approche a une répercussion au niveau de la qualité des soins, de la satisfaction des patients et des résultats patients (Baker et al., 2007; Macabasco-O'Connell & Fry-Bowers, 2011; Peterson et al., 2011; Rothman et al., 2009; Weiss, 2007). Les transformations s opérant dans le système de soins sont aussi à prendre en considération. La majorité des personnes souhaitent être soignées à domicile en avançant en âge et la volonté politique valorise une diminution des durées d hospitalisation. Ces dispositions ont contribué au développement des soins extrahospitaliers au cours des 20 dernières années (Weber-Yaskevich, 2011). Le rôle infirmier a déjà évolué et cette évolution va se poursuivre. Dans cette transformation le partenariat infirmière-patient et le partenariat interdisciplinaire deviennent essentiels pour obtenir des résultats de santé positifs et éviter entre autres les erreurs et les réhospitalisations (Masotti, McColl, & Green, 2010). Actuellement, les maladies dites non-transmissibles (MNT), amenant à la chronicité progressent: cancer, maladies cardio-vasculaires incluant les accidents cérébrovasculaires, maladies des voies respiratoires chroniques, diabète, etc. En Europe, 20% des maladies sont

26 26 des MNT. Elles sont responsables de 86% des décès et représentent 77% de la facture totale des coûts de la santé (Camenzind & Lüthi, 2013). En 2013, c est la première cause de décès au monde (OMS, 2013). En Suisse, la même année, ce sont 75 % des décès chez la population âgée de plus de 70 ans qui sont attribués aux MNT (OFS, 2014). Le suivi ambulatoire continue à prendre de l ampleur. En 2012, les personnes âgées de plus de 75 ans ont une moyenne de jours d hospitalisation par habitant de 5,7 jours contrairement à 1,2 jours pour les moins de 75 ans (OFS, 2014a) et elles représentent environ 30% des personnes hospitalisées (OFS, 2014a). Ensuite, ces personnes sont référées à un service d aide et de soins à domicile qui prend le relais pour le suivi de leurs MNT. Le suivi est alors assuré par des médecins et des infirmières œuvrant en collaboration avec la personne et sa famille à leur domicile. En Suisse, les personnes bénéficiant de ces services sont majoritairement âgées de plus de 65 ans (75%), et 48% d entre elles ont même plus de 80 ans (OFS, 2013). Cela nous amène à considérer le vieillissement de la population, phénomène documenté, comme un réel défi pour notre système de santé suisse puisque le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans qui représente actuellement 17.4% de la population suisse en 2012, devrait croître pour se situer autour de 30% en 2060 (OFS, 2013). Au regard des facteurs déterminant la culture sanitaire, on peut exprimer que la personne âgée de plus de 65 ans est à grand risque de présenter une culture sanitaire diminuée. Elle peut cumuler plusieurs facteurs de risque dont les principaux sont les maladies chroniques, la pauvreté, l isolement social et être d une autre nationalité ou venir d un canton où la langue est différente de celui de la résidence. En Suisse, un double défi s offre aux professionnels puisque la population vieillissante du pays est culturellement très variée et

27 27 donc déjà à risque de présenter une culture sanitaire diminuée avant même d être âgée (Lie, Carter-Pokras, Braun, & Coleman, 2012). Considérant que les personnes âgées de plus de 65 ans nécessitent davantage de soins ou de suivi pour une maladie chronique et qu à cet âge, on constate une baisse du niveau de culture sanitaire, les professionnels de la santé doivent absolument tenir compte de cette réalité pour assurer la compréhension des soins afin qu elle se transforme en actions concrètes et efficaces d auto-soin (Baker, Gazmararian, Sudano, & Patterson, 2000). Pour réduire les effets d une culture sanitaire inadéquate, la collaboration entre partenaires de soins est souhaitée (Masotti et al., 2010) ainsi que l instauration d un partenariat infirmièrepatient pour une prise en charge optimale (Heinrich & Karner, 2011; Henderson, 2003; Sahlsten, Larsson, Sjöström, & Plos, 2009; Sudore & Schillinger, 2009), ce qui entrainerait une diminution des coûts de la santé (Wong et al., 2012). La contribution au développement de la culture sanitaire passe premièrement, par l accès à de l information fiable. Pour ce faire, les services de santé ont un rôle central à jouer dans ce domaine en distribuant soins et informations centrés sur la personne. Ils doivent ainsi pouvoir encourager l apprentissage et les capacités de chacun dans une optique de promotion de la santé. Les infirmières peuvent avoir un impact positif en améliorant l évaluation de la culture sanitaire et en misant sur la communication, la connaissance, les comportements dans le cadre d un partenariat clinique infirmière-patient (Cameli et al., 2012; Sahlsten et al., 2009; Wang et al., 2012). Les effets positifs résultant de l encouragement de l acquisition de compétences sanitaires auprès de la clientèle âgée ont été soulignés (Manafo & Wong, 2012). D ailleurs certains chercheurs ont argumenté qu un partenariat infirmière-patient permet de mobiliser et

28 28 d augmenter les compétences personnelles (Cann & Gardner, 2012). Ceci n est pas sans difficulté puisque la majorité des gens présentant une culture sanitaire basse le cacherait. C est donc un sujet qui reste tabou pour les patients car il semble qu il soit difficile de parler de ses difficultés de compréhension et de ses limites devant un professionnel de la santé, de peur de paraître inadéquat (Ferguson & Pawlak, 2011; Parikh, Parker, Nurss, Baker, & Williams, 1996; Wolf et al., 2007). D ailleurs, 75% des personnes présentant un niveau de culture sanitaire bas ne parleraient pas de leurs difficultés à un professionnel de la santé (Parikh et al., 1996). Il est donc difficile de détecter un faible niveau de compréhension sans entrer dans un partenariat infirmière-patient où prévalent la confiance et le respect (Mitty & Flores, 2008; Weiss, 2007). Mais le niveau de culture sanitaire est aussi très peu connu ou détecté par les infirmières (Macabasco-O'Connell & Fry-Bowers, 2011). Dans les systèmes de soins actuels, on mise sur l accélération du parcours de soins (chirurgie ambulatoire, séjours hospitaliers courts, etc.) et sur l autonomisation constante du patient face à ses propres problèmes de santé. Pourtant, ces attentes peuvent avoir des effets néfastes chez les patients présentant une faible culture sanitaire (mauvaise prise médicamenteuse, non suivi de consigne post opératoire, non adhérence au traitement, absence au RDV de contrôle. etc.). Pour les personnes âgées de plus de 65 ans qui représentent plus de 50% des personnes utilisant les services de soins, la navigation à travers ce système se complique (OFS, 2014). Pour espérer de bons résultats de santé dans un système complexe de soins où les intervenants se multiplient et les informations abondent, il est important de pouvoir identifier rapidement le niveau de compréhension de l information en santé chez cette population. Utiliser un partenariat infirmière-patient pour l identification et/ou le renforcement du niveau de compréhension semble une piste à explorer pour limiter les

29 29 effets d une faible culture sanitaire. Cette étude se penche donc sur la culture sanitaire, le partenariat infirmière-patient et sur la corrélation entre ces deux attributs. But et objectifs de la recherche Le but de cette étude vise à explorer si le niveau de culture sanitaire est corrélé à la perception du patient sur le partenariat infirmière-patient lors de soins reçus à domicile par les infirmières d un Centre médico-social (CMS) vaudois. Les trois objectifs de cette études sont de : 1. Mesurer le niveau de culture sanitaire des patients à domicile. 2. Mesurer le niveau de partenariat infirmière-patient perçu par ces mêmes patients à domicile. 3. Explorer si le niveau de culture sanitaire des patients à domicile est corrélé au niveau de partenariat infirmière-patient ou avec certaines variables telles que l âge, le niveau de scolarité et la durée de suivi par une infirmière du CMS. Pour faire suite à la présentation de la problématique de la culture sanitaire dans les soins infirmiers, le prochain chapitre traite de l état des connaissances actuelles sur la culture sanitaire et sur le partenariat infirmière-patient. Ces connaissances seront exposées dans un contexte de soins à la population vieillissante, présentant une maladie chronique et ayant un suivi assuré par un organisme de soins à domicile.

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Preparing healthcare workforce?

Preparing healthcare workforce? Swiss Public Health Conference (Re-)Organizing Health Systems Lausanne 30 août 2012 Preparing healthcare workforce? Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation Merci au Comité organisateur pour l

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS :

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : existe-t-il une spécificité oncologique? Sandy Decosterd, Infirmière spécialiste clinique en oncologie Marie-José Roulin, Directrice adjointe des soins LA SÉCURITÉ DES SOINS

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes Séminaire européen du SIDIIEF Evolution de la formation infirmière : quels défis pour les milieux cliniques? 21 novembre 2013 Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Un regard international: Politiques et expériences étrangères

Un regard international: Politiques et expériences étrangères Un regard international: Politiques et expériences étrangères Valérie Paris - OCDE Rencontres Economiques, Mardi 16 octobre 2012 «Le système de santé français à l épreuve de la crise» LES POLITIQUES DE

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers XIIe Congrès Européen Lausanne, le 22 novembre 2013 Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers Cécile Morgan & Patricia Jaunin, Infirmières spécialisées

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences UNIL HES-SO. Directives

Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences UNIL HES-SO. Directives Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences UNIL HES-SO Directives Septembre 2009 2 TABLE DES MATIÈRES Section I : Introduction au programme... 3 Objectifs...

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Octobre 2002 André Lavoie, Ph.D. Natalie LeSage, M.D., M.Sc. John S. Sampalis, Ph.D. Partenaire décideur : Dr. Pierre

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication Distance linguistique et soins de qualité dans une perspective d équité: Concilier une diversité d enjeux Bilkis Vissandjee *, Université de Montréal Alex Battaglini, CSSS Bordeaux-CartiervilleSaint-Laurent

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES

PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Direction générale de la Démocratie PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE LA CULTURE SANITAIRE DES PERSONNES ÂGÉES Document établi par Raymond XERRI (Malte), Consultant Août

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Voici le Navigateur Santé MD

Voici le Navigateur Santé MD Voici le Navigateur Santé MD ASSURANCE MALADIES GRAVES Parce que votre rétablissement sera votre priorité. Votre assurance maladies graves de Manuvie vise à vous procurer une stabilité financière si vous

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Décembre 2004 Renée Bourbonnais, PhD Michel Vézina, PhD Pierre

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant!

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! 2 e Swiss Congress for Health Professions Winterthur 1 juin 2012 La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse 1 CURRICULUM VITAE DONNEES PERSONNELLES Nom : WALGER Prénom : Olivier Adresse privée : Foyards 58 2300 La Chaux-de-Fonds Suisse Nationalité : Française. Titulaire d un permis C d établissement depuis 1992

Plus en détail

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives*

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* Titre : Un résumé de la pratique archivistique internationale adaptée au niveau local : manuel pratique

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne

Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne Hélène Hertzog Responsable du dossier patient informatisé Hôpital du Valais Sommaire L hôpital du Valais en quelques chiffres 1 ère ère : du papier

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie

Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie SwissANP & ASDSI - 21.10 2011 Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie H. Brioschi Levi, Directrice des soins CHUV F. Ninane, Directrice des soins DUMSC-PMU Plan de la présentation Contexte

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences. Directives

Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences. Directives Master ès Sciences (MSc) en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in nursing sciences Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Janiver 2014 Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Questions sur le projet 1. En

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ Vivre avec une incapacité au Québec Un portrait statistique à partir de l Enquête sur la participation et les limitations d activités de 2001 et 2006 Pour tout

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE. La société québécoise D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE. La société québécoise D HYPERTENSION ARTÉRIELLE MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE QU EST-CE QUE LA PRESSION ARTÉRIELLE? La pression artérielle est la force du sang circulant dans les artères lors de chaque contraction du cœur. La mesure de

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun La e en action Une responsabilité pour tous et chacun Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies chroniques Plan de la présentation

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

Urgent- information de sécurité

Urgent- information de sécurité Urgent- information de sécurité Risque augmenté de décès cardiovasculaire chez les patients insuffisants cardiaques chroniques symptomatiques avec une fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) altérée,

Plus en détail

Instructions for Completing Allergan s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form

Instructions for Completing Allergan s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Instructions for Completing s Natrelle Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Please read the instructions below and complete ONE of the attached forms in either English or French. IMPORTANT:

Plus en détail

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jacques-André Haury sur la responsabilité civile des infirmières et infirmiers engagés au triage des urgences au CHUV Rappel de l'interpellation

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Monitorage sur le tabac en Suisse : notoriété, utilisation et acceptation

Monitorage sur le tabac en Suisse : notoriété, utilisation et acceptation Hans Krebs Kommunikation und Publikumsforschung Monitorage sur le tabac en Suisse : notoriété, utilisation et acceptation Résultats de l enquête menée sur les organisations partenaires de l Office fédéral

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

GESTION PARTICIPATIVE: DES GAINS GARANTIS POUR TOUS!

GESTION PARTICIPATIVE: DES GAINS GARANTIS POUR TOUS! GESTION PARTICIPATIVE: DES GAINS GARANTIS POUR TOUS! XIXe Colloque des CII-CIR Sophie Baillargeon, Adjointe à la DSI et Présidente du CII Anaïck Briand, Chargée de projet TSAC/TCAB 8 mai 2014 PLAN Projet

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

La sécurité une affaire de culture et d'équipe!

La sécurité une affaire de culture et d'équipe! La sécurité une affaire de culture et d'équipe! Influences de l équipe sur la sécurité des soins 01 Résultats de l enquête ENEIS 2010 EIG survenus pendant l hospitalisation Entre 270 000 et 390 000 EIG

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail