LA GAZETTE OFFICIELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA GAZETTE OFFICIELLE"

Transcription

1 LA GAZETTE OFFICIELLE Adour Presse Information DU TOURISME 8 novembre 2006 N e ANNÉE Publication hebdomadaire 6 ACTUALITÉ CONCOURS «CULTIVEZ VOS TERRITOIRES» : LES PROJETS CULTURELS LOCAUX RÉCOMPENSÉS Le Festival de Rambouillet organisé par la Ville de Rambouillet a remporté le 24 octobre dernier le prix des collectivités de la première édition du concours «Cultivez vos territoires». Aux heures d été, projet porté par l Association culturelle de l été de Nantes, et Transat en ville, programmation de la ville de Rennes, ont respectivement reçu le prix des associations et le prix «Coup de cœur». Organisé par des experts de la communication et de la culture les cabinets Territoires Publics, Valeurs Privées et Trois Temps, ce concours ouvert à tous les acteurs culturels locaux (mairies, conseils généraux et régionaux, associations, collectifs, fondations, festivals, etc.) distingue les projets culturels les plus innovants illustrés par le guide de la programmation estivale. «À travers ces guides et suppléments culturels, c est l action de l institution dans le secteur culturel qui est récompensée», indique Frédéric Duval, directeur de Territoires Publics, également à l initiative du concours «Meilleurs vœux des Territoires.» «Les élus et les associations ont en effet besoin d une forme de reconnaissance, poursuit-il. Le concours permet en outre de faire connaître d autres projets qui peuvent être transposés localement.» Pour sélectionner les projets, le jury, amené à juger aussi bien la forme que le fond, apprécie l insertion du projet dans le territoire local, la participation et l implication des habitants, la qualité de l accueil des différents publics, et l insertion du projet dans le territoire local. Les trois lauréats ont été distingués parmi une dizaine de propositions dont Aquitaine en scène (conseil régional d Aquitaine), Chaumonte en l air (Ville de Chaumont), les Estivales du Pays de Coutances, le 2 e festival des cultures juives (proposé par le Fonds social juif unifié avec les mairies des 3 e et 4 e arrondissements de Paris), le festival Soirs d été (mairie du 3 e à Paris), Musiques d été (Ville d Épernay), La vie en rose (compagnie Jo Bithume et la mairie d Angers). Les projets vainqueurs recevront le label «Cultivez vos territoires - Lauréats 2006» et bénéficieront du droit d exploitation de ce label. Ils seront également référencés et publiés en ligne sur le site cultivez-vos-territoires.com. «Le concours sera reconduit l an prochain», annonce F. Duval. SOMMAIRE Stratégie Stations Vertes : une nouvelle stratégie de communication... 2 Entretien exclusif avec Philippe Bernez, directeur de la Fédération française des Stations Vertes Offices de tourisme OT-SI : une démarche prospective... 4 Le XXVI e congrès national des offices de tourisme et syndicats d initiative s est déroulé à Toulon, du 19 au 21 octobre 2006, sur le thème des offices dans la dynamique du tourisme en France Actualité-Réglementation-Journal Officiel... 7 Au Parlement : projet de loi de finances 2007 Transports aériens : nouvelles mesures de sûreté Aménagement : aéroports (prolongation de la concession de la CCI Nice-Côte d Azur) Territoires : congrès ANEM Environnement : parcs nationaux Iret 10 : 40, Annonces Brèves...14 Perspectives...16 Metz-Métropole, à la convergence de deux grands axes Nord-Sud et Est-Ouest A. Bayrou F. Berlioz G. Bernardi Ph. Bernez X. Bertrand B. Cazeneuve M-Ch. Chaubet M. Claude J-M Couve F. Deluga F. Duval Y. Fassaert G. Ferrero J-P Giran A. Godin B. Gorse A. Ibero M. Mallet G. Mochot F. Pierret A. Raynal N. Sarkosy H. Saulnier B. Sausseau P. Terrasse Dans ce numéro de La Gazette Officielle du Tourisme : Accor Amélie-les- Bains ANCV ANEM Aux heures d été Ax-les-Thermes Bordeaux Buffalo Grill Cauterets CCI Nice Côte d Azur CDT Isère Centre international de Deauville CRT Normandie DGAC Direction du Tourisme Espace Cauterets Evana Évreux Fédération française des Stations Vertes Fédération nationale des Gîtes de France Fédération nationale des Villages étape Fédération régionale du thermalisme Languedoc- Roussillon Fédération réunionnaise du tourisme Festival de Rambouillet FNHPA FNOTSI Fram Guyane Hautes-Alpes Hautes- Pyrénées La Réunion Lagny-sur- Marne Le Lavandou Léon de Bruxelles Luz-Ardiden Maine-et-Loire Maison de la Mutualité Marne-et- Gondoire Metz-Métropole MFQ Aquitaine Mont-Blanc - Chamonix Nantes ODIT France OT du Beausset OT Marne-et- Gondoire OTC Marseille Paris Pierre & Vacances Rendez-vous de la performance Rendez-vous emploi des entreprises du voyage Rennes Russie Salon du patrimoine culturel Salon Equip Hôtel Senior Strategic Consulting SkiduNordauSud.fr Territoires Publics Transat en Ville UNAT Aquitaine Valeurs Privées Villedieu-les- Poêles Voyagessncf.com

2 stratégie N novembre 2006 Stations Vertes: une nouvelle stratégie de communication Le label Stations Vertes réaffirme son positionnement de réseau référence des destinations nature en France et change d identité visuelle. L ambition est d inciter au recours systématique à la marque Station Verte pour choisir une destination de proximité lors d une escapade ou d un week-end. Entretien exclusif avec Philippe Bernez, directeur de la Fédération française des Stations Vertes. GOT : Comment évolue le réseau des Stations Vertes? Philippe Bernez : Le réseau compte 579 Stations Vertes dans 87 départements (dont une en Guyane, une à La Réunion et une en Corse) pour environ lits touristiques. Avec 59 % des communes adhérentes qui ont moins de habitants (en forte progression parmi nos adhérents dans les dix dernières années) et plus de 90 % qui ont moins de habitants, le réseau remplit sa mission d accompagnement de petites communes dans leur démarche de développement touristique. La marque Station Verte est née en juin Nous sommes passés d une volonté de labellisation à une marque concrétisant des éléments partagés entre les stations et un contenu en adéquation avec les attentes de la clientèle. Une nouvelle dynamique se met en place pour rendre la marque plus lisible afin de faciliter le choix du client et le positionnement des destinations. Notre deuxième schéma directeur ( ) a privilégié, dans un premier temps, la dimension famille. Ce positionnement marketing fort nous a permis, en partenariat avec l Association des maires des stations de montagne et l Association nationale des maires des stations classées et des communes touristiques de porter la marque nationale Famille Plus. Maintenant, nous souhaitons également apporter une réponse à d autres clientèles (couples, familles recomposées, tribus) pour travailler, notamment, le court séjour et le tourisme de proximité. L un des objectifs des Stations Vertes, réseau référence des destinations nature en France, est de gommer la notion de saisonnalité en développant le tourisme de proximité (maximum 2 heures de trajet) en avant et en après saison pour mieux rentabiliser les équipements. Après la réflexion lancée en 2005 sur l identité et le positionnement des Stations Vertes, le réseau a adopté une nouvelle stratégie de communication et un nouveau logo lors de son congrès annuel des 12 et 13 octobre 2006 à La Bourboule (Puy-de-Dôme). Une communication novatrice GOT : Quels sont les objectifs de cette nouvelle stratégie de communication? Ph. B. : Le principal objectif est d améliorer la lisibilité de la marque et de son contenu. Il s agit également de permettre à chaque station de se positionner de manière thématique sur ses points forts et de renforcer l offre marchande, notamment à travers des partenariats avec des réseaux d hébergement. L ambition à cinq ans des Stations Vertes est d évoluer d un label technique vers une marque commerciale positionnante, porteuse de valeurs, de proposer l offre majeure et référence des destinations «campagne» en France. GOT : Sur quelles bases s appuiera-t-elle? Ph. B. : Le congrès 2006 a permis de lancer une nouvelle étape dans la démarche qualité avec la création d un indicateur de qualité, le Viva. Quatre critères ont été définis : «nature», «confort et art de vivre», «loisirs et découvertes», «sites et pays à découvrir» pour rendre l offre plus lisible par le client. Le critère «nature» concerne la préservation de l environnement, qu ils s agisse d une nature sauvage ou organisée. Le critère «confort et art de vivre» concerne l hébergement, la restauration, les produits du terroir. En ce sens, nous continuons à travailler sur le label Famille Plus. Le critère «loisirs et découverte» concerne les loisirs actifs, l événementiel. Nous devons accompagner les petites communes sur la valorisation du patrimoine culturel, festif, sur la mise en place d activités de pleine nature respectueuses de l environnement. Le critère «sites et pays» concerne la mise en valeur de l identité d un territoire. Une Station Verte, porte d entrée sur un espace de nature, s intègre dans un paysage plus global. C est un pôle structurant de l espace rural représentant un territoire plus vaste que la commune labellisée. La Station Verte doit être la «locomotive» d un territoire et peut venir en complémentarité d autres labels. Chaque station pourra bénéficier de un à trois Viva par critère selon le respect du cahier des charges. Le Viva est un indicateur de qualité supplémentaire pour les communes labellisées, qui renseigne sans exclure. L objectif est de bien présenter l identité de chaque station et de mettre en évidence la richesse et la diversité de l offre touristique du réseau. GOT : Comment affirmer la qualité de l offre? Ph. B. : Nous mettons en place un comité technique composé d administrateurs de la fédération et de techniciens, représentant 10 % à 12 % du réseau, qui vont faire évo- 2 La Gazette Officielle du Tourisme

3 N novembre 2006 stratégie luer la charte selon les quatre critères et qui joueront un rôle d interface avec le terrain. Pour engager une communication forte et rester crédible, il est impératif de garantir le respect total de la charte en précisant les critères obligatoires du référentiel; de garantir une information juste et actualisée sur la totalité des Stations Vertes ; de valoriser la richesse et la diversité des offres ; de développer les entrées permettant d accéder à l offre selon les envies ou les pratiques des clients ; de systématiser l audit externe tous les trois ans. GOT : Quels sont les critères définissant une Station Verte? Ph. B. : C est un village ou une petite cité de moins de habitants. C est une station touristique à la campagne, un pôle organisé du monde rural qui propose un service d accueil et d information touristique ; des services et des commerces ; une diversité d hébergements et une capacité supérieure à 200 lits ; des équipements de loisirs ouverts aux vacanciers (lieu de baignade, aire de jeux, terrains de sport, réseau de sentiers balisés avec topoguides) ; des espaces de découverte (nature, visites, produits du terroir) ; une destination respectueuse de l environnement. Une Station Verte est une destination structurée porteuse d une dynamique qui s intègre dans un pays et constitue la porte d entrée d un territoire. GOT : Quel est le positionnement marketing du réseau? Ph. B. : La marque Station Verte est le réseau de référence des destinations nature à la montagne, à la campagne, sur le littoral et outremer. L offre Station Verte se positionne comme le recours pour les vacances et les week-ends, à proximité du monde urbain, dans un environnement naturel offrant ressourcement et rupture. Nous renforçons notre positionnement sur le fait que les Stations Vertes sont des destinations citoyennes (préservation de la nature et du patrimoine, valorisation de l identité), des destinations de ressourcement, qui mettent en pratique des valeurs, qui permettent de vivre ensemble et qui assurent un lien entre ville et campagne. Le développement des courts séjours constitue une opportunité pour le réseau. Pour répondre à l exigence croissante des clientèles et bénéficier du vecteur de communication bouche à oreille, il est impératif de garantir la qualité, de faciliter l accès à l offre par divers canaux (notamment un site Internet avec des entrées vers les sites nationaux de réservation et une recherche multi-critères) et de permettre une réservation rapide. Une des nouvelles orientations sera d accompagner les touristes dans leur choix de destination sur le site via l indicateur de qualité. Élargir les clientèles GOT : Quels sont les marchés et les clientèles cibles? Ph. B. : Le marché français est prioritaire et, plus particulièrement, ses grandes agglomérations. Les marchés européens secondaires sont la Grande-Bretagne, l Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et l Espagne. Nos clientèles prioritaires sont CSP +, ans, en couple, en famille ou seniors. Nous ciblons le marché des séjours vacances et des courts séjours de proximité (2 heures quel que soit le moyen de transport). Les Stations Vertes ne sont pas seulement des destinations familiales, elles accueillent également des couples, des groupes d amis, des couples seniors, des seniors avec petits-enfants. La clientèle des Stations Vertes, en majorité urbaine, recherche des séjours dans des espaces naturels préservés proposant des loisirs et des animations variés, dans des destinations proches et dépaysantes. Elle souhaite découvrir une campagne vivante et animée, avec de nombreuses possibilités de visites. Les clients identifient la campagne comme un territoire doux, à proximité des villes, où l on peut se ressourcer en famille ou entre amis, mieux vivre et mieux consommer, rompre avec le quotidien. Mais la campagne reste anxiogène, notamment par crainte de l ennui, d où la nécessité de rassurer. La clientèle montre également une sympathie pour les marques alternatives porteuses de valeurs et d éthique, qui s engagent pour la préservation du patrimoine naturel et qui privilégient la notion de bien-être et de retrouvailles. GOT : Quels sont les nouveaux outils mis en place par le réseau? Ph. B.: Notre nouveau logo exprime la notion de lien assuré par les Stations Vertes entre espace urbain et nature, et celle du ressourcement et des retrouvailles dans un espace préservé et animé. La nouvelle version de verte.com sera un site très «marchand», en lien avec des réseaux d hébergement, afin de remplir notre mission d interface entre les clients et les prestataires. En 2007, nous décernerons un prix de la communication Station Verte illustrant les initiatives des communes labellisées pour mettre en avant les valeurs fortes de la marque collective. GOT : Quelles seront les étapes du plan de communication? Ph. B. : En , nous engageons la démarche de renforcement du label avec la fiabilisation de l information, le repérage des critères incontournables pour être Station Verte, la création des indicateurs de qualité, la mise en chantier du site web nouvelle génération, la promotion du nouveau logo, de la nouvelle signature «Station Verte» et de sa base line «La nature, énergie vitale». D après l enquête IPSOS réalisée en 2002, un Français sur cinq connaissait la marque Station Verte. Notre objectif est que 30 % des Français la connaissent dans trois à quatre ans. Parmi les actions programmées à court et moyen terme, citons le renforcement des relations presse, une campagne radio nationale, une campagne presse magazine, des partenariats avec des marques nationales et des portails web du tourisme, une démarche de référencement du site. Fédération française des Stations Vertes Tél. : La Gazette Officielle du Tourisme 3

4 offices de tourisme N novembre 2006 Offices de tourisme et syndicats d initiative: une démarche prospective Le XXVI e congrès national des offices de tourisme et syndicats d initiative s est déroulé à Toulon, du 19 au 21 octobre 2006, sur le thème des offices dans la dynamique du tourisme en France. Six cents congressistes ont réfléchi au repositionnement des offices de tourisme, animateurs de l économie touristique locale, dans un contexte concurrentiel et évolutif. Parmi les thèmes abordés, la gestion locale partagée de l office de tourisme, la mutation du bénévolat et la place des offices dans le développement durable du tourisme. Sans oublier la restitution des résultats de l enquête nationale sur les services de la FNOTSI. FNOTSI: les attentes du réseau L enquête nationale sur les services de la FNOTSI avait pour objectifs d évaluer les perceptions du réseau sur le positionnement, le rôle et les missions de la FNOTSI; de mesurer les connaissances, l utilisation, le niveau de satisfaction vis-à-vis des produits, des services, des conseils et des outils de communication proposés par la FNOTSI ; de cerner les attentes d amélioration ou de création de nouveaux produits ou de nouveaux services pour le réseau. Sur les questionnaires retournés (40 % de taux de réponse), 54 % des répondants connaissent les missions de la FNOTSI, 45 % connaissent ses produits et services. Les offices de tourisme 4 connaissent mieux que les autres OT-SI leur fédération nationale (rôle et missions : 61 %, services et produits : 55 %, organisation interne : 41 %). Les SI se sentent particulièrement proches de leur UD (90 %) comparés aux 4 (61 %). Quarantecinq pour cent des OT 2 et 3 se sentent concernés par les activités de la FNOTSI, ressenti partagé par seulement 28 % des SI ; 75 % des présidents d UD se sentent concernés par les activités de la FNOTSI. Pour 92 % des répondants (surtout pour les OT 3, 2 et les SI), la taille du réseau constitue une force pour valoriser l image des OT-SI. Au moins 60 % des OT-SI estiment que la FNOTSI est performante pour organiser des opérations nationales comme la campagne «Bienvenue en France», en matière de démarche qualité, de formation, de conseils et d appui juridique et social. Le taux de satisfaction passe en-dessous de 50 % en ce qui concerne la diffusion et la promotion des offres touristiques (48 % de répondants satisfaits) ; la réalisation de campagnes de communication nationale valorisant l image du réseau (45 %) ; la mise à disposition d outils permettant aux OT-SI d être un moteur de la politique touristique locale (36 % d opinions positives) ; la capacité à faire partager les expériences des OT-SI (38 % d opinions positives). Les OT 4 sont insatisfaits à 91 % sur le rôle de la FNOTSI en matière de valorisation de l image du réseau, et à 75 % en ce qui concerne la défense du réseau auprès des pouvoirs publics. Les deux premières priorités des OT 4 et 3 sont identiques : la FNOTSI doit renforcer l assistance au réseau dans les domaines juridiques et sociaux (87 % des 4, 78 % des 3 ) et favoriser les échanges et le partage d expérience entre les OT-SI (64 % des 4, 66 % des 3 ). La nécessité de développer des actions de lobbying auprès des pouvoirs publics représente la troisième priorité des OT 4 (60 %). Les OT 2, 1 et les SI ont une attente très forte vis-à-vis de la FNOTSI pour qu elle les aide à mieux se positionner vis-à-vis de leurs élus. Moduler les services Assistance juridique : un besoin majeur Soixante-seize pour cent des répondants estiment que la FNOTSI doit proposer des services différents en fonction du classement des structures. Quatre-vingt-six pour cent des répondants utilisent l intranet du réseau (14 % seulement l utilisent au moins une fois par semaine et 25 % des présidents des OT-SI ne l utilisent jamais). Les thèmes les plus recherchés sont les informations juridiques et sociales (70 %) surtout pour les OT 3 et 4 (83 %) et l actualité du secteur du tourisme (57 %) surtout pour les OT 2 et 1 et les SI (63 %). En matière de communication externe, le réseau attend de la FNOTSI qu elle communique sur la contribution des OT-SI au développement local (84 %), sur les métiers des OT-SI (67 %), sur les produits des OT- SI (52 %), sur la force du réseau (49 %). Globalement, l enquête lancée par la FNOTSI souligne un Les services juridiques constituent une attente prioritaire du réseau (droit social : 62 %, organisation et vente de produits : 55 %, statuts et organisation d un OT-SI : 51 %, explications sur la convention collective : 48 %, systèmes de DSP : 43 %). 54 % des répondants ont déjà utilisé les services juridiques de la FNOTSI (OT 4 : 77 %, OT : 40 %, SI : 25 %), 73 % sont satisfaits. 4 La Gazette Officielle du Tourisme

5 N novembre 2006 offices de tourisme niveau d exigence élevé de la part des OT 4 et 3 qui se sentent davantage concernés par la vie et les activités de la fédération nationale. Vers une gestion partagée de l office de tourisme? «La gestion partenariale publicprivé des offices de tourisme est une nécessité, affirme Michel Claude, directeur de la FNOTSI. Rappelons que l office de tourisme est un carrefour de médiation, un levier de développement économique, un espace de conseil pour les clientèles et un organe de promotion événementiel. Ces spécificités nous incitent à réfléchir à un statut de gestion autorisant une participation partagée de la collectivité et des citoyens, une souplesse de gestion, la créativité et la réactivité propres à nos métiers et la participation des prestataires. La mission de service public est financée par le citoyen et doit servir l intérêt général en bénéficiant au plus grand nombre. Les actions de soutien à l économie marchande, qui représentent plus de 60 % de l activité d un office de tourisme, participent directement ou indirectement au développement des entreprises touristiques privées du territoire. Elles justifient que les prestataires soient «actionnaires» de l office de tourisme en partenariat avec la collectivité. Les conseillers en séjour incitent les clientèles et la population locale à consommer l offre du territoire, facilitent le séjour, apportent des services aux habitants. Grâce à sa mission de service public liée au devoir d exhaustivité, l office constitue la vitrine de l ensemble des prestataires touristiques du territoire, facilite l accès des clientèles aux prestataires (disponibilités, réservation de dernière minute), assure la promotion et constitue une force de vente. Les offices de tourisme jouent un rôle d apporteurs d affaires. Pour la collectivité locale, l office de tourisme est la force de proposition et de réflexion sur l aménagement touristique du territoire (signalétique, démarche qualité, accueil, conseils aux investisseurs ), il participe à l élaboration de la stratégie touristique locale, il sensibilise les habitants aux investissements touristiques de leur collectivité et à la mise en tourisme du territoire, il assure la promotion du territoire induisant une promotion de l image de la collectivité, il incite à la consommation touristique. D après des moyennes nationales, les offices de tourisme sont financés à 47 % par les habitants via leur collectivité ; à 28 % par la clientèle (taxe de séjour : 10 % ; vente de prestations et de services en boutique : 18 %) ; à 14 % par les prestataires ; à 11 % par d autres ressources. Un pôle structurant L office de tourisme est le carrefour de la dynamique créée par les entreprises touristiques sur un territoire, de la garantie d équilibre qui doit être portée par la collectivité en matière d aménagement et de structuration touristique du territoire, et de la participation de la population locale à l accueil. Cette spécificité nous paraît induire la nécessité d un financement mixte et d une participation équilibrée de tous les acteurs sous forme d une gestion partenariale public-privé. Nous sommes à la recherche d un statut de gestion adapté au métier de l office de tourisme qui permette un certain équilibre entre une collectivité garante de l aménagement du territoire et des prestataires que nous appelons à investir dans leur office de tourisme pour augmenter sa performance et dont ils seront les premiers bénéficiaires. Ce statut permettrait une autonomie réelle et visible de l office facilitant la participation de la population, une gestion souple et réactive et une capacité à bénéficier d investissements publics et privés.» «Quel que soit le statut de la structure office de tourisme, l essor touristique d une commune repose sur la qualité des hommes travaillant à l office et sur leurs relations avec la municipalité, remarque Gilles Bernardi, maire du Lavandou. L élu doit avoir une vision du développement touristique du territoire et laisser faire les professionnels, tout en contrôlant l exécution des budgets et en vérifiant si la ligne déterminée en commun est suivie. Dans notre station balnéaire (5 500 habitants l hiver, l été), la formule de l office de tourisme associatif est la plus concluante.» «Iriez-vous jusqu à encourager une solution permettant aux prestataires touristiques d être de véritables actionnaires de l office de tourisme aux côtés de la collectivité?» interroge Michel Claude. «Les élus et les acteurs économiques changent, d où la difficulté de pérenniser cet actionnariat. La véritable pérennité du financement est apportée par la collectivité.» «Le statut d EPIC permet-il une bonne intégration des prestataires privés dans la gestion d un office de tourisme?», poursuit le directeur de la FNOTSI. «Il permet de les intégrer au niveau du conseil d administration, constate Stéphane Pintre, directeur général des services de la Ville d Antibes. Sur le plan du financement, l EPIC a la possibilité, dès lors que la collectivité lui confie certaines missions, par exemple la gestion de l événementiel, d associer financièrement tous les partenaires qui le souhaitent. À Antibes, le budget de l office de 5,5 millions d euros est autofinancé à 40 %. La partie service public (2,6 millions d euros) est financée par la puissance publique et l événementiel génère 2,7 millions d euros (billetterie, participation des casinos, produits dérivés et réceptif développés par l office). La participation des professionnels au financement des actions de l office de tourisme est faible.» Yannick Fassaert, vice-président de la Fédération nationale des Gîtes de France, est propriétaire d un gîte d accueil d enfants, dans La Gazette Officielle du Tourisme 5

6 offices de tourisme N novembre 2006 l Aube, qui emploie dix personnes. «Je suis adhérent à l office de tourisme de Troyes et président d un petit office de tourisme. Les Gîtes de France doivent être partenaires des offices de tourisme dans un souci d efficacité pour répondre à la clientèle. En Champagne-Ardenne, depuis trois ans, nous travaillons avec la FROTSI pour créer une place de marché régionale grâce à laquelle un hôtelier, même dans un petit office de tourisme, pourra commercialiser. Dans le Var, 65 % des Gîtes de France sont réservés par Internet. Demain, il faut qu un office de tourisme puisse vendre son territoire en bénéficiant du e-commerce afin de répondre à la demande de la clientèle et d apporter un service à notre tissu économique. À l avenir, pour mieux servir le client et mutualiser les charges, il faudra travailler à l échelle régionale.» Georges Ferrero est président de l office de tourisme du Beausset (Var, habitants), restaurateur et adjoint au maire. «Notre office 2 associatif a fait le choix de ne pas demander de subvention à la municipalité, qui met deux chargés d accueil à sa disposition. Nos partenaires sont les commerçants, les restaurateurs, les hôteliers, les artisans. L office gère les manifestations traditionnelles, assure l information globale sur un territoire plus large que la commune et édite un guide touristique très demandé par la population locale.» «La gestion partenariale publicprivé est inéluctable, affirme Frédéric Pierret, directeur du Tourisme. Pour que le territoire fonctionne, il faut une gouvernance, ce qui ne relève pas seulement des offices de tourisme, mais aussi des élus et des professionnels. Gérer un territoire touristique consiste à lui donner de la cohérence. L office de tourisme est au cœur de cette démarche, c est un lieu de réflexion, d impulsion et de promotion au carrefour de la collectivité et des professionnels.» «Notre objectif est de faire prendre conscience à nos adhérents de la nécessité de participer à la démarche de l office qui fait venir les clients sur le territoire», souligne Georges Mochot, président de la FNOTSI. La mutation du bénévolat Les bénévoles ont-ils encore leur place dans les OT-SI, alors que la professionnalisation est indispensable aux offices pour se positionner pleinement en tant que force de proposition et outil de développement touristique local? «Bénévolat vient du latin benevolo qui signifie je veux bien, précise Bruno Sausseau, président de la Fédération réunionnaise du tourisme. Cette démarche personnelle est un engagement motivé par la recherche de valeur, c est souvent un enrôlement de proximité qui repose sur des motivations affectives ou affinitaires. Rappelons que l office de tourisme n est pas une association comme une autre car il bénéficie d une délégation de mission de service public, il apparaît dans le code du tourisme comme l outil de développement d une collectivité au niveau communal ou intercommunal, il peut être autorisé à commercialiser. Une implication forte En 2004, administrateurs ont consacré plus de 3 millions d heures bénévoles au développement touristique local ; 40,21 % d entre eux sont des représentants des socioprofessionnels du tourisme ; 29,84 % sont des élus municipaux et 29,95 % des élus associatifs. Depuis 2004, toutes les communes ont la possibilité de créer un office de tourisme en EPIC. Selon l ordonnance du 20 décembre 2004, les membres représentant la collectivité détiennent la majorité des sièges d un comité de direction. Dans ce contexte, et surtout quand l office est étoilé (plus de 60 % de notre réseau), on peut s attendre à ce que le nombre de bénévoles liés au statut associatif diminue considérablement, excepté dans les syndicats d initiative. Dans les syndicats d initiative et les offices de tourisme peu étoilés, le bénévole devient administrateur quand il ne se focalise plus sur les missions à faible valeur ajoutée d accueil et d information, mais se mobilise pour faire avancer ensemble les salariés, les adhérents et les partenaires financiers. Dans les offices étoilés communaux ou à caractère intercommunal, la participation des élus associatifs à l élaboration de tout ou partie de la politique touristique locale est beaucoup plus difficile, la marge de manoeuvre étant faible entre les acteurs privés et le secteur public. Dans les offices de tourisme, le bénévolat a toujours été essentiel et apporte une forte valeur ajoutée au service rendu par nos professionnels rémunérés. À l avenir, les bénévoles qui voudront continuer à participer à la vie de leur office devront se muer rapidement en administrateurs.» «Il faut prendre en compte le nombre d heures que représente l implication des bénévoles, remarque Georges Mochot. La plupart des administrateurs ont des compétences et un savoir-faire qu ils mettent à disposition des offices. Il serait difficile de s en passer.» Un outil pour évaluer les actions des offices La FNOTSI, en collaboration avec ODIT France, a mis en place une commission nationale de l observation économique composée de directeurs et de techniciens de l observation d offices de tourisme de différents espaces (rural, montagne, littoral, urbain), représentative des catégories d offices de tourisme. Elle a pour objectif d élaborer un tableau de bord permettant de démontrer l évolution entre l année N et N + 1 en matière de fréquentation et d estimer les retombées économiques liées aux actions d un office. Cet outil devrait être disponible début La Gazette Officielle du Tourisme

7 N novembre 2006 budget Actualité - Réglementation - Journal Officiel Au Parlement PROJET DE LOI DE FINANCES L Assemblée nationale a voté le 24 octobre la première partie (recettes et équilibre) du projet de loi de finances pour Le vote de la seconde partie (dépenses), dont l examen a débuté le 31 octobre, est prévu le 21 novembre. Un amendement a été adopté qui a pour but de favoriser la restauration des monuments historiques appartenant à des collectivités locales, notamment lorsque ces derniers sont affectés à d autres usages que muséographiques. Il tend donc à rendre éligibles au FCTVA les travaux réalisés sur les monuments historiques inscrits ou classés appartenant à des collectivités locales, quels que soient le mode de location et l affectation finale de ces édifices. À également été adoptée la mesure qui transforme la taxe communale sur les appareils automatiques en un impôt d État et substitue un tarif unique de 5 aux quatre tarifs actuellement applicables. Des dispositions fixent par ailleurs le montant de la dotation versée à compter de 2007 aux communes dont le territoire est pour tout ou partie compris dans le cœur d un parc national. C est l article 20 de la loi du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux qui avait créé un nouveau critère de répartition de la dotation globale de fonctionnement (DGF) en faveur des communes situées pour tout ou partie dans les espaces protégés d un parc national. Le rapporteur de la loi, Jean-Pierre Giran, avait mis en avant, à l occasion de la discussion de cette loi, le fait que «ces communes s estiment définitivement privées, au nom d un intérêt supérieur, de ressources fiscales potentielles découlant d un développement économique que la création du parc national a rendu impossible.» En outre, les enjeux écologiques majeurs de ces territoires imposent souvent des «charges de gestion» communales supérieures à celles des autres communes. Cent quarante communes dans les sept parcs nationaux sont actuellement concernées par cette dotation qui est fixée en fonction de la superficie communale comprise dans le cœur d un parc national, cette part étant doublée lorsque cette superficie dépasse 5000km 2 (cette majoration tend à prendre en compte les spécificités des communes guyanaises). Elle évolue chaque année comme la dotation globale de fonctionnement. L article 12 du projet de loi de finances prévoit de «gager la majoration de 3 millions d euros de la dotation globale de fonctionnement (DGF) des communes par abattement, à due concurrence, des crédits de la mission Écologie». Enfin, un article additionnel à l article 10 du projet de loi de finances autorise les collectivités locales propriétaires des sites à récupérer la TVA qu elles acquittent sur les travaux de rénovation de ces installations de tourisme social et associatif. >>> Les crédits du tourisme seront examinés à l Assemblée nationale lors de la séance du 14 novembre. Pascal Terrasse a été nommé rapporteur spécial de la commission des finances et Jean-Michel Couve, rapporteur pour avis de la commission des affaires économiques. Transports aériens SÛRETÉ La direction générale de l Aviation civile (DGAC) a communiqué les nouvelles mesures de sûreté applicables dans tous les aéroports de l Union européenne. À la suite des événements de Londres survenus cet été, l Union européenne a décidé de renforcer les mesures de sûreté dans le transport aérien. Depuis le 6 novembre 2006, l emport de liquides, gels et pâtes dans les bagages cabines est restreint dans tous les aéroports de l Union européenne ainsi que ceux de Norvège, d Islande et de Suisse. Au moment des contrôles de sûreté, les passagers qui souhaitent emmener des produits liquides dans leurs bagages cabines doivent utiliser des tubes ou des flacons de 100 ml maximum disposés dans un sac plastique transparent fermé d un format d environ 20 x 20 cm (type sac congélation). Les médicaments liquides accompagnés d une ordonnance ou d une attestation ainsi que les aliments pour bébé continuent à être acceptés en cabine. Ces mesures concernent tous les vols partant d un aéroport de l Union européenne, quelle que soit leur destination, y compris les vols intérieurs, et quelle que soit la nationalité de la compagnie aérienne. Afin de ne pas ralentir les procédures de sûreté et pour éviter toute confiscation avant l embarquement, la direction générale de l Aviation civile (DGAC) conseille vivement aux passagers d enregistrer le maximum de produits liquides en bagages de soutes. Les informations relatives à ces nouvelles mesures sont communiquées sur le site de la DGAC : Aménagement AÉROPORTS La concession de la chambre de commerce et d industrie (CCI) Nice-Côte d Azur sur l aéroport La Gazette Officielle du Tourisme 7

8 aménagement N novembre 2006 de Nice a été prolongée d un an, jusqu au 31 décembre 2007, dans l attente de la constitution, imposée par la loi, d une société aéroportuaire chargée de sa gestion, a indiqué la CCI. La loi du 20 avril 2005 a fixé les nouveaux principes de gestion des grands aéroports régionaux d intérêt national, avec la mise en place de sociétés aéroportuaires. «Les étapes de mise en application de la loi ont pris du retard au niveau national, rendant improbable la constitution de la société aéroportuaire avant la date d échéance de la concession des Aéroports de la Côte d Azur le 31 décembre 2006», a indiqué la CCI dans un communiqué. La direction générale de l Aviation civile du ministère des Transports, de l Équipement, du Tourisme et de la Mer a accepté, par avenant, la prolongation de la concession jusqu au 31 décembre 2007, permettant de finaliser le processus de création de la société aéroportuaire. Outre l aéroport Nice-Côte d Azur, seconde plateforme aéroportuaire de France, celui de Cannes- Mandelieu reste également pour un an de plus dans le giron de la CCI. La création de la structure juridique de la future société aéroportuaire sera présentée lors de l assemblée générale de la CCI Nice-Côte d Azur en novembre2006. La CCI disposera d un minimum garanti de 25 % dans l actionnariat de la nouvelle société avec une majorité publique garantie jusqu en Territoires MONTAGNE À l occasion du congrès de l Association nationale des élus de montagne (ANEM) qui s est déroulé du 26 au 28 octobre 2006 à Ax-les-Thermes, le ministre délégué à l Aménagement du territoire, Christian Estrosi, s est prononcé pour le lancement d un pôle de compétitivité consacré au tourisme de montagne. «Il est urgent de développer de nouveaux produits, de faire preuve d innovation en matière touristique. C est aussi là que se gagnera la bataille des nouveaux marchés de demain», a estimé le ministre. Il avait auparavant affirmé que l «on ne peut continuer à concevoir l économie touristique autour d hébergements traditionnels dans des studios cabines qui restent fermés 50 semaines sur 52, et autour de produits parfois destructeurs de certains espaces de liberté». Ce pôle de compétitivité «pourrait être le premier lieu d une collaboration étroite» avec plusieurs pôles d excellence rurale, a souligné M. Estrosi. Il a indiqué que sur les 176 pôles d excellence rurale labellisés en juin dernier, pas moins de 70 concernent directement les massifs de montagne et 78 le tourisme. «À l intersection des deux, 35 sont des pôles touristiques en montagne. Beaucoup sont fondés sur le développement de nouveaux produits en matière de tourisme de nature. Il y a là une voie que je suis prêt à vous aider à mettre en place», a conclu le ministre. Environnement PARCS NATIONAUX Les projets de «Parc amazonien de Guyane» et de «Parc national de La Réunion» sont entrés dans une phase essentielle du processus de concertation qui entoure chaque création de parc national, en donnant formellement aux habitants des collectivités concernées la possibilité de s exprimer à travers les enquêtes publiques prévues par la loi. À La Réunion, cette enquête publique s est déroulée du 28 août au 29 septembre En Guyane, elle a débuté le 20 septembre et s est achevée le 20 octobre. Le projet de parc national en Guyane, annoncé dès 1992 par François Mitterrand au sommet de la Terre à Rio, a été relancé en 2003 et rebaptisé «Parc amazonien de Guyane». Cinq communes, sans voie terrestre vers Cayenne, composent ce parc : au sud-est, Camopi, commune amérindienne des rives de l Oyapock à la frontière du Brésil ; au centre, Saint-Elie et Saül ; et au sudouest, Papaïchton et Maripasoula, sur le fleuve Maroni, à la frontière du Surinam. Chaque commune est divisée en deux : un «cœur» protégé où les résidents pourront continuer la chasse, la pêche et la culture sur brûlis, et une zone de libre adhésion au sein de Opération neige et sécurité dans les Hautes-Alpes Face à l accroissement du nombre de jeunes s exposant aux risques d avalanche, Alain Bayrou, président du conseil général des Hautes-Alpes, a souhaité sensibiliser et alerter les jeunes Haut-Alpins aux dangers de la montagne hivernale à travers une opération intitulée «Neige et Sécurité». Cette opération s adressant aux collégiens des classes de quatrième du département comporte un volet théorique (conférences débats, supports pédagogiques spécifiques) et un volet pratique (journées terrain). Elle a été imaginée et mise en place par le conseil général des Hautes-Alpes en collaboration avec l inspection académique et les différents professionnels de la montagne du département. 8 La Gazette Officielle du Tourisme

9 N novembre 2006 europe laquelle la pratique de l activité minière n est pas encore tranchée. La superficie totale proposée pour le cœur du parc est actuellement de km 2. Attendues aux plan national et international, les créations du parc amazonien de Guyane et du parc national de La Réunion sont prévues début Elles ont été rendues possibles par la loi relative aux parcs nationaux du 14 avril 2006, qui a permis en particulier de reconnaître les particularités des territoires de l outre-mer. Europe AIDES D ÉTAT La Commission européenne a adopté, conformément aux règles sur les aides d État du traité CE, un nouveau règlement relatif aux exemptions par catégorie pour les aides régionales à l investissement dont l objectif est de favoriser le développement économique des régions défavorisées. Les États membres ne devront plus notifier à la Commission leur régime d aides régionales à l investissement s ils remplissent les conditions définies dans le règlement. Ce règlement se fonde sur les nouvelles lignes directrices sur les aides régionales , qui ont été adoptées en décembre La Commission a également adopté de nouvelles modalités de notification des régimes d aide régionale qui ne remplissent pas les conditions du nouveau règlement et doivent par conséquent être notifiés à la Commission pour approbation avant leur mise en œuvre. Source : Commission européenne Bon à savoir Dans la perspective de la réforme des dispositions régissant les professions de guide de montagne et d accompagnateur en montagne, les responsables du Syndicat national des guides de montagne souhaitent qu au préalable, le Conseil supérieur des sports de montagne puisse définir la notion d «environnement spécifique» introduite par le décret n du 27 août Ils désirent que les futures dispositions maintiennent un cadre réglementaire spécifique à la formation comme à l exercice des professions de guide de montagne et d accompagnateur en montagne. Trois tableaux de la Direction du Tourisme publiés au Journal Officiel (Assemblée nationale, questions écrites, 24 octobre 2006) font apparaître depuis 1999 les arrivées des touristes internationaux en France, le nombre de nuitées qu ils ont effectuées ainsi que les dépenses des visiteurs. Paru au Journal Officiel Arrêté du 29 septembre 2006 fixant le taux de prélèvement du fonds de prévention des risques naturels majeurs. Le taux de prélèvement du fonds de prévention des risques naturels majeurs sur le produit des primes ou cotisations additionnelles relatives à la garantie contre le risque de catastrophes naturelles, prévues à l article L du code des assurances, est fixé à 4 % à partir du 1 er novembre Journal Officiel du 14 octobre 2006 CONVENTIONS COLLECTIVES Espaces de loisirs, d attractions et culturels (n 1790), extension de l avenant n 23 du 28 juin 2006 (prévoyance). Personnel au sol des entreprises du transport aérien (n 275), extension de l avenant n 73 du 19 mai 2006 (salaires). Hôtellerie de plein air (n 1631), extension d accords relatifs à la mise en place des chèques-vacances (accord du 28 janvier 2005) et aux conditions d information des salariés et des représentants du personnel (accord du 11 avril 2006). Arrêtés du 19 octobre 2006, Journal Officiel du 28 octobre Restauration rapide (n 1501), extension de l avenant n 21 du 21 décembre 2005 (prévoyance). Arrêté du 17 octobre 2006, Journal Officiel du 29 octobre 2006 Interdiction de fumer : pas «deux poids deux mesures», selon Xavier Bertrand L interdiction de fumer dans les restaurants, bars-tabac et discothèques au 1 er janvier 2008 doit «s appliquer partout et pour tous», a estimé le ministre de la Santé Xavier Bertrand, réagissant à des propos de Nicolas Sarkozy préconisant des «adaptations géographiques». «La protection des salariés dans les lieux publics, c est une question de santé publique», a déclaré M. Bertrand. «Le principe, posé très clairement par la Cour de cassation en juin 2005, s applique partout et pour tous, il ne peut pas y avoir deux poids deux mesures.» Le ministre de l Intérieur s était déclaré favorable à l interdiction de fumer dans les lieux publics, mais a préconisé une application non rigide de cette disposition et des «adaptations géographiques», évoquant notamment les bars-tabac. L interdiction de fumer dans les lieux publics doit s appliquer dans les restaurants et les bars-tabac au plus tard au 1 er janvier 2008, a rappelé le ministre de la Santé. La Gazette Officielle du Tourisme 9

10 bourse N novembre 2006 «IRET 10» au 3 novembre 2006 = 40,67 (- 1,45 %) Valeur précédente au 27 octobre 2006 : 41,27 La Gazette Officielle du Tourisme vous propose chaque semaine le suivi de dix valeurs cotées en Bourse dans le - domaine du tourisme et des loisirs. Sur cette base a été calculé un indice de référence économique du tourisme : l «IRET 10», constitué de la moyenne des valeurs sélectionnées. Cote au 3 novembre 2006 (valeurs exprimées en ): Titre Cours % var. préc. Maxi Mini* ACCOR (1) : 54,15 (- 1,85 %) 55,15 44,03 Air France : 28,29 (+ 3,75 %) 28,29 16,17 André Trigano (CIAT) (2) : 23,02 (- 2,95 %) 24,00 21,65 Club Méditerranée : 42,19 (- 0,62 %) 48,00 36,75 C ie des Alpes (2) : 64,20 (- 2,57 %) 73,15 60,50 * depuis le 31 décembre 2005 Titre Cours % var. préc. Maxi Mini Euro Disney : 0,07 (+ 14,29 %) 0,12 0,06 Eurotunnel : 0,44 (0,00 %) 0,47 0,27 Groupe Partouche : 19,30 (- 2,59 %) 19,80 14,50 Grévin Compagnie (2) : 32,11 (0,00 %) 32,11 32,11 Mac Donald s : 27,15 (0,00 %) 30,49 25,92 Autres valeurs : Titre Cours % var. préc. Maxi Mini Bernard Loiseau (2) : 4,65 (- 1,08 %) 4,81 4,15 Buffalo Grill (2) : 33,90 (+ 10,03 %) 33,90 19,50 Pierre & Vacances (2) : 90,70 (+ 0,11 %) 90,95 72,70 Européenne des Casinos 60,50 (0,00 %) 60,50 60,50 Société du Louvre (4) : 146,25 (0,00 %) 147,06 146,25 Groupe Flo : 8,63 (- 4,17 %) 8,99 6,80 Sodexho Alliance : 42,02 (- 1,05 %) 44,20 34,05 Léon de Bruxelles (2) : 0,48 (0,00 %) 0,56 0,45 Trigano (2) : 34,40 (- 6,98 %) 47,70 34,40 1) valeur retenue dans le CAC 40 2) second marché 3) nouveau marché 4) comptant IRET 10 au 3 novembre 2006 : 40,67 (- 1,45 %) Maxi : 41,27 Mini : 35,29 % var. au 31/12/2005 : + 15,25 % (35,29) CAC 40 au 3 novembre 2006: 5 312,57 (- 2,23 %) Maxi: 5 433,79 Mini: 4 724,58 % var. au 31/12/2005: + 9,88 % (4835,09) (27 octobre 2006 : 5 433,74) Rappel : ces valeurs boursières sont consultables sur le serveur atlantica: Indicateurs : Titre Cours % var. préc. Maxi Mini Musée Grévin (4) : 50,00 (- 2,00 %) 79,80 50,00 La chaîne française de restaurants Buffalo Grill a réalisé au troisième trimestre un chiffre d affaires de 76,1 millions d euros, en hausse de 9 % par rapport à la même période de 2005, selon un avis financier paru dans la presse. La progression, réalisée «en dépit des effets négatifs de la Coupe du monde de football et de la canicule en juillet sur la fréquentation dans le secteur de la restauration commerciale», a été rendue possible par une «fréquentation soutenue en août et en septembre», précise le groupe. Sur les neuf premiers mois de son exercice, le groupe affiche un chiffre d affaires de 224,5 millions d euros, soit une progression de 8,7 % sur un an. Le chiffre d affaires réalisé dans les restaurants progresse de 7,1 % en croissance organique et de 9,3 % à périmètre courant. Le chiffre d affaires de Buffalo Grill avait progressé de 8,5 % au premier trimestre, et également de 8,5 % à 74,1 millions d euros au deuxième trimestre. Léon de Bruxelles, fort des bons résultats obtenus au premier semestre, anticipe une progression d au moins 10 % de son résultat opérationnel pour l exercice en cours, et va poursuivre son programme d expansion prévue, a annoncé la chaîne française de restauration. Le groupe a réalisé un bénéfice net d un million d euro au premier semestre 2006, en hausse de 42,8 % sur la même période de 2005 (0,7 M ). Le résultat opérationnel a progressé de 53,8 % à 2 millions. En 2006, le groupe aura ouvert sept nouveaux restaurants et comptera ainsi fin décembre 46 établissements sous enseigne Léon de Bruxelles. L an prochain, deux à trois nouveaux établissements ouvriront, puis le rythme s accélèrera à raison de 5 par an à compter de À Paris, le groupe «n exclut pas de céder» trois ou quatre de ses fonds de commerce «pas assez porteurs». En revanche, le succès enregistré en province «encourage le groupe à y poursuivre ses implantations». Pierre & Vacances a réalisé sur l exercice (clos au 30 septembre) un chiffre d affaires de 1,414 milliard d euros, en hausse de 14,9 %, a annoncé dans un communiqué le groupe de résidences de loisirs français, qui maintient ses prévisions de résultat. À données comparables, le chiffre d affaires a progressé de 13,6 %. Sur le seul quatrième trimestre (juillet-septembre), il s est élevé à 473,9 millions d euros, en hausse de seulement 4,9 %. La progression du chiffre d affaires s est inscrit en ligne avec les prévisions du groupe. De ce fait, Pierre & Vacances confirme son objectif de résultat opérationnel courant de 95 millions d euros, en progression de 27 % sur celui de l exercice L activité touristique a connu une progression de 4,7 % (+ 3,1 % à données comparables) à 996,3 millions. Au quatrième trimestre, son chiffre d affaires a atteint 350,2 millions d euros, en hausse de 3,1 % dont + 6,2 % pour la location, mais - 0,9 % pour les activités de services en raison notamment de l externalisation de la majorité des restaurants. Au sein de l activité touristique, le pôle des résidences (Pierre & Vacances/Maeva/Résidences MGM/Hôtels Latitudes) a enregistré un chiffre d affaires annuel de 480,5 M, en hausse de 7,3 %, avec une progression de 6,4 % du chiffre d affaires de location à 292,9 M. Le chiffre d affaires du pôle Center Parcs Europe a augmenté de 2,3 % à 515,8 M. 10 La Gazette Officielle du Tourisme

11 N novembre 2006 annonces Camping de Luxeuil-les-Bains recherche son responsable en CDI Sous l autorité d un Directeur, vous aurez en charge : La gestion commerciale et administrative du camping L accueil et la fidélisation de la clientèle L organisation des animations Le management de 7 personnes. Expérience indispensable en hôtellerie de plein air (5 ans). Homme de terrain, vous avez de bonnes capacités d animation d équipe et maîtrisez l anglais (+ allemand souhaité), l informatique et un logiciel de réservation. Salaire mensuel à partir de brut selon exp. / 13 mois (+ logement). Adresser CV + lettre de motivation à : Office de Tourisme Rue Victor Genoux BP LUXEUIL-LES-BAINS CEDEX L Office de Tourisme de Luxeuil-les-Bains recherche son responsable Animation en CDI Sous l autorité du Directeur, vous aurez en charge : L organisation et la réalisation du programme d activité La création de nouvelles animations La collaboration avec les diverses associations Le management de 7 personnes La gestion administrative et budgétaire du service. Expérience indispensable en hôtellerie de plein air, village vacances, camping, etc. (5 ans). Très bon relationnel, dynamisme, sens de l organisation, anglais exigé (allemand souhaité). Salaire mensuel à partir de brut selon exp. / 13 mois. Adresser CV + lettre de motivation à : Office de Tourisme Rue Victor Genoux BP LUXEUIL-LES-BAINS CEDEX Tarifs* des Annonces, Offres d Emplois et publicités Offres d emplois 1 page (L : 175 mm x H : 230 mm) 537 HT 1/2 de page (L : 175 mm x H : 125 mm) 303 HT 1/4 de page (L : 85 mm x H : 125 mm) 168 HT 1/8 e de page (L : 85 mm x H : 60 mm) 101 HT Publicité, annonces de formation, stage, etc. 1 page (L : 175 mm x H : 230 mm) HT 1/2 page (L : 175 mm x H : 125 mm) 704 HT 1/4 page (L : 85 mm x H : 125 mm) 437 HT 1/8 e page (L : 85 mm x H : 60 mm) 232 HT * Tarifs valables pour une parution et mise en ligne de votre annonce pendant un mois sur notre site : Régie Publicitaire Tél. : Fax : LA GAZETTE OFFICIELLE DU TOURISME Publication hebdomadaire éditée par Adour Presse Information (API) Rédaction : À Paris : 3, rue Séguier Paris Tél. : Fax : À Biarritz : 18, allée Marie-Politzer BP Biarritz cedex Tél. : Fax : Directeur Publication : Jacques Darrigrand Responsable de la rédaction : Marie-Pierre Bazin-Cheneaux Tél. : Rédaction : Marie-Pierre Bazin-Cheneaux, Françoise Kergreis Mise en page : Françoise Desion N 1875 du 8 novembre 2006 Administration : 18, allée Marie-Politzer BP Biarritz cedex Tél. : Fax : Abonnements : Nathalie Saingier Tél. : Secrétariat de rédaction : Nathalie Hutjens - Tél. : Publicités : Tél. : Fax : Rédaction : ONI Biarritz, Agence de Presse Impression : SAI-Infocompo Commission paritaire : N 0408 T ISSN : Vente par abonnements Routage Presse rouge Site Internet : Toute présentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur, ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (loi du 11 mars 1957, alinéa 1 er de l'article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par le Code Pénal. La loi du 11 mars 1957 n'autorise, au terme des alinéas 2 et 3 de l'article 41, d une part que les «copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective» et d autre part, «que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration». BULLETIN D ABONNEMENT Adour Presse Information (API) Gazette Officielle du Tourisme 18, allée Marie-Politzer - BP Biarritz cedex Prix : 260 pour un an Étranger : 285 Je désire souscrire un abonnement d'un an à la Gazette Officielle du Tourisme. Société :... Nom :... Adresse :... Code postal :... Ville :... Tél. :... Ci-joint en règlement : un chèque bancaire postal mandat lettre à l'ordre de Adour Presse Information Inscrivez ici votre numéro de carte bancaire Je souhaite régler à réception d'une facture Le... Carte bancaire Notez les 3 derniers chiffres du n au verso de votre carte bancaire Date d expiration de votre carte bancaire Signature GOT 1875 La Gazette Officielle du Tourisme 11

12 AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE Communauté de Communes «Côte de Lumière» 1. Organisme qui passe le marché : Communauté de Communes «Côte de Lumière» 3, rond-point du Moulin BP Brétignolles-sur-Mer Tél. : Fax : Mail : 2. Objet du marché : Mission d Étude pour l aide à la création d un Office de Tourisme de Pôle et à la définition d une stratégie de développement. 3. Procédure de passation : Marché selon la Procédure adaptée en application des articles 26-II et 28 du nouveau Code des Marchés Publics. 4. Conditions d obtention du règlement de la consultation du marché : Les documents peuvent être obtenus gracieusement sur demande écrite (courrier, fax, courrier électronique) adressée à la Communauté de Communes «Côte de Lumière» 3, rond-point du Moulin BP Brétignolles-sur-Mer. Tél. : Fax : Mail : Ou peuvent être retirés sur le site 5. Critères de sélection des candidatures : Ils figurent au règlement de la consultation. 6. Date limite de remise des candidatures : Le 17 novembre 2006 à 12 heures. 7. Modalités de remise des candidatures : Elles figurent au règlement de la consultation. 8. Renseignements : Communauté de Communes «Côte de Lumière» Monsieur le Directeur Général des Services 3, rond-point du Moulin BP Brétignolles-sur-Mer. Tél. : Fax : Mail : 9. Date d envoi de l avis à la publication : Le 27 octobre AVIS D APPEL À CANDIDATURES Mairie de Saint-Florent-le-Vieil (49) Étude de définition et faisabilité du projet touristique de la ferme abbatiale des Coteaux 1. Objet de la consultation Marché à procédure adaptée : Étude de définition et de faisabilité économique, juridique et financière d un projet de mise en tourisme de la ferme abbatiale des Coteaux à Saint-Florent-le-Vieil. 2. Composition du dossier de candidature : Une lettre de candidature Une note méthodologique présentant les compétences et l organisation de l équipe de travail, le déroulement de la mission, la nature des documents produits et un planning prévisionnel Une offre de mission chiffrée Un dossier de références présentant les missions du même type réalisées au cours des cinq dernières années. 3. Dossier de consultation : Le dossier de consultation contenant le cahier des charges de l étude est à retirer à l adresse suivante, avant le mercredi 22 novembre 2006 : Mairie de Saint-Florent-le-Vieil Monsieur le Député-Maire BP 49 2, place de la Mairie Saint-Florent-le-Vieil Tél. : Fax : Date limite de remise des offres : Le vendredi 1 er décembre à 12 heures (même adresse que ci-dessus). 5. Sélection des candidats : Présélection des candidats Audition des candidats présélectionnés à partir du 15 décembre Date d envoi de l avis à la publication : Le 27 octobre Renseignements auprès de la Mairie de Saint-Florent-le-Vieil 2, place de la Mairie Saint-Florent-le-Vieil Tél. : Fax : AVIS D APPEL PUBLIC À CANDIDATURES Commune de Moustiers Sainte-Marie (Alpes de Haute-Provence) > Délégation de service public des activités touristiques et des activités nautiques des rives du lac (Articles L et suivants du CGCT et décrets d application) 1. Identification de la collectivité délégante : Commune de Moustiers Sainte-Marie Moustiers Sainte-Marie Tél.: Fax : Mail : 2. Procédure : Délégation de service public en application des articles L et suivants du Code général des collectivités territoriales. 3. Objet : Délégation de service public sous forme d affermage pour l exploitation des activités touristiques de la Commune et des activités nautiques des rives du Lac de Sainte- Croix. Code: CPV Objet principal : Objet complémentaire : Caractéristiques essentielles du service : Le contrat d affermage aura pour objet sur plusieurs sites : La gestion et l accueil des usagers dans le cadre des missions imparties à l office de tourisme auquel est annexée la gestion du musée de la Faïence L exploitation des activités nautiques et sportives sur les rives du Lac (pédalos, école de voile de la Cadeno) La mise en place et le développement d une politique d animation et d événements communaux destinés à mieux faire connaître et apprécier la collectivité et ses environs. Le fermier responsable du service sera autorisé à percevoir directement des redevances auprès des usagers. Il exploitera les diverses activités à ses risques et périls. Les équipements mis à disposition du délégataire sont situés sur le territoire de la commune et sur les rives du Lac de Sainte-Croix concédées à la commune par EDF. 5. Contrat et durée de la délégation : La délégation sera conclue pour une durée prévue entre 10 et 12 années à compter du 1 er juillet Présentation des candidats et justifications à produire : Tous documents permettant à la collectivité d apprécier les garanties professionnelles et financières des candidats et leur aptitude à assurer la continuité du service délégué et l égalité des usagers devant le service public, soit notamment: Une note de motivation sur les conditions dans lesquelles le candidat entend mener à bien les diverses activités du service délégué Lettre de candidature DC4 Déclaration sur l honneur prévue aux articles 45 et 46 du code des marchés publics Les certificats délivrés par les administrations et organismes compétents attestant que l entreprise a satisfait à ses obligations fiscales et sociales au 31 décembre 2005 Attestation d assurance en cours de validité Bilan annexe et compte de résultat des trois dernières années ainsi que toutes pièces de nature à établir les garanties financières du candidat Mémoire argumenté présentant les compétences, l expérience et les références du candidat pour l exécution de prestations similaires, ainsi que les moyens humains et techniques dont il dispose pour exercer la mission de service public La copie du (ou des) jugement(s) prononcé(s), si le candidat est en redressement judiciaire Attestation sur l honneur du candidat indiquant qu il n a pas fait l objet, au cours des cinq dernières années, d une condamnation inscrite au bulletin n 2 du casier judiciaire pour les infractions visées aux articles L , L , L , L et L du code du travail. Les candidatures et les offres seront entièrement rédigées en langue française ainsi que les documents de présentation associés. Unité monétaire utilisée: l euro. 7. Pour tous renseignements, contacter : M lle Houles, DGS Mairie de Moustiers Sainte-Marie Tél. : Fax : mail : 8. Date d envoi de l avis à la publication : Le 30 octobre Date limite et lieu de remise des candidatures : Les dossiers devront parvenir sous pli recommandé avec accusé de réception ou déposé en mairie contre récépissé avant le mercredi 20 décembre 2006 à 16 heures à Monsieur le Maire Mairie Moustiers Sainte-Marie et comporter la mention : «Gestion déléguée des activités touristiques et des rives du lac Appel à candidatures Ne pas ouvrir.» 12 La Gazette Officielle du Tourisme

13 AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE Commune de Donzenac 1. Dénomination de l organisme qui passe le marché : Commune de Donzenac Mairie Place de la Liberté Donzenac Tél. : Fax : Mode de passation : Délégation de Service Public en application des articles L et suivants du CGCT, conformément à la loi n du 29 janvier 1993 et au décret n du 24 mars Délibération décidant le recours à la délégation : Délibération du Conseil Municipal du 27 septembre Objet et caractéristiques de la délégation : Promotion, commercialisation, gestion des réservations et ventes de séjours, auprès des clientèles touristiques françaises et étrangères, du village de chalets au camping municipal «La Rivière» de Donzenac, constitué par un ensemble de 14 chalets composé de : 5 chalets «2/4 personnes», dont un aménagé pour personnes handicapées, surface habitable 22 m 2 dont 6m 2 de terrasse couverte 5 chalets «4/6 personnes», surface habitable 29 m 2 dont 6 m 2 de terrasse couverte 4 chalets «6/8 personnes», surface habitable 53 m 2 dont 8 m 2 de terrasse couverte. 5. Durée de la Délégation : Trois (3) ans. Le début de la délégation est fixé au 1 er octobre Le terme de la délégation est fixé au 30 septembre Présentation des offres de candidatures, justificatifs à produire: Conformément à l article 38, alinéa 2, de la loi , les candidats devront produire tous les documents permettant à l autorité délégante d apprécier, sans ambiguïté, leurs garanties professionnelles et financières et leur aptitude à assurer la continuité du service public: Lettre de candidature motivée Tous documents et attestations permettant d évaluer les capacités professionnelles et les moyens humains, techniques et financiers du candidat Expérience et références Déclaration sur l honneur précisant que le candidat a satisfait aux obligations fiscales et sociales prévues aux articles 45 et 46 du Code des Marchés Publics. Le délégataire retenu sera dans l obligation de produire les certificats fiscaux et sociaux délivrés par les différents organismes Attestation sur l honneur indiquant que le candidat n a pas fait l objet, au cours des cinq dernières années, d une condamnation inscrite au bulletin n 2 du casier judiciaire pour les infractions visées aux articles L , L , L , L et L du Code du Travail Copie de l inscription au Registre du Commerce. 7. Modalité de transmission des offres de candidature : Les dossiers devront parvenir, soit sous pli recommandé avec demande d avis de réception, soit par porteur contre récépissé, sous double enveloppe portant la mention : «Offre de candidature pour la délégation de service public du village de quatorze (14) chalets. Ne pas ouvrir», adressées à Monsieur le Maire de Donzenac Mairie Place de la Liberté Donzenac. 8. Critères de sélection : Moyens de promotion et de commercialisation Garanties professionnelles et financières Aptitude à assurer la continuité du service public et l égalité des usagers devant le service public. 9. Date limite de réception des offres de candidature : Le lundi 18 décembre 2006 à 16 heures. 10. Demande de renseignements : Monsieur le Maire de Donzenac Tél. : Date d envoi de l avis à la publication : Le lundi 30 octobre Après réception des candidatures, la collectivité dressera la liste des candidats admis à présenter une offre. Le Maire adressera alors, aux candidats admis, un dossier comprenant les informations relatives à la nature du service, au niveau de qualité exigé et à la date limite de dépôt des offres. APPEL À CANDIDATURES Exploitation du village de vacances de Sèch les I. Identification de la collectivité : Syndicat intercommunal du plan d eau de Sèch les Hôtel de Ville BP Meymac. II. Procédure de passation : Délégation de service public en application de la Loi Sapin. III. Objet de la délégation : Exploitation d un village de vacances qui comporte 60 gites de 2 à 7 lits pour une capacité d accueil de 302 lits et un ensemble de restauration, locaux d administration et locaux divers. IV. Modalités de délégation : Elles sont définies dans le cahier des charges qui sera communiqué aux candidats. V. Modalités de remise des candidatures : Les candidatures devront être adressées par pli recommandé avec accusé de réception ou remises contre récépissé à l adresse suivante : Syndicat intercommunal de Sech les Hôtel de Ville BP Meymac. Date limite de remise des candidatures : Le 28 décembre VI Renseignements et pièces à fournir : À l appui des candidatures, les postulants devront fournir : Un document de présentation de leur société Des justificatifs de leurs capacités techniques et financières Des références en matière d exploitation de centre de vacances Les modalités de promotion et de commercialisation des installations dont ils assurent l exploitation. VII. Critères de sélection des candidatures : Les candidats seront sélectionnés au vu de leurs garanties professionnelles et financières et de leur aptitude à assurer la continuité du service public et l égalité des usagers devant le service public. VII. Autres renseignements : Tout renseignement peut être obtenu auprès de : Syndicat intercommunal du plan d eau de Sèch les Hôtel de Ville BP Meymac Tél: Fax: VIII. Date d envoi de l avis à la publication : Le 30 octobre AVIS D APPEL À CANDIDATURES Communauté de communes du Val de Sarthe Délégation de service public concernant l exploitation d une guinguette sur le territoire de la Communauté de communes du Val de Sarthe à Fillé-sur-Sarthe par voie d affermage. Procédure de passation : Convention de délégation de service public, de type affermage, conclue conformément en application des articles L. et R et suivants du Code Général des Collectivités territoriales. Lieu d exécution de la délégation de service public : Fillé-sur-Sarthe. Caractéristiques principales : Exploitation de la future guinguette à Fillé-sur-Sarthe. La guinguette, située sur une presqu île bordée par la rivière Sarthe, hors zone inondable, s inscrit dans un projet plus important d aménagement touristique et culturel d un ancien site industriel (caractérisé par un moulin qui produit encore de la farine) et de reconversion en un centre de loisirs fluvial. Positionné aux portes du Mans, le site constitue une destination de loisirs de proximité privilégiée des Manceaux et bénéficie d un potentiel de clientèle intéressant. Le candidat pourra participer à la phase APD de la construction de la structure. Le futur délégataire aura pour mission de gérer et d exploiter à ses risques et périls les activités d animation et/ou de restauration de l établissement. La rémunération du délégataire sera constituée par les ressources tirées de l exploitation de l établissement. Celle-ci sera toutefois allégée de la redevance d exploitation qu il versera chaque année à la Communauté de communes. Les investissements principaux seront à la charge de la Communauté de communes. Le cahier des charges sera envoyé aux candidats retenus. Durée de la convention : 6 ans à compter de l ouverture effective de la structure envisagée à la saison Conditions de participation : 1. Critères de sélection des candidatures : Les candidats seront sélectionnés après examen de leurs garanties professionnelles et financières, de leur aptitude à assurer la continuité du service public et l égalité des usagers devant le service public. Conditions de remise des candidatures: Sous double enveloppe, soit sous pli recommandé avec avis de réception, soit contre récépissé à l adresse suivante: Communauté de communes du Val de Sarthe 27, rue du 11 Novembre BP La Suze-sur-Sarthe (horaires: 9 h-12 h et 14 h-17 h). La première enveloppe extérieure portera la mention: «Délégation de service public Guinguette à Fillé-sur-Sarthe» et l enveloppe intérieure portera la mention : «Candidature pour la délégation de service public de la guinguette à Fillé-sur-Sarthe Ne pas ouvrir avant la réunion de la commission.» Renseignements complémentaires: M elle Virginie Garry Communauté de communes du Val-de- Sarthe Tél.: (les mercredi après-midi, jeudi et vendredi) Mèl : Date d envoi du présent avis à la publication : Le Lundi 30 octobre Date limite de réception des candidatures: Vendredi 15 décembre 2006 à 12h00. La Gazette Officielle du Tourisme 13

14 brèves N novembre 2006 NOUVEAUTÉS Ouverture sur l Europe Le Salon du patrimoine culturel (9 au 12 novembre 2006 à Paris, Carrousel du Louvre), placé sous le double signe de l entreprise et de l Europe, inaugure pour cette édition 2006 un espace européen offrant aux artisans-restaurateurs et aux entreprises de la restauration, de nouveaux marchés. Pour la première fois en France, la Russie présentera les richesses de son patrimoine sur un grand espace réalisé en partenariat avec les Chemins de fer russes. Le ski, du nord au sud Le SkiduNordauSud.fr propose une offre variée de séjours en moyenne montagne couvrant plus de 80 % du parc des stations françaises. L opérateur met deux outils en ligne pour se repérer : le profil skieur permettant une recherche sur mesure et le guide des stations. Il a créé la communauté du Nord au Sud donnant l opportunité aux internautes de collaborer activement au contenu du site pour communiquer leurs avis sur les stations ou des informations personnelles. LE TOURISME EN MARCHE Structure de gestion commune Les stations de ski de Cauterets et Luz-Ardiden, dans les Hautes-Pyrénées, ont signé cette semaine une convention de partage de régie visant à mettre en place une structure de gestion commune. Ce rapprochement des deux stations leur permettra d atteindre la taille critique de skieurs par an, qui les mettra sur un pied d égalité avec les autres stations pyrénéennes, a précisé André Ibero, président d Espace Cauterets. Parmi les investissements envisagés figure la réalisation d un vieux projet de remontée mécanique entre les deux stations. Cauterets et Luz-Ardiden totalisent notamment 58 pistes de ski de descente et 36 remontées mécaniques. Espace PRO Le site «voyages-sncf.com» propose un nouveau service en ligne aux professionnels qui souhaitent réserver eux-mêmes leurs voyages (billets de train, d avion, locations de voiture et réservation d hôtels) : l espace PRO, accessible 24 h/24. Chaque entreprise peut disposer gratuitement pour RENDEZ-VOUS Jusqu au 12 novembre, se tient au Centre international de Deauville le XXXII e congrès national de la Fédération nationale de l hôtellerie de plein air. Il inaugure une nouvelle formule, l ouverture du salon au grand public les 10 et 12 novembre (les journées des 8, 9 et 10 novembre étant consacrées comme chaque année aux professionnels du secteur). Cette rencontre sera l occasion d échanger sur les trois grands chantiers engagés cette année, visant à mieux concilier camping et préservation de l environnement : l adoption d une charte d intégration paysagère des campings, l adoption d une convention pour initier une filière de recyclage des mobil-homes et la signature d un protocole avec les associations d élus locaux. Premier mode d hébergement touristique marchand, l hôtellerie de plein air représente en France près de entreprises et plus de salariés pour un chiffre d affaires de M. Les Rendez-vous de la performance se tiendront le 14 novembre prochain au palais des congrès de Bordeaux. Cette manifestation régionale est organisée par le MFQ Aquitaine depuis de nombreuses années. Elle est ouverte gratuitement à tous les professionnels aquitains concernés par les démarches de progrès et de performance (Qualité, Sécurité, Environnement, Développement durable ). Un atelier sera consacré au tourisme avec pour thème «La qualification des travailleurs saisonniers» au cours duquel sera présentée une formation qualifiante mise en place en Périgord Noir pour les saisonniers du tourisme. Le 13 novembre à la Maison de la Mutualité de Paris, le Rendez-vous emploi des entreprises du voyage permettra aux entreprises du secteur, aux demandeurs d emplois et aux étudiants dans les métiers du tourisme de se rencontrer. Organisé par l Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme (APS), ce premier Rendez-vous emploi, soutenu par le ministère du Tourisme, attend quelque 700 visiteurs. 10 collaborateurs d un «compte PRO». Il est constitué d un compte global appelé «compte entreprise», chaque collaborateur amené à voyager ayant, quant à lui, un compte nominatif appelé «compte collaborateur». La création d une chambre de commerce et d industrie unique pour le Maine-et-Loire a été votée à l unanimité par les chambres de commerce et d industrie d Angers, Saumur et Cholet. Le regroupement sera effectif à partir du 1 er janvier Alexandre Raynal, maire de la station thermale d Amélie-les-Bains, a été élu président de la fédération régionale du thermalisme Languedoc-Roussillon. 14 La Gazette Officielle du Tourisme

15 N novembre 2006 brèves TERRITOIRES Villages étape La Fédération nationale des Villages étape, sous la présidence de Bernard Gorse, a choisi Villedieules-Poêles pour se réunir en assemblée générale le 7 novembre La journée de travail sera menée en présence notamment des représentants de la direction générale des Routes et des élus des Villages étapes. Elle permettra de faire un premier bilan du plan de communication mené depuis 2005 et d envisager un projet de démarche qualité pérenne afin de renforcer le concept Village étape. Située dans la Manche, Villedieu-les-Poêles, sur l autoroute A84, fait désormais partie d un réseau national qui comprend à l heure actuelle 21 Villages étapes répartis dans 9 régions, 14 départements et 9 axes routiers. Entre Marneet-Gondoire La communauté d agglomération de Marne-et-Gondoire (Seine-et-Marne) a créé un SPIC office de tourisme de Marne-et-Gondoire auquel elle a confié la réalisation du schéma de développement touristique du territoire. Les filières clés sont le tourisme vert (mise en valeur des liaisons douces, animations ) et le tourisme fluvial. La halte fluviale de Lagny-sur-Marne a été inaugurée en septembre, signale Anne Godin, la directrice de l office de tourisme. MONTAGNE La montagne à la loupe Un séminaire proposé par le pôle national de ressources Patrimoines et Environnement en Montagne se tient les 20 et 21 novembre 2006 sur le thème : «Montagne, représentations et identités, l exemple du Mont- Blanc - Chamonix (Haute- Savoie)». Spécificités culturelles ou folklore touristique? Comment se construisent les discours sur la montagne? Quels sont leurs effets sur la gestion et la valorisation d un territoire? S appuyant sur les exemples du Mont- Blanc et de Chamonix, ce stage participe à la connaissance d un territoire. Un programme de conférences et de visites enrichira la réflexion sur les interrelations entre aménagement du territoire, imaginaires et identités des sociétés locales. REPÈRES Les prix des hôtels en France ont augmenté de 12 % au deuxième trimestre 2006 par rapport au premier trimestre, mais ont baissé de 6 % par rapport à la même période de 2005, selon l indice HPI (Hotel Price Index) du site en ligne de réservation d hôtels hotels.com. Biarritz (+ 45 %), Aix-en-Provence (+ 33 %), Nice (+ 29 %) et Marseille (+ 28 %) ont vu les prix de leurs hôtels s envoler d avril en juin, comparé au premier trimestre, indique dans un communiqué hotels.com, filiale du voyagiste en ligne américain Expedia. Paris et Nice sont les destinations les plus chères, avec 135 et 132 en moyenne pour une nuit d hôtel. Bordeaux est «de loin la destination la moins chère en France» avec 75. Lyon (96 ), Aix-en-Provence (99 ) et Marseille (101 ) sont également des «destinations bon marché». En Europe, les prix des hôtels ont augmenté de 16,1 % au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent et ont reculé de 0,9 % par rapport au deuxième trimestre Pour la saison d hiver, Fram, le voyagiste toulousain, a rafraîchi son image en se dotant d un nouveau logo, tout en gardant le symbole du cocotier. Le groupe indépendant de tourisme, présidé par Marie-Christine Chaubet, a introduit «50 nouveautés» dans son offre et se recentre sur le moyen-courrier à moins de cinq heures de vol. Il a fait voyager d octobre 2005 jusqu à fin septembre de cette année quelque personnes, soit une baisse de 8,5 % comparé à l an dernier. Fram reconnaît avoir pâti de la chute des ventes sur deux de ses destinations phares, l Égypte (- 40 %) et la Turquie (- 25 %). Un pic de fréquentation avait été atteint en 2000, avec clients. «Nous ne serons pas pour autant dans le rouge», a précisé M me Chaubet à l occasion du salon Top Resa faisant valoir le fait que le groupe avait renoué avec les bénéfices en 2005, dégageant un résultat net de 6,56 millions d euros, contre une perte de 17 millions d euros en Le groupe hôtelier français Accor a annoncé avoir réalisé sur les neufs premiers mois de 2006 un chiffre d affaires en hausse de 7 % à 5,641 milliards d euros. Accor, qui juge ses ventes «en ligne» avec ses prévisions, maintient son objectif d un bénéfice avant impôt et éléments non récurrents situé entre 680 et 700 millions d euros en 2006, soit une progression de 20 % sur un an. Plus de visiteurs sont attendus au salon Equip Hôtel, le salon international des métiers de la restauration, de l hôtellerie, des cafés-bars-brasseries et des collectivités qui se tient jusqu au 9 novembre à Paris-Expo. Un an après la présentation à Évreux de sa nouvelle stratégie de promotion, le comité régional du tourisme de Normandie, présidé par Bernard Cazeneuve, a fait le point sur l état d avancement de ses actions lors des États généraux du tourisme normand qui se sont tenu au Centre international de Deauville le 8 novembre. La Gazette Officielle du Tourisme 15

16 perspectives N novembre 2006 Point de convergence de deux grands axes, Nord-Sud (Amsterdam à Marseille) et Est-Ouest (Atlantique-Europe de l Est, via Paris, Munich, Vienne et Prague), Metz-Métropole et ses 38 communes se gagnera dès le 10 juin prochain en 82 mn au départ de Paris, donnant une dimension économique nouvelle au réseau «QuattroPole» constitué des villes de Metz, Luxembourg, Sarrebruck et Trèves. L occasion aussi de mettre l accent sur des facteurs désormais indissociables de la promotion de la ville comme l art de vivre, mis en valeur par les «Tables de Rabelais», le patrimoine architectural, à la fois vestige des temps passés et précurseur de l avenir avec l ouverture du futur Centre Pompidou, et la qualité de vie indissociable de la qualité de son urbanisme. Metz compte en effet parmi les villes les plus vertes de France, avec 27 m 2 d espaces verts par habitant. L office de tourisme a anticipé ces événements majeurs en renforçant son service commercialisation, qui devient service réceptif, avec un focus sur les produits courts séjours. La promotion ciblera prioritairement les clientèles de proximité, positionnant Metz comme porte de France auprès des visiteurs allemands, luxembourgeois, belges et néerlandais, et s appuyant sur sa rapidité d accès auprès des clientèles franciliennes. Source : Maison de la France L UNAT Aquitaine, qui tient annuellement et depuis quatre ans ses Rencontres à l hôtel de Région à Bordeaux, a choisi pour cette édition qui se déroule le 16 novembre, d aborder le thème : «Vacances et Handicaps, mieux vivre ensemble». Après une introduction de François Deluga, vice-président du conseil régional d Aquitaine, et de Marielle Mallet, déléguée régionale au Tourisme, sera traitée la question de la mixité des publics valides et non valides (les quatre types de handicaps seront évoqués), avant la présentation des diverses démarches œuvrant dans ce sens telles que l association Tourisme & Handicap, et notamment les procédures de demande de labellisation. Enfin, l ANCV, partenaire de la manifestation, fera connaître sa politique d intervention sur les aides financières pour faciliter l accès aux vacances du public handicapé. L office du tourisme et des congrès de Marseille, en collaboration avec la société Evana, spécialiste de la randonnée pédestre, propose de découvrir le massif du Garlaban (714 mètres d altitude) entre Marseille et Aubagne, sur les pas de Marcel Pagnol. Ces randonnées permettent de parler des œuvres et des paysages que Marcel Pagnol a côtoyés dans sa jeunesse puis en tant que réalisateur de cinéma. Sur tous les sentiers, l âme de Marcel Pagnol plane et l on retrouve bien les ambiances et les lieux où il a passé toutes ses vacances de jeunesse à courir dans les vallons. À la suite de la publication de l étude sur les perspectives du tourisme des seniors, réalisée par Senior Strategic Consulting, le comité départemental du tourisme de l Isère organise le 16 novembre une rencontre technique sur le thème «Perspective du tourisme des seniors». Hervé Saulnier, consultant et coauteur de l étude, apportera son avis d expert et présentera les chiffres clés de ce marché, les pratiques touristiques, les pistes d actions à mettre en place pour s attaquer à la clientèle senior. Frédéric Berlioz, chargé d études au sein de la DEATM/ODIT France, évoquera de son côté les pratiques de ski alpin des seniors. APPELS D OFFRES ET PROJETS Communauté de Communes de l Alsace Bossue Objet du marché : mission d assistance à maîtrise d ouvrage et de programmation scénographique relative au projet de Centre d interprétation du patrimoine archéologique de Dehlingen. Date limite de réception des offres : 15 novembre Tél. : Communauté d agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz Objet du marché : scénographie de la Maison de l environnement et du Parc écologique de la Barre. Date limite de réception des offres : 17 novembre Tél. : Ville d Istres (13) Objet du marché: séjours d été pour la DGA Éducation Sport Enfance de la Ville d Istres - vacances scolaires 2007 zone B. Date limite de réception des offres : 17 novembre Tél. : Ville de Bourges Objet du marché: gestion déléguée des Rives d Auron (dont le développement et la promotion des activités commerciales, culturelles et de loisirs). Date limite de réception des candidatures : 18 décembre Tél. : Régie communale des remontées mécaniques de Saint-Jean-d Aulps (74) Objet du marché : réalisation d une installation de neige de culture. Date limite de réception des offres : 5 janvier Tél. : La Gazette Officielle du Tourisme

Club Nature et Découverte

Club Nature et Découverte Club Nature et Découverte Club Nature et Découverte C ATOUT FRANCE Née de la fusion de l ex GIE Maison de la France et de l ex GIP ODIT France, l agence de développement touristique ATOUT FRANCE est l'opérateur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DU LABEL

CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DU LABEL CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DU LABEL Famille Plus, label national pour l accueil des familles et des enfants dans les communes touristiques françaises (Version du 6 Juin 2012) 1/8 Cahier des

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr 447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr NOTRE MÉTIER, l hébergement touristique. Le SNRT regroupe l essentiel des exploitants professionnels

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE SUISSE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME Données économiques et touristiques : Population globale : 7,7 millions d habitants Densité de population : 186 habitants/km2

Plus en détail

Programme MOPA 2007 LES PROGRAMMES LOCAUX DE FORMATION. > 8 territoires aquitains en démarche de professionnalisation

Programme MOPA 2007 LES PROGRAMMES LOCAUX DE FORMATION. > 8 territoires aquitains en démarche de professionnalisation R E G I O N AQUITAINE > Dispositif Régional de Professionnalisation : Programme MOPA 2007 En 2007, dans le cadre du dispositif régional de professionnalisation soutenu par la Région Aquitaine, la DRTEFP

Plus en détail

Réunion des propriétaires Bilan 2013

Réunion des propriétaires Bilan 2013 Le Label Clévacances Réunion des propriétaires Bilan 2013 La garantie des vacances réussies FRANCE FRANCE Nos partenaires Le site internet Clévacances clientèle Clévacances c est : 97 représentants territoriaux

Plus en détail

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE TOURISME DES JEUNES Le développement du tourisme des jeunes est l une des préoccupations majeures de la direction du Tourisme. L accès aux vacances participe à la formation et à la socialisation des jeunes

Plus en détail

Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes

Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes Annexe 1 2 Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes Renforcer la dynamique partenariale et opérationnelle engagée autour de la stratégie touristique 2013-2015 Qu il s agisse de la promotion, de

Plus en détail

Intitulé du projet : ... Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes)

Intitulé du projet : ... Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes) DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION FILIERE TOURISME D AFFAIRE Intitulé du projet : Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes) Montant de la subvention sollicitée :.. (cf tableau des

Plus en détail

Les différentes formes juridiques de l office de tourisme

Les différentes formes juridiques de l office de tourisme s différentes formes juridiques de l office de tourisme A. Stratégie politique : office de tourisme de droit public ou office de tourisme de droit privé On remarque que depuis quelques années, le pourcentage

Plus en détail

La stratégie du CDT face aux nouveaux enjeux du tourisme

La stratégie du CDT face aux nouveaux enjeux du tourisme 1. Projet d entreprise 2. Stratégie de veille économique 3. Stratégie de développement 4. Stratégie Marketing 1. Le projet d entreprise : une «agence de développement» Au bénéfice de la destination Hérault,

Plus en détail

Tourisme. 1 Chambre d hôtes à Flagey 2 Station de Métabief 3 Accrobranche 4 Complexe du Gounefay

Tourisme. 1 Chambre d hôtes à Flagey 2 Station de Métabief 3 Accrobranche 4 Complexe du Gounefay Tourisme 1 2 3 4 1 Chambre d hôtes à Flagey 2 Station de Métabief 3 Accrobranche 4 Complexe du Gounefay 167 1 Meublés de tourisme classés et labellisés NATURE DE L OPÉRATION : Aide à la création, modernisation

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

17DEPARTEMENT DES VOSGES

17DEPARTEMENT DES VOSGES Pôle Développement du Territoire Service moyens techniques et gestion administrative du Territoire 17DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET

Plus en détail

QUATRE ORIENTATIONS POUR REUSSIR, 33 ACTIONS POUR LA GIRONDE

QUATRE ORIENTATIONS POUR REUSSIR, 33 ACTIONS POUR LA GIRONDE QUATRE ORIENTATIONS POUR REUSSIR, 33 ACTIONS POUR LA GIRONDE Orientation 1 : Positionner la Gironde sur le marché du tourisme par la promotion et la commercialisation Axe 1.1 : La création d une destination

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION MAIRIE DE COURNON D'AUVERGNE SERVICE TOURISME TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION Sommaire : Page 2 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Présentation de la taxe de séjour -qui est habilité

Plus en détail

de l office de tourisme 1/12

de l office de tourisme 1/12 de l office de tourisme 1/12 Vous êtes acteur de la vie touristique? Ensemble, réalisons vos objectifs! Accroître votre notoriété Promouvoir votre activité Rejoindre un réseau fort de 215 adhérents Bénéficier

Plus en détail

... ... N SIRET: / / / / / / / / / / / / / / / (fourni par l INSEE) Activité exercée :.. Code postal / / / / / / Commune :... Courriel :. @..

... ... N SIRET: / / / / / / / / / / / / / / / (fourni par l INSEE) Activité exercée :.. Code postal / / / / / / Commune :... Courriel :. @.. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE AU DEVELOPPEMENT DU E-TOURISME I - RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE PORTEUR DE PROJET Raison sociale : Nom de la personne ou de la collectivité..... Forme juridique N

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence DORDOGNE-PERIGORD Le label d excellence Les Gîtes de France, c est la force d un réseau bien établi et bien structure, qui oeuvre depuis 55 ans au service des propriétaires et des clients : Premier réseau

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

Œnotourisme en Val de Loire Anne-Sophie Lerouge Responsable communication et Oenotourisme

Œnotourisme en Val de Loire Anne-Sophie Lerouge Responsable communication et Oenotourisme Œnotourisme en Val de Loire Anne-Sophie Lerouge Responsable communication et Oenotourisme «Les premières facultés qui se forment et se perfectionnent en nous sont les sens. Ce sont donc les premiers qu

Plus en détail

Plan marketing 2008-2010 des Gîtes de France

Plan marketing 2008-2010 des Gîtes de France Plan marketing 2008-2010 des Gîtes de France Nécessité d une campagne publicitaire nationale afin de développer nos taux d occupation : pourquoi cet appel à la mobilisation de chacun? Les Gîtes de France

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

ATELIER 1: Tourisme et territoires

ATELIER 1: Tourisme et territoires COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1: Tourisme et territoires Quels leviers d action pour développer, maintenir et ensuite maîtriser le développement touristique d un territoire? 16 octobre 2014 Animation

Plus en détail

Salon du Tourisme et des Loisirs

Salon du Tourisme et des Loisirs Salon du Tourisme et des Loisirs 16,17 et 18 avril 2010 Palais Régional Omnisports Georges Théolade Introduction Seule Région européenne sur le continent Sud américain, située sur le plateau des Guyanes

Plus en détail

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 Note réalisée par le Comité Départemental du Tourisme à l attention des

Plus en détail

DEVENEZ CLEVACANCES EN DORDOGNE

DEVENEZ CLEVACANCES EN DORDOGNE L O C A T I O N S G I T E S C H A M B R E S DEVENEZ CLEVACANCES EN DORDOGNE D H Ô T T E S Comité Départemental du Tourisme de la Dordogne Antenne Clévacances Dordogne Périgord 25 rue du Président Wilson

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES. ATELIER n 2 : «Comment vendre les Vosges demain?» Senones, le 16 novembre 2012

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES. ATELIER n 2 : «Comment vendre les Vosges demain?» Senones, le 16 novembre 2012 SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES VOSGES ATELIER n 2 : «Comment vendre les Vosges demain?» Senones, le 16 novembre 2012 Une règle de base au bon déroulé de l atelier : Toutes les idées

Plus en détail

Enquête sur nos clientèles touristiques

Enquête sur nos clientèles touristiques Dossier de presse 2012 : P.Leroux Provence-Alpes-Côte d Azur Enquête sur nos clientèles touristiques Sommaire Origine géographique, comportement, dépenses des touristes 3 Enquête mode d emploi 4 1./ Quel

Plus en détail

«Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue»

«Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue» «Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue» Mission d expertises de management environnemental CAHIER DES CHARGES Maître d ouvrage : Syndicat

Plus en détail

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 I. Contexte : Pourquoi, quand et comment réaliser le suivi budgétaire? II. Les modalités générales de prise

Plus en détail

Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro)

Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro) Atelier site Internet professionnel pour les acteurs du tourisme de Bretagne (espace Pro) Rennes, le 26 février 2009 Plan de l atelier Stratégie marketing du CRT Objectif du projet Présentation des différentes

Plus en détail

édito Le classement des meublés de tourisme la Somme Espace naturel de rencontres

édito Le classement des meublés de tourisme la Somme Espace naturel de rencontres Le classement des meublés de tourisme Espace naturel de rencontres Situé entre la région Ile de France, le bassin londonien et la Belgique, le département de se positionne comme une destination fréquentée

Plus en détail

Le nouveau classement

Le nouveau classement Le nouveau classement des hébergements touristiques marchands Comment décrocher les nouvelles étoiles? Edito Un an après la publication de la loi de développement et de modernisation des services touristiques,

Plus en détail

Le nouveau classement

Le nouveau classement Le nouveau classement des hébergements touristiques marchands Comment décrocher les nouvelles étoiles? Edito Un an après la publication de la loi de développement et de modernisation des services touristiques,

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDES AU TOURISME ET AU THERMALISME I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Dispositions générales Article 2 : Conditions générales d éligibilité Article 3 : Zones littorales

Plus en détail

Fairbooking. Le bon plan responsable. Dossier de presse Mars 2015

Fairbooking. Le bon plan responsable. Dossier de presse Mars 2015 Fairbooking Le bon plan responsable Dossier de presse Mars 2015 FairBooking Contact : Jolanda van den Bergh Mail : contact@fairbooking.com Portable : 06 71 32 57 97 Sommaire Communiqué de presse Une situation

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014

FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014 FORMATION DES JURYS Rhône-Alpes / Lundi 10 février 2014 INTRODUCTION ACCUEIL Daniel Boulens Directeur du service des espaces verts de Lyon Membre du jury régional INTRODUCTION LE FORMATEUR Mathieu Battais

Plus en détail

Proposition de Destination Touristique de Bretagne «Côte de Granit Rose - Baie de Morlaix»

Proposition de Destination Touristique de Bretagne «Côte de Granit Rose - Baie de Morlaix» Proposition de Destination Touristique de Bretagne «Côte de Granit Rose - Baie de Morlaix» Vendredi 6 février 2015-15h Pôle Phoenix à Pleumeur-Bodou Journée de Lancement Proposition de Destination Touristique

Plus en détail

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN DOSSIER de PRESSE AGENDA Juin 2015 >PROJET : La Commune Nouvelle Dossier de Presse : VIE PRATIQUE >Pourquoi une commune nouvelle entre Les Avenières et Veyrins-Thuellin? Les communes des Avenières et de

Plus en détail

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural C.R.I.T.E.R. Languedoc-Roussillon (Siège social) Parc d Activités Le Millénaire Bruyère 2000 - Bat 1-650, rue Henri Becquerel 34000 MONTPELLIER

Plus en détail

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

Michel SAMMARCELLI Président du Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon (SIBA)

Michel SAMMARCELLI Président du Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon (SIBA) COMMUNIQUE DE PRESSE Michel SAMMARCELLI Président du Syndicat Intercommunal du Bassin d Arcachon (SIBA) Philippe PERUSAT et les Membres de la Commission Tourisme, ont le plaisir de convier les professionnels

Plus en détail

Nouvelles normes de classement des hébergements touristiques: Cahier juridique et technique

Nouvelles normes de classement des hébergements touristiques: Cahier juridique et technique Nouvelles normes de classement des hébergements touristiques: Cahier juridique et technique Direction de l Aménagement du Territoire- Thibaut Lagache 0 Les nouvelles normes de classement des hébergements

Plus en détail

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS?

Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Pourquoi et comment clarifier la place et le rôle du DGS? Rencontre professionnelle organisée par le Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales (SNDGCT) Intervenants : -

Plus en détail

LE MARCHE TOURISTIQUE SUISSE

LE MARCHE TOURISTIQUE SUISSE LE MARCHE TOURISTIQUE SUISSE Mise à jour : juillet 2012 SOMMAIRE Données structurelles Données économiques Habitudes de voyages toutes destinations confondues Voyages des Suisses en France Organisation

Plus en détail

Assemblée Générale Office de Tourisme LACANAU - 11 Avril 2009

Assemblée Générale Office de Tourisme LACANAU - 11 Avril 2009 BIENVENUE La création au 1 er janvier 2010 de l Office de Tourisme Intercommunal (OTI), confère un caractère particulier à cette réunion qui devrait être notre dernière Assemblée Générale Ordinaire avant

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Qu est-ce que Pays Basque Incoming?

Qu est-ce que Pays Basque Incoming? Qu est-ce que Pays Basque Incoming? Une association créée en 2008 regroupant 6 agences réceptives : Biarritz For Events Le Tourisme Basque Outdoor Travel Passion Côte Basque Sud Emotion Terres Basques

Plus en détail

Fédération Régionale de l Hôtellerie Djerba Zarzis

Fédération Régionale de l Hôtellerie Djerba Zarzis Fédération Régionale de l Hôtellerie Djerba Zarzis 1 Présentation de l Ile de Djerba DjerbaestuneIlede514km2desuperficieetde140 kms de littoral, elle représente la porte au Sahara étant sa proximité du

Plus en détail

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR -

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - OBJECTIFS Dans un contexte de concurrence et de concentration des opérateurs, les PME doivent s adapter et renouveler et moderniser

Plus en détail

Guide du partenariat 2014 Office de Tourisme du Queyras

Guide du partenariat 2014 Office de Tourisme du Queyras Guide du partenariat 2014 Office de Tourisme du Queyras Abriès - Aiguilles - Arvieux - Ceillac - Château-Ville-Vieille Ceillac - Molines - Ristolas - Saint-Véran Sommaire Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page

Plus en détail

Intitulé du projet :. Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes)

Intitulé du projet :. Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes) DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE AUX MEUBLES DE TOURISME CHAMBRE D HOTES ET PROJETS D HEBERGEMENTS INNOVANTS OU ASSIMILES Intitulé du projet :. Coût total du projet en HT : (cf tableau des dépenses/recettes)

Plus en détail

CHAMBRE DEPARTEMENTALE D AGRICULTURE DE LA MARNE Route de Suippes CS 90525 51 009 CHALONS-EN-CHAMPAGNE Cedex

CHAMBRE DEPARTEMENTALE D AGRICULTURE DE LA MARNE Route de Suippes CS 90525 51 009 CHALONS-EN-CHAMPAGNE Cedex CONSEIL EN DEVELOPPEMENT ET AMENAGEMENT TOURISTIQUE Edition 2014 CHAMBRE DEPARTEMENTALE D AGRICULTURE DE LA MARNE Route de Suippes CS 90525 51 009 CHALONS-EN-CHAMPAGNE Cedex Alexandrine DAVESNE - Conseillère

Plus en détail

PHENOMENE D INTERNATIONALISATION ET E-COMMERCE

PHENOMENE D INTERNATIONALISATION ET E-COMMERCE Montpellier, le Vendredi 4 décembre 29 PHENOMENE D INTERNATIONALISATION ET E-COMMERCE dossier de presse Sommaire Fréquentation touristique : une destination de tourisme urbain qui progresse! p.3 Une fréquentation

Plus en détail

POURQUOI REJOINDRE GÎTES DE FRANCE?

POURQUOI REJOINDRE GÎTES DE FRANCE? REJOIGNEZNOUS REJOIGNEZ-NOUS 2/8 POURQUOI REJOINDRE GÎTES DE FRANCE? 1 > La 4 e marque française de séjours-vacances devient votre enseigne. 2 > Vous bénéficiez de la puissance marketing du 1er réseau

Plus en détail

pour conforter la fréquentation de ces deux saisons?

pour conforter la fréquentation de ces deux saisons? Alpes du Sud, quelles synergies pour les clientèles été et hiver? Domaine Domaine de Charance de Charance Gap Gap 28 avril (05) 2010 Pascal Ferrero Enov Research Comment capitaliser sur les clientèles

Plus en détail

Mémento du. loueur. de meublés. Classement en meublé de tourisme. adt-herault.fr

Mémento du. loueur. de meublés. Classement en meublé de tourisme. adt-herault.fr Mémento du loueur de meublés Classement en meublé de tourisme adt-herault.fr Éditorial Hérault Tourisme, Agence de Développement Touristique (ADT) Avec plus de 4 000 locations meublées labellisées ou classées

Plus en détail

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Définir une stratégie de communication Définir et partager une politique de communication Cerner les enjeux de la communication publique territoriale...2662 Établir

Plus en détail

60 ans de «Success Story»

60 ans de «Success Story» Gîtes de France Conférence de presse 24 mars 2015 60 ans de «Success Story» Gîtes de France données clé en bref Les séjours Gîtes de France Notre offre d hébergements Plus de 32 séjours thématiques Les

Plus en détail

Vous voulez partir en vacances cet été? (du 1 er /7 au 28/9) Découvrir une des régions de France?

Vous voulez partir en vacances cet été? (du 1 er /7 au 28/9) Découvrir une des régions de France? Vous voulez partir en vacances cet été? (du 1 er /7 au 28/9) Découvrir une des régions de France? La Caf de l Allier, en partenariat avec l ANCV, propose de vous aider financièrement pour votre séjour

Plus en détail

L innovation touristique au service de l Hôtellerie de Plein Air

L innovation touristique au service de l Hôtellerie de Plein Air L innovation touristique au service de l Hôtellerie de Plein Air Sommaire Accueillir les camping-caristes Qui sont-ils? Un marché en pleine croissance Une réponse pour tous Une solution, un concept Qui

Plus en détail

Qui êtes-vous? Votre structure?

Qui êtes-vous? Votre structure? Interview réalisée par Ludovic Dublanchet le 3 mai 2011 pour la journée MOPA Les Rencontres du etourisme dans les Landes - Spécial Elus - qui se sont tenues le 10 mai 2011 à Marquèze. Contenu et présentations

Plus en détail

Guide du loueur en meublé de tourisme. Tout savoir pour mettre votre meublé en location saisonnière

Guide du loueur en meublé de tourisme. Tout savoir pour mettre votre meublé en location saisonnière Guide du loueur en meublé de tourisme Tout savoir pour mettre votre meublé en location saisonnière SOMMAIRE I - Qu est ce qu un meublé de tourisme? P 3 II - Les nouvelles normes de classement P 3 III -

Plus en détail

Maison du Tourisme et des Projets. Pôle de la Vie Locale

Maison du Tourisme et des Projets. Pôle de la Vie Locale Maison du Tourisme et des Projets Pôle de la Vie Locale I. Présentation de l élue Blanche Mühlmann, Adjointe au Maire déléguée au tourisme, aux relations internationales, aux jumelages et au quartier Voltaire

Plus en détail

Journée CRDTA du 26 juin LA COMMERCIALISATION

Journée CRDTA du 26 juin LA COMMERCIALISATION - Journée CRDTA du 26 juin LA COMMERCIALISATION OFFICE DE TOURISME INTERCOMMUNAUTAIRE «DES PAYS DE SAINT-FLOUR» 26 juin 2014 1 - Est Cantal - OTI «DES PAYS DE SAINT-FLOUR» - Importance de l AXE 75 - Des

Plus en détail

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme

Modification de la Réforme du classement des Offices de Tourisme Réunion des Présidents d Offices de Tourisme Bourges - Lundi 4 juillet 2011 Nouveaux critères de classement I - Introduction - modalités d application Extrait du Flash Infotourisme N 53-28 juin 2011 FNOTSI

Plus en détail

Diagnostic association DLA 28

Diagnostic association DLA 28 Diagnostic association DLA 28 Syndicat d Initiative duxxxx Objet de la démarche : Le diagnostic a pour objectif de permettre à l association de produire des données significatives pour l aider à élaborer

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Octobre 2007 Conception - Réalisation : Médiris 04 37 28 93 35 Préambule Il est préalablement exposé : Le Tourisme Social et Associatif est un tourisme à finalité non lucrative

Plus en détail

Le classement meublé de tourisme, un premier pas vers une démarche qualité

Le classement meublé de tourisme, un premier pas vers une démarche qualité Le classement meublé de tourisme, un premier pas vers une démarche qualité Pourquoi faire classer mon meublé? Faire classer mon meublé en 7 étapes Témoignage d un propriétaire Un nouveau classement né

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Genèse et projet politique -2-

Genèse et projet politique -2- 29 SEPTEMBRE 2015 Genèse et projet politique -2- ECONOMIE TOURISTIQUE DU TERRITOIRE COMPLEMENTARITE TOURISTIQUE DES STATIONS Une progression de l activité touristique - du nord au sud - des lacs vers l

Plus en détail

Journée Valaisanne du Tourisme

Journée Valaisanne du Tourisme Journée Valaisanne du Tourisme Défis, Tendances et Innovations en matière d hébergement touristique Martigny - 5 Octobre 2015 Pierre Olivier TOUMIEUX - CEO Groupe LAGRANGE SOMMAIRE 2 1. Le Groupe LAGRANGE

Plus en détail

Cahier des charges. Eligibilité au Club "Famille"

Cahier des charges. Eligibilité au Club Famille Cahier des charges Hébergement Site thématique : Votre contact : Intitulé : Christelle Capitaine c-capitaine@tourismebretagne.com 02 99 28 44 73 Eligibilité au Club "Famille" Valable au : 01/01/2015 2

Plus en détail

L observation touristique locale. Saint André de Cubzac 15 février 2007

L observation touristique locale. Saint André de Cubzac 15 février 2007 L observation touristique locale Saint André de Cubzac 15 février 2007 Historique Le tableau de bord actuel Essais de tableau de bord Les autres sources de données en Aquitaine L observation touristique

Plus en détail

La Puisaye, atout Cœur...

La Puisaye, atout Cœur... La Puisaye, atout Cœur... GUIDE DU PARTENARIAT Pourquoi et comment? Développer Promouvoir Valoriser Accompagner 12015 2 Siège Social 6, rue Jacques Coeur 89170 SAINT-FARGEAU 09 77 06 90 53 president@tourisme-coeurdepuisaye.fr

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 19 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE. 19 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE 19 septembre 2012 2 ème édition du «Séminaire des Directeurs» des Offices de Tourisme de France «Y a-t-il un pilote dans l Office?» Sommaire : Communiqué de presse..p. 1 L Office de Tourisme

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018

PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018 PLAN DE COMMUNICATION 2014-2018 Office de Tourisme des Combrailles OT des Combrailles Plan de communication 2014-2018 Page 1 sur 8 L Office de Tourisme des Combrailles (OTC) a été créé au 1 er janvier

Plus en détail

TOUTES LES RAISONS D ADHERER A L OFFICE DE TOURISME. Etre partenaire de l Office de Tourisme. www.ot-saintlaurentdumaroni.fr

TOUTES LES RAISONS D ADHERER A L OFFICE DE TOURISME. Etre partenaire de l Office de Tourisme. www.ot-saintlaurentdumaroni.fr 2013 TOUTES LES RAISONS D ADHERER A L OFFICE DE TOURISME Etre partenaire de l Office de Tourisme www.ot-saintlaurentdumaroni.fr QUI SOMMES-NOUS? L Office de Tourisme est une association depuis 2003, régie

Plus en détail

I - ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION POUR LE RISQUE «PREVOYANCE» SOUSCRITE PAR LE CENTRE DE GESTION 76 AVEC AVIS DU CTP

I - ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION POUR LE RISQUE «PREVOYANCE» SOUSCRITE PAR LE CENTRE DE GESTION 76 AVEC AVIS DU CTP PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 novembre 2013 à 19h00 LE QUORUM CONSTATE Le compte-rendu de la séance du 21 octobre 2013 ne donne lieu à aucune remarque de la part des membres du

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

ORIENTATIONS STRATEGIQUES EVALUATION DU PLAN D ACTIONS TOURISME DURABLE 2009-2013 DEFINITION D UN NOUVEAU PLAN D ACTIONS 2014-2019 ORIENTATIONS STRATEGIQUES 1 Réalisé avec le soutien financier de : SOMMAIRE Objectifs et méthode...

Plus en détail

www.familleplus.fr Un engagement sur six points

www.familleplus.fr Un engagement sur six points www.familleplus.fr UN LABEL NATIONAL Créé en 2006, Famille Plus est un label national géré par trois associations d élus : l Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM), l Association

Plus en détail

ctivateur d ffaires Franchisés & Investisseurs

ctivateur d ffaires Franchisés & Investisseurs ctivateur d ttractivité d un réseau en mouvement Une nouvelle direction n En 2015, AKENA hôtels se réinvente. L arrivée d une nouvelle direction impulse un nouveau projet d entreprise, avec la mise en

Plus en détail

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique III. La demande touristique et ses évolutions 1. État actuel de la demande touristique Les statistiques internationales et européennes : Croissance du tourisme international de 5 à 6 % en 2005 Forte croissance

Plus en détail

Schéma de Développement Touristique Durable Actualisation 2012-2014. Faire de la Nièvre la Bourgogne du Bien-Etre

Schéma de Développement Touristique Durable Actualisation 2012-2014. Faire de la Nièvre la Bourgogne du Bien-Etre Schéma de Développement Touristique Durable Actualisation 2012-2014 Faire de la Nièvre la Bourgogne du Bien-Etre 35 actions au service de l économie et du développement durable de la Nièvre validées par

Plus en détail

AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES PYRENEES-ORIENTALES

AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES PYRENEES-ORIENTALES AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES PYRENEES-ORIENTALES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE A BONS DE COMMANDE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES PRESTATIONS DIVERSES DE COMMUNICATION Conseil, création, conception

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

Résultats de l enquête client 2010-2011. Golfe de Saint-Tropez

Résultats de l enquête client 2010-2011. Golfe de Saint-Tropez Résultats de l enquête client 2010-2011 Golfe de Plan de la présentation L enquête Les chiffres-clés Quand et où viennent nos clients Qui sont nos clients Pratiques et comportements Satisfaction Les réponses

Plus en détail

- DOSSIER RESSOURCE -

- DOSSIER RESSOURCE - COREPS - Groupe de travail n 1 CRÉATION / PRODUCTION / DIFFUSION Réunion n 1-16 décembre 2011 - DRAC de Basse-Normandie - DOSSIER RESSOURCE - Documents en lien avec la réflexion sur la thématique Charte

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

notice Modalités d intervention financière Dossier de demande d aide départementale

notice Modalités d intervention financière Dossier de demande d aide départementale dossier de demande d aide départementale Dossier de demande d aide départementale ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT artistique notice bénéficiaires Communes, établissements publics de coopération intercommunale

Plus en détail