Édito. De la bonne gestion des finances locales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Édito. De la bonne gestion des finances locales"

Transcription

1

2 Édito De la bonne gestion des finances locales Nous abordons très souvent le sujet des finances des départements à partir du volet «recettes» : fiscalité, compensation des transferts, ressources propres, épargne, etc. C est bien naturel, tant les enjeux sur ces points sont cruciaux pour nos collectivités. Pour autant, nous avons voulu au travers de ce recueil parler aussi de la question des «dépenses», et des recettes pour maîtriser ces dépenses. Bien souvent nos départements ont su développer des efforts, des bonnes pratiques de gestion qui nous permettent, sans renier nos engagements, de maîtriser nos dépenses et de dégager des marges de manœuvre saines. Le guide que publie aujourd hui l Assemblée des départements de France, en lien avec le forum des contrôleurs de gestion des départements, témoigne ainsi de la préoccupation constante des départements pour mener à bien les politiques publiques dont ils sont en charge avec la meilleure efficacité et au meilleur coût.

3 Ce travail de mise en commun des expertises, déjà ancien pour les indicateurs de gestion des départements, a été salué par la Cour des comptes dans son rapport annuel en Il franchit aujourd hui une nouvelle étape avec cette publication qui identifie des sources d économies directes ou indirectes. Il s adresse tant aux élus qu aux cadres départementaux. L austérité des sujets qu il aborde est heureusement tempérée par sa présentation inventive, sous forme de recettes, que chacun peut bien sûr accommoder à ses priorités. Ce sont ces premières fiches de méthode, qui pourront utilement être complétées par les travaux quotidiens du réseau des contrôleurs de gestion, dans des collectivités en constante évolution. Je ne doute pas que ce document contribuera à la diffusion des outils de maîtrise de la dépense des départements pour un meilleur service aux usagers, au meilleur coût. C est le sens des lois de décentralisation et de la réussite de la démocratie locale. Claudy Lebreton Président de l Assemblée des départements de France, président du Conseil général des Côtes-d Armor

4 Maîtrise des subventions - Étude financière des organismes tarifés et subventionnés Focus sur les provisions pour risques et charges N 1 Cg expérimentateur : Ardèche, Seine-et-Marne, Vienne Personne ressource : : A. Abenamer, LM. Fernandes, H. Penin Contact : K. Alabeurthe A servir... Les départements financent de nombreux organismes ( associations, établissement, etc. ), certains à travers des tarifs ( notamment dans le secteur médico-social ), d autres par le biais de subventions. Les agents en charge de l instruction des demandes ne sont pas toujours formés à l analyse financière et n ont donc pas systématiquement le réflexe d analyser les états financiers dans le cadre de l étude des demandes. La recette proposée peut permettre aux services d introduire l analyse financière dans l instruction des demandes à l aide d un module permettant de calculer un certain nombre de ratios financiers. La diffusion de cette maquette, complétée par une formation à son utilisation, incitera les services à s interroger sur la pertinence de maintenir le financement à un niveau identique, ou de le diminuer voire de le supprimer. Un focus plus particulier pourra être porté sur les provisions pour risques et charges des structures financées, qui sont parfois inscrites pour des raisons insuffisamment motivées. Ces montants ne peuvent être déduits des aides annuelles versées par la collectivité à ces organismes. Par contre, le Département peut assurer la couverture financière de ces risques et charges en récupérant les provisions correspondantes. 50 Degré de difficulté Moyen. Ingrédients nécessaires Un appui politique important Une direction générale convaincue Un module d analyse financière simplifié sous Excel La pédagogie nécessaire à la formation des instructeurs Une évolution dans le processus d instruction des demandes de subventions Un accompagnement au cours de la phase d appropriation du module. Budget nécessaire Mobilisation des ressources internes des acteurs chargés du contrôle externe Mobilisation des instructeurs pour la formation Conception et réalisation du module sous Excel ( 5 jours ) Préparation du support de présentation et de formation aux instructeurs ( 2 jours ) Formation des instructeurs : ½ journée ( par groupes de 3 ou 4 personnes maximum ). Préparation 1. Mener une analyse financière 1.1. Concevoir le module d analyse financière : => Identifier à partir de quelles informations travailler : le bilan, le compte de résultat et les annexes. => Identifier quels doivent être les apports de l analyse financière pour l instructeur : risque de défaillance à court terme de l association, de surcapitalisation, de dépendance à la collectivité, de fragilité économique et financière de l association => identifier quels indicateurs issus du bilan et du compte de résultat permettront à l instructeur d apprécier les risques : taux de liquidité, trésorerie, FRNG, taux d épargne nette Définir les objectifs de ratios financiers en fonction de la taille de la structure et de son secteur d intervention.

5 1.3. Mettre au point le module sous Excel Réaliser un support de présentation et de formation pédagogique dédié aux instructeurs. Prévoir une version allégée pour les élus Présenter le module aux élus afin de leur expliquer la démarche Présenter le module aux instructeurs. Formation sur la base de cas concrets. 2. Étudier plus spécifiquement les provisions pour risques et charges si nécessaire 2.1. Déterminer la pertinence des provisions pour risques et charges passées par les organismes à partir de 3 critères : la justification ( éléments tangibles), l assiette ( la base de calcul du risque ou de la charge) et le taux de couverture ( pourcentage appliqué sur l assiette : 50 %, 100 % ou autre) Vérifier la solvabilité des provisions ( parfois les provisions ne sont pas couvertes totalement par des liquidités équivalentes à l actif ) et l impact financier sur la trésorerie de l organisme Expliciter et faire valider par les décideurs administratifs (Direction Générale, Direction des Finances et Direction Juridique ), puis par l exécutif ( cabinet et élus ) le principe de couverture financière assurée par le Département Demander à l exécutif ( cabinet et élus ) d évoquer les grands principes de la démarche avec le ou les élus référents de l organisme concerné Rencontrer le ou les responsables administratifs de l organisme concerné afin d exposer en détail la démarche Rédiger une convention entre le Département et l organisme concerné adaptée aux types de risques et / ou de charges Présenter au vote le rapport et le projet de délibération expliquant la démarche avec la convention en pièce jointe Émettre un titre de recettes pour le ou les montants couverts ( ou déduire de l aide annuelle allouée à l organisme le ou les montants couverts par la collectivité ). 3. Adapter cette étude pour les organismes tarifés. Un travail similaire peut être mené pour les organismes tarifés, tels que les services d aide à domicile ( SAD ), qui peuvent présenter des situations de déficits récurrents et conséquents ( dans le domaine de l APA principalement ). L objectif dans ce cas est de fixer, avec le SAD, un tarif et un coût de revient cible qui soient proches Évaluer la problématique en interne : cibler les SAD, analyser la situation financière et économique de façon détaillée ainsi que les problématiques budgétaires Préparer des fiches d objectifs pluriannuels ( taux d activité, qualification du personnel d intervention, frais de déplacement... ) afin de permettre au SAD d atteindre le coût de revient cible fixé par le Conseil général. Chaque fiche objectif détaille : le contexte actuel l objectif fixé/les moyens à mettre en œuvre pour atteindre l objectif/le résultat attendu à l issue de la convention. 3.3 Rencontrer le SAD et les responsables internes afin d évoquer les propositions du conventionnement ( fiches objectifs ) Présenter au vote le rapport et le projet de délibération expliquant la démarche avec la convention en pièce jointe Signer la convention pluriannuelle. Commentaires Étude des provisions pour risques et charges : le niveau prélevé ne doit pas mettre en difficulté financière l organisme concerné ( mettre éventuellement en place un système d acompte sur l aide annuelle en début d exercice budgétaire afin de sécuriser sa trésorerie. Cet argument est important pour les décideurs administratifs et politiques ). Une attention particulière doit être portée aux organismes à comptabilité publique : une communication adaptée est à prévoir notamment lors de l affichage budgétaire. Estimation des économies Économies liées à l analyse financière ( expérience de l Ardèche ) : de 50 K à 500 K suivant les organismes et leur niveau de trésorerie. Économies liées à l étude des provisions pour risques et charges (expérience de la Seine-et-Marne) : de plusieurs milliers à plusieurs millions d euros selon les motifs des provisions comptabilisées. Économies liées au conventionnement avec les SAD ( expérience de la Vienne ) : elles peuvent, à l échéance de la convention, se chiffrer à plusieurs centaines de milliers d euros selon la taille des départements et du budget consacré à l aide à domicile.

6 Envisager de remplacer la suite MS Office 2007 (Word, Excel, Power Point) par une suite en logiciel libre N 2 Cg expérimentateur : Deux-Sèvres Personne ressource : F. Morisse, Responsable service SIT Rédacteur de la fiche : J-P. Belin, Service MQCG A servir... Regarder la possibilité, pour la collectivité d orienter la politique du système d'information vers l usage de logiciel libre. Ne sont pas concernés dans ce premier temps MS Acces et les logiciels Visio et publisher. 50 Degré de difficulté Moyen-Difficile. Ingrédients nécessaires Réaliser une phase test sur une période donnée dans un ou plusieurs services du Conseil général avec l équipe projet. Recueillir l avis de l'équipe projet sur cette phase test. Étudier l'impact du changement sur les applications en place avec le reste du Conseil général et les utilisateurs externes. Former les agents à l'utilisation du logiciel libre. Budget nécessaire Pas de budget d'acquisition du logiciel libre. L'étude faite en interne par le Service du Système d Information et de Télécommunications SSIT ( étude, mise à jour, développement, déploiement ) a été répartie sur 200 jours avec une équipe de 20 personnes. Utilisation de serveurs TSE Terminal Server Edition ( ) afin de permettre aux agents de se connecter via leur PC. Mise à jour des logiciels métiers ( formation => INSER ): Certaines licences MS Office sont conservées en vue d un déploiement mixte dans une phase transitoire.

7 Préparation Recenser et analyser l'existant. Proposer des solutions pour les logiciels non compatibles. Organiser un support de formation. Organiser la communication. Identifier et former des référents. Mettre en place une formation des utilisateurs. Créer des modèles de documents ( lettres, notes... ). Proposer un planning de déploiement. Analyser l'utilisation de la nouvelle suite dans les services ( questionnaire ). Mettre en place une assistance ( hot line ). Commentaires Risques rencontrés : Incompréhension du changement. Perte de fonctionnalités. Découverte de problèmes après le déploiement. Risque de difficultés de communication avec les partenaires extérieurs. Estimation des économies Avant 2010 : / an consacrés à MS Office Standard, ce qui représente environ 100 / agent équipé d'un PC : économie nulle puisque c'est la phase de déploiement et que MS Office existe encore pour de nombreuses applications : Économie estimée à A partir de 2012 : Économie estimée à au moins / an.

8 Dématérialisation des pièces comptables justificatives liées aux mandats et aux titres de recettes N 3 Cg expérimentateur : Aube Personne ressource : P. Couturier, Directeur des services financiers Rédacteur de la fiche : S. Roblin et M. Gruson A servir... Dans le cadre du projet Helios, notre collectivité a mis en place la dématérialisation en flux PES V2 de protocole d échanges standard pièces justificatives (PES PJ) de toutes les pièces comptables justificatives pour atteindre le zéro papier dans la relation ordonnateur-comptable. Ainsi, depuis le 3 novembre 2010, chaque mandat ou titre de recette est transmis électroniquement à la paierie avec la pièce justificative dématérialisée. Lors du mandatement, l agent rapproche, sous ASTRE GF, la pièce justificative au mandat et télétransmet après validation. 50 Degré de difficulté Important : mise sous tension, implication de tous les services et formation nécessaire de tous les intervenants dans la chaîne comptable. Résistance au changement forte et nouvelle culture du zéro papier

9 Ingrédients nécessaires Le Conseil général de l'aube, reconnu comme TIERS DE CONFIANCE en matière de télétransmission. Le logiciel XFACERE développé en interne, qui permet de visualiser les pièces justificatives et de les associer au mandat ou au titre correspondant. Budget nécessaire Coût du temps agent consacré au développement de la plate-forme Xfacere qui formalise le lien électroniquement entre la pièce justificative et le mandat ou le titre de recette. Coût des dépenses d investissements : 100 jours /agent pour le Conseil général de l Aube. Préparation Nombreuses réunions de coordination avec le poôle dématerialisation national, le payeur départemental, les services financiers et le service informatique. Adaptation du matériel ( photocopieur/scanneur... ). Estimation des économies Fusion du poste de l agent chargé des mandats ( environ mandats / an ) et de l agent chargé des recettes ( titres ) à la direction des services financiers ; économie probable = La principale économie se situe chez le payeur départemental.

10 Mise en place du TIPI N 4 Cg expérimentateur : Aube Personne ressource : P. Ricard, Directeur de la DTIC Rédacteur de la fiche : S.Roblin, conseillère en gestion A servir... Le TIPI ( Titres Payables sur Internet ) rend possible le paiement des titres de recette par carte bancaire sur internet, via le site du Conseil général depuis septembre 2010 pour le service Transport. Degré de difficulté Faible : par contre, l autorisation et l ouverture du compte par le Trésor Public peuvent mettre jusqu à deux mois. 50 Ingrédients nécessaires Acceptation du payeur départemental Concertation transversale indispensable : Service utilisateur / Informatique / Direction financière / Payeur Autorisation d ouverture d un compte spécifique, accordée par la DGFIP.

11 Budget nécessaire Coût module ( 750 ) + licence d utilisation ( environ 200 /an) + coût à la transaction ( environ 0,07 / transaction ). 10 heures de coût moyen salaire chargé d un ingénieur informatique. Préparation Campagne d information vers les usagers Déclaration d adresse IP, URL. Commentaires Interface avec progiciel métier ( Transport ) Déploiement possible pour d autres recouvrements de créances ( domaine social ). Estimation des économies Gain d ETP sur le traitement des titres papier, mise sous pli, relances des impayés et frais postaux ( titres émis /an).

12 Contrats de maintenance informatique, hotline etc ( recette applicable à la plupart des prestations ) N 5 Cg expérimentateur : Lozère Personne ressource : Service informatique Contact : D. Landrivon, Chef du service finances et budget A servir... De nombreux logiciels sont utilisés dans les départements, qui font l'objet de contrats de maintenance, d'assistance téléphonique (hotline)... La recette proposée a pour but de remettre à plat les contrats de maintenance informatique : doivent-ils être reconduits de la même manière ( intérêt du contrat de maintenance, utilisation réelle, quel est le risque encouru par la collectivité si le contrat de maintenance est modifié), quel est l impact budgétaire en cas de suppression ou de modification de ce contrat? Disposer des contrats : détail des prestations, durée, clauses de sorties Dans certains cas, appui de la Direction générale et une bonne communication : la remise en question d'un contrat de maintenance peut avoir des conséquences en terme d organisation du travail, de niveau de risque pris en charge par la collectivité, d où la nécessité de parfois supprimer des freins de type pourquoi changer alors que cela fonctionne correctement?. 50 Degré de difficulté Facile à difficile selon le type de logiciel, son impact sur le fonctionnement de la collectivité, la concurrence existante ou non entre fournisseurs ( degré de dépendance ). Budget nécessaire Mobilisation des ressources internes : gestionnaires des contrats de maintenance, utilisateurs des logiciels dans certains cas, marchés. Ingrédients nécessaires Disponibilité du ou des gestionnaire(s) des contrats de maintenance informatique ( service informatique ), éventuellement des marchés.

13 Préparation Lister l ensemble des contrats de maintenance. Classer les contrats de maintenance par ordre d'importance stratégique pour la collectivité. Coût et analyse du contenu des contrats de maintenance. Évaluation des besoins en terme de maintenance informatique : - Les services proposés sont-ils adaptés aux besoins de la collectivité? - Les services proposés sont-ils réalisés ( jamais, partiellement ou en totalité )? - Analyse des risques en cas de réduction des prestations proposées : impact sur le fonctionnement de la collectivité, besoins des utilisateurs, compétences internes, disponibilités en fonction des charges de travail, délai d intervention acceptable ) Rédaction d un cahier des charges. Rapprochement du service des marchés si nécessaire ( clauses de sortie, mise en concurrence si c est possible, etc ) Négociation. Évaluation des propositions : - Estimation du risque encouru suite aux modifications apportées - Estimation de l'économie réalisée : l économie réalisée est-elle significative au vu des risques encourus? Décision ( ne pas oublier de communiquer auprès des utilisateurs si cela a des conséquences sur leur fonctionnement ). NB : il serait intéressant par la suite de pouvoir mesurer l'économie réalisée par la mise en place d'indicateurs d'activités confirmant ou infirmant les choix retenus. Commentaires Attention aux conséquences indirectes des renégociations, en particulier sur les logiciels métiers : parfois peu de fournisseurs pour peu de clients. La baisse du contrat de maintenance peut entraîner en retour une augmentation du prix des interventions, du développement Attention aux risques encourus par la collectivité en cas de modification ou de suppression de prestations prévues dans un contrat de maintenance en particulier lorsqu il s'agit de logiciels indispensables à la réalisation des activités de la collectivité ( la collectivité dispose-t-elle de compétences internes en capacité de résoudre les difficultés rencontrées... ). Certaines économies réalisées compte tenu du risque encouru ne sont pas toutes bonnes à prendre. Ne pas négliger l impact sur les utilisateurs ( par exemple, dans le cas de l allongement d'un délai d'intervention, il convient de prendre en compte la culture de la collectivité en terme d'acceptation de délais parfois plus longs par rapport à des utilisateurs ayant l habitude d'une célérité exemplaire ). Estimation des économies N ayant pas d indicateurs pour mesurer l économie réalisée, il est difficile de la chiffrer, d autant que de nouvelles applications ou prestations se sont ajoutées. Cependant, au vu des budgets exécutés, la baisse des coûts de maintenance peut être estimée entre 10 % et 20 % sur une période de deux ans, pour une quarantaine de contrats.

14 Révision des modalités de remplacement des agents titulaires des collèges N 6 Cg expérimentateur : Doubs Personnes ressource : Mme Jacquin, Mme Deiber, Direction de l éducation, du patrimoine et des transports Rédacteur de la fiche : V. Gagelin A servir... Revoir les modalités de remplacement des agents titulaires absents dans les collèges permet à la collectivité de réduire l enveloppe du personnel remplaçant. Pour ce faire, il convient de définir les règles qui seront mises en œuvre, exemple : - mettre fin aux contrats avant les vacances scolaires - appliquer un délai de carence avant le remplacement tout en tenant compte des spécificités des métiers et des particularités de chaque établissement, - diminuer les quotités de travail des agents en remplacement. 50 Degré de difficulté Moyen. Ingrédients nécessaires Bonne communication avec les chefs d établissements et travail en concertation à mener en amont. Budget nécessaire Cette recette ne nécessite pas de budget particulier.

15 Préparation Définir les règles qui s appliqueront. Dans le cas de la collectivité proposant cette fiche, les règles en vigueur sont les suivantes : Application d un délai de carence de 15 jours pour tout remplacement d agent d entretien (sauf cas exceptionnel). Étude au cas par cas pour les agents de maintenance. Le chef cuisinier est remplacé sans délai de carence sauf s il existe un second capable de faire fonctionner le service de restauration. Remplacement des agents d entretien par des contractuels dont la quotité de travail est inférieure à celle de l agent remplacé ( agent à 100 % remplacé à 80 %, agent à temps partiel remplacé à 50 % ). Ne s applique pas aux chefs de cuisine. Arrêt des contrats pour les vacances d été, à la date de fermeture des établissements pour les élèves et non plus à la fin des permanences. La reprise des contrats avant la rentrée de septembre se fait par contre aux permanences et pas à la date de reprise des élèves. Toutefois ce dernier point est à l étude et est susceptible de modification. Commentaires Des remarques ont été formulées par les équipes d agents et la direction des collèges : quant à la qualité du service, quant à la fatigue engendrée pour les autres agents avec le risque de multiplication des arrêts maladie qui est lié, quant à la précarité plus grande des agents non titulaires. À noter que ces règles ont été validées par le Bureau du Conseil général, et présentées au groupe de travail Éducation, animé par le Vice Président du Conseil général, et composé de représentants des Principaux, gestionnaires, syndicats, de l inspectrice d Académie ou son représentant, de la Direction générale et des services du Département ( DRH et Direction de l éducation ). Estimation des économies Dans le Doubs, cette action a été mise en place en 2010 ( fin avril / début mai ). Elle a généré en 2010 une économie de plus de dans les 47 collèges concernés, au cours des 8 mois de mise en place du dispositif.

16 Démarche expérimentale visant une amélioration de la problématique des déplacements professionnels des agents N 7 Cg expérimentateur : Ardèche Rédacteur de la fiche : R. Méry A servir... Les déplacements professionnels des agents représentent des enjeux financiers importants. Au CG 07, les frais de déplacements remboursés aux agents s élèvent à plus de par an. Pour le service concerné par l expérimentation, cette dépense s élevait à en Le CG07 a mené une démarche expérimentale de location de véhicules sur une durée de trois ans sur le périmètre d une unité territoriale d action sociale. L idée clé étant d avoir le réflexe de l utilisation des moyens autres que son véhicule personnel. 50 Degré de difficulté Moyen. Ingrédients nécessaires Une démarche projet permettant un travail en transversalité entre les différents services concernés : unité territoriale choisie pour l expérimentation, services supports ( commande publique, gestionnaires du parc automobile et du garage, finances... )... Un comité de pilotage chargé de suivre l évolution du projet ( avec en particulier le suivi trimestriel des tableaux de bord ). Une méthodologie de large concertation visant à l appropriation de la démarche par les agents, afin d obtenir leur mobilisation et leur adhésion au projet.

17 Un marché de location de véhicules. Qualité du suivi des tableaux de bord. Respect du cadre budgétaire. Utilisation massive des véhicules de location, de façon à utiliser le moins possible les véhicules personnels. Budget nécessaire Dans le cadre de l expérience du CG 07, pour 8 véhicules. Ce budget comprend la location, les frais de carburant, les assurances, les pneus et la maintenance mécanique. Préparation Conception de la base de saisie des données alimentée par les différents services et des tableaux de bord. Mise en réseau, sur un lecteur partagé, des documents relatifs au projet. Commentaires Les tableaux de bord doivent permettre de suivre : les kilomètres parcourus par les agents avec leur véhicule personnel, ceux parcourus avec chaque véhicule de la flotte garage et ceux parcourus avec chaque véhicule de la flotte location; les coûts relatifs à chacune de ces modalités de déplacement professionnel : frais de déplacements remboursés aux agents, coûts associés à chaque véhicule des deux flottes; Cette expérimentation a mis en évidence un faible taux d utilisation des véhicules de service ( 40 % ) et cela a amené le Directeur à réfléchir à l organisation du travail dans le service afin d optimiser l utilisation. Estimation des économies Pour ce qui est des frais de déplacements remboursés aux agents, l économie estimée pour 2010 ( première année de l expérimentation ) est de Ceci représente une opération blanche pour le département, car cette économie est du même ordre que le budget nécessaire pour l expérience. En revanche, il est possible qu une réflexion à moyen terme conduise à étendre cette démarche à d autres services du Conseil général, en favorisant la flotte location par rapport à la flotte garage. Il a en effet été constaté en Ardèche que le coût kilométrique de la flotte location ( 0,21 /km ) est moins élevé que celui de la flotte garage ( 0,25 /km ).

18 Définition de la dotation cible des moyens en personnels techniques des collèges N 8 Cg expérimentateur : Ardèche Personne ressource : G. Barbier, Chef du service éducation; C. Berne, Directrice B. Debos, Contrôleur de gestion Rédacteur de la fiche : B. Debos A servir... Ce travail vise les objectifs suivants : définir un niveau de qualité de service pour la restauration et l entretien général, objectiver l allocation des ressources rééquilibrer la répartition des moyens humains prendre en compte les spécificités de certains collèges. 50 Degré de difficulté Moyenne, sous réserve de disposer des données de base relatives aux collèges ( nombre de repas servis, surface des locaux, répartition des activités, ressources humaines, effectifs... ). Ingrédients nécessaires Un projet porté par la Direction générale Une dimension politique à ne pas négliger Une démarche participative et transparente vis à vis des gestionnaires et des principaux des collèges La disponibilité des données de base pour objectiver le mode de calcul.

19 Budget nécessaire Si la collectivité ne possède pas les données de base, l audit externalisé des fonctions restauration et entretien général est de l ordre de ( pour un département comptant environ 25 collèges ). Préparation Principales étapes Définir le périmètre des collèges concernés et les domaines Proposer une méthodologie, un calendrier à faire valider par le directeur général puis par le Président Associer la direction des bâtiments, la direction de l éducation et la direction des ressources humaines Mener le travail d audit ( internalisé ou externalisé ) : 1 an Présenter les conclusions par thématiques : nettoyage et restauration. Bâtir un plan d actions en concertation avec les collèges et la direction de l éducation Commentaires La définition des moyens en Personnels techniques des collèges doit être intégrée dans une démarche plus globale visant à définir l organisation cible de chaque collège. Les moyens humains sont un des leviers d optimisation de la performance auquel il faut ajouter : le niveau de qualité de service souhaité la formation des équipes l organisation du travail ( planning, procédures... ) etc... Estimation des économies En s engageant dans cette démarche ( conduite au cours de l année 2010, pour une mise en œuvre effective début 2011 ), le Conseil général de l Ardèche souhaite maîtriser la masse salariale ( stabilisation à moyen terme) en utilisant une grille de simulation prospective, réactualisée en fonction de l évolution des données de base.

20 Recensement des mises à disposition, par le Conseil général, de moyens en faveur d organismes tiers N 9 Cg expérimentateur : Tarn Personne ressource : A. Doumerc Contact : A. Doumerc, Responsable du service contrôle de gestion et évaluation des politiques publiques Action en cours au Conseil général du Tarn Responsable du service contrôle de gestion et évaluation des politiques publiques A servir... En application de l article L du Code général des collectivités territoriales, le Conseil général doit publier, dans ses annexes budgétaires, la liste des concours en nature ( mises à disposition de personnel, de locaux, de véhicules et de matériel, mobilier, fournitures et travaux divers ) qu il attribue à des organismes tiers. Cette liste doit être chiffrée. La loi du 26 janvier 1984 modifiée portant statut de la fonction publique territoriale prévoit de communiquer au comité technique paritaire l état récapitulatif des agents mis à disposition des organismes tiers. L ensemble des mises à disposition doit se faire dans le respect de la règlementation en vigueur, qui a évolué au cours des dernières années : M52, Code Général de la Propriété des Personnes Publiques ( CG3P ), loi de 2007 sur la modernisation du statut de la fonction publique. Ce travail doit permettre de minimiser les risques encourus par la collectivité et de réaliser des économies. 50 Degré de difficulté Moyen à difficile. Ingrédients nécessaires Un comité de direction convaincu de l intérêt de la démarche Des directeurs et des chefs de services mobilisés Beaucoup de pédagogie. Budget nécessaire Pas de budget, mais du temps de travail pour tous les services concernés, et plus particulièrement pour le contrôle de gestion.

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE La loi donne aux OPH la possibilité de choisir leur régime budgétaire et comptable : public ou commercial. Le choix qui se pose est donc généralement celui du passage en comptabilité de commerce. Il doit

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

LIASSE FISCALE GESTION DE LA PAIE

LIASSE FISCALE GESTION DE LA PAIE LIASSE FISCALE SAGE EBP B-E-D GESTION DE LA PAIE COMPTABILITE Acciale Formation 119, avenue Charles de Gaulle 08000 CHARLEVILLE-MEZIERES Tél.: 03 24 32 86 26 www.accialeformation.com Contact : carolinelambert@accialeformation.com

Plus en détail

[FICHE DE POSTE COMPTABLE ET GESTIONNAIRE DE CARRIERES] 13 mai 2014

[FICHE DE POSTE COMPTABLE ET GESTIONNAIRE DE CARRIERES] 13 mai 2014 FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE Comptable et gestionnaire de carrières CADRE STATUTAIRE Agent titulaire de la Fonction Publique Territoriale Catégorie : B Filière : Administrative Cadre d emploi : Rédacteur

Plus en détail

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique

La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Retraites La gestion sous mandat de caisses de retraite publique Dès sa création en 1816, la Caisse des Dépôts s est vu confier la gestion des systèmes de retraite publique. Cette responsabilité participe

Plus en détail

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 I. Contexte : Pourquoi, quand et comment réaliser le suivi budgétaire? II. Les modalités générales de prise

Plus en détail

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement Réunions Inter-cantonales en partenariat avec l AMF, Association des Maires de France. DDFiP du Cantal Mars 2012 1 1- La dématérialisation 2

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET Département du Doubs Pôle solidarités et cohésion sociale Délégation à l action

Plus en détail

Direction des ressources humaines

Direction des ressources humaines Direction des ressources humaines Directrice : Stéphanie LONGUEVILLE Adresse : 15 rue de Sévigné, 69003 Lyon Téléphone : 04 72 61 77 86 Courriel : stephanie.longueville@rhone.fr Nombre d'agents dans le

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

UNITE DE GESTION FSE BORDEAUX PERIGUEUX AGEN APPEL A PROJETS 2013-2014 PLIE DE L AGENAIS

UNITE DE GESTION FSE BORDEAUX PERIGUEUX AGEN APPEL A PROJETS 2013-2014 PLIE DE L AGENAIS UNITE DE GESTION FSE BORDEAUX PERIGUEUX AGEN APPEL A PROJETS 2013-2014 PLIE DE L AGENAIS I - PRESENTATION GENERALE ET CONTEXTE 2 Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020,

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public

Dématérialisation des factures du Secteur Public Dématérialisation des factures du Secteur Public Rencontre Editeurs de solutions informatiques à destination du secteur public local 16 mars 2015 Ordre du jour 1. Présentation d ensemble du projet CPP

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL

Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL LA CREATION D UN SIEGE SOCIAL Aurélie CAMROUX Marc CLOUVEL Experts comptables Commissaires aux comptes Blog AXIOME D.I.S. (actualité règlementaire secteur S.M.S.) http://flash.info.sms.over-blog.com 1

Plus en détail

Les agences comptables des lycées et collèges publics

Les agences comptables des lycées et collèges publics Les agences comptables des lycées et collèges publics Dans le rapport public annuel de 2008, les juridictions financières avaient souligné les défaillances de la gestion comptable des 2600 lycées et des

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux Sèvres-Vienne Règlement d'action Sanitaire et Sociale Projet Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Principes Généraux Préambule

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants. Maîtriser la gestion du parc automobile

Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants. Maîtriser la gestion du parc automobile Dossiers méthodologiques DURANTON Consultants Maîtriser la gestion du parc automobile Version actualisée le 17 octobre 2013 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance

Plus en détail

ACQUISITION DU PROGICIEL GESTION FINANCIERE. Cahier des Clauses Techniques Particulières

ACQUISITION DU PROGICIEL GESTION FINANCIERE. Cahier des Clauses Techniques Particulières ACQUISITION DU PROGICIEL GESTION FINANCIERE Cahier des Clauses Techniques Particulières Sommaire I. PRESENTATION DE L EXISTANT... 1 II. CARACTERISTIQUES GENERALES... 2 III. REPRISE DES DONNEES FINANCIERES...

Plus en détail

Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus

Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus Emmanuel SPINAT Délégué de la directrice à la Maintenance et Supervision Opérationnelle (DMSO) de l Agence pour l Informatique

Plus en détail

Identification de l action et du demandeur

Identification de l action et du demandeur CAHIER DES CHARGES AUDIT DE PROCEDURES POUR LA SELECTION, LE SUIVI ET LE CONTROLE DES ACTIONS COFINANCEES PAR LE FSE DANS LE CADRE DE L OPERATION 2012-2013 «ACCOMPAGNEMENT ET DEVELOPPEMENT DE COMPETENCES

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

d une unité de formation par apprentissage

d une unité de formation par apprentissage d une unité de formation par apprentissage Centre de Formation des Apprentis de l académie d Orléans-Tours 2 rue du carbone - CS 80017 45 072 ORLEANS CEDEX 2 02 38 83 48 26 MAIL : cfaacademique@ac-orleans-tours.fr

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat.

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat. Secrétariat général DIRECTION DE L'EVALUATION DE LA PERFORMANCE, ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES IMMOBILIERES SLAC/N AFFAIRE SUIVIE PAR : Pierre AZZOPARDI Tél :

Plus en détail

La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité

La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité Création, missions, orientations stratégiques La DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques) Créée

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale Présentation du cabinet PEOPLE BASE CBM (Compensations and Benefits Management)

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

Préparation de la mise en œuvre de l habilitation de service public

Préparation de la mise en œuvre de l habilitation de service public Préparation de la mise en œuvre de l habilitation de service public Concertation n 1 avec les têtes de réseau des opérateurs de formation Réunion du 3 juillet 2014 Note de problématique La Région Basse

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE Un ensemble de mesures conçu pour répondre aux préoccupations quotidiennes et aux besoins concrets des TPE et PME afin de : lever les freins à l emploi ; développer l activité ; faciliter la création et

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Etablissement Public de Coopération Culturelle Scène Nationale de Guyane. Procédure adaptée

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Etablissement Public de Coopération Culturelle Scène Nationale de Guyane. Procédure adaptée AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Etablissement Public de Coopération Culturelle Scène Nationale de Guyane Procédure adaptée Règlement de consultation Objet du marché Fourniture d une application comptable

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques REPENSER LA PRESENTATION DU BUDGET : UNE NOMENCLATURE STRATEGIQUE Le budget des collectivités de plus de 3 500 habitants peut être présenté par nature et par fonction. La nomenclature fonctionnelle permet

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

GUIDE DU PORTEUR DE PROJET

GUIDE DU PORTEUR DE PROJET PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION Appel à projets 2013 PARCOURS LIEN SOCIAL 1.1. Dynamique et Projet 1.2. Linguistique à visée sociale et/ou professionnelle 1.3. Accueil Orientation et Accompagnement

Plus en détail

INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014. Réunion du 14 AVRIL 2014

INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014. Réunion du 14 AVRIL 2014 INFORMATION DES ÉLUS ISSUS DES SCRUTINS DES 23 ET 31 MARS 2014 Réunion du 14 AVRIL 2014 PROGRAMME 08h45 : introduction par M. G.Lambert, préfet de la Lozère et J. Blanc, président de l association des

Plus en détail

ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION

ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION ATELIER RETRAITE 2014 SEANCE D ACTUALISATION I- La réforme des retraites 2014 1 - Les mesures impactant les actifs et les employeurs Les cotisations retraite La durée d assurance / taux plein Le départ

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE RELATIVE A UNE SOLUTION

NOTE EXPLICATIVE RELATIVE A UNE SOLUTION NOTE EXPLICATIVE RELATIVE A UNE SOLUTION GLOBALE DE DEMATERIALISATION TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS... 1 PARTIE 1 : LE GROUPEMENT DE COMMANDES 2 1. Les services proposés... 2 2. L adhésion au groupement

Plus en détail

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015 Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019 8 septembre 2015 1 Le déroulé de la rencontre La couverture des risques statutaires L absentéisme en France La carte de visite du contrat groupe actuel

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Les structures juridiques porteuses de dispositif MAIA disposant d un

Plus en détail

PIECES A JOINDRE AU BILAN D'EXECUTION

PIECES A JOINDRE AU BILAN D'EXECUTION PIECES A JOINDRE AU BILAN D'EXECUTION 50, avenue François Mitterrand 91200 ATHIS-MONS Tél : 01 69 38 71 50 Fax : 01 69 38 29 99 Mail : plieintercommunal91@wanadoo.fr x Pièces reçues VOLET FINANCIER Pièces

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

DU GESTIONNAIRE DE PERSONNEL

DU GESTIONNAIRE DE PERSONNEL V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTERIEL DU GESTIONNAIRE DE PERSONNEL (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le présent référentiel comprend un référentiel d activités, de compétences et de formation

Plus en détail

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 COORDONNATEUR D ADMINISTRATION GÉNÉRALE Code : ADM01 Coordonnateur d administration générale FPEADM01 Il organise, coordonne et supervise le

Plus en détail

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public?

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Mardi 12 juin 2007 Saint-Germain Germain-en en -Laye Contexte Pontault-Combault Département : Seine et Marne Population

Plus en détail

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) :

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) : 1ère et Terminale Bac Pro COMPTABILITÉ LE PLAN DE FORMATION EST A LIRE DE FACON TRANSVERSALE PROMOTION 2009 COMMUNICATION ET ORGANISATION COMMERCE ET COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT UTILISER LES OUTILS DE

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020. 2.04 Développement des services dématérialisés des administrations

Programmes Opérationnels Européens FEDER 2014-2020. 2.04 Développement des services dématérialisés des administrations Page 1 Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d investissement (art. 5 Règ. FEDER) Intitulé de l action Guichet unique / Rédacteur 2 AMÉLIORER L ACCÈS

Plus en détail

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION Infodoc Législation/Réglementation Formation Continue et Professionnelle Mai 2015 n 96 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

dans les démarches Journée de sensibilisation TEDDIF 3 mai 2007 ASIEM

dans les démarches Journée de sensibilisation TEDDIF 3 mai 2007 ASIEM La gestion de projet dans les démarches d achats responsables pour les collectivités Journée de sensibilisation TEDDIF 3 mai 2007 ASIEM Eléments de méthode pour la conduite de projets d achats responsables

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Présentation EDIFICAS Mai 2011 Nicolas Botton SOMMAIRE 1. Les gains issus de la dématérialisation dans le secteur

Plus en détail

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute Garonne Actualités statutaires

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute Garonne Actualités statutaires Actualités statutaires Octobre 2012 Plan : - Présentation de la loi du 12 mars 2012 - Décret sur les rédacteurs - Points divers Loi du 12 mars 2012 La loi du 12 mars 2012 relative à l'accès à l'emploi

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

éducation, formation, apprentissage,

éducation, formation, apprentissage, éducation, formation, apprentissage, la Région accompagne les apprenants La Région, créatrice d avenir pour ses habitants octobre 2014 2 région franche-comté éducation, formation, apprentissage, la région

Plus en détail

LA LOLF - Les trois comptabilités

LA LOLF - Les trois comptabilités LA LOLF - Les trois comptabilités Suivre l autorisation et l exécution budgétaire Assurer la transparence de la situation financière de l Etat Mesurer le coût de chaque politique publique Comptabilité

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Validation du bilan de GES et approbation des orientations stratégiques du programme d'actions Rapport n 404 au CONSEIL GENERAL du 21 décembre 2012 L'ENGAGEMENT DU CONSEIL

Plus en détail

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION Préface Les associations sportives proposent une offre de pratiques diversifiée et accessible au plus grand nombre. Utiles

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

CONFERENCE DES VILLES DE BRETAGNE

CONFERENCE DES VILLES DE BRETAGNE \SOMMAIRE CONFERENCE DES VILLES DE BRETAGNE Proposition de mission ECO ORIGIN MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS Journée du 26 novembre 2013 Me Joël BERNOT Avocat associé Avoxa Pierre-Olivier HOFER

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

STATUT LE TEMPS PARTIEL

STATUT LE TEMPS PARTIEL STATUT LE TEMPS PARTIEL Fiche statut 24 août 2012 Références: - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale - Ordonnance n 82-296 du 31

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

Le directeur académique des services de l éducation nationale. Mesdames et Messieurs les instituteurs et professeurs des Ecoles

Le directeur académique des services de l éducation nationale. Mesdames et Messieurs les instituteurs et professeurs des Ecoles Le directeur académique des services de l éducation nationale à Division des Personnels Enseignants du 1 er degré Bureau des actes collectifs- DP2 Référence Dossier suivi par Monique VEAUGIER Téléphone

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Les autres types de cartes de commande et de règlement

Les autres types de cartes de commande et de règlement CHAPITRE 1 Les autres types de cartes de commande et de règlement La carte d'achat est un outil nouveau pour les collectivités et établissements publics locaux qui demande des aménagements dans les pratiques

Plus en détail

CORRESPONDANT RH CORRESPONDANT SOCIAL RH

CORRESPONDANT RH CORRESPONDANT SOCIAL RH Direction des Ressources humaines CORRESPONDANT RH H CORRESPONDANT SOCIAL RH POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Ressources Humaines Service : Pôle prestations sociales

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE Poste tenu par : Responsable hiérarchique : Le Directeur DRHRS 1) DENOMINATION DU POSTE : DESCRIPTION DE POSTE Chef du Service Carrière et Rémunération Grade et filière ATTACHE ou ATTACHE PRINCIPAL / ADMINISTRATIVE

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

REUNIONS DE GESTIONNAIRES EN BASSIN Synthèse des réunions de SEPTEMBRE à DECEMBRE 2011

REUNIONS DE GESTIONNAIRES EN BASSIN Synthèse des réunions de SEPTEMBRE à DECEMBRE 2011 REUNIONS DE GESTIONNAIRES EN BASSIN Synthèse des réunions de SEPTEMBRE à DECEMBRE 2011 - BASSIN Clermont Nord (réunion du 6/10/11) Le contrôle interne comptable Rappel de l outil ODICE et de son intérêt

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE 2 SOMMAIRE I. LES FAMILLES PROFESSIONNELLES... 5 II. LES FONCTIONS GENERIQUES... 12 FAMILLE ETUDES ET CONCEPTION......... 15 ASSISTANT D ETUDES ET CONCEPTION...16

Plus en détail

ACTES, PASSAGE AU PROTOCOLE PESV2, DEMATERIALISATION, SIGNATURE ELECTRONIQUE UTILISATION DE CERTIFICATS ET ARCHIVAGE ELECTRONIQUE

ACTES, PASSAGE AU PROTOCOLE PESV2, DEMATERIALISATION, SIGNATURE ELECTRONIQUE UTILISATION DE CERTIFICATS ET ARCHIVAGE ELECTRONIQUE ACTES, PASSAGE AU PROTOCOLE PESV2, DEMATERIALISATION, SIGNATURE ELECTRONIQUE UTILISATION DE CERTIFICATS ET ARCHIVAGE ELECTRONIQUE Les élus du Centre de Gestion souhaitent proposer aux collectivités un

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

Notice d aide au renseignement du bilan d exécution

Notice d aide au renseignement du bilan d exécution Notice d aide au renseignement du bilan d exécution FSE 4-2.3 en Ile-de-France «Appui aux microprojets associatifs» Cette action est soutenue par le Fonds social européen et la Région Ile-de-France Introduction

Plus en détail

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné.

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné. Contrat de Syndic Entre les soussignés 1 - LE SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES Le Syndicat des copropriétaires de l'immeuble sis à : représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale

Plus en détail