Alain ASQUIN Christophe FALCOZ Thierry PICQ Ce que manager par projet veut dire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alain ASQUIN Christophe FALCOZ Thierry PICQ Ce que manager par projet veut dire"

Transcription

1 Alain ASQUIN Christophe FALCOZ Thierry PICQ Ce que manager par projet veut dire, 2005 ISBN : X

2 1 Se repérer dans la diversité des projets État des lieux À quoi reconnaît-on un projet? La diversité des projets dans les organisations Structures et acteurs des projets Sur le terrain. Dossier : la CAF de Montpellier

3 L objectif de ce chapitre est de proposer des repères simples et utiles pour la compréhension et l action. Ces grilles de lecture des projets servent à appréhender une réalité bien plus complexe, mais le fait de construire des modèles-types qui forcent au contraste, est un exercice propice à la prise de recul et à la production de sens. Nous nous attacherons dans un premier temps à mettre en évidence les principales caractéristiques qui permettent d identifier une «situation à projet», quel qu en soit le contexte. Nous nous intéresserons ensuite de façon privilégiée à la sphère économique, en distinguant plusieurs types de situations projets rencontrées dans le monde de l entreprise. Chaque modèle type présente des enjeux, objectifs et attributs qui lui sont propres. Nous verrons qu il existe plusieurs façons d organiser la mise en œuvre des projets, d en piloter le déroulement et de structurer les relations entre acteurs, en fonction des contextes et objectifs propres à chaque cas. État des lieux À quoi reconnaît-on un projet? Intuitivement, il est aisé de repérer les ingrédients qui permettent de définir une situation de projet, quels que soient son objet et son contexte : un projet se définit comme une activité ponctuelle et contingente, bornée dans le temps, en vue d atteindre un objectif précis, issu de l expression d un besoin. Le projet présente un caractère dual, à la fois défini comme une intention, l idée de l objet final que l on veut créer et qui n est pas encore terminé, mais aussi comme une réalisation en cours, le passage de l intention à l action, le processus méthodologique qui permet de réaliser l intention. Il est intéressant de noter que cette ambivalence du mot projet n est pas appréhendée de la même façon selon les cultures. Le sens donné par 5

4 État des lieux les Français au mot projet privilégie le contenu (l objet en train de se construire), alors que le sens anglo-saxon du terme «project» insiste sur le processus et les moyens (l organisation et la démarche pour le construire). Qu est-ce qu un projet? Au-delà des définitions formelles, les situations de projet peuvent être appréhendées par la présence de cinq caractéristiques majeures. L unicité et la singularité Le projet présente un caractère d unicité et de singularité, soit par le contenu des actions à mener, soit par le contexte dans lequel le projet se déroule. En effet, même dans les cas où le contenu des projets évolue peu, le contexte dans lequel se déploient les actions n est jamais rigoureusement identique. Le projet est donc une forme d organisation du travail adaptée à l invention de solutions nouvelles pour résoudre un problème pour partie singulier (organiser un événement, créer un nouveau produit, pénétrer un nouveau marché, ). Il représente une opportunité réelle de remise en cause, de questionnement et de créativité, tant sur le contenu (capacité à développer un nouvel objet technique) que sur le processus (capacité à travailler plus vite, moins cher ou différemment que par les routines organisationnelles établies). Cette singularité incite d ailleurs à utiliser massivement le mode projet pour générer de l innovation, introduire du changement et expérimenter de nouvelles façons de travailler. La temporalité et l irréversibilité Un projet est une activité et/ou une organisation temporaire, tendue vers un but ponctuel et précis, délimité dans le temps. L intérêt est moins d insister sur l aspect borné du projet (un début / une fin) que sur son caractère dynamique, marqué par l écoulement du compte à rebours et le rapprochement inexorable d une échéance. Un projet (au sens de l intention) présente donc la particularité de se détruire progressivement au fur et à mesure de sa réalisation. Comme lors d une descente de rivière, il est impossible de revenir en arrière! Le processus, une fois lancé, est irréversible et le temps perdu en 6

5 Se repérer dans la diversité des projets amont ne se rattrape pas en aval. Mais le temps est une variable d action, sur laquelle le responsable du projet peut agir en posant des jalons, structurer de façon prévisionnelle les actions jusqu à l échéance et, bien sûr, suivre et rajuster en cas de dérive. Un projet est une démarche séquencée dans le temps, non linéaire, marquée par des changements fréquents de rythmes et d intensité. L ouverture à l incertitude L incertitude est au cœur des projets, puisqu il s agit de construire pasà-pas un futur par définition inconnu au départ. De nombreux aléas de toutes natures peuvent émerger à tous moments. L identification d alternatives, la prise de risque et la capacité d adaptation sont donc des compétences clés du chef de projet Les acteurs qui vont influer le déroulement du projet ne sont pas nécessairement tous identifiés au départ de façon précise. Des opposants, ou bien au contraire, des porteurs de ressources peuvent se manifester en cours de route, et soutenir ou entraver le déroulement des actions. Un projet est donc un système ouvert, qui se nourrit de l incertitude et repose sur des principes, méthodes et outils spécifiques de gestion des risques, aptes à intégrer au plus vite les inévitables aléas. La transversalité et la combinaison de compétences Les projets contiennent nécessairement une forte dimension collective et associent des contributions diverses. Même un projet individuel, pour aboutir, doit pouvoir s appuyer sur des tiers qui apportent des ressources. La force d un projet est de pouvoir combiner des compétences pour atteindre un objectif qu aucune, prise isolément, n aurait pu atteindre. Constituer une équipe projet, plus ou moins formelle, représente la façon la plus classique de réunir des contributeurs de différentes expertises parfois de plusieurs origines (plusieurs organisations d appartenance, plusieurs cultures, ), qui n ont pas vocation à rester ensemble au-delà du terme de leur mission. Une des forces de l organisation en projet est donc de créer un cadre propice à la transversalité et la multidisciplinarité, à condition que les parties prenantes apprennent au plus vite à bien travailler ensemble. L apprentissage collectif s avère essentiel, car un projet se redéfinit souvent «chemin faisant». C est au fil des interactions, expérimentations, débats, confrontations, essais et erreurs, qu émergent à la fois le chemin mais aussi le résultat final du projet. État des lieux 7

6 État des lieux Une idéologie progressiste Le verbe «porjeter», qui signifie littéralement «jeter en avant» aurait fait son apparition dans notre vocabulaire au XII e siècle. L étymologie porte donc en germe une idéologie du projet qui conçoit ce mode d organisation comme d emblée porteur de progrès. L organisation en projet permet de se projeter dans l avenir, de mobiliser des compétences et de mettre en tension des énergies pour atteindre un objectif. Nous verrons que lorsque cette vision est idéalisée, le projet comme instrument du développement, qu il soit individuel, collectif ou organisationnel, peut être à l origine de nombreuses pathologies. QUELQUES REPÈRES TERMINOLOGIQUES Projet : activité singulière et non répétitive, bornée dans le temps, irréversible, ouverte à l incertitude, combinant des compétences distinctes mais complémentaires dans une perspective de progrès ou de changement. Opération : processus régulier et répétitif, à incertitudes réduites, dans un temps lisse et continu, regroupant des expertises homogènes pour bénéficier des effets d expériences. Programme : ensemble de projets interreliés, qui sont conduits en conjonction (programme spatial, programme de recherche, ).. Comment se représenter un projet? Un projet peut être abordé avec plusieurs niveaux de lecture simultanés, qui mettent en évidence le caractère multidimensionnel, et donc complexe, des situations de projet. Trois dimensions concernent le projet lui-même : la dimension technique, qui concerne la capacité à réunir les compétences et expertises nécessaires pour réaliser techniquement le projet. la dimension méthodologique, qui consiste à organiser une action collective, en utilisant les outils de délégation, coordination, suivi et contrôle les plus adaptés à la nature du projet. 8

7 Se repérer dans la diversité des projets la dimension managériale : derrière les rôles et tâches se trouvent des personnes avec des niveaux de motivation et de compétence différents. La réussite d un projet passe bien évidemment par la capacité à animer une équipe plurielle, en créant une dynamique collective entre des individus tous différents. Trois autres dimensions sont extérieures au projet, et concernent l environnement dans lequel il se situe : la dimension stratégique : un projet ne peut réussir que s il s insère dans un contexte organisationnel favorable et qu il s inscrit dans le cadre d une stratégie (soit qu il décline, soit qu il contribue à définir). De l alignement stratégique du projet va dépendre sa capacité à disposer des ressources nécessaires à son déploiement. la dimension politique : un projet génère une tension sur les ressources. Il implique donc des négociations et des arbitrages qui touchent les jeux politiques, car il bouscule les situations de pouvoir en place. Un projet ne peut se développer que s il est suffisamment aligné avec les intérêts des acteurs influents. la dimension symbolique : un projet, d autant plus qu il est porteur d enjeux importants et visibles, peut jouer un rôle symbolique, qui déborde largement de son contenu technique. Cette dimension explique souvent le fait que certains projets sont entrepris, alors que leur contenu et leur performance intrinsèque sont loin d être positifs (voir par exemple le dossier du Concorde ou le cas du Vasa). Le succès d un projet dépend donc de facteurs internes (capacité à attirer les compétences adéquates, à organiser le travail de façon efficace et à manager des hommes), mais également externes (capacité à accéder aux ressources organisationnelles et à prendre en compte les jeux politiques et symboliques). Le schéma ci-après reprend ces différents niveaux de lecture, en rappelant leur caractère dynamique et évolutif dans le temps. État des lieux 9

8 État des lieux Dimension symbolique Créer du sens Dimension dynamique Piloter un processus dans le temps Dimension politique Rallier les soutiens nécessaires Dimension stratégique Accéder aux ressources pertinentes Dimension Dimension managériale technique Manager des individus Disposer et des équipes des expertises nécessaires Dimension méthodologique Utiliser les méthodologies et outils appropriés Plusieurs niveaux d analyse La diversité des projets dans les organisations Après ces caractéristiques générales, partagées par tous les projets, nous allons désormais nous intéresser plus particulièrement à celles relatives aux organisations et activités productives. Quatre types principaux de situations projets sont observables dans le monde économique, en fonction des contextes sectoriels et organisationnels dans lesquels on se situe. 10

9 Se repérer dans la diversité des projets Quels sont les types de situation projet? Le modèle «entreprise projet» Le mode projet est naturel et connu depuis longtemps dans des secteurs à l activité unitaire et non reproductible, comme les grands travaux (Tunnel sous la Manche, ), l organisation d événements (Jeux Olympiques, spectacles ) ou encore les activités artistiques (tournage d un film). Le projet crée sa propre structure, qui disparaît lorsque la réalisation est terminée. On parle parfois «d entreprise-projet», dotée d une identité organisationnelle et juridique qui lui est propre. Le projet est central et l enjeu principal est de pouvoir fédérer et coordonner des opérateurs spécialisés qui appartiennent à des organisations distinctes et dont la responsabilité se limite à leur champ de contribution. État des lieux Le modèle «Portefeuille de projet» Le projet est également un mode d organisation naturel dans des secteurs dont l activité est composée d une succession de missions à chaque fois différentes, mais qui s appuient sur un fond de compétences partagées et capitalisées comme les services informatiques, l ingénierie ou le conseil. C est aussi le cas des entreprises de BTP qui ont plusieurs chantiers en parallèle. Dans ces métiers, tout est organisé pour réunir de façon temporaire les ressources nécessaires afin d accomplir régulièrement des missions ponctuelles. Les arbitrages globaux l emportent sur les considérations de tel ou tel projet local, dont aucun n est réellement vital pour l entreprise. L enjeu principal est celui de la gestion optimale du portefeuille d affaires en cours. Plus vite on aura su abandonner un projet aux perspectives modestes, plus grandes seront les ressources disponibles pour les autres. On parle parfois de démarche «stop or go». Modèle des «plateaux de projets» Depuis une vingtaine d années, on assiste à une généralisation du recours au management de projet, dans des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d activité, y compris dans des contextes de production de masse ou d activité continue, récurrente et standardisée. Dans de nombreuses industries, comme l automobile, la pharmacie et l électronique, les projets ont fait la preuve de leur 11

10 État des lieux efficacité quand il s agit d innover, de réduire les coûts, d améliorer la qualité ou encore de conduire des changements. Dans ce modèle, les projets sont généralement peu nombreux mais stratégiques, car vitaux pour l avenir de l entreprise. Modèle du «projet-entreprise» Enfin, la nouvelle économie a enfanté une nouvelle forme d entrepriseprojet, avec le modèle de la start-up, créée parfois autour d un seul projet, comme par exemple dans le secteur du jeu vidéo, où la survie de l entreprise dépend de la réussite ou de l échec du «hit» en cours de production. L entreprise se confond avec le projet de son créateur, émerge et disparaît avec lui. La question qui est posée est bien évidemment celle de la pérennité de la structure au-delà du projet et de sa capacité à gérer un portefeuille équilibré d activités, entre investissement et rentabilité. Entreprise projet Portefeuille de projet (les carrés symbolisent l entreprise, les cercles les projets) Plateaux de projet Projet-entreprise Quatre modèles de situation de projet dans l entreprise 1 1. Adapté de : ECOSIP, Pilotages de projet et entreprises, Economica,

11 Se repérer dans la diversité des projets À quoi servent les projets? Après la diversité des types de projets, liée à des configurations structurelles et des contraintes sectorielles, il est intéressant également de distinguer les projets selon leur finalité. Rappelons-nous qu un projet existe pour satisfaire le besoin d un client. De ce fait, la raison d être d un projet et la valeur qu il crée sont fonction de l objectif recherché par le client. Quatre finalités principales peuvent être distinguées. Elles correspondent à une évolution historique de la forme projet qui sera discutée dans le chapitre 2. État des lieux Organiser une mission ponctuelle de façon efficace Dans des contextes où le degré de reproductibilité d un projet à un autre est fort (construction d ensembles immobiliers ou missions de prestations de services comme les services informatiques), l enjeu est de reproduire, de façon fiable, des méthodes et modes d organisation qui ont prouvé leur efficacité. Partout où il s agit de réunir des compétences pour mener une mission nouvelle et ponctuelle, sur la base d une expérience accumulée, le mode projet s avère être performant. Les projets peuvent de ce fait être menés de façon très routinière, voire «taylorienne», avec une séparation entre la conception du projet et sa mise en œuvre, la formulation de règles et méthodologies standardisées, l emploi d outils préformatés de planification, de gestion et de suivi. La création de valeur pour le client, généralement externe à l organisation prestataire, s exprime en termes d économie de moyens, de fiabilité, d efficacité, de capacité à reproduire des démarches de gestion de projets en s appuyant sur les expériences passées, testées et éprouvées. 13

12 État des lieux Faire évoluer les produits et services Les projets apparaissent comme des formes d organisation privilégiées quand il s agit de développer de nouveaux produits et services. La concourance et la combinaison des apports de spécialistes réunis en «plateaux», s avèrent plus adaptées à l innovation qu un mode de travail séquentiel, par juxtaposition d expertises. L autonomie des équipes projet crée généralement un cadre propice à l imagination humaine et à la remise en cause des routines organisationnelles. La finalité des projets de développement est de générer de l innovation technologique au sein d une organisation donnée, sans changer son cadre global. Les clients des projets, consommateurs des nouveaux produits et services, sont certes externes, mais le besoin provient également d une demande interne : le client est aussi l entreprise elle-même, confrontée à la nécessité de faire évoluer et renouveler rapidement ses gammes de produits et services pour répondre à des enjeux de compétition sur ses marchés. Le projet doit s appuyer sur l organisation en place, puiser dans ses ressources et compétences, mais en même temps disposer de suffisamment d autonomie pour apporter une valeur de renouvellement et d évolution des activités (nouveaux produits ou services) ou des processus de travail (faire plus vite, moins cher ou avec un meilleur niveau de qualité). Provoquer des innovations de rupture Quand le contexte est radicalement nouveau et / ou turbulent, ou encore quand le degré d innovation est fort, le mode projet doit satisfaire à la contrainte de répondre de façon efficace et adaptée au problème complexe et nouveau qui lui est posé. On retrouve ces caractéristiques dans tous les grands événements (cf. dossier : Coupe du monde de football 1998), mais aussi dans des contextes organisationnels où l innovation est en rupture forte avec les pratiques institutionnalisées : diversification sur un marché nouveau, création d une activité radicalement nouvelle, développement d une technologie inédite Les facteurs clés de succès portent alors sur l autonomie et la capacité d auto-organisation du projet. Le client est externe et 14

13 Se repérer dans la diversité des projets exprime un besoin de création de valeur en termes d innovation, de capacité à répondre à des challenges, à mobiliser des ressources et mettre en tension des énergies pour inventer des réponses à un problème complexe et singulier. Mener des changements socio-organisationnels L objectif du projet est ici de conduire des changements qui portent sur le cadre organisationnel et l infrastructure d une entreprise, au-delà des produits / services qui composent son offre. Pour illustration : un projet de certification qualité, de déploiement d un nouveau système d information ou de restructuration interne (cf. dossier CAF de Montpellier). Le projet transforme la structure et les comportements au fur et à mesure qu il se déploie. Il est au service d un client interne, à qui il apporte de la valeur en étant le vecteur principal de changement, au niveau organisationnel et humain. On parle de conduite du changement par les projets, dont le succès dépend généralement de la qualité de l articulation entre le projet et l organisation qui l abrite. Le point d application de ce type de projet peut également se situer au niveau d un individu, pour accompagner son évolution personnelle et professionnelle, soit dans des périodes de reconversion (licenciement, changement d emploi, ), soit dans des démarches de développement en continu. En synthèse, on voit bien que le management de projet est plus qu un ensemble de techniques de gestion. Cette forme d organisation s impose comme une nouvelle forme de création de valeur : valeur économique, liée à l efficacité dans la conduite de missions ponctuelles, mais aussi valeur de renouvellement, de changement, voire d innovation au niveau des produits, des organisations et des hommes. La forme projet tend d ailleurs parfois à se généraliser et à devenir un mode de management dominant, dans des contextes turbulents, soumis à des changements permanents. On parle dans ce cas de management par projet. État des lieux 15

14 État des lieux Structures et acteurs des projets Au-delà de l identification de finalités distinctes, la diversité des projets se retrouve également dans leur mode d organisation. Les structures types Le modèle le plus évident est celui de l équipe projet «commando», composée de membres détachés à plein temps et qui travaillent avec un degré d autonomie important. Ce mode d organisation est classique dans des métiers comme les grands travaux, le cinéma ou la création d événements. Dans les organisations structurées par métiers, il permet d apporter des innovations de rupture, car il s affranchit des règles usuelles de l organisation. Dans ce cas, s il favorise l émergence d une vraie dynamique au sein d une équipe autonome, sous la responsabilité totale et claire d un chef de projet, il reste néanmoins consommateur de ressources et risque d amputer les activités plus récurrentes de l entreprise. Cette configuration n est donc qu un modèle d organisation parmi d autres qui ne doit pas être vu comme le meilleur dans l absolu. DG équipes métiers, fonctions ou services de l organisation partenaire extérieur équipes projet Modèle du projet «sorti» 16

15 Se repérer dans la diversité des projets À l extrême inverse, on trouve dans les entreprises de multiples projets dit «en structure fonctionnelle». Comme M. Jourdain pour la prose, nous avons régulièrement au sein des entreprises, mais aussi dans la vie courante, de nombreuses occasions de participer à des activités qui impliquent des personnes aux profils divers, sans relations formelles de pouvoir ni existence d une équipe clairement identifiée. Les rôles sont informels, souvent flous, et les outils de gestion de projets souvent sommaires. Le chef du projet, d ailleurs rarement identifié en tant que tel, reste localisé dans une fonction et se contente d un rôle d incitateur et de facilitateur, dans la mesure de ses moyens. État des lieux DG. F.. Modèle de la «facilitation» Enfin, existent des modèles intermédiaires, qui croisent les responsabilités des chefs de projets avec celles des acteurs métiers des entreprises. Parfois, le chef de projet n est qu un coordinateur, détaché de sa fonction et rattaché à la DG, et qui dispose de quelques ressources spécifiques ponctuelles (temps, budget, moyens techniques...) mais sans être doté d une réelle autorité hiérarchique sur les membres de l équipe projet. Il doit réussir à construire une place pour le projet au sein de l organisation, sans bénéficier toutefois de l arme hiérarchique pour contraindre les opposants à sa cause. DG.. C. Modèle de la «coordination». 17

16 État des lieux Dans d autres cas, les rôles sont plus équilibrés et créent une réelle structure matricielle, où projet et métiers se répartissent les ressources. La fonction de chef de projet est reconnue et son titulaire est généralement de même niveau hiérarchique que les responsables métiers. L équipe est, cette fois-ci, bien visible (elle a un nom, un espace géographique, des ressources propres...). L ajustement mutuel, la coordination directe et la négociation avec les responsables des grandes fonctions instituées sont des points de passage obligés pour assurer le bon fonctionnement de cette structure. Direction Programme DG A B Modèle «matriciel» Comme souvent, on constate que la réalité des structures-projet est un mixte de ces modèles avec des participations à géométrie variable : à temps partiel pour certains acteurs, à temps complet pour d autres, demeurant affectés à leur service d origine pour certains, complètement détachés pour d autres, en fonctionnement séquentiel sur certains points, en organisation simultanée pour d autres... Il n y a pas de mode d organisation idéal : seulement des choix adaptés à un contexte, une situation, un objectif et des acteurs. Une organisation bureaucratique a intérêt à mettre en place des équipes de «projets sortis» pour générer de l innovation et des ruptures et s affranchir ainsi des pesanteurs des structures dominantes. À l inverse, elle a intérêt à s appuyer sur l efficacité des procédures en place, quand le projet peut se contenter d une suite de contributions distinctes et séquentielles. 18

17 Se repérer dans la diversité des projets Les acteurs et leurs rôles Un projet se repère également par la présence de multiples parties prenantes, aux rôles clairement distincts. De façon générique, repérons quatre grands types d acteurs : le client : «Pas de projet sans client!» Cette affirmation rappelle qu un projet existe pour répondre à un besoin exprimé par un demandeur. Encore faut-il clairement identifier ce demandeur et clarifier ses besoins précis. Il serait plus juste de parler de «systèmeclients» pour évoquer le fait que la notion de client représente de plus en plus un ensemble complexe d acteurs inter-reliés : décideur final (celui qui achète le projet), utilisateur (celui à qui est destiné le projet), porte-parole (celui qui représente le décideur ou l utilisateur), prescripteur (celui qui influence le décideur) Ce réflexe de questionnement du contexte client est également précieux pour garder une attitude critique par rapport aux appels d offres, censés décrire de façon précise et exhaustive une demande indiscutable et indiscutée. Les clients-utilisateurs ont souvent du mal à formaliser de façon rigoureuse leurs besoins. Une approche de type «co-construction» s avère alors pertinente, où les besoins du commanditaire se précisent au fur et à mesure des interactions avec le prestataire. les organes de pilotage : ce sont tous ceux qui prennent part aux décisions de lancement, de poursuite ou d arrêt du projet. Parfois, il s agit du client lui-même, mais selon les cas, il peut s agir de représentants multiples regroupant tous ceux qui ont leur mot à dire sur l existence du projet : maîtrise d ouvrage déléguée, direction de projet, direction générale, comité de pilotage, comité de projet Ces acteurs sont rarement engagés dans la mise en œuvre. Ils formulent des objectifs, libèrent les ressources nécessaires, valident des choix et orientations, suivent et contrôlent l avancée du travail par une information régulière et formalisée (revue de projet, reporting). les membres de l équipe projet : ceux qui consacrent tout ou partie de leur temps pour réaliser, conduire et piloter la maîtrise d œuvre du projet. L équipe peut être formelle (avec un nom, un espace géographique, des moyens dédiés) ou informelle, non repérée en tant qu équipe projet. Elle peut à l extrême se réduire à un État des lieux 19

18 État des lieux individu unique, ou à l inverse constituer une structure organisationnelle complexe, tout en étant temporaire. Le chapitre 4 détaillera les conditions de succès de fonctionnement d une équipe projet. les contributeurs extérieurs au projet : ce sont tous les tiers qui sont peu ou prou concernés par le projet, sans faire partie directement de l équipe opérationnelle. Ils contribuent, soit parce qu ils fournissent directement des ressources, en apportant des idées, de l information, du temps, du soutien, des compétences, des financements, soit parce qu ils seront affectés directement ou non par les conséquences probables du projet et, qu à ce titre, ils en suivent le déroulement. Il s agit notamment des acteurs métiers, membres des grandes fonctions de l entreprise, ou bien des fournisseurs externes à l organisation, des sous-traitants, des partenaires, experts, ou encore des sponsors, des comités d usagers, de groupes d utilisateurs alliés ou opposants en fonction de leurs enjeux. Dans des grands projets, l organisation des acteurs peut s avérer très complexe, avec plusieurs niveaux d instances décisionnelles, opérationnelles et contributives. En conclusion Nous avons brièvement introduit dans ce chapitre quelques grilles de lecture pour permettre au lecteur de se repérer dans la diversité des situations de projet qu il peut être amené à rencontrer. L emploi de ces repères typologiques est utile pour identifier des «modèles types» et analyser leurs caractéristiques, leurs enjeux, et leurs facteurs de risques. Nous avons abordé la diversité des situations de projet au travers de trois prismes : les contextes dans lesquels ils se déploient, les finalités qu ils visent et l organisation de leur mise en œuvre. Ces trois aspects envisagés conjointement forment une grille que nous appliquons, à titre d illustration, à des cas de projets qui feront l objet d approfondissements tout au long de cet ouvrage. 20

19 Se repérer dans la diversité des projets Par exemple, le cas de la CAF de Montpellier, présenté à la fin de ce chapitre, se situe dans un contexte multi-projets, avec une finalité de changement d organisation et piloté en mode de «coordination». Nous verrons dans le chapitre 4 que pour gagner la Coupe de l America, l équipe suisse d Alinghi s est constituée en «entreprise-projet» pour un événement unique totalement innovant (première participation de la Suisse, pays sans mer, à cette course de voile mythique), organisé en «projet sorti», indépendant de toute autre structure. L entreprise Eden, présentée au chapitre 2 est, quant à elle, un projet-entreprise. Construire des typologies comme celle-ci est certes une façon de se repérer, tout en simplifiant une réalité bien plus complexe et multiforme. En effet, on constate que la réalité des structures projet est hybride, issue d un mixte de ces modèles. Par exemple, une start up en pleine croissance quitte un modèle de projet-entreprise vers une logique de gestion de portefeuille d activité. Toute organisation de grande taille abrite à la fois des projets «sortis», des croisements matriciels et des modes de fonctionnement informels. Un objectif d innovation produit / service peut progressivement amener à réfléchir à des changements organisationnels plus larges, Bref, la concomitance et l hybridation des modèles reflètent la complexité des organisations qui les abritent, mais aussi les dynamiques de transformations perpétuelles auxquelles elles sont soumises. En effet, les contextes, les finalités et les modalités de mise en œuvre des projets évoluent au fil du temps, en fonction du changement des stratégies, de l apparition d événements et d aléas, du mouvement des alliances et des rapports de force entre les parties prenantes concernées. L incertitude généralisée entraîne une obligation d adaptation permanente, et donc des allers-retours entre des modèles d organisation types. Au chef de projet de faire preuve de vigilance et de se doter des grilles d analyse aptes à l aider à se repérer dans un système complexe et en mouvement permanent. État des lieux 21

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED ImmoBiens 1 - Description du projet de l entreprise ImmoBiens est une société gestionnaire de biens immobiliers (location et entretien)

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Notions fondamentales

Notions fondamentales Gestion de projet Notions fondamentales Versions récentes du cours pdf, ppt, vidéo disponibles ici : management de projet Image : domaine public (source) 1 Avant de commencer Introduction Objectifs Plan

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992.

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992. Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Créer des usines, des entreprises, des organisations, des méthodes, des produits, des services nouveaux suppose d avoir des équipes motivées, obéissant à un calendrier

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC)

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) SOMMAIRE (1/3) ENJEUX DE L INFORMATIQUE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 1. Depuis quand un programme de convergence informatique

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service Ligne 100 pour PME-PMI La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE La solution de gestion commerciale avancée pour le Service L éditeur partenaire des PME Capitalisez sur l expertise

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique WWW.ANACT.FR OUTILS DE SIMULATION : Logigramme d activité Utilisation du logigramme d activité dans

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ENTREPRISES De l idée simple de mettre en relation les différents acteurs du progrès est née une plateforme de travail collaboratif proche du métier

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

L entretien professionnel, retours d expériences

L entretien professionnel, retours d expériences L entretien professionnel, retours d expériences les incontournables et les facteurs de réussite Service conseil en organisation et ressources humaines L entretien professionnel Octobre 2012 Sommaire Préambule

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Conseil en organisation et systèmes d information

Conseil en organisation et systèmes d information Charte Cigref - Syntec informatique Conseil en organisation et systèmes d information Avant-propos Le Cigref et Syntec informatique ont signé le 24 février 2003 une charte qui engage les deux associations

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail