Freek Persyn - 51N4EI «L architecture est un cadre qui permet d entrer en contact avec des univers extrêmement diversifiés»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Freek Persyn - 51N4EI «L architecture est un cadre qui permet d entrer en contact avec des univers extrêmement diversifiés»"

Transcription

1 Freek Persyn - 51N4EI «L architecture est un cadre qui permet d entrer en contact avec des univers extrêmement diversifiés» Studio Dann 06

2 Nous avions rendez-vous dans le bureau de 51N4E à Molenbeek, dans une ancienne usine d embouteillage de Belle- Vue reconvertie en centre d entreprises et lieu pour événements. Dans l immeuble, le voisinage est d origine multiple: compagnies musicales ou théâtrales, acteurs de l économie sociale, concepteurs, ou encore Haute École Erasmus. «Bruxelles est un exercice quotidien de rapprochement des différences», confirme Freek Persyn. Entretien avec un architecte qui préfère se qualifier de concepteur d espace. Freek Persyn habite lui-même avec sa famille - ses enfants ont huit et deux ans - dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles, non loin du parc de Forest et du parc Duden. «Quand j ai la tête trop remplie, il est agréable d y aller un moment pour souffler. L ennui, qu est que l on n utilise cet avantage qu avec négligence. Bruxelles est pourtant une ville pleine de potentiel. En fait, ce qu il y a moyen d améliorer crève les yeux... Reste à savoir qui assumera cette responsabilité. Tant l administration que les habitants ont trop tendance à camper sur leur propre territoire. De ce fait, et compte tenu du généreux mélange de groupes de population, un projet de ville doit être plus spatial qu architectural, mais il doit également y avoir un processus d apprentissage. Les Belges autochtones doivent apprendre à vivre autrement, et les nouveaux venus doivent être capables de s approprier des habitudes différentes. Bruxelles vit une phase de transition après la période de pur rétablissement de la ville. Le défi consiste à présent à passer à un niveau supérieur et à chercher de nouvelles possibilités dans les espaces inter-quartiers et dans l infrastructure.» 54N4E y a elle-même contribué par ses travaux exploratoires pour Bruxelles 2040, une étude qui invente une vision d avenir pour la métropole, par-delà les frontières de la région. 51N4E a été fondée en 1988 par Johan Arys, Peter Swinnen et Freek Persyn, qui ont baptisé leur partenariat d après les coordonnées géographiques de Bruxelles. Début 2014, le maître architecte flamand sortant, Peter Swinnen, quittait le bureau qui compte aujourd hui une vingtaine de collaborateurs. 51N4E décrit son activité comme la production d espace. Sa mission consiste à participer, au moyen de la conception spatiale, à la transformation sociale et urbaine. Freek Persyn: «Si vous dites que vous êtes architecte, on ne tardera pas à vous demander ce que vous faites: maisons, bureaux, bâtiments industriels? Pour nous, la question est ailleurs. Nous tenons beaucoup à ne pas tout concevoir en termes de catégories, et préférons réfléchir sur la manière dont les choses peuvent converger. Au lieu de tout cataloguer, nous préférons examiner la production de conflits. Lorsqu un conflit survient, il peut devenir intéressant sur plusieurs niveaux, car il faut prendre parti. Dans notre travail, nous nous occupons beaucoup de la manière dont les gens voient l espace, l interprètent et s en servent. On peut faire de l architecture en mettant l accent sur la technique et la matérialité, le savoir-faire que l on possède. Nous faisons souvent le contraire, en réalisant des croquis ou des maquettes qui sont extrêmement simples et accessibles, pour que les gens puissent plus facilement donner leur avis. Car tout le monde a son idée de l espace, de la ville, de la communauté - mais souvent, on ne prend pas les gens au sérieux. C est pourquoi nous nous efforçons sciemment de nous intéresser à l écart qui existe entre les aspects plus techniques et ceux qui relèvent davantage de l humain. Étant donné l importance de l état d esprit des gens dans notre profession, nous nous occupons aussi, en plus d architecture et de travaux construits, d enquêtes, d études, d une concertation très vaste, d inventer de nouvelles manières d habiter et de créer l espace. C est justement ce qui, pour moi, rend mon métier fascinant. C est un cadre qui permet d entrer en contact avec des univers extrêmement diversifiés.» Créer l intelligence par la coopération Comme le proclame sa mission, 51N4E privilégie la conception dans son ambition de réaliser des transformations sociales et urbaines. Pour eux, cette conception n est donc pas perçue comme une simple posture mise en avant par un expert omniscient, mais bien comme un processus dynamique d interaction. «Nous ne nous profilons pas vraiment comme un bureau qui formule des solutions à des questions, mais nous tâchons de tirer le maximum d une situation donnée. Néanmoins, il est impossible d imaginer certains potentiels si l on se contente de les exprimer sous forme de mots. Un projet peut, en revanche, fournir un outil très important pour y parvenir: les gens sont ou non d accord, ils se reconnaissent ou non, peuvent dire ce qui manque. A ce jeu-là, une simple discussion verbale s empêtre vite dans les contradictions, tandis qu un projet peut être porteur de synergies. Cependant, une approche adéquate est de rigueur. Il faut ajouter de l intelligence au processus, prévoir certaines mesures claires pour ne pas perdre l objectif de vue, tout en organisant le chaos et le désordre. Bien souvent, les architectes ont du mal à y arriver. Ils mesurent la valeur du résultat à l aune de sa ressemblance avec leur croquis initial. Pourtant, ce processus d évolution commune permet d insuffler beaucoup plus de valeur à un projet. Souvent, il contribue aussi à éviter des obstacles. Nous essayons de rassembler les problèmes dès» 07

3 01 La nomination de Peter Swinnen au poste de maître-architecte flamand en 2010 a fortement influencé l organisation et la portée des missions. «A l exception de la tour TID à Tirana, notre portefeuille de projets construits se composait exclusivement de missions flamandes, souvent remportées sur appel d offres. Cette opportunité à disparu du jour au lendemain, car nous ne voulions pas que la relation entre la maîtrearchitecte et le bureau dont il était un partenaire prête à confusion. Nous nous sommes donc entièrement réorientés vers des missions à l étranger, notamment en France et en Suisse, ainsi que des partenariats avec des développeurs.» Plusieurs projets internationaux sont actuellement en cours. A Saint-Nazaire, le bureau étudie la transformation d un bunker en salle des fêtes. Sur la frontière franco-luxembourle début et de les gérer de façon flexible. Parfois même, plus les problèmes sont nombreux, mieux cela vaut. En revanche, ceux qui partent d une idée prémâchée sont souvent, une fois le projet lancé, obligés de résoudre un problème après l autre. Les demandes prémâchées n ont d ailleurs aucun avenir. Ici, tout est tellement empilé qu il devient de plus en plus difficile de déposer sa solution à côté de celle des autres. Il faut beaucoup plus d harmonisation.» «Travailler dans des contextes diversifiés et internationaux est extrêmement intéressant, car cela permet de créer des combinaisons» Ce processus demande avant tout de la confiance mutuelle, et se ramène souvent à un apprentissage pour tous les partenaires. Malheureusement, il se heurte fréquemment à des limites, car la liberté de mouvement de l architecte est restreinte dans notre pays. «Nous essayons d intégrer au maximum les idées de l entrepreneur sur nos chantiers, car sur certains plans, ces personnes se montrent plus intelligentes que nous. Seulement, dans un appel d offre, on se trouve face à un conflit presque inhérent qui veut que cette procédure laisse peu de marge de négociation et de réflexion commune quant à de bonnes solutions. Il y a là matière à repenser la façon de travailler et le statut de l architecte. Les PPP ont constitué une tentative dans ce sens, mais la réflexion n a jamais été poussée sur le concept, et c est resté une astuce comptable. En fait, il s agissait uniquement de concours rassemblant fonds publics et privés. Mais la coopération n est pas une question d argent: il s agit de créer l intelligence.» C est d ailleurs la coopération qui a fait du bureau ce qu il est aujourd hui. Grâce à toute une série de partenariats, le bureau est parvenu à se constituer un vaste portefeuille en travaillant avec un nombre restreint de collaborateurs, comme le démontre la sélection - peu nombreuse - d illustrations du présent article. Et les membres de 51N4E n ont pas hésité à se tourner vers des disciplines adjacentes. Pour l enquête sur la densification et le renouvellement urbain Labo XX de la ville d Anvers, ils ont par exemple travaillé avec Connect & Transform, une organisation qui se concentre sur les processus de transformation. Réorientation complète 02 08

4 geoise, il planche sur une stratégie de développement pour la zone Alzette et Belval. A Paris, il a conçu la Résidence Palaiseau, un projet de logement étudiant de 350 unités et rez-dechaussée public avec boutiques et restaurants. A Zürich, il a participé à la construction du brief par planification des tests et research by design. Pour IABR 2012, il a réalisé une étude pour les environs d Istanbul, en se penchant sur l agrandissement de la ville, l agriculture, la verdure et la gestion intelligente de l eau potable et des eaux usées. Auparavant, ils avaient déjà développé pour Bordeaux un cadre structurant le développement de nouveaux logements. La collaboration avec les développeurs suit également son cours. Avec Vooruitzicht et AG Real Estate, 51N4E travaille notamment à la construction de flats et de studios compacts sur l ancien site du siège de bpost le long du canal, non loin de Bruxelles-Nord. «Chez les développeurs aussi, le concept de coopération reste encore embryonnaire. Pourtant, à leur manière, ils sont en quête de renouvellement. Le problème, c est qu on se retrouve dans une logique où toute une série de décisions ont déjà été prises sur la base de diverses suppositions. Ajouter de l intelligence à ce processus n est possible que si cette intelligence s ajoute aux suppositions, et à condition que celles-ci soient toujours pertinentes. C est la seule façon de faire naître soi-même cette logique.» Nouveaux domaines de recherche Sur le plan organisationnel aussi, le bureau a revu sa copie depuis «Auparavant, nous étions plutôt réactifs et nous gérions tous les projets au coup par coup. Depuis quatre ans, nous avons adopté une approche plus faîtière par rapport aux «Un processus de croissance commun peut donner beaucoup plus de valeur à un projet et contribue souvent à éviter des obstacles» projets, sur la base d une série de domaines de recherche. Ces groupes diffèrent au niveau de la complexité, de l horizon temporel et de la manière de gérer les personnes avec qui l on travaille. Cela nous met en position de nuancer un projet, de l inscrire dans le contexte d une enquête plus vaste et de renforcer les interactions entre les personnes.» «Le premier groupe, Territories & Governance, s intéresse à la création d une vision, à d autres manières de travailler ensemble, à la préparation d une stratégie, au fait de poser les bonnes questions. Le second, Urban Renewal, a trait à tout ce qui concerne la complexité dans un environnement urbain. Ce type de mission semble souvent simple au premier abord, mais il se complexifie parce que plusieurs personnes y projettent des attentes disparates qu il faut harmoniser entre 01. Un appel d offre ouvert a présidé à la construction, à Nevele, d un centre de soins résidentiels à côté d un complexe existant, qui a permis de compléter la structure quelque peu encombrée. Le centre a été conçu non seulement du point de vue des résidents et des soignants, mais aussi de celui des visiteurs. 02. Le Huis aan t Laar est un pavillon pour jeunes porteurs d un handicap mental. L immeuble est revêtu de mélèze sibérien, et se compose de deux parties accueillant chacune huit personnes. 03. L usine BUDA était jadis un atelier de teinture textile. Avec la ville, et en respectant intégralement l esprit original des lieux, 51N4E en a fait un atelier qui produit de la culture.» 03 09

5 elles. Pour les développements de friches industrielles de type brownfield, il est possible de concevoir des solutions intelligentes en combinant les méthodes d assainissement à celles qui touchent à la conception, plutôt qu en commençant par assainir avant de voir ce que le site permet de faire. Pour les nouvelles institutions publiques, comme le BUDA à Courtrai ou le C-Mine à Genk, il faut étudier comment elles feront partie de la ville. Le troisième et dernier groupe, Affordable Living Environments, se penche sur le logement abordable, mais du point de vue de l environnement de vie que l on crée et pas seulement de l unité d habitation. Cette problématique est étroitement liée à la règlementation.» 51N4E formule aussi des propositions pour les projets. En Albanie, par exemple, ils ont avancé le concept Atelier Albanie, un atelier qui cherche, par la conception, des processus permettant de faire réfléchir ensemble divers secteurs - tourisme, agriculture, économie - afin de donner au développement du territoire albanais une approche plus collective. C est un projet ambitieux, d autant que le pays est notamment conseillé par Ricardo Hausmann de l Université de Harvard. «Pour l instant, il est impossible de dire si ces ateliers donneront le résultat escompté. Mais travailler dans des contextes diversifiés et internationaux est extrêmement intéressant, car cela permet de créer des combinaisons. L inconvénient de l Atelier Albanie, c est qu il faut organiser beaucoup de choses soi-même, et même parfois élaborer les budgets. Quelquefois, il s agit plus de recherche ou d expérimentation que de business.» «Peut-être devons-nous remplacer le terme quelque peu autoritaire de maître-architecte par un titre plus adapté. Les maîtres-architectes que j ai vus à l œuvre facilitaient au contraire la concertation»

6 Le débat du maître-architecte En tant que spectateur, que pense Freek Persyn du débat qui s est développé au sujet des maîtres-architectes à Anvers et en Flandre? «Pour Anvers, on a créé une fausse controverse en opposant le maître-architecte à l activation du secteur privé. Je trouve que le rôle du maître-architecte consiste à concevoir une méthodologie dans laquelle chacun peut remplir son propre rôle et contribuer ainsi à l ensemble. Il est peut-être trop tôt pour se prononcer, mais à mon sens, la suppression de la fonction de maître-architecte est une décision isolée qui n a pas fait l objet d une réflexion d ensemble. Bien entendu, les pouvoirs publics doivent être plus efficaces et plus intelligents, mais ils n y arriveront qu en pensant correctement le plan d approche et la concertation entre autorités, développeurs, investisseurs, architectes, entrepreneurs et autres acteurs - pas en rétrogradant vers une situation dans laquelle chacun peut faire comme bon lui semble dans son coin, sans tenir compte du tableau d ensemble. Tout d abord parce qu il n y a plus assez de place pour cela, et ensuite parce que ce que l on organiserait de cette façon finirait de toute manière devant le Conseil d État. Plus généralement, je crains que certaines institutions ne disparaissent sur la base d une lecture partiellement mal comprise du dossier et d une série d échos du secteur, émanant sans doute de développeurs qui n étaient pas entièrement d accord avec la procédure ou l intention. Comment expliquez-vous que l accord gouvernemental flamand affirme vouloir lutter contre la mise en silos tout en exprimant la volonté de supprimer sans discussion la plateforme Team Vlaams Bouwmeester qui jette des ponts entre les silos, indépendamment du débat consistant à savoir si cela s est fait correctement? Peut-être devons-nous remplacer le terme quelque peu autoritaire de maître-architecte par un titre plus adapté. Les maîtres-architectes que j ai vus à l œuvre n étaient absolument pas autoritaires, ils facilitaient la concertation.» La concertation et dire sur quoi l on travaille, comment et pourquoi, sont aussi des éléments essentiels pour 51N4E. La liste des cours, publications, expositions et autres manières de se faire connaître est longue. Le prochain rendez-vous est prévu pour septembre 2015, date à laquelle ils présenteront au Ungers Archiv für Architekturwissenschaft (Cologne) une conférence sur le thème The Development of the Brief, l élaboration d un programme d exigences. L objectif est de permettre aux architectes, mais aussi à leurs commanditaires, de prendre la parole lors de cette conférence internationale. A suivre dès à présent. (Par Colette Demil & Staf Bellens) 04. «Nous avons remporté le concours de la tour TID à Tirana parce que nous avons réussi à expliciter les liens entre les aspects matériels et immatériels dans une présentation orale. Les réunions de projet permettaient, souvent à l aide de maquettes, d affiner et de formaliser les détails avec les chefs de chantier et les ingénieurs sous forme de dessins as designed. Faute de législation, nous devions aussi créer ensemble, pendant le travail, le cadre dans lequel nous coopérions.» 05. «Pour transformer un bunker en salle des fêtes à Saint-Nazaire, l intégration dans la ville est au moins aussi essentielle que le programme d exigences. Lors de réunions, nous présentons un schéma numérique dans lequel nous pouvons ajouter ou déplacer des informations. Chacun reconnaît ainsi peu à peu pourquoi ce projet est important à ses yeux. Il nous donne aussi la possibilité de mettre nos collaborateurs en oeuvre de façon plus efficace et de renforcer d autres fonctions par leur présence. Si l on se contente d examiner la forme de l architecture, cela ne fonctionne pas.» 06. A Paris, 51N4E a conçu la Résidence Palaiseau, un projet de logement étudiant de 350 unités et un rez-de-chaussée public avec boutiques et restaurants. 07. La Speelpleinstraat à Merksem rassemble en un même lieu le service des parcs de la ville et une crèche. En rassemblant le tout sur un niveau autour d un jardin intérieur, l architecte a maximisé la relation avec les alentours

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole Sommaire 1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole p5 3.1. Une Haute Ecole, c est quoi? p5 3.2. Les organes participatifs de la Haute Ecole & les différents conseils

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Témoignage client SAP Construction HVAC Multiclima+Ferlin. SAP Business One offre à Multiclima+Ferlin une vue à 360

Témoignage client SAP Construction HVAC Multiclima+Ferlin. SAP Business One offre à Multiclima+Ferlin une vue à 360 SAP Business One offre à Multiclima+Ferlin une vue à 360 Entreprise Multiclima+Ferlin Secteur Construction Produits et services HVAC Site web www.multiclima-ferlin.be s SAP SAP Business One 9.0 Partenaire

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble Faisons bouger ensemble Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux le monde J assume depuis le début des responsabilités dans cet emploi. Mon travail est très apprécié dans

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche http://adstic.free.fr adstic@gmail.com Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche Qu est ce que l Adstic? L Adstic est l association des doctorants du campus sciences et techniques

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

Autopromotion/Habitat Participatif

Autopromotion/Habitat Participatif Autopromotion/Habitat Participatif L autopromotion est un regroupement de familles qui mutualisent leurs ressources pour concevoir réaliser et financer ensemble leur logement au sein d un bâtiment collectif,

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

SOMMAIRE0. Introduction... 1. Note d intention... 2. Note de réalisation... 3. Synopsis... 4. Annexes... 5

SOMMAIRE0. Introduction... 1. Note d intention... 2. Note de réalisation... 3. Synopsis... 4. Annexes... 5 ELIGA SOMMAIRE0 Introduction... 1 Note d intention... 2 Note de réalisation... 3 Synopsis... 4 Annexes... 5 1 Le Booster est un projet initié par la Cantine Numérique Rennaise, il aide de jeunes entreprises,

Plus en détail

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides 1 Principes de gouvernance Les entrepreneurs n ont pas encore fait évolué leur activité en société. Les entrepreneurs activent un conseil d administration.

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

Conciliation en matière d équité salariale

Conciliation en matière d équité salariale Conciliation en matière d équité salariale Colloque international CRIMT La négociation au travail Le travail de négociation 25-26 avril 2013 NÉGOCIATION? «L équité salariale ne se négocie pas, elle est

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

rapport d activités 2005

rapport d activités 2005 l a m a n u f a c t u r e d e s p a y s a g e s p e n s e r l e p a t r i m o i n e e t l e s t e r r i t o i r e s d e d e m a i n as s oc ia ti on ré gi e p ar la l oi 1 9 01 enr e gi str é e so us l

Plus en détail

SEREZ-VOUS LE 1 ER LAUREAT THE BLUE HOUSE

SEREZ-VOUS LE 1 ER LAUREAT THE BLUE HOUSE Une initiative de SEREZ-VOUS LE 1 ER LAUREAT THE BLUE HOUSE PRIX POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE & ABORDABLE THE BLUE HOUSE / PRIX POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE & ABORDABLE Construire durablement, c est

Plus en détail

Talents Office Top Namur

Talents Office Top Namur Talents Office Top Namur Ne cherchez plus, nous avons trouvé LE talent! N hésitez pas à nous contacter afin de pouvoir fixer un rendez-vous avec ces candidats! Vous pouvez nous joindre par téléphone au

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps Conférence 9 Vendre partout, tout le temps MODÉRATEUR Clotilde BRIARD - Journaliste LES ECHOS INTERVENANTS Michaël AZOULAY Fondateur- Directeur Général AMERICAN VINTAGE Grégoire BRESSOLLES - Responsable

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme Projet d espace de coworking À Combronde / Puy-de-Dôme CONTACT Si vous souhaitez nous rejoindre dans ce projet, nous sommes à votre disposition pour en discuter et vous apporter tout complément d information.

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace Licence professionnelle Assistant à chef de projet en aménagement de l espace ATELIER DE SYNTHÈSE 2014-2015 La formation La licence professionnelle «assistant à chef de projet en aménagement de l espace»

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture

Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture Allocution du Président du Conseil Supérieur de l Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique à l ouverture de la 7 ème Assemblée générale Mardi 12 mai 2015 Au mois de juillet dernier, lors

Plus en détail

Concours architectural. Habiter avec la mer

Concours architectural. Habiter avec la mer DOSSIER DE PRESSE Concours architectural La commune de Noirmoutier-en-l Ile a proposé aux étudiants et aux professionnels de l architecture un concours d idées Concours imaginez d idées l'habitat noirmoutrin

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

FOST PLUS DONNE LE TON Un bureau vert : recyclé et flexible. Workplace Showcase 2012 29

FOST PLUS DONNE LE TON Un bureau vert : recyclé et flexible. Workplace Showcase 2012 29 FOST PLUS DONNE LE TON Un bureau vert : recyclé et flexible Workplace Showcase 2012 29 Workplace I Business Case I Fost Plus, Bruxelles I Pour le nouveau bureau de Fost Plus, promoteur, coordinateur et

Plus en détail

Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement...

Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement... Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement... Un engagement Voyez cette brochure comme une invitation à nous rencontrer physiquement afin de discuter

Plus en détail

UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD

UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD GESTION BENOÎT DUMOULIN Dossier régional DEUX-MONTAGNES Benoît Dumoulin, président de GBD Construction UN MOTEUR ÉCONOMIQUE DE PREMIER PLAN POUR LA COURONNE NORD LAURÉATE DU PRIX LES GRANDS BÂTISSEURS

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

I M M O B I L I E R I M M O S C O P E

I M M O B I L I E R I M M O S C O P E market.ch mars 2011 L ARCHITECTURE EN MODE 3D Marie-Albéric Martin Entre art et technologie, l architecture a passé un cap et aborde une approche plus moderne avec l utilisation de nouveaux outils comme

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail