SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNEMENTS ET DES PRATIQUES ARTISTIQUES DU CANTAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNEMENTS ET DES PRATIQUES ARTISTIQUES DU CANTAL 2013-2015"

Transcription

1 SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNEMENTS ET DES PRATIQUES ARTISTIQUES DU CANTAL

2 ÉVALUATION DU SCHEMA DEPARTEMENTAL DE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES PERSPECTIVES

3 SOMMAIRE PREAMBULE : LES GRANDS AXES DU SDDEA p.4 EVALUATION p.7 1. Analyse de l impact de l action menée sur l offre d enseignement p.7 Objectif 1 : améliorer l offre de formation p En favorisant un rééquilibrage géographique, par la structuration et la diversification de l offre sur le territoire départemental p En favorisant l harmonisation pédagogique, par la mise en réseau des structures la mutualisation des moyens p Un outil de concertation : les commissions pédagogiques départementales p Le travail sur les cursus et l harmonisation pédagogique p Mise en place de formations continue diplômantes et non-diplômantes p Organisation de projets artistiques et pédagogiques départementaux p En favorisant l amélioration des équipements p.14 Objectif 2 : améliorer les conditions d accès à l enseignement p En accompagnant le développement d une offre de proximité axée sur la découverte et l initiation p En accompagnant l harmonisation des conditions d accès tarifaires p Analyse des effets de l action menée sur la demande p Analyse financière des moyens mis en œuvre à l échelle départementale p.18 Synthèse de l évaluation p.19 PERSPECTIVES p Contribuer à la structuration des territoires en termes d enseignement et de pratiques artistiques en musique et en danse p Améliorer et diversifier l offre d enseignement et de pratiques p Les outils de pilotage et de concertation p Améliorer et diversifier l offre en musique et en danse de façon transversale p Améliorer et diversifier l offre en musique p Améliorer et diversifier l offre en danse p Favoriser l accès des cantaliens à l enseignement et aux pratiques proposées p Modalités de soutien financier et d accompagnement à l échelle départementale p Modalités d aide financière du Conseil Général au fonctionnement des structures d enseignement p Les moyens d accompagnement de Cantal Musique et Danse p Calendrier p.29 ANNEXES 1. Charte d objectifs et de qualité des enseignements artistiques de la musique et de la danse du Cantal p Le cursus des études musicales SDDEA p Tableau des préconisations concernant le cursus des études chorégraphiques SDDEA p Le cursus des études musicales SDDEPA p.36 3

4 PREAMBULE : LES GRANDS AXES DU SDDEA S inscrivant dans le cadre de l application de la loi du 13 août 2004, le Schéma départemental de développement des enseignements artistiques du Cantal (SDDEA) a été adopté le 29 juin 2007 suite à une phase de diagnostic et de concertation avec l ensemble des acteurs concernés. Il concerne les domaines de la musique et de la danse. Le diagnostic fait apparaître un certain nombre de points forts (richesse de la pratique amateur musicale, qualification des enseignants en danse ) mais également de nombreux points faibles dont certains communs aux deux disciplines : des enseignants en situation précaire, des locaux peu adaptés ou non conformes à la loi, une offre d enseignement peu diversifiée. Du fait de l existence depuis 1998 d un Schéma départemental de l enseignement musical piloté par Cantal Musique et Danse et de structures de coordination (Union Départementale des Sociétés Musicales), les écoles de musique ont un fonctionnement pédagogique comparable : existence d un cursus, de modalités d évaluation des élèves, nomination de responsables pédagogiques, ce qui n est pas le cas en danse. Certaines structures musicales apparaissent financièrement fragiles voire en danger, et dans le domaine de la danse les collectivités locales sont peu ou pas impliquées. Face à ce diagnostic, les objectifs du SDDEA sont les suivants : Objectif 1 : améliorer l offre de formation, en favorisant : - un rééquilibrage géographique, par la structuration et la diversification de l offre sur le territoire départemental, - l harmonisation pédagogique, par la mise en réseau des structures et la mutualisation des moyens, - l amélioration des équipements. Objectif 2 : améliorer les conditions d accès à l enseignement, en accompagnant : - le développement d une offre de proximité axée sur la découverte et l initiation, - l harmonisation des conditions d accès tarifaires. Organisation pédagogique et territoriale : L arrondissement est choisi comme l échelon pertinent de structuration, et un parcours de l élève est défini en référence aux textes nationaux, Schéma d orientation pédagogique notamment. Ce parcours débute avec l éveil musique et danse comme lieu de découvertes et de premières expériences artistiques pouvant être proposé sur tous les territoires le souhaitant, se poursuit en cycle 1 et 2 au sein des écoles de proximité, et se conclut par un 3 ème cycle de formation des amateurs, proposé au sein des écoles centres, structures ressource au niveau de l arrondissement. Organisation administrative, juridique et financière : Pour garantir la faisabilité et la pérennité de l organisation pédagogique et territoriale définie, il est prévu la création au sein de chaque arrondissement d une structure publique. 4

5 Outils de mise en œuvre : la charte départementale d objectifs et de qualité L intégration au SDDEA d une structure d enseignement et/ou d une collectivité locale se formalise par l adoption de la «charte d objectifs et de qualité des enseignements artistiques de la musique et de la danse du Cantal» définie par le Conseil Général (annexe 1). 13 structures d enseignement et une structure de pratique ont ainsi adhérés au dispositif : 8 écoles de musique, soit la totalité des écoles publiques ou subventionnées, qui étaient toutes précédemment intégrées au Schéma départemental de Développement de l Enseignement Musical (SDEM) et dont l une développe depuis un cursus danse; le Conservatoire de Musique et de Danse d Aurillac, qui était lui aussi dans le SDEM ; 3 écoles de danse sur les 20 répertoriées lors de l état des lieux de 2005, qui pour la première fois intègrent un dispositif départemental de soutien et d accompagnement ; Le CdMDT (Centre départemental de Musiques et Danses Traditionnelles) du Cantal, qui intègre le dispositif au titre de son activité d enseignement musical, les ateliers de danse étant encadrés bénévolement et ne faisant pas l objet d un cursus. Les ateliers Musique entre Cère et Rance ont également validé la Charte ; se positionnant davantage comme structure de pratique que comme structure d enseignement avec cursus et évaluation des acquis, ils peuvent être considérés comme structure associée au dispositif (participation à la commission pédagogique départementale, au plan de formation continue et aux projets départementaux ). 5

6 Des outils de pilotage et de concertation sont également définis : comités de pilotages d arrondissement réunissant les collectivités (communes et/ou EPCI), commissions pédagogiques départementales en musique et en danse avec les responsables pédagogiques des structures d enseignement. L agence départementale Cantal Musique et Danse se voit positionnée comme l instance départementale de pilotage et de coordination, avec le soutien à temps partiel d un salarié chargé d'une mission d accompagnement technique et pédagogique, Denis Boillot. Ce dernier, par ailleurs coordonnateur du réseau des écoles de musique de l agglomération de Belfort, avait réalisé le diagnostic pour la musique et les préconisations préalables à l adoption du SDDEA. Enfin, comme prévu par la loi du 13 août 2004, le SDDEA précise les modalités d accompagnement financier du Conseil Général auprès des structures d enseignement : aide au fonctionnement basée sur la masse salariale des enseignants qualifiés, aide au projet de développement culturel et aide à l acquisition de matériel pédagogique et artistique. 6

7 EVALUATION Analyse de l impact de l action menée sur l offre d enseignement Les objectifs définis dans le cadre du SDDEA sont d ordre qualitatifs (action sur l offre d enseignement) et non quantitatifs (action sur le nombre de personnes concernées), même s il semble évident que l évolution de l offre puisse avoir des effets sur la demande. Objectif 1 : améliorer l offre de formation 1.1 En favorisant un rééquilibrage géographique, par la structuration et la diversification de l offre sur le territoire départemental. Ce rééquilibrage devait passer par la création de 3 structures publiques d arrondissement permettant la couverture complète du territoire, via l adhésion de l ensemble des EPCI à l une des 3 structures. Action menée : Dès la première année du SDDEA, en , un comité de pilotage rassemblant les EPCI et/ou les communes a été créé dans chacun des 3 arrondissements, notamment pour examiner les premières simulations de fonctionnement et financières réalisées en interne par Cantal Musique et Danse pour chacune des trois structures publiques d arrondissement. En dialogue avec les collectivités, deux versions de ces simulations ont été produites, au printemps 2008 et au printemps 2009, les budgets ayant été revus à la baisse dans la 2 ème version. Dans les deux arrondissements de Mauriac et Saint-Flour, les élus ont souhaité approfondir la réflexion et ont confié à Cantal Musique et Danse la maîtrise d ouvrage d une étude juridique et financière. Suite à un appel d offre, le cabinet Kalyps a été sélectionné à l automne 2009 pour réaliser simultanément les deux études, financées par le Conseil Général et la DRAC Auvergne. Dans l arrondissement de Mauriac, la création d un EPCC (Etablissement Public de Coopération Culturelle) a été envisagée et a donné lieu à diverses simulations. En septembre 2010, les quatre EPCI concernés ont fait savoir au Conseil Général qu ils ne souhaitaient pas donner suite au projet. Dans l arrondissement de Saint-Flour, c est également la création d un EPCC qui a été étudiée. Sur les 8 EPCI concernés, 5 ont validé leur engagement dans le projet : les communautés de communes du Pays de Saint-Flour, du Pays de Murat, du Pays de Massiac, de Caldaguès-Aubrac et du Cézallier. L engagement de la communauté de communes du Pays de Saint-Flour dès la création de la structure, qui pourrait intervenir au 1 er janvier 2013, est à ce jour peu probable, du fait de l actuelle restructuration de leur politique culturelle. Dans l arrondissement d Aurillac, la mutualisation de moyens que suppose la création d une structure publique d arrondissement est rendue difficile du fait de la coexistence de structures aux fonctionnement et moyens très hétérogènes : ateliers de pratique, écoles de musique associatives ou publiques de petite taille, et Conservatoire d Aurillac. Seul établissement du Cantal classé par l Etat, celui-ci concentre la majorité des élèves et des moyens financiers et est soumis à un fonctionnement spécifique (cursus, qualification des enseignants) du fait de son classement. 7

8 Suite aux premières simulations réalisées par Cantal Musique et Danse, qui faisaient apparaître une forte montée en charge pour certaines collectivités, les membres du comité de pilotage ne se sont pas engagés dans la réalisation d une étude juridique et financière. Après plusieurs réunions de travail avec la Ville d Aurillac, la réflexion est toujours en cours concernant l hypothèse de structuration la plus pertinente. Evaluation de l impact : Le bilan de l action menée sur l aspect rééquilibrage géographique/structuration semble en première analyse mitigé. Aucune structure d arrondissement publique n est à ce jour créée même si un projet semble sur le point d aboutir. Les structures d enseignement existantes en 2012 sont les mêmes qu en Les fragilités constatées en 2007, notamment du côté des structures associatives, persistent. Elles sont même aggravées par le contexte budgétaire difficile pour les collectivités support, rendant le développement voire la survie de certaines écoles incertain : difficulté de trésorerie, réduction du nombre d élèves accueillis pouvant mettre en péril le maintien de certaines disciplines, désengagement des administrateurs bénévoles et difficulté à les remplacer Un certain nombre d évolutions sont cependant à noter : - En termes d implication des collectivités, EPCI notamment : les collectivités sont davantage conscientes des enjeux liés à l existence et au développement des enseignements artistiques du fait de tout le travail de concertation mené au sein des comités de pilotage, voire de leur engagement dans la mise en place et la gestion de l éveil musique et danse. Deux EPCI (Cère et Goul en Carladès et Pays de Murat) ont pris en gestion directe leur école de musique, précédemment associative ou municipale. - En termes de diversification de l offre : Dans le domaine musical, on constate la faiblesse persistante de certaines disciplines instrumentales (anches doubles, tuba, cor, violoncelle ). Points positifs : une troisième antenne du CdMDT a été ouverte dans le Nord Cantal à la rentrée 2006, et une offre axée sur les musiques actuelles s est développée dans les écoles du Carladès et de Riom-ès-Montagnes. Dans le domaine de la danse, l'offre reste peu diversifiée : le classique et le contemporain restent enseignés uniquement sur Aurillac, et le jazz reste la discipline unique sur le reste du territoire départemental. Cependant, un cursus en danse contemporaine est en train de se construire au sein de l école intercommunale du Carladès (ouverture d une 1 ère année de 1 er cycle à la rentrée 2012). Cette discipline se développe par ailleurs sous forme d ateliers adultes (Riom-ès-montagnes) ou de stages (Massiac). 8

9 1.2 En favorisant l harmonisation pédagogique, par la mise en réseau des structures et la mutualisation des moyens. Action menée Un outil de concertation : les commissions pédagogiques départementales Deux commissions pédagogiques départementales, une pour la musique et une pour la danse, ont été créées. Se réunissant environ une fois par trimestre, pilotées par Cantal Musique et Danse, ces commissions rassemblent les responsables pédagogiques de toutes les structures du SDDEA, avec l accompagnement d un expert pédagogique, pour la musique Denis Boillot, et pour la danse Catherine Meyer, responsable du département danse au Conservatoire à Rayonnement Régional de Poitiers. Ces commissions ont permis de travailler sur l harmonisation pédagogique, l offre de formation continue des directeurs et enseignants, et les projets artistiques et pédagogiques départementaux. Selon l analyse fournie par les responsables pédagogiques via un questionnaire individuel, ces commissions sont vécues comme un lieu indispensable de dialogue constructif, permettant de rompre l isolement des structures et de mettre en œuvre une coordination et une cohésion à l échelle départementale. Témoigne de l importance de cet outil l assiduité sans faille des participants. Cette mise en réseau à l échelle départementale a favorisé également les collaborations entre structures, sous différentes formes : mutualisation de moyens, réflexion et mise en œuvre de projets pédagogiques et artistiques communs, On constate que ces collaborations se développent principalement à l échelle des arrondissements. Du fait de la mise en œuvre du SDDEA et plus largement du Schéma Départemental de Développement Culturel ayant favorisé le développement de politiques culturelles intercommunales, les structures d enseignement sont par ailleurs de plus en plus en relation avec l offre culturelle de leur territoire : programmation de spectacles, résidences artistiques Le travail sur les cursus et l harmonisation pédagogique Un cursus des études musicales et un cursus des études chorégraphiques ont été élaborés par les experts pédagogiques en concertation avec les responsables pédagogiques des structures d enseignement réunis au sein des commissions pédagogiques départementales, et dans le cadre d un dialogue avec les collectivités rassemblées au sein des comités de pilotage d arrondissement. Musique et danse La mise en œuvre sur le terrain de l éveil musique et danse, prévue dans le cadre du SDDEA, a été précédée de toute une phase de réflexion en ateliers impliquant les responsables pédagogiques et les enseignants concernés, et a été accompagnée de diverses formations organisées par Cantal Musique et Danse. Ce travail a donné lieu à la production d un «Dossier documentaire pour les enseignants» compilant divers documents de référence produits à l échelle départementale ou nationale. Musique Le cursus de l élève présenté lors de l adoption du SDDEA en 2007 était celui figurant dans les textes nationaux, schémas d orientation pédagogique notamment. 9

10 Suite aux échanges avec les collectivités sur la base de premières simulations financières, ce cursus a été revu en 2009 (voir annexe 2) et inclut les évolutions suivantes : Visant la formation d un musicien amateur autonome, le cursus s arrête en fin de 2 ème cycle et non de 3 ème cycle ; le cursus prévoit l orientation des élèves en cours de 2 ème cycle soit vers une filière diplômante aboutissant à la délivrance d un brevet d études musicales, soit vers une filière non-diplômante aboutissant à la délivrance d un certificat de pratique amateur ; la formation instrumentale repose sur la pédagogie de groupe couplée aux cours individuels. Suite à un travail avec les responsables pédagogiques et les enseignants sur les objectifs et les contenus du premier cycle d enseignement, Cantal Musique et Danse a pris en charge à compter de 2009 l organisation d examens départementaux de fin de 1 er cycle. A noter que ces examens étaient précédemment organisés par l Union Départementale des Sociétés Musicales (UDSM) et que le transfert à Cantal Musique et Danse a été réalisé pour permettre le contrôle de l harmonisation des cursus. L UDSM a conservé jusqu en 2012 l organisation des examens de fin de 2 ème cycle, qui a été à cette date transférée à Cantal Musique et Danse car l UDSM n était plus en mesure d assurer cette mission en termes de ressources humaines et financières. Les examens concernent l ensemble des écoles, à l exception du Conservatoire d Aurillac qui a souhaité dans une période transitoire conserver ses propres examens, et du CdMDT qui a un cursus et des modalités d évaluation spécifiques. Ces examens prennent la forme en fin d année scolaire d épreuves instrumentales et d épreuves de formation musicale, dont l oral a lieu devant un jury et l écrit au sein des cours. Les épreuves sont proposées par les enseignants et choisies par Denis Boillot, qui préside l ensemble des jurys. Le contrôle continu est pris en compte. Trois lieux d examens, un par arrondissement, sont définis. En 2012, 85 élèves se sont présentés en fin de 1 er cycle (près de 92% de reçus), et 21 en fin de 2 ème cycle (71% de reçus). Danse La situation initiale diffère de celle du secteur musical : pas de Schéma départemental préalable, pas d adhésion des écoles à une fédération préconisant des cursus, pas d examens communs. La méthodologie adoptée a donc d abord consisté en la réalisation d un diagnostic des structures ayant adhéré au SDDEA par un expert, Catherine Meyer. Cette étude s est déroulée en et a donné lieu à la production d un rapport, qui pose le même constat que celui de l état des lieux de : l absence hors Conservatoire d Aurillac de cursus structurés au sein des écoles de danse. Un certain nombre de préconisations générales sont faites concernant la mise en place de cursus : tronc commun musique/danse, organisation par cycle, système d évaluation reposant sur le contrôle continu et une évaluation de fin de cycle, introduction des «enseignements théoriques» (formation musicale du danseur, culture chorégraphique, analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé). 10

11 Un tableau des préconisations générales (voir annexe 3) a été élaboré, pour permettre de fixer la durée et le nombre de cours souhaités en fonction du niveau dans le cursus. Des préconisations adaptées à chaque structure sont définies de façon complémentaire. Par ailleurs, un travail approfondi sur le 1 er cycle a été effectué dans le cadre de la commission pédagogique danse (définition d objectifs et contenus communs ou spécifiques par discipline). Ce travail est consigné dans un document de synthèse pouvant servir de cadre référent. Il n y a pas eu d évaluations départementales organisées sur la période , même si on peut noter le rôle des Rencontres chorégraphiques départementales comme permettant un «regard» des enseignants et des élèves sur le niveau des autres structures Mise en place de formations continues diplômantes et non-diplômantes Formations diplômantes Dans le domaine musical, une formation au Diplôme d Etudes Musicales (DEM) est proposée par Cantal Musique et Danse aux enseignants en poste dans le Cantal, en collaboration avec le Conservatoire d Aurillac. Cette formation, prise en charge par l employeur, est d une durée maximale de trois ans. Sur la période , deux enseignants ont suivi la formation et obtenu leur diplôme (disciplines saxophone et violon). En 2012, un enseignant est en cours de formation dans la discipline guitare, un autre est en perfectionnement musical (batterie/musiques actuelles). On peut cependant regretter qu aucune formation continue au Diplôme d Etat (DE) et/ou au Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant (DUMI) n ait été mise en place au niveau régional, malgré les besoins recensés dans les départements. La formation continue au DUMI portée par Auvergne Musiques Danses sur la période avait ainsi permis à 4 cantaliens de se former ; deux d entre eux sont aujourd hui en poste au sein de collectivités. Deux enseignantes ont par ailleurs obtenu leur DE via la Validation des Acquis de l Expérience. Dans le domaine de la danse, le centre de formation privé La Manufacture, situé à Aurillac, est habilité par l Etat-Ministère de la Culture à la préparation au Diplôme d Etat de professeur de danse. Formations non-diplômantes Diverses thématiques ont été abordées en accompagnement des chantiers pédagogiques ouverts dans le cadre du SDDEA : - Transversales musique/danse : Le projet d établissement ; Les missions du responsable pédagogique ; L éveil musique et danse ; - Musique : La formation musicale en 1 er cycle ; L improvisation ; La composition comme démarche d apprentissage ; Les pathologies liées à la pratique instrumentale ; - Danse : apports pédagogiques de l Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé ; La composition chorégraphique (formation ouverte à tous les professeurs du Cantal). 11

12 Ces formations ont été organisées sous forme de stages collectifs ou d accompagnement personnalisé, pour un volume total de 260h entre et , soit en moyenne 52h par an Organisation de projets artistiques et pédagogiques départementaux Dans le domaine musical, un projet artistique et pédagogique a été mené par Cantal Musique et Danse en et avec le musicien et compositeur cantalien Alain Bruel, sous la forme d une formation des enseignants et d interventions auprès des 8 structures ayant participé au projet, en s appuyant sur leurs pratiques collectives. Un temps de rencontre a eu lieu en janvier 2012 autour de la programmation à Saint-Flour du duo Alain Bruel/Yannick Chambre. Dans le domaine de la danse, les structures se fédèrent et échangent dans le cadre des Rencontres Chorégraphiques Départementales, qui ont rassemblé en participants, 10 structures d enseignement, 3 compagnies amateurs et 2 établissements scolaires. Cette manifestation se décline de plusieurs façons : un spectacle professionnel, des productions amateurs, des actions de découverte, d accompagnement de projet, ou de création. De façon plus générale, les projets comme l accueil de la compagnie Calabash/ Wayne Barbaste en résidence départementale de diffusion ont contribué au renforcement du lien entre écoles de danse et professionnels du spectacle vivant, ce que traduit la meilleure fréquentation des professeurs et de leurs élèves aux spectacles programmés. L harmonisation des cursus Pour la musique et la danse : Evaluation de l impact A partir de la rentrée scolaire 2009 a été mis en place dans 10 territoires un éveil artistique pour les enfants de 5 et 6 ans, porté le plus souvent par un EPCI, ou par une commune voire par des associations. Cet éveil s est substitué à de l éveil musique ou à de l éveil danse préexistant, ou a été mis en place sur de nouveaux territoires ne disposant pas d une structure d enseignement. Il concerne en élèves. Cantal Musique et Danse, en collaboration avec les services du Conseil Général, a fortement accompagné la création de cet éveil : pilotage de la réflexion sur les objectifs et les contenus et formation des enseignants (voir ci-dessus) ; sensibilisation des collectivités dans le cadre des comités de pilotage d arrondissement et réalisation de simulations financières ; assistance dans le recrutement des intervenants et suivi de la mise en œuvre. En parallèle se sont développées les interventions régulières en milieu scolaire musique et/ou danse. Le nombre d heures hebdomadaires d interventions musicales en milieu scolaire est ainsi passé de 63 à 80h entre et (+27%), et de 0 à 9h dans le domaine de la danse (hors option danse du Lycée E.Duclaux). De nouveaux territoires se sont engagés (CC Pays de Salers, Cère et Goul en Carladès), en lien ou non avec la présence d une structure d enseignement. 12

13 Pour la musique : En 2012, toutes les structures concernées, hors Conservatoire, ont adopté le cursus préconisé par le SDDEA. Le 1 er cycle peut être considéré comme harmonisé, comme en témoignent les résultats homogènes obtenus par les élèves se présentant aux examens départementaux. Pour la danse : L initiation est proposée par toutes les écoles. Le Conservatoire d Aurillac continue de proposer un cursus organisé selon les préconisations du schéma d orientation pédagogique de l Etat, avec cependant des aménagements (regroupement de niveaux ou de disciplines). Une structure associative, Arabesque à Riom-ès-Montagnes, tend vers une organisation du 1 er cycle avec deux cours hebdomadaires, tandis que dans les deux autres structures, les élèves ne bénéficient toujours que d un cours hebdomadaire. Il n y a pas de Formation Musicale danseurs ; la pratique collective et la culture chorégraphique, si elles sont abordées, ne bénéficient pas d un volume horaire propre. Que ce soit par manque d effectifs, de locaux disponibles, de ressources financières ou de volonté des responsables des structures, on constate une difficulté pour la danse à sortir des activités de loisirs pour se développer en tant qu enseignement artistique. La nomination de responsables pédagogiques La nomination de directeurs ou responsables pédagogiques compétents et reconnus à hauteur minimale de 5/35 ème hebdomadaires (pour la musique) figure dans la charte d objectifs et de qualité. En comme en , du fait que les structures d arrondissement n ont pas vu le jour, seul le Conservatoire d Aurillac dispose d une véritable direction avec un poste statutaire à temps complet. Les heures allouées aux responsables pédagogiques passent cependant de 58h à 71h15 (+23%) dans le domaine musical (respect du minima défini dans la charte). Ces heures passent de 0 à 3h45 cumulées pour les 4 structures d enseignement de la danse, ce qui reste largement insuffisant (préconisation de Catherine Meyer : 3/35 ème hebdomadaires). L élaboration de projets d établissement La rédaction de projets d établissement fait partie des exigences posées par la charte d objectifs et de qualité. Dans le domaine musical, seul le Conservatoire possède un projet d établissement en , 8 structures sur 10 en possèdent un en (en incluant le CdMDT). Dans le domaine de la danse, hors Conservatoire, aucune structure ne dispose d un projet d établissement, ce qu on peut mettre en rapport avec le manque d heures allouées à la responsabilité pédagogique et avec le manque de reconnaissance de cette mission par les responsables associatifs. La qualification des enseignants Dans le domaine de la musique comme de la danse, on assiste à une progression de la qualification des enseignants, sans doute liée aux formations diplômantes proposées dans le Cantal ainsi qu aux critères de subvention du Conseil Général, prenant en compte le diplôme des enseignants. Dans le domaine musical, 70% des enseignants possèdent un diplôme musical en (à partir du DEM), 75% en Les diplômés d Etat passent de 31 à 46%. Dans le domaine de la danse, le professeur possédant une dispense a été remplacé par un professeur diplômé et un professeur est désormais titulaire d un Certificat d Aptitude. 13

14 La mutualisation des moyens : A l'échelle départementale, le Conservatoire d Aurillac poursuit la mise à disposition d instruments de son parc aux écoles de musique du réseau au même coût de location que celui appliqué à ses propres élèves, et prête à titre gracieux la documentation- dont le fond de partition de sa bibliothèque. A l'échelle des arrondissements, on constate une progression de la mutualisation d'enseignants, ce qui témoigne de la pertinence de cet échelon pour la mise en commun des ressources humaines. Soit l enseignant dispose de plusieurs contrats, un par structure, soit il en a un seul et son employeur le met à disposition d une autre structure contre facturation des heures d enseignement dispensées. Cette mutualisation des enseignants se pratique depuis longtemps entre les écoles de Saint-Flour, Murat et Massiac et se poursuit ; elle se développe entre les écoles de Mauriac et de Riom-ès- Montagnes, et dans une moindre mesure entre les écoles du Carladès et d Arpajon-sur-Cère. Dans le cas de l éveil musique et danse, le choix des intervenants a été fait en commun lorsqu il s agissait d un recrutement et les conditions d emploi ont été harmonisées. Cette mutualisation n empêche pas que la situation des enseignants reste globalement précaire. Dans le domaine musical, le nombre de contrats précaires (CDD, vacataires) passe de 22,5 à 26% entre et Certains CDD, renouvelés d une année sur l autre, sont sur 10 mois. Dans le domaine de la danse, aucun enseignant hors Conservatoire ne fait partie de la filière culturelle de la Fonction Publique Territoriale, et la Convention Collective de l animation est en partie nonrespectée. Par ailleurs, la moyenne de l emploi par professeur passe de 15h50 hebdomadaires en à 12h40 en ,5% des contrats sont précaires, notamment ceux des jeunes diplômés. 1.3 En favorisant l amélioration des équipements. Action menée : Sensibilisation des élus dans le cadre des différentes réunions de concertation organisées ; Définition de modalités de soutien financier du Conseil Général dans le cadre de son Schéma Départemental de Développement Culturel pour l aménagement, la rénovation ou la construction d équipements d enseignement artistique (taux maximal de subvention de 30%, plafond de l aide ). Evaluation de l impact Dans le domaine musical, seuls les locaux du Conservatoire d Aurillac et du CEMI du Pays de Saint- Flour étaient jugés comme adaptés à l enseignement musical en Les autres rencontrent des problèmes d isolation phonique et thermique, d accès, de taille, de partage avec d autres activités Depuis, 3 écoles ont fait l objet de travaux d aménagement plus ou moins lourds, à Massiac (2008), Arpajon-sur-Cère (2011) et Mauriac (2012). 14

15 Dans le domaine de la danse, deux salles sur cinq étaient conformes à la loi du 10 juillet 1989 en En , deux nouvelles salles ont été aménagées, à Saint-Flour (2006) et au Vigean (2010) ; la dernière salle non-conforme nécessite des équipements complémentaires. On observe donc une amélioration sensible de la situation : 80% au lieu de 40% des salles sont conformes, et 40% au lieu de 60% sont polyvalentes. Deux bémols cependant : 50% des salles utilisées pour l éveil ne sont pas conformes, et le nombre de salles n augmentant pas, le développement des cursus s en trouve limité, à Aurillac et Saint-Flour notamment. Objectif 2 : améliorer les conditions d accès à l enseignement 2.1 En accompagnant le développement d une offre de proximité axée sur la découverte et l initiation Action menée Axe fort et innovant du SDDEA, l éveil musique et danse devait pouvoir être mis en place dans tous les territoires qui en faisaient la demande, y compris (voire surtout) ceux les plus éloignés des structures d enseignement artistique. Cette activité s est ainsi développée sur 7 territoires disposant d une ou plusieurs structures d enseignement, mais également au sein des communautés de communes Sumène-Artense, Pays de Salers, Caldaguès-Aubrac et Cézallier, permettant à une population nouvelle d enfants de 5-6 ans d avoir accès près de chez eux à une découverte et une initiation artistique hors temps scolaire. A noter que cet éveil s est mis en œuvre de façon diverse dans les territoires, notamment en terme d organisation pédagogique : alternance musique/danse ou co-intervention. Cette modalité d organisation, même si elle est plus coûteuse, s avère être la plus pertinente pour développer une véritable transversalité entre les deux disciplines. Le développement de l éveil musique et danse a permis l installation sur le territoire de nouvelles ressources professionnelles, dumistes notamment, qui ont développé d autres activités d enseignement ou d éveil artistique, en direction du milieu scolaire, de la petite enfance, des pratiques amateurs (chorales, ateliers de pratiques) Evaluation de l impact L éveil musique et danse a été développé dès 2009 dans l objectif notamment de faire la preuve d un intérêt de la population pour cette nouvelle offre, et de motiver les collectivités à créer les structures publiques d arrondissement. Au moment de la création des cours, le succès en terme de fréquentation a été indéniable. Les structures à même de porter l activité dans un cadre stable et pérenne ne s étant pas créées, l avenir de l éveil musique et danse est aujourd hui incertain. Le problème principal qui se pose est celui de l emploi des intervenants : multiplicité des employeurs et des lieux d intervention (donc des déplacements), difficulté pour avoir des conditions d emploi homogènes et stables, absence de perspectives de développement 15

16 Du point de vue de la population, le parcours de l élève n est pas lisible : quelle continuité après l éveil, sachant que l offre d enseignement reste éclatée géographiquement et en termes de portage administratif, et que les conditions d accès tarifaires des élèves extérieurs restent disparates? Ces difficultés conjuguées expliquent sans doute les baisses ou les variations de fréquentation, qui ont fait mettre en sommeil certains lieux, ainsi que le recentrage d autres lieux sur une seule discipline, musique ou danse. 2.2 En accompagnant l harmonisation des conditions d accès tarifaires Action menée Un tarif unique mis en place pour l'éveil musique et danse : 90 par élève et par an. Une sensibilisation des élus à cette problématique de l égalité des conditions d accès tarifaires dans le cadre notamment des comités de pilotage d'arrondissement. Evaluation de l impact En l absence de création d un outil de gestion unique à l échelle d un vaste territoire, tel qu envisagé avec les structures publiques d arrondissement, l harmonisation des conditions d accès tarifaires aux enseignements existants est impossible. Le Conseil Général, et encore moins Cantal Musique et Danse, ne peuvent en effet imposer de tarif unique à des structures majoritairement financées par les communes ou EPCI, et dont les coûts par élève varient fortement. L harmonisation n est possible que lorsqu'une nouvelle offre s inscrivant clairement dans le cadre du SDDEA est créée, ce qui fût le cas avec l éveil musique et danse. A noter cependant : suite au travail de sensibilisation des élus qui a été mené, des conventions ont été signées entre des structures d enseignement et certains EPCI des arrondissements de Mauriac ou Saint-Flour qui en sont dépourvus. Ces conventions permettent, contre participation financière, un accès de la population de ces EPCI à l éveil et/ou au cursus dans des conditions tarifaires avantageuses. 16

17 2. Analyse des effets de l action menée sur la demande Aspects quantitatifs : l évolution des effectifs Cursus Musique Cursus Danse (+ initiation) Eveil (Musique/M, Danse/D, Musique et Danse/M&D) Total (87 M, 45 D) (13 M, 30 D, 163 M&D) Variation +42 (+4,6%) +92(+34%) +74 (+56%) +208 (+16%) Le tableau ci-dessus fait apparaître une croissance significative des effectifs, liée à une forte progression en danse et à la mise en place de l éveil musique et danse. Si on prend en compte les effectifs du CdMDT, le total passe de élèves en à en , soit 16,6% d augmentation. Les effectifs des ateliers Musique Entre Cère et Rance ont eux aussi progressé, passant de 120 à 168 participants. La plus forte croissance des effectifs dans le domaine de la danse que dans celui de la musique peut s expliquer par plusieurs facteurs : Le dynamisme de jeunes enseignants arrivant en poste et d enseignants plus anciens, soutenus ou remotivés par la mise en place du SDDEA dans le domaine de la danse, par la dynamique de réseau à l échelle départementale et les perspectives d amélioration de leurs conditions d emplois que cela a créé ; le fait que l enseignement de la danse reposant sur des cours collectifs, les inscriptions supplémentaires font baisser le coût à l élève, contrairement à l enseignement musical qui propose une formation instrumentale sous la forme majoritaire de cours individuels. Certaines écoles de musique ont ainsi dû limiter les inscriptions faute de ressources budgétaires suffisantes pour accueillir toutes les demandes. Concernant la répartition des élèves par statut d école, des évolutions contraires apparaissent : le secteur public croit dans l enseignement musical (73% des effectifs en , 76,6% en ), du fait notamment du changement de statut d une des écoles, et diminue dans l enseignement chorégraphique (67% des effectifs en , 57% en ), du fait notamment du fort développement d une structure associative. On peut noter également que la progression des heures d enseignement a été parallèle à celle des effectifs : la moyenne de temps de cours par élève reste autour de 50 mn pour la musique et de 12 mn pour la danse. 17

18 3. Analyse financière des moyens mis en œuvre à l échelle départementale Le Conseil Général a consacré des moyens importants à ce qui est affiché comme une priorité de la politique culturelle départementale, mise en œuvre dans le cadre de l application de la loi du 13 août Subventions aux structures d enseignement : entre et par an ont été attribués entre et En , du fait des nouvelles modalités de subvention (baisse des taux, plafonnement des aides, suppression des aides à l achat de matériel et au projet culturel), le montant prévisionnel des subventions s élève à Le montant global attribué sur les 5 ans du SDDEA est donc de (chiffre prévisionnel pour ), soit par an en moyenne. A noter : la révision des aides financières dans le cadre du nouveau Schéma Départemental de Développement Culturel fait passer les subventions du Conseil Général aux écoles de musique de 11,7% du budget global en à 8,4% en Dans le domaine de la danse, l évolution des aides au fonctionnement du Conseil Général ne peut être pointée car celles-ci n existaient pas en ; elles représentent autour de 11,5 % des budgets en (hors Conservatoire d Aurillac). Les aides à l aménagement, la rénovation ou la construction de locaux s élèvent pour la période à euros, attribués à la commune du Vigean pour son école de danse et à la communauté de communes du Pays de Massiac pour son école de musique. Accompagnement réalisé par Cantal Musique et Danse : environ sur 5 ans (chiffre prévisionnel pour 2012), soit par an en moyenne, ont été consacrés à la mise en œuvre du dispositif grâce aux financements du Conseil Général et de la DRAC Auvergne pour l aspect «Etudes juridiques et financières». Ces chiffres ne prennent pas en compte le temps de travail important des permanents de Cantal Musique & Danse et des services du Conseil Général. 18

19 Synthèse de l évaluation du SDDEA : La mise en œuvre du SDDEA sur la période a permis de réelles avancées, notamment sur l aspect mise en réseau des structures /création d une dynamique départementale, et dans une moindre mesure concernant l harmonisation pédagogique. L hésitation des collectivités à s engager dans une structuration pérenne, dans un contexte budgétaire devenu difficile, explique en partie qu aucune structure publique d arrondissement ne se soit créée au cours des cinq années, et que la situation des enseignants reste en grande partie précaire. Un projet de création d Etablissement Public de Coopération Culturelle devrait cependant aboutir en 2013, et le besoin de structuration et de mutualisation persiste sur les autres territoires. Deux axes de travail semblent donc se dessiner pour le prochain schéma départemental : la consolidation des acquis et des projets de structuration engagés, et la nécessaire innovation, qui passe par l expérimentation. 19

20 PERSPECTIVES Champ d action : la mise en œuvre d un Schéma Départemental de Développement des Enseignements et des Pratiques Artistiques en musique et en danse (SDDEPA). L objectif de ce nouveau schéma est de permettre une réflexion et une mise en œuvre globale de l action départementale concernant les deux secteurs enseignement / pratiques - étroitement liés et faisant appel aux mêmes ressources professionnelles (enseignants et dumistes). Cet affichage est également en cohérence avec les objectifs de la charte d objectifs et de qualité, qui met en avant le renforcement des liens entre structures d enseignement artistique et pratique en amateur : encadrement ou accompagnement des pratiques par les enseignants, rôle d information et d accès à la documentation, mise à disposition de locaux ou de matériel, projets communs Les textes nationaux, tels la Charte de l enseignement artistique spécialisé (2001), confient également aux établissements d enseignement la mission d être «des lieux ressources pour les amateurs». De fait, ce rôle de lieu ressource est déjà joué par les structures d enseignement, selon les moyens matériels et humains dont elles disposent. Par ailleurs, certaines d entre elles développent une offre de pratique artistique complémentaire à l offre d enseignement : chorale adulte, atelier de pratique «musiques actuelles», atelier chorégraphique adulte ou mêlent dans leurs pratiques collectives élèves en cursus et pratiques en amateur. Objectifs : 3 objectifs complémentaires sont définis, dans la continuité de ceux du SDDEA : Contribuer à la structuration des territoires en termes d enseignement et de pratiques artistiques en musique et en danse ; Améliorer et diversifier l offre d enseignement et de pratiques ; Favoriser l accès des cantaliens à l enseignement et aux pratiques artistiques proposées. Durée : Le SDDEPA sera mis en œuvre sur les années , et , de façon à prendre fin en même temps que le Schéma Départemental de Développement Culturel. 1. Contribuer à la structuration des territoires en termes d enseignement et de pratiques artistiques en musique et en danse L organisation en structure publique par arrondissement est réaffirmée comme principe pertinent de structuration. Le fonctionnement d outils de concertation pilotés par le Conseil Général tels que les comités de pilotage d arrondissement, qui réunissent à cette échelle l ensemble des collectivités concernées, sera donc pérennisé. 20

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Schéma d'orientation pédagogique de la musique avril 2008 FICHE PÉDAGOGIQUE A3 LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Sommaire Introduction I Différents profils d élèves pour différentes situations

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

le diplôme d Etat de professeur de musique, le diplôme d Etat de professeur de danse.

le diplôme d Etat de professeur de musique, le diplôme d Etat de professeur de danse. Information sur la mise en place de la procédure de validation des acquis de l expérience (VAE) pour les diplômes d enseignants du domaine du spectacle vivant. Le décret n 2004 607 du 21 juin 2004 rend

Plus en détail

Cursus Jazz. 1 er cycle Certification : Attestation de fin de 1 er cycle Durée du cycle 4 ans maximum

Cursus Jazz. 1 er cycle Certification : Attestation de fin de 1 er cycle Durée du cycle 4 ans maximum Cursus Jazz 1 er cycle Certification : Attestation de fin de 1 er cycle Durée du cycle 4 ans maximum Cours instrumental (30 mn hebdomadaires) Cours de formation musicale Jazz (Au moins 1 an dans le cycle,

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) la reconnaissance du musicien intervenant par

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse

Art et handicap. Atelier de pratique artistique. Thème : l expression corporelle / la danse Art et handicap Atelier de pratique artistique Thème : l expression corporelle / la danse Action handicap 1 L ECLA son projet, sa démarche L Espace Clodoaldien de Loisirs et d Animation (ECLA) est une

Plus en détail

Le diplôme universitaire de musicien intervenant. Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique

Le diplôme universitaire de musicien intervenant. Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique Sommaire Qu'est-ce que la VAE? Le diplôme d État de professeur de musique Le diplôme universitaire de musicien intervenant Le certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de musique Les textes de

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

écriture composition, arrangement, orchestration

écriture composition, arrangement, orchestration écriture composition, arrangement, orchestration objectifs Le CNSMD de Lyon est un lieu de formation pour les jeunes artistes se destinant aux métiers référencés de la musique et de la danse. En ce qui

Plus en détail

Economie des chœurs. Année civile 2006 Année scolaire 2006-2007 Autre : Précisez combien de formations sont rassemblées au sein de la structure :

Economie des chœurs. Année civile 2006 Année scolaire 2006-2007 Autre : Précisez combien de formations sont rassemblées au sein de la structure : Economie des chœurs Cette enquête a pour but de recueillir des données qui viendront étayer une étude du fonctionnement économique des chœurs. Nous vous rappelons que ce questionnaire est totalement anonyme.

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés octobre 2013 I. Pourquoi une association de commissaires d exposition? L association C-E-A / Commissaires d exposition associés est née en 2007 du

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

LES NOUVEAUX DISPOSITIFS POUR LE SPECTACLE VIVANT. Votés en avril 2015, en vigueur à partir de septembre 2015

LES NOUVEAUX DISPOSITIFS POUR LE SPECTACLE VIVANT. Votés en avril 2015, en vigueur à partir de septembre 2015 LES NOUVEAUX DISPOSITIFS POUR LE SPECTACLE VIVANT Votés en avril 2015, en vigueur à partir de septembre 2015 Les grands principes de la révision Renforcer les échanges avec le public sur les territoires

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

LES INTERVENANTS EXTERIEURS GUIDE PRATIQUE ET PRECONISATIONS DEPARTEMENTALES Groupe départemental ARTS/EPS

LES INTERVENANTS EXTERIEURS GUIDE PRATIQUE ET PRECONISATIONS DEPARTEMENTALES Groupe départemental ARTS/EPS LES INTERVENANTS EXTERIEURS GUIDE PRATIQUE ET PRECONISATIONS DEPARTEMENTALES Groupe départemental ARTS/EPS Table des matières LES TEXTES DE REFERENCE... 3 POURQUOI UN GUIDE PRATIQUE?... 4 L INTERVENTION

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION OBJET A travers ce dispositif, la Région souhaite : Démocratiser l accès à la culture Faire du dispositif un véritable outil d ouverture culturelle Valoriser

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Master Droit 1 ère année Règlement des études

Master Droit 1 ère année Règlement des études PRES Université Lille Nord de France Faculté de Droit de Boulogne sur Mer Centre universitaire Saint Louis 21, rue Saint Louis BP 774 62327 Boulogne sur Mer Master Droit 1 ère année Règlement des études

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

C est cette dernière mesure qu il est proposé d explorer.

C est cette dernière mesure qu il est proposé d explorer. 2- Réduction du besoin de remplacement dans le 1 er degré I) Définition de la mesure Jusqu alors, l optimisation du remplacement a surtout porté sur l organisation du système de remplacement. Il s agit

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE Paris, le 5 février 2008 BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE Le dispositif consiste dans la prise en charge par la commune d une partie du coût du permis de conduire en échange d une activité bénévole d intérêt

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE LE PREFET DE L ORNE Alençon, le janvier 014 APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE Contexte : Pour répondre aux besoins croissants

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL La formation professionnelle a pour objet de permettre aux agents d exercer de façon efficace les fonctions qui leur sont confiées en vue de la satisfaction

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ANNEE

PROJET PEDAGOGIQUE ANNEE PROJET PEDAGOGIQUE ANNEE 2013 /2014 Préambule La réforme des rythmes scolaires, mise en œuvre par le Gouvernement, doit permettre une meilleure répartition du temps scolaire passant de 4 à 4,5 jours d

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

Licence professionnelle Bibliothécaire

Licence professionnelle Bibliothécaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Bibliothécaire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES

CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES Tableau de suivi de CURSUS DEPARTEMENT DE MUSIQUES TRADITIONELLES Le mode de notation s'éffectue sur /20, la moyenne de validation d'un UV étant 10/20. 1er CYCLE Acquisitions

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Concepteur et intégrateur web et mobiles de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015 LICENCE Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES Mention : ARTS DU SPECTACLE Tronc commun : L1-L2-L3 Parcours : Spectacle et musique Numéro d accréditation : [20140588] Régime : formation initiale et formation

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales La fonction commerciale a évolué vers une personnalisation de l offre et de la relation client ainsi qu au développement des services

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS

Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS Le programme du C.E.P.I. piano et guitare comporte trois modules de formation : le module principal dans la discipline dominante (piano ou guitare), un module associé

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION

CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION CAHIER DES CHARGES DU PLAN FEDERAL DE FORMATION 1. Cadre général de la Formation Le Plan Fédéral de Formation s inscrit dans la mise en œuvre de la Motion d Orientation 2013-2016 et dans la réalisation

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

ARTISTE ENSEIGNANT, QUEL CADRE JURIDIQUE?

ARTISTE ENSEIGNANT, QUEL CADRE JURIDIQUE? ARTISTE ENSEIGNANT, QUEL CADRE JURIDIQUE? L'enseignement artistique est un sujet d'actualité car de plus en de compagnies et d artistes développent cette activité en parallèle de la production et de la

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

144 174 237 30h + 120h 555 h

144 174 237 30h + 120h 555 h Niveau : LICENCE Année Domaine : Mention : Spécialité : S.T.A.P.S. S.T.A.P.S. MANAGEMENT DU SPORT L2 120 ES Volume horaire étudiant : 144 174 237 30h + 120h 555 h cours magistraux travaux dirigés travaux

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE)

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Département AES Master Professionnel et de Recherche "Sciences de l'homme et de la Société" Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Lieu de la formation : Université Rennes 2 Haute-Bretagne

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Entreprises La réforme de l apprentissage L ACCUEIL DES STAGIAIRES Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG. Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES

DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG. Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES DIPLOME DES ECOLES NATIONALES DE COMMERCE ET DE GESTION DENCG Cahier des Normes Pédagogiques Nationales adopté par la CNCES CNPN du DENCG 1/9 Septembre 2013 1. Normes relatives aux filières (FL) Définition

Plus en détail

Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics

Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics Délégation régionale Aquitaine /2015 Dispositifs proposés aux agents des collectivités et établissements publics CALENDRIER PREVISIONNEL 1 CNFPT - DELEGATION AQUITAINE LES PREPARATIONS AUX CONCOURS ET

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail