Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes"

Transcription

1 ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Septième réunion Point 2.1 de l ordre du jour provisoire EBAC7/2 30 décembre 2002 Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire Rapport du Commissaire INTRODUCTION 1. A sa deuxième réunion les 11 et 12 mai 2000, la Commission de Vérification des Comptes a demandé que soit établie une vue d ensemble sous forme de tableau des recommandations du Commissaire indiquant l ancienneté des recommandations, l état d avancement de leur mise en oeuvre et, le cas échéant, les observations du Secrétariat. A sa troisième réunion, 1 la Commission a demandé que ce type de rapport soit systématiquement présenté à l avenir. Une vue d ensemble mise à jour sous forme de tableau, présentée en annexe au présent document, est donc soumise à l examen de la Commission. PRESENTATION 2. La vue d ensemble sous forme de tableau se divise en deux parties : la première comprend les recommandations relatives à l exercice et la deuxième indique l état d avancement de la mise en oeuvre des recommandations concernant l exercice La présentation du tableau a été modifiée afin de refléter plus clairement la position du Secrétariat sur chacune des recommandations. L état d avancement de la mise en oeuvre et le calendrier prévu sont également indiqués s il y a lieu. Lorsque la recommandation n est pas acceptée ou ne l est que partiellement, le Secrétariat fournit des éléments pour étayer sa position. Le Commissaire a apporté d autres observations lorsqu il l a jugé utile. Il faut espérer que cette présentation révisée et plus succincte facilitera la lecture du document. 4. La Commission notera qu il n est pas indiqué pour chacune des recommandations à qui incombe la responsabilité de la mise en Le Secrétariat a indiqué que les recommandations formulées par le Commissaire constituent une responsabilité institutionnelle de la direction générale. 1 Document EBAC3/2.

2 EBAC7/2 OBSERVATION D ENSEMBLE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES 5. Dans l ensemble, il est satisfaisant de constater que la plupart des recommandations formulées ont été acceptées par le Secrétariat et qu elles ont déjà été mises en oeuvre ou sont en train de l être comme indiqué dans le tableau ci-dessous. Exercice Nombre total de recommandations Recommandations acceptées et mises en oeuvre Recommandations acceptées et en cours de mise en oeuvre ou constamment mises en oeuvre Recommandations non acceptées ou mises en oeuvre de façon inadéquate D autres observations ont été fournies dans le tableau concernant les cas où le Secrétariat a indiqué qu il n appliquera pas une recommandation ou les cas où la recommandation a été appliquée de manière inadéquate. 7. Il ressort d une analyse des recommandations relatives à la vérification des comptes de l exercice que les recommandations concernaient pour la plupart l amélioration des contrôles généraux. En raison de la nature de ces questions, il est admis que la mise en oeuvre devra peut-être s effectuer sur une plus longue période. Toutefois, le Secrétariat est instamment invité à continuer de vouer une attention prioritaire à ces recommandations ainsi qu aux autres recommandations concernant les systèmes et la technologie d information et de communication. SUIVI DE LA MISE EN OEUVRE DES RECOMMANDATIONS 8. Les éléments sur l état d avancement de la mise en oeuvre ont été réunis en novembre 2002 sur la base des réponses fournies par le Secrétariat. Il est rappelé à la Commission que si le Commissaire aux Comptes suit normalement la mise en oeuvre des recommandations qu il a formulées, le temps que prend ce travail de suivi est conditionné par une série de facteurs, ce qui explique que les observations du Secrétariat figurant dans le tableau n ont pas nécessairement été vérifiées par le Commissaire aux Comptes. 9. La Commission est invitée à noter que, conformément aux plans de vérification du Commissaire pour , des examens de suivi sont prévus concernant la vérification informatique des contrôles généraux au Siège ; la vérification de la gestion de trésorerie au Siège ; la vérification informatique des contrôles généraux au Bureau régional de l Europe ; et l examen de la fonction de vérification intérieure. CONCLUSION 10. La Commission est invitée à prendre note de l état d avancement de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire. 2

3 ANNEXE ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN OEUVRE DES RECOMMANDATIONS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES PREMIERE PARTIE. RECOMMANDATIONS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES RELATIVES A L EXERCICE Note de gestion du 14 juin 2002 sur les constatations découlant de la vérification finale concernant l exercice effectuée au Siège Systèmes et technologie de l information et de la communication Les efforts sur les questions fondamentales de la stratégie et des compétences en matière de technologie de l information ainsi que de la gouvernance de la technologie de l information doivent être poursuivis en priorité pour que l investissement considérable dans le domaine de la technologie de l information permette d aider au maximum l OMS à atteindre ses objectifs de manière efficace, efficiente et économique. est en cours en et sera poursuivie lors des exercices suivants. Gestion des connaissances Les initiatives déjà prises par le Secrétariat pour gérer de manière efficace les connaissances considérables dont il dispose doivent être poursuivies plus avant en tant qu activité prioritaire à l échelle de l Organisation entière. Politique de prévention des fraudes et d action en cas de fraude Une politique structurée et globale de prévention des fraudes et d action en cas de fraude doit être mise au point, appliquée et constamment réexaminée. Code d éthique et de conduite est en cours en et sera poursuivie lors des exercices suivants. est en cours et devrait être achevée d ici fin La mise au point d un code d éthique pour le personnel doit bénéficier d un rang de priorité élevé pour être achevée à la date prévue. devrait être achevée en janvier 2004, sous réserve de l approbation du Conseil exécutif. EBAC7/2

4 4 Application du Statut et du Règlement du Personnel Des mesures de contrôle supplémentaires doivent être mises en oeuvre pour garantir l application du Statut et du Règlement du Personnel. Comptes personnels La procédure de recouvrement des avances et de gestion des comptes personnels à long terme doit être réexaminée. Virements entre sections de la résolution portant ouverture de crédits Un format type de demande de modification des affectations budgétaires destiné à tous les Départements et bureaux régionaux doit être mis au point et appliqué. Les virements sujets à l autorisation du Directeur général doivent être traités séparément pour faciliter le rapprochement avec l Etat IV et respecter le Règlement financier. Allocations de crédits Il faut examiner les différences relevées entre un bureau régional et la base de données générale pour garantir que cette dernière soit exacte à tout point de vue lors de la clôture. Il convient de rappeler aux bénéficiaires d allocations de crédits l importance du contrôle des allocations de crédits et de l application des Règles de Gestion financière à cet égard. Engagements non réglés Il faut continuer de mettre l accent sur les mesures déjà prises pour assurer l examen approfondi dans les délais des engagements concernant aussi bien le budget ordinaire que les fonds extrabudgétaires, comme moyen important de contrôle de la gestion financière. Recommandation acceptée et mise en oeuvre en juillet Recommandation acceptée ; mise en oeuvre d ici fin Recommandation acceptée et mise en Recommandation acceptée et mise en oeuvre au 31 décembre Recommandation acceptée et mise en EBAC7/2 Annexe

5 5 Subventions pour les dépenses locales Le groupe de travail sur les dépenses locales doit achever ses travaux dans un délai raisonnable et les recommandations concernant les améliorations à apporter au dispositif concernant les dépenses locales doivent être mises en oeuvre en priorité à l échelle de l Organisation entière. En attendant, des mesures doivent être prises à l échelle de l Organisation entière pour que les dispositions actuelles du Manuel de l OMS concernant les limites maximales des subventions pour les dépenses locales soient entièrement respectées. Bourses d études Il faut continuer de mettre l accent sur les efforts de suivi consentis par les bureaux de pays et les bureaux régionaux qui constituent un aspect crucial du programme des bourses d études et il faut continuer de prendre et d appliquer les mesures visant à accroître la proportion des rapports soumis. Inventaire des immobilisations Un inventaire de tous les avoirs immobilisés prévu par les Règles de Gestion financière doit être établi. Inventaire du matériel durable La procédure suivie pour l enregistrement, l évaluation et le contrôle doit être profondément remaniée et rationalisée compte tenu des besoins actuels ; des lignes directrices appropriées doivent être établies pour assurer le respect d une série de principes de base à l échelle de l Organisation entière. Recommandation acceptée. Mise en oeuvre d ici fin Recommandation acceptée, en cours de mise en oeuvre dans le cadre de l appui aux Régions. Les résultats font l objet d un suivi constant. Les informations figurant au grand livre sont jugées suffisantes. Il sera procédé à un autre examen d ici mars Si les procédures actuelles sont jugées adéquates, des améliorations seront incorporées au nouveau projet mondial de technologie de l information. Mise en oeuvre d ici fin Il faut se féliciter d un nouvel examen, car des améliorations peuvent et doivent être apportées à cet égard. Il est reconnu qu un nouveau système de technologie de l information permettra d apporter des améliorations ; toutefois, il y aurait lieu de prendre des mesures dans l intervalle pour améliorer les procédures actuelles et assurer une pratique cohérente dans l ensemble de l Organisation. Annexe EBAC7/2

6 6 Comptes bancaires Les rapprochements bancaires doivent être effectués à la fin de chaque mois comme le prévoit le Manuel de l OMS ; les différents postes doivent être examinés et les mesures correctrices prises dans les délais voulus. Le préparateur doit signer les rapprochements bancaires et une personne indépendante doit vérifier de manière approfondie les rapprochements et les certifier conformes à l examen. Comptes d avance a) Les procédures prévues pour la limite des comptes d avance doivent être approfondies par souci de cohérence, pour présenter équitablement les soldes des comptes d avance et des engagements non réglés et pour fournir des informations fiables dans les relevés financiers. b) Il faut procéder à un examen à l échelle de l Organisation entière du groupe des signataires de tous les comptes d avance et autres comptes bancaires pour vérifier que les pratiques actuelles sont encore appropriées et que des pouvoirs spécifiques sont donnés pour une signature unique. On passera périodiquement en revue les signataires des comptes bancaires et des comptes d avance. Plans de travail Tous les plans de travail doivent faire l objet d un examen approfondi par les responsables de la planification pour garantir le respect intégral des lignes directrices. Les Groupes ayant besoin de conseils supplémentaires doivent demander sans retard une formation en cours d emploi. Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre fin mars b) Recommandation acceptée et mise en oeuvre en est en cours. Les rapports sur les exceptions sont désormais disponibles. Note de gestion du 8 avril 2002 sur les constatations découlant de la vérification effectuée au Bureau régional de la Méditerranée orientale en janvier-février 2002 Comptes personnels Des mesures plus urgentes doivent être prises pour le règlement des soldes dus depuis longtemps sur les comptes personnels. Recommandation acceptée et mise en EBAC7/2 Annexe

7 7 Bourses d études a) La mise en oeuvre de l étude de suivi rapide sur les bourses d études et les voyages d étude de l OMS doit bénéficier d un rang de priorité élevé pour que les rapports sur les bourses d études soient surveillés de manière efficace et que des mesures de suivi appropriées soient prises pour obtenir les rapports particulièrement en retard. b) Des mesures doivent être prises pour que les administrations sanitaires nationales soumettent les avis favorables prévus en même temps que les formules de demande au Bureau régional. c) Tous les avis concernant l octroi de bourses doivent être signés conformément aux dispositions du Manuel de l OMS et munis des délégations d autorité applicables. Contrats à court terme a) Les mesures nécessaires doivent être prises pour que l offre d emploi et la notification d acceptation soient signées par l intéressé et par le Bureau régional avant le début du contrat ou au commencement du contrat et pour que ces documents soient classés de manière appropriée. b) Une appréciation des services doit être effectuée pour tous les membres du personnel à court terme à la fin du contrat et l on s y référera avant tout renouvellement. Formation Le Bureau régional doit mettre au point une stratégie d ensemble de formation du personnel, comprenant une formation théorique, des programmes de tutorat et des programmes de développement personnels visant à renforcer les compétences techniques et les compétences de base. Pour mettre au point cette stratégie de formation, il faudra tenir dûment compte des objectifs de développement individuels définis au cours du processus de gestion des résultats. a) Recommandation acceptée et mise en oeuvre en octobre 2002 b) Recommandation acceptée et mise en oeuvre en avril c) Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée et mise en b) Recommandation acceptée et mise en Recommandation acceptée ; la mise en oeuvre devrait être achevée en décembre Annexe EBAC7/2

8 8 Gestion des activités Des plans de travail doivent être mis au point pour toutes les activités entreprises par les bureaux régionaux et de pays, quelle que soit la source des fonds. Les dépenses liées aux traitements doivent être prévues dans le système de gestion des activités conformément aux lignes directrices émises à cet égard. Comptes bancaires a) Les rapprochements bancaires doivent être examinés par un responsable indépendant de haut niveau et signés et datés pour attester de l examen. b) Les décaissements non réglés depuis longtemps doivent faire l objet de recherches constantes et au besoin d une contre-passation. Comptes d avance On enquêtera sur les difficultés rencontrées par certains bureaux et des mesures appropriées devront être prises pour faciliter la présentation des comptes d avance par ces bureaux dans de meilleurs délais. Dépenses locales Les relevés de compte fortement en retard devront continuer de faire l objet d un suivi permanent. Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée et mise en b) Recommandation acceptée et mise en Recommandation acceptée. Une solution a été mise en oeuvre en octobre Recommandation acceptée. Mise en oeuvre en cours sur une base permanente. Note de gestion du 6 février 2002 sur les constatations découlant de la vérification effectuée au Bureau régional du Pacifique occidental en octobre 2001 Comptes d avance Les niveaux approuvés des comptes d avance doivent être réexaminés sur la base du niveau d activité dans les différents bureaux régionaux et des antécédents concernant les paiements effectués par l intermédiaire de ces comptes. Recommandation acceptée. Mise en oeuvre d ici fin EBAC7/2 Annexe

9 9 Gestion des ressources humaines Les cartes de congé doivent être correctement remplies avant d être approuvées par les supérieurs hiérarchiques. Le membre du personnel et son supérieur hiérarchique doivent signer les cartes de congé. Inventaire du matériel durable a) La valeur des articles doit être indiquée dans les comptes d inventaire conformément à la politique comptable prescrite. Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée. La mise en oeuvre interviendra dans le cadre du remplacement au niveau mondial du système d appui à l information administrative et financière. b) Les articles vendus doivent être retirés des comptes d inventaire. b) Recommandation acceptée et mise en c) Les numéros de série des articles doivent figurer dans les comptes d inventaire pour faciliter leur identification. d) Les codes d articles doivent être reflétés correctement sur tous les articles figurant dans les comptes d inventaire afin de faciliter leur identification. Bourses d études a) Les frais d études non réglés doivent être réexaminés et, en l absence d une demande d indemnisation, les montants doivent être restitués. c) Recommandation acceptée et mise en d) Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée et mise en b) Le rapport de retraçage doit être régulièrement mis à jour. b) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre prévue à la fin de Il convient toutefois de noter qu il reste difficile d amener tous les boursiers à présenter des rapports. c) Des mesures appropriées doivent être prises pour assurer le suivi en cas de rapports non soumis afin que le programme des bourses d études puisse être évalué et suivi de manière efficace. c) Voir ci-dessus. a) Le remplacement du système d appui à l information administrative et financière étant un projet à long terme, des mesures doivent être prises dans l intervalle pour veiller à une évaluation correcte des stocks. Annexe EBAC7/2

10 10 Dépenses a) Les notifications des allocations de crédits doivent être approuvées et signées par la personne désignée. b) Il faut continuer de mettre l accent sur l examen en temps voulu et approfondi des engagements, aussi bien en ce qui concerne le budget ordinaire que les fonds extrabudgétaires, en tant qu aspect important du contrôle de la gestion financière. Subventions pour les dépenses locales a) La politique qui consiste à fournir une avance de 100 % au titre des subventions pour les dépenses locales doit être réexaminée. Dans les cas où les relevés des dépenses sont très en retard, il faudra peut-être envisager des mesures plus sévères comme la suspension d autres avances. a) Les notifications des allocations de crédits sont délivrées conformément aux plans d action qui sont approuvés par le responsable ou directeur du programme concerné, ainsi que par le Comité du Programme. Il est estimé que cette procédure est adéquate et n appelle aucune approbation ou signature supplémentaire. b) Recommandation acceptée et mise en L examen des engagements non réglés est une activité permanente. On mettra cependant davantage l accent sur cette question dans la mesure où l on disposera des ressources nécessaires en personnel. a) Les activités entreprises par l intermédiaire des subventions pour les dépenses locales font partie de la coopération technique avec l OMS et ne se dérouleraient pas sans l appui financier de l OMS. Le retrait partiel d une partie de l avance peut entraîner la non-exécution d activités programmatiques importantes. La suspension d autres avances constitue une option qui sera examinée plus avant. Il s agit d un problème permanent et l on s efforce de concilier les impératifs d un contrôle financier adéquat et la mise en oeuvre de l activité programmatique. a) Les allocations de crédits doivent être conformes aux plans d action ; toutefois, la délivrance des allocations de crédits relève du fonctionnaire du budget et des finances qui doit dûment signer les notifications d allocation pour attester de son approbation. a) Le groupe de travail sur les dépenses locales doit notamment s occuper de la question des avances de 100 % et des relevés des dépenses très en retard. Le Secrétariat a noté que la mise en oeuvre devrait être achevée à fin EBAC7/2 Annexe

11 11 b) La direction doit veiller à ce que le versement des subventions s inscrive dans les limites prévues par le Manuel de l OMS ou à ce que l approbation du Directeur général a été obtenue en cas de dépassement. Comptes créanciers et débiteurs Les efforts faits pour régler les postes en retard depuis longtemps doivent être poursuivis de façon à ce que les comptes des bureaux régionaux à la fin de l exercice financier soient exacts et de façon à réduire dans toute la mesure possible les pertes potentielles de l Organisation. Mise en oeuvre, surveillance et évaluation des programmes a) Les données sur la surveillance technique et financière doivent être reflétées dans les rapports de surveillance. b) Les plans de travail doivent continuer d être affinés en indiquant des étapes. A mesure que l information concernant les fonds extrabudgétaires devient disponible, le processus de planification intégrée doit être suivi pour réviser les plans de travail. Les besoins de formation spécifique concernant les concepts de gestion fondés sur les résultats et de planification intégrée doivent être entièrement évalués et une stratégie appropriée mise au point. c) Il faut mettre davantage l accent sur l évaluation des programmes dans les pays et élaborer une stratégie à cet égard pour l exercice Les procédures d évaluation pour doivent être clairement définies et intégrées aux plans de travail dès que possible. b) L approbation concernant l accroissement de la limite a été obtenue dans les cas visés. Il faut espérer que les modifications proposées à apporter aux définitions des subventions pour les dépenses locales permettront d atténuer ce problème à l avenir. est maintenue. En novembre 2002, il restait peu de problèmes à régler. a) Recommandation acceptée. La mise en oeuvre est en cours pour l exercice b) Recommandation acceptée. La mise en oeuvre se poursuit en permanence. c) Recommandation acceptée et mise en Annexe EBAC7/2

12 12 Note de gestion du 31 octobre 2001 sur les constatations découlant de la vérification effectuée au Bureau régional de l Asie du Sud-Est en septembre-octobre 2001 Comptes bancaires Les postes rapprochés doivent être examinés et suivis, et les problèmes réglés en temps voulu. En outre, le livre de caisse doit être rapidement mis à jour pour refléter correctement les dépenses au cours de la période correspondante. Ressources humaines a) Chaque département doit tenir les états de présence comme le prévoit le Manuel de l OMS. Un haut responsable doit examiner les états de présence régulièrement. L examen doit être attesté par la signature de l examinateur. b) La date à laquelle le congé a été demandé et la date à laquelle le congé a été approuvé doivent être indiquées dans la colonne «remarques» sur la carte des congés. En outre, le supérieur hiérarchique doit signer dans la colonne «approbation». c) Un rapport d appréciation des services doit être établi à l expiration des contrats des consultants à court terme. Ce rapport doit être conservé dans le dossier de l employé concerné. Le contrat du consultant à court terme ne doit pas être renouvelé tant que l appréciation n a pas été effectuée et reçue par le département du personnel. d) La structure du département de la gestion des systèmes d information doit être réévaluée en tenant compte des risques liés à l engagement de personnel d appui clé à court terme. se poursuit et les comptes sont actuellement à jour. a) La pertinence de la question est reconnue ; elle sera traitée dans le cadre du projet global sur les congés et la gestion du temps de travail en b) Recommandation acceptée. Voir ci-dessus. c) Recommandation acceptée en partie. Si l affectation du consultant à court terme est prolongée avec le même mandat, une appréciation des services n est pas demandée à ce stade. La mise en oeuvre est en cours. d) Recommandation acceptée et en cours de mise en oeuvre en tant qu activité constante. c) En vertu des principes de bonne pratique, il convient d évaluer les services du personnel à court terme avant de prolonger les contrats. Un processus d appréciation abrégé pourrait être indiqué dans la situation évoquée. EBAC7/2 Annexe

13 13 Dossiers de référence Les contrôles concernant les amendements aux dossiers et tableaux de référence doivent être examinés et mis en oeuvre pour tous les systèmes en opération au Bureau régional. Inventaire Les comptes récapitulatifs d inventaire concernant les bureaux des représentants de l OMS doivent être conservés au Bureau régional. Ces comptes doivent être rapprochés de ceux conservés dans les bureaux des représentants de l OMS sur une base périodique. Tous les deux ans, il faut procéder à une vérification matérielle portant sur tout l inventaire du Bureau régional conformément au Manuel de l OMS. Une norme doit être fixée pour consigner les précisions dans les comptes d inventaire. Le mobilier doit également y figurer. Un rang de priorité élevé doit être accordé à l informatisation afin de rationaliser l enregistrement des articles, ainsi que la protection et l évaluation des stocks de la Région. Engagements non réglés Il faut continuer à mettre l accent sur les mesures déjà prises pour assurer l examen approfondi et en temps voulu des engagements liés aussi bien au budget ordinaire qu aux fonds extrabudgétaires en tant qu élément important du contrôle de la gestion financière. Subventions pour les dépenses locales a) La politique qui consiste à fournir une avance de 100 % aux subventions pour les dépenses locales doit être réexaminée. Dans les cas où les relevés des dépenses sont particulièrement en retard, il faudra envisager des mesures plus strictes comme, par exemple, la suspension des nouvelles avances. Recommandation acceptée. Toutefois, les dossiers de référence ne peuvent être modifiés qu au Siège. Le Bureau régional les vérifie avant le téléchargement. La mise en oeuvre est en cours. Recommandation acceptée en grande partie. Des efforts sont déjà en cours pour informatiser la tenue des comptes. Le mobilier n y figure pas toutefois, car telle n est pas la politique de l Organisation (Manuel VI.6.55). La mise en oeuvre est en cours. est en cours. a) Recommandation acceptée en partie. Des avances de 100 % se justifient parfois, mais dans des situations limitées, le plus souvent en ce qui concerne les journées de vaccination antipoliomyélitique dont les fonds sont retenus lorsque des relevés de dépenses n ont pas été fournis à temps. La mise en oeuvre se poursuit de manière constante. La politique de l Organisation pour ce qui est d inventorier le mobilier doit être clarifiée, car elle n est pas appliquée de manière cohérente dans l ensemble de l Organisation. Les relevés financiers font figurer le mobilier dans la description des stocks de biens durables. a) Le groupe de travail sur les dépenses locales doit notamment s occuper de la question des avances de 100 % et des relevés de dépenses particulièrement en retard. Le Secrétariat a noté que la mise en oeuvre devrait être achevée d ici fin Annexe EBAC7/2

14 14 b) La direction doit veiller à ce que le versement des subventions pour les dépenses locales respecte les limites fixées dans le Manuel ou que l approbation du Directeur général est obtenue pour dépasser ces limites. Comptes créanciers et comptes débiteurs Il faut poursuivre les efforts visant à apurer les postes non réglés depuis longtemps pour que les comptes du Bureau régional soient exacts à la fin de l exercice et que les pertes éventuelles subies par l Organisation soient réduites dans la mesure du possible. Mise en oeuvre, suivi et évaluation des programmes a) Le Directeur régional doit formellement approuver les plans de travail sur la finalisation. Les plans de travail approuvés doivent être distribués à toutes les parties intéressées. b) Les plans de travail doivent continuer à être affinés et améliorés. A cet égard, il convient d évaluer pleinement les besoins de formation spéciale aux concepts de gestion fondée sur les résultats et de planification intégrée et de mettre en place une stratégie appropriée. Les données de surveillance technique et financière doivent être reflétées dans les rapports de suivi établis tous les six mois. c) A mesure que l information sur les fonds extrabudgétaires devient disponible, le processus de planification intégrée doit être suivi pour la révision des plans de travail. d) Il faut mettre davantage l accent sur l évaluation des programmes dans les pays et une stratégie doit être établie à cet égard pour le présent exercice. Le processus d évaluation pour l exercice suivant doit être clairement défini et intégré dès que possible aux plans de travail. b) Recommandation acceptée. La mise en oeuvre est constante. est constante. a) Recommandation acceptée et mise en b) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre fin c) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre constante. d) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre constante. EBAC7/2 Annexe

15 15 e) Un groupe spécial au niveau de la direction doit élaborer un plan de projet détaillé pour la mise en oeuvre de l ensemble des fonctions offertes par le système de gestion des activités pour la Région dans son ensemble. Il faut un engagement ferme concernant le règlement des problèmes qui subsistent pour que le système AMS soit utilisé dès le début de l exercice e) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre constante. Note de gestion du 3 juillet 2001 sur les constatations découlant de la vérification intérimaire concernant l exercice effectuée au Siège en janvier-mars 2001 Fonds extrabudgétaires a) Pour déterminer le niveau réel des dépenses administratives et des dépenses d appui liées à l augmentation des ressources extrabudgétaires, des précisions supplémentaires sont nécessaires sur les dépenses encourues pour pouvoir évaluer dans quelle mesure la tendance est durable. b) Il est proposé d envisager un système intégré, destiné à consigner les données sur les contributions volontaires et auquel les unités techniques, les Unités d appui administratif et les services de mobilisation des ressources et les services financiers auraient accès, afin d améliorer l efficacité dans ce domaine. c) Il faudrait envisager d élargir le libellé de la politique de comptabilisation des contributions en nature comme indiqué dans le rapport financier et les états financiers vérifiés afin de refléter la politique d évaluation effective en vigueur. Opérations budgétaires, financières et apparentées a) Des mesures appropriées doivent être prises pour que tous les engagements internes traités soient autorisés et datés de manière appropriée. b) Des contrôles améliorés doivent être mis en oeuvre pour que les contrats soient signés en temps voulu par toutes les parties concernées. a) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre d ici fin b) Recommandation acceptée. Des systèmes intérimaires ont été mis en oeuvre ; la mise en oeuvre devrait être achevée d ici fin 2005 grâce aux nouveaux systèmes de gestion mondiaux. c) Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée et mise en oeuvre en septembre b) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre par le nouveau système qui sera déployé d ici juin Annexe EBAC7/2

16 16 c) Le Secrétariat doit veiller à ce que les procédures d examen systématique des soldes des comptes personnels soient introduites et maintenues sur le long terme. d) Des lignes directrices uniformes pour la méthode et le maintien des délégations de pouvoirs, y compris des délégations temporaires, doivent être établies pour assurer la responsabilité comptable conformément à l article des Règles de Gestion financière. En outre, l utilisation du courrier électronique comme moyen de délégation de pouvoirs doit être examinée attentivement compte tenu du risque lié à l accès non autorisé et/ou partagé au courrier électronique. e) Le processus de révision du Manuel doit être réexaminé pour faire en sorte que les utilisateurs puissent suivre convenablement les révisions effectuées. Inventaire Des principes directeurs types doivent être élaborés pour aider les points focaux à vérifier les stocks. Une fois cette vérification accomplie, le point focal concerné doit soumettre un rapport signé à l unité de l Inventaire précisant ses conclusions concernant les acquisitions, les éliminations ou les articles égarés. Gestion des ressources humaines a) Des mesures améliorées doivent être mises en oeuvre pour assurer le respect du Statut et du Règlement du Personnel. En particulier, pour les nouveaux engagements, on veillera à obtenir et à classer tous les documents requis. b) Il convient d envisager la mise en oeuvre d un système de congés et d aménagement du temps de travail, qui pourrait être intégré aux systèmes existants concernant les ressources humaines et les traitements, afin de rationaliser l enregistrement des états de présence et des congés et d améliorer les contrôles dans ce domaine. c) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre d ici juin d) Recommandation acceptée. La mise en oeuvre interviendra à l occasion de l examen de la délégation de pouvoirs qui sera achevée en e) Recommandation acceptée et mise en Recommandation acceptée. Des principes directeurs ont été émis à l intention du personnel concerné. a) Recommandation acceptée et mise en oeuvre en juillet b) Recommandation acceptée. Ce problème sera traité dans le cadre du projet de système de gestion mondial (à partir du début 2003). EBAC7/2 Annexe

17 17 c) Des mesures doivent être prises d urgence pour assurer que les appréciations prévues des services soient effectuées pour tous les membres du personnel. En outre, avant que les augmentations à l intérieur de la classe ne soient accordées, les services du membre du personnel concerné devront avoir été certifiés satisfaisants. d) Des contrôles plus stricts doivent être appliqués pour que tous les contrats à court terme soient établis de manière appropriée et les documents nécessaires obtenus avant l entrée en fonctions ou le jour même de l entrée en fonctions. En outre, il faudra envisager d examiner les règles régissant les contrats à court terme pour prévoir une appréciation des services à la fin du contrat. Planification, exécution et surveillance des programmes a) Des mesures doivent être prises en vue d un meilleur respect des principes directeurs pour la planification opérationnelle. En outre, tous les Groupes doivent appliquer le module des résultats escomptés du système de gestion des activités de façon à bien suivre leurs programmes sur une base continue. b) Chaque unité responsable doit appliquer les procédures nécessaires pour l examen régulier et systématique et l approbation des opérations concernant des engagements rejetés et non liés. c) Des mesures appropriées doivent être appliquées pour déterminer de manière régulière si la répartition en pourcentage du temps de travail effectuée au cours de la planification reflète bien le temps effectivement consacré aux différentes tâches et pour apporter au besoin les ajustements nécessaires. c) Recommandation acceptée ; mise en oeuvre en d) Recommandation acceptée ; mise en oeuvre en a) Recommandation acceptée ; mise en oeuvre en juin b) Recommandation acceptée. La mise en oeuvre est en cours et se poursuivra de manière permanente. c) Recommandation acceptée. La situation est examinée périodiquement. Note de gestion du 2 juillet 2001 sur les constatations découlant de la vérification effectuée au Bureau régional de l Afrique en mai-juin 2001 Délégations de pouvoirs Les délégations de pouvoirs dans le cadre de la Région doivent être réexaminées et, le cas échéant, révisées. Il convient de les centraliser pour plus de commodité. Recommandation acceptée et entièrement mise en Annexe EBAC7/2

18 18 Comptes d avance Une validation du montant payé au moment où la question est traitée dans le bureau de pays doit être envisagée dans le cadre des ajustements et améliorations à apporter au système. Dépenses a) L examen approfondi et en temps voulu des engagements de dépenses, concernant aussi bien le budget ordinaire que les fonds extrabudgétaires, doit continuer à être considéré comme un moyen important de contrôle de la gestion financière. b) L adéquation des dispositions prises en matière de responsabilité concernant les activités des journées nationales de vaccination doit être réexaminée. Il faut, par exemple, s occuper de la présentation des rapports financiers en temps voulu, de la responsabilité concernant l examen des rapports financiers, et de l examen et de l approbation des dépassements de crédits. c) Une personne indépendante doit examiner les données obtenues du système de base de données concernant les traitements du personnel à court terme pour vérifier la validité et l exactitude. En outre, la possibilité de mettre en oeuvre pour les traitements un système particulier pour le personnel à court terme, avec des contrôles nécessaires, doit être envisagée. Subventions pour les dépenses locales a) Des outils de gestion doivent être appliqués pour assurer que le versement des subventions pour les dépenses locales respecte les limites fixées dans le Manuel ou que l approbation du Directeur général est obtenue pour régulariser la situation en cas de dépassement. Recommandation acceptée. L intégration au logiciel informatisé des comptes d avance sera achevée d ici au 30 juin a) Recommandation acceptée. L examen des engagements intervient sur une base régulière et constante et les rectifications sont rapidement apportées. b) Recommandation acceptée ; devrait être entièrement respectée d ici juin c) Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée et mise en EBAC7/2 Annexe

19 19 b) L information figurant sur la base de données des subventions pour les dépenses locales doit être rapprochée du système d informations financières pour assurer que toutes les subventions pour les dépenses locales ont été correctement enregistrées. Les avances non réglées doivent être indiquées sur le rapport de situation afin de faciliter l examen de cette question. Achats et fournitures Un rang de priorité élevé doit être accordé à la mise en oeuvre d un système d achat informatisé amélioré. Il faudra envisager attentivement les systèmes d achat déjà utilisés dans les autres bureaux régionaux avant de mettre sur pied un tel système dans le Bureau régional. Ressources humaines a) Les efforts doivent être intensifiés afin de mettre au point un programme de formation stratégique propre à assurer l efficacité du développement et de la formation du personnel. Des mesures intérimaires et d autres options doivent être envisagées, comme l utilisation de l appréciation des services des membres du personnel pour définir les besoins de formation. b) Des recommandations types sur l appréciation des services doivent être établies et appliquées d une manière générale quel que soit le type de contrat d engagement. En outre, l administration doit appliquer des mesures formelles pour qu il soit tenu compte des services accomplis avant de prendre la décision de renouveler un contrat d engagement. b) Recommandation acceptée et mise en Recommandation acceptée et mise en a) Recommandation acceptée. Mise en oeuvre prévue d ici juin b) Recommandation acceptée et déjà en cours de mise en oeuvre par le système de gestion et de développement des services du personnel. Annexe EBAC7/2

20 20 Rapport de gestion du 19 février 2001 concernant un examen de la fonction de vérification intérieure des comptes de l OMS effectué en janvier-février 2001 Recommandations de haut niveau Il faut que soient précisées la nature et l étendue de l assurance demandée, ainsi que les autres services consultatifs possibles que le Directeur général, la Commission de Vérification des Comptes et l administration attendent du Bureau de la vérification intérieure des comptes et de la surveillance. De plus, il faut se donner les moyens de faire en sorte que les structures chargées de la bonne gestion et de la surveillance suivent l évolution des meilleures pratiques adoptées au plan international. Les activités de vérification intérieure des comptes depuis l évaluation des risques au niveau des services au contrôle de la gestion des Départements, en passant par la réalisation d études individuelles, le compte rendu et le suivi doivent être effectuées au minimum conformément aux Normes de l Institut des Auditeurs internes. Simultanément, des efforts doivent être faits pour recenser les meilleures pratiques qui ne sont pas encore incorporées dans les Normes de l Institut et les appliquer. Recommandation acceptée et mise en Les nouvelles Normes de pratiques professionnelles de la vérification intérieure mises au point par l Institut des Auditeurs internes ont été adoptées pour être appliquées dans le cadre du système des Nations Unies par les représentants des services de vérification intérieure des comptes des organisations des Nations Unies et des institutions multilatérales de financement à leur trente-troisième réunion annuelle (New York, 2002). Les dispositifs existants ont été réexaminés et les modifications conformes aux nouvelles Normes ont été apportées. Recommandation acceptée. Les améliorations conformes aux nouvelles Normes de l Institut ont été apportées. Note de gestion du 20 octobre 2000 sur les constatations découlant de la vérification effectuée au Bureau régional de l Europe en septembre-octobre 2000 Engagements a) La direction régionale et celle du Siège doivent activement rechercher si un échelonnement plus favorable des paiements serait possible concernant les programmes d aide humanitaire financés par la Commission européenne. a) Recommandation acceptée et mise en EBAC7/2 Annexe

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Huitième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBAC8/2 14 avril 2003 Etat de la mise en oeuvre des

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION EBAC10/2 DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF 7 mai 2004 Dixième réunion Point 2.2 de l ordre du jour provisoire Etat de la mise en oeuvre des recommandations

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la planification des programmes, du budget et de la comptabilité

Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la planification des programmes, du budget et de la comptabilité Nations Unies ST/SGB/2003/16 Secrétariat 21 novembre 2003 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la planification des programmes, du budget et de la comptabilité En application de la

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Résolution ICC-ASP/13/Res.2

Résolution ICC-ASP/13/Res.2 Résolution ICC-ASP/13/Res.2 Adoptée à la douzième séance plénière, le 17 décembre 2014, par consensus ICC-ASP/13/Res.2 Résolution sur les locaux permanents L Assemblée des États Parties Rappelant les résolutions

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/SC.1/2008/1 11 août 2008 FRANÇAIS Original: FRANÇAIS ET ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Règles de Gestion financière

Règles de Gestion financière ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-QUATRIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A54/34 Point 15 de l ordre du jour provisoire 23 mars 2001 Règles de Gestion financière Conformément au paragraphe 16.3

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Septième cycle GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/grantees/grantees_r7.html

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS Direction de l audit interne www.cnrs.fr NE DAI 0 0 00 CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS INTRODUCTION La présente charte définit la mission, le rôle et les responsabilités de la Direction de l audit interne

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale Nations Unies A/C.5/56/29 Assemblée générale Distr. générale 12 décembre 2001 Français Original: anglais Cinquante-sixième session Cinquième Commission Points 106 b) et 123 de l ordre du jour Troisième

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 8 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin 2011

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE Règlement financier Article 1 Champ d application 1. Le présent règlement régit la gestion financière du secrétariat du Traité sur l Antarctique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM)

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Approuvé par le Conseil d'administration à sa deuxième session ordinaire, le 15 novembre 2011 Objet 1. Le Comité d audit joue un rôle d expert-conseil

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 58 e réunion Distr. : Restreinte 27 août 2013 Français Original : anglais et français Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant,

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2004/28 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 7 juin 2004 Français Original: anglais

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes.

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. QMS-AUD-01 Audits internes 1 Domaine et application 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. 1.2 Domaine d application Tous les aspects du SGQ

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance

E-01 Règlement relatif à la gestion financière Recueil sur la gouvernance E-01 Règlement relatif à la gestion financière Anciennement «Règlement relatif à la gestion financière R-2» adopté par le C.A. le 24 avril 1985 Révisé par le C.A. les 11 décembre 2001 et 24 février 2009

Plus en détail

Organe consultatif indépendant de surveillance de l OMPI

Organe consultatif indépendant de surveillance de l OMPI F WO/IAOC/37/2 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 15 JUIN 2015 Organe consultatif indépendant de surveillance de l OMPI Trente-septième session Genève, 26 29 mai 2015 RAPPORT adopté par l Organe consultatif indépendant

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT FINANCIER ET COMPTABLE 1. CONTEXTE

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS ANNEXE AU RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/information-grantees

Plus en détail

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 VOTE DE LA RESOLUTION PORTANT OUVERTURE DE CREDITS POUR 1998-1999

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 VOTE DE LA RESOLUTION PORTANT OUVERTURE DE CREDITS POUR 1998-1999 Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 29 C 29 C/77 12 novembre 1997 Original anglais Point 3.4 de l'ordre du jour VOTE DE LA RESOLUTION PORTANT OUVERTURE DE CREDITS POUR 1998-1999 Rapport

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail