Le partage des savoirs ou les nouveaux habits du mythe de la société de l information

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le partage des savoirs ou les nouveaux habits du mythe de la société de l information"

Transcription

1 Le partage des savoirs ou les nouveaux habits du mythe de la société de l information Gérard Henneron * Rosalba Palermiti ** Yolla Polity ** * Maître de conférences en Informatique ** Maîtres de conférences en Sciences de l Information et de la Communication Équipe RI3 (Recherche interactive et intelligente de l'information) Université Pierre Mendès France, IUT2 de Grenoble Courriels : RÉSUMÉ : Serions-nous à l aube d une nouvelle ère de la connaissance et du partage des savoirs ou s agit-il des nouveaux habits du mythe de la société de l information? Pour répondre à cette question, nous présentons les contextes d usages, à la fois classiques mais aussi nouveaux de savoirs et connaissances, ce qui nous oriente vers une nécessaire clarification théorique des termes, s appuyant sur un modèle infologique. Puis, nous essayons de mettre à jour les logiques qui poussent certains acteurs à l'usage des mots savoirs et connaissances, en prenant pour exemple la gestion des connaissances et ses outils de traitement. ABSTRACT : Are we in the dawn of a new knowledge age, as some people claim, or is it just an avatar of the information society? In order to answer this question, we will first survey the different uses of the concept of knowledge sharing. Then, using an infological model we will try to clarify the meanings of ambiguous terms like information, knowledge, know-how and their relationships to document. Focusing on knowledge management and knowledge software, we will enlighten the underlying reasons of some actors for using knowledge instead of information. MOTS-CLES : Partage des savoirs, Société de l information, Information et connaissances, Logiciels de gestion de connaissances KEY WORDS : Knowledge sharing, Information society, Information and knowledge, Knowledge software.

2 Le partage des savoirs ou les nouveaux habits du mythe de la société de l information RÉSUMÉ : Serions-nous à l aube d une nouvelle ère de la connaissance et du partage des savoirs ou s agit-il des nouveaux habits du mythe de la société de l information? Pour répondre à cette question, nous présentons les contextes d usages, à la fois classiques mais aussi nouveaux de savoirs et connaissances, ce qui nous oriente vers une nécessaire clarification théorique des termes, s appuyant sur un modèle infologique. Puis, nous essayons de mettre à jour les logiques qui poussent certains acteurs à l'usage des mots savoirs et connaissances, en prenant pour exemple la gestion des connaissances et ses outils de traitement. ABSTRACT : Are we in the dawn of a new knowledge age, as some people claim, or is it just an avatar of the information society? In order to answer this question, we will first survey the different uses of the concept of knowledge sharing. Then, using an infological model we will try to clarify the meanings of ambiguous terms like information, knowledge, know-how and their relationships to document. Focusing on knowledge management and knowledge software, we will enlighten the underlying reasons of some actors for using knowledge instead of information. MOTS-CLES : Partage des savoirs, Société de l information, Information et connaissances, Logiciels de gestion de connaissances KEY WORDS : Knowledge sharing, Information society, Information and knowledge, Knowledge software. 2

3 Le partage des savoirs ou les nouveaux habits du mythe de la société de l information Après la société de l information annoncée dès les années 1970, qui viendrait supplanter la société industrielle, on voit apparaître depuis quelques années la promesse d une société des savoirs, basée sur le partage des connaissances, apportant plus de démocratie et de croissance. À l époque, des politiques, des industriels mais aussi des chercheurs s étaient fait les apôtres de la société de l information. Ils ont ainsi produit une vaste littérature véhiculant l assurance d une révolution sociétale : l information serait la principale source de richesses, le nouveau secteur d investissement rentable, dont la maîtrise assurerait la prospérité à ses détenteurs. L information serait aussi le vecteur d un développement économique, démocratique et culturel plus équitable. Au milieu de cet éloge de la société de l information, de nombreux travaux plus nuancés voire critiques ont été publiés (Miège, 2000), s interrogeant sur le contenu de ce concept, la réalité qu'il recouvre et l'idéologie qu il véhicule. Aujourd hui on voit se multiplier les déclarations et les écrits qui proclament la nécessité de passer de l ère de l information à celle de la connaissance et du partage des savoirs. On peut dès lors se poser quelques questions. Quels sont les secteurs d usage du partage des savoirs et des pratiques afférentes? Sont-ils nouveaux? De quels types de savoirs y est-il question? Peuvent-ils se partager et comment? Dans une première partie, nous tâcherons de répondre à quelques unes de ces interrogations. En nous appuyant sur un nouveau modèle infologique 1, nous essayerons de mettre en évidence les rapports théoriques entre des concepts tels que information, connaissance, savoir-faire, et leurs liens avec le document ce qui nous permettra, dans une deuxième partie, de nous demander si l on est devant une évolution, une révolution ou simplement un nouvel avatar de la société de l information. Nous tenterons, en prenant comme terrain la gestion des connaissances et ses outils de traitement, de mettre à jour les logiques qui poussent certains acteurs à substituer au terme information les mots savoirs et connaissances. 1. Partage des savoirs et des connaissances : contextes d usage, clarification théorique Le partage des savoirs n'est pas une idée nouvelle et nous allons rappeler ses contextes traditionnels d'usage. Plus surprenant néanmoins est son apparition dans le secteur des entreprises industrielles et commerciales qui ne nous ont a pas habitués au partage. 1.1 Univers discursifs du partage des savoirs Il est des secteurs et des institutions pour lesquels partager le savoir, répandre et transmettre des connaissances sont des vocations traditionnelles, voire consubstantielles. Nous pouvons citer pour exemple les domaines de la science, de l'éducation et de la culture qui ne peuvent se penser sans partage car, dans ces secteurs, le savoir est perçu classiquement comme un bien commun, un patrimoine universel, un facteur de progrès et d'évolution, une richesse publique. Le partager équivaut à une mise en commun qui se manifeste par la transmission : transmission transgénérationnelle, transnationale, transculturelle. Cette mise en commun n'est pas, contrairement au sens courant du mot 1 À informationnel, nous préférons infologique, terme certes peu usité mais dont on trouve la trace dans la littérature scandinave, notamment dans l'équation infologique de Langefors,

4 partage, une répartition mais au contraire un facteur multiplicateur. Le partage est vécu comme une source de richesse qui s'accroît au fur et à mesure qu'elle se répand. Il est cependant remarquable que dans ces secteurs intéressés depuis toujours au "partage du savoir," mais n'utilisant pas nécessairement jusqu'à présent cette expression dans leurs discours, on l ait vu proliférer avec parfois un glissement de sens : au sein de l'unesco, le Knowledge sharing a supplanté "l'education pour tous" ; dans le monde des spécialistes de l'information des rencontres s'intitulent désormais "Partage des savoirs " (cf. Doc forum 2002) ; le congrès national de la FADBEN (Dijon mars 2002) a eu pour titre "Temps des réseaux, partage des savoirs" ; des numéros de revues spécialisées ou certains de leurs articles ont titré sur le sujet et notre contribution ici même s'inscrit dans un colloque sur le "Partage des savoirs"! À coté de ces secteurs où l'usage du concept de "partage du savoir" est ancien, d autres se l approprient récemment. Cette expression apparaît aujourd'hui mais au pluriel dans de nouveaux univers discursifs parmi lesquels nous distinguons un discours interne à l'entreprise, quel que soit son domaine d'activité, lié à de nouveaux comportements managériaux, et un discours participant de la nouvelle économie, lié à un type particulier d'entreprises, celles qui produisent du contenu. Sous diverses appellations : capitalisation des connaissances, partage des connaissances, Knowledge management, gestion des compétences, mémoire d'entreprise etc, le nouveau discours entrepreneurial, promu à la fois par les sociétés de conseil et les producteurs d'outils d'ingénierie des connaissances, s'articule autour de la notion de partage des savoirs et des connaissances, les deux termes étant pris comme synonymes. Les savoirs sont ainsi perçus comme faisant partie du capital de l'entreprise. Les connaissances de ses acteurs deviennent des valeurs stratégiques. Il faut les identifier aujourd'hui pour anticiper leur perte demain. Il convient désormais de les capitaliser, ce qui autorise à parler de "mobilisation de l'intelligence collective" dans un contexte concurrentiel ardu. Les connaissances constituent un patrimoine qui se gère et que l'on peut partager. Par métaphore, en s'inspirant de la logique de l'actualisation des connaissances de l'individu tout au long de la vie, ici c'est l'entreprise toute entière qui devient une organisation apprenante. Ce discours autour de la valorisation et du partage des connaissances dans l'entreprise devrait s accompagner de nouvelles pratiques de management qui de hiérarchique deviendrait participatif et par projet. La gestion de l'information documentaire et des flux informationnels dans l'entreprise étant une pratique établie, les connaissances que l'on souhaiterait partager maintenant sont des savoir-faire, de l'expérience et de l'expertise. On mise sur d autres savoirs, on souhaite la capture des connaissances tacites. Pour bien signifier qu il s agit d une pratique nouvelle, on utilise le terme de connaissances probablement en référence aux applications de l intelligence artificielle et des systèmes experts. Pour bien signifier que c est dans l intérêt de tous, on utilise le terme de partage. Autre univers discursif s'appropriant la terminologie du partage des savoirs et des connaissances, les industries de la connaissance, dites encore "entreprises de contenus", qui participent de la nouvelle économie. Les savoirs et les connaissances y sont le nouveau produit de consommation. On y retrouve notamment la commercialisation des savoirs, de l'intelligence, le e-learning ou e-formation et certains domaines de l édition électronique. Au delà de la spécificité de chacune de ces applications, il s agit de créer en ligne des plates-formes interactives (de formation, de vente, etc), autorisant la modularité, la personnalisation et la portabilité des contenus, en bref leur flexibilité, grâce à leur compatibilité avec de nombreux standards. Ces contenus sont produits industriellement en exploitant toutes les possibilités du multimédia, du multi-support et du multi-usage et leur promotion utilise largement les arguments du partage. 4

5 Nous constatons donc que l usage de partage des savoirs tend à se répandre. L expression semble promise à un bel avenir car le terme partage véhicule des valeurs d altruisme, de solidarité et de lien social et permet de garder un flou artistique sur les acteurs et les modalités de l action de partager. Nominalisation du verbe partager, partage puise dans les multiples sens de ce verbe et neutralise les sujets et les compléments (qui partage quoi et avec qui?). Les modalités sont, elles aussi, neutralisées. S agit-il du verbe transitif ou intransitif? S agit-il de l emploi pronominal, réciproque, direct, indirect, passif? De nombreux sens du verbe partager peuvent ainsi être convoqués sans qu on puisse lever l ambiguïté entre l échange, le don, la répartition, la mutualisation, la communion, la participation, la transmission, la mise à disposition ou la communication. Enfin, la nominalisation rend possible la confusion entre l action et son résultat. Ainsi partage des savoirs laisse penser que l on va aboutir à des savoirs partagés. Mais que sont ces savoirs? Le terme se confond souvent avec connaissance et interfère avec information. Un minimum de clarification nous apparaît donc nécessaire. 1.2 Essai de clarification théorique : connaissance, savoir-faire, document, information Nous faisons l hypothèse qu en science de l information la plupart des polémiques ont pour origine, non pas la contestation de concepts, mais la contestation de concepts supposés, induite par un usage non partagé des sens de mots fortement polysémiques. Nous sommes aussi obligés d utiliser ces mots, mais à la manière de Buckland (1991) et afin de satisfaire au critère un mot = un sens, nous les suffixerons. Nous intéressant aux connaissances, aux savoirs, aux informations et à leur transmission, nous nous sommes interrogés sur la mémoire humaine. Cette mémoire est le support des connaissances, modèle du monde qui nous entoure et des savoir-faire 2, capacité à faire ou à se comporter. Les connaissances et les savoir-faire évoluent bien entendu au cours de l'existence, mais ils s acquièrent essentiellement par deux modes : la perception accompagnée de mémorisation pour les connaissances, l entraînement avec mémorisation de ses effets pour les savoir-faire. Ces deux composantes de la mémoire, qu'elles soient conscientes ou inconscientes, sont toujours incarnées, ce qui signifie qu on ne peut en voir que les manifestations : pour le savoir-faire, l'être en train de faire ou de se comporter ; pour les connaissances, l'être en train de les communiquer. Elles sont invisibles et intransférables directement mais bien présentes dans l'esprit humain. Dans notre modèle, nous les appelons connaissance-humaine. S'il est aussi difficile de désincarner le savoir que de se le réapproprier, dans le cadre de la communication directe entre individus, le langage (verbal, gestuel) permet à chacun de former des messages qui expriment la partie consciente de son savoir ce que nous appelons connaissance-objet. Mais cette capacité est insuffisante pour assurer une transmission complète. La partie inconsciente généralement appelée connaissance tacite, en est exclue. On ne peut en particulier exprimer que la partie consciente de son savoir-faire, ce qui réduit de fait les messages à des assertions explicatives insuffisantes pour assurer un véritable partagetransmission. Il nous paraît donc illusoire de penser pouvoir capturer et a fortiori capitaliser la totalité des connaissances et des savoir-faire. 2 Nous confondons savoir-faire et savoir-être car nous n'avons pas trouvé de différence entre ces deux capacités au niveau de leur relation avec le processus informationnel. 5

6 Quant à l information, qui peut aussi bien désigner l'action d'informer que celle de s'informer ou que des parcelles d une matière curieuse que contiennent les paroles et les écrits, notre modèle infologique 3 en distingue plusieurs formes : l'information-processus (processus par lequel un être s'informe ou est informé) et l'information-objet (ensemble des signes interprétables constituant un message), qui se décomposent toutes deux selon qu elles sont considérées du point de vue de l émetteur ou du récepteur. Précisons que les messages porteurs de connaissance-objet sont un cas particulier d'information ; elles se trouvent donc incluses strictement dans l'information-objet. Pour qu un message dure au-delà de son temps de transmission, il faut qu il soit transformé en une accumulation de signes fixés sur un support. C est le dessin, puis l écriture et enfin l'enregistrement des images et des sons qui ont autorisé cette transformation des messages éphémères en documents. Mais s'il est impossible physiquement d'avoir des messages sans support, et donc impossible de traiter d autre choses que de documents-physiques, les moyens de duplication ont permis le changement de support et mis en évidence un nouvel objet le document-symbolique. C est cet objet, qui voyage de support en support et qu on appelle souvent contenu, qui intéresse principalement les sciences et technologies de l'information. Ce contenu, regroupement d information-objet, peut être soumis à des transformations : regroupement, éclatement, réécriture, avec conservation totale ou partielle de signification, mais, dans tous les cas, on retrouve un nouvel objet symbolique matérialisé en un nouveau document physique. Il n'y a pas que les individus qui possèdent des connaissances et des savoir-faire. Si l'on emploie ces termes de façon métaphorique, il est possible de concevoir que les organisations, elles aussi, en sont détentrices. On désigne ainsi l'ensemble des connaissances et des savoir-faire des individus membres de l'organisation. Dans cette connaissance, il faut inclure les extensions documentaires, c'est-à-dire l'ensemble des documents (y compris ceux produits en interne) que les membres savent retrouver à coup sûr et rapidement. De ce fait, qu elles soient exprimées formellement ou en langage naturel, les connaissances, celles qui sont représentables et transmissibles, sont toujours des objets potentiellement informatifs ; les informations sur lesquelles opèrent les outils de traitement sont ou peuvent être des représentations de connaissances. Mais qu'on les appelle informations ou connaissances, ces objets sont toujours inclus dans des documents. Les logiciels qui en traitent ne se distinguent que par leur intention et par leur capacité à traiter plus ou moins finement du contenu de ces documents ou de leur globalité. Autrement dit, et pour résumer, il n'existe que trois types d'objets : la connaissance humaine, le message instantané et le document (objet symbolique), et seul le dernier est susceptible d'être pris en compte par les technologies de l'information. 2. Un nouvel avatar de la société de l information? S il en est ainsi, comment expliquer cette nouvelle vogue de l emploi des termes de savoir(s) ou de connaissance(s) en lieu et place des termes information ou document. Proliférant dans des secteurs qui jusque là se retrouvaient et se reconnaissaient bien dans le cadre de la société de l information, ils nous interrogent sur le fait de savoir si on est face à un phénomène nouveau que certains appellent déjà l ère de la connaissance et du partage des savoirs, ou si on est devant un avatar de la société de l information. Dans ce dernier cas, on pourrait appliquer en les prolongeant les analyses et les 3 Ce modèle sera publié dans le courant de l année. 6

7 critiques qui lui ont déjà été adressées (voir en particulier Garnham, Mattelart et Webster in (Miège, 2000)). Soulignons que c est surtout en France que ce passage d information à connaissance est récent et donc remarquable. Dans les textes en anglais sur la société, l âge, l ère ou les autoroutes de l information, l usage de knowledge est fréquent. Faisant la genèse de cette appellation non contrôlée, Armand Mattelart (2000) indique que dès 1973, Daniel Bell ne craignait pas d utiliser le label société du savoir. En France, les termes connaissances et savoirs ont, tant dans le langage courant, que dans celui des sciences humaines et sociales une connotation plus noble qu information. Dans les domaines de l informatique et des technologies de l information, connaissance était réservée jusqu à présent à l intelligence artificielle (représentation des connaissances, bases de connaissances). Ce mot investit aujourd hui de nouveaux secteurs : d abord en anglais, sous forme de Knowledge management, Knowledge organization, Knowledge sharing, puis traduit en français tantôt par connaissance, tantôt par savoir. Certes, on pourrait penser que le concept (au sens des publicitaires) de société de l information est maintenant usé, qu il ne fait plus ni vendre ni rêver et qu il faut donc en promouvoir un autre. Trop lié aux infrastructures et à l équipement matériel et logiciels, il serait victime de son association à un seul des multiples sens de la notion d information, celui qui l assimile au signal et se focalise sur sa transmission. Les autoroutes étant construites, il faut désormais les rentabiliser et il paraît plus valorisant d y faire circuler des connaissances. Les entreprises étant déjà équipées de matériels informatiques, de systèmes de traitement de leurs données internes (systèmes d information, de GED ou de record management) et de systèmes de traitement de l information externe (systèmes documentaires, de veille, etc.), vouloir traiter des connaissances (au lieu d informations) pourrait les inciter à l achat de nouveaux outils. D autre part, les idéaux de démocratie et les prévisions de croissance véhiculés par les apôtres de la société de l information et ceux de la nouvelle économie ont été battus en brèche par la récente crise financière et le chômage qui n ont pas épargné les travailleurs de ces secteurs. La désillusion a été telle qu il a semblé nécessaire de mettre en avant de nouveaux termes plus porteurs, plus motivants, de parler de gestion des connaissances et de partage des savoirs plutôt que de management et de partage de l information. Néanmoins, on peut se demander si certaines évolutions ne nécessitent pas une mise à jour des analyses faites sur la société de l information. Dans le discours de ceux qui parlent de l avènement de l ère de la connaissance, nous choisissons de relever quelques phénomènes présentés et mis en avant comme caractéristiques de cette évolution avant de nous interroger sur les logiques des différents acteurs qui au lieu de parler d information préfèrent parler de connaissances et de savoirs. 2.1 Désincarner la connaissance Le domaine du KM ( Gestion ou Management des connaissances) est celui où la revendication d une distinction entre informations et connaissances est la plus forte. C est aussi celui où la réflexion est menée sur les divers types de connaissances existant dans l entreprise et sur leur gestion. Il y a là une volonté certaine d étendre le champ d application des systèmes d information à un type de savoirs particulier, les connaissances tacites c est-à-dire : savoir-faire, savoirs de l expérience, expertise, etc. Il s agit de ce que avons défini comme connaissance-humaine par opposition à connaissance-objet représentée dans des messages enregistrés. 7

8 Voici une série d assertions 4 qu on trouve dans la bouche d un groupe d acteurs, présidents d associations de KM, consultants et universitaires réunis pour étudier les changements profonds liés à la mise en place d une société de la connaissance : Le KM est une discipline qui considère que les connaissances de l'entreprise constituent un patrimoine et qu'à ce titre elles doivent être gérées. L effectif de la société se renouvelle assez vite (un turn over entre 18 et 21 %) et si celle-ci ne prend pas garde aux enjeux de la connaissance, l entreprise risque de se trouver vidée à plus ou moins brève échéance de sa substance. Nous sommes confrontés à une série de problèmes majeurs car la connaissance et la compétence sont incarnées par des individus ; et quelqu un ajoute : car cette connaissance, ce fonds de commerce, ils rentrent tous les soirs à la maison ; Dans ces discours, on retrouve les mêmes schémas de pensée que ceux qui ont conduit au développement, depuis les années 70, des grandes banques de données d informations scientifiques, techniques et économiques : le savoir organisé serait en train de devenir l ingrédient clé de la valeur ajoutée et donc de la croissance économique. Sans nier le rôle du savoir organisé comme force de production et source de valeur ajoutée, idée qui n a rien de neuf, il nous faut cependant constater qu il n a jamais été prouvé que le centre de gravité de l économie se serait progressivement déplacé de la production de biens vers la production de savoir (Garnham, 2000) ; de même qu il n a pas été démontré que le stockage de l information et sa disponibilité induisait son utilisation et son appropriation. La démarche KM, sans s être interrogée sur les comportements informationnels des agents de l entreprise au cours de leur activité professionnelle et sur l usage effectif qu ils ont des systèmes d information déjà en place, se lance dans un vaste programme de capitalisation des connaissances tacites. Programme ambitieux et coûteux qui vise à inciter, voire à contraindre les salariés à enregistrer leurs connaissances pour les partager. Avant d être licenciés? Certains parlent même d inscrire la notion de partage des connaissances sinon dans le contrat de travail, du moins dans le règlement intérieur ou la charte de l entreprise! Dans le partage des connaissances érigé en idéologie, la notion de partage, avec ses connotations de don, d échange et de réciprocité, vient jeter un voile pudique sur la réalité de la situation du salarié : la subordination au représentant du capital. Mais, plus profondément, en se donnant comme objectif de capitaliser les connaissances, la démarche KM bute sur une impasse théorique que nous avons relevé dans notre modèle : on ne peut espérer gérer quelque chose qui n est pas objectivable. Il semblerait d ailleurs que certains acteurs du KM en conviennent puisqu un des intervenants à cette conférence le note : qu est-ce que partager des connaissances? Pour nous, la connaissance n est pas objectivable. Elle est la rencontre d un sujet avec des informations et un comportement cognitif, c est-à-dire avec un schéma d interprétation. C est pour cela qu on peut dire qu elle est totalement incarnée. On sait ce qu a été la réalité du passage du service du personnel à celui des ressources humaines! Une opération de communication interne qui prétend valoriser le personnel en lui 4 Toutes les citations sont extraites d une synthèse de la conférence débat du 20 avril 2001 Management des connaissances : allons-nous vers un contrat de l échange et du partage des connaissances dans l entreprise? (consulté le 2/12/2002) 8

9 donnant le statut de ressource mais qui, fondamentalement, ne change rien. On peut craindre qu il n en soit pas de même dans le passage à la gestion des actifs intellectuels (intellectuals assets management). Il est indispensable de passer d une logique de gestion des actifs matériels à une logique de management des actifs des connaissances, nouvel actif des entreprises. Car si l homme est le maillon faible des réseaux de connaissances, il sera fort tentant, dès que cela sera techniquement possible et qu on lui aura soutiré ses connaissances, de le remplacer par des machines. 2.2 Arbres, moteurs et autres logiciels dits de connaissance Nous avons déjà relevé le fait qu en matière de traitement informatique, le terme connaissance a été jusque là utilisé essentiellement dans le domaine de l intelligence artificielle qui a développé des techniques de représentation de connaissances. La connaissance est enregistrée, elle devient alors information-objet, codée dans un langage formel doté d une sémantique pour être exécutée. Formaliser, calculer, inférer, raisonner, sont des termes qui ont des significations précises en IA. Dans ce contexte base de connaissances réfère à des connaissances déclaratives et procédurales, formelles, transcrites sous forme de règles, de faits, de procédures de raisonnement, etc. Ces systèmes comprennent toujours des modules de représentation des connaissances et de modélisation des raisonnements et différents outils de résolution automatique de problèmes, d aide au diagnostic, d aide à la décision, etc. La création de systèmes à base de connaissance implique toujours une phase d extraction des connaissances par un ingénieur de la connaissance, spécialiste de leur acquisition et de leur modélisation. C est ce qu on s attendrait à trouver à la base des systèmes de gestion des connaissances. Caussanel et Chouraqui (1999) présentent une revue détaillée des travaux qui vont dans ce sens et discutent des apports et des limites d une telle approche pour les projets de capitalisation des connaissances en entreprise. Les conclusions de ces auteurs indiquent que si on peut espérer des avantages non négligeables en ce qui concerne la capacité de raisonnement des outils développés dans l optique Systèmes à base de connaissances (SBC), ceux-ci ne jouissent pas d une très bonne image au sein des entreprises car leur principal inconvénient est le caractère prohibitif des délais et des coûts de mise en œuvre et de mise à jour : les phases d acquisition et de modélisation des connaissances nécessitent l intervention d un ingénieur connaissances et devraient mobiliser pendant de longues périodes des personnels par ailleurs peu disponibles. On atteint donc des coûts importants pour des bénéfices qui demeurent difficilement évaluables, ce qui a tendance à faire reculer les entreprises soumises à des obligations de rentabilité à court terme. En effet, il n y a pas de mystère, on est ici dans la même situation que dans tous les systèmes informatiques : ou on anticipe les calculs, ou on les fait quand on en a besoin. Or l anticipation est coûteuse. C est un investissement, une sorte de pari qui suppose qu on aura effectivement besoin des résultats du travail. Dans le cas des systèmes à base de connaissances c est leur extraction et leur mise en forme qui est coûteuse et représente le pari. On ne le fera donc que si les problèmes sont récurrents et relativement simples à modéliser, c est le cas des systèmes de diagnostic de pannes. On le fera aussi lorsque l enjeu est critique : blocage d une chaîne de production ou risque nucléaire par exemple. Il est difficile de prétendre que la capitalisation des connaissances en entreprise soit toujours simple ou critique. Si ces systèmes ont favorisé le succès du terme connaissance au niveau des outils informatiques, ils n en sont pas toujours à l origine et d ailleurs ils ne le revendiquent pas. La vogue vient d ailleurs, essentiellement du Web où toute source documentaire est nommée base de connaissances et de 9

10 l entreprise où toute collecte de données ou d information, qu elle soit informatisée ou pas, devient dans le jargon des managers d aujourd hui du knowledge. En examinant l état du marché des outils informatiques, on constate que ce qui était rêvé par les promoteurs de la société de l information est grandement réalisé : les réseaux ont été installés, les entreprises sont toutes équipées d ordinateur dont le nombre, la puissance de calcul et la capacité de stockage et de traitement de l information dépassent tout ce qu on pouvait imaginer. D énormes quantités de documents ont été numérisés et les nouveaux sont produits directement sous forme numérique. Les progrès en terme de disponibilité sur Internet ou Intranet et d accessibilité grâce aux progrès des interfaces de consultation sont incommensurables. Les acquis des recherches issues de l informatique documentaire et de l ingénierie linguistique ont donné naissance à des outils informatiques qui permettent d exploiter d énormes gisements de documents. Ces outils (moteurs et métamoteurs de recherche) sont commercialisés et diffusés ; ils font partie désormais du paysage quotidien de tout internaute. Mais ces progrès considérables des technologies de l information engendrent des phénomènes de saturation et, malgré l extension du marché, la concurrence est vive. Il semble donc que de nombreuses sociétés d édition de logiciels pensent qu introduire le terme connaissance dans l intitulé ou la description de leur produit leur donnera un avantage concurrentiel. C est ainsi que des outils de type portails ou intranets ou encore des outils d édition Web, se présentent comme des outils de partage des connaissances. Quant aux outils de travail collaboratif (groupware), ils sont censés stimuler l échange et faire émerger des connaissances. Même des applications plus anciennes et dont les fonctionnalités sont pourtant bien reconnues et appréciées par les entreprises telles que la GED (gestion électronique de documents ) sont qualifiées d outil de capitalisation de connaissances. Dans tous ces cas, il y a bien souvent sélection, organisation, mise à disposition, et circulation de documents, opérations classiques dans des systèmes d information documentaire. Mais de connaissances, point! Les éditeurs de moteurs d indexation et de recherche fondés sur l analyse des textes se mettent eux aussi aux connaissances. À la fonction classique de recherche d information, ils ajoutent des fonctions de construction automatique d organisation de documents (clusters, taxonomies, etc. ). Ils diffèrent par la manière de regrouper les documents et par celle de relier les groupes obtenus. On trouvera une comparaison de ces fonctions pour des produits tels que Refine, Topics, Search folders, SemioMap, Tétralogie chez Euzenat (1999). Ces moulins à connaissance sont, selon cet auteur, relativement frustes dans les organisations qu ils produisent, mais l aide qu ils apportent pour organiser une quantité importante de documents est la bienvenue. Il est cependant difficile de qualifier le résultat de traitements issus de l analyse de données et de l ingénierie linguistique, de traitement de connaissances. Il faut aussi citer, pour mémoire, les logiciels de type arbres de connaissances tel le logiciel Gingo développé par Michel Authier et Pierre Lévy et présenté comme un projet humaniste au service du lien social. Outil de gestion de compétences et de reconnaissance des savoirs, les arbres de connaissances donnent une représentation visuelle des savoirs que chacun y a inscrit. Ils visent à donner la possibilité à chacun de partager ses connaissances et de solliciter les autres [ ] pour améliorer les siennes. Une analyse plus fine montre qu il s agit en réalité d un logiciel classique de construction de d arbres auquel on a donné, pour l occasion, le nom d arbres de connaissances. De tous ces usages du terme connaissance dans les outils de traitement de l information, la confusion la plus dangereuse est entretenue par ceux qui prétendent extraire automatiquement des connaissances formelles (au sens de l IA) à partir des textes des documents qu ils traitent. Tel ce moteur de connaissance dont la plaquette de présentation dit qu il construit lui-même ses connaissances sans 10

11 intervention humaine, que sa technologie 100% nouvelle lui permet d apprendre et de modifier sa connaissance selon son environnement et au cours du temps, que c est une boîte noire logicielle et qu il possède une Connaissance approfondie de vos documents. Connaissance avec un grand C et boîte noire logicielle, cela ferait presque penser à des pratiques alchimiques. Cette mauvaise appropriation du terme connaissance par tous ceux qui ont quelque chose à vendre, conseils en management des connaissances ou plate-forme logicielles, invite à la plus grande vigilance. Les termes partage, connaissances, savoirs, mais aussi knowledge, plus branché encore, font en réalité partie, dans la majorité des cas, d une simple stratégie marketing. Cela ne risque-t-il pas de tuer dans l œuf une pratique et des outils prometteurs? On aurait pu espérer que le prétendu passage d une ère de l information à une ère de la connaissance et du partage des savoirs aurait été fondé sur des outils et des pratiques révolutionnaires, mettant au centre les processus humains d interprétation et de construction des connaissances. Il semblerait que nous en soyons fort loin. Dans la plupart des cas partage ne fait que remplacer communication et savoirs et connaissances remplacent information de sorte que partage des savoirs est utilisé pour communication de l information. Il est donc à craindre que gestion de connaissances et partage des savoirs ne soient que les nouveaux habits de la société de l information. Bibliographie BUCKLAND, M. K. Information as thing. Journal of the American Society for Information Science, vol 42, n 5, June 1991, p CAUSSANEL, J., CHOURAQUI, E. Informations et connaissances : quelles implications pou les projets de capitalisation de connaissances, in Document numérique, vol 3, n 3-4/1999, p. 101 à 119. EUZENAT, J. La représentation de connaissance est-elle soluble dans le Web? in, Document numérique, vol 3, n 3-4/1999. p GARNHAM, N. La théorie de la société de l information en tant qu idéologie : une critique MIEGE, B.(coord.), Questionner la société de l information, Paris, Hermès, 2000 (Réseaux, n 101),p LANGEFORS, B., Essays on Infology : Summing up and Planning for the Future, Studentlitteratur, Lund, MATTELART, A. L âge de l information : genèse d une appellation non contrôlée. in MIEGE, B.(coord.), Questionner la société de l information, Paris, Hermès, 2000 (Réseaux, n 101), p MIEGE, B.(coord.), Questionner la société de l information, Paris, Hermès, 2000 (Réseaux, n 101) 11

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Knowledge Management Panorama des technologies Journée EGIDE - 4 mars 2003 2 AU SOMMAIRE Introduction PARTIE 1 Panorama des technologies PARTIE 2 Portail de KM Conclusion

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Article sélectionné par : CapLine com.

Article sélectionné par : CapLine com. Article sélectionné par : CapLine com. [KNOWLEDGE MANAGEMENT] Le KM est une aventure à la fois personnelle et collective qui rassemble des individualités autour des valeurs et vision d'une organisation.

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques 7 octobre 2010 Bibliothèque 2015 Perspectives stratégiques Ce document a pour but de servir à tracer les perspectives d évolution de la bibliothèque pour les cinq années à venir à partir des objectifs

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale.

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale. Annexe 5 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Présentation Les technologies de l information et de la communication contribuent à la construction d'une

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Consulting & Knowledge Management. Résumé :

Consulting & Knowledge Management. Résumé : Ardans SAS au capital de 230 000 RCS Versailles B 428 744 593 SIRET 428 744 593 00024 2, rue Hélène Boucher - 78286 Guyancourt Cedex - France Tél. +33 (0)1 39 30 99 00 Fax +33 (0)1 39 30 99 01 www.ardans.com

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation»

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Nicolas Marguerite INITIAL ISEFAC Année scolaire 2009-2010 Bachelor de communication «Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Référent du mémoire : Caroline

Plus en détail

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation FAVRE Consuting Ingénierie des Systèmes d Information La gestion électronique de l information et des documents entreprise Dossier réalisé en novembre 2014 Version 1 Références GF/100110 V2 FAVRE Consulting

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement ENTREPRISES Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com RELIER PERFORMANCE ET MIEUX ÊTRE LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA 1. POUR EN FINIR AVEC LES NOTES? Les notes ne sont pas le meilleur indicateur de l atteinte d une compétence, pourtant on les utilise largement surtout dans le second degré.

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Articuler logiques de service et logiques éditoriales : quels choix pour le développement du portail du REIT?

Articuler logiques de service et logiques éditoriales : quels choix pour le développement du portail du REIT? Articuler logiques de service et logiques éditoriales : quels choix pour le développement du portail du REIT? Anne PIPONNIER, Université de Bordeaux3, GRESIC Résumé Le programme de transfert prévoit le

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION & LA CAPITALISATION DES COMPETENCES INTERNES DE L ENTREPRISE

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION & LA CAPITALISATION DES COMPETENCES INTERNES DE L ENTREPRISE LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION & LA CAPITALISATION DES COMPETENCES INTERNES DE L ENTREPRISE Mohellebi Dalila Université de Tizi Ouzou, Algérie mohellbi@hotmail.com tel.

Plus en détail

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET INTRANET/EXTRANET LES RESEAUX / 2 DEFINITION DE L INTRANET C est l internet interne à un réseau local (LAN) c'est-à-dire accessibles uniquement à partir

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

- MERCREDI 8 DECEMBRE 2004

- MERCREDI 8 DECEMBRE 2004 SEMINAIRE / ATELIER DE REFLEXION SUR LES COURS MASTER 2 - MERCREDI 8 DECEMBRE 2004 - Plan de cours - 1. PARAMÈTRES D IDENTIFICATION ET D INTRODUCTION Cours, Unité d enseignement (UE), code, crédits, volume

Plus en détail

Ministère de l'enseignement supérieur et recherche scientifique. Institut Supérieur des Etudes Technologiques du KEF. Département RAPPORT DE

Ministère de l'enseignement supérieur et recherche scientifique. Institut Supérieur des Etudes Technologiques du KEF. Département RAPPORT DE Ministère de l'enseignement supérieur et recherche scientifique Institut Supérieur des Etudes Technologiques du KEF Département RAPPORT DE STAGE D INITIATION Elaboré par Prénom NOM Encadré par : Mr Prénom

Plus en détail

Gestion electronique de document

Gestion electronique de document Gestion electronique de document Gestion electronique de document (GED) Introduction La gestion électronique de documents (GED) permet de remplacer des "documents papier" par leur forme "électroniques".

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Foire aux questions du Grand dictionnaire terminologique

Foire aux questions du Grand dictionnaire terminologique Foire aux questions du Grand dictionnaire terminologique Office québécois de la langue française Juin 2012 1 Brève description du GDT 1. Qu est-ce que le GDT? 2. Pourquoi ne puis-je obtenir une traduction

Plus en détail

LES TACHES DU MANAGER

LES TACHES DU MANAGER 1 LES TACHES DU MANAGER 1 Domaines de Management Avant de définir les tâches, il me semble utile de classer les différents domaines entrant dans le cadre du management d une équipe. J en ai défini cinq.

Plus en détail

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale CONTENU DES U.E MASTER JMIN Contenu des U.E UE 101 Communication, culture et expression (anglais, expression écrite et orale) UE 102 Conception et développement informatique UE 103 Conception sonore Expression

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets?

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Séquences 1-2 Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Pourquoi trouve-t-on différents modèles pour ce produit de communication? Nous avons chez nous différents modèles de téléphones

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE.

M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1. Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. M.A.Ï.HEU.T.I.C. 1 Un modèle didactique conçu par la CCMP, pour générer des contenus de formation multimédias instrumentés TICE. L ensemble des composantes du modèle M.A.Ï.HEU.T.I.C. sont des créations

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Le Référentiel de l Innovation Participative

Le Référentiel de l Innovation Participative Le Référentiel de l Innovation Participative SOMMAIRE 3 4 5 6 7 10 11 12 13 14 16 Avertissement Glossaire Les 8 axes du Référentiel Dimension 1 : valeur vision ambition Dimension 2 : processus Dimension

Plus en détail

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Sommaire Introduction... 1 1. La gestion des connaissances dans l entreprise... 1 2. La démarche... 2 2.1. Capitalisation des connaissances...

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Informatique et création numérique

Informatique et création numérique Enseignement d exploration en classe de seconde 30 septembre 2015 Groupe de Formation-Action EE ICN Lycée Koeberlé de Sélestat Horaire Objectifs de l enseignement Une dimension interdisciplinaire Perspectives

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME?

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? AUTEUR : HEFAIEDH MYRIAM DOSSIER TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION

Plus en détail

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique Isabelle Tellier ILPGA Plan de l exposé 1. Quelques notions de sciences du langage 2. Applications et enjeux du TAL/ingénierie linguistique 3. Les deux

Plus en détail

Synthèse du séminaire de prospective du 21 avril 2011 «Transfert de compétences : enjeux et conditions de réussite»

Synthèse du séminaire de prospective du 21 avril 2011 «Transfert de compétences : enjeux et conditions de réussite» www.chaires-iae-grenoble.fr Synthèse du séminaire de prospective du 21 avril 2011 «Transfert de compétences : enjeux et conditions de réussite» Avec Martine Le Boulaire mleboulaire@entreprise-personnel.com

Plus en détail

Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place?

Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place? Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place? A l heure de la généralisation de l informatisation de notre société, notre école subit cette montée

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

GED: Gestion Electronique de Document (Support de cours) R. MAHMOUDI (mahmoudr@esiee.fr) www.research-ace.net/~mahmoudi 1 Gestion Electronique de Documents Plan du cours - Introduction générale - Spécificités

Plus en détail

La gestion des connaissances - le cas du parc nucléaire à EDF -

La gestion des connaissances - le cas du parc nucléaire à EDF - La gestion des connaissances - le cas du parc nucléaire à EDF - Jean-François BALLAY Université, Paris Dauphine, LAMSADE, février 2003 Sommaire 1. La gestion des connaissances Les déclencheurs du projet

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70 MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010 Epreuve conçue par HEC Voie Technologique NBRE CANDIDATS MOYENNES ECARTS-TYPE RESULTATS GLOBAUX 775 10,00 3,70 VOIES PREPARATOIRES Technologique

Plus en détail

Une situation problème à intérêts multiples, Geneviève Lessard, Université du Québec en Outaouais (UQO).

Une situation problème à intérêts multiples, Geneviève Lessard, Université du Québec en Outaouais (UQO). Une situation problème à intérêts multiples La situation originale, issue de la revue Math-Ecole (1993, p. 20), provient d un concours mathématiques alors que la même situation, adaptée de Bélisle, J.-G.

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES GUY LE BOTERF INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES Sixième édition Groupe Eyrolles, 1998, 1999, 2001, 2002, 2006, 2011 ISBN : 978-2-212-54777-1 S OMMAIRE PRÉFACE... 13 GUIDE THÉMATIQUE... 17 FICHES

Plus en détail

ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL-

ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL- 1 ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL- DING ET LEADERSHIP INTRODUCTION LA REMISE EN CAUSE DES ORGANISATIONS TRADITIONNELLES Beaucoup d entreprises vivent encore selon un mode d organisation et de management

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base)

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) 1. Généralités sur l'information et sur sa Représentation 1.1 Informations et données : a. Au sen de la vie : C

Plus en détail

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique»

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» (1) Les deux premiers paragraphes sont largement inspirés par la page internet de B. Planque wwwusers.imaginet. fr/~bplanque/ II.2.1 Introduction (1) Docteur ès-lettres,

Plus en détail

AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF?

AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF? AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF? Organisateur EDENRED Animateur Anne GRILLON, Directrice, Mercure local L introduction des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) dans les organisations

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances Hervé Khider, Doctorant LARGEPA Paris II La question de la transmission des

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

La dissémination interne des innovations de terrain

La dissémination interne des innovations de terrain La dissémination interne des innovations de terrain Par Isabelle Jacob, 2002. Contrairement à ce que l'on croit au premier abord, l'un des aspects les plus difficiles dans le Management de l'innovation,

Plus en détail

Introduction DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS?

Introduction DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS? DROIT ET MARKETING ON LINE : QUELS ENJEUX? QUELLES RELATIONS? Internet : réseau des réseaux où tout semble possible; espace où l on peut tour à tour rechercher, apprendre, travailler, échanger; vecteur

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF

LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF LA SÉCURITÉ, LA PRIORITE DE SNCF RESULTATS DE L ENQUETE INTERNE «VOIE LIBRE, MODERNISONS NOTRE SECURITE» 9 DECEMBRE 2014 1 POURQUOI UNE ENQUÊTE INTERNE SUR LA SÉCURITÉ? PARCE QUE LA SÉCURITÉ EST NOTRE

Plus en détail

Le Management poursuit sa route en BTS

Le Management poursuit sa route en BTS Le Management poursuit sa route en BTS Par Jean Jacques Benaiem Après s être introduit dans les programmes préparant au DCG et à ceux des classes préparatoires économiques et commerciales (option technologiques),

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Gestion des Connaissances

Gestion des Connaissances Parole et illustrations Serge Aries consultant serge_aries@hotmail.com http://aries.serge.free.fr Gestion des Connaissances Présentation sur nappe en papier il arrive d avoir à rfpondre à une question

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Master européen en analyse et innovation en

Plus en détail

UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 VEILLE MARKETING. Exposé. Tarmoul Lyes T. Said Y.

UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 VEILLE MARKETING. Exposé. Tarmoul Lyes T. Said Y. UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 Exposé VEILLE MARKETING Tarmoul Lyes T. Said Y. Lynda SOMMAIRE Introduction Chapitre I : Généralité, objet et les types de veille

Plus en détail

LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM

LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM 2 À PROPOS Il existe deux grands

Plus en détail

Description de Service

Description de Service AMI Smart Horizons SPD-AMISH-2.0-v1.0 Février 2015 Logiciels pour l'intelligence d'entreprise Go Albert SA 46, Avenue Daumesnil 75012 Paris France http://www.amisw.com/ Phone +33 (0)1 42 97 10 38 Fax +33

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

INGÉNIEUR DE L'ENSEEIHT SPÉCIALITÉ INFORMATIQUE ET RÉSEAUX (APPRENTISSAGE)

INGÉNIEUR DE L'ENSEEIHT SPÉCIALITÉ INFORMATIQUE ET RÉSEAUX (APPRENTISSAGE) INGÉNIEUR DE L'ENSEEIHT SPÉCIALITÉ INFORMATIQUE ET RÉSEAUX (APPRENTISSAGE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Formation d'ingénieur classique Domaine : Sciences, Ingénierie et Technologies Mention

Plus en détail

Système de Gestion de Contenus d entreprises

Système de Gestion de Contenus d entreprises Système de Gestion de Contenus d entreprises OUDJOUDI Idir, H.HOCINI Hatem. Centre de développement des technologies avancées Cité 20 Août Baba Hassan Alger Algérie Tél. 0(213)351040, Fax : 0(213)351039

Plus en détail

La situation du Cloud Computing se clarifie.

La situation du Cloud Computing se clarifie. Résumé La situation du Cloud Computing se clarifie. Depuis peu, le Cloud Computing est devenu un sujet brûlant, et à juste titre. Il permet aux entreprises de bénéficier d avantages compétitifs qui leur

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel.

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. Permettez-moi de me présenter brièvement. Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. J appartiens à la direction des Services d édition. J y ai

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

Guide d élaboration d un plan de développement

Guide d élaboration d un plan de développement Guide d élaboration d un plan de développement Présentation du guide Plan de développement : définissez votre avenir Pourquoi faire un plan de développement? Certains diront que ne pas de développer c

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION

LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION PREAMBULE Ayant été tout récemment nommée directrice générale d' Algérie Poste,c'est une réelle opportunité et un honneur pour moi d'etre

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail