Analyse du Système de Knowledge Management pour le périmètre R&D au sein de SEGULA Technologies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse du Système de Knowledge Management pour le périmètre R&D au sein de SEGULA Technologies"

Transcription

1 Université Paris-Dauphine Mémoire du Master MODO Maître de stage : Berthoux Jean-Pierre, Zenati Danielle Maître de mémoire : Rosenthal-Sabroux Camille Analyse du Système de Knowledge Management pour le périmètre R&D au sein de SEGULA Technologies Ochoa Tocachi Diego Paris, le 5 septembre 2012

2 Résumé Le Périmètre R&D du Groupe International SEGULA Technologies vise l'implantation d'un système de Knowledge Management pour ses lieux d'implantation en France. Le Modèle Général de Knowledge Management pour l'entreprise (MGKME) offre un framework de réflexion, basé sur un paradigme constructiviste d'un tel système. L'objectif de ce travail est de faire une cartographie de ce qui existe concernant le KM, ensuite une analyse du périmètre R&I. Ce travail offre une première solution qui vise la création d'un flux des informations sources de connaissances pour les collaborateurs du périmètre R&I. 2

3 Remerciement Je remercie, dans un premier temps, toute l'équipe pédagogique de l'université Paris-Dauphine ainsi que l'ensemble des collaborateurs professionnels de la formation M2 MODO, pour la théorie nécessaire à ce stage. Je remercie également les personnes suivantes qui m'ont accueilli au sein de l'université Paris-Dauphine, lors de cette expérience enrichissante : Madame Camille Rosenthal-Sabroux, Maître de Conférences à l'université Paris-Dauphine, Monsieur Michel Grundstein, Chercheur Associé au laboratoire LAMSADE à l'université Paris-Dauphine, Monsieur Pierre-Emmanuel Arduin, Doctorant à l'université Paris-Dauphine, pour la confiance qu'elles m'ont accordée et leur soutien lors de ce travail. Je remercie également les personnes suivantes qui m'ont accueilli au sein du Groupe International SEGULA Technologies, lors de cette expérience enrichissante : Monsieur Jean-Pierre Berthoux, Directeur Recherche et Développement, Madame Danielle Zenati, Consultante Gestion de Compétences, pour la confiance qu'elles m'ont accordée et leur accueil lors du stage. de ma vie. Je remercie, finalement, Marcela Orellana Calle et Abya Yala, les deux grandes inspirations 3

4 Table des matières Résumé...2 Remerciement...3 Introduction...5 Contexte de l'entreprise...5 Contexte théorique...9 Objectifs de la présente étude...16 Méthodologie...18 Participants...18 Éléments et outils de recueil d'information...19 Procédure...21 Résultats et discussion...23 L'environnement sociotechnique du périmètre R&I...23 Les processus à valeur ajoutée...24 Les principes de management...25 Les dispositifs d'action et les infrastructures ad-hoc...25 Processus génériques du KM...27 Les processus d'apprentissage organisationnel...28 Les méthodes et outils de support...28 La vision KM dans le périmètre R&I...28 La disponibilité de l'information du périmètre R&I...31 Les interactions des collaborateurs du périmètre R&I...35 Choix d'une problématique et proposition d'une solution...38 La vision et les objectifs KM...38 Le modèle SICO pour le périmètre R&I...42 Méthodologie d'implantation...63 Limites et perspectives...66 Conclusion...68 Références...69 Annexes

5 Introduction Le Groupe SEGULA Technologies est une entreprise à envergure internationale. Elle est présente à travers le monde grâce à de nombreux établissements. Cette société développe de nombreux projets R&D. Ceci génère ainsi des connaissances techniques et scientifiques. Ces derniers impliquent une gestion des connaissances pour un meilleur management au niveau du périmètre R&D et plus généralement au niveau de l'entreprise. Dans ce cadre, l'objectif de la recherche est de faire l'analyse des activités de gestion des connaissances existantes au sein du périmètre R&D de SEGULA. Dans cette section, nous aborderons tout d'abord le contexte de l entreprise, ensuite, le cadre théorique qui guide cette recherche. Enfin, nous présentons les objectifs et l'hypothèse de recherche. Contexte de l'entreprise SEGULA Technologies Fondé en 1985, SEGULA Technologies est un groupe international d'ingénierie et conseil. En 2002,le Groupe a commencé à s'installer à l'étranger de telle façon qu'aujourd'hui il est présent dans 19 pays. Le siège social se trouve à Nanterre, France. Le nombre d'implantations dans le monde est de 80. Le Groupe compte 7000 collaborateurs 1 dont 5000 en France. SEGULA est présente dans 38 villes au niveau national. Chaque implantation nationale est appelée site. Le Groupe a une organisation hiérarchique. Nous trouvons quatre départements divisés par régions/branches 2, par pôles 3, par sites et, finalement, par Business Units 4 (BU). Le Groupe propose une offre multi-sectorielle qui couvre les six secteurs suivants : Automobile & Véhicules Industriels. Aérospatial. Naval. Ferroviaire. Énergie. 1 Dans ce travail, on entend par collaborateur toute personne travaillant directement ou indirectement dans le Groupe SEGULA. 2 Regroupement de deux ou trois pôles. 3 Axes des savoir-faire spécifiques du Groupe. Ils concentrent des compétences métiers. 4 Unité de production économique et technique. 5

6 Industrie & Procédés. La prestation de services se fait à travers la conception et réalisation des projets et produits internes et sur affaires. Les différents modes de prestation sont entre autres les suivants : Assistance technique. Plateau projet. Projet clé en main. Bureau d études dédié. SEGULA intervient sur toutes les phases de conception, développement, re-engineering et maintenance en conditions opérationnelles des projets industriels. Le Groupe possède un Système de Management Qualité qui implémente les normes ISO 9001 V2008 et EN9100 V2009. SEGULA fait partie de la fédération des professionnels de l'ingénierie Syntec Ingénierie 5 et se bénéfice du Crédit d'impôt Recherche 6 (C.I.R.) géré par le Ministère de l'enseignement Supérieur et de la Recherche (M.E.S.R.). Le périmètre R&I SEGULA réalise des activités de Recherche et d'innovation (R&I) tant au niveau national qu'au niveau international. La R&I est un périmètre transversal à l'entreprise. En effet, ce périmètre couvre tous les secteurs d'activité du Groupe. En France, vingt-un sites, soit plus de la moitié, réalisent des activités R&I. Le périmètre R&I est organisé de façon hiérarchique. Nous trouvons une Direction R&I, des Responsables R&I et des Pilotes R&I. Nous trouvons quatre Responsables R&I, trois dans le département Automobile : Un pour la région IDF 7 (AUTO-IDF), un pour la région EST (AUTO- 5 Fédération des professionnels de l'ingénierie qui rassemble les sociétés exerçant une activité d'assistance ou d'études techniques, d'ingénierie, de conseil en technologie, de contrôle ou d'inspection. 6 «Mesure fiscale créée en 1983, pérennisée et améliorée par la loi de finances 2004 et à nouveau modifiée par la loi de finances 2008, le crédit d'impôt recherche a pour but de baisser pour les entreprises le coût de leurs opérations de recherche-développement. Il soutient leur effort de recherche-développement afin d'accroître leur compétitivité. Cette mesure figure à l'article 244 quater B du code général des impôts». Source : 7 Île de France 6

7 EST) et un pour la région (AUTO-SUD) ; et le quatrième dans le département E&C 8. Concernant les Pilotes R&I, ils sont vingt-deux en total, répartis dans les vingt-un sites, pouvant être à temps plein ou à temps partiel. Un diagramme de cette hiérarchie est présenté en figure 1. Niveau du directoire Direction R&I Responsable R&I Niveau opérationnel Pilotes R&I Stagiaires Figure 1: Organigramme du périmètre R&I. La Direction R&I a une autorité fonctionnelle sur les branches et les pôles dans le sens où elle coordonne les activités du périmètre R&I et du directoire. La Direction R&I a trois missions principales. Une mission technique qui vise au bon fonctionnement des actions R&I, une mission organisationnelle, concernant la participation aux activités globales du Groupe, et une mission de soutien des stagiaires, en fonction des besoins du périmètre, et le développement des thèmes de recherche avec les écoles et les organismes de recherche. Les Responsables R&I ont une autorité fonctionnelle sur les membres des projets et sur les projets pilotés par les pôles. Deux grandes missions sont affectées aux Responsables R&I. La première : mission technique, concerne la conception des sujets techniques de recherche et leur bonne coordination, pilotage et avancement. La deuxième : mission sur les stagiaires, concerne la participation aux programmes d'accueil et de soutien des stagiaires ainsi que le développement des thèmes de recherche avec les écoles et les organismes de recherche. Les processus de fonctionnement du périmètre R&I Les processus de fonctionnement du périmètre R&I ne sont pas formalisés dans le Système Qualité de SEGULA. Nous trouvons onze processus propre à la R&I, un processus du domaine des Ressources Humaines (R.H.) lié au périmètre R&I et un processus en cours de réalisation. Ces processus sont les suivants : 8 Engineering & Consulting. 7

8 Processus «COPIL 9». Processus «Élaboration Sujets R&I». Processus «Stagiaires». Processus «Valorisation». Processus «Activation». Processus «Réponse aux Enquêtes M.E.S.R.» Processus «Syntec Ingénierie». Processus «Commissaire aux comptes». Processus «Gestion». Processus «Pôles de compétitivité». Processus «Agrément C.I.R.». Processus «Relation Écoles» (R.H.). Processus «R&I processus Affaires» (en cours de réalisation). La Direction R&I réalise une planification annuelle et hebdomadaire. En utilisant une feuille de calcul, on identifie les responsables et participants aux activités des processus R&I, on estime également les temps consacré à leur réalisation. Caractéristiques des sujets techniques et projets de recherche et innovation Outre les activités propres de fonctionnement du périmètre, la R&I traite une centaine de projets par an (154 en 2012). Les projets R&I sont définis au travers de sujets R&I (sujets techniques de recherche) qui suivent un modèle de fiche standard. Il existe deux types de projet R&I. Le premier, appelé projet «sur fond propre», est conçu dans le but d'améliorer les capacités du Groupe. Le deuxième, appelé projet «client» ou «sur affaires» permet de concevoir et de réaliser des prestations aux clients. Les projets «sur fond propre» sont réalisés par des stagiaires encadrés par des pilotes techniques (experts métiers) alors que les projets «sur affaires» sont traités par les opérationnels (salariés) de l'entreprise. Tous les projets R&I sont coordonnés par les Pilotes R&I. Il existe deux modes de gestion des projets R&I. D'une part, les projets «individuels» qui sont réalisés par une seule personne (stagiaire ou opérationnel) couvrant un seul secteur d'activité et, d'une autre part, les projets «multi-projets» qui regroupent plusieurs projets, donc un équipe projet, et peuvent couvrir 9 Coordination et Pilotage. 8

9 plusieurs secteurs. La durée de réalisation d'un projet R&I est d'au moins six mois, s'il s'agit d'un stage, ou de trois années, s'il s'agit d'une thèse. SEGULA ne dispose pas de plan d'action au niveau du groupe pour la gestion des connaissances. Néanmoins, plusieurs études on été menés par des collaborateurs dans le cadre de la recherche. Ainsi, nous pouvons trouver une dizaine de travaux, d'état de l'art dans le domaine de la gestion des connaissances et des documents scientifiques et techniques de référence. D'ailleurs, en 2012, deux sujets R&I portent sur la gestion des connaissances pour l'un des sites du Groupe. Contexte théorique Le Knowledge Management La gestion des connaissances, ou le Knowledge Management (KM) en anglais, est un type de gestion qui va plus loin qu'une simple mode (management fad) (Ponzy & Koenig, 2002). Cependant, «le concept de Knowledge Management est devenu un concept flou mais mobilisateur qui ne prend sens qu'en fonction des perspectives de ceux qui en parlent» (Grundstein, 2008, p. 3). Earl (2001) présente une classification des différentes perspectives soutenues par leurs contextes et les éléments de gestion qui interviennent. Sept écoles sont identifiées. Les trois premières, celles dites de systèmes, cartographique et d ingénierie, sont appelées Technocratiques car elles se sont basées sur des technologies d information ou de management. La quatrième est appelée Économique vu que sa principale orientation est celle de la création de revenus en exploitant les connaissances et le capital immatériel. Les trois dernières écoles, l'organisationnelle, la spatiale et la stratégique, sont appelées Comportementales puisqu'elles favorisent la création, le partage et l utilisation des connaissances comme des ressources de l entreprise tout en stimulant et déployant des activités de management. L'annexe 1 contient la description des ces écoles. En outre, Grundstein (2008) présente aussi deux approches dites dominantes et complémentaires : une approche technologique qui est caractérisée par des solutions basées sur les Technologies de l'information et de la Communication (TIC) où les connaissances sont codifiées et représentées formellement ; et une approche managériale et sociologique qui est centrée sur la performance de l'entreprise et l'échange des connaissances tacites dynamiques à travers les activités d'interaction sociale. Ainsi, la vision de Knowledge Management permettra de concevoir un modèle voire un système des gestion de connaissances, système dépendant du contexte de l'organisation et des objectifs envisagés. 9

10 Le paradigme constructiviste La définition de Knowledge Management qui est la base de ce paradigme est la suivante : «KM est le management des activités et des processus destinés à amplifier l utilisation et la création des connaissances au sein d une organisation, selon deux finalités complémentaires fortement intriquées, sous-tendues par leurs dimensions économiques et stratégiques, organisationnelles, socioculturelles, technologiques : (1) une finalité patrimoniale, et (2) une finalité d innovation durable.» (Grundstein, 2008, p. 8). La finalité patrimoniale aborde le problème de la préservation des connaissances, de leur réutilisation et de leur actualisation. La finalité d'innovation durable pose le problème de l apprentissage organisationnel, c est-à-dire, le problème de la création de connaissances individuelles et de leur intégration au niveau collectif et organisationnel (Grundstein, 2007, 2008). Grundstein (1992, p. 64 cite in Grundstein, 2008, p. 17) définit la capitalisation sur le connaissances comme l'action de «considérer les connaissances utilisées et produites par l'entreprise comme un ensemble de richesses constituant un capital, et en tirer des intérêts contribuant à augmenter la valeur de ce capital». Les connaissances et les compétences Trois postulats sur les connaissances sont définis (Grundstein, 2007, 2012) : Postulat 1 : La connaissance n'est pas un objet. Elle est le résultat de l'interaction entre une donnée et un individu. Ce postulat est fondé sur les théories de la création des connaissances de Tsuchiya. Postulat 2 : La connaissance est reliée à l'action. Dans le contexte de l'entreprise, la connaissance est créée et finalisée par l'action et est essentielle à son déroulement. La connaissance est donc liée aux décisions, aux actions et aux interrelations entre les individus et le contexte de l'entreprise (système environnant). Postulat 3 : Il existe deux grandes catégories de connaissances de l'entreprise : Les éléments tangibles, les connaissances formalisées sur des support physiques (connaissances explicites) ; et les 10

11 éléments intangibles, les connaissances incarnées par les personnes (connaissances tacites). Le tableau 1 présente cette classification. Savoirs de l'entreprise Éléments tangibles Connaissances explicites Connaissances collectives (Connaissances «apparemment» objectivées) - Connaissances formalisées dans des documents et/ou codées dans des logiciels. - Connaissances intégrées dans les systèmes de gestion automatisés, les systèmes de conception, les systèmes de production et des produits. Information source de connaissances pour quelqu'un Savoir-faire de l'entreprise Éléments intangibles Connaissances tacites incarnées par des individus Connaissances collectives (Routines) - Connaissances incorporés dans des modèles de comportements réguliers et prédictibles. Routines défensives - Connaissances qui font obstacle au changement. Routines constructives - Connaissances qui favorisent l'innovation et le changement. Connaissances personnelles (Connaissances privées) - Habilités - Tours de mains - «Secrets de métiers» - Connaissance de l'historique de l'entreprise, des contextes décisionnels - Connaissances de l'environnement (clients, concurrents, technologies) et des facteurs d'influence socioéconomique. Connaissances spécifiques propres à chaque personne - Connaissances volatiles dépendantes de la présence de personnes. Tableau 1: Les connaissances de l'entreprise. Source : Grundstein & Rosenthal-Sabroux, 2004; Grundstein, Ainsi, ce paradigme ne dissocie pas les personnes des processus de l'entreprise, des actions et des interactions qu'elles réalisent, des relations qu'elles ont avec leur système environnant. Polany (1966) souligne l'importance des connaissances tacites en remarquant l'impossibilité de dépersonnaliser ces connaissances et la difficulté de leur objectivation (explicitation exhaustive). Cependant, il est possible de trouver des «particuliers», des éléments qui identifient ces connaissances. Concernant les compétences, Grundstein (2008) définit la compétence comme «l aptitude des personnes à mettre en œuvre, au delà de leurs connaissances propres, les ressources physiques, les savoirs et les savoir-faire constitutifs des connaissances de l'entreprise dans des conditions de travail contraintes données : le poste de travail, un rôle bien défini, une mission spécifique. Ainsi la compétence individuelle se réalise dans le cadre d'un processus d'action déterminé : c'est un processus qui, au-delà des savoirs et des savoir-faire, fait appel au savoir être des personnes et à leurs attitudes éthiques» (p. 40). 11

12 La taxonomie de Bloom La taxonomie de Bloom est un schéma de classification des objectifs éducationnels dans le domaine cognitif. Elle a été proposée, la première fois, par Benjamin Bloom en Elle comprend six catégories : les connaissances, la compréhension, l'application, l'analyse, la synthèse et l'évaluation. Une deuxième taxonomie, appelée taxonomie révisée, propose deux dimensions de classification. La première dimension, la dimension des connaissances, comprend quatre catégories : les connaissances Factuelles, Conceptuelles, de Procédure et Méta-cognitives. La deuxième dimension, la dimension des processus cognitifs, comprend six niveaux : Mémoriser, Comprendre, Appliquer, Analyser, Évaluer et Créer. De cette façon, une matrice est définie à quatre niveaux des connaissances et à six niveaux des processus cognitifs (Krathwohl, 2002). L'annexe 2 montre les catégories et sous-catégories définis par la taxonomie révisée de Bloom. La classification des objectifs éducationnels se fait à l'aide d'une décomposition lexicale de ceux-ci. C'est-à-dire que dans un objectif, nous trouvons d'une part les verbes (ou phases verbales) qui représentent les compétences à développer donc les processus cognitifs à mobiliser et, d'autre part, les substantifs (ou les phrases nominales) qui représentent les connaissances à apprendre. Au delà de la classification, Bloom et Krathwohl (2002) suggèrent que ce schéma permet d'atteindre les objectifs suivants : 1. Se servir comme langage commun d'objectifs éducationnels afin de faciliter la communication. 2. Déterminer qu'un module particulier est en accord avec les standards éducationnels. 3. Déterminer et analyser la congruence des objectifs, des activités et des modules éducationnels. 4. Identifier les connaissances et les processus cognitifs qui seront mobilisés, ou non, par les objectifs, les activités et les modules éducationnels. 5. Évaluer les élèves. Barak & Rafaeli (2004) utilisent cette taxonomie comme un schéma de classification des connaissances. Junpeng Li & Jun Wang (2009) présente un système d'évaluation des connaissances des employées basé sur ce schéma. Rademacher (1999) fournit un modèle conceptuel, basé sur ce schéma, pour classifier les systèmes des gestion des connaissances concernant leur complexité dans 12

13 le domaine cognitif et leur valeur ajoutée dans la chaîne de valeur organisationnelle de Porter. Modèle et système À propos des modèles, Roy (1985) les conçoit comme des instruments de représentation de phénomènes. Selon Roy, «cette représentation qu'est le modèle en fait un intermédiaire essentiellement destiné à comprendre le réel, à le maîtriser, à raisonner à son sujet et à se faire comprendre» (p. 14). Regnier (1966 cité in Roy, 1985) parle des distinctions entre des objets abstraits et concrets en disant que «un objet abstrait est un modèle d'un objet concret lorsque la définition du premier est prise pour représentation du second» (p. 14). Rosnay (cité in Grundstein, 2008) définit un système comme «un ensemble d éléments en interaction dynamique, organisés en fonction d'un but». D'ailleurs, Sáenz (2009) précise qu'un système est un ensemble fini d'éléments, chaque élément ayant une position, des propriétés et des attributs propres, et que le système lui, permet d établir des fonctions et des relations entre ses éléments. Dans ce contexte, un système de Knowledge Management devient la représentation concrète d'un modèle de Knowledge Management. En d'autre termes, «pour mettre en place les composants d un système de Knowledge Management qui réconcilient l approche technologique et l approche managériale et sociologique du KM, les compagnies ont besoin de modèles de référence, encore nommés cadres de référence du KM» (Grundstein, 2008, p. 7). C'est dans ce cadre que le modèle Modèle Général du Knowledge Management pour l'entreprise (MGKME) est défini. La technique SADT La technique Système Analysis and Design Technique (S.A.D.T.) est une méthode d'analyse fonctionnelle pour modéliser, spécifier et formaliser des systèmes de manière graphique (Ross, 1977). Elle est utilisée dans la gestion de processus pour décrire les activités et leurs interactions. Les Activités sont identifiées à l'aide d'un rectangle nommé. Nous distinguons trois types d'information d'entrée : Les Contrôles qui concernent les données de contrôle, commande ou contraintes qui provoquent la mise en œuvre de l'activité ; les Mécanismes qui sont les éléments nécessaires pour réaliser l'activité ; et les Entrées étant les éléments qui seront transformés par l'activité. D'un autre coté, la Sortie représente ce qui est produit par l'activité. 13

14 Le Modèle MGKME MGKME est un modèle empirique qui nous offre une plate-forme (framework) de réflexion. C'est-à-dire que ce modèle nous permet d'évaluer l'état de maturité du système de Knowledge Management dans une organisation (Grundstein, 2008). Les éléments du MGKME MGKME comporte deux niveaux d'étude d'un système de Knowledge Management : 1. Niveau des éléments sous-jacents. 2. Niveau des éléments opérants. Le premier niveau, les éléments sous-jacents, prend en compte d'une part l'environnement sociotechnique qui «constitue le tissu social organisé où des individus autonomes, supportés par des technologies de l information et de la communication (TIC) et des ressources tangibles, interagissent et conversent au travers d espaces physiques et virtuels» (Grundstein, 2008, p. 9) ; et, d'autre part, les processus à valeur ajoutée qui «constituent le contexte organisationnel dans lequel la connaissance est un facteur essentiel de performance» (Grundstein, 2008, p. 10). Le deuxième niveau, les éléments opérants, regroupe les principes de management spécifiques au KM qui «induisent une approche spécifique de déroulement d'un projet KM» et qui «reposent sur une vision sociotechnique qui s'aligne sur les orientations stratégiques de l'entreprise» (Grundstein, 2008, p. 10). Ensuite, les infrastructures ad hoc qui sont «constituées d un ensemble de dispositifs organisationnels et de moyens d action» en vue de «mettre en place les conditions qui permettront le partage et la création de connaissances» (Grundstein, 2008, p. 14). Les processus génériques du KM étant des processus qui «répondent à la problématique de capitalisation sur les connaissances» (Grundstein, 2008, p. 16). Les processus d'apprentissage organisationnel «sous-tendent l ensemble des processus génériques décrits précédemment» dans le but d'«accroître les connaissances et de renforcer les compétences individuelles tout en les transformant en compétences collectives au travers des interactions, du dialogue, des discussions, des échanges d expérience, de l observation» (Grundstein, 2008, p. 18). Finalement, les méthodes et les outils du KM qui permettront aux individus l'accès global à l'information de l'entreprise. La figure 2 montre un schéma de l'organisation de ces éléments. L'annexe 3 montre ces éléments et leurs critères de caractérisation. 14

15 Figure 2: Modèle Global de Knowledge Management pour l Entreprise (MGKME). Source : Grundstein, Une remarque importante citée dans Grundstein (2008) est que certains éléments étant des ébauches, ils ne prennent forme que dans un contexte et situation donnés, en conséquence, ils ne sont pas définitifs. Les axes directeurs La gestion de connaissance se concentre en deux axes d'actions complémentaires et indissociables (Grundstein, 2008) : 1. Perfectionner la qualité et les méthodes d accès aux documents. Les documents contiennent les savoirs de l entreprise, ses bonnes pratiques, les procédures de fonctionnement, représentant les éléments de standardisation facteur de productivité, quels que soient les domaines de compétences et les fonctions concernées. 2. Favoriser l interaction entre les employés. Les interactions permettent de forger les compétences distinctives qui font la valeur ajoutée de l entreprise. 15

16 Le système d'information et des connaissances pour l'entreprise (SICO) Selon Grundstein (2012) et Arduin et al (2012), un tel système est formé par un ensemble des individus et d'un système d'information numérique reposant sur un tissus sociotechnique. Il comprend trois grands éléments : Un système d'information numérisée. Puis, un système d'information, constitué des individus qui sont des processeurs d'information dans un contexte donné. Enfin, un système des connaissances, constitué de connaissances tacites incarnées par les individus et de connaissances explicites codifiées sur support physique. Grundstein & Rossental-Sabroux (2003) et Grundstein (2007) identifient trois natures d'information : Les informations circulantes qui constituent les flux d'information nécessaire pour le fonctionnement de l'entreprise. Les informations source de connaissances qui sont «les connaissances, encapsulées dans des logiciels capables de les restituer ensuite sous la forme d informations directement compréhensibles par les personnes, deviennent ainsi accessibles et manipulables». Les informations partagées, les informations qui sont transférées au travers des TIC qui apportent un soutien aux groupes de travail. Objectifs de la présente étude Le périmètre R&I du Groupe SEGULA Technologies exécute une centaine de projets de recherche et innovation par an, dans une grande diversité de domaines de l'ingénierie et du conseil et dans différents sites géographiquement distants. Cependant, le Groupe ne dispose pas, au niveau de l'entreprise, d'une stratégie concernant la gestion des connaissances. Pourtant, la gestion des connaissances permet de définir une vision globale pour l'entreprise, dans le but de créer les conditions nécessaires à la promotion des connaissances au rang de ressources importantes à la performance de l'entreprise ; et de déployer des activités, des méthodes, des dispositifs et des outils liés à la capitalisation sur les connaissances et à la réalité de l'entreprise. La diversité de domaines techniques et l'éloignement géographique des sites présentés par le périmètre R&I diriger notre analyse vers le rôle de l'interaction des individus et son influence sur les activités liées à la gestion des connaissances dans ce périmètre. Dans ce contexte, les objectifs de ce travail sont les suivants : Faire une cartographie des activités, méthodes et outils liés à la gestion des connaissances. Analyser et étudier le fonctionnement du périmètre R&I et son organisation. Identifier et réagir sur une des difficultés incidentes dans la gestion des connaissances du périmètre R&I. 16

17 Le chapitre 2 présente la méthodologie utilisée pour repérer les informations nécessaires à la construction de la cartographie. Ensuite, le chapitre 3 décrit la discussion de résultats et le diagnostic du périmètre R&I. Une solution apportée à une difficulté rencontrée est présentée en chapitre 4. Enfin, nous présentons, en chapitre 5, les conclusions de ce travail. 17

18 Méthodologie L'accès aux informations du périmètre R&I est difficile dans le sens qu'il n'existe pas d'outil informatique dédié à la gestion de ces informations. En plus, comme nous avons vu ci-dessus, les processus de fonctionnement ne sont pas formalisés et donc nous ne disposons pas d'indicateurs sur le fonctionnement du périmètre R&I. Ainsi, dans le but de construire une cartographie, c'est-à-dire, l'identification des ressources et capacités existantes dans l'entreprise nécessaires, ou au moins pertinentes, pour l'implantation d'un système de gestion des connaissances, nous avons envisagé un repérage d'informations qui s'appuie sur la consultation des documents de l'entreprise et des entretiens avec les collaborateurs du périmètre R&I. Dans cette section nous présentons d'abord les participants, sources d'information et des connaissances, ensuite, les éléments et outils de recueil d'information. Enfin, la procédure suivie est présentée. Participants Nous pouvons identifier deux type des participants : Les participants directs étant les collaborateurs principaux du périmètre R&I et les participants indirects qui sont des personnes du directoire de l'entreprise et qui sont en relation avec la gestion des connaissances et des compétences. Participants directs Les participants directs identifiés sont le Directeur R&I et les Responsables R&I. Le Directeur R&I, comme nous avons vu ci-dessus, possède une autorité fonctionnelle et de coordination du périmètre R&I. Les Responsables R&I ont aussi une autorité fonctionnelle et une autorité opérationnelle mais au niveau d'une région ou d'un département, i.e., les quatre responsables des régions AUTO-IDF, AUTO-EST et AUTO-SUD et du département E&C. La personne chargée du recrutement a une compréhension du périmètre R&I concernant l'activité de sélection des stagiaires pour les projets R&I. Le tableau 2 montre les informations sur les participants directs. 18

19 Participant Fonction Région/Département Site Expérience Jean-Pierre BERTHOUX Directeur R&I Direction R&I Lyon 18 ans dans l'entreprise 1 an dans la fonction Laurence BERNIER-COAUJOU Responsable R&I AUTO-IDF Trappes 6 ans dans l'entreprise 3 ans dans la fonction Frédéric CLAUDE Responsable R&I AUTO-EST Montbéliard 15 ans dans l'entreprise 6 ans dans la fonction Laurent HUET Responsable R&I AUTO-SUD Saint-Priest 22 ans dans l'entreprise 8 ans dans la fonction Paul GERVAIS Responsable R&I Département E&C Toulouse 15 ans dans l'entreprise 6 mois dans la fonction Tableau 2: Information sur les participant directs du périmètre R&I. Participants indirects Les participants indirects identifiés sont le Directeur de Compétences, le Directeur Qualité, le Directeur Informatique, la personne chargée du management de compétences et la personne chargée du recrutement de stagiaires. Ces personnes détiennent une compréhension globale de l'entreprise, y compris le périmètre R&I. Toutes ces personnes sont basées à Nanterre (Siège social). Les informations sur ces participants sont montrées en tableau 3. Participant Fonction Direction/Département Gerard BRIARD Directeur Compétences Direction Management de Compétences Paul JAILLARD Directeur Informatique Direction Informatique Marc BERGE Directeur Qualité Direction Management Qualité Danielle ZENATI Consultante Gestion de compétences Ressources Humaines Lydia SARDOU Chargée du recrutement Ressources Humaines Tableau 3: Information sur les participant indirectes du périmètre R&I. Éléments et outils de recueil d'information Les éléments et les outils de recueil d'information ont été identifiés et conçus de façon à explorer les deux aspects de la réalité : la partie objective, c'est-à-dire, les éléments qui expriment des faits ponctuels ; et la partie subjective, c'est-à-dire, les éléments existants dont la représentation est donnée par l'appréciation des individus. Mémoire de l'entreprise Cet élément appartient à la partie objective de repérage. L'analyse des documents, des rapports, des systèmes d'information existants, des méthodologies de travail (individuelle et de groupe) et des processus internes a permis d'identifier le contexte de l'organisation et les ressources 19

20 et capacités qui existent dans le périmètre R&I. Les documents officiels consultés sont les suivants : Les rapports de recherche concernant la gestion des connaissances et des compétences. Le Manuel du Management Qualité et ces annexes, documents descriptifs de processus, procédures et formulaires liées à : L'organisation de l'entreprise et la description des fonctions des salariés de l'entreprise et du périmètre R&I. La gestion de l'information, de la communication, et des ressources informatiques de l'entreprise. Les documents propres au périmètre R&I. Ces documents sont les suivants : Le modèle de la fiche de description des sujets techniques de recherche et innovation (Fiche R&I). Les sujets techniques de recherche et innovation de l'année Le modèle du document de rédaction des rapport de recherche et innovation («trame du rapport de recherche et d'innovation») Le document de planification des activités du périmètre R&I de l'année Le rapport de recherche et le cahier de charges du Projet G.E.D. 10. L'Intranet et l'extranet de l'entreprise. Le site Internet du Groupe SEGULA Technologies. Questionnaires Cet outil a permis de faire un repérage d'information objective et subjective. En utilisant des questions quantitatives, nous avons identifié les ressources et capacités existantes dans le contexte actuel mais qui ne sont pas pris en compte dans la structure formelle de l'entreprise (par exemple, les groupes de travail informels). L'utilisation des questions ouvertes a été une source d'information sur la réalité globale du périmètre. Nous avons donc identifié les besoins et les aspirations des participants. Les questions ont été définies en utilisant les éléments du modèle MGKME et leurs critères de caractérisation (annexe 3) et en prenant en compte la fonction des participants. Le modèle de questionnaires est présenté en annexe Gestion Électronique de Documents. 20

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 3 ème année de Licence Économie-Gestion Parcours Gestion Faculté des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 4 semaines à temps plein

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes 3. ÉPREUVES À l issue des épreuves orales, aussi bien en CCF qu'en forme ponctuelle, les s ne donnent aucune indication sur la valeur de la prestation du candidat. La note proposée n'est pas communiquée

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

MASTER MANAGEMENT ET ADMINISTRATION DES ENTREPRISES (M2)

MASTER MANAGEMENT ET ADMINISTRATION DES ENTREPRISES (M2) MASTER MANAGEMENT ET ADMINISTRATION DES ENTREPRISES (M2) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Management et administration des entreprises Présentation

Plus en détail

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MODULE C03 - Séquence 1 INTRODUCTION I. UN PEU D'HISTOIRE II. LES RESSOURCES D'UN SI III. LA DÉFINITION D UN SI À

Plus en détail

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale Présentation du cabinet PEOPLE BASE CBM (Compensations and Benefits Management)

Plus en détail

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2)

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) BTS COMMUNICATION Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) Fonction Le titulaire du BTS Communication conçoit et met en œuvre des opérations de communication, qui peuvent revêtir une forme publicitaire, événementielle,

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F)

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Emploi type : Ingénieur en développement et déploiement d applications BAP : E Niveau : Ingénieur d études N concours : EPRIE02 Affectation

Plus en détail

Les Trophées Performance

Les Trophées Performance Trophées Performance Veolia Environnement 2015 Règlement destiné aux étudiants stagiaires du Groupe Veolia Trophées Performance est un concours organisé annuellement qui récompense les meilleurs travaux

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

GAMETH: un cadre directeur pour repérer et mettre en valeur les connaissances cruciales pour l entreprise

GAMETH: un cadre directeur pour repérer et mettre en valeur les connaissances cruciales pour l entreprise Séminaires InTech sophia Vendredi 6 décembre 2002 Knowledge Management : vers une synergie entre Recherche & Industrie GAMETH: un cadre directeur pour repérer et mettre en valeur les connaissances cruciales

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION Conduire ou participer au projet GPMC de son établissement LOT 1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Définir la stratégie de mise en place de

Plus en détail

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2)

BTS COMMUNICATION. Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) BTS COMMUNICATION Diplôme d Etat niveau III (BAC+2) Fonction Le titulaire du BTS Communication conçoit et met en œuvre des opérations de communication, qui peuvent revêtir une forme publicitaire, événementielle,

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel :

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel : La méthode ITIL plan Introduction C est quoi ITIL? Utilisation d ITIL Objectifs Les principes d ITIL Domaines couverts par ITIL Les trois versions d ITIL Pourquoi ITIL a-t-il tant de succès Inconvénients

Plus en détail

MASTER MENTION COMMUNICATION DES ORGANISATIONS PARCOURS COMMUNICATION ET RESSOURCES HUMAINES (EN APPRENTISSAGE)

MASTER MENTION COMMUNICATION DES ORGANISATIONS PARCOURS COMMUNICATION ET RESSOURCES HUMAINES (EN APPRENTISSAGE) MASTER MENTION COMMUNICATION DES ORGANISATIONS PARCOURS COMMUNICATION ET RESSOURCES HUMAINES (EN APPRENTISSAGE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences humaines et sociales

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation OBJECTIFS - Connaître les phases d élaboration d un cahier des charges de formation - Etre capable de définir les objectifs

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Le département a pour vocation de former deux profils spécifiques de professionnels :

Le département a pour vocation de former deux profils spécifiques de professionnels : MASTER INFORMATION-COMMUNICATION : RESSOURCES HUMAINES ET COM. (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Sciences humaines et sociales Mention : INFORMATION-COMMUNICATION Spécialité

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013 MASTER ANIMATEUR DE CLUSTER ET DE RESEAUX TERRITORIAUX PRESENTATION DU DIPLOME FRANCO-ALLEMAND 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES A ACQUERIR: Former des animateurs de cluster et de réseaux territoriaux

Plus en détail

Plan de formation Personnel de l UCE

Plan de formation Personnel de l UCE Plan de formation Personnel de l UCE Juin 2015 Sommaire Contexte Termes de référence du consultant Environnementales et Sociales Termes de référence pour l archivage électronique des documents Proposition

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le modèle de conseil docuteam 3 x 3. Déroulement d un projet en gestion des documents

Le modèle de conseil docuteam 3 x 3. Déroulement d un projet en gestion des documents Le modèle de conseil docuteam 3 x 3 Déroulement d un projet en gestion des documents 1 docuteam 3 x 3 : Le modèle Projet Mise en service V V V Analyse Conception Mise en œuvre Suivi Niveau stratégique

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P.

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. «A U D I T & C O N T R Ô L E DES O R G A N I S A T I O N S P U B L I Q U E S» U N I V E R S I T E P A R I S 1 P A N T H E O N -

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ie09-micsdar-3

http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ie09-micsdar-3 INRA-DRH numconcours externes 2009 http://www.inra.fr/drh/ce2009/bdd/profil.php?numprofil=ie09-micsdar-3 Page 1 of 2 16/10/2009 IE Chargé des contrats de recherche profil n : IE09-MICSDAR-3 emploi-type

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

De la logique compétence à la gestion prévisionnelle des emplois Les Bilans de compétences Administration et Gestion du personnel

De la logique compétence à la gestion prévisionnelle des emplois Les Bilans de compétences Administration et Gestion du personnel FORMATION 5 INGÉNIERIE DE FORMATION - IF IF - a IF - b IF - c IF - d Ingénierie de formation professionnelle continue en entreprise Ingénierie du plan de formation Evaluation, suivi et audit de la formation

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

La mise en stage dans d autres cursus. Exemple du Master «Sciences des Matériaux» Thierry Cabioc h Professeur

La mise en stage dans d autres cursus. Exemple du Master «Sciences des Matériaux» Thierry Cabioc h Professeur La mise en stage dans d autres cursus Exemple du Master «Sciences des Matériaux» Thierry Cabioc h Professeur Séminaire Léonardo 26-29 novembre 2012 Institut P UPR CNRS 3346 CNRS Université de Poitiers

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du :

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

PROGRAMME POUR LA PRESTATION DE FORMATION CONTINUE «L ECOLE DES MANAGERS»

PROGRAMME POUR LA PRESTATION DE FORMATION CONTINUE «L ECOLE DES MANAGERS» PROGRAMME POUR LA PRESTATION DE FORMATION CONTINUE «L ECOLE DES MANAGERS» I L ORGANISME DE FORMATION Raison sociale : CCI PARIS ILE DE FRANCE Adresse : 27 avenue de Friedland Code postal : 75008 Localité

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine MODELE THEORIQUE Ce qui décide D Du modèle OID au modèle AIK : De l information à la connaissance Ce qui informe I Production

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Formations Méthode et conduite de projet

Formations Méthode et conduite de projet Formations Méthode et conduite de projet Présentation des formations Qualité et Conduite de projets Mettre en place et gérer un projet SI nécessite diverses compétences comme connaître les acteurs, gérer

Plus en détail

Demos Outsourcing Externalisation de la formation

Demos Outsourcing Externalisation de la formation Demos Outsourcing Externalisation de la formation 1 Présentation du Groupe Demos Quelques chiffres 36 ans d existence 78 millions d de CA consolidé en 2007 (20% à l étranger) 700 collaborateurs dans le

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Intitulé Code Institut Paul Lambin Bachelier en informatique de gestion Programmation Java : Questions Spéciales I3010 Cycle 1 Bloc 3 Quadrimestre

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

MASTER. Logistique. Domaine : Droit, Economie, Gestion. Mention : Logistique et distribution

MASTER. Logistique. Domaine : Droit, Economie, Gestion. Mention : Logistique et distribution MASTER Logistique Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Logistique et distribution Parcours : Management logistique Ingénierie logistique Organisation : Ecole Universitaire de Management Lieu de

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Organisation La Plateforme de formation de la Fegems est au bénéfice d une subvention de l Etat depuis juin 2003. Cette aide s est inscrite dans le

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information

La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information La transformation numérique : facteur de convergence pour les professionnels de l information Florence GICQUEL Directrice des Etudes florence.gicquel@ebd.fr 10 octobre LA TRANSFORMATION NUMERIQUE 2 La

Plus en détail

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Copyright 2015 Polytech Annecy-Chambéry

Plus en détail

CQPI Technicien qualité industriel

CQPI Technicien qualité industriel CQPI Technicien qualité industriel Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou

Plus en détail

MASTER MENTION COMMUNICATION DES ORGANISATIONS PARCOURS COMMUNICATION ET RESSOURCES HUMAINES (FORMATIONS INITIALE ET CONTINUE)

MASTER MENTION COMMUNICATION DES ORGANISATIONS PARCOURS COMMUNICATION ET RESSOURCES HUMAINES (FORMATIONS INITIALE ET CONTINUE) MASTER MENTION COMMUNICATION DES ORGANISATIONS PARCOURS COMMUNICATION ET RESSOURCES HUMAINES (FORMATIONS INITIALE ET CONTINUE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Culture et

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Management des organisations» Spécialité

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Ingénieur de recherche en statistique

Ingénieur de recherche en statistique Ingénieur de recherche en statistique E1D24 Statistique - IR Dans le cadre d une étude ou d un projet de recherche, l ingénieur de recherche en statistique conçoit le plan d analyse statistique et prend

Plus en détail

V 1 Février Mars Avril

V 1 Février Mars Avril Brevet de Technicien Supérieur Assistant de gestion PME-PMI A1.1 Recherche de clientèle et contacts Définir et mettre en place une méthode de prospection Repérer et qualifier les prospects Veiller à la

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

M1402 - Conseil en organisation et management d'entreprise

M1402 - Conseil en organisation et management d'entreprise Appellations Animateur / Animatrice de réseau d'entreprises Consultant / Consultante en stratégie/organisation Animateur / Animatrice qualité services Assistant / Assistante en organisation Auditeur /

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en gestion des ressources humaines HELHa Tournai 1 Rue Frinoise 12 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax : +32 (0)

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

PUBLIC CONCERNE Toute personne chargée de recruter dans le cadre du placement, du recrutement et de l intérim

PUBLIC CONCERNE Toute personne chargée de recruter dans le cadre du placement, du recrutement et de l intérim v020513 Code : FONDREC DU RECRUTEMENT A LA DELEGATION, LES FONDAMENTAUX D'UNE STRATEGIE CANDIDAT PERFORMANTE OBJECTIFS A l issue de la formation les stagiaires seront capables de : Maîtriser le process

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Designer en Résidence. Pôle de Compétitivité ViaMéca

APPEL A CANDIDATURE. Designer en Résidence. Pôle de Compétitivité ViaMéca APPEL A CANDIDATURE Designer en Résidence Pôle de Compétitivité ViaMéca CONTEXTE : Intégration «durable» du Design dans la stratégie du pôle de compétitivité ViaMéca année 2014 Le dossier de candidature

Plus en détail

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education CENTRES REGIONAUX DES METIERS DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Introduction

Plus en détail

Table des matières CHAPITRE I : LA COOPERATION INTERENTREPRISES...13 INTRODUCTION...13

Table des matières CHAPITRE I : LA COOPERATION INTERENTREPRISES...13 INTRODUCTION...13 3 Table des matières INTRODUCTION GENERALE...8 1. CONTEXTE ET CADRE DE LA RECHERCHE...8 2. OBJECTIF ET APPROCHE...9 3. ENONCE DU PLAN DE LA THESE...10 PARTIE I : CADRE THEORIQUE ET ETAT DE L ART...12 CHAPITRE

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 19/06/2015 11:40 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence DEG Mention Administration Économique et Sociale

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

"Sous réserve de validation des modifications"

Sous réserve de validation des modifications "Sous réserve de validation des modifications" Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M2 Spécialité : CONTROLE DE GESTION 120 ES Volume horaire étudiant

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Paul Lambin Cursus de Bachelier en informatique de gestion Activité d'intégration en Milieu Professionnel I3080 Cycle 1 Bloc 3 Quadrimestre

Plus en détail