Intelligence compétitive technologique, dans un centre de recherche au Mexique. Evolution après l implantation des outils de veille.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intelligence compétitive technologique, dans un centre de recherche au Mexique. Evolution après l implantation des outils de veille."

Transcription

1 Intelligence compétitive technologique, dans un centre de recherche au Mexique. Evolution après l implantation des outils de veille. Rocío CASSAIGNE-HERNANDEZ (*). Georgina ORTIZ-GALLARDO (**). (*)Faculty of Chemistry. National Autonomous University of Mexico. (UNAM) (**) Mexican Petroleum Institute. Eje Central 152. San Bartolo Atepehuacan 07730, México D.F. Mot clés: Intelligence compétitive; Intelligence technologique; gestion des connaissances. Keywords: Competitive intelligence. Technological intelligence. Knowledge management. Résumé Il a été démontré que l Intelligence technologique et compétitive (ITC) quand elle appui la prise de décisions, peut aider à l amélioration de la position concurrentielle de l organisation. Or, cela n est pas très facile, et a besoin de personnel qualifié, temps, effort, et des outils, pour pouvoir atteindre ses objectifs. Pour n importe quelle entreprise, être compétitive est beaucoup plus qu être compétent, et cela est défini par ses avantages sur ses concurrents. Ainsi, il est très important de considérer la contribution que fait la technologie pour ses buts, ainsi que sa planification stratégique à moyen et long délai. Mais pour un centre de recherche, la compétitivité n est pas si évident, et pourtant, ITC doit être menée pour optimiser les recherches, et le transfert de la technologie vers le secteur industriel. L Institut Mexicain du Pétrole (IMP) a démarré, il y a quelque mois, une forte stratégie pour développer des activités d intelligence compétitive, tout un y dédiant un group en même temps que des autres activités institutionnelles, pour améliorer sa compétitivité. L IMP a mis en marche le logiciel Tétralogie, a organisé plusieurs courses de haut niveau, et a orienté plusieurs décisions pour y arriver. Parmi la totalité des activités stratégiques, ceci devra être perçu dans un délai de deux ans, environ. Pour l IMP, les résultats n ont pas été aussi bons que prévu dans quelques aspects, mais on a crée des nouveaux models pour des centres de recherche, soit du gouvernement, soient décentralisés ou soient privés. On trouvera ici, quelques-uns des résultats IRIT - DELTA VEILLE 177

2 VSST' Introduction Il a été démontré que l Intelligence technologique et compétitive (ITC) quand elle appui la prise de décisions, peut aider à l amélioration de la position concurrentielle de l organisation. Or, cela n est pas très facile, et a besoin de personnel qualifié, temps, effort, et des outils, pour pouvoir atteindre ses objectifs. Pour n importe quelle entreprise, être compétitive est beaucoup plus qu être compétent, et cela est défini par ses avantages sur ses concurrents. Ainsi, il est très important de considérer la contribution que fait la technologie pour ses buts, ainsi que sa planification stratégique à moyen et long délai. Mais pour un centre de recherche, la compétitivité n est pas si évident, et pourtant, ITC doit être menée pour optimiser les recherches, et le transfert de la technologie vers le secteur industriel. ITC emploi l information stratégique comme le matériel principal sur l environnement que, une fois analysé et traduit en un produit de veille technologique, peut être utilisé pour aider les décisions scientifiques, pour réduire les délais du développement du projet, et pour obtenir de réductions dans les frais et les ressources utilisés et avec tout ça, assurer le succès des projets de recherche et développement dans le marché auquel ils sont adressés. Pour réaliser des activités de ITC, plusieurs outils et logiciels ont été construits pour faciliter touts les travaux que cela représente. La technologie d informatique a permis le design de softwares destinés a l analyse, l organisation et le classement de l ensemble d information, tout en ajoutant des techniques de statistique, des résolutions graphiques et dessins, et plusieurs outres possibilités. Cela a fait grandir l attrait de ITC, et naturellement renforce l importance des activités d intelligence. Néanmoins, il faut remarquer que les analyses faites seulement avec le software sont toujours limitées para rapport a ceux préparés par les experts, qui sont véritablement les porteurs du succès du procès de ITC, principalement par l expérience accumulée, le critère et la vision intégrale que devient une solution particulière pour le problème étudié. Le premier objectif à accomplir quand on démarre ITC, c est de mettre en valeur les avantages du software, pour attirer l attention des preneurs de décisions, vers les profits attendus de ITC. Or, cela peut devenir un véritable guet-apens car, si les résultats ne sont pas comme on les espère, soit en vitesse, soit en qualité, il peut ternir le travail de ITC des experts ou bien détourner les usagers de l objective principal, retarder la solution ou faire jaillir encore des obstacles pour une culture de IT en déploiement dans l organisation. Aussi, si l on fait un mauvais choix ou on emploi de techniques non adéquates, peut devenir un manque de motivation, et pourtant, un manque d intérêt, si l outil choisi ne donne pas les résultats espérés par les usagers ou les directifs. L'outil de veille doit donc, être choisi avec la considération de quelques aspects concernant les besognes de l organisation, le niveau culturel attaché a IT, et les outils complémentaires pour utiliser l information. 2 Définitions 2.1 Intelligence compétitive Technologique (ITC) Avec ITC «.on a l opportunité de mettre ensemble une grande variété d information et d habilités que permettront à votre société d anticiper mieux les réponses envers les actions de vos concurrents, ayant compte la dynamique du monde réel». (Lawrence Valencourt, 2001) ITC est aujourd hui pratiqué dans plusieurs organisations. Cela signifie rassembler, analyser et communiquer l information la plus valable au sujet des inventions et des tendances des technologies au-delà de l organisation et que peuvent affecter sa position compétitive (Brad Ashton, 1997). On peut justifier les activités de ITC par, au moins un de buts suivants: a) Identifier par une veille établie, les développements techniques que puissent représenter un danger pour l organisation, ainsi que les mouvements des concurrents menaçant les opportunités d affaires. b) Evaluer les nouveaux produits et procès, sortant des activités de R&D de l organisation, et les possibles accords stratégiques avec outres entreprises. 178

3 c) Anticiper et comprendre les changements des relations entre la science et la technologie, pour assimiler les tendances de l entourage, que font partie de la préparation pour la planification et le développement de la stratégie de la société. 2.2 Gestion des connaissances (Knowledge Management, KM) Il a été dit que la gestion des connaissances (KM, pour les mots en anglais, knowledge management), est le processus de transfert l information essentielle d une unité a une outre, en indiquant par ceci de connaissances, habilités, compétences et donnés. KM est aussi lié à trois sous-procès fondamentales: l intégration du corpus de connaissances ; l établissement du contexte dans lequel on va chercher l information correcte, au moment précis; et l architecture de logiciel que rassemble intranet, internet, et le système de communication lui-même au siège de l organisation (Seper. 2001). Les méthodologies répandues par tout le monde pour la récupération d information, a mené à de très grandes quantités de documents, et les preneurs de décisions doivent être très au courant de ce que son organisation demande. Aujourd hui le succès ne consiste pas à avoir de l information, mais de la faire parvenir quelque chose d utile pour la compagnie. Or, ce n est pas très facile, parce que les personnes des sociétés sophistiquées, telle que sont les centre de recherche, ont tendance de conserver toute l information et les donnés possibles, la ranger pour eux-mêmes, tout en considérant que les collègues n ont rien à voir avec. Donc, le premier pas pour une société de n importe quel genre, se dévouent à des activités de ITC, c est d intégrer les connaissances, non pas seulement pour le chercheur concerné, mais pour tout le reste de chercheurs, et d y ajouter les outils et les moyens pour le meilleur usage de l information et de protéger la confidentialité qu elle comporte. 3 Institut Mexicain du Pétrole. Description. (IMP) Le but principal de l Institut Mexicain du Pétrole (IMP), c est la réalisation de recherche et développement dans le contexte du pays et pour les industries liées au pétrole, y compris des projets de génie, design, et la recherche de solutions pour des problèmes spécifiques. IMP est engagé à porter son appui a Petróleos Mexicanos, (la société du gouvernement du pétrole, Pemex) et de renforcer sa capacité de concurrence dans les meilleures conditions de prix, qualité et service, sans perdre de vue le développement soutenable. Pour y arriver, IMP a une organisation fonctionnelle qui le permet d être géré d une façon intégrale, souple et efficace, basée en quatre plate-formes d opération: Recherche et développement technologique (R&DT), solutions intégrales d affaires; compétences institutionnelles, et services aux clients. En plus, IMP a cinq programmes d appui: Système intégral d information; Système institutionnel de qualité; programme de matrices de travail; programme de développement des ressources humaines; et le plus récent: ACeITe, (group de gestion des connaissances, acronyme par les mots en espagnol: Administración del Conocimiento e Inteligencia Tecnológica). R&DT c est une activité de la plus grande importance, pour le client principal, Pemex, et IMP aide aux stratégies du gouvernement pour développer la technologie au milieu de ce secteur industriel. Ayant une claire vision du rôle que doit accomplir IMP dans ces activités de recherche de son client, on a redressé les domaines des projets, annulant ceux qui n étaient plus d utilité, et en ajoutant quelques-uns autres, pour s attacher plus logiquement aux besognes technologiques de Pemex. On a établi des nouvelles chartes organisationnelles, ainsi que mécanismes d analyse différentes avec la participation d experts et de preneurs de décisions du plus haut niveau; on a sollicité la collaboration d autres institutions, nationales et internationales, en même temps qu on a exploré toutes les sources de financement, spécialement pour de projets de grand taille et de importantes conséquences comme ceux de l industrie du pétrole. Comme ça, il a été possible de ressembler un portefeuille de projets de R&DT, équilibrée entre les intérêts de Pemex, et les stratégies technologiques de IMP. Avec cette re-organisation qui s accorde avec la stratégie de Pemex, et ayant compte des tendances de l industrie du pétrole dans le monde, IMP démarre en 1999 six programmes de recherche prioritaire: Réservoirs naturellement fracturés Traitement de brut Maya IRIT - DELTA VEILLE 179

4 VSST'2001 Simulation Moléculaire Biotechnologie du pétrole Sécurité et ambiance Tuyaux Chacun un de ces programmes est structuré dans plusieurs disciplines, décelant des séries de projets en appui du plan d affaires de Pemex, selon les initiatives stratégiques accordées, et en établissent les priorités concernées. Tous ces projets ont besoin de ressources de haute importance, en argent et en infrastructure, pour développer les connaissances, et améliorer la position compétitive de IMP, tout en assurant l opération optimale en profits et en temps dus. 4 Intelligence Compétitive Technologique Evolution à IMP. Pour IMP, l importance de ITC, faisant partie de R&DT, a été démontrée lors du démarrage d une intensive stratégie pour le développement de ces activités, par un programme nommé ACeITe, dont on a réuni un très fort group qui s occupe dès ce moment, de la gestion de connaissances, et des actions dirigées vers l intelligence technologique compétitive, en simultanée avec le reste des activités de recherche de l institut. ITC a commencé ses activités avec un plan de pilotage, ayant pour but d élaborer un modèle que devrai ressembler les activités répandues dans l organisation, et qui seront responsable du déroulement de la veille technologique pour tous les projets. On a choisi les experts parmi le personnel de IMP, ayant compte leurs expériences accumulées, ses études degrés, cours suivies à l étrangère, et toutes ses activités pourvues qu elles soient reliées à la recherche ou l industrie du pétrole. L objectif principal indiqué pour la planification du programme, c est de déceler 15 domaines de recherche devrant se joindre à ITC. Cela signifia que le programme devra montrer des résultats évidents dans plusieurs projets, a travers de courses de capacitation sur les bases de ITC, ainsi que dans la conceptualisation de la gestion de connaissances, et l usage intensif des outils sélectionnés. Cette étape doit, nécessairement mener à faire remarquer les trois idées fondamentales qui sont sousjacentes dans le programme intégral: se concentrer dans les logiciels acquis pour ITC; améliorer l infrastructure, et augmenter les qualifications du personnel. Le programme de pilotage a duré 18 mois, durée de l étape de design du plan général, et, à 1999, IMP commença ce qu on a appelé le programme institutionnel de ITC, dans l idée que le procès allait être naturellement installé dans la charte opérationnelle de IMP. Les objectifs initiaux, concernant l infrastructure, les outils, et les courses, se montrent à la table 1. Pour le développement du programme des surfaces ont été dédiées, et se sont appliqués des ressources, en quantité suffisante pour le personnel qu y était engagé. L infrastructure a été modifiée radicalement, pour permettre aux installations de recevoir et supporter les outils informatiques acquiers, ce qui a signifié un investissement considérable, en équipe et en logiciels. Aussi, et comme faisant partie du plan intégrale, on a engagé des experts pour mettre au point des services intranet. On a espéré que cette intranet allait permettre la communication parmi tous les chercheurs de IMP, pour établir un élan synergique pour les projets entrepris, avec la concurrence de l expertise de tous. L outil principal pour le group de ITC, et qui allait influencer toute la planification technologique de IMP, a été le software Tetralogie, dessiné pour la construction de cartes technologiques. Cet outil, géré par de personnes avec beaucoup d expérience à la manipulation de bases de données, est coïncidente avec un des objectifs de IMP, renforcer la bibliothèque, et a été, donc très profitable. C est à dire que les bases de donnés, adaptés à Tretalogie, permettent de répandre l information, car elle est traitée pour pouvoir construire une carte technologique pour chaque projet. Il a été nécessaire aussi, pour optimiser l usage du logiciel, de préparer plusieurs courses de statistique appliquée, de méthodologies adaptées, ainsi que de documentation, et, pour des niveaux plus avancés, de propriété industrielle et de méthodes d obtention de données. Pour tout cela, il a fallu réviser et améliorer les bases de données disponibles à l IMP, pour en faire un seul, compatible avec Tetralogie, pouvant aider la totalité des projets, selon les priorités déjà mentionnées. Au début, Tetralogie a été employé rien que pour vérifier la précision des données disponible à la bibliothèque de IMP, mais, petit à petit, il a été intégré à des tâches plus sophistiquées. Pourtant, les chercheurs de IMP ont avancé vers de cours plus spécialisés, et il a été possible d en donner simultanément de courses de différent niveau, en même temps, comprenant les trois étapes signalées au début du programme (voir table 1) 180

5 Table 1.Objetifs principaux du programme d intelligence technologique compétitive, a l IMP. Infrastructure Outils Capacitation Etablir un programme d amélioration de la bibliothèque, pour des activités de ITC. Renforcer le group de chercheurs à ITC Formaliser une porte-feuille de projets au domaine technologique de l étape 1 Formaliser une porte-feuille de projets au domaine technologique de l étape 2 Formaliser une porte-feuille de projets au domaine technologique de l étape 3 Tetralogie Intranet Première niveau: participants de toutes les disciplines attachées aux activités primaires de ITC Deuxième niveau: group choisi de personnes dont elles puissent remplir les caractéristiques du premier niveau. Niveau avancé: petit group de spécialistes, doués de la capacité d utiliser correctement Tetralogie. Aussi lorsque plusieurs décisions ont été orientées à atteindre les objectifs de ITC, Tetralogie devient le plus spectaculaire des outils, autour duquel se ressemblent toutes les personnes intéressées dans la nouvelle activité. Dans la première étape, Tetralogie a été utilisé en même temps que d autres outils, pour en assurer les meilleurs résultats. Néanmoins, on a espéré comme la première évidence de succès que Tetralogie pourrai aider par l analyse de l information, à la définition et planification des stratégies de moyen et long terme. Tetralogie est un logiciel très puissant, une fois que les bases de donnés ont été structurées d accord a ses demandes. Il faut organiser dans un seul corpus bibliographique, les différentes sources d information, et les traiter pour conformer un ensemble que puisse être manipulé statistiquement, et seulement à ce moment, c est possible de repérer les signaux faibles des tendances de la technologie. Bien qu il soit très utile, on a besoin de plusieurs heures de capacitation et practice, est c est ainsi qu devienne un outil pour une «élite». Parmi un très gros group de personnes appelées au cours de capacitation, seulement quelques-unes ont appris à utiliser le logiciel. Donc, souvent les véritables experts dans le sujet de chaque projet ne sont pas les plus doués pur manipuler l outil. En plus, le corpus doit être très grand pour arriver à déceler la carte technologique et en augmenter sa précision, et plusieurs chercheurs trouvent que cela est un obstacle pour délivrer sa réponse ou les données cherchés, à la vitesse demandée. Le classement de citations, l enquête de donnés, l harmonisation des registres, et la consolidation du corpus pour chaque programme prioritaire, a été un effort considérable pour les gens de ITC. Il a pris un long temps de convaincre le reste des chercheurs que Tetralogie n est pas un corpus bibliographique ou de documentation, mais il a été une bonne trouvaille que les bibliothécaires peuvent maintenant ressembler un grand nombre de documents, sachant que le traitement et l analyse devient une tâche très facile. En plus de cet avantage, et une fois qu il est admis le temps employé à traiter le corpus, la qualité des résultats a reçu les plus chaleureux compliments. En parallèle aux cours de gestion de Tetralogie, on a décelé plusieurs outres cours dont on avait besoin, pour incorporer la philosophie de ITC aux routines de R&DT. Ces cours comprenaient les sujets basiques d introduction à ITC, tels que sources de documentation, mais on a y traité, aussi, analyse de brevets et les méthodes de détection des signaux faibles des tendances des technologies. On a organisé une conférence spéciale sur les aspects étiques et légaux de l information, question de réviser les concepts de confidentialité. Finalement, les personnes qui ont avancé dans l usage de Tetralogie, ont eu de cours supplémentaires pour être capables de faire de cartes technologiques, en partant de signaux faibles pour des projets spécifiques. IRIT - DELTA VEILLE 181

6 VSST'2001 Les initiatives du group de ITC s adressaient principalement à atteindre les buts de l exercice de planification, et tous les efforts se dirigeaient à tenir ce plan en marche. Or, les activités montrent que cela ne suffisait pas, et qu il y manquait quelque chose. C est alors que naît une relation spontanée entre le personnel de ITC, et le reste des chercheurs de IMP, en faisant grandir le nombre de collaborateurs, par l incorporation de personnes du group e gestion de connaissances, un group en ce moment très réduit qui commencé ses activités. La direction de IMP décida créer un seul group ayan deux différent sorte de spécialistes. Le nouveau group s appelle ACeITe, dû aux mots en espagnol ADMINISTRACION DEL CONOCIMIENTO E INTELIGENCIA TECNOLOGICA (gestion de connaissances, et intelligence technologique). Les deux groups travaillent maintenant ensembles, ayant comme but principal de renforcer la stratégie de ITC. Aujourd hui, les activités du programme s adressent à l`établissement, implantation et diffusion des procès et outils de gestion de connaissances, spécialement ces appartenant à IMP et l information demandée par les preneurs de décisions, avec le but final d améliore la compétitivité de l institut, moyennant l innovation. 5 Analyse du programme de ITC à l IMP Dans ses premières étapes, le programme a été conformé uniquement par les personnes de ITC, mais il y eu quelques activités parallèles que choquaient avec la culture corporative. L exemple le plus clair a été intranet, duquel on attendait allait devenir le canal naturel pour la publication de résultats partiels des projets, pour recevoir l avis des collègues, ainsi que sa collaboration. Très peu de chercheurs ont pris l initiative de soumettre ses travails au jugement de ses collègues, en argumentent, parmi d autres raisons, que le système lui-même n était pas confiable, et que les résultats, n étant pas vérifiés, ne pourraient pas être lus. Certes, ce n est pas une attitude exclusive de IMP, mais que l on peut voir dans n importe quel centre de recherche, et cela n avait pas était pris en considération pendant les premières étapes du programme. Cette sorte de difficultés est due à la résistance normale au change, mais elles sont beaucoup plus fortes à cause de la position de IMP envers son client principal. Pemex est une organisation du gouvernement, avec plusieurs différentes niveaux technologiques, dans ses différentes lignes industrielles. Ça a donné comme résultat que les projets engagés par IMP pour Pemex, doivent être homologués tantôt en concepts, comme dans les plates-formes technologiques comprises, et cela bien avant le démarrage du projet. Evidemment, cela ne peut pas être publié dans aucun milieu, même pas celui d intranet, à cause de sa puissance, car cela signifie que peuvent se provoquer des critiques adverses, et donc, une perte d efficacité et des retards, en vérifiant chaque avancement si petit soit-il. Intranet, donc, n a pas eu le succès attendu, mais il faut signaler qu est devenue une méthode de comparaison interne, car plusieurs chercheurs ont révisé ses projets, à cause de la possibilité de les publier en intranet. Cette activité devient vite une «académie invisible», et pourtant un espace utile pour comparer ses travaux avec ceux des collègues, tel qu il a été identifié par Escorsa et Maspons (2001), indispensable dans le ITC des organisations. On a actualisé les concepts au sujet de propriété intellectuelle, et, en général, cette étape n a pas été un gaspillage d efforts. Tout cela a confirmé l idée que manquait la gestion des connaissances, un argument de plus pour la réunion des groups de KM à celui de ITC. 6 Re-structuration du programme. Tetralogie représenta un tiers du programme intégral, et quelques fois il a été considéré comme une panacée pour tous les problèmes. Les chercheurs ont commencé par demander des renseignements spécifiques ou de donnés particuliers. Les gens de ITC ont envisagé alors des difficultés pour stimuler l usage de Tetralogie, car certains collègues ont mal compris ses avantages. Dans les réunions d évaluation des actions tactiques pour des buts pré établies, ils ont jailli deux sortes de problèmes: d une part, si le corpus est composée de très peu de documents, le spécialiste de ITC est capable de dessiner la carte technologique sans le software; mais, si les sources montrent plusieurs documents, ce qui se passa bien souvent, l harmonisation des registres donne lieu a une longue activité que, sans atteindre le niveau de carte technologie, reste tout comme un traitement statistique. De toute façon, cette expérience a crée l habitude de l usage de bases de données, avec une conceptualisation plus efficace de ce que signifie l information et la documentation. 182

7 Il a été prouvé que les outils informatiques sélectionnés pour le programme ne donnaient pas les résultats espérés, et l on se donna à la tâche de repérer les raisons de l échec. Premièrement, il a été évident qu il n y avait pas les qualifications suffisantes entre les gens utilisant le software, parfois lorsqu il n état pas nécessaire ou allait être très compliqué, et demandant beaucoup de temp. Cela était la partie la plus facile à résoudre, avec des cours intensifs et une practice assidue, bien que la démotivation soit aussi très difficile à surmonter. La seconde difficulté était que une grande partie de besognes d information était plus tactique que stratégique, ce qui mena à réadapter les activités du programme. ITC proposa, alors, réviser toute l information disponible, avec l objectif de comparer les demandes du client, avec l état de la technique, y compris l identification des concurrentes, le repère de tendances technologiques, et le développement de technologies associées au secteur industriel du pétrole, pouvant être transférées, selon chaque projet étudié. Cette révision a été suivie d analyses détaillées sur l information recueillie pour chaque cas, car ces analyses sont toujours nécessaires pour évaluer la viabilité des alliances stratégiques pourrant se consolider. Tout pointait vers conditions non considérés au début du programme. En principe, les cours devraient se dicter en continu, incorporant de nouveaux chercheurs chaque fois que le premier niveau allait être dicté, mais cela à fait que plusieurs personnes quittent les courses et les activités de ITC, si leur projet les demandé plus d attention. D ailleurs, la bibliothèque a demandé de renforcement dans les qualifications de son personnel, d une sorte différente de cours, pas seulement en techniques de documentation, mais aussi en techniques statistiques, pour pouvoir bien aider au traitement de bases de donnés. Et en plus que ça, la charte organisationnelle a dû ajouter une stratégie de ITC de court délai, tout comme la planification technologique de IMP, dès maintenant adressé à deux niveaux différents de priorités: Planification stratégique et preneurs de décisions, Planification technologique Quand un centre de recherche installe ITC, la section de management de projets doit être la première à remarquer l améliore ment de l entourage dans l organisation. Les priorités scientifiques, et même les priorités du client se comparent avec l état de la technique, et les projets se bénéficient des sources d information du plus haut niveau technique, situation qu a beaucoup frappé, en sens positif à IMP, et son client principal, Pemex. On a réalisé une analyse des forces, faiblesses, opportunités et dangers (FODA, en espagnol) et on a attaché fortement les preneurs de décisions, au procès de ITC et ses activités. On ne peut pas mettre en doute la position compétitive du centre dans le monde, mais on l a comparé avec des centres dans des pays industrialisés ou dans des pays en voie de développement. Etant IMP la sorte de centre de recherche qu il est, la seule planification technologique n était pas suffisante pour faire grandir ses expectatives, et on a appliqué les techniques de Michael Porter, pour analyser la stratégie des unités, pour étudier le développement des projets de recherche, et pour déceler les facteurs d influence dans l évolution de IMP. On a appliqué ce qu on appelle «le diamant de Porter», et on a déterminé les profits détachés d un moniteur en continu, de tous ces facteurs. Lorsque les preneurs de décision et les chefs de projets ont vu l analyse menée par le group de ITC en utilisant le diamant de Porter, ils ont pu voir clairement les avantages détachés de la structure de IMP, ses forces ainsi que ses faiblesses, mais surtout, ses relations internes et avec le secteur industriel auquel sont attachées ses unités, et même avec l extérieur, parce qu avec cette technique, on repère de situations que ne sont pas visibles avec d autres techniques, et que, pourtant, n avaient pas été considérées. D autre part, les preneurs de décisions ont été avertis de la particularité d avoir un client que représente 80% de tous ses projets, avec ses opportunités, et les dangers que cela représente. On a pu aussi mesurer l influence de la politique industrielle et technologique du pays, bien qu elles touchent également les autres centres de recherche, mais que, dans le diamant de porter, prennent la place de substituts, représentant donc, un formidable concurrent à moyen délai. Cette information, et les analyses réalisées, ont été présentés à des spécialistes externes, dont on avait obtenu la collaboration, pour obtenir un avancement plus rapide qu auparavant. Pour donner un exemple de la synergie crée par le group de ITC, on peut mentionner que certains projets, préparés par les chercheurs sans considérer les objectifs intégraux de compétitivité de l IMP, étaient systématiquement rejetés, pendant l évaluation traditionnelle du comité technique pour ressembler la porte-feuille des projets institutionnels de moyen délai. En appliquant les techniques de Porter, complémentés avec une analyse de coalitions de Mintzberg, on a pu voir que quelques-uns uns de ces IRIT - DELTA VEILLE 183

8 VSST'2001 projets, ne montraient pas son impact positif de leur développement, et que, en les intégrant dans la grille générale de compétitivité de Pemex et de IMP, devenaient des plus intéressantes, et recevaient l approbation du comité ainsi que les ressources demandées. Cela n était pas seulement un exercice de planification ou d intégration. Le group d experts analysa chaque projet dans un contexte général, avant d identifier les possibilités d atteindre une nouvelle technologie, comme était reportée à la littérature technique comme un signal faible. Mais en plus, en se mettant en contact avec les différentes unités de travail, il a été possible d éliminer des duplications, et pourtant, d optimiser les ressources de IMP. Un des plus importants profits issus des activités de ITC, a été la récupération de la crédibilité dans le group, puisque, le personnel analysait chaque projet dans le contexte compétitif intégral, sans les barrières bureaucratiques et administratives, livrant l information dans des conditions de vitesse et précision demandées. C est à dire que, avec l appui des experts en ITC, le chercheur était capable de fournir son projet avec des éléments suffisants pour augmenter la compétitivité de IMP. Lorsque ces résultats ont été connus des preneurs de décisions, ITC est devenu un point stratégique pour l établissement des stratégies immédiates, mais aussi, les chercheurs ont commencé à le considérer comme le point de départ pour toute planification technologique, parce que facilite l identification de tendances des technologies impliquées dans leurs projets. C est ainsi que dès ce moment, la stratégie de développement de projets a été re-orientée, pour incorporer une analyse des besoins particuliers soit pour le projet, soit pour la recherche elle-même, et pour les faire parvenir au paquet de stratégies de IMP, tel qu il est recommandé par Porter. Cela facilitera la détection et l établissement de priorités de veille, même avant de l emploi de Tetralogie. Avec tout ça, IMP a pris une majeure importance avec Pemex, et le group de ITC est aujourd hui capable de faire de suggestions de thèmes de monitoring car on peut argumenter comme ces thèmes frapperont la stratégie interne de IMP. A part ça, ITC permets de ressembler les usagers et les chercheurs avec de groups dedans les universités, avec des scientifiques ailleurs, et dans tout le monde, dans un court délai, mais avec une vision de long terme. Le personnel de IMP est de nos jours en train de proposer à la direction de l institut, les meilleures stratégies supportées par les cartes technologiques développées par les experts de ACeITe. Cela est devenu un intense effort de planification de la technologie, avec des horizons de cinq ou de dix années, que permet l optimisation de toutes les ressources du programme, mais, surtout, que préconise l application de Tetralogie. Après la planification des étapes mentionnées, ITC est en danger de devenir un effort discontinu, à moins que ne soient pas resserrés les liens avec les groups de R&DT, les preneurs de décisions et les usagers et clients. Cela est véritablement un processus de gestion de connaissances, impliquant plusieurs personnes, toutes avec de différente rapidité dans leur activité particulière, de différents buts à cour terme, différentes habilités et même motivation. Le seul objectif de IMP n était pas de créer un canal de communication, mais de structurer un group solide de ITC, que, maintenant est en train de récolter ses premiers résultats. La création de ACeITe, comme un group formidable est la seconde partie du programme, même si cela n était pas planifié comme tel au début. En travaillant dans niveaux différents, KM, et ITC ont pu embrasser la totalité des activités de R&DT à l IMP, mais le premier est dédié à la communication de base, en tant que le second est en train de faire des cartes technologiques. Les résultats de KM sont par la plupart de rapports entre unités séparées, utilisant information interne, et ITC donna de solutions d intelligence compétitive en partant d information dans les bases de donnés nationaux et internationaux. 7 Conclusions 7.1 L effort de IMP pour former une unité de ITC. Les principaux résultats du programme, démarré en 1999, peuvent être résumés comme suit: Analyses issues des experts ou des spécialistes de ITC Redressement de la stratégie Consolidation du group ACeITe Mais cela a été le plan contingent dictée pour réduire l influence négative d une première stratégie mal accordée a la culture de IMP, et qui a pu avoir comme résultats, d empêcher la consolidation des activités d intelligence compétitive. Au début, le software installé ne fonctionne pas, à cause de la 184

9 manque de plusieurs éléments, parmi lesquels on peut signaler des qualifications insuffisantes du personnel, une stratégie institutionnelle très dispersé et non concentrée, et la sub-utilisation des ressources. Le procès d apprentissage a compris même les preneurs de décisions, les gens de ITC, et le reste de chercheurs tous ensembles, sachant que ITC est une des méthodologies les plus efficaces pour une recherche avec succès. Les politiques internes ne sont pas une force, si elles ne considèrent pas l usager ou le client final, et peuvent ainsi provoquer de problèmes très sérieux derrière la façade, si les outils sont choisis au dé la de la plate-forme de connaissances. Cela presque arriva à l IMP. Le principal résultat positif est aujourd hui l utilisation de Tetralogie pour toutes les recherches entreprises à IMP, tel qu en byiocatalysis, technologie avancée pour l industrie du raffinage de pétrole ou l étude de réservoirs naturellement fracturés. ITC aide aux experts de chaque unité, et ils travaillent ensemble à la construction des cartes technologiques. 7.2 Généralisations. Un outil de ITC peut être survendu par le même système, et si l usager n est pas bien renseigné de ses limitations, on peut mal comprendre sa capacité et produire de grandes expectatives, que ne soient pas accomplies. Cela peut être pris comme un échec, même si la faute n est pas attribuable a l outil, mais a la mauvaise application. La grande quantité d information produite pendant les activités de ITC montre le besoin d un procès qui consolide sa diffusion, pour renforcer les processus innovateurs. Ça, comme un procès de KM, ressemble les avantages de la planification stratégique et technologique, avec la possibilité d harmonisation et synergie entre chercheurs. Alors, on peut conclure: KM est le meilleur, mais l unique procès pour atteindre plus rapidement les objectifs de ITC. Si le group e ITC n est pas capable d involucrer toute l organisation, depuis le sommet, et jusqu aux bases, la planification stratégique, et pourtant technologique, fourniront des résultats au dessous des expectatives L expérience de IMP montre que KM doit être simultanément mené avec ITC, pour élargir et optimiser les résultats de la planification technologique, ce qui peut devenir un modèle pour toutes sortes de centres de recherche. Tetralogie est un outil très puissante, qui a été installé prématurément, dans ce cas. Aujourd hui, on a pris conscience des conditions demandées pour profiter de tout sa capacité, moyennant de cours, et processus de ITC et de KM, tout deux permettant de définir le meilleur moment pour son application. ITC est devenu le bras technologique de IMP, et ses efforts doivent être orientés vers l augmentation de la compétitivité tantôt de IMP, comme de Pemex. 8 Bibliographie [1.] [1] PORTER, M. Estrategia Competitiva Cecsa, México [2.] [2] MINTZBERG, H. Structure in Five. Free Press, U.S.A., 1998 [3.] [3] DUTRENIT, G. Learning and Knowledge Management in the Firm. Edward Elgar Publishing. London, [4.] [4] ASHTON B, KLAVANS R. (Editors) Keeping Abreast of Science and Technology. Battelle Press. U.S.A 1997 [5.] [5] ESCORSA, P.; MASPONS, R., De la Vigilancia Tecnológica a la Inteligencia Competitiva. Prentice Hall, Madrid [6.] [6] PRESCOTT, J.E, & MILLER S. H. (Editors). Proven Strategies in Competitive Intelligence. Lessons from the trenches. Society of Competitive Intelligence Professionals. John Wiley & Sons. U.S.A 2001 [7.] [7] VALENCOURT, LAWRENCE R. Beyond the Intelligence Cycle. A mathematical Business Model for CI. Competitive Intelligence Magazine. Vol. 4 Num. 4 Jul-Aug pp U.S.A. [8.] [8] SEPER, JONATHAN. Knowledge management systems (www.praxistech.com/knowledge.html) IRIT - DELTA VEILLE 185

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection

Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projet: Guide de sélection Logiciels de Gestion de Projets: Guide de sélection PPM Software Selection Guide ETAPE 1: Faiblesses Organisationnelles identifier clairement vos besoins

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

Jeu des 7 situations managériales.

Jeu des 7 situations managériales. Team building Jeu des 7 situations managériales. RECRUTER PILOTER ET PARLER POUR ÊTRE COMPRIS FORMER COACHER RESOUDRE, GERER LES CONFLITS DELEGUER et DEVELOPPER L'AUTONOMIE PAR DES MICRO-PROJETS CONDUIRE

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

La liste des personnes rencontrées et interviewées se trouve à l ANNEXE B, et la liste des documents consultés figure à l ANNEXE G.

La liste des personnes rencontrées et interviewées se trouve à l ANNEXE B, et la liste des documents consultés figure à l ANNEXE G. 1. RESUME EXECUTIF 1.1. Cadre de la mission d évaluation finale Ce rapport concerne l évaluation finale du Projet LuxDev NAM/347-Soutien à l Enseignement technique et la Formation professionnelle. Il a

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

Economie Industrielle 09

Economie Industrielle 09 Economie Industrielle 09 Economie de l innovation et de la propriété intellectuelle 1 1 Doctorant Département SES Télécom ParisTech La place de l innovation dans les économies développées L innovation

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Lallemand obtient des informations sur ses marges globales

Lallemand obtient des informations sur ses marges globales Lallemand obtient des informations sur ses marges globales Accélération de la production de rapports et de la planification budgétaire Présentation Défi commercial En raison de sa présence dans plusieurs

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89

Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89 Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89 Décret n 2-89-519 du 23 hijja 1410 (16 juillet 1990) relatif au diplôme national d expert comptable Règlement du

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

École d études sociales et pédagogiques

École d études sociales et pédagogiques École d études sociales et pédagogiques Plan d Action Management PAM Rapport final Mont-sur-Lausanne, le 3 avril 2008 L esprit, la réflexion et l action: les couleurs de vos succès! 1 EESP_10 Rapport -

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

La gestion des Technologies de l information. Tirez le maximum de vos systèmes d informations

La gestion des Technologies de l information. Tirez le maximum de vos systèmes d informations La gestion des Technologies de l information Tirez le maximum de vos systèmes d informations Objectifs de la formation Se familiariser avec: La gouvernance des TI Les cadres de référence en gestion des

Plus en détail

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques ITIL v3 La clé d une gestion réussie des services informatiques Questions : ITIL et vous Connaissez-vous : ITIL v3? ITIL v2? un peu! beaucoup! passionnément! à la folie! pas du tout! Plan général ITIL

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

Matrice produit/marché d Ansoff

Matrice produit/marché d Ansoff 1 Matrice produit/marché d Ansoff Le modèle en bref La matrice d Ansoff propose une manière logique de déterminer l ampleur et l orientation du développement stratégique de l entreprise sur le marché.

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION

9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION ET CREATION DE

Plus en détail

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Par Nicole Cournoyer Consultante et formatrice en créativité 2573 rue de Port-Royal, Sainte-Foy (Québec), G1V 1A5 Tél.: (418)

Plus en détail

ATHLÉTISME CANADA RÈGLEMENTS CONCERNANT LE COMPORTEMENT DES MEMBRE

ATHLÉTISME CANADA RÈGLEMENTS CONCERNANT LE COMPORTEMENT DES MEMBRE ATHLÉTISME CANADA RÈGLEMENTS CONCERNANT LE COMPORTEMENT DES MEMBRE 1. Mise en vigueur de ce règlement a) Ce règlement s applique pour tous les membres d Athlétisme Canada, soit : les entraîneurs, les directeurs

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

ÉLABORER UNE STRATÉGIE ETABLIR UN DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE

ÉLABORER UNE STRATÉGIE ETABLIR UN DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE C8/RESSOURCES DISPONIBLES & CAPACITE STRATEGIQUE ÉLABORER UNE STRATÉGIE ETABLIR UN DIAGNOSTIC STRATÉGIQUE Activités de soutien I. L ANALYSE DES ACTIVITÉS PAR LA CHAÎNE DE VALEUR Logistique interne La chaîne

Plus en détail

Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante

Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante LIVRE BLANC Novembre 2010 Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante accélérer le taux de rendement de l innovation James Ramsay Consultant principal, Gouvernance de la zone Europe,

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

Conduite du changement

Conduite du changement Conduite du changement Professeur : Chafik CHTIBI 2 Plan Le changement? Le changement d attitude Le changement dans l organisation Définition Capacité de changement L organisation? Citations Les 6 obstacles

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/18/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 JUILLET 2011 Comité du programme et budget Dix-huitième session Genève, 12 16 septembre 2011 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Notre nouveau programme d Entreprise

Notre nouveau programme d Entreprise > Notre nouveau programme d Entreprise Londres, 13 janvier 2005 Présentation à la communauté financière 1 Notre nouveau programme d entreprise Présentation à la communauté financière 2 > notre Vision Présentation

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée L environnement commercial actuel présente à la fois d innombrables opportunités et de multiples risques. Cette dichotomie se révèle dans le monde de l informatique (et dans les conseils d administration

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Découvrez la gestion collaborative multi-projet grâce à la. solution Project EPM

Découvrez la gestion collaborative multi-projet grâce à la. solution Project EPM Découvrez la gestion collaborative multi-projet grâce à la solution Project EPM Project EPM 2007 est la solution de gestion de projets collaborative de Microsoft. Issue d une longue expérience dans le

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail Guide pour la mise en place du Registre Santé et Sécurité au Travail I. Introduction 2 II. Référent 2 III. Obligations réglementaires 2 IV. Objectifs du registre santé et sécurité au travail 3 V. Quatre

Plus en détail

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Son rôle dans le système de gestion de la qualité Considérations sur le programme La gestion de l équipement est l un des points essentiels

Plus en détail

Doctorate of Business Administration Programme francophone

Doctorate of Business Administration Programme francophone Mis à jour le 11-10-13 Doctorate of Business Administration Programme francophone 1. Présentation du programme DBA(F) Le programme Doctorate of Business Administration (DBA) assuré à distance par l American

Plus en détail

Programme de formation

Programme de formation Programme de formation Intitulé : Parcours «Création d entreprise» Public : Tout salarié issu d une entreprise du commerce de détail souhaitant créer son activité Pré requis : Avoir un projet de création

Plus en détail

MANAGEMENT STRATEGIQUE D UNE ETT

MANAGEMENT STRATEGIQUE D UNE ETT OBJECTIFS FINAUX MANAGEMENT STRATEGIQUE D UNE ETT A l issue de la formation les stagiaires seront capables de : Améliorer et développer son management Définir ou adapter une stratégie globale pour son

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET "APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME QUADRIENNAL DE MAITRISE

Plus en détail

AUDIT ORGANISATIONNEL

AUDIT ORGANISATIONNEL MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Maître de l ouvrage : Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne Objet du marché : Date limite de remises des offres : Mardi

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Analyse de contenu & big data Un état de l art des applications de la sémantique en 2013

Analyse de contenu & big data Un état de l art des applications de la sémantique en 2013 Analyse de contenu & big data Un état de l art des applications de la sémantique en 2013 Sommaire 1. Editorial de F.R. Chaumartin, fondateur de Proxem (page 2) 2. Moteur de recherche sémantique (page 3)

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts comme développés par inter}artes et adoptés par artesneteurope Institution et sujets à évaluation

Plus en détail

Apports d une plateforme de formation à distance dans le milieu éducatif. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.com. Paru le 6 mars 2008

Apports d une plateforme de formation à distance dans le milieu éducatif. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.com. Paru le 6 mars 2008 Apports d une plateforme de formation à distance dans le milieu éducatif Rédigé par Didier Bourgeot Président du groupe Akuter Technologies Contact : didierb@akuter.com Paru le 6 mars 2008 Contact : didierb@akuter.com

Plus en détail

Le Référentiel de l Innovation Participative

Le Référentiel de l Innovation Participative Le Référentiel de l Innovation Participative SOMMAIRE 3 4 5 6 7 10 11 12 13 14 16 Avertissement Glossaire Les 8 axes du Référentiel Dimension 1 : valeur vision ambition Dimension 2 : processus Dimension

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

La gestion des connaissances chez Schlumberger

La gestion des connaissances chez Schlumberger La gestion des connaissances chez Schlumberger Louis-Pierre Guillaume Documentation Manager Schlumberger Oilfield Services Information Technology 25 octobre 2001 ANVIE La gestion de connaissances chez

Plus en détail

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne CHARTE D AUDIT ET DE CONTROLE INTERNE DE COVÉA FINANCE DEFINITION DU CONTROLE INTERNE Le contrôle interne est un dispositif défini et mis en œuvre par les dirigeants et les personnels des sociétés, qui

Plus en détail

La GED (Gestion électronique de document)

La GED (Gestion électronique de document) La notion de document La firme Gartner Group estime que : un professionnel passe en moyenne 20 à 40% de son temps dans des activités de gestion de document. la gestion des documents coûte en moyenne 6%

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Sage HR Management. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Sage HR Management. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Sage HR Management La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences GPEC en quelques mots! La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) : La GPEC est une obligation légale prévue

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

Service de migration du centre de données Cisco

Service de migration du centre de données Cisco Service de migration du centre de données Cisco Le service Cisco Data Center Migration Service (service de migration du centre de données Cisco) permet aux entreprises et aux prestataires de services d

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010

BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010 BENCHMARK DES MEILLEURES PRATIQUES : DE LA COMMUNAUTE DES UTILISATEURS DE SOLUTIONS CRM, XRM 1 EDITION 2010 EDITION 2010 Réalisé par 1 extended Relation Management : une extension du CRM (Customer Relation

Plus en détail

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION DATES CLÉS 2013 Spécialisation en nos domaines d expertises 2008 Séparation des activités Conseil et IT 2006 Création de FEEL EUROPE

Plus en détail

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM PRODUITS BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM Avantages de la Business Intelligence Assurer une visibilité intégrale des activités Identifier de nouvelles opportunités Détecter et résoudre les problèmes Remplacer

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

Livret informatique BTS Assistant Manager

Livret informatique BTS Assistant Manager Livret informatique BTS Assistant Manager Document d accompagnement Novembre 2008 1/12 I/ Présentation du livret informatique Principes généraux Le livret informatique utilisé en BTS Assistant de Manager

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative

Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative Colloque Nationale sur la Réforme Administrative Rabat 7 et 8 Mai 2002 Les bases d une stratégie de promotion des technologies

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail