Capture du dioxide de carbone de l air ambiant Quel potentiel?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capture du dioxide de carbone de l air ambiant Quel potentiel?"

Transcription

1 Capture du dioxide de carbone de l air ambiant Quel potentiel? Alain Goeppert Loker Hydrocarbon Research Institute and Department of Chemistry University of Southern California Los Angeles, CA Séminaire développement durable et économie de l environnement Reid Hall, Mai 28 th 2013

2 Population Mondiale (en millions) Projection 2050 * to * Medium estimate. Source: United Nations, Population Division Petawatt-heures (10 15 watt-heures) Historique 148 Projections petawatt-heures ~ 15 terawatts (15,000 centrales de 1 gigawatt) TW en TW en World Primary Energy Consumption, 1970 to 2025 Based on data from Energy information Administration (EIA) X

3 Plus de 80% de l énergie consommée vient des combustibles fossiles Charbon 27.3% Autres 0.9% Incluant solaire, éolien, géothermal, énergie des océans Pétrole 32.4% Combustibles renouvelables et déchets 10.0% Hydro 2.3% Nucleaire 5.7% Gas naturel 21.4% Total Mtep (millions de tonnes d'équivalent pétrole) Distribution de l approvisionnement mondial total en énergie primaire en 2010 Base sur les données de l Agence Internationale de l Energie (IEA) Key World Energy Statistics 2012

4 Consommation journalière de combustibles fossiles 85 Million de barils de pétrole consommés! 8 Milliard de m 3 de gas naturel 16 Million de tonnes de charbon Les combustibles fossiles sont un des plus grand cadeau que la nature nous a donné. Ils ont permis un développement sans précédent de notre civilisation.

5 Produits pétroliers In Aux United Etats-Unis States 67% 67% du of the pétrole petroleum est actuellement currently used utilisé in dans transportation le secteur as des gasoline, transports diesel, sous la jet forme fuel, etc.! d essence, de diesel, kérosène, etc.! Le secteur des transports est complètement dépendant du pétrole (>95%) Problème: bruler ces combustibles fossiles libère du CO 2

6 Annual Global CO 2 Emissions Source: Carbon Dioxide Information Analysis Center, Oak Ridge national Laboratory Plus de 30 milliards tonnes de CO 2 sont relâchées dans l atmosphère chaque année! Environ la moitié des émissions de CO 2 s accumulent dans l atmosphère Actuellement autour de 15 milliards de tonnes par année

7 Cycle du carbone Augmentation de l acidité des océans

8 Concentration de CO 2 dans l atmosphère et changement climatique Va dépasser les 400 ppm cette année Concentration atmosphérique de CO 2 mesurée au Mauna Loa, Hawaii Courbe de Keeling Source: IPCC

9 Hydroélectrique Energie géothermale Eolien Solaire Biomasse Energies des océans (vague, marée, thermique) Energie Nucléaire Energies alternatives? Pourquoi n utilisons nous pas plus d énergies alternatives? - Problème de couts - Combustibles fossiles restent les plus économiques - Intermittence de la plupart des énergies renouvelables - Produisent principalement de l électricité difficile a stocker (stockage sous forme d hydrogène, de méthanol, etc.)

10 World Energy Outlook 2012 (Agence Internationale de l Energie, Paris) Augmentation de la consommation des combustibles fossiles et émissions de CO 2 Dans la plupart des scenarios

11 La capture et séquestration du carbone Carbon capture and sequestration (CCS) Carbon recycling to fuels and materials (CCR)

12 Sources de CO 2 Cimenteries Procédés de fermentation Puits de gaz naturel Fabriques d aluminium Centrales thermiques brulants des combustibles fossiles Sources géothermiques L air CO 2 separation and Capture technologies Absorption Adsorption Alumina Cryogenics Dry ice formation Membranes Algal and microbial systems Chemical Zeolite at low temperature Activated carbon Polymer based MEA, DEA KOH, NaOH, MgO Etc. Physical Solexol Rectisol Etc. Pas bien adaptées pour la capture de CO 2 de l air Poly(phenylene oxide) Poly(ethylene oxide) Poly(ionic liquid) Inorganic membranes Ceramic based Zeolite based Regeneration method Pressure swing Temperature swing Moisture swing And combination thereof La capture directe du CO 2 de l air est considérée difficile

13 La nature le fait. Pourquoi pas nous? fixation du CO 2 par la photosynthèse (neutre en carbone) Biocarburants éthanol, butanol, huiles végétales (biodiesel) un petit % du mix énergétique La biomasse va probablement être à même de couvrir d une façon durable que 10-15% de nos besoins énergétiques Disponibilité de terres agricoles Ressources en eau irrigation Sécurité alimentaire / sécurité énergétique Utilisation d engrais (engrais azoté a partir de l ammoniac NH 3 (synthétique N 2 + H 2, procédé Haber-Bosch)) Technologies pour la transformation, nécessite de l énergie Balance énergétique globale (analyses du cycle de vie) Le soleil est la source de la plupart de l énergie sur terre passé, présent et future ~ TW en continu. Un réacteur de fusion nucléaire fiable et sûr à une distance de sécurité de 150 millions de km!

14 Thermodynamiques de la capture du CO 2 de l air L énergie thermodynamique minimum pour extraire CO 2 de l air est relativement basse à ~ 20 kj/mol (0.45 GJ/tCO 2 ) à température ambiante RT ln (P/P 0 ) P 0 : pression partielle dans l air Atm P: pression finale du CO 2 dans le gaz enrichi (idéalement 1 Atm ou plus) R: constante des gaz idéaux (8.3 J.mol -1.K -1 ) L énergie nécessaire n augmente que de façon logarithmique avec la dilution concentration de CO 2 dans l' air 0.04% concentration du CO 2 dans les ~10% gaz de combustion ~ 250 x moins En théorie, la capture du CO 2 de l air ne devrait nécessiter que de 2 à 4 fois plus d énergie que la capture de CO 2 de gaz de combustion En pratique l énergie nécessaire pour un système complet sera bien entendu plus large D un point de vu thermodynamique la capture directe de l air ne devrait pas poser de problème

15 Pourquoi capturer le CO 2 de l air? MSOffice9 Important pour adresser le fait que ~ 50% des émissions anthropogéniques (dues a l homme) de CO 2 proviennent de sources de petites tailles et distribuées telles que le chauffage et la climatisation domestique et commercial et le secteur des transports La collection de CO 2 de milliard de ces petites unités brulant des combustibles fossiles est difficile et/ou non économique MSOffice10 La capture directe de l air (direct air capture (DAC)) de CO 2 permettrait le captage de CO 2 de n importe quelle source, petite ou grande, statique ou mobile L Indépendence du point de vu de la source d émission du CO 2 signifie que l unité de capture pourrait être placée n importe ou, offrant une considérable flexibilité Une concentration plus faible de contaminants comme NO x, SO x et particules dans l air comparé aux gaz de combustion DAC pourrait même être utilisée pour baisser la concentration de CO 2 dans l atmosphère

16 Diapositive 15 MSOffice9 graph Alain; 19/05/2013 MSOffice10 add photos of planes, vehicles, home's chemney Alain; 21/05/2013

17 Capture de CO 2 de l air Application courantes et futures: - Enlèvement de CO 2 d espaces clos comme les sous-marins et navettes spatiales - Production d air sans CO 2 pour des piles a combustible et batteries alcalines - Capture du CO 2 pour la séquestration et le recyclage en carburants et matériaux Technologies pour la capture du CO 2 de l air Basée sur des sorbents chimiques - Sorbents chimiques minéraux NaOH, LiOH, KOH, Ca(OH) 2, K 2 CO 3 Unit for CO 2 removal in the space station currently undergoing tests (source: NASA) - Sorbents organiques ou hybride Amines ou polyamines adsorbées physiquement sur des supports, amines et polyamines immobilisées, aminosilices hyperramifiées, résines échangeuses d anions PEI imprégné sur du polymé thylmé thacrylate, SBA-15, alumine, silice, fibres de carbone, etc

18 Systèmes pour la capture de CO 2 de l air 1 m 3 of air 0.4 L of CO 2 1L CO m 3 d air 1 mol CO 2 (44g) 2.5 m 3 d air 1kg CO m 3 d air 1 t CO million de m 3 d air 10% CO 2 dans un gaz de combustion 1 t CO m 3 de gaz de combustion De grandes quantités d'air doivent être traitées Des systèmes différents doivent être utilisés. Filtres Grands bassins Tours de convection Lackner, Keith Gebald, Lackner Keith Dispositif avec écoulement d absorbent

19 Cycle d absorption/desorption des absorbents Absorption/désorption du CO 2 sont deux réactions opposées Absorption A + CO 2 ACO 2 exothermique (libère de l énergie) Désorption ACO 2 A + CO 2 endothermique (demande de l énergie) Air sans CO 2 Absorption CO 2 / air pure CO 2 Désorption Chaleur, vide, autres moyens de désorption La régénération des sorbents est l étape qui demande de l énergie Les sorbent minéraux lient CO 2 fortement Dans la plupart des cas ils nécessitent de hautes températures pour l étape de régénération ( C) mais sont relativement stables sur de nombreux cycles d absorption/désorption Demande d énergie élevée pour l étape de régénération

20 Chimisorbents minéraux Solution de NaOH dans l eau En raison de la faible concentration en CO 2 de larges volumes d air doivent être traites La perte d eau par évaporation peut être élevée Peut être mitigé en augmentant la concentration de NaOH Na 2 CO 3 est très soluble dans l eau conduisant a une séparation par évaporation de l eau très demandeuse d énergie. Calcination de Na 2 CO 3 demande aussi des températures >900 C Réaction de Caustification: de Na 2 CO 3 avec Ca(OH) 2 CaCO 3 forme un précipité pour une séparation aisée

21 Cycle Na/Ca (Procédé Kraft) Utilisé depuis plus de 100 ans par l industrie du papier Storage Air Contactor Compressor CO 2 CO 2 NaOH Na 2 CO 3 Causticization Ca(OH) 2 Lime Hydration CaO Lime Kiln Fuel CaCO 3 H 2 O Pour comparaison: Air Separation Mechanical CaCO 3 Steam CaCO 3 Unit Energie par H Filter tonne de CO Dryer 2 O 2 rejetée dans l atmosphère par combustion de H 2 O Charbon 9 GJ/t CO N 2 2 Essence 15 GJ/t CO 2 Méthane 20 GJ/t CO 2 L énergie nécessaire pour le cycle Na/Ca est relativement élevée La faisabilité économique et environnementale d un procédé avec une intensité énergétique aussi élevée semble donc questionnable H 2 O O 2 Energie nécessaire pour ce procédé pour la capture du CO 2 de l air: entre 10 and 17 GJ/t CO 2

22 Cycle Na/Fe Caustification avec de l oxyde de fer (Fe 2 O 3 ). Energie pour la régénération potentiellement plus basse Proposé par Carbon Engineering, Calgary, pour la capture de CO 2 de l air.

23 Capture directe avec Ca(OH) 2 La très basse solubilité de Ca(OH) 2 dans l eau (0.025 M ) limite la vitesse de réaction avec CO 2. De très grands bassins peu profonds ou d autres installations sont nécessaires De toute manière, l étape de calcination très énergivore ( C) demeure

24 Cycle K 2 CO 3 /KHCO 3 Absorption à 25 C Désorption à C avec de la vapeur Des trois carbonates Li 2 CO 3, Na 2 CO 3 et K 2 CO 3 il a été démontré que K 2 CO 3 a certaines des caractéristiques les plus favorables pour l absorption du CO 2 Le cycle K 2 CO 3 /KHCO 3 pour la capture du CO 2 de l air est actuellement étudiée par la compagnie Coaway aux Etats-Unis R. B. Polak et al., Pat. Appl. US 2012/ A1, H. Hayashi et al., Ind. Eng. Chem. Res., 1998, 37,

25 Absorbents minéraux solides La carbonatation de sorbents solides minéraux tels que NaOH, NaHCO 3, Ca(OH) 2 et CaO est lente et incomplète La carbonatation de Ca(OH) 2 et CaO est catalysée par la présence d eau dans le flux d air. Jusqu a 80% du CaO peut être carbonaté en CaCO 3. Néanmoins même l étape de carbonatation a besoin de températures élevées Chauffer l air a >300 C rend cette approche impraticable L utilisation d absorbents minéraux solides n est probablement pas la meilleure solution V. Nikulshina et al., Chem. Eng. J., 2009, 146, ; V. Nikulshinaet al., Chem. Eng. J., 2008, 140, V. Nikulshina et al., Chem. Eng. J., 2009, 155, ; V. Nikulshina et al., Chem. Eng. J., 2007, 129,

26 Options a coté des sorbents minéraux Problème Sorbents minéraux sont très robustes et stables mais forment une liaison trop forte avec le CO 2 nécessitant de hautes températures pour la régénération ( C) Procédé énergivore Possible solution Matériaux organiques ou hybrides forment des liaisons moins fortes avec le CO 2 et demandent des conditions de régénérations moins sévères telles que des températures moins élevées ( C). Désorption du CO 2 par variation de la température, pression, humidité ou une combinaison de ces procèdés (temperature, pressure, moisture swing)

27 Adsorbents basés sur des organoamines supportées Adsorbents hybrides Peuvent être divisés en trois catégories dépendant du type d interaction entre le support et la partie active du sobent ainsi que du mode de préparation Classe 1: Amine ou amine polymérique adsorbée physiquement a la surface du support Classe 2: Amine immobilisée (ancrée) sur le support Classe 3: Polyamine greffée préparée par polymérisation insitu du monomère contenant l amine

28 Reaction des amines avec le CO 2 H = -84 kj/mol ½CO 2 par amine H = -72 kj/mol 1 CO 2 par amine Conditions sèches: formation de carbamate. Deux groupes amine nécessaires pour chaque molécule de CO 2 Conditions humides: formation de bicarbonate. En théorie seulement un groupe amine nécessaire pour chaque molécule de CO 2 Plus haute adsorption de CO 2 sous conditions humides For CaCO 3 formation H = -179 kj/mol

29 Classe 1: amines adsorbées physiquement au support Facile a préparer en mélangeant simplement l amine avec le support dans un solvant suivi de l évaporation du solvant et séchage. jusqu à 100 mg CO 2 /g adsorbent Supports: fibres de carbone, alumine, solide mesoporeux (SBA-15, MCM- 41, MCM-48), silices mesocellulaires, fumée de silice, silice précipitée Fumée de silice MCF MCM-48 MCM-41 Amine dispersé à la surface du solide ou dans les pores Amines et polyamines Polyethylenimine ramifiée (PEI)

30 Classe 2: amine ou polyamine ancrée sur le support Capacité d adsorption de CO 2 de l air a température ambiante 44 mg CO 2 /g adsorbent ~40 mg CO 2 /g adsorbent jusqu à 6 mg CO 2 /g adsorbent ~60 mg CO 2 /g adsorbent (40% humidity) Avantage: L amine ne peut pas s échapper de l adsorbent parce qu elle est chimiquement attachée au support Y. Belmabkhout et al., Chem. Eng. Sci., 2010, 65, J. A. Wurzbacher et al., Energy Environ. Sci., 2011, 4, J. A. Wurzbacher et al., Prep. Pap.-Am. Chem. Soc., Div. Fuel Chem., 2011, 56, 276. C. Gebald et al., Environ. Sci. Technol., 2011, 45,

31 Classe 3: Support fonctionnalisé avec une polyamine jusqu à 75 mg CO 2 /g adsorbent jusqu à 26 mg CO 2 /g adsorbent Avantage: la polyamine ne peut pas s échapper de l adsorbent parce qu elle est chimiquement attachée au support S. Choi et al., Environ. Sci. Technol., 2011, 45, W. Chaikittisilp et al., Chem.-Eur. J., 2011, 17,

32 Autres types d adsorbents Resines echangeuses d ions Adsorption de CO 2 par variation du taux d humidité sur une résine échangeuse d ions fonctionnalisée avec des ammoniums quaternaires jusqu à 66 mg CO 2 /g adsorbent Metal Organic Frameworks (MOFs) Imprégnée/greffée avec des amines et polyamines Coût, stabilité, etc. Choi, S. et al. J. Phys. Chem. Lett., 2012, 3, 1136 McDonald, T. M. et al. J. Am. Chem. Soc.,2012, 134, 7056

33 Techniques de désorption Adsorption par variation de la température Temperature swing adsorption (TSA) Adsorption a température ambiante Désorption à une température plus élevée ( C) avec ou sans gaz de purge Adsorption par variation de la pression Vacuum swing adsorption (VSA) Adsorption à pression atmosphérique Désorption sous vide Adsorption par variation du taux d humidité Moisture swing adsorption (MSA) Adsorption sous conditions sèches Désorption sous conditions humides Adsorption par variation de la température par chauffage électrique Electrical thermal swing adsorption (ETSA) Un courant électrique est appliqué a un sorbent conducteur (par exemple du carbone) pour relâcher le CO 2 Combinaison de techniques VSA avec TSA: TVSA CO 2 free Air CO 2 Adsorption / Air Regeneration of solid absorbent Vacuum and/or heating Pure

34 Coût de la capture du CO 2 de l air Coût de capture d une tonne de CO 2 d un point d émission tel qu une centrale thermique au charbon estimé a ~$30-$100 Coût estime de la capture d une tonne de CO 2 de l air quelque part entre $20 et $1000 Steinberg/CoAway LCC K 2 CO 3 /KHCO 3 $20/tonne Keith/Carbon Engineering Ltd Na/Ca cycle $50-150/tonne Lackner et al. Anionic exchange $30-$200/tonne resin Herzog et al. CaO/CaCO 3 >$1700/tonne House et al. Na/Ca $1000/tonne American Physical Soc. Na/Ca cycle $600-$800/tonne Nous sommes encore dans les premiers stades de cette technologie. Elle a clairement besoin de plus de temps pour se développer et nécessite la construction d installations pilotes pour déterminer sa viabilité. Nous pensons que le cout devrait se situer en dessous de $100/tonne

35 Exemples de prototypes et de designs proposés pour la séparation de CO 2 de l air Prototypes (a) Prototype for CO 2 capture from the air. Courtesy of Kilimanjaro Energy (c) Construction of a prototype for CO 2 capture from the air in Alberta, Canada. (Carbon Engineering) (b) Solid amine based swing bed for CO 2 removal in human spaceflights. Currently undergoing tests in the International Space Station (ISS). (NASA) Designs (e) Artist rendering of a prototype for CO 2 capture from the air using an anionic exchange resin and regeneration by moisture swing (Kilimanjaro Energy). (f) Artist rendering of an atmospheric CO 2 capture contactor. (Carbon Engineering) (d) Artist rendering of an array of atmospheric CO 2 capture units also known as Synthetic Trees. (Stonehaven Production)

36 Travaux conduits au Loker Hydrocarbon Research Institute / University of Southern California sur la capture du CO 2 de l air Intérêts dans cette technologie pour une variété de raisons: - Capture de CO 2 pour son recyclage en carburants et matériaux comme le méthanol, le dimethylether (DME), hydrocarbures, etc. (méthanol economy) - Capture de CO 2 pour produire de l air sans CO 2 pour son usage dans des batteries fer/air avec une électrolyte alcaline (KOH, NaOH) (ARPA-e) - Qualité de l air dans des espaces clos (réduction de la concentration de CO 2 dans des espace clos) Nous avons décidé de concentrer nos efforts dans la recherche d un adsorbent hybride (amine/support)qui serait à la fois facile à préparer, peu couteux et efficace pour la capture du CO 2 de l air.

37 Preparation de l adsorbent hybride solide Structure de polyethylenimine (PEI) ramifie PEI Support PEI (HMW) Mw environ g/mol Support solide: fumée de silice ( m 2 /g) Préparé facilement en Dissolvant la polyamine dans du méthanol et en ajutant la solution dans une suspension de support dans du méthanol Evaporant le solvant suivi de séchage. Adsorbent Teneur en PEI FS-PEI-50 50% FS-PEI-33 33% FS-PEI-25 25% Peut être prépare en très peu de temps Goeppert, A.; Meth, S.; Prakash, G. K. S.; Olah, G. A. Energy Environ. Sci. 2010, 3,

38 Caractéristiques du support Synthèse de la fumée de silice Fumée de silice: taille des particule primaire ~ 7 nm, poudre très légère, très faible densité Absorbent support Pore volume (cm 3 /g) Bulk tapped density (cm 3 /g) Volume between particles (cm 3 /g) Fumed SiO 2 (Aldrich) ~ 20 ~ 19 Fumed SiO 2 (Aerosil 300) ~ 20 ~ 19 Fumed SiO 2 (Aerosil 150) ~ 20 ~ 19 Precipitated SiO 2 (Hi-Sil T-600) ~ 20 ~ 19 Silica gel ~ 1 Présence de larges mesopores et macropores auxquels PEI peut facilement accéder mais en même temps permettre un accès aisé pour la diffusion de CO 2 est bénéfique

39 Reaction de la polyethylenimine (PEI) avec le CO 2 ½CO 2 par amine 1 CO 2 par amine Conditions sèches: formation de carbamate. Deux groupes amine nécessaires pour chaque molécule de CO 2 Conditions humides: formation de bicarbonate. En théorie seulement un groupe amine nécessaire pour chaque molécule de CO 2

40 Installation et procédure expérimentale 1 Compressor 2 Air dryer (silica gel) 3 Reservoir 4 Mass flow controller 5 Humidifier 6 Dry air inlet 7 Water droplet separator I. 8 Water droplet separator II 9 Adsorbent 10 Particle separator 11 Stirrer and oil bath 12 Horiba CO 2 analyzer 13 Computer Analyseur de CO 2 calibré avant chaque expérience

41 Système pour les tests d adsorption du CO 2

42 Adsorption de CO 2 de l air à 25 C sur FS-PEI-50 Total CO 2 adsorption: 75 mg/g 1.71 mmol/g 39 mg CO 2 /g 0.88 mmol/g Breakthrough Air sans CO 2 ou avec moins de CO 2 CO 2 / air Amount of catalyst : 2.72 g Flow rate: 335 ml/min air Goeppert, A.; Czaun, M.; May, R. B.; Prakash, G. K. S.; Olah, G. A.; Narayanan, S. R. J. Am. Chem. Soc. 2011, 133, 20164

43 Adsorption de CO 2 de l air sur FS-PEI-33 En fonction de la température

44 Adsorption de CO 2 de l air sur FS-PEI-50 en fonction de la concentration en PEI 500 CO 2 concentration (ppm) FS PEI 20 FS PEI 25 FS PEI 33 FS PEI Time (h) Adsorbent total CO 2 adsorption from air (mg/g) CO 2 adsorption from air under 10 ppm(mg/g) Ratio adsorption under 10 ppm/total adsorption Slope of saturation (ppm/s) FS PEI FS PEI FS PEI FS PEI

45 Adsorption de CO 2 l air en fonction de la masse moléculaire de PEI CO 2 concentration (ppm) FS-PEI-33 FS PEI(423) 33 FS PEI(800) 33 FS PEI(1800) 33 FS PEI(25000) 33 Adsorbent total CO 2 adsorption from air (mg/g) CO 2 adsorption from air under 10 ppm(mg/g) FS PEI(423) FS PEI(800) FS PEI(1800) FS PEI(25000) Time (h) CO 2 concentration (ppm) FS-PEI-50 FS PEI(423) 50 FS PEI(800) 50 FS PEI(1800) 50 FS PEI(25000) Time (h) Bien que les amines avec une masse moléculaire plus faible adsorbent plus de CO 2, il faut aussi prendre garde car elles pourraient être plus prônent a s échapper de l adsorbent sous certaines conditions

46 Adsorption de CO 2 de l air sur FS-PEI-50 En fonction de la température Pas d adsorption au dessus de 85 C

47 Désorption de CO 2 sur FS-PEI-50 a 85 C sous flux d air 5 CO 2 concentration (%) Presque tout le CO 2 est relâché en moins d une heure Time (h) Amount of catalyst : 2.72 g Flow rate: 335 ml/min air L adsorbent est régénérable sous des conditions douces

48 Effet de la temperature sur la desorption sur FS-PEI CO 2 concentration (%) C 85 C 100 C Time (h) Plus la température de désorption est élevée, plus la désorption est rapide

49 Regeneration des adsorbents sur de courts cycles de recyclage FS-PEI-33 CO 2 adsorption before Pass breakthrough (mg/g) Total CO 2 adsorption (mg/g) FS-PEI-50 Adsorption (mg CO 2 /g adsorbent) FS-PEI-33 FS-PEI Pass CO 2 adsorption before Pass breakthrough (mg/g) Total CO 2 adsorption (mg/g) Régénération à 85 C sous vide

50 110 cycles d adsorption/desorption a 75 C sur FS-PEI-50 Adsorption avec 85% CO2/N2 Désorption sous N2 Pas de perte significative de capacité d adsorption sous CO2/N2

51 110 cycles d adsorption/desorption a 75 C sur FS-PEI-50 Adsorption avec 85% CO 2 /N 2 Désorption sous N 2 Pas de perte significative de capacité d adsorption sous CO 2 /N 2

52 Adsorption de CO 2 de l air à 25 C sur FS-PEI-33. Effet de l humidité Conditions mg/g adsorbent mmol/g adsorbent mg/g PEI mmol/g PEI Dry Humid Effet positif du taux d humidité Résultats en ligne avec la formation de bicarbonates Taux d humidite: 67% à 25 C Dans le cas des zéolites, l humidité stoppe presque totalement l adsorption de CO 2

53 Conclusions sur l adsorption de CO 2 de l air Absorption de CO 2 de l air et techniquement possible Paramètres importants: - Capacité élevée a température ambiante - Energie de désorption modeste - Stable pour des milliers de cycles d adsorption/désorption Les absorbents minéraux - Très efficaces pour l adsorption de CO 2 - Très énergivores durant la régénération de Probablement pas le meilleure solution pour la capture de CO 2 l air avec les technologies de désorption actuelles Les adsorbents basés sur les amines semblent prometteurs - capacité d adsorption relativement élevée même plus élevée sous conditions humides - régénération a basse température ( C) - vitesse de réaction rapide - facile à préparer avec des matériaux peu onéreux - solides: ne nécessitent pas la séparation ou le chauffage d eau

54 Utilisation et recyclage du CO 2 de l air Cycle anthropogénique du carbone Imiter le cycle photosynthétique naturel Recyclage durable du CO 2 atmosphérique en carburants et matériaux

55 Possible transition vers des carburants durables 100 Combustibles fossiles Total combustibles durables % Méthanol, DME, hydrocarbures et autres carburants synthétiques et matériaux obtenus à partir de CO 2 de l air Méthanol, DME, hydrocarbures et autres carburants synthétiques et matériaux obtenus à partir de CO 2 des gaz de combustion 2 nd gen. de biocarburants 0 1 st gen. de biocarburants Temps

56 Méthanol géothermal à partir de CO 2 Islande CRI Carbon Recycling International George Olah CO 2 to Renewable Methanol Plant HS Orka Svartsengi Geothermal Power Plant, Iceland Capacité de production: 10 t/jour Cout de l électricité autour de1-2 /kwh Environ 40 kwh sont nécessaires pour produire un gallon de méthanol (11 kwh/l)

57 J. Am. Chem. Soc. 2011, 133, L Economie du Méthanol J. Org. Chem. 2009, 74,

58 MSOffice8 Remerciements Professor George. A. Olah Professor G. K. Surya. Prakash Professor S. R. Narayanan Dr. Robert Aniszfeld Dr. Miklos Czaun Hang Zhang Robert B. May Merci de votre attention! Columbia Global Centers Europe Paris $$$$

59 Diapositive 57 MSOffice8 Add photo of the institute Alain; 24/03/2011

60 Cycle naturel du carbone

61 Cycle anthropogenique du carbone

62 CO 2 capture with amine impregnated solid supports Literature: - Sunita Satyapal et al. Energy & Fuels 2001, 15, 250. The absorbent used is a Polyethylenimine (PEI)/Polyethylenglycol (PEG) on a high surface area polymethylmethacrylate support. Applied to remove CO 2 in the space shuttle Capacity ~ 40mg CO 2 /g absorbent at 50 C and 0.02 atm CO 2. PSA for regeneration We decided to focus our effort on finding an easy to prepare but at the same time efficient adsorbent based on a hybrid material

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc.

ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc. ENERGIES FOSSILES STOCKAGE DE CO 2 HYDROGÈNE François Guyot Université Paris Diderot (7) Institut de Physique du Globe de Paris guyot@impmc.upmc.fr 1. La combustion des matières carbonées; énergie «naturelle»

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Vision 2030 2050 2 approches différentes: 2030 : projection volontariste, complémentaire de l exercice DGEC 2050: normatif facteur

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.2 LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Sommaire 1- Consommation d énergie primaire. Comparaisons avec la situation mondiale 2- Taux d indépendance énergétique de la France

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy.

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy. Amélioration de l Efficacité énergétique des centrales thermiques intégrant le captage de CO2 assisté par contacteurs AméliE_CO2 Denis Roizard Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail

«Conversion de la biomasse en

«Conversion de la biomasse en «Conversion de la biomasse en combustible par procédé plasma» (Décharge élémentaire stationnaire à la pression atmosphérique) Présentation d études préliminaires de laboratoire GFC-23 novembre 2007 Jocelyn

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan général du cours Introduction Les sources d énergie Les vecteurs d énergie Les consommateurs Les systèmes de tension 1 transmission réserve Source : Microsoft 2 1 Source Vecteur d énergie Consommateur

Plus en détail

Les procédés de captage du dioxyde de carbone

Les procédés de captage du dioxyde de carbone Les procédés de captage du dioxyde de carbone Eric FAVRE Laboratoire Réactions & Génie des Procédés (UPR CNRS 3349) Université de Lorraine Plan i) Introduction: Eléments de contexte ii) Panorama des procédés

Plus en détail

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique.

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique. ompléter la définition. Un accumulateur c est : Une pile électrique rechargeable, qui accumule de l énergie... sous forme... pour la restituer sous forme de... On dit que l hydrogène est un énergétique.

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Rencontres INPI de l Innovation. 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs. industrielle

Institut national de la. propriété. Rencontres INPI de l Innovation. 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs. industrielle Institut national de la propriété Rencontres INPI de l Innovation 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs industrielle Institut national de la propriété L éco-innovation : tendances et enjeux économiques

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Stockage de l hydrogène, Piles à combustible. Gérald POURCELLY

Stockage de l hydrogène, Piles à combustible. Gérald POURCELLY Stockage de l hydrogène, Piles à combustible Gérald POURCELLY Institut européen des membranes, Institut de chimie du CNRS Directeur du GDR Piles à combustible et systèmes (PACS) Mercredi 27 février 2013,

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Pic du pétrole et énergies à l horizon 2050. Michel WAUTELET OLLN2050 23/03/2011

Pic du pétrole et énergies à l horizon 2050. Michel WAUTELET OLLN2050 23/03/2011 Pic du pétrole et énergies à l horizon 2050 Michel WAUTELET OLLN2050 23/03/2011 Le pétrole Le Pic du pétrole : quand? Au niveau mondial - entre pessimistes (2005) et optimistes (2030)? - on ne le saura

Plus en détail

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke BIOMASSE Marcel Lacroix Université de Sherbrooke LA BIOMASSE 1. Matière animale ou végétale qui peut être convertie en énergie. 2. Pendant la presque totalité de l histoire humaine, la biomasse a été la

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

ROYAUME ROY DU MAROC

ROYAUME ROY DU MAROC ROYAUME DU MAROC Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement CARBURANTS PROPRES AU MAROC Avril, 2010 Caractéristiques du secteur énergétique marocain. Secteur Pétrolier au Maroc:

Plus en détail

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre CHAPITRE 4 Les énergies mise en oeuvre 1/ LES SOURCES D ÉNERGIES Les sources d'énergie non renouvelables Les matières fossiles (charbon, pétrole, gaz) et les matières fissiles (uranium) permettent de fournir

Plus en détail

Matériel de soutien au sol (GSE) et réduction des émissions

Matériel de soutien au sol (GSE) et réduction des émissions Matériel de soutien au sol (GSE) et réduction des émissions Teresa Ehman - Air Canada pour Valerie Jones - American Airlines Groupe d experts des Opérations aériennes Partie 2 Montréal, les 20 et 21 septembre

Plus en détail

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08

PROSSIS. PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier. Lingai LUO. LOCIE-CNRS-Université de Savoie. ANR-07-Stock-E-08 PROSSIS PROcédé de Stockage Solaire Inter-Saisonnier ANR-07-Stock-E-08 Lingai LUO LOCIE-CNRS-Université de Savoie Le projet PROSSIS Titre : PROcédé pour le Stockage Solaire Inter Saison Partenaires : -

Plus en détail

La mobilité durable selon Toyota Le véhicule hybride à pile à combustible hydrogène

La mobilité durable selon Toyota Le véhicule hybride à pile à combustible hydrogène ASPROM La mobilité durable selon Toyota Le véhicule hybride à pile à combustible hydrogène Sébastien Grellier Chef du Département Planification & Relations Extérieures date 28/03/2012 - page 1 Le parc

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

La filière hydrogène. Marc Fontecave

La filière hydrogène. Marc Fontecave La filière hydrogène Marc Fontecave Laboratoire de Chimie et Biologie des Métaux, Université Joseph Fourier, CNRS, CEA/DSV/iRTSV CEA-Grenoble 17 rue des martyrs 38054 Grenoble cedex 9, France mfontecave@cea.fr;

Plus en détail

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Nathalie MAZET Benoît MICHEL Gabriel BOULNOIS Pierre NEVEU Sylvain MAURAN Driss STITOU CNRS

Plus en détail

Énergie, économie et environnement

Énergie, économie et environnement Énergie, économie et environnement Johann Collot professeur à l'université Grenoble Alpes et chercheur au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble (LPSC) université Grenoble Alpes,

Plus en détail

Optimisation du couple carburant-moteur. Yves EDERN

Optimisation du couple carburant-moteur. Yves EDERN Optimisation du couple carburant-moteur Yves EDERN Journées annuelles du pétrole Hydrocarbures: la maîtrise du futur Atelier 3: le raffinage du futur Un contexte incertain et contraignant Quelle contrainte

Plus en détail

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Présenté par: Catherine-Anne Renaud, ing., CEM Associée écologique LEED Vice-présidente R+O Énergie Plan de la présentation 1. Mise en contexte

Plus en détail

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI.

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI. ECO-PROFIL http://fr.leonardo-energy.org/ Chauffage gaz contre chauffage électrique selon différents types de production électrique Septembre 2007 Par Sergio Ferreira 1 Email : saf@eurocopper.org Cet éco-profil

Plus en détail

Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques

Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques Nanomatériaux pour applications environnementales et énergétiques Arnaud Delebarre, Laurence Le Coq, Pascaline Pré, Albert Subrenat Ecole des Mines de Nantes Arnaud.Delebarre@emn.fr 1 La recherche au Département

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Les technologies énergétiques fossiles

Les technologies énergétiques fossiles Les technologies énergétiques fossiles Les combustibles fossiles les plus couramment utilisés dans le monde pour produire de l électricité sont le charbon et le gaz. Le pétrole est toujours utilisé quand

Plus en détail

Efficacité énergétique dans l industrie Les nouvelles technologies et les activités de Gaz de France

Efficacité énergétique dans l industrie Les nouvelles technologies et les activités de Gaz de France Efficacité énergétique dans l industrie Les nouvelles technologies et les activités de Gaz de France By Philippe BUCHET Philippe.buchet@gazdefrance.com RESEARCH AND DEVELOPMENT DIVISION AFG congrès- septembre

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail

La problématique climat-énergie

La problématique climat-énergie La problématique climat-énergie 80 % de l énergie qu utilise l humanité provient des fossiles Si l effet de serre n existait pas l humanité pourrait disposer de plus de 150 ans d énergie fossiles. 80 %

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Développer des nouvelles technologies de l'énergie : une nécessité? Pourquoi et comment.

Développer des nouvelles technologies de l'énergie : une nécessité? Pourquoi et comment. Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables Développer des nouvelles technologies de l'énergie : une nécessité? Pourquoi et comment.

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Capture du dioxyde de carbone: Problème et solutions. Eric FAVRE

Capture du dioxyde de carbone: Problème et solutions. Eric FAVRE Capture du dioxyde de carbone: Problème et solutions Eric FAVRE Laboratoire des Sciences du Génie Chimique Ecole Nationale Supérieure des Industries Chimiques Nancy-Université Plan de l exposé i) Introduction

Plus en détail

Pollution automobile. Normes et dépollution

Pollution automobile. Normes et dépollution Pollution automobile Normes et dépollution Cycle ECE X 4 Cycle EUDC C a r a c t é r i s t i q u e s U n i t é E C E 1 5 E U D C D i s t a n c e k m 4 1. 0 1 3 = 4. 0 5 2 6. 9 5 5 D u r é e s 4 1 9 5 =

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT.

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT. L ÉNERGIE L énergie n est ni visible ni palpable. C est une grandeur mesurable qui désigne ce que possède un système (capital) pour fournir un travail en vue de produire un effet. La transformation peut

Plus en détail

Jean-Claude GRENIER Directeur de Recherche CNRS

Jean-Claude GRENIER Directeur de Recherche CNRS Institut de Chimie de la Matière Condensée e de Bordeaux ICMCB - CNRS Université de BORDEAUX Jean-Claude GRENIER Directeur de Recherche CNRS www.icmcb-bordeaux.cnrs.fr 1 Emissions de CO 2? Evolution de

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

Cogénération : production efficace d électricité à partir de gaz naturel, biogaz et gaz de torche

Cogénération : production efficace d électricité à partir de gaz naturel, biogaz et gaz de torche Cogénération : production efficace d électricité à partir de gaz naturel, biogaz et gaz de torche 1 SOMMAIRE 1 Moteur à gaz et cogénération 2 Application industrie et municipalities 3 Application centrales

Plus en détail

PIÉGEAGE ET STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE : TECHNOLOGIE, CAPACITÉ ET LIMITES

PIÉGEAGE ET STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE : TECHNOLOGIE, CAPACITÉ ET LIMITES PRB 05-89F PIÉGEAGE ET STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE : TECHNOLOGIE, CAPACITÉ ET LIMITES Tim Williams Division des sciences et de la technologie Le 10 mars 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Jean Pierre Bas Process development manager jp.bas@spawater.com 0032 (0) 87794254 Structure de l exposé Principes de classification Prétraitements de l eau Traitements

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

La gestion de l énergie dans les transports terrestres. Jean-Paul HERMANN Secrétaire exécutif à la Recherche

La gestion de l énergie dans les transports terrestres. Jean-Paul HERMANN Secrétaire exécutif à la Recherche La gestion de l énergie dans les transports terrestres Jean-Paul HERMANN Secrétaire exécutif à la Recherche L énergie est : un enjeu politique un enjeu économique un enjeu sociétal un enjeu environnemental

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Congrès et atelier de la FIL Canada sur le développement durable du

Plus en détail

électricité 100% renouvelable

électricité 100% renouvelable Vers une production d éd électricité 100% renouvelable 20 mai 2011 Bernard MULTON ENS de Cachan SATIE - CNRS Site de Bretagne L énergie, un concept physique unifié, pour décrire les transformations indispensable

Plus en détail

CHAUFFAGE. Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%)

CHAUFFAGE. Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%) 2010/2011 CHAUFFAGE 4 - GC Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%) 4 séances 2 séances 2 séances 4 séances

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

2012 Environmental Performance Report 1. rapport 2012 sur la performance environnementale

2012 Environmental Performance Report 1. rapport 2012 sur la performance environnementale 2012 Environmental Performance Report 1 rapport 2012 sur la performance environnementale Rapport 2012 sur la performance environnementale 1 Le ciment et le béton joueront un rôle important pour relever

Plus en détail

Transfert d énergie sous forme thermique

Transfert d énergie sous forme thermique Chapitre 10 Transfert d énergie sous forme thermique Découvrir Activité documentaire n 1 Générations de carburants 1. Il existe trois catégories de carburants : les carburants issus de la pétrochimie,

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

Le stockage d énergie

Le stockage d énergie Le stockage d énergie Mardi 7 juin 2011 Avec le soutien de Mc Phy Energy Adamo SCRENCI La Motte-Fanjas Solutions de stockage de l hydrogène grande capacité Avec le soutien de 1 L hydrogène un fuel parfait

Plus en détail

Amélioration de l efficacité énergétique du séchage par l utilisation de la Vapeur d Eau Surchauffée (VES)

Amélioration de l efficacité énergétique du séchage par l utilisation de la Vapeur d Eau Surchauffée (VES) Journée thématique SFGP, IFP Energies nouvelles Amélioration de l efficacité énergétique du séchage par l utilisation de la Vapeur d Eau Surchauffée (VES) 12 décembre 2012 Hedi ROMDHANA UMR GENIAL Journée

Plus en détail

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL)

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL) Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions Romain RUSCH (DREAL) Effet de serre et pollution atmosphérique Des problématiques à priori différentes... Effet de serre : phénomène

Plus en détail

Leonardo NASCIMENTO. Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie

Leonardo NASCIMENTO. Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie Leonardo NASCIMENTO Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie Sommaire Cible marché et raison d être de la technologie Vue du système Modes d opération Rendement du groupe

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

Lumière sur l énergie électrique du Québec

Lumière sur l énergie électrique du Québec Plan de la présentation Lumière sur l énergie électrique du Québec Le 14 novembre 2013 Production d électricité Structure d Hydro-Québec Préoccupations environnementales L électricité du Québec et ses

Plus en détail

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole

Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Titre : Les carburants verts, moteurs de la croissance après le pétrole Présenté par : Dino Mili Vice-président, Développement des affaires Enerkem Mots clés : Éthanol de seconde génération Gaz à effet

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

15h20 15h40. Amélioration des propriétés barrières aux gaz et aux arômes de feuilles en polypropylène destinées au thermoformage

15h20 15h40. Amélioration des propriétés barrières aux gaz et aux arômes de feuilles en polypropylène destinées au thermoformage 15h20 15h40 Amélioration des propriétés barrières aux gaz et aux arômes de feuilles en polypropylène destinées au thermoformage Hicham Damsir - Certech Missions : CERTECH Fournir aide, support et services

Plus en détail

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux LCG/CCM/IMSI/UdeS OBJECTIFS Comprendre les principes de fonctionnement

Plus en détail

Energies, motorisations et effet de serre

Energies, motorisations et effet de serre Energies, motorisations et effet de serre Historique de l' Effet de Serre Les gaz concernés (Gaz à Effet de Serre) Effets des émissions de GES sur le climat Pouvoir de réchauffement des gaz Emissions de

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant Priorité n 1 en Europe Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 2010 CO2 et Energie les données du

Plus en détail

F. BATTIN-LECLERC LRGP-NANCY

F. BATTIN-LECLERC LRGP-NANCY VERS DE NOUVEAUX TYPES DE MOTEURS ET DE CARBURANTS AUTOMOBILES F. BATTIN-LECLERC LRGP-NANCY 1. INTRODUCTION Problèmes environnementaux Chemical & Engineering News, 5 novembre 2012 Réchauffement climatique

Plus en détail

Quelles perspectives énergétiques pour la Belgique?

Quelles perspectives énergétiques pour la Belgique? Conférence «L actualité 214 des énergies renouvelables & du stockage énergétique» 26 mars 214 Quelles perspectives énergétiques pour la Belgique? Dominique Gusbin Equipe Energie-Transport Bureau fédéral

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Tendances 2014 Tendances 2014

Tendances 2014 Tendances 2014 1 Pour plus d informations : oreges.rhonealpes.fr oreges@rhonealpes.fr Structures techniques de l Observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre de Rhône-Alpes : Tendances 2014 Tendances 2014 Consommation

Plus en détail

LA SEQUESTRATION DU CO 2

LA SEQUESTRATION DU CO 2 LA SEQUESTRATION DU CO 2 La séquestration géologique du CO 2 est l une des solutions pour réduire les émissions de CO 2 énergétiques et industrielles. C est un enjeu significatif notamment face au développement

Plus en détail

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE PLAN: I. L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE 1) Production du pétrole 2) Consommation du pétrole

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

FAIRE LE PLEIN D ÉNERGIE VERTE

FAIRE LE PLEIN D ÉNERGIE VERTE Rencontres des Nouveaux Mondes 2006 APRÈS LE PÉTROLE : UN MONDE À INVENTER FAIRE LE PLEIN D ÉNERGIE VERTE usages agriculture énergie usage domestique industrie commerce, services transport usages éclairer

Plus en détail

Moyen de transport novateur moteur hybride

Moyen de transport novateur moteur hybride Moyen de transport novateur moteur hybride Hannes Gautschi Directeur Service & Training Toyota AG, CH-5745 Safenwil Contenu Challenges environnementaux L industrie automobile et l environnement Technologie

Plus en détail

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU Conversions d'énergie thermique APERÇU Aux fins de constance et de comparaisons, toutes les mesures de rendement énergétique des rapports Portfolio Manager sont exprimées soit en milliers d unités thermiques

Plus en détail

Des carburants à partir de déchets ultimes

Des carburants à partir de déchets ultimes Des carburants à partir de déchets ultimes Association québécoise pour la maîtrise de l énergie Marie-Hélène Lamarre, directrice, Développement des affaires 28 mars 2012 Enerkem 2012. Tous droits réservés

Plus en détail