Capture du dioxide de carbone de l air ambiant Quel potentiel?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capture du dioxide de carbone de l air ambiant Quel potentiel?"

Transcription

1 Capture du dioxide de carbone de l air ambiant Quel potentiel? Alain Goeppert Loker Hydrocarbon Research Institute and Department of Chemistry University of Southern California Los Angeles, CA Séminaire développement durable et économie de l environnement Reid Hall, Mai 28 th 2013

2 Population Mondiale (en millions) Projection 2050 * to * Medium estimate. Source: United Nations, Population Division Petawatt-heures (10 15 watt-heures) Historique 148 Projections petawatt-heures ~ 15 terawatts (15,000 centrales de 1 gigawatt) TW en TW en World Primary Energy Consumption, 1970 to 2025 Based on data from Energy information Administration (EIA) X

3 Plus de 80% de l énergie consommée vient des combustibles fossiles Charbon 27.3% Autres 0.9% Incluant solaire, éolien, géothermal, énergie des océans Pétrole 32.4% Combustibles renouvelables et déchets 10.0% Hydro 2.3% Nucleaire 5.7% Gas naturel 21.4% Total Mtep (millions de tonnes d'équivalent pétrole) Distribution de l approvisionnement mondial total en énergie primaire en 2010 Base sur les données de l Agence Internationale de l Energie (IEA) Key World Energy Statistics 2012

4 Consommation journalière de combustibles fossiles 85 Million de barils de pétrole consommés! 8 Milliard de m 3 de gas naturel 16 Million de tonnes de charbon Les combustibles fossiles sont un des plus grand cadeau que la nature nous a donné. Ils ont permis un développement sans précédent de notre civilisation.

5 Produits pétroliers In Aux United Etats-Unis States 67% 67% du of the pétrole petroleum est actuellement currently used utilisé in dans transportation le secteur as des gasoline, transports diesel, sous la jet forme fuel, etc.! d essence, de diesel, kérosène, etc.! Le secteur des transports est complètement dépendant du pétrole (>95%) Problème: bruler ces combustibles fossiles libère du CO 2

6 Annual Global CO 2 Emissions Source: Carbon Dioxide Information Analysis Center, Oak Ridge national Laboratory Plus de 30 milliards tonnes de CO 2 sont relâchées dans l atmosphère chaque année! Environ la moitié des émissions de CO 2 s accumulent dans l atmosphère Actuellement autour de 15 milliards de tonnes par année

7 Cycle du carbone Augmentation de l acidité des océans

8 Concentration de CO 2 dans l atmosphère et changement climatique Va dépasser les 400 ppm cette année Concentration atmosphérique de CO 2 mesurée au Mauna Loa, Hawaii Courbe de Keeling Source: IPCC

9 Hydroélectrique Energie géothermale Eolien Solaire Biomasse Energies des océans (vague, marée, thermique) Energie Nucléaire Energies alternatives? Pourquoi n utilisons nous pas plus d énergies alternatives? - Problème de couts - Combustibles fossiles restent les plus économiques - Intermittence de la plupart des énergies renouvelables - Produisent principalement de l électricité difficile a stocker (stockage sous forme d hydrogène, de méthanol, etc.)

10 World Energy Outlook 2012 (Agence Internationale de l Energie, Paris) Augmentation de la consommation des combustibles fossiles et émissions de CO 2 Dans la plupart des scenarios

11 La capture et séquestration du carbone Carbon capture and sequestration (CCS) Carbon recycling to fuels and materials (CCR)

12 Sources de CO 2 Cimenteries Procédés de fermentation Puits de gaz naturel Fabriques d aluminium Centrales thermiques brulants des combustibles fossiles Sources géothermiques L air CO 2 separation and Capture technologies Absorption Adsorption Alumina Cryogenics Dry ice formation Membranes Algal and microbial systems Chemical Zeolite at low temperature Activated carbon Polymer based MEA, DEA KOH, NaOH, MgO Etc. Physical Solexol Rectisol Etc. Pas bien adaptées pour la capture de CO 2 de l air Poly(phenylene oxide) Poly(ethylene oxide) Poly(ionic liquid) Inorganic membranes Ceramic based Zeolite based Regeneration method Pressure swing Temperature swing Moisture swing And combination thereof La capture directe du CO 2 de l air est considérée difficile

13 La nature le fait. Pourquoi pas nous? fixation du CO 2 par la photosynthèse (neutre en carbone) Biocarburants éthanol, butanol, huiles végétales (biodiesel) un petit % du mix énergétique La biomasse va probablement être à même de couvrir d une façon durable que 10-15% de nos besoins énergétiques Disponibilité de terres agricoles Ressources en eau irrigation Sécurité alimentaire / sécurité énergétique Utilisation d engrais (engrais azoté a partir de l ammoniac NH 3 (synthétique N 2 + H 2, procédé Haber-Bosch)) Technologies pour la transformation, nécessite de l énergie Balance énergétique globale (analyses du cycle de vie) Le soleil est la source de la plupart de l énergie sur terre passé, présent et future ~ TW en continu. Un réacteur de fusion nucléaire fiable et sûr à une distance de sécurité de 150 millions de km!

14 Thermodynamiques de la capture du CO 2 de l air L énergie thermodynamique minimum pour extraire CO 2 de l air est relativement basse à ~ 20 kj/mol (0.45 GJ/tCO 2 ) à température ambiante RT ln (P/P 0 ) P 0 : pression partielle dans l air Atm P: pression finale du CO 2 dans le gaz enrichi (idéalement 1 Atm ou plus) R: constante des gaz idéaux (8.3 J.mol -1.K -1 ) L énergie nécessaire n augmente que de façon logarithmique avec la dilution concentration de CO 2 dans l' air 0.04% concentration du CO 2 dans les ~10% gaz de combustion ~ 250 x moins En théorie, la capture du CO 2 de l air ne devrait nécessiter que de 2 à 4 fois plus d énergie que la capture de CO 2 de gaz de combustion En pratique l énergie nécessaire pour un système complet sera bien entendu plus large D un point de vu thermodynamique la capture directe de l air ne devrait pas poser de problème

15 Pourquoi capturer le CO 2 de l air? MSOffice9 Important pour adresser le fait que ~ 50% des émissions anthropogéniques (dues a l homme) de CO 2 proviennent de sources de petites tailles et distribuées telles que le chauffage et la climatisation domestique et commercial et le secteur des transports La collection de CO 2 de milliard de ces petites unités brulant des combustibles fossiles est difficile et/ou non économique MSOffice10 La capture directe de l air (direct air capture (DAC)) de CO 2 permettrait le captage de CO 2 de n importe quelle source, petite ou grande, statique ou mobile L Indépendence du point de vu de la source d émission du CO 2 signifie que l unité de capture pourrait être placée n importe ou, offrant une considérable flexibilité Une concentration plus faible de contaminants comme NO x, SO x et particules dans l air comparé aux gaz de combustion DAC pourrait même être utilisée pour baisser la concentration de CO 2 dans l atmosphère

16 Diapositive 15 MSOffice9 graph Alain; 19/05/2013 MSOffice10 add photos of planes, vehicles, home's chemney Alain; 21/05/2013

17 Capture de CO 2 de l air Application courantes et futures: - Enlèvement de CO 2 d espaces clos comme les sous-marins et navettes spatiales - Production d air sans CO 2 pour des piles a combustible et batteries alcalines - Capture du CO 2 pour la séquestration et le recyclage en carburants et matériaux Technologies pour la capture du CO 2 de l air Basée sur des sorbents chimiques - Sorbents chimiques minéraux NaOH, LiOH, KOH, Ca(OH) 2, K 2 CO 3 Unit for CO 2 removal in the space station currently undergoing tests (source: NASA) - Sorbents organiques ou hybride Amines ou polyamines adsorbées physiquement sur des supports, amines et polyamines immobilisées, aminosilices hyperramifiées, résines échangeuses d anions PEI imprégné sur du polymé thylmé thacrylate, SBA-15, alumine, silice, fibres de carbone, etc

18 Systèmes pour la capture de CO 2 de l air 1 m 3 of air 0.4 L of CO 2 1L CO m 3 d air 1 mol CO 2 (44g) 2.5 m 3 d air 1kg CO m 3 d air 1 t CO million de m 3 d air 10% CO 2 dans un gaz de combustion 1 t CO m 3 de gaz de combustion De grandes quantités d'air doivent être traitées Des systèmes différents doivent être utilisés. Filtres Grands bassins Tours de convection Lackner, Keith Gebald, Lackner Keith Dispositif avec écoulement d absorbent

19 Cycle d absorption/desorption des absorbents Absorption/désorption du CO 2 sont deux réactions opposées Absorption A + CO 2 ACO 2 exothermique (libère de l énergie) Désorption ACO 2 A + CO 2 endothermique (demande de l énergie) Air sans CO 2 Absorption CO 2 / air pure CO 2 Désorption Chaleur, vide, autres moyens de désorption La régénération des sorbents est l étape qui demande de l énergie Les sorbent minéraux lient CO 2 fortement Dans la plupart des cas ils nécessitent de hautes températures pour l étape de régénération ( C) mais sont relativement stables sur de nombreux cycles d absorption/désorption Demande d énergie élevée pour l étape de régénération

20 Chimisorbents minéraux Solution de NaOH dans l eau En raison de la faible concentration en CO 2 de larges volumes d air doivent être traites La perte d eau par évaporation peut être élevée Peut être mitigé en augmentant la concentration de NaOH Na 2 CO 3 est très soluble dans l eau conduisant a une séparation par évaporation de l eau très demandeuse d énergie. Calcination de Na 2 CO 3 demande aussi des températures >900 C Réaction de Caustification: de Na 2 CO 3 avec Ca(OH) 2 CaCO 3 forme un précipité pour une séparation aisée

21 Cycle Na/Ca (Procédé Kraft) Utilisé depuis plus de 100 ans par l industrie du papier Storage Air Contactor Compressor CO 2 CO 2 NaOH Na 2 CO 3 Causticization Ca(OH) 2 Lime Hydration CaO Lime Kiln Fuel CaCO 3 H 2 O Pour comparaison: Air Separation Mechanical CaCO 3 Steam CaCO 3 Unit Energie par H Filter tonne de CO Dryer 2 O 2 rejetée dans l atmosphère par combustion de H 2 O Charbon 9 GJ/t CO N 2 2 Essence 15 GJ/t CO 2 Méthane 20 GJ/t CO 2 L énergie nécessaire pour le cycle Na/Ca est relativement élevée La faisabilité économique et environnementale d un procédé avec une intensité énergétique aussi élevée semble donc questionnable H 2 O O 2 Energie nécessaire pour ce procédé pour la capture du CO 2 de l air: entre 10 and 17 GJ/t CO 2

22 Cycle Na/Fe Caustification avec de l oxyde de fer (Fe 2 O 3 ). Energie pour la régénération potentiellement plus basse Proposé par Carbon Engineering, Calgary, pour la capture de CO 2 de l air.

23 Capture directe avec Ca(OH) 2 La très basse solubilité de Ca(OH) 2 dans l eau (0.025 M ) limite la vitesse de réaction avec CO 2. De très grands bassins peu profonds ou d autres installations sont nécessaires De toute manière, l étape de calcination très énergivore ( C) demeure

24 Cycle K 2 CO 3 /KHCO 3 Absorption à 25 C Désorption à C avec de la vapeur Des trois carbonates Li 2 CO 3, Na 2 CO 3 et K 2 CO 3 il a été démontré que K 2 CO 3 a certaines des caractéristiques les plus favorables pour l absorption du CO 2 Le cycle K 2 CO 3 /KHCO 3 pour la capture du CO 2 de l air est actuellement étudiée par la compagnie Coaway aux Etats-Unis R. B. Polak et al., Pat. Appl. US 2012/ A1, H. Hayashi et al., Ind. Eng. Chem. Res., 1998, 37,

25 Absorbents minéraux solides La carbonatation de sorbents solides minéraux tels que NaOH, NaHCO 3, Ca(OH) 2 et CaO est lente et incomplète La carbonatation de Ca(OH) 2 et CaO est catalysée par la présence d eau dans le flux d air. Jusqu a 80% du CaO peut être carbonaté en CaCO 3. Néanmoins même l étape de carbonatation a besoin de températures élevées Chauffer l air a >300 C rend cette approche impraticable L utilisation d absorbents minéraux solides n est probablement pas la meilleure solution V. Nikulshina et al., Chem. Eng. J., 2009, 146, ; V. Nikulshinaet al., Chem. Eng. J., 2008, 140, V. Nikulshina et al., Chem. Eng. J., 2009, 155, ; V. Nikulshina et al., Chem. Eng. J., 2007, 129,

26 Options a coté des sorbents minéraux Problème Sorbents minéraux sont très robustes et stables mais forment une liaison trop forte avec le CO 2 nécessitant de hautes températures pour la régénération ( C) Procédé énergivore Possible solution Matériaux organiques ou hybrides forment des liaisons moins fortes avec le CO 2 et demandent des conditions de régénérations moins sévères telles que des températures moins élevées ( C). Désorption du CO 2 par variation de la température, pression, humidité ou une combinaison de ces procèdés (temperature, pressure, moisture swing)

27 Adsorbents basés sur des organoamines supportées Adsorbents hybrides Peuvent être divisés en trois catégories dépendant du type d interaction entre le support et la partie active du sobent ainsi que du mode de préparation Classe 1: Amine ou amine polymérique adsorbée physiquement a la surface du support Classe 2: Amine immobilisée (ancrée) sur le support Classe 3: Polyamine greffée préparée par polymérisation insitu du monomère contenant l amine

28 Reaction des amines avec le CO 2 H = -84 kj/mol ½CO 2 par amine H = -72 kj/mol 1 CO 2 par amine Conditions sèches: formation de carbamate. Deux groupes amine nécessaires pour chaque molécule de CO 2 Conditions humides: formation de bicarbonate. En théorie seulement un groupe amine nécessaire pour chaque molécule de CO 2 Plus haute adsorption de CO 2 sous conditions humides For CaCO 3 formation H = -179 kj/mol

29 Classe 1: amines adsorbées physiquement au support Facile a préparer en mélangeant simplement l amine avec le support dans un solvant suivi de l évaporation du solvant et séchage. jusqu à 100 mg CO 2 /g adsorbent Supports: fibres de carbone, alumine, solide mesoporeux (SBA-15, MCM- 41, MCM-48), silices mesocellulaires, fumée de silice, silice précipitée Fumée de silice MCF MCM-48 MCM-41 Amine dispersé à la surface du solide ou dans les pores Amines et polyamines Polyethylenimine ramifiée (PEI)

30 Classe 2: amine ou polyamine ancrée sur le support Capacité d adsorption de CO 2 de l air a température ambiante 44 mg CO 2 /g adsorbent ~40 mg CO 2 /g adsorbent jusqu à 6 mg CO 2 /g adsorbent ~60 mg CO 2 /g adsorbent (40% humidity) Avantage: L amine ne peut pas s échapper de l adsorbent parce qu elle est chimiquement attachée au support Y. Belmabkhout et al., Chem. Eng. Sci., 2010, 65, J. A. Wurzbacher et al., Energy Environ. Sci., 2011, 4, J. A. Wurzbacher et al., Prep. Pap.-Am. Chem. Soc., Div. Fuel Chem., 2011, 56, 276. C. Gebald et al., Environ. Sci. Technol., 2011, 45,

31 Classe 3: Support fonctionnalisé avec une polyamine jusqu à 75 mg CO 2 /g adsorbent jusqu à 26 mg CO 2 /g adsorbent Avantage: la polyamine ne peut pas s échapper de l adsorbent parce qu elle est chimiquement attachée au support S. Choi et al., Environ. Sci. Technol., 2011, 45, W. Chaikittisilp et al., Chem.-Eur. J., 2011, 17,

32 Autres types d adsorbents Resines echangeuses d ions Adsorption de CO 2 par variation du taux d humidité sur une résine échangeuse d ions fonctionnalisée avec des ammoniums quaternaires jusqu à 66 mg CO 2 /g adsorbent Metal Organic Frameworks (MOFs) Imprégnée/greffée avec des amines et polyamines Coût, stabilité, etc. Choi, S. et al. J. Phys. Chem. Lett., 2012, 3, 1136 McDonald, T. M. et al. J. Am. Chem. Soc.,2012, 134, 7056

33 Techniques de désorption Adsorption par variation de la température Temperature swing adsorption (TSA) Adsorption a température ambiante Désorption à une température plus élevée ( C) avec ou sans gaz de purge Adsorption par variation de la pression Vacuum swing adsorption (VSA) Adsorption à pression atmosphérique Désorption sous vide Adsorption par variation du taux d humidité Moisture swing adsorption (MSA) Adsorption sous conditions sèches Désorption sous conditions humides Adsorption par variation de la température par chauffage électrique Electrical thermal swing adsorption (ETSA) Un courant électrique est appliqué a un sorbent conducteur (par exemple du carbone) pour relâcher le CO 2 Combinaison de techniques VSA avec TSA: TVSA CO 2 free Air CO 2 Adsorption / Air Regeneration of solid absorbent Vacuum and/or heating Pure

34 Coût de la capture du CO 2 de l air Coût de capture d une tonne de CO 2 d un point d émission tel qu une centrale thermique au charbon estimé a ~$30-$100 Coût estime de la capture d une tonne de CO 2 de l air quelque part entre $20 et $1000 Steinberg/CoAway LCC K 2 CO 3 /KHCO 3 $20/tonne Keith/Carbon Engineering Ltd Na/Ca cycle $50-150/tonne Lackner et al. Anionic exchange $30-$200/tonne resin Herzog et al. CaO/CaCO 3 >$1700/tonne House et al. Na/Ca $1000/tonne American Physical Soc. Na/Ca cycle $600-$800/tonne Nous sommes encore dans les premiers stades de cette technologie. Elle a clairement besoin de plus de temps pour se développer et nécessite la construction d installations pilotes pour déterminer sa viabilité. Nous pensons que le cout devrait se situer en dessous de $100/tonne

35 Exemples de prototypes et de designs proposés pour la séparation de CO 2 de l air Prototypes (a) Prototype for CO 2 capture from the air. Courtesy of Kilimanjaro Energy (c) Construction of a prototype for CO 2 capture from the air in Alberta, Canada. (Carbon Engineering) (b) Solid amine based swing bed for CO 2 removal in human spaceflights. Currently undergoing tests in the International Space Station (ISS). (NASA) Designs (e) Artist rendering of a prototype for CO 2 capture from the air using an anionic exchange resin and regeneration by moisture swing (Kilimanjaro Energy). (f) Artist rendering of an atmospheric CO 2 capture contactor. (Carbon Engineering) (d) Artist rendering of an array of atmospheric CO 2 capture units also known as Synthetic Trees. (Stonehaven Production)

36 Travaux conduits au Loker Hydrocarbon Research Institute / University of Southern California sur la capture du CO 2 de l air Intérêts dans cette technologie pour une variété de raisons: - Capture de CO 2 pour son recyclage en carburants et matériaux comme le méthanol, le dimethylether (DME), hydrocarbures, etc. (méthanol economy) - Capture de CO 2 pour produire de l air sans CO 2 pour son usage dans des batteries fer/air avec une électrolyte alcaline (KOH, NaOH) (ARPA-e) - Qualité de l air dans des espaces clos (réduction de la concentration de CO 2 dans des espace clos) Nous avons décidé de concentrer nos efforts dans la recherche d un adsorbent hybride (amine/support)qui serait à la fois facile à préparer, peu couteux et efficace pour la capture du CO 2 de l air.

37 Preparation de l adsorbent hybride solide Structure de polyethylenimine (PEI) ramifie PEI Support PEI (HMW) Mw environ g/mol Support solide: fumée de silice ( m 2 /g) Préparé facilement en Dissolvant la polyamine dans du méthanol et en ajutant la solution dans une suspension de support dans du méthanol Evaporant le solvant suivi de séchage. Adsorbent Teneur en PEI FS-PEI-50 50% FS-PEI-33 33% FS-PEI-25 25% Peut être prépare en très peu de temps Goeppert, A.; Meth, S.; Prakash, G. K. S.; Olah, G. A. Energy Environ. Sci. 2010, 3,

38 Caractéristiques du support Synthèse de la fumée de silice Fumée de silice: taille des particule primaire ~ 7 nm, poudre très légère, très faible densité Absorbent support Pore volume (cm 3 /g) Bulk tapped density (cm 3 /g) Volume between particles (cm 3 /g) Fumed SiO 2 (Aldrich) ~ 20 ~ 19 Fumed SiO 2 (Aerosil 300) ~ 20 ~ 19 Fumed SiO 2 (Aerosil 150) ~ 20 ~ 19 Precipitated SiO 2 (Hi-Sil T-600) ~ 20 ~ 19 Silica gel ~ 1 Présence de larges mesopores et macropores auxquels PEI peut facilement accéder mais en même temps permettre un accès aisé pour la diffusion de CO 2 est bénéfique

39 Reaction de la polyethylenimine (PEI) avec le CO 2 ½CO 2 par amine 1 CO 2 par amine Conditions sèches: formation de carbamate. Deux groupes amine nécessaires pour chaque molécule de CO 2 Conditions humides: formation de bicarbonate. En théorie seulement un groupe amine nécessaire pour chaque molécule de CO 2

40 Installation et procédure expérimentale 1 Compressor 2 Air dryer (silica gel) 3 Reservoir 4 Mass flow controller 5 Humidifier 6 Dry air inlet 7 Water droplet separator I. 8 Water droplet separator II 9 Adsorbent 10 Particle separator 11 Stirrer and oil bath 12 Horiba CO 2 analyzer 13 Computer Analyseur de CO 2 calibré avant chaque expérience

41 Système pour les tests d adsorption du CO 2

42 Adsorption de CO 2 de l air à 25 C sur FS-PEI-50 Total CO 2 adsorption: 75 mg/g 1.71 mmol/g 39 mg CO 2 /g 0.88 mmol/g Breakthrough Air sans CO 2 ou avec moins de CO 2 CO 2 / air Amount of catalyst : 2.72 g Flow rate: 335 ml/min air Goeppert, A.; Czaun, M.; May, R. B.; Prakash, G. K. S.; Olah, G. A.; Narayanan, S. R. J. Am. Chem. Soc. 2011, 133, 20164

43 Adsorption de CO 2 de l air sur FS-PEI-33 En fonction de la température

44 Adsorption de CO 2 de l air sur FS-PEI-50 en fonction de la concentration en PEI 500 CO 2 concentration (ppm) FS PEI 20 FS PEI 25 FS PEI 33 FS PEI Time (h) Adsorbent total CO 2 adsorption from air (mg/g) CO 2 adsorption from air under 10 ppm(mg/g) Ratio adsorption under 10 ppm/total adsorption Slope of saturation (ppm/s) FS PEI FS PEI FS PEI FS PEI

45 Adsorption de CO 2 l air en fonction de la masse moléculaire de PEI CO 2 concentration (ppm) FS-PEI-33 FS PEI(423) 33 FS PEI(800) 33 FS PEI(1800) 33 FS PEI(25000) 33 Adsorbent total CO 2 adsorption from air (mg/g) CO 2 adsorption from air under 10 ppm(mg/g) FS PEI(423) FS PEI(800) FS PEI(1800) FS PEI(25000) Time (h) CO 2 concentration (ppm) FS-PEI-50 FS PEI(423) 50 FS PEI(800) 50 FS PEI(1800) 50 FS PEI(25000) Time (h) Bien que les amines avec une masse moléculaire plus faible adsorbent plus de CO 2, il faut aussi prendre garde car elles pourraient être plus prônent a s échapper de l adsorbent sous certaines conditions

46 Adsorption de CO 2 de l air sur FS-PEI-50 En fonction de la température Pas d adsorption au dessus de 85 C

47 Désorption de CO 2 sur FS-PEI-50 a 85 C sous flux d air 5 CO 2 concentration (%) Presque tout le CO 2 est relâché en moins d une heure Time (h) Amount of catalyst : 2.72 g Flow rate: 335 ml/min air L adsorbent est régénérable sous des conditions douces

48 Effet de la temperature sur la desorption sur FS-PEI CO 2 concentration (%) C 85 C 100 C Time (h) Plus la température de désorption est élevée, plus la désorption est rapide

49 Regeneration des adsorbents sur de courts cycles de recyclage FS-PEI-33 CO 2 adsorption before Pass breakthrough (mg/g) Total CO 2 adsorption (mg/g) FS-PEI-50 Adsorption (mg CO 2 /g adsorbent) FS-PEI-33 FS-PEI Pass CO 2 adsorption before Pass breakthrough (mg/g) Total CO 2 adsorption (mg/g) Régénération à 85 C sous vide

50 110 cycles d adsorption/desorption a 75 C sur FS-PEI-50 Adsorption avec 85% CO2/N2 Désorption sous N2 Pas de perte significative de capacité d adsorption sous CO2/N2

51 110 cycles d adsorption/desorption a 75 C sur FS-PEI-50 Adsorption avec 85% CO 2 /N 2 Désorption sous N 2 Pas de perte significative de capacité d adsorption sous CO 2 /N 2

52 Adsorption de CO 2 de l air à 25 C sur FS-PEI-33. Effet de l humidité Conditions mg/g adsorbent mmol/g adsorbent mg/g PEI mmol/g PEI Dry Humid Effet positif du taux d humidité Résultats en ligne avec la formation de bicarbonates Taux d humidite: 67% à 25 C Dans le cas des zéolites, l humidité stoppe presque totalement l adsorption de CO 2

53 Conclusions sur l adsorption de CO 2 de l air Absorption de CO 2 de l air et techniquement possible Paramètres importants: - Capacité élevée a température ambiante - Energie de désorption modeste - Stable pour des milliers de cycles d adsorption/désorption Les absorbents minéraux - Très efficaces pour l adsorption de CO 2 - Très énergivores durant la régénération de Probablement pas le meilleure solution pour la capture de CO 2 l air avec les technologies de désorption actuelles Les adsorbents basés sur les amines semblent prometteurs - capacité d adsorption relativement élevée même plus élevée sous conditions humides - régénération a basse température ( C) - vitesse de réaction rapide - facile à préparer avec des matériaux peu onéreux - solides: ne nécessitent pas la séparation ou le chauffage d eau

54 Utilisation et recyclage du CO 2 de l air Cycle anthropogénique du carbone Imiter le cycle photosynthétique naturel Recyclage durable du CO 2 atmosphérique en carburants et matériaux

55 Possible transition vers des carburants durables 100 Combustibles fossiles Total combustibles durables % Méthanol, DME, hydrocarbures et autres carburants synthétiques et matériaux obtenus à partir de CO 2 de l air Méthanol, DME, hydrocarbures et autres carburants synthétiques et matériaux obtenus à partir de CO 2 des gaz de combustion 2 nd gen. de biocarburants 0 1 st gen. de biocarburants Temps

56 Méthanol géothermal à partir de CO 2 Islande CRI Carbon Recycling International George Olah CO 2 to Renewable Methanol Plant HS Orka Svartsengi Geothermal Power Plant, Iceland Capacité de production: 10 t/jour Cout de l électricité autour de1-2 /kwh Environ 40 kwh sont nécessaires pour produire un gallon de méthanol (11 kwh/l)

57 J. Am. Chem. Soc. 2011, 133, L Economie du Méthanol J. Org. Chem. 2009, 74,

58 MSOffice8 Remerciements Professor George. A. Olah Professor G. K. Surya. Prakash Professor S. R. Narayanan Dr. Robert Aniszfeld Dr. Miklos Czaun Hang Zhang Robert B. May Merci de votre attention! Columbia Global Centers Europe Paris $$$$

59 Diapositive 57 MSOffice8 Add photo of the institute Alain; 24/03/2011

60 Cycle naturel du carbone

61 Cycle anthropogenique du carbone

62 CO 2 capture with amine impregnated solid supports Literature: - Sunita Satyapal et al. Energy & Fuels 2001, 15, 250. The absorbent used is a Polyethylenimine (PEI)/Polyethylenglycol (PEG) on a high surface area polymethylmethacrylate support. Applied to remove CO 2 in the space shuttle Capacity ~ 40mg CO 2 /g absorbent at 50 C and 0.02 atm CO 2. PSA for regeneration We decided to focus our effort on finding an easy to prepare but at the same time efficient adsorbent based on a hybrid material

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

VA-T-ON VERS UNE RÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE?

VA-T-ON VERS UNE RÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE? VA-T-ON VERS UNE RÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE? Pierre Sigonney Chef Economiste Entretiens Enseignants-Entreprises 2014 Mercredi 27 Août 2014 Campus Veolia Ile-de-France, Jouy-le-Moutier LA RÉVOLUTION DÉJÀ ENGAGÉE

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM

Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Traçant le chemin vers l Electrification de l Automobile - Les Véhicules à Pile à Combustible de GM Congrès SATW, Yverdon 29-30 août 2008 G. Planche Directeur Déploiement HydroGen4, Berlin 1 Agenda La

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI.

Cette étude utilise les modèles de l outil d éco-conception Toolbox développé par l ECI. ECO-PROFIL http://fr.leonardo-energy.org/ Chauffage gaz contre chauffage électrique selon différents types de production électrique Septembre 2007 Par Sergio Ferreira 1 Email : saf@eurocopper.org Cet éco-profil

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Les nouvelles technologies énergétiques devant faire l objet de démonstrateurs de recherche de façon prioritaire ont été identifiées,

Plus en détail

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre 056-061 Gires 29/10/08 11:00 Page 56 ÉNERGIE ET MATÉRIAUX : QUELQUES NOUVEAUX REGARDS Le captage et le stockage géologique de CO 2 : une des solutions pour lutter contre le changement climatique L utilisation

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp Septembre 2005 Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp L'IFP inscrit les travaux sur la réduction des émissions de CO 2 au cœur de ses programmes de recherche. La stratégie de l'ifp

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES

SCIENCES TECHNOLOGIES R essources MICHEL WAUTELET SCIENCES TECHNOLOGIES et SOCIÉTÉ Questions et réponses pour illustrer les cours de sciences De Boeck Introduction générale 5 Sciences, technologies, société 1. Quels sont les

Plus en détail

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant

CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant CO2, Gaz à effet de serre, Economie de carburant Priorité n 1 en Europe Andre Douaud Ancien Directeur Technique Constructeurs Français Automobiles CCFA À Rabat, Avril 2010 CO2 et Energie les données du

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU

Référence technique. Conversions d'énergie thermique APERÇU Conversions d'énergie thermique APERÇU Aux fins de constance et de comparaisons, toutes les mesures de rendement énergétique des rapports Portfolio Manager sont exprimées soit en milliers d unités thermiques

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Comparaison avec quelques sources d'énergie : Les systèmes non thermodynamiques : Comparaison avec le photovoltaïque : Comparaison avec l'éolien :

Comparaison avec quelques sources d'énergie : Les systèmes non thermodynamiques : Comparaison avec le photovoltaïque : Comparaison avec l'éolien : Comparaison avec quelques sources d'énergie : Toutes les énergies renouvelables ont pour origine l énergie solaire, mais elle est sous une forme de plus en plus dégradée et de moins en moins dense, par

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

INNOV ECO. "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris

INNOV ECO. Les nouveaux challenges du stockage d'énergie Jeudi 11 juin 2015, Paris INNOV ECO "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris Le stockage, c est l anticipation d un besoin. Ce n est pas le propre des humains Le stockage de l énergie est très ancien

Plus en détail

Enjeux et défis des émissions de CO 2 pour l industrie automobile

Enjeux et défis des émissions de CO 2 pour l industrie automobile Enjeux et défis des émissions de CO 2 pour l industrie automobile Philippe Schulz Direction Plan Environnement Dexia Securities «Les suites du Grenelle de l Environnement» 20 Mai 2008 Trois préoccupations

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Chapitre 2. Combustion

Chapitre 2. Combustion Chapitre 2 Combustion 1 Nous étudierons dans ce chapitre le mode de production de chaleur le plus couramment rencontré dans l industrie. Nous nous limiterons au bilan énergétique et non aux processus de

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

L hydrogène, nouvelle énergie propre au service de l environnement. Dossier de presse - Juin 2013

L hydrogène, nouvelle énergie propre au service de l environnement. Dossier de presse - Juin 2013 L hydrogène, nouvelle énergie propre au service de l environnement Dossier de presse - Juin 2013 Sommaire L hydrogène, Énergie propre de demain...3 Blue Hydrogen : l engagement d Air Liquide 4 Hydrogène

Plus en détail

L Automobile face à ses contraintes Energie et Métaux. Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan

L Automobile face à ses contraintes Energie et Métaux. Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan L Automobile face à ses contraintes Energie et Métaux Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan 15 Septembre 2014 Mtep Quelle est l énergie du passé? Le pétrole reste la principale source

Plus en détail

Projet ANR VeGaz : Exploration et développement de la filière Biométhane 2G

Projet ANR VeGaz : Exploration et développement de la filière Biométhane 2G Projet ANR VeGaz : Exploration et développement de la filière Biométhane 2G Colloque Bilan Energie ANR Lyon 13 Janvier 2011 Direction Recherche Innovation de GDF SUEZ CRIGEN - Centre de Recherche sur le

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion

Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion Fiche-guide de TD sur le calcul des émissions de CO2 dans les cycles à combustion 1) Objectifs du TD L'objectif de cette fiche-guide est d'expliquer comment calculer les émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises Rendez-vous de l énergie Agents socio-économiques, Côte-Nord 23 février 2011 Patrick Déry, B.Sc., M.Sc. physicien, spécialiste en énergétique

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Identifier Stocker Distribuer Transformer

Identifier Stocker Distribuer Transformer Les énergies dans les transports Stocker Distribuer Transformer JPS - MAZAMET _ACT6_Energies.pub - 1 Les différentes énergies utilisées dans les transports... Tâche 1 IDENTIFIER LES ÉNERGIES... Dans le

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Application des technologies de pointe pour la durabilité et autosuffisance des populations isolées

Application des technologies de pointe pour la durabilité et autosuffisance des populations isolées Application des technologies de pointe pour la durabilité et autosuffisance des populations isolées 28 octobre 2014 Catalin Harnagea, Riad Nechache, Jennifer Macleod, and Federico Rosei Institut National

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

ABattReLife. Automotive Battery Recycling and 2nd Life

ABattReLife. Automotive Battery Recycling and 2nd Life ABattReLife Automotive Battery Recycling and 2nd Life Sophie RICHET, PSA Peugeot Citroën 15 Avril 2015 1 Consortium Paris, 15 janvier 2014 2 Objectifdu projet L objectif du projet ABattReLife est d étudier

Plus en détail

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Des Systèmes Complets Innovants Pourquoi l air comprimé sec et propre est-il important? Dans la majorité des industries, l air comprimé est un fluide

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Russie. Europe de l Ouest. et europe de l Est. Afrique du Nord. et Golfe. Asie et Océanie. Afrique Subsaharienne. Japon, Australie et

Russie. Europe de l Ouest. et europe de l Est. Afrique du Nord. et Golfe. Asie et Océanie. Afrique Subsaharienne. Japon, Australie et Amérique 500 250 100 50 10 Énergie éolienne Biomasse du Nord Europe de l Ouest Russie et europe de l Est Amérique du Nord Europe de l Ouest Russie et europe de l Est Afrique du Nord et Golfe Inde Chine

Plus en détail

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques

U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 719 Les voitures électriques par 78310 Maurepas michel.meallet@orange.fr RÉSUMÉ Pourquoi se poser des questions sur les voitures

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

Le cochon à son meilleur pour votre moteur!

Le cochon à son meilleur pour votre moteur! Le cochon à son meilleur pour votre moteur! Par Viviane Desbiens Article présenté dans le cadre du concours de la Bourse Fernand-Seguin Association des communicateurs scientifiques du Québec 5 avril 2011

Plus en détail

Présentation aux investisseurs. 2012 CO 2 Solutions Inc. et CO 2 Solution Technologies Inc. Tous droits réservés.

Présentation aux investisseurs. 2012 CO 2 Solutions Inc. et CO 2 Solution Technologies Inc. Tous droits réservés. Présentation aux investisseurs THOM SKINNER, CFO SEPTEMBRE 2013 2012 CO 2 Solutions Inc. et CO 2 Solution Technologies Inc. Tous droits réservés. Énoncés prévisionnels Toutes les affirmations de cette

Plus en détail

Jérémie Haller Adrien Aymon. Production et stockage de l hydrogène et les différentes pile à combustibles

Jérémie Haller Adrien Aymon. Production et stockage de l hydrogène et les différentes pile à combustibles Jérémie Haller Adrien Aymon Production et stockage de l hydrogène et les différentes pile à combustibles Gymnase Auguste Piccard Travail de maturité Novembre 2008 Sommaire INTRODUCTION... 3 PRODUCTION

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Que suis-je? Plus de 50% des GES sont sous mon contrôle et donc ma responsabilité

Que suis-je? Plus de 50% des GES sont sous mon contrôle et donc ma responsabilité Que suis-je? Je détiens près de 60% des infrastructures J accueille aujourd hui plus de 60% de la population mondiale Je réunis l économie du savoir, des services, des finances sur mon territoire 1 Que

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Renouvelable et URE dans la transition énergétique

Renouvelable et URE dans la transition énergétique Renouvelable et URE dans la transition énergétique Energie: Consommation et service Un équilibre 100% renouvelable Energies Renouvelables Utilisation rationnelle de l énergie - URE Liens utiles APERe et

Plus en détail

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 TITRE ABRÉGÉ 1. Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD Désenclavement nordique du pétrole par un jumelage éolien - micrognl

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

Les véhicules à gaz naturel/biogaz dans le contexte de la stratégie énergétique et la loi sur le CO 2

Les véhicules à gaz naturel/biogaz dans le contexte de la stratégie énergétique et la loi sur le CO 2 Les véhicules à gaz naturel/biogaz dans le contexte de la stratégie énergétique et la loi sur le CO 2 Christian Bach Chef Laboratoire des Moteurs à Combustion Plan! Quel est l état de l art des véhicules

Plus en détail

Assemblée générale et extraordinaire des actionnaires. 2013 CO 2 Solutions inc.et CO 2 Solution Technologies Inc. Tous droits réservés.

Assemblée générale et extraordinaire des actionnaires. 2013 CO 2 Solutions inc.et CO 2 Solution Technologies Inc. Tous droits réservés. Assemblée générale et extraordinaire des actionnaires 4 DÉCEMBRE 2013 2013 CO 2 Solutions inc.et CO 2 Solution Technologies Inc. Tous droits réservés. Énoncés prévisionnels Toutes les affirmations de cette

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Diapositive 1 SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Mastère OSE janvier2011 Diapositive 2 LA FILIÈRE ÉNERGÉTIQUE, CAS DE L ÉLECTRICITÉ EN FRANCE Diapositive 3 La filière énergétique Pour quels

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable? Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Rencontre des savoirs Bron 14 mai 2013 L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Plus en détail

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Diesel Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Sommaire # 02 L ESSENTIEL Qu est-ce qu AdBlue?.... 3 À quoi ça sert?.... 4 Comment ça marche?.... 5 ADBLUE EN PRATIQUE Quelles

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Géothermie et stockage: quo vadis? Pascal Vinard

Géothermie et stockage: quo vadis? Pascal Vinard Géothermie et stockage: quo vadis? Pascal Vinard Contenu 1. Définitions et leur évolution 2. Cadre énergétique global, européen et Suisse 3. Evolution du marché des PAC géothermiques et projets de stockage

Plus en détail