CE QUE L'«INDIVIDUALISME» NE PERMET PAS DE COMPRENDRE. Le cas de la famille Jean-Hugues Déchaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CE QUE L'«INDIVIDUALISME» NE PERMET PAS DE COMPRENDRE. Le cas de la famille Jean-Hugues Déchaux"

Transcription

1 CE QUE L'«INDIVIDUALISME» NE PERMET PAS DE COMPRENDRE. Le cas de la famille Jean-Hugues Déchaux Editions Esprit Esprit 2010/6 - Juin pages 94 à 111 ISSN Article disponible en ligne à l'adresse: Pour citer cet article : Déchaux Jean-Hugues, «Ce que l'«individualisme» ne permet pas de comprendre.» Le cas de la famille, Esprit, 2010/6 Juin, p DOI : /espri Distribution électronique Cairn.info pour Editions Esprit. Editions Esprit. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre Le cas de la famille Jean-Hugues Déchaux * IL est banal parmi les sociologues, français comme étrangers, de prétendre que les sociétés d Europe occidentale sont désormais des «sociétés des individus». Ce thème est même devenu depuis une dizaine d années une sorte de vulgate sociologique inlassablement déclinée dans de très nombreux travaux s intéressant à divers domaines de la vie sociale. L expression «société des individus» est de Norbert Elias, mais elle est quelque peu détournée de son sens initial 1 et mise au service d une vision vaguement évolutionniste qui dépeint un mouvement multiséculaire qui, partant de la «tradition» et passant par une «première modernité», déboucherait aujourd hui sur une «seconde modernité» (ou, selon les auteurs, généralement peu avares de formules, une «hyper-modernité», une «modernité avancée», une «post-modernité», etc.). On peut être gêné par le flou des termes et l imprécision de la périodisation des phases de ce processus d accès à la modernité qui conduirait finalement, en Occident au cours des dernières décennies, à son dépassement ou à son accélération. La critique est parfaitement légitime. Toutefois, tel ne sera pas notre propos. Cette thèse offre une * Sociologue, professeur à l université Lumière Lyon 2, voir dans Esprit : «Des relations de parenté inédites?», Esprit, juillet-août 1990 et avec Michel Hanus et Frédéric Jésu, «Comment les familles entourent leurs morts», Esprit, novembre N. Elias, la Société des individus (1987), trad. fr., Paris, Fayard, Dans ce livre, N. Elias insiste constamment sur les chaînes d interdépendance qui lient les individus les uns aux autres et qui, dans les sociétés modernes marquées par le processus d individualisation, sont à la fois moins visibles et de plus en plus longues. Il est pour le moins discutable de le citer à l appui d une thèse dont il montre au contraire les limites en soulignant les paradoxes de l individualisation. Juin

3 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre manière de voir les choses qui mérite en effet d être discutée. Notre reproche principal n est pas qu elle soit radicalement fausse 2, mais plutôt qu elle entretienne une vision binaire et, par là même, très schématique du lien social. Une vision qui, et là est le fond du problème, n est pas à même de restituer et d analyser la complexité des agencements sociaux. En somme, le cœur du problème touche à ce qu il faut entendre par individualisme et individualisation de la vie sociale. C est donc par là qu il faut entamer l analyse avant d en venir à l étude sociologique de la vie familiale comme moyen de mettre empiriquement à l épreuve ce type de diagnostic qui tend malheureusement à être perçu comme une évidence. La promotion de l individu: réalité ou discours? Au fondement de cette thèse de l accélération de la modernité réside une idée simple : celle de la valorisation et de la promotion tous azimuts de l individu. Les aspirations et les droits de l individu auraient crû au détriment des prérogatives du groupe. Partout dans la vie sociale s exprimerait un désir très fort d autonomie, une aspiration irrépressible à être ou à devenir soi 3. De ce fait, les rapports entre les sphères publique et privée se recomposeraient dans le sens d une dilatation de l espace privé, intime, dont les principes de fonctionnement gagneraient la sphère publique alors même qu en sens contraire ceux de la démocratie s introduiraient dans les vies intimes. Dans ses versions les plus sommaires, cette thèse se plaît à opposer tradition et modernité, holisme et individualisme, donnant l occasion de revisiter les dichotomies classiques issues de la pensée sociale du XIX e siècle : statut/contrat, communauté/société, solidarité mécanique/solidarité organique. S impose ainsi peu ou prou l idée qu avant (quand?) l individu n existait pas, qu il n était que l incarnation du groupe (le village, la famille) et que désormais ce n est plus le cas. Dans la foulée, cette thèse de l individualisation conduit à la vision, confiante ou inquiète selon les options politiques ou morales, d un rapport individu/société renversé, d une intégration sociale problématique, d une régulation par le contrat et la négociation, bref d une société «relationnelle», c est-à-dire fondée sur les relations interpersonnelles plutôt que sur des institutions collectives, sur une forme de transcendance du groupe et de la tradition. En somme, on serait passé d une société de la transcendance à une société de l immanence, position 2. Il serait tout de même prétentieux de le prétendre tant cette thèse a trouvé un large écho dans la sociologie internationale. 3. Cette thèse est défendue par les principaux «théoriciens» de la sociologie actuelle : U. Beck, A. Giddens et Z. Bauman, pour ne citer que les plus connus dans l arène internationale. 95

4 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre dont on voit qu elle a quelque lien avec l idée d une sécularisation inéluctable. La thèse alternative que défend et illustre cet article à partir de l étude sociologique de la famille et de la parenté consiste à dire que la «seconde modernité» est autant un discours qu une réalité, une idéologie qu un ensemble de pratiques. Et d ajouter qu en tant que discours, idéologie, cadre cognitif, elle produit ses propres normes, institutions, processus de régulation qui ne relèvent pas que des seuls individus, de leur propension à se chercher et à se trouver, à négocier et à s accorder. Bref, l hypothèse retenue est qu il existe tout un édifice social de régulation par l autonomie, une régulation sociale de l intime et des relations interpersonnelles, fondé sur des régimes de normativité largement inédits, qu il importe aux sociologues de décrypter. Dans la «société des individus», l individu n est pas plus nu qu ailleurs. Il n existe qu étayé, soutenu, encadré par des dispositifs sociaux, redoutablement contraignants et normatifs, à défaut d être toujours facilement repérables. Les deux versions de la «désinstitutionnalisation» de la famille La plupart des sociologues résument les transformations de la famille en un diagnostic : celui de la «désinstitutionnalisation» de la famille. À défaut de disparaître (ce que croyaient les esprits chagrins dans les années 1970), la famille aurait cessé d être une institution sociale. Qu est-ce que cela veut dire exactement? La réponse dépend évidemment de ce qu on entend par institution. Il y a en gros deux idées qui sont d ailleurs liées. Selon la première, la famille est devenue «incertaine 4» : les liens, les statuts et les rôles en son sein ne sont pas clairement définis et sont même réversibles puisque la famille, avec la banalisation des divorces et des séparations, peut aisément se dissoudre. Appelons cela «dilution des normes». La seconde idée ajoute que c est l individualisme qui a érodé l institution familiale. L individu ne veut plus se sacrifier pour la famille qui, de système de rôles, tend à devenir un réseau de relations interpersonnelles. Au contraire, c est elle qui doit lui offrir un cadre de vie épanouissant, à la fois sécurisant et suffisamment libre. Appelons cela «individualisme familial». Cette thèse se décline en deux versions que l on retrouve sous une forme «outrée» dans le débat social. L une est confiante, optimiste, libérale : chacun est libre de concevoir sa vie comme il l entend. Les 4. L. Roussel, la Famille incertaine, Paris, Odile Jacob,

5 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre hommes (les pères, les maris) y ont peut-être un peu perdu, mais les femmes et les enfants y ont gagné. Qui voudrait retourner à la famille patriarcale d hier? L autre version est plus pessimiste, inquiète, conservatrice : ce n est pas la liberté que les contemporains ont gagnée mais le désarroi, l angoisse, l incapacité à s engager et à transmettre. Ce qui manque cruellement à la famille contemporaine, ce sont des «repères». Bref, dans un cas, on célèbre l avènement de la démocratie dans la sphère familiale et privée, et on s en félicite. Dans l autre cas, on regrette la disparition des rôles, des rites, des valeurs morales, des disciplines de la vie sociale qui assuraient à la famille une présence ferme et une fonction sociale essentielle. D un côté, on loue la liberté individuelle ; de l autre, on fustige la démission individuelle. Mais dans les deux cas, la focale est bien sûr l individu. Ces deux interprétations sont les deux volets d une même vision monochrome de la vie familiale : celle qui conclut à la disparition ou à la dilution des normes, des règles qui organisent la vie familiale, sous l effet de l individualisme croissant. L individualisme familial: un nouvel «esprit social» Il est difficile de nier que l équilibre entre l individu et la famille ait changé au cours des deux à trois dernières décennies. Les rapports entre l individu et le groupe familial se sont redéfinis dans le sens de prérogatives plus grandes reconnues à l individu. En quelque trente ans, le cadre patriarcal a été bousculé aussi bien à travers les rapports hommes-femmes qu à travers les relations entre générations. Un autre aspect du bouleversement du cadre patriarcal concerne le «modèle de parenté 5», l ensemble des lois, principes, croyances qui énonce ce qu est la parenté pour une collectivité humaine. La conception strictement bilatérale de la parenté selon laquelle un enfant n a qu un père et qu une mère, nécessairement deux adultes de sexes différents, ne va plus de soi. Elle est même parfois remise en question avec les familles recomposées et «homoparentales», l essor de l adoption, le recours à l assistance médicale à la procréation. Les fondations de l ordre patriarcal sont donc ébranlées. Pour autant, doit-on penser que les relations familiales se sont massivement individualisées? Que l ambition d être «auteur de sa vie» ait eu raison des normes sociales qui organisent la vie privée et l édifice de la parenté? Sommes-nous dans une société où prédomine le droit de 5. Le «modèle de parenté» désigne un ensemble de représentations et catégories cognitives composant une «ontologie de la parenté». Il doit être distingué du «système de parenté» qui qualifie la configuration des relations et échanges entre membres d un réseau de parenté. Voir à ce sujet J.-H. Déchaux, Sociologie de la famille, Paris, La Découverte, 2009 (2 e éd.). 97

6 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre chacun de concevoir sa vie et son intimité comme il l entend? Certains analystes le suggèrent et avancent l idée d une «privatisation» de l existence 6, comme s il appartenait à chacun de décider comment il doit vivre, d être en somme «le créateur de sa propre vie 7». Le terme de «privatisation» dépeint un mouvement linéaire, celui d un moindre contrôle social, d une perte d emprise des communautés d appartenance sur les existences de chacun et d une plus grande autonomie individuelle. Il ne dit rien des mouvements de chassécroisé très complexes qui s opèrent entre sphère publique et sphère privée. À cette vision linéaire opposant sommairement l individu et le groupe, on peut objecter que l individualisme familial est un nouvel «esprit social». En effet, l individualisme n est pas le contraire du lien social, de la régulation sociale. C est avant tout une autre manière de se représenter et de vivre le lien à l autre. Cette autre manière n est pas née de rien, comme une aspiration spontanée de chacun à reconnaître sa singularité propre. Elle est un produit social, c est-à-dire un ensemble de représentations, de mœurs, de valeurs, de normes qui constituent autant d institutions. Montesquieu parlait de «l esprit général d une nation» pour désigner une certaine manière de vivre, un certain style de vie qui, au bout du compte par l intermédiaire des mœurs, fait l unité d une nation, d une collectivité humaine 8. L individualisme est cet «esprit social» aujourd hui. C est une transformation du lien social, certainement pas sa fin. Un produit social qui dévalorise la vie sociale D un point de vue sociologique, il est naïf et illusoire de croire que la vie familiale est aujourd hui plus «personnelle» et donc moins sociale, moins politique, moins institutionnelle que par le passé 9. La diversification croissante des relations et des aspirations familiales traduit l émergence de nouveaux idéaux sociaux, principes organisés en référence aux valeurs d autonomie, de liberté et d égalité promues dans les sociétés occidentales. L individualisme est une réalité sociale profondément paradoxale, une réalité «dialectique» qui se laisse malaisément saisir par des grilles de lecture trop simples, trop 6. On retrouve cette idée chez F. Dubet, F. de Singly et bon nombre d historiens de la vie privée. 7. La formule est empruntée à Irène Théry : «L individu comme valeur et l institution des liens de parenté. Éléments pour une sociologie des débats éthiques sur la famille», dans M. Canto Sperber (sous la dir. de), Éthique à l ENS, Paris, PUF, Montesquieu, De l esprit de lois (1748), Paris, Flammarion, coll. «GF», Sur cette idée développée au sujet de la «vie humaine» et non simplement de la vie familiale, voir les analyses d A. Ehrenberg, «Sciences neurales, sciences sociales : de la totémisation du soi à la sociologie de l homme total», dans M. Wieviorka (sous la dir. de), les Sciences sociales en mutation, Auxerre, éd. Sciences humaines, 2007, p

7 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre dichotomiques. Comme le montre bien Alain Ehrenberg 10, le paradoxe de l individualisme comme «esprit social» est qu il s agit d un produit social qui dévalorise la vie sociale au profit de la vie privée, intime, personnelle. En somme, une dévalorisation de ce à quoi nous assigne la vie sociale (tenir sa place, endosser des rôles, accomplir des rites, etc.) au profit de ce que nous voulons, désirons, choisissons en tant que sujets autonomes et libres. L enjeu pour le sociologue est d établir un lien entre cet esprit de dévalorisation de la vie sociale et la recomposition des institutions et des règles qui assurent la coordination des aspirations et des actions, c est-à-dire finalement une relative unité du corps social. Au cœur de cette contradiction un produit social qui dévalorise la vie sociale se présente une difficulté d analyse majeure : parvenir à identifier les règles et les normes, bref les modes de régulation, qui organisent aujourd hui comme hier, mais autrement, la vie familiale. La question est complexe et cet article, sans prétendre y apporter une réponse définitive, défend simplement l hypothèse que la famille, à défaut d être moins régulée qu avant, l est surtout autrement. Le déclin des grandes institutions qui exerçaient un magistère moral (églises, idéologies politiques et morales, patriotisme, conscience de classe, etc.), sur lequel insistent tant de sociologues devenus orphelins de la société 11, n est qu un volet du problème. En rester là, c est en effet croire en la possibilité d un vide social. Les normes et les institutions «à l ancienne», celles qui ont toujours été pensées en extériorité par rapport au sujet, source selon Émile Durkheim d une «contrainte externe» sur les consciences individuelles, sont remplacées par d autres, inévitablement. Ces nouvelles normes, règles, institutions se présentent sous des formes inédites, plus difficiles à percevoir : expertises, culture du conseil, recommandations, enquêtes sociales préalables à l ouverture de droits, recours croissant à la justice, modelage des aspirations, standardisation des besoins par les prestations marchandes, etc. Cet ensemble d éléments qui brouille les frontières entre le savoir (le domaine du cognitif) et la norme (le domaine du prescriptif) constitue les nouvelles formes de normativité ou de régulation sociale de l intimité. On pourrait corriger le célèbre aphorisme attribué à Aristote «la nature a horreur du vide» en écrivant que «la nature sociale a horreur du vide normatif». Les normes, organisées en institutions, c est-à-dire en significations partagées, sont une fonction de toute société. L individualisme génère donc en tant qu «esprit social» ses propres normes et institutions. 10. M. Wieviorka (sous la dir. de), les Sciences sociales en mutation, op. cit. 11. Voir dans la foulée des travaux d A. Touraine, F. Dubet, le Déclin de l institution, Paris, Le Seuil,

8 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre Dans un livre consacré à Georges Canguilhem et Michel Foucault, Pierre Macherey écrit : «L action des normes dans la vie des hommes détermine le type de société auquel ceux-ci appartiennent comme sujets 12.» Le paradoxe de notre société est que «l individu par excès», «cet individu qui vit en ignorant qu il vit en société 13» selon la formule de Robert Castel, soit devenu le fondement du nouveau paysage normatif. Cet individu est d un certain point de vue «libéré», débarrassé du carcan de la tradition, mais cependant «régulé», constitué comme sujet par tout un ensemble de dispositifs normalisateurs. Davantage d individualisme mais pas moins de normes En France, comme dans les sociétés occidentales, la famille a connu de profondes transformations au cours des trois dernières décennies. Citons pêle-mêle : la baisse de la fécondité, la maîtrise du calendrier des naissances par la contraception, le recul de l âge au mariage et à la première naissance, l érosion du mariage, la diffusion des couples non mariés, l explosion des naissances hors mariage, la banalisation du divorce, la multiplication des familles monoparentales et recomposées, l apparition du PACS et la reconnaissance des couples de même sexe, etc. Cette simple énumération donne une idée de l ampleur des changements. L expression «individualisme familial» résume cette mutation qui se traduit par un déclin des institutions traditionnelles de la famille, au premier rang desquelles le mariage. Irène Théry a souligné à juste titre que le «démariage 14» est bien plus que le simple recul du mariage : il marque un nouvel âge de la famille, la vie privée devenant un espace où l individu ne veut plus rendre de comptes qu à lui-même. Dans la famille durant cette même période, le discours de l autonomie individuelle, de la liberté de choix et de conscience, de l épanouissement, de la sincérité, de l authenticité (ou, pour le dire de façon négative, du rejet de la tradition, du rôle, du rite) s est effectivement généralisé, encore qu il soit moins présent dans les milieux populaires 15. L expérience amoureuse et familiale est devenue une sorte d impératif existentiel pour se découvrir et donner un sens à sa vie. Elle remplace la tradition, la pression 12. P. Macherey, De Canguilhem à Foucault, la force des normes, Paris, La Fabrique, 2009, p R. Castel, la Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l individu, Paris, Le Seuil, 2009, p Irène Théry, le Démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, Voir E. Widmer, J. Kellerhals et R. Levy, «Quelle pluralisation des relations familiales? Conflits, styles d interactions conjugales et milieu social», Revue française de sociologie, 2004, vol. 45, n o 1, p ; et M.-C. Le Pape, la Famille à l épreuve des risques. Logiques éducatives et stratification sociale, thèse soutenue à Sciences Po Paris, sous la dir. de J.-H. Déchaux,

9 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre de la communauté d appartenance, comme fondement du couple et de la famille. Mais cette prétendue quête de soi est aussi pour une part une idéologie au contenu très normatif. L individualisme familial s accompagne de nouvelles normes qui se diffusent par des voies inédites jusqu à atteindre le cœur de l intimité familiale : médias, marché de l industrie culturelle, savoirs experts, services sociaux de l enfance et de la famille, justice, médiation familiale, médecine, etc. Toutes ces normes ne sont pas radicalement nouvelles dans leur contenu. Au moins le sont-elles dans leur forme et, plus exactement, dans la manière dont elles se présentent aux individus. Elles définissent l espace des possibles, le cadre indissociablement épistémique et normatif dans lequel les individus raisonnent, se construisent et orientent leur action. Elles indiquent ce que doivent être un «bon couple», une «bonne famille», une «éducation réussie», une «adolescence épanouie», «le bon âge pour avoir des enfants», «la bonne façon de vivre sa sexualité», «la bonne distance avec les parents et beauxparents», «la bonne manière de divorcer», «la bonne mort», etc. Ce n est plus le groupe d appartenance ou la religion à laquelle on est affilié qui indiquent comment vivre en famille, comment établir avec ses proches des relations satisfaisantes. Les réponses aux questions que se posent les individus au sujet de leur vie familiale et intime se trouvent désormais ailleurs, répandues de façon diffuse dans l ensemble de la société et non plus cantonnées à la morale privée. Toute la difficulté pour le sociologue est d arriver à décrire cette nouvelle topographie sociale des normes. Un nouveau paysage normatif Parmi les prescripteurs de normes, il y a naturellement les médias dont la place dans la vie familiale est aujourd hui de plus en plus centrale 16. Les magazines d information, en particulier la presse féminine, consacrent chaque semaine de nombreuses pages d enquêtes et de recommandations à l art et la manière de gérer ses relations familiales et amoureuses. Quant à la littérature spécialisée qui propose, souvent sous forme de «guide» ou de «cahier pratique», des conseils en matière de vie domestique et familiale sur toutes sortes de sujets, de la réception des amis à l éducation des enfants en passant par les meilleures façons de narrer ses souvenirs d enfance ou de réussir sa vie au moment de la retraite, elle connaît un véritable 16. Sur la place de la télévision dans la vie quotidienne des familles, voir L. Lesnard, la Famille désarticulée. Les nouvelles contraintes de l emploi du temps, Paris, PUF,

10 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre boom 17. Il faut aussi mentionner les innombrables forums de discussion sur l internet, les émissions de talk show à la télévision, bref le développement de médias «relationnels 18» fondés à la fois sur le témoignage de tranches de vie et le conseil, lequel est souvent délivré sur un mode pragmatique et gestionnaire comme de simples propositions par des intervenants promus experts en «politique de vie». Volontiers relayés par les médias, le marché et la consommation constituent un autre canal, celui d une «marchandisation de l intimité 19», par lequel se répand une vision de l épanouissement individuel qui débouche sur une normalisation de la vie familiale. Le marché, celui des industries culturelles en particulier (vêtements, chanteurs, magazines, etc.), parvient très bien à segmenter ses cibles. Les jeunes, les adolescents et maintenant les enfants dès l école primaire sont un précieux filon économique. Tout un marketing leur est destiné, marketing qui sait parfaitement jouer sur le grégarisme («être comme les copains») et l aspiration à devenir autonome au plus vite («je suis une personne, je dois me construire 20»). En conséquence, les normes de la classe d âge (style de consommation, goûts vestimentaires et musicaux, aspirations, etc.), soutenues par le marketing et les médias, opposent leur légitimité à celles des parents, à leur souci de transmission. Par exemple, sous l influence des industries culturelles, on observe en France une sexualisation de plus en plus précoce de l apparence, les filles (et les garçons aussi dans une moindre mesure) apprenant très tôt à prendre soin de leur corps et à se forger une image 21. On retrouve le rôle de l économie et du marché dans la régulation sociale de l intimité avec le développement de la sous-traitance. Cette sous-traitance ne porte pas seulement sur le travail domestique (externaliser des activités domestiques comme les courses, le ménage, la garde des enfants ou des personnes âgées, les soins, etc.), mais sur l intime : l éducation des enfants, l organisation de fêtes ou d anniversaires (d enfants notamment), la tenue d albums de photos ou de la confection de DVD de souvenirs familiaux, l organisation de rencontres amoureuses, le choix du type d obsèques que l on souhaite 17. Il ne se passe pas une semaine sans qu au moins quatre à cinq guides de ce type paraissent comme le montre la consultation de Livres-Hebdo. 18. D. Mehl, «La télévision relationnelle», Cahiers internationaux de sociologie, 2002, n o 112, p A. R. Hochschild, «Marchés, significations et émotions : Louez une maman et autres services à la personne», dans I. Berrebi-Hoffmann (sous la dir. de), Politiques de l intime. Des utopies sociales d hier aux mondes du travail d aujourd hui, Paris, La Découverte, 2009, p Voir, entre autres publications, D. Pasquier, Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, O. Galland, «Une nouvelle adolescence», Revue française de sociologie, 2008, vol. 49, n o 4, p Voir A. Mardon, la Socialisation corporelle des préadolescentes, thèse soutenue à l université de Paris 10, sous la direction de Martine Segalen,

11 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre pour soi, etc. En novembre 2009, s est tenu à Paris le premier «Salon français du divorce, de la séparation et du veuvage». On pouvait y rencontrer tout un ensemble de professionnels : du cabinet de détectives jusqu au coaching spécialisé en «reconstruction d une vie sociale» dont les divorcés, séparés ou veufs peuvent avoir besoin. Bref, tout ce qu il faut pour «réussir son divorce, sa séparation ou son veuvage». Car c est bien, s agissant du divorce, d une nouvelle vision de ce dernier dont il s agit, un divorce décomplexé, dédramatisé, mais qui doit être un «bon divorce», un divorce pacifique qui préserve les enfants et le couple parental. Depuis longtemps l équivalent existe s agissant des obsèques. Ce qui est proposé à la vente n est pas simplement matériel. C est une définition (presque imperceptible) des bonnes pratiques. Ces prestations diverses proposent une vision «revue et corrigée par le marché» de ce qu est une famille. Subrepticement, la culture gestionnaire fait ainsi son entrée dans la famille. La frontière entre la sphère privée et cette autre sphère qu est le marché est devenue plus poreuse que par le passé. Parallèlement, comme le montre Arlie Russel Hochschild au sujet de l organisation des anniversaires aux États- Unis, la séparation entre ce qui est personnel et ce qui est impersonnel est beaucoup plus floue. Les prestations sont vendues comme si elles étaient du «sur mesure», des services personnalisés mais, derrière cette rhétorique de la «personnalisation», le service est bien standard, générique. Un autre aspect de la régulation sociale de la famille, plus facile à identifier, concerne le droit. On constate une véritable frénésie législative qui s intensifie depuis les premières réformes du droit de la famille dans les années Le droit s introduit au cœur de l intimité familiale. À cet égard, l adoption par la France en 1990 de la Convention internationale des droits de l enfant, qui reconnaît à ce dernier des «droits-libertés» lui accordant dans la famille et plus largement dans la vie sociale une plus grande autonomie, est révélatrice de cette extension de la norme juridique. Ces lois sont destinées à régler les litiges familiaux, préventivement (succession) ou après coup (divorce, conflits d autorité parentale), à protéger les plus faibles (enfants, épouses) et enfin à reconnaître des situations minoritaires (PACS). Cette prolifération des lois rend insupportable la simple idée que puisse exister un «vide juridique». Ce vide est régulièrement dénoncé par les médias ou les groupes de pression 22, comme si c était au droit de régler l ensemble des différends et des problèmes qui voient le jour dans la famille. Le droit se voit ainsi assigner une fonction gestionnaire de régulateur des rapports interpersonnels. 22. Voir les débats récents sur le statut du beau-parent, les lois bioéthiques, l opportunité ou non de reconnaître l homoparentalité, etc. 103

12 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre Comme le remarque Irène Théry, mais cela vaut pour l ensemble des normes de la vie familiale, «le droit n est plus nulle part et il est partout à la fois 23». On assiste dans le même temps à une «judiciarisation» croissante de la vie familiale qui tient à deux facteurs : d abord, en raison de l émergence d une vision plus contractuelle du lien familial qui va de pair avec la promotion idéologique de l individu ; ensuite, parce que se répand, en particulier chez les magistrats, le sentiment que la famille est devenue plus vulnérable du fait de l effacement des «repères» qui l encadraient jusqu alors. L explosion du contentieux familial (divorce, conflits d autorité parentale, etc.), qui représente 70 % des affaires civiles traitées par les tribunaux de grande instance, en offre une première illustration. Il faudrait ajouter au contentieux du divorce, celui de la filiation et des contestations de paternité, le droit se raccrochant ici à une conception strictement biologique de la parenté. Le développement de l aide à la «parentalité» à travers l intervention sociale et psychologique auprès des parents jugés défaillants ou qui divorcent et sont repérés comme «divorce difficile» exprime une autre manière dont le droit cherche à normaliser la vie familiale. Cette intervention promeut un modèle de couple et d éducation fondé sur «l obligation de s entendre» : un «bon couple», même s il se sépare, est un couple qui sait négocier. Des normes diffuses sans magistère moral Les normes qui circulent par ces divers canaux 24 ont une propriété commune : elles sont des normes diffuses sans magistère moral établi. En cela, elles ne ressemblent pas aux normes anciennes. La situation est donc complexe : chacun croit être unique et autonome mais subit une pression normative diffuse redoutablement puissante. Comme le dirait Tocqueville 25, cette normalisation de la vie familiale est «douce et anonyme». Douce, parce que le contrôle normatif est généralement euphémisé et insensible. Il se présente comme des conseils, recommandations, séductions, services, mais il a bel et bien pour effet de façonner les aspirations. Anonyme, parce qu on chercherait en vain un magistère moral s assumant comme tel et des institutions chargées de diffuser la bonne parole. Ce schéma a vécu. Les normes extérieures accompagnées d un système de sanctions ont cédé la place à des normes diffuses qui entraînent l adhésion. La contrainte externe, celle du groupe d appartenance est remplacée par une sorte 23. I. Théry, le Démariage, op. cit., p Ils restent à recenser méthodiquement. 25. A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique ( ), Paris, Gallimard, coll. «Folio»,

13 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre d autocontrainte, processus plus insidieux, tout à la fois cognitif et normatif. Cette régulation sociale de la vie familiale s appuie de plus en plus sur la caution des sciences psychologiques : comment s épanouir dans son couple, dans sa sexualité? Comment éduquer un enfant tout en le préparant à devenir autonome? Comment élever seul(e) son enfant sans le priver de ses deux parents? Comment aider ses enfants adultes sans les mettre sous tutelle? Comment préparer ses obsèques sans solliciter ses descendants? etc. Depuis plusieurs années, Robert Castel a dépeint la naissance et la diffusion de cette «culture psychologique généralisée» à travers laquelle «le développement de la dimension proprement psychologique de l individu est à lui-même sa propre fin 26». On pourrait presque dire que le psychologue a remplacé le prêtre. Le culte a changé d objet : c est le culte du moi, mais c est toujours d un culte social dont il s agit. Cette «psychologisation de la norme» fait ainsi système avec l individualisme comme «esprit social». Qui d autres que les sciences psychologiques pourraient s adresser aux contemporains en quête de normes 27? Le fondement de la norme, par là même, se déplace : ce n est plus une vision morale et politique de l homme et de la société qui se présenterait comme telle. C est une norme dépolitisée, qui repose sur une conception essentialiste et solipsiste du sujet : de quoi un sujet a-t-il besoin pour être heureux? Observons tout de même pour nuancer le propos que certaines formes de régulation de l intimité familiale se caractérisent par leur violence : celle, morale et symbolique, des institutions sociales qui désignent certains parents (pauvres généralement) comme de «mauvais parents», ce qui peut aller jusqu à les priver de leurs enfants. Mais ici aussi, la dépolitisation et la psychologisation du regard peuvent faire des ravages, ce qui est doux et anonyme d ordinaire peut devenir violent et inquisitorial, souvent avec la meilleure volonté du monde. 26. R. Castel, la Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l individu, op. cit., p Dans une récente étude consacrée aux services de pédiatrie en hôpitaux, S. Mougel observe que les soignants reprennent à leur compte ce discours de la norme «psychologisée»: le droit de visite des parents d enfants hospitalisés se transforme en devoir de présence et est parfois l occasion de corriger les normes et pratiques éducatives de la famille, en particulier de la mère. Voir S. Mougel, Au chevet de l enfant malade. Parents/professionnels, un modèle de partenariat?, Paris, Armand Colin, Il en est de même de l évolution de la réflexion pédagogique en matière scolaire. Les décrets successifs concernant l école élémentaire font de l autonomie de l enfant à la fois un moyen d apprentissage et une fin en soi. 105

14 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre Un trop-plein normatif L émergence de normes nouvelles conduit à un pluralisme normatif. En ce sens, la famille ne se caractérise pas par la disparition des normes comme beaucoup le prétendent, mais plutôt par leur abondance, leur prolifération. Dans tous les domaines de la vie familiale, les recherches montrent la variété des styles de vie : styles conjugaux, éducatifs, de relation avec le réseau de parenté 28. À côté des types de fonctionnement «modernistes», marqués par l individualisme familial, il en existe d autres, attachés à une conception plus classique des rôles de chacun et de la place de la famille dans la société. Et entre ces deux polarités toute une gradation est repérable dont la distribution sociale n est pas aléatoire. Le milieu social, le niveau d éducation, l orientation religieuse, l âge ou la génération, le parcours migratoire exercent une influence, mais aucun univers social, même étroitement défini, n est réellement homogène sur le plan des conceptions familiales. La famille est donc devenue plurielle non seulement dans sa morphologie (la taille et la composition du groupe familial) mais dans les principes et règles qui l organisent. Se côtoient ainsi plusieurs légitimités familiales, plusieurs manières de dire et de vivre ce qu est et doit être une famille. Certes, en la matière, l unanimité n a jamais été que relative comme le rappellent avec justesse les historiens de la famille. À ceci près toutefois que le pluralisme du passé était celui des conditions sociales (de classe, d appartenance régionale, religieuse, politique, etc.) : chaque milieu se caractérisait par un modèle unique. Les différents modèles coexistaient en demeurant étanches les uns par rapport aux autres : une famille ouvrière ne pouvait imaginer vivre comme une famille bourgeoise. La famille pour un paysan breton avait peu de chose à voir avec ce qu elle était pour un berger béarnais. Le pluralisme existait à l échelle de la société, non à celle de l individu ou de la famille. Bien sûr, la variété des conditions sociales demeure, bien qu atténuée, mais surtout le pluralisme existe à l échelle de chaque famille. Sous l effet de l individualisme comme «esprit social», le couple est invité à trouver son propre style, à se définir et à se justifier par lui-même parmi la variété des normes existantes. Si les normes sont bien présentes, aucune ne fait l unanimité, sinon celle d être autonome, d être auteur de sa vie. Chaque couple doit alors choisir sa formule. Et il le fait non pas en toute liberté, mais en fonction des ressources dont il dispose et des contraintes qui sont les siennes. Parmi la variété des normes existantes, certaines sont plus largement répandues ou plus influentes que d autres. L abondance norma- 28. Voir J. Kellerhals, E. Widmer et R. Levy, Mesure et démesure du couple, Paris, Payot, 2004 ; J.-H. Déchaux, Sociologie de la famille, op. cit. 106

15 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre tive ne signifie pas que toutes les normes soient mises à plat, chacun n ayant plus qu à choisir celles qui lui conviennent. Cette abondance s organise selon une certaine topographie : certaines normes sont majoritaires ou dominantes, d autres minoritaires. Par exemple, les couples de même sexe, a fortiori s ils vivent avec enfants, sont sans arrêt renvoyés à leur situation minoritaire dans leur rapport avec l entourage social ou avec les institutions (écoles, crèches, médecins, entreprises et administrations, etc. 29 ). Cela signifie que les différentes options normatives disponibles ne sont pas toujours dotées d une légitimité sociale équivalente. Le pluralisme normatif ne doit pas être analysé sur le modèle d un marché concurrentiel sur lequel les biens (ici les normes) seraient accessibles à tous de la même manière : la concurrence normative est aussi un espace social et le pluralisme ne signifie pas que toute forme de domination normative ait disparu. Sans doute le véritable changement au cours des trois dernières décennies réside-t-il non pas dans l avènement de la liberté individuelle (est-on vraiment plus libre qu hier 30?), mais dans la coexistence pour chaque individu ou famille de normes hétérogènes. Les normes «traditionnelles» demeurent mais sont relativisées. Les normes nouvelles flattent le souci qu a chacun de s épanouir et d être unique, mais il y en a autant que d experts en «politique de vie». Brouillage et cacophonie Cette coexistence est source de tensions, de contradictions dès lors que les acteurs hésitent entre des orientations normatives qui leur semblent, à tort ou à raison, également légitimes. En effet, la prolifération des normes, dans la limite de ce que nous avons dit au sujet de leur topographie, entraîne tout de même leur relativisation. De la confrontation des différentes options en présence résulte une sorte de brouillage, l impression d une cacophonie. Prenons le cas de l éducation familiale. Il n est qu à consulter sur l internet les forums de discussion et les très nombreux sites associatifs qui lui sont consacrés. On y trouve des interviews d une grande variété d experts ou la référence à leurs réflexions et conseils : d Aldo Naouri à François de Singly en passant par Marcel Rufo, Claude Hamos et bien d autres, les positions normatives sont très contrastées. Aucun de ces experts n assume clairement sa position de prescripteur de normes. Tous se contentent de faire des propositions et parlent en tant que spécia- 29. Voir M. Mailfert, la Confrontation sociale et la quête de légitimité des familles homoparentales féminines, thèse de sociologie à Sciences Po Paris, sous la dir. de J.-H. Déchaux. 30. Le sociologue serait bien en peine de répondre à cette question qui supposerait que l on puisse objectiver par quelques indicateurs simples ce qu est la liberté individuelle. 107

16 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre listes ou au nom de leur connaissance du terrain. Ils se défendent même de prôner une option morale : «C est à chacun de se faire son opinion.» Pourtant cette manière d intervenir dans le débat revient bien à prendre position. Et tout porte à penser que ce brouillage, ce paysage normatif pluraliste sans réel magistère moral, renforce chez les individus et dans les familles l angoisse de ne pas être normal. Une partie des problèmes que rencontrent les familles dans leur vie quotidienne résulte de ce pluralisme normatif, de cette difficulté à articuler, à tenir ensemble, plusieurs normes également légitimes. Pour reprendre l exemple de l éducation familiale, entre les nouvelles normes de l épanouissement de l enfant c est-à-dire l idée que l enfant est une personne, que les parents sont des «accompagnateurs» qui doivent l aider à se construire et à devenir lui-même, la pression croissante du groupe des pairs, la présence des médias et du marché, le désir des parents d assurer la position sociale de leurs enfants, la famille a le plus grand mal à se déterminer, à fixer un cap et à s y tenir. On voit bien ici que les difficultés que rencontre la famille ne résultent pas de l absence de repères normatifs mais au contraire d un trop-plein. Le pluralisme normatif interroge ce qui reste du «modèle de parenté» propre aux sociétés occidentales. Doit-on encore s accrocher au principe de la bilatéralité parentale? Un enfant doit-il n avoir qu un seul père et une seule mère? Et quid de la différence des sexes au sein du couple parental? Convient-il de faire une place à ceux qui concourent à «fabriquer» l enfant quand le couple est infécond? Coexistent ainsi, et même s affrontent parfois, différents «modèles de parenté», différentes «ontologies de la parenté» qui disent ce qu est (et doit être) la parenté. Les débats actuels sur l homoparentalité (faut-il accorder aux couples de même sexe un droit à la filiation?), sur l assistance médicale à la procréation (faut-il revenir sur le principe de l anonymat du don de gamètes?), sur le statut du beau-parent dans les familles recomposées (faut-il reconnaître et encadrer juridiquement les droits et devoirs des adultes qui participent activement à l éducation et aux soins des enfants de leurs partenaires sans en être le parent?) montrent combien ce qui est évidence pour les uns ne l est pas forcément pour les autres. Ouverture des possibles et pression sociale La famille est certes une microsociété, mais elle n est pas une cellule autosuffisante, repliée sur elle-même. Quelle que soit l époque, elle n a jamais cessé d être perméable à son environnement social. Peut-être l est-elle encore davantage aujourd hui que lorsque les ins- 108

17 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre titutions exerçant un magistère moral étaient clairement identifiables. Les normes diffuses et proliférantes relatives à l intimité ne se présentent pas comme des règles de vie, des prescriptions morales assorties de sanctions, mais plutôt comme des informations, des recommandations, l invitation à observer de bonnes pratiques. Le choix des possibles s est donc ouvert pour les individus du fait de cette relativisation des normes qui se concurrencent. Mais ce choix, loin de s opposer à la contrainte sociale, en est le produit. L ouverture des possibles est le fait d une pression multiforme de la société sur l individu. C est parce que la société s est fragmentée, c est-à-dire que la hiérarchie sociale des légitimités sans toutefois disparaître s est brouillée les grandes institutions en son sein n étant plus en position d exercer un magistère aussi dominant, que la pression qu elle exerce, comme tout univers social, sur l individu crée les conditions d un choix plus large. Il se pourrait bien d ailleurs que cette plus grande flexibilité familiale soit davantage source d inégalités sociales que d uniformisation normative 31. Puisque l ouverture du choix des possibles est le produit d un phénomène social, l abondance de normes, il exige de chacun un travail cognitif et relationnel qui consiste à agencer ces normes diverses. Il faut savoir choisir sa formule parmi les différentes options disponibles, justifier son choix et cela ne va pas sans négociations, compromis et parfois conflits entre membres d une même famille. Lorsque les individus n y parviennent pas, les experts en «politique de vie» sont là pour les épauler ou alors la collectivité, à travers l État, est intimée d intervenir. C est ainsi que l on demande depuis quelques années une prise en charge des enfants qui sont jugés difficiles à éduquer, une aide à l exercice du «métier de parent» (la désormais célèbre «parentalité»), une protection contre les risques économiques de la séparation, une médiation dans les conflits familiaux, une défense des femmes battues et des enfants abusés, une aide à l exercice du soutien familial aux personnes âgées dépendantes, etc. Autant dire que les contradictions de l individualisme familial ont pour effet d alimenter le processus de normalisation douce qui caractérise l époque. Ces demandes ne sont pas en elles-mêmes illégitimes. Elles ne font que traduire l ampleur et la difficulté du travail cognitif et relationnel devenu nécessaire pour parvenir à articuler des normes de provenances diverses. Elles ne sont par conséquent que le 31. L ouverture du choix des possibles pose évidemment la question de savoir si l option visée par l individu ou la famille est accordée aux ressources disponibles. Ainsi des familles populaires peuvent être séduites par les valeurs d égalité et de négociation sans que les individus disposent des moyens leur permettant d agir en conséquence et d obtenir que leurs objectifs personnels soient pris en compte. 109

18 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre produit de l individualisme familial et de la prolifération cacophonique des normes relatives à la vie intime. La famille : une institution malgré tout Contre l idée désormais banale d une désinstitutionnalisation de la famille, il faut rappeler pour conclure que la famille demeure bel et bien une institution malgré la promotion de l individualisme familial. Elle est une institution sociale aux deux sens que peut recouvrir sociologiquement ce terme. En premier lieu, elle est institution parce qu elle est un système normatif qui rend possible le «vivre ensemble», la coordination entre les uns et les autres dans la famille. Le paradoxe, nous l avons dit, est que ce système normatif est marqué par les valeurs de l individualisme et de l autonomie personnelle («être l auteur de sa vie») qui dévalorisent la vie sociale, les rôles et les normes sociales. La seule subordination qui soit idéalement compatible avec l individualisme est la subordination de soi à soi. Or ce que nous avons peine à voir c est que cet individualisme est lui-même une création sociale, un «esprit social», la manifestation d une autorité morale, de moins en moins perceptible, de la société sur les individus. En ce sens, que la famille soit ou non marquée par l individualisme, cela ne change rien à l affaire : les individus trouvent devant eux un ensemble d idées, de significations et d actes qui délimitent le champ des possibles. L improvisation a ses limites. Preuve s il en est que l institution est toujours là. Si l institution familiale demeure, ses formes quant à elles évoluent. Les normes de la vie familiale ne se présentent plus (ou de moins en moins) comme des prescriptions, des règles de conduite à suivre sous peine de sanctions, légitimées par une magistrature morale. Elles s apparentent à des conseils, recommandations, persuasions et empruntent des voies nouvelles qu il faut découvrir et recenser. En ce sens, cette mutation du régime de normativité familiale est liée à l émergence d une société de la communication dans laquelle les messages normatifs circulent de manière anonyme et insensible sans que l on sache très bien quelle en est la source. C est d ailleurs ce qui en rend la critique bien plus difficile. En second lieu, la famille est aussi une institution si l on entend par ce mot non pas un état, mais un processus de fixation, de cristallisation de la norme. La famille est aujourd hui saturée de normes sociales diverses qui l atteignent de toutes parts. Cette abondance normative produit une cacophonie, rendue possible par le fait que les normes se relativisent les unes les autres. Dans cette situation, les individus doivent produire un travail spécifique, réflexif ou cognitif 110

19 Ce que l «individualisme» ne permet pas de comprendre mais aussi relationnel, qui consiste à articuler ou accorder plusieurs de ces normes entre elles et à justifier la sélection opérée 32. Ce travail peut être appelé «travail d institution» en ce qu il consiste à instituer le quotidien de la famille 33. L époque où il suffisait d endosser son rôle (celui de père, d épouse, d aîné, etc.) pour prendre sa place dans la famille, sans se poser davantage de questions, est terminée. Plusieurs rôles coexistent désormais, chacun ayant sa légitimité propre. Certes le choix ne précède pas nécessairement le fait de se conformer finalement à l un d eux. La vie normative n est pas un supermarché dans lequel il suffirait de choisir entre différentes options mises à plat. Mais rares sont les familles dans lesquelles, à un moment ou à un autre de leur itinéraire, il ne faille pas justifier les options retenues ou prendre un autre cap. La réflexivité que cela suppose de la part des individus est à la fois alimentée par les normes sociales et contribue plus encore à leur prolifération. Jean-Hugues Déchaux 32. Voir, s agissant de la sexualité, M. Bozon, Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan, 2 e éd., Voir V. Descoutures, M. Digoix, E. Fassin et W. Rault (sous la dir. de), Mariages et homosexualités dans le monde. L arrangement des normes familiales, Paris, Autrement,

LA FAMILLE À L'HEURE DE L'INDIVIDUALISME

LA FAMILLE À L'HEURE DE L'INDIVIDUALISME LA FAMILLE À L'HEURE DE L'INDIVIDUALISME Jean-Hugues Déchaux C.E.R.A.S Projet 2011/3 - n 322 pages 24 à 32 ISSN 0033-0884 Article disponible en ligne à l'adresse: --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences En présentant son projet de loi «ouvrant, selon ses propres termes, le mariage

Plus en détail

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à

VIVIANE DERASPE. Psychologie sociale et environnementale. 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC. Évolution, effets et solutions. Travail présenté à VIVIANE DERASPE Psychologie sociale et environnementale 350-004-88, gr. 01 LE DIVORCE AU QUÉBEC Évolution, effets et solutions Travail présenté à M me Josée BEAUCHAMP Département de sciences sociales Collège

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales Ressources pour le lycée général

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité"

Jean-Claude Kaufmann L'invention de soi - Une théorie de l'identité Séminaire de sociologie des migrations et des relations interethniques. Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité" Introduction Le collectif comme ressource L'identité fournit

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République.

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République. éduscol LA CHARTE COMMENTÉE Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales notions et

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité»

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» «Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» groupe : Nouvelles familles Décembre 2010 Les rapports établis par les groupes de réflexion du Lab sont des contributions libres aux

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris I - Bilan de la GPA dans le monde II - La situation actuelle en France III - Les possibilités d évolution dans la perspective de la révision des lois de bioéthique

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

S AFFIRME LE PRIMAT DE L INDIVIDU?

S AFFIRME LE PRIMAT DE L INDIVIDU? QUELS LIENS SOCIAUX DANS DES SOCIÉTÉS OÙ S AFFIRME LE PRIMAT DE L INDIVIDU? 1. LES FORMES DE SOLIDARITÉS SELON EMILE DURKHEIM VIDEO DU COURS 2. L INTÉGRATION SOCIALE EN QUESTION A. LA MONTÉE DE L INDIVIDUALISME

Plus en détail

CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE 1.1 LES FORMES DU CONTRÔLE SOCIAL

CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE 1.1 LES FORMES DU CONTRÔLE SOCIAL CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE La socialisation a pour but d intégrer l individu dans un groupe ou dans la société. Le but de cette intégration est d assurer la cohésion sociale. Le processus

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Femme stérile. Enfants

Femme stérile. Enfants Dossier documentaire sur la famille SEQUENCE : LA DIVERSITE DES FORMES FAMILIALES 1) Quelle est l information principale apportée par le document 1? 2) Représentez la forme de mariage chez les Nuer en

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 2015 Offre de formation Egalité femmes/hommes U Unn lleevviieerr ddee ddéévveellooppppeem meenntt iinnddiivviidduueell eett ccoolllleeccttiiff CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 Le CIDFF de

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Les divorces dans l immigration : une perspective transnationale.

Les divorces dans l immigration : une perspective transnationale. Les divorces dans l immigration : une perspective transnationale. MICHÈLE VATZ LAAROUSSI, UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE MAGNININ KONÉ, RIFE ESTELLE BERNIER, UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Objectifs Réfléchir sur les

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Le statut du beau-parent sous deux angles d approche : la coparentalité / la pluriparentalité

Le statut du beau-parent sous deux angles d approche : la coparentalité / la pluriparentalité Le statut du beau-parent sous deux angles d approche : la coparentalité / la pluriparentalité Par Annick Faniel A l heure où la séparation conjugale est devenue un «fait social» 1, où «plus d un couple

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Avant-propos à la 3 e édition

Avant-propos à la 3 e édition Avant-propos à la 3 1 Avant-propos à la 3 e édition Au fil des années, les entreprises ont accentué leur tendance à déléguer à des intervenants extérieurs, en l occurrence les cabinets de consultants,

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

I - Qui est le Conseiller d Orientation?

I - Qui est le Conseiller d Orientation? Le Conseiller d orientation, sa formation et sa pratique au niveau des Enseignements Secondaires. Communication du Professeur Pierre FONKOUA et de Monsieur Richard YOUTHA à la Table ronde organisée par

Plus en détail

Conjuguer la paternité au temps de l après-divorce : des trajectoires plurielles

Conjuguer la paternité au temps de l après-divorce : des trajectoires plurielles Conjuguer la paternité au temps de l après-divorce : des trajectoires plurielles Agnès Martial, Centre Norbert Elias ANR 08-JCJC-0057-01-PATERNITES. Colloque Pères en solitaire : paternités contemporaines

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) le musicien intervenant (MI) dumiste, acteur du

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Lien entre autonomie au travail et gestion de la vie hors du travail

Lien entre autonomie au travail et gestion de la vie hors du travail Lien entre autonomie au travail et gestion de la vie hors du travail Patrick Imbeau Rachid Bagaoui Département de Sociologie Cet article porte sur la question de l autonomie au travail et de la gestion

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Document distribué aux participants du Carrefour formation du 12 février 2014. 1. Entre normes et tradition,

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

LA FAMILLE ET LA PLACE DES GRANDS-PARENTS DANS CETTE FAMILLE

LA FAMILLE ET LA PLACE DES GRANDS-PARENTS DANS CETTE FAMILLE LES ANALYSES DE 2 0 1 1 / 1 3 DE L ACRF LA FAMILLE ET LA PLACE DES GRANDS-PARENTS DANS CETTE FAMILLE Que de questions se posent à nous aujourd hui au sujet de la famille. Quand notre fils se marie et fonde

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale Table des matières Table des matières... 2 Résumé... 3 Mots-clés... 3 Introduction... 4 Comment définir la famille?... 4 Histoire(s) de famille(s)... 5 La désaffection du mariage... 6 L union libre...

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie. Livre Blanc 2012-2013

Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie. Livre Blanc 2012-2013 Les cabinets d'expertise-comptable et la sous-traitance de la Paie Livre Blanc 2012-2013 Eriaxis-FocusPaie, 2012 Pourquoi externaliser la Paie? Préambule La Paie est une source de coûts et de risques,

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES 1 2 CARRIÈRES SOCIALES SOMMAIRE PRÉAMBULE - Organisation des études - Adaptation locale MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES OPTION ANIMATION SOCIALE ET SOCIO-CULTURELLE 1 - Méthodologie,

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Colloque du mardi 30 septembre 2014

Colloque du mardi 30 septembre 2014 Colloque du mardi 30 septembre 2014 Accueil par Mme LE PIOUFF. Présentation des intervenants : - Mme TRIBBIA, chargée de mission à l ARACT Lorraine - Mme LAVOIVRE, psychologue du travail au CDG 54 - Mme

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Les relations parents-enfants au quotidien

Les relations parents-enfants au quotidien Délégation interministérielle à la Famille Les relations parents-enfants au quotidien 7 janvier 2007 Ipsos / DIF Contacts : Etienne MERCIER : 01 41 98 92 79 Christelle CRAPLET : 01 41 98 94 32 etienne.mercier@ipsos.com

Plus en détail

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens Deux courants sociologiques anciens Le holisme selon lequel on ne peut saisir la façon dont les hommes agissent en société qu en étudiant les mécanismes et les déterminismes qui les enserrent dans leur

Plus en détail

Le mariage en 27 questions

Le mariage en 27 questions Le mariage en 27 questions 1. Combien de temps faut-il pour préparer un mariage? L Église catholique demande aux fiancés de se présenter dans leur paroisse au moins un an avant la date souhaitée. Ceci

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale.

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. CODE DE DEONTOLOGIE Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. Il a pour but de fixer des points de référence éthiques et déontologiques, spécifiques à la pratique professionnelle

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre éducateur(trice) de jeunes enfants sommaire 8 Introduction 11 Les EJE aujourd hui 11 Un métier de femmes? 12 Les spécialistes de l accueil collectif de

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail