RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER"

Transcription

1 RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER NEGOMETAL ROMANS-SUR-ISÈRE (26) Fait à Aix-en-Provence, Le 10 Août 2012 et modifié le 30 Septembre 2013 KALIÈS KASE V3

2 PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le présent dossier est effectué en application des Livres V des parties législative et réglementaire du Code de l Environnement. Il concerne la demande d autorisation d exploiter, déposée par la société NEGOMETAL pour l extension des activités de son site de ROMANS-SUR-ISÈRE. La société NEGOMETAL exploite actuellement un centre de collecte, tri et valorisation de déchets. Le site est actuellement soumis au régime de l Autorisation, par Arrêté Préfectoral n 1469 du 5 Mai 1995 complété par l Arrêté n du 29 Septembre 2011, au titre de la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l Environnement, pour les activités suivantes : 2712 Installation de stockage, dépollution, démontage, découpage ou broyage de véhicules hors d usage 2713 Installation de transit, regroupement, tri de métaux ou de déchets de métaux non dangereux 2714 Installation de transit, regroupement, tri de déchets non dangereux de papiers/cartons, plastiques, caoutchouc, bois La société possède notamment pour son activité de dépollution de Véhicules Hors d Usage l agrément nécessaire pour la dépollution, le démontage, le découpage et le broyage des VHU. Suite au rachat d une parcelle attenante au site actuel, NEGOMETAL projette de s étendre sur le terrain voisin afin de : principalement réorganiser son exploitation en profitant de zones d activités de taille plus importante, anticiper la croissance de l activité pour les années à venir. Dans l immédiat, aucune augmentation de production n est réellement prévue : les activités seront simplement réorganisées sur les deux terrains pour offrir de meilleures conditions d exploitation. Celles qui seront transférées sur la nouvelle parcelle sont : la dépollution des VHU, la collecte et la valorisation des métaux ferreux. En complément de ces activités, un stockage d amiante liée sera réalisé. Seules des opérations de regroupement et d expédition d amiante seront effectuées. KALIÈS KASE V3 Page 2

3 Comme le montre la vue aérienne ci-dessous, les terrains concernés par l extension sont localisés à l Ouest du site existant : les deux sites seront uniquement séparés par la Route des Frères Lumières. Avec l accord de la Mairie, cette route sera transformée en sens unique et fermée à son extrémité Est pour permettre la communication entre les deux sites NEGOMETAL sans risque de collision avec des véhicules particuliers. Extension Route des Frères Lumières Rue Réaumur Site actuel Source : Au regard de la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l Environnement définie à l'annexe de l'article R du Code de l'environnement, les installations du site seront alors soumises à : Autorisation au titre des rubriques 2713 Installation de regroupement de métaux ou déchets de métaux non dangereux 2714 Installation de regroupement de déchets non dangereux de papiers/cartons, plastiques, bois, caoutchouc 2718 Installation de regroupement de déchets dangereux (amiante notamment) 2791 Installation de traitement de déchets non dangereux Enregistrement au titre de la rubrique 2712 Installation de dépollution de Véhicules Hors d Usage (VHU) Déclaration au titre de la rubrique 2716 Installation de regroupement de déchets non dangereux non inertes (DND) KALIÈS KASE V3 Page 3

4 ÉTUDE D IMPACT INTEGRATION DANS L ENVIRONNEMENT La société NEGOMETAL est implantée Rue Réaumur, dans la zone industrielle Est de la commune de ROMANS-SUR-ISERE (Drôme - 26). Suite à la réalisation de son projet d extension, elle occupera les terrains suivants : Site existant Extension COMMUNE SECTION PARCELLES SURFACE ROMANS- SUR-ISERE DO m² m² 128 m² m² 604 m² 554 m² m² 76 m² m² m² m² m² Soit une superficie totale de m². Au vu du Plan Local d Urbanisme (PLU) de la commune de ROMANS-SUR-ISERE, ces terrains sont localisés en zone UI. Cette zone correspond à des terrains spécialement aménagés en vue de recevoir des constructions ou installations à usage d activités industrielles, commerciales ou de services. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement peuvent y être autorisées, mais l occupation des terrains au niveau de cette zone est réglementée en fonction des servitudes liés aux risques technologiques. La commune de ROMANS-SUR-ISERE est en effet concernée notamment par le risque nucléaire en raison de la présence de l entreprise FBFC spécialisée dans la fabrication de combustibles nucléaires. Cette installation est soumise à la réglementation SEVESO. Aujourd hui, existent : un rayon réflexe de 600 m centré autour du bâtiment en question : dans ce rayon réflexe ne sont autorisées notamment que les constructions ou extensions des constructions à usage industriel n aggravant pas les risques potentiels vis à vis de la protection du périmètre à risque de l usine FBFC et dont l effectif est limité, KALIÈS KASE V3 Page 4

5 un périmètre réflexe correspondant à la zone de mise en œuvre des moyens prévus dans le Plan Particulier d Intervention (PPI) de l usine : dans ce périmètre, sont notamment autorisés l aménagement et l extension mesurée des constructions existantes sous réserve qu il n en résulte pas un accroissement important du personnel ou du public accueilli. Les terrains occupés par la société NEGOMETAL, situés en bordure Sud des limites de propriété de la société FBFC sont concernés par ces deux périmètres. Il est important de noter que l extension du site ne nécessitera pas l embauche de personnel supplémentaire. Les salariés actuels seront simplement redéployés en fonction des activités sur les deux zones d activités. De plus, aucune construction ni extension de bâtiment n est prévue, seulement une réhabilitation de l existant. Le PLU précise également que, à l intérieur de la zone PPI réflexe, toutes constructions, extensions ou réaménagements avec changement de destination ou susceptibles d accueillir des effectifs supplémentaires devront prévoir de créer, ou de désigner, une zone de mise à l abri et à l écoute de la radio. Cette zone sera d une capacité suffisante pour accueillir le personnel et les personnes présents dans l entreprise ou le bâtiment ainsi réaménagé. L arrêt des ventilations devra s effectuer au minimum dans cette zone de mise à l abri. Un point d eau sera disponible. Une radio, équipée de piles, devra être en état de fonctionnement. Bien que le nombre de personnes exposées ne soit pas aggravé avec la mise en place du projet, la société NEGOMETAL prévoit la création d une zone de mise à l abri dans le bâtiment existant sur l extension lors de sa réhbailitation. Cette zone de mise à l abri sera constituée de la salle de repos et de restauration, de taille suffisamment importante pour accueillir l ensemble du personnel (38 personnes). La ventilation sera équipée d un dispositif de coupure, un point d eau sera disponible et une radio avec piles sera mise à disposition. Le site, de même que les terrains accueillant l extension, ne sont pas localisés sur une zone de protection naturelle (ZNIEFF, ZICO, NATURA 2000) et la zone d'étude ne comporte pas d'édifices protégés inscrits ou classés dans un rayon de moins de 500 m. KALIÈS KASE V3 Page 5

6 EAU ET SOLS Caractéristiques de l installation : Le site actuel NEGOMETAL est alimenté en eau potable par le réseau d alimentation de la ville de ROMANS-SUR-ISERE. Il en sera de même pour l extension. La consommation en eau potable est limitée aux besoins sanitaires du personnel, voire ponctuellement à quelques opérations de lavage des engins lorsque nécessaire. La consommation en eau du site est de 718 m³ en Les activités ne nécessitant pas l utilisation d eau, et l embauche de personnel complémentaire n étant pas nécessaire dans le cadre du projet, la consommation en eau future sera du même ordre que l actuelle. Le tableau ci-dessous présente les différentes données relatives aux effluents aqueux qui seront émis au niveau de l extension ainsi que les volumes annuels associés et les modes de traitement. NATURE DE L EFFLUENT INSTALLATION VOLUMES FUTURS CARACTERISTIQUES TRAITEMENT ET REJET Eaux de ruissellement Eaux domestiques Toitures m³/an Non polluées Collecte dans le réseau du site Bassin de tamponnement 915 m Voiries, zones avec vanne de coupure de stockage et m³/an Matières en Séparateur hydrocarbures d activité suspension Réseau communal Traces Eaux de lavage Station d épuration de Romans 300 m³/an d hydrocarbures des engins Milieu naturel (Isère) Sanitaires 418 m³/an Matières organiques biodégradables Matières en suspension Réseau communal Station d épuration de Romans Milieu naturel (Isère) Les eaux de ruissellement seront collectées dans un bassin de tamponnement étanche présentant un volume de 915 m³. Elles transiteront par un séparateur hydrocarbures de classe 1 avant d être transférées dans le réseau communal avec un débit de fuite contrôlé de 15 L/s. Ces rejets respecteront les valeurs limites d émission de l Arrêté Préfectoral du 25 Février 2010 portant agrément des exploitants des installations de dépollution et démontage de véhicules hors d usage, ainsi que les prescriptions détaillées dans l arrêté portant autorisation de déversement prescrit par la Mairie de ROMANS-SUR-ISERE. KALIÈS KASE V3 Page 6

7 Mesures préventives et évaluation de l impact : Un dispositif de disconnexion sera installé sur la canalisation d'alimentation en eau potable afin d'éviter tout retour de produits non compatibles avec la potabilité de l'eau. Le procédé mis à place sur le site ne nécessitera pas l emploi d eau potable. Les eaux de ruissellement de voiries et zones d activité, susceptibles de contenir des matières en suspension et des traces d hydrocarbures, seront traitées par un séparateur hydrocarbures et leur rejet sera régulé grâce à un bassin tampon. Les eaux usées domestiques, chargées en matière organique biodégradable, seront traitées par la station d épuration de la commune. Concernant les déversements accidentels : Toutes les surfaces du site susceptibles d êtres exposées à des déversements accidentels sont étanchéifiées : les voiries sont couvertes d enrobés bitumineux et les zones d activités/stockages sont constituées d une dalle béton. Il en sera de même au niveau de l extension. Les stockages de produits liquides (liquides de dépollution des VHU par exemple) seront stockés dans des conteneurs fermés sur une rétention adaptée à l abris des intempéries. Des bacs de sciure seront mis à disposition au niveau de l atelier. Une vanne sera installée sur le réseau de collecte des eaux de ruissellement afin d éviter toute propagation d une éventuelle pollution. Les eaux d extinction incendie seront confinées sur le site (imperméabilisé), grâce à la vanne de coupure présente sur le réseau, à la topographie des terrains, à la présence de seuils au niveau des portes d accès aux bâtiments, et à l installation de dos d âne aux deux accès du site. L impact du projet peut être considéré comme restreint dans le domaine de l eau. KALIÈS KASE V3 Page 7

8 AIR Caractéristiques de l installation : L activité de la société NEGOMETAL est à l origine de faibles émissions atmosphériques. Il en sera de même dans la situation future : les installations prévues sur l extension sont déjà existantes sur le site actuel et seront simplement déplacées. Les installations de chauffage dans les bureaux sont des convecteurs électriques. Le même type d équipement sera mis en place dans les bâtiments rénovés de l extension. L activité de récupération et de traitement mécanique des métaux peut être à l origine de faibles émissions de poussières métalliques diffuses. De par la nature du traitement (cisaillage), les retombées de ces dernières sont cependant limitées aux abords même de la presse. Elles sont donc considérées comme négligeables. L activité de cisaillage des ferrailles, existant d ores et déjà aujourd hui, sera transférée sur l extension. Le projet ne sera donc pas à l origine d émissions diffuses supplémentaires liées à cette activité. La dépollution des véhicules hors d usage est susceptible de générer des composés organiques volatils lors du pompage des huiles et carburants. L ensemble des liquides dangereux récupérés seront contenus dans des cuves fermées, limitant ainsi le risque d évaporation. L émission de COV liés aux activités du site est donc négligeable. A noter que cette activité est également déjà présente sur le site existant et sera déplacée dans le cadre du projet. Dans le cadre du projet, la société NEGOMETAL souhaite mettre un place un stockage d amiante : aucune opération particulière de manipulation du produit ne sera réalisée, elle sera uniquement en transit, en attente d expédition pour enfouissement. Les produits seront réceptionnés sur palette et filmés. Des consignes précises quant à la réception des produits et la manipulation des palettes seront mises en place. De plus il est important de souligner que l amiante sera exclusivement non friable. Au vu de ces éléments, cette activité ne sera pas à l origine de rejet atmosphérique. A noter également en moindre mesure l envol de poussières éventuellement chargée en métaux lié au soulèvement des ferrailles par les engins d exploitation ainsi que les gaz d échappement liés à la circulation des véhicules. KALIÈS KASE V3 Page 8

9 Compte tenu de ses activités et du type de déchets réceptionnés et valorisés, le site ne sera pas à l origine d émissions d odeurs particulières. Mesures préventives et évaluation de l impact : Afin de prévenir les envols de poussières liés au soulèvement des métaux par les engins d exploitation, la société NEGOMETAL veillera, comme pour son site actuel, à nettoyer régulièrement le sol des aires d activités. De plus, un mur béton d une hauteur de 3 m sera installé en limite d exploitation et permettra de limiter tout envol. Enfin, la mise en place du projet ne génèrera pas une augmentation significative du trafic des camions. De ce fait, l augmentation des gaz d échappement des véhicules liés à l activité du site sera très limitée. A noter que la société NEGOMETAL utilise de l additif pour carburant AD BLUE afin de réduire les émissions de ses moteurs poids lourds. L impact du projet dans le domaine de l air peut donc être considéré comme limité. KALIÈS KASE V3 Page 9

10 CLIMAT Recensement des émissions atmosphériques liées au projet à pouvoir de réchauffement : Les activités du site NEGOMETAL seront à terme à l origine d émissions CO 2 lié à la combustion du carburant des camions de livraison et d expédition, des engins participant à l activité du site (engins de manutention, broyeur bois) et des véhicules du personnel. Mesures préventives et évaluation de l impact : L augmentation des gaz d échappement émis liés à la circulation des véhicules ne sera pas significative. De plus, NEGOMETAL ne possède que 6 camions parmi l ensemble des véhicules de livraison ou d expédition des déchets. Enfin, les engins intervenant au niveau de l extension seront, comme pour le site actuel, conformes à un type homologué et contrôlés périodiquement. L impact du projet au niveau du climat ne sera pas notable. KALIÈS KASE V3 Page 10

11 BRUIT Caractéristiques de l installation : La société NEGOMETAL est implantée en zone industrielle. Les premières habitations sont localisées à 120 m au Sud du site. Le bruit ambiant de la zone d étude est principalement constitué par : le chenil en bordure de site, les activités des sociétés voisines, le trafic au niveau de la zone d étude. Les sources potentielles de nuisances sonores dans la situation future seront les suivantes : pour l activité de récupération et valorisation des métaux, principalement le fonctionnement de la nouvelle presse-cisaille (extension) ; à noter que la pressecisaille existante sera maintenue sur le site actuel pour le traitement de l aluminium exclusivement, pour l activité de dépollution des véhicules hors d usage, essentiellement le fonctionnement de la presse à pneus (extension), le fonctionnement du broyeur à bois (site existant), le fonctionnement de la presse à balles (site existant), la circulation des engins de manutention associés aux activités précisées ci-dessus, la circulation des véhicules liés à l activité du site, Le site fonctionnera comme actuellement exclusivement en période diurne. Les horaires de travail seront les suivants : du lundi au jeudi : 8h 12h et 14h 18h, le vendredi : 8h 12h et 14h 17h, le samedi : 8h 12h. KALIÈS KASE V3 Page 11

12 Mesures préventives et évaluation de l impact : Une campagne de mesures acoustiques a été réalisée afin de déterminer le niveau acoustique initial au niveau de la zone d étude, avant la mise en place du projet. Ce dernier est de 52 db(a) au niveau de l extension, soit l équivalent du niveau sonore d une conversation. L exploitant fera réaliser une nouvelle campagne de mesures acoustiques afin de valider le respect des valeurs réglementaires pour la totalité du site suite au démarrage de l exploitation de l extension. Cette nouvelle campagne prendra notamment en compte la présent d une zone à Emergence Réglementée (ZER) localisée à proximité : il s agit du camp d accueil des gens du voyage, au Sud du site. L extension, comme actuellement le site existant, sera équipée en partie d un mur béton d une hauteur de 3 m en limite d exploitation (notamment au Sud, du côté de la ZER). Il permettra de limiter la dispersion des émissions acoustiques dans l environnement. La nouvelle-presse cisaille qui sera mise en place aura une technologie différente de la presse actuelle. Au lieu d être équipée d un tapis vibrant (principale source de bruit), la presse fonctionnera avec un piston. Cette technologie permet notamment de réduire de façon notable les émissions sonores de l équipement. Compte tenu du fait que la majorité des métaux récupérés seront traités avec cette nouvelle presse, le projet permettra de réduire considérablement les émissions sonores liées à l activité du site. KALIÈS KASE V3 Page 12

13 DECHETS Inventaire des déchets : Les principaux déchets actuellement générés par le site sont : pour l activité de dépollution des VHU : les fluides extraits des véhicules, à savoir le carburant, le liquide de refroidissement, le lave-glace, les liquides de frein, les huiles de moteur, les huiles de boîtes de vitesse, les pneus, les batteries, pour l activité administrative : des papiers, cartons et cartouches d encre ; des boues issues de l entretien des débourbeurs-déshuileurs. L activité de dépollution des VHU étant délocalisée sur l extension suite à la réalisation du projet, les déchets correspondants seront également déplacés. De même pour les déchets administratifs, les bureaux étant déplacés dans les nouveaux bâtiments. Les quantités resteront toutefois identiques, le projet ne consistant qu en un réaménagement. Elimination : Comme pour le site actuel, l extension sera entièrement clôturée. Les déchets seront collectés en bennes, sous bâtiment ou couvertes, ainsi qu en cubitainers placés sur rétention et sous abris. Dans la continuité de la situation actuelle, les déchets générés seront confiés à des sociétés extérieures spécialisées et autorisées pour la valorisation ou l élimination, ce qui minimisera l impact sur l environnement. La typologie des déchets présents au niveau de l extension sera identique aux déchets générés actuellement : ces derniers seront uniquement déplacés, en lien avec l activité délocalisée. Le projet n aura pas d impact dans le domaine des déchets. KALIÈS KASE V3 Page 13

14 TRAFIC Caractéristiques de l installation : Le site NEGOMETAL est implanté en zone industrielle à environ 3,5 km à l Est du centre-ville de la commune de ROMANS-SUR-ISERE. Il est accessible depuis la Rue des Frères Lumière. Cette dernière sera, avec l accord de la Mairie, transformée en impasse. Le trafic généré par la société NEGOMETAL est exclusivement de type routier. Le trafic engendré par l activité actuelle du site est de l ordre de 126 véhicules par jour. La situation ne sera pas modifiée dans la situation future : l activité du site étant réorganisée, il sera simplement réparti de façon différente. Le site existant sera plutôt dédié aux poids lourds tandis que l extension accueillera les particuliers. Mesures préventives et évaluation de l impact : Le volume de circulation généré par les activités du site NEGOMETAL représente moins de 4 % du trafic global de la zone (estimation majorante compte tenu du fait que tous les véhicules n empruntent pas le même itinéraire). Le projet d extension ne viendra pas augmenter le trafic lié à l activité du site mais simplement le réorganiser en fonction des deux sites. L impact du projet en ce qui concerne le trafic peut être considéré comme nul. KALIÈS KASE V3 Page 14

15 EVALUATION DES RISQUES SANITAIRES L étude d impact menée dans le cadre du dossier de demande d autorisation d exploiter a permis d identifier les différentes rejets générés par l exploitation des installations de la société NEGOMETAL qui seront mises en place au niveau de l extension, de déterminer leur nature et d évaluation les volumes émis. Au vu de ces éléments, synthétisés précédemment, il apparaît que : l ensemble des eaux générées sur le site sont prises en compte et subissent un traitement adapté ; l impact du projet dans le domaine de l air est considéré comme négligeable ; la valeur maximale autorisée en limite de propriété de 70 db(a) correspond à l ordre de grandeur d un bruit de circulation et reste en deçà de la limite de dommage (trouble de l ouïe et de l équilibre) ; compte tenu du mode de gestion des déchets, il n y a pas de contact possible entre les déchets nocifs générés par les activités du site et les populations environnantes. Au regard des conclusions de l Etude d impact et des points développés ci-dessus, l impact sanitaire des activités de la société NEGOMETAL peut être considéré comme négligeable à l encontre des populations environnantes. KALIÈS KASE V3 Page 15

16 ÉTUDE DES DANGERS L'Etude des Dangers a permis de définir les principaux risques liés à l'exploitation des installations du site NEGOMETAL Les conclusions sont mentionnées ci-après : Le retour d'expérience révèle que les principaux accidents recensés sur des activités similaires à celles qui seront effectuées au niveau de son extension sont des incendies. Lorsque la cause est connue, ces derniers sont dus principalement à des actes de malveillance ou des causes accidentelles : Parmi les causes accidentelles, les sources d incendie peuvent être des effets loupe du verre sur des stockages de VHU ou des résidus de liquides inflammables. Il est à noter que la société NEGOMETAL prendra les dispositions techniques et organisationnelles pour éviter toutes traces de résidus de liquides inflammables à proximité de ses stockages. Contre les actes de malveillance, elle disposera d un site entièrement clôturé. De plus, un système de surveillance par infra-rouge et des caméras de télésurveillance seront installés comme sur le site actuel. Une vigilance est à prévoir pour ce qui concerne les fuites ou déversements de substances susceptibles de polluer le milieu naturel. La société NEGOMETAL travaillera uniquement sur des surfaces imperméabilisées. Des produits absorbants seront mis à disposition et les eaux de ruissellement sur les zones imperméabilisées transiteront par un séparateur d hydrocarbures-débourbeur correctement dimensionné. Un portique détectant des éléments radioactifs sera mis en place à l entrée de l extension. En cas de détection, la même procédure que celle en place sur le site actuelle sera appliquée. L analyse des potentiels de dangers présentés par produits qui seront présents au niveau de l extension a permis d identifier les risques suivants : l incendie des VHU dépollués ou non, l incendie des stockages de ferrailles, le déversement accidentel lié à la présence de produits liquides (fluides de dépollution), susceptible de générer une pollution du milieu naturel, KALIÈS KASE V3 Page 16

17 éventuellement le feu de nappe lié à l inflammation de la nappe épandue suite à un déversement accidentel, le blève d un réservoir de GPL, au niveau de l aplatisseur ou de la presse-cisaille. L analyse des risques et les modélisations des phénomènes dangereux ont permis de mettre en évidence qu aucun événement n est susceptible d engendrer des conséquences sur l environnement immédiat du site. De ce fait, aucun scénario n est retenu comme accident majeur potentiel. Compte tenu des activités des sites industriels localisés à proximité et des distances séparant les établissements soumis à Autorisation dans l environnement du site, il est considéré que les dangers associés à la plupart des établissements industriels environnants sont négligeables. Concernant les trois sites SEVESO localisés à proximité du site : d après les cartes d aléas thermiques et toxiques liés à la société BAULE, les effets susceptibles d être générés en cas de sinistre restent dans un périmètre rapproché de l établissement, lui-même localisé à 580 m de la société NEGOMETAL ; les terrains concernés par le projet sont également éloignés des parcelles susceptibles d être impactées par les effets générés en cas de sinistre sur le site COURBIS SYNTHESE ; bien que le l enveloppe globale du Plan Particulier d Intervention du site FBFC inclut NEGOMETAL, les zones d effets des scénarios modélisés sont sans impact sur le projet. Le risque lié aux activités des sociétés voisines est donc écarté. Les risques spécifiques tels qu un accident de type routier, ferroviaire, aérien ne sont pas retenus au vu des distances séparant le site de ces voies de communication ou grâce aux dispositions prévues (mur béton de 3 m de hauteur, talus, enceinte clôturée). Les risques naturels ne sont pas retenus comme événement susceptible d être à l origine d un sinistre sur le site. KALIÈS KASE V3 Page 17

18 Des mesures techniques et organisationnelles seront effectives sur le site afin d'éviter que les évènements, cités dans l'analyse des risques, ne se produisent ou pour en limiter les conséquences. Organisation de la sécurité L ensemble du personnel susceptible d intervenir sur le site est formé à la conduite à tenir en cas de sinistre et à la manipulation des extincteurs. Des exercices sont organisés régulièrement. Parmi le personnel, deux salariés ont suivi la formation sauveteurs-secouristes du travail, qui fait l objet d un recyclage régulier. Les mesures mises en œuvre pour prévenir l apparition des sources d ignition sont les suivantes : Plan de prévention et permis de feu établis avant toute intervention, Interdiction de fumer à proximité des zones à risque d incendie (bâtiment dépollution des VHU et atelier mécanique notamment), Gestion des liquides inflammables lors de la dépollution des VHU (stockages en petits contenants et transfert vers une zone dédiée lorsque les conteneurs sont pleins), Contrôles et vérifications des installations électriques, Les installations de protection contre la foudre seront mise en place conformément à l étude technique réalisée dans le cadre du projet, Le personnel est qualifié et formé aux différents risques présentés par les installations. Les principales mesures prévues pour prévenir tout risque de pollution du milieu naturel sont les suivantes : De façon générale : L ensemble du site sera imperméabilisé (voiries bituminées et zone de stockage bétonnées), Le réseau d assainissement du site sera équipé d un séparateur hydrocarbures pour le traitement des effluents avant rejet au réseau communal, Une vanne de coupure sera installée sur le réseau du site. Elle sera actionnée en cas de déversement accidentel (une consigne sera rédigée en ce sens), afin de prévenir toute pollution vers le réseau communal ; KALIÈS KASE V3 Page 18

19 Concernant les stockages issus de la dépollution des VHU : Les fluides seront stockés dans des conteneurs de litres, sur une rétention adaptée, dans le bâtiment de dépollution. Dès qu un conteneur est plein, il sera transféré dans une armoire de la zone DIS, également sur rétention, Les batteries seront stockées dans une benne fermée étanche, Des absorbants seront disponibles à proximité des stockages. Une benne de sciure est notamment en place sur le site actuel et pourra être utilisée en cas de besoin ; Des dispositions constructives particulières sont prévues : Un mur béton sera mis en place en limites Ouest et Sud de l extension. Le mur Sud présentera une hauteur de 3 m, surmonté de barbelés et reculé de 3 m par rapport à la Rue Réaumur. En partie Ouest, le mur sera également d une hauteur de 3 m et surmonté de panneaux sandwichs ignifugés d une hauteur de 1 m (soit une hauteur totale de 4 m). Les différents stockages seront recoupés par des parois constituées de mégablocs présentant des caractéristiques coupe-feu 2 heures. Les équipements, installations ou systèmes importants pour la sécurité font et feront l objet de contrôles périodiques par des organismes agréés et de vérifications périodiques régulières. Système de détection et alarme : La détection de tout départ de feu au niveau de l extension sera réalisée par le personnel de la société NEGOMETAL. Des télécommandes permettant de déclencher une alarme seront mises à disposition : l une en haut de la grue, l autre dans les bureaux. En période nocturne, le site fera l objet d une surveillance par caméras, reportées vers une société de télésurveillance. Moyens d intervention : L ensemble du personnel NEGOMETAL est capable de manipuler les moyens d extinction incendie internes (extincteurs). Il est averti et formé aux différents risques spécifiques de l installation. Des extincteurs seront répartis à l intérieur du site et dans les lieux présentant des risques spécifiques, à proximité des dégagements, bien visibles et facilement accessibles. Les agents d extinction seront appropriés aux risques à combattre et compatibles avec les matières stockées. KALIÈS KASE V3 Page 19

20 Le site dispose d ores et déjà d une nacelle avec 2 extincteurs poudre de 50 kg, permettant d atteindre plus aisément un départ de feu sur un VHU localisé en hauteur. Elle sera déplacée sur l extension. L installation de plusieurs Robinets Incendie Armés équipés d enrouleurs est prévue. Ils sont localisés sur le plan de la page suivante. Ils seront alimentés par le réseau d eau potable et permettront de délivrer un débit de 60 m³/h. En complément, sera installé un réseau périphérique alimenté via le réseau en eau potable, équipé de branchements pour lances incendie. La presse-cisaille disposera d un système spécifique d extinction incendie à mousse. Il pourra être commandé depuis le sol ou depuis la grue. Le débit requis en cas d incendie est estimé 120 m³/h soit 240 m³ pour deux heures. A cet effet, deux poteaux incendies sont utilisables sur le domaine public, permettant chacun de délivrer au minium 60 m³/h soit au 120 m³/h en simultanée, suffisant pour couvrir les besoins en eau présentés ci-dessus. Le volume d effluents à confiner en cas de sinistre, déterminé à partir du document technique D9A, est de 380 m³. L ensemble du site sera relié au bassin de collecte d un volume de 915 m³. Dès la détection d un départ de feu, la vanne de coupure sera activée : le bassin et le réseau du site se mettront en charge et le site, de par sa topographie, permettra de faire luimême office de rétention. Pour rappel la totalité du site est imperméabilisée. De plus, des dos d ânes seront mis en place à chaque entrée de bâtiments ainsi qu aux accès au site. KALIÈS KASE V3 Page 20

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DES DANGERS BUREAU VERITAS 2272071 RESUME NON TECHNIQUE PAGE 1 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DES ACTIVITES ET DU PROJET D EVOLUTION DU SITE... 3 2 LOCALISATION

Plus en détail

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services

Enquête publique du 18 octobre au 18 novembre 2011en mairie de TERGNIER (Aisne) ENQUETE PUBLIQUE. présentée par la société NRJT Logistic services ENQUETE PUBLIQUE Demande d autorisation d exploiter des entrepôts de stockage de matière combustibles Sur le territoire de la commune de TERGNIER (Aisne) présentée par la société NRJT Logistic services

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS AVANT PROPOS La société FUCHS exploite une usine de fabrication et de conditionnement de vinaigre sur la commune de LA TREMBLADE (17). L entreprise dispose d un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 16 Janvier 2011 Infos Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT 1- Les lieux de

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 0403010201: ATELIERS DE TRAVAIL DU BOIS, à l exception de ceux exploités à des fins purement éducatives dans les écoles Etablissements

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le présent dossier est effectué en application

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES

SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES 1234 Avenue du Vignau 40 000 Mont de Marsan Tel : 05 58 05 54 30 Hélioparc Pau-Pyrénées 2

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ASA/LF/BOURGOIS/GUILLAC/EDD/2013.372 Déchetterie de GUILLAC (56) Résumé page 1 PRESENTATION DU SITE La déchetterie de Guillac est localisée sur le territoire

Plus en détail

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire 1 Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants. Ils ne sont pas polluants mais peuvent

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10)

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10) ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS 1 SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE I de l étude d impact...3 AL BABTAIN FRANCE SAS est implanté dans une zone déjà urbanisée, qui va se densifier davantage d après le Plan

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 344 SOMMAIRE I. ORGANISATION GENERALE... 346 A- Effectif et rythme de travail... 346 B- C.H.S.C.T.... 346 C- Formation

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 SOMMAIRE RESUMES NON TECHNIQUES RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 2 ANALYSE DES EFFETS DU PROJET SUR L EAU... 4 2.1 Les eaux usées... 4 2.2 Les eaux pluviales... 5 2.3

Plus en détail

1.1. Réglementation et règles de l art

1.1. Réglementation et règles de l art Afin d assurer la qualité de l assainissement collectif, la loi a donné l obligation aux particuliers de se raccorder au réseau d eaux usées lorsqu il est en place. Pour faciliter en pratique la réalisation

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Casse Auto Ammerschmitt Jean-Michel Roz Landrieux (35)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Casse Auto Ammerschmitt Jean-Michel Roz Landrieux (35) RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Casse Auto Ammerschmitt Jean-Michel Roz Landrieux (35) 1 Environnement et voisinage 2 2 Potentiels de dangers 3 3 Evaluation des risques 6 4 Evaluation des effets

Plus en détail

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain. le Code de l'environnement, en particulier ses articles L.512-7 à L.512-7-7, R.512-46-1 à R.

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain. le Code de l'environnement, en particulier ses articles L.512-7 à L.512-7-7, R.512-46-1 à R. PREFET DE L'AIN Préfecture de l'ain Direction de la réglementation et des libertés publiques Bureau des réglementations Références : ACM Arrêté préfectoral d'enregistrement des installations de la SAS

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 Stockage de liquides inflammables Installations non classées pour la protection de l environnement Arrêté du 1er juillet 2004 fixant les règles techniques

Plus en détail

Bilan annuel sécurité environnement 2014

Bilan annuel sécurité environnement 2014 27 octobre 2015 1 2 Bilan annuel sécurité environnement 2014 L activité du site en quelques chiffres Bilan environnemental 2014 Bilan des incidents / accidents en 2014 Formations Exercices et contrôles

Plus en détail

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS *****************

SCA DISTILLERIE D ARGELIERS SITE D ARGELIERS (11) RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ***************** N 08490309AI1 SITE D ARGELIERS (11) DE L ETUDE DE DANGERS ***************** FEVRIER 2009 / 15/03/09 / Patrick SIMON, AIRMES Rév. Date Objet Rédigé par Vérifié par Approuvé par REVISIONS DU DOCUMENT DE.

Plus en détail

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection...

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection... SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE DE LL ETUDE DE DANGERS 1 INTRODUCTION...2 2 ENVIRONNEMENT ET VOISINAGE...3 3 POTENTIELS DE DANGERS...4 4 IDENTIFICATION DES RISQUES...5 5 EVALUATION DES RISQUES...6 6 EVALUATION

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002

RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE LA COURNEUVE (93) 93-002 93-002 15 décembre 2014 RESUME NON TECHNIQUE DE L ENSEMBLE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER D UNE PLATE-FORME DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE TERRES POLLUEES ET DE TRANSIT DE DECHETS VERTS

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

Mais que deviennent nos bennes de déchets?

Mais que deviennent nos bennes de déchets? Mais que deviennent nos bennes de déchets? Aujourd'hui, rien qu'en France, chaque habitant génère plus d'un kilo de déchets par jour, soit environ 420 kg par an. Deux fois plus qu'en 1960. Pour enrayer

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REUNION

PREFECTURE DE LA REUNION PREFECTURE DE LA REUNION SECRETARIAT GENERAL SAINT-DENIS, le 07 avril 2009 Direction des Relations avec les Collectivités Territoriales et du Cadre de Vie Bureau de l Environnement et de l Urbanisme A

Plus en détail

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340 1. PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DE SON PROJET 1.1. Activité de la société RLD est une société spécialisée dans la location et l entretien de linge de professionnels et de collectivités (hôtellerie, restauration,...).

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE 1 Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 1 SOMMAIRE I.ORGANISATION GÉNÉRALE...4 A-Effectif et rythme de travail...4 B-C.H.S.C.T...4 C-Formation et information

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Electricité L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants.

Plus en détail

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER PLANET WATTOHM - Site de Senlis (60) Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques RESUME NON TECHNIQUE Senlis, Février 2009

Plus en détail

NOTICE DE PRESENTATION

NOTICE DE PRESENTATION - 1 - PROJET DE CENTRE DE RECYCLAGE SECTEUR MERMOZ A EYSINES NOTICE DE PRESENTATION CONTEXTE DE LA DEMANDE La Communauté Urbaine de Bordeaux est compétente en matière de gestion des déchets en ce qui concerne

Plus en détail

Installations Classées pour la Protection de l'environnement. Arrêté d enregistrement N 545 du 12 août 2015

Installations Classées pour la Protection de l'environnement. Arrêté d enregistrement N 545 du 12 août 2015 PREFET DE LA CÔTE-D'OR Direction départementale de la protection des Populations Pôle Environnement et ICPE Affaire suivie par Eric LAMY Tél. : 03.80.59.67.11 Fax : 03.80.59.67.18. Courriel : eric.lamy@cote-dor.gouv.fr

Plus en détail

A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans?

A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans? A lire attentivement et à conserver Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans? FBFC Romans fabrique des combustibles nucléaires. La Franco-Belge de Fabrication de Combustible (FBFC) est intégrée

Plus en détail

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00

TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 TOULOUSE : ZAC de Garonne - Chemin de Chantelle - 31200 - Tél : 05 34 51 12 00 L entreprise Professionnel dans la collecte, le traitement et la valorisation de déchets industriels depuis plus de 80 ans

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement

DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement DREAL Midi-Pyrénées Direction Régionale de l Environnement de l Aménagement et du Logement Service des Risques Technologiques et Environnement Industriel Division Prévention des Impacts sur la Santé et

Plus en détail

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Organisation des travaux 4 170 LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Quelles seront les différentes étapes du chantier du réseau du Grand Paris? Plusieurs méthodes pourront être

Plus en détail

La gestion des véhicules hors d usage en Région bruxelloise. Juillet 2004

La gestion des véhicules hors d usage en Région bruxelloise. Juillet 2004 La gestion des véhicules hors d usage en Région bruxelloise Juillet 2004 1 Contexte (1) Directive 2000/53/CE + Décision européenne des déchets 2000/532/CE: le VHU non dépollué est un déchet dangereux le

Plus en détail

Imprimerie - sérigraphie

Imprimerie - sérigraphie 1 Les déchets Les déchets issus des activités d imprimerie sérigraphie peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

Dossier n 5. Résumé non technique de l étude des dangers. Antea Group

Dossier n 5. Résumé non technique de l étude des dangers. Antea Group Dossier n 5 Résumé non technique de l étude des dangers 1 Sommaire Pages 1. Introduction... 3 2. Environnement et sensibilité... 4 3. Dangers et risques présentés par les activités du site... 5 4. Etude

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

Réaménagement de la soute à produits chimiques

Réaménagement de la soute à produits chimiques Réaménagement de la soute à produits chimiques CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique 28 rue

Plus en détail

Stockage de produits chimiques

Stockage de produits chimiques Conseils prévention Santé au travail Crée le 28/04/2011 par VK Mise à jour 28/04/2011 par VK Stockage de produits chimiques 1 Risques liés au stockage de produits chimiques...2 2 Règles générales...2 3

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Stockage et distribution de Liquides inflammables

Stockage et distribution de Liquides inflammables Contrôles périodiques des installations soumises à DC Stockage et distribution de Liquides inflammables 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des textes réglementaires

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

REDUIRE LES POLLUTIONS DE L EAU, DE L AIR ET DU SOL LORS D UN CHANTIER

REDUIRE LES POLLUTIONS DE L EAU, DE L AIR ET DU SOL LORS D UN CHANTIER Les chantiers sont souvent sources de pollution. Sol, sous-sol, eau air sont menacés par plusieurs types de pollutions ou de nuisances : - pollution des sols, de l eau de surface ou souterraine par des

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Information: protection incendie dans les installations de tri et de conditionnement de déchets

Information: protection incendie dans les installations de tri et de conditionnement de déchets Information: protection incendie dans les installations de tri et de conditionnement de déchets Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Pourquoi une protection incendie?... 3 1.2. Où trouver des directives

Plus en détail

RÅsumÅ non technique de l Åtude d impact

RÅsumÅ non technique de l Åtude d impact CTERPILLR France SS - Site d Echirolles - venue uguste Ferrier - 38130 Echirolles Dossier de demande d autorisation d exploiter d une installation classåe pour la protection de l environnement Projet d

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination INERTES Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : Filières d élimination ou

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Plomberie Chauffage Climatisation L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de plomberie-chauffage-climatisation peuvent être classés en trois catégories : Les déchets

Plus en détail

Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement

Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement Son objectif : diminuer les nuisances causées par les activités du chantier : bruit, pollutions des milieux naturels, consommation

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Réglementation ICPE Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Législation applicable En France, 500 000 établissements relèvent actuellement de la législation

Plus en détail

LES DECHETS La liste des déchets établit une nomenclature pour les déchets dangereux et non dangereux. Cette liste unique est définie dans l annexe II du décret n 2002-540 du 18 avril 2002. Les déchets

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.)

Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) Fourniture de deux armoires pour le stockage des déchets dangereux diffus Maître de l'ouvrage : Communauté d Agglomération de l albigeois CCTP Fourniture

Plus en détail

EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT

EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT S O M M A I R E 1/ Des produits et concepts visant à réduire p. 4 à 6 l impact environnemental Gammes hygiène, essuyage et nettoyage Concepts Biomatic,

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5

NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5 COMMUNE DE L HOUMEAU PLAN LOCAL D'URBANISME Modification évolution réglementaire PROJET APPROUVE LE 29 Janvier 2010 ANNEXES NOTES TECHNIQUES EXPLICATIVES PIECE N 5.2.5 COMMUNE DE L HOUMEAU PLAN LOCAL D'URBANISME

Plus en détail

Sols pollués urbanisme

Sols pollués urbanisme Sols pollués urbanisme en Aquitaine Prévenir et agir la réglementation en vigueur les responsabilités de chacun les risques sanitaires les leviers d action les solutions concrètes face aux problèmes qui

Plus en détail

ENQUÊTE PUBLIQUE. du 21 janvier au 5 mars 2013. Installation classée pour la protection de l'environnement

ENQUÊTE PUBLIQUE. du 21 janvier au 5 mars 2013. Installation classée pour la protection de l'environnement Commission d enquête : Philippe-Gérard PAUTROT (Président) Pierre COURBIÈRE (Titulaire) Pascal HAON(Titulaire) Annie TOURREL (Suppléant) ENQUÊTE PUBLIQUE du 21 janvier au 5 mars 2013 Installation classée

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail

Peinture / revêtement

Peinture / revêtement Si vous réalisez également l activité de décapage, consultez aussi la fiche métier correspondante. 1 Les déchets Vos déchets se décomposent en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne se transforment

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 13 FÉVRIER 2006 2006/6197 - INSTALLATION CLASSÉE POUR L'ENVIRONNEMENT SOUMISE À AUTORISATION - DEMANDE D'AUTORISATION PRÉSENTÉE PAR LA SOCIÉTÉ OMNITHERM EN VUE DE MODIFIER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

Mécanique Industrielle

Mécanique Industrielle Vous voulez démarrer une activité de mécanique industrielle. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

Seuil de DECLARATION

Seuil de DECLARATION L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT FABRICATION D OBJETS DIVERS QUELLE DEMARCHES ADMINISTRATIVES EFFECTUER? Votre entreprise peut être soumise à des formalités particulières, notamment à la législation des

Plus en détail

Plan L ocal. d U rbanisme. Commune de SAINT- DONAT- SUR- HERBASSE. Département de la Drôme

Plan L ocal. d U rbanisme. Commune de SAINT- DONAT- SUR- HERBASSE. Département de la Drôme Département de la Drôme Commune de SAINT- DONAT- SUR- HERBASSE Plan L ocal d U rbanisme 5a - Annexes (Pièces écrites) 5a.1. Servitudes d Utilité Publique 5a.2. Eléments relatifs au réseau d eau potable

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles.

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UJ CARACTERE DE LA ZONE. La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. Les constructions à usage d habitation ne sont autorisées que

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Nettoyage Cette fiche concerne les activités de nettoyage industriel, de nettoyage de bureau et le lavage des vitres. L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de nettoyage

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles G. Filières de valorisation et de traitement Tt détenteur de déchet est responsable du déchet jusqu à son élimination finale Ts rejets dans l eau, dépôts sauvages et brûlages sont rigreusement interdits.

Plus en détail