Décembre. PRÉSENTATION DES TRAVAUX D'OPTION des élèves de la Voie Spécialisée et du Master Stratégies Energétiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Décembre. PRÉSENTATION DES TRAVAUX D'OPTION des élèves de la Voie Spécialisée et du Master Stratégies Energétiques"

Transcription

1 Décembre 2011 PRÉSENTATION DES TRAVAUX D'OPTION des élèves de la Voie Spécialisée et du Master Stratégies Energétiques

2

3 TRAVAUX D OPTION des élèves de la voie spécialisée et du Master Stratégies Energétiques Session Décembre 2011

4

5 Sommaire L Ecole des Mines de Paris Présentation de l école...4 Le mot de la Direction...7 Qu est-ce qu une option?...9 Plan d accès Le calendrier Liste des sujets par option Présentation détaillée Biotechnologie...17 Développement industriel des procédés avancés Économie industrielle Finance quantitative T Génie atomique Géosciences Géostatistique Gestion scientifique Ingénierie de la conception Innovation et entrepreneuriat Machines et énergie Master stratégies énergétiques Mareva Systèmes de production et de logistique Index par élève

6 Présentation de l'école L' École des Mines a été fondée en 1783, à l époque où l exploitation des mines était l industrie de haute technologie par excellence et concentrait les problèmes de sécurité des personnels et de planification économique, voire les enjeux géopolitiques (l accès aux matières premières rares ou stratégiques). Tout naturellement, les compétences de l École Missions Les missions principales de l École sont : former : - des Ingénieurs du Corps National des Mines et d autres grands corps techniques de l État, - des Ingénieurs Civils, - des Docteurs, - des Ingénieurs étrangers, en France et hors de France. conduire des actions de recherche, gérer certaines activités de service public telles que bibliothèque et collection de minéralogie. ont suivi le développement de l industrie et l École des Mines étudie, développe et enseigne aujourd hui l ensemble des sciences et techniques utiles aux ingénieurs y compris les sciences économiques et sociales pour former des ingénieurs généralistes polyvalents aptes à répondre aux besoins d une économie en mutation rapide et à les anticiper. Les jeunes ingénieurs de l École des Mines de Paris se tournent vers presque tous les secteurs de l entreprise : production, recherche, gestion, ressources humaines, ingénierie, finances ; ils sont présents dans tous les domaines : industrie lourde, industries de transformation, secteur tertiaire, services, banques, conseil, etc. Recherche Parmi les toutes premières, l École des Mines a compris la nécessité d appuyer la formation des ingénieurs sur une recherche dynamique et concernée par les problèmes industriels. Ce type de recherche, dite orientée, s est notablement développée au cours des trente dernières années, dans des disciplines qui font traditionnellement partie des préoccupations de l École, à savoir : - les géosciences, - l énergétique, - les matériaux, - les mathématiques appliquées et l informatique - les sciences économiques et sociales. 4

7 L École comprend 15 centres de recherche répartis principalement à Paris, Evry, Fontainebleau, Sophia-Antipolis. Son personnel compte plus de 700 personnes employées à temps plein, dont 70% de scientifiques ; plus de la moitié (30,1 M ) des ressources contractuelles de recherche provient du secteur concurrentiel. Formation Pour l année , l École des Mines de Paris accueille plus d un millier d étudiants dans plusieurs cycles : Formation des ingénieurs des corps de l État (3 ans) (20 étudiants par an) Cycles de formation spécialisée et mastères (1 an) (environ 300 étudiants par an) Études doctorales (Master Recherche, puis 3 ans de thèse) Environ 500 élèves-chercheurs préparent une thèse à l École des Mines (une centaine de diplômes de docteur de l École des Mines par an). Formation d ingénieurs Cycle des ingénieurs civils (3 ans) étudiants, recrutés : - par concours en 1 année ère - sur titres en 2 année ème - visiteurs en 2 ou en 3 années dans le cadre ème ème d échanges internationaux Cycle de l institut supérieur des techniques - 2 ans de formation en alternance pour des techniciens ayant 5 ans d expérience professionnelle (une quinzaine d étudiants par an) Formation continue de courte durée Séminaires, stages, journées d études Cycles interentreprises ou réalisés à la demande d une entreprise, en France ou à l étranger Formations spécialisées de 3 cycle ème pour des ingénieurs ou niveau équivalent, débutants ou expérimentés 5

8

9 Le mot de la direction En décembre et janvier prochains, les élèves en voie spécialisée de la promotion sortante feront une présentation publique de l étude personnelle qu ils ont menée dans le cadre de leur option. Cette présentation, qui couronne un travail important et original, constitue un des actes pédagogiques majeurs de la scolarité. Nos élèves seront ainsi les principaux acteurs d un véritable colloque, qui présentera quelques unes des préoccupations actuelles des entreprises et des évolutions attendues dans un avenir immédiat, et ceci dans des domaines aussi divers que les mathématiques appliquées, le génie des procédés et les matériaux, les sciences de la terre, les sciences économiques et sociales, la gestion, l énergie, etc. Chaque sujet est d origine industrielle : il est mis au point dans le cadre des relations de coopération anciennes et confiantes qu entretiennent les membres du corps enseignant avec les milieux économiques. C est dire qu il s agit de problèmes difficiles pour lesquels nos partenaires attendent des solutions, que nos élèves élaborent avec l aide de l encadrement fourni par nos centres de recherche et nos correspondants industriels. Les résultats obtenus donnent souvent lieu à des publications dans des revues professionnelles et à des distinctions scientifiques. A ce colloque participeront les élèves bien sûr, mais aussi les enseignants, les chercheurs et la direction de l école, ainsi que de nombreux ingénieurs et responsables d entreprises. Ce sera l occasion pour l auditoire d apprécier non seulement les compétences de nos élèves et leur créativité, mais aussi leur enthousiasme et leur aptitude à transmettre un message, qualités dont ils auront le plus grand besoin dans leur carrière future. Nous espérons vivement que vous serez des nôtres pour prendre part à cette réunion et apporter votre contribution aux débats. Ce document en présente le programme mais il est aussi la galerie de portraits de la totalité des élèves de la promotion et d une partie de l équipe pédagogique qui les a suivis pendant leur scolarité. Il vous permettra de poursuivre la relation ainsi initiée. Et, sous réserve de l accord de nos partenaires, les rapports écrits qui vous intéressent plus particulièrement pourront être mis à votre disposition. 7

10

11 qu est ce qu une option? qu'est-ce qu'une option Dans la pédagogie voulue par l école des Mines, l option constitue un élément essentiel. Elle permet l apprentissage du travail personnel ou en petite équipe dans un domaine où toutes les ressources et toutes les connaissances d une personne doivent être sollicitées et où les solutions ne sont jamais évidentes et sont rarement uniques. Elle constitue une excellente formation pour des jeunes conduits à connaître les difficultés, les limites et aussi les joies de ceux qui sont appelés à assumer des responsabilités dans le monde industriel. Les activités d option n ont pas pour but de former des spécialistes dans une branche industrielle donnée ou dans tel ou tel aspect de la recherche, mais de fournir à chaque élève l occasion de mobiliser l ensemble de ses connaissances pour obtenir une solution au problème industriel concret qui lui a été posé dans le cadre de son stage d option. Ces travaux reflètent toujours les préoccupations actuelles des entreprises. Aussi les élèves sont-ils toujours en contact durant leur période d option avec les entreprises ou les organismes qui ont posé les problèmes étudiés, tout en gardant un contact pédagogique étroit avec les enseignants responsables et le centre de recherche de l école associé à l option. Ces travaux font l objet en fin de troisième année d un rapport écrit et d un exposé public où sont invités les élèves, les enseignants, la direction de l école, les industriels et les représentants des organismes intéressés. Déroulement de l option : Les élèves de première année choisissent leur option avant la fin de l année scolaire. Les élèves admis sur titres en deuxième année sont affectés dans les options en tenant compte de leurs préférences. Les effectifs de chaque option sont volontairement limités afin d assurer un taux d encadrement optimal. Les activités au sein des options sont, en règle générale, les suivantes : En deuxième année, et essentiellement au début de la troisième année, les élèves reçoivent une formation complémentaire et spécifique les préparant aux études particulières qui leur seront confiées. Ils se familiarisent également avec les données humaines et techniques de la branche industrielle ou scientifique concernée aussi bien dans les centres de l école que dans les centres et entreprises associés à travers le monde (Allemagne, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Japon, Chine, Guyane, Maroc, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Inde, Mexique, Malaisie, Russie, USA, Vénézuéla par exemple). Au cours de la troisième année, les élèves entreprennent le travail personnel que nous avons déjà évoqué. Deux cursus différents sont proposés. Une première formule commence en janvier avec une période d un mois de stage dans l organisme qui a fourni le sujet. De février à mars, une journée par semaine peut être consacrée à l option ; enfin les mois d'avril à juin permettent d effectuer la deuxième partie du stage au sein de l entreprise et la préparation de la soutenance et du rapport. Une deuxième formule associe une période préparatoire en janvier à une période bloquée de stage de mi-mars à fin juin, qui permet de traiter des sujets s accommodant mal d une interruption, étude à caractère international ou expérimental par exemple. Durant toute la période d option, les élèves ont un encadrement de tout premier plan qui mobilise toutes les compétences utiles au déroulement du sujet. Chercheurs, ingénieurs, professeurs d option apportent leur soutien et leur aide méthodologique pour mener à bien le travail d option. Grâce à ce tutorat, les étudiants non seulement apprennent à mobiliser toutes leurs connaissances mais à résoudre des problèmes réels et à affronter des projets de grande envergure. 9

12 PLAN D'ACCÈS - SOUTENANCE DES TRAVAUX D OPTION AMPHIS DE L AILE VENDÔME - V107 Schlumberger - V V AMPHIS DE L AILE LUXEM- BOURG - L106 Mandel - L108 Poincaré - L109 Le Chatelier - L118 Elie de Beaumont - L213 Héroult - L218 Walras - L224 Friedel L213 L218 L224 Direction des études Musée de Minéralogie L109 Asc L108 L118 V V Asc Terrasse Vendôme Salle le Play V107 V106 Salle Vendôme Salle Chevalier Cafétéria Bibliothèque L106 Accueil provoire Cour d honneur WC BDE Foyer ENTRÉE École des Mines de Paris 60, boulevard Saint-Michel Paris (RER Luxembourg) 10

13 Calendrier MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2011 Développement industriel des procédés avancés... L 106 Finance quantitative... L 224 Génie atomique... L 213 Géosciences... L 213 Gestion scientifique... L 224 Ingénierie de la conception... L 106 Innovation et entrepreneuriat... L 224 Machines et énergie... L 218 Systèmes de production et logistique...l 218 JEUDI 15 DÉCEMBRE 2011 Économie industrielle... L 106 Finance quantative... L 224 Machines et énergie... L

14

15 Liste des sujets par option BIOTEChNOLOGIE Mardi 13 décembre (L106) 10h-11h Alexis VRIGNAUD Mission de conseil pour les prévisions de ventes d un produit contre la douleur DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL DES PROCÉDÉS AVANCÉS Mercredi 14 décembre (L106) 15h-16h Delphine CHARDON Optimisation du pilotage de la part achetée (public restreint*) 16h-17h Joana ARREGUY Optimisation des lignes de redécoupe de verre 17h-18h François DEROUX Lancement et industrialisation d un nouveau produit en céramique technique (public restreint*) ÉCONOMIE INDUSTRIELLE Jeudi 15 décembre 2011 (L106) 10h-11h Manuella BOUJARD Estimation du revenu additionnel du référencement payant FINANCE quantitative Mercredi 14 décembre 2011 (L224) 9h-10h Mohammed MAHMOUDI Assistant exotic trader 10h-11h Ismail BALHACHMI Ingénierie financière et paramètres implicites 11h-12h Nabil AQUEDIM Option-Based Strategies for Merger Arbitrage Jeudi 15 décembre 2011 (L224) 9h-10h Sokhna M BAYE VIX, futures and options 10h-11h Adar DUGARZHAPOV La valorisation des sociétés GÉNIE ATOMIqUE Mercredi 14 décembre 2011 (L213) 8h30-10h Thierry ESCABASSE Elaboration des spécifications techniques d exploitation pour l EPR 13

16 GÉOSCIENCES Mercredi 14 décembre 2011 (L213) 10h-11h Anne-Flore BONVALOT Conception environnementale - Démarche d étude des bâtiments à énergie positive 11h-12h Victor DI RUGGIERO Acquisitions, cessions et partenariats dans l immobilier des centres commerciaux Géostatistique Janvier h-10h Timothée MOULINIER Les fondamentaux de l acquisition sismique et étude sur les fairings pour l acquisition marine GESTION SCIENTIFIQUE Mercredi 14 décembre 2011 (L224) 17h-18h Chivoine REM Conduite d un projet d externalisation des fonctions d impression INGÉNIERIE DE LA CONCEPTION Mercredi 14 décembre 2011 (L106) 10h30-11h30 Victor SEBAG Veille concurrentielle innovation sur les objets intelligents 11h30-12h30 Clémence CARREEEL Comprendre les fonctionnements et la perfomance d un entrepreneuriat collectif et créateur de valeur grâce aux théories de la conception INnovation et entrepreneuriat Mercredi 14 décembre 2011 (L224) 14h-15h Kilian BAZIN Développer et imposer une vision de marché : le retail analytics 15h-16h Clément FROT Construire une méthode de développement agile au sein d une start-up du Web 16h-17h Thibaud ANTIGNAC Peut-on concilier service personnalisé et respect de la vie privée? Machines et énergie Ayant eu lieu antérieurement Bohan JIN Recherche des paramètres déterminant les défauts sur une ligne de production de verres destinés aux installations photovoltaïques Vendredi 9 décembre h30-11h30 Auxence GROS-BOROT Etude des leviers technico-économique du coût des éoliennes offshore Mercredi 14 décembre 2011 (L218) 9h30-10h30 Thibaut MERCIER Meilleure caractérisation des paramètres primaires des réacteurs nucléaires 10h30-11h30 Xavier LAMBIN Besoins en flexibilité du système gazier britannique (public restreint*) Jeudi 15 décembre 2011 (L224) 10h30-11h30 Paul BERHAUT Etude de l oxy-combustion charbon en réacteur à lit fluidisé 14

17 MASTER STRATÉGIES ÉNERGÉTIQUES Lundi 16 janvier h-10h Giulia ACQUARELLI Eclairages sur le marché de l énergie en Europe 10h-11h Fernando DIEZ Transfert international de technologie dans le domaine de l éclairage efficace 11h-12h Youness EL FOUIH Etude de l intérêt énergétique de la ventilation double-flux dans les bâtiments neufs 14h-15h Rebecca PINTO Intégration entre ASU et terminaux de regazéification de GNL 15h-16h Luis RAMIREZ Amélioration du modèle utilisé pour le bilan prévisionnel 16h-17h Irina SIN Etude de sensibilité dans la modélisation du roll front mareva Vendredi 23 décembre Jean-Charles FRANCK Systématisation de l analyse des impacts modéles sur les produits complexes : application à la modélisation stochastique de la corrélation SYSTÈMES DE PRODUCTION ET DE LOGISTIQUE Mercredi 14 décembre 2011 (L218) 9h30-10h30 Sandra FERRAGUTI Gestion opérationnelle de projets en maroquinerie 10h30-11h30 Yann de la ROCHE Mise en place de deux lignes de production pour Otis à Bangalore SAINT-ANDRE 11h30-12h30 Léo DAGUET Pilotage à moyen terme de la production : adéquation charge-capacité et arbitrages tactiques 14h-15h Laurent AUGUSTE Stratégie de croissance d un leader de production de fours industriels 15h-16h Lasmar HADJ BELGACEM Définition des offres de services domotiques 16h-17h Arafat M LIKA Mission d accompagnement stratégique d un groupe de protection sociale 17h-18h Alexis WATINE Amélioration de la disponibilité des produits P&G en magasin * Pour assister aux présentations à public restreint, il est indispensable de prendre contact au préalable avec les professeurs d option concernés : DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL DES PROCÉDÉS AVANCÉS Alain Gaunand MACHINES ET ENERGIE Jérômes Adnot 15

18

19 Biotechnologie Depuis une vingtaine d années, la biotechnologie s intègre de plus en plus dans des procédés industriels de transformation de la matière. Cette nouvelle stratégie applicative des sciences de la vie nécessite aujourd hui de repenser les productions et les produits sur les bases des acquis scientifiques récents et d introduire, chaque fois que nécessaire, les nouvelles biotechnologies. La biotechnologie concerne donc, par les perspectives qu elle ouvre, des secteurs de plus en plus étendus de l activité industrielle : l agriculture, l agro-alimentaire, la pharmacie, la médecine, la cosmétologie, la chimie, l environnement, C est une discipline transversale, à la croisée des Sciences de la Vie et des Sciences de l Ingénieur pour laquelle la pluridisciplinarité est obligatoire. L ingénieur doit pouvoir comprendre et participer aux choix réalisés en prenant en compte aussi bien les aspects scientifiques et technologiques que les aspects économiques. L option a donc pour objectif de donner aux élèves une synthèse des connaissances actualisées des Sciences de la Vie en vue de comprendre l exploitation du vivant, les biotechnologies et leur participation à l économie générale. L option fournit à l élève l occasion d utiliser l ensemble de ses connaissances d ingénieur généraliste afin d obtenir une solution à un problème industriel concret qui lui est posé dans le cadre de son projet de fin d études. Du fait des applications variées de la biotechnologie, les sujets d études sont également très diversifiés comme ceux présentés cette année. Arnaud BLONDEL, Pierre MONSAN, Véronique STOVEN 17

20 Biotechnologie Mardi 13 décembre L106 10h-11h Alexis VRIGNAUD Mission de conseil pour les prévisions de ventes d un produit contre la douleur La propriété industrielle a pour objet Ce travail s est déroulé au sein d un cabinet de conseil en stratégie, spécialisé dans le domaine de la santé. Un client s apprête à mettre sur le marché un médicament anti-douleur proche d un autre produit déjà lancé. La mission consiste à prévoir les ventes du nouveau produit anti-douleur. Pour répondre à cette question, nous avons d abord tenté d identifier les différents segments du marché. Par l analyse des informations disponibles telles que les publications, les brevets déposés, ou les essais cliniques en cours, nous nous sommes attachés à prévoir les évènements susceptibles d impacter ce marché : par exemple la sortie d autres produits concurrents, ou l évolution de la communication concernant les produits concurrents. Ces travaux ont permis de modéliser le marché attendu pour ce nouveau produit. Ils auront un fort impact sur la stratégie adoptée par le client pour lancer son produit. CEPTON STRATÉGIES (PARIS) 18

21 Développement industriel des procédés avancés Notre niveau de vie dépend de ce que l industrie des procédés nous fournit : médicaments, eau potable, matériaux en tous genres, carburants... Ainsi, certains procédés de transformation de la matière et de l énergie, tels le procédé Héroult-Hall de production d aluminium (1886) pour l industrie aérospatiale, la combustion du charbon au XIXème siècle, la distillation du pétrole pour l industrie automobile puis celle des matières plastiques, ou ceux de biotechnologie pour la production d antibiotiques, ont bouleversé les modes de vie du XXème siècle. Aujourd hui, ces derniers sont profondément remis en cause par les conséquencesmêmes de cette production sur notre santé et notre environnement. Le développement économique d un nombre croissant de pays apparaît, en première analyse, indissociable de l augmentation rapide des émissions de gaz à effet de serre, et de celle des pollutions que ce soit durant l exploitation normale d un procédé ou en cas d accident : comment éviter, pour notre bien et celui des générations futures, l accumulation de déchets non recyclés (Ex : écrans plasma), la contamination des eaux douces, l accélération de la consommation de ressources naturelles limitées... Enfin, les exigences sociales portent d abord sur la pérennité de l emploi, mais aussi sur la garantie de sécurité totale d un procédé pour les travailleurs et pour le public. Les accidents aux conséquences dramatiques ne sont plus acceptés. La nécessité et la volonté d innovation permanente caractérisent les industries de transformation de la matière et de l énergie ; elle doit désormais s appliquer à la recherche d une nouvelle socio-économie industrielle, afin de relever les défis locaux et mondiaux, tout en soutenant le progrès des sociétés. «L écoconception» est la part opérationnelle du développement durable : le génie des procédés de transformation a l objectif d apporter des réponses techniques aux grands enjeux de l eau, l énergie, la santé et la gestion/valorisation des déchets. Piloter cette mutation requiert des ingénieurs des capacités nouvelles. Les mots-clés des solutions aux problèmes ci-dessus sont connus : recyclages, minimisation des pertes d énergie et de matières premières, utilisation de ressources renouvelables (biomasse, solaire...), changements de composition des produits pour plus de performances et un moindre impact environnemental. Pour celà, il faut «savoir concevoir» l innovation, conduire le projet jusqu à une réalisation industrielle pertinente sous les 3 angles Profit, People, Planet du développement durable. Aussi, outre ses savoirs et compétences traditionnels, l ingénieur-manager est initié aux contenus scientifiques et techniques renouvelés associés à ces exigences nouvelles - par exemple le domaine des procédés en phase plasma ou supercritique, ou celui des procédés à base de nano-structures... Il intègre très tôt dans ses projets la gestion du risque technique. Il y incorpore le facteur humain, car il doit disposer d une main d œuvre capable de faire fonctionner des procédés nouveaux. Enfin, dans le cadre d une économie mondialisée, fortement concurrentielle, qui bouleverse les positions acquises, la pérennité d une entreprise dépend de sa capacité à réduire les temps de développement, du laboratoire à l industrie. En conclusion, bâtir des stratégies de développement industriel dans ce contexte est une tâche très complexe et risquée, mais passionnante : quel procédé une entreprise doit-elle faire évoluer? A quel rythme? Dans quels buts? C est à l ingénieur de trouver dans les plus récents développements scientifiques les solutions aux problèmes industriels complexes. L option a pour objectif d apprendre aux élèves-ingénieurs à établir ce pont entre développements scientifiques récents et problèmes industriels complexes. Elle vise à développer en eux la capacité d analyse à la fois technique, scientifique et humaine des enjeux liés au développement et au déploiement d innovations dans les procédés, sur laquelle ils baseront plus tard leur stratégie industrielle. Elle les prépare à la gestion de projets. Les industries de transformation n hésitent pas à donner dès le premier poste, voire durant le stage d option, des marges de manœuvre et de prise d initiative, que ce soit pour le développement et l industrialisation de produits et de procédés, ou pour la conception et la construction d unités. Les missions confiées évolueront selon les goûts et les aptitudes vers le management de la globalité d un projet, la responsabilité d unités ou de sites, ou les directions centrales. Parce que l industrie de procédés est au cœur des problématiques de développement durable, et concernée au moins au même titre que les autres par les bouleversements décrits plus haut, les élèves ayant suivi l option trouvent à exploiter les compétences qu ils ont développées dans tous les secteurs; mais il s avère que leur carrière ne les éloigne jamais complètement d activités de transformation de matières ou d énergie. C. BOUALLOU, A. GAUNAND Enseignants-chercheurs participant à l option : Mesdames Elise El Ahmar, Carol Toro-Molina et Messieurs Christophe Coquelet, Françis Courtois (Agro-ParisTech), Emmanuel Garbolino, Jean-François Hochepied, Amir Mohammadi, Pierre Monsan (INSA Toulouse), Maroun Nemer, Bruno Peuportier, Deresh Ramjugernath (UKR? Afrique du Sud). 19

22 Développement industriel des procédés avancés Mercredi 14 décembre L106 15h-16h Optimisation du pilotage de la part achetée Delphine CHARDON PUBLIC RESTREINT (cf. page 15) Au sein du Business Group Réacteurs et Service, la Business Unit Propulsion et Réacteurs de Recherche (PR&R) a engagé en 2011 un ambitieux plan de performance sur l ensemble de ses activités. L un des grands volets de ce plan vise l optimisation du pilotage de la «part achetée» en raison de son poids important par rapport aux revenus de l entreprise. C est dans ce contexte qu une équipe du Conseil Interne d AREVA a été mandatée afin d établir un diagnostic de performance de la fonction Achats et d accompagner la mise en œuvre de ses recommandations. La mission confiée a été organisée autour des trois objectifs suivants : - Analyse des dépenses d achat - montant, catégories d achats critiques, panel des fournisseurs, - dans l optique d enrichir les stratégies d achat ; - Compréhension et analyse détaillée du partage des rôles et responsabilités dans le pilotage de la part achetée - expression du besoin, planification des achats, suivi de la réalisation des commandes, - et proposition de modèles d organisation ; - Simplification du processus d achat pour les achats de fonctionnement dans le but d une plus forte réactivité areva - direction du Conseil interne (PaRis) 16h-17h Joana ARREGUY Optimisation des lignes de redécoupe de verre Pendant de nombreuses années, les efforts de Saint-Gobain Glass ont principalement porté sur l amélioration du rendement de ses installations de production de verre en continu ou lignes Float, en délaissant les lignes de redécoupe ou «off-line», qui se trouvent en bout de chaîne. Depuis cette année la Direction Technique Internationale souhaite optimiser ces dernières. Elles réalisent principalement la découpe de plaques de verre de grande dimension en éléments dits «primitifs», de taille adaptée à une transformation ultérieure en pare-brises. De nombreuses pertes sont observées dans ce process, elles résultent de deux phénomènes : - des chutes de verre géométriques dues aux dimensions des primitifs - l élimination des défauts de qualité : tout primitif contenant un défaut sera jeté La première partie du projet consiste à créer un procédé intelligent créant un plan de découpe adapté et différent pour chaque plateau en fonction de ses dimensions, de celles des primitifs à produire, et de la position des défauts. Le programme de calcul des nouveaux plans de découpe a été développé en amont, mon travail consiste à le transposer au niveau industriel. Dans un deuxième temps, l objectif est d étendre les fonctionnalités de ce système afin de pouvoir produire des primitifs avec des défauts, qui d après leur position dans le futur pare-brise et leurs caractéristiques seront acceptés par le client. saint-gobain glass (aubervilliers) 20

23 17h-18h François DEROUX Lancement et industrialisation d un nouveau produit en céramique technique PUBLIC RESTREINT (cf. page 15) Le groupe français Imerys, leader mondial des minéraux industriels, développe pour ses clients des solutions qui améliorent leurs produits ou leurs processus de production à partir de minéraux qu il extrait et transforme selon des procédés complexes. Ces minéraux trouvent de très nombreuses applications dans la vie quotidienne - produits d hygiène, papiers, plastiques, batteries, filtration des liquides alimentaires, le bâtiment - peintures, tuiles, briques, polissage de surfaces, ou l industrie - revêtements réfractaires, abrasifs, lubrifiants. L équipe Innovation d Imerys a pour objectif, à partir du portefeuille de 29 minéraux du groupe, d imaginer et de concevoir de nouvelles applications ou de nouveaux produits finis, et de cibler des opportunités de marché. Le projet auquel est rattachée l étude vise à fabriquer et commercialiser un produit en céramique technique apportant une rupture technologique sur son marché. Il entre aujourd hui dans sa phase de développement final. Une grande partie de ma mission a consisté à étudier les procédés de production ainsi que l industrialisation d une des matières premières du produit, à savoir une poudre composite précuite : la montée en puissance du projet nécessitera le passage d une production à l échelle pilote - quelques centaines de kilos par mois, à une production industrielle d une dizaine de tonnes par mois. Dans ce but, trois procédés différents du procédé pilote actuel ont été envisagés : l atomisation, le compactage et l électro-fusion. Des essais de faisabilité technique de l ensemble de ces pistes sont en cours et la solution retenue devra assurer la qualité du produit fini au meilleur coût. Enfin ma mission a également comporté un volet stratégique, avec une étude du marché sur lequel Imerys a pour ambition d introduire son produit. imerys - CoRPoRate innovation (PaRis) 21

24

25 Économie industrielle Economie Industrielle est centrée sur l entreprise : ses conditions d émergence, son environnement concurrentiel, ses logiques de croissance. Mais aussi, ses grandes L option décisions : investissement en production, en distribution, en R&D, exploitation de la propriété intellectuelle, gamme des produits, tarification, relations verticales avec distributeurs et sous traitants, localisation géographique L actualité fournit d abondantes illustrations de ces sujets : fusions, délocalisations industrielles, investissements dans les technologies de l information, exploitation de la propriété intellectuelle, adoption de standards, guerre de prix L étude de ces décisions et des enjeux de politique publique associés fait appel à des domaines variés de l analyse économique (contrats, innovation, différenciation, tarification), ainsi qu aux contributions de la théorie des jeux, de l histoire industrielle, de la finance d entreprise, de la régulation des marchés. Les concepts et outils d analyse développés par la micro-économie forment le socle théorique de l économie industrielle. Les raisonnements d économie industrielle tiennent aujourd hui une place centrale dans la formulation des stratégies d entreprises, leur communication financière, ainsi que dans les arbitrages juridiques impliquant les firmes (litiges commerciaux) et les Etats (réglementation). Olivier BOMSEL 23

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Faire entrer l école dans l ère du numérique

Faire entrer l école dans l ère du numérique Thème/ titre «Faire entrer l école dans l ère du numérique». Oui mais est-ce bien pour la planète? Du papier ou du numérique utilisés au collège, lequel a le plus d impact sur l environnement, lequel est

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

Certificat en Gestion Durable des Mines et Pétrole (GDMP)

Certificat en Gestion Durable des Mines et Pétrole (GDMP) Le secteur des mines, des carrières et hydrocarbures joue un rôle fondamental dans le développement économique de l Afrique. Environ deux-tiers des pays du continent concentrent des activités minières

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René PALACIN Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

2008-2009. Mastère en Gestion Industrielle. Formation Continue MGI. Département Génie Industriel. Ecole Mohammadia d Ingénieurs

2008-2009. Mastère en Gestion Industrielle. Formation Continue MGI. Département Génie Industriel. Ecole Mohammadia d Ingénieurs Université Mohammed V - Agdal Ecole Mohammadia d Ingénieurs Département Génie Industriel MGI Mastère en Gestion Industrielle Formation Continue 2008-2009 MGI vision stratégie gestion MASTERE EN GESTION

Plus en détail

Transition énergétique : une large palette de

Transition énergétique : une large palette de 1 sur 7 11/12/2015 09:51 Transition énergétique : une large palette de métiers LE MONDE 09.12.2015 à 15h02 Mis à jour le 10.12.2015 à 09h05 Par François Schott Emmanuel Kerner pour Le Monde. La palette

Plus en détail

Écoconception d une PLV Fiche pratique

Écoconception d une PLV Fiche pratique Lorsqu une Mise en place PLV d un outil est de veille conçue, basé sur des les mots différents clés à sélectionner acteurs Eco-conception du : circuit doivent prendre en compte Rédaction plusieurs de recommandations

Plus en détail

Stages et relations industrielles

Stages et relations industrielles UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE COMPIÈGNE UTC Génie des procédés L ingénieur en Génie des Procédés est en prise directe avec les grands défis de notre siècle : maîtrise de l énergie, utilisation optimale

Plus en détail

CHALLENGES NUMERIQUES

CHALLENGES NUMERIQUES Programme d Investissements d Avenir CHALLENGES NUMERIQUES Appel à manifestation d intérêt Cahier des charges ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET https://extranet.bpifrance.fr/projets-innovants-collaboratifs/

Plus en détail

Swiss Life Asset Management. Portrait. Paris & Zurich, 2010

Swiss Life Asset Management. Portrait. Paris & Zurich, 2010 Swiss Life Asset Management Portrait Paris & Zurich, 2010 Présentation de Swiss Life AM Cinq valeurs Philosophie d investissement Nos expertises Un positionnement axé sur l Europe Sommaire 1ere Partie

Plus en détail

EFiQuaS CURSUS DE MASTER EN INGENIERIE I DESCRIPTION DU CURSUS. Economie, Finance Quantitative et Statistique UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS PARIS 2

EFiQuaS CURSUS DE MASTER EN INGENIERIE I DESCRIPTION DU CURSUS. Economie, Finance Quantitative et Statistique UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS PARIS 2 CURSUS DE MASTER EN INGENIERIE EFiQuaS Economie, Finance Quantitative et Statistique UNIVERSITE PANTHEON-ASSAS PARIS 2 I DESCRIPTION DU CURSUS IA FORMATION Le Cursus de Master en Ingénierie d Economie,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Welcome. un état d esprit

Welcome. un état d esprit * Bienvenue. Welcome * un état d esprit Plus qu un message de bienvenue, Welcome c est la promesse d ouverture que nous faisons à chaque collaborateur, dès son arrivée dans le Groupe et tout au long de

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière Vos projets au cœur de votre Gestion Financière un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier vos projets quatre

Plus en détail

CONSEIL RH ET INGENIERIE DE FORMATION

CONSEIL RH ET INGENIERIE DE FORMATION 2012 CONSEIL RH ET INGENIERIE DE FORMATION A propos d Emerging 2 Des passerelles entre l enseignement et l entrée dans l entreprise Emerging, société de conseil RH et d ingénierie en formation est spécialisée

Plus en détail

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Jérôme GUERIF Formation permanente nationale Vocal : +33 (0)4 32 72 2951 E-mail : Jerome.Guerif@avignon.inra.fr CAHIER DES CHARGES FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Contact

Plus en détail

Public. Débouchés. Les atouts du Master PIC. Statistiques des débouchés 22 % 16 % 10 % 14 % 38 % Entreprise Start-up Thèse.

Public. Débouchés. Les atouts du Master PIC. Statistiques des débouchés 22 % 16 % 10 % 14 % 38 % Entreprise Start-up Thèse. Contexte et enjeux Public Le management de l innovation, un champ en pleine mutation - Les thématiques des stratégies d innovation, de la conception des produits, de l organisation et de la conduite des

Plus en détail

EMPOWERING MANAGEMENT. Acquérir une expertise métier à haute valeur ajoutée.

EMPOWERING MANAGEMENT. Acquérir une expertise métier à haute valeur ajoutée. EMPOWERING MANAGEMENT Acquérir une expertise métier à haute valeur ajoutée. «NEOMA Business School, née de la fusion de Rouen Business School et Reims Management School, affiche une double ambition : être

Plus en détail

étude de rémunérations

étude de rémunérations étude de rémunérations dans la finance de marché Les salaires des métiers de la Moe et de la Moa AVEC NOUS, VOTRE TALENT PREND DE LA VALEUR 1 Sommaire Le mot des dirigeants Présentation METIERS DE LA MOE

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation Mastère Spécialisé Économie circulaire : les outils de l Écologie industrielle et de l Éco-conception Bac +6 Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School 2 Bienvenue à l Iteem! Vous êtes curieux, dynamique, ingénieux? Vous avez

Plus en détail

Matières Appliquées Master 1

Matières Appliquées Master 1 Appliquées Master 1 SPÉCIALITÉ COMMERCE INTERNATIONAL Semestre 7 UE LA0C142X Droit des contrats du commerce international Circuits de distribution à l international Douanes Analyse d exploitation Marketing

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Orientations générales de la politique de placement

Orientations générales de la politique de placement 16 juin 2009 Orientations générales de la politique de placement 1. La Mission du FRR 1.1 Créé par la loi n 2001-624 du 17 juillet 2001, le FRR s est vue confié pour mission par le législateur de «gérer

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Schneider Electric. Le spécialiste mondial de la gestion de l énergie. Schneider Electric France mai 2014

Schneider Electric. Le spécialiste mondial de la gestion de l énergie. Schneider Electric France mai 2014 Schneider Electric Le spécialiste mondial de la gestion de l énergie Un positionnement affirmé Production et transmission Eolienne Solaire Hydraulique Carburant bio Hydrocarbure Nucléaire Gestion de l

Plus en détail

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE DESCRIPTION GÉNÉRALE Niveau et conditions d accès Le master MSE (master européen de niveau I délivré par la Fédé*) est préparé en 2 ans pour un étudiant titulaire d un diplôme bac +3 (licence, DEES ou

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010

Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010 Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010 Quel état des lieux des EMR peut-on dresser? Que peuvent apporter les EMR à l offre d énergie existante? Comment

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion

Calendrier des examens - Session de contrôle Juin 2015 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion 1 ère Année 1 ère Année Licence Appliquée en Informatique de Gestion LUNDI 08/06/2015 MARDI 09/06/2015 MERCREDI 10/06/2015 JEUDI 11/06/2015 VENDREDI 12/06/2015 SAMEDI 13/06/2015 LUNDI 15/06/2015 MARDI

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire, patrimoine et technologies numériques de l Ecole Nationale des Chartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers»

Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers» É C O L E D I N G É N I E U R D E S T E C H N O L O G I E S D E L I N F O R M A T I O N E T D E L A C O M M U N I C A T I O N Métiers Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers» Les objectifs sont

Plus en détail

UNE ÉCOLE D INGÉNIEUR D EXCELLENCE POUR L AFRIQUE

UNE ÉCOLE D INGÉNIEUR D EXCELLENCE POUR L AFRIQUE SOMMAIRE L ÉCOLE CENTRALE CASABLANCA, L EXCELLENCE UNIVERSITAIRE À VOCATION PANAFRICAINE... 2 L ÉCOLE CENTRALE PARIS, DEVENUE CENTRALESUPELEC LE 1 ER JANVIER 2015... 3 LE RÉSEAU INTERNATIONAL DES ÉCOLES

Plus en détail

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire mémo eld / novembre 2014 2 introduction Une expérimentation basée sur la spécialisation des conseillers de Pôle

Plus en détail

DiFiQ. Diplôme Finance Quantitative. Une formation en partenariat. Ensae Dauphine Bärchen

DiFiQ. Diplôme Finance Quantitative. Une formation en partenariat. Ensae Dauphine Bärchen DiFiQ Ensae Dauphine Bärchen Diplôme Finance Quantitative Une formation en partenariat bonnes raisons 5de s inscrire au DiFiQ 1. Gagnez une maîtrise incontournable des techniques quantitatives en finance

Plus en détail

L externalisation : Motivations et nouveaux business models

L externalisation : Motivations et nouveaux business models Entreprise et Personnel L externalisation : Motivations et nouveaux business models Bertrand QUÉLIN Professeur Groupe HEC quelin@hec.fr «L Externalisation : Vers de nouveaux modèles d organisation RH?»

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4 L OFFRE DE FORMATION carbone 4 Changement climatique, raréfaction des ressources énergétiques la contrainte carbone s intensifie et les acteurs publics et privés doivent s adapter rapidement. Or, la meilleure

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE

EFFICACITE ENERGETIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable EFFICACITE ENERGETIQUE 1 ère STI2D CI4 & CI5 : Efficacités énergétiques active & passive Cours ET 1. Problématique 1.1. Enjeux environnementaux

Plus en détail

GUIDE DES MASTERS PROFESSIONNELS

GUIDE DES MASTERS PROFESSIONNELS Faculté Méditerranéenne Privée des Sciences Informatiques, Economiques et De Gestion de Tunis 2015/2016 Agrément : 01/2008 GUIDE DES MASTERS PROFESSIONNELS 1 1. Liste des masters : Masters Professionnels

Plus en détail

O LA TRANSFORMATION DE LA SOCIÉTÉ L ingénieur INP-ENSIACET met en œuvre une nouvelle approche de la science au service de la société Afin de faire face aux enjeux de demain, l INP- ENSIACET forme des ingénieurs

Plus en détail

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments en partenariat avec Et avec le soutien de la: Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments Expérimentations de solutions innovantes DOSSIER DE CONSULTATION Mai 2012 Projet Efficacité énergétique

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Diplôme Conservateur Bibliothèques

Diplôme Conservateur Bibliothèques de des Diplôme Conservateur Bibliothèques Livret de formation à destination des élèves conservateurs 23 e promotion 1 er janv. 2014 30 juin 2015 Ce livret a un double objectif : vous présenter la formation

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet?

La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? La transition énergétique, comment les réseaux sociaux en débattent sur internet? Quels enseignements en tirer pour la conduite des plans d actions engagés? L expression spontanée sur internet via les

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE INTRODUCTION DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Note au sous groupe gouvernance du groupe d experts. * L URANIUM DANS LE BILAN ENERGETIQUE FRANÇAIS Bernard LAPONCHE 3 avril 2013 * Dans les échanges

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

CONTACT PRESSE Fondation Partenariale Grenoble INP ERDF Delphine Chenevier, 06 43 10 01 28 Alexandra Pons, 01 81 97 46 63

CONTACT PRESSE Fondation Partenariale Grenoble INP ERDF Delphine Chenevier, 06 43 10 01 28 Alexandra Pons, 01 81 97 46 63 Signature de la convention relative à la création d une chaire industrielle d excellence ERDF sur les SMARTGRIDS, au sein de la Fondation Partenariale Grenoble INP CONTACT PRESSE Fondation Partenariale

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

INVESTIR DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU MAROC. www.siem.ma

INVESTIR DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU MAROC. www.siem.ma INVESTIR DANS LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU MAROC www.siem.ma «Compte tenu du développement considérable que ces nouveaux gisements énergétiques seront appelés à connaître, ils doivent être dès aujourd

Plus en détail

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N E T D AP P U I C O N S E I L P O U R L E D E V E L O P P E M E N T L O C A L F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I

Plus en détail

// FORMATION INGÉNIEUR

// FORMATION INGÉNIEUR // FORMATION INGÉNIEUR GÉNIE INDUSTRIEL DE L ENVIRONNEMENT À Rennes, la première école d ingénieurs experts des fonctions «environnement» en entreprise l École & la formation L École des métiers de l environnement

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures Coninco Master Class Les investissements en infrastructures Emmanuel Lejay, CFA, Executive Director, Swiss Life Asset Managers Vevey, 4-5 Novembre 2013 Agenda Définition de la classe d actifs Risques et

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français

des logotypes. Rexel Energy in Motion Français rotection igoureusement. Celle-ci se définie essous. Aucun visuel ou texte ne doit des logotypes. Rexel Energy in Motion Français Rexel, Building the future together Notre mission La mission de Rexel est

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

REACTEURS A EAU PRESSURISEE

REACTEURS A EAU PRESSURISEE REACTEURS A EAU PRESSURISEE Stage LIESSE Durée : 3 jours Date : 19,20 et 21 mai 2008 Lieu : Cherbourg Ecole des applications militaires de l énergie atomique ( E.A.M.E.A. ) BP19 50115 CHERBOURG ARMEES

Plus en détail