MODELES FONDAMENTALISTE, STRATEGIQUE, CONVENTIONNALISTE : UNE TYPOLOGIE DE LA DECISION SPECULATIVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MODELES FONDAMENTALISTE, STRATEGIQUE, CONVENTIONNALISTE : UNE TYPOLOGIE DE LA DECISION SPECULATIVE"

Transcription

1 MODELES FONDAMENTALISTE, STRATEGIQUE, CONVENTIONNALISTE : UNE TYPOLOGIE DE LA DECISION SPECULATIVE YAMINA TADJEDDINE Sous la direction d'a. Orléan (CEPREMAP), le 30 novembre 2000, devant le jury suivant : - D. Zajdenweber (THEMA, Université de Paris X-Nanterre, Président du Jury) ; - P. Artus (Caisse des Dépôts et Consignation, rapporteur) ; - G. Prat (MODEM, Université de Paris X-Nanterre, rapporteur) ; - M. Aglietta (FORUM, Université Paris X-Nanterre, examinateur) - R. Topol (CREA, École Polytechnique, examinateur) p. 1

2 INTRODUCTION "Spéculation [1776] : Opération financière ou commerciale qui consiste à profiter des fluctuations naturelles du marché (cours des valeurs et des marchandises, prix des biens immeubles) pour réaliser un bénéfice.", Le Robert, Langue Française, p. 921 Notre thèse porte sur la compréhension de la logique spéculative. Nous avons porté notre attention sur le seul marché des actions. Nous avons opté pour une démarche comportementale en ne présupposant aucune hypothèse normative sur les motivations des agents financiers, mais en partant des observations faites en salles de marché. Nous avons pu interviewer des traders en compte propre d'institutions financières 1, des analystes financiers 2, des investisseurs individuels 3. Nous nous sommes également enrichis de la lecture d'ouvrages historiques et actuels consacrés à l'activité spéculative 4. Ce faisant, nous avons pu établir des régularités dans les motivations des décisions d'achat ou de vente et proposer une typologie des comportements spéculatifs. Cette réflexion, menée à partir de l'observation des acteurs, nous a permis de porter un regard nouveau sur la littérature financière, et nous avons voulu corroborer notre classification, initialement empirique, par l'analyse des modèles micro-économiques existants. Notre travail consiste in fine en une catégorisation conjuguée des comportements effectifs des spéculateurs et des travaux micro-économiques abordant le fonctionnement du marché. Le résultat central de cette thèse est de montrer qu'il existe une grande diversité des logiques spéculatives, diversité illustrée pleinement par l'étude de la littérature financière ; mais cette diversité peut être appréhendée à l'aide de trois 1 Nous avons pu procéder à de longs interviews répétés de six traders appartenant à différentes banques (Banque Hervet, Crédit Lyonnais, Société Générale, ING Baring's). Les interviews étaient de temps variable, non enregistrés. Nous avons passé plusieurs journées en salles de marché. 2 Nous avons pu questionner des analystes financiers de banque (BNP, Lehman Brother's, ING Baring's, Merryl Lynch) sur la façon dont ils procédaient pour évaluer les firmes. 3 Nous avons interviewé une dizaine de petits porteurs, de différents âges (de 25 à 60 ans), afin de comprendre les mobiles de leur prise de décision. Tous ces entretiens n'avaient pas l'ambition de constituer une enquête sociologique exhaustive. Nous avons présenté ce travail de terrain lors des 1ères Journées d'études Sociales de la Finance organisées par le CSI, École des Mines. Un article sur nos résultats sera publié dans la revue Politix (4ème trimestre [2000]). 4 Bagehot W. [1873/1999], Graham B. [1991], Lefèvre E. [1923/1994], Schwager J.D. [1996], Soros G. ([1996], [1998]),... p. 1

3 modèles de base, que nous avons appelés : modèle fondamentaliste, modèle stratégique et modèle conventionnel. Nous allons dans cette introduction générale préciser ce qu'est la spéculation, avant de dresser la cadre théorique de l'approche cognitive du spéculateur, approche sur laquelle repose notre typologie des logiques spéculatives. 1. LA SPECULATION FINANCIERE Notre travail est consacré aux motivations économiques qui sous-tendent la décision spéculative. Nous consacrerons cette première partie de l'introduction à la présentation des définitions économiques de la spéculation (1.1.). Nous soulignerons ensuite que les décisions financières ne sont pas toutes de nature spéculative (1.2.) LA DECISION SPECULATIVE Il est possible de distinguer trois définitions économiques de la spéculation : la première insiste sur son caractère stabilisateur et régulateur (1.1.1.), la deuxième met en avant l'aversion au risque (1.1.2.), la dernière enfin, que nous retiendrons dans la suite de notre thèse, fait jouer un rôle central aux anticipations de prix (1.1.3.) LA SPECULATION STABILISATRICE Adam Smith [1776] souligne déjà le caractère stabilisant de la spéculation qui, en permettant de réguler l'offre et la demande, conduit à la formation d'un prix d'équilibre conforme à l'état réel de l'économie. Il s'agit de l'argumentaire classique de la stabilisation automatique du marché : le spéculateur, au fait de la valeur réelle de la firme, achète quand le cours est inférieur à la valeur fondamentale 5 et vend quand le cours est supérieur. Par son intervention, le spéculateur permet de stabiliser le cours au niveau de la valeur fondamentale. Kaldor [1987] résume ce rôle du spéculateur comme suit : "La théorie traditionnelle de la spéculation considère que la fonction économique de la spéculation est d'atténuer les fluctuations de prix dues à des changements dans l'offre ou la demande. Elle suppose que les spéculateurs sont des agents dotés d'une faculté de prévoyance supérieure à la moyenne, qui 5 Le premier chapitre précisera cette notion. p. 2

4 interviennent comme acheteurs à chaque fois qu'il y a un excès provisoire de l'offre sur la demande et qui, ce faisant, tempèrent la baisse du prix ; ils interviennent comme vendeurs à chaque fois qu'il y a une insuffisance provisoire de l'offre et, ce faisant, tempèrent la hausse du prix." p. 49/50 Cette stratégie peut se résumer par l'adage suivant : "buy cheap and sell dear". Friedman ([1953], p. 175) explicite cette logique : "Les gens qui soutiennent que la spéculation est généralement déstabilisante réalisent rarement que cela revient à dire que les spéculateurs perdent de l'argent, puisque la spéculation ne peut généralement être déstabilisante que si les spéculateurs sont en moyenne vendeurs quand les cours sont bas et acheteurs quand les cours sont hauts." Ce caractère stabilisateur du spéculateur peut aussi être perçu au niveau informationnel : l'information qu'il possède va être diffusée via les prix à l'ensemble de la communauté financière. Le spéculateur est l'individu grâce auquel l'information pertinente est véhiculée jusqu'au prix. Il est le lien entre la sphère réelle et la sphère financière permettant l efficience des marchés. On retrouve cette approche chez John Stuart Mill [1848] qui distinguait deux catégories de spéculateurs : ceux qui connaissent la valeur fondamentale et ceux qui agissent de manière irrationnelle. Ce sont les premiers qui permettent la diffusion des bonnes informations. L analyse standard de la spéculation à partir des années soixante (voir le célèbre survey de Fama [1970]) reprendra cette approche avec le concept d'efficience informationnelle. Les cours seraient les parfaits révélateurs de l information pertinente, grâce à l action des spéculateurs par essence mieux informés que les autres LA SPECULATION ET L'AVERSION AU RISQUE La seconde justification économique voit dans la spéculation un processus de transfert du risque. Le spéculateur n est plus perçu à travers son rôle dans la formation d un prix efficient, mais à travers son rôle dans l allocation du risque entre les agents. Keynes dans le Traité sur la Monnaie (1930) et Hicks dans Valeur et Capital (1946) sont les premiers à avoir mis l'accent sur ce rôle particulier imparti aux spéculateurs. Cette analyse fut reprise par la suite et a conduit au développement des marchés à terme et des options. Le spéculateur est l agent qui accepte de supporter le risque que d'autres ne souhaitent pas prendre. Il achète aujourd hui un bien à un prix certain qu il revendra ultérieurement à un prix incertain. Le prix à terme sur lequel s'engage aujourd'hui le spéculateur est alors égal au prix futur au comptant anticipé, diminué d'une décote correspondant à la prime de risque prise par le spéculateur. Cette différence est appelée p. 3

5 le "déport normal". Le rôle du spéculateur est, dans ces conditions, purement passif puisqu'il consiste à accepter d'être la contrepartie des offres émanant des producteurs dans le cas des marchés à terme, d'autres investisseurs dans le cas des marchés à option. La différence entre le spéculateur et les autres intervenants réside essentiellement en une aversion au risque moindre. Cette justification de la spéculation est à la base des nombreux articles portant sur les marchés à terme et sur les marchés des options, écrits à partir des années soixante-dix LA SPECULATION ET LES ANTICIPATIONS Après avoir exposé la définition de Keynes et Kaldor de la spéculation ( ), nous montrerons la pertinence de cette définition ( ) DEFINITION Ce sont Marshall [1923] et Williams [1936] qui, les premiers, vont mettre l'accent sur le rôle des anticipations dans le comportement spéculatif. Keynes [1936] et Kaldor [1939] poursuivront cette interprétation de la spéculation. Dans le cadre de cette nouvelle approche, un agent spéculatif décide de prendre une position sur un marché dès lors qu'il anticipe un changement à venir du prix. S'il anticipe une hausse des prix, il achète aujourd'hui afin de revendre quand la hausse se sera effectivement réalisée ; il vend s'il estime que les cours futurs seront inférieurs au cours actuel. Kaldor [1939] donne la définition suivante que nous retiendrons dans la suite de notre thèse : "La spéculation peut se définir comme l'achat (la vente) de marchandises en vue d'une revente (ou d'un rachat) à une date ultérieure, là où le mobile d'une telle action est l'anticipation d'un changement de prix en vigueur, et non un avantage résultant de leur emploi, ou une transformation ou un transfert d'un marché à l'autre. [..] Ce qui distingue achats et ventes spéculatifs des autres achats et ventes est que leur seul motif est l'anticipation d'un changement imminent du prix en vigueur." (p. 49) Les tenants de cette approche peuvent considérer que la spéculation est stabilisante, comme Marshall ou Williams, ou au contraire qu'elle peut être déstabilisante, comme Keynes et Kaldor. Les premiers arguent de la capacité des spéculateurs, mieux informés, à anticiper correctement les changements à venir de la valeur fondamentale et donc des prix. Les seconds focalisent leur analyse sur le caractère non nécessairement correct et stabilisant des anticipations des spéculateurs. L'introduction des anticipations rationnelles (Muth [1961] et Lucas [1972]) renouvellera l'approche de la spéculation en initiant une réflexion féconde sur la possibilité de bulles et de krachs endogènes et rationnels. p. 4

6 Selon cette perspective d'analyse, le mobile de la décision spéculative est la plus-value boursière qui sera réalisée à court terme. La plus-value boursière est le rendement financier défini à partir de la différence entre deux prix : - dans le cas d'un achat spéculatif, il s'agit de la différence entre le prix de revente et le prix d'achat ; - dans le cas d'une vente spéculative, il s'agit de la différence entre le prix de rachat et le prix de vente. Les dividendes qui sont les éléments centraux du rendement réel n'interviennent que secondairement dans la décision spéculative. Le signal qui déclenche l'action spéculative est la variation anticipée du prix. Dans la mesure où c'est l'anticipation du prix futur qui conditionne la décision spéculative, l'investissement a un horizon limité. L'agent cherche seulement à profiter d'une variation anticipée des cours ; une fois celle-ci réalisée, il dénoue sa position. Dans le cas où son anticipation n'est pas réalisée, il ne peut pas maintenir durablement sa position en attendant que les cours évoluent dans le sens de son anticipation. C'est ainsi que les traders en compte propre des institutions financières, supportent une contrainte de pertes maximales, imposées par le service interne de contrôle des risques, qui les oblige à dénouer leurs positions allant contre le marché. L'anticipation de l'évolution à court terme des prix constitue le fondement de la décision spéculative. A l'intérieur d'un tel cadre théorique, il suffit pour analyser la décision spéculative de savoir comment se forment les anticipations de cours. Tel sera l'objet central de notre thèse. La spéculation n'est pas propre au monde de la finance. Elle opère dès lors qu'un achat est motivé par la revente à un prix supérieur. Ce peut être le cas d'une action, d'une oeuvre d'art ou d'objets de collection (timbre poste, pin's). Les biens pouvant faire l'objet de spéculation présentent des caractéristiques communes en matière de faible lisibilité de leur valeur objective, de liquidité (facilité de revente à un prix déterminé sur un marché organisé ) et de coûts de transaction faibles (charges modérées à l'achat et à la vente). En principe, tout bien peut être sujet à spéculation. Mais si les coûts de transaction sont élevés ou si il est incertain de trouver un acheteur, le profit spéculatif escompté sera moindre ou risqué et la décision spéculative sera moins fréquente. Les marchés organisés qu'ils soient financiers (actions, obligations, change et marchés dérivés) ou non (objets de collection) offrent une liquidité forte et des coûts de transaction faibles. La spéculation n'est pas la propriété d'un bien, d'une personne ou d'un marché, elle est le mobile d'une décision à un instant donné. Un collectionneur de p. 5

7 pin's peut acheter un pin's pour le conserver (il n'est pas spéculateur dans ce cas) ou l'acheter en vue de le revendre (il est alors spéculateur). Nous avons choisi de nous intéresser aux décisions spéculatives sur les marchés financiers et plus spécifiquement sur le marché des actions. Mais nos résultats peuvent être étendus à des situations plus générales PERTINENCE DE CETTE DEFINITION Définir le comportement spéculatif à partir des anticipations présente un double intérêt. D'une part, cette définition rend compte des motivations effectives des acteurs, et d'autre part, elle offre un cadre théorique permettant de justifier l'occurrence d'instabilités sur les marchés. - Cette définition rend compte des motivations effectives des spéculateurs : Lors de nos entretiens, nous avons rencontré des spéculateurs individuels et des traders en compte propre. Dans les deux cas, le mobile de l'entrée sur le marché est la plus-value boursière. Nous considèrerons seulement le cas des traders en compte propre. Ces derniers reçoivent chaque jour un certain montant monétaire qu'ils sont chargés de faire fructifier. Ce montant, à la différence des spéculateurs individuels, n'appartient pas au trader. Il consiste pour les banques, en l'excédent journalier de trésorerie, et pour les fonds, en une part des capitaux apportés par les investisseurs. Les ordres d'achat ou de vente passés par les traders sont enregistrés en temps réel et le Back office est chargé de contrôler le bon déroulement des échanges. Les traders sont généralement chargés d'un segment du marché (industrie, automobile) ou d'une région (Europe, marchés émergents) qui délimite leur domaine d'intervention : ils ne peuvent acheter ou vendre que les titres appartenant à ce domaine. A l'exception de ces contraintes, les traders sont libres dans leurs choix de placement. Ils sont toutefois tenus de respecter les limites fixées par le service interne de contrôle des risques. Ces limites visent à protéger l'institution financière de pertes trop importantes. L'absence de contraintes organisationnelles peut avoir des conséquences dramatiques, comme ce fut le cas pour la Barings' en S'il s'avère que les positions du trader sont déficitaires et si ses pertes potentielles 6 atteignent le niveau préalablement fixé par le Service Contrôle des risques, le trader devra dénouer ses positions. Les traders en compte propre satisfont-ils à la définition économique du spéculateur? Pour répondre à cette question, il convient de préciser les différentes fonctions présentes sur le front office. On distingue généralement les sales des traders. Les premiers sont 6 Ces pertes sont évaluées comme la différence entre le prix courant et le prix d'achat des titres, multipliée par le nombre de titres détenus. p. 6

8 des intermédiaires : ils sont chargés de conseiller les clients-investisseurs et de faire passer leurs ordres. Ils ne sont donc pas des décideurs. Il revient au client final de choisir les titres achetés ou vendus. Parmi les traders en compte propre, on peut opposer les arbitragistes aux spéculateurs. Les premiers cherchent à faire des profits à partir des distorsions temporaires dans les relations de prix entre les marchés liés (places financières pour un titre donné, ou comptant/à terme). Comme les spéculateurs, ils sont libres de choisir leurs opérations. Mais, le profit réalisé est immédiat et sans risque, et le signal qui déclenche leur intervention n'est pas l'anticipation du prix futur. Les traders en compte propre ont pour fonction de faire fructifier la somme qui leur a été allouée, sur le segment qui leur a été spécifié, compte tenu des limites de risque imposées par le service interne de contrôle des risques. Dans les cas des banques, le montant est confié au trader pour un laps de temps relativement cours (jours, semaines). Compte tenu de cet horizon court termiste, la recherche du rendement réel (les dividendes annuels versés aux actionnaires) ne peut constituer un objectif. Les placements ne sont donc pas des investissements de long terme motivés par la croissance économique de la firme. Ils sont conditionnés par un autre élément : la plusvalue boursière engendrée par la différence du prix d'achat (de vente) et de revente (rachat). Les traders choisissent les titres en fonction de l'évolution attendue de leurs cours. Ainsi, au cours de mes séjours en salle de marché, lorsque je demandais aux traders ce qui avait motivé leurs décisions, la réponse à ma question était invariablement en cas d'achat : "les prix vont repartir à la hausse", ou encore "je sens une reprise", en cas de vente : "Ça va diminuer, je vends" La décision d'achat ou de vente dépend uniquement de l'anticipation d'une variation attendue des cours. Ce résultat est encore renforcé par la contrainte imposée par le Service Contrôle des Risques qui les empêche de tenir une position allant durablement contre l'évolution des prix. Pour réaliser un profit, ils sont donc obligés d'intégrer l'évolution future du prix. Ces deux éléments, horizon de court terme et nécessité de ne pas aller durablement contre le marché, permettent de spécifier la décision du trader comme une décision de nature spéculative. Les traders en compte propre sont des spéculateurs au sens de Keynes et Kaldor. La définition économique en terme d'anticipation est plus proche des motivations réelles des acteurs que les deux autres approches en terme de régulateur de l'offre et de la demande ou d'aversion au risque. Pour comprendre le fonctionnement du marché financier à partir du comportement des acteurs, il apparaît donc plus pertinent de recourir à une définition de la décision spéculative à partir des anticipations. p. 7

9 - Cette définition permet d'expliquer la survenance de krachs ou de bulles en évitant d'avoir à supposer une quelconque irrationalité des acteurs. Avant même le développement des anticipations rationnelles, des auteurs (Baumol [1957], Telser [1959], Kemp [1963], Farrell [1966], Schimmler [1973]) avaient cherché à vérifier la proposition de Friedman sur le caractère nécessairement stabilisateur de la spéculation, définie comme l'anticipation d'une variation du prix. Kemp caractérise ainsi la décision spéculative : "Intuitively we think of speculators as buying (or refraining from selling) in the expectation of later selling (or refraining from buying) at a higher price; or perhaps as selling, in anticipation of a decline in demand, earlier than would otherwise be economical.", Kemp [1963], p La définition de la stabilité pose plusieurs difficultés 7. Farrel [1966] et Schimmler [1973] considèrent qu'un régime sera d'autant plus stable que la variance des prix est moindre. Un marché avec spéculation sera donc plus stable qu'un marché sans spéculation si sa variance est moindre. Si Telser montre le bien-fondé de la proposition de Friedman, les autres auteurs nuancent ce propos, soit en considérant des situations particulières où la spéculation produit de l'instabilité (Baumol, Kemp), soit en proposant un cadre plus général où la spéculation n'est plus nécessairement stabilisante (Schimmler). La spéculation définie par les anticipations permet donc d'expliquer la possibilité d'instabilités sur un marché. Le recours aux anticipations rationnelles, avec les travaux sur l'efficience des marchés (Grossman [1976] et Grossman, Stiglitz [1978, 1980]), d'une part, la théorie des bulles rationnelles (Blanchard, Watson [1982], Tirole [1982]), d'autre part, a permis de donner un cadre général de compréhension de la spéculation sur la base de comportements rationnels. Nous retiendrons pour ces deux raisons la définition de la spéculation en terme d'anticipation des variations de prix DES DECISIONS FINANCIERES NON SPECULATIVES Toutes les décisions prises sur les marchés financiers ne sont pas spéculatives, les décisions financières ne reposent pas exclusivement sur l'anticipation de l'évolution des cours. Nous présenterons d'autres stratégies d'investissement, en distinguant suivant que le mobile de la décision est exclusivement financiers (1.2.1) ou non (1.2.2.). 7 Nous avons opté pour une définition différente de la stabilité, relativement à la valeur fondamentale. p. 8

10 p. 9

11 STRATEGIES FINANCIERES Nous présentons dans ce paragraphe des décisions financières non spéculatives. Nous reviendrons sur les décisions financières en vue d'investir à long terme ( ), de diversifier son portefeuille ( ), de se couvrir ( ) ou de profiter d'opportunités d'arbitrage ( ) L'INVESTISSEMENT DE LONG TERME La vocation originelle des marchés financiers est la mise en relation des agents à besoin d'investissement (les entreprises et l'état) avec ceux à capacité de financement (les ménages). Ces derniers choisissent de placer leur épargne en achetant des actions et cela en fonction de la rentabilité attendue de la firme. Le mobile n'est pas le profit engendré par une variation anticipée du prix. L'agent considère les revenus réels susceptibles d'être produits sur le long terme par la croissance de l'entreprise. Keynes parle à ce propos d'un comportement d'entreprise qu'il oppose au comportement spéculatif. La revente ultérieure n'est pas l'objet de l'entrée sur le marché. Ainsi, l'objectif d'un rapprochement entre deux firmes est fondé le plus souvent sur les gains économiques ou synergies (administratifs, personnel, recherche et développement) produits à long terme. Le calcul du décideur porte essentiellement sur le rendement réel attendu. Il s'agit d'un placement de long terme, non spéculatif. Le comportement de certains fonds institutionnels 8 est proche de cette logique d'entreprise, mais nombre d'entre eux ont également un comportement spéculatif, comme les hedge funds ou fonds spéculatifs. Les fonds de pension répartissent généralement le portefeuille à horizons différents selon les décaissements attendus. La rentabilité à court terme n'est pas leur unique préoccupation, et ils peuvent placer leurs capitaux durablement sur certains titres peu risqués comme les blue chips (IBM, Pechiney, Air Liquide) 9. Certains, même s'ils restent fortement minoritaires, n'hésitent pas à intervenir dans les choix stratégiques et industriels des entreprises dont ils sont actionnaires. Le mobile de ce type de placement financier n'est plus exclusivement la rentabilité financière à court terme, produite par une variation des cours. Il ne s'agit donc pas de comportement spéculatif, au sens où nous l'avons défini. 8 Baudru, Lavigne [2000] ont fait un travail empirique et quantitatif sur les placements opérés par les investisseurs institutionnels. Le 31 décembre 1999, les placements en actions des investisseurs institutionnels, toutes catégories confondues (fonds de pension, fonds mutuels, fonds spéculatifs) représentaient milliards de dollars, pour une capitalisation totale de milliards dollars, soit 44,58%. Les investisseurs américians avaient acquis dans le monde pour milliards de dollars d'actions et détenaient 63,47% des actions. 9 Montagne [1999] p. 10

12 LA DIVERSIFICATION Les achats ou ventes initiés en vue de répondre à un souci de diversification s'appuient sur l'analyse de Modigliani-Miller et le modèle initial du CAPM. Le modèle CAPM permet de déterminer un portefeuille optimal, maximisant l'espérance du rendement, compte tenu du risque. Il définit une frontière efficiente de titres qui offre le risque minimal pour un rendement donné. Ce risque minimal dépend de la corrélation entre le rendement attendu du titre et le rendement global du marché, corrélation appelée le ß du titre. L'investisseur adverse au risque qui a choisi de diversifier son portefeuille, effectue des achats et des ventes conformément à la frontière efficiente. Les variations anticipées de prix du titre ne sont pas déterminantes dans la prise de décision. Il n'adopte pas un comportement de type spéculatif. Il ne s'agit pas non plus d'un comportement d'entreprise : la rentabilité économique de long terme n'intervient que secondairement à travers la corrélation du titre avec le rendement du marché. Les fonds de pension adoptent ce type de démarche. Ce choix peut résulter d'une contrainte institutionnelle ou technique afin de limiter l'exposition au risque des capitaux placés. L'objectif des placements est de reproduire le rendement du marché. On parle de gestion indicielle, ou gestion passive. Les places financières proposent à cette fin des indices, regroupant un échantillon de titres (benchmark) 10. Un fonds de pension comme Calpers (California Public Employees Retirement) développe ce type de stratégie financière aussi bien aux États-Unis que sur les places européennes. En 1997, en France, il reproduisait l'indice SBF 120. Quand survient un changement dans l'indice boursier, les traders du fonds modifient leur portefeuille en conséquence. La décision financière est motivée par des considérations financières non spéculatives LES STRATEGIES DE COUVERTURE DE RISQUE L objectif de la couverture est de limiter les pertes qui pourraient survenir suite à des variations de prix non anticipées. A la différence des décisions spéculatives qui cherchent la volatilité, la couverture vise à limiter les effets d'une variation des cours. Une première stratégie de couverture consiste à acheter simultanément un actif risqué et des options de vente (puts) de cet actif à des prix d'exercice échelonnés vers le bas. Si le prix de l'actif baisse, l'agent exercera ses options de vente afin de limiter sa perte en capital et garantir ainsi la valeur de son portefeuille. Le second procédé consiste en l assurance de portefeuille ou stop-loss. Le détenteur d un portefeuille fixe une valeur plancher : si les cours baissent et atteignent ce niveau, la vente des titres a 10 On trouve ainsi en France l'indice CAC 40, SBF 120 ou encore SBF 250. p. 11

13 automatiquement lieu et l argent dégagé est placé sur un actif sans risque (titres monétaires, obligations d'état). Cette dernière stratégie de couverture n'est pas de nature spéculative : l'agent ne cherche pas à réaliser des profits nés du changement de prix, il veut uniquement se couvrir contre des modifications possibles des cours. Lorsqu'il acquiert le titre risqué, il n'a pas pour objectif de réaliser un profit. Deux remarques doivent être faites : - sur le caractère potentiellement déstabilisant des stratégies de couverture : Ces stratégies très simples et a priori inoffensives, peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les marchés et provoquer des dynamiques chaotiques. En effet, opérées à grande échelle, elles ont pour conséquence de provoquer une hausse de l'offre d'un titre quand son cours baisse, ce qui est anormal et déstabilisant. Il est alors possible que le prix d'équilibre sur le marché des actions ne soit plus automatiquement atteint faute de contreparties sur le marché. On assiste à une illiquidité du marché produisant une dégringolade infernale des cours (voir Orléan [1999] chap. 2). Ces stratégies de couverture dynamique pourraient expliquer l'ampleur du krach de Les cours avaient chuté en deçà du seuil de stop-loss, provoquant ainsi automatiquement des ordres de vente, engendrant une nouvelle baisse des cours qui aurait été interprétée par les autres agents présents sur le marché, comme une baisse de la valeur fondamentale. En conséquence, ceux-ci, à leur tour, auraient vendu, transformant une simple baisse en une panique boursière. Les stratégies de couverture, même si elles ne sont pas de nature spéculative, peuvent provoquer des mouvements déstabilisants sur les marchés. - sur les comportements spéculatifs sur les marchés à options : Si, à l'origine, les marchés à options ont été créés afin de diversifier les risques, ils sont devenus le lieu de comportements spéculatifs au sens où nous l'avons défini. Il suffit de rappeler ici la faillite de la Baring's suite à des positions fortement spéculatives prises par Nick Leeson sur les marchés de Singapour et de Tokyo. La spéculation sur les marchés à option ne sera pas étudiée dans le cadre de cette thèse L'ARBITRAGE Les arbitragistes cherchent à faire des profits à partir des distorsions temporaires dans les relations de prix entre différents marchés liés. Ils agissent soit en intervenant sur des places financières distinctes comptant le même titre, soit en tirant parti de décalage entre cotation au comptant ou à terme. Le profit est créé par la présence p. 12

14 immédiate d'anomalies temporaires permettant la réalisation de gains sans risques. La cause de l'intervention n'est pas l'anticipation du prix futur AUTRES STRATEGIES Nous donnons ici des exemples d'interventions sur les marchés, dont les motivations ne sont pas uniquement financières. Les décisions de liquidité ( ) mobilisent des critères économiques dépendant de facteurs indépendants de l'évolution des cours ou de la rentabilité des firmes. Les fonds éthiques ( ) intègrent des considérations d'ordre moral. Enfin, il existe une catégorie particulière, les noise traders, dont les mobiles sont inconnus ou instables ( ) LES DECISIONS DE LIQUIDITE Les décisions de liquidité sont, comme leur nom l'indique, des ordres de vente passés uniquement pour dégager de la liquidité dans les plus brefs délais. Si les ordres d'achat ont pu être dictés par des considérations spéculatives, la vente des titres est en revanche imposée au trader, et ce, quel que soit le prix du marché : la question n'est plus de réaliser un profit, mais uniquement de disposer de liquidités. Par exemple, ce peut être le cas des assurances devant faire face à un paiement inattendu d'indemnités ou d'un fonds de pension ayant des prestations à satisfaire. Les motivations de la décision sont indépendantes de la situation du marché financier et de l'évolution des prix. L'objet de la revente n'est pas de réaliser des profits. Ces décisions, bien qu'indépendantes du marché, peuvent engendrer des dynamiques déstabilisantes sur les marchés, si les agents interprètent les ordres de vente des liquidity traders, comme un signal de baisse de la valeur fondamentale LES DECISIONS MOTIVEES PAR DES CONSIDERATIONS ETHIQUES OU SOCIALES Les fonds éthiques obéissent conjointement à des règles éthiques et financières dans leur choix de placement. Ils s'interdisent d'investir dans les sociétés qui ne respectent pas les valeurs auxquelles ils sont attachés. Des fonds éthiques ont été créés dès les années vingt par les congrégations religieuses soucieuses de placer leurs capitaux dans des secteurs conformes à leurs principes moraux. Les titres de firmes faisant commerce dans le tabac, l'alcool, l'armement, la pornographie ou les jeux d'argent étaient interdits. Ce type de fonds connaît un essor important depuis une dizaine d'années. Aux critères éthiques se sont adjoints des critères écologiques et p. 13

15 sociaux. Ainsi, en Allemagne, il existe de nombreux fonds écologiques ne prenant des participations que dans des firmes ayant adopté des politiques de protection de l'environnement. Un article publié par Le Monde, daté du 31 janvier/ 1er février 1999, précise : "Nouvelle Stratégie 50, commercialisée par la Financière Meeschaert, le plus ancien fonds éthique en France, élimine systématiquement les sociétés qui vivent du tabac, de l'alcool, de la pornographie et du travail des enfants. La gestion de Nouvelle stratégie 50 est "surveillée" par l'association Éthique et Investissement. Les décisions sont prises en accord avec l'association. "Le fonds sélectionne les titres à partir de critères financiers classiques de rendement, de sécurité et de diversification", souligne Marc Favard directeur de la gestion à la Financière Meeschaert. "Mais il s'appuie également sur la consultation d'indicateurs éthiques : profil social de l'entreprise, l'entreprise et l'environnement, l'entreprise et la société civile, l'entreprise et les relations avec les clients, les fournisseurs et les actionnaires." "Le fonds commun de placement Hymnos, lancé par le Crédit Lyonnais en mai 1989, a adopté un schéma voisin. Un "comité d'éthique", composé de 15 à 20 personnalités laïques et religieuses, soupèse tous les 3 mois les sociétés qui sont proposées par les gestionnaires et sélectionne "des valeurs conformes à l'éthique chrétienne"" LE CAS DES NOISE TRADER La littérature théorique considère une classe particulière d'investisseurs financiers : les noise traders ou bruiteurs. Ce terme englobe tous les ordres dont les mobiles sont instables et indépendants des variables économiques. L'intervention de bruiteurs sur un marché permet d'expliquer la survenance d'instabilités sur un marché tout en conservant le cadre général de spéculation stabilisatrice (voir Shleifer A., Summers L. H. [1990]). Les mouvements erratiques sur un marché seraient explicables par la présence temporaire d'ordres non justifiables économiquement. Le recours aux noise traders dans la littérature financière permet de conserver le cadre d'une rationalité économique unique, confrontée à la présence d'agents irrationnels, dont les mobiles, par hypothèse instables, sont exclus de l'analyse. Supposer la présence d'agents dont les ordres sont par essence injustifiables nous semble critiquable. Il est rare en effet que les spéculateurs individuels ou les traders dans les salles de marché passent un ordre qui ne soit pas motivé par un calcul économique. Le trader a, malgré sa relative indépendance, des comptes à rendre au back office ou au service contrôle de risque. Les décisions d'achat ou de vente sont le plus souvent toujours fondées sur des représentations économiques, mais ces représentations sont diverses et certaines peuvent être erronées. Ainsi, peuvent être parfois qualifiés de "noise traders" des spéculateurs dont l'ordre peut être expliqué en terme de variation anticipée de prix. In fine, la catégorie noise traders apparaît comme un ensemble fourre-tout d'ordres non expliqués, permettant de conserver l'hypothèse d'une représentation unique de l'économie. A l'instar des travaux p. 14

16 menés par Shiller [1989], il nous apparaît plus pertinent de chercher à comprendre les mobiles des ordres classés comme bruits, afin de mieux appréhender la démarche comportementale spéculative. C'est l'objet du paragraphe suivant. 2. LA RATIONALITE DU SPECULATEUR Nous avons précédemment défini ce qu'était la spéculation financière. Nous allons à présent chercher à décrire le spéculateur, et à cette fin, il est intéressant d'étudier les crises financières, car c'est dans ces périodes de forte instabilité que les caractéristiques du spéculateur apparaissent le plus clairement. On parle d'instabilités quand les cours connaissent une croissance très forte, difficilement justifiable au regard des grandeurs économiques (cette phase est qualifiée de bulle ou de boom) suivie d'une brutale chute (le krach). Le New Palgrave précise : "A bubble may be defined loosely as a sharp rise in price of an asset or a range of assets in a continuous process, with the initial rise generating expectations of further rises and attracting new buyers ) generally speculators interested in profits from trading in the asset rather than its use or earning capacity. The rise is usually followed by a reversal of expectations and a sharp decline in price often resulting in financial crisis. A boom is a more extended and gentler rise in prices, production and profits than a bubble, and may be followed by crisis, sometimes taking the form of a crash (or panic) or alternatively by a gentle subsidence of the boom without crisis." (Kindleberger C.P.: [1987] :"Bubbles", in The New Palgrave, p. 281) 11 L'explication traditionnelle, avant les années quatre-vingt, parce qu'elle identifiait spéculation et efficience, ne pouvait comprendre ces événements que comme l'irruption soudaine d'irrationalités. La dynamique financière s'articulait autour de deux régimes : un fonctionnement normal où des ordres spéculatifs rationnels conduisaient à l'établissement d'un prix conforme à la valeur fondamentale, et un fonctionnement anormal où des ordres irrationnels produisaient une déconnexion temporaire du prix et de la valeur fondamentale. Nous présenterons cette approche schizophrénique du spéculateur dans le paragraphe (2.1.). Cette description du marché devient inadéquate quand se multiplient les bulles et les krachs. Depuis un dizaine d'années, un renouveau théorique permet de sortir des impasses théoriques de l'explication traditionnelle en considérant l'efficience et les bulles comme des productions de décisions spéculatives raisonnées (2.2). 11 Nous ne distinguerons pas par la suite entre boom et bulle. p. 15

17 Nous généraliserons le modèle du spéculateur, déduit de cette analyse des instabilités du marché, pour construire une approche cognitive du spéculateur, approche qui servira de cadre théorique à notre typologie des comportements spéculatifs (2.3) p. 16

18 2.1. L'APPROCHE SCHIZOPHRENIQUE DU SPECULATEUR L'approche traditionnelle de l'instabilité s'appuie sur une conception schizophrénique du spéculateur. Elle oscille entre une analyse qui en fait le garant de la stabilité économique et de la cohérence du système et une autre qui le considère comme un "fou inconscient" qui provoque des bulles et des krachs. Ainsi, John Stuart Mill explicite la dynamique financière : "There are two states of the markets : one which may be termed the quiescent state, the other the expectant, or speculative state. [... In the first state], each person transacts his ordinary amount of business, and no more ; or increases it only in correspondance with the gradual growth of the demand for this commodity, occasioned by the public prosperity.[...] But there is an another state of the markets, strikingly contrasted with the preceding [...] In such circumstances, all persons connected with those commodities desire to extend their operations. [...] speculators desire to lay in a stock in order to profit by the expected rise of price. [...] Such occurences produce a tendency to a rise of price in exportable articles, and generate speculations, sometimes reasonable, and (as long as a large proportion of men in business prefer excitement to safety) frequently of an irrational or immoderate character. [...] This is a state of business which, when pushed to an extreme, brings on the revulsion called a commercial crisis." (John Stuart Mill, The Principles of Political Economy, book 3 : Distribution, chap. 24 : of Regulation of a convertible Paper Currency, paragraph 2, souligné par nous) Dans la première situation, on observe un fonctionnement normal du marché financier. Le spéculateur dispose d'une capacité de calcul exceptionnelle et d'une information précise qui lui permet d'estimer correctement la valeur de la firme. Dans ces conditions, le prix s'établit toujours au niveau de la valeur fondamentale. Si le spéculateur est effectivement le garant de la stabilité du marché, bulles et krachs seraient des événements exceptionnels. Le spéculateur considéré comme l'acteur principal des marchés financiers ne peut être la cause de ces mouvements déstabilisateurs puisque son comportement assure par hypothèse l'adéquation du prix avec la valeur fondamentale. Dans la seconde situation, le spéculateur prend des décisions qui ne peuvent pas se justifier sur la base des données réelles de l'économie. L'acteur est alors qualifié d'irrationnel, car son action se fonde sur des critères erronés ou farfelus et conduit à une déconnexion du prix et de la valeur fondamentale. Sous ces hypothèses, la bulle résulte de l'action irraisonnée de certains individus. Cette proposition intègre parfaitement la vision paranoïaque ou pathologique déployée lors des commentaires de bulles ou de krachs, comme le rappelle Kindleberger [1994] : p. 17

19 "euphorie... spéculation foncière démentielle... passion aveugle... orgies financières... frénésie... fièvres spéculatives... désir obsessionnel de richesse... avidité... investisseurs grisés... aveuglés... sourds et aveugles... au royaume des fous... crédibilité à bon compte... excès de confiance.. excès de spéculation... excès d'échanges... appétit enragé... folie... une folle ruée vers l'expansion." (p. 44) L'explication des mouvements aberrants observés sur les places financières par la présence d'irrationnels apparaît déjà dans l'analyse classique de la dynamique spéculative (A. Smith et John Stuart Mill). Ces mauvais spéculateurs s'opposent aux bons spéculateurs bien informés et au fait du calcul économique. Ils sont à l'origine des mouvements aberrants parce que leurs mobiles sont injustifiés économiquement. Adam Smith explique en ces termes la crise de la South Sea Company : "Ils devaient gérer un immense capital pour le compte d'innombrables déposants. Il était donc naturel que la folie, la négligence et la prévarication dussent régner dans leurs affaires. La naïveté et l'extravagance de leurs opérations boursières sont aujourd'hui connues comme le sont la négligence, les excès et les malversations de leurs employés.", Smith An inquiry into the Nature and and Cause of the Wealth of Nations, [1776, 1937], Modern Library, New-York, p L'explication formulée par Smith sur la South Sea Company réside dans l'irrationalité des acteurs lors de leur décision financière. La bulle n'est apparue que consécutivement à des comportements non conformes au comportement spéculatif stabilisateur L'APPROCHE RATIONNELLE DU SPECULATEUR Considérer l'apparition de krachs et de bulles comme des événements exceptionnels produits par des irrationalités ponctuelles revient à exclure du champ de l'analyse économique la réflexion sur les crises financières puisque les outils de compréhension de ce phénomène relèverait d'autres sciences humaines (psychologie sociale ou sociologie). Tant que l'irruption de bulles et de krachs était exceptionnelle comme ce fut le cas pendant près de cinquante ans ( ), l'hypothèse d'une spéculation stabilisante et de la présence éphémère de comportements irrationnels était tentante. La dynamique financière s'expliquait logiquement par des phases normales où les spéculateurs dominent le marché et où, en conséquence, le prix s'établit au niveau de la valeur fondamentale, et des périodes anormales ponctuelles où des agents irrationnels sévissent sur le marché. La définition du comportement spéculatif intrinsèquement stabilisant permettait de rendre compte du fonctionnement observé du marché. Mais, depuis une quinzaine d'années, une succession étonnante de phénomènes "anormaux" a été observée sur le marché des actions (krach boursier 1987 et p. 18

20 actuellement sur les valeurs cotées de Nouvelle technologie au Nouveau Marché et au Nasdaq), des obligations (krach obligataire 1994), des changes (Livre Sterling en 1992, crise du peso mexicain 1995, crise du baht thaïlandais puis contagion asiatique 1998, crise russe 1999). Or, cette recrudescence coïncide avec un accroissement considérable des mouvements de capitaux à court terme permis par la libéralisation, la mondialisation des places financières et le développement des communications. Une part importante de ces mouvements à court terme résulte de décisions financières de nature spéculative initiées par les traders des institutions financières (banques, fonds spéculatifs). Une interrogation émerge sur le caractère intrinsèquement stabilisant de ces décisions. Les hypothèses standards du spéculateur, parfait calculateur devenant brusquement irrationnel, rendent-elles compte du comportement effectif des acteurs financiers? Ne serait-il pas possible d'expliquer les bulles ou les krachs comme des productions normales de l'activité raisonnée des spéculateurs? Ce questionnement est à l'origine du renouveau de la micro-économie financière depuis une quinzaine d'année avec notamment les travaux sur la microstructure et sur la finance comportementale. La première tentative pour concilier l'approche traditionnelle et la production rationnelle d'instabilité fut d'introduire l'incomplétude des marchés. Cette situation particulière est connue sous le nom d'effet Peso. L'introduction de l'incomplétude réduit les facultés omniscientes du spéculateur. Ce dernier peut se méprendre ainsi sur la réalisation des états du monde futur. Il établit sa décision conformément à un scénario économique rationnel, qui ne se réalise finalement pas. Il contribue, à son insu, à la production d'une bulle. La spéculation raisonnée peut être source d'instabilité du fait de l'existence d'un choc exogène non anticipable. L'effet Peso permet de donner une explication rationnelle à la survenance d'un krach comme la réception d'une information nouvelle de baisse de la croissance L'APPROCHE COGNITIVE DU SPECULATEUR Plus généralement, il s'agit de souligner l'importance des représentations individuelles et leurs effets sur la prise de décision. Tous les agents peuvent adopter la même rationalité instrumentale, à savoir rechercher la maximisation de leur profit, mais se référer à des représentations différentes du monde. Notre thèse s'inscrit dans cette logique en proposant une réflexion comportementale de la spéculation et une typologie des décisions spéculatives rationnelles. L'objectif est de montrer que le spéculateur fonde toujours sa décision sur une représentation du monde. Ses décisions d'achat ou de vente sont justifiées mais peuvent produire de l'instabilité dès lors que sa représentation du monde n'est pas conforme à la valeur fondamentale. p. 19

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Surfer sur la bulle : théorie et pratique. Par Prof. François Longin ESSEC Business School

Surfer sur la bulle : théorie et pratique. Par Prof. François Longin ESSEC Business School Surfer sur la bulle : théorie et pratique Par Prof. François Longin ESSEC Business School Présentation Salon Actionaria - Novembre 2015 Surfer sur la bulle Qu est qu une bulle? Que sait-on des bulles spéculatives?

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés

4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés 4- Marché boursier, théorie des anticipations rationnelles et hypothèse d'efficience des marchés Mishkin (2007), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. 7 1- Évaluer le prix d'une

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

2- Comment les traders gèrent les risques

2- Comment les traders gèrent les risques 2- Comment les traders gèrent les risques front office middle office back office trading échange d'actifs financiers contrôle des risques, calcul du capital requis enregistrement des opérations traitement

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Cours Gestion de patrimoine. Les produits structurés

Cours Gestion de patrimoine. Les produits structurés Cours Gestion de patrimoine Les produits structurés Plan Introduction Importance de la garantie pour les épargnants Utilité des fonds garantis Méthodes de gestion des fonds garantis Méthode du coussin

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

- Secondement, que cet effet est bien plus prononcé et pertinent sur les Mid et Small Caps.

- Secondement, que cet effet est bien plus prononcé et pertinent sur les Mid et Small Caps. Les tests statistiques qui révèlent le phénomène du "PEAD" Le PEAD, littéralement c'est "Post earnings announcement Drift" signifie "la dérive des cours de bourse suite à une annonce de résultats" Cédric

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Le non-développement du marché des futures immobilier

Le non-développement du marché des futures immobilier Le non-développement du marché des futures immobilier Résumé - Depuis plus d'une vingtaine d'années au moins, plusieurs économistes, dont en particulier, Karl Case et Robert Shiller, prônent la mise en

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 4 (GP) Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

Contrats sur différence (CFD)

Contrats sur différence (CFD) Avertissement à l attention des investisseurs 28/02/2013 Contrats sur différence (CFD) Principales recommandations Les contrats sur différence (CFD) sont des produits complexes qui ne sont pas adaptés

Plus en détail

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n 105 - avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE CHAPITRE 4 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE 4.1 Introduction : Le taux de change est le prix de la monnaie nationale contre une devise étrangère, ce prix peut être fixé par les autorités monétaire dans

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015

Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015 Pages 8 à 9. Le système financier : les chiffres clés. Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015 Double page constituée de huit encadrés fournissant des informations chiffrées sur

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise»

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Population déclarante...

Plus en détail

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM)

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Plan 1.L e s O P C V M : D é f in it io n e t t y p e s 1.1 :D é f in it io n 1.2 : T y p e s 2. L e s a v a n t a g e s d u n p la c

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

R Euro Credit Cet OPCVM est géré par Rothschild & Cie Gestion Code Isin : FR0007008750 (Part C EUR)

R Euro Credit Cet OPCVM est géré par Rothschild & Cie Gestion Code Isin : FR0007008750 (Part C EUR) abc Informations Clés pour l'investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s'agit pas d'un document promotionnel. Les informations qu'il contient

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL

COMMERCE INTERNATIONAL COMMERCE INTERNATIONAL (21 février 2011) Le risque de change Le risque de change correspond à un risque de paiement plus élevé pour l'importateur ou d'une recette moindre pour l'exportateur dans les deux

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT C onfiez votre epargne a un professionnel www.fortuneo.be POURQUOI CHOISIR LA GESTION SOUS MANDAT? Vous souhaitez INVESTIR mais vous

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines 2010/2011. I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse

Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines 2010/2011. I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse CHAPITRE 6 : LES NON BANQUES, NOUVEAUX ACTEURS DE LA FINANCE MONDIALE I- Des acteurs aux contours mal définis et à l origine diverse A. La Comptabilité Nationale française : Au sein des institutions financières

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

Série STMG L usage du numérique dans la série STMG

Série STMG L usage du numérique dans la série STMG éduscol Série STMG L usage du numérique dans la série STMG Cartel 3000 Dossier enseignant Ressources pour le lycée général et technologique 1. Fonctionnement du jeu Cartel 3000 est un jeu de simulation

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail