SMART BETA UN CONCEPT MAIS PLUSIEURS APPROCHES DÉBATS & OPINIONS. Entretien avec. Yves Choueifaty Tobam Président

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SMART BETA UN CONCEPT MAIS PLUSIEURS APPROCHES DÉBATS & OPINIONS. Entretien avec. Yves Choueifaty Tobam Président"

Transcription

1 DÉBATS & OPINIONS SMART BETA UN CONCEPT MAIS PLUSIEURS APPROCHES Entretien avec Yves Choueifaty Tobam Président Nicolas Just Seeyond Responsable Smart Beta François Millet Lyxor ETF Responsable du Développement Produits ETF et indiciels Supplément publié dans l édition de L AGEFI Hebdo du 27 novembre Réalisé en collaboration avec L AGEFI et avec le soutien de Tobam, Seeyond et Lyxor ETF.

2 LES DIFFÉRENTES APPROCHES ONT EN COMMUN DE REMETTRE EN CAUSE LA PERTINENCE DE L UTILISATION, COMME BENCH- MARK, DES INDICES PONDÉRÉS PAR LES CAPITALISATIONS. MAIS AU-DELÀ, LE SMART BETA APPARAÎT DAVANTAGE COMME UN CONCEPT QUE COMME UN CONTENU. CHACUN EN A SA PROPRE DÉFINITION ET LA MANIÈRE DONT IL DOIT ÊTRE MIS EN OEUVRE, NOTAMMENT EN CE QUI CONCERNE LE CHOIX ET LA PRISE EN COMPTE OU NON DES FACTEURS DE RISQUE. L AGEFI : Quelle définition donnez-vous du smart beta? Nicolas Just : Chacun a sa propre définition du smart beta. C est une catégorie un peu «fourre-tout», qui se veut plus un concept qu un contenu très clair. Pour une gestion, il s agit de se positionner sur les différents beta, c est-àdire les expositions à des facteurs dont on veut capter les primes. La gestion smart beta consiste à combiner ces expositions de manière intelligente et à les contrôler. François Millet : Une définition large et simple consiste à dire que c est toute méthode de construction de portefeuille basée sur des règles, qui ne repose pas sur les poids des capitalisations boursières. Cela comprend des stratégies qui sont conduites par des objectifs comme minimiser les risques, maximiser la diversification au risque, le ratio de Sharpe, représenter fondamentalement l univers Cela comprend, et c est la nouvelle génération de smart beta, les indices de facteurs de risque qui sont créés pour capturer intentionnellement un seul facteur. Ils ne peuvent pas être utilisés isolément et doivent être alloués et diversifiés. Ces deux familles de produits se développent en parallèle. Yves Choueifaty : Pour ma part, je n encourage pas la confusion entre smart beta et gestion systématique, cette dernière ne cherche pas forcément à construire une exposition à un beta. Ce qui doit caractériser l appartenance au monde du smart beta, c est une notion de portefeuille d équilibre. A contrario, quand on achète des facteurs parce qu ils sont bon marché ou qu on les fuit parce qu ils sont chers, c est l exploitation d une information sur le futur et c est contradictoire avec la notion d équilibre. Pour moi, le smart beta consiste à répondre à la déficience des indices capi-pondérés en essayant de fabriquer un autre cadre d équilibre. Nicolas Just : Nous ne souhaitons pas opposer smart beta et risk factor investing, dans la mesure où smart beta veut dire essayer d investir en utilisant les beta, donc des LE SMART BETA SE VEUT PLUS UN CONCEPT QU UN CONTENU TRÈS CLAIR. Nicolas Just facteurs qu ils soient de risque ou d une autre nature. On utilise ces facteurs parce qu on y trouve un intérêt : un intérêt de cherté, donc tactique, ou un intérêt stratégique lorsqu un facteur permet d exploiter une inefficience structurelle de marché. On peut parler de facteurs de risque, de style ou de liquidité. Mais un facteur qu on arrive à identifier et pour lequel on peut prouver qu il y a une prime de risque stratégique peut être un investissement en lui-même, sans chercher à savoir s il y a une notion de cherté ou pas. Il y a donc deux approches possibles du facteur : stratégique (prime de risque) et tactique (cherté ou pas). Dans ce cadre, investir sur un ou plusieurs facteurs, de manière simple ou de manière dynamique en les combinant, définit pour nous la gestion smart beta. Yves Choueifaty : Je voudrais rebondir sur le terme d efficience que vous avez utilisé. Il y a pour moi plusieurs termes qui sont très ambigus et qui entretiennent une confusion très importante dans le marché. C est le cas par exemple entre passivité et neutralité. Il ne faut pas 2

3 croire que lorsque l on achète un portefeuille de gestion passive, on implémente un portefeuille qui est neutre en matière d allocation du risque. C est un portefeuille qui est extrêmement biaisé, qui adopte la somme de toutes les spéculations en surpondérant les facteurs de risque les plus achetés par les autres. La seconde confusion est derrière le terme d efficience qui est utilisé dans deux contextes complètement différents. Un portefeuille efficient rémunère proprement le risque, soit ex ante, soit ex post. Un marché efficient est un marché non prévisible et il y est impossible de mettre en place des arbitrages. Si votre fonction d utilité est formée par le risque et le rendement et que vous ne savez pas prévoir l avenir, vous n avez qu une seule manière d investir rationnellement dans un marché efficient, c est de diversifier. C est là que je vais un peu diverger de votre analyse en opposant le risk factor investing avec le smart beta. Le risk factor investing va chercher à exploiter des inefficiences. Exploiter une efficience, c est très attaché à la notion d alpha. Nicolas Just : Il s agit de ne pas de se limiter dans son approche en amont. Que le marché soit efficient ou pas n est pas le problème. S il est efficient, investir dans du smart beta permet de maximiser la performance par unité de risque pris ; s il est inefficient, il devient possible d investir dans du smart beta en le rendant plus performant si on arrive à exploiter cette inefficience. L AGEFI : Quels sont les facteurs que vous prenez en compte? François Millet : Le smart beta contient passivement, ex post, un certain nombre de facteurs, mais il n est pas conçu intentionnellement pour capturer ces facteurs. Il est intéressant de préciser ce que sont les risk factors. SEULS QUELQUES NOUS POUVONS ÊTRE FACTEURS DE INVESTIS RISQUE À HAUTEUR DE 10% SONT RÉELLEMENT HORS ZONE EURO, DÈS LORS RÉMUNÉRÉS SUR QU IL S AGIT DE SOCIÉTÉS LE MARCHÉ. SENSIBLES À LA REPRISE EURO- François Millet PÉENNE Régis Bégué LA SEULE MANIÈRE D INVESTIR RATIONNELLEMENT DANS UN MARCHÉ EFFICIENT EST DE DIVERSIFIER. Yves Choueifaty En prenant des actions individuellement et en essayant d expliquer leur variance sur une longue période, on s aperçoit bien entendu qu il y a le beta du marché et la contribution des facteurs de risque. Je vais en citer cinq principaux : le facteur value, le facteur small cap, le facteur low beta, le facteur momentum et le facteur quality. On explique une proportion assez faible de la variance des actions par ces facteurs. Mais dès qu un portefeuille commence à être large et diversifié, la capacité à capturer les risques idiosyncratiques diminue dramatiquement. Dans un portefeuille de 35 ou 40 valeurs, l essentiel de la performance peut alors être constituée par le CAPM (Capital Asset Pricing Model, modèle d évaluation des actifs financiers), c est-à-dire le beta du marché, et par les beta de ces facteurs additionnels quand ils sont bien choisis. Nous avons nous-mêmes suivi un grand nombre de fonds de gestion actifs mondiaux et il en ressort qu en moyenne, % de la performance à long terme de ces fonds peuvent être expliqués par quatre facteurs de risque. Ces facteurs de risque sont un outil puissant, mais peuventils être des outils d investissement stratégique? C est très à la mode depuis la fin de l année dernière, tout le monde se met à parler de construction de portefeuille par facteurs de risque. C est en fait une matière extrêmement difficile à implémenter. Si ce sont des facteurs de risque, et qu on les appelle comme tels, c est bien qu ils vont capturer une prime compensant un risque à long terme. Sur les 350 facteurs identifiés, qualifiés de zoo par Cochrane, une grande partie n a absolument aucun sens. Seuls quelquesuns sont réellement rémunérés sur le marché. En outre, les facteurs ont des retours à la moyenne qui peuvent être autour de cinq ou six ans. Il est très dangereux de construire un portefeuille uniquement avec des facteurs sans avoir une bonne règle d allocation et de diversification entre ces facteurs. Pour le smart beta, cela va être 3

4 différent. Un portefeuille de smart beta pourra être un portefeuille stratégique qu on va garder pour le long terme, sans nécessairement de dynamique d allocation. Nicolas Just : Dans notre approche, nous ne définissons pas un référentiel factoriel. On sait, si on accepte la théorie moderne de portefeuille, et notamment l Arbitrage Pricing Theory (APT), qu on peut expliquer le marché par un ensemble de facteurs, mais on ne sait pas quels facteurs retenir. Le référentiel a l inconvénient d être statique. Il peut être pertinent à un moment et ne plus l être ensuite. En outre, certains facteurs apparaissent (comme le quality) et d autres disparaissent, remettant en cause l idée de référentiel. Comment donc être smart dans l approche de ces facteurs? Notre travail consiste à combiner les facteurs le mieux possible, tout en veillant à faire évoluer cette combinaison dans le temps. On retrouvera toujours les mêmes facteurs (value, volatilité, small cap, momentum, liquidité, carry et bien d autres) mais on se doit de les redéfinir en permanence pour essayer de voir comment ils peuvent être une réponse aux clients, et ensuite essayer de comprendre leurs interactions les uns avec les autres pour en tirer le meilleur résultat. La combinaison de ces facteurs dépendra du but recherché par le client. Certains veulent une gestion fondamentale, pour laquelle il faudra privilégier des facteurs qui sont liés à l activité des entreprises, un peu à l image du private equity. D autres souhaitent une gestion plus comportementale, qui est un peu plus subjective dans sa définition. Prenons le cas du Japon, par exemple. Certains estiment que le marché japonais est «drivé» non pas par le résultat des sociétés et la macroéconomie, mais par la politique. Voyez ce que les hommes politiques font et investissez en conséquence. Mais il est également possible de combiner ces deux approches car on se rend compte que des biais comportementaux se marient très bien avec des biais fondamentaux. Yves Choueifaty : Nous n avons pas besoin d identifier des facteurs ex ante pour les equipondérer. Nous cherchons à fabriquer le portefeuille le plus diversifié, qui n a donc pas de biais. Une manière simple de physiquement l imaginer, c est de regarder la pièce dans laquelle nous nous trouvons. Je sais la décrire parfaitement en utilisant trois axes X, Y et Z, mais je peux utiliser trois autres axes. Il existe une infinité de manières de définir des axes dans cette pièce. Je suis néanmoins capable de vous fabriquer une forme dans cette pièce qui est également exposée à tous les axes de la pièce. Cette forme, c est la sphère. Si vous introduisez une sphère dans cet espace, quels que soient les axes que vous allez utiliser, vous allez pouvoir démontrer que la sphère n est pas biaisée sur un axe plutôt que sur un autre. En fait, on n a pas besoin de définir des axes pour savoir définir une sphère. L anti-benchmark, qui est notre portefeuille, c est la sphère. LES APPROCHES SMART BETA PRENNENT TOUTES ACTE DE LA NON- «SMARTITUDE» DE L INDICE CAPI-PONDÉRÉ. Yves Choueifaty L AGEFI : Chacun d entre vous a finalement une approche très particulière du smart beta... Yves Choueifaty : Je pense que le principal point commun de toutes les approches smart beta n est pas tellement qu elles savent prouver la «smartitude» d une solution, mais que clairement elles prennent toutes acte de la non- «smartitude» de l indice capi-pondéré. J ai donné une conférence devant un parterre de régulateurs européens début novembre et j ai essayé de les sensibiliser aux travers de cette tendance qui semble émerger un peu partout en Europe et qui vise à se rapprocher des benchmarks. Cherchant à promouvoir la gestion passive, elle est très marquée aux Pays-Bas et, dans une moindre mesure, au Royaume-Uni. Les gestions actives ont toujours pris l habitude d observer le benchmark, mais elles avaient pleinement conscience que ce dernier est seulement un output. C est la somme de toutes les gestions actives qui produit le benchmark. Or aujourd hui, on a de plus en plus tendance à le considérer comme un input ou comme un modèle. Si on veut prendre une image, on pourrait dire que c est comme gouverner avec des sondages, au lieu de faire preuve de leadership. Ou comme demander à un chien de suivre sa queue. Il n ira pas très loin. La seule manière rationnelle de justifier sur le long terme qu on achète le benchmark, c est penser que le CAC 40 va disparaître pour devenir le CAC 1. Si cela ne se produit pas, on est certain que c est une manière inefficiente de travailler. Le grand enseignement commun, c est, une bonne fois pour toutes, qu il faut écarter la gestion passive de tous les portefeuilles d investisseurs de long terme. Cela n a aucun sens d investir passivement. D ailleurs, la gestion passive est un oxymore. Comment peut-on à la fois gérer et être passif? La gestion passive, ce n est pas de l asset management, c est du custody. 4

5 François Millet : La gestion indicielle est quand même la stratégie qui a la plus forte capacité d investissement. Elle présente trois avantages : la représentativité, le coût de gestion plus faible et une performance plus élevée que la gestion active. Nicolas Just : Mais la gestion passive induit un gros risque de démission. Si elle devient ultra-dominante, l allocation n existe plus. François Millet : On n en est pas encore là pour le moment. Selon une étude du Boston Consulting Group de juillet, 15 % des actifs sont gérés de manière passive, c est-àdire à travers des ETF, fonds et mandats indiciels. Cela ne comprend pas les actifs gérés en direct par certains fonds souverains et des institutionnels de type fonds de pension qui ont des gestions internes. Mais effectivement, un marché a besoin d un mécanisme de formation des prix et ce n est pas la gestion passive qui peut le créer. Yves Choueifaty : Chaque fois que vous mettez en place un arbitrage, vous contribuez à éteindre l opportunité d arbitrage. C est ce qui fait que la somme de la gestion active ne peut pas battre le benchmark. Le rôle du gérant n est pas de dépasser le benchmark, mais de faire en sorte que l économie se développe en investissant dans l innovation, son principal moteur. Il y a deux manières de rémunérer le risque d un client. Soit vous investissez dans l innovation, soit vous êtes capables de rémunérer du risque en faisant de la prévision. C est comme cela que je définis la frontière entre beta - que je ne qualifie pas de smart ou non - et alpha. Nicolas Just : A ce stade, il faut séparer le rôle qu on donne à la gestion active de celui qu on attribue au gérant actif. Ce n est pas pareil. Le rôle du gérant actif n est pas d être un acteur de l économie, mais de délivrer la meilleure performance pour ses clients dans le respect de leurs besoins et contraintes. Le client peut décider d un objectif de surperformance par rapport à un benchmark qui est capi-pondéré. Le problème est qu avec la somme de toutes ces demandes faites à tous les gérants actifs, on en arrive à ce qu a décrit Yves. Le travail que doivent faire les détenteurs de capitaux est de chercher un bon gérant qui soit capable de remplir son contrat, mais avec le risque d être déçus. C est ce risque que les investisseurs sont de moins en moins nombreux à vouloir prendre. Mais je pense qu on oppose trop facilement gestion active et passive car derrière chaque indice, il y a un travail important qui doit être fourni. Quand un fournisseur d indices crée un indice low volatility, il prend des risques car il choisit des hypothèses discrétionnaires. Il y a un parti-pris dès le départ dont on ne parle jamais dans la gestion passive qui est de faire des choix actifs. IL FAUT SÉPARER LE RÔLE QU ON DONNE À LA GESTION ACTIVE DE CELUI QU ON ATTRIBUE AU GÉRANT ACTIF. Nicolas Just Le problème est que, bien trop souvent, ces choix restent figés pendant trop longtemps. L AGEFI : Quelles stratégies sont les plus adaptées au contexte de marché actuel? Yves Choueifaty : Actuellement, on ne sait pas prévoir plus qu avant. Si quelqu un peut prévoir, il aurait tort de diversifier son investissement. Je crois néanmoins à l économie de marché, à l investissement actions. J essaie de délivrer à mes clients la prime de risque qui vient purement des compétences des salariés dans les entreprises dans lesquelles j investis, sans biais. TOBAM a une offre qui repose sur une seule stratégie de gestion, basée non pas sur une méthode empirique mais sur une approche théorique, absolument fondée mathématiquement. On ne s adapte pas aux besoins des clients, mais on fabrique ce que l on sait faire, et cela depuis juin On gère aujourd hui 6,5 milliards de dollars, on devrait être à un peu plus de 8 milliards à la fin de l année et plus de 10 milliards de dollars en Nous travaillons avec des clients emblématiques comme CalPERS qui est d ailleurs entré dans notre capital. Nous avons également mis en place des partenariats de distribution, avec Amundi par exemple, très présent en Asie et au Moyen-Orient. François Millet : Chez Lyxor, nous ne sommes pas concentrés sur une stratégie unique, parce que nous sommes un gros fournisseur d ETF (nous gérons 48 milliards de dollars d ETF). Nos stratégies de smart beta propriétaires sont construites par nos équipes de recherche, sous la houlette de Thierry Roncalli. Ce sont des stratégies que nous appelons de contributions égales en risque sur les actions qui vont proposer les portefeuilles 5

6 les plus diversifiés en termes de distribution des risques et qui capturent encore mieux le beta du marché qu un indice capi-pondéré. Elles viennent compléter les ETF classiques pour capturer le beta du marché, mais également des solutions plus tactiques comme les ETF de facteurs quality, les «value beta», les small cap bien entendu et, dans le futur, de nouveaux produits de facteur de risque individuels. Il existe également un domaine où le smart beta va se développer rapidement, celui des produits de taux fixe. Le problème de cette classe d actifs est peut-être encore plus cruel que celui des actions puisque les portefeuilles indiciels sont proportionnels aux montants de dettes émises. La différence, c est que la pénétration de la gestion passive est beaucoup plus faible dans le domaine obligataire. Près de 85 % des obligations sont détenues en buy and hold par le marché, la partie flottante étant assez faible. Néanmoins, le domaine qui, proportionnellement, croît le plus vite aujourd hui en gestion passive, c est quand même celui de la gestion obligataire. Il suffit de regarder encore la collecte d octobre. Là aussi, il va y avoir un énorme besoin pour des solutions d indices qui ne sont plus pondérées à la capitalisation boursière, c est-à-dire aux montants de dettes émises, mais sur d autres logiques. Il existe déjà des indices obligataires fondamentaux. On a certains indices d emprunts d Etat qui sont déjà macro weighted partiellement. Il y aura dans le futur des indices obligataires qui seront aussi basés sur le risque comme cela existe déjà pour les actions. Ce sera sans doute un nouveau segment, avec la multiplication également de produits factoriels, d extension du marché smart beta en fin d année et en Nicolas Just : De notre côté, chez Natixis, nous nous sommes intéressés aux investissements par allocation en facteurs de risque dès , et en particulier au smart beta dès Notre équipe travaillait déjà à l époque sur l ensemble des facteurs de risque. Nous avions l impression que les investisseurs se focalisaient sur la recherche de performance en oubliant les expositions aux risques qu ils étaient amenés à prendre. La crise de 2008 est passée par là et les comportements ont changé. Nous avons actuellement près de 2,8 milliards d euros en gestion active sur différentes stratégies smart beta (dont un peu plus de 600 millions d euros en minimum variance), à travers plusieurs fonds s adressant à des clientèles différentes (clients institutionnels, pour la clientèle retail des Banques Populaires et des Caisses d Epargne). Pour les clients retail ou gestion privée, les benchmarks sont moins importants LE SMART BETA S IMPOSE AUSSI COMME UN INSTRUMENT POLITIQUE ÉCONOMIQUE AU JAPON. François Millet et les solutions à faible volatilité sont aussi adaptées à leur besoin. Le second pan de développement concerne le risk factor investing. On s aperçoit qu il y a une énorme demande sur cette stratégie depuis la crise de , d autant plus multifactorielle qu on a maintenant les capacités pour comprendre l interaction entre ces facteurs. Nous essayons de proposer des modèles adaptatifs. L objectif est de délivrer à nos clients des portefeuilles innovants qui battent les portefeuilles dits «risk-parity», c est-à-dire investissant sur ces facteurs en partageant à égalité le budget de risque sur chaque facteur. François Millet : Il faut noter que le smart beta s impose aussi comme un instrument politique économique au Japon. Un indice de smart beta y a été créé, le Nikkei 400 qui est pondéré à 40 % par le retour sur investissement, à 40 % par les résultats historiques sur trois ans et à 20 % en fonction d un score de gouvernance. Ce nouveau benchmark doit remplacer le Nikkei 225 qui est critiqué. Le premier fonds de pension du monde (GPIF qui gère 1,2 trillion de dollars au Japon) l a ajouté à ses benchmarks. Les autorités japonaises y sont favorables et on s attend à ce que GPIF et peut-être la Banque du Japon investissent directement dans ce nouvel indice de smart beta pour inciter les entreprises japonaises à mieux utiliser leurs fonds propres. C est intéressant, car on voit maintenant des décideurs utiliser des indices de smart beta comme outil de politique économique, en plus du quantitative easing et des réformes structurelles. 6

7 LYXOR ETF Gaëtan Delculee - Parmi les acteurs les plus expérimentés du marché, Lyxor est le troisième fournisseur d ETF en Europe (deuxième en termes de liquidité), avec un encours sous gestion de plus de 38 milliards d euros*. Avec 197 ETF cotés sur 13 places financières, Lyxor met à la disposition des investisseurs des solutions d investissement hautement flexibles afin de diversifier leur allocation à travers l ensemble des classes d actifs (actions, obligations, marchés monétaires, matières premières). Preuve de son engagement sur la qualité, Lyxor a mis en place une charte de qualité ETF permettant à Lyxor de veiller à ce que chaque ETF réponde aux normes les plus strictes en matière de performance, de gestion des risques, de liquidité et de transparence. *Equivalent à US$ 47,8 milliards - encours sous gestion au 30 septembre SEEYOND Seeyond est le pôle d expertise en gestions de volatilité et de produits structurés de Natixis Asset Management. Pour offrir des placements alliant la recherche de performance et de réduction du risque, Seeyond met en œuvre des stratégies d investissement allant au-delà de la gestion active traditionnelle. Pour chercher à transformer l incertitude des marchés en opportunités d investissement, Seeyond développe une gamme complète de fonds dans 3 domaines d expertise : > gestions structurée et active protégée, > gestions modélisées actions, > gestion allocation flexible et volatilité Les équipes de gestion s appuient sur une plateforme de recherche quantitative dédiée. Avec 34 collaborateurs, Seeyond gère 15,1 milliards d euros au 30/09/2014. TOBAM Christophe Roehri - TOBAM a été créée par Yves Choueifaty en TOBAM, majoritairement détenue par ses salariés, a deux actionnaires minoritaires : d une part le fonds de pension public américain CalPERS, et d autre part Amundi, également partenaire non exclusif de distribution. TOBAM met en œuvre un processus d investissement unique, l approche Maximum Diversification, pour l intégralité de ses actifs sous gestion et offre une seule stratégie d investissement, l Anti-Benchmark, déclinée sur une multitude d univers d investissement. Le processus de gestion purement quantitatif vise à collecter la prime de risque en évitant les risques de concentration et les biais des indices de référence. Il a pour objectif d offrir aux investisseurs la possibilité d accéder à une exposition plus diversifiée que les indices capi-pondérés, sur les classes d actifs actions et obligations. Après le doublement de ses actifs sous gestion en 2013, TOBAM continue à afficher une forte croissance en 2014, dépassant le seuil des 6 milliards de dollars (EUR 4.6 milliards) d encours (à fin juin 2014). 7

8 DÉBATS & OPINIONS I SMART BETA Nicolas Just Yves Choueifaty François Millet Responsable Smart Beta Président de TOBAM Nicolas Just a commencé chez Natixis AM en 2006 comme gérant actions internationales, et est aujourd hui Responsable Smart Beta. Précédemment, il a travaillé chez Exane-BNP Paribas comme responsable de l équipe de recherche actions sur le secteur de la distribution alimentaire. Il a commencé sa carrière comme trader sur produits dérivés à la Société Générale. Nicolas Just est diplômé d HEC Paris et a obtenu un Master en Finance Internationale de l Université Luigi Bocconi (Milan). Il est également diplômé du CFA Institute. Yves Choueifaty est président fondateur de TOBAM. De 2005 à 2006, il a été Responsable de la gestion quantitative pour l Europe chez Lehman Brothers Asset Management. Auparavant, il était Directeur Général de Crédit Lyonnais Asset Management (CLAM) et avant cela, Responsable de la gestion de CLAM depuis 2000, avec la responsabilité directe de la direction de la gestion, du marketing et de la vente. De 1998 à 2000, il était à la tête de l ingénierie financière et de la gestion quantitative, après y avoir développé depuis 1992 les produits structurés et les métiers d ingénierie financière. Yves Choueifaty est diplômé de l ENSAE (1992). Responsable du Développement Produits ETF et indiciels François Millet supervise la stratégie produits de Lyxor sur les ETF et solutions indicielles et smart beta à l échelon global. Il a rejoint Lyxor en 2009 après avoir occupé les fonctions de Directeur des fonds indiciels et ETF chez SGAM, où il a développé à compter de 2004 l activité de fonds passifs et lancé en 2005 la première gamme d ETF structurés en Europe. Avant cela, il a travaillé pendant 14 ans chez SG Corporate & Investment Banking, où il a occupé plusieurs postes exécutifs et de direction au sein de l activité Equity Capital Markets. François Millet est titulaire d un Master en Economie, et de troisièmes cycles en Monnaie & Finance de l Université de La Sorbonne. Nos prochaines thématiques L Agence économique et financière fondée en 1911, 8 rue du Sentier Paris Tel. : Site Internet : irecteur général, directeur de la publication, directeur éditorial : Philippe Mudry (2704) D Directeur général délégué en charge de la gestion et de développement : François Robin (2634) Directeur commercial : Laurent Luiset (2692), Directeur de la Publicité : Anne-Sophie Belin (2680) Directeur de Clientèle : Angélique Bertaut (2637), Chef de Publicité : Claire Vanel (2644) Directeur de Clientèle Publicité financière : Adeline Tisseyre (2603) Directeur (Publicité internationale ) : David Caussieu ( ) L Agefi Hebdo est édité par : AGEFI SA au capital de euros - Siège social : 8, rue du Sentier Paris RCS : Paris B N Siret : N TVA intracommunautaire : FR , Principal actionnaire : FININTEL Impression : Imprimerie de Compiègne - 2, avenue Berthelot - ZAC des mercières - BP Compiègne Cedex - N CPPAP : 0215 T N ISSN : X 8 Multi asset Gestion flexible Corporate loans Actions européennes Obligations convertibles Long short equity La silver économie Assurance vie-eurocroissance PEA PME ANI

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Réservé exclusivement aux clients professionnels au sens de la Directive MIF

Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Réservé exclusivement aux clients professionnels au sens de la Directive MIF Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Cette information est établie à l'intention exclusive de son destinataire et est strictement confidentielle Cedrus AM est une Société de Gestion

Plus en détail

Série Smart Beta Partie 2 : Smart ne rime pas toujours avec intelligence

Série Smart Beta Partie 2 : Smart ne rime pas toujours avec intelligence Série Smart Beta Partie 2 : Smart ne rime pas toujours avec intelligence John F. Brown John F. Brown Vice-Président Senior, Directeur du Développement jbrown@intechjanus.com (561) 775.1163 L efficacité

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2006 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

www.styleanalytics.com

www.styleanalytics.com www.styleanalytics.com Style Analytics EuroPerformance a le plaisir de vous présenter Style Analytics, outil de mesure des risques et de la performance des fonds d investissement. Style Analytics offre

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1 RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) Page 1 Avertissement L'accès à certains de ces produits et/ou services peut faire l'objet de restrictions à l'égard de certaines personnes ou dans certains

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT C onfiez votre epargne a un professionnel www.fortuneo.be POURQUOI CHOISIR LA GESTION SOUS MANDAT? Vous souhaitez INVESTIR mais vous

Plus en détail

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Plateforme Lyxor Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Gestion alternative Une classe d actifs attractive Avec plus de 7,600 hedge funds à travers le monde (source HFR Industry Report Q4

Plus en détail

Notre expertise au service des personnes morales

Notre expertise au service des personnes morales ENTREPRISES Associations placements gestion sous mandat Notre expertise au service des personnes morales entreprises associations fondations mutuelles Sommaire introduction 3 qu est-ce que La gestion sous

Plus en détail

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en

Plus en détail

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Stratégie 24 Update II/2014 La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Depuis la fin de l année 2007, le secteur des hedges funds a entamé une traversée du désert. Pourtant, le nouveau

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

LES INTERVIEWS GERANTS de Philippe Maupas

LES INTERVIEWS GERANTS de Philippe Maupas LES INTERVIEWS GERANTS de Philippe Maupas Philippe Maupas est diplômé d HEC (1987), titulaire du CFA et du diplôme de Chartered Alternative Investment Analyst (Caia). Il est actuellement président de CFA

Plus en détail

BCGE Synchrony Finest of TM. Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre.

BCGE Synchrony Finest of TM. Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre. BCGE Synchrony Finest of TM Gestion de portefeuilles institutionnels balancés globaux. Une approche originale et sûre. BCGE Asset Management Comment s assurer que la gestion des actifs correspond parfaitement

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Gestion obligataire Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Nous pensons que la répression financière se prolongera encore plusieurs années. Dans cet intervalle, il sera de plus en

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Fonds Commun de Placement dans l Innovation Fcpi innovation pluriel 2 Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Qu est-ce qu un FCPI? Créé par la Loi de finances de 1997, le Fonds

Plus en détail

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013 MERCER INVESTIR SEPTEMBRE 2013 La gestion actions en beta-test Avertissement : Cette publication est un état des lieux sur la gestion smart beta qui n engage que son auteur, elle s adresse aux professionnels

Plus en détail

HSBC Global Asset Management

HSBC Global Asset Management HSBC Global Asset Management Présentation destinée à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF. HSBC Global Asset Management combine présence mondiale et savoir-faire local

Plus en détail

votre mandat de gestion

votre mandat de gestion votre mandat de gestion Confiez votre portefeuille à un professionnel! www.fortuneo.be Fortuneo Portfolio Management : Gestion sous mandat FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT Les avantages de la Gestion sous

Plus en détail

Investir dans la volatilité :

Investir dans la volatilité : Investir dans la volatilité : un nouvel horizon pour les solutions traditionnelles de diversification des portefeuilles Destiné aux clients professionnels au sens de la directive MIF www.seeyond-am.com

Plus en détail

Fipavie Premium. Assurance vie

Fipavie Premium. Assurance vie Assurance vie Fipavie Premium Le contrat haut de gamme : > souple et évolutif > transparent > avec plus d'avantages fiscaux > avec un accès à la multigestion Fipavie Premium Un contrat souple et évolutif

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Données de performance amleague Euro Equities Année en cours Période du 31 Décembre 2013 au 31 décembre 2014 Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Un univers de compétition équitable

Plus en détail

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS COMPLET OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte : Dénomination : Forme juridique : Compartiments/nourricier : Société de gestion

Plus en détail

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs

Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs Une gamme complète de solutions d investissement et de services à destination des investisseurs LA FRANCAISE GLOBAL INVESTMENT SOLUTIONS La Française GIS est une des 3 entités du Groupe La Française et

Plus en détail

Amundi Oblig Internationales

Amundi Oblig Internationales Amundi Oblig Internationales Une gestion obligataire de convictions Janvier 2014 Document à usage strictement professionnel au sens de la Directive Européenne MIF Amundi Oblig Internationales Une approche

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Gamme tre off. HPWM Select. offre de fonds alloc multigestionnaires. mul

Gamme tre off. HPWM Select. offre de fonds alloc multigestionnaires. mul e Gamme HPW iva te Ba nk Fr an c Gamme Notre tre off offre de fonds d allocation alloc d actifs multigestionnaires mul La multigestion Avec un savoir-faire de près de 20 ans et une recherche permanente

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Session : Coût du capital

Session : Coût du capital Session : Coût du capital 1 Objectifs Signification du coût du capital Mesure du coût du capital Exemple illustratif de calcul du coût du capital. 2 Capital fourni par les actionnaires ou les banques L

Plus en détail

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT L EQUIPE Matthieu BAILLY, Associé - Gérant Matthieu est gérant des fonds obligataires et RCCI. Diplômé d Audencia, il bénéficie de 10 ans d expérience sur

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Investissements illiquides et stratégies de placement. Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics

Investissements illiquides et stratégies de placement. Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics Investissements illiquides et stratégies de placement Pascal Frei, CFA Associé PPCmetrics Actifs illiquides Introduction et définition Les actifs illiquides sont des actifs dont le volume d échange est

Plus en détail

Koris International. Historique

Koris International. Historique Koris International Historique Koris International est une société de conseil en investissements financiers spécialisée dans la conception et le développement de modèles d allocation d actifs. La société

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Assurance vie Le contrat haut de gamme : souple et évolutif transparent avec plus d'avantages fiscaux avec un accès à la multigestion

Assurance vie Le contrat haut de gamme : souple et évolutif transparent avec plus d'avantages fiscaux avec un accès à la multigestion Assurance vie Fipavie Premium Le contrat haut de gamme : souple et évolutif transparent avec plus d'avantages fiscaux avec un accès à la multigestion Fipavie Premium Un contrat souple et évolutif qui s

Plus en détail

Processus et stratégie d investissement

Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity Recherche de performance par le «stock picking» Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity TABLE DES MATIERES Introduction 2 I Méthodologie

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Allocation d actifs. Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12.

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Allocation d actifs. Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12. Allocation d actifs Sébastien Maucci, Stratégiste (BCV) 06.12.2013 Contenu Et si on était riche, on ferait quoi? Gestion de fortune 1. Définition des besoins 2. Définition d une stratégie d investissement

Plus en détail

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq

à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq e élevé Risque faible Risq à moyen Risque moyen Risq à élevé Risque élevé Risq e Risque faible à moyen Risq Risque moyen à élevé Risq L e s I n d i c e s F u n d a t a é Risque Les Indices de faible risque

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Faites. grimper. vos actifs. de manière. innovante. et performante. www.rivolifinance.com

Faites. grimper. vos actifs. de manière. innovante. et performante. www.rivolifinance.com Faites grimper vos actifs de manière innovante www.rivolifinance.com et performante 2011 Objectif : 1 milliard d euros d encours sous gestion. 2008 Création de la gamme Rivoli Finance dédiée aux investisseurs

Plus en détail

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité

Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité MARIE QUANTIER Inspiration depuis 1907 Vous ne voulez faire confiance à personne, la doctrine d investissement de Marie Quantier vous assure performance et tranquillité Une approche hybride entre «smart

Plus en détail

ProFolio. Assurance-Vie de droit Luxembourgeois. Société de Gestion de Portefeuille N AMF GP-00-023. www.figalile.com

ProFolio. Assurance-Vie de droit Luxembourgeois. Société de Gestion de Portefeuille N AMF GP-00-023. www.figalile.com ProFolio Assurance-Vie de droit Luxembourgeois Société de Gestion de Portefeuille N AMF GP-00-023 www.figalile.com Le contrat ProFolio contrat d Assurance-Vie Un contrat haut-de-gamme dans sa conception

Plus en détail

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION 1 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? On prône souvent en faveur de la gestion de fortune passive en arguant que la plupart

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

COMPOSITION DE L ALLOCATION COMPOSITION & RÉPARTITION

COMPOSITION DE L ALLOCATION COMPOSITION & RÉPARTITION COMPOSITION DE L ALLOCATION COMPOSITION & RÉPARTITION Composition du portefeuille, et répartition par Société de Gestion ISIN PORTEFEUILLE SOCIÉTÉ DE GESTION % Cette répartition n est pas figée dans le

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma Nouvelle Classification Europerformance Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma ANCIENNE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE NOUVELLE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE Famille Trésorerie Tresorerie

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management

Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management La construction de solutions d investissement sur mesure requiert une maîtrise d oeuvre adaptée Les boutiques de gestion dédiées

Plus en détail

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité LIVRE BLANC 2015 Document destiné aux investisseurs professionnels uniquement Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité David Blitz, PhD Matthias Hanauer, PhD, CFA Pim van Vliet, PhD

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

Des solutions performantes pour une prise de risque pertinente : 60 années d expérience de la gestion obligataire. Obligations

Des solutions performantes pour une prise de risque pertinente : 60 années d expérience de la gestion obligataire. Obligations Obligations Des solutions performantes pour une prise de risque pertinente : 60 années d expérience de la gestion obligataire L environnement de la gestion obligataire a été compliqué par les politiques

Plus en détail

mandats isr - developpement durable

mandats isr - developpement durable mandats isr - developpement durable Banque Neuflize OBC Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 383 507 453 euros. Siège social : 3 avenue Hoche- 75008 Paris 552 003 261 RCS

Plus en détail

Séminaire IST Insight du 23 avril 2013

Séminaire IST Insight du 23 avril 2013 Séminaire IST Insight du 23 avril 2013 Comment investir sur le marché des actions suisses Serge Ledermann Directeur s.ledermann@retraitespopulaires.ch Caroline 9 CP 288-1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

S initier aux options... pour ses clients initiés

S initier aux options... pour ses clients initiés Les options sont des outils financiers admissibles à un REER. On les présente également comme étant des instruments de protection et de couverture. Pourtant, le recours aux options dans les portefeuilles

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers

Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Avec Skandia Euro Guaranteed Fund 2012 Maîtrisez les yo-yo des marchés financiers Skandia 1, 1, rue de la la Pépinière 75008 PARIS Tél : 01 58 22 27 00 Fax : 01 58 22 27 09 E-mail : servicepartenaires@skandia.fr

Plus en détail

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants

Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Données de performance amleague Euro Equities Année en cours Période du 31 Décembre 2013 au 28 novembre 2014 Un nouveau standard pour mesurer la performance des gérants Un univers de compétition équitable

Plus en détail

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES Christophe Mianné, Luc François Sommaire Notre activité Nos atouts La gestion du risque Conclusion 2 Notre activité 3 Les métiers Distribution de produits dérivés actions

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Présentation du 18 octobre 2012 RAPPORT -Etude 2012 des dispositifs de gestion des risques en asset management Confidentialité OTC GROUPE ONEPOINT

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management

J.P. Morgan Asset Management J.P. Morgan Asset Management Insight + Process = Results Héritage du groupe JPMorgan Chase & Co. De la Bank of the Manhattan Company - première institution de l héritage du groupe agréée en 1799 à l acquisition

Plus en détail

QUI SOMMES NOUS? > Nos chiffres clefs (au 31 décembre 2006)

QUI SOMMES NOUS? > Nos chiffres clefs (au 31 décembre 2006) 1 QUI SOMMES NOUS? La Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraites, plus connue sous le nom de C.I.M.R., est une Association à but non lucratif. Elle a été créée en 1949, par des chefs d entreprises

Plus en détail

Private Mandate Vos objectifs, notre expertise globale en placements

Private Mandate Vos objectifs, notre expertise globale en placements Private Mandate Vos objectifs, notre expertise globale en placements Une banque intégrée qui inspire confiance Vous rejoignez ainsi une communauté de clients internationaux, qui font confiance aux opérations

Plus en détail

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques Avec leurs rendements supérieurs aux actifs traditionnels et leur faible volatilité, les hedge funds attirent toujours de nombreux investisseurs. Néanmoins, ils restent risqués. Hedge funds: des faiblesses

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

Les ETF immobiliers dans le monde au 28 février 2011, par zone d exposition, en milliards d euros. Nombre Actif net Poids Nombre Actif net

Les ETF immobiliers dans le monde au 28 février 2011, par zone d exposition, en milliards d euros. Nombre Actif net Poids Nombre Actif net ÉTUDE EN BREF Juin 2011 Les ETF immobiliers dans le monde et en France Les ETF ou Exchange-Traded Funds immobiliers sont des produits financiers cotés en Bourse répliquant la performance d un indice immobilier

Plus en détail

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille 22 mai 2015 SURVOL DE LA PRÉSENTATION Qu est-ce qu une firme de gestion

Plus en détail

pprentissage MASTER Formation initiale, formation continue et formation en apprentissage INGÉNIERIE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE

pprentissage MASTER Formation initiale, formation continue et formation en apprentissage INGÉNIERIE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE MASTER ÉCONOMIE ET INGÉNIERIE FINANCIÈRE INGÉNIERIE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE PARCOURS 272 Une formation moderne, pour maîtriser les savoirs et les méthodes des métiers de la finance d aujourd hui. Formation

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Efficience des marchés et finance comportementale

Efficience des marchés et finance comportementale Efficience des marchés et finance comportementale Martin Vlcek, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12.2013 Contenu 1. Introduction 2. Théorie de l efficience du marché 3. Finance comportementale

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation d obligations

Question 1: Analyse et évaluation d obligations Question 1: Analyse et évaluation d obligations (43 points) Vous êtes responsable des émissions obligataires pour une banque européenne. Il y a 10 ans cette banque a émis l obligation perpétuelle subordonnée

Plus en détail

Orchidée I Long Short

Orchidée I Long Short Orchidée I Long Short Concilier performance, décorrélationet faible volatilité 1er trimestre 2015 Document d information non contractuel réservé à des investisseurs professionnels au sens du Règlement

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

Millésime Excellence VI Investir au cœur de la gestion privée

Millésime Excellence VI Investir au cœur de la gestion privée Millésime Excellence VI Investir au cœur de la gestion privée Obligation de droit français à capital intégralement garanti à l échéance émise par Natixis * Durée de détention conseillée : 8 ans jusqu au

Plus en détail

1. Le Groupe AISM. 2. AISM Luxembourg Société de gestion agréée par la CSSF. 3. AISM Low Volatility : FCP UCITS IV

1. Le Groupe AISM. 2. AISM Luxembourg Société de gestion agréée par la CSSF. 3. AISM Low Volatility : FCP UCITS IV 1. Le Groupe AISM 2. AISM Luxembourg Société de gestion agréée par la CSSF 3. AISM Low Volatility : FCP UCITS IV AISM Gestionnaire" de Fonds Gestionnaire de Patrimoine Conseiller en Investissement Gestion

Plus en détail

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie ETOILE SELECT 1 Type d assurance-vie Garanties Les primes investies dans la partie de police Compte Etoile ont un rendement garanti (Branche 21). Pour les primes investies dans la partie de police Fonds

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

Gestion discrétionnaire personnalisée

Gestion discrétionnaire personnalisée Gestion discrétionnaire personnalisée ING Private Banking m offre une gestion sur mesure de mon patrimoine ing.be/privatebanking Private Banking 1 J ai confiance en mon gestionnaire personnel pour la gestion

Plus en détail

CPR Asset Management. Acteur du renouveau. de la gestion d actifs. service.presse@cpr-am.fr www.cpr-am.fr

CPR Asset Management. Acteur du renouveau. de la gestion d actifs. service.presse@cpr-am.fr www.cpr-am.fr CPR Asset Management Acteur du renouveau de la gestion d actifs service.presse@cpr-am.fr www.cpr-am.fr SOMMAIRE 1- CPR AM, 20 ans d expérience 2- Le Comptoir par CPR : nouvelle activité dédiée aux CGPI

Plus en détail