N 116 MARS 2008 SOCIETE GENERALE : PREMIĖRES LEÇONS D UNE CRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 116 MARS 2008 SOCIETE GENERALE : PREMIĖRES LEÇONS D UNE CRISE"

Transcription

1 N 116 MARS 2008 SOCIETE GENERALE : PREMIĖRES LEÇONS D UNE CRISE

2 S O M M A I R E L énormité de la perte révèle d abord la limite des contrôles opérés... 3 La crise souligne aussi le besoin de nouvelles réglementations... 4 Le cas particulier «Jérôme Kerviel»... 5 Mais il y a aussi la question de l organisation du travail... 6 Les salariés ont le souci de la pérennité de la Société Générale... 7 Lexique... 8

3 I l y a deux mois la Société Générale annonçait simultanément près de 5 milliards d euros de pertes dues aux «positions spéculatives» prises et dissimulées par l un de ses traders, et plus de 2 milliards d euros de pertes liées aux marchés des subprimes. Malgré cela, la banque affichait un résultat positif de près d un milliard d au titre de l exercice Ce qui laisse supposer des marges confortables sur les diverses activités de la banque. Par ailleurs, la Société Générale a procédé à une recapitalisation d un montant de 5,5 milliards d aujourd hui menée à bien. Il a paru utile de revenir sur cette crise particulière en prenant quelque distance avec les «explications» qui ont pu être avancées tant dans la presse que dans les cercles de spécialistes. Le besoin d une régulation globale des activités de marché, comme celle d une reconnaissance des compétences et des qualifications des salariés et cadres des établissements bancaires, apparaissent comme des priorités 1. L énormité de la perte révèle d abord la limite des contrôles opérés La Société Générale a perdu 5 milliards pendant les 3 jours du «débouclage» des positions prises par Jérôme Kerviel. Cela correspond à des prises de position du trader sur les différents marchés, pour le compte propre de la banque. Celles-ci se montent à 50 milliards d, ce qui excède même les fonds propres de la banque! En quoi consistent les opérations de marché d une banque? 1 Cette Note Économique a été élaborée avec le syndicat Cgt de la Société Générale et la Fédération des Banques et Assurances Cgt. Il faut rappeler que les marchés sont pour une part «organisés», et que la majorité des opérations des traders se font sur ces marchés, pour le compte des clients de la banque et non pour la banque elle-même. Un trader ne fait qu acheter ou vendre. Il peut intervenir sur des contrats à terme qui ont des contreparties bien réelles, comme les matières premières ou les produits alimentaires, ou bien sur le marché «de gré à gré, c est-à-dire libre, sur des produits de plus en plus complexes que l on appelle «les produits dérivés», et qui se sont éloignés dans les dernières décennies de plus en plus de l économie réelle. Ainsi, la perte enregistrée par la Société Générale correspond à des positions prises sur une hausse supposée par Jérôme Kerviel de 3 indices boursiers, Eurostock, Dax, et Footsie. Il s agit d indices censés refléter la valeur d entreprises cotées dont l évolution obéit à un certain nombre de considérations parfois fort éloignées de l économie réelle. Les actions des entreprises européennes cotées par exemple pour Eurostock ne traduisent pas, loin s en faut, la situation financière des sociétés correspondantes mais seulement l opinion que se font les analystes et les gestionnaires de fonds. Comme il s agit là d un marché faiblement réglementé, il n y a pas de limite réelle aux positions prises par les opérateurs. Ces positions prises ne sont pas soumises comme le crédit à des ratios prudentiels en rapport avec les fonds propres de la banque. Il existe cependant des forces de rappels qui auraient dû jouer. L affaire Société Générale montre que celles-ci n ont pas fonctionné pour cause de défaillance des contrôles. C est le cas des «appels de marge» par exemple qui aurait dû freiner les engagements du trader. Nous verrons plus avant en abordant la dimension «technique» de cette affaire CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars

4 que ces contrôles sont eux-mêmes soumis à la loi du rendement. Les contrôles coûtent en temps, en logiciels, en personnels et cela d autant plus qu ils sont nombreux, précis, systématiques. Au-delà d un certain niveau des contrôles, leur coût pourrait affecter la rentabilité attendue de l activité de marché. Ce facteur est déterminant dans cette affaire de la Société Générale. L arbitrage «coût des contrôles»/«sécurité des engagements» se pose dans l ensemble du système financier. Ces dysfonctionnements auraient pu toucher n importe quelle banque, et audelà du «cirque médiatique», les autorités et les marchés l ont bien compris et s en inquiètent. La banque d Angleterre et la réserve fédérale américaine ont ces dernières semaines organisé des groupes de réflexion, car ils ont compris le danger. Reste à savoir s ils en tireront des conséquences La crise souligne aussi le besoin de nouvelles es réglementations L autre enseignement est que ces marchés se sont développés en dehors l activité bancaire classique de financement de l économie réelle parce que c était le seul moyen de dégager les rendements exceptionnels exigés désormais par les investisseurs. En accélérant les flux, le marché «gonfle», et chaque intervenant peut prélever «ses bénéfices», cela génère une accumulation d engagements croisés. Mais personne ne règle jamais la totalité de ses dettes, sinon c est le krach assuré. La crise intervient cependant quant une partie des créanciers réclame son dû au même moment. La liquidité devient brutalement insuffisante sur tout ou partie des compartiments du marché. La crise des «subprimes» s inscrit dans cette logique. Les banques américaines ont prêté à des ménages insolvables. Elles ont revendu leurs créances on appelle cela la titrisation à d autres banques, qui ellesmêmes ont «assuré» leurs créances auprès d autres institutions financières chargées d accroître la garantie face au risque d insolvabilité des «rehausseurs». Mais au moment où chacun veut retrouver sa mise, plus personne ne peut payer. Le système fonctionnait tant que le prix de l immobilier, donc des biens sur lesquels s appuyaient les créances, grimpait. Cela n est cependant pas demeuré dans le seul champ des prêts immobiliers. Il faut noter qu il existe même des produits financiers dérivés sur les créances titrisées qui ont été revendus un peu partout sur les marchés, au point que plus personne ne connaît l ampleur des engagements. C est de cette difficulté à localiser le risque qu est née la «crise de confiance» et de «liquidités». Il y a bien là un lien avec l économie réelle, le financement des maisons construites avec les prêts, mais l absence de régulation l a complètement distendu. Ainsi, Citygroup a perdu 10 milliards de $ et la banque n a échappé à la faillite que grâce au renflouement par des fonds souverains des «pays amis» sollicités par les autorités monétaires américaines. La régulation, tout autant que la mise en place de contrôles efficaces, signifie donc obligatoirement une baisse des rendements qui rendront les marchés libres bien moins attrayants. Cela va bien au-delà de la question de la spéculation, car les plus gros intervenants sont les investisseurs institutionnels et les grandes entreprises. On parle beaucoup des «fonds de pension américains» alors qu il s agit avant tout de fonds d investissement. Mais on oublie qu il y a aussi les caisses de retraite bien françaises et de grands fonds d investissement européens et français qui sont concernés. La baisse des rendements aurait donc aussi des implications sur le revenu de nombre de ménages et irait à l encontre de toutes les logiques de patrimonialisation aujourd hui à l œuvre. 4 CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars 2008

5 Au final, cette crise bancaire, en soi dangereuse, peut être une opportunité pour remettre en cause la logique typiquement anglo-saxonne, qui a créé une bulle sur les marchés financiers, bulle qui en éclatant génère la récession. Il ne suffit pas de miser sur de l autorégulation des activités : «une bonne crise de temps et temps et les marchés se réajustent comme des grands» disent certains commentateurs. Cette vision a montré ses limites, car jusqu à l énorme perte subie par la Société Générale, tous les grands intervenants sur les marchés n avaient dans les 20 dernières années fait qu engranger d énormes profits. Le cas particulier «Jérôme Kerviel» La Société Générale a procédé au «débouclage» des positions hasardeuses de Jérôme Kerviel en trois jours au plus fort de la crise boursière. C est cela qui a concrétisé les pertes de près de 5 milliards d. Il faut tout d abord souligner que le reproche fait à la Société Générale par certains juristes de ne pas avoir attendu pour déboucler les positions que la crise boursière se calme, n a pas de sens. Un tel comportement aurait été évidemment contradictoire avec les règlements monétaires. Cela revient à reprocher à la banque de ne pas avoir agi comme Jérôme Kerviel! Précisons les faits. Le trader opérait non pas pour un client, mais pour le compte propre de la banque, sur les marchés des «futures» et des «forwards» en tant qu arbitragiste. Sur ce type de position, le profit est relativement faible, et donc lié proportionnellement à l importance des positions prises. A chaque position, une contrepartie est nécessaire : à chaque débit doit correspondre un crédit et inversement. On comprend que dans les opérations pour compte propre, la contrepartie est dans les comptes de la banque, pas dans celle d un client qui est censé pointer son compte quotidiennement. Notons quand même que ce n est que dans les dernières années que les traders ont dû informer les clients de leurs pertes éventuelles lors des bouclages de fin de journée. En ce qui concerne Jérôme Kerviel, ce n est pas le premier trader qui dissimule des pertes. Les cas connus par les personnels des banques ont tous les mêmes caractéristiques : le trader dissimule une perte dans l espoir de se «refaire» comme au casino, et quelquefois peut se retrouver dans le même engrenage que le joueur qui emprunte de plus en plus jusqu à l issue finale. Ces cas se sont toujours conclus par un licenciement pour faute grave, sans plus, mais les pertes n ont jamais atteint un tel montant. Les pertes connues se sont élevées à un peu moins d une dizaine de millions d à chaque fois, ce qui n est pas déjà négligeable. Bien sûr l environnement boursier était bien différent. La motivation des traders est également très liée à leur système de rémunération, le «bonus», c est-à-dire les primes, en représente couramment la part prépondérante. En cas de mauvais résultat, l état des profits et pertes, le fameux Profit and Loss Statement 2, le bonus baisse drastiquement. Le bonus a même un lien direct avec l état des profits et pertes en pourcentage. La particularité de Jérôme Kerviel est donc pas d être «extraordinairement intelligent» comme l a prétendu le PDG de la Société Générale, ou d être un «trader fou» mais génial selon la ligne d une thèse romanesque lancé dans la presse. Ainsi, il est faux de dire, comme l a fait la banque, que l origine du problème est le contournement des contrôles par le trader censé connaître ceux-ci en raison de ses fonctions antérieures. Le problème est ailleurs. Les contrôles sont pleins de failles connues de toutes les banques, et ces 2 «P and L» en abrégé. CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars

6 failles les concernent toutes. La particularité de Jérôme Kerviel est d avoir été beaucoup plus loin dans l engrenage, générant des positions «virtuelles» car dissimulées qui pouvaient être gagnantes ou perdantes selon les moments. L origine du problème, c est qu il ait pu engager 50 milliards d sans que leur paiement ou la couverture d une fraction de celui-ci soit nécessaire. Rappelons que personne n a réclamé le débouclage de ces positions avant que la banque ne découvre le pot aux roses. A ce moment-là le solde des positions était nul. L explication de Jérôme Kerviel, être reconnu comme «le trader d exception» est possible, mais il a surtout prouvé qu il était très mauvais. Cette question des contrôles est centrale, et il faut savoir que les middle et back-offices tels qu ils fonctionnent aujourd hui, ont des outils limités qui laissent des trous béants dans la sécurité du système. Chaque banque engage chaque jour plusieurs dizaines de milliers de contrats nouveaux. Le contrôle de ces engagements est partiel et aléatoire. Chaque soir des dizaines de milliers de positions restent en suspend faute d être validées dans des back-office surchargés dont les effectifs n ont pas toujours suivi la croissance des activités. Mais il y a aussi la question de l organisation du travail Les contrôles sont affectés aussi par l organisation du travail en «lignes métiers» pour cause d économie. La complexité des produits a poussé à cette organisation pour éviter d avoir une organisation polyvalente des contrôles, qui requièrent un personnel plus qualifié, et donc plus cher. De ce fait, personne à l heure qu il est n a de vue globale sur les prises de position d un trader qui peuvent être contrôlées par des back-offices différents. Et personne n a de vue non plus sur les engagements globaux de la banque sur les différents marchés, même pas la direction générale! Il paraît pourtant logique que les contrôleurs aient une qualification égale à celle des contrôlés, comme dans le reste de la banque. Ce n est pas le cas. On touche là à la question des moyens techniques et humains consacrés aux contrôles. Les préconisations du rapport établi par le Ministère de l Économie et des Finances, suite à la crise de la Société Générale, dit rapport «Lagarde», vont d ailleurs dans ce sens. Cela est intéressant. Mais il faut voir si les autorités bancaires et monétaires en feront quelque chose. C est en tout cas un point capital. En second lieu, il faut savoir que la sécurité absolue dans ce domaine n existe pas, et qu il y a lieu de concevoir un autre système de rémunération qui ne pousse pas le trader à prendre des risques inconsidérés ou à dissimuler des pertes. En conclusion sur ce point, il faut souligner que le cadre de la réflexion syndicale doit dépasser celui de la Société Générale, et même celui de la réglementation nationale. Il faut nécessairement que les autorités européennes prennent leurs responsabilités pour entraîner leurs homologues américaines et asiatiques. La Cgt met en avant trois exigences quant à l organisation du système de contrôle : - les contrôles doivent garantir qu un trader ne puisse dépasser ses limites, et porter sur la totalité des engagements et pas seulement sur les soldes - les «middles offices» qui journalisent les positions doivent être constitués de personnels de qualification équivalente, chaque trader doit avoir un contrôleur sur l ensemble de ses positions (son book) ; - les «backs offices» doivent être revalorisés, leurs effectifs augmentés 6 CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars 2008

7 pour garantir la bonne exécution des contrôles au quotidien. L organisation en ligne métiers doit être complétée d une organisation transversale pour garantir l absence d opérations dont la comptabilisation n est pas validée, les fameux suspens à court terme. Les salariés ont t le souci de la pérennité de la Société Générale Les pertes records affichées par la Société Générale auraient pu coûter l indépendance de la banque. D où l inquiétude des personnels et leur volonté d intervenir. Mais il ne faut pas confondre la vision déformée que le spectateur lambda peut avoir d une «manifestation de soutien des salariés au PDG de la Société Générale» au 20 h. de TF1 ou France 2, et la réalité. Le personnel de la Société Générale a subi un choc sans équivalent, et assez mal vécu le déferlement médiatique, renforcé par le curieux appel à la «sympathie» pour «le p tit gars de Pont-l Abbé qui a réussi et n a même pas cherché à s enrichir», «pauvre victime de l acharnement du grand méchant banquier». Jérôme Kerviel n est pas Robin des Bois! Les salariés ont cependant très vite repris le dessus, comprenant que leur sort était lié intimement à celui de la banque ellemême. C est ainsi qu il faut comprendre la démarche du syndicat Cgt visant à garantir une expression indépendante de celle de la Direction, expression dont la préoccupation est évidemment la sauvegarde des emplois du personnel du groupe. avait évidemment comme but d ouvrir la porte au démantèlement du groupe ou à son absorption par une autre banque. C est ce que la Cgt a dit et répété, et ceci n avait rien à voir avec un acte d allégeance du syndicat vis-à-vis de la direction. Les principaux protagonistes ont eux parfaitement compris le message et cela a indéniablement contribué à l échec de la manœuvre, au moins pour cette phase-là. Dans toute cette période, la Cgt s est exprimée au plan de l entreprise et au plan fédéral sans la moindre ambiguïté, en posant l ensemble des questions que cette affaire avait soulevées. La défense bien comprise des salariés, rôle fondamental du syndicat, passe par la défense de leur emploi. Or quel autre moyen y a-t-il pour le préserver que de maintenir l indépendance et l intégrité du groupe? Sans compter qu il faut s interroger sur l intérêt pour la clientèle d une nouvelle concentration bancaire. L intervention des salariés est le seul moyen véritablement efficace pour couper court aux espoirs de faire main basse sur la Société Générale, mais que cette efficacité ne vaut que si l expression des salariés est indépendante de la direction. La pétition «mondiale» lancée par l intersyndicale répond pleinement à ces objectifs. La revendication lie l indépendance et l intégrité du groupe à la défense de l emploi des salariés du groupe. Elle s adresse à tous les salariés : la maison mère, les filiales France, dans et hors Europe. Elle est destinée aux autorités monétaires et réglementaires françaises et européennes. La priorité était ce qui se passait à l intérieur de la banque. L énorme pression subie après la déclaration de Nicolas Sarkozy, afin que le conseil d administration démette Daniel Bouton, CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars

8 Lexique P&L : Profit and Loss Statement (Etat des profits et pertes) : Un état comptable qui indique le solde brut des prises de positions du trader. Position contrepartie : Le trader prend une position (achète ou vend) et passe une contrepartie, le débit ou le crédit sur le compte du client ou sur un compte interne. Dérivé : Produit financier dont la valeur dépend dérive de la valeur d autres actifs (actions, obligations, matières premières, taux d intérêts, indices...) appelés «sous-jacents». Ce sont les options, futures, contrats à terme, swaps et leurs combinaisons. Dérivé action : dérivé dont le sous-jacent est une action ou assimilable à une action. Option : le droit, mais pas l obligation d acheter (on parle de «call») ou vendre («put») un actif sous-jacent à un prix prédéterminé, pendant une période ou à une échéance donnée. L acheteur de l option acquitte une prime au vendeur. Swap : contrat d échange de flux financiers. Produit structuré : produit conçu par une banque pour satisfaire les besoins de ses clients. C est souvent une combinaison complexe d options, de futures, swaps, etc. Le plus souvent non coté, son prix est déterminé par des mesures mathématiques. Gestion quantitative : gestion basée sur une approche mathématique modélisée. Hedge funds : fonds d investissement non cotés menant des politiques agressives d investissement, même si «hedge» signifie «couverture» en anglais. A la recherche de rendements élevés, ils utilisent beaucoup les produits dérivés. Tracker : fonds coté en Bourse et qui réplique la performance d un indice. L investisseur n a donc pas besoin d acheter toutes les actions qui le composent. Contrat à terme : engagement d acheter, pour l acheteur, et de vendre, pour le vendeur, une certaine quantité de sousjacents, à une date d échéance future et à un prix spécifié au contrat («future» ou «forward» en anglais). 8 CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars 2008

9 Le Centre Confédéral d Etudes Economiques et Sociales (CCEES) de la Cgt a pour objectif de contribuer à l approfondissement de la connaissance des problèmes économiques et sociaux et à l élaboration de propositions aidant le mouvement syndical dans sa démarche pour assurer un développement économique et social durable, un plein emploi solidaire, une sécurité sociale professionnelle. Il a aussi pour but de diffuser et rendre accessible l information économique et sociale pour les militants syndicaux. Les travaux du Centre sont publiés sous forme de Notes économiques, ouvrages pédagogiques et dans la revue Analyses et Documents Economiques. Publiées mensuellement, les Notes économiques visent à expliquer les articulations entre les thèmes d actualité économique et sociale et les enjeux structurels. Elles ont surtout une visée pédagogique. Derniers numéros parus n 115 Les syndicats face aux contrats de partenariat public - privé n 114 Les clés de l amélioration du pouvoir d achat : augmenter les salaires, réduire la précarité et alléger le poids des dépenses pré engagées n 113 Que se cache-t-il derrière le débat des régimes spéciaux? n 112 Quelles fondations pour l Europe sociale. Réflexions après le 11 e Congrès de la CES n 111 Energie et développement durable. Les enjeux de l intervention syndicale n 110 La «TVA sociale» est patronale n 109 L économie sociale et ses salariés. Un champ d intervention syndicale à part entière n 108 Pourquoi la Cgt combat l extrême droite n 107 LBO : une nouvelle technique financière qui menace l emploi et l investissement productif n 106 L intervention des salariés dans la gestion des entreprises : quels droits pour les administrateurs salariés? n 105 Mobiliser les moyens financiers des entreprises n 104 Budget 2007 : Une politique d austérité renforcée CCEES-CGT 263, rue de Paris Montreuil Cedex Tél : Fax : boîte aux lettres ( ) :

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant :

Ask : Back office : Bar-chart : Bear : Bid : Blue chip : Bond/Junk Bond : Bull : Call : Call warrant/put warrant : Parlons Trading Ask : prix d offre ; c est le prix auquel un «market maker» vend un titre et le prix auquel l investisseur achète le titre. Le prix du marché correspond au prix le plus intéressant parmi

Plus en détail

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie.

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 17 octobre 2008 --- Du fait de l extrême volatilité des marchés et du krach boursier de la semaine du 6 octobre, le Groupe Caisse d Epargne a connu un important incident

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle?

Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? 2. Comment se forme une bulle? 3. Comment détermine t on si il y a une bulle? Bulle ou pas bulle? 1. Qu'est ce qu'une bulle immobilière? Une bulle immobilière est caractérisée par une hausse rapide de la valeur des biens immobiliers. Elle caractérise un écart important et persistant

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions?

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? en collaboration avec Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? Vous participez au concours organisé par l association Transaction l Investment Challenge, et vous avez bien

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille!

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille! GUIDE DES WARRANTS Donnez du levier à votre portefeuille! Instrument dérivé au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Produits non garantis en capital à effet de levier EN SAVOIR PLUS? www.listedproducts.cib.bnpparibas.be

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Produits complexes. Produits non complexes. Risques généraux liés aux opérations de trading

Produits complexes. Produits non complexes. Risques généraux liés aux opérations de trading Nous proposons un large éventail de produits d investissement présentant chacun des risques et des avantages spécifiques. Les informations ci-dessous offrent une description d ensemble de la nature et

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Crise des subprimes mortgages : quel impact?

Crise des subprimes mortgages : quel impact? 1 Paris, août 2007 Crise des subprimes mortgages : quel impact? L histoire financière des deux dernières décennies semble obéir à une précision de métronome. Le jeudi noir de Wall Street (1987), la crise

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

2- Comment les traders gèrent les risques

2- Comment les traders gèrent les risques 2- Comment les traders gèrent les risques front office middle office back office trading échange d'actifs financiers contrôle des risques, calcul du capital requis enregistrement des opérations traitement

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 :

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Corrigé des exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

l intermédiation actions les dérivés actions l asset management

l intermédiation actions les dérivés actions l asset management TALENTS F RST PROFIL du Groupe Créée en 1990, Exane est une entreprise d investissement spécialisée sur trois métiers : l i n t e r m é d i at i o n ac t i o n s, exercée sous la marque Exane BNP Paribas,

Plus en détail

BOURSE DE. de produits dérivés. Le supermarché

BOURSE DE. de produits dérivés. Le supermarché BOURSE DE Le supermarché de produits dérivés Photo : Spyros Bourboulis 12 Depuis le 27 mars dernier, la Bourse de Montréal est le seul marché d options au Canada, avec un total de 141 catégories d options

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Nom du sénateur Eric Bocquet Groupe Communiste Républicain Citoyen Sénateur du Nord Paris, le 19 mars 2013 Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Monsieur

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net Chaque nouveau texte légal contient un grand nombre d incertitude, de possibilités et de risques

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 : mathématiques et statistiques...

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers Pratique des options Grecs et stratégies de trading F. Wellers Plan de la conférence 0 Philosophie et structure du cours 1 Définitions des grecs 2 Propriétés des grecs 3 Qu est ce que la volatilité? 4

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS Reinhold & Partners est une société de conseils spécialisée dans la mise en place et le support de sociétés de gestion

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 INTRODUCTION En juin 2005, le gouvernement fédéral déposait un projet de loi sur la refonte des règles sur l insolvabilité afin

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Présentation Salle des marchés Centrale Lille Octobre 2007 Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Jérôme CHANE Sales Fixed Income Tel: 03.20.57.50.00 Email: prenom.nom@calyon.com

Plus en détail

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement

Plus en détail

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL Une publication P. 2 Comment investir en 2015 : Le Trading Social En 2015 vous souhaitez investir et générer des profits mais vous ne savez pas vraiment

Plus en détail

Sans entrer dans le débat sur la responsabilité de l introduction de la juste

Sans entrer dans le débat sur la responsabilité de l introduction de la juste Juste valeur et crise financière Mireille Berthelot Associée chez Deloitte Le contexte actuel a pour effet d aviver les critiques autour du concept de juste valeur et de poser la question légitime de la

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

LE FOREX ou marché des changes

LE FOREX ou marché des changes LE FOREX ou marché des changes L essentiel sur $ Le risque est au bout du clic En partenariat avec Qu est-ce que c est? Le Forex est le marché des changes (FOReign EXchange en anglais, marché des devises).

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

Formation «Apprendre les caractéristiques et structures des produits dérivés bourse: MATIF et MONEP»

Formation «Apprendre les caractéristiques et structures des produits dérivés bourse: MATIF et MONEP» Formation «Apprendre les caractéristiques et structures des produits dérivés bourse: MATIF et MONEP» REFERENCE : 1005 1. Objectif général Donner une connaissance de base des produits récents de marché

Plus en détail