N 116 MARS 2008 SOCIETE GENERALE : PREMIĖRES LEÇONS D UNE CRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 116 MARS 2008 SOCIETE GENERALE : PREMIĖRES LEÇONS D UNE CRISE"

Transcription

1 N 116 MARS 2008 SOCIETE GENERALE : PREMIĖRES LEÇONS D UNE CRISE

2 S O M M A I R E L énormité de la perte révèle d abord la limite des contrôles opérés... 3 La crise souligne aussi le besoin de nouvelles réglementations... 4 Le cas particulier «Jérôme Kerviel»... 5 Mais il y a aussi la question de l organisation du travail... 6 Les salariés ont le souci de la pérennité de la Société Générale... 7 Lexique... 8

3 I l y a deux mois la Société Générale annonçait simultanément près de 5 milliards d euros de pertes dues aux «positions spéculatives» prises et dissimulées par l un de ses traders, et plus de 2 milliards d euros de pertes liées aux marchés des subprimes. Malgré cela, la banque affichait un résultat positif de près d un milliard d au titre de l exercice Ce qui laisse supposer des marges confortables sur les diverses activités de la banque. Par ailleurs, la Société Générale a procédé à une recapitalisation d un montant de 5,5 milliards d aujourd hui menée à bien. Il a paru utile de revenir sur cette crise particulière en prenant quelque distance avec les «explications» qui ont pu être avancées tant dans la presse que dans les cercles de spécialistes. Le besoin d une régulation globale des activités de marché, comme celle d une reconnaissance des compétences et des qualifications des salariés et cadres des établissements bancaires, apparaissent comme des priorités 1. L énormité de la perte révèle d abord la limite des contrôles opérés La Société Générale a perdu 5 milliards pendant les 3 jours du «débouclage» des positions prises par Jérôme Kerviel. Cela correspond à des prises de position du trader sur les différents marchés, pour le compte propre de la banque. Celles-ci se montent à 50 milliards d, ce qui excède même les fonds propres de la banque! En quoi consistent les opérations de marché d une banque? 1 Cette Note Économique a été élaborée avec le syndicat Cgt de la Société Générale et la Fédération des Banques et Assurances Cgt. Il faut rappeler que les marchés sont pour une part «organisés», et que la majorité des opérations des traders se font sur ces marchés, pour le compte des clients de la banque et non pour la banque elle-même. Un trader ne fait qu acheter ou vendre. Il peut intervenir sur des contrats à terme qui ont des contreparties bien réelles, comme les matières premières ou les produits alimentaires, ou bien sur le marché «de gré à gré, c est-à-dire libre, sur des produits de plus en plus complexes que l on appelle «les produits dérivés», et qui se sont éloignés dans les dernières décennies de plus en plus de l économie réelle. Ainsi, la perte enregistrée par la Société Générale correspond à des positions prises sur une hausse supposée par Jérôme Kerviel de 3 indices boursiers, Eurostock, Dax, et Footsie. Il s agit d indices censés refléter la valeur d entreprises cotées dont l évolution obéit à un certain nombre de considérations parfois fort éloignées de l économie réelle. Les actions des entreprises européennes cotées par exemple pour Eurostock ne traduisent pas, loin s en faut, la situation financière des sociétés correspondantes mais seulement l opinion que se font les analystes et les gestionnaires de fonds. Comme il s agit là d un marché faiblement réglementé, il n y a pas de limite réelle aux positions prises par les opérateurs. Ces positions prises ne sont pas soumises comme le crédit à des ratios prudentiels en rapport avec les fonds propres de la banque. Il existe cependant des forces de rappels qui auraient dû jouer. L affaire Société Générale montre que celles-ci n ont pas fonctionné pour cause de défaillance des contrôles. C est le cas des «appels de marge» par exemple qui aurait dû freiner les engagements du trader. Nous verrons plus avant en abordant la dimension «technique» de cette affaire CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars

4 que ces contrôles sont eux-mêmes soumis à la loi du rendement. Les contrôles coûtent en temps, en logiciels, en personnels et cela d autant plus qu ils sont nombreux, précis, systématiques. Au-delà d un certain niveau des contrôles, leur coût pourrait affecter la rentabilité attendue de l activité de marché. Ce facteur est déterminant dans cette affaire de la Société Générale. L arbitrage «coût des contrôles»/«sécurité des engagements» se pose dans l ensemble du système financier. Ces dysfonctionnements auraient pu toucher n importe quelle banque, et audelà du «cirque médiatique», les autorités et les marchés l ont bien compris et s en inquiètent. La banque d Angleterre et la réserve fédérale américaine ont ces dernières semaines organisé des groupes de réflexion, car ils ont compris le danger. Reste à savoir s ils en tireront des conséquences La crise souligne aussi le besoin de nouvelles es réglementations L autre enseignement est que ces marchés se sont développés en dehors l activité bancaire classique de financement de l économie réelle parce que c était le seul moyen de dégager les rendements exceptionnels exigés désormais par les investisseurs. En accélérant les flux, le marché «gonfle», et chaque intervenant peut prélever «ses bénéfices», cela génère une accumulation d engagements croisés. Mais personne ne règle jamais la totalité de ses dettes, sinon c est le krach assuré. La crise intervient cependant quant une partie des créanciers réclame son dû au même moment. La liquidité devient brutalement insuffisante sur tout ou partie des compartiments du marché. La crise des «subprimes» s inscrit dans cette logique. Les banques américaines ont prêté à des ménages insolvables. Elles ont revendu leurs créances on appelle cela la titrisation à d autres banques, qui ellesmêmes ont «assuré» leurs créances auprès d autres institutions financières chargées d accroître la garantie face au risque d insolvabilité des «rehausseurs». Mais au moment où chacun veut retrouver sa mise, plus personne ne peut payer. Le système fonctionnait tant que le prix de l immobilier, donc des biens sur lesquels s appuyaient les créances, grimpait. Cela n est cependant pas demeuré dans le seul champ des prêts immobiliers. Il faut noter qu il existe même des produits financiers dérivés sur les créances titrisées qui ont été revendus un peu partout sur les marchés, au point que plus personne ne connaît l ampleur des engagements. C est de cette difficulté à localiser le risque qu est née la «crise de confiance» et de «liquidités». Il y a bien là un lien avec l économie réelle, le financement des maisons construites avec les prêts, mais l absence de régulation l a complètement distendu. Ainsi, Citygroup a perdu 10 milliards de $ et la banque n a échappé à la faillite que grâce au renflouement par des fonds souverains des «pays amis» sollicités par les autorités monétaires américaines. La régulation, tout autant que la mise en place de contrôles efficaces, signifie donc obligatoirement une baisse des rendements qui rendront les marchés libres bien moins attrayants. Cela va bien au-delà de la question de la spéculation, car les plus gros intervenants sont les investisseurs institutionnels et les grandes entreprises. On parle beaucoup des «fonds de pension américains» alors qu il s agit avant tout de fonds d investissement. Mais on oublie qu il y a aussi les caisses de retraite bien françaises et de grands fonds d investissement européens et français qui sont concernés. La baisse des rendements aurait donc aussi des implications sur le revenu de nombre de ménages et irait à l encontre de toutes les logiques de patrimonialisation aujourd hui à l œuvre. 4 CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars 2008

5 Au final, cette crise bancaire, en soi dangereuse, peut être une opportunité pour remettre en cause la logique typiquement anglo-saxonne, qui a créé une bulle sur les marchés financiers, bulle qui en éclatant génère la récession. Il ne suffit pas de miser sur de l autorégulation des activités : «une bonne crise de temps et temps et les marchés se réajustent comme des grands» disent certains commentateurs. Cette vision a montré ses limites, car jusqu à l énorme perte subie par la Société Générale, tous les grands intervenants sur les marchés n avaient dans les 20 dernières années fait qu engranger d énormes profits. Le cas particulier «Jérôme Kerviel» La Société Générale a procédé au «débouclage» des positions hasardeuses de Jérôme Kerviel en trois jours au plus fort de la crise boursière. C est cela qui a concrétisé les pertes de près de 5 milliards d. Il faut tout d abord souligner que le reproche fait à la Société Générale par certains juristes de ne pas avoir attendu pour déboucler les positions que la crise boursière se calme, n a pas de sens. Un tel comportement aurait été évidemment contradictoire avec les règlements monétaires. Cela revient à reprocher à la banque de ne pas avoir agi comme Jérôme Kerviel! Précisons les faits. Le trader opérait non pas pour un client, mais pour le compte propre de la banque, sur les marchés des «futures» et des «forwards» en tant qu arbitragiste. Sur ce type de position, le profit est relativement faible, et donc lié proportionnellement à l importance des positions prises. A chaque position, une contrepartie est nécessaire : à chaque débit doit correspondre un crédit et inversement. On comprend que dans les opérations pour compte propre, la contrepartie est dans les comptes de la banque, pas dans celle d un client qui est censé pointer son compte quotidiennement. Notons quand même que ce n est que dans les dernières années que les traders ont dû informer les clients de leurs pertes éventuelles lors des bouclages de fin de journée. En ce qui concerne Jérôme Kerviel, ce n est pas le premier trader qui dissimule des pertes. Les cas connus par les personnels des banques ont tous les mêmes caractéristiques : le trader dissimule une perte dans l espoir de se «refaire» comme au casino, et quelquefois peut se retrouver dans le même engrenage que le joueur qui emprunte de plus en plus jusqu à l issue finale. Ces cas se sont toujours conclus par un licenciement pour faute grave, sans plus, mais les pertes n ont jamais atteint un tel montant. Les pertes connues se sont élevées à un peu moins d une dizaine de millions d à chaque fois, ce qui n est pas déjà négligeable. Bien sûr l environnement boursier était bien différent. La motivation des traders est également très liée à leur système de rémunération, le «bonus», c est-à-dire les primes, en représente couramment la part prépondérante. En cas de mauvais résultat, l état des profits et pertes, le fameux Profit and Loss Statement 2, le bonus baisse drastiquement. Le bonus a même un lien direct avec l état des profits et pertes en pourcentage. La particularité de Jérôme Kerviel est donc pas d être «extraordinairement intelligent» comme l a prétendu le PDG de la Société Générale, ou d être un «trader fou» mais génial selon la ligne d une thèse romanesque lancé dans la presse. Ainsi, il est faux de dire, comme l a fait la banque, que l origine du problème est le contournement des contrôles par le trader censé connaître ceux-ci en raison de ses fonctions antérieures. Le problème est ailleurs. Les contrôles sont pleins de failles connues de toutes les banques, et ces 2 «P and L» en abrégé. CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars

6 failles les concernent toutes. La particularité de Jérôme Kerviel est d avoir été beaucoup plus loin dans l engrenage, générant des positions «virtuelles» car dissimulées qui pouvaient être gagnantes ou perdantes selon les moments. L origine du problème, c est qu il ait pu engager 50 milliards d sans que leur paiement ou la couverture d une fraction de celui-ci soit nécessaire. Rappelons que personne n a réclamé le débouclage de ces positions avant que la banque ne découvre le pot aux roses. A ce moment-là le solde des positions était nul. L explication de Jérôme Kerviel, être reconnu comme «le trader d exception» est possible, mais il a surtout prouvé qu il était très mauvais. Cette question des contrôles est centrale, et il faut savoir que les middle et back-offices tels qu ils fonctionnent aujourd hui, ont des outils limités qui laissent des trous béants dans la sécurité du système. Chaque banque engage chaque jour plusieurs dizaines de milliers de contrats nouveaux. Le contrôle de ces engagements est partiel et aléatoire. Chaque soir des dizaines de milliers de positions restent en suspend faute d être validées dans des back-office surchargés dont les effectifs n ont pas toujours suivi la croissance des activités. Mais il y a aussi la question de l organisation du travail Les contrôles sont affectés aussi par l organisation du travail en «lignes métiers» pour cause d économie. La complexité des produits a poussé à cette organisation pour éviter d avoir une organisation polyvalente des contrôles, qui requièrent un personnel plus qualifié, et donc plus cher. De ce fait, personne à l heure qu il est n a de vue globale sur les prises de position d un trader qui peuvent être contrôlées par des back-offices différents. Et personne n a de vue non plus sur les engagements globaux de la banque sur les différents marchés, même pas la direction générale! Il paraît pourtant logique que les contrôleurs aient une qualification égale à celle des contrôlés, comme dans le reste de la banque. Ce n est pas le cas. On touche là à la question des moyens techniques et humains consacrés aux contrôles. Les préconisations du rapport établi par le Ministère de l Économie et des Finances, suite à la crise de la Société Générale, dit rapport «Lagarde», vont d ailleurs dans ce sens. Cela est intéressant. Mais il faut voir si les autorités bancaires et monétaires en feront quelque chose. C est en tout cas un point capital. En second lieu, il faut savoir que la sécurité absolue dans ce domaine n existe pas, et qu il y a lieu de concevoir un autre système de rémunération qui ne pousse pas le trader à prendre des risques inconsidérés ou à dissimuler des pertes. En conclusion sur ce point, il faut souligner que le cadre de la réflexion syndicale doit dépasser celui de la Société Générale, et même celui de la réglementation nationale. Il faut nécessairement que les autorités européennes prennent leurs responsabilités pour entraîner leurs homologues américaines et asiatiques. La Cgt met en avant trois exigences quant à l organisation du système de contrôle : - les contrôles doivent garantir qu un trader ne puisse dépasser ses limites, et porter sur la totalité des engagements et pas seulement sur les soldes - les «middles offices» qui journalisent les positions doivent être constitués de personnels de qualification équivalente, chaque trader doit avoir un contrôleur sur l ensemble de ses positions (son book) ; - les «backs offices» doivent être revalorisés, leurs effectifs augmentés 6 CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars 2008

7 pour garantir la bonne exécution des contrôles au quotidien. L organisation en ligne métiers doit être complétée d une organisation transversale pour garantir l absence d opérations dont la comptabilisation n est pas validée, les fameux suspens à court terme. Les salariés ont t le souci de la pérennité de la Société Générale Les pertes records affichées par la Société Générale auraient pu coûter l indépendance de la banque. D où l inquiétude des personnels et leur volonté d intervenir. Mais il ne faut pas confondre la vision déformée que le spectateur lambda peut avoir d une «manifestation de soutien des salariés au PDG de la Société Générale» au 20 h. de TF1 ou France 2, et la réalité. Le personnel de la Société Générale a subi un choc sans équivalent, et assez mal vécu le déferlement médiatique, renforcé par le curieux appel à la «sympathie» pour «le p tit gars de Pont-l Abbé qui a réussi et n a même pas cherché à s enrichir», «pauvre victime de l acharnement du grand méchant banquier». Jérôme Kerviel n est pas Robin des Bois! Les salariés ont cependant très vite repris le dessus, comprenant que leur sort était lié intimement à celui de la banque ellemême. C est ainsi qu il faut comprendre la démarche du syndicat Cgt visant à garantir une expression indépendante de celle de la Direction, expression dont la préoccupation est évidemment la sauvegarde des emplois du personnel du groupe. avait évidemment comme but d ouvrir la porte au démantèlement du groupe ou à son absorption par une autre banque. C est ce que la Cgt a dit et répété, et ceci n avait rien à voir avec un acte d allégeance du syndicat vis-à-vis de la direction. Les principaux protagonistes ont eux parfaitement compris le message et cela a indéniablement contribué à l échec de la manœuvre, au moins pour cette phase-là. Dans toute cette période, la Cgt s est exprimée au plan de l entreprise et au plan fédéral sans la moindre ambiguïté, en posant l ensemble des questions que cette affaire avait soulevées. La défense bien comprise des salariés, rôle fondamental du syndicat, passe par la défense de leur emploi. Or quel autre moyen y a-t-il pour le préserver que de maintenir l indépendance et l intégrité du groupe? Sans compter qu il faut s interroger sur l intérêt pour la clientèle d une nouvelle concentration bancaire. L intervention des salariés est le seul moyen véritablement efficace pour couper court aux espoirs de faire main basse sur la Société Générale, mais que cette efficacité ne vaut que si l expression des salariés est indépendante de la direction. La pétition «mondiale» lancée par l intersyndicale répond pleinement à ces objectifs. La revendication lie l indépendance et l intégrité du groupe à la défense de l emploi des salariés du groupe. Elle s adresse à tous les salariés : la maison mère, les filiales France, dans et hors Europe. Elle est destinée aux autorités monétaires et réglementaires françaises et européennes. La priorité était ce qui se passait à l intérieur de la banque. L énorme pression subie après la déclaration de Nicolas Sarkozy, afin que le conseil d administration démette Daniel Bouton, CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars

8 Lexique P&L : Profit and Loss Statement (Etat des profits et pertes) : Un état comptable qui indique le solde brut des prises de positions du trader. Position contrepartie : Le trader prend une position (achète ou vend) et passe une contrepartie, le débit ou le crédit sur le compte du client ou sur un compte interne. Dérivé : Produit financier dont la valeur dépend dérive de la valeur d autres actifs (actions, obligations, matières premières, taux d intérêts, indices...) appelés «sous-jacents». Ce sont les options, futures, contrats à terme, swaps et leurs combinaisons. Dérivé action : dérivé dont le sous-jacent est une action ou assimilable à une action. Option : le droit, mais pas l obligation d acheter (on parle de «call») ou vendre («put») un actif sous-jacent à un prix prédéterminé, pendant une période ou à une échéance donnée. L acheteur de l option acquitte une prime au vendeur. Swap : contrat d échange de flux financiers. Produit structuré : produit conçu par une banque pour satisfaire les besoins de ses clients. C est souvent une combinaison complexe d options, de futures, swaps, etc. Le plus souvent non coté, son prix est déterminé par des mesures mathématiques. Gestion quantitative : gestion basée sur une approche mathématique modélisée. Hedge funds : fonds d investissement non cotés menant des politiques agressives d investissement, même si «hedge» signifie «couverture» en anglais. A la recherche de rendements élevés, ils utilisent beaucoup les produits dérivés. Tracker : fonds coté en Bourse et qui réplique la performance d un indice. L investisseur n a donc pas besoin d acheter toutes les actions qui le composent. Contrat à terme : engagement d acheter, pour l acheteur, et de vendre, pour le vendeur, une certaine quantité de sousjacents, à une date d échéance future et à un prix spécifié au contrat («future» ou «forward» en anglais). 8 CCEES-Cgt, Note économique n 116, mars 2008

9 Le Centre Confédéral d Etudes Economiques et Sociales (CCEES) de la Cgt a pour objectif de contribuer à l approfondissement de la connaissance des problèmes économiques et sociaux et à l élaboration de propositions aidant le mouvement syndical dans sa démarche pour assurer un développement économique et social durable, un plein emploi solidaire, une sécurité sociale professionnelle. Il a aussi pour but de diffuser et rendre accessible l information économique et sociale pour les militants syndicaux. Les travaux du Centre sont publiés sous forme de Notes économiques, ouvrages pédagogiques et dans la revue Analyses et Documents Economiques. Publiées mensuellement, les Notes économiques visent à expliquer les articulations entre les thèmes d actualité économique et sociale et les enjeux structurels. Elles ont surtout une visée pédagogique. Derniers numéros parus n 115 Les syndicats face aux contrats de partenariat public - privé n 114 Les clés de l amélioration du pouvoir d achat : augmenter les salaires, réduire la précarité et alléger le poids des dépenses pré engagées n 113 Que se cache-t-il derrière le débat des régimes spéciaux? n 112 Quelles fondations pour l Europe sociale. Réflexions après le 11 e Congrès de la CES n 111 Energie et développement durable. Les enjeux de l intervention syndicale n 110 La «TVA sociale» est patronale n 109 L économie sociale et ses salariés. Un champ d intervention syndicale à part entière n 108 Pourquoi la Cgt combat l extrême droite n 107 LBO : une nouvelle technique financière qui menace l emploi et l investissement productif n 106 L intervention des salariés dans la gestion des entreprises : quels droits pour les administrateurs salariés? n 105 Mobiliser les moyens financiers des entreprises n 104 Budget 2007 : Une politique d austérité renforcée CCEES-CGT 263, rue de Paris Montreuil Cedex Tél : Fax : boîte aux lettres ( ) :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie.

Cette perte concerne exclusivement la gestion en compte propre de la CNCE, c est-à-dire une activité indépendante de sa trésorerie. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 17 octobre 2008 --- Du fait de l extrême volatilité des marchés et du krach boursier de la semaine du 6 octobre, le Groupe Caisse d Epargne a connu un important incident

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

Les vrais leviers d une activité qui traque les gains

Les vrais leviers d une activité qui traque les gains Les vrais leviers d une activité qui traque les gains S il est un sujet d actualité qui demeure brûlant depuis le début, en 2008, de la crise financière que nous vivons actuellement, c est bien celui du

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

La rémunération des dirigeants

La rémunération des dirigeants La rémunération des dirigeants Enjeux La fixation de la rémunération des dirigeants est plus que jamais un sujet majeur pour le conseil, en raison de son fort impact sur l action des dirigeants mais aussi

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction :

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : «Que notre économie soit florissante et nos entreprises prospères ou que la conjoncture flirte avec la récession, les plans sociaux et les

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 L épargnant français est-il cigale ou fourmi? Le Français est plutôt fourmi. Les ménages français épargnent environ

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

APPEL PUBLIC A L EPARGNE

APPEL PUBLIC A L EPARGNE FICHES PEDAGOGIQUES APPEL PUBLIC A L EPARGNE PAR LA COSUMAF APPEL PUBLIC A L EPARGNEL L Appel Public à l Epargne (APE) est une opération du marché financier qui permet à un émetteur (Etat, Collectivités

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Pr oduits str uctur és : méthode optionnelle (OBPI) Plan Produits structurés : la méthode optionnelle

Plus en détail

reverse exchangeable notes Guide Explicatif

reverse exchangeable notes Guide Explicatif reverse exchangeable notes Guide Explicatif www.warrants.commerzbank.com Un coupon attrayant? De plus en plus d investisseurs découvrent les avantages des Reverse Exchangeable Notes (REN) avec un coupon

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial 12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial Par Luc Audet, avocat Audet & Associés Avocats, Inc. 164, rue Notre-Dame est, Montréal (Québec) H2Y 1C2 Tél : 514-954-9600 Fax : 514-954-9547 Courriel

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Comment réussir vos investissements en bourse?

Comment réussir vos investissements en bourse? Comment réussir vos investissements en bourse? Les 3 règles d or indispensables - 1 - Introduction L investissement dans les marchés financiers est souvent vu d un mauvais œil. La forte volatilité de ces

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Groupe Eyrolles, 2005, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3782-4 ISBN 13 : 978-2-7081-3782-0 Table des matières Sommaire....................................................5

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

«DES SOUS... ET DES HOMMES»

«DES SOUS... ET DES HOMMES» «DES SOUS... ET DES HOMMES» une émission proposée et présentée par Pascale Fourier sur ALIGRE FM 93.1 en région parisienne http://www.des-sous-et-des-hommes.org Émission du 1 er mai 2007 Private equity

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Un des plus grands groupes financiers européens...p3 en France Au service des Particuliers et des Entreprises...p4 en quelques

Plus en détail

Le 1er Serious Game des métiers de la Propreté

Le 1er Serious Game des métiers de la Propreté La Fédération des Entreprises de Propreté et des Services Associés, en partenariat avec l Education Nationale, propose une nouvelle approche de la Découverte Professionnelle Le 1er Serious Game des métiers

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

FINANCEMENT DANS UN MARCHE ACTIONS DIFFICILE ET DES CONDITIONS DE RESTREINTES

FINANCEMENT DANS UN MARCHE ACTIONS DIFFICILE ET DES CONDITIONS DE RESTREINTES LES EMISSIONS OBLIGATAIRES : UN MOYEN DE FINANCEMENT DANS UN MARCHE ACTIONS DIFFICILE ET DES CONDITIONS DE (RE)FINANCEMENT BANCAIRE DE PLUS EN PLUS RESTREINTES Comme nous l écrivions dans nos précédentes

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

2- Comment les traders gèrent les risques

2- Comment les traders gèrent les risques 2- Comment les traders gèrent les risques front office middle office back office trading échange d'actifs financiers contrôle des risques, calcul du capital requis enregistrement des opérations traitement

Plus en détail

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000 LA TRESORERIE 1. Présentation des composantes de la trésorerie 3.2. La TVA à décaisser 1.1. Qu est ce que la trésorerie 2. Les encaissements : de la prévision des ventes au budget prévisionnel des recettes

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail