La division horizontale du travail traite de la question du degré de spécialisation ou de polyvalence du travail. Partie 3. L organisation du travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La division horizontale du travail traite de la question du degré de spécialisation ou de polyvalence du travail. Partie 3. L organisation du travail"

Transcription

1 Les théories des organisations portent sur la division du travail. On distingue la division du travail horizontale et la division du travail verticale. Partie 3. L organisation du travail La division horizontale du travail traite de la question du degré de spécialisation ou de polyvalence du travail. La division verticale du travail porte sur la question de la structure hiérarchique et du degré de délégation d autorité et de contrôle. On s intéresse également à la question de l organisation du travail en équipe ou de façon individuelle. 2 Supposons par exemple que le travail se compose de deux activités A et B et s il n y a que deux salariés. Alors quatre organisations du travail sont possibles : (1) La spécialisation totale (un salarié ne fait que A et l autre que B) Chapitre 1. Division horizontale du travail (2) La polyvalence totale (les deux salariés savent chacun faire A et B) (3) La spécialisation/polyvalence partielle (ou l un des salarié est spécialisé sur A et l autre polyvalent sur A et B) (4) Inversement, un salarié spécialisé sur B et l autre est polyvalent sur A et B). 4

2 Pour choisir l organisation optimale, il convient de procéder à une analyse des couts et des avantages correspondants. 1.Les avantage de la spécialisation 5 Les économistes ont d abord vanté les vertus de la spécialisation du travail (Smith) et de la division du travail (Ricardo). Pour Smith dans «Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations» (1776), la spécialisation du travail apparait comme bénéfique. Charles Babbages (1832) rajoute un troisième argument en faveur de la spécialisation des taches : (3) La division du travail en permettant d apparier les salaries aux taches selon leur niveau de complexité et permet de réduire le cout du travail. (1) Exécuter une seule tâche accroit l habileté du salarié. (2) Se consacrer à une seule tache permet d économiser le temps nécessaire pour passer d une tache à une autre. 7 8

3 Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, la spécialisation des tâches s inscrit dans le cadre d une organisation scientifique du travail (OST) qui définit des règles pour une gestion optimale de l entreprise. L OST s appuie sur les travaux économiques d Adam Smith (division du travail) ou de Ricardo (spécialisation des tâches). Taylor, Ford, Fayol et Weber ont contribué à la construction de ce modèle d organisation du travail. L OST est définie par un bureau des méthodes chargé d étudier le travail des ouvriers (gestes, cadences, temps de repos ). Cette étude donne lieu à la formulation de solutions optimales d organisation de parcellisation des taches (division horizontale du travail) et une sélection optimale du personnel (en fonction de leurs qualifications ou de capacités). Dans ce modèle, une hiérarchie contrôle le travail d exécutants (division verticale du travail). Un système de rémunération au rendement est associé à cette organisation du travail Henri Ford à l origine du «fordisme» introduit le principe du travail à la chaine (le produit se déplace et non les humains). Dans le système fordiste, le rythme est imposé par la machine. Reprenant les principes de l OST et de la spécialisation horizontale énoncés par Taylor, il utilise des machines spécialisées et les ouvriers sont spécialisés sur une tâche particulière. Ford est à l origine de la standardisation des biens de production. Acceptation par la salarié de la rationalisation, de la mécanisation contre l institutionnalisation d une formule salariale stable, garantissant une progression du niveau de vie en relation avec la productivité (five dollars a day)

4 Et aujourd hui? La logique de l organisation scientifique du travail est toujours en vigueur dans un certain nombre d entreprises : -Les entreprises industrielles (automobile, métallurgie, textile ), -Certaines chaines de la restauration rapide (McDonald s, Quick, ) -La grande distribution (poste d hote ou d hotesse de caisse par exemple) - La télévente ou le télémarketing, ect. 2. Les limites de la spécialisation 13 L OST a été largement critiquée pour sa vision très mécaniste de l homme, l ignorance des interactions entre les individus et l organisation ou entre l individu et son environnement. Le travail parcellisé critiqué de longue date a finalement été remis en cause dans certaines entreprises pour des raisons d efficacité économiques pour certaines situations productives. L étude des dimensions affectives, émotionnelles et relationnelles des situations de travail est à la base de la critique de l OST par l école des relations humaines (Mayo, Likert, Maslow, Herzberg). Cette école préconise de tenir compte des facteurs humains et psychologiques

5 Par ailleurs, l idée selon laquelle la spécialisation conduit à l efficience a été contestée en pratique : Les performances des entreprises japonaises sont souvent attribuées à la capacité des agents à s adapter à de nouvelles activités et de nouvelles situations. Les entreprises japonaises ont su coordonner leurs activités d une façon souple et rapide pour s adapter aux évolutions des marchés ou encore aux mutations techniques et technologiques. Avantages de la polyvalence : -La polyvalence permet de réduire les couts de défaillance en cas de variation de la composition de la demande. Supposons par exemple que les activités A et B correspondent à la réalisation de deux produits différents A et B offerts par l entreprise. La polyvalence totale va permettre de satisfaire toutes les variétés de demande, c est à dire toutes les proportions A/B La polyvalence permet également d affronter les aléas concernant l offre des facteurs : Pour réduire le temps d immobilisation du capital du fait des pannes il peut être avantageux de compléter les compétences du salarié. -En outre la flexibilité dite fonctionnelle (maitrise de plusieurs fonctions ou activités) renforce la capacité d adaptation à court terme. La durée et le cout des apprentissages successifs se réduisent alors en raison d un effet de l expérience (Lindbeck et Snower, 2000). La polyvalence peut aussi jouer sur la satisfaction du salarié. En effet, la polyvalence peut etre source d un enrichissement du travail. -La flexibilité fonctionnelle offre également l avantage d une meilleure compréhension globale du processus de production, ce qui peut permettre des gains de productivité et des transferts de compétences entre les salariés

6 Limites de la polyvalence La polyvalence doit être rémunérée (prime ou salaire de base majoré) ce qui constitue un cout supplémentaire pour l entreprise. L organisation et l entretien de compétences supplémentaires induisent inévitablement des couts de formation. Au final la spécialisation apparait bénéfique lorsque : (1) La concurrence impose de fabriquer au prix le plus bas. (2) La production est stable, en grande quantité et de biens standardisés. La polyvalence peut dans certains cas être vécue comme perte d identité par le salarié qui se perçoit alors comme variable d ajustement La polyvalence est préférable lorsqu il s agit : (1) D une production de lots réduits, (2) De produire des biens diversifiés supposant un vaste processus d assemblage au cours duquel des milliers d opérations doivent être coordonnées (3) De prendre en compte des critères tel que le délai ou la qualité de service (Botte, 1998). Chapitre 2. Division verticale du travail 23

7 La question du niveau optimal de contrôle en situation d asymétrie d information (problème d aléa moral) s inscrit dans le cadre de la relation d agence : 1.Contrôle hiérarchique et délégation d autorité La relation d agence modélise la relation entre l employeur (qui est appelé le principal) et l employé (qui est appelé l agent). Le problème d aléa moral traduit le fait que l employeur principal peut difficilement observer le niveau d effort réalisé par l employé Management du personnel En présence d'aléa moral l'employeur doit inciter les travailleurs à fournir le niveau d'effort adéquat. Il a pour cela deux solutions : Solution A : Contrôler les agents mais augmenter la surveillance peut etre couteux. Solution B : Inciter les agents : Accroitre la sanction en cas de détection (même si faible). Il peut s agir par exemple de rendre important le coût du licenciement pour le salarié en offrant un salaire élevé Les solutions au problème d aléa moral Solution A (contrôle) Solution B (incitations) Employeur (principal) Employeur Superviseur incitation Salarié (agent) Salarié Plus le contrôle sera difficile ou couteux, plus la sanction devra être forte

8 Les modèles de salaire d efficience présentés dans la partie précédente privilégient l influence de l incitation salariale dans le contrat de travail. Les modèles de monitoring optimal. s intéressent au contrôle Il s agit notamment de savoir qui doit contrôler dans l entreprise : -L employeur lui-même (centralisation du contrôle) -Le superviseur (délégation du contrôle) -Les employés eux-mêmes (délégation complète du contrôle) 1.1.Centralisation du contrôle 29 Figure 1 : relation principal-agent à deux niveaux hiérarchiques (centralisation) La relation contractuelle traduit la relation d autorité formelle (celui qui décide) entre le principal et l agent. Définition de l autorité : L autorité résulte d un contrat implicite ou explicite conférant à un membre d une organisation ou à un groupe le droit de décider. On peut alors définir une organisation comme un groupe de personnes au sein duquel est définie une structure d autorité. Dans un modèle de centralisation, le principal détient les fonctions d autorité et de contrôle

9 Herbert Simon (1957) définissait l autorité comme le droit de choisir des actions affectant entièrement ou en partie une organisation. Pour Grossman et Hart (1986) l autorité est conférée par la possession d un actif. Cet actif donne à son détenteur le droit de prendre des décisions concernant l utilisation de cet actif. La relation de supervision : Elle définit qui détient la fonction de contrôle dans l entreprise. Lorsque le contrôle est centralisé, le principal fournit luimême l effort de contrôle pour obtenir des informations sur le comportement des agents compte tenu de l asymétrie d information et du problème d aléa moral. Ainsi le propriétaire d une machine peut décider des personnes qu il autorise à se servir de sa machine et celle qu il n autorise pas l usage de la machine Lorsque le principal contrôle lui-même l agent, se pose trois problèmes : (1) Un problème de capacité de contrôle : le principal n a pas nécessairement la capacité à contrôler l agent. (2) Un problème de coût d opportunité pour l employeur qui pourrait «utiliser» son temps à des taches plus productives que celle du contrôle. (3) Un problème d aléa moral de la part du principal: le principal peut être incité à ne pas révéler l information qui indique que la performance de l agent est élevée. En effet une performance élevée le conduit à verser à l agent un salaire plus élevé

10 Compte tenu des différents coûts pour l employeur à contrôler lui-même les employés, il peut avoir intérêt à déléguer cette tache à une superviseur. Le rôle du superviseur est alors d obtenir le plus d informations possible sur l activité de l agent. 1.2.Délégation du contrôle et supervision Le superviseur remet alors au principal un rapport sur ce qu il a observé. 38 Figure 2 : relation principal-agent à trois niveaux hiérarchiques (délégation d autorité à un superviseur) Avantages de la supervision Selon Rosen (1982), la délégation du contrôle à un superviseur permet au principal d économiser du temps qu il peut allouer à d autres tâches plus productives La délégation peut aussi être une réponse aux contraintes techniques: manque de temps et/ou de connaissance pour exercer la fonction de supervision. En effet, il est techniquement impossible pour le principal d assumer seul les tâches de coordination et de contrôle des agents

11 Pour Calvo et Wellitz (1978) lorsque la capacité de contrôle est limitée, une supervision cumulative entre les différents niveaux hiérarchiques des emplois est un moyen efficace pour stimuler les agents productifs. La structure des salaires épouse la hiérarchie des degrés de supervision et constitue un incitant monétaire direct pour les contrôleurs et indirect pour les contrôlés favorable à l efficience de l organisation. Selon Macho-Stadler et Castrillo (1997), la délégation d autorité est une solution au problème d engagement du principal. Limites du contrôle hiérarchique La délégation de l autorité représente un coût pour le principal (1) Un cout direct : l embauche d un nouveau salarié (2) Un cout indirect : une perte d autorité formelle pour le principal. (3) Des problèmes de transmission et de déperdition de l information. Plus le nombre de subordonnés augmente et moins les instructions sont détaillées. Williamson (1967) montre que la perte de contrôle et la déperdition d information à travers une succession de niveaux hiérarchiques conduit à limiter la taille de l entreprise (4) Problème de la crédibilité et de l engagement des superviseurs (aléa moral) En effet lorsqu une partie de l autorité est déléguée à un superviseur, le principal ne peut pas être entièrement certain de la validité des informations transmises par le superviseur. (5) Problème de coalition entre l employé et le superviseur (Mirrlees, 1976). Selon Crozier et Dalton (1959), les superviseurs auraient tendance à falsifier les informations et permettent ainsi aux agents d obtenir de meilleurs résultats. Néanmoins, pour Yang (1995), le principal améliore toujours sa position en recrutant des superviseurs, même en cas de hasard moral à tous les niveaux

12 3. Management du personnel Quelles solutions au problème de coalition? Solution 1. Réduire la durée des contrats La mise en place de contrats de courtes durées peut être un moyen de limiter le risque de formation de coalitions. En effet, le superviseur aura tendance à former une coalition avec des membres permanents de l organisation. Par ailleurs, les accords cachés impliquent souvent des relations de longues durées. 3. Management du personnel Solution 2 : Les contrats imbriqués Selon Mirrlees (1976) et Tirole (1986),le contrôle de l'effort peut être réalisé en ayant recours à une structure organisationnelle dans laquelle le principal engage le superviseur pour assurer la tâche de surveillance et ce dernier engage l'agent pour fournir l'effort de production. Selon Tirole (1986), les contrats imbriqués sont une solution aux problèmes de coalition même lorsque les contrats sont de longue durée. En effet, la confiance entre deux parties peut mettre un temps plus ou moins long à se développer (Kreps, 1984) Figure 3 : relation principal-agent avec délégation d autorité en contrats imbriqués 1.3.Délégation complète d autorité 47

13 Dans certains cas l entreprise peut avoir intérêt à déléguer complètement à la fois l autorité et le contrôle aux agents eux-mêmes. C est notamment le cas lorsque le principal détient l autorité formelle (le droit de décider) sur une décision tandis que l agent détient l autorité réelle (le contrôle effectif de la décision) s il est plus informé que le principal. Les facteurs qui augmentent l autorité formelle de l agent sont : (1) l urgence des prises de décisions qui n offre pas au principal assez de temps pour s investir complètement dans la recherche d information. (2) Un nombre élevé de subordonnés immédiats («Span of Control») Dans ce cas, l entreprise peut déléguer l autorité formelle en laissant les subordonnés prendre certaines décisions (Aghion et Tirole,1997) Le principal peut aussi avoir intérêt à déléguer complètement l autorité aux agents si des contraintes externes (réactivité aux attentes des clients nécessite une organisation du travail en équipe autonomes) Par ailleurs, laisser de l autonomie permet de faire émerger un esprit d initiative bénéfique. La délégation complète peut concerner la fonction de contrôle. On parle alors de pression par les pairs (Kandel et Lazear, 1992). L idée est que les agents se contrôlent mutuellement. Le principal peut avoir intérêt à déléguer directement la fonction de contrôle aux agents eux même des lors que le contrôle est difficile, couteux et que les agents sont mieux informés que lieu compte tenu de la proximité avec leurs pairs. Cela peut être le cas du travail en équipe où il est difficile pour le principal d observer l effort de chacun tandis que la mise en place d un système de partage du profit incite les membres de l équipe à se contrôler mutuellement

14 Ce système est apparu dans les entreprises automobiles japonaises implantées au nord des Etats-Unis. Figure 5 :relation principal-agent avec délégation complète de la fonction de contrôle aux agents Dans ces usines, la production est organisée en équipes de production avec pression des pairs (Rehder, 1990) La mise en place de différents niveau hiérarchiques peut amener à considérer l entreprise comme un marché interne avec des règles propres et ou des promotions (recrutement en interne) sont possibles. 2. Marché interne et segmentation du marché Déjà en 1978 Calvo et Wellitz mettent en évidence que la structure des salaires doit épouser la hiérarchie des degrés de supervision et constituer ainsi un incitant monétaire direct pour les contrôleurs et indirect pour les contrôlés (du fait des conditions d accès à l échelon supérieur par les promotions internes) favorable à l efficience de l organisation. 56

15 Piore et Doeringer (1971) remettent quant à eux en cause l existence d un marché du travail unique et avancent l idée d un marché externe et de marchés internes. Le marché externe correspond au marché du travail tel qu il est défini par les néoclassiques. Les marchés internes regroupent des structures institutionnelles homogènes (entreprise, branches d activité, ordre professionnels, etc) où les règles de fonctionnement notamment celles régissant la fixation des rémunérations les conditions d embauche de promotion interne dépendent de la structure elle-même. Sur ce marché, les règles de fonctionnement sont issues d un processus concurrentiel : le jeu de l offre et de la demande Les deux marchés (MI et ME) sont distincts mais sont toutefois interconnectés. Figure 1. segmentation du marché du travail Les mouvements entre MI et ME se produisent au niveau de certains emplois qui constituent des ports d entrée et de sortie (ports of entry and exit)

16 Les emplois sur le ME sont soumis à la concurrence alors que sur le MI ils sont à l abris de l influence directe des forces du marché. Il en résulte que le MI présente une certaine rigidité qui contraste avec l instabilité et les fluctuations qui caractérisent le ME. Chapitre 3. La flexibilité des organisations C est l existence de règles rigides qui confère au MI une certaine stabilité. Toutefois ces règles bien que rigides peuvent évoluer avec le temps. 61 L on parle d une organisation flexible lorsque celle-ci est capable s adapter rapidement aux variations de l activité. 1. Flexibilité interne et flexibilité externe Ainsi face à une baisse brutale de l activité économique, l entreprise va devoir s ajuster afin de restée viable sur le long terme. L ajustement se fait principalement sur la masse salariale qui constitue souvent le cout de production le plus important pour une entreprise. Cet ajustement permet à l entreprise de contenir la pression à la hausse de la part des couts salariaux dans le prix de vente. 64

17 La flexibilisation la masse salariale consiste à faire varier la masse salariale avec la production ou le chiffre d affaire. La masse salariale se réduira lorsque la production ou le chiffre d affaire chutent. Inversement en cas d hausse de l activité, l entreprise devra augmenter sa masse salariale pour faire face à cette nécessité de produire davantage. On parle de «régulateur automatique» pour évoquer la flexibilisation de la masse salariale. En pratique les régulateurs automatiques utilisés par les entreprises pour s adapter à la conjoncture concernent plusieurs variables : (1) Le volume des heures de travail L -Les effectifs de l entreprise E -La durée du travail H (2) La rémunération. W (1) Variation du volume total des heures de travail ( L) La variation du volume des heures de travail pourra être satisfaite de deux façons : 1.1. Variation des effectifs de l entreprise E. On parle de flexibilité externe. Selon le niveau d activité, l entreprise va pouvoir faire varier l emploi en recourant aux CDD, à l intérim ou à la sous-traitance de capacité. L entreprise peut également organiser des mobilités internes (entre services ou entre sites) Variation de la durée moyenne du travail ( H) On parle de flexibilité interne. L entreprise peut faire varier la durée du travail en recourant aux heures supplémentaires, aux heures supplémentaires, au chômage partiel, au travail à temps partiel, aux différentes formes d aménagement du temps de travail (dont l annualisation). Il existe aussi différents «compteurs» de temps sur lesquels l entreprise peut jouer : -Liquidation de stocks de RTT, -Reports de jours de travail -Consommation par anticipation de congés 67 68

18 (2) La variabilisation de la rémunération ( W) L existence de systèmes de rémunération des performances individuelles (bonus) et/ou collectifs (intéressement) peut avoir pour effet de variabiliser peu ou prou la masse salariale 2. Quelle flexibilité l entreprise va-t-elle privilégier? 69 L entreprise privilégiera la variation des effectifs ou du volume horaire selon les couts d ajustement (couts d entrée et de sortie). Les cout de sortie résultent d obligations contingentes à l égard du salarié licencié (indemnités, délai, accompagnement social). Les coûts d entrée (couts de recrutement et de formation) Si les couts d ajustement sont faibles (très élevés) et/ou si la variation d activité anticipée apparait de longue (courte) durée, alors l entreprise va privilégier l ajustement de la masse salariale par la variation de l emploi (des heures de travail). Selon l importance des couts d ajustement et la réglementation propre à chaque pays (en France les 35 heures (Bunel, 2006), les entreprises privilégierons des formes différentes de flexibilité. De façon générale, les formes de flexibilité diffèrent d un pays à l autre. Au final, la vitesse d ajustement de l emploi sera impactée par ces différences de flexibilité. Ainsi la vitesse d ajustement de l emploi est par exemple forte aux Etats Unis comparativement à l Europe (Pries et Rogerson, 2005)

NOM Prénom : groupe : Date : L ORGANISATION DU TRAVAIL

NOM Prénom : groupe : Date : L ORGANISATION DU TRAVAIL L ORGANISATION DU TRAVAIL Dans un restaurant, les cuisiniers ont chacun leur rôle et travaillent au sein d une équipe coordonnée par un chef (ils sont vêtus d une tenue professionnelle : le chef porte

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Comment définir la théorie des organisations? Avec la seconde révolution industrielle, de grandes entreprises industrielles émergent,

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Economie Institutionnelle et des Organisations. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2015

Economie Institutionnelle et des Organisations. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2015 Economie Institutionnelle et des Organisations Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2015 1 http://www.nikolaynenovsky.com/ 2 Economie des organisations Axes principaux Conférence 6 3 Plane, JM (2013). Théorie

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

La gestion des ressources humaines Résumé du Cours

La gestion des ressources humaines Résumé du Cours La gestion des ressources humaines Résumé du Cours I) Les fondements de la gestion des ressources humaines : La gestion des ressources humaine : est un ensemble de fonction et mesures ayant pour objectif

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Croissance, fluctuations et crises

Croissance, fluctuations et crises Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? FICHE 2 LA PRODUCTIVITE La productivité fait partie des mécanismes les plus importants de l économie. Produire

Plus en détail

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Introduction Émergence dans les années 80s Recherche de fondements microéconomiques solides

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

UPEC - AEI - M1 AMITER «AHI» Socio-Économie du travail et de l'emploi - Thème 5 D. Glaymann - 2014-2015 2

UPEC - AEI - M1 AMITER «AHI» Socio-Économie du travail et de l'emploi - Thème 5 D. Glaymann - 2014-2015 2 La productivité La productivité mesure l efficacité des moyens de production (machines, technologie, main-d œuvre ). Quantitativement, il s agit d un ratio entre la production réalisée et les facteurs

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES.

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. I. L organisation en réseau. A. Définition. Un réseau est un ensemble organisé d unités commerciales (UC) liées par des intérêts

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* * Professeur d économie et de gestion - Faculté de Droit de Tanger * Responsable de l équipe de Recherche

Plus en détail

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 I/ HISTORIQUE DE LA QUALITE La qualité est un souci permanent de l homme depuis longtemps. Jusqu au XIX ème siècle, c est l ère artisanale

Plus en détail

GESTION des RESSOURCES HUMAINES

GESTION des RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Grands axes du cours (Approche par les processus GRH) Support de Cours GESTION des RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* I - II - III - IV - V - VI - VII - Définitions - Système

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012

Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012 Corrigé téléchargé sur www.mybts.fr Proposition de Corrigé Management des entreprises Session 2012 CAS FENETREA L ensemble est noté sur 30 points, la note devra être ramenée à 20 points, arrondie au demipoint

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Philippe Abecassis, Nathalie Coutinet, Ariane Ghirardello (CEPN- U- Paris 13) Nouveaux enjeux de l'assurance complémentaire en Europe,

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Économie Introduction du cours

Économie Introduction du cours Économie Introduction du cours Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Economie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http://cred.u-paris2.fr/node/69

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité.

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité. REMUNERATION DES PROFESSIONNELS DES MARCHES FINANCIERS 1 - Processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l'entreprise, y compris la composition et le mandat du comité

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Chapitre 1 Organisation de l'entreprise

Chapitre 1 Organisation de l'entreprise Introduction Qu'est ce que l'entreprise? Chapitre 1 Organisation de l'entreprise Activité : système produisant des biens et des services à l'aide de moyens (humains et techniques) Destination : la vente

Plus en détail

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui

Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution. Professeur Mohamed Reghioui Chaîne logistique : approvisionnement, stocks, production et distribution Professeur Mohamed Reghioui Version 1 P2010 M.Reghioui - 2011 1 Informations générales sur le module Intervenant: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com)

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

Economie des conditions de travail Chapitre 1: L économie des ressources humaines

Economie des conditions de travail Chapitre 1: L économie des ressources humaines Chapitre 1: L économie des ressources humaines Master 2 ERGOMOT 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Organisation du cours 1 Economie des ressources humaines

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Management général. Management. gestion. 1. Définition et délimitation du concept de. 2. Les écoles de pensée du Management

Management général. Management. gestion. 1. Définition et délimitation du concept de. 2. Les écoles de pensée du Management Management général 1. Définition et délimitation du concept de Management 2. Les écoles de pensée du Management 3. Le rôle du Manager et les processus de gestion 4. Styles de Direction 5. Planification

Plus en détail

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS

Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS Guide des AUTEURS en Economie EXTRAITS 1/10 Un guide indispensable. Il n existe pas à ma connaissance de guide simple ou de dictionnaire «scolaire» en économie pour les étudiants de Lycée, de BTS et d

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information Université de Cergy-Pontoise Licence d économie et de Gestion Parcours : Economie et finance, Economie et mathématiques. Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011 TD 4 : Asymétries d information

Plus en détail

En concertation avec les différents acteurs concernés Partie 6.3: Gouvernance locale: Gestion communautaire et participative

En concertation avec les différents acteurs concernés Partie 6.3: Gouvernance locale: Gestion communautaire et participative 4. Chapitre Les solutions 6: Gouvernance du projet Partie 6.3: Gouvernance locale: Gestion communautaire et participative Comité scientifique-iepf Colloque francophone de Lyon Nathalie Rizzotti 4. Structure

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Le 8 octobre 2002 N o du dossier : R-3491-2002 Demande de renseignements n o 1 de la Régie à Hydro-Québec-Distribution Page 1 de 12 QUESTION 1

Le 8 octobre 2002 N o du dossier : R-3491-2002 Demande de renseignements n o 1 de la Régie à Hydro-Québec-Distribution Page 1 de 12 QUESTION 1 Page 1 de 12 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) RELATIVE À LA DEMANDE D AUTORISATION DE RÉALISER LE PROJET SYSTÈME D INFORMATION CLIENTÈLE (SIC) FONCTIONNALITÉS QUESTION

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

Historique : Mintzberg a fait la synthèse de ce courant en proposant une typologie et une représentation originales des formes structurelles.

Historique : Mintzberg a fait la synthèse de ce courant en proposant une typologie et une représentation originales des formes structurelles. Historique : Pendant longtemps, hégémonie des structures formelles (relations officielles et prescrites entre les membres de l'organisation) : prescriptions de Fayol et de Taylor préconisant la structure

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

Gestion de la Qualité& gestion des processus

Gestion de la Qualité& gestion des processus Gestion de la Qualité& gestion des processus EILCO janvier 2012 Roland van Rijckevorsel EILCO -Roland van Rijckevorsel 1 Programme 1. Évolution de l environnement économique et social et des règles de

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

La Gestion de Production au sein de l'entreprise

La Gestion de Production au sein de l'entreprise La Gestion de Production au sein de l'entreprise Cet article permet de situer le rôle de la Gestion de Production au sein de l'entreprise, de comprendre son impact et d'identifier les points clés permettant

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail