Les banques coopératives face à la crise financière et économique : l émergence d un nouveau business model?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les banques coopératives face à la crise financière et économique : l émergence d un nouveau business model?"

Transcription

1 Université Lumière Lyon 2 Faculté de Sciences Economiques et de Gestion Les banques coopératives face à la crise financière et économique : l émergence d un nouveau business model? Guillaume TARANTINI Master 2 Economie Sociale et Solidaire Tuteur universitaire : Pierre-Henri GOUTTE Tuteur entreprise : Christopher ROUSSEL Année universitaire

2 2

3 SOMMAIRE Introduction Partie 1 Ce que révèle la crise financière 1- Les statuts coopératifs : des garde-fous théoriques 2- «Mais qu allaient-elles faire dans cette galère?» Partie 2 Les mutations récentes du modèle bancaire coopératif 1- Crise économique et re-régulation bancaire : la nouvelle donne 2- Vers un nouveau business model? Partie 3 Le client-sociétaire, poids mort ou figure de proue des banques coopératives? 1- Un processus de dégénérescence démocratique à l œuvre 2- Faiblesses et forces du modèle bancaire coopératif Conclusion 3

4 INTRODUCTION «Nous vivons dans la crise» «Notre présent est envahi par la crise, à tel point que celle-ci paraît être le point névralgique, le point crucial de notre époque et de notre existence. C est d elle que procèdent aujourd hui presque toutes les analyses ou tout au moins tous les constats.» La philosophe Myriam Revault d Allonnes (2012, p.214) interroge le rapport entre crise et modernité, soulignant le renversement de la norme : la crise n est plus un état d exception. «Nous vivons dans la crise. Non seulement nous vivons dans un monde en crise mais nous vivons sous le surplomb de la crise.» Dès lors, la crise devient le point d ancrage de la conscience individuelle et collective. Ainsi, la crise financière et économique qui a éclaté à l été 2007 s est immiscée peu à peu dans nos quotidiens, dans nos vies professionnelles comme dans nos vies privées. Mais s il est un secteur qui cristallise toutes les tensions en son sein, c est bien celui de la banque. Le constat peut-être le plus partagé concerne la responsabilité des banques privées dans les turbulences que nous connaissons. La teneur des débats de la récente campagne présidentielle française en témoigne, mais plus encore, ce sont les projets de re-régulation portés par les instances internationales comme le G20 ou le Comité de Bâle qui centrent les interrogations autour du secteur bancaire. Cette nouvelle préoccupation des pouvoirs publics peut s expliquer par le rôle pivot qu occupent les banques dans nos sociétés. Le rôle premier des banques consiste à collecter des dépôts à court terme pour les transformer en crédit à long terme en assumant le risque inhérent à cette opération. Pour reprendre la métaphore utilisée par Jean-Louis Bancel, président du Groupe Crédit Coopératif, lors de l assemblée générale régionale de Rhône-Alpes (cf. compte-rendu en annexe), les banques sont en quelque sorte le cœur de l économie. Elles font office de pompe aspirante - refoulante. La monnaie est la matière première de ce métier et les banques disposent d un pouvoir sur l affectation de celle-ci et la réalisation des projets. Par conséquent, toutes les banques ont une responsabilité certaine non seulement dans l orientation que prend la production quels types d activités sont soutenus? mais aussi dans la bonne tenue générale de l économie. Le fondement même du métier fait que les banques, quelle que soit leur 4

5 nature, sont les canaux par lesquels se répand la crise, opérant des va-et-vient entre la sphère financière et l économie réelle. Le quotidien des banquiers s en trouve profondément marqué. Or, dans ce contexte de crise que nous choisissons comme angle d attaque de notre étude, toutes les banques ne sont pas logées à la même enseigne selon que leur statut est capitaliste ou coopératif. Le métier de banquier peut en effet s exercer de diverses façons. Parmi les différents modèles de banques (banques de dépôts, banques d affaires, banques universelles, etc.), nous en distinguerons deux en particulier : - Les banques capitalistes, de type SA, elles appartiennent à leurs actionnaires au prorata de leur apport en capital. - Les banques coopératives (ou mutualistes) sont détenues par leurs clients sociétaires, disposant chacun d une voix quel que soit leur apport en capital. Précisons dès à présent que ces deux modèles ne sont pas cloisonnés. Banques capitalistes et banques coopératives se font face parfois et s entremêlent souvent au sein de grands groupes bancaires. Il convient donc de discerner les points de différenciation et d en chercher les conséquences. Notre point de départ n est pas neutre. Il suppose d abord que nous considérons les difficultés actuelles des pays occidentaux comme transitoires et non comme le signe avantcoureur d un déclin. Ensuite, il s avère nécessaire de préciser notre analyse de la crise car celle-ci conditionne l orientation de nos recherches (Demoustier et Colletis 2012, p.21). Dans une approche conjoncturelle de la crise, les spécificités des entreprises de l économie sociale et solidaire (EESS) et des banques coopératives en particulier sont examinées avec un intérêt tout particulier eu égard à leur rôle contra-cyclique reconnu qui plaide en leur faveur. Face à une crise considérée comme structurelle, les banques coopératives ne pourraient-elles pas alors se révéler être un véritable contre-modèle de développement, offrant des perspectives à plus long terme? Prendre la crise comme point de départ, en combinant ces visions conjoncturelle et structurelle, devrait permettre de jeter un éclairage original sur les évolutions récentes du modèle bancaire coopératif et comprendre l ambivalence de son positionnement dans le marché : pleinement en concurrence mais associant à la logique de rentabilité des objectifs en termes d utilité sociale. 5

6 Présentation du stage J effectue mon stage à l agence de Lyon Saxe du Crédit Coopératif. Il y a deux agences du Crédit Coopératif à Lyon. L agence de Lyon Lyautey, située dans le sixième arrondissement, est spécialisée sur les PME-PMI et travaille particulièrement avec les PMI adhérentes à l Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie (UIMM). En vertu d un accord avec cette fédération patronale, des liens étroits existent entre SOMUDIMEC, un établissement de crédit professionnel mutualiste crée en 1977 par l UIMM et le Crédit Coopératif. L agence de Lyautey développe également une activité envers les particuliers mais sur un positionnement «haut de gamme». Du fait de sa taille, l agence de Saxe peut être considérée comme relativement représentative du Crédit Coopératif. Nous partirons donc du principe que nos observations peuvent être, toute mesure gardée, généralisée à l ensemble du groupe. L activité y est répartie entre chargés de clientèle selon deux approches : une approche statutaire (associations, coopératives, mutuelles, fondations) et une approche sectorielle (grande distribution, culture, médico-social, énergies renouvelables ). Cette approche duale n est pas sans poser de difficultés lorsque par exemple, une SCOP exerce son activité dans le secteur culturel. Le Crédit Coopératif développe également depuis la fin des années 1980 une activité destinée aux particuliers. Il propose tous les services bancaires traditionnels (comptes de dépôt, cartes bancaires, services de banque en ligne) mais se distingue en proposant des produits éthiques et solidaires. Les particuliers se voient par exemple proposer un compte AGIR, grâce auquel ils peuvent choisir ce que leur argent finance, des placements de partage et solidaires, etc. Mon tuteur de stage, lui-même diplômé du Master 2 Economie Sociale et Solidaire de l université Lyon 2, est spécialisé dans les secteurs des énergies renouvelables et des associations culturelles. En lien avec mon parcours, ma mission de stage est définie comme suit : Mission de stage : aider au développement de l agence sur la clientèle association - Action commerciale : Préparation des fichiers de prospections, participation à des rendez-vous clientèles et découverte de nos principaux produits ; 6

7 - Analyse financière : Participation à l'analyse du bilan et du compte d'exploitation, à l'étude et au montage des dossiers de crédit ; - Techniques bancaires : Réalisation de toutes les étapes de la vie d un compte et de la souscription/gestion de nos produits et services. Dans les faits, les parties prospection et techniques bancaires sont relativement mises de côté au profit de l analyse financière. Ma mission consiste essentiellement à réaliser des dossiers de prêt à court terme et à moyen long terme. Ce travail se décompose en différentes tâches : 1- Rencontre avec le client pour le connaître et comprendre la demande 2- Recherche d informations complémentaires (histoire, activités, équipe dirigeante, moyens d exploitation ) 3- Analyse des comptes et des prévisionnels 4- Montage et présentation du dossier ; définition des solutions de financements adaptées, des taux d intérêt, des garanties En fonction de différents critères (montant des engagements, notation du demandeur) le dossier est décidé par le chargé de clientèle, la directrice de l agence, le délégué régional ou le comité des engagements. Par ailleurs, il est à noter que je ne reste pas cantonné au secteur associatif et travaille en accompagnement de plusieurs chargés de clientèle. J ai pu ainsi intervenir sur des secteurs aussi variés que le photovoltaïque, l insertion par l activité économique, le commerce de prêtà-porter, le médico-social, la protection de l enfance, la mutualité, les Organisations Non- Gouvernementales, pour ne citer que les principaux. J ai également eu l occasion de participer aux réunions commerciales, à une «réunion Banque de France» ainsi qu à l assemblée générale de la Région Rhône-Alpes qui s est déroulée à Lyon le 4 mai Cette diversité dans les secteurs approchés et cet accès aux réunions de travail m ont permis d appréhender l activité de l agence de manière globale et de discerner les problématiques récurrentes communes aux différents secteurs ainsi que les points spécifiques à chacun. Avant de m intéresser plus précisément à la réalité du quotidien à l agence de Lyon Saxe, je propose un bref détour par l histoire du Crédit Coopératif. 7

8 Une brève histoire du Crédit Coopératif Le Crédit Coopératif, c est bientôt 120 ans de banque coopérative. Le groupe a deux origines (Crédit Coopératif, 1993). La première remonte à la création le 27 juin 1893, par des coopérateurs désireux d accéder au crédit, de la Banque Coopérative des Associations Ouvrières, future Banque des coopératives ouvrières de production. En cette fin de 19 ème siècle, la société française est confrontée à de profondes mutations. La Troisième République est encore fragile et la Grande Dépression ( ) provoque une période de longue instabilité financière. La question sociale supplante peu à peu les polémiques sur la légitimité du régime dans le débat public. Dans ce contexte, la coopération apparaît comme un espoir aux yeux de ceux qui n ont que leur travail pour vivre. Des hommes politiques de premier plan s impliquent dans le mouvement coopératif. Jean Jaurès inaugure la Verrerie Ouvrière d Albi en Le député radical Léon Bourgeois prône le «solidarisme», doctrine favorable à la coopération. Le nombre des coopératives ouvrières de production à Paris passe de 30 en 1881 à 85 en Certaines d entre-elles mettent en place avec le soutien de Waldeck-Rousseau la Chambre consultative des Associations Ouvrières de Production, qui sera à l origine de la création de la Banque Coopérative des Associations ouvrières. Les coopératives de production demandent à cette dernière des prêts à long terme pour financer leurs investissements mais également des concours à court terme car elles ne disposent que de peu de fonds propres et connaissent donc des difficultés à financer leur cycle d exploitation. Mais le capital de la nouvelle banque est faible et dès 1894, elle se retrouve confrontée à une crise de trésorerie, qui menace sa survie. Le phalanstérien Faustin Moigneu, ayant fait fortune aux Etats-Unis dans la confiserie, effectue alors un don de francs-or à la banque coopérative. Il exige en contrepartie une réforme des statuts afin d assurer la fidélité aux objectifs de justice et d équité. En 1911, la banque connaît une nouvelle crise, qui débouche sur une recapitalisation par l Etat. En 1938, l Etat met sur pied la Caisse Centrale de Crédit Coopératif (CCCC), un organisme professionnel et coopératif de financement des SCOP et coopératives de consommation en dehors du secteur agricole, champ d action du Crédit Agricole. C est la deuxième racine du Crédit Coopératif. La CCCC, propriété de ses clients-sociétaires, a pour mission de distribuer les crédits à taux bonifiés accordés par le Ministère du Travail. Elle est donc un véritable auxiliaire des pouvoirs publics. Peu à peu, la banque élargit ses activités et 8

9 devient le prêteur de tous les organismes coopératifs, mutuels et associatifs non agricoles. Elle a alors recours au marché obligataire pour soutenir son expansion. A la fin des années 1970, suite à une nouvelle crise traversée par la banque coopérative née en 1893, les deux structures se rassemblent au sein de la Banque Française de Crédit Coopératif (BFCC). De ses origines, le groupe garde une particularité dans le champ des banques coopératives. Il s agit en effet de l une des seules banques coopératives françaises nationales. La BFCC dispose de quatre agences en 1970 et en ouvre de nouvelles dans les principales villes françaises. 9

10 Schéma 1 : chronologie Crédit Coopératif 1893 Création de la Banque des associations ouvrières 1938 Création par décret de la Caisse Centrale de Crédit Coopératif (CCCC) 1969 Début du groupe Crédit Coopératif : rapprochement entre la CCCC et la Banque des associations ouvrières devenue Banque Française de Crédit Coopératif (BFCC) 2002 Le Crédit Coopératif adopte le statut de Banque Populaire et absorbe la CCCC Naissance de BPCE : rapprochement entre la Banque Fédérale des Banques Populaires et la Caisse Nationale des Caisse d Epargne. Le Crédit Coopératif est l une des maisons mères. 10

11 Peu à peu, l activité de la BFCC va s élargir à la clientèle associative et mutualiste, puis à l ensemble des organismes de l économie sociale il n est pas encore question d économie sociale et solidaire (ESS). Après l arrivée au pouvoir de François Mitterrand, la BFCC échappe à la nationalisation et adopte le nouveau statut de banque coopérative (loi bancaire du 24 janvier 1984). La compétence de la CCCC vis-à-vis de l économie sociale est consacrée par décret. Alors que le paysage bancaire commence à se modifier de manière importante sous l effet de la mondialisation, de la libéralisation des marchés financiers et de la dérégulation, le groupe réaffirme ses principes coopératifs en adoptant sa Déclaration de principes (Crédit Coopératif 2005). Celle-ci stipule notamment : «Le Crédit Coopératif constitue une branche spécifique de la coopération bancaire, au service de celles et ceux qui entreprennent ensemble avec des valeurs communes : l association des personnes autour d un projet d entreprise visant l intérêt commun des membres du groupement, la promotion de l homme entrepreneur ou l intérêt général. Ces entreprises sont d abord au service de l homme et non du capital. En conséquence, la vocation essentielle du Crédit Coopératif est de concourir au développement des personnes morales qui composent l Économie sociale (coopératives, mutuelles, associations, organismes sociaux et services d intérêt général, etc.) et qui sont appelées à en devenir membres.» Sur cette base, le Crédit Coopératif entreprend le développement de son activité : création de BISE, une banque pour financer la création d activité en Pologne (1990), acquisition de la GMF, ex-banque des coopératives de consommateurs aujourd hui disparue (1994), acquisition des banques Pommier Finindus, du Dôme Crédifrance Factor et de la Banque de l entreprise (1998). Ces opérations de croissance externe ont permis au groupe de doubler son chiffre d affaires. En parallèle, des accords avec des organismes solidaires comme la Nef, l Adie ou encore la Caisse Solidaire du Nord-Pas-de-Calais renforcent l ancrage local de la banque. En 2002, compte tenu d une nouvelle réglementation bancaire rendant difficile la vie des établissements bancaires de taille moyenne isolés, le Crédit Coopératif absorbe la CCCC et s arrime au Groupe Banque Populaire, dont il devient l une des maisons mères. En 2009, sous la houlette de l Etat, les organes centraux des réseaux coopératifs Banque Populaire (BP) et 11

12 Caisse d Epargne (CE) se rapprochent et donnent naissance au groupe BPCE. Le Crédit Coopératif détient 1% du capital. Désormais, c est BPCE qui représente le Crédit Coopératif face aux pouvoirs publics, garantit sa solvabilité et sa liquidité en contrepartie d une fonction de contrôle. Aujourd hui, le groupe Crédit Coopératif se compose de deux réseaux bancaires : le Crédit coopératif et sa filiale BTP Banque, outil financier dédié au secteur du bâtiment et des travaux publics. Le groupe comprend aussi deux sociétés de gestion de capitaux : Ecofi Investissements et la Financière de Champlain spécialisée dans le développement durable. D autres filiales spécialisées complètent le tableau : Crédit Coopératif Lease, Inter-Coop, Intercop Location pour le crédit bail immobilier et BTP Capital Investissement pour les interventions en fonds propres. Nous venons de tirer à grands traits l histoire du Crédit Coopératif, de 1893 à nos jours. Afin d élargir notre perspective, il nous faut désormais retracer succinctement la naissance du modèle bancaire coopératif. Nous pourrons en tirer quelques enseignements. Emergence des banques coopératives Alors que nous traversons la plus grave crise économique depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il paraît intéressant de se rappeler le contexte dans lequel a émergé l idée du crédit accessible à tous pour comprendre l essence des principes coopératifs et mettre en relief les spécificités du modèle. L idée coopérative émerge dans la première moitié du 19 ème siècle, alors que la Révolution industrielle fait apparaître sur le devant de la scène la question sociale (Guider et Roux 2009). 1 Se demandant quel était ce «Satanic mill, cette fabrique du diable, qui écrasa les hommes et les transforma en masses», Karl Polanyi note dans son œuvre majeure La Grande Transformation : «Au cœur de la Révolution industrielle du 18 ème siècle, on constate une amélioration presque miraculeuse des instruments de production, accompagnée d une dislocation catastrophique de la vie du peuple» (Polanyi 1983, p.60). Et l économiste d énumérer les méfaits de cette révolution «aussi radicale que toutes celles qui avaient jamais 1 Sauf indication contraire, les paragraphes suivants se réfèrent aux travaux de Hervé Guider et Michel Roux (2009). 12

13 enflammé l esprit des sectaires» (ibid., p.64) : paupérisation, apparition des taudis, longues heures de travail des enfants, bas salaires... Robert Owen souligne dès 1817 que «la misère résulte de la concurrence entre l homme et la machine et le seul moyen d y remédier est l action collective et la subordination de la machine.» Coopérer, c est donc s attaquer à la misère. Les premières coopératives sont déjà apparues ici et là. On peut par exemple évoquer les fameuses fruitières du Jura, véritables coopératives de collecte et de transformation des produits laitiers. Mais on considère généralement que les bases du mouvement coopérateur sont jetés par vingt-huit tisserands de la région de Manchester, ayant fondé une association «La Société des Equitables pionniers de Rochdale» et ouvert un magasin coopératif. Quatre principes sont alors édictés : la libre adhésion, l exercice du pouvoir démocratique (une personne une voix), la distribution des excédents entre les membres et la rémunération limitée du capital. L apparition de l idée coopérative dans le secteur bancaire arrivera naturellement peu après. Provoquée par les mauvaises récoltes de l année 1846, la crise de 1847 touche rudement le peuple allemand, tant dans les villes que dans les campagnes. La flambée des prix des denrées alimentaires fait naître des mouvements de révoltes dans toute l Europe, prémices de ce que l on appellera le Printemps des Peuples de Face aux difficultés économiques, Hermann Schulze met sur pied à Delitzsch une association de menuisiers et de cordonniers, embryon du premier comptoir d escompte, précurseur des Volksbanken (les Banques Populaires). L élu du parti libéral avait pour objectif de développer la petite entreprise sur une base coopérative. Le modèle de Schulze se développa et traversa les frontières. Les premières caisses coopératives voient le jour en Autriche, sous l impulsion de Franz Simazeck et Anton Randa, en Italie avec Francesco Vigano et Luigi Luzzati. Parallèlement aux projets menés par Hermann Schulze, Friedrich Wilhelm Raiffeisen, bourgmestre d une commune du Westerwald, décide de venir en aide aux victimes de la famine en leur distribuant à crédit des céréales. Pour acheter les quantités de céréales nécessaires, il convainc les citoyens épargnés par la crise de déposer leurs ressources liquides dans un fonds. Il crée par la suite la Société de secours, qui libère les paysans des prêts usuriers en proposant des crédits à de faibles taux d intérêt. En 1849, les caisses Raiffeisen naissent de cette expérience. Le fondateur des caisses Raiffeisen imprègne son projet d une éthique religieuse et recherche l appui du clergé protestant. Dans les années 1860, les caisses vont se structurer autour de critères que l on retrouve encore aujourd hui sous certains aspects chez les banques coopératives : identité géographique, ouverture du sociétariat aux plus pauvres, responsabilité solidaire et fonds 13

14 social indivisible. Le modèle essaime aux Pays-Bas, en Belgique et en Basse-Autriche, toujours sur un socle religieux. Le curé Jacob Ferdinand Mellaerts, qui fonde la première caisse Raiffeisen belge à Rillar, inscrit même dans les statuts l appartenance à un corps de pensée chrétien. L article 6 stipule en effet que l affiliation est limitée «aux seules personnes qui reconnaissent la religion, la famille et le droit de propriété comme les fondements de la société et agissent en fonction de ces valeurs». En France, la Banque du Peuple voit le jour à l initiative de Jules Lechevalier et de Pierre- Joseph Proudhon dans un contexte d ébullition politique. Les élections au suffrage universel masculin de 1848 ont donné le pouvoir aux conservateurs et aux libéraux. Hostiles à tout interventionnisme étatique, ils ont fermé les ateliers nationaux, ce qui mena à l insurrection du mois de juin. «Dès lors, les travailleurs ne pouvaient plus compter sur le gouvernement et durent s organiser eux-mêmes» (Chaïbi 2010, p.14). Plusieurs autres initiatives de coopératives de crédit voient le jour dans les années Affiliée à l idée communautariste, la Société de crédit au travail a par exemple pour objet de réunir les épargnes des travailleurs pour les prêter à d autres travailleurs qui les feraient fructifier par le travail. Les économistes Léon Walras et Léon Say tenteront également de lancer leur Association de crédit, de production et de consommation sans grand succès. Il s agissait là d une vision libérale de la coopération. Dans cette optique, l initiative collective doit permettre aux ouvriers de mettre en commun leur épargne et d accéder ainsi à la propriété du capital. Les inégalités de position avec les capitalistes seront alors réduites et la concurrence rendue plus effective. Dans le but de séduire la classe ouvrière tout en restreignant son organisation à une forme purement économique, la Société de Crédit agricole est fondée par Napoléon III en Elle avortera quinze ans plus tard. Si l idée d un crédit accessible à tous perdure, le modèle bancaire ne s ancrera réellement en France qu en 1893 avec la création de la Banque coopérative des associations ouvrières, futur Crédit Coopératif. Votée le 5 novembre 1894, la loi Méline, du nom du Ministre de l agriculture, autorise la constitution de caisses locales de crédit agricole. Qu elles soient associées au mouvement ouvrier ou insufflées par la foi chrétienne, d inspiration socialiste ou libérale, les premières banques coopératives naissent dans un contexte de crise économique aiguë, avec la volonté de lutter contre la paupérisation et les inégalités. Tiraillées par des questions de principes, notamment sur l autonomie vis-à-vis de l Etat, les banques coopératives vont se développer cahin-caha au cours du 20 ème siècle, jusqu à devenir un acteur fondamental du développement de l économie locale. 14

15 Les banques coopératives s épanouissent tout particulièrement au cours des Trente Glorieuses, lorsque l Etat prend en main leur développement. Tout d abord, un cadre législatif commun à toutes les coopératives est mis au point avec la loi du 10 septembre 1947 portant statut de la coopération. Les principes fondateurs du mouvement y sont affirmés : doublequalité des membres, libre adhésion, «une personne = une voix», règles d affectation et de répartition du capital, exclusivisme (seuls les sociétaires bénéficient des services de la coopérative). De plus, les banques «à statut spécial», c est-à-dire publiques et mutualistes, étaient perçues comme des instruments au service de l interventionnisme étatique (Parodi 2000). Le général de Gaulle déclarait en mars 1945 devant l assemblée consultative : «C est désormais le rôle de l Etat [ ] de disposer du crédit, afin de diriger l épargne nationale vers les vastes investissements qu exigent de pareils développements et d empêcher que des gouvernements d intérêts particuliers viennent contrarier l intérêt général.» A ce titre, les banques publiques et mutualistes ont bénéficié de privilèges octroyés par l Etat comme par exemple le monopole de la distribution des crédits à taux bonifiés aux agriculteurs pour le Crédit Agricole. Maurice Parodi (2000, p. 40) note que «le rapport de leur total-bilan avec celui des banques inscrites passe de 11,6% en 1946 à un maximum de 46,8% en 1966 avant la grande libéralisation bancaire». Les banques coopératives ont ainsi acquis les moyens nécessaires au financement des secteurs et entreprises dont elles se réclament les soutiens, notamment les PME. Nous nous pencherons sur les mutations du système bancaire des deux dernières décennies, ce que Maurice Parodi (2000, p.35) nomme «le grand chambardement», dans la première partie de notre étude pour mieux saisir le comportement des banques coopératives dans la crise financière. Les sept principes coopératifs La coopération est la fille de la nécessité. Elle se forge dans un contexte de crise et d émergence de la question sociale. De l histoire du mouvement coopératif sont nés sept principes édictés à la fin du 19 ème siècle par l Alliance coopérative internationale (ACI). Le projet du Crédit Coopératif s inscrit pleinement dans cette perspective. 15

16 Premier principe : la liberté d adhésion Ce principe a une incidence directe sur la gouvernance de l entreprise puisque les sociétaires sont appelés à prendre part au processus de décision et de contrôle. Deuxième principe : la gestion démocratique Les coopératives se basent sur le principe égalitaire démocratique «une personne = une voix». Ce principe a subi aujourd hui des altérations dont nous reparlerons. Troisième principe : la participation économique des sociétaires Les excédents générés par la coopérative sont affectés au développement de la structure, aux réserves dont une partie se doit d être impartageable ou à des ristournes aux membres. Quatrième principe : l autonomie et l indépendance La conclusion d accords avec d autres organisations, et notamment avec des gouvernements, ne doit en aucun cas se faire au détriment du pouvoir démocratique des membres de la coopérative. Le secteur bancaire est très spécifique sur ce point dans la mesure où l activité se caractérise par un cadre réglementaire très précis. L absence de cotation en bourse et la rémunération limitée du capital donnent au Crédit Coopératif une certaine autonomie. Cependant, pour assurer sa conformité vis-à-vis des autorités bancaires, le Crédit Coopératif s est arrimé au groupe BPCE, avec les Banques populaires et les Caisses d épargne. Cinquième principe : l éducation, la formation et l information De même qu il n y a pas de démocratie réelle sans citoyens éduqués et informés, il ne peut y avoir de coopérative sans sociétaires ayant les moyens de s impliquer. Sixième principe : l intercoopération Les coopératives sont censées œuvrer ensemble à l essor du mouvement coopératif. Force est de constater que la crise accentue la concurrence entre banques coopératives et met à mal ce sixième principe. Septième principe : l engagement envers la communauté Les coopératives doivent contribuer au développement durable de leur communauté. Ce principe a été ajouté en 1995 aux six premiers. Le Crédit Coopératif se veut être «une 16

17 banque utile». Son projet économique revêt déjà une utilité sociale. En 1984, la Fondation du groupe est créée dans le but d encourager le développement de l économie sociale. Banques coopératives vs. banques capitalistes Longtemps marginalisé, le modèle bancaire coopératif attire l attention en ces temps de crise. Que le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, vante les mérites des banques coopératives, dans une lettre adressée à Coopérative Europe du 16 janvier 2009, est en soi un événement non négligeable 2. De même, les Nations Unies ont déclaré l année 2012 «Année internationale des coopératives». 3 Jean-Louis Bancel (2010), président du groupe Crédit Coopératif et de l Association internationale des banques coopératives (AIBC) les définit ainsi : «Une banque coopérative est une entité bancaire qui appartient à ses sociétaires. Ces derniers ont la double qualité d associé et d usager, de propriétaires et de clients de leur banque. Les banques coopératives sont généralement créées par des personnes appartenant à une communauté locale ou professionnelle ou partageant des intérêts communs. Les banques coopératives fournissent généralement à leurs sociétaires toute une gamme de services bancaires et financiers (prêts, dépôts, comptes bancaires ). Les banques coopératives se différencient des autres banques par leur organisation, leurs buts, leurs valeurs et leur gouvernance.» Les banques coopératives ne procèdent pas de la même logique que les banques capitalistes. On en déduira une différence de nature entre les deux types de banque, différence qui peut se résumer en six points (Juvin 2006, p.7-9) : 2 José Manuel Barroso affirme dans cette lettre à l attention de Cooperative Europe que «les entreprises coopératives, fidèles à leurs valeurs et principes coopératifs et les banques coopératives qui s appuient sur leurs sociétaires et sont contrôlées localement ont généralement bien résisté à la crise.» 3 Ban Ki Moon, secrétaire général de l ONU, célèbre le 7 juillet 2012 à l occasion de la journée internationale des coopératives «la contribution des coopératives à l édification d un monde meilleur par la promotion du développement durable, de l intégration sociale et du travail décent.» En ligne. <http://www.un.org/fr/events/cooperativesday/sgmessages.shtml>. Consulté le 19 août

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Pôle de développement de l Economie Sociale et Solidaire. Etude de cas. Banque Coopérative. Ex. Le Crédit Coopératif

Pôle de développement de l Economie Sociale et Solidaire. Etude de cas. Banque Coopérative. Ex. Le Crédit Coopératif Pôle de développement de l Economie Sociale et Solidaire Etude de cas Banque Coopérative Ex. Le Crédit Coopératif Sommaire : Article 1 Une banque coopérative, c est quoi? Article 2 - Un peu d histoire

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Intervention sur les banques

Intervention sur les banques Intervention sur les banques Guichen, le 09/11/2011 Simon CORNEE Maître de Conférences Faculté des Sciences Economiques - Université de Rennes 1 / CREM UMR 6211 simon.cornee@univ-rennes1.fr 1 Système financier

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Source : Institut du travail : http://www.istravail.com/article49.html L ordonnance n 2001-350 du 19 avril 2001, parue au Journal officiel du 22 avril 2001,

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan nationalinternational et ses enseignements I -Quelles sont les origines

Plus en détail

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française!

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! «Éthique et responsabilité sociale des banques : aux confins de leur responsabilité juridique» (Colloque

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Chapitre III : LES REVENUS MOBILIERS

Chapitre III : LES REVENUS MOBILIERS Chapitre III : LES REVENUS MOBILIERS OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : définir par l exemple les principaux types de revenus mobiliers ; déterminer la situation du résident

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros.

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros. COMMUNIQUE DE PRESSE Année 2008 : une perte exceptionnelle de 2 milliards d euros dans un contexte de crise aggravé Un Groupe qui reste solide avec un ratio Tier 1 satisfaisant Résultat net 2008 : - 2

Plus en détail

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)» COMITÉ DU 2 JUILLET 204 Berne, le 26 juin 204/5 décembre 204 Annexe 20 DL traduction ultérieure au Comité le texte allemand fait foi. Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

vous souhaitez exprimer votre avis, avoir une information ou adresser vos questions au Conseil d administration pour préparer votre participation à

vous souhaitez exprimer votre avis, avoir une information ou adresser vos questions au Conseil d administration pour préparer votre participation à Rapport Coopératif 2012 vous souhaitez exprimer votre avis, avoir une information ou adresser vos questions au Conseil d administration pour préparer votre participation à votre Assemblée générale? vous

Plus en détail

L HISTOIRE D UNE BANQUE DANS LA CRISE DE 2007-2008 NATIXIS. Présentation au GIREF le 8 décembre 2010 Par Alexander Reimers

L HISTOIRE D UNE BANQUE DANS LA CRISE DE 2007-2008 NATIXIS. Présentation au GIREF le 8 décembre 2010 Par Alexander Reimers L HISTOIRE D UNE BANQUE DANS LA CRISE DE 2007-2008 NATIXIS Présentation au GIREF le 8 décembre 2010 Par Alexander Reimers Alexander REIMERS, 2010 PROPOS PRÉLIMINAIRES Propos préliminaires 2 L histoire

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Journées de droit économique Samedi 7 juin 2008 «D une crise à l autre : regards croisés

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire

Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire Dossier de presse Septembre 2012 Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire Contacts presse Crédit Coopératif Claude Sevaistre

Plus en détail

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes 1. Qu est-ce qu un subprime? 2. Le mécanisme de la crise 3. La gravité de la crise 4. Conclusions 2 La

Plus en détail

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif J ai récemment rencontré Jérôme PRIGENT, Responsable de la région grand ouest de la société ISODEV ; il nous présente, dans ce dossier thématique, le prêt participatif. SOMMAIRE : Partie 1 : Description

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156

www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 19 mars 2014 N 1156 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse sur

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL POSITIONNEMENT DE L URIOPSS BRETAGNE Juin 2013 LES POSITIONNEMENTS DE L URIOPSS BRETAGNE Le Projet Régional de Santé de

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES

CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES 1 CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES PREAMBULE Le fonctionnement des Banques populaires est régi par un ensemble

Plus en détail

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2007 LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL FINANTOIT est le premier outil d investissement

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

La loi Macron valide le prêt interentreprises

La loi Macron valide le prêt interentreprises La loi Macron valide le prêt interentreprises par Dominique Legeais, Professeur à l Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Directeur du CEDAG Article paru dans la Revue trimestrielle de droit

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

Assemblées générales 2013. FONDATION D ENTREPRISE CREDIT COOPERATIF Le club d entreprises Mécén Act Basse-Normandie

Assemblées générales 2013. FONDATION D ENTREPRISE CREDIT COOPERATIF Le club d entreprises Mécén Act Basse-Normandie NEWSLETTER DE LA VIE COOPERATIVE - N 115 - DECEMBRE 2012 VIE DU CREDIT COOPERATIF Sociétariat : derniers jours pour être candidat au Conseil d administration! Assemblées générales 2013 FONDATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Résumé de l étude France Bénévolat pour la Caisse des dépôts (FCS) Auteur : Jean Beaujouan Décembre 2007 1 Présentation

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES Québec, le 12 mai 2009 Seul le texte prononcé fait foi Monsieur le président, madame et messieurs les députés,

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Communication Marketing Juin 2011 bgl.lu Sommaire BGL BNP Paribas au service des entreprises 5 Un interlocuteur dédié 6 Un interlocuteur

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien Toutes nos publications sont disponibles : - en téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL dans la rubrique Publications : http://www.cpcp.be/etudes-et-prospectives

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

Rôle de l épargne dans le développement.

Rôle de l épargne dans le développement. 1 Rôle de l épargne dans le développement. L ensemble des acteurs économiques participant aux politiques de développement s accordent à reconnaître, depuis une quinzaine d années, l échec des politiques

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail