Agenda On s y retrouve? Démocratie. Dialogue social. Vie économique. Solidarité. Mars Associer le plus grand nombre de salariés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agenda On s y retrouve? Démocratie. Dialogue social. Vie économique. Solidarité. Mars 2015. Associer le plus grand nombre de salariés"

Transcription

1 Agenda On s y retrouve? Démocratie #1 Mars 2015 Associer le plus grand nombre de salariés La volonté du groupe Up d impliquer l ensemble de ses salariés, quelque soit leur filiale ou leur pays, au capital et la gouvernance / Dialogue social Le Crédit Coopératif au cœur de la révolution des services financiers «Tous banquiers», c est le nom de la revue des sociétaires du Crédit Coopératif, une devise qui intègre le financement / Le renforcement du dialogue social européen Avec la mise en place volontaire d un Comité d Entreprise Européen, le groupe Up entend harmoniser et dynamiser / Faites-nous connaître les pratiques que vous voulez partager sur : Vie économique L Agora des CE, pour faire converger ESS et Comités d entreprise C est avec la conviction qu un élu de CE n était pas un acheteur comme les autres que le groupe Up, le Crédit Coopératif et la Macif / Solidarité «La loi ESS va réduire la distance avec les entreprises classiques, c est une bonne chose» - Interview - La loi ESS représente un véritable changement de paradigme, considère / Une Fondation qui souhaite conjuguer proximité et internationalisation La Fondation du groupe Up, sous l égide de la Fondation de France, soutient désormais des projets à l international, grâce / Le Groupe Chèque Déjeuner change de nom et devient le groupe Up. Découvrez notre groupe sur

2

3 Démocratie Catherine Coupet Présidente-Directrice Générale du groupe Up Associer le plus grand nombre de salariés La volonté du groupe Up d impliquer l ensemble de ses salariés, quelque soit leur filiale ou leur pays, au capital et la gouvernance de leur filiale est une avancée sans précédent. Une démarche participative engagée par le Conseil d Administration du groupe pour que les spécificités de la coopérative Chèque Déjeuner irriguent tout le groupe Up. L Assemblée générale de la coopérative Chèque Déjeuner de juin 2014 a ouvert la voie. 75 % des sociétaires de la société mère du groupe ont voté pour mener une étude sur les solutions permettant d associer un plus grand nombre de salariés au capital des différentes filiales du groupe Up et notamment de sa coopérative. La Commission de travail baptisée «Des Racines et des Ailes» créée par le Conseil d Administration, avait préalablement bien expliqué aux sociétaires, à travers 17 ateliers de concertation, les enjeux d une démarche déterminante pour le groupe Up, afin d étendre et renforcer sa dimension coopérative. LA PARTICIPATION DES SALARIÉS AU CAPITAL ET AUX INSTANCES DÉCISIONNELLES En janvier 2011, une note de France Stratégies détaillait les effets de la participation des salariés au capital social de leur entreprise sur un taux d absentéisme, censé illustrer la performance sociale. Ainsi, la mise en place d un plan d épargne d entreprise contribuait à faire baisser ce taux de 27 %. La combinaison entre autonomie horizontale des salariés («le travail à accomplir est défini par une fixation d objectifs globaux et non par une description de tâches précises à exécuter») et un mécanisme d épargne salarial se traduit par une baisse de 68 %. Une performance sociale qui est également conditionnée à la représentation des salariés dans les instances décisionnelles. Ainsi, une entreprise ayant des salariés actionnaires mais pas de représentants de ceux-ci au Conseil d Administration n affiche pas une meilleure performance sociale qu une entreprise n ayant pas de salariés actionnaires. C est une véritable ambition que nous portons, avec sa part de risque, pour permettre à chaque salarié de prendre ses responsabilités. Au-delà des valeurs que cela sous-entend, la valorisation de l engagement des salariés est une source de performance sociale et économique sans égale. Seul le modèle coopératif permet cette dynamique, explique Catherine Coupet, la nouvelle Présidente Directrice Générale du groupe Up depuis le 1 er octobre 2014, qui a succédé à Jacques Landriot. La pédagogie du changement Histoire de ne pas laisser retomber le soufflé et faire preuve de pédagogie, l approche participative se déploie à nouveau depuis février, au travers d ateliers de concertation intégrant salariés, administrateurs et membres des Instances Représentatives du Personnel, pour traiter ensemble des grandes questions posées par l élargissement de la SCOP. Quid de la nouvelle gouvernance? Quelles modalités pour devenir sociétaire? Quelles évolutions organisationnelles, financières, juridictionnelles et dans la gestion des ressources humaines? Avec quelle communication? «C est l occasion de faire de la pédagogie sur le sens d une coopérative», précise Catherine Coupet. D ici quelques mois, les sociétaires seront invités à se prononcer sur la mise en route effective de l élargissement, qui pourrait s envisager pour Pour chacune des filiales et en fonction de leurs spécificités, les solutions d implication des salariés au capital social qui conviennent le mieux seront travaillées : transformation en coopérative, actionnariat salarié, La loi ESS de juillet 2014, qui permet à une SCOP d en détenir une autre, ouvre désormais la voie à la création d un groupe coopératif. La route pour une politique sociale toujours plus innovante du groupe Up est tracée.

4 Démocratie Le Crédit Coopératif au cœur de la révolution des services financiers Tous banquiers C est le nom de la revue des sociétaires du Crédit Coopératif, une devise qui intègre le financement participatif («crowdfunding») au cœur de ses services financiers. Le Crédit Coopératif est la seule banque à être représentée au conseil d administration de Financement Participatif France (FPF), une association de promotion de ce nouveau mode de financement où l on retrouve de nombreuses start-ups. Nous avons aidé à structurer la coopération entre les acteurs du crowdfunding il y a maintenant 2 ans et demis quand l association s est créée, rappelle Jérôme Henry, le directeur du marché des particuliers et des produits solidaires qui participe au pilotage de la stratégie Crédit Coopératif sur ce «nouveau continent» des services financiers. Une implication très concrète qui a commencé par un partenariat d appui aux clients personnes morales de la banque avec le site de crowdfunding Arizuka, lui-même partenaire de Spear, une coopérative qui propose du prêt participatif. On voit bien le basculement qui est train de s opérer avec des plate-formes de dons / récompenses qui donnent une bonne idée du niveau d adhésion à un projet. C est un filtre citoyen susceptible de nous éclairer sur la citoyenneté d un projet, utile dans l analyse d un plan de financement. Nous tenons à faire partie de cette nouvelle économie des services financiers qui ont commencé à se développer en 2008 en pleine crise financière, explique Jérôme Henry. Pour le Crédit Coopératif, la bascule totale s est opérée en janvier 2014, quand la décision a été prise de lancer les projets, sa propre plateforme de crowdfunding. est né en été 2014 sous sa version test puis en septembre officiellement. Trois salariés animent le site en faisant en sorte d accompagner les porteurs de projets pour qu ils valorisent au mieux leurs projets et que les donateurs aient envie de les rejoindre. Chaque mois, sur une dizaine de projets déposés, 6 ou 7 sont mis en ligne. 50 % atteignent leur objectif grâce à des dons d environ 40/50 euros. 50 % de la collecte se fait dans les 10 derniers jours. Pour encore plus inciter nos clients à faire vivre leurs idées et projets, les chargés de clientèle vont dans l ensemble être formés pour être capables d accompagner leurs clients porteurs. Tant les particuliers que les associations clientes. «Je pense que nous proposons le seul site en France,, qui peut aider financièrement le projet dans sa dernière ligne droite s il manque quelques euros! rien de pire que ne rien avoir après 2 mois d animation parce qu il manque un peu dans la jauge!» souligne Jérôme Henry. À noter : 70 % des donateurs ne sont pas des clients. Pas encore du moins - Jérôme Henry Directeur du réseau des particuliers du Crédit Coopératif L INTELLIGENCE COLLECTIVE AU SERVICE DE L ESS Depuis 2008, plus d 1 million de personnes ont contribué d une façon ou d une autre (don, prêt, capital) sur les différentes plateformes de crowdfunding dont les principales sont partenaires de banques. Sur le 1 er semestre 2014, 9 millions d euros ont été investi en capital, 19 millions d euros en dons (une réelle opportunité pour les associations) et 37 millions d euros en prêts. La loi ESS intègre le financement participatif. Un site de crowdfunding dédié au financement des TPE du secteur de l ESS devrait ainsi voir le jour.

5 Dialogue social Le renforcement du dialogue social européen Avec la mise en place volontaire d un Comité d Entreprise Européen, le groupe Up entend harmoniser et dynamiser son dialogue social. Il souhaite que les représentants du personnel de ses filiales européennes accèdent à un même niveau d information et de consultation, pour mieux échanger, partager et aller de l avant au sein de leur filiale respective. C est avec la conviction que la performance repose largement sur la qualité du dialogue social européen que le groupe Up a mis volontairement la négociation d un Comité d Entreprise Européen sur la table. En novembre 2014, l accord déterminant les modalités d information et de consultation des représentants du personnel des sociétés implantées en France, en Italie, en Espagne, en Roumanie, en Slovaquie et en République Tchèque était signé avec les syndicats représentatifs du groupe et les élus. Les fédérations européennes qui couvrent les secteurs d activité du groupe, l EFFAT (Fédération Européenne des Syndicats de l Alimentation, de l Agriculture et du Tourisme) et UNI Europa (Fédération Européenne des Services et Communication), ont également apporté leur signature à l accord. Un accord, le premier signé au sein d une société coopérative et participative (SCOP), qui se veut exemplaire et apporte de nombreuses nouveautés. Florence Quentier Directrice des Ressources Humaines du groupe Up LE DÉFI DE L INTERCULTURALITÉ On découvre d autres cultures du dialogue social dans un Comité d Entreprise européen mais les conditions pour parvenir à des échanges compris de tous et constructifs sont plus difficiles. Une enquête menée en 2012 auprès des élus de comités d entreprise européens révélait que seul un tiers des 900 répondants était satisfait du niveau d information échangé. Moins de 30 % des représentants des CEE faisaient alors état de la présence d un coordinateur et seulement 57 % des accords prévoyaient la désignation d un expert. En savoir plus L accord se donne d abord les moyens de ses ambitions avec un effort conséquent de formation des 18 représentants de cette nouvelle instance au droit européen, mais aussi au droit local. La qualité du dialogue social européen dépend de la qualité du dialogue social local. C est pour cela que nous tenons à garantir une solide représentation du personnel dans chacun des pays où le groupe est présent, explique Florence Quentier, Directrice des Ressources Humaines du groupe Up. La direction s engage aussi à financer la capacité des élus à missionner un cabinet d expertise comptable afin de les aider à décrypter, par leurs propres moyens, les orientations stratégiques du groupe Up. Pour que tout le monde puisse avoir un même niveau de compréhension, les documents et les échanges lors des réunions sont traduits en six langues Chacun des représentants a également été équipé des moyens matériels lui permettant d assurer ses missions. Des sujets d information/consultation au cœur de la stratégie du groupe Up L accord est aussi original car l information / consultation est organisée selon 4 axes forts de la stratégie du groupe Up : le social, l économique, l environnemental et le sociétal. Une façon de prendre de la hauteur dans les échanges, de les structurer et de donnner du sens au partage d informations stratégiques. Prenons l exemple de la dématérialisation de nos solutions. C est un enjeu qui concerne tous les pays mais avec des niveaux d avancement variables. Le dénominateur commun des échanges doit donc reposer autour des piliers sociaux, sociétaux, économiques et environnementaux qui affirment la responsabilité engagée du groupe, illustre Florence Quentier. Outre les deux réunions plénières annuelles, l accord prévoit également deux réunions d un comité restreint, présidé par le secrétaire, qui a un rôle de coordination et d animation entre les membres de l instance, tout en étant l interlocuteur désigné de la direction. À cela s ajouteront d éventuelles réunions extraordinaires. La première réunion plénière est prévue au siège français, d ici juin 2015, tandis que la deuxième se déroulera chaque année hors de France, entre octobre et décembre.

6 Vie économique David Gallet Secrétaire Général de l Agora des CE L Agora des CE, pour faire converger ESS et Comités d Entreprise Eric Gazaille Responsable marché vie démocratique au Crédit Coopératif Thomas Place Responsable des relations partenariales à la Macif LE CE, ACTEUR D UNE VÉRITABLE POLITIQUE SOCIALE ET ÉCONOMIQUE RESPONSABLE En tant qu Instance Représentative du Personnel, le Comité d Entreprise est censé ne pas se comporter comme un acheteur qui ne chercherait qu à obtenir les prix les plus bas sans se soucier des conditions d emploi chez les sous-traitants. Une responsabilité qui s impose d autant plus que les CE les plus importants se trouvent être eux-mêmes des employeurs. À partir de là, un CE doit se considérer comme un acteur de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) en étant en cohérence avec une finalité : renforcer le lien social. C est avec la conviction qu un élu de CE n était pas un acheteur comme les autres que le groupe Up, le Crédit Coopératif et la Macif ont créé l Agora des CE pour rapprocher les CE et l ESS. Quel bilan et quelles évolutions après 11 éditions? Une Agora des CE, c est d abord un cadre original et souvent panoramique comme sur les berges de la Loire, à l occasion de l édition de Nantes du 13 novembre dernier. C est aussi une bonne dose de convivialité. Sur une Agora, le village des exposants est une vraie place de marché où personne ne brille sur des stands ostentatoires. Tout le monde prend place sur des stands 100 % en carton recyclable. De quoi créer une ambiance particulière qui, au fil des 11 premières éditions sur 4 ans, a séduit élus avec un taux de satisfaction de 87 %. Nous avons trouvé un bon équilibre entre la convivialité et le sens qui illustrent bien les valeurs que nous portons, explique David Gallet, Secrétaire Général de l Agora des CE. Un sens que les participants retrouvent dans le cadre des ateliers. L approche y est très professionnelle mais il nous faut désormais y ajouter une dimension plus militante en termes de pratiques citoyennes, responsables et solidaires, par exemple en faisant notamment intervenir les syndicats sur des tables rondes, avance Eric Gazaille, Responsable marché vie démocratique au Crédit Coopératif, banque spécialiste des CE. Même écho du côté de la Macif, 3 e partenaire fondateur qui représente 30 % du marché de l assurance des CE. Pour Thomas Place, Responsable des relations partenariales, les syndicats sont des partenaires capables de porter les approches de prévention globales que nous proposons en matière d alimentation, de conduite ou encore d accidents de la vie courante. La volonté de passer à une vitesse supérieure est clairement affichée, avec un guide sans égal de 300 exposants issus de l Economie Sociale et Solidaire. Des exposants dont les offres porteuses de solidarité et de lien social ne s achètent pas comme on pourrait le faire dans les rayons d un marché dépersonnalisé du loisir et de la culture. 2015, c est l année de la maturité pour l Agora. Normal, c est les 70 ans de la création des CE. Nous voulons nous ouvrir à d autres partenaires complémentaires, confirme David Gallet. Un écosystème est en passe de se consolider autour des fondateurs, et des partenaires historiques tels que l Ancav-TT, le réseau inter-ce Cezam C est à Marseille, le 21 avril prochain, que se tiendra la prochaine Agora!

7 Vie économique Interview de Denis Clerc La loi ESS va réduire la distance avec les entreprises classiques, c est une bonne chose La loi ESS représente un véritable changement de paradigme, considère l économiste Denis Clerc, fondateur en 1980 du mensuel Alternatives Economiques (www.alternatives-economiques.fr), constitué en coopérative. Interview En quoi la loi ESS, qui intègre l entrepreneuriat social, conduit-elle à mettre en avant les pratiques économiques et sociales des entreprises? L ESS était jusqu à maintenant définie par des statuts (associations, coopératives, mutuelles, fondations) censés garantir les valeurs de solidarité qu elle affirme. La loi élargit le champ, en y faisant rentrer des entreprises «classiques» qui auraient des pratiques solidaires : partage des bénéfices, gouvernance démocratique, rémunération des dirigeants. Autant de critères qui déterminent l obtention de l agrément d entreprise solidaire d utilité sociale (ESUS) que vont pouvoir notamment obtenir les entrepreneurs sociaux qui créent des structures juridiques classiques (SA, SAS ou SARL). Les risques de «maquillage social» et autres dévoiements existent mais ils sont limités, même si je trouve que le plafond fixé à 50 % pour la redistribution des bénéfices aux actionnaires est élevé. C est une concession aux fondateurs de start-ups d entrepreneuriat solidaire. Cela conduirait donc à réduire la distance avec les entreprises classiques? Cette nouvelle approche par les pratiques rapproche l univers de l ESS de celui des entreprises classiques qui, jusque là, entretenaient une forme de méfiance réciproque. Cette loi peut permettre de tirer vers le haut les exigences sociales d entreprises qui ne font pas partie de l ESS mais qui vont être amenées à coopérer de plus en plus. Ne serait-ce qu au travers des appels d offres qui intègrent de plus en plus des clauses sociales. Comment va se traduire la coopération entre les acteurs? La création des pôles territoriaux de coopération économique entre entreprises de l ESS va par exemple permettre aux coopératives, mutuelles et associations de nouer des liens avec des entreprises classiques ou des entreprises d insertion ayant un statut commercial classique. Ce maillage territorial est intéressant à développer. Les aides financières directes dégagées au travers de la Banque publique d investissement (BPI) sont certes relativement limitées mais donner à des acteurs différents la possibilité de coopérer représente une réelle avancée. Denis Clerc - Fondateur d Alternatives Economiques UN AUTRE MODÈLE EST POSSIBLE La loi ESS facilite la création et la reprise d entreprise en Société coopérative et participative (SCOP). Le statut transitoire de SCOP d amorçage donne ainsi un délai de 7 ans avant que la majorité du capital soit détenu par les salariés. Par ailleurs, le devoir d information aux salariés qui s impose à un employeur désireux de céder son entreprise vise à favoriser la reprise en SCOP qui, selon une projection ministérielle, devrait concerner 6 à 8 % des successions. Le nombre de créations de SCOP d amorçage et le nombre d entreprises solidaires d utilité sociale seront demain des indicateurs clefs de la transformation sociétale du modèle entrepreneurial.

8 Solidarité Une Fondation qui souhaite conjuguer proximité et internationalisation La Fondation du groupe Up*, sous l égide de la Fondation de France, soutient désormais des projets à l international, grâce à un partenariat original avec le Ministère des Affaires Etrangères. Dans le même temps, celle-ci entend renforcer l implication des salariés du groupe, dans le soutien à des projets locaux, créateurs d emplois, innovants et durables. C est une première, la Fondation du groupe Up a signé, le 10 mars 2014, une convention avec le Ministère des Affaires Etrangères pour soutenir l innovation sociale, le développement local durable des territoires et l Economie Sociale et Solidaire. Ce partenariat va renforcer le champ d action de la Fondation qui, depuis 15 ans, s est concentré sur le territoire français pour, rejoindre progressivement le périmètre géographique d implantation du groupe Up. Turquie, Roumanie et Maroc sont les trois premiers pays concernés par une convention originale qui lie les filiales du groupe avec les Ambassades de France. Promouvoir le développement de la cohésion, du dialogue social et de la gouvernance démocratique dans les entreprises et le soutien à la francophonie sont devenus, de fait, deux nouveaux champs d actions, en complément des cinq historiques de la Fondation que sont le soutien aux populations vulnérables (42 %), la citoyenneté, la culture et l éducation (28 %), l aide à la création d activité (12 %), la prévention et santé (11 %) et le développement durable (7 %). Des projets représentatifs des implantations territoriales Un élargissement à l international qui va de pair avec la volonté de développer en France le soutien à des projets venant de toutes régions, là où aujourd hui encore, l Île-de-France représente 40 % des 600 dossiers soutenus depuis 15 ans. Nous tenons à ce que les projets soutenus soient représentatifs de tous les territoires où le groupe est implanté, explique Thomas Delpech, Délégué Général de la Fondation. Avec un budget moyen de euros chaque année, plus de 60 projets sont financés sur un total de plus de 500 dossiers déposés. Dans un contexte de crise, la tendance est sans surprise à la hausse avec des projets orientés fortement sur l insertion par l activité sociale et économique, précise Thomas Delpech. Alors que les projets retenus sont majoritairement associatifs, la fondation compte augmenter le soutien aux projets coopératifs. Développer l implication des salariés est un autre objectif de la Fondation du groupe Up. Un engagement qui s illustre, d ores et déjà, par la trentaine de salariés du groupe qui sont devenus volontairement Délégués de la Fondation pour valoriser son action et faire remonter et accompagner des projets auprès d un Comité Exécutif. Ce dernier, composé à parité de salariés et de personnalités qualifiées externes, assure une sélection, en cohérence avec les objectifs et critères de sélection définis. D autre part, les salariés du groupe Up en France sont acteurs d événements de sensibilisation et d animation organisés par la Fondation, en lien avec des structures aidées. Ils sont aussi amenés à voter, chaque année, pour leurs projets «Coups de cœur», avec un taux de participation moyen de 40 %. *Dénomination «Fondation Groupe Chèque Déjeuner» jusqu au 10 mars Thomas Delpech Délégué Général de la Fondation du groupe Up L IMPLICATION DES SALARIÉS Il faut impliquer les salariés pour qu ils se reconnaissent dans le sens des projets soutenus par la fondation de leur entreprise. Le baromètre 2014 des fondations d entreprises mené par IMS-Entreprendre pour la Cité révèle que 70 % des fondations d entreprise le font déjà et 23 % ont des projets visant cet objectif. L engagement peut se traduire par une implication des salariés dans la remontée et la sélection des projets, mais aussi dans l accompagnement de ces derniers via le mécénat de compétences. Le baromètre d IMS Entreprendre révèle que l implication des salariés se fait de plus en plus sur le temps de travail (26 % en 2014 contre 17 % en 2012) mais surtout que 56 % des fondations jouent la carte d un co-investissement : l entreprise donne du temps en imputant l engagement de ses salariés sur les heures de travail mais le salarié donne également de son temps personnel. En savoir plus

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Synthèse de l étude-action Entreprendre dans l ESS : une opportunité pour les jeunes Derrière le terme d Economie

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

Lancement du programme Jeun ESS

Lancement du programme Jeun ESS Dossier de presse Jeudi 30 juin 2011 Lancement du programme Jeun ESS www.jeun-ess.fr Contacts Presse : Ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale +33 1 70 91 94 42 cab-scs-presse@solidarite.gouv.fr

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

LE GROUPE MACIF ET LA RSE

LE GROUPE MACIF ET LA RSE LE GROUPE MACIF ET LA RSE SOMMAIRE Présentation du Groupe MACIF, ses engagements RSE Quelle organisation, quelle prise en compte dans les pratiques internes Quelles réponses aux enjeux RSE dans le cœur

Plus en détail

sociale & solidaire en Aquitaine

sociale & solidaire en Aquitaine chiffres clés L économie sociale & solidaire en Aquitaine édition 2015 2 édito SOMMAIRE Définition 3 Les chiffres clés de l Aquitaine 4 Focus secteurs 6 L Insertion par l Activité Economique (IAE) 6 Les

Plus en détail

Plan en faveur de l Economie Sociale et Solidaire. présenté à l occasion du Lancement du mois de l Economie Sociale et Solidaire 2010

Plan en faveur de l Economie Sociale et Solidaire. présenté à l occasion du Lancement du mois de l Economie Sociale et Solidaire 2010 Plan en faveur de l Economie Sociale et Solidaire présenté à l occasion du Lancement du mois de l Economie Sociale et Solidaire 2010 - Dossier de presse Mardi 19 octobre 2010 1 «Une économie qui place

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Administrateurs de Caisse Locale

Administrateurs de Caisse Locale Administrateurs de Caisse Locale 2015 OUVEAUX ADMIISTRATEURS DE CAISSE LOCALE : LES ESSETIELS Découvrir, se préparer, s investir 2727 2736 Comprendre le rôle de l administrateur et le fonctionnement de

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Garantie France Active Créateur, repreneur d entreprise, entreprise

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Garantie France Active Créateur, repreneur d entreprise, entreprise

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

ESS et politiques européennes

ESS et politiques européennes Denis Stokkink ESS et politiques européennes RTES 16 janvier 2015 Introduction - Présentation Pour la Solidarité Think & do tank européen / laboratoire d'idées et d'actions Devise : «Comprendre pour agir»

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

Révéler jeunes talents et patrimoines d Ile-de-France

Révéler jeunes talents et patrimoines d Ile-de-France Révéler jeunes talents et patrimoines d Ile-de-France Depuis plus de cent ans, le Crédit Agricole d Ile-de-France porte les valeurs mutualistes qui ont présidé à sa naissance : la responsabilité, la proximité

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.

WE DO WHAT? DOSSIER DE PRESSE L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! MAI 2015. CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood. WE DO WHAT? L INVESTISSEMENT PARTICIPATIF À IMPACT POSITIF! DOSSIER DE PRESSE MAI 2015 CONTACT PRESSE Lisa Moisan 06 34 69 16 82 presse@wedogood.co 1 S E O M M A I 1/ QUI SOMMES-NOUS? 2/ VALEURS 3/ FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire

Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire Entreprendre Autrement avec l économie sociale et solidaire L conomie sociale et solidaire regroupe un ensemble d entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d. -Entreprise d insertion de menuiserie

Plus en détail

Enerfip. La plate-forme de financement participatif dediée a la Transition Energétique

Enerfip. La plate-forme de financement participatif dediée a la Transition Energétique Enerfip La plate-forme de financement participatif dediée a la Transition Energétique enerfip en bref Objectif Permettre le financement d une partie des projets d énergie renouvelables par les citoyens

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

Colmar. de l Emploi Sportif et de Loisirs. 8èmes ENCONTRES NATIONALES. 16 et 17 Novembre 2015. programme associations psl.

Colmar. de l Emploi Sportif et de Loisirs. 8èmes ENCONTRES NATIONALES. 16 et 17 Novembre 2015. programme associations psl. 8èmes ENCONTRES NATIONALES de l Emploi Sportif et de Loisirs programme associations psl Colmar 16 et 17 Novembre 2015 rencontres-nationales.profession-sport-loisirs.fr FÉDÉRATION NATIONALE p r o fe s s

Plus en détail

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable? Deuxième enquête destinée aux professionnels du Développement Durable dans les Collectivités Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Plus en détail

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE FRANCE ACTIVE 2 FRANCE ACTIVE Association créée en 1988 Fondateurs Fondation de France Caisse des dépôts et consignations Crédit Coopératif

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

Dossier de Presse. 20 novembre 2013

Dossier de Presse. 20 novembre 2013 Dossier de Presse 20 novembre 2013 Contact Julien BALLAIRE Administrateur en charge des relations presse 01 56 80 84 08 / 06 81 66 19 35 presse@lmde.com 2 Sommaire Présentation du Prix de l Etudiant Entrepreneur

Plus en détail

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE ajoutée à valeur HUMAINE ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS Une agence au cœur de l innovation sociale Agence de communication événementielle responsable, Alternacom a fait

Plus en détail

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire 1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire Pour vivre et consommer autrement 28 & 29 novembre 2014 Espace Racine Rue de la République Châteauroux (36) L Economie Sociale et Solidaire, kézako? L ESS

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

ANNEXES A LA DELIBERATION

ANNEXES A LA DELIBERATION 3 ANNEXES A LA DELIBERATION 4 Annexe 1 : Organisation des Etats généraux Structuré par le dialogue entre les parties prenantes, le processus de concertation des Etats Généraux sera continu et se prolongera

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Tél +33 (0)4 13 94 04 39 / Fax +33 (0)4 13 94 04 10 2 Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Jacques Pfister, Président de la CCI

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE La mobilité sociale est notre priorité FONDATION CRÉÉE EN 2002, SOUS L ÉGIDE DE LA FONDATION DE FRANCE Grégoire Maisonneuve La Fondation Transdev apporte un soutien financier

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION APPLICABLE AUX CONVENTIONS PLURIANNUELLES D OBJECTIFS AVEC LES LIGUES REGIONALES SPORTIVES 2009-2012

REGLEMENT D INTERVENTION APPLICABLE AUX CONVENTIONS PLURIANNUELLES D OBJECTIFS AVEC LES LIGUES REGIONALES SPORTIVES 2009-2012 REGLEMENT D INTERVENTION APPLICABLE AUX CONVENTIONS PLURIANNUELLES D OBJECTIFS AVEC LES LIGUES REGIONALES SPORTIVES 2009-2012 PREAMBULE Pour renforcer son soutien à la vie sportive régionale, la Région

Plus en détail

consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire

consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire 4 consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire 4 Consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire L Économie sociale et solidaire

Plus en détail

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse

«L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse «L ESS, une réponse à la crise?» Rencontre territoriale de l ESS. Lunel, 12 novembre 2009 Eléments de synthèse Ce titre, «l économie sociale et solidaire, une réponse à la crise?» aurait pu être trompeur.

Plus en détail

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN NAMASKA Conçoit et déploie des opérations de communication pour mobiliser les collaborateurs autour

Plus en détail

Ensemble, Entreprendre Autrement

Ensemble, Entreprendre Autrement Ensemble, Entreprendre Autrement Imaginez Des entreprises dont les excédents financiers ne vont pas à des actionnaires mais restent au service du projet de l entreprise, des ses sociétaires et de ses salariés

Plus en détail

être sociétaire c est être acteur d une banque différente

être sociétaire c est être acteur d une banque différente être sociétaire c est être acteur d une banque différente être sociétaire... C est être copropriétaire de sa banque. En souscrivant des Parts Sociales du Crédit Agricole de Normandie-Seine, vous détenez

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES Contexte Au 1 er janvier 2016, la nouvelle Région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes formera une seule et même entité

Plus en détail

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer entreprendre prêt d honneur accompagner créer reprendre financer développer expertiser parrainer rapport d activité 2013 1 Sommaire P 5 Chiffres clés 2013 p 6 De l accueil au comité P 7 Le financement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 27 mai 2013

Délibération au Conseil Municipal du lundi 27 mai 2013 20 Délibération au Conseil Municipal du lundi 27 mai 2013 Soutien à l'économie sociale et solidaire. Cette délibération se situe dans le prolongement de la délibération-cadre sur la politique de soutien

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE NOMADÉIS Pionnier du conseil durable 2 1 R U E G E O R G E S A N D 7 5 0 1 6 P A R I S, F R A N C E + 3 3 ( 0 ) 1 4 5 2 4

Plus en détail

Présentation SEM Nièvre Energies. «Les territoires au cœur de la transition énergétique»

Présentation SEM Nièvre Energies. «Les territoires au cœur de la transition énergétique» Présentation SEM Nièvre Energies «Les territoires au cœur de la transition énergétique» Clamecy, le 10 janvier 2014 Un engagement politique du territoire Une approche territorialisées De la co-construction

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013

CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN. 5 Mars 2013 CONSEIL CONSULTATIF CITOYEN 5 Mars 2013 Compte rendu délibératif final de l auto saisine «Démocratie locale et de proximité : Projet de redynamisation de la démocratie participative à Digne-les-Bains»

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

Association de Gestion des Appartements Temporaires

Association de Gestion des Appartements Temporaires Association de Gestion des Appartements Temporaires Projet associatif 2012/2015 AGATE est une association loi 1901, née en 2003 de la réflexion de la communauté soignante de l hôpital ESQUIROL (aujourd

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

FORMATION Catalogue Septembre 2011 Juin 2012 www.cress-rhone-alpes.org

FORMATION Catalogue Septembre 2011 Juin 2012 www.cress-rhone-alpes.org FORMATION Catalogue Septembre 2011 Juin 2012 www.cress-rhone-alpes.org La CRESS Rhône-Alpes est un organisme agréé par le Ministère de l Intérieur pour dispenser des formations aux élus locaux. Table des

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

Une économie pour vivre autrement

Une économie pour vivre autrement Entreprendre autrement en Poitou-Charentes Chapitre I C est en s appuyant sur une économie sociale et solidaire depuis longtemps présente sur son territoire que la région Poitou-Charentes fait face aux

Plus en détail

à l'économie sociale et solidaire

à l'économie sociale et solidaire Guide des aides à l'économie sociale et solidaire en Haute-Normandie L'édito du président ÉDITO 2 Désireuse de redynamiser un tissu économique territorial parfois fragilisé, tout en encourageant localement

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

Mise à jour le 28 mai 2013

Mise à jour le 28 mai 2013 Mise à jour le 28 mai 2013 Association District-Solidaire Association loi 1901, déclarée à la Préfecture du Rhône Tél. : (33) 670-939-939 coordination@district-solidaire.org www.district-solidaire.org

Plus en détail

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Contexte Réaffirmés par le Comité Interministériel des Villes (CIV) du 19 février 2013, l engagement citoyen

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Colloque «Responsabilité sociale et compétitivité : un nouveau modèle pour l entreprise?»

Colloque «Responsabilité sociale et compétitivité : un nouveau modèle pour l entreprise?» Paris, le 1 er février 2012 Colloque «Responsabilité sociale et compétitivité : un nouveau modèle pour l entreprise?» Mercredi 1 er février 2012 Ouverture du Colloque par Vincent Chriqui, Directeur général

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014 Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail signé le 27 novembre 2014 Jacques Mouton, GT du Secteur Electrique le 24 février 2015 à Bruxelles Présentation I II III

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail