La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013"

Transcription

1 La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013

2 Mortalité après transplantation rénale Diabètique : patient à haut risque Cohorte Mayo Clinic Diabète = néphropathie diabétique Non diabétique n = 721 Diabétique n = 212 Cosio FG et al. Am J Transplant 2008

3 Problèmes posés Sur le plan épidémiologique : incidence de l IRCT associée au diabète Notamment associée au diabète de type 2 Sur le plan médical : «transplantabilité» des patients diabétiques Possibilité technique : calcification vasculaire / obésité Espérance de vie : risque cardiovasculaire / myocardiopathie ischémique / artériopathie des membres inférieurs Sur le plan économique : pénurie de greffon pour qui la greffe est-elle utile? Patient / Ensemble des patients IRCT / Médecins transplanteurs / La société Recommandations internationales : le diabète n est pas une contre-indication à la greffe

4 IRCT traitée : données épidémiologiques Au Maroc : MAGREDIAL patients prévalents 2007, néphropathie néphropathie diabétique 21.5 % âge > 65 ans 15.1 % En France : REIN patients incidents en 2011, comorbidité diabète de type % âge moyen 54.4 ans +/ diabète de type % âge moyen 71.2 ans +/ âge moyen (cohorte globale) 67.0 ans +/ Changes (%) Benghanem Gharbi M et al. SN SFD 2008 Assogba F et al. REIN. Under review 2013

5 Calcifications vasculaires Inscription sur liste Après 2 ans de dialyse

6 Calcifications vasculaires Evolution pouvant être particulièrement rapide chez le diabétique Rôle délétère majeure de l association diabète / tabagisme Intérêt majeur de diagnostiquer et greffer les patients diabétiques précocement Intérêt de la greffe préemptive Evaluation pré-greffe et réévaluation annuelle Scanner abdomino-pelvien non injecté avec reconstruction vasculaire Arrêt impératif du tabac

7 Obésité Association obésité / diabète de type 2 Difficulté chirurgicale Augmentation des complications post-chirurgicales Retard de reprise de fonction du greffon Complications de paroi Pas d augmentation du risque de perte de greffons à long terme Cannon RM et al 2013 : Obese patients in all weight classes are at an increased risk for DGF after renal transplantation, although differences in non-death-censored graft survival are such that transplantation should not be denied on the basis of BMI criteria alone. Risques mal évalués de la perte de poids avant greffe Khwaja A et al 2012 : 1. it is not clear whether weight loss on dialysis is safe 2. there is no evidence to demonstrate that intentional weight loss pretransplantation improves post-transplant outcomes. Lentine KL et al Am J Nephrol 2012 Chang SH et al Transplantation 2007 Cannon RM et al Ann Surg 2013 Khwaja A et al Nephrol Dial transplant 2012

8 Evaluation du risque cardiovasculaire Registre REIN, incidents 2011 en dialyse en France Cohorte totale Pas de diabète Diabète type 1 Diabète type 2 n=9494 n=5857 (61,7%) n=227 (2,4%) n=3410 (35,9%) Age 67.0 ± ± ± ± 10.7 < Pathologie cardiovasculaire 55.7% 46.1% 56.3% 70.5% < Insuffisance cardiaque 26.1% 21.5% 18.5% 33.8% < Myocardiopathie ischémique 25.2% 18.4% 25.8% 35.8% < Arythmie 21.4% 19.2% 11.2% 25.3% < Artériopathie périphérique 20.0% 12.3% 30.0% 31.6% < Maladie cérébro-vasculaire 10.9% 8.8% 12.2% 14.2% < Assogba F et al. REIN. Under review 2013

9 Evaluation du risque coronarien N=106 (âge>50ans, diabète, ATCD CV) SPECT : scintigraphie Thallium DSE : échocardiographie Dobutamine RS : score clinique (diabète, antécédents cardiovasculaire) CA : coronarographie Méthode de dépistage non invasive systématique Coronarographie systématique? De Lima JJG et al Hypertension 2003

10 Artériopathie des membres inférieurs Forte prévalence chez les diabétiques (1 et 2): > 30 % Marqueur clinique de la gravité de la maladie diabétique Hernandez D et al Kidney Int 2005

11 Facteurs de risque CV : options thérapeutiques Bloqueurs du SRAA : IEC / ARA 2 Statines études décevantes, surtout chez les diabétiques type 2 Troubles phosphocalciques études décevantes Arrêt du tabac Revascularisation thérapeutique Revascularisation préventive?

12 Obstacles à la greffe Diabète de type 1 : comorbidités cardiovasculaires âge? Diabète de type 2 : cocktail âge / obésité / pathologies cardiovasculaires somme de contre-indications relatives auto-censure de la part des médecins?

13 Accès à la liste d attente de transplantation rénale Selon l âge Selon le statut diabétique (comorbidité) et l âge Rapport REIN 2010

14 Processus d inscription sur liste d attente Cohorte SEGRELYS Incident en dialyse N=549 Age < 70 ans Est-ce justifié? Durée du bilan prè-greffe Non diabétique : 7.5 +/- 7.1 mois Diabète 2 : / mois Villar E et al. Nephrol Dial Transplant 2004

15 Diabète de type 2 : dialyse vs transplantation Survies des patients IRCT D2 incidents inscrits sur liste d attente de transplantation rénale après 1ère EER Transplantés versus non transplantés rénaux au cours du suivi Australie / Nouvelle Zélande RR ajusté : 0.67 ( ) p = Pour le patient diabétique de type 2 : Il vaut mieux être transplanté

16 Transplantation rénale : diabétiques vs non diabétiques Survie des greffons après 1ère transplantation rénale. Ajustée, patients décédés avec un greffon fonctionnel censurés Australie / Nouvelle Zélande Non diabétique 1 Diabète de type 1 Tx rénale seule Diabète de type 1 Tx rein pancréas 0.94 ( ) P = ( ) P = 0.78 Diabète de type ( ) P= 0.97

17 Transplantation rénale : diabétiques vs non diabétiques Survie des patients après 1 ère transplantation rénale. Ajustée, les patients vivants ayant perdu leur greffons sont censurés Australie / Nouvelle Zélande Non diabétique 1 Diabète de type 1 Tx rénale seule Diabète de type 1 Tx rein pancréas 1.79 ( ) P = ( ) P = 0.49 Diabète de type ( ) P= 0.27 Pas de modification des résultats lorsque que le critère de jugement est le décès après 1 ère transplantation, sans censure des patients ayant perdu leur greffon.

18 Transplantation rénale : gain de survie Wolfe RA et al. N Engl J Med 1999

19 Diabète : complications post-opératoires Déséquilibre diabétique, complication post-opératoire (obésité, complications de paroi, infection), complications cardiovasculaires, Machnicki G et al. Arch Med Sci 2011

20 Traitement immunosuppresseur Corticoïdes : Bolus IS d induction : déséquilibre diabétique Protocole de limitation voire d arrêt rapide Anticalcineurines : Priviligier la ciclosporine au tacrolimus Antipurines Inhibiteurs mtor

21 Résolution de l équation économique Elle dépend du point de vue ou de l objectif Pour le patient diabétique de type 1 transplantation rein-pancréas Pour le patient diabétique de type 2 transplantation rénale Objectif : maximiser la survie des greffons et/ou des patients transplantés greffer uniquement les patients à faible risque cardiovasculaire si vous êtes transplanteur Objectif : maximiser la survie de la population IRCT greffer les patients dont le gain de vie est le plus important en transplantation (les diabétiques) si vous êtes une association de patients, ou une tutelle Notion d équité en situation de contrainte : pénurie de greffon

22 Conclusion : la greffe rénale chez le diabétique Bilan pré-greffe plus long, plus complexe, plus coûteux Problème de l évaluation cardiovasculaire Possibilité thérapeutique modeste Contre-indication en cours de bilan Suites post-opératoires immédiates plus souvent compliquées Survie brute greffon / greffé plus faible Vision utilitariste de la greffe rénale maximisation de la survie des greffons privilégier la greffe chez les sujets à faible risque

23 Conclusion : la greffe rénale chez le diabétique Bénéfice individuel de la greffe rénale chez le diabétique Patients à risque : gains de survie en greffe les plus importants Notion d équité Ne pas les censurer a priori Difficulté de mettre un cut-off de type score Très mauvaise capacité de prédiction individuelle

Recevoir un rein après 70 ans. Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest

Recevoir un rein après 70 ans. Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest Recevoir un rein après 70 ans Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest Greffe après 70 ans: une réalité en France Les plus de 70 ans en 2012: - 5,1 % des patients en attente

Plus en détail

Transplantation Rénale

Transplantation Rénale Transplantation Rénale Maïté JAUREGUY 20/11/2013 Transplantation rénale Avantages * Moins de contraintes -Temps - Régime, restriction hydrique * Restauration fonction endocrine (possibilité de grossesse)

Plus en détail

La greffe rénale chez le diabétique de type 2. Bruno Moulin Service de Néphrologie et Transplantation CHU Strasbourg

La greffe rénale chez le diabétique de type 2. Bruno Moulin Service de Néphrologie et Transplantation CHU Strasbourg La greffe rénale chez le diabétique de type 2 Bruno Moulin Service de Néphrologie et Transplantation CHU Strasbourg A la Réunion, on ne perd pas de temps, (3h après l arrivée ) merci aux organisateurs

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

La transplantation rénale chez des patients

La transplantation rénale chez des patients La transplantation rénale chez des patients atteints de PKHR Matthias Büchler CJN, Avignon, 2009 Aucun conflit d intérêts (Malheureusement!) La transplantation rénale chez un patient atteint de PKR Est

Plus en détail

Hypertension artérielle après transplantation

Hypertension artérielle après transplantation Hypertension artérielle après transplantation Didier Ducloux Service de Néphrologie, CHU Besançon, France 27/05/2011 Hypertension artérielle après TR 321 TR consécutifs Prévalence de l HTA ( 140/90 mm

Plus en détail

Epidémiologie de la néphropathie diabétique

Epidémiologie de la néphropathie diabétique Epidémiologie de la néphropathie diabétique Dr. Cécile Couchoud, Registre REIN (Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie) Agence de la Biomédecine Estimation pour 2007: 4% de la population était

Plus en détail

20 ans DIVAT. Marine Lorent, Yohann Foucher, Katy Trébern-Launay et Magali Giral. 19 Mars 2015

20 ans DIVAT. Marine Lorent, Yohann Foucher, Katy Trébern-Launay et Magali Giral. 19 Mars 2015 20 ans DIVAT Utilisation de la survie relative pour comparer le risque de décès des patients transplantés rénaux par rapport aux patients restés en dialyse après inscription sur liste d attente Marine

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale terminale en France en Marie-S Gavard Groupe Hospitalier du Havre

Traitement de l insuffisance rénale terminale en France en Marie-S Gavard Groupe Hospitalier du Havre Traitement de l insuffisance rénale terminale en France en 2016 Marie-S Gavard Groupe Hospitalier du Havre La maladie rénale chronique En 2015, plus de 1 adulte sur 10 souffre d une affection rénale, soit

Plus en détail

FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE

FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE Dr Mélanie Hanoy CHU Rouen SFAV Marseille 2012 Patients Incidents en Hémodialyse 8150 patients incidents en hémodialyse en 2010 45,8% néphropathie diabétique ou vasculaire

Plus en détail

Indications et contre-indications de la transplantation rénale. 4 ème journée de l infirmier en néphrologie

Indications et contre-indications de la transplantation rénale. 4 ème journée de l infirmier en néphrologie Indications et contre-indications de la transplantation rénale 4 ème journée de l infirmier en néphrologie Transplantation rénale Traitement de choix de l insuffisance rénale chronique terminale (IRCT)

Plus en détail

Les reins limites: Vincent AUDARD, CHU Henri Mondor

Les reins limites: Vincent AUDARD, CHU Henri Mondor Les reins limites: Vincent AUDARD, CHU Henri Mondor Cas clinique Donneur Homme, DNID depuis 5 ans sous IEC, protéinurie 0,2 décès traumatisme cérébral, DFG = 62 ml/mn (132µmol/l) Receveur Homme de 63 ans

Plus en détail

La Transplantation rénale pré-emptive: Traitement de choix de l IRC

La Transplantation rénale pré-emptive: Traitement de choix de l IRC La Transplantation rénale pré-emptive: Traitement de choix de l IRC Professeur Georges Mourad Président, Société Francophone de Transplantation Service de Néphrologie,Transplantation et Dialyse. Université

Plus en détail

Maladies rénales : les nouveaux enjeux

Maladies rénales : les nouveaux enjeux Maladies rénales : les nouveaux enjeux Pierre Ronco Unité INSERM UMR_S 702 Service de Néphrologie et Dialyses, Hôpital Tenon, Paris, France Société Médicale des Hôpitaux 16 mars 2012 Epidémiologie Entre

Plus en détail

Le receveur limite. B Hurault de Ligny CHU Caen 14/12/2014. Un candidat à la transplantation rénale

Le receveur limite. B Hurault de Ligny CHU Caen 14/12/2014. Un candidat à la transplantation rénale Le receveur limite B Hurault de Ligny CHU Caen CUEN, décembre 2014 Un candidat à la transplantation rénale Homme, 71 ans, Gs O +, asymptomatique Hémodialyse depuis Reins 6 mois propres Diabète Récidive

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie?

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Ateliers de printemps - ACHBT 16 Mai 2014 Z. Schmitt Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Croix-Rousse, CHU Lyon Introduction

Plus en détail

Les maladies rénales -- une épidémie silencieuse. Pr L Frimat-Service de Néphrologie

Les maladies rénales -- une épidémie silencieuse. Pr L Frimat-Service de Néphrologie Les maladies rénales -- une épidémie silencieuse Pr L Frimat-Service de Néphrologie (l.frimat@chu-nancy.fr) 1. Le concept de maladie rénale chronique et d insuffisance rénale chronique Facteurs d initiation

Plus en détail

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur Les tests d effort Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Introduction Chez patients atteints de diabète Risque de maladie coronarienne augmenté de

Plus en détail

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui Professeur Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique CHU de Nantes La transplantation rénale La transplantation rénale

Plus en détail

Charge mondiale Prévention Prise en charge Réponse nationale Recommandations. La portée du rapport

Charge mondiale Prévention Prise en charge Réponse nationale Recommandations. La portée du rapport Charge mondiale Prévention Prise en charge Réponse nationale Recommandations La portée du rapport LA CHARGE MONDIALE DU DIABÈTE Le diabète une maladie chronique grave caracterisée par une glycémie élevée

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Rein et athérome: sténose athéromateuse

Rein et athérome: sténose athéromateuse Rein et athérome: sténose athéromateuse Jean-Michel Halimi, Tours Poitiers, 23 janvier 2009 DIU HTA Sténose athéromateuse de l artère rénale Epidémiologie Prévalence HTA Réno-vasculaire Ex: chirurgie de

Plus en détail

SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS

SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS SFAV Marseille 10-12 juin 2012 J Pengloan TOURS p

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Greffe rénale : assurer un accès équitable à la liste d attente QUESTIONS / RÉPONSES I - La greffe rénale aujourd hui... 2 La greffe rénale est la meilleure solution pour les personnes atteintes d insuffisance

Plus en détail

Sommaire. Analyse éclair

Sommaire. Analyse éclair Traitement du stade terminal de l insuffisance organique au Canada : Registre canadien des insuffisances et des transplantations d organes, 25 à 214 Ce document présente les grandes conclusions tirées

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Les maladies chroniques à La Réunion et à Mayotte

Les maladies chroniques à La Réunion et à Mayotte Les maladies chroniques à La Réunion et à Mayotte LES AFFECTIONS LONGUE DURÉE (ALD) 103 000 personnes prises en charge pour une ALD 30 en 2014 Dont 31% pour diabète Dont 24% pour maladies cardiovasculaires

Plus en détail

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE?

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? FAUTIL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Dr Milicevic Martina Service de néphrologie, dialyse et hypertension CHR Citadelle, Liège Le 26 novembre

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global ANAES Septembre 2004 Prédire le Risque Cardio-Vasculiare global pour les sujets qui n ont aucune pathologie cardiovasculaire cliniquement exprimée

Plus en détail

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Néphropathie Chronique d Allogreffe Chapman et al. J Am Soc Nephrol 2005;16(10):3015-3026.

Plus en détail

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE Sandrine Genestier, Sylvie Chiron Centre hospitalier Louis Pasteur 68024 Colmar Nous avons

Plus en détail

Néphropathie à IgA: récidive post-transplantation

Néphropathie à IgA: récidive post-transplantation Néphropathie à IgA: récidive post-transplantation Colloque de Néphrologie, mai 2010 Dr.Karine Hadaya Service de Néphrologie Service de Transplantation Hôpitaux Universitaires de Genève Historique Récidive

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras»

Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras» Artériopathie oblitérante des membres inférieurs: utilité de l index «cheville-bras» Mr M. R. Patient de 58 ans d origine d espagnole, ancien maçon. Tabagisme actif (30 UPA) Dyslipidémie BPCO légèrel Dr

Plus en détail

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB Clémence Hollande DES 3 Messages à retenir 1) Chez tous patients allant recevoir un traitement immunosuppresseur: Ag HBs, Ac anti-hbs, Ac anti-hbc 2) Savoir reconnaître une

Plus en détail

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant Suivi après Transplantation rénale chez l enfant bruno.ranchin@chu-lyon.fr APNP Toulouse 20-21 Octobre 2007 Epidémiologie France 2006 Malades greffés en France 2006 (inscrits < 16 ans) n = 84 3,1 % du

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice

Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice Le Malade Polyathéromateux M Baudouy Nice I. Objectifs - Connaître les fréquences d'associations des différentes localisations de la maladie athéroscléreuse. - Connaître l'incidence des associations sur

Plus en détail

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres?

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vous Votre patient Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vide Enfermement Feu Gravité Vulnérabilité Incertitudes Craintes Comment passer d une conception scientifique à une appropriation

Plus en détail

Scanner cardiaque et douleur thoracique: le point de vue du cardiologue

Scanner cardiaque et douleur thoracique: le point de vue du cardiologue Scanner cardiaque et douleur thoracique: le point de vue du cardiologue Eric Durand Cardiology department, INSERM UMR 1096 University Hospital of Rouen Introduction High risk Chest pain Evaluation of patients

Plus en détail

Intérêt de la coronarographie pour l évaluation du cœur des donneurs de plus de 50 ans

Intérêt de la coronarographie pour l évaluation du cœur des donneurs de plus de 50 ans Intérêt de la coronarographie pour l évaluation du cœur des donneurs de plus de 50 ans 6 ème journée méditerranéenne de prélèvement et de greffe NICE 28 et 29 mars 2011. Eric Epailly Greffe cardiaque en

Plus en détail

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Janvier 2013 José Labarère 1. Quel est l objectif de cette étude? Comparer

Plus en détail

Prévention des infections du cathéter de dialyse péritonéale. Th Lobbedez CHU de Caen FMC 2009 Paris

Prévention des infections du cathéter de dialyse péritonéale. Th Lobbedez CHU de Caen FMC 2009 Paris Prévention des infections du cathéter de dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen FMC 2009 Paris Observation clinique Patient âgé de 53 ans, diabétique depuis l âge de 28 ans, doit être traité par la

Plus en détail

La maladie rénovasculaire athéroscléreuse

La maladie rénovasculaire athéroscléreuse La maladie rénovasculaire athéroscléreuse Comment la dépister et la prévenir? Dominique Stephan, service d hypertension artérielle et des maladies vasculaires, CHRU Strasbourg Je n ai aucun conflit d intérêt

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail

L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon?

L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon? L anémie post transplantation rénale influence-t-elle la survie du patient et du greffon? V Garrigue Service de Néphrologie et Transplantation Rénale et Pancréatique Hôpital Lapeyronie Montpellier La prévalence

Plus en détail

Diabète posttransplantation

Diabète posttransplantation Diabète posttransplantation Didier Ducloux Service de Néphrologie CHU de Besançon Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients)

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) S. DEGHIMA, S. AOUICHE, N. ZENATI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ALOUI, K. MEZEGHRANI, R.

Plus en détail

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Le Bilan pré-transplantation Rénale Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Consultation initiale Au cours d une consultation Information orale et écrite

Plus en détail

Maladies du sujet âgé. Epidémiologie des maladies dans le grand âge. Accidents de la vie courante. Epidémiologie

Maladies du sujet âgé. Epidémiologie des maladies dans le grand âge. Accidents de la vie courante. Epidémiologie Epidémiologie des maladies dans le grand âge Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, Ivry-sur-Seine Maladies du sujet âgé Augmentation de la prévalence de nombreuses

Plus en détail

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Aucun conflit d intérêt Événements cardiaques après chirurgie non

Plus en détail

Place de la transplantation hépatique dans le traitement des cancers

Place de la transplantation hépatique dans le traitement des cancers Place de la transplantation hépatique dans le traitement des cancers * Others : Budd Chiari : 640 Benign liver tumors or Polycystic diseases : 834 Parasitic diseases : 62 Other liver diseases : 454 TH

Plus en détail

Indication à débuter le traitement de suppléance. Début HD et recommandations

Indication à débuter le traitement de suppléance. Début HD et recommandations Indication à débuter le traitement de suppléance Manifestations cliniques de l urémie Pericardite Surcharge hydrosodée Hypertension résistante Encéphalopathie ou neuropathie urémique Syndrome hémorragique

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis Novembre 2015

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis Novembre 2015 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 304 26 Novembre 2015 Titre I : Nom du médicament, DCI, dosage, forme pharmaceutique, présentation : PRIRIL 1.25 mg, Ramipril

Plus en détail

Préface à la quatrième édition

Préface à la quatrième édition SOMMAIRE Préface à la quatrième édition XIII 1. Définition, classification, dépistage et épidémiologie de l insuffisance rénale chronique 1 Définition et classification de l insuffisance rénale chronique

Plus en détail

MARQUEURS DE L ATTEINTE RENALE CLASSIFICATION DE L IRC CONDUITE A TENIR DEVANT UNE ASCENSION DE LA CREATININE

MARQUEURS DE L ATTEINTE RENALE CLASSIFICATION DE L IRC CONDUITE A TENIR DEVANT UNE ASCENSION DE LA CREATININE MARQUEURS DE L ATTEINTE RENALE CLASSIFICATION DE L IRC CONDUITE A TENIR DEVANT UNE ASCENSION DE LA CREATININE DIU Hypertension artérielle, risque cardiovasculaire et rénal 24/01/2014 Alexandra Fouconnier

Plus en détail

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs () Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications

Plus en détail

Complications «gériatriques» des infections aiguës courantes : quoi de neuf pour l infectiologue?

Complications «gériatriques» des infections aiguës courantes : quoi de neuf pour l infectiologue? Complications «gériatriques» des infections aiguës courantes : quoi de neuf pour l infectiologue? Dr T Fraisse, C.H Alès Cévennes Intergroupe SPILF-SFGG 1 Déclaration d intérêts de 2012 à 2015 Intérêts

Plus en détail

Comment la détérioration précoce de la fonction rénale compromet le pronostic cardiovasculaire des diabétiques de type 2 asymptomatiques?

Comment la détérioration précoce de la fonction rénale compromet le pronostic cardiovasculaire des diabétiques de type 2 asymptomatiques? Comment la détérioration précoce de la fonction rénale compromet le pronostic cardiovasculaire des diabétiques de type 2 asymptomatiques? A. Belhadj-Mostefa 1,2, A. Bouguerba 1,2, K. Hannache 1,2, D. Roula

Plus en détail

Le pied diabétique Le point de vue du Chirurgien Vasculaire

Le pied diabétique Le point de vue du Chirurgien Vasculaire Le pied diabétique Le point de vue du Chirurgien Vasculaire Dr Aurélien MOUSNIER Praticien Hospitalier Service de Chirurgie Vasculaire Centre Hospitalier de Cannes Réunion du samedi 4 juin 2016 Pied diabétique

Plus en détail

Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse :

Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse : Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse : physiopathologie moyens thérapeutiques DESC Réanimation médicale Agen Décembre 2007 S. Marchand CHU Limoges PLAN Introduction Variation de la volémie Perturbation

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

Critères d admission SIPO et soins continus

Critères d admission SIPO et soins continus Critères d admission SIPO et soins continus G. Lebuffe Pôle d anesthésie-réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille, France Soins intensifs: Décret 2002 D 124-104 Unité prenant en charge les patients

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie

RAPPORT ANNUEL 2010 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie RAPPORT ANNUEL 2010 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie 1 Remerciements à l ensemble des membres du Groupe de Pilotage et du Conseil Scientifique pour leur contribution à ce rapport. Correspondance

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant

La transplantation rénale avec donneur vivant La transplantation rénale avec donneur vivant Michel R. Pâquet MD, Ph.D., FRCP (C), CSPQ Unité de Transplantation Hôpital Notre-Dame du CHUM Montréal Cours de transplantation d organes Université de Montréal

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

L importance des registres, les progrès vis-à-vis des maladies rénales génétiques. Pr Luc Frimat Service de Néphrologie

L importance des registres, les progrès vis-à-vis des maladies rénales génétiques. Pr Luc Frimat Service de Néphrologie L importance des registres, les progrès vis-à-vis des maladies rénales génétiques Pr Luc Frimat Service de Néphrologie (l.frimat@chu-nancy.fr) Généralités Maladie Histoire naturelle, interventions médicales,

Plus en détail

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité»

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» «Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) Pôle technologique La Pardieu 24 Allée Evariste Gallois 63170 Aubière

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013

Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013 Comment adapter les stratégies thérapeutiques des SCA chez l'insuffisant rénal et le diabétique? Dr Berthon A - Cardiologue - 06 novembre 2013 DIABETE Facteur pronostic : Plus âgés, plus de comorbidités

Plus en détail

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Reins et connectivites Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Introduction Les glomérulopathies inflammatoires Les glomérulonéphrites immunes : LED, pauci-immunes, anti-gbm

Plus en détail

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux La place de la nutrition dans la prise en charge de la néphropathie diabétique Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux Les objectifs d'une "bonne" nutrition

Plus en détail

Carcinome Hépatocellulaire : Evaluation préthérapeutique. R. Gérolami

Carcinome Hépatocellulaire : Evaluation préthérapeutique. R. Gérolami Carcinome Hépatocellulaire : Evaluation préthérapeutique R. Gérolami Généralités Epidémiologie Evaluation du foie non tumoral Diagnostic du CHC Bilan d extension Classifications CHC : Epidémiologie 620

Plus en détail

Vieillissement rénal. Aspects cliniques. Jean-Jacques Boffa. Néphrologie et Dialyses INSERM UMR S 702 Hôpital Tenon

Vieillissement rénal. Aspects cliniques. Jean-Jacques Boffa. Néphrologie et Dialyses INSERM UMR S 702 Hôpital Tenon Vieillissement rénal Aspects cliniques Jean-Jacques Boffa Néphrologie et Dialyses INSERM UMR S 702 Hôpital Tenon Le 19/01/2011 PLAN Epidémiologie Maladie rénale chronique Insuffisance rénale terminale

Plus en détail

Maladie rénale chronique

Maladie rénale chronique Maladie rénale chronique Une complication négligée du diabète Bénédicte Stengel Inserm U1018, Equipe 5 Epidémiologie rénale et cardiovasculaire Définition et stades de la MRC MRC définie indépendamment

Plus en détail

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire

Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Journées nationales du GERS 4 octobre 2012 Strasbourg Rôle du médecin du travail dans la prévention cardiovasculaire Dr B. PAVY, Machecoul - FR Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant

Plus en détail

Grossesse & Transplantation rénale

Grossesse & Transplantation rénale Grossesse & Transplantation rénale 22/09/2015 Juliette Perche Plan Introduction En prétransplantation : - Quelles informations? - Quelle contraception? - Vaccin En pré conceptionnel : - Quand et pourquoi

Plus en détail

Qu est-ce qui a changé en transplantation au Québec (et que vous devriez absolument savoir) Isabelle Houde Avril 2013

Qu est-ce qui a changé en transplantation au Québec (et que vous devriez absolument savoir) Isabelle Houde Avril 2013 Qu est-ce qui a changé en transplantation au Québec (et que vous devriez absolument savoir) Isabelle Houde Avril 2013 Docteur j ai des questions concernant la greffe Inspiré d une histoire vraie Docteur

Plus en détail

Dénervation rénale: Rôle du système nerveux sympathique dans l hypertension artérielle

Dénervation rénale: Rôle du système nerveux sympathique dans l hypertension artérielle Dénervation rénale: Rôle du système nerveux sympathique dans l hypertension artérielle David Verhelst Service de Néphrologie Centre Hospitalier d Avignon Le système nerveux sympathique: un rôle central

Plus en détail

Résultats d études et retours d expériences

Résultats d études et retours d expériences Hémodialyse à Domicile Quotidienne (HDQ) à Bas Débit Dialysat Résultats d études et retours d expériences Dr P-A. Michel Historique Description de la dialyse à domicile dès les années 1960. Décroissance

Plus en détail

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007?

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? Point d information 4 décembre 2008 Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? A fin 2007, près de 10 millions de personnes en France étaient atteintes d une affection

Plus en détail

11 mars Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire

11 mars Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire 11 mars 2010 Sensibiliser au dépistage précoce pour prévenir les maladies rénales chroniques et réduire la mortalité cardiovasculaire Pourquoi une Journée du Rein? Les maladies rénales touchent 500 millions

Plus en détail

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André,

Carine Boulon, Joël Constans. Hôpital St André, Artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux AOMI Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution,

Plus en détail

Estimation du DFG en pratique quotidienne

Estimation du DFG en pratique quotidienne Estimation du DFG en pratique quotidienne Créatinine : traceur pas idéal, filtrée par le glomérule, partiellement sécrétée par le tubule proximal Concentration plasmatique dépend élimination rénale débit

Plus en détail

CHAPITRE 9 MALADIES RÉNALES CHRONIQUES LA MALADIE RÉNALE CHRONIQUE EST UNE PATHOLOGIE GRAVE, FRÉQUENTE,

CHAPITRE 9 MALADIES RÉNALES CHRONIQUES LA MALADIE RÉNALE CHRONIQUE EST UNE PATHOLOGIE GRAVE, FRÉQUENTE, CHAPITRE 9 MALADIES RÉNALES CHRONIQUES LA MALADIE RÉNALE CHRONIQUE EST UNE PATHOLOGIE GRAVE, FRÉQUENTE, ÉVOLUTIVE ET IRRÉVERSIBLE. POSER LE DIAGNOSTIC DE MALADIE RÉNALE CHRONIQUE SIGNALE À LA FOIS LE RISQUE

Plus en détail

PARTICULARITÉS DE LA DIALYSE CHEZ LE SUJET ÂGÉ Société de Gérontologie Centre Auvergne Montluçon, vendredi 20 mai 2011 Dr Pascal CLUZEL, AURA

PARTICULARITÉS DE LA DIALYSE CHEZ LE SUJET ÂGÉ Société de Gérontologie Centre Auvergne Montluçon, vendredi 20 mai 2011 Dr Pascal CLUZEL, AURA PARTICULARITÉS DE LA DIALYSE CHEZ LE SUJET ÂGÉ Société de Gérontologie Centre Auvergne Montluçon, vendredi 20 mai 2011 Dr Pascal CLUZEL, AURA Auvergne DIALYSE ET SUJET ÂGÉ Un vieux c est quoi? Y aller

Plus en détail

Immunosuppression en transplantation hépatique. François Durand Hépatologie et Réanimation hépato- Digestive Hôpital Beaujon

Immunosuppression en transplantation hépatique. François Durand Hépatologie et Réanimation hépato- Digestive Hôpital Beaujon Immunosuppression en transplantation hépatique François Durand Hépatologie et Réanimation hépato- Digestive Hôpital Beaujon LFA3 CD40 CD80 CD86 APC MHC ICAM CD2 CD154 CTLA4 CD28 TCR CD4 LFA1 CD11a cytokine

Plus en détail

Greffes pédiatriques: les défis. Véronique Phan, MD, MSc(Épi) Néphrologue-pédiatre CHU Ste-Justine Avril 2010

Greffes pédiatriques: les défis. Véronique Phan, MD, MSc(Épi) Néphrologue-pédiatre CHU Ste-Justine Avril 2010 Greffes pédiatriques: les défis Véronique Phan, MD, MSc(Épi) Néphrologue-pédiatre CHU Ste-Justine Avril 2010 Les chiffres Les enfants nécessitant une greffe d organes solides représentent un petit nombre.

Plus en détail

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES MODERES EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES MODERES EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES MODERES EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE Thèse de Médecine Générale Soutenue le 27 septembre 2012 Par Raphaël BARTIER Introduction

Plus en détail

Transplantation hépatique pour carcinome hépato-cellulaire

Transplantation hépatique pour carcinome hépato-cellulaire Transplantation hépatique pour carcinome hépato-cellulaire Christophe Duvoux Unité de Transplantation Hépatique Hôpital Henri Mondor; Université Paris Est-Créteil 1 Relations d intérêt Membre du Conseil

Plus en détail

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES Dr. Daniela DAVID Dr. Délia MAY 18e REUNION REGIONALE D HEMOVIGILANCE, STRASBOURG, 11 Décembre 2013 L anémie est une complication de l IRC (Insuffisance

Plus en détail

Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale

Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale Jacques Dantal, Professeur de Néphrologie d Adulte, CHU de Nantes Pierre Cochat, Professeur de Néphrologie Pédiatrique,

Plus en détail

Le receveur limite. Des soucis lors du bilan pré- greffe. B Hurault de Ligny CHU Caen 16/11/12. Un candidat à la transplanta.

Le receveur limite. Des soucis lors du bilan pré- greffe. B Hurault de Ligny CHU Caen 16/11/12. Un candidat à la transplanta. Le receveur limite Des soucis lors du bilan pré- greffe B Hurault de Ligny CHU Caen CUEN, décembre 2012 Un candidat à la transplanta.on rénale Homme, 71 ans, Gs O +, asymptomatique Hémodialyse depuis Reins

Plus en détail

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de façon universelle l infarctus du myocarde. «L infarctus

Plus en détail

GREFFE RENO-PANCREATIQUE DOSSIER DE PRESSE

GREFFE RENO-PANCREATIQUE DOSSIER DE PRESSE GREFFE RENO-PANCREATIQUE DOSSIER DE PRESSE 15 février 2011 Contact presse : Lorette Riez 03 22 66 80 22 riez.lorette@chu-amiens.fr Visuels disponibles sur demande 1 Le 11 mai 2010, l équipe du Professeur

Plus en détail