Évaluation de programme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de programme"

Transcription

1 Société en commandite Gaz Métro Cause tarifaire 2010, R Évaluation de programme PE111 Chaudière efficace 85% clientèle résidentielle Préparé par: Isabelle Lemay, B.A.A. Conseillère évaluation et suivi Efficacité énergétique En collaboration avec Extract recherche marketing Février 2009 Original : Gaz Métro - 9, Document 6 (33 pages)

2 Table des matières 1 MISE EN CONTEXTE SOMMAIRE EXÉCUTIF FAITS SAILLANTS PLAN D'ÉVALUATION DE PROGRAMME MÉTHODOLOGIE ÉVALUATION DU PROCESSUS ÉVALUATION DE L'IMPACT ÉNERGÉTIQUE LES EFFETS DE DISTORSION BUDGET D'ÉVALUATION ÉTAT DU MARCHÉ Normes Coût de remplacement Vie utile de l'appareil Les tendances Étalonnage de programmes similaires PROGRAMME PE DESCRIPTION DU PROGRAMME Définition de chaudière PROCESSUS ACTUEL DE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE OBJECTIFS ET RÉALISATIONS DU PROGRAMME RÉSULTATS DE CONSULTATIONS AUPRÈS DES PARTICIPANTS MÉTHODOLOGIE DE CONSULTATION LES PARTICIPANTS AU PE SATISFACTION À L'ÉGARD DES PROGRAMMES AIDE FINANCIÈRE MISE EN MARCHÉ DU PROGRAMME LES ÉLÉMENTS POSITIFS ET AMÉLIORATIONS SOUHAITÉES RÉSULTATS DE CONSULTATIONS AUPRÈS DES PCGM MÉTHODOLOGIE DE CONSULTATION MARCHÉ DES CHAUDIÈRES SATISFACTION À L'ÉGARD DU PROGRAMME ET DE L AIDE FINANCIÈRE MISE EN MARCHÉ DU PROGRAMME NOTORIÉTÉ ET DEGRÉ DE CONNAISSANCE DU PROGRAMME LES ÉLÉMENTS POSITIFS ET LES AMÉLIORATIONS SOUHAITÉES ÉVALUATION DE L'IMPACT ÉNERGÉTIQUE RÉSULTATS DES EFFETS DE DISTORSION Méthodologie Résultat ÉVALUATION DU SURCOÛT DE LA CHAUDIÈRE ET DE L AIDE FINANCIÈRE CONCLUSION RECOMMANDATIONS RECOMMANDATION RECOMMANDATION RECOMMANDATION

3 1 Mise en contexte Afin de promouvoir l'efficacité énergétique auprès de sa clientèle, Société en commandite Gaz Métro (ci-après «Gaz Métro») propose depuis 2001 divers programmes d'encouragement à l'installation de mesures en efficacité énergétique. Parmi l'ensemble des programmes offerts, le programme résidentiel PE111 offre un incitatif financier de 700 $ pour l installation d une chaudière ayant une efficacité énergétique de 85% ou plus. Ce programme s adresse à la fois aux clients existants de Gaz Métro ainsi qu aux nouveaux clients. Les chaudières admissibles doivent être homologuées Energy Star. Gaz Métro s'est engagée à évaluer tous ses programmes régulièrement selon un calendrier d'évaluation qu'elle dépose annuellement auprès de la Régie de l'énergie (ciaprès «la Régie»). Cependant, le programme résidentiel «PE111 - chaudière efficace 85%» n'a pu être évalué depuis son lancement en 2002 considérant la lente progression du niveau de participation. 2

4 2 Sommaire exécutif L'objectif de la présente étude est d'évaluer les économies de gaz naturel générées par la participation des clients au programme PE111, lequel vise à encourager l'installation de chaudières affichant un taux d'efficacité annuel (AFUE) de 85 % ou plus. La norme minimale d efficacité pour les chaudières au gaz naturel en vigueur est de 80 %. La méthodologie de recherche retenue a consisté en une recherche documentaire suivie d'un sondage auprès des participants au programme et des partenaires certifiés Gaz Métro (ci-après «PCGM»). L'échantillon pour le sondage a été défini à partir de la base de données des programmes en efficacité énergétique (ci-après «PRC-PEÉ») où sont compilées les données relatives aux participants des programmes. Les résultats ont permis de calculer le taux d'opportunisme, d'identifier le niveau de satisfaction des répondants sur divers aspects de ce programme ainsi que d'identifier des pistes d'amélioration. L'évaluation de l'impact énergétique a été réalisée au moyen d une analyse de facturation combinée aux calculs par algorithme d ingénierie pour fin de validation. 3 Faits saillants L analyse de l impact énergétique indique que les économies brutes attribuables à la participation à ce programme sont supérieures à celles utilisées depuis son lancement. Le taux d'opportunisme devrait également être revu. La présente évaluation révèle un taux d opportunisme de 21 % alors que ce taux était considéré nul depuis l année financière Finalement, l aide financière proposée par Gaz Métro couvre 48 % du surcoût, ce qui correspond à la proportion du surcoût couverte pour les autres programmes d appareils de Gaz Métro. De plus elle est comparable à celle offerte par Terasen Gas et Vermont Gas. 3

5 4 Plan d'évaluation de programme 4.1 Méthodologie Le présent rapport présente les résultats de mesures variées ayant servi à évaluer le programme résidentiel de chaudière efficace de Gaz Métro PE111. Dans un premier temps, la méthodologie utilisée pour cette évaluation a consisté à réaliser une recherche documentaire. Les informations recueillies ont permis d'identifier les activités de recherche requises ainsi que les éléments à évaluer auprès des différents intervenants. Un portrait du marché a été défini à l'aide de différentes sources externes. De plus, une étude auprès des participants ou intervenants du programme a été réalisée par la firme Extract recherche marketing. Deux groupes ont été consultés, soit les bénéficiaires du programme PE111 et les PCGM. La consultation a été faite de la manière suivante: Pour le programme PE111, un échantillon de participants du programme a été sondé; Pour les PCGM, des entrevues en profondeur ont été réalisées. Les bases de sollicitation pour la réalisation des sondages ou entrevues en profondeur ont été constituées à partir des données disponibles dans la base de données PRC- PEÉ. Un résumé des principales activités de l'évaluation est présenté dans le tableau suivant, lequel inclut l'évaluation du processus, du marché et des impacts énergétiques. 4

6 5

7 4.2 Évaluation du processus L'évaluation du processus permet de déterminer la performance du programme comparativement aux hypothèses établies lors de l'étape de la conception du programme. De plus, elle permet d'illustrer les éléments positifs ou négatifs pouvant influencer la performance ainsi que l'atteinte des objectifs du programme. Les résultats de l'évaluation du processus permettront de dégager des recommandations visant à réduire les barrières à la participation, tout en respectant l'évolution du marché. Les éléments évalués constituent le «Mix marketing», c'est-à-dire le concept qui structure le programme de chaudière efficace de Gaz Métro. La présente évaluation permettra de valider si les différentes composantes sont optimisées en fonction des marchés auxquels ces programmes s adressent. «Mix Marketing» Produit Marché cible Distribution Variété Qualité «Design» Particularité Nom Mise en marché Taille Service Garanties Retour Prix Liste de prix Rabais Période de paiement Financement Promotion Promotion spéciale Publicité Force de vente Relations publiques Marketing direct Canaux distribution Couverture Localisation Inventaire Transport Source : Traduction libre de Kotler, P. et al. «Marketing Management», Pearson Prentice Hall,

8 Les principaux indicateurs retenus pour la présente évaluation sont les suivants : Documentation du processus et évaluation de son efficacité; Documentation de l'effort de promotion (matériel promotionnel, campagnes publicitaires, etc.) et de son niveau d'efficacité; Satisfaction des clients et l'influence de celui-ci sur l'acquisition d'équipement à haute efficacité énergétique et Satisfaction des partenaires et la simplicité de participation. 4.3 Évaluation de l'impact énergétique Pour le programme PE111, l'évaluation de l'impact énergétique a été réalisée au moyen d'une analyse de facturation chez un échantillon représentatif de participants. Les résultats ont également été validés au moyen d algorithmes d ingénierie considérant la capacité moyenne des appareils installés. 4.4 Les effets de distorsion Le taux d'opportunisme a été mesuré à l'aide de six questions posées lors d un sondage téléphonique auprès des répondants participants. La méthodologie a été illustrée de manière détaillée à la section Budget d'évaluation En plus des ressources internes ayant participé à la présente évaluation, le budget de recherche externe dépensé pour l'évaluation du programme PE111 a été de $, soit la somme investie en sondages auprès des participants et des PCGM. 4.6 État du marché Normes Au Canada, en vertu de la Loi sur l'efficacité énergétique 1 le gouvernement peut, par règlement fixer les normes d'efficacité énergétique pour tout matériel consommateur d'énergie. Ainsi, depuis le 31 décembre 1998, les chaudières à eau chaude à gaz naturel qui produisent moins de Btu/h, soient celles visées par le programme PE111, sont tenues, selon les articles 3 et 4 du Règlement sur l'efficacité énergétique, de proposer une efficacité d'utilisation annuelle de combustible (AFUE) supérieure ou égale à 80 % 2. L Office de l efficacité énergétique a lancé récemment une étude de marché portant sur les chaudières résidentielles fonctionnant au gaz naturel afin de valider s il était opportun d en réviser la norme minimale à 82 %. Cependant, il n'y a présentement aucun projet de règlement visant à modifier ce critère d'efficacité minimale. 1 Loi sur l'efficacité énergétique (1992, ch.36) 2 Règlement sur l efficacité énergétique (D.O.R.S./94-651) 7

9 En ce qui concerne les normes Energy Star, un AFUE d'au moins 85 % est exigé pour l'homologation d'une chaudière à gaz naturel. Bien que l Office de l efficacité énergétique ait lancé une étude de marché sur ce type d appareil, la teneur des discussions avec les représentants de cet organisme indique qu il n y aura pas de majoration de la norme minimale Energy Star à court terme. Il est à noter qu'aucune chaudière à vapeur n'est homologuée Energy Star Coût de remplacement Annuellement, Gaz Métro sollicite les distributeurs et partenaires afin de déterminer les coûts des appareils pour usage résidentiel sur son territoire, notamment les coûts associés au remplacement des chaudières à eau chaude à gaz naturel par des appareils à haute efficacité. Pour les fins de la présente évaluation, ces coûts ont été obtenus auprès des services d'assistance technique Datech et Ventes partenariat de Gaz Métro, en septembre Les coûts identifiés dans la liste de Datech couvrent les coûts de l appareil et du thermostat ainsi que les coûts reliés au remplacement d une chaudière à eau chaude à gaz naturel. Les coûts d installation comprennent les frais reliés au démantèlement de la vieille chaudière, au dispositif de ventilation et de condensation. Le tableau suivant illustre les coûts moyens d'installation sur une base comparable. Le coût du thermostat électronique programmable a été retiré car cet appareil est déjà couvert par un autre programme. Coût moyen de remplacement d'une chaudière au gaz naturel de capacité entre et Btu/h Gaz Métro Coût moyen de remplacement d une chaudière Septembre 2008 Surcoût haute efficacité 2008 Coût moyen efficacité comprise entre 80 % et 85 % AFUE (n=28) Coût moyen efficacité 85 % AFUE uniquement (n=5) Coût moyen appareils admissibles (échantillon entre 85 % et 93 % AFUE) ( n = 13) Coût estimé appareil 89 % AFUE (r=0,66) Coût estimé 89 % AFUE coût moyen 80% à 85% AFUE Coût moyen appareils admissibles (échantillon entre 85% et 93 % AFUE) - coût moyen 80% à 85% AFUE $ $ $ $ $ $ Le coefficient de corrélation entre les coûts et l efficacité des appareils est de 0,66 pour la liste de 46 appareils analysés. Compte tenu que ce résultat illustre une certaine relation entre le coût de l appareil et l efficacité, une estimation du coût théorique d un appareil de 89 % AFUE a été estimée afin de refléter la capacité et l efficacité moyennes des appareils installés chez les participants. 3 Fichier Excel Prégaz 2008 B2, Source Datech 4 Fichiers Excel Prégaz 2005 et 2008 B2, Source Datech, Gaz Métro 8

10 4.6.3 Vie utile de l'appareil Selon l'office de l'efficacité énergétique 5 et le U.S. Department of Energy 6, la durée de vie moyenne pour une chaudière à gaz servant à la production d'eau chaude est de 25 ans. Il est à noter que cette durée de vie moyenne est utilisée dans la plupart des documents étudiés alors que Gaz Métro utilise présentement une durée de vie moyenne de 30 ans pour ce type d appareil Les tendances Ressources naturelles Canada a publié dans sa base de données historique le stock des systèmes de chauffage des maisons unifamiliales par type de système 7. Les données, combinant l'ensemble des types d'appareils de chauffage à gaz naturel (générateurs d'air chaud, chaudières, unités murales ) ont été illustrées dans le graphique suivant. On peut constater que les proportions d'appareils d'efficacité intermédiaire ou élevée sont en croissance au détriment des appareils à efficacité standard. Cependant, peu de données spécifiques au marché québécois des chaudières à eau chaude à gaz naturel sont disponibles, car des organismes tel HRAI (Heating, refrigeration, air conditionning institute) et l'institut Canadien de plomberie et de chauffage ne compilent pas les données portant sur l'installation de chaudières à gaz naturel. Cette absence de données ne permet pas de valider auprès d'une source externe que le marché du remplacement des chaudières cadre parfaitement avec la tendance observée par Ressources naturelles Canada. Évolution des stocks des systèmes de chauffage des maisons unifamiliales - Québec 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 16% 16% 18% 21% 22% 25% 26% 17% 18% 21% 22% 25% 26% 28% 68% 66% 62% 57% 53% 49% 46% Gaz naturel - Efficacité élevée (90 % et plus) Gaz naturel - Efficacité intermédiaire (85% et plus < 90%) Gaz naturel - Efficacité standard 5 6 Energy conservation standard for residential furnaces and boilers, septembre 2007, 7 Ressources naturelles Canada, base de données historiques, tableau 22, Québec 9

11 Selon des données américaines recueillies auprès de l'organisme CEE (Consortium for energy efficiency), la proportion de chaudières à gaz naturel proposant une efficacité égale ou supérieure à 85 % est en croissance depuis les dernières années. Le graphique suivant illustre ce constat. Pourcentage de chaudières AFUE >85 % disponibles aux États-Unis 35% 32% 30% 25% 20% 15% 13% 13% 16% 17% 10% 5% 0% Selon les données publiées par Ressources naturelles Canada 8, dont un résumé est présenté au graphique suivant, la proportion combinée des chaudières à gaz naturel d'efficacité intermédiaire et haute efficacité est similaire à celle observée aux États- Unis 9. 8 Ressources naturelles Canada, Cote de rendement énergétique des chaudières à gaz de à Btu/h, mise à jour avril % pour le Canada (21 % + 13 %) vs 32 % aux États-Unis 10

12 Répartition des modèles de chaudière à gaz naturel disponibles selon l'efficacité - Canada (Source Ressources naturelles Canada, novembre 2008) Haute efficacité (AFUE >= 90%) 21% Efficacité intermédiaire (AFUE 85 % à 89%) 13% Efficacité standard (AFUE 80% à 84%) 66% À la lumière de ces informations, on peut conclure que la proportion de chaudières à gaz naturel plus efficaces a connu une croissance au cours des dernières années. 11

13 4.6.5 Étalonnage de programmes similaires Afin de comparer le programme PE111 de Gaz Métro à ceux d'autres distributeurs, un balisage de programmes similaires a été réalisé. Le tableau suivant présente les résultats. Distributeur Marché Incitatif Conditions Terasen Gas (Colombie- Britannique, Canada) Résidentiel remplacement et conversion Enbridge Résidentiel remplacement et conversion Manitoba Hydro Résidentiel - remplacement SaskEnergy Résidentiel remplacement, conversion et nouvelles constructions Vermont Gas Résidentiel - remplacement Crédit de 250 $ porté au compte Rabais additionnel des manufacturiers (offre ponctuelle durant la période de chauffe) pouvant aller jusqu'à 700$ pour certains appareils homologués Energy Star Crédit de 100 $ porté au compte Crédit de 245 $ porté au compte Financement allant jusqu'à $ avec taux préférentiel de 2,50 %. Terme maximum de 5 ans Remise de: 400 $ US - AFUE 87% à 91.9% 600 $ US - AFUE 92%+ sonde température extérieure - Être un client résidentiel au moment de l'achat de l'équipement et de la soumission de la demande. - La chaudière doit être homologuée Energy Star (AFUE minimum de 85 %). - L'installation doit être réalisée par un entrepreneur du BC Safety Authority. Si le propriétaire effectue les travaux, il doit présenter un certificat d'inspection lors de la demande. - Programme en vigueur du 1 er septembre 2008 au 31 décembre Être un client résidentiel au moment de la demande. - La chaudière doit être homologuée Energy Star. - L'achat et l'installation de l'appareil doivent être réalisés entre le 1 er septembre 2008 et le 31 mars Être un client au moment de la demande. - La chaudière doit être homologuée Energy Star (AFUE minimal de 85%). - Offre valable jusqu'au 31 août Être un client au moment de la demande. - La chaudière doit être homologuée Energy Star (AFUE minimal de 90%). - L'installation de l'appareil doit être réalisée par un partenaire certifié de SaskEnergy et ce, avant le 31 mars La chaudière doit être inscrite au répertoire d'appareils reconnus par GAMA. - La soumission de l'entrepreneur doit être transmise par télécopieur à Vermont Gas avant l'installation. 12

14 5 Programme PE Description du programme Le programme PE111 est un programme favorisant le remplacement ou l'installation de chaudières à eau chaude à gaz naturel efficaces dans les bâtiments résidentiels existants. Les systèmes visés par ce programme sont les systèmes centraux de chauffage à eau chaude de Btu/h et moins qui affichent une efficacité annuelle d'utilisation de combustible (AFUE) égale ou supérieure à 85 % et répondant à la norme Energy Star. La norme minimale canadienne pour ce type d'appareil est actuellement établie à un AFUE de 80 %. L'aide financière accordée aux participants est présentement de 700 $ par appareil installé Définition de chaudière 10 Les chaudières produisent de l'eau chaude ou de la vapeur et sont utilisées autant pour les procédés industriels que pour le chauffage résidentiel. Un large éventail de types et de tailles de chaudières permet de répondre aux besoins variés des différents usages. La plupart des chaudières renferment trois composantes principales; un brûleur qui convertit le combustible en chaleur, un échangeur de chaleur qui transfère la chaleur à de l'eau ou de la vapeur, et un récipient qui renferme l'eau à chauffer. Une cheminée permet d'évacuer les sous-produits de combustion (gaz de combustion) et l'eau chaude ou la vapeur est acheminée par un système de distribution aux points d'utilisation. Un schéma du processus de combustion est présenté à la figure suivante. Figure 1: Schéma d'une chaudière

15 5.2 Processus actuel de demande d'aide financière Le diagramme suivant illustre le processus actuel du programme PE111. Les éléments d'analyse portant sur la satisfaction des participants et des partenaires à l'égard du processus sont présentés aux sections 5 et Objectifs et réalisations du programme Le programme visait l'installation de chaudières de Btu/h et moins pour la période de à Les économies totales de gaz naturel estimées étaient de m³. L aide financière aux participants initialement fixée à 400 $ lors du lancement du programme a été révisée à 600 $ dans le dossier tarifaire avant d être ajustée à 700 $ depuis l année financière , ajustement requis à la 11 R , SCGM-10, Document 1 12 R , SCGM-10, Document 1 14

16 suite de la hausse du coût marginal d acquisition et d installation d'une chaudière à haute efficacité. Lors du lancement du programme, la consommation de référence avait été estimée à m³ pour le chauffage et à 716 m³ pour la consommation de base. Les économies annuelles unitaires associées à la participation à ce programme étaient de 265 m³, celles-ci avaient été réduites à 238 m ³ pour l année financière pour être révisées à 265 m ³ pour les années subséquentes. La cause de cette fluctuation n a pas été documentée. Le taux d opportunisme est de 0% depuis le lancement du programme puisque ce dernier n'a pu être évalué considérant la lente progression du niveau de participation. Dans le cadre de la cause tarifaire , Gaz Métro estimait le nombre de participants à 350 pour ce programme générant des économies annuelles de m³. Cette prévision considérait un taux d'opportunisme de 0 %. Les hypothèses utilisées pour l'élaboration des objectifs pour la cause tarifaire 2009 proviennent de l analyse des données historiques de participation puisqu'aucune évaluation n a pu être réalisée depuis le lancement de ce programme en Le tableau suivant illustre l'évolution comparative de la participation au programme PE111 Chaudière à eau chaude AFUE 85% et plus, au cours des sept dernières années. Il est important de noter que le nombre de participants prévus et réels correspond au nombre d'appareils installés et que le versement de l'aide financière est fonction du nombre d'appareils admissibles sans limitation par numéro de compte client. PE Cumulatif Nombre de participants nets prévus Nombre de participants nets réels Économies nettes prévues (m 3 ) Économies nettes réelles (m 3 ) % de réalisation d économies nettes prévues Aide financière unitaire 16% 236% 143% 226% 341% 82% 121% 140 % 400 $ 600 $ 600 $ 600 $ 700 $ 700 $ 700 $ 667 $ On peut constater que bien que les pourcentages d'atteinte des objectifs annuels aient connu une grande variation au fil des ans, le pourcentage de réalisation cumulatif depuis le lancement initial du programme illustre que les économies prévues ont été atteintes et ce, dans une proportion moyenne de 140 %. 13 R , Gaz Métro-10, Document 1, page 37 15

17 6 Résultats de consultations auprès des participants 6.1 Méthodologie de consultation Une enquête téléphonique a été réalisée auprès d'un échantillon de participants de ce programme. La collecte de données fut réalisée par Ténor Marketing, un partenaire de Extract recherche marketing, à partir d'une liste de contacts. Le sondage téléphonique a été réalisé entre le 24 octobre et le 9 novembre Au total, 350 participants au programme ont participé à cette enquête. Selon la norme ARIM 14, le taux de réponse calculé a été de 48 %. La marge d'erreur globale maximale associée à cet échantillon (n=350) est de ± 4,5 %, 19 fois sur Les participants au PE111 Plus de la moitié des participants interrogés ont mentionné que la chaudière efficace avait été installée dans une résidence de type unifamiliale détachée ou duplex. Types de résidence n = 350 Condominium 1% 4 à 10 logements 2% Unifamiliale en rangée 5% Triplex 13% Unifamiliale semi-détachée 19% Duplex 30% Unifamilial détachée 30% Tel qu illustré au graphique suivant, une très forte proportion de participants, soit 83 %, ont fait installer un thermostat électronique programmable simultanément lors de l installation de la chaudière efficace. Également, 12 % des participants ont confirmé posséder déjà ce type d appareil de contrôle avant le remplacement de leur chaudière. De plus, les répondants ont mentionné posséder d'autres appareils à gaz naturel dans 45 % des cas, notamment des chauffe-eau dans une proportion de 37 %. Ces données ont été considérées dans l analyse de l impact énergétique dont les calculs détaillés sont illustrés à la section Association de la recherche et de l'intelligence marketing, Canada 16

18 Lors de l'installation de votre nouvelle chaudière à eau chaude à gaz naturel, avezvous installé un thermostat électronique programmable? n = 350 Ne sait pas/ne répond pas 1% Possédait déjà un thermostat electronique programmable 12% Non 5% Oui 83% Avez-vous d'autres appareils fonctionnant à gaz naturel, par exemple chauffe-eau, cuisinière, foyer, sécheuse? Non 55% Oui 45% Quels sont les autres appareils fonctionnant à gaz naturel que vous possédez? n=159 Autres Chauffe-piscine 1% 1% Barbecue Foyer 13% 12% Cuisinière Chauffe-eau 35% 37% 17

19 Finalement, les répondants ont mentionné être satisfaits envers la chaudière installée dans une proportion de 96 % 15. Satisfaction générale envers la chaudière installée n = 350 Ne sait pas/ne répond pas 1% Pas du tout satisfait 1% Peu satisfait 2% Assez satisfait 24% Très satisfait 72% 6.3 Satisfaction à l'égard des programmes Le taux de satisfaction générale à l égard du programme est assez élevé. En effet, 93 % des répondants considèrent être très ou assez satisfaits du programme. Satisfaction générale envers le programme PE111 n = 350 Ne sait pas/ne répond pas 3% Pas du tout satisfait 2% Peu satisfait 2% Assez satisfait 36% Très satisfait 57% 15 En additionnant les pourcentages relatifs aux participants "très satisfait" et de "assez satisfait" 18

20 De plus, sur certains aspects spécifiques du programme PE111, la combinaison des réponses "très satisfait" et "assez satisfait" révèle que la majorité des aspects du programme obtiennent un résultat de 90 % ou plus. Il est à noter que lorsque les résultats combinés des mentions «satisfaits» et «très satisfaits» sont de 90 % ou plus, ces éléments sont jugés en contrôle alors que des résultats inférieurs peuvent constituer des pistes d amélioration. Ainsi, la satisfaction envers le montant déboursé après l aide financière et les résultats en termes d'économies d'énergie obtiennent respectivement des résultats cumulatifs de 89 % et 84 % et pourraient faire l'objet d'amélioration selon les répondants. Satisfaction envers six aspects du programme PE111 n = 350 Montant déboursé après la subvention 27% 57% Résultats en termes d'économies d'énergie 52% 37% Montant de la subvention 37% 53% Installation de la chaudière 68% 24% Outils de communication reçus Documentation et formulaires 48% 47% 45% 50% Très satisfait Assez satisfait 6.4 Aide financière Tel qu'illustré dans la section précédente, 90 % des participants interrogés se sont dits "très" ou "assez" satisfaits du montant d'aide financière proposé dans le cadre du programme PE111. Cependant, les mentions cumulées "très satisfait" et "assez satisfait" au niveau de la satisfaction à l'égard du montant à débourser après la subvention sont seulement de 84 %. Ainsi, bien que la satisfaction à l'égard du montant d'aide financière ait atteint le seuil de 90 %, une piste d'amélioration se dégage en ce qui a trait au montant à débourser pour le remplacement d'une chaudière. Les répondants ont indiqué avoir reçu personnellement le chèque d aide financière dans 9 % des cas alors que 86 % des répondants ont mentionné que l'aide financière avait été intégrée dans la proposition du PCGM. 19

21 Avez-vous reçu vous-même le chèque de subvention? n = 350 NSP/NRP; 5% Versée directement au participant; 9% Inclus dans l'offre de l'installateur; 86% Satisfaction à l'égard du temps requis pour la réception de la subvention n = 32 Ne sait pas/ ne répond pas; 6% Pas du tout satisfait; 0% Peu satisfait; 16% Très satisfait; 37% Assez satisfait; 41% Parmi les 32 répondants qui ont reçu directement l aide financière, soit 9 %, la grande majorité de ceux-ci (78%) se sont dit «assez» ou «très» satisfaits des délais de paiement. En complément d'information, 65 % de ces 32 répondants ont mentionné avoir reçu l'aide financière dans un délai égal ou inférieur à 3 mois, 12 % ont indiqué un 20

22 délai supérieur à 4 mois et 22 % n'ont pu répondre à cette question. La petite taille de l'échantillon appelle à la vigilance quant à l'interprétation de ces résultats. Ainsi il est difficile d'affirmer que les délais de traitement constituent un enjeu chez les participants de ce programme. 6.5 Mise en marché du programme Les principaux moyens pour prendre connaissance des programmes mentionnés par les répondants sont les entrepreneurs / installateurs et les envois postaux / publicité. Cependant, les informations recherchées auprès de Gaz Métro par le biais de recherches auprès du service à la clientèle ou du site Internet de Gaz Métro ont été mentionnées à plusieurs reprises également. La notoriété globale (spontanée et assistée) du programme est de 52 %, ce qui est jugé satisfaisant. Façons dont les participants ont pris connaissance du programme PE111 n = 350 Ne sait pas Autres Internet (non précisé) Jounaux Télémarketing Connaissance / Bouche à oreille Technicien de Gaz Métro Plus Site internet de Gaz Métro Appel direct chez Gaz Métro Envoi postal / publicité Suggestion entrepreneur / installateur / vendeur 4% 4% 1% 3% 6% 7% 15% 17% 18% 19% 22% 21

23 6.6 Les éléments positifs et améliorations souhaitées Suggestions d'amélioration au PE111 n = 104 Autres mentions 32% Plus d'équipes d'installateurs Avoir le choix d'installateur Réduire les coûts (non précisé) Subvention envoyée directement au client Meilleure formation des installateurs Documentation plus claire/plus Service après-vente / suivi par Gaz Métro Plus de vigilance installateurs/vérification 2% 2% 3% 3% 4% 5% 6% 7% Plus de publicité Plus grosse subvention 21% 21% 7 Résultats de consultations auprès des PCGM 7.1 Méthodologie de consultation L'étude fut réalisée au moyen d'une consultation téléphonique de 12 PCGM installateurs de chaudières efficaces, ayant réalisé des installations chez les participants au programme PE111 au cours des trois dernières années. Le questionnaire d'entrevue d'une durée moyenne de 20 minutes, fut élaboré par Extract recherche marketing en collaboration avec Gaz Métro. Un professionnel de la firme Extract recherche marketing a réalisé les 12 entrevues entre le 30 octobre et le 20 novembre Marché des chaudières Les PCGM interrogés ont mentionné installer des chaudières efficaces (85 % AFUE et plus) dans 82 % des cas. Toujours selon eux, certaines résidences ne sont pas configurées pour permettre l installation facile d une chaudière à haute efficacité dite à condensation. De plus, le quart des PCGM interrogés ont mentionné que le remplacement d une chaudière peut s avérer très dispendieux et que sans subvention, l installation de chaudières à haute efficacité serait plus ardue. Sur les 12 PCGM sondés, 11 considèrent que la qualité des chaudières admissibles au programme PE111 est inégale. Certaines marques spécifiques ont été mentionnées 22

Évaluation du Programme de chaudière à efficacité intermédiaire (PE202) du Plan global en efficacité énergétique de Gaz Métro

Évaluation du Programme de chaudière à efficacité intermédiaire (PE202) du Plan global en efficacité énergétique de Gaz Métro Société en commandite Gaz Métro Examen administratif 2010 des rapports d'évaluation de programmes du PGEÉ et du FEÉ de Gaz Métro Évaluation du Programme de chaudière à efficacité intermédiaire (PE202)

Plus en détail

Évaluation de programme. PE202 Chaudières à efficacité intermédiaire PE210 Chaudières à condensation

Évaluation de programme. PE202 Chaudières à efficacité intermédiaire PE210 Chaudières à condensation Société en commandite Gaz Métro Cause tarifaire 2008, R-3630-2007 Évaluation de programme PE202 Chaudières à efficacité intermédiaire PE210 Chaudières à condensation Version finale Préparé par : Nathalie

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

R A P P O R T D É T A P E 2010-2011 D U F O N D S E N E F F I C A C I T É É N E R G É T I Q U E ( F E É )

R A P P O R T D É T A P E 2010-2011 D U F O N D S E N E F F I C A C I T É É N E R G É T I Q U E ( F E É ) R A P P O R T D É T A P E 00-0 D U F O N D S E N E F F I C A C I T É É N E R G É T I Q U E ( F E É ) Pour la période du er octobre 00 au février 0 Page de T A B L E D E S M A T I È R E S AFFAIRES RÉGLEMENTAIRES

Plus en détail

Évaluation de programme PE-103 : Thermostat électronique programmable

Évaluation de programme PE-103 : Thermostat électronique programmable Évaluation de programme PE-103 : Thermostat électronique programmable VERSION FINALE Préparé par : Éric Hurtubise, conseiller, Efficacité énergétique - évaluation et suivi Le 12 avril 2006 Table des matières

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT ÉCORÉNOV

CRÉDIT D IMPÔT ÉCORÉNOV CRÉDIT D IMPÔT ÉCORÉNOV B. Travaux relatifs aux systèmes mécaniques de l'habitation B1 Système de chauffage Remplacement d'un appareil d'un système de chauffage au propane ou au gaz naturel par l'un des

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Chaudière gaz à basse température & à condensation

Chaudière gaz à basse température & à condensation Primes & Démarches Administratives Il est important de préciser que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la SPRL Kreusch Frères (Bernard Kreusch) même que nous sommes là pour

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation Marché résidentiel Rapport d évaluation Programme : Thermostats électroniques : Bâtiments existants (BE) et Nouvelle construction (NC) Période évaluée : Années 2010 et 2011 Présenté à : Systèmes et Informations

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»),

Plus en détail

Programme Rénoclimat Clientèle gaz naturel

Programme Rénoclimat Clientèle gaz naturel Tableau des aides financières Rénovez efficacement, c est payant! Programme Rénoclimat Clientèle gaz naturel MAISONS UNIFAMILIALES 1, DUPLEX ET TRIPLEX QU EST-CE QUE LE PROGRAMME RÉNOCLIMAT? Rénoclimat

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Ministère des Ressources naturelles PROGRAMME RÉNOCLIMAT CADRE NORMATIF

Ministère des Ressources naturelles PROGRAMME RÉNOCLIMAT CADRE NORMATIF Ministère des Ressources naturelles PROGRAMME RÉNOCLIMAT CADRE NORMATIF 1 LE CONTENU DU PRÉSENT DOCUMENT A UNE VALEUR JURIDIQUE. IL PRÉVAUT SUR LES DÉPLIANTS ET SUR LES AUTRES RENSEIGNEMENTS PUBLIÉS AU

Plus en détail

Tableau des aides financières. Programme de rénovation éconergétique de l agence de l efficacité énergétique. aee.gouv.qc.ca

Tableau des aides financières. Programme de rénovation éconergétique de l agence de l efficacité énergétique. aee.gouv.qc.ca MC Programme de rénovation éconergétique de l agence de l efficacité énergétique aee.gouv.qc.ca Tableau des aides financières Clientèle électricité, mazout et propane Août 2010 1 Consultez le site Internet

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Rénovez votre maison et devenez admissible à une subvention!

Rénovez votre maison et devenez admissible à une subvention! En vigueur le 1 er janvier 2008 Rénovez votre maison et devenez admissible à une subvention! Vous voulez rendre votre maison plus efficace sur le plan énergétique? Voici comment réduire votre consommation

Plus en détail

PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17

PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17 PLAN D EFFICACITÉ ÉLECTRIQUE 2014/15-2016/17 APERÇU DU PLAN Préparé pour le ministère de l Énergie et des Mines du Nouveau-Brunswick avec l'aide de Dunsky expertise en énergie Juillet 2014 Cette page est

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Programme d'efficacité électrique Jura

Programme d'efficacité électrique Jura 1/5 Conditions générales de soutien 1. L'objet d'encouragement doit se trouver dans un bâtiment situé dans le canton du Jura. 2. Les contributions de soutien sont octroyées jusqu'à épuisement du budget.

Plus en détail

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005 Institut économique de Montréal Rapport d un sondage omnibus Juin 2005 Opinion des Québécois à l égard du jugement de la Cour suprême du Canada relatif à l interdiction aux citoyens de payer pour des soins

Plus en détail

EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE

EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE SERVICE HELPDESK CHAUFFAGE PEB EN RÉGION BRUXELLOISE EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE EXTRAITS GfK 2014 Service Helpdesk PEB Chauffage en Région Bruxelloise 1

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

Cause tarifaire 2007 Distribution de gaz naturel au Québec

Cause tarifaire 2007 Distribution de gaz naturel au Québec Cause tarifaire 2007 Distribution de gaz naturel au Québec Requête R-3596-2006 Dépôt des documents révisés 25 août 2006 Table des matières 1 Principales hypothèses 2 Livraisons projetées 2007 3 4 5 Données

Plus en détail

Label de qualité d'energie-bois Suisse

Label de qualité d'energie-bois Suisse Gestion du label de qualité Energie-bois Suisse / Holzenergie Schweiz, Franco Isler Neugasse 6, 8005 Zürich, tél.: 044 250 88 16, fax 044 250 88 22 isler@holzenergie.ch www.holzenergie.ch Label de qualité

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

Préparé pour l Agence de l efficacité énergétique. Par : Michel Boulanger, ing. M.Sc.A. Technosim inc. Le 15 mars 2006.

Préparé pour l Agence de l efficacité énergétique. Par : Michel Boulanger, ing. M.Sc.A. Technosim inc. Le 15 mars 2006. Potentiel technico-économique d amélioration de l efficacité énergétique relié à l utilisation du mazout dans les secteurs résidentiel, commercial et institutionnel Préparé pour l Agence de l efficacité

Plus en détail

GAZIFÈRE INC. NOTES AFFÉRENTES AUX ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 30 SEPTEMBRE 2001

GAZIFÈRE INC. NOTES AFFÉRENTES AUX ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 30 SEPTEMBRE 2001 1. SOMMAIRE DES CONVENTIONS COMPTABLES IMPORTANTES La société est une entreprise de services publics à taux de rendement réglementé qui assure la distribution de gaz naturel à une clientèle formée de clients

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES COSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MIISTRES RECOMMADATIO R (83) 6 DU COMITÉ DES MIISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LES MESURES D'ÉCOOMIE D'ÉERGIE DAS LES ÉQUIPEMETS SPORTIFS (adoptée par le Comité des Ministres

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE. Constats. Consommateurs. Entreprises.

Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE. Constats. Consommateurs. Entreprises. Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE Avril 2003 Constats L indice CPQ-Léger Marketing de confiance des consommateurs et des entreprises dans l économie québécoise

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ)

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 50 FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Fiches d opérations standardisées concernées : N BAT-SE-02 et IND-SE-01. Ce document

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Division de l investissement et du stock de capital Méthodologie L'investissement dans la construction

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Recyclage de vos vieilles fenêtres

Recyclage de vos vieilles fenêtres Recyclage de vos vieilles fenêtres Hydro-Québec vous encourage à vous départir correctement des fenêtres que vous remplacerez ainsi que des matériaux résiduels. Pour plus de renseignements sur le recyclage,

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-HYACINTHE

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-HYACINTHE PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-HYACINTHE RÈGLEMENT NUMÉRO 438 CONCERNANT L ADOPTION DU PROGRAMME RÉNOVATION QUÉBEC DANS LE VOLET VI «AIDE AUX PROPRIÉTAIRES DE MAISONS LÉZARDÉES» CONSIDÉRANT que la Société

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Benoît Tremblay Conseiller en gestion Collaborateurs : MM. Paul Bleau,

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Le processus de certification BOMA BESt :

Le processus de certification BOMA BESt : Le processus de certification BOMA BESt : De l'inscription à la certification GUIDE D'ACCOMPAGNEMENT Version 2 du programme BOMA BESt (révision Juillet 2013) Page 8 Le processus de certification BOMA BESt

Plus en détail

Dernière mise à jour : septembre 2014

Dernière mise à jour : septembre 2014 Crédit d impôt remboursable pour l édition de livres TABLE DES MATIÈRES Société admissible....... 1 Société exclu... 2 Maison d édition reconnue.. 2 Ouvrages admissibles...... 2 Ouvrages exclus. 3 Auteur

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT Version du 18 septembre 2015 NOTE AU LECTEUR Le Programme de protection contre est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113).

Plus en détail

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES Fiche explicative n FE01 Chaudières à combustible (type basse température àcondensation) Fiches d opérations standardisées concernées: Bâtiments résidentiels : BAR-TH-06 : Chaudière individuelle à condensation

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

Plan de commercialisation

Plan de commercialisation Plan de commercialisation Plan de commercialisation Organigramme VAliDATiON Du POSiTiONNEMENT ET DE la MiSSiON STrATÉGiES MArKETiNG MESSAGE PuBliciTÉ relations PuBliQuES PrOMOTiONS radio AcTiViTÉS SOciAlES

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009 Présentation aux investisseurs Le 3 juin 2009 Énoncés prospectifs MISE EN GARDE RELATIVEMENT AUX DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Cette présentation peut contenir des informations prospectives au sens des lois

Plus en détail

Tableau des subventions écoénergie Rénovation Maisons AVIS IMPORTANT

Tableau des subventions écoénergie Rénovation Maisons AVIS IMPORTANT En vigueur le 30 novembre 2009 AVIS IMPORTANT Seuls les propriétaires de maisons qui ont pris un rendez-vous pour une évaluation avantrénovations au plus tard le 31 mars 2010 peuvent recevoir une subvention

Plus en détail

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Intérêt des membres de la GMMQ, l, l et la à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Dossier 77122-013 Février 2007 580, Grande-Allée Est, bureau 580, Québec, Québec G1R 2K2

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 15 août 2006 SOLLICITATION

Plus en détail

Gestion de la relation client avec SAP Business One Élargissez votre clientèle tout en approfondissant les relations existantes

Gestion de la relation client avec SAP Business One Élargissez votre clientèle tout en approfondissant les relations existantes distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion de la relation client Gestion de la relation client avec SAP Élargissez votre clientèle tout en approfondissant les relations existantes Avec

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Septembre 2012 Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Immeubles collectifs (gérance et copropriété) Depuis une ordonnance n 2011-504 du 9 mai 2011, l article L 241-9 du Code

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r.

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. (Résolution 398-CA-3497, 25 novembre 1996) 1. Énoncé Par cette politique, l'université

Plus en détail

COMPARAISON DES PRIX DE L ÉLECTRICITÉ DANS LES GRANDES VILLES NORD-AMÉRICAINES. Tarifs en vigueur le 1 er avril 2011

COMPARAISON DES PRIX DE L ÉLECTRICITÉ DANS LES GRANDES VILLES NORD-AMÉRICAINES. Tarifs en vigueur le 1 er avril 2011 COMPARAISON DES PRIX DE L ÉLECTRICITÉ DANS LES GRANDES VILLES NORD-AMÉRICAINES Tarifs en vigueur le 1 er avril 2011 Version corrigée Novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 MÉTHODE 7 FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Sommaire Rénovation optimale Rénovation optimale Gaz naturel/biogaz Choisir le système de chauffage approprié Chaudière à condensation Chaudière à

Plus en détail

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Sfax, 06 mars 2015 Bâtiment Eco-Smart : DEFIS TECHNOLOGIQUES ET REGLEMENTAIRES HASSEN BEN HASSINE EXPERT EN EFFICACITE ENERGETIQUE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

CATALOGUE DE hformation GAZ

CATALOGUE DE hformation GAZ CATALOGUE DE hformation GAZ 6 Rue des Bonnes Gens 68025 COMAR CEDEX Tél : 03.69.28.89.00 Fax : 03.69.28.89.30 Mail : contact@coprotec.net Site : www.coprotec.net SOMMAIRE PRESENTATION... 3 NOS FORMATIONS

Plus en détail

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n Portrait d un processus d intégration D i f f i c u l t é s r e n c o n t r é e s e t r e s s o u r c e s m i s e s à p r o f i t p a r l e s n o u v e a u x a r r i v a n t s a u c o u r s d e s q u a

Plus en détail

Déterminer la capacité de l appareil

Déterminer la capacité de l appareil CF 48 Le remplacement d'un générateur de chaleur Deux raisons majeures peuvent vous inciter à remplacer votre générateur de chaleur (fournaise) à air pulsé. Le première est que l'appareil est irrémédiablement

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche D écembre 2011 Série technique 11-101 Suivi du rendement de chauffe-eau sans réservoir ayant remplacé des chauffe-eau avec réservoir Contexte Le chauffe-eau est le plus grand consommateur

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques AGPI (avril 2007) Alain Moreau, ing., M.Sc.A. Chercheur, chargé de projet Institut de recherche d Hydro-Québec Jean Lemay, ing. Gestionnaire de

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES)

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Annexe B : Exemples Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Ce document fournit des exemples sur la façon de déterminer

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens SONDAGE LÉGER On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens Laval, le 25 février 2014. C est ce que révèle une toute nouvelle étude 1 réalisée dans le cadre

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution

Chaque étape est à prendre en considération. Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Chaque étape est à prendre en considération Recommandation pour une meilleure approche de l'attribution Vue d'ensemble Avec l avènement de la publicité en ligne vint la promesse d une nouvelle ère digitale,

Plus en détail

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Rapport final Réalisé par Marie-Claude Lapierre, agr. Centre de référence en agriculture et agroalimentaire

Plus en détail

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC»

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» Dispositif de soutien à la rénovation BBC des immeubles de logements en copropriété Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» 1 Contexte Nantes Métropole s'est fixé comme objectif, en

Plus en détail

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE Juin 2003 Constats L indice CPQ-Léger Marketing de confiance des consommateurs et des entreprises dans l économie québécoise enregistre

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression Les services de fourniture et de gaz de compression de gaz naturel et de gaz de compression EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture

Plus en détail