Détection des symptômes dans les SFPM par suivi des indicateurs de performance : approche qualité-flux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détection des symptômes dans les SFPM par suivi des indicateurs de performance : approche qualité-flux"

Transcription

1 257 Schedae, 2007 Prépublication n 37 Fascicule n 2 Détection des symptômes dans les SFPM par suivi des indicateurs de performance : approche qualité-flux Achraf Jabeur Telmoudi SEPE, École Supérieure des Sciences et Techniques de Tunis, 5 Avenue Taha Hussein Montfleury 1008 Tunis, Tunisie ASTI, LAB, 24 Avenue Alain Savary, Besançon, France Lotfi Nabli ASTI, École Nationale d Ingénieurs de Monastir, Rue Ibn Eljazar, 5019 Monastir, Tunisie Résumé : Dans ce papier, nous nous intéressons à la détection des symptômes dans les Systèmes Flexibles de Production Manufacturière (SFPM). Le but est de contribuer à la mise en place d un modèle qui permet la détection des symptômes des défaillances par la définition des liens de corrélations entre les paramètres de qualité du produit, le flux de matière et l état des entités du procédé. Nous supposons que la cause d une dérive est liée à l état défaillant d une ressource ayant entraîné une baisse de qualité et/ou de flux du produit avant de constater une baisse de ses performances, et donc un retard dans l accomplissement de sa fonction de production par rapport à ce qui lui avait été défini au départ.l apport principal de ce travail est la méthode de détection des symptômes basée sur l exploitation de l outil de Réseaux de Petri Temporels à Objets (RdP- TàO) qui permet l observation de l apparition des symptômes de défaut signalés par les capteurs de surveillance. Mots clés : détection, flux, qualité, RdPTàO, suivi. 1 Introduction De nos jours, l implantation des systèmes de production qui peuvent s imposer face aux exigences contraignantes du marché, nécessite la mise en place d outils performants pour la conduite (commande, surveillance et supervision). La maîtrise de cycle de production ainsi que l environnement interne et externe de l entreprise permet dans un premier lieu Achraf Jabeur Telmoudi, Lotfi Nalbi «Détection des symptômes dans les SFPM par suivi des indicateurs de performance : approche qualité-flux»

2 258 d éclairer les limites de système de production ainsi que les demandes de marché. Par la suite, elle nous permet de définir l outil nécessaire pour la conduite. L événement d apparition d une défaillance brusque au niveau de procédé nécessite un temps considérable pour diagnostiquer son origine causale et prendre les mesures appropriées pour amener le processus de nouveau à un état de fonctionnement normal et sûr. Ceci peut engendrer économiquement une perte significative pour l entreprise. À ce propos, une méthode de surveillance indirecte préventive est nécessaire. Ce type de surveillance aboutit à éviter l occurrence des événements qui cessent le fonctionnement de procédé tout en s appuyant sur les modèles fonctionnels représentatifs du procédé. Ceci est assuré par l intermédiaire du suivi des paramètres significatifs de produit tels que le flux, les indicateurs de qualité, etc., afin de détecter les dérives qui sont corrélées avec l état de procédé. En effet, plusieurs travaux antérieurs, ont focalisé sur la problématique de la surveillance indirect tels que les travaux de F. Ly [1], de L. Nabli [6, 7], etc. Le principe de ces travaux est de détecter, de diagnostiquer une dérive de flux, pour LY, ou de qualité, pour NABLI, et ensuite d estimer l impact de celle-ci sur le système grâce au pronostic. C est dans ce cadre que se situe l étude que nous présentons. En effet, notre objectif est de développer une méthode multicritères de détection des symptômes des défaillances. L idée sous-jacente est de développer le modèle de détection approuvé par M. Combacau [2] afin de l évoluer dans le sens qu il sera apte à détecter non seulement les dérives temporelles (flux) mais aussi celles de type non-temporelle (qualité). Le papier comprend trois parties. Dans la première partie nous présentons le modèle de détection de M. Combacau [2] ainsi qu un rappel sur les Réseaux de Pétri Temporels à Objets (RdPTàO). La deuxième partie présente le modèle de détection multicritères développé. La dernière partie est une application à un système de production manufacturière. 2 Détection des symptômes temporels par utilisation d un RdPTàO Les Réseaux de Petri Temporels à Objets (RPTàO) se caractérisent par le fait que les jetons qui forment le marquage des places ne sont pas des entités atomiques et indistinctes, néanmoins ils peuvent être distingués les uns des autres et portent une valeur. En partant de l hypothèse que les défaillances d une ressource peuvent être préconçues à partir des déviations temporels et que ces dernières sont tabulées, cet outil est largement utilisé pour la modélisation des systèmes à événements discrets afin d assurer la détection des symptômes des défaillances. 2.1 Définition formelle de l outil RdPTàO [8] Un Réseaux de Petri Temporels à Objets est constitué de : Un ensemble fini P de Places ; Un ensemble fini T de Transitions. chaque transition peut être composée de plusieurs blocs : Le premier bloc est celui relatif aux prédicats : il supporte l expression de la conditions de franchissement ; Le deuxième bloc est dédié à l aspect temporel : il permet d exprimer des intervalles de franchissement d une transition. Un intervalle temporel I est constitué de deux bornes [a, b] : a et b étant respectivement la date de tir au plus tôt et la date de tir au plus tard ; Le troisième bloc est dédié au verrouillage de la transition. il est possible d interdire le franchissement d une transition ou d un ensemble de transitions ;

3 259 Le quatrième bloc est relatif aux actions. Les actions sont en effet associées aux transitions et exécutées lors du tir de la transition. Le jeton ne sera déposé dans la place aval uniquement lorsque l action sera terminée. Un ensemble fini Class de Classes, éventuellement organisé en une hiérarchie et définissant pour chaque Classe un ensemble d attributs ; Un ensemble de variables V typées par Class ; Une fonction place précédente appelée Pre qui à chaque Arc d entrée d une Transition fait correspondre une somme formelle de n-uplets d éléments de V ; Une fonction place suivante appelée Post qui à chaque Arc de sortie d une Transition fait correspondre une somme formelle de n-uplets d éléments de V ; Une application Atc qui à chaque Transition associe un ensemble de conditions qui font intervenir les variables formelles associées aux arcs d entrée et les attributs des classes correspondantes ; Une application Ata qui à chaque Transition associe un ensemble d actions qui font intervenir les variables formelles associées aux arcs d entrée et de sortie, les attributs et les méthodes des classes correspondantes ; Une application M0 est le marquage initial qui associe à chaque Place une somme formelle de n-uplets d instances d objets appelés Jetons (les objets doivent être représentés par des identificateurs, leur nom par exemple). Une activité est représentée par un RdPTàO comme la montre la figure 1. Un tel réseau possède les caractéristiques suivantes : prise en compte des contraintes logiques; prise en compte des contraintes temporelles; création d objets par franchissement; modélisation des politiques décisionnelles locales; absence de blocage. Pa <x> Pb <y> Préconditions Tdeb Tfin Condition D1 Action AD1 <x,y> Pm <x,y> Condition D2 Action AD2 Début de l'activité Ai Activité Ai en cours Fin de l'activité Ai <x> Pn <y> Pq Postconditions Fig. 1 : Modélisation d une activité par RdPTàO. Schedae, 2006, prépublication n 37, (fascicule n 2, p ).

4 Modèle de Combacau pour la détection des symptômes temporels [2] Le modèle de M. Combacau [2] pour la détection des symptômes temporels fait appel à deux Réseaux de Petri Temporels à Objets (RdPTàO). Le premier est le réseau de référence, il modélise les états de fonctionnement correct du système. Ce réseau sert de référence pour le système de commande modélisé par un second RdPTàO appelé réseau de commande. Les fonctions suivi et détection sont assurées par la coopération et la synchronisation existantes entre le modèle de référence et celui de commande. Ces derniers évoluent alors en parallèle. Une communication directe se réalise entre le modèle de commande et les capteurs et/ou les actionneurs installés sur les points de référence de début/fin des activités. En fonctionnement normal avant chaque requête, la commande consulte le module de référence afin d en examiner la convenance vis-à-vis des contraintes du procédé. Après la transmission d un ordre, elle se met alors en attente d un compte rendu d exécution. En cas de réception convenable (vis-à-vis d une fenêtre temporelle) de ce compte rendu, l information est envoyée vers le module de référence pour la mise à jour de l image du procédé. Si un symptôme est détecté seul le modèle de référence est mis à jour. La détection des symptômes se réalise par l implantation de mécanisme de chien de grade (CG) qui permet d apparaître les déviations temporelles. La figure 2 présente la structuration de deux RdPTàO ainsi que les liens entre eux. Les places Ci (i IN) présentes les canaux de communication entre le deux réseaux. Les chiens de garde doivent remplir les conditions suivantes : La transition CGd doit être franchie à la date absolue DEB tard = FIN tard Di = ti (i IN); La transition CGd doit être franchie à la date absolue FIN tard. = tai (i IN). avec : DEB tard : date de début au plus tard; FIN tard : date de fin au plus tard; ti : la borne inférieure de l intervalle de transition de CGd; tai : la borne inférieure de l intervalle de transition de CGf. Ce modèle a été exploité antérieurement comme une base pour plusieurs chercheurs dans le cadre de développement de l ingénierie de conduite Systèmes Automatisés de Production tels les travaux de E. Minca [5], de M halla [4], etc. type 1 type 2 Tdr [ti, ti+1] CGd C1 Tdc 1 [ta i, tai+1 ] CGf Tfr Ai C2 C3 Tfc 1 Tfc 2 C4 Modèle de Commande Mod èle de Référence Fig. 2 : Modèle de COMBACAU pour la détection des symptômes temporels [2].

5 261 3 Modèle de détection multicritères : Qualité-flux Par rapport au modèle de M. Combacau [2] et aux travaux développés postérieurement, nous cherchons à proposer un modèle qui permet la génération des déviations de types temporelles et non-temporelles afin de détecter les symptômes des défaillances. Pour atteindre cet objectif, nous avons exploité le modèle situé dans le paragraphe précédent comme une base afin de le convertir dans le sens qu il sera apte à remplir nos satisfactions. Pour cette raison, un bloc de Suivi et de Détection Qualité (Q.S.D.Q) a été intégré à ce modèle (fig. 3). Le but de l intégration de ce bloc est l addition de critère non-temporel de type qualité. En effet ce bloc est localisé à la sotie de l activité Ai ; il ne sera pas sensibilisé qu après le franchissement de la transition Tfrt qui traduit la fin de Ai. type 2 [t ai, tai+1] CGf Tdr Tfrt S ymptôme type 1 CGd [ti, t i+1] Ai C1 C2 C3 Tdc1 Tdc 2 Ai Tfc 1 <p> typ e β PE PSb Tbn <p> TE < a > < a > < a > PSa Tan PA PB typ e α Tac Tbc Pea S ympt ôme q ualité B.S.D.Q Tf rnt PAc PBc Peb C4 Tfc 2 <p> Mo dèl e d e Comma nde Mo dèl e d e Ré féren ce <P> Fig. 3 : Modèle de détection multicritères Qualité-flux Fig. 4 : Modèle de détection multicritères : Qualité-flux Le bloc Q.S.D.Q est modélisé par un RdPTàO (fig. 4). Dans ce qui suit, nous développons le principe de fonctionnement de Q.S.D.Q. Supposons un poste de travail d un système de production désigné a subi une transformation (activité Ai) à la pièce P. À la fin de l activité Ai, cette pièce est considérée comme un produit semi-fini. Pour qu elle passe à l étape suivante de processus de production, deux indicateurs de qualité a et b devront être respectés ; si non la pièce sera retirée pour être rejetée ou pour être recyclée, au même temps, un symptôme de défaillance future sera réclamé. Les intervalles de conformité des a et b sont respectivement Inta : [amin, amax] et Intb : [bmin, bmax]. La figure 4 modélise ce problème de détection des symptômes. En effet, nous considérons : Les classes des objets : Les conditions : P : - numéro : entier typée par p comme variable a [amin, amax] (1) A : - amax : réel typée par a comme variable a [amin, amax] (2) - amin : réel b [bmin, bmax] (3) B : - bmax : réel typée par b comme variable b [bmin, bmax] (4) - bmin : réel Dés que la pièce p arrive dans la place PE, la transition TE qui permet la création d objet par franchissement se sensibilise, d où la naissance de deux nouveaux objets A et B sur le réseau qui se localisent immédiatement et respectivement dans les places PA et PB. Si les conditions (1) et (3) sont satisfaites, par les franchissements de Tac et Tbc, les objets A et B se déplacent au même temps et respectivement vers PAc et PBc. Schedae, 2006, prépublication n 37, (fascicule n 2, p ).

6 262 Si les conditions (2) et (4) sont satisfaites, les transitions Tan et Tbn se sensibilisent, les objets A et B se déplacent au même temps et respectivement vers PAc et PBc. cet état signifie la naissance de deux symptômes qualité de type a et de type b. Si les conditions (1) et (4) sont satisfaites, nous signalons seulement le symptôme de type b. la pièce est modélisée retirée par Pea. Si les conditions (2) et (3) sont satisfaites, nous signalons seulement le symptôme de type a. la pièce est modélisée retirée par Peb. 4 Application industrielle Pour fabriquer un nombre n des boîtes, une tôle imprimée de grand format prise du stock intermédiaire S doit passer par les étapes des transformations suivantes : cisaillage, enroulage, soudage, rechampissage intérieur, rechampissage extérieur, bordage, moulurage et finalement sertissage. Il reste à signaler qu après le cisaillage des tôles imprimées, les petites tôles seront stockées dans un stock S. les petites tôles seront entraînées par un ouvrier sur l enrouleuse. À partir de cette étape le transfert de produit semi-fini d un poste de travail vers un autre est assuré par les tapis roulants. Les paramètres significatifs de qualité que nous considérons, pour une boite, sont : Pour le cisaillage : hauteur (h0), largeur (l), équerrage (e) ; Pour bordage : bordure (bi, bs), hauteur (h1) ; Pour moulurage : hauteur (h2), profondeur (m) ; Pour sertissage (fig. 5) : hauteur de la boîte finie (hf), hauteur de serti (hs), crochet de fond (cf), crochet de corps (cc), croisure a (c) et espace intérieur b (ei). Pour un fonctionnement normal du procédé la valeur de chaque paramètre doit être comprise dans un intervalle donné. Comme une première étape, nous commençons par la modélisation du procédé (modèle de référence) et d une commande (modèle de commande). Les chiens de garde sont implantés au niveau des tapis roulants. D autre part de trois B.S.D.Q sont localisés : BSD1à la fin de transformation de cisaillage, BSD2 (à la fin des transformations de bordage et de moulurage et finalement BSD3 à la fin de transformation de sertissage. à titre d exemple nous illustrons la figure 5 qui présente BSD3. <p > S9 S10 S11 S11 S12 S13 <ei> <ei> < h f > < c > < h f > < h s > <ei> <hf > <c f > <c f > <hf > <c > <ei> <h <c > f > <c > <ei> <e> <ei> <p> Fig. 5 : BSD3.

7 263 5 Conclusion Dans ce papier, nous avons proposé un nouvel modèle de détection des symptômes des défaillances par suivi des indicateurs de performance temporels et non-temporels. En effet nous avons évolué le modèle proposé par M. Combacau [2] par l intégration des blocs BSDQ permettant la détection des symptômes suite à la non-conformité des paramètres qualité. L outil de Réseaux de Petri Temporels à Objets (RdPTàO) est exploité pour la modélisation et la conception de notre modèle ; Références [1] R. Bastide, C. Siberrtin.-Blanc, Modelling a flexible manufacturing system by means of Cooperative Objects. Proceedings of IFIP conference CAPE 91 on computer applications in production and engineering. September, Bordeaux, France, [2] M. Combacau. Commande et surveillance des systèmes à événements discrets complexes : application aux ateliers flexibles. Thèse de doctorat, Université Paul Sabatier, Toulouse, Décembre [3] F. Ly, A. K. A. Toguyeni, E. Craye. Indirect predictive monitoring in flexible manufacturing systems. Robotics and Computer-Integrated Manufacturing, Volume 16, Issue 5, Pages , October, [4] A. M halla. Supervision par réseaux de Pétri flous : application à un brûleur à fuel. Mémoire de master à l École National d Ingénieurs de Monastir, juin, 2006 [5] E. Minca, R D. acoceanu, N. Zerhouni, Approche de détection par réseau de Petri flou. Conférence Pentom2003 Performance et Nouvelles Technologies en Maintenance, V alencienne, France mars, [6] L. Nabli, A.K.A Toguyéni., E. Craye, M. Annabi. A monitoring method based on fuzzy sets. CESA 98 IMACS Multiconférence, Computational engineering in systems application, Nabeul, Tunisie, avril [7] L. Nabli, H. Dhouibi, S. Collart Dutilleul, E. Craye. Utilisation de la logique floue pour la surveillance prédictive indirecte d un système de production : cas d une manufacture de tabac. JTEA 06, Hammamet, Tunisie, Mai [8] R. Valette. Les Réseaux de Petri. L.A.A.S. C.N.R.S. Toulouse, Septembre Schedae, 2006, prépublication n 37, (fascicule n 2, p ).

8 264

APPROCHE DE LA SURVEILLANCE DES SYSTEMES PAR RESEAUX DE PETRI SYNCHRONISES FLOUS

APPROCHE DE LA SURVEILLANCE DES SYSTEMES PAR RESEAUX DE PETRI SYNCHRONISES FLOUS THE PUBLISHING HOUSE PROCEEDINGS OF THE ROMANIAN ACADEMY, Series A, OF THE ROMANIAN ACADEMY Volume 9, Number 2/2008, pp. 000 000 APPROCHE DE LA SURVEILLANCE DES SYSTEMES PAR RESEAUX DE PETRI SYNCHRONISES

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Introduction aux automates

Introduction aux automates Introduction aux automates Principes et exemples Pascal André IRIN Université de Nantes 2 rue de la Houssinière ; B.P. 92208 44322 Nantes Cedex 03 Pascal.Andre@irin.univ-nantes.fr Introduction aux automates

Plus en détail

Réseaux de Petri. E.N.S.E.E.I.H.T. Automatique Informatique Industrielle 22 Novembre 2000

Réseaux de Petri. E.N.S.E.E.I.H.T. Automatique Informatique Industrielle 22 Novembre 2000 E.N.S.E.E.I.H.T. Automatique Informatique Industrielle 22 Novembre 2000 Réseaux de Petri Documents autorisés: cours polycopié, notes de cours, examens des 2 années antérieures 1) Analyse (10 points) On

Plus en détail

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG)

Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes. Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) Surveillance et maintenance prédictive : évaluation de la latence de fautes Zineb SIMEU-ABAZI Univ. Joseph Fourier, LAG) SURVEILLANCE Analyser une situation et fournir des indicateurs! Détection de symptômes!

Plus en détail

La qualité dans les organismes de formation

La qualité dans les organismes de formation Conception Henri HELL 12/2011 Présentation ISO 29990 Conception Henri HELL 30/11/2011 La qualité dans les organismes de formation Henri HELL Ingénieur d Action Régionale Auditeur QSE et automobile Délégation

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

Evaluation de l'influence d un réseau de communication sans fil sur la commande d un SED

Evaluation de l'influence d un réseau de communication sans fil sur la commande d un SED Evaluation de l'influence d un réseau de communication sans fil sur la commande d un SED Gilbert Habib (1), Pascale Marangé (2), Jean François Pétin (1), Thierry Divoux (1) (1) Centre de Recherche en Automatique

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME 51 Le B.O. N 1 du 13 Février 1997 - Hors Série - page 173 PROGRAMMES DU CYCLE CENTRAL 5 e ET 4 e TECHNOLOGIE En continuité avec le programme de la classe de sixième, celui du cycle central du collège est

Plus en détail

1 Etude des propriétés d un réseau de Petri

1 Etude des propriétés d un réseau de Petri UNIVERSITE DE CAEN U.F.R. de SCIENCES 1 ière session 2005 Master EEA 1A, Pro AEII et recherche ESCI Examen: Réseaux de Petri AE406T2 durée: 1h30 Responsable : G. Scorletti Chaque candidat doit, au début

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Modélisation Fonctionnelle : un Outil pour la Maintenance des Systèmes de Production

Modélisation Fonctionnelle : un Outil pour la Maintenance des Systèmes de Production Modélisation Fonctionnelle : un Outil pour la Maintenance des Systèmes de Production Benbelkacem Samir, Henda-Zenati Nadia Centre de Développement des Technologies Avancées, Cité du 20 Août 1956 Baba Hassen,

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

DIAGNOSTIQUER EN UTILISANT L INFORMATIQUE

DIAGNOSTIQUER EN UTILISANT L INFORMATIQUE DIAGNOSTIQUER EN UTILISANT L INFORMATIQUE Maintenance industrielle Niveau IV CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 19 80 21-04 78 47 27 11 - gipal-cafoc@ac-lyon.fr

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des placements» Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des placements» Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des placements» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 26 février 2010 Consultation sur le projet de «Ligne directrice

Plus en détail

Chapitre IV : La gestion des flux de production Section I : La méthode MRP (Material Requirements Plannig)

Chapitre IV : La gestion des flux de production Section I : La méthode MRP (Material Requirements Plannig) Chapitre IV : La gestion des flux de production Section I : La méthode MRP (Material Requirements Plannig) I.1. DEFINITION : Le MRP est un système de gestion prévisionnelle de la production permettant

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen A, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

16 Fondements du pilotage

16 Fondements du pilotage $YDQWSURSRV Le pilotage des systèmes de production est un sujet qui revêt une importance grandissante, au fur et à mesure que l automatisation de ceux-ci d une part, la multiplication des contraintes de

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Abdallah Missaoui Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis BP. 37 Le Belvédère, 1002 Tunis, Tunisia abdallah.missaoui@enit.rnu.tn Zohra Sbaï

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS. Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13

DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS. Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13 DYNAMIC RATE CONTROL IN WIRELESS VIDEO COMMUNICATIONS Rim HAMMI & Ken CHEN L2TI, Université Paris 13 Plan 1 Introduction 2 Mécanisme et architecture 3 Algorithmes de régulation du débit vidéo Algorithme

Plus en détail

Aide à la décision pour l'optimisation de la maintenance des stations de compression de gaz naturel

Aide à la décision pour l'optimisation de la maintenance des stations de compression de gaz naturel Aide à la décision pour l'optimisation de la maintenance des stations de compression de gaz naturel J. Blondel, L. Marle - CRIGEN A. Abdesselam GRTgaz F. Brissaud - DNV France Presentation Plan Objectifs

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Sarah Benkouider, Souhila Labgaa 2, Mohamed Yagoubi 3 Université Amar Telidji Département

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

Contrôle d un palettiseur

Contrôle d un palettiseur Contrôle d un palettiseur Marie-Sophie REDON Grégory SURACI Table des matières Présentation du système 1 Cahier des charges 1 Actionneurs 1 Capteurs 1 Modules 2 Gestion de la palette 2 Convoyeur pour cartons

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Management. des processus

Management. des processus Management des processus 1 Sommaire Introduction I Cartographie * ISO 9001 : 2000 * Cartographie - définition * Processus - définition * Identification des processus II Processus * Définitions * Objectifs

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

Bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données

Bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données Cours 2 : Modélisation d une base de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 Modélisation d une base

Plus en détail

Classes et templates C++

Classes et templates C++ Classes et templates C++ Ce TP propose une application des classes, des templates et du polymorphisme au travers du design de classes permettant de gérer des courbes de Bézier. Contents 1 Bézier unidimensionnelle

Plus en détail

Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils

Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils emedia Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils Unissons nos Talents T A L E N T E D T O G E T H E R

Plus en détail

Supervision des réseaux et services pair à pair

Supervision des réseaux et services pair à pair Supervision des réseaux et services pair à pair Présentation des travaux de Thèse Guillaume Doyen LORIA - Université Henri Poincaré pour l obtention du Doctorat en Informatique de l université Henri Poincaré

Plus en détail

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS)

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS) 2ème Colloque National de la Performance Industrielle LA MAINTENANCE A DISTANCE & E-MAINTENANCE Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring Saintis Laurent Laboratoire

Plus en détail

INTRODUCTION AU DATA MINING

INTRODUCTION AU DATA MINING INTRODUCTION AU DATA MINING 6 séances de 3 heures mai-juin 2006 EPF - 4 ème année - Option Ingénierie d Affaires et de Projets Bertrand LIAUDET Phase 4 : Modélisation non-supervisée - 5 : Règles d association

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

COPP Façades de Quai de la Station Paris Châtillon. Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON

COPP Façades de Quai de la Station Paris Châtillon. Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON Date de mise en service : mai 2008 Nombres de Trains équipés : 73 Nombre de Quais : 3 Station : Paris Chatillon line 13 Une nouvelle version

Plus en détail

Question 1.1. Modélisation d une machine simple

Question 1.1. Modélisation d une machine simple D'apres TD ENSEEIHT Question 1. Modélisation d une machine à café Corrigé du Travaux Dirigés n 2 Ingénierie des protocoles LOTOS Question 1.1. Modélisation d une machine simple La modélisation de la machine

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques Introduction Le contexte aéronautique 1 a depuis plusieurs années mis en évidence le besoin croissant de technologies de sécurité permettant d éviter des utilisations malveillantes des matériels ou services

Plus en détail

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Jean-Luc Cojan Laboratoire LISyC Université de Bretagne Occidentale Encadrants : M. Philippe Le Parc M. Loïc Plassart M. Franck

Plus en détail

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Toulouse, 14 mai 2003 Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Julien Bidot Plan Séminaire au LAAS Planification de tâches et ordonnancement Domaine d application

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

Atelier C : TIA Portal CTIA10 : Introduction à la programmation Grafcet sous Siemens TIA Portal

Atelier C : TIA Portal CTIA10 : Introduction à la programmation Grafcet sous Siemens TIA Portal Atelier C : TIA Portal CTIA10 : Introduction à la programmation Grafcet sous Siemens TIA Portal ² CTIA10 : Introduction à la programmation Grafcet sous Siemens TIA Portal Page 1 Table des matières 1 Buts

Plus en détail

Test du logiciel, cours 3. Tests fonctionnels. Tests fonctionnels. Rappel : spécification du logiciel. Plan Les tests fonctionnels Les phases de tests

Test du logiciel, cours 3. Tests fonctionnels. Tests fonctionnels. Rappel : spécification du logiciel. Plan Les tests fonctionnels Les phases de tests Test du logiciel, cours 3 Tests fonctionnels Critère d arrêt Plan Les tests fonctionnels Les phases de tests Couvertures de tests fonctionnels : On ne peut connaître a priori le nombre de tests nécessaires

Plus en détail

UNITE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS

UNITE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS Pilotage par ordinateur Date : Nom : CLASSE : 5 ème Compétences : identifier les différents constituants d un système, justifier le choix des capteurs et actionneurs utilisés. Introduction Connaissances

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage

Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Résumé du chapitre 8 Ressources et interblocage Jacques Mossière 12 août 2004 1 Introduction Ce chapitre est consacré à l étude d un problème classique dans les systèmes, l interblocage, c est à dire l

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Cahier des spécifications. pour

Cahier des spécifications. pour Cahier des spécifications pour Version 1.0 approuvée, préparée par Philippe ZDZIOBECK et Amine TIFAK Octobre 2010 Table des matières I. Introduction...2 1. Introduction...2 2. But du projet...2 3. Références...2

Plus en détail

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole Sommaire 1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole p5 3.1. Une Haute Ecole, c est quoi? p5 3.2. Les organes participatifs de la Haute Ecole & les différents conseils

Plus en détail

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques Modèles à Événements Discrets Réseaux de Petri Stochastiques Table des matières 1 Chaînes de Markov Définition formelle Idée générale Discrete Time Markov Chains Continuous Time Markov Chains Propriétés

Plus en détail

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Amélioration des performances de l entreprise : Piloter les systèmes de production (de biens et de services), Optimiser les flux (stock, délai, matière

Plus en détail

Activité 1: Chaîne d'informations et d'énergie

Activité 1: Chaîne d'informations et d'énergie PAGE 1 Activité 1: Chaîne d'informations et d'énergie Consignes de travail : Sur une feuille de classeur correctement présentée, a) noter : - le titre de l'activité - ton nom - la date b) Consulter le

Plus en détail

plate-forme PaaS (Audit)

plate-forme PaaS (Audit) Contrôle d accès dans une plate-forme PaaS (Audit) Ahmed BOUCHAMI, Olivier PERRIN, LORIA Introduction La sécurité d une plate-forme collaborative nécessite un module d authentification et un module de

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Chapitre 2. Classes et objets

Chapitre 2. Classes et objets Chapitre 2: Classes et Objets 1/10 Chapitre 2 Classes et objets Chapitre 2: Classes et Objets 2/10 Approche Orientée Objet Idée de base de A.O.O. repose sur l'observation de la façon dont nous procédons

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

Eléments de Gestion Industrielle

Eléments de Gestion Industrielle Eléments de Gestion Industrielle L objet de ce document est de rappeler quelques définitions élémentaires de gestion industrielle à l intention de lecteurs n ayant pas reçu une formation technique. Sommaire

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia

Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia Internet et Multimédia Exercices: flux multimédia P. Bakowski bako@ieee.org Applications et flux multi-média média applications transport P. Bakowski 2 Applications et flux multi-média média applications

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données

Introduction aux bases de données Cours 2 : Modélisation d une base de données Cours 2 : Modélisation d une base de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 Modélisation d

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Thème 11 Réseaux de Petri Places-Transitions

Thème 11 Réseaux de Petri Places-Transitions Thème 11 Réseaux de Petri Places-Transitions Contenu du thème 1. Introduction 2. RdP PT 3. Protocoles de communication Références Diaz, Michel (2001) Les Réseaux de Petri Modèles fondamentaux, Hermes Science

Plus en détail

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Sous-menus de Minitab 15 : Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 1 échantillon Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 2 échantillons

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

utbm SET Stamp Partage convivial de photos HAJJAM-EL-HASSANI Amir GRÉA Antoine TISSERAND Geoffrey TX52 Travaux de laboratoire

utbm SET Stamp Partage convivial de photos HAJJAM-EL-HASSANI Amir GRÉA Antoine TISSERAND Geoffrey TX52 Travaux de laboratoire Printemps 2012 TX52 Travaux de laboratoire Stamp Partage convivial de photos Création d'une application Android de partage convivial de photographies. utbm université de technologi e Belfort-Montbéliard

Plus en détail

UNIVERSITÉ de CAEN/BASSE NORMANDIE U.F.R. : SCIENCES CAEN. Cours EL401T2. Master 1A Mention EEA Parcours AEII

UNIVERSITÉ de CAEN/BASSE NORMANDIE U.F.R. : SCIENCES CAEN. Cours EL401T2. Master 1A Mention EEA Parcours AEII UNIVERSITÉ de CAEN/BASSE NORMANDIE U.F.R. : SCIENCES CAEN Réseaux de Petri Cours EL4 Master A Mention EEA Parcours AEII G. Scorletti et G. Binet Maîtres de conférences à l Université de Caen GREYC AUTO

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé :

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé : En résumé : Phase I : collecte des besoins I - Expression des besoins II - Étude de faisabilité III - Définition des priorités IV - Rédaction puis validation du cahier des charges Phase II : implémentation

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Gestionnaire d'appareil à distance (GAD) de Bell Foire aux questions

Gestionnaire d'appareil à distance (GAD) de Bell Foire aux questions Gestionnaire d'appareil à distance (GAD) de Bell Foire aux questions INTRODUCTION Gestionnaire d'appareil à distance (GAD) de Bell permet aux spécialistes techniques d offrir de l aide à distance aux utilisateurs

Plus en détail

Appel d offre Introduction

Appel d offre Introduction Appel d offre Introduction --------------------------------------------------------------------------------------------------------- Iltud MADEC Appui à la recherche - Projet MADES / Coopération France-Madagascar

Plus en détail

La gestion de la liquidité dans TARGET2

La gestion de la liquidité dans TARGET2 La gestion de la liquidité dans TARGET2 INTRODUCTION Dans un RTGS (Real-Time Gross Settlement system), les transactions sont réglées en monnaie centrale, de façon continue, sur une base brute. Ce type

Plus en détail

Algorithmes de tri. 1 Introduction

Algorithmes de tri. 1 Introduction Algorithmes de tri L objectif de ce document est de présenter plusieurs algorithmes classiques de tri. On commence par présenter chaque méthode de manière intuitive, puis on détaille un exemple d exécution

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

Gestion de la mémoire sous VMware ESX

Gestion de la mémoire sous VMware ESX Gestion de la mémoire sous VMware ESX 1. Introduction Le partage de ressources offert par la virtualisation apporte des avantages par rapport à des architectures traditionnelles. Cela permet d avoir plus

Plus en détail

Verband Schweizerischer Artillerievereine Association Suisse des sociétés d artillerie. Règlement Tir en stand à 300 / 50 / 25 m

Verband Schweizerischer Artillerievereine Association Suisse des sociétés d artillerie. Règlement Tir en stand à 300 / 50 / 25 m Verband Schweizerischer Artillerievereine Association Suisse des sociétés d artillerie Règlement Tir en stand à 300 / 50 / 25 m Table des matières 1 Dispositions générales... 2 2 Tir de l Association (Tir

Plus en détail

Dans Infoview, cliquer sur le document à envoyer puis cliquer sur sélectionner «Boîte de réception Business Objects» (2). (1) (2)

Dans Infoview, cliquer sur le document à envoyer puis cliquer sur sélectionner «Boîte de réception Business Objects» (2). (1) (2) 4.3.3 Envoi de documents à d autres utilisateurs Dans Infoview, il est possible d envoyer des documents à des structures de la même plateforme d hébergement. La procédure d envoi est décrite ci-après.

Plus en détail

Réseaux de Petri. Master Informatique - Spécialité SAR NI405 - Modélisation des systèmes répartis. 1 - Modélisation de systèmes finis

Réseaux de Petri. Master Informatique - Spécialité SAR NI405 - Modélisation des systèmes répartis. 1 - Modélisation de systèmes finis Master Informatique - Spécialité SAR NI405 - Modélisation des systèmes répartis Réseaux de Petri 1 - Modélisation de systèmes finis - 1 - E. Encrenaz-Tiphène / C. Dutheillet Des automates aux réseaux de

Plus en détail