MEMOIRE DE FIN D'ETUDES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMOIRE DE FIN D'ETUDES"

Transcription

1 CENTRE AFRICAIN D'ETUDES SUPERIEURES EN GESTION - ISMEO - MEMOIRE DE FIN D'ETUDES POUR L'OBTENTION DU MASTER EN MARKETING ET STRATEGIE ANNEE ACADEMIQUE THEME: ETUDE DE LA SATISFACTION DES ETUDIANTS DU CESAG M0042MS11 2

2 MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE POUR l'obtention DU MASTER EN MARKETING ET STRATEGIE THEME: ETUDE DE LA SATISFACTION DES ETUDIANTS DU CESAG

3 DEDICACES Je dédie ce travail à:! mes parents PANOU Moïse et PANOU Emmanuelle née DOMINGO, à qui je dois tout, cette œuvre est la votre.! mon frère PANOU Claude, qui a toujours été là pour moi, cette œuvre est également la tienne.! tous les membres de ma famille, mes amis, mes proches.

4 REMERCIEMENTS Nos remerciements s'adressent: };> Au Seigneur Dieu Tout Puissant pour m'avoir donné la force et l'inspiration de réaliser cet ouvrage. };> A Madame N'ZI-ANZAN Mariam pour avoir accepté de nous encadré et pour sa bienveillance. };> A tous les étudiants qui ont participé à la réalisation de cette étude en répondant à notre questionnaire. };> A l'ensemble du corps professoral du CESAG pour la formation qu'il nous a donnée.

5 1 Etude de la satisfaction des étudiants du CESAG Sommaire SIGLES ET ABBREVIATIONS... 2 INTRODUCTION GENERALE... 3 PREMIERE PARTIE: CADRE THEORIQUE ET REVUE DE LA LITTERATURE... 8 CHAPITRE 1-LA QUALITE CHAPITRE 11-LA SATISFACTION CHAPITRE Ill- LE CRM OU (GRC) DEUXIEME PARTIE: CHAMP DE L'ETUDE CHAPITRE 1 : CADRE METHODOLOGIQUE DE L'ETUDE CHAPITRE Il- PRESENTATION DU CESAG CHAPITRE Ill-ANALYSE DE L'ENVIRONNEMENT TROISIEME PARTIE: ANALYSE DES RESULTATS ET RECOMMANDATIONS CHAPITRE 1- PRESENTATION ET ANALYSES DES RESULTATS CHAPITRE Il-RECOMMANDATIONS DE L'ETUDE... SS CONCLUSION ANNEXES BIBLIOGRAPHIE WEBOGRAPHIE Année académique Page 1

6 SIGLES ET ABBREVIA TI ONS BCEAO: Banque Centrale des états de l'afrique de l'ouest CAMES: Conseil Africain et Malgache pour l'enseignement Supérieur. CEAO: Communauté Économique des Etats de l'afrique de l'ouest. CESAG : Centre Africain d'études Supérieures en Gestion. DESS: Diplôme d'etudes Supérieures Spécialisées GRC : Gestion de la relation clients LMD: Licence-Master-Doctorat OMS : Organisation Mondiale de la santé RAMEGE: Réseau Africain et Malgache pour l'excellence en Gestion des Entreprises SWOT: Strengths, Weaknesses,Opportunities,and Threats. UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine. UNICEF: United Nations of International Children's Emergency Fu nd Année académique Page2

7 INTRODUCTION GENERALE De nos jours, les marchés mondiaux sont marqués par une forte concurrence qui se développe dans chaque domaine d'activité. En effet, le contexte de crise dans lequel nous vivons, fait que les entreprises cherchent à se distinguer de la concurrence plus que jamais. Or, pour développer et prospérer dans une activité commerciale, chaque structure doit nécessairement parvenir à une finalité indispensable et qui correspond à l'un des objectifs premiers du marketing : la satisfaction du client. En effet, dans ce contexte où les entreprises subissent de plein fouet l'instabilité de l'économie, les fluctuations et les mondialisations des marchés, les évolutions des comportements des consommateurs, la satisfaction de la clientèle est devenue fondamentale et stratégiquement incontournable. C'est ainsi que les entreprises ont l'obligation de satisfaire leur client pour survivre. Cette satisfaction du client doit donc constituer la préoccupation principale de toute entreprise qui veut être performante, car le client étant au centre de l'entreprise, c'est lui qui permet à cette dernière d'accroître ses parts de marché et son chiffre d'affaires par la même occasion. D'ou l'adage bien connu : «le client est roi». Ainsi, c'est dans cette optique que chaque entreprise essaie de se démarquer de ses concurrents par la satisfaction maximale de la clientèle ; et cette satisfaction doit nécessairement passer par la proposition sur le marché d'offre et/ou de services de qualité. C'est dans ce cadre que notre étude s'insère, en effet celle-ci a pour finalité de mesurer le niveau de satisfaction des étudiants du CESAG par rapport aux différents services qui leur sont offerts dans le cadre de leur formation. Dans le souci d'effectuer notre étude avec succès, nous avons élaboré un questionnaire que nous avons administré à des étudiants du CESAG afin de recueillir leurs jugements. Année académique Page 3

8 Pour la réalisation de ce travail notre démarche va s'articuler autour des points suivants : };- Première partie :Cadre théorique et revue de la littérature };- Deuxième partie :Champ de l'étude };- Troisième partie : Analyses des résultats et recommandations Année académique Page 4

9 Obi.. et de l'étude La présente étude a pour objet de mesurer le niveau de satisfaction des étudiants du CESAG à l'égard des services qui leur sont proposés. Problématique Le secteur de 1 'enseignement supérieur au Sénégal présente un environnement fortement concurrentiel. En effet ce pays regroupe plus d'une centaine d'établissements d'enseignement supérieur (privés et publics), dont la majorité dispense des formations en gestion. De ce fait, le choix des étudiants entre différentes écoles, est le plus souvent guidé par le niveau de qualité des études, qui est lui-même déterminé par la reconnaissance des diplômes. Il faut noter que le marché ouest-africain de l'emploi favorise les diplômes reconnus par le Conseil Africain et Malgache pour l'enseignement Supérieur(CAMES), car ils attestent une certaine crédibilité de la formation reçue. Or, le Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion(CESAG), se démarque du commun des écoles de gestion du Sénégal, par sa forte notoriété dans la sous région Ouest-Africaine. En effet celle-ci se justifie par la reconnaissance des diplômes de l'école par le CAMES, sa reconnaissance par l'uemoa en tant que «centre d'excellence», ses partenariats internationaux de référence (Université Paris Dauphine, RAMEGE...). De plus, afin de répondre aux nouvelles exigences internationales de la formation supérieure, le CESAG a adopté depuis l'année le système LMD. Cette réforme a ainsi élargi son champ d'action et ses compétences, car avant 2006 le centre ne dispensait que des formations de cycle DESS. Ces différentes accréditations font donc du CESAG, une référence en matière d'enseignement supérieur en gestion sur le continent africain. Cependant malgré toute cette reconnaissance dont bénéficie le CESAG, la satisfaction de ses étudiants semble ne pas être totale au vu d'observations effectuées. De ce fait certaines interrogations peuvent être formulées à savoir : Année académique PageS

10 v' Les étudiants du CESAG sont ils satisfaits des services qui leur sont offerts? v' Le CESAG prend il les mesures nécessaires pour satisfaire au mieux ses étudiants? v' Quels sont les actions que le CESAG pourrait mener pour améliorer la satisfaction de ses étudiants? Hypothèses v' Les étudiants du CESAG ne sont pas satisfaits des services qui leurs sont offerts. v' Le CESAG ne prends pas prend les mesures nécessaires pour satisfaire au mieux ses étudiants. Obiectifs de l'étude v S- Pour notre étude, nous avons déterminé deux types d'objectifs :un objectif général d'une part, et des objectifs spécifiques d'autre part.! Objectif général : Notre objectif général est d'évaluer la satisfaction des étudiants du CESAG par rapport aux différents services qui leur sont proposés, en vue de l'améliorer.! Objectifs spécifiques : Nos objectifs spécifiques sont les suivants : v' Définir les principaux critères de satisfaction et d'insatisfaction des étudiants du CESAG. v' Hiérarchiser ces critères pour leur contribution à la satisfaction globale des étudiants. Année académique Page6

11 ./ Définir des axes d'amélioration prioritaires. Intérêt de l'étude: D'une part cette étude nous donne l'occasion d'utiliser les connaissances que nous avons acquises au cours de nos différents modules, afin de les confronter à une situation réelle et pratique. De l'autre, elle nous permet de participer au perfectionnement des services du CESAG, en proposant à cette institution un éclairage sur le degré de satisfaction de ses étudiants, mais aussi en lui recommandant des actions d'amélioration pour augmenter cette satisfaction. En effet il est important pour le CESAG de savoir quels sont les points que ses étudiants aimeraient voir corrigés dans son fonctionnement, afin de satisfaire au mieux ces derniers, de les fidéliser et d'améliorer sa compétitivité. Cette étude nous permet aussi de nous approcher des étudiants pour recueillir leurs points de vue. Elle représente également un intérêt pour nous dans le fait qu'elle nous donne la possibilité de nous exercer dans notre domaine d'études en recherchant des solutions adaptées à un problème marketing donné. Et enfin cette étude peut également être utile à toute personne qut voudrait mener une réflexion relative la satisfaction de la clientèle. Année académique Page7

12 PREMIERE PARTIE: CADRE THEORIQUE ET REVUE DE LA LITTERATURE Année académique Page 8

13 Dans le but de pennettre une meilleure compréhension de notre étude, nous avons estimé qu'il est nécessaire de définir certains concepts clés étroitement liés à notre thème. C'est dans cette optique que nous allons porter notre intérêt sur les différents concepts que sont la qualité, la satisfaction et la GRC. Lorsqu'on parle de satisfaction de la clientèle on suppose l'existence d'un minimum de qualité d'un produit ou d'un service qui conduit à cette satisfaction. est ainsi qu'il nous parait nécessaire de nous intéresser à ce concept de qualité. Année académique Page 9

14 CHAPITRE I-LA QUALITE SECTION 1- LA QUALITE DES PRODUITS ET SERVICES Il existe en effet un lien étroit entre la qualité de l'offre et la satisfaction de la clientèle car la qualité perçue influence la satisfaction. Pour définir la qualité certains évoquent «la confonnité aux spécifications», «une absence d'écart», «une adaptation parfaite à l'usage» etc. L'Association américaine du contrôle et de la qualité a proposé la définition suivante, fonnulée dans une optique résolument marketing et adoptée mondialement:«la qualité englobe l'ensemble des caractéristiques d'un produit ou d'un service qui affectent sa capacité à satisfaire des besoins, exprimés ou implicites.» L'une des stratégies marketing majeures dans le domaine des services, est de garantir un niveau de qualité suffisant. Les clients développent certaines attentes vis-à-vis du service offert en fonction de leurs expériences d'achat antérieures, du bouche à oreille et de la communication. Ils comparent le service perçu avec le service attendu et sont satisfaits si leur perception est comparable ou supérieure à leurs attentes. Ainsi une entreprise se doit d'abord de connaître les attentes et les souhaits des clients (que veulent ils?quand?ou?et sous quelle fonne?). Une fois les souhaits analysés, il n'est pas toujours possible de les prendre tous en charge car le cout occasionné serait peut être supérieur au bénéfice attendu. Il convient plutôt de choisir les niveaux de satisfaction que l'on s'efforcera d'atteindre, de les communiquer aux clients et de parvenir à les atteindre. A cet égard Muriel Jougleux distingue deux composantes de la qualité d'un service: la qualité du service qui correspond à la démarche réalisée en amont de la prestation (définition du Année académique Page 10

15 service, conception, organisation, mise en place...), et la qualité de service qui se situe en aval, au niveau opérationnel, et traduit la capacité de l'unité locale à servir un client donné 1 Dans un service très standardisé ou l'on laisse peu de place à l'imprévu, c'est la qualité du service qui est prépondérante. Plus la personnalisation du service est forte, plus on laisse d'initiatives aux unités locales et au personnel en contact avec les clients, et plus la qualité du service prend de 1' importance. John Welch (ancien PDG de General Electric) définissait la qualité comme étant «la meilleure source de fidélité de la clientèle, le principal atout vis-à-vis de la concurrence et le seul axe possible pour préserver la croissance et la rentabilité» 2 Il faut préciser qu'il existe un lien entre la qualité de l'offre et la rentabilité de l'entreprise ; en effet un niveau supérieur de qualité entraîne en général une satisfaction plus forte des clients et autorise donc un prix plus élevé. La qualité semble déterminante pour la création de valeur, c'est pourquoi les entreprises qui mettent en place un programme qualité accroissent souvent leurs bénéfices. On dit que le marketing a une lourde responsabilité vis-à-vis de la qualité. En effet il a le devoir de:./ détecter et qualifier les besoins et les attentes des clients ;./ transmettre ces attentes aux responsables de la conception et de la fabrication des produits;./ vérifier que les commandes des clients sont convenablement traitées et que les délais sont respectés ;./ s'assurer que les clients ont bien reçu les instructions de montage et d'utilisation du produit, les formations et l'assistance technique nécessaires ; 1 Philip Kotler,Kevin Keller, Delphine Manceau, Bernard Dubois.Marketing-Management.Dunod,2009,p Philip Kotler,Kevin Keller, Delphine Manceau, Bernard Dubois.Marketing-Management.Dunod,2009,p.l73. Année académique Page 11

16 ./ rester en contact avec la clientèle afin de s'assurer d'une satisfaction continue ;./ et enfin collecter auprès des clients les idées susceptibles de déboucher sur des améliorations de produit ou de service et les communiquer au reste de l'entreprise. Lorsqu'il accomplit toutes ces missions, le marketing contribue à la qualité, à la satisfaction et à la rentabilité des clients et de l'entreprise. SECTION 2-LES DÉTERMINANTS DE LA QUALITÉ Les chercheurs Parasuraman, Zeithaml, et Berry ont élaboré une liste des détenninants 3 de la qualité qui semble relativement indépendante du secteur d'activité considéré. Par ordre d'importance il s'agit de : 1-/a fiabilité : La prestation de service doit être complète et correspondre aux promesses réalisées. 2-/a capacité de réaction : Le personnel doit réagir rapidement et efficacement à toute requête ou problème du client. 3-la compétence et la confiance : Le personnel doit avoir les connaissances nécessaires pour assurer la prestation de service et inspirer confiance. 4-le souci du client : Le personnel doit porter attention aux besoins de la clientèle. 5-/a matérialisation de la qualité : Les produits attachés au service (équipements, matériels de présentation, outils de communication) doivent correspondre au niveau de qualité annoncé. 3 Philip Kotler,Kevin Keller, Delphine Manceau, Bernard Dubois.Marketing-Management.Dunod,2009,p471 Année académique Page 12

17 CHAPITRE II-LA SATISFACTION SECTION 1-LE CONCEPT DE SATISFACTION Les chercheurs en psychologie et en comportement du consommateur étudient depuis longtemps le concept de satisfaction et sont conduits à sophistiquer de plus en plus leur analyse. Nous retiendrons les deux définitions suivantes : «La satisfaction est l'impression positive ou négative ressentie par un client vis-à-vis d'une expérience d'achat et/ou de consommation. Elle résulte d'une comparaison entre ses attentes à l'égard du produit et sa performance perçue.» 4 «La satisfaction peut être définie comme le sentiment de plaisir ou de déplaisir qui naît de la comparaison entre des attentes préalables et une expérience de consommation.» 5 La satisfaction est donc fondamentalement un jugement, une évaluation qui intègre d'une part la qualité perçue (expérience de consommation) et d'autre part les attentes préalables. Une expérience supérieure ou égale aux attentes crée un sentiment de satisfaction alors qu'une expérience inférieure aux attentes provoque une insatisfaction. Chaque expérience de consommation fait évoluer la perception du produit ou de la marque et peut modifier les attentes. Une expérience malheureuse n'a pas cependant nécessairement d'effet durable. Dans certains cas, elle peut être jugée suffisamment grave pour entraîner une rupture mais dans d'autres, elle peut être évaluée comme un cas exceptionnel qui ne va pas modifier les attentes futures. La répétition de mauvaises expériences a néanmoins une influence incontestable sur l'évaluation de la qualité fournie. 4 Philip Kotler,Kevin Keller, Delphine Manceau, Bernard Dubois.Marketing-Management.Dunod,2009,p169 5 Lendrevie,Levy,Lindon.Mercator.Dunod,2006,p.855. Année académique Page 13

18 SECTION 2- LES DETERMINANTS DE LA SATISFACTION Rappelons que la satisfaction ou l'insatisfaction des clients résulte de la confrontation entre les attentes et l'expérience du produit (offre perçue).chacun de ces deux éléments est déterminé par plusieurs facteurs. Parasuraman, Zeithmal et Berry se sont penchés sur les déterminants organisationnels de la qualité de service, mais leur étude est tout à fait adaptée pour comprendre la satisfaction des clients, d'où le modèle suivant 6 : 6 Lendrevie,Levy,Lindon.Mercator.Dunod,2006,p.857 Année académique Page 14

19 LE MODELE DE LA SA TIF ACTION (adapté de Parasuraman,Zeithaml et Berry) Besoins Expérience Bouche à oreille personnels passée r Attentes ECART 5 Offre perçue l' ECART 1 Offre proposée ECART 4 Communication vers les clients ECART3 Conception de l'offre ECART2 Compréhension attentes des clients des Année académique Page 15

20 Quatre déterminants principaux des attentes sont soulignés par les auteurs : Le bouche à oreille, positif ou négatif sur l'offre Les besoins dont le client cherche la satisfaction L'expérience passée de l'offre La communication de 1 'entreprise vers les clients L'offre telle qu'elle est proposée aux clients a d'abord fait l'objet: d'une compréhension des attentes à travers notamment les études de marché d'une politique de création de produit pour répondre aux attentes des clients de la réalisation effective du produit (fabrication ou prestations) Ces auteurs ont identifié cinq écarts possibles 7 : Ecart 1- qualité de l'écoute : C'est l'écart entre ce que les clients attendent et ce que l'entreprise comprend qu'ils attendent. Ecart 2- qualité de la conception : L'écart entre ce que l'entreprise comprend des attentes des clients et la façon dont l'offre est conçue. Ecart 3- qualité de la réalisation : L'écart entre la façon dont l'offre est conçue et la façon dont elle est réalisée et proposée aux clients. Ecart 4 - qualité de la communication : L'écart entre la façon dont l'offre est réalisée et la façon dont elle est communiquée. 7 Lendrevie,Levy,Undon.Mercator.Dunod,2006,p.857. Année académique Page 16

21 Ecart 5 - satisfaction : l'écart final entre les attentes et l'offre perçue se traduit par la satisfaction ou 1' insatisfaction. La satisfaction des clients résulte ainsi de nombreux facteurs exogènes ou endogènes à l'offre. Les chercheurs en satisfaction soulignent notamment le risque de la surpromesse. Si la satisfaction résulte d'une comparaison entre les attentes et l'expérience, élever le niveau des attentes rendra plus difficile la satisfaction des clients. A l'inverse, des attentes faibles conduiront à une comparaison très favorable avec l'expérience. Cependant si des promesses faibles peuvent avoir un effet favorable sur la satisfaction, elles peuvent ne pas donner l'envie aux clients d'acheter. Les entreprises doivent donc trouver le juste équilibre dans leur politique de communication entre des promesses élevées susceptibles d'attirer des clients mais aussi de les décevoir, et des promesses faibles qui conduiront à une perception favorable à l'expérience mais qui ont un faible pouvoir d'attraction. SECTION 3-MESURER LA SATISFACTION La mesure de la satisfaction peut se faire par divers moyens, mais celle à laquelle nous allons particulièrement nous intéresser est l'enquête de satisfaction. );> Les enquêtes de satisfaction Les moyens de mesurer la satisfaction des clients peuvent être plus ou moins sophistiqués. Une mesure systématique de la satisfaction est seule à même de donner des indicateurs fiables de satisfaction des clients. La mesure de la satisfaction doit permettre :./ d'identifier les différents éléments qui génèrent la satisfaction et l'insatisfaction des clients;./ de hiérarchiser ces éléments pour leur contribution à la satisfaction globale ;./ de mesurer la satisfaction des clients à l'égard des produits ou de l'entreprise par rapport aux concurrents ou par rapport à une période précédente ; Année académique Page 17

22 ./ de déterminer des axes d'amélioration prioritaires (politique de satisfaction) La mesure de la satisfaction passe par quatre étapes principales 8 : Étape 1 : Identifier les déterminants de la satisfaction : Il s'agit d'abord de connaître les critères de satisfaction et d'insatisfaction des clients. Chacun peut avoir une connaissance intuitive de ces critères, mais les études de marché apprennent à se méfier des intuitions. C'est pourquoi une étude qualitative (entretiens en face-à-face ou en groupe) doit permettre d'explorer l'expérience du produit par les clients, d'identifier les critères de jugement et les indicateurs qu'ils l'utilisent. Étape 2 : Analyser les critères de satisfaction et d'insatisfaction Il s'agit de mesurer l'importance de chaque critère et d'identifier les priorités des clients. Les études sont ici quantitatives et utilisent différentes techniques possibles pour hiérarchiser les critères (pondération) et éventuellement segmenter la clientèle par type d'attente. Étape 3 : Construire et mettre en place un baromètre de satisfaction : Le baromètre de satisfaction est une étude de satisfaction conduite de façon régulière sur un échantillon représentatif de clients. Il permet de les interrompre sur des aspects spécifiques de leur expérience du produit (par exemple dans un hôtel l'accueil, le confort de la chambre, la propreté, etc.) et sur la satisfaction globale. L'étude peut être réalisée par courrier, par téléphone, par internet ou en face-à-face. L'intérêt du baromètre est de comparer les résultats d'une période sur l'autre, aussi bien pour la satisfaction globale que pour les différentes dimensions sélectionnées. Étape 4 : Se comparer aux concurrents Les meilleures études de satisfaction cherchent à situer les performances de l'entreprise par rapport à celle des concurrents. Lorsque les clients ne sont pas exclusifs, on leur demandera 8 Lendrevie,Levy,Lindon.Mercator.Dunod,2006,p.861. Année académique Page 18

23 d'indiquer leur satisfaction à l'égard des produits concurrents ou on élargira l'étude de satisfaction aux clients des concurrents. SECTION 4-RECOMMANDATIONS POUR AMELIORER LA SATISFACTION Les recherches effectuées dans les services sur les politiques de satisfaction des clients peuvent avoir un intérêt pour l'ensemble des entreprises. Ainsi, prolongeant leur analyse des écarts de qualité perçue, les auteurs Berry,Parasuraman et Zeithaml proposent dix recommandations 9 permettant de réduire ces écarts et d'accroître la satisfaction des clients : : Écouter : Les entreprises doivent mettre en place un système d'information de la qualité de services qui ne se résume pas à des études ponctuelles : écouter des réclamations, études post-achats, entreprises de groupe, étude auprès des salariés, études globales de satisfaction. : Être fiable : La fiabilité est la première attente des clients à l' égard d'un service et elle en constitue Je noyau central. Il faut bien faire des la première fois, à travers l'établissement de standards, la formation, la mesure du nombre et des types de défaillance, la récompense du zéro défaut. : Répondre aux attentes de base : Les clients veulent d'abord que les attentes de base, propres à chaque service, soient satisfaites. Les entreprises doivent être continuellement performantes dans la délivrance du service de base. 9 Lendrevie,Levy,Lindon.Mercator.Dunod,2006,p Année académique Page 19

24 ! A voir une bonne conception du système de service : Un service de mauvaise qualité est souvent du à une mauvaise conception du système de production de service. Ce système doit être constamment amélioré.! Bien traiter les réclamations : Les clients dont on a bien réglé le problème sont particulièrement satisfaits. Il faut encourager et faciliter les réclamations, répondre rapidement et de façon personnalisée, développer un véritable système de résolution des problèmes notamment par la formation du personnel et par sa capacité à réagir directement aux réclamations des clients.! Dépasser les attentes des clients : Le service doit être fiable, ce qui réduit les causes d'insatisfaction. Pour satisfaire et fidéliser, il faut dépasser le niveau d'attente acceptable pour se rapprocher du niveau d'attentes désirées. Il faut saisir toutes les opportunités pour surprendre le client.! Être équitable : Les clients doivent avoir confiance en l'entreprise et en sa capacité à réaliser ses promesses en ayant le sentiment qu'ils ne sont pas moins bien traités que d'autres.! Développer l'esprit d'équipe : Il faut encourager le travail en équipe pour délivrer un excellent service.! Enquêter auprès des salariés : Les salariés ont des idées sur la façon d'améliorer quotidiennement de service.! Montrer l'exemple: La direction d'une entreprise doit s'efforcer de montrer l'exemple, d'animer et de visiter les équipes, d'être sur le terrain. Année académique Page 20

25 CHAPITRE III- LE CRM OU (GRC) Le CRM ou Customer Relationship Management (Gestion de la relation clients) a émergé dans les années 90 comme un thème dominant dans les domaines du marketing et de l'informatisation des entreprises. SECTION 1-LES ENfEUX DU CRM Le CRM répond à cinq préoccupations fondamentales :./ Un meilleur service aux clients ;./ L'intégration multicanale./ Le développement des ventes./ Une meilleure compétitivité./ L'accroissement de la productivité (c'est-à-dire la réduction des couts) SECTION 2-DEFINITION DU CRM Le CRM est définit comme «une stratégie et un processus organisationnel qui visent à accroître le chiffre d'affaire et la rentabilité de l'entreprise en développant une relation durable et cohérente avec des clients identifiés par leur potentiel d'activité et de rentabilité.» 10 On reprendra les différents éléments de cette définition par la suite 1. Une vision stratégique La problématique que connaissent les entreprises sont de nature très différente de ce fait, il n'existe pas un modèle type de CRM. Une vision CRM se décline en trois aspects fondamentaux: 10 Lendrevie,Levy,lindon.Mercator.Dunod,2006,p.885. Année académique Page 21

26 ..! Des buts et objectifs Une entreprise qui met en place une politique relationnelle doit se fixer des buts clairs et des objectifs mesurables...! Une segmentation et un ciblage : Tout comme une bonne politique marketing, la vision relationnelle commence par la définition d'une première segmentation et ciblage. Un programme relationnel ne doit pas nécessairement inclure toutes les cibles de la politique marketing générale : on peut ne destiner le programme qu'aux meilleurs clients, ou à des segments spécifiques de clients dont on pense qu'ils répondront de façon particulièrement favorable à celui-ci...! Un contrat relationnel entre l'entreprise et la marque Le client n'attend pas d'une entreprise qu'elle développe une relation abstraite avec lui, mais qu'elle apporte des bénéfices réels, quelque chose qui a de la valeur à ses yeux. Un programme relationnel repose ainsi sur un contrat, par lequel, en échange de temps (d'attention) et d'argent (achat); le client obtient de la marque des informations, des services, un dialogue, une expérience qui soient intéressants ou utiles pour lui.la vision stratégique doit précisément définir les bénéfices que le client peut tirer de la relation. 2. Un projet organisationnel Une politique relationnelle cohérente nécessite une forte implication des dirigeants et la collaboration de nombreux services internes. Elle concerne en effet la fonction marketing sous ses différents aspects (chef de produits, marketing direct, promotion...), mais également la force de vente ou le réseau de distribution, le service consommateur, la communication, le service études... Les dirigeants ou responsables marketing de l'entreprise doivent définir une vision claire pour surmonter de nombreuses difficultés organisationnelles telles que : l'acquisition d'un savoirfaire spécifique, la formation des collaborateurs, la mise en place de processus transversaux d'échanges et de coordination, la mise à disposition de moyens techniques. Année académique Page 22

27 Ils doivent également identifier avec soin les résistances possibles du personnel et concevoir des outils utilisables. Le budget de formation doit être intégré des le départ dans l'enveloppe globale du projet CRM 3. L'ACCROISSEMENT DU CHIFFRE D'AFFAIRES ET DE LA RENTABILITÉ Le CRM ne peut pas avoir pour seule finalité la satisfaction des clients car l'objectif de cette politique est d'accroître les ventes et les profits de l'entreprise. Il faudra de ce fait toujours mettre en parallèle le cout des programmes et leur retour sur investissement, et faire un calcul prévisionnel de la rentabilité des investissements (business case). 4. Une relation durable et cohérente : Contrairement à une approche transactionnelle, le CRM s'inscrit dans une relation durable avec les clients, qui passe par une série d'interactions dans la durée, quelque soit le canal utilisé. Le CRM est une politique et non l'accumulation d'actions disparates. Cette politique doit se traduire à la fois par la cohérence des actions et des canaux, et leur continuité dans le temps. Les programmes de CRM doivent donc représenter des actions complémentaires entre elles et fortement liées avec la politique marketing d'ensemble de l'entreprise. Ainsi la vision stratégique est nécessaire dans la mesure où elle donne une orientation et une cohérence à l'ensemble des actions. 5. L'identification des clients par leur potentiel d'activité et de rentabilité Le CRM nécessite une identification des clients par le chiffre d'affaire qu'ils génèrent et leur rentabilité, car il doit conduire à une adaptation des politiques et des budgets au potentiel des clients. Dans certains cas, les programmes de CRM ne sont développés qu'en faveur des meilleurs clients. Cependant il faut préciser qu'il est parfois difficile pour les entreprises d'estimer de façon précise la rentabilité de chaque client, ce qui fait que celle-ci n'est souvent évaluée que de façon générale, par activité ou ligne de produits. Année académique Page 23

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

CONNAISSANCE DU MARCHE STRATEGIE COMMERCIALE ET COMMUNICATION ETUDIER SON MARCHE GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE

CONNAISSANCE DU MARCHE STRATEGIE COMMERCIALE ET COMMUNICATION ETUDIER SON MARCHE GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE ET ETUDIER SON GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE L'objectif de ce module de formation en e-learning est de vous amener à établir un plan prévisionnel de ventes à trois ou cinq ans, en allant chercher

Plus en détail

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie.

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. C HAPI TRE 8 Tableau de bord et reporting Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. 1 Principes A Le tableau

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION SOMMAIRE 1 DEFINITION, CONTENU ET MODALITES DE FINANCEMENT... 2 1.1 DEFINITION... 2 1.2 CONTENU... 2 1.3 MODALITES DE FINANCEMENT... 3 2 LA MISE EN PLACE D UN PLAN

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Enquête satisfaction client

Enquête satisfaction client Enquête satisfaction client Cas de l entreprise (X) de nettoyage d entretien et Actions de partenariat Préparée et rédigée par : M.I.CHIKHI SOMMAIRE I/ INTRODUCTION II/ FORMULATION DU PROBLEME III/ RECHERCHE

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation Les Jeudis de la Reprise Programme de Formation 1. Les objectifs : L'objectif fondamental de ce dispositif est d'aider un repreneur potentiel à reprendre une. Ce dispositif s'engage à accroître la capacité

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

La matrice Indicateurs ou

La matrice Indicateurs ou La matrice Indicateurs ou Un outil simple pour bien démarrer sa démarche ISO 9001:2000 Actions Services Qualité Philippe Engrand / Consultant Associé - Auditeur ICA philippe. engrand @ as-qualite. com

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE 1. Structure et fonctionnement Le Centre National d Administration Publique (National Center of Public Administration,

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION. Usagers des sites hôtel d'ortaffa, Espace 24 et Bardou Job

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION. Usagers des sites hôtel d'ortaffa, Espace 24 et Bardou Job RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION Usagers des sites hôtel d'ortaffa, Espace 24 et Bardou Job Avril 2014 1/18 SOMMAIRE INTRODUCTION Contexte Méthodologie de l'enquête RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE SATISFACTION

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

AUDITS QUALITÉ INTERNES

AUDITS QUALITÉ INTERNES AUDITS QUALITÉ INTERNES 0 Ind. Date Etabli par Vérifié par Approuvé par observations 1/6 1. OBJET Cette procédure a pour objet de définir l'organisation, la planification, la réalisation et le suivi des

Plus en détail

BELNET: des clients satisfaits!

BELNET: des clients satisfaits! BELNET: des clients satisfaits! Au printemps 2012, Belnet s'est mis à l'écoute de ses principales parties prenantes : ses clients. Pour ce faire, Belnet a fait réaliser une enquête de satisfaction clientèle

Plus en détail

"Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz

Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1 "Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1. Introduction au Bureau fédéral d administration Le Bureau fédéral d administration est

Plus en détail

Partage de données: opinions, usages et besoins

Partage de données: opinions, usages et besoins Partage de données: opinions, usages et besoins Enquête DARIS auprès des chercheuses et chercheurs en sciences sociales en Suisse Eliane Ferrez et Martina Bichsel Lausanne, mars 2012 Introduction Le Service

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

{Licence STAPS 98-99.C2.C. Cours de gestion de Fabrice} 1. LE CHOIX DE LA CIBLE...2 2. LA RUMEUR...2 3. FIXATION DU PRIX...2

{Licence STAPS 98-99.C2.C. Cours de gestion de Fabrice} 1. LE CHOIX DE LA CIBLE...2 2. LA RUMEUR...2 3. FIXATION DU PRIX...2 LA DEMARCHE EN MARKETING Le 10 Mars 1999 4 ème Cours {Licence STAPS 98-99.C2.C. Cours de gestion de Fabrice} 1. LE CHOIX DE LA CIBLE...2 2. LA RUMEUR...2 3. FIXATION DU PRIX...2 4. LES DIFFERENTS SERVICES

Plus en détail

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE Certificat n QUAL/2008/33149 du 15 décembre 2008 délivré par AFNOR CERTIFICATION LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE VOLET 1 : Analyse des comportements et attentes des consommateurs.

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Gestionnaire de petite ou moyenne structure. Programme de Formation

Gestionnaire de petite ou moyenne structure. Programme de Formation Gestionnaire de petite ou moyenne structure Programme de Formation 1. Le public A travers ce dispositif de formation, la CCI de l Oise souhaite accompagner : Les jeunes créateurs souhaitant développer

Plus en détail

FICHE UNITE D'ENSEIGNEMENT

FICHE UNITE D'ENSEIGNEMENT Licence en Marketing Objectifs de la formation (compétences visées, connaissances acquises à l'issue de la formation) L'objectif de la licence «Marketing», diplôme en Sciences commerciales, consiste à

Plus en détail

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7 Annexe 1 : Référentiel des compétences L amélioration de la qualité de l enseignement supérieur et de la recherche constitue de nos jours une préoccupation majeure des différents acteurs. Cette amélioration

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers:

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers: Notre politique de qualité repose sur six piliers: Stratégie Notre stratégie est fondée sur la stratégie de production de Coop et les objectifs qui en découlent sont mesurables sur le terrain. Elle est

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre :

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Les technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les écoles d'afrique de l'ouest et du Centre : Phase II Recherche action sur la formation des enseignants aux usages pédagogiques des

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011 AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE COLLOQUE EXPOSITION LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE 4 OCTOBRE 2011 De la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

VIII : Gestion des prévisions

VIII : Gestion des prévisions CHTIBI Chafik Une prévision est une prédiction des événements à venir qu'on utilise à des fins de planification. Les méthodes de prévision peuvent se fonder sur des modèles mathématiques utilisant les

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

Demain s écrit aujourd hui

Demain s écrit aujourd hui exigence INSTITUT RÉGIONAL D ÉTUDES DE TECHNIQUES APPLIQUÉES implication résultats Demain s écrit aujourd hui www.irta.fr Pour un jeune, choisir IRTA c est adopter un état d esprit responsable et s impliquer

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION PERFORMANCE COMMERCIALE

PROGRAMME DE FORMATION PERFORMANCE COMMERCIALE PROGRAMME DE FORMATION Objectif de la Formation : Accroître l'utilité des outils de pilotage et suivi commercial. Distinguer les indicateurs pertinents selon le type d'activité commerciale. Diagnostiquer

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

La gestion opérationnelle de l information commerciale

La gestion opérationnelle de l information commerciale La gestion opérationnelle de l information commerciale La maîtrise du Process Commercial Du ciblage à la commande avec les solutions PREMIDATA PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56

Plus en détail

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français)

ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) ITIL 2011 Offres et accords de services (SOA) avec certification 5 jours (anglais et français) Vue d ensemble de la formation ITIL est un ensemble de conseils sur les meilleures pratiques, devenu un référentiel

Plus en détail

Avant-propos 3. PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique. CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13

Avant-propos 3. PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique. CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13 Avant-propos 3 PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13 La portée du plan marketing stratégique 13 Le plan marketing stratégique de l'entreprise

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014 COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014 Contexte Jeu choisi 34 étudiants de DCG3 Jeu KALYPSO proposé par la société ARKHE Chaque équipe gère une société qui fabrique 3 modèles

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

GESTION DE TRES PETITE ENTREPRISE

GESTION DE TRES PETITE ENTREPRISE COLLEGE SAINTE-VERONIQUE ET MARIE-JOSE IMPLANTATION MARIE-JOSE 1 7P GESTION DE TRES PETITE ENTREPRISE PRESENTATION DE LA SECTION I. INTRODUCTION La 7P-GTPE est une année dédiée à la formation de gestionnaires

Plus en détail

Rôle. Responsabilités

Rôle. Responsabilités Position RH/UER: Directeur de l'administration et des finances (CFAO : Chief Finance and Administration Officer) Secteur professionnel: Services de support Rapporte à: Directrice générale Mission Le domaine

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 2

Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 2 Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle Introduction 2 La démarche prévisionnelle : Prépare l entreprise à exploiter les atouts et affronter les difficultés qu elle rencontrera dans l avenir. Comporte

Plus en détail

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs LA GESTION DU RENDEMENT Plan Introduction 1.1. Définition 1.2. Gestion du rendement dans une entreprise 1.2.1. Étapes d un processus de gestion du rendement 1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Service d'assistance Cisco Small Business Positionnement et communication d3.9 23/07/10

Service d'assistance Cisco Small Business Positionnement et communication d3.9 23/07/10 Service d'assistance Cisco Small Business Positionnement et communication d3.9 23/07/10 Positionnement du service d'assistance Cisco Small Business Pour Décideurs des PME Qui Dépendent de revendeurs à

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Principes et objectifs de financement des

Plus en détail

LABEL Pro RH Critères de Labellisation

LABEL Pro RH Critères de Labellisation 2011 LABEL Pro RH Critères de Labellisation VERSION V2.0c DATE : 10 Octobre 2011 LdV Project ToI n 2009-1-FR1-LEO05-07382 Page 1/6 Projet LABEL PRO RH CRITERES A VALIDER AVANT LANCEMENT DU PROCESSUS DE

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

PROGRAMME D'ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE DU CÉGEP SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

PROGRAMME D'ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE DU CÉGEP SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU PROGRAMME D'ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE DU CÉGEP SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU FÉVRIER 2004 SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE Conception et rédaction : Marie Lefebvre,

Plus en détail

Règlement concernant l organisation et la formation à l'ecole supérieure d'informatique de gestion (ESIG)

Règlement concernant l organisation et la formation à l'ecole supérieure d'informatique de gestion (ESIG) Règlement concernant l organisation et la formation à l'ecole supérieure d'informatique de gestion (ESIG) du 13 mars 2013 Le Département de la Formation, de la Culture et des Sports, vu l'ordonnance fédérale

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Guide d élaboration du business plan

Guide d élaboration du business plan Guide d élaboration du business plan Vous avez un projet d'entreprise innovante, Sherpa Finance, structure du Groupe SAHAM, dédiée à l'accompagnement des porteurs de projet et à la promotion de la création

Plus en détail

~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE

~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE ~AISSE D'EPARGNE D'ALSACE DEFINITION D'EMPLOI: Gestionnaire de Clientèle Patrimoniale Code emploi: Filière d'activité: Métier: Rôle: Ventes et Services -- Gestionnaire de Clientèle Spécialiste Clients

Plus en détail