EXAM N.2: CRM - RÉVISION Les savoirs scientifiques sur les situations-problèmes jusqu à la naissance de la criminologie ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXAM N.2: CRM - RÉVISION Les savoirs scientifiques sur les situations-problèmes jusqu à la naissance de la criminologie (1801-1876)"

Transcription

1 EXAM N.2: CRM - RÉVISION Les savoirs scientifiques sur les situations-problèmes jusqu à la naissance de la criminologie ( ) I. L invention des statistiques pénales et l exemple de A. Quételet ( ) I. i. Propos introductifs I. ii. Les fondements méthodologiques de la représentation statistique I. iii. Le projet de Quételet, son questionnement et les implications sociopolitique de ce questionnement; - Projet : «Je n ai point en vue de faire une théorie de l homme, mais seulement de constater les faits et les phénomènes qui les concernent, et d essayer de saisir, par l observation, les lois qui lient ces phénomènes ensemble» (Quételet, 1835 : 44). - Questionnement fondé sur une perspective organiciste de la société : qu est-ce qui dans le fonctionnement de la société cause la criminalité? - Implications socio-politiques : Prévention sociales (et non pas seulement prévention pénale) Lecture : Digneffe, F. : Les statistiques en sciences sociales pp Au dernier cours : - En prenant comme exemple le cas d Adolphe Quételet, nous nous sommes intéressés aux nouveaux savoirs criminologiques qui se développent dans la première moitié du XIXe siècle. - Nous avons décrit le projet de Quételet, nous avons indiqué le type de questionnement qui l intéressait et nous avons souligné les implications socio-politiques de sa réflexion, laquelle, en matière de contrôle de la criminalité, met l accent non pas sur la prévention pénale, mais sur la prévention sociale (prévention par la modification du milieu). - Et sur la question du libre arbitre, où se situe donc Quételet? - Quételet et le libre arbitre : - Pour Quételet, est-ce que l homme était toujours libre, ou est-ce qu il était déterminé par le contexte social qui était le sien? o La contraposition de Quételet de Kant et de Beccaria vis-à-vis le libre arbitre : Chez Kant (Idée très forte de libre arbitre) : Individu avait un libre arbitre en faisant intervenir la moralité, il était en disponibilité de choisir entre faire le «bien» ou le «mal». Chez Beccaria : Dépendant du libre arbitre en disant que la capacité individuelle de calculer le couts-bénéfices qui s attachent aux crimes présente un choix lié par le libre arbitre. Chez Quételet : Insiste de dire que tous ne peut être réduit à une question de moralité ni à une question de calcul couts-bénéfices. Il met accent sur une analyse de question sociologique. Pour lui, le comportement humain n est pas complètement déterminé par des facteurs extérieurs. - Même si un individu est dans un milieu social défavorisé, il ne perd jamais entièrement la capacité de choisir entre le bien et le mal. Pour Quételet il est nécessaire de considéré la situation sociale d un individu comme une perspective sociale complémentaire. C est-à-dire dans quel milieu social évolue l individu. En-t-autre, il croit fortement qu il est nécessaire de considérer le contexte social lorsqu on analyse la

2 criminalité les influences de la société jouent un rôle important la société et l analyse du crime. - «L homme, comme individu, semble agir avec la latitude la plus grande; sa volonté ne paraît connaître aucunes bornes et cependant, comme je l ai déjà fait observer plusieurs fois, plus le nombre d individu que l on observe est grand, plus la volonté individuelle s efface et laisse prédominer la série des faits généraux qui dépendent des causes en vertu desquelles la société existe et se conserve» Quételet, 1833). - Pour analyser pourquoi quelqu un passe à l acte, il note que la volonté individuelle s efface et c est vraiment des effets de groupes. Dès lors on cesse de s intéresser aux individus, on se rend compte que ce n est pas plus de libre arbitre qui permet de comprendre les tendances criminelles. I. iv. Les observations empiriques de Quételet Question : Qu entend-on par «observations empiriques»? - Les observations empiriques (ou les causes sociales du crime) : Avec sa méthode, il est possible de préciser clairement qu est-ce que Quételet a voulu observé. - Son observation empirique : Travaille sur le terrain (observé la réalité sur le terrain). o Quételet sort de l abstraction philosophique pour tenter de renforcer ses conclusions. - Ses conclusions suite à ses observations empiriques : o La distribution de la criminalité varie dans la société en fonction de certaine variable - L âge (plutôt les jeunes que n importe quelle autre catégorie d âge) - L âge de 25 ans est l âge du criminel le plus élevé. Il essaie donc de trouver une explication plausible et raisonnable pourquoi. Pour lui, c est sur le plan du développement humain, à plus force physique où les passions sont plus fortes. o Contestable car il n a pas nécessairement un lien entre force physique et la criminalité. - Le sexe (plutôt les hommes que les femmes) - Il y a quatre fois plus d hommes que de femmes qui son criminel. - Pauvreté (relative ou absolue) - On ne peut pas dire que la pauvreté en général cause la criminalité. Les chiffres ne supportent pas cette conclusion. Le taux le plus élevés où les pauvres vivre à côté des riches. - Quételet introduit la pauvreté relative : C est dans les milieux où les pauvres vivre près des riches, c est dans ses milieux que les taux de criminalité est plus visible. o Une pauvreté qui est vécu en relation d inégalité par rapport à la richesse. - Ainsi, il note la pauvreté absolue : Les pauvres qui vivre près de d autres pauvres, la criminalité est plus faible. En raison qu il ne s énerve pas avec sa collectivité; leurs situations parait plus ou moins injuste. - Niveau d instruction (morale) - Quételet affirme que le fait d écrire et lire ne change rien sur les taux de criminalités. Il insiste que l instruction nécessaire pour faire diminuer la criminalité c est l instruction moral et l enseignement des bonnes valeurs. - Ainsi, il insiste fortement de cibler le milieu de vie de l individu, si on assaini le milieu de vie d un individu, on assaini l individu; un milieu malsain corrompre un individu.

3 Au derniers cours : - Nous avons analysé la notion de libre arbitre chez Quétlet; - Nous avons parlé de ses observations empiriques; - Nous avons traité dès la variable, âge, sexe, niveau d instruction «morale»; - Nous sommes revenus avec quelques précisions et nuance sur la manière dont Quételet conçoit la relation entre la pauvreté et la criminalité; - Nous avons traité de la notion d homme moyen», de son utilité et de sa limite (ou du piège qu elle peut représenter) I. v. Les notions centrales de la théorie de Quételet et leurs limites. I. v. i. L homme moyen - La théorie de l homme moyen : - Un individu «fictif»; - Il s agit d une construction statistique - L homme moyen en un être fictif pour lequel toutes les choses se passent conformément aux résultats moyens obtenus pour la société - Il est le représentant du système social. - C est une construction de statistique; l homme moyen n existe pas en chair et os. Quételet affirme qu à travers l homme moyen on peut observer toute les choses qui se passent conformément. o L homme moyen encadre les tendances du groupe. Représentant du système social, de ce qui est normal, il serre à établir ce qui est normal aux centres statistiques pour un groupe. Lire : Digneffe F. La prison comme problème social; Dufresne M. Ville et prison I. v. ii. Le penchant au crime - Le concept de «penchant au crime» : se définit comme la probabilité plus ou moins grande de commettre un crime chez des individus placés dans des circonstances semblables. - Le «penchant au crime» dépend de trois éléments : 1. La moralité des individus - La moralité : Quételet rejoint Kant car pour lui, le niveau d instruction morale de l individu pouvait avoir un effet sur la criminalité. 2. La tentation à laquelle les individus sont exposés - Quételet affirme que les pauvres évoluant près des riches sont plus susceptible à commette des crimes. Ils sont tentés par le luxe, par la richesse des autres. 3. La facilité plus ou moins grande de commettre des délits - Distingué le 2 ième élément du 3 ième élément : L occasion et la facilité de commette des crimes est le 3 ième élément. - Tout simplement, Quételet dit que l individu aura un penchant pour le crime plus fort lorsqu il évolue dans un milieu d où c est plus facile de commette des crimes/ plus d opportunité de passé à l acte. o Par exemple, c est plus facile de commette des crimes lorsqu il y a une faible présence policière.

4 - C est la combinaison de ces 3 éléments qui détermine le penchant au crime des individus. - Les trois éléments sont l indicateur du concept, à noter que c est la combinaison de ses 3 éléments. I. v. iii. La notion de cause - La notion de cause est au centre du projet de Quételet : il cherche les causes qui expliquent les phénomènes sociaux. Il établit plusieurs liens - La distinction entre cause et corrélation; - Il établit des corrélations entre des différents phénomènes et non des causes; en réalité - Sur ce point Quételet croit qu il établit des causes mais il établit plutôt des corrélations. - Difficulté de parler de cause en sciences sociales et d isoler les variables qui agissent sur le phénomène que nous voulons expliquer; Au derniers cours - Nous avons abordé la notion de «penchant au crime» et nous avons parlé des éléments qui déterminent le penchant au crime chez les individus; - À travers un exercice d application pratique, nous avons fait des liens entre les idées de Quételet et leur utilisation pour penser à des politiques publiques de prévention de la criminalité; - Nous avons traité des notions de cause et de corrélation. I. v. iv. Les taux de criminalité - Quételet présume un «rapport constant» entre la criminalité connue et inconnue : - Si le nombre inconnu de crimes augmente le nombre connu - Si le nombre inconnu de crime reste stable, le nombre connu - Si le nombre inconnu de crimes diminue, le nombre connu - Comment établit-on les taux de criminalité à cette époque contemporaine? o Deux sources officielles : Les données qui nous fournissent les postes de police (nombre de plainte enregistrée dans une année) Les données judiciaires (Les cas qui sont traité par les tribunaux, le nombre de condamnation qu on a année par année) o La cumulation de toutes les données et cela nous permet de comptabilisé le taux de criminalité : Stable, Augment, Baisse. Ils sont biaisés car si personnes ne rapporte les «faits» de l activité criminelle. Le crime n existe tout simplement pas. Il est important de comprendre que les statistiques pénales et criminelles ne mesurent pas la criminalité : Elle mesure la criminalité connue Les taux de criminalité n ont aucune prise sur les chiffres noirs de la criminalité - Selon Quételet était conscience de ce problème, mais il disait que ça ne veut pas dire que les statistiques ne mesurent pas l évolution de la criminalité réelle. o Il croit que la criminalité inconnue évolue dans les mêmes proportions que la criminalité connue. Il présume un rapport constant entre la criminalité et la criminalité inconnue.

5 - Le problème de cet argument c est qu il n existe pas un rapport constant entre les deux. o Il n accepte pas que la criminalité connu (l activité policière) est cela que mesure cette criminalité connu. En réalité, c est cela qui fait varié le taux de criminalité. Le travail de la police/judiciaire à une corrélation positive avec la fluctuation des taux de criminalité. - On attribue quand même un rôle clef à Quételet dans la discipline pour son apport des statistiques sociales. Ils sont devenus un instrument essentiel de pouvoir et de contrôle sociale. - Remarque critique - Les statistiques judiciaires ne doivent pas être vues comme une mesure de la criminalité mais bien comme une mesure des activités pénales (police, tribunaux, prison) - Les rapports constants entre la criminalité réelle et la criminalité connue sont une fiction - Trop facilement les corrélations statistiques ont été interprétées comme des liens cause à effet.

6 II. La prison comme problème social II. i. John Howard (1777) et le début du mouvement pénitentiaire - Un philanthrope anglais - L origine de sa réflexion - The state of prison in England and Wales (1777), livre qui peut être considéré comme étant à l origine d un vaste mouvement de réflexion sur les prisons. -La tentative de penser la «prison idéale» - La réalité observée sur le terrain - Les recommandations de Howard et quelques exemples qui ont servi d inspiration Au dernier cours : - Nous avons parlé de l impact des statistiques sur les connaissances produites sur la question pénale en criminologie; - Nous avons amorcé le thème de la prison comme problème social; - Nous avons rappelé le contexte social, la situation des prisons et le besoin ressenti de réforme; - Nous avons pris connaissance du projet et des idées nouvelles des réformateurs; - Dans ce contexte, nous avons aussi commencé à parler de John Howard et de l impulsion qu il a donné à ce mouvement de réforme pénitentiaire; - Nous avons parlé des recommandations qu il a fait par rapport à la réforme de la prison, de son but et on organisation. II. ii. La réforme et les différents modèles de prison (19 e siècle) II. ii. I Les cas américains (Philadelphie vs. Auburn)

7 - Sur l opposition entre ces deux modèles viennent en faire se brancher toute une série de conflits et d enjeux différent : Religieux : la conversion, pièce principale de la correction? Médical : l isolement complet rend-il fou? Economique : où est le moindre coût? Architecturaux et administratifs : quelle forme garantit la meilleure surveillance? Un objectif similaire les rapproche pourtant: un quadrillage croissant de la vie des détenus (que ce soit dans le temps, dans l espace ou dans leurs mouvements) Nous avons développé le thème de la prison comme problème social; Nous avons parlé des recommandations que John Howard a fait par rapport à la réforme de la prison, de son but et de son organisation;

8 Nous avons explicité les enjeux autour du débat sur la réforme de la prison; Nous avons présenté le débat sur la réforme pénitentiaire aux États-Unis, en opposant le modèle pennsylvanien au modèle auburnien; Nous avons amorcé le débat français opposant Lucas et Tocqueville. II. ii. II Les cas français (Tocqueville vs Lucas) Remplacer la peine de mort par la prison (Lucas, Tocqueville) Débat : Pourquoi mettre en prison? Pour amender les malfaiteurs (Lucas)? Pour punir, par intérêt social, le bataillon des criminels, pour au moins changer leurs comportements et surtout pour nous protéger des associations criminelles (Tocqueville)? À lire: «Les savoirs psychiatriques sur le crime: de Pinel (1801) à Morel (1857)», par Christian Debuyst Lucas contre Tocqueville Tocqueville est très attaché à la prison comme la punition. o Il considère que l isolement cellulaires est très important vis-à-vis les détenus. o Il défend le système Pennsylvanien : La prison de ce système engage une souffrance sur l esprit. Tocqueville met l accent sur la terreur profonde (À ce point, rejoint Beccaria). o Il est attaché à enlever l audace du crime Au contraire, Lucas est attaché à enlever l envi du crime. Certain disait que l isolement totale peut provoquer une déstabilisation mentale. o Tocqueville n était pas d accord. Donc il mobilise des psychiatres, des experts sur le sujet. Ses spécialistes sont en faveurs de cet isolement cellulaire car il affirmation que cet isolation pouvait rétablir les individus (On peut guérir l individu en l enlevant d un milieu malsain qui set la société).

9 Par contre, il oublie de comparer les taux de mortalité dans les prions et à l extérieur de prison. (Les prisonniers se suicidaient quand même.) II. ii. III Le cas belge (Le rêve cellulaire de Ducpétiaux) Ducpétiaux «Après avoir procuré au condamné les moyens de réfléchir, de rentrer en lui-même et de s amender, n y a-t-il pas inconséquence à le replacer dans les conditions défavorables qui peuvent entraîner sa rechute? L un des principaux avantage du régime cellulaire est d empêcher les condamnés de se reconnaître après leur captivité et de rompre ainsi les associations criminelles et redoutables qui ont leur germe et leur foyer dans les prisons communes» (Ducpétiaux, 1865 : 33). Ducpétiaux est d accord avec Lucas et les américains au fait que la prison devrait favorisée l amendement. o L amendement doit se faire dans un environnement incarcéré et monastique (le silence absolue, un environnement sain). L idéale est une prison qui offre un milieu de type couvant. Un modèle très proche de celle Pennsylvanien o Ce qui intéressait Ducpétiaux dans ce modèle : Les détenus ne se voient jamais; Pour lui c est important d éviter toutes sortes de contacts entre détenus. C est pour cette raison que Ducpétiaux rejette le modèle Auburnien. o Ce modèle est idéal pour Ducpétiaux car les associations criminelles ne peuvent se former. Donc l isolement cellulaire lui semblait l idéal. Il permettait de traiter les prisonniers individuellement ainsi que les transformer en catholique. III. Jeremy Bentham et la panoptique L idée: tout voir sans être vu; Objectif: surveiller et assurer la discipline; Conséquences: l internalisation du contrôle;

10 Un philosophe anglais, succèdera les idées de Beccaria Très connu pour avoir travaillé sur la théorie de la dissuasion et pour l avoir poussé à un plus haut niveau de complexité. o Ainsi connu pour son invention du panoptique : Un modèle architectural des prions ayant comme objectif de surveiller les prisonniers de manière omniprésente. o Pourquoi? La généralisation de la prison au 19 ième siècle ; Un problème vis-à-vis à la sur-incarcération (Cela causait des problèmes énormes en terme de gestions de ses établissements) L idée de l isolement cellulaire jour et nuit impliquait des coûts beaucoup trop élevés dû à la surveillance individualisée (une demande excessive de personnel). o Bentham pense à une solution vis-à-vis l architecture de la prison ; une architecture panoptique (Définit en tant qu un emplacement duquel on peut tout voir sans être vu) Permet au personnel de surveiller tous les détenus ce qui inflige un contrôle omniprésent. Michel Foucault sur le panoptique de Bentham : «À la périphérie un bâtiment en anneau ; au centre, une tour ; celle-ci est percée de larges fenêtres qui ouvrent sur la face intérieure de l'anneau ; le bâtiment périphérique est divisé en cellules, dont chacune traverse toute l'épaisseur du bâtiment ; elles ont deux fenêtres, l'une vers l'intérieur, correspondant aux fenêtres de la tour ; l'autre, donnant sur l'extérieur, permet à la lumière de traverser la cellule de part en part. Il suffit alors de placer un surveillant dans la tour centrale, et dans chaque cellule d'enfermer un fou, un malade, un condamné, un ouvrier ou un écolier. Par l'effet du contre-jour, on peut saisir de la tour, se découpant exactement sur la lumière, les petites silhouettes captives dans les cellules de la périphérie. Autant de cages, autant de petits théâtres, où chaque acteur est seul, parfaitement individualisé et constamment visible. Le dispositif panoptique aménage des unités spatiales qui permettent de voir sans arrêt et de reconnaître aussitôt. En somme, on inverse le principe du cachot; ou plutôt de ses trois fonctions - enfermer, priver de lumière et cacher- on ne garde que la première et on supprime les deux autres. La pleine lumière et le regard d un surveillant captent mieux que l ombre, qui finalement protégeait La visibilité est un piège. Avec le panoptique, un assujettissement réel naît mécaniquement d une relation fictive. De sorte qu il n est pas nécessaire d avoir recours à des moyens de force pour contraindre le condamné à la bonne conduite, le fou au calme, l ouvrier au travail Celui qui est soumis à un champ de visibilité, et qui le sait, reprend à son compte les contraintes du pouvoir ; il devient le principe de son propre assujettissement» (Foucault). Idée surveiller; Inverse au principe de «cacho»; Au contraire la visibilité est nécessaire (la lumière); Un assujettissement réel qui nait mécaniquement fictive : Le détenu ne sait jamais s il est toujours observé mais il y existe une possibilité que oui. Donc il commence à s autosurveiller. Une surveillance efficace de grands nombres d individus; Méthode qui permet la discipline absolu; Contrôle minutieux de chaque geste de l individu.

11 3.1 Les trois «règles» de Bentham pour administrer une prison (i) La «règle de la douceur» : La condition ordinaire d'un prisonnier ne doit pas être préjudiciable à sa vie ou à sa santé. Devoir minimal de l administration sinon elle provoque ou commet un homicide Limite : dommage physique ou psychologique durable et frappant o On ne doit pas avoir des conditions de détention qui en elle-même vont porter des préjudices des personnes incarcérés. o L administration doit favoriser la préservation des prisonniers. o On peut jamais passer une certaine limite, ne pas causer du dommage physique ou psychologique durable et frappant. (ii) La «règle de la sévérité» : La condition du prisonnier ne doit pas être meilleure que celle des individus pauvres en liberté.( Principe de la moindre éligibilité ) Nécessaire pour dissuasion des classes pauvres Elle équilibre les choses par rapport à l autre règle. Elle disait que la prison doit être suffisamment punitive : La condition L idée derrière cela ce n est pas de faire la prison un lieu terrible mais pas la rendre meilleur que la société car cela sera une invitation aux crimes. La condition des prisonniers ne doivent pas être meilleur que celle des personnes en liberté. (iii) La «règle d'économie» : À l'exception de ce qui est dû à la vie, à la santé, au bien être physique, à l'instruction et aux ressources futures du prisonnier, les coûts doivent être les plus réduits possible Rémunération des prisonniers : un peu Bentham disait que sa serre à rien de mettre les prisonniers à faire des travaux complètement inutile. Ils peuvent produire des biens; peuvent fonctionner comme si la prison était une usine. Une idée que le travail devenait très important. Quatre blocs Premier bloc: 8 questions à choix multiples valant un point chacune Deuxième bloc: 5 questions à choix multiples valant deux points chacune Troisième bloc: 1 question à développement valant 4 points Quatrième bloc: 2 questions à développement sur les textes, 4 points chacune Valeur totale de l examen: 30 points représentant 30% de la note finale.

12 Quelle est la position de Quételet sur la question du libre arbitre et en quoi celle-ci diffère-t-elle de celle de Kant (Voir notes de cours sur Kant, notes de cours sur Quételet et 1er texte de Digneffe, 10 lignes). Quételet insiste de dire que tout ne peut être réduit à une question de moralité tel que disait Kant. Kant insistait fortement sur le libre arbitre en affirmant que l individu avait toujours la possibilité de faire intervenir une moralité (Décision de faire le bien ou le mal). Tandis que Quételet met l accent sur une analyse de question sociologique. Il affirme que même si un individu est dans un milieu social défavorisé, il ne perd jamais la capacité de choisir entre faire le bien ou le mal. Parallèlement, il affirme qu il est nécessaire de considéré la situation sociale d un individu comme une perspective sociale complémentaire lorsqu on analyse la criminalité les influences de la société jouent un rôle important la société et l analyse du crime. - Quételet et le libre arbitre - Pour Quételet, est-ce que l homme était toujours libre, ou est-ce qu il était déterminé par le contexte social qui était le sien? o La contraposition de Quételet de Kant et de Beccaria vis-à-vis le libre arbitre : Chez Kant (Idée très forte de libre arbitre) : Individu avait un libre arbitre en faisant intervenir la moralité, il était en disponibilité de choisir entre faire le «bien» ou le «mal». Chez Quételet : Insiste de dire que tous ne peut être réduit à une question de moralité ni à une question de calcul couts-bénéfices. Il met accent sur une analyse de question sociologique. Pour lui, le comportement humain n est pas complètement déterminé par des facteurs extérieurs. - Même si un individu est dans un milieu social défavorisé, il ne perd jamais entièrement la capacité de choisir entre le bien et le mal. Pour Quételet il est nécessaire de considéré la situation sociale d un individu comme une perspective sociale complémentaire. C est-à-dire dans quel milieu social évolue l individu. En-t-autre, il croit fortement qu il est nécessaire de considérer le contexte social lorsqu on analyse la criminalité les influences de la société jouent un rôle important la société et l analyse du crime. Citez 3 recommandations que Howard fait en découvrant l'état dans lequel se trouvent les prisons de son époque. Expliquez comment Howard justifie chacune de ces recommandations (Voir 2e texte de Digneffe, 10 lignes) - Howard énonce dans son ouvrage sur l état des prisons un ensemble de recommandations qui forment la première synthèse écrite des différents aspects de la réforme naissante des prisons : - La séparation des hommes et des femmes et des enfants apparait comme un impératif. - L enfermement cellulaire de nuit est recommandé pour amener les détenues à se repentir, tandis que le travail en commun de jour est considéré comme un moyen de gagner sa nourriture. - Propose que les cellules soient aérées et régulièrement nettoyés afin de supprimer les odeurs qui rendent la vie en prison insupportable.

13 - Howard insiste sur le fait que la prison ne doit pas ajouter à la privation de la liberté des souffrances inutiles et que des efforts doivent être tentés pour que les détenus vivent dans des conditions qui leurs permettent un jour de redevenir des citoyens comme les autres. Quételet cherchera à mesurer la moralité de l homme par l entremise du concept du penchant au crime. Nommez et expliquer 2 difficultés qui surviennent lorsque nous essayons de mesurer les effets des qualités morales par biais des statistiques. (1 er texte de Digneffe, 10 lignes) - Une première difficulté surgit de la transformation de données qualitatives, non mesurables, en données susceptibles d être appréhendés par la statistique. Il s agit en effet de donner à ce «penchant» une signification qui permet aux statistiques d en tenir compte. Si les qualités morales ne sont effectivement pas mesurables en elles-mêmes, on pourra les mesurer par leurs effets, qui, dit Quételet, peuvent être considérés comme proportionnel aux causes. - Lorsque l on parle d un penchant au crime, il ne s agit pas d un penchant que présenterait tel ou tel individu, mais bien les individus constituant la société en général, ou certains groupes d individus dans lesquels les particularités individuelles seraient évacuées. - Une deuxième difficulté surgit lorsque l on veut mesurer ce penchant au crime à partir des crimes commis, car la connaissance que l on peut en avoir est d emblée problématique. Quel a été l impact du développement des statistiques sur la représentation de la question criminelle. (1 er texte de Digneffe, 10 lignes) - Le développement des statistiques criminelles a permis la constitution d une nouvelle forme de savoir sur les hommes et sur la vie en société et ce, dès les premières décennies du XIXe siècle. Celles-ci ont donné naissance à une image de la question criminelle comme un phénomène de masse. - On peut dire également que l étude de la criminalité par les statisticiens va amener à considérer celle-ci comme un «phénomène homogène, susceptible d être décrit dans son ensemble par les statistiques officielles». - Quételet a mis en évidence le fait que, toujours ce qui concerne la criminalité, l effet de la volonté individuelle était neutralisé si on l étudiait, par exemple, à l échelle d un pays ou d une région. Comment les défenseurs de chacun des modèles de prison aux États-Unis justifient-ils leur préférence? (Voir 2e texte de Digneffe, 10 lignes) - Le système pennsylvanien : Conçu pour éviter toute communication entre les détenus, il évite donc la contamination et favorise l amendement car, selon ses défenseurs, l isolement conduit naturellement à la réflexion. - Plus coûteux au point de vue de son architecture et du fait de la moindre rentabilité du travail qui s y effectue. Par contre, il prévient tout contact des détenues entre eux, ne nécessite pas de techniques disciplinaires et favorise la réflexion des prisonniers. - Du point de vue des défenseurs du système auburnien : Considéré comme plus simple et moins coûteux ; il est plus rentable, car l accent y est mis sur le travail. L activité physique et les déplacements des détenues seraient considérés comme plus favorables à leurs amendements et à leur équilibre physique et mental. Quelles sont les avantages que Tocqueville attribue à l emprisonnement cellulaire avec travail (Voir 2e texte de Digneffe, 10 lignes) - Pour Tocqueville, l emprisonnement cellulaire avec travaille combine tous les avantages :

14 - Il règle le problème de la surveillance qui permet de rétablir l équilibre financier mis en danger par les coûts de construction. - Il empêche la promiscuité entre les détenus séparant les corps et les esprits. Que veut dire Dufresne quand il affirme que la prison était vue par les hygiénistes à la fois comme une école du vice (2 éléments) et comme un milieu qui pourrait potentiellement devenir sain pour l amendement de l individu (2 éléments). (Voir texte de Dufresne, 10 lignes). - Quant à la prison, cette «école du vice», elle semblait reproduire et accentuer les conditions malsaines de la ville. Si bien que la réforme l une de l autre s esquissait dans un espace discursif similaire, et supposait des mesures d intervention analogues et complémentaires. - L hygiène a pour but, en modifiant les milieux physiques, de rendre les hommes plus énergiques au travail instruits, moraux et de les laisser ensuite libres de développer, au seine de la sécurité sociale la plus complète, leur activité laborieuse.

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom Guide de rédaction pour le travail de recherche Dans le cadre du cours SCP-4010-2 Travail remis par Votre prénom et votre nom À Simon Martin (votre enseignant) Centre de formation des Maskoutains 6 juin

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie CALENDRIER 2014/2015 Connaissance de l usinage un avantage décisif Formation à la carte Productivité et économie Préparons le futur De nouveaux challenges pour cette année! Vous savez probablement mieux

Plus en détail

Être juge au Maroc et en Espagne.

Être juge au Maroc et en Espagne. Fundación CIDOB - Calle Elisabets, 12-08001 Barcelona, España - Tel. (+34) 93 302 6495 - Fax. (+34) 93 302 6495 - info@cidob.org Être juge au Maroc et en Espagne. Systèmes juridiques au Maroc et en Espagne

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne 8 Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne Respect de la Constitution et du droit international, motion de l Eglise évangélique réformée du canton de Bâle-Campagne et de cosignataires :

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL F E D E R A L P U B L I C D E F E N D E R O F F I C E 1 2 6 C O L L E G

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION

TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION organisée dans le cadre du projet financé par le Fonds fiduciaire «droits de l homme» (HRTF) Conseil de l Europe,

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations

Règlement sur la constitution de provisions et de réserves de fluctuations STIFTUNG ABENDROT Die nachhaltige Pensionskasse Case postale 4002 Bâle Güterstrasse 133 Tél. 061 269 90 20 Fax 061 269 90 29 www.abendrot.ch stiftung@abendrot.ch Règlement sur la constitution de provisions

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

I INTRODUCTION GENERALE

I INTRODUCTION GENERALE RÔLE DU RESEAU DE FORESTERIE COMMUNAUTAIRE (RFC) DANS LA PROMOTION ET LA MISE EN PLACE EFFECTIVE DES FORETS COMMUNAUTAIRE AU CAMEROUN ET DANS LA SOUS- REGION AFRIQUE CENTRALE. Par Mr Jean ABBE ABESSOLO

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

La fiducie d utilité sociale appliquée à la conservation de caractéristiques patrimoniales par l intendance privée

La fiducie d utilité sociale appliquée à la conservation de caractéristiques patrimoniales par l intendance privée La fiducie d utilité sociale appliquée à la conservation de caractéristiques patrimoniales par l intendance privée par Jean-François Girard Le nouveau Code civil du Québec, entré en vigueur en 1994, a

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris

Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris Présentation de Maître Hervé LAROQUE, Avocat au Barreau de Paris L importance du rapport d expertise et de son contenu. Réunion technique CESAM Salon de Cannes du 14 Septembre 2007 à 8h30. L importance

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL Table des matières Mot de l auteur... 2 Crédit d'impôt pour déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales... 2 Crédit d'impôt pour personnes handicapées

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail