EXAM N.2: CRM - RÉVISION Les savoirs scientifiques sur les situations-problèmes jusqu à la naissance de la criminologie ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXAM N.2: CRM - RÉVISION Les savoirs scientifiques sur les situations-problèmes jusqu à la naissance de la criminologie (1801-1876)"

Transcription

1 EXAM N.2: CRM - RÉVISION Les savoirs scientifiques sur les situations-problèmes jusqu à la naissance de la criminologie ( ) I. L invention des statistiques pénales et l exemple de A. Quételet ( ) I. i. Propos introductifs I. ii. Les fondements méthodologiques de la représentation statistique I. iii. Le projet de Quételet, son questionnement et les implications sociopolitique de ce questionnement; - Projet : «Je n ai point en vue de faire une théorie de l homme, mais seulement de constater les faits et les phénomènes qui les concernent, et d essayer de saisir, par l observation, les lois qui lient ces phénomènes ensemble» (Quételet, 1835 : 44). - Questionnement fondé sur une perspective organiciste de la société : qu est-ce qui dans le fonctionnement de la société cause la criminalité? - Implications socio-politiques : Prévention sociales (et non pas seulement prévention pénale) Lecture : Digneffe, F. : Les statistiques en sciences sociales pp Au dernier cours : - En prenant comme exemple le cas d Adolphe Quételet, nous nous sommes intéressés aux nouveaux savoirs criminologiques qui se développent dans la première moitié du XIXe siècle. - Nous avons décrit le projet de Quételet, nous avons indiqué le type de questionnement qui l intéressait et nous avons souligné les implications socio-politiques de sa réflexion, laquelle, en matière de contrôle de la criminalité, met l accent non pas sur la prévention pénale, mais sur la prévention sociale (prévention par la modification du milieu). - Et sur la question du libre arbitre, où se situe donc Quételet? - Quételet et le libre arbitre : - Pour Quételet, est-ce que l homme était toujours libre, ou est-ce qu il était déterminé par le contexte social qui était le sien? o La contraposition de Quételet de Kant et de Beccaria vis-à-vis le libre arbitre : Chez Kant (Idée très forte de libre arbitre) : Individu avait un libre arbitre en faisant intervenir la moralité, il était en disponibilité de choisir entre faire le «bien» ou le «mal». Chez Beccaria : Dépendant du libre arbitre en disant que la capacité individuelle de calculer le couts-bénéfices qui s attachent aux crimes présente un choix lié par le libre arbitre. Chez Quételet : Insiste de dire que tous ne peut être réduit à une question de moralité ni à une question de calcul couts-bénéfices. Il met accent sur une analyse de question sociologique. Pour lui, le comportement humain n est pas complètement déterminé par des facteurs extérieurs. - Même si un individu est dans un milieu social défavorisé, il ne perd jamais entièrement la capacité de choisir entre le bien et le mal. Pour Quételet il est nécessaire de considéré la situation sociale d un individu comme une perspective sociale complémentaire. C est-à-dire dans quel milieu social évolue l individu. En-t-autre, il croit fortement qu il est nécessaire de considérer le contexte social lorsqu on analyse la

2 criminalité les influences de la société jouent un rôle important la société et l analyse du crime. - «L homme, comme individu, semble agir avec la latitude la plus grande; sa volonté ne paraît connaître aucunes bornes et cependant, comme je l ai déjà fait observer plusieurs fois, plus le nombre d individu que l on observe est grand, plus la volonté individuelle s efface et laisse prédominer la série des faits généraux qui dépendent des causes en vertu desquelles la société existe et se conserve» Quételet, 1833). - Pour analyser pourquoi quelqu un passe à l acte, il note que la volonté individuelle s efface et c est vraiment des effets de groupes. Dès lors on cesse de s intéresser aux individus, on se rend compte que ce n est pas plus de libre arbitre qui permet de comprendre les tendances criminelles. I. iv. Les observations empiriques de Quételet Question : Qu entend-on par «observations empiriques»? - Les observations empiriques (ou les causes sociales du crime) : Avec sa méthode, il est possible de préciser clairement qu est-ce que Quételet a voulu observé. - Son observation empirique : Travaille sur le terrain (observé la réalité sur le terrain). o Quételet sort de l abstraction philosophique pour tenter de renforcer ses conclusions. - Ses conclusions suite à ses observations empiriques : o La distribution de la criminalité varie dans la société en fonction de certaine variable - L âge (plutôt les jeunes que n importe quelle autre catégorie d âge) - L âge de 25 ans est l âge du criminel le plus élevé. Il essaie donc de trouver une explication plausible et raisonnable pourquoi. Pour lui, c est sur le plan du développement humain, à plus force physique où les passions sont plus fortes. o Contestable car il n a pas nécessairement un lien entre force physique et la criminalité. - Le sexe (plutôt les hommes que les femmes) - Il y a quatre fois plus d hommes que de femmes qui son criminel. - Pauvreté (relative ou absolue) - On ne peut pas dire que la pauvreté en général cause la criminalité. Les chiffres ne supportent pas cette conclusion. Le taux le plus élevés où les pauvres vivre à côté des riches. - Quételet introduit la pauvreté relative : C est dans les milieux où les pauvres vivre près des riches, c est dans ses milieux que les taux de criminalité est plus visible. o Une pauvreté qui est vécu en relation d inégalité par rapport à la richesse. - Ainsi, il note la pauvreté absolue : Les pauvres qui vivre près de d autres pauvres, la criminalité est plus faible. En raison qu il ne s énerve pas avec sa collectivité; leurs situations parait plus ou moins injuste. - Niveau d instruction (morale) - Quételet affirme que le fait d écrire et lire ne change rien sur les taux de criminalités. Il insiste que l instruction nécessaire pour faire diminuer la criminalité c est l instruction moral et l enseignement des bonnes valeurs. - Ainsi, il insiste fortement de cibler le milieu de vie de l individu, si on assaini le milieu de vie d un individu, on assaini l individu; un milieu malsain corrompre un individu.

3 Au derniers cours : - Nous avons analysé la notion de libre arbitre chez Quétlet; - Nous avons parlé de ses observations empiriques; - Nous avons traité dès la variable, âge, sexe, niveau d instruction «morale»; - Nous sommes revenus avec quelques précisions et nuance sur la manière dont Quételet conçoit la relation entre la pauvreté et la criminalité; - Nous avons traité de la notion d homme moyen», de son utilité et de sa limite (ou du piège qu elle peut représenter) I. v. Les notions centrales de la théorie de Quételet et leurs limites. I. v. i. L homme moyen - La théorie de l homme moyen : - Un individu «fictif»; - Il s agit d une construction statistique - L homme moyen en un être fictif pour lequel toutes les choses se passent conformément aux résultats moyens obtenus pour la société - Il est le représentant du système social. - C est une construction de statistique; l homme moyen n existe pas en chair et os. Quételet affirme qu à travers l homme moyen on peut observer toute les choses qui se passent conformément. o L homme moyen encadre les tendances du groupe. Représentant du système social, de ce qui est normal, il serre à établir ce qui est normal aux centres statistiques pour un groupe. Lire : Digneffe F. La prison comme problème social; Dufresne M. Ville et prison I. v. ii. Le penchant au crime - Le concept de «penchant au crime» : se définit comme la probabilité plus ou moins grande de commettre un crime chez des individus placés dans des circonstances semblables. - Le «penchant au crime» dépend de trois éléments : 1. La moralité des individus - La moralité : Quételet rejoint Kant car pour lui, le niveau d instruction morale de l individu pouvait avoir un effet sur la criminalité. 2. La tentation à laquelle les individus sont exposés - Quételet affirme que les pauvres évoluant près des riches sont plus susceptible à commette des crimes. Ils sont tentés par le luxe, par la richesse des autres. 3. La facilité plus ou moins grande de commettre des délits - Distingué le 2 ième élément du 3 ième élément : L occasion et la facilité de commette des crimes est le 3 ième élément. - Tout simplement, Quételet dit que l individu aura un penchant pour le crime plus fort lorsqu il évolue dans un milieu d où c est plus facile de commette des crimes/ plus d opportunité de passé à l acte. o Par exemple, c est plus facile de commette des crimes lorsqu il y a une faible présence policière.

4 - C est la combinaison de ces 3 éléments qui détermine le penchant au crime des individus. - Les trois éléments sont l indicateur du concept, à noter que c est la combinaison de ses 3 éléments. I. v. iii. La notion de cause - La notion de cause est au centre du projet de Quételet : il cherche les causes qui expliquent les phénomènes sociaux. Il établit plusieurs liens - La distinction entre cause et corrélation; - Il établit des corrélations entre des différents phénomènes et non des causes; en réalité - Sur ce point Quételet croit qu il établit des causes mais il établit plutôt des corrélations. - Difficulté de parler de cause en sciences sociales et d isoler les variables qui agissent sur le phénomène que nous voulons expliquer; Au derniers cours - Nous avons abordé la notion de «penchant au crime» et nous avons parlé des éléments qui déterminent le penchant au crime chez les individus; - À travers un exercice d application pratique, nous avons fait des liens entre les idées de Quételet et leur utilisation pour penser à des politiques publiques de prévention de la criminalité; - Nous avons traité des notions de cause et de corrélation. I. v. iv. Les taux de criminalité - Quételet présume un «rapport constant» entre la criminalité connue et inconnue : - Si le nombre inconnu de crimes augmente le nombre connu - Si le nombre inconnu de crime reste stable, le nombre connu - Si le nombre inconnu de crimes diminue, le nombre connu - Comment établit-on les taux de criminalité à cette époque contemporaine? o Deux sources officielles : Les données qui nous fournissent les postes de police (nombre de plainte enregistrée dans une année) Les données judiciaires (Les cas qui sont traité par les tribunaux, le nombre de condamnation qu on a année par année) o La cumulation de toutes les données et cela nous permet de comptabilisé le taux de criminalité : Stable, Augment, Baisse. Ils sont biaisés car si personnes ne rapporte les «faits» de l activité criminelle. Le crime n existe tout simplement pas. Il est important de comprendre que les statistiques pénales et criminelles ne mesurent pas la criminalité : Elle mesure la criminalité connue Les taux de criminalité n ont aucune prise sur les chiffres noirs de la criminalité - Selon Quételet était conscience de ce problème, mais il disait que ça ne veut pas dire que les statistiques ne mesurent pas l évolution de la criminalité réelle. o Il croit que la criminalité inconnue évolue dans les mêmes proportions que la criminalité connue. Il présume un rapport constant entre la criminalité et la criminalité inconnue.

5 - Le problème de cet argument c est qu il n existe pas un rapport constant entre les deux. o Il n accepte pas que la criminalité connu (l activité policière) est cela que mesure cette criminalité connu. En réalité, c est cela qui fait varié le taux de criminalité. Le travail de la police/judiciaire à une corrélation positive avec la fluctuation des taux de criminalité. - On attribue quand même un rôle clef à Quételet dans la discipline pour son apport des statistiques sociales. Ils sont devenus un instrument essentiel de pouvoir et de contrôle sociale. - Remarque critique - Les statistiques judiciaires ne doivent pas être vues comme une mesure de la criminalité mais bien comme une mesure des activités pénales (police, tribunaux, prison) - Les rapports constants entre la criminalité réelle et la criminalité connue sont une fiction - Trop facilement les corrélations statistiques ont été interprétées comme des liens cause à effet.

6 II. La prison comme problème social II. i. John Howard (1777) et le début du mouvement pénitentiaire - Un philanthrope anglais - L origine de sa réflexion - The state of prison in England and Wales (1777), livre qui peut être considéré comme étant à l origine d un vaste mouvement de réflexion sur les prisons. -La tentative de penser la «prison idéale» - La réalité observée sur le terrain - Les recommandations de Howard et quelques exemples qui ont servi d inspiration Au dernier cours : - Nous avons parlé de l impact des statistiques sur les connaissances produites sur la question pénale en criminologie; - Nous avons amorcé le thème de la prison comme problème social; - Nous avons rappelé le contexte social, la situation des prisons et le besoin ressenti de réforme; - Nous avons pris connaissance du projet et des idées nouvelles des réformateurs; - Dans ce contexte, nous avons aussi commencé à parler de John Howard et de l impulsion qu il a donné à ce mouvement de réforme pénitentiaire; - Nous avons parlé des recommandations qu il a fait par rapport à la réforme de la prison, de son but et on organisation. II. ii. La réforme et les différents modèles de prison (19 e siècle) II. ii. I Les cas américains (Philadelphie vs. Auburn)

7 - Sur l opposition entre ces deux modèles viennent en faire se brancher toute une série de conflits et d enjeux différent : Religieux : la conversion, pièce principale de la correction? Médical : l isolement complet rend-il fou? Economique : où est le moindre coût? Architecturaux et administratifs : quelle forme garantit la meilleure surveillance? Un objectif similaire les rapproche pourtant: un quadrillage croissant de la vie des détenus (que ce soit dans le temps, dans l espace ou dans leurs mouvements) Nous avons développé le thème de la prison comme problème social; Nous avons parlé des recommandations que John Howard a fait par rapport à la réforme de la prison, de son but et de son organisation;

8 Nous avons explicité les enjeux autour du débat sur la réforme de la prison; Nous avons présenté le débat sur la réforme pénitentiaire aux États-Unis, en opposant le modèle pennsylvanien au modèle auburnien; Nous avons amorcé le débat français opposant Lucas et Tocqueville. II. ii. II Les cas français (Tocqueville vs Lucas) Remplacer la peine de mort par la prison (Lucas, Tocqueville) Débat : Pourquoi mettre en prison? Pour amender les malfaiteurs (Lucas)? Pour punir, par intérêt social, le bataillon des criminels, pour au moins changer leurs comportements et surtout pour nous protéger des associations criminelles (Tocqueville)? À lire: «Les savoirs psychiatriques sur le crime: de Pinel (1801) à Morel (1857)», par Christian Debuyst Lucas contre Tocqueville Tocqueville est très attaché à la prison comme la punition. o Il considère que l isolement cellulaires est très important vis-à-vis les détenus. o Il défend le système Pennsylvanien : La prison de ce système engage une souffrance sur l esprit. Tocqueville met l accent sur la terreur profonde (À ce point, rejoint Beccaria). o Il est attaché à enlever l audace du crime Au contraire, Lucas est attaché à enlever l envi du crime. Certain disait que l isolement totale peut provoquer une déstabilisation mentale. o Tocqueville n était pas d accord. Donc il mobilise des psychiatres, des experts sur le sujet. Ses spécialistes sont en faveurs de cet isolement cellulaire car il affirmation que cet isolation pouvait rétablir les individus (On peut guérir l individu en l enlevant d un milieu malsain qui set la société).

9 Par contre, il oublie de comparer les taux de mortalité dans les prions et à l extérieur de prison. (Les prisonniers se suicidaient quand même.) II. ii. III Le cas belge (Le rêve cellulaire de Ducpétiaux) Ducpétiaux «Après avoir procuré au condamné les moyens de réfléchir, de rentrer en lui-même et de s amender, n y a-t-il pas inconséquence à le replacer dans les conditions défavorables qui peuvent entraîner sa rechute? L un des principaux avantage du régime cellulaire est d empêcher les condamnés de se reconnaître après leur captivité et de rompre ainsi les associations criminelles et redoutables qui ont leur germe et leur foyer dans les prisons communes» (Ducpétiaux, 1865 : 33). Ducpétiaux est d accord avec Lucas et les américains au fait que la prison devrait favorisée l amendement. o L amendement doit se faire dans un environnement incarcéré et monastique (le silence absolue, un environnement sain). L idéale est une prison qui offre un milieu de type couvant. Un modèle très proche de celle Pennsylvanien o Ce qui intéressait Ducpétiaux dans ce modèle : Les détenus ne se voient jamais; Pour lui c est important d éviter toutes sortes de contacts entre détenus. C est pour cette raison que Ducpétiaux rejette le modèle Auburnien. o Ce modèle est idéal pour Ducpétiaux car les associations criminelles ne peuvent se former. Donc l isolement cellulaire lui semblait l idéal. Il permettait de traiter les prisonniers individuellement ainsi que les transformer en catholique. III. Jeremy Bentham et la panoptique L idée: tout voir sans être vu; Objectif: surveiller et assurer la discipline; Conséquences: l internalisation du contrôle;

10 Un philosophe anglais, succèdera les idées de Beccaria Très connu pour avoir travaillé sur la théorie de la dissuasion et pour l avoir poussé à un plus haut niveau de complexité. o Ainsi connu pour son invention du panoptique : Un modèle architectural des prions ayant comme objectif de surveiller les prisonniers de manière omniprésente. o Pourquoi? La généralisation de la prison au 19 ième siècle ; Un problème vis-à-vis à la sur-incarcération (Cela causait des problèmes énormes en terme de gestions de ses établissements) L idée de l isolement cellulaire jour et nuit impliquait des coûts beaucoup trop élevés dû à la surveillance individualisée (une demande excessive de personnel). o Bentham pense à une solution vis-à-vis l architecture de la prison ; une architecture panoptique (Définit en tant qu un emplacement duquel on peut tout voir sans être vu) Permet au personnel de surveiller tous les détenus ce qui inflige un contrôle omniprésent. Michel Foucault sur le panoptique de Bentham : «À la périphérie un bâtiment en anneau ; au centre, une tour ; celle-ci est percée de larges fenêtres qui ouvrent sur la face intérieure de l'anneau ; le bâtiment périphérique est divisé en cellules, dont chacune traverse toute l'épaisseur du bâtiment ; elles ont deux fenêtres, l'une vers l'intérieur, correspondant aux fenêtres de la tour ; l'autre, donnant sur l'extérieur, permet à la lumière de traverser la cellule de part en part. Il suffit alors de placer un surveillant dans la tour centrale, et dans chaque cellule d'enfermer un fou, un malade, un condamné, un ouvrier ou un écolier. Par l'effet du contre-jour, on peut saisir de la tour, se découpant exactement sur la lumière, les petites silhouettes captives dans les cellules de la périphérie. Autant de cages, autant de petits théâtres, où chaque acteur est seul, parfaitement individualisé et constamment visible. Le dispositif panoptique aménage des unités spatiales qui permettent de voir sans arrêt et de reconnaître aussitôt. En somme, on inverse le principe du cachot; ou plutôt de ses trois fonctions - enfermer, priver de lumière et cacher- on ne garde que la première et on supprime les deux autres. La pleine lumière et le regard d un surveillant captent mieux que l ombre, qui finalement protégeait La visibilité est un piège. Avec le panoptique, un assujettissement réel naît mécaniquement d une relation fictive. De sorte qu il n est pas nécessaire d avoir recours à des moyens de force pour contraindre le condamné à la bonne conduite, le fou au calme, l ouvrier au travail Celui qui est soumis à un champ de visibilité, et qui le sait, reprend à son compte les contraintes du pouvoir ; il devient le principe de son propre assujettissement» (Foucault). Idée surveiller; Inverse au principe de «cacho»; Au contraire la visibilité est nécessaire (la lumière); Un assujettissement réel qui nait mécaniquement fictive : Le détenu ne sait jamais s il est toujours observé mais il y existe une possibilité que oui. Donc il commence à s autosurveiller. Une surveillance efficace de grands nombres d individus; Méthode qui permet la discipline absolu; Contrôle minutieux de chaque geste de l individu.

11 3.1 Les trois «règles» de Bentham pour administrer une prison (i) La «règle de la douceur» : La condition ordinaire d'un prisonnier ne doit pas être préjudiciable à sa vie ou à sa santé. Devoir minimal de l administration sinon elle provoque ou commet un homicide Limite : dommage physique ou psychologique durable et frappant o On ne doit pas avoir des conditions de détention qui en elle-même vont porter des préjudices des personnes incarcérés. o L administration doit favoriser la préservation des prisonniers. o On peut jamais passer une certaine limite, ne pas causer du dommage physique ou psychologique durable et frappant. (ii) La «règle de la sévérité» : La condition du prisonnier ne doit pas être meilleure que celle des individus pauvres en liberté.( Principe de la moindre éligibilité ) Nécessaire pour dissuasion des classes pauvres Elle équilibre les choses par rapport à l autre règle. Elle disait que la prison doit être suffisamment punitive : La condition L idée derrière cela ce n est pas de faire la prison un lieu terrible mais pas la rendre meilleur que la société car cela sera une invitation aux crimes. La condition des prisonniers ne doivent pas être meilleur que celle des personnes en liberté. (iii) La «règle d'économie» : À l'exception de ce qui est dû à la vie, à la santé, au bien être physique, à l'instruction et aux ressources futures du prisonnier, les coûts doivent être les plus réduits possible Rémunération des prisonniers : un peu Bentham disait que sa serre à rien de mettre les prisonniers à faire des travaux complètement inutile. Ils peuvent produire des biens; peuvent fonctionner comme si la prison était une usine. Une idée que le travail devenait très important. Quatre blocs Premier bloc: 8 questions à choix multiples valant un point chacune Deuxième bloc: 5 questions à choix multiples valant deux points chacune Troisième bloc: 1 question à développement valant 4 points Quatrième bloc: 2 questions à développement sur les textes, 4 points chacune Valeur totale de l examen: 30 points représentant 30% de la note finale.

12 Quelle est la position de Quételet sur la question du libre arbitre et en quoi celle-ci diffère-t-elle de celle de Kant (Voir notes de cours sur Kant, notes de cours sur Quételet et 1er texte de Digneffe, 10 lignes). Quételet insiste de dire que tout ne peut être réduit à une question de moralité tel que disait Kant. Kant insistait fortement sur le libre arbitre en affirmant que l individu avait toujours la possibilité de faire intervenir une moralité (Décision de faire le bien ou le mal). Tandis que Quételet met l accent sur une analyse de question sociologique. Il affirme que même si un individu est dans un milieu social défavorisé, il ne perd jamais la capacité de choisir entre faire le bien ou le mal. Parallèlement, il affirme qu il est nécessaire de considéré la situation sociale d un individu comme une perspective sociale complémentaire lorsqu on analyse la criminalité les influences de la société jouent un rôle important la société et l analyse du crime. - Quételet et le libre arbitre - Pour Quételet, est-ce que l homme était toujours libre, ou est-ce qu il était déterminé par le contexte social qui était le sien? o La contraposition de Quételet de Kant et de Beccaria vis-à-vis le libre arbitre : Chez Kant (Idée très forte de libre arbitre) : Individu avait un libre arbitre en faisant intervenir la moralité, il était en disponibilité de choisir entre faire le «bien» ou le «mal». Chez Quételet : Insiste de dire que tous ne peut être réduit à une question de moralité ni à une question de calcul couts-bénéfices. Il met accent sur une analyse de question sociologique. Pour lui, le comportement humain n est pas complètement déterminé par des facteurs extérieurs. - Même si un individu est dans un milieu social défavorisé, il ne perd jamais entièrement la capacité de choisir entre le bien et le mal. Pour Quételet il est nécessaire de considéré la situation sociale d un individu comme une perspective sociale complémentaire. C est-à-dire dans quel milieu social évolue l individu. En-t-autre, il croit fortement qu il est nécessaire de considérer le contexte social lorsqu on analyse la criminalité les influences de la société jouent un rôle important la société et l analyse du crime. Citez 3 recommandations que Howard fait en découvrant l'état dans lequel se trouvent les prisons de son époque. Expliquez comment Howard justifie chacune de ces recommandations (Voir 2e texte de Digneffe, 10 lignes) - Howard énonce dans son ouvrage sur l état des prisons un ensemble de recommandations qui forment la première synthèse écrite des différents aspects de la réforme naissante des prisons : - La séparation des hommes et des femmes et des enfants apparait comme un impératif. - L enfermement cellulaire de nuit est recommandé pour amener les détenues à se repentir, tandis que le travail en commun de jour est considéré comme un moyen de gagner sa nourriture. - Propose que les cellules soient aérées et régulièrement nettoyés afin de supprimer les odeurs qui rendent la vie en prison insupportable.

13 - Howard insiste sur le fait que la prison ne doit pas ajouter à la privation de la liberté des souffrances inutiles et que des efforts doivent être tentés pour que les détenus vivent dans des conditions qui leurs permettent un jour de redevenir des citoyens comme les autres. Quételet cherchera à mesurer la moralité de l homme par l entremise du concept du penchant au crime. Nommez et expliquer 2 difficultés qui surviennent lorsque nous essayons de mesurer les effets des qualités morales par biais des statistiques. (1 er texte de Digneffe, 10 lignes) - Une première difficulté surgit de la transformation de données qualitatives, non mesurables, en données susceptibles d être appréhendés par la statistique. Il s agit en effet de donner à ce «penchant» une signification qui permet aux statistiques d en tenir compte. Si les qualités morales ne sont effectivement pas mesurables en elles-mêmes, on pourra les mesurer par leurs effets, qui, dit Quételet, peuvent être considérés comme proportionnel aux causes. - Lorsque l on parle d un penchant au crime, il ne s agit pas d un penchant que présenterait tel ou tel individu, mais bien les individus constituant la société en général, ou certains groupes d individus dans lesquels les particularités individuelles seraient évacuées. - Une deuxième difficulté surgit lorsque l on veut mesurer ce penchant au crime à partir des crimes commis, car la connaissance que l on peut en avoir est d emblée problématique. Quel a été l impact du développement des statistiques sur la représentation de la question criminelle. (1 er texte de Digneffe, 10 lignes) - Le développement des statistiques criminelles a permis la constitution d une nouvelle forme de savoir sur les hommes et sur la vie en société et ce, dès les premières décennies du XIXe siècle. Celles-ci ont donné naissance à une image de la question criminelle comme un phénomène de masse. - On peut dire également que l étude de la criminalité par les statisticiens va amener à considérer celle-ci comme un «phénomène homogène, susceptible d être décrit dans son ensemble par les statistiques officielles». - Quételet a mis en évidence le fait que, toujours ce qui concerne la criminalité, l effet de la volonté individuelle était neutralisé si on l étudiait, par exemple, à l échelle d un pays ou d une région. Comment les défenseurs de chacun des modèles de prison aux États-Unis justifient-ils leur préférence? (Voir 2e texte de Digneffe, 10 lignes) - Le système pennsylvanien : Conçu pour éviter toute communication entre les détenus, il évite donc la contamination et favorise l amendement car, selon ses défenseurs, l isolement conduit naturellement à la réflexion. - Plus coûteux au point de vue de son architecture et du fait de la moindre rentabilité du travail qui s y effectue. Par contre, il prévient tout contact des détenues entre eux, ne nécessite pas de techniques disciplinaires et favorise la réflexion des prisonniers. - Du point de vue des défenseurs du système auburnien : Considéré comme plus simple et moins coûteux ; il est plus rentable, car l accent y est mis sur le travail. L activité physique et les déplacements des détenues seraient considérés comme plus favorables à leurs amendements et à leur équilibre physique et mental. Quelles sont les avantages que Tocqueville attribue à l emprisonnement cellulaire avec travail (Voir 2e texte de Digneffe, 10 lignes) - Pour Tocqueville, l emprisonnement cellulaire avec travaille combine tous les avantages :

14 - Il règle le problème de la surveillance qui permet de rétablir l équilibre financier mis en danger par les coûts de construction. - Il empêche la promiscuité entre les détenus séparant les corps et les esprits. Que veut dire Dufresne quand il affirme que la prison était vue par les hygiénistes à la fois comme une école du vice (2 éléments) et comme un milieu qui pourrait potentiellement devenir sain pour l amendement de l individu (2 éléments). (Voir texte de Dufresne, 10 lignes). - Quant à la prison, cette «école du vice», elle semblait reproduire et accentuer les conditions malsaines de la ville. Si bien que la réforme l une de l autre s esquissait dans un espace discursif similaire, et supposait des mesures d intervention analogues et complémentaires. - L hygiène a pour but, en modifiant les milieux physiques, de rendre les hommes plus énergiques au travail instruits, moraux et de les laisser ensuite libres de développer, au seine de la sécurité sociale la plus complète, leur activité laborieuse.

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Intégré à leur cours d histoire du Canada, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours d histoire du Canada, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Histoire Histoire du système correctionnel canadien Descriptif Le module Historique du système correctionnel canadien offre aux étudiants un survol

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF Consultation de la CNIL Relative au droit à l oubli numérique Contribution du MEDEF 2 Réflexions de la CNIL sur le droit à l oubli numérique Les origines du droit à l oubli numérique Réaffirmée par les

Plus en détail

Le vol à l étalage 1

Le vol à l étalage 1 Le vol à l étalage 1 Le vol à l étalage, c est du vol tout court Définition ; Le vol consiste à prendre sans en avoir la permission quelque chose, si petit que soit-il, qui appartient à autrui, à un magasin

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Les contrats : leur origine et leur type - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Plan du cours Philosophie individualiste & libéralisme économique vs Code civile et théorie de l

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

Erreur médicale au cabinet

Erreur médicale au cabinet Plan Erreur médicale au cabinet Prof. Philippe Ducor Médecine communautaire 13 avril 2011 1. Evolution récente en Suisse dérive à l américaine? 2. Aspects juridiques 3. Aspects psychologiques 4. Apects

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER CNOSF/DPPI 1 ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER LESPORT LES PARIS SPORTIFS SUR INTERNET PEUVENT SERVIR DE SUPPORT AUX ORGANISATIONS CRIMINELLES POUR LE BLANCHIMENT D ARGENT. Le blanchiment consiste à injecter

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART première partie Alessandra Guerra En France il y a des jugements sur la question psychothérapiepsychanalyse J ai entendu

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 194-2015 Relatif aux chiens et chats sur le territoire de la municipalité

RÈGLEMENT NUMÉRO 194-2015 Relatif aux chiens et chats sur le territoire de la municipalité PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-PIE RÈGLEMENT NUMÉRO 194-2015 Relatif aux chiens et chats sur le territoire de la municipalité ATTENDU qu en vertu de l article 63 de la Loi sur les Compétences municipales,

Plus en détail

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?»

«Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» «Les marchés «libres» de quoi et pour qui?» Yvan Allaire, Ph. D. (MIT), MSRC Président du conseil Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques (HEC-Concordia) Mihaela Firsirotu, Ph.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures 1. Situation actuelle De l article 123 al. 2 de la Constitution fédérale (RS 101) découle le principe selon lequel l exécution des sanctions

Plus en détail

Prison-Justice, Revue de la FARAPEJ Que signifie punir quelqu un en le privant de liberté? Article à paraître dans le numéro 105

Prison-Justice, Revue de la FARAPEJ Que signifie punir quelqu un en le privant de liberté? Article à paraître dans le numéro 105 Prison-Justice, Revue de la FARAPEJ Que signifie punir quelqu un en le privant de liberté? Article à paraître dans le numéro 105 Christian Demonchy 18 juin 2010 Présentation: Christian Demonchy a participé

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive?

Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive? Xavier Bébin Résumé Le placement sous surveillance électronique mobile (PSEM) est

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Théories criminologiques II (CRM 3701)

Théories criminologiques II (CRM 3701) Département de criminologie Department of Criminology Richard DUBÉ Courrier électronique : rdube@uottawa.ca Téléphone au bureau : 562-5800 poste 8861 Disponibilités : jeudi de 16h à 18h (pavillon des sciences

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun.

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun. AVANT-PROPOS Force est de constater que nous vivons dans une société indemnitaire. Toute personne ayant subi un dommage veut obtenir réparation de celui-ci. L indemnisation du dommage corporel est au cœur

Plus en détail

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 1 COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental La loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté,

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est Notions de responsabilité 1 Notions de responsabilité Responsabilité: l auteur d une faute a l obligation d assumer les conséquences de ses actes Quand une personne cause un dommage à autrui : obligation

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

Règlementation municipale en matière d alarmes

Règlementation municipale en matière d alarmes Règlementation municipale en matière d alarmes ARTICLE 1 DÉFINITIONS Pour l interprétation du présent règlement, à moins que le contexte ne s y oppose, les mots et expressions suivants signifient et ce,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013 Résumé : Les conflits juridiques s inscrivent en principe dans une situation d incertitude qui n est pas sans effet

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune.

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Une commune doit répondre comme n importe quelle personne de tout acte

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999;

CONSIDÉRANT qu un avis de présentation de ce règlement a été donné lors de la séance ordinaire du Conseil de Ville, tenue le 17 mai 1999; VILLE DE CANDIAC RÈGLEMENT NUMÉRO 1007-99 CONCERNANT LES SYSTÈMES D'ALARME CONSIDÉRANT la création de la Régie intermunicipale de police Roussillon, regroupant les corps policiers des villes de Candiac,

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

MANAGEMENT FEES Risques et solutions

MANAGEMENT FEES Risques et solutions MANAGEMENT FEES Risques et solutions Paris, le 9 janvier 2014 CEP Pierre-Yves Lagarde Consultant en stratégies de rémunération et d épargne professionnelle Chambre Nationale des Conseils et Experts Financiers

Plus en détail

TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION

TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION organisée dans le cadre du projet financé par le Fonds fiduciaire «droits de l homme» (HRTF) Conseil de l Europe,

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail