Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document.

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document."

Transcription

1 Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document

2 1 Termes et abréviations Réglementation concernant les nouveaux clients Généralités Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Successions Généralités Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Changement des bénéficiaires effectifs d une relation collective / d un compte joint Généralités Accords avec AT et GB Directive de l AFC Entrée d un nouveau bénéficiaire effectif à une relation collective / un compte joint Avant la période transitoire Pendant la période transitoire Sortie d un bénéficiaire effectif d une relation collective / d un compte joint Avant la période transitoire Pendant la période transitoire Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Consolidation Généralités Accords avec AT et GB Directive de l AFC Conditions pour une consolidation Marche à suivre pour la consolidation Attestation Exemples Exemple Exemple

3 1 Termes et abréviations Les termes et abréviations suivants sont utilisés. Certificat d héritier Compte joint/collectif Cpte Attestation officielle du droit de succession (différents documents en fonction de l Etat partenaire [p. ex. certificat d héritier ou similaire]) Hypothèse: en principe, répartition des avoirs par personne, autres clés de répartition selon instructions client Relation de base / relation d affaires Période transitoire AT , UK ADE C Ayant-droit économique Montant du capital à la fin de l année durant laquelle la relation bancaire a été ouverte. Pour les relations bancaires ouvertes avant le 1 er janvier 2003, le montant du capital au 31 décembre 2002 est déterminant. n Nombre d années d existence de la relation bancaire avant le 31 décembre 2010 C8 Solde de la relation d affaires au C10 Solde de la relation d affaires au nn Base d actifs Clôture de compte Relation d affaires auprès de l agent payeur suisse A Relation d affaires auprès de l agent payeur suisse B Relation d affaires auprès d un agent payeur étranger Directive Directive relative aux accords concernant la coopération avec d autres Etats en matière fiscale et à la loi fédérale sur l imposition internationale à la source (régularisation fiscale des avoirs) «Compte» désigne toujours une relation de clientèle / de compte et non pas un compte individuel (d une relation de clientèle / de compte).

4 2 Réglementation concernant les nouveaux clients 2.1 Généralités La réglementation concernant les nouveaux clients implique principalement qu en cas de changement d une relation d affaires d une personne concernée d un agent payeur suisse à un autre agent payeur suisse durant la période transitoire, le capital initial (C), l année d ouverture (n) ainsi que le capital de la relation d affaires à fin 2010 (C8) peuvent être repris de l ancien agent payeur (selon la déclaration de l ancien agent payeur au nouvel agent payeur). Par contre, la réglementation concernant les nouveaux clients ne s applique pas notamment lorsque le changement de la relation d affaires est survenu avant la période transitoire; la relation de clientèle / de compte de la personne concernée n était pas gérée par un agent payeur suisse mais par un agent payeur étranger; les avoirs n ont pas été transférés vers un compte nouvellement ouvert mais vers un compte déjà existant. Le fait que la réglementation concernant les nouveaux clients n est pas applicable ne signifie pas nécessairement qu une régularisation fiscale est impossible. Les entrées de capitaux sur des relations de clientèle / de compte existantes pendant la période transitoire sont automatiquement régularisées dans le cadre de la règle des 120% pourvu que le capital à fin 2012 (C10) ne dépasse pas 120% du capital à fin 2010 (C8). Dès lors que le capital à fin 2012 (C10) dépasse 120% du capital à fin 2010 (C8), une régularisation fiscale des entrées de capitaux présuppose qu il est possible d attester des sorties de capitaux pour la période entre 2003 et Des plus-values sur les avoirs pendant la période de 2011 à 2012 peuvent par ailleurs servir à expliquer la différence entre C8 et C10. En cas de transfert d avoirs d un agent payeur étranger à une relation de clientèle / de compte nouvellement ouverte auprès d un agent payeur suisse durant la période transitoire, une régularisation fiscale partielle ou totale est éventuellement possible dans le cadre de la consolidation (cf. ch ). Les exemples ci-après ont pour but de clarifier la réglementation concernant les nouveaux clients. 2.2 Exemples Exemple 1 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2011, ADE1 fait exécuter par un agent payeur étranger un virement de 20 sur le compte 1. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2005 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 120.

5 ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et correspondent à 5 ans (n), 80 (C), 100 (C8) et 120 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 2 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 ouvre par ailleurs en 2011 le compte 2 auprès de l agent payeur A sur lequel il fait virer 20 par un agent payeur étranger. Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (A) 20 n/a 20 ADE1 est une personne concernée. En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale séparément pour chaque relation de clientèle / de compte (cf. Directive, chap. 8.2, Cm 57). Sur demande des parties contractantes, l agent payeur peut consolider plusieurs relations de clientèle / de compte d une même personne concernée pour le calcul du paiement unique (cf. Directive, chap ). - En l absence de demande de consolidation Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour le compte 1 et pour le compte 2.

6 Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et correspondent à 5 ans (n), 80 (C), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Compte 2 Il n est par contre pas possible de régulariser le compte 2 puisque l entrée de capitaux de 20 durant la période transitoire ne provenait pas d un agent payeur suisse, mais d un agent payeur étranger. - Avec demande de consolidation C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne (compte 1) et s élèvent donc à 80 (C) et à 5 ans (n). C8 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (100) et C10 du compte 2 (20) et s élève donc à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur les comptes est soumis à la régularisation fiscale. Remarque La variante «Avec demande de consolidation» aboutit au même résultat qu une variante dans laquelle les avoirs auraient été transférés vers un compte existant (cf. exemple 1 au chiffre 2.2.1). I En l absence de demande de consolidation

7 Avec demande de consolidation Exemple 3 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. De plus, ADE1 est titulaire du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B depuis En 2011, ADE1 clôture ce compte et transfère les avoirs (s élevant à 20) sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A en Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (B) n/a Compte (A) 20 n/a 20 L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. Le compte 1 et le compte 3 sont en principe régularisés séparément. Sur demande des parties contractantes, il est toutefois possible de consolider le compte 1 et le compte 3. - En l absence de demande de consolidation Compte 1 Pour le compte 1, C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élève à 80 (C), 5 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

8 Compte 3 Pour le compte 3, C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B et s élèvent à 15 (C), 8 ans (n) et 20 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 20 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 20 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation I C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne. Il s agit du compte 2 détenu auprès de l agent payeur suisse B et clôturé pendant la période transitoire. C et n sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B à l agent payeur A (n: 8 ans et C: 15). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (100) et C8 du compte 2 (20) et s élève donc à 120. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (100) et C10 du compte 3 (20) et s élève donc à 120. L ensemble des avoirs comptabilisés sur les comptes est ainsi soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation

9 Avec demande de consolidation Exemple 4 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. De plus, ADE1 est titulaire du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B depuis En 2011, ADE1 clôture ce compte et transfère les avoirs (s élevant à 20) sur le compte 1 existant auprès de l agent payeur suisse A. Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (B) n/a ADE1 est une personne concernée. Les avoirs s élevant à 20 ne sont pas transférés par l agent payeur suisse B vers un nouveau compte mais vers le compte déjà existant, détenu auprès de l agent payeur suisse A. La réglementation concernant les nouveaux clients n est donc pas applicable. C, n, C8 et C10 sont par conséquent déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 5 ans (n), 100 (C8) et 120 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

10 I Exemple 5 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2011, ils clôturent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent des avoirs à hauteur de 60 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE1 auprès de l agent payeur suisse B et à hauteur de 40 sur le compte individuel 3 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse B. La clé de répartition documentée par l agent payeur A pour le compte 1 était de 60% pour ADE1 et de 40% pour ADE2. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A les deux déclarations suivantes: Année d ouverture Solde en compte à fin 2002 Solde en compte à fin 2010 ADE ADE ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n et C8 du compte 2 d ADE1 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 8 ans (n), 48 (C) et 60 (C8). C10 du compte 2 d ADE1 est déterminé en référence au solde en compte à fin 2012 du compte 2 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève ainsi à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE2 C, n et C8 du compte 3 d ADE2 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 8 ans (n), 32 (C) et 40 (C8). C10 du compte 3 d ADE2 est déterminé en référence au solde en compte à fin 2012 du compte 3 et s élève à 40. Le capital déterminant s élève ainsi à 40 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

11 I Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin 2002 et à 60 à fin En 2008, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 50 à fin 2008 et à 60 à fin En 2011, ADE1 et ADE2 clôturent leurs deux comptes individuels et transfèrent les avoirs s élevant à 60 (compte 1 d ADE1) et à 60 (compte 2 d ADE2) sur le compte commun 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. L agent payeur suisse B n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte commun 3. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A les deux déclarations suivantes: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A concernant le compte 1 liquidé durant la période transitoire et s élèvent à 8 ans (n), 80 (C) et 60 (C8). C10 est déterminé en divisant le solde en compte du compte 3 à fin 2012 (120) par le nombre de têtes. C10 est donc égal à 60 et le capital déterminant s élève à 60.

12 - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A concernant le compte 2 liquidé durant la période transitoire et s élèvent à 2 ans (n), 50 (C) et 60 (C8). C10 est déterminé en divisant le solde en compte du compte 3 à fin 2012 (120) par le nombre de têtes. C10 est donc égal à 60 et le capital déterminant s élève à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte s élevant à 120 (60 pour ADE1 et 60 pour ADE2) est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte à fin 2008 Solde en compte à fin 2010 ADE ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 du compte 3 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 2 ans (n), 80 (C) et 100 (C8). [L ancien agent payeur suisse A ne détermine pas C et n en référence au compte 1.]. C10 correspond au solde en compte du compte 3 à fin 2012 et s élève à 120.

13 Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 8 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert en 2008 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert en 2011 auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 auprès de l agent payeur suisse A avec le compte 3 auprès de l agent payeur suisse B n est pas possible (aucune consolidation entre différents agents payeurs). Le compte 1 et le compte 3 doivent par conséquent être régularisés séparément. - Compte 1 (responsabilité de l agent payeur A) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

14 - Compte 3 (responsabilité de l agent payeur B) I C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur A et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. Exemple 9 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 de l agent payeur A sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8) [la reprise de C et de n du compte 1 clôturé n est pas autorisée]. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

15 I Exemple 10 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 auprès de l agent payeur suisse A avec le compte 3 auprès de l agent payeur suisse B n est pas possible (aucune consolidation entre différents agents payeurs). Les comptes 1 et 3 doivent par conséquent être régularisés séparément. - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

16 I Exemple 11 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2010, le solde en compte du compte 2 s élève à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l agent payeur B et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8) [la reprise de C et de n du compte 1 clôturé n est pas autorisée]. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

17 I Exemple 12 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale séparément pour chaque relation de clientèle / de compte. L agent payeur A peut sur demande des parties contractantes procéder à la consolidation du compte 1 et du compte 3. - En l absence de demande de consolidation - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au

18 compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation I C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 60 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50) et C8 du compte 2 (50 [selon la déclaration de l agent payeur B]); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (60) et C10 du compte 3 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation

19 Exemple 13 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert en 2011 auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 3 avec le compte 1 clôturé est possible sur demande de la partie contractante. - En l absence de demande de consolidation C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation En cas de consolidation du compte 3 avec le compte 1 clôturé, C et n sont repris du compte 1 et s élèvent à 60 (C) et 8 ans (n). C8 est déterminé en référence au solde en compte du compte 2 à fin 2010 et s élève à 100. C10 est déterminé en référence au solde en compte du compte 3 à fin 2012 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

20 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation

21 Exemple 14 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 avec le compte 3 est possible sur demande de la partie contractante. - En l absence de demande de consolidation - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 60 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50) et C8 du compte 2 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (60) et C10 du compte 3 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

22 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 15 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 800 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte et transfère les avoirs s élevant à 600 sur le compte commun 2 nouvellement ouvert par ADE1 et ADE2 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte commun 2). Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 600 et à fin 2010 à 600. En 2011, ADE1 et ADE2 clôturent le compte commun 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent les avoirs à hauteur de 300 sur le compte 3 d ADE1 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A et à hauteur de 300 sur le compte 4 d ADE2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 d ADE1 s élève à 500.

23 Fin 2012, le solde en compte du compte 4 d ADE2 s élève à 300. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE1 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 300 (C / 600:2), 2 ans (n) et 300 (C8 / 600:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 500. Le capital déterminant s élève à 360 (120% de 300). Ainsi, les avoirs à hauteur de 360 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 140 ne peuvent pas être régularisés au moyen d un paiement unique. - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 300 (C / 600:2), 2 ans (n) et 300 (C8 / 600:2). C10 est déterminé en référence au compte 4 et s élève à 300. Le capital déterminant s élève donc à 300 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE1 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 800 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 300 (600:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 500. Le capital déterminant s élève à 360 (120% de 300). Ainsi, les avoirs à hauteur de 360 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 140 ne peuvent pas être régularisés. - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation.

24 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation 3 Successions 3.1 Généralités Conformément aux accords, le successeur subroge la personne concernée. Les exemples ci-après ont pour but de clarifier cette réglementation. Les valeurs de n, C et C8 sont reprises de la relation de clientèle / de compte du défunt seulement sur demande de la partie contractante.

25 3.2 Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en Il n a (jusqu à présent) pas été possible de déterminer les héritiers. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 1 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en En 2005, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier.

26 ADE2 et ADE3 conservent ensemble le compte 1 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3). En 2008, ADE2 ouvre un compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 20, à fin 2010 à 20 et à fin 2012 à 20. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - ADE2 En raison des différentes clés de répartition, il n est pas possible de consolider le compte 1 et le compte 2. - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10 / 100:2). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 20 (C), 2 ans (n), 20 (C8) et 20 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 20 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10 / 100:2). Le capital déterminant s élève à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 1 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I

27 Exemple 3 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2010, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel nouvellement ouvert par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. ADE3 ouvre en 2008 le compte 4 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève fin 2008 à 1000, fin 2010 à 1000 et fin 2012 à Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 - Compte 2 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 - Compte 3 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

28 I - Compte 4 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 4 et s élèvent à 1000 (C), 2 ans (n), 1000 (C8) et 1100 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 3 (50) et C8 du compte 4 (1000); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 3 (50) et C10 du compte 4 (1100); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation

29 Avec demande de consolidation Exemple 4 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en 2010 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2010, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 ouvert par ADE3 en 2009 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à fin 2009 à 1000, à fin 2010 à 1050 et à fin 2012 à Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n).

30 C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 1000 (C), 1 an (n), 1050 (C8) et 1150 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 1050 (C8) et à 1150 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I En l absence de demande de consolidation

31 Avec demande de consolidation Exemple 5 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en L agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1. En 2011, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève à 50. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à 50. ADE3 ouvre en 2008 le compte 4 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 4 s élève fin 2008 à 50, fin 2010 à 50 et fin 2012 à 60. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 (compte 2) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

32 - ADE3 - Compte 3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Compte 4 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 4 et s élèvent à 50 (C), 2 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50 [100:2 = 50]) et C8 du compte 4 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 3 (50) et C10 du compte 4 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 110. Le capital déterminant s élève ainsi à 110 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

33 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en L agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1.

34 En 2011, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 ouvert en 2009 par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80 et à fin 2010 à 100. Fin 2012, le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à fin 2009 à 50, à fin 2010 à 50 et à fin 2012 à 110. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 (compte 2) C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 1 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 (compte 3) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 50 (C), 1 an (n), 50 (C8) et 110 (C10). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de K8 = 50 x 120%). Ainsi, les avoirs à hauteur de 60 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 50 ne peuvent pas être régularisés. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 (compte 3) C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50 [100:2 = 50]) et C8 du compte 3 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 110. Le capital déterminant s élève donc à 110 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

35 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2008, le compte individuel est converti en un compte commun détenu par ADE1 et ADE2, également personne physique résidant en Autriche (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2). ADE1 décède en En 2011, ADE2 et ADE3, également personne physique résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur suisse A au moyen d un certificat d héritier. ADE2 et ADE3 conservent ensemble le compte 1 (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 120.

36 Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 60 (C10 / 120:2). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 60 (C10 / 120:2). Le capital déterminant s élève ainsi à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. La solution pourrait être différente si la clé de répartition était documentée auprès de l agent payeur A. I 4 Changement des bénéficiaires effectifs d une relation collective / d un compte joint 4.1 Généralités Accords avec AT et GB Les accords avec AT et GB ne contiennent pas de règles relatives à la marche à suivre en cas de changement (entrée ou sortie) des bénéficiaires effectifs d une relation collective ou d un compte joint pendant la période transitoire. Directive de l AFC La Directive de l AFC définit comment déterminer C, n, C8 et C10 pour les relations collectives / les comptes joints. Le chiffre 14.4 de la Directive précise: «Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de compte/dépôt, le paiement unique doit être calculé individuellement pour chaque personne concernée. Des mesures de régularisation fiscale doivent être prises pour les personnes concernées qui étaient bénéficiaires effectifs à la date du 31 décembre 2010 ainsi qu à la date d entrée en vigueur de l accord applicable. Concernant le Royaume-Uni, il faut en outre que la personne soit bénéficiaire effectif au 31 mai 2013.

37 Il n est pas possible de régulariser les avoirs d une personne qui était bénéficiaire effectif à la date du 31 décembre 2010 mais pas à la date d entrée en vigueur de l accord applicable. Il n est pas possible de régulariser les avoirs d une personne qui est bénéficiaire effectif à la date d entrée en vigueur de l accord applicable mais qui ne l était pas au 31 décembre Les règles de la Directive relatives à la marche à suivre pour les relations collectives / comptes joints et les sociétés de domicile peuvent être résumées de la manière suivante: C, n, C 8 et C 10 sont déterminés de la manière suivante): - C La répartition de C sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre n Une seule date d ouverture s applique pour toutes les personnes. La date d ouverture d une relation de clientèle / de compte correspond à la première comptabilisation d avoirs sur la relation de clientèle / de compte. La circonstance qu une ou plusieurs personnes concernées n étaient éventuellement pas encore bénéficiaires effectifs à cette date ne change rien à la situation. - C 8 La répartition de C 8 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre C 10 La répartition de C 10 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre Application des règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints L agent payeur applique les règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints dès lors que plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs de la relation de clientèle / de compte d une société de domicile (Cm 89). Selon les règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints, les principes suivants s appliquent: Dès lors qu au moins un des bénéficiaires effectifs d une relation collective ou d un compte joint est une personne concernée, tous les avoirs doivent lui être attribués. En d autres termes, une mesure de régularisation fiscale des avoirs est prise pour l ensemble des avoirs déposés en compte/dépôt (Cm 84). Cette règle ne s applique toutefois pas si l agent payeur, au regard de la documentation établie dans le cadre de la vérification de l identité de la partie contractante, peut déterminer les bénéficiaires effectifs. Dans ce cas, il convient de répartir les avoirs en fonction du nombre de bénéficiaires effectifs («par tête») et d établir le décompte en conséquence, à moins que l agent payeur n ait été informé d une clé de répartition différente par une communication écrite des cotitulaires du compte/dépôt et en fasse mention dans le dossier client. L agent payeur n est pas tenu de vérifier les informations concernant la clé de répartition.

38 4.2 Entrée d un nouveau bénéficiaire effectif à une relation collective / un compte joint Avant la période transitoire Les répercussions de l arrivée d un nouveau bénéficiaire effectif avant la période transitoire peuvent être résumées comme suit: C Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre L agent payeur procède à la répartition de C par tête, à moins qu il n ait documenté la clé de répartition. n Une seule date d ouverture s applique pour toutes les personnes concernées, à savoir la date d ouverture de la relation de clientèle / de compte (première écriture sur la relation de clientèle / de compte). C 8 La répartition de C 8 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre C 10 La répartition de C 10 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre Pendant la période transitoire Lorsqu une nouvelle personne entre comme bénéficiaire effectif dans une relation de compte/dépôt existante pendant la période transitoire, il faut distinguer entre les deux cas de figure suivants: Le nouveau bénéficiaire effectif apporte des avoirs à la relation de compte/dépôt existante (cas A). La personne accède au statut de bénéficiaire effectif sans apporter d avoirs à la relation de compte/dépôt existante (cas B) Cas A: le nouveau bénéficiaire effectif apporte des avoirs Ne s agissant pas de l ouverture d une nouvelle relation de compte/dépôt, l entrée d un nouveau bénéficiaire effectif n est pas soumise aux dispositions relatives à l ouverture d une nouvelle relation d affaires (art. 8 Accord UK et art. 6 Accord AT). Ainsi, la personne n est en particulier pas tenue de fournir à l agent payeur les informations précisées dans les dispositions applicables concernant le dépôt des avoirs à la date de référence 2. Ce cas présente néanmoins des similitudes factuelles avec le changement d agent payeur pendant la période transitoire puisqu il y a transfert d avoirs susceptibles d avoir été déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Du point de vue de l agent payeur suisse, il faut donc s efforcer d intégrer à la régularisation fiscale les avoirs apportés par le bénéficiaire effectif nouvellement

39 arrivé pour autant que ceux-ci étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Eu égard à l absence d obligation pour le bénéficiaire effectif de renseigner sur la situation des avoirs à la date de référence 2, ceux-ci peuvent seulement être intégrés à la régularisation fiscale à condition que la personne concernée ou le cocontractant en fassent la demande auprès de l ancien et du nouvel agent payeur et produisent les justificatifs correspondants. Bien entendu, pour pouvoir régulariser les avoirs apportés, ceux-ci doivent avoir été déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Il est indispensable que l ancien agent payeur adresse une déclaration (C et C 8 ) au nouvel agent payeur (cette déclaration est superflue dès lors que les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur). La marche à suivre pour déterminer C, n, C 8 et C 10 est décrite ci-après. C - Bénéficiaires effectifs déjà en place C par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). - Nouveau bénéficiaire effectif n Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. - Nouveau bénéficiaire effectif C 8 Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place C8 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). - Nouveau bénéficiaire effectif C 10 Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place et nouvellement arrivés C10 par bénéficiaire déjà en place ou nouvellement arrivé est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée) Cas B: le nouveau bénéficiaire effectif N APPORTE PAS d avoirs Ce cas de figure ne présente aucune similitude avec le changement d agent payeur pendant la période transitoire. De ce fait, la régularisation fiscale du

40 passé N EST PAS POSSIBLE pour les bénéficiaires effectifs nouvellement arrivés. Il faut par contre procéder à la régularisation fiscale du passé pour les bénéficiaires effectifs déjà en place en procédant de la manière suivante: C C par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). n Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. C 8 C8 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). C 10 C10 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). 4.3 Sortie d un bénéficiaire effectif d une relation collective / d un compte joint Avant la période transitoire Les explications relatives à l arrivée de bénéficiaires effectifs avant la période transitoire s appliquent par analogie. Pendant la période transitoire La question se pose de savoir comment l agent payeur doit procéder lorsqu un bénéficiaire effectif quitte une relation collective / un compte joint pendant la période transitoire. Selon nous, il serait sensé de procéder de la manière suivante: - Concernant les bénéficiaires effectifs quittant la relation, il n est pas possible de procéder à une régularisation fiscale du passé (sauf en cas de changement vers un autre agent payeur). - Concernant les bénéficiaires effectifs restant en place, il faut procéder à la régularisation fiscale du passé de la manière suivante: C C par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). n Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. C 8 C8 par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée).

41 C 10 C10 par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). Une éventuelle compensation des flux sortants doit se faire en référence à la clé de répartition de C Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

42 I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80 x 1/2), 8 ans (n), 75 (C8 / 150 x 1/2) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80 x 1/2), 8 ans (n), 75 (C8 / 150 x 1/2) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève ainsi à 75. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

43 I Exemple 3 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

44 I Exemple 4 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

45 I Exemple 5 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2.

46 - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de

47 compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève à 100 (C8 est supérieur à C10). - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de C8). Ainsi, les mesures de régularisation fiscale portent au total sur des avoirs s élevant à 160 (100/ADE1 et 60/ADE2) bien que les avoirs déposés sur le compte s élèvent seulement à 150. I

48 Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Allemagne, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2

49 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l agent payeur suisse B et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 8 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. ADE2 n est pas une personne concernée car elle n est pas en mesure de prouver que les avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 100.

50 Seule une partie des avoirs déposés sur le compte est soumise à la régularisation fiscale; des avoirs à hauteur de 50 n y sont pas soumis. I Exemple 9 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève 80 à fin 2002 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2008, ADE2 sort du compte commun (versement de 40 à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 50 et à fin 2012 à 50. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse aux dates de référence 2 et 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Concernant la détermination de C, il convient encore de préciser ce qui suit. Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre Le 31 décembre 2010, seul ADE1 était partie prenante au compte 1. C doit donc être attribué dans sa totalité à ADE1. Dans le présent cas de figure, il est donc sans intérêt de savoir si l agent payeur connaissait la clé de répartition entre ADE1 et ADE2.

51 I Exemple 10 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Fin 2002, le solde en compte du compte 1 s élève à 80. En 2008, ADE2 sort du compte commun (aucun versement à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse aux dates de référence 2 et 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Concernant la détermination de C, il convient encore de préciser ce qui suit. Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre Le 31 décembre 2010, seul ADE1 était partie prenante au compte 1. C doit donc être attribué dans sa totalité à ADE1. Dans le présent cas de figure, il est donc sans intérêt de savoir si l agent payeur connaissait la clé de répartition entre ADE1 et ADE2.

52 I Exemple 11 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 fin 2002 et à 100 fin En 2011, ADE2 sort du compte commun (versement de 50 à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 50. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I

53 Exemple 12 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 fin 2002 et à 100 fin En 2011, ADE2 sort du compte commun (aucun versement à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 100. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de C8). Des avoirs à hauteur de 40 (solde en compte de 100 moins 60) ne peuvent pas faire l objet d une régularisation fiscale. I 5 Consolidation 5.1 Généralités Accords avec AT et GB Les accords avec AT et GB ne contiennent pas de règles relatives à la consolidation de relations de clientèle / de compte.

54 Directive de l AFC La Directive de l AFC spécifie les règles suivantes: - Principe de régularisation fiscale séparée de chaque relation de clientèle / de compte En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale des avoirs séparément pour chaque relation de clientèle / de compte. Cela s applique aussi lorsqu une ou plusieurs personnes concernées détiennent ou détenaient ensemble plusieurs relations de clientèle / de compte auprès d un même agent payeur. - Exception concernant la consolidation de relations de clientèle / de compte La Directive de l AFC autorise sous certaines conditions, décrites dans le détail dans ladite Directive, la consolidation de relations de clientèle / de compte. La Directive de l AFC ne fournit par contre aucune règle relative à la manière de procéder pour la consolidation. 5.2 Conditions pour une consolidation Conformément aux chiffres marginaux 58 ss, la consolidation de plusieurs relations de clientèle / de compte est possible dans les conditions suivantes: a. Chacune des relations de clientèle / de compte appartient à une ou plusieurs personnes concernées identiques détenant des parts égales. b. Les relations de clientèle / de compte sont gérées par un même agent payeur (aucune consolidation impliquant plusieurs agents payeurs). c. Le cocontractant a donné une instruction écrite pour procéder à la consolidation. Cette instruction doit mentionner (clairement) les relations de clientèle / de compte à consolider. L instruction doit être donnée avant le 31 mai Marche à suivre pour la consolidation Comme évoqué plus haut, la Directive de l AFC ne décrit pas en détail comment procéder à la consolidation. La seule précision en la matière est que les relations de clientèle / de compte tant existantes que clôturées peuvent être consolidées. Nous proposons de procéder comme suit pour consolider plusieurs relations de clientèle / de compte: a. Déterminer C et n C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne et s appliquent de manière unique pour l ensemble des relations de clientèle / de compte consolidées. Lorsque plusieurs relations de clientèle / de compte ont été ouvertes une même année, C est déterminé en additionnant les avoirs des relations de clientèle / de compte en question.

55 b. Déterminer C 8 C 8 est déterminé en additionnant les avoirs de l ensemble des relations de clientèle / de compte. c. Déterminer C 10 C 10 est déterminé en additionnant les avoirs de l ensemble des relations de clientèle / de compte. 5.4 Attestation L agent payeur établit une attestation pour les relations de clientèle / de compte consolidées. L ensemble des comptes et dépôts consolidés figure sur cette attestation. 5.5 Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 60% du compte 1 et ADE2 40% du compte 1). Fin 2002, le solde en compte du compte 1 s élève à 80. En 2008, ADE1 et ADE2 clôturent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent des avoirs à hauteur de 60 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE1 auprès de l agent payeur suisse B et à hauteur de 40 sur le compte 3 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 60, à fin 2010 à 60 et à fin 2012 à 60. Le solde en compte du compte 3 s élève à fin 2008 à 40, à fin 2010 à 40 et à fin 2012 à 40. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n), 40 (C8) et 40 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 40 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. C et n du compte 1 clôturé auprès de l agent payeur suisse A ne peuvent pas être repris puisque le changement d agent payeur est survenu avant fin 2010 et donc pas pendant la période transitoire.

56 I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2004, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 50 à fin En 2008, ADE1 et ADE2 clôturent leurs deux comptes individuels et transfèrent les avoirs s élevant à 60 (compte 1 d ADE1) et à 60 (compte 2 d ADE2) sur le compte commun 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. (L agent payeur suisse B n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2). Le solde en compte du compte 3 s élève à fin 2008 à 120, à fin 2010 à 120 et à fin 2012 à 120. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 3 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. C et n des comptes 1 et 2 clôturés auprès de l agent payeur suisse A ne peuvent pas être repris puisque le changement d agent payeur est survenu avant fin 2010 et donc pas pendant la période transitoire.

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle / 26/11/2012 Page 0 Table des matières Thèmes Pages Le concept RUBIK 2 RUBIK, comment ça marche? 4 Schématisons le passé 5 Schématisons le futur

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES Article 1 Sociétés de placement hypothécaire Paragraphe 1(1) Définition de

Plus en détail

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail.

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail. LES CONGES PAYES DES ASSISTANTS MATERNELS Il s'agit d'une période de repos rémunérée accordée obligatoirement chaque année au salarié par son employeur. Pendant cette période, l'employeur ne peut pas faire

Plus en détail

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités Orig. FR Fiche explicative directive secteurs 1 Marchés concernant plusieurs activités 1. QUELS CAS SONT VISES? 1. L article 9 et le considérant 29 de la nouvelle directive secteurs - directive 2004/17/CE

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 2041 GT N 50883#06 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation

Plus en détail

1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives

1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives 1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives Etat au 1 er janvier 2016 Aperçu Les dispositions actuelles de la loi AVS prévoient que lors du calcul de la rente, d éventuelles bonifications pour

Plus en détail

1. LES SALARIES UTILISANT LES TRANSPORTS EN COMMUN

1. LES SALARIES UTILISANT LES TRANSPORTS EN COMMUN ZOOM SUR L AIDE AU TRANSPORT DOMICILE - TRAVAIL Sources : - art. 20 de LFSS 2009 du 17 décembre 2008 ; - Décret n 2008-1501 du 30 décembre 2008 relatif au remboursement des frais de transport des salariés

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er. La présente instruction a pour objet de fixer

Plus en détail

La convention de compte

La convention de compte LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 5 La convention de compte Ces mini-guides

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2004/02/09 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 OBJET: Aménagement du taux des intérêts

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

Taxes à la consommation

Taxes à la consommation BULLETIN D INTERPRÉTATION ET DES PRATIQUES ADMINISTRATIVES CONCERNANT LES LOIS ET LES RÈGLEMENTS Taxes à la consommation LAF. 36-1/R1 Prorogation de délais Publication : 29 décembre 2011 Renvoi(s) : Loi

Plus en détail

Services en ligne - Espace OF

Services en ligne - Espace OF Services en ligne - Espace OF G U I DE U T I L I S AT E U R «Espace OF» est un portail spécifique dédié aux organismes de formation partenaires d Actalians. Ce portail a pour vocation de simplifier les

Plus en détail

Cumul d activités & protection sociale

Cumul d activités & protection sociale Cumul d activités & protection sociale Avec le soutien financier de EURES Contributeurs CUMUL D ACTIVITéS ET PROTECTION SOCIALE EURES est un réseau européen créé en 1993 par la Commission européenne avec

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances

Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 14/3 du 1 er octobre 2014 L.I.R. n 14/3 Objet : distinction entre l agent d assurances et l agence d assurances 1) Définitions et introduction La loi

Plus en détail

Règlement de la Recommandation en ligne des noms de domaines gérés par l'afnic

Règlement de la Recommandation en ligne des noms de domaines gérés par l'afnic Règlement de la Recommandation en ligne des noms de domaines gérés par l'afnic Article 1 : Objet 1.1 Le CMAP met à la disposition des usagers de l Internet, conformément à la Charte de nommage de l Association

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Manuel de l utilisateur Intrum Web 2.0

Manuel de l utilisateur Intrum Web 2.0 Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 1.1 Accueil/page de démarrage... 3 2 Page de démarrage... 4 2.1 Statistiques... 5 2.2 Dossiers... 7 2.3 Messages... 8 2.4 Vos collègues... 10 3 Recherche de dossiers...

Plus en détail

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 02/06/2011 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Convention de Partenariat Chèques cadeaux «Shop In de l Est Parisien» 2015

Convention de Partenariat Chèques cadeaux «Shop In de l Est Parisien» 2015 Convention de Partenariat Chèques cadeaux «Shop In de l Est Parisien» 2015 Entre d une part : Raison sociale Forme juridique Au capital de Immatriculée au RCS de Sous le numéro Enseigne Activité Nom du

Plus en détail

Exercice 3.24. Les impôts sur les bénéfices. Question 1. Question 2. Problèmes et solutions

Exercice 3.24. Les impôts sur les bénéfices. Question 1. Question 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 3.24 Les impôts sur les bénéfices Question 1 Un de vos amis a récemment pris connaissance du rapport annuel d une société publique où il compte obtenir un emploi. Il vous demande

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/12/50 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

MANUEL DE GESTION. Centre de réadaptation La Myriade DIRECTIVE 1. RAISON D'ÊTRE DSA-RH-DIR-98-04 TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE

MANUEL DE GESTION. Centre de réadaptation La Myriade DIRECTIVE 1. RAISON D'ÊTRE DSA-RH-DIR-98-04 TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Centre de réadaptation La Myriade DSA-RH-DIR-98-04 MANUEL DE GESTION TITRE : VÉHICULE REQUIS TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Directeur des services administratifs Destinataires :

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT TITRE I - ACTIFS ET PARTS

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT TITRE I - ACTIFS ET PARTS REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT TITRE I - ACTIFS ET PARTS ARTICLE 1 - PARTS DE COPROPRIETE Les droits des copropriétaires sont exprimés en parts, chaque part correspondant à une même fraction de

Plus en détail

Pourcentages et évolutions

Pourcentages et évolutions Pourcentages et évolutions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Part en pourcentage 2 1.1 Ensemble de référence.......................................... 2 1.2 Addition et

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres F R A N C E Index Aperçu des effets de la convention 1 Formule 5003 12 Formule 5000 7 Notice (5000NOT-FR) 13 «5001 9 Feuille complémentaire R F a 17 «5002 11 ««R F b 19 Imputation forfaitaire d impôt (Partie

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/73 NOTE COMMUNE N 51/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/73 NOTE COMMUNE N 51/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/11/45 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/73 NOTE COMMUNE N 51/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

Texte n DGI 2013/23 Note commune 23/2013

Texte n DGI 2013/23 Note commune 23/2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2013/07//30 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2013/23 Note commune 23/2013 OBJET : Application du principe de priorité

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Règles de procédure de l Ombudsman des banques suisses Art. 1: Mission de l Ombudsman

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

Quelles obligations de tenue de comptabilité?

Quelles obligations de tenue de comptabilité? Quelles obligations de tenue de comptabilité? Loide 1901n imposepasàuneassociationlatenued unecomptabilité! Toutefois: Il est concrètement difficile d imaginer qu une association puisse fonctionner sans

Plus en détail

LA COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE,

LA COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE, DÉCISION N S10 du 19 décembre 2013 concernant la transition des règlements (CEE) n 1408/71 et (CEE) n 574/72 aux règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 et l application des procédures de remboursement

Plus en détail

Projet de loi n o 4. Présentation. Présenté par M. Laurent Lessard Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire

Projet de loi n o 4. Présentation. Présenté par M. Laurent Lessard Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 4 Loi permettant aux municipalités d octroyer un crédit de taxes à certains propriétaires d immeubles résidentiels touchés par une hausse

Plus en détail

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent.

Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 18. Le site pédagogique sur la banque et l argent. octobre 2012 n 18 compte Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le compte joint 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr 2 Ce mini-guide

Plus en détail

SUJET : REFORME DES PENSIONS DES MANDATAIRES

SUJET : REFORME DES PENSIONS DES MANDATAIRES 001 p. 1 SOMMAIRE 1. LES MANDATAIRES LOCAUX s appliquent-elles également aux mandataires locaux?... 2 Pourquoi la loi du 8 décembre 1976 réglant la pension de certains mandataires et celle de leurs ayants

Plus en détail

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014 INFO Janvier 2014 TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger Depuis le 30/06/2013, la détermination du lieu de référence a changé pour la location de longue

Plus en détail

Avenant au règlement. pour PraderLosinger SA (CCT du Canton du Valais plan de prévoyance 4) Fondation de prévoyance edifondo

Avenant au règlement. pour PraderLosinger SA (CCT du Canton du Valais plan de prévoyance 4) Fondation de prévoyance edifondo Fondation de prévoyance edifondo Avenant au règlement pour PraderLosinger SA (CCT du Canton du Valais plan de prévoyance 4) valable à partir du 1.1.2015 Dans un souci de simplification, seule la forme

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

Le temps de travail et les aménagements possibles

Le temps de travail et les aménagements possibles Le temps de travail et les aménagements possibles La durée du travail est régie par des règles précises. Il s agit notamment des questions relatives aux heures supplémentaires, aux durées maximales de

Plus en détail

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES TARIFS DES SERVICES D ADRESSAGE FOURNIS PAR L OPÉRATEUR DU FCR AUX ADMINISTRATEURS DE COMPTE FCR Publiés par l OP3FT, l organisation à but non lucratif dont l objet est de détenir, promouvoir, protéger

Plus en détail

AVOIRS EN DÉSHÉRENCE. Information de l Association suisse des banquiers

AVOIRS EN DÉSHÉRENCE. Information de l Association suisse des banquiers AVOIRS EN DÉSHÉRENCE Information de l Association suisse des banquiers Juin 2015 VZ Banque de Dépôt satisfait à ses obligations légales en vous informant de la problématique et des conséquences engendrées

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS

REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS Article 1 - Parts de copropriété Les droits des copropriétaires sont exprimés en parts, chaque part correspondant à une même fraction

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance Personalvorsorgestiftung der Ärzte und Tierärzte Fondation de prévoyance pour le personnel des médecins et vétérinaires Fondazione di previdenza per il personale dei medici e veterinari Encouragement à

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA)

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Version 1.0 Juin 08 Document adopté par le Conseil Enseignement,

Plus en détail

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres F R A N C E Index Aperçu des effets de la convention 1 Formule 5003 12 Formule 5000 7 Notice (5000NOT-FR) 13 «5001 9 Feuille complémentaire R F a 17 Formule 5002 11 ««R F b 19 Imputation forfaitaire d

Plus en détail

831.432.1. Ordonnance sur le «fonds de garantie LPP» (OFG) du 22 juin 1998 (Etat le 23 novembre 2004)

831.432.1. Ordonnance sur le «fonds de garantie LPP» (OFG) du 22 juin 1998 (Etat le 23 novembre 2004) Ordonnance sur le «fonds de garantie LPP» (OFG) 831.432.1 du 22 juin 1998 (Etat le 23 novembre 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 56, al. 3 et 4, 59, al. 2, et 97, al. 1, de la loi fédérale du

Plus en détail

en bref : Qu est-ce que Service-CCT? Comment utiliser Service-CCT? Comment trouver une CCT?

en bref :  Qu est-ce que Service-CCT? Comment utiliser Service-CCT? Comment trouver une CCT? en bref : Qu est-ce que Service-CCT?... 1 Comment utiliser Service-CCT?... 1 Comment trouver une CCT?... 1 Quels sont les services offerts par Service-CCT?... 3 Que sont les Détails CCT et comment fonctionnent-ils?...

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/05/20 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS REGLEMENT INTERIEUR

COMPTE EPARGNE TEMPS REGLEMENT INTERIEUR COMPTE EPARGNE TEMPS REGLEMENT INTERIEUR Consultation du Comité Technique Paritaire : 7 décembre 2010 Délibération du Conseil municipal : 17 décembre 2010 2 I. Bénéficiaires du compte épargne temps Les

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p.

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p. Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p., député Mars 2015 Préface Les présentes notes explicatives portent sur

Plus en détail

Annexe 1 au règlement Sporttip

Annexe 1 au règlement Sporttip Annexe 1 au règlement Sporttip Sporttip Set est l un des différents types de participation proposés par la Loterie Romande. Il s agit pour le participant de pronostiquer l issue, respectivement le résultat

Plus en détail

La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009

La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009 La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009 1. Domaine d application de la convention 2 a) Les impôts visés 2 b) La définition du domicile fiscal 2 c) Clause

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs

Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs Ces modifications entrent en vigueur le 5 juin 2014 et elles s appliquent à l ensemble

Plus en détail

Accord. (texte en vigueur à partir du 1 er mars 2014)*

Accord. (texte en vigueur à partir du 1 er mars 2014)* Accord entre l Institut national de la propriété industrielle du Brésil et le Bureau international de l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle concernant les fonctions de l Institut national

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 2015-C-DGAD-DEE-023

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 2015-C-DGAD-DEE-023 AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 2015-C-DGAD-DEE-023 ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, CS 80319, 86008 POITIERS Cedex, représenté par le Président du Conseil Départemental,

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT N 3916 N 11916 * 05 N 50869 # 05 DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT D UN COMPTE OUVERT HORS DE FRANCE 1. IDENTITÉ DU (OU DES) DÉCLARANT(S) (CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS : ART. 1649 A, 2 e ET 3 e AL. ; ART. 1758 ET

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA GARDE

RÈGLEMENT DE LA GARDE RÈGLEMENT DE LA GARDE Préambule L article 40 lettre f de la loi fédérale sur les professions médicales universitaires du 23 juin 2006 (LPMéd) impose à tout médecin exerçant à titre indépendant de participer

Plus en détail

NOUVELLE PROCEDURE DE CONNEXION A INTERVAT

NOUVELLE PROCEDURE DE CONNEXION A INTERVAT NOUVELLE PROCEDURE DE CONNEXION A INTERVAT En quoi consiste cette nouvelle procédure? A partir du 11 février 2014, le processus de connexion à Intervat via FEDIAM (Federal Identity and Access Management)

Plus en détail

MAI 2013 N 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES COMPTE. Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

MAI 2013 N 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES COMPTE. Le compte joint. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent MAI 2013 N 18 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le compte joint Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Qu est-ce qui caractérise

Plus en détail

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000)

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000) Administration fédérale des contributions Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre http://www.estv.admin.ch Circulaire Traitement fiscal des prêts consortiaux,

Plus en détail

Code civil (Partage de la prévoyance professionnelle en cas de divorce)

Code civil (Partage de la prévoyance professionnelle en cas de divorce) Avant-projet décembre 2009 (version pour la procédure de consultation) Code civil (Partage de la prévoyance professionnelle en cas de divorce) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage

VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage 157 158 VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage A. Frais en cas de conclusion d un contrat de mariage Les contrats de mariage qui ne contiennent pas de dispositions

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#12 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

CONVENTION USA - SUISSE

CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION ENTRE LA CONFÉDÉRATION SUISSE ET LES ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE EN VUE D'ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIÈRE D'IMPÔTS SUR LE REVENU, SIGNÉE À WASHINGTON, LE 2 OCTOBRE

Plus en détail

LE DROIT AUX ALLOCATIONS FAMILIALES

LE DROIT AUX ALLOCATIONS FAMILIALES LE DROIT AUX ALLOCATIONS FAMILIALES POUR ÉTUDIANT DE 18 À 25 ANS Quelles formations permettent de maintenir le droit de 18 à 25 ans? A partir de l année scolaire ou académique 2005/2006, les conditions

Plus en détail

Les règles spéciales décrites dans les articles qui suivent s appliquent en particulier au pari Sporttip One.

Les règles spéciales décrites dans les articles qui suivent s appliquent en particulier au pari Sporttip One. x Annexe 2 au règlement Sporttip 2e édition - novembre 2012 Sporttip One est l un des types de participation proposés par la Loterie Romande. Il s agit pour le participant de pronostiquer l issue, respectivement

Plus en détail

Règlement sur la liquidation partielle.

Règlement sur la liquidation partielle. Règlement sur la liquidation partielle. 2 Sommaire 1 But 2 Liquidation partielle de la Fondation 2.1 Conditions 2.2 Jour de référence 2.3 Détermination des fonds libres/ 2.4 Répartition des fonds libres

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 30 mai 2006, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Gerardo Movilla (Espagne), membre John Didulica

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

A. Obligations générales d information et de déclaration Cm 4 9

A. Obligations générales d information et de déclaration Cm 4 9 Table des matières I. Objet et champ d application Cm 1 3 II. Règles applicables aux SLB avec la clientèle Cm 4 20 A. Obligations générales d information et de déclaration Cm 4 9 B. SLB non couvert Cm

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008

Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008 Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008 1. Attribution bénéficiaire Dans les contrats d assurance du pilier 3a, un bénéficiaire ou plusieurs bénéficiaires

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Transmission d entreprise Principaux aspects fiscaux Jean-Marc Vionnet Mazars Coresa SA, Fribourg Plan de l exposé I. Introduction II. Les conséquences fiscales de la transmission d une entreprise III.

Plus en détail

ATELIER SUR L ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS (ACCIS) Critères d éligibilité pour les sociétés et définition du groupe ACCIS

ATELIER SUR L ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS (ACCIS) Critères d éligibilité pour les sociétés et définition du groupe ACCIS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Initiatives relatives à la fiscalité des sociétés Bruxelles, le TaxudD1/ CCCTB/RD\001\doc\fr Orig.

Plus en détail