Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document."

Transcription

1 Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document

2 1 Termes et abréviations Réglementation concernant les nouveaux clients Généralités Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Successions Généralités Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Changement des bénéficiaires effectifs d une relation collective / d un compte joint Généralités Accords avec AT et GB Directive de l AFC Entrée d un nouveau bénéficiaire effectif à une relation collective / un compte joint Avant la période transitoire Pendant la période transitoire Sortie d un bénéficiaire effectif d une relation collective / d un compte joint Avant la période transitoire Pendant la période transitoire Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Consolidation Généralités Accords avec AT et GB Directive de l AFC Conditions pour une consolidation Marche à suivre pour la consolidation Attestation Exemples Exemple Exemple

3 1 Termes et abréviations Les termes et abréviations suivants sont utilisés. Certificat d héritier Compte joint/collectif Cpte Attestation officielle du droit de succession (différents documents en fonction de l Etat partenaire [p. ex. certificat d héritier ou similaire]) Hypothèse: en principe, répartition des avoirs par personne, autres clés de répartition selon instructions client Relation de base / relation d affaires Période transitoire AT , UK ADE C Ayant-droit économique Montant du capital à la fin de l année durant laquelle la relation bancaire a été ouverte. Pour les relations bancaires ouvertes avant le 1 er janvier 2003, le montant du capital au 31 décembre 2002 est déterminant. n Nombre d années d existence de la relation bancaire avant le 31 décembre 2010 C8 Solde de la relation d affaires au C10 Solde de la relation d affaires au nn Base d actifs Clôture de compte Relation d affaires auprès de l agent payeur suisse A Relation d affaires auprès de l agent payeur suisse B Relation d affaires auprès d un agent payeur étranger Directive Directive relative aux accords concernant la coopération avec d autres Etats en matière fiscale et à la loi fédérale sur l imposition internationale à la source (régularisation fiscale des avoirs) «Compte» désigne toujours une relation de clientèle / de compte et non pas un compte individuel (d une relation de clientèle / de compte).

4 2 Réglementation concernant les nouveaux clients 2.1 Généralités La réglementation concernant les nouveaux clients implique principalement qu en cas de changement d une relation d affaires d une personne concernée d un agent payeur suisse à un autre agent payeur suisse durant la période transitoire, le capital initial (C), l année d ouverture (n) ainsi que le capital de la relation d affaires à fin 2010 (C8) peuvent être repris de l ancien agent payeur (selon la déclaration de l ancien agent payeur au nouvel agent payeur). Par contre, la réglementation concernant les nouveaux clients ne s applique pas notamment lorsque le changement de la relation d affaires est survenu avant la période transitoire; la relation de clientèle / de compte de la personne concernée n était pas gérée par un agent payeur suisse mais par un agent payeur étranger; les avoirs n ont pas été transférés vers un compte nouvellement ouvert mais vers un compte déjà existant. Le fait que la réglementation concernant les nouveaux clients n est pas applicable ne signifie pas nécessairement qu une régularisation fiscale est impossible. Les entrées de capitaux sur des relations de clientèle / de compte existantes pendant la période transitoire sont automatiquement régularisées dans le cadre de la règle des 120% pourvu que le capital à fin 2012 (C10) ne dépasse pas 120% du capital à fin 2010 (C8). Dès lors que le capital à fin 2012 (C10) dépasse 120% du capital à fin 2010 (C8), une régularisation fiscale des entrées de capitaux présuppose qu il est possible d attester des sorties de capitaux pour la période entre 2003 et Des plus-values sur les avoirs pendant la période de 2011 à 2012 peuvent par ailleurs servir à expliquer la différence entre C8 et C10. En cas de transfert d avoirs d un agent payeur étranger à une relation de clientèle / de compte nouvellement ouverte auprès d un agent payeur suisse durant la période transitoire, une régularisation fiscale partielle ou totale est éventuellement possible dans le cadre de la consolidation (cf. ch ). Les exemples ci-après ont pour but de clarifier la réglementation concernant les nouveaux clients. 2.2 Exemples Exemple 1 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2011, ADE1 fait exécuter par un agent payeur étranger un virement de 20 sur le compte 1. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2005 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 120.

5 ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et correspondent à 5 ans (n), 80 (C), 100 (C8) et 120 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 2 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 ouvre par ailleurs en 2011 le compte 2 auprès de l agent payeur A sur lequel il fait virer 20 par un agent payeur étranger. Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (A) 20 n/a 20 ADE1 est une personne concernée. En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale séparément pour chaque relation de clientèle / de compte (cf. Directive, chap. 8.2, Cm 57). Sur demande des parties contractantes, l agent payeur peut consolider plusieurs relations de clientèle / de compte d une même personne concernée pour le calcul du paiement unique (cf. Directive, chap ). - En l absence de demande de consolidation Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour le compte 1 et pour le compte 2.

6 Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et correspondent à 5 ans (n), 80 (C), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Compte 2 Il n est par contre pas possible de régulariser le compte 2 puisque l entrée de capitaux de 20 durant la période transitoire ne provenait pas d un agent payeur suisse, mais d un agent payeur étranger. - Avec demande de consolidation C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne (compte 1) et s élèvent donc à 80 (C) et à 5 ans (n). C8 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (100) et C10 du compte 2 (20) et s élève donc à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur les comptes est soumis à la régularisation fiscale. Remarque La variante «Avec demande de consolidation» aboutit au même résultat qu une variante dans laquelle les avoirs auraient été transférés vers un compte existant (cf. exemple 1 au chiffre 2.2.1). I En l absence de demande de consolidation

7 Avec demande de consolidation Exemple 3 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. De plus, ADE1 est titulaire du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B depuis En 2011, ADE1 clôture ce compte et transfère les avoirs (s élevant à 20) sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A en Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (B) n/a Compte (A) 20 n/a 20 L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. Le compte 1 et le compte 3 sont en principe régularisés séparément. Sur demande des parties contractantes, il est toutefois possible de consolider le compte 1 et le compte 3. - En l absence de demande de consolidation Compte 1 Pour le compte 1, C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élève à 80 (C), 5 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

8 Compte 3 Pour le compte 3, C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B et s élèvent à 15 (C), 8 ans (n) et 20 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 20 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 20 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation I C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne. Il s agit du compte 2 détenu auprès de l agent payeur suisse B et clôturé pendant la période transitoire. C et n sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B à l agent payeur A (n: 8 ans et C: 15). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (100) et C8 du compte 2 (20) et s élève donc à 120. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (100) et C10 du compte 3 (20) et s élève donc à 120. L ensemble des avoirs comptabilisés sur les comptes est ainsi soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation

9 Avec demande de consolidation Exemple 4 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. De plus, ADE1 est titulaire du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B depuis En 2011, ADE1 clôture ce compte et transfère les avoirs (s élevant à 20) sur le compte 1 existant auprès de l agent payeur suisse A. Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (B) n/a ADE1 est une personne concernée. Les avoirs s élevant à 20 ne sont pas transférés par l agent payeur suisse B vers un nouveau compte mais vers le compte déjà existant, détenu auprès de l agent payeur suisse A. La réglementation concernant les nouveaux clients n est donc pas applicable. C, n, C8 et C10 sont par conséquent déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 5 ans (n), 100 (C8) et 120 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

10 I Exemple 5 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2011, ils clôturent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent des avoirs à hauteur de 60 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE1 auprès de l agent payeur suisse B et à hauteur de 40 sur le compte individuel 3 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse B. La clé de répartition documentée par l agent payeur A pour le compte 1 était de 60% pour ADE1 et de 40% pour ADE2. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A les deux déclarations suivantes: Année d ouverture Solde en compte à fin 2002 Solde en compte à fin 2010 ADE ADE ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n et C8 du compte 2 d ADE1 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 8 ans (n), 48 (C) et 60 (C8). C10 du compte 2 d ADE1 est déterminé en référence au solde en compte à fin 2012 du compte 2 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève ainsi à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE2 C, n et C8 du compte 3 d ADE2 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 8 ans (n), 32 (C) et 40 (C8). C10 du compte 3 d ADE2 est déterminé en référence au solde en compte à fin 2012 du compte 3 et s élève à 40. Le capital déterminant s élève ainsi à 40 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

11 I Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin 2002 et à 60 à fin En 2008, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 50 à fin 2008 et à 60 à fin En 2011, ADE1 et ADE2 clôturent leurs deux comptes individuels et transfèrent les avoirs s élevant à 60 (compte 1 d ADE1) et à 60 (compte 2 d ADE2) sur le compte commun 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. L agent payeur suisse B n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte commun 3. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A les deux déclarations suivantes: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A concernant le compte 1 liquidé durant la période transitoire et s élèvent à 8 ans (n), 80 (C) et 60 (C8). C10 est déterminé en divisant le solde en compte du compte 3 à fin 2012 (120) par le nombre de têtes. C10 est donc égal à 60 et le capital déterminant s élève à 60.

12 - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A concernant le compte 2 liquidé durant la période transitoire et s élèvent à 2 ans (n), 50 (C) et 60 (C8). C10 est déterminé en divisant le solde en compte du compte 3 à fin 2012 (120) par le nombre de têtes. C10 est donc égal à 60 et le capital déterminant s élève à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte s élevant à 120 (60 pour ADE1 et 60 pour ADE2) est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte à fin 2008 Solde en compte à fin 2010 ADE ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 du compte 3 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 2 ans (n), 80 (C) et 100 (C8). [L ancien agent payeur suisse A ne détermine pas C et n en référence au compte 1.]. C10 correspond au solde en compte du compte 3 à fin 2012 et s élève à 120.

13 Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 8 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert en 2008 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert en 2011 auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 auprès de l agent payeur suisse A avec le compte 3 auprès de l agent payeur suisse B n est pas possible (aucune consolidation entre différents agents payeurs). Le compte 1 et le compte 3 doivent par conséquent être régularisés séparément. - Compte 1 (responsabilité de l agent payeur A) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

14 - Compte 3 (responsabilité de l agent payeur B) I C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur A et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. Exemple 9 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 de l agent payeur A sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8) [la reprise de C et de n du compte 1 clôturé n est pas autorisée]. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

15 I Exemple 10 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 auprès de l agent payeur suisse A avec le compte 3 auprès de l agent payeur suisse B n est pas possible (aucune consolidation entre différents agents payeurs). Les comptes 1 et 3 doivent par conséquent être régularisés séparément. - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

16 I Exemple 11 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2010, le solde en compte du compte 2 s élève à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l agent payeur B et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8) [la reprise de C et de n du compte 1 clôturé n est pas autorisée]. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

17 I Exemple 12 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale séparément pour chaque relation de clientèle / de compte. L agent payeur A peut sur demande des parties contractantes procéder à la consolidation du compte 1 et du compte 3. - En l absence de demande de consolidation - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au

18 compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation I C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 60 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50) et C8 du compte 2 (50 [selon la déclaration de l agent payeur B]); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (60) et C10 du compte 3 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation

19 Exemple 13 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert en 2011 auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 3 avec le compte 1 clôturé est possible sur demande de la partie contractante. - En l absence de demande de consolidation C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation En cas de consolidation du compte 3 avec le compte 1 clôturé, C et n sont repris du compte 1 et s élèvent à 60 (C) et 8 ans (n). C8 est déterminé en référence au solde en compte du compte 2 à fin 2010 et s élève à 100. C10 est déterminé en référence au solde en compte du compte 3 à fin 2012 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

20 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation

21 Exemple 14 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 avec le compte 3 est possible sur demande de la partie contractante. - En l absence de demande de consolidation - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 60 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50) et C8 du compte 2 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (60) et C10 du compte 3 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

22 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 15 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 800 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte et transfère les avoirs s élevant à 600 sur le compte commun 2 nouvellement ouvert par ADE1 et ADE2 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte commun 2). Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 600 et à fin 2010 à 600. En 2011, ADE1 et ADE2 clôturent le compte commun 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent les avoirs à hauteur de 300 sur le compte 3 d ADE1 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A et à hauteur de 300 sur le compte 4 d ADE2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 d ADE1 s élève à 500.

23 Fin 2012, le solde en compte du compte 4 d ADE2 s élève à 300. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE1 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 300 (C / 600:2), 2 ans (n) et 300 (C8 / 600:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 500. Le capital déterminant s élève à 360 (120% de 300). Ainsi, les avoirs à hauteur de 360 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 140 ne peuvent pas être régularisés au moyen d un paiement unique. - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 300 (C / 600:2), 2 ans (n) et 300 (C8 / 600:2). C10 est déterminé en référence au compte 4 et s élève à 300. Le capital déterminant s élève donc à 300 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE1 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 800 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 300 (600:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 500. Le capital déterminant s élève à 360 (120% de 300). Ainsi, les avoirs à hauteur de 360 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 140 ne peuvent pas être régularisés. - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation.

24 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation 3 Successions 3.1 Généralités Conformément aux accords, le successeur subroge la personne concernée. Les exemples ci-après ont pour but de clarifier cette réglementation. Les valeurs de n, C et C8 sont reprises de la relation de clientèle / de compte du défunt seulement sur demande de la partie contractante.

25 3.2 Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en Il n a (jusqu à présent) pas été possible de déterminer les héritiers. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 1 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en En 2005, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier.

26 ADE2 et ADE3 conservent ensemble le compte 1 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3). En 2008, ADE2 ouvre un compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 20, à fin 2010 à 20 et à fin 2012 à 20. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - ADE2 En raison des différentes clés de répartition, il n est pas possible de consolider le compte 1 et le compte 2. - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10 / 100:2). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 20 (C), 2 ans (n), 20 (C8) et 20 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 20 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10 / 100:2). Le capital déterminant s élève à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 1 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I

27 Exemple 3 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2010, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel nouvellement ouvert par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. ADE3 ouvre en 2008 le compte 4 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève fin 2008 à 1000, fin 2010 à 1000 et fin 2012 à Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 - Compte 2 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 - Compte 3 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

28 I - Compte 4 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 4 et s élèvent à 1000 (C), 2 ans (n), 1000 (C8) et 1100 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 3 (50) et C8 du compte 4 (1000); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 3 (50) et C10 du compte 4 (1100); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation

29 Avec demande de consolidation Exemple 4 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en 2010 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2010, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 ouvert par ADE3 en 2009 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à fin 2009 à 1000, à fin 2010 à 1050 et à fin 2012 à Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n).

30 C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 1000 (C), 1 an (n), 1050 (C8) et 1150 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 1050 (C8) et à 1150 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I En l absence de demande de consolidation

31 Avec demande de consolidation Exemple 5 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en L agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1. En 2011, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève à 50. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à 50. ADE3 ouvre en 2008 le compte 4 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 4 s élève fin 2008 à 50, fin 2010 à 50 et fin 2012 à 60. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 (compte 2) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

32 - ADE3 - Compte 3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Compte 4 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 4 et s élèvent à 50 (C), 2 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50 [100:2 = 50]) et C8 du compte 4 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 3 (50) et C10 du compte 4 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 110. Le capital déterminant s élève ainsi à 110 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

33 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en L agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1.

34 En 2011, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 ouvert en 2009 par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80 et à fin 2010 à 100. Fin 2012, le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à fin 2009 à 50, à fin 2010 à 50 et à fin 2012 à 110. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 (compte 2) C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 1 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 (compte 3) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 50 (C), 1 an (n), 50 (C8) et 110 (C10). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de K8 = 50 x 120%). Ainsi, les avoirs à hauteur de 60 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 50 ne peuvent pas être régularisés. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 (compte 3) C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50 [100:2 = 50]) et C8 du compte 3 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 110. Le capital déterminant s élève donc à 110 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

35 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2008, le compte individuel est converti en un compte commun détenu par ADE1 et ADE2, également personne physique résidant en Autriche (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2). ADE1 décède en En 2011, ADE2 et ADE3, également personne physique résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur suisse A au moyen d un certificat d héritier. ADE2 et ADE3 conservent ensemble le compte 1 (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 120.

36 Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 60 (C10 / 120:2). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 60 (C10 / 120:2). Le capital déterminant s élève ainsi à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. La solution pourrait être différente si la clé de répartition était documentée auprès de l agent payeur A. I 4 Changement des bénéficiaires effectifs d une relation collective / d un compte joint 4.1 Généralités Accords avec AT et GB Les accords avec AT et GB ne contiennent pas de règles relatives à la marche à suivre en cas de changement (entrée ou sortie) des bénéficiaires effectifs d une relation collective ou d un compte joint pendant la période transitoire. Directive de l AFC La Directive de l AFC définit comment déterminer C, n, C8 et C10 pour les relations collectives / les comptes joints. Le chiffre 14.4 de la Directive précise: «Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de compte/dépôt, le paiement unique doit être calculé individuellement pour chaque personne concernée. Des mesures de régularisation fiscale doivent être prises pour les personnes concernées qui étaient bénéficiaires effectifs à la date du 31 décembre 2010 ainsi qu à la date d entrée en vigueur de l accord applicable. Concernant le Royaume-Uni, il faut en outre que la personne soit bénéficiaire effectif au 31 mai 2013.

37 Il n est pas possible de régulariser les avoirs d une personne qui était bénéficiaire effectif à la date du 31 décembre 2010 mais pas à la date d entrée en vigueur de l accord applicable. Il n est pas possible de régulariser les avoirs d une personne qui est bénéficiaire effectif à la date d entrée en vigueur de l accord applicable mais qui ne l était pas au 31 décembre Les règles de la Directive relatives à la marche à suivre pour les relations collectives / comptes joints et les sociétés de domicile peuvent être résumées de la manière suivante: C, n, C 8 et C 10 sont déterminés de la manière suivante): - C La répartition de C sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre n Une seule date d ouverture s applique pour toutes les personnes. La date d ouverture d une relation de clientèle / de compte correspond à la première comptabilisation d avoirs sur la relation de clientèle / de compte. La circonstance qu une ou plusieurs personnes concernées n étaient éventuellement pas encore bénéficiaires effectifs à cette date ne change rien à la situation. - C 8 La répartition de C 8 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre C 10 La répartition de C 10 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre Application des règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints L agent payeur applique les règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints dès lors que plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs de la relation de clientèle / de compte d une société de domicile (Cm 89). Selon les règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints, les principes suivants s appliquent: Dès lors qu au moins un des bénéficiaires effectifs d une relation collective ou d un compte joint est une personne concernée, tous les avoirs doivent lui être attribués. En d autres termes, une mesure de régularisation fiscale des avoirs est prise pour l ensemble des avoirs déposés en compte/dépôt (Cm 84). Cette règle ne s applique toutefois pas si l agent payeur, au regard de la documentation établie dans le cadre de la vérification de l identité de la partie contractante, peut déterminer les bénéficiaires effectifs. Dans ce cas, il convient de répartir les avoirs en fonction du nombre de bénéficiaires effectifs («par tête») et d établir le décompte en conséquence, à moins que l agent payeur n ait été informé d une clé de répartition différente par une communication écrite des cotitulaires du compte/dépôt et en fasse mention dans le dossier client. L agent payeur n est pas tenu de vérifier les informations concernant la clé de répartition.

38 4.2 Entrée d un nouveau bénéficiaire effectif à une relation collective / un compte joint Avant la période transitoire Les répercussions de l arrivée d un nouveau bénéficiaire effectif avant la période transitoire peuvent être résumées comme suit: C Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre L agent payeur procède à la répartition de C par tête, à moins qu il n ait documenté la clé de répartition. n Une seule date d ouverture s applique pour toutes les personnes concernées, à savoir la date d ouverture de la relation de clientèle / de compte (première écriture sur la relation de clientèle / de compte). C 8 La répartition de C 8 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre C 10 La répartition de C 10 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre Pendant la période transitoire Lorsqu une nouvelle personne entre comme bénéficiaire effectif dans une relation de compte/dépôt existante pendant la période transitoire, il faut distinguer entre les deux cas de figure suivants: Le nouveau bénéficiaire effectif apporte des avoirs à la relation de compte/dépôt existante (cas A). La personne accède au statut de bénéficiaire effectif sans apporter d avoirs à la relation de compte/dépôt existante (cas B) Cas A: le nouveau bénéficiaire effectif apporte des avoirs Ne s agissant pas de l ouverture d une nouvelle relation de compte/dépôt, l entrée d un nouveau bénéficiaire effectif n est pas soumise aux dispositions relatives à l ouverture d une nouvelle relation d affaires (art. 8 Accord UK et art. 6 Accord AT). Ainsi, la personne n est en particulier pas tenue de fournir à l agent payeur les informations précisées dans les dispositions applicables concernant le dépôt des avoirs à la date de référence 2. Ce cas présente néanmoins des similitudes factuelles avec le changement d agent payeur pendant la période transitoire puisqu il y a transfert d avoirs susceptibles d avoir été déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Du point de vue de l agent payeur suisse, il faut donc s efforcer d intégrer à la régularisation fiscale les avoirs apportés par le bénéficiaire effectif nouvellement

39 arrivé pour autant que ceux-ci étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Eu égard à l absence d obligation pour le bénéficiaire effectif de renseigner sur la situation des avoirs à la date de référence 2, ceux-ci peuvent seulement être intégrés à la régularisation fiscale à condition que la personne concernée ou le cocontractant en fassent la demande auprès de l ancien et du nouvel agent payeur et produisent les justificatifs correspondants. Bien entendu, pour pouvoir régulariser les avoirs apportés, ceux-ci doivent avoir été déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Il est indispensable que l ancien agent payeur adresse une déclaration (C et C 8 ) au nouvel agent payeur (cette déclaration est superflue dès lors que les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur). La marche à suivre pour déterminer C, n, C 8 et C 10 est décrite ci-après. C - Bénéficiaires effectifs déjà en place C par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). - Nouveau bénéficiaire effectif n Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. - Nouveau bénéficiaire effectif C 8 Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place C8 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). - Nouveau bénéficiaire effectif C 10 Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place et nouvellement arrivés C10 par bénéficiaire déjà en place ou nouvellement arrivé est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée) Cas B: le nouveau bénéficiaire effectif N APPORTE PAS d avoirs Ce cas de figure ne présente aucune similitude avec le changement d agent payeur pendant la période transitoire. De ce fait, la régularisation fiscale du

40 passé N EST PAS POSSIBLE pour les bénéficiaires effectifs nouvellement arrivés. Il faut par contre procéder à la régularisation fiscale du passé pour les bénéficiaires effectifs déjà en place en procédant de la manière suivante: C C par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). n Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. C 8 C8 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). C 10 C10 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). 4.3 Sortie d un bénéficiaire effectif d une relation collective / d un compte joint Avant la période transitoire Les explications relatives à l arrivée de bénéficiaires effectifs avant la période transitoire s appliquent par analogie. Pendant la période transitoire La question se pose de savoir comment l agent payeur doit procéder lorsqu un bénéficiaire effectif quitte une relation collective / un compte joint pendant la période transitoire. Selon nous, il serait sensé de procéder de la manière suivante: - Concernant les bénéficiaires effectifs quittant la relation, il n est pas possible de procéder à une régularisation fiscale du passé (sauf en cas de changement vers un autre agent payeur). - Concernant les bénéficiaires effectifs restant en place, il faut procéder à la régularisation fiscale du passé de la manière suivante: C C par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). n Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. C 8 C8 par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée).

41 C 10 C10 par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). Une éventuelle compensation des flux sortants doit se faire en référence à la clé de répartition de C Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

42 I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80 x 1/2), 8 ans (n), 75 (C8 / 150 x 1/2) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80 x 1/2), 8 ans (n), 75 (C8 / 150 x 1/2) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève ainsi à 75. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

43 I Exemple 3 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

44 I Exemple 4 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

45 I Exemple 5 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2.

46 - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de

47 compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève à 100 (C8 est supérieur à C10). - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de C8). Ainsi, les mesures de régularisation fiscale portent au total sur des avoirs s élevant à 160 (100/ADE1 et 60/ADE2) bien que les avoirs déposés sur le compte s élèvent seulement à 150. I

48 Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Allemagne, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2

49 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l agent payeur suisse B et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 8 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. ADE2 n est pas une personne concernée car elle n est pas en mesure de prouver que les avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 100.

50 Seule une partie des avoirs déposés sur le compte est soumise à la régularisation fiscale; des avoirs à hauteur de 50 n y sont pas soumis. I Exemple 9 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève 80 à fin 2002 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2008, ADE2 sort du compte commun (versement de 40 à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 50 et à fin 2012 à 50. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse aux dates de référence 2 et 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Concernant la détermination de C, il convient encore de préciser ce qui suit. Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre Le 31 décembre 2010, seul ADE1 était partie prenante au compte 1. C doit donc être attribué dans sa totalité à ADE1. Dans le présent cas de figure, il est donc sans intérêt de savoir si l agent payeur connaissait la clé de répartition entre ADE1 et ADE2.

51 I Exemple 10 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Fin 2002, le solde en compte du compte 1 s élève à 80. En 2008, ADE2 sort du compte commun (aucun versement à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse aux dates de référence 2 et 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Concernant la détermination de C, il convient encore de préciser ce qui suit. Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre Le 31 décembre 2010, seul ADE1 était partie prenante au compte 1. C doit donc être attribué dans sa totalité à ADE1. Dans le présent cas de figure, il est donc sans intérêt de savoir si l agent payeur connaissait la clé de répartition entre ADE1 et ADE2.

52 I Exemple 11 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 fin 2002 et à 100 fin En 2011, ADE2 sort du compte commun (versement de 50 à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 50. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I

53 Exemple 12 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 fin 2002 et à 100 fin En 2011, ADE2 sort du compte commun (aucun versement à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 100. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de C8). Des avoirs à hauteur de 40 (solde en compte de 100 moins 60) ne peuvent pas faire l objet d une régularisation fiscale. I 5 Consolidation 5.1 Généralités Accords avec AT et GB Les accords avec AT et GB ne contiennent pas de règles relatives à la consolidation de relations de clientèle / de compte.

54 Directive de l AFC La Directive de l AFC spécifie les règles suivantes: - Principe de régularisation fiscale séparée de chaque relation de clientèle / de compte En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale des avoirs séparément pour chaque relation de clientèle / de compte. Cela s applique aussi lorsqu une ou plusieurs personnes concernées détiennent ou détenaient ensemble plusieurs relations de clientèle / de compte auprès d un même agent payeur. - Exception concernant la consolidation de relations de clientèle / de compte La Directive de l AFC autorise sous certaines conditions, décrites dans le détail dans ladite Directive, la consolidation de relations de clientèle / de compte. La Directive de l AFC ne fournit par contre aucune règle relative à la manière de procéder pour la consolidation. 5.2 Conditions pour une consolidation Conformément aux chiffres marginaux 58 ss, la consolidation de plusieurs relations de clientèle / de compte est possible dans les conditions suivantes: a. Chacune des relations de clientèle / de compte appartient à une ou plusieurs personnes concernées identiques détenant des parts égales. b. Les relations de clientèle / de compte sont gérées par un même agent payeur (aucune consolidation impliquant plusieurs agents payeurs). c. Le cocontractant a donné une instruction écrite pour procéder à la consolidation. Cette instruction doit mentionner (clairement) les relations de clientèle / de compte à consolider. L instruction doit être donnée avant le 31 mai Marche à suivre pour la consolidation Comme évoqué plus haut, la Directive de l AFC ne décrit pas en détail comment procéder à la consolidation. La seule précision en la matière est que les relations de clientèle / de compte tant existantes que clôturées peuvent être consolidées. Nous proposons de procéder comme suit pour consolider plusieurs relations de clientèle / de compte: a. Déterminer C et n C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne et s appliquent de manière unique pour l ensemble des relations de clientèle / de compte consolidées. Lorsque plusieurs relations de clientèle / de compte ont été ouvertes une même année, C est déterminé en additionnant les avoirs des relations de clientèle / de compte en question.

55 b. Déterminer C 8 C 8 est déterminé en additionnant les avoirs de l ensemble des relations de clientèle / de compte. c. Déterminer C 10 C 10 est déterminé en additionnant les avoirs de l ensemble des relations de clientèle / de compte. 5.4 Attestation L agent payeur établit une attestation pour les relations de clientèle / de compte consolidées. L ensemble des comptes et dépôts consolidés figure sur cette attestation. 5.5 Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 60% du compte 1 et ADE2 40% du compte 1). Fin 2002, le solde en compte du compte 1 s élève à 80. En 2008, ADE1 et ADE2 clôturent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent des avoirs à hauteur de 60 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE1 auprès de l agent payeur suisse B et à hauteur de 40 sur le compte 3 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 60, à fin 2010 à 60 et à fin 2012 à 60. Le solde en compte du compte 3 s élève à fin 2008 à 40, à fin 2010 à 40 et à fin 2012 à 40. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n), 40 (C8) et 40 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 40 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. C et n du compte 1 clôturé auprès de l agent payeur suisse A ne peuvent pas être repris puisque le changement d agent payeur est survenu avant fin 2010 et donc pas pendant la période transitoire.

56 I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2004, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 50 à fin En 2008, ADE1 et ADE2 clôturent leurs deux comptes individuels et transfèrent les avoirs s élevant à 60 (compte 1 d ADE1) et à 60 (compte 2 d ADE2) sur le compte commun 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. (L agent payeur suisse B n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2). Le solde en compte du compte 3 s élève à fin 2008 à 120, à fin 2010 à 120 et à fin 2012 à 120. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 3 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. C et n des comptes 1 et 2 clôturés auprès de l agent payeur suisse A ne peuvent pas être repris puisque le changement d agent payeur est survenu avant fin 2010 et donc pas pendant la période transitoire.

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle / 26/11/2012 Page 0 Table des matières Thèmes Pages Le concept RUBIK 2 RUBIK, comment ça marche? 4 Schématisons le passé 5 Schématisons le futur

Plus en détail

Règlement de prévoyance Pens3a

Règlement de prévoyance Pens3a Règlement de prévoyance Pens3a A) Dispositions générales Pour faciliter la lecture, les termes désignant des personnes sont utilisés au masculin et se rapportent à la fois aux hommes et aux femmes. 1.

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions

Règlement. Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Règlement Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions 2013 Gestion des comptes de collaborateur et des dépôts d actions Champ d application : Type : Suisse règlement Responsable du contenu

Plus en détail

Directives relatives à l encouragement à la propriété du logement

Directives relatives à l encouragement à la propriété du logement Directives relatives à l encouragement à la propriété du logement Fondation SEF Konsumstrasse 22A 3000 Berne 14 www.eev.ch Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord concernant la coopération en matière de fiscalité

Accord entre la Confédération suisse et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord concernant la coopération en matière de fiscalité Texte original Accord entre la Confédération suisse et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord concernant la coopération en matière de fiscalité 0.672.936.74 Conclu le 6 octobre 2011 Protocole

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D

P A T R I C K M I C H A U D P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE ANALYSE PRATIQUE DE LA CIRCULAIRE DE BERNARD CAZENEUVE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCLARATIONS RECTIFICATIVES

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

Administration fédérale des contributions

Administration fédérale des contributions Administration fédérale des contributions Directive relative aux accords concernant la coopération avec d autres Etats en matière fiscale et à la loi fédérale sur l imposition internationale à la source

Plus en détail

ARRETE DU 27 OCTOBRE 2015 relatif à l information des déposants sur la garantie des dépôts NOR : FCPT1524361A

ARRETE DU 27 OCTOBRE 2015 relatif à l information des déposants sur la garantie des dépôts NOR : FCPT1524361A RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des finances et des comptes publics ARRETE DU 27 OCTOBRE 2015 relatif à l information des déposants sur la garantie des dépôts NOR : FCPT1524361A Publics concernés : Fonds

Plus en détail

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche TAX ALERT 4 octobre 2012 Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche La Commission européenne a donné son feu vert, en date du 17 avril 2012, aux accords signés par la Suisse avec l'allemagne

Plus en détail

Notice explicative sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Notice explicative sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Notice explicative sur l encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle La loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP)

Plus en détail

SPECIMEN. Contrat de mandat de gestion. Entre. Société Suisse des Auteurs, société coopérative (SSA) 12/14 rue Centrale, 1003 Lausanne,

SPECIMEN. Contrat de mandat de gestion. Entre. Société Suisse des Auteurs, société coopérative (SSA) 12/14 rue Centrale, 1003 Lausanne, Contrat de mandat de gestion Entre dénommé(e) ci-après «le mandant», Et Société Suisse des Auteurs, société coopérative (SSA) 12/14 rue Centrale, 1003 Lausanne, dénommée ci-après «la Société» SPECIMEN

Plus en détail

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-1-06 N 4 du 12 JANVIER 2006 MESURES DE TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2003/48/CE DU CONSEIL DU 3 JUIN 2003 EN MATIERE DE FISCALITE DES REVENUS

Plus en détail

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP Copie pour la fondation de libre passage Freizügigkeitsstiftung der Migros Bank Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP L ouverture du compte sera effectuée après entrée de la prestation

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

But, champ d application et définitions. soustraits à la mainmise des autres créanciers du dépositaire.

But, champ d application et définitions. soustraits à la mainmise des autres créanciers du dépositaire. Loi fédérale sur les titres intermédiés (LTI) 957.1 du 3 octobre 2008 (Etat le 1 er juillet 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 98, al. 1, et 122, al. 1, de la Constitution

Plus en détail

Convention de prévoyance

Convention de prévoyance (à usage interne, laisser en blanc s.v.p.) N de compte prévoyance Original pour la Fondation Convention de prévoyance Conformément à l art. 82 LPP, le/la titulaire convient avec la Fondation de prévoyance

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

CHAPITRE 20. La Société Anonyme

CHAPITRE 20. La Société Anonyme CHAPITRE 20 La Société Anonyme THEORIE : Formée par trois ou plusieurs personnes physiques ou morales. Le capital-actions de peut être inférieur à 100'000., celui-ci doit être libéré au minimum de 20 %

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX AUTORITE DE REGLEMENTATION REPUBLIQUE TOGOLAISE DES SECTEURS DE POSTES ET DE Travail Liberté Patrie TELECOMMUNICATIONS ----------- --------------------- CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION

Plus en détail

2014 Directives relatives au traitement des avoirs sans contact et en déshérence auprès de banques suisses (Directives Narilo)

2014 Directives relatives au traitement des avoirs sans contact et en déshérence auprès de banques suisses (Directives Narilo) 2014 Directives relatives au traitement des avoirs sans contact et en déshérence auprès de banques suisses (Directives Narilo) Préambule 1 D une part, les Directives ci-après ont pour but, en prenant des

Plus en détail

Conditions Générales. Contrat d assurance sur la vie. Objet

Conditions Générales. Contrat d assurance sur la vie. Objet Contrat d assurance sur la vie Conditions Générales est un contrat d assurance sur la vie régi selon la branche 22 de l article R. 321-1 du Code des assurances. Il est constitué par : les présentes conditions

Plus en détail

Imposition à la source des artistes

Imposition à la source des artistes 1 Imposition à la source des artistes Notice explicative Table des matières 2 Introduction... 3 Personnes assujetties... 3 Prestations imposables... 4 Calcul de l impôt... 5 Détermination du revenu brut...

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Conséquences fiscales

Conséquences fiscales Conséquences fiscales 24 Sommaire 1. Les principales questions fiscales 2. Transmission d une entreprise individuelle 3. Transfert de l immeuble dans la fortune privée 4. Transmission d une entreprise

Plus en détail

Circulaire sur le calcul de rentes transférées ou de l ancien droit en cas de mutations et de successions (Circ. 3)

Circulaire sur le calcul de rentes transférées ou de l ancien droit en cas de mutations et de successions (Circ. 3) Circulaire sur le calcul de rentes transférées ou de l ancien droit en cas de mutations et de successions (Circ. 3) Valable dès le 1 er mars 2002 Etat: 1 er janvier 2004 318.104.01 f/circ. 3 6.07 3 Avant-propos

Plus en détail

PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR

PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR PARTICIPATIONS DE COLLABORATEUR ACI - NOVEMBRE 2013 Département des finances et des relations extérieures Administration cantonale des impôts Nouvelles dispositions fédérales entrées en vigueur au 1 er

Plus en détail

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt anticipé Berne, le 1 er

Plus en détail

SFT Instr. 4.1.1 INSTRUCTION DE TRAVAIL : BOUCLEMENT ANNUEL. 1.1 Circulaire type... 3 1.2 Délais de clôture... 3

SFT Instr. 4.1.1 INSTRUCTION DE TRAVAIL : BOUCLEMENT ANNUEL. 1.1 Circulaire type... 3 1.2 Délais de clôture... 3 SFT Instr. 4.1.1 INSTRUCTION DE TRAVAIL : BOUCLEMENT ANNUEL Sommaire 1. Préparation planning... 3 1.1 Circulaire type... 3 1.2 Délais de clôture... 3 2. Vérifications et corrections préliminaires des comptes...

Plus en détail

Projet Retenue à la source libératoire

Projet Retenue à la source libératoire Décembre 2009 Projet Retenue à la source libératoire Retenue à la source libératoire sur les avoirs déposés auprès de banques dans le cadre de relations transfrontalières SOMMAIRE Résumé... 3 1. Situation

Plus en détail

EXERCICE DU DROIT D ACCES AU FICHIER DES COMPTES BANCAIRES ET ASSIMILES (FICOBA)

EXERCICE DU DROIT D ACCES AU FICHIER DES COMPTES BANCAIRES ET ASSIMILES (FICOBA) Vous êtes : le titulaire du compte Vous pouvez avoir accès au fichier FICOBA : - soit directement auprès du centre des impôts dont dépend votre domicile lorsque vous souhaitez connaître les données d identification

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Transmission d entreprise Principaux aspects fiscaux Jean-Marc Vionnet Mazars Coresa SA, Fribourg Plan de l exposé I. Introduction II. Les conséquences fiscales de la transmission d une entreprise III.

Plus en détail

VERSION PROVISOIRE Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique sur leur coopération visant à faciliter la mise en œuvre du FATCA

VERSION PROVISOIRE Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique sur leur coopération visant à faciliter la mise en œuvre du FATCA VERSION PROVISOIRE Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique sur leur coopération visant à faciliter la mise en œuvre du FATCA Considérant que la Suisse et les Etats-Unis d Amérique (Etats-Unis)

Plus en détail

Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse

Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse Loi fédérale sur l organisation de La Poste Suisse (Loi sur l organisation de la Poste, LOP) 783.1 du 17 décembre 2010 (Etat le 1 er octobre 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er. La présente instruction a pour objet de fixer

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Application rétroactive avec retraitement de l exercice comparatif (recommandée par le MAMROT)

Application rétroactive avec retraitement de l exercice comparatif (recommandée par le MAMROT) Précisions sur le traitement comptable des paiements de transfert pour le programme TECQ lorsque les dépenses d investissement subventionnées ont déjà été réalisées et que le transfert est versé de façon

Plus en détail

Décès du rentier d un REER

Décès du rentier d un REER Décès du rentier d un REER L e rentier d un régime enregistré d épargne-retraite (REER) est la personne à qui un régime de retraite verse un revenu de retraite. Ce feuillet de renseignements contient de

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE PRIMERICA DU CANADA FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À L IMMOBILISATION DES FONDS CRI DE L ONTARIO Votre addenda Vous trouverez ci-joint l addenda relatif à l immobilisation

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

prestations et cotisations des à la Caisse de pensions Syngenta

prestations et cotisations des à la Caisse de pensions Syngenta Un aperçu des prestations et cotisations des à la Caisse de pensions Syngenta Vue d ensemble des prestations de prévoyance professionnelle pour les salarié(e)s suisses Le rôle de la Caisse de pensions

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Version 2012 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières

Plus en détail

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante (OIBL) 642.114 du 17 février 2010 (Etat le 1 er janvier 2011) Le Conseil fédéral

Plus en détail

Règlement du plan pour actions Novartis

Règlement du plan pour actions Novartis Règlement du plan pour actions Novartis Novartis International SA 4002 Bâle Switzerland 11/2013, Novartis International SA 1 1 Qu est-ce que le plan pour actions Novartis? 3 1.1 Qui peut prendre part au

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT N 3916 N 11916 * 05 N 50869 # 05 DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT D UN COMPTE OUVERT HORS DE FRANCE 1. IDENTITÉ DU (OU DES) DÉCLARANT(S) (CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS : ART. 1649 A, 2 e ET 3 e AL. ; ART. 1758 ET

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ/ECT/4B/AM/S- NOR INT/D/02/00133/C Paris, le 3 JUIN 2002 LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES A

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 Afférent au traitement comptable des plans d options d achat ou de souscription d actions et des plans d attribution d actions

Plus en détail

EXERCICE DU DROIT D ACCES AU FICHIER DES COMPTES BANCAIRES ET ASSIMILES (FICOBA)

EXERCICE DU DROIT D ACCES AU FICHIER DES COMPTES BANCAIRES ET ASSIMILES (FICOBA) Vous êtes : le titulaire du compte Vous pouvez avoir accès au fichier FICOBA : - soit directement auprès du centre des impôts dont dépend votre domicile lorsque vous souhaitez connaître les données d identification

Plus en détail

Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008

Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008 Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008 1. Attribution bénéficiaire Dans les contrats d assurance du pilier 3a, un bénéficiaire ou plusieurs bénéficiaires

Plus en détail

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL :

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : CRIDON Nord-Est CHRONIQUE COMMENTEE DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : LA BOÎTE À OUTILS DU NOTAIRE SE COMPLÈTE Les difficultés de recherche des éléments constitutifs de l actif successoral limitent

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Comptes annuels illustratifs kpmg.ch 2 KPMG Le nouveau droit comptable: comptes annuels illustratifs Table des matières Remarques préliminaires et hypothèses 3 Comptes

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Objectif 1 L objectif de la présente norme est d imposer aux entités de fournir des informations dans leurs

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires 30 janvier 2015 Petit déjeuner des PME et des start-up FER, Genève Audit.Tax.Consulting.Corporate Finance. Agenda Nouveau droit

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTALES Avis CNC 2009/11 Le traitement comptable des scissions partielles Avis du 16 septembre 2009 Mots clés Scission partielle Sommaire I. INTRODUCTION II. TRAITEMENT COMPTALE

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

Notice 5 Paiement de l impôt

Notice 5 Paiement de l impôt Notice 5 Paiement de l impôt Valable pour la période fiscale 2014 Cette notice a pour but d expliquer en détail comment fonctionne le système fiscal appliqué par le canton de Neuchâtel en matière de perception

Plus en détail

Règlement pour le dépôt des actions nominatives Romande Energie Holding SA

Règlement pour le dépôt des actions nominatives Romande Energie Holding SA Romande Energie Holding SA Dépôt-titres c/o SIX SAG AG Case postale CH-4601 Olten N de fax: +41 (0) 58 499 3971 http://www.romande-energie.ch Règlement pour le dépôt des actions nominatives Romande Energie

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION Ce règlement, adopté en séance plénière du 22 juin 2009, fixe, à

Plus en détail

Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct

Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct Ordonnance sur l établissement de l inventaire de la succession en vue de l impôt fédéral direct (Oinv) 642.113 du 16 novembre 1994 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 199 de la loi fédérale du 14 décembre

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise Série Monarque de la Transamerica Guide du client Stratégie de transfert du patrimoine Série Monarque La logique à l appui de la solution Série Monarch Monarque Series La logique à l appui de la solution

Plus en détail

com Plan Information Encouragement à la propriété du logement 1.1 Limites temporelles / délais de blocage

com Plan Information Encouragement à la propriété du logement 1.1 Limites temporelles / délais de blocage Information Encouragement à la propriété du logement com Plan La loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP) vous permet d utiliser votre argent de la Caisse

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

COMPTABILISATION DE L'IMPÔT SUR LES SOCIETES (IS) Objectif(s) : o Particularités des traitements comptables relatifs aux impôts sur les sociétés.

COMPTABILISATION DE L'IMPÔT SUR LES SOCIETES (IS) Objectif(s) : o Particularités des traitements comptables relatifs aux impôts sur les sociétés. COMPTABILISATION DE L'IMPÔT SUR LES SOCIETES (IS) Objectif(s) : o Particularités des traitements comptables relatifs aux impôts sur les sociétés. Pré-requis : o Connaissances fiscales : IS et IFA. Modalités

Plus en détail

Manuel Livraison des données via sedex

Manuel Livraison des données via sedex Manuel Livraison des données via sedex Version V1.1 Juin 2015 1 Table des matières 1. Introduction 3 2. Généralités 3 2.1 A qui s adresse ce manuel? 3 2.2 De quoi ce manuel ne traite-t-il pas? 3 2.3 Structure

Plus en détail

Guide du bénéficiaire GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT AU TITRE DE L ASSURANCE VIE COLLECTIVE

Guide du bénéficiaire GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT AU TITRE DE L ASSURANCE VIE COLLECTIVE Guide du bénéficiaire GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE RÈGLEMENT AU TITRE DE L ASSURANCE VIE COLLECTIVE Lorsque survient un décès dans la famille, le premier souci est souvent de trouver l argent

Plus en détail

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs)

Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) Relève PME Transmission d entreprises Principaux aspects fiscaux questions choisies (impôts directs) 10 décembre 2009 Département Office Diplôme d'études supérieures en droit fiscal Titulaire du brevet

Plus en détail

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES D APPLICATION DU REGLEMENT N 08-01 DU 20 JANVIER 2008 RELATIF AU DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE L EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION

Plus en détail

Convention de prévoyance Relation

Convention de prévoyance Relation Fondation de Prévoyance Cornèr Troisième Pilier Via Canova 16 6901 Lugano Switzerland Convention de prévoyance No. Relation Demande d ouverture d un compte de prévoyance lié auprès de la Fondation de Prévoyance

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE»

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» ARTICLE 1 -OBJET Le CREDIT LYONNAIS, ci-après dénommé LCL met à la disposition de sa clientèle des particuliers et sa clientèle des professionnels,

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Adoc Editions SA Du même auteur En français Comptabilité générale, 9ème édition, 2014. Comptabilité des sociétés, 6ème édition, 2012. Comptabilité des groupes,

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Conférence suisse des impôts Cl 15 Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire du 31 août 2001 1 Introduction La loi du 15 décembre

Plus en détail

Loi fédérale sur l aide sociale et les prêts alloués aux ressortissants suisses à l étranger

Loi fédérale sur l aide sociale et les prêts alloués aux ressortissants suisses à l étranger Loi fédérale sur l aide sociale et les prêts alloués aux ressortissants suisses à l étranger (LAPE) 1 852.1 du 21 mars 1973 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 C-2-09 N 39 DU 7 AVRIL 2009 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOSITION DES GAINS NETS DE CESSION REALISES PAR LES DIRIGEANTS DE SOCIETES LORS

Plus en détail

Obligation d épargne du Canada et Obligation à prime du Canada Titres avec certificat. Tenue des comptes des clients Table des matières

Obligation d épargne du Canada et Obligation à prime du Canada Titres avec certificat. Tenue des comptes des clients Table des matières Obligation d épargne du Canada et Obligation à prime du Canada Titres avec certificat Tenue des comptes des clients Table des matières Changement d adresse du client...1 Inscription au virement automatique,

Plus en détail

Le présent document décrit les procédures de diffusion des produits d épargne adossés au Crédit Foncier de France (ci-après CFF).

Le présent document décrit les procédures de diffusion des produits d épargne adossés au Crédit Foncier de France (ci-après CFF). Le présent document décrit les procédures de diffusion des produits d épargne adossés au Crédit Foncier de France (ci-après CFF). Ces produits sont commercialisés auprès de la clientèle de la Caisse des

Plus en détail

Fiducie sur titres, les nouvelles perspectives

Fiducie sur titres, les nouvelles perspectives Colloque de l Association Française des Fiduciaires Fiducie sur titres, les nouvelles perspectives La Fiducie, le traitement fiscal est-il réellement neutre? Michel Collet Avocat Associé Membre du Comité

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail