Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document."

Transcription

1 Disclaimer - Les auteurs déclinent toute responsabilité pour les informations fournies en relation avec le présent document

2 1 Termes et abréviations Réglementation concernant les nouveaux clients Généralités Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Successions Généralités Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Changement des bénéficiaires effectifs d une relation collective / d un compte joint Généralités Accords avec AT et GB Directive de l AFC Entrée d un nouveau bénéficiaire effectif à une relation collective / un compte joint Avant la période transitoire Pendant la période transitoire Sortie d un bénéficiaire effectif d une relation collective / d un compte joint Avant la période transitoire Pendant la période transitoire Exemples Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Exemple Consolidation Généralités Accords avec AT et GB Directive de l AFC Conditions pour une consolidation Marche à suivre pour la consolidation Attestation Exemples Exemple Exemple

3 1 Termes et abréviations Les termes et abréviations suivants sont utilisés. Certificat d héritier Compte joint/collectif Cpte Attestation officielle du droit de succession (différents documents en fonction de l Etat partenaire [p. ex. certificat d héritier ou similaire]) Hypothèse: en principe, répartition des avoirs par personne, autres clés de répartition selon instructions client Relation de base / relation d affaires Période transitoire AT , UK ADE C Ayant-droit économique Montant du capital à la fin de l année durant laquelle la relation bancaire a été ouverte. Pour les relations bancaires ouvertes avant le 1 er janvier 2003, le montant du capital au 31 décembre 2002 est déterminant. n Nombre d années d existence de la relation bancaire avant le 31 décembre 2010 C8 Solde de la relation d affaires au C10 Solde de la relation d affaires au nn Base d actifs Clôture de compte Relation d affaires auprès de l agent payeur suisse A Relation d affaires auprès de l agent payeur suisse B Relation d affaires auprès d un agent payeur étranger Directive Directive relative aux accords concernant la coopération avec d autres Etats en matière fiscale et à la loi fédérale sur l imposition internationale à la source (régularisation fiscale des avoirs) «Compte» désigne toujours une relation de clientèle / de compte et non pas un compte individuel (d une relation de clientèle / de compte).

4 2 Réglementation concernant les nouveaux clients 2.1 Généralités La réglementation concernant les nouveaux clients implique principalement qu en cas de changement d une relation d affaires d une personne concernée d un agent payeur suisse à un autre agent payeur suisse durant la période transitoire, le capital initial (C), l année d ouverture (n) ainsi que le capital de la relation d affaires à fin 2010 (C8) peuvent être repris de l ancien agent payeur (selon la déclaration de l ancien agent payeur au nouvel agent payeur). Par contre, la réglementation concernant les nouveaux clients ne s applique pas notamment lorsque le changement de la relation d affaires est survenu avant la période transitoire; la relation de clientèle / de compte de la personne concernée n était pas gérée par un agent payeur suisse mais par un agent payeur étranger; les avoirs n ont pas été transférés vers un compte nouvellement ouvert mais vers un compte déjà existant. Le fait que la réglementation concernant les nouveaux clients n est pas applicable ne signifie pas nécessairement qu une régularisation fiscale est impossible. Les entrées de capitaux sur des relations de clientèle / de compte existantes pendant la période transitoire sont automatiquement régularisées dans le cadre de la règle des 120% pourvu que le capital à fin 2012 (C10) ne dépasse pas 120% du capital à fin 2010 (C8). Dès lors que le capital à fin 2012 (C10) dépasse 120% du capital à fin 2010 (C8), une régularisation fiscale des entrées de capitaux présuppose qu il est possible d attester des sorties de capitaux pour la période entre 2003 et Des plus-values sur les avoirs pendant la période de 2011 à 2012 peuvent par ailleurs servir à expliquer la différence entre C8 et C10. En cas de transfert d avoirs d un agent payeur étranger à une relation de clientèle / de compte nouvellement ouverte auprès d un agent payeur suisse durant la période transitoire, une régularisation fiscale partielle ou totale est éventuellement possible dans le cadre de la consolidation (cf. ch ). Les exemples ci-après ont pour but de clarifier la réglementation concernant les nouveaux clients. 2.2 Exemples Exemple 1 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2011, ADE1 fait exécuter par un agent payeur étranger un virement de 20 sur le compte 1. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2005 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 120.

5 ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et correspondent à 5 ans (n), 80 (C), 100 (C8) et 120 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 2 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 ouvre par ailleurs en 2011 le compte 2 auprès de l agent payeur A sur lequel il fait virer 20 par un agent payeur étranger. Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (A) 20 n/a 20 ADE1 est une personne concernée. En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale séparément pour chaque relation de clientèle / de compte (cf. Directive, chap. 8.2, Cm 57). Sur demande des parties contractantes, l agent payeur peut consolider plusieurs relations de clientèle / de compte d une même personne concernée pour le calcul du paiement unique (cf. Directive, chap ). - En l absence de demande de consolidation Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour le compte 1 et pour le compte 2.

6 Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et correspondent à 5 ans (n), 80 (C), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Compte 2 Il n est par contre pas possible de régulariser le compte 2 puisque l entrée de capitaux de 20 durant la période transitoire ne provenait pas d un agent payeur suisse, mais d un agent payeur étranger. - Avec demande de consolidation C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne (compte 1) et s élèvent donc à 80 (C) et à 5 ans (n). C8 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (100) et C10 du compte 2 (20) et s élève donc à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur les comptes est soumis à la régularisation fiscale. Remarque La variante «Avec demande de consolidation» aboutit au même résultat qu une variante dans laquelle les avoirs auraient été transférés vers un compte existant (cf. exemple 1 au chiffre 2.2.1). I En l absence de demande de consolidation

7 Avec demande de consolidation Exemple 3 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. De plus, ADE1 est titulaire du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B depuis En 2011, ADE1 clôture ce compte et transfère les avoirs (s élevant à 20) sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A en Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (B) n/a Compte (A) 20 n/a 20 L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. Le compte 1 et le compte 3 sont en principe régularisés séparément. Sur demande des parties contractantes, il est toutefois possible de consolider le compte 1 et le compte 3. - En l absence de demande de consolidation Compte 1 Pour le compte 1, C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élève à 80 (C), 5 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

8 Compte 3 Pour le compte 3, C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B et s élèvent à 15 (C), 8 ans (n) et 20 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 20 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 20 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation I C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne. Il s agit du compte 2 détenu auprès de l agent payeur suisse B et clôturé pendant la période transitoire. C et n sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B à l agent payeur A (n: 8 ans et C: 15). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (100) et C8 du compte 2 (20) et s élève donc à 120. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (100) et C10 du compte 3 (20) et s élève donc à 120. L ensemble des avoirs comptabilisés sur les comptes est ainsi soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation

9 Avec demande de consolidation Exemple 4 En 2005, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. De plus, ADE1 est titulaire du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B depuis En 2011, ADE1 clôture ce compte et transfère les avoirs (s élevant à 20) sur le compte 1 existant auprès de l agent payeur suisse A. Année d ouverture Solde en compte Fin année d ouverture Fin 2010 Fin 2012 Compte (A) Compte (B) n/a ADE1 est une personne concernée. Les avoirs s élevant à 20 ne sont pas transférés par l agent payeur suisse B vers un nouveau compte mais vers le compte déjà existant, détenu auprès de l agent payeur suisse A. La réglementation concernant les nouveaux clients n est donc pas applicable. C, n, C8 et C10 sont par conséquent déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 5 ans (n), 100 (C8) et 120 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

10 I Exemple 5 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2011, ils clôturent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent des avoirs à hauteur de 60 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE1 auprès de l agent payeur suisse B et à hauteur de 40 sur le compte individuel 3 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse B. La clé de répartition documentée par l agent payeur A pour le compte 1 était de 60% pour ADE1 et de 40% pour ADE2. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A les deux déclarations suivantes: Année d ouverture Solde en compte à fin 2002 Solde en compte à fin 2010 ADE ADE ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n et C8 du compte 2 d ADE1 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 8 ans (n), 48 (C) et 60 (C8). C10 du compte 2 d ADE1 est déterminé en référence au solde en compte à fin 2012 du compte 2 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève ainsi à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE2 C, n et C8 du compte 3 d ADE2 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 8 ans (n), 32 (C) et 40 (C8). C10 du compte 3 d ADE2 est déterminé en référence au solde en compte à fin 2012 du compte 3 et s élève à 40. Le capital déterminant s élève ainsi à 40 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

11 I Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin 2002 et à 60 à fin En 2008, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 50 à fin 2008 et à 60 à fin En 2011, ADE1 et ADE2 clôturent leurs deux comptes individuels et transfèrent les avoirs s élevant à 60 (compte 1 d ADE1) et à 60 (compte 2 d ADE2) sur le compte commun 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. L agent payeur suisse B n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte commun 3. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A les deux déclarations suivantes: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A concernant le compte 1 liquidé durant la période transitoire et s élèvent à 8 ans (n), 80 (C) et 60 (C8). C10 est déterminé en divisant le solde en compte du compte 3 à fin 2012 (120) par le nombre de têtes. C10 est donc égal à 60 et le capital déterminant s élève à 60.

12 - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A concernant le compte 2 liquidé durant la période transitoire et s élèvent à 2 ans (n), 50 (C) et 60 (C8). C10 est déterminé en divisant le solde en compte du compte 3 à fin 2012 (120) par le nombre de têtes. C10 est donc égal à 60 et le capital déterminant s élève à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte s élevant à 120 (60 pour ADE1 et 60 pour ADE2) est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte à fin 2008 Solde en compte à fin 2010 ADE ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 du compte 3 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur suisse A et s élèvent à 2 ans (n), 80 (C) et 100 (C8). [L ancien agent payeur suisse A ne détermine pas C et n en référence au compte 1.]. C10 correspond au solde en compte du compte 3 à fin 2012 et s élève à 120.

13 Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 8 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert en 2008 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert en 2011 auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. Le nouvel agent payeur B reçoit de l ancien agent payeur A la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 auprès de l agent payeur suisse A avec le compte 3 auprès de l agent payeur suisse B n est pas possible (aucune consolidation entre différents agents payeurs). Le compte 1 et le compte 3 doivent par conséquent être régularisés séparément. - Compte 1 (responsabilité de l agent payeur A) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

14 - Compte 3 (responsabilité de l agent payeur B) I C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur A et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. Exemple 9 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 de l agent payeur A sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8) [la reprise de C et de n du compte 1 clôturé n est pas autorisée]. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

15 I Exemple 10 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 auprès de l agent payeur suisse B s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 auprès de l agent payeur suisse A avec le compte 3 auprès de l agent payeur suisse B n est pas possible (aucune consolidation entre différents agents payeurs). Les comptes 1 et 3 doivent par conséquent être régularisés séparément. - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

16 I Exemple 11 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Fin 2010, le solde en compte du compte 2 s élève à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l agent payeur B et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8) [la reprise de C et de n du compte 1 clôturé n est pas autorisée]. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

17 I Exemple 12 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE ADE1 est une personne concernée. En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale séparément pour chaque relation de clientèle / de compte. L agent payeur A peut sur demande des parties contractantes procéder à la consolidation du compte 1 et du compte 3. - En l absence de demande de consolidation - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l ancien agent payeur B et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au

18 compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation I C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 60 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50) et C8 du compte 2 (50 [selon la déclaration de l agent payeur B]); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (60) et C10 du compte 3 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation

19 Exemple 13 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte 1 et transfère les avoirs s élevant à 80 sur le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 80 et à fin 2010 à 100. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 100 sur le compte 3 nouvellement ouvert en 2011 auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 120. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 3 avec le compte 1 clôturé est possible sur demande de la partie contractante. - En l absence de demande de consolidation C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 80 (C), 2 ans (n) et 100 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation En cas de consolidation du compte 3 avec le compte 1 clôturé, C et n sont repris du compte 1 et s élèvent à 60 (C) et 8 ans (n). C8 est déterminé en référence au solde en compte du compte 2 à fin 2010 et s élève à 100. C10 est déterminé en référence au solde en compte du compte 3 à fin 2012 et s élève à 120. Le capital déterminant s élève donc à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

20 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation

21 Exemple 14 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 60 à fin 2002, à 50 à fin 2010 et à 60 à fin En 2008, ADE1 transfère des avoirs à hauteur de 40 du compte 1 vers le compte 2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 40 et à fin 2010 à 50. En 2011, ADE1 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 s élève à 60. ADE1 est une personne concernée. Une consolidation du compte 1 avec le compte 3 est possible sur demande de la partie contractante. - En l absence de demande de consolidation - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 60 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 3 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 60. Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 60 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50) et C8 du compte 2 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 1 (60) et C10 du compte 3 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 120. Le capital déterminant s élève ainsi à 120 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

22 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 15 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 800 à fin En 2008, ADE1 clôture le compte et transfère les avoirs s élevant à 600 sur le compte commun 2 nouvellement ouvert par ADE1 et ADE2 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte commun 2). Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 600 et à fin 2010 à 600. En 2011, ADE1 et ADE2 clôturent le compte commun 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent les avoirs à hauteur de 300 sur le compte 3 d ADE1 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A et à hauteur de 300 sur le compte 4 d ADE2 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 d ADE1 s élève à 500.

23 Fin 2012, le solde en compte du compte 4 d ADE2 s élève à 300. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE1 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 300 (C / 600:2), 2 ans (n) et 300 (C8 / 600:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 500. Le capital déterminant s élève à 360 (120% de 300). Ainsi, les avoirs à hauteur de 360 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 140 ne peuvent pas être régularisés au moyen d un paiement unique. - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 300 (C / 600:2), 2 ans (n) et 300 (C8 / 600:2). C10 est déterminé en référence au compte 4 et s élève à 300. Le capital déterminant s élève donc à 300 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE1 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 800 (C) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 300 (600:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 500. Le capital déterminant s élève à 360 (120% de 300). Ainsi, les avoirs à hauteur de 360 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 140 ne peuvent pas être régularisés. - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation.

24 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation 3 Successions 3.1 Généralités Conformément aux accords, le successeur subroge la personne concernée. Les exemples ci-après ont pour but de clarifier cette réglementation. Les valeurs de n, C et C8 sont reprises de la relation de clientèle / de compte du défunt seulement sur demande de la partie contractante.

25 3.2 Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en Il n a (jusqu à présent) pas été possible de déterminer les héritiers. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 1 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en En 2005, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier.

26 ADE2 et ADE3 conservent ensemble le compte 1 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3). En 2008, ADE2 ouvre un compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 20, à fin 2010 à 20 et à fin 2012 à 20. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - ADE2 En raison des différentes clés de répartition, il n est pas possible de consolider le compte 1 et le compte 2. - Compte 1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10 / 100:2). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Compte 2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 20 (C), 2 ans (n), 20 (C8) et 20 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 20 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10 / 100:2). Le capital déterminant s élève à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 1 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I

27 Exemple 3 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre un compte auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2010, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel nouvellement ouvert par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. ADE3 ouvre en 2008 le compte 4 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève fin 2008 à 1000, fin 2010 à 1000 et fin 2012 à Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 - Compte 2 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 - Compte 3 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

28 I - Compte 4 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 4 et s élèvent à 1000 (C), 2 ans (n), 1000 (C8) et 1100 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 3 (50) et C8 du compte 4 (1000); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 3 (50) et C10 du compte 4 (1100); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. En l absence de demande de consolidation

29 Avec demande de consolidation Exemple 4 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en 2010 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2010, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte individuel 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 ouvert par ADE3 en 2009 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève fin 2010 à 50 et fin 2012 à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à fin 2009 à 1000, à fin 2010 à 1050 et à fin 2012 à Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 C et n sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C /80:2) et à 8 ans (n).

30 C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 50 (C8) et à 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 1000 (C), 1 an (n), 1050 (C8) et 1150 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 1050 (C8) et à 1150 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I En l absence de demande de consolidation

31 Avec demande de consolidation Exemple 5 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte s élève à 80 à fin ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en L agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1. En 2011, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 nouvellement ouvert par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Fin 2012, le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève à 50. Fin 2012, le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à 50. ADE3 ouvre en 2008 le compte 4 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 4 s élève fin 2008 à 50, fin 2010 à 50 et fin 2012 à 60. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 (compte 2) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

32 - ADE3 - Compte 3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - Compte 4 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 4 et s élèvent à 50 (C), 2 ans (n), 50 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50 [100:2 = 50]) et C8 du compte 4 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en additionnant C10 du compte 3 (50) et C10 du compte 4 (60); en termes consolidés, C10 s élève ainsi à 110. Le capital déterminant s élève ainsi à 110 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

33 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 décède en En 2008, ADE2 et ADE3, deux personnes physiques résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur A au moyen d un certificat d héritier. Elles conservent le compte 1 en commun jusqu en L agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1.

34 En 2011, ADE2 et ADE3 liquident le compte 1 et transfèrent des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse A et des avoirs à hauteur de 50 sur le compte 3 ouvert en 2009 par ADE3 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80 et à fin 2010 à 100. Fin 2012, le solde en compte du compte 2 d ADE2 s élève à 50. Le solde en compte du compte 3 d ADE3 s élève à fin 2009 à 50, à fin 2010 à 50 et à fin 2012 à 110. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - En l absence de demande de consolidation - ADE2 (compte 2) C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 1 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n) et 50 (C8 / 100:2). C10 est déterminé en référence au compte 2 et s élève à 50. Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. - ADE3 (compte 3) C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 50 (C), 1 an (n), 50 (C8) et 110 (C10). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de K8 = 50 x 120%). Ainsi, les avoirs à hauteur de 60 sont soumis à la régularisation fiscale; les avoirs à hauteur de 50 ne peuvent pas être régularisés. - Avec demande de consolidation - ADE2 identique à la solution en l absence de demande de consolidation. - ADE3 (compte 3) C et n sont déterminés en référence au compte le plus ancien (compte 1) et s élèvent donc à 40 (C / 80:2) et à 8 ans (n). C8 est déterminé en additionnant C8 du compte 1 (50 [100:2 = 50]) et C8 du compte 3 (50); en termes consolidés, C8 s élève ainsi à 100. C10 est déterminé en référence au compte 3 et s élève à 110. Le capital déterminant s élève donc à 110 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale.

35 I En l absence de demande de consolidation Avec demande de consolidation Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. En 2008, le compte individuel est converti en un compte commun détenu par ADE1 et ADE2, également personne physique résidant en Autriche (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2). ADE1 décède en En 2011, ADE2 et ADE3, également personne physique résidant en Autriche, justifient de leur qualité d héritiers auprès de l agent payeur suisse A au moyen d un certificat d héritier. ADE2 et ADE3 conservent ensemble le compte 1 (l agent payeur suisse A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2002 à 80, à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 120.

36 Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit être prise pour le défunt ADE1. ADE2 et ADE3 sont des personnes concernées. - ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 60 (C10 / 120:2). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE3 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 60 (C10 / 120:2). Le capital déterminant s élève ainsi à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. La solution pourrait être différente si la clé de répartition était documentée auprès de l agent payeur A. I 4 Changement des bénéficiaires effectifs d une relation collective / d un compte joint 4.1 Généralités Accords avec AT et GB Les accords avec AT et GB ne contiennent pas de règles relatives à la marche à suivre en cas de changement (entrée ou sortie) des bénéficiaires effectifs d une relation collective ou d un compte joint pendant la période transitoire. Directive de l AFC La Directive de l AFC définit comment déterminer C, n, C8 et C10 pour les relations collectives / les comptes joints. Le chiffre 14.4 de la Directive précise: «Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de compte/dépôt, le paiement unique doit être calculé individuellement pour chaque personne concernée. Des mesures de régularisation fiscale doivent être prises pour les personnes concernées qui étaient bénéficiaires effectifs à la date du 31 décembre 2010 ainsi qu à la date d entrée en vigueur de l accord applicable. Concernant le Royaume-Uni, il faut en outre que la personne soit bénéficiaire effectif au 31 mai 2013.

37 Il n est pas possible de régulariser les avoirs d une personne qui était bénéficiaire effectif à la date du 31 décembre 2010 mais pas à la date d entrée en vigueur de l accord applicable. Il n est pas possible de régulariser les avoirs d une personne qui est bénéficiaire effectif à la date d entrée en vigueur de l accord applicable mais qui ne l était pas au 31 décembre Les règles de la Directive relatives à la marche à suivre pour les relations collectives / comptes joints et les sociétés de domicile peuvent être résumées de la manière suivante: C, n, C 8 et C 10 sont déterminés de la manière suivante): - C La répartition de C sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre n Une seule date d ouverture s applique pour toutes les personnes. La date d ouverture d une relation de clientèle / de compte correspond à la première comptabilisation d avoirs sur la relation de clientèle / de compte. La circonstance qu une ou plusieurs personnes concernées n étaient éventuellement pas encore bénéficiaires effectifs à cette date ne change rien à la situation. - C 8 La répartition de C 8 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre C 10 La répartition de C 10 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre Application des règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints L agent payeur applique les règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints dès lors que plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs de la relation de clientèle / de compte d une société de domicile (Cm 89). Selon les règles relatives aux relations collectives / aux comptes joints, les principes suivants s appliquent: Dès lors qu au moins un des bénéficiaires effectifs d une relation collective ou d un compte joint est une personne concernée, tous les avoirs doivent lui être attribués. En d autres termes, une mesure de régularisation fiscale des avoirs est prise pour l ensemble des avoirs déposés en compte/dépôt (Cm 84). Cette règle ne s applique toutefois pas si l agent payeur, au regard de la documentation établie dans le cadre de la vérification de l identité de la partie contractante, peut déterminer les bénéficiaires effectifs. Dans ce cas, il convient de répartir les avoirs en fonction du nombre de bénéficiaires effectifs («par tête») et d établir le décompte en conséquence, à moins que l agent payeur n ait été informé d une clé de répartition différente par une communication écrite des cotitulaires du compte/dépôt et en fasse mention dans le dossier client. L agent payeur n est pas tenu de vérifier les informations concernant la clé de répartition.

38 4.2 Entrée d un nouveau bénéficiaire effectif à une relation collective / un compte joint Avant la période transitoire Les répercussions de l arrivée d un nouveau bénéficiaire effectif avant la période transitoire peuvent être résumées comme suit: C Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre L agent payeur procède à la répartition de C par tête, à moins qu il n ait documenté la clé de répartition. n Une seule date d ouverture s applique pour toutes les personnes concernées, à savoir la date d ouverture de la relation de clientèle / de compte (première écriture sur la relation de clientèle / de compte). C 8 La répartition de C 8 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre C 10 La répartition de C 10 sur les personnes concernées se fait sur la base de la clé de répartition au 31 décembre Pendant la période transitoire Lorsqu une nouvelle personne entre comme bénéficiaire effectif dans une relation de compte/dépôt existante pendant la période transitoire, il faut distinguer entre les deux cas de figure suivants: Le nouveau bénéficiaire effectif apporte des avoirs à la relation de compte/dépôt existante (cas A). La personne accède au statut de bénéficiaire effectif sans apporter d avoirs à la relation de compte/dépôt existante (cas B) Cas A: le nouveau bénéficiaire effectif apporte des avoirs Ne s agissant pas de l ouverture d une nouvelle relation de compte/dépôt, l entrée d un nouveau bénéficiaire effectif n est pas soumise aux dispositions relatives à l ouverture d une nouvelle relation d affaires (art. 8 Accord UK et art. 6 Accord AT). Ainsi, la personne n est en particulier pas tenue de fournir à l agent payeur les informations précisées dans les dispositions applicables concernant le dépôt des avoirs à la date de référence 2. Ce cas présente néanmoins des similitudes factuelles avec le changement d agent payeur pendant la période transitoire puisqu il y a transfert d avoirs susceptibles d avoir été déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Du point de vue de l agent payeur suisse, il faut donc s efforcer d intégrer à la régularisation fiscale les avoirs apportés par le bénéficiaire effectif nouvellement

39 arrivé pour autant que ceux-ci étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Eu égard à l absence d obligation pour le bénéficiaire effectif de renseigner sur la situation des avoirs à la date de référence 2, ceux-ci peuvent seulement être intégrés à la régularisation fiscale à condition que la personne concernée ou le cocontractant en fassent la demande auprès de l ancien et du nouvel agent payeur et produisent les justificatifs correspondants. Bien entendu, pour pouvoir régulariser les avoirs apportés, ceux-ci doivent avoir été déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Il est indispensable que l ancien agent payeur adresse une déclaration (C et C 8 ) au nouvel agent payeur (cette déclaration est superflue dès lors que les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur). La marche à suivre pour déterminer C, n, C 8 et C 10 est décrite ci-après. C - Bénéficiaires effectifs déjà en place C par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). - Nouveau bénéficiaire effectif n Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. - Nouveau bénéficiaire effectif C 8 Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place C8 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). - Nouveau bénéficiaire effectif C 10 Selon la déclaration de l ancien agent payeur - Bénéficiaires effectifs déjà en place et nouvellement arrivés C10 par bénéficiaire déjà en place ou nouvellement arrivé est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée) Cas B: le nouveau bénéficiaire effectif N APPORTE PAS d avoirs Ce cas de figure ne présente aucune similitude avec le changement d agent payeur pendant la période transitoire. De ce fait, la régularisation fiscale du

40 passé N EST PAS POSSIBLE pour les bénéficiaires effectifs nouvellement arrivés. Il faut par contre procéder à la régularisation fiscale du passé pour les bénéficiaires effectifs déjà en place en procédant de la manière suivante: C C par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). n Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. C 8 C8 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). C 10 C10 par bénéficiaire déjà en place est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). 4.3 Sortie d un bénéficiaire effectif d une relation collective / d un compte joint Avant la période transitoire Les explications relatives à l arrivée de bénéficiaires effectifs avant la période transitoire s appliquent par analogie. Pendant la période transitoire La question se pose de savoir comment l agent payeur doit procéder lorsqu un bénéficiaire effectif quitte une relation collective / un compte joint pendant la période transitoire. Selon nous, il serait sensé de procéder de la manière suivante: - Concernant les bénéficiaires effectifs quittant la relation, il n est pas possible de procéder à une régularisation fiscale du passé (sauf en cas de changement vers un autre agent payeur). - Concernant les bénéficiaires effectifs restant en place, il faut procéder à la régularisation fiscale du passé de la manière suivante: C C par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). n Première écriture sur la relation de clientèle / de compte. C 8 C8 par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C8 par le nombre de têtes à la date de référence 2 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée).

41 C 10 C10 par bénéficiaire restant en place est déterminé en divisant C10 par le nombre de têtes à la date de référence 3 (à moins que la clé de répartition entre les différents bénéficiaires effectifs soit connue et documentée). Une éventuelle compensation des flux sortants doit se faire en référence à la clé de répartition de C Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

42 I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80 x 1/2), 8 ans (n), 75 (C8 / 150 x 1/2) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80 x 1/2), 8 ans (n), 75 (C8 / 150 x 1/2) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève ainsi à 75. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

43 I Exemple 3 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

44 I Exemple 4 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin En 2008, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 150 et à fin 2012 à 150. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 53,3 (C / 80 x 2/3), 8 ans (n), 100 (C8 / 150 x 2/3) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 26,7 (C / 80 x 1/3), 8 ans (n), 50 (C8 / 150 x 1/3) et 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale.

45 I Exemple 5 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2.

46 - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 6 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de

47 compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève à 100 (C8 est supérieur à C10). - ADE2 C, n et C8 sont déterminés en référence au compte 2 (application par analogie des règles relatives au changement d agent payeur pendant la période transitoire) et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 75 (C10 / 150 x 1/2). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de C8). Ainsi, les mesures de régularisation fiscale portent au total sur des avoirs s élevant à 160 (100/ADE1 et 60/ADE2) bien que les avoirs déposés sur le compte s élèvent seulement à 150. I

48 Exemple 7 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Allemagne, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur suisse B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. L agent payeur A reçoit de l ancien agent payeur B la déclaration suivante: Année d ouverture Solde en compte Solde en compte à fin 2010 à fin année d ouverture ADE Les mesures de régularisation fiscale sont prises séparément pour chaque relation de compte/dépôt. Aucune mesure de régularisation fiscale ne doit donc être prise pour le compte 2. Il est en particulier à noter que la participation d ADE2 à une autre relation de compte/dépôt ne signifie pas que des mesures doivent être prises concernant le compte 2. Concernant le compte 1, un nouveau bénéficiaire effectif arrive pendant la période transitoire. Les avoirs de cette personne ne peuvent en principe pas faire l objet d une régularisation fiscale. Si la personne prouve néanmoins - qu elle a apporté des avoirs lors de son arrivée pendant la période transitoire et - que ces avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2, ces avoirs peuvent, sur demande, être intégrés à la régularisation fiscale. Si les avoirs étaient déposés auprès du même agent payeur, la preuve peut être apportée par l agent payeur lui-même. En présence des demandes et preuves évoquées, les mesures de régularisation fiscale suivantes doivent être prises pour ADE1 et ADE2. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2

49 C, n et C8 sont déterminés en référence à la déclaration de l agent payeur suisse B et s élèvent à 40 (C), 8 ans (n) et 50 (C8). C10 est déterminé en référence au compte 1 et s élève à 50 (C10 / 150 x 1/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 50. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est soumis à la régularisation fiscale. I Exemple 8 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin 2002 et à 100 à fin En 2002, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B. Le solde en compte du compte 2 s élève à 40 à fin 2002 et à 50 à fin En 2011, ADE2 clôture le compte 2 auprès de l agent payeur étranger B et transfère les avoirs s élevant à 50 sur le compte 1 d ADE1 auprès de l agent payeur suisse A. ADE1 et ADE2 conservent ensuite le compte 1 en tant que compte commun (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 2/3 du compte 1 et ADE2 1/3 du compte 1). Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 150. ADE2 n est pas une personne concernée car elle n est pas en mesure de prouver que les avoirs étaient déposés auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 2. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10 / 150 x 2/3). Le capital déterminant s élève ainsi à 100.

50 Seule une partie des avoirs déposés sur le compte est soumise à la régularisation fiscale; des avoirs à hauteur de 50 n y sont pas soumis. I Exemple 9 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève 80 à fin 2002 (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE2 et ADE3 au compte 1). En 2008, ADE2 sort du compte commun (versement de 40 à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 50 et à fin 2012 à 50. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse aux dates de référence 2 et 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 50 (C8) et 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Concernant la détermination de C, il convient encore de préciser ce qui suit. Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre Le 31 décembre 2010, seul ADE1 était partie prenante au compte 1. C doit donc être attribué dans sa totalité à ADE1. Dans le présent cas de figure, il est donc sans intérêt de savoir si l agent payeur connaissait la clé de répartition entre ADE1 et ADE2.

51 I Exemple 10 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Fin 2002, le solde en compte du compte 1 s élève à 80. En 2008, ADE2 sort du compte commun (aucun versement à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Le solde en compte du compte 1 s élève à fin 2010 à 100 et à fin 2012 à 100. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse aux dates de référence 2 et 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 80 (C), 8 ans (n), 100 (C8) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 100 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. Concernant la détermination de C, il convient encore de préciser ce qui suit. Lorsque plusieurs personnes sont bénéficiaires effectifs d une relation de clientèle / de compte, la répartition de C sur les personnes concernées se fait en référence à la clé de répartition au 31 décembre Le 31 décembre 2010, seul ADE1 était partie prenante au compte 1. C doit donc être attribué dans sa totalité à ADE1. Dans le présent cas de figure, il est donc sans intérêt de savoir si l agent payeur connaissait la clé de répartition entre ADE1 et ADE2.

52 I Exemple 11 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 fin 2002 et à 100 fin En 2011, ADE2 sort du compte commun (versement de 50 à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 50. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 50 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 50 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. I

53 Exemple 12 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A (l agent payeur A n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2 au compte 1). Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 fin 2002 et à 100 fin En 2011, ADE2 sort du compte commun (aucun versement à ADE2). ADE1 conserve ensuite le compte 1 en tant que compte individuel. Fin 2012, le solde en compte du compte 1 s élève à 100. ADE2 n est pas une personne concernée, car elle n avait aucune relation de compte auprès d un agent payeur suisse à la date de référence 3. Aucune mesure de régularisation fiscale ne peut donc être prise pour ADE2. ADE1 est une personne concernée. C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 1 et s élèvent à 40 (C / 80:2), 8 ans (n), 50 (C8 / 100:2) et 100 (C10). Le capital déterminant s élève à 60 (120% de C8). Des avoirs à hauteur de 40 (solde en compte de 100 moins 60) ne peuvent pas faire l objet d une régularisation fiscale. I 5 Consolidation 5.1 Généralités Accords avec AT et GB Les accords avec AT et GB ne contiennent pas de règles relatives à la consolidation de relations de clientèle / de compte.

54 Directive de l AFC La Directive de l AFC spécifie les règles suivantes: - Principe de régularisation fiscale séparée de chaque relation de clientèle / de compte En principe, l agent payeur prend les mesures de régularisation fiscale des avoirs séparément pour chaque relation de clientèle / de compte. Cela s applique aussi lorsqu une ou plusieurs personnes concernées détiennent ou détenaient ensemble plusieurs relations de clientèle / de compte auprès d un même agent payeur. - Exception concernant la consolidation de relations de clientèle / de compte La Directive de l AFC autorise sous certaines conditions, décrites dans le détail dans ladite Directive, la consolidation de relations de clientèle / de compte. La Directive de l AFC ne fournit par contre aucune règle relative à la manière de procéder pour la consolidation. 5.2 Conditions pour une consolidation Conformément aux chiffres marginaux 58 ss, la consolidation de plusieurs relations de clientèle / de compte est possible dans les conditions suivantes: a. Chacune des relations de clientèle / de compte appartient à une ou plusieurs personnes concernées identiques détenant des parts égales. b. Les relations de clientèle / de compte sont gérées par un même agent payeur (aucune consolidation impliquant plusieurs agents payeurs). c. Le cocontractant a donné une instruction écrite pour procéder à la consolidation. Cette instruction doit mentionner (clairement) les relations de clientèle / de compte à consolider. L instruction doit être donnée avant le 31 mai Marche à suivre pour la consolidation Comme évoqué plus haut, la Directive de l AFC ne décrit pas en détail comment procéder à la consolidation. La seule précision en la matière est que les relations de clientèle / de compte tant existantes que clôturées peuvent être consolidées. Nous proposons de procéder comme suit pour consolider plusieurs relations de clientèle / de compte: a. Déterminer C et n C et n sont déterminés en référence à la relation de clientèle / de compte la plus ancienne et s appliquent de manière unique pour l ensemble des relations de clientèle / de compte consolidées. Lorsque plusieurs relations de clientèle / de compte ont été ouvertes une même année, C est déterminé en additionnant les avoirs des relations de clientèle / de compte en question.

55 b. Déterminer C 8 C 8 est déterminé en additionnant les avoirs de l ensemble des relations de clientèle / de compte. c. Déterminer C 10 C 10 est déterminé en additionnant les avoirs de l ensemble des relations de clientèle / de compte. 5.4 Attestation L agent payeur établit une attestation pour les relations de clientèle / de compte consolidées. L ensemble des comptes et dépôts consolidés figure sur cette attestation. 5.5 Exemples Exemple 1 En 2002, ADE1 et ADE2, deux personnes physiques résidant en Autriche, ouvrent en commun le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A (selon la documentation de l agent payeur A, ADE1 détient 60% du compte 1 et ADE2 40% du compte 1). Fin 2002, le solde en compte du compte 1 s élève à 80. En 2008, ADE1 et ADE2 clôturent le compte commun 1 auprès de l agent payeur suisse A et transfèrent des avoirs à hauteur de 60 sur le compte 2 nouvellement ouvert par ADE1 auprès de l agent payeur suisse B et à hauteur de 40 sur le compte 3 nouvellement ouvert par ADE2 auprès de l agent payeur suisse B. Le solde en compte du compte 2 s élève à fin 2008 à 60, à fin 2010 à 60 et à fin 2012 à 60. Le solde en compte du compte 3 s élève à fin 2008 à 40, à fin 2010 à 40 et à fin 2012 à 40. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 2 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 60 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. - ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 40 (C), 2 ans (n), 40 (C8) et 40 (C10). Le capital déterminant s élève donc à 40 et l ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte est ainsi soumis à la régularisation fiscale. C et n du compte 1 clôturé auprès de l agent payeur suisse A ne peuvent pas être repris puisque le changement d agent payeur est survenu avant fin 2010 et donc pas pendant la période transitoire.

56 I Exemple 2 En 2002, ADE1, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 1 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 1 s élève à 80 à fin En 2004, ADE2, personne physique résidant en Autriche, ouvre le compte 2 auprès de l agent payeur suisse A. Le solde en compte du compte 2 s élève à 50 à fin En 2008, ADE1 et ADE2 clôturent leurs deux comptes individuels et transfèrent les avoirs s élevant à 60 (compte 1 d ADE1) et à 60 (compte 2 d ADE2) sur le compte commun 3 nouvellement ouvert auprès de l agent payeur suisse B. (L agent payeur suisse B n est pas documenté sur la clé de répartition entre ADE1 et ADE2). Le solde en compte du compte 3 s élève à fin 2008 à 120, à fin 2010 à 120 et à fin 2012 à 120. ADE1 et ADE2 sont des personnes concernées. - ADE1 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à ADE2 C, n, C8 et C10 sont déterminés en référence au compte 3 et s élèvent à 60 (C), 2 ans (n), 60 (C8) et 60 (C10). Le capital déterminant s élève ainsi à 60. L ensemble des avoirs comptabilisés sur le compte 3 est ainsi soumis à la régularisation fiscale. C et n des comptes 1 et 2 clôturés auprès de l agent payeur suisse A ne peuvent pas être repris puisque le changement d agent payeur est survenu avant fin 2010 et donc pas pendant la période transitoire.

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle

Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle Les accords RUBIK Information destinée à notre clientèle / 26/11/2012 Page 0 Table des matières Thèmes Pages Le concept RUBIK 2 RUBIK, comment ça marche? 4 Schématisons le passé 5 Schématisons le futur

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er. La présente instruction a pour objet de fixer

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-1-06 N 4 du 12 JANVIER 2006 MESURES DE TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2003/48/CE DU CONSEIL DU 3 JUIN 2003 EN MATIERE DE FISCALITE DES REVENUS

Plus en détail

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt anticipé Berne, le 1 er

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord concernant la coopération en matière de fiscalité

Accord entre la Confédération suisse et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord concernant la coopération en matière de fiscalité Texte original Accord entre la Confédération suisse et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d Irlande du Nord concernant la coopération en matière de fiscalité 0.672.936.74 Conclu le 6 octobre 2011 Protocole

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre

Circulaire no. 39. Imposition des options destinées aux actionnaires. 1. Introduction. Impôt fédéral direct Impôt anticipé Droits de timbre Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Plateforme de vente aux enchères et de vente de gré à gré du ministre

Plateforme de vente aux enchères et de vente de gré à gré du ministre Plateforme de vente aux enchères et de vente de gré à gré du ministre Guide de l utilisateur Version abrégée Octobre 2013 Table des matières SECTION I INTRODUCTION... 1 SECTION II OUVERTURE D UNE SESSION

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

Administration fédérale des contributions

Administration fédérale des contributions Administration fédérale des contributions Directive relative aux accords concernant la coopération avec d autres Etats en matière fiscale et à la loi fédérale sur l imposition internationale à la source

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE»

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» ARTICLE 1 -OBJET Le CREDIT LYONNAIS, ci-après dénommé LCL met à la disposition de sa clientèle des particuliers et sa clientèle des professionnels,

Plus en détail

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014 INFO Janvier 2014 TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger Depuis le 30/06/2013, la détermination du lieu de référence a changé pour la location de longue

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

AVOIRS EN DÉSHÉRENCE. Information de l Association suisse des banquiers

AVOIRS EN DÉSHÉRENCE. Information de l Association suisse des banquiers AVOIRS EN DÉSHÉRENCE Information de l Association suisse des banquiers Juin 2015 VZ Banque de Dépôt satisfait à ses obligations légales en vous informant de la problématique et des conséquences engendrées

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

EXERCICE DU DROIT D ACCES AU FICHIER DES COMPTES BANCAIRES ET ASSIMILES (FICOBA)

EXERCICE DU DROIT D ACCES AU FICHIER DES COMPTES BANCAIRES ET ASSIMILES (FICOBA) Vous êtes : le titulaire du compte Vous pouvez avoir accès au fichier FICOBA : - soit directement auprès du centre des impôts dont dépend votre domicile lorsque vous souhaitez connaître les données d identification

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire Numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. concernant

GUIDE PRATIQUE. But. concernant GUIDE PRATIQUE concernant les confirmations des sociétés d audit à l intention de la FINMA,les demandes d autorisation en qualité de banque, négociant en valeurs mobilières, succursale d une banque étrangère

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail

Directives relatives à l encouragement à la propriété du logement

Directives relatives à l encouragement à la propriété du logement Directives relatives à l encouragement à la propriété du logement Fondation SEF Konsumstrasse 22A 3000 Berne 14 www.eev.ch Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire Numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Transmission d entreprise Principaux aspects fiscaux Jean-Marc Vionnet Mazars Coresa SA, Fribourg Plan de l exposé I. Introduction II. Les conséquences fiscales de la transmission d une entreprise III.

Plus en détail

Directives relatives au Droit de timbre pour les Remote Members

Directives relatives au Droit de timbre pour les Remote Members Auteur(s): Blattmann Urs Date: 02.03.1999 Classification: Référence: Mots clé: Destinataires: Approuvé: Nom du fichier: \\BZH000\team\Gbc\kam\MRL\MITTEIL\1999\Bei lage-f\swx1599directive.doc TABLE DES

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

0.192.122.975 Echange de lettres

0.192.122.975 Echange de lettres Echange de lettres des 23 juillet/11 août 1971 entre le Département politique fédéral et la Banque asiatique de développement concernant le bureau de la Banque à Zurich et le personnel qui y est affecté

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

Règlement concernant la liquidation partielle ettotale des caisses de prévoyance

Règlement concernant la liquidation partielle ettotale des caisses de prévoyance Règlement concernant la liquidation partielle ettotale des caisses de prévoyance Bâloise-Fondation collective pour la prévoyance professionnelle extra-obligatoire Edition décembre 2009 2 Règlement Sommaire

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire Numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES Article 1 Sociétés de placement hypothécaire Paragraphe 1(1) Définition de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle

Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle Édition de décembre 2009 Votre sécurité nous tient à cœur.

Plus en détail

Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes

Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes (Ordonnance sur le transit alpin, Otransa) 742.104.1 du 28 février 2001 (Etat le 10 avril 2001) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

Règlement de prévoyance Pens3a

Règlement de prévoyance Pens3a Règlement de prévoyance Pens3a A) Dispositions générales Pour faciliter la lecture, les termes désignant des personnes sont utilisés au masculin et se rapportent à la fois aux hommes et aux femmes. 1.

Plus en détail

Imposition à la source des artistes

Imposition à la source des artistes 1 Imposition à la source des artistes Notice explicative Table des matières 2 Introduction... 3 Personnes assujetties... 3 Prestations imposables... 4 Calcul de l impôt... 5 Détermination du revenu brut...

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA)

Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Manuel sur la formation continue Octroi des titres, modularités et transition entre l ancien modèle (CPG/EPG) et le nouveau (CAS/DAS/MAS/EMBA) Version 1.0 Juin 08 Document adopté par le Conseil Enseignement,

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008

Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008 Notice relative aux polices de prévoyance liées (pilier 3a), valable à partir du 1er janvier 2008 1. Attribution bénéficiaire Dans les contrats d assurance du pilier 3a, un bénéficiaire ou plusieurs bénéficiaires

Plus en détail

Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia»

Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia» Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia» 1. Description générale du produit... 2 1.1 Frais et commissions... 2 1.2 Qui peut ouvrir un Livret?... 2 1.3 Justific a

Plus en détail

La convention de compte

La convention de compte LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 5 La convention de compte Ces mini-guides

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er: La présente instruction a pour objet de fixer les modalités

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

Rencontre des groupements français et suisse

Rencontre des groupements français et suisse Rencontre des groupements français et suisse Vendredi 29 et samedi 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine - Paris SESSION 3 Echange de renseignements Alexandre Dumas, Avocat, LL.M, Chef du Service d échange

Plus en détail

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires

Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires 8 Assemblée des délégué e s des 6 et 7 novembre 2006 à Berne Accord cadre et contrats de prestations avec les organisations missionnaires Propositions L Assemblée des délégués: 1. prend connaissance du

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

- 4 - L aide ménagère

- 4 - L aide ménagère - 4 - L aide ménagère Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 49 LES 4 4 - L aide ménagère. Dispositions générales. Article 1.1 Objectifs. L aide ménagère

Plus en détail

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise Série Monarque de la Transamerica Guide du client Stratégie de transfert du patrimoine Série Monarque La logique à l appui de la solution Série Monarch Monarque Series La logique à l appui de la solution

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010

La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers. Entrée en vigueur le 01.01.2010 La dénonciation spontanée non punissable et le rappel d impôt simplifié pour les héritiers Entrée en vigueur le 01.01.2010 Pascale Maudry-Vonlanthen, Inspection fiscale et des remises 1 I. Bases légales

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 2041 GT N 50883#06 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation

Plus en détail

REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION D AUTOCAR

REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION D AUTOCAR REGIE MUNICIPALE DES TRANSPORTS avenue de l Allier 63800 COURNON D AUVERGNE : 04.73.77.65.00 - transports@cournon-auvergne.fr ooooooo REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION D AUTOCAR 1 CHAPITRE I OBJET : MISE

Plus en détail

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE

POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE POLYNESIE FRANÇAISE - AGENCES DE VOYAGES - REGLEMENTATION DE LA LICENCE Polynésie française : la chronique juridique des notaires TEXTES Délibération n 87-138 AT du 23 décembre 1987 (JOPF du 7 janvier

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 Afférent au traitement comptable des plans d options d achat ou de souscription d actions et des plans d attribution d actions

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière

Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière du 7 novembre 2001 Révisions 2008 / 2015

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

Règlement des mutations

Règlement des mutations GdB Règlement des mutations Règlement adoption : CD du 16/03/12 entrée en vigueur : 01/05/12 validité : permanente secteur : ADM remplace : Chapitre 2.3-2013/1 nombre de pages : 6 5 grammes de plumes,

Plus en détail

Rémunération et Avantages Sociaux

Rémunération et Avantages Sociaux Rémunération et Avantages Sociaux Prime de médaille 1 Janvier 2012 SOMMAIRE Avant-propos 3 Dispositions générales Types de médaille Délivrance de la médaille d honneur du travail Attribution de la prime

Plus en détail

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES?

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES Référence IT26-05/2005 Article 1 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? 1. Qu entendons-nous par «NOUS»? Les AP, une marque et un nom commercial de

Plus en détail

Information TVA. Quelques points particuliers pour les collectivités publiques. Montreux 15 février 2013. TVA Conseils, Fribourg et Genève 1

Information TVA. Quelques points particuliers pour les collectivités publiques. Montreux 15 février 2013. TVA Conseils, Fribourg et Genève 1 Information TVA Quelques points particuliers pour les collectivités publiques Montreux 15 février 2013 TVA Conseils, Fribourg et Genève 1 TVA Thèmes présentés Nouvelle Loi sur la TVA au 1.1.2010 Ce qui

Plus en détail

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante

Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante Ordonnance sur l imposition des bénéfices de liquidation en cas de cessation définitive de l activité lucrative indépendante (OIBL) 642.114 du 17 février 2010 (Etat le 1 er janvier 2011) Le Conseil fédéral

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 87, du 11 novembre 2005 Délai référendaire: 3 janvier 2006 Loi portant révision de la loi concernant la Caisse de pensions de

Plus en détail

Demande d allocation d adoption

Demande d allocation d adoption OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES Caisse de compensation Division des prestations Service de l assurance-maternité Demande d allocation d adoption Les parents d adoption ont un droit d option. Ils

Plus en détail

Manuel Livraison des données via sedex

Manuel Livraison des données via sedex Manuel Livraison des données via sedex Version V1.1 Juin 2015 1 Table des matières 1. Introduction 3 2. Généralités 3 2.1 A qui s adresse ce manuel? 3 2.2 De quoi ce manuel ne traite-t-il pas? 3 2.3 Structure

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti...

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... FONCTIONNAIRES : FICHE 44 44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... Le principe de calcul de la pension de retraite repose sur trois éléments principaux : le nombre

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#13 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, 28 juillet 2006 Taxud E1, RP

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Règles de procédure de l Ombudsman des banques suisses Art. 1: Mission de l Ombudsman

Plus en détail

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse Pour votre sécurité sociale Retraite ordinaire Dans son règlement, la SVE fixe, d une manière générale, l âge de la retraite à 65 ans. L obligation d

Plus en détail

Fiche n 11. Les ressources affectées

Fiche n 11. Les ressources affectées DGOS / DGFiP BureauPF1 / CL1B Mise à jour Septembre 2013 Fiche n 11 Les ressources affectées Objet de la fiche La présente fiche a pour objet : de définir la notion de ressources affectées. Cette définition

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ;

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; CONVENTION-TYPE Entre le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; et le Titulaire «Dénomination sociale» «Forme juridique»

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques»

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» (Dernière modification : 6 février 2015) 1. Selon quels critères examine-t-on l applicabilité de la circulaire 2008/7? Il y externalisation

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Procédure Agri-investissement. et Agri-Québec

Procédure Agri-investissement. et Agri-Québec Procédure Agri-investissement et Agri-Québec Section 10 Fermeture de dossiers Préparé par DIRECTION DE L INTÉGRATION DES PROGRAMMES Applicable à partir de l année d assurance 2010 (Date de mise à jour

Plus en détail