Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance"

Transcription

1 Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour les sinistres non-payés et le passif des primes qui sont indiquées dans la version provisoire de la ligne directrice, Test du capital minimal (TCM). Contexte Pour déterminer les nouveaux coefficients du risque d assurance, le BSIF a analysé la variabilité fondée sur les données sur les sinistres survenus et payés afin d évaluer les risques liés aux primes et aux sinistres. L examen des marges pour risque d assurance a été réalisé en collaboration avec l Institut canadien des actuaires (ICA) et l Autorité des marchés financiers (AMF). L ICA avait principalement pour mission d offrir des conseils indépendants et des services d expertise actuarielle et de validation de données. Le BSIF a présenté un résumé de haut niveau de la méthodologie utilisée pour définir les coefficients du risque d assurance proposés dans le document de travail qu il a diffusé en mai Le présent document fait fond sur le résumé de haut niveau présenté en mai Voici les étapes de la méthode utilisée pour définir les coefficients de risque pour les sinistres non payés et le passif des primes. Étape 1. Estimer la VaR au 90 e centile selon la branche 2. Convertir à la VaR au 99,5 e centile selon la branche 3. Provision implicite pour diversification 4. Exclure la provision pour écarts défavorables Principale source de données Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres. Relevés financiers des sociétés d assurances multirisques exigés par la loi Données sur l assurance-automobile du livre vert du BAC Relevés financiers des sociétés d assurances multirisques exigés par la loi Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres 1 Document de travail sur les modifications proposées par le BSIF au cadre de capital réglementaire des sociétés d assurances multirisques fédérales diffusé en mai 2013, pp , 255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2

2 Dans ce document, certains résultats numériques de ces étapes intérimaires aux fins du calcul de la valeur à risque (VaR) et des coefficients de risque en découlant sont présentés; il faut tenir compte du fait que l information communiquée est nécessairement limitée pour préserver la confidentialité de renseignements sensibles au plan de la compétitivité. Même si les données déjà divulguées sur la méthodologie ne sont pas reprises, certains commentaires explicatifs sont inclus. D autres détails techniques ont été présentés à l assemblée annuelle de de l Institut canadien des actuaires. Risque lié au passif des primes De façon générale, le risque lié au passif des primes s entend du risque que le montant mis de côté pour les sinistres et les dépenses en fonction des primes non gagnées s avère insuffisant. La méthode vise le risque de variabilité des estimations des sinistres futurs (étant donné que les dépenses sont raisonnablement stables) et s appuie sur le taux annuel de sinistres de l année de survenance. La meilleure estimation courante des taux historiques de sinistres de l année de survenance de l actuaire désigné est indiquée dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres figurant dans le Rapport de l actuaire désigné (RAD) déposé une fois l an auprès du BSIF. 1. Estimer la VaR au 90 e centile selon la branche d assurance a. Variabilité historique de l industrie selon la branche d assurance Les résultats de l industrie canadienne des assurances, dans la plupart des sources, indiquent habituellement des taux de sinistres de l année de survenance qui combinent les résultats de l année de survenance courante et l évolution des sinistres non payés comptabilisé à la fin de l exercice précédent. Les coefficients des sinistres non payés sont un volet distinct du calcul du risque d assurance du BSIF. Ainsi, si les taux de sinistres de l année civile sont utilisés pour estimer le risque lié au passif des primes, les coefficients pourraient être surestimés. Pour éviter cette possibilité, le BSIF a utilisé les taux de sinistres de l année de survenance. Voici les taux de sinistres de l année de survenance agrégés de l industrie pour les grandes branches d assurance pour la période de 2002 à Industrie (Sociétés et succursales) Taux de sinistres de l année de survenance estimé au 31 décembre Responsabilité 70 % 52 % 42 % 42 % 45 % 48 % 60 % 59 % 61 % 65 % Automobile Assurance accident corporel 80 % 64 % 52 % 51 % 55 % 58 % 59 % 61 % 60 % 63 % Automobile Assurance individuelle accidents 94 % 64 % 46 % 51 % 62 % 73 % 83 % Décembre 2013 Page 2 de % 94 % 58 % Automobile - Autres 59 % 51 % 44 % 47 % 49 % 54 % 55 % 51 % 51 % 52 % Automobile Total 72 % 57 % 47 % 49 % 54 % 59 % 62 % 67 % 64 % 57 % Biens personnels 59 % 58 % 55 % 62 % 59 % 61 % 70 % 68 % 61 % 65 % Biens commerciaux 48 % 44 % 42 % 61 % 48 % 58 % 68 % 58 % 62 % 65 % 2 La réforme du test du capital minimal (TCM) Un cadre relatif au capital réglementaire pour le secteur des assurances IARD au Canada, juin 2013, diapositives (version en anglais seulement),

3 À l échelle de l industrie, le taux de sinistres automobile agrégé semble afficher un comportement cyclique, comme en fait foi une tendance à la baisse jusqu en 2004 puis à la hausse jusqu en 2009, suivi de reculs en 2010 et en Le moment où se produisent ces points d inflexion correspond au moment de la réforme de l assurance automobile en Ontario. Étant donné qu on a amplement discuté des conséquences de ces mesures de réforme avant de les mettre en œuvre, ces changements seront habituellement déjà pris en compte dans les travaux de l actuaire (même si le quantum demeurera une estimation). D autre part, tandis que les taux de sinistres sur responsabilité montrent des périodes de sommets et de creux qui pourraient être cycliques, la hausse marquée de 2007 à 2008 n avait pas été prévue à grande échelle et ainsi aucun ajustement cyclique n a été apporté à la variabilité individuelle des sociétés calculée ci-après. Enfin, la variabilité des taux de sinistres sur biens est significative. Il semblerait que ce soit surtout sous l effet des pertes catastrophiques et il y a donc lieu d en tenir compte dans des coefficients de risque plus élevés. b. Variabilité individuelle des sociétés selon la branche d assurance Variabilité du taux net de sinistres de l année de survenance calculée à la VaR au 90 e centile Nombre de sociétés Par rapport à la moyenne Données brutes Ajustée selon la taille Écart d une année à l autre Données brutes Ajustée selon la taille Responsabilité % 32 % 71 % 39 % Automobile Responsabilité % 16 % 42 % 16 % Automobile Accident corporel % 25 % 57 % 20 % Automobile - Autres % 14 % 16 % 14 % Biens personnels % 14 % 30 % 18 % Biens commerciaux % 31 % 51 % 42 % La variabilité est mesurée par rapport au ratio moyen des sinistres de chaque société sur une période de 10 ans et en écart d une année à l autre. L actuaire tiendra compte des taux de sinistres à court et à long termes de chaque société au moment de calculer le passif des primes. Il y a deux colonnes pour chaque mesure, soit les données brutes et une mesure ajustée pour tenir compte du fait que les sociétés plus petites ont tendance à être plus volatiles. Cet ajustement s impose pour éviter le double comptage dans la formule type de la variabilité devant être prise en compte dans le cadre du processus d établissement du niveau de capital cible interne. La branche d assurance de la responsabilité est très variable avant et après l ajustement en fonction de la taille dans les deux mesures. Décembre 2013 Page 3 de 7

4 Pour la branche de l automobile, il semble que les accidents corporels soient plus volatiles que les préjudices corporels, mais il faut prendre en compte le contexte des tendances des taux de sinistres de l industrie mentionné ci-haut. Tel que déjà souligné, les branches d assurance des biens personnels et commerciaux sont assujetties à des fluctuations attribuables aux catastrophes. Cependant, l effet bénéfique de la taille sur la variabilité du taux de sinistres est considérablement plus grand pour les biens personnels que pour les biens commerciaux. Cela peut s expliquer par le fait que pour les biens commerciaux, l effet bénéfique de la «loi des grands nombres» est en partie neutralisé par la capacité accrue (limites de la branche) que les sociétés plus grandes conservent à l égard des risques individuels. 2. Convertir à la VaR au 99,5 e centile Un coefficient de 2,0 a été appliqué pour convertir de la VaR 90 à la VaR 99,5, ce qui est une approximation acceptable en vertu d une distribution normale. 3. Provision implicite pour diversification Un examen des corrélations selon la branche d assurance au sein de chaque société a indiqué un coefficient de corrélation moyen d environ 75 % pour les principales branches d assurance. Tel que prévu, c est plus élevé que la corrélation des sinistres non-payés, car les mesures prises par la direction qui ont un effet sur les taux de sinistres influeront vraisemblablement sur de multiples branches d assurance en même temps. Le crédit pour la diversification moyen, qui a été appliqué à chaque branche d assurance pour les raisons énoncées dans le document de travail de mai 2013, a été calculé en appliquant la corrélation ci-haut à diverses branches d assurance de l industrie. 4. Derniers ajustements Les marges pour écarts défavorables sur le passif des primes sont souvent choisies pour être conformes à celles utilisées pour les sinistres non-payés et cette démarche a été utilisée pour supprimer cet aspect du double comptage potentiel. Les marges plus élevées habituellement utilisées pour les branches à matérialisation longue atténuent en partie leur plus grande volatilité déjà observée, rétrécissant la fourchette des coefficients de risque définitifs recommandés. Tel que souligné dans le document de travail de mai 2013, une provision a également été établie pour la marge moyenne des dépenses dans le passif des primes de meilleure estimation, compte tenu du fait que les dépenses estimatives sont habituellement moins variables que le taux de sinistres. Décembre 2013 Page 4 de 7

5 Risque lié aux sinistres non payés De façon générale, le risque lié aux sinistres non-payés s entend du risque que le montant mis de côté pour les sinistres déjà encourus s avère insuffisant. Contrairement au risque lié au passif des primes, les données recueillies dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres et les relevés financiers annuels permettent de mesurer plus directement le risque. Les principaux chiffres pour chacune des grandes branches d assurance figurent dans le tableau suivant; un renvoi à ces chiffres est par la suite fait dans les notes étape par étape plus détaillées qui suivent. Retrait en % de la meilleure estimation Nombre de sociétés VaR au 90 e centile Coefficient de la provision terminale Marge pondérée en fonction de l industrie (MED) Branche d assurance Données Ajustée selon brutes la taille Responsabilité 46 33,9 % 11,2 % 2,5 12,0 % Automobile Responsabilité 55 17,2 % 5,2 % 2,5 10,5 % Automobile Accident 2,5 11,9 % 49 16,3 % 8,0 % corporel Automobile - Autres 54 39,2 % 23,4 % 1,0 5,6 % Biens personnels 53 25,9 % 14,0 % 1,5 4,1 % Biens commerciaux 34 37,8 % 15,6 % 1,0 5,7 % 1. Estimer la VaR au 90 e centile selon la branche d assurance Dans l ensemble, la matérialisation 3 globale du passif de meilleure estimation de l industrie a dernièrement été limitée. Les branches de l assurance automobile responsabilité et de l assurance accident corporel de 2007 à 2011 utilisées aux fins de cette étude sont une exception, la matérialisation généralement favorable des sinistres d assurance responsabilité neutralisant la matérialisation défavorable des sinistres d assurance accident corporel. Il semble que ce phénomène cadre avec les résultats cycliques de la branche d assurance automobile mentionnés ci-haut et qu il se renversera probablement au cycle suivant. Les résultats des branches de l assurance automobile responsabilité et de l assurance automobile accident corporel ont donc été combinés. Il faut de nouveau ajuster selon la taille de la société pour éviter la variabilité de l approche standard qui doit être prise en compte dans le processus d établissement de la cible de capital interne. Les coefficients relativement élevés pour les branches à matérialisation courte (biens et automobile autres) s expliquent en grande partie par les petits montants en suspens. Un seul sinistre déclaré en retard peut influer sur les résultats de manière appréciable quand le dénominateur est petit. 3 La matérialisation des sinistres déclarée par l industrie comprend souvent l effet bénéfique de la libération des provisions pour écarts défavorables détenues à la fin de l exercice précédent. Décembre 2013 Page 5 de 7

6 Inversement, tandis que la variabilité des sinistres de l assurance automobile est depuis toujours faible en pourcentage des sinistres en suspens, lessinistres non-payés de l assurance automobile occupent une part très importante du bilan de l industrie et son ampleur est comparable à celle des sinistres annuels encourus de l industrie; la matérialisation des sinistres non-payés peut donc avoir un effet appréciable sur la société et les résultats globaux de l industrie. 2. Convertir à la VaR au 99,5 e centile Outre le coefficient de 2,0 dont il est question à la section portant sur le passif des primes aux fins de la conversion à la VaR au 99,5 e centile, un coefficient de provision terminale a été appliqué conformément au concept énoncé dans le document «Vision de l évaluation de la solvabilité des assureurs multirisques au Canada» 4, où, pour déterminer la provision terminale, on tient compte de la grave adversité testée dans l horizon temporel précédent aux fins des mesures de surveillance. Pour définir l incidence générale de la provision terminale, on a comparé la variabilité du retrait jusqu au taux ultime (ainsi qu estimé en appliquant des approches populaires de la variabilité des réserves aux triangles dans les relevés financiers réglementaires des sociétés d assurance multirisques) et la variabilité sur un an de chaque société. Compte tenu de la source des données, cela a nécessairement été fait sur une base combinée de toutes les branches d assurance. Les coefficients à l égard de chaque branche d assurance ont été choisis pour établir une approximation de cette provision terminale globale et refléter le montant du passif des sinistres toujours non payé à la fin d une année. La provision terminale n était pas nécessaire pour déterminer le risque lié au passif des primes, car la mauvaise estimation du risque à la fin de l année de survenance est prise en compte dans le coefficient du risque lié au sinistres non-payés. 3. Provision implicite pour diversification Compte tenu du fait que l historique des données sur la constitution de réserves est plus court, des coefficients de corrélation ont été estimés en déterminant, société par société, les coefficients permettant de rapprocher la variabilité combinée de toutes les branches à celle de chacune des branches. Cela a produit une estimation de la corrélation moyenne de 50 %. Le crédit pour diversification moyen, qui a été appliqué à chaque branche d assurance pour les raisons invoquées dans le document de travail de mai 2013, a été calculé en appliquant la corrélation ci-haut à diverses polices de l industrie. 4 Décembre 2011, p. 8, Décembre 2013 Page 6 de 7

7 4. Derniers ajustements Les marges pour écarts défavorables sur les sinistres non-payés ont été supprimées d après les marges moyennes déclarées par branche d assurance dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres. Conclusion Il a nécessairement fallu faire preuve de jugement à certaines étapes du processus pour générer les coefficients du risque d assurance. Cependant, tout a été mis en œuvre pour appuyer le jugement à l aide des données disponibles. Le BSIF salue les efforts déployés par les sociétés pour fournir des données fiables dans le Tableau d analyse des sinistres non payés et des taux de sinistres et a l intention de continuer à mettre périodiquement à jour son analyse des données y figurant; il utilisera ses constatations et en rendra compte de temps à autre. Décembre 2013 Page 7 de 7

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS Table des matières Introduction...2 Page Sommaire...3 Projection des flux de trésorerie du passif...3 Calcul du coussin de solvabilité...7

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 Introduction Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQ n o 3), qui a pour but

Plus en détail

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD Table des matières Introduction... 2 Processus... 2 Approche et méthodologie... 3 Notions de base... 3 Approche fondée sur l actif total

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec. Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard

Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec. Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard Québec, le 7 janvier 2015 Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard Madame, Monsieur, Le Groupe consultatif

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Facteurs à considérer en matière de quantification de la variabilité du passif des polices d assurances IARD

Facteurs à considérer en matière de quantification de la variabilité du passif des polices d assurances IARD Document de recherche Facteurs à considérer en matière de quantification de la variabilité du passif des polices d assurances IARD Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2012

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Communiqué de presse TORONTO, le 17 février 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 30

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions Le but de cette étude est de recueillir de l information afin d évaluer diverses méthodes possibles de calcul des exigences de capital liées

Plus en détail

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

Marges pour écarts défavorables en assurances IARD

Marges pour écarts défavorables en assurances IARD Note éducative Marges pour écarts défavorables en assurances IARD Commission des rapports financiers des compagnies d assurances IARD Décembre 2009 Document 209138 This document is available in English

Plus en détail

EXAMEN DYNAMIQUE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES INCENDIES, ACCIDENTS ET RISQUES DIVERS

EXAMEN DYNAMIQUE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES INCENDIES, ACCIDENTS ET RISQUES DIVERS NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne sont pas d application obligatoire. Elles sont destinées à aider les actuaires à accomplir leur travail actuariel et peuvent comprendre des eplications et (ou) offrir

Plus en détail

Saines pratiques de gestion de l exposition au risque de tremblement de terre

Saines pratiques de gestion de l exposition au risque de tremblement de terre Ligne directrice Objet : au risque de tremblement de terre N o : B-9 Date : Février 2013 I. Objet et portée Les pertes catastrophiques causées par les séismes présentent parfois un risque important pour

Plus en détail

Réponses du BSIF aux points soulevés lors de la consultation sectorielle sur la version à l étude de la ligne directrice Test du capital minimal

Réponses du BSIF aux points soulevés lors de la consultation sectorielle sur la version à l étude de la ligne directrice Test du capital minimal s du BSIF aux points soulevés lors de la consultation sectorielle sur la version à l étude de la ligne directrice Test du capital minimal de 2015 La période de consultation a pris fin le 15 mars 2014 Commentaire

Plus en détail

Étude d impact quantitative n o 4 Risque d assurance Information supplémentaire

Étude d impact quantitative n o 4 Risque d assurance Information supplémentaire Étude d impact quantitative n o 4 Risque d assurance Information supplémentaire Introduction Une quatrième étude d impact (ÉIQ n o 4) a été créée afin de recueillir de l information et d évaluer plusieurs

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Notes techniques relatives aux dépôts des taux d assurance-automobile et des systèmes de classification des risques

Notes techniques relatives aux dépôts des taux d assurance-automobile et des systèmes de classification des risques Notes techniques relatives aux dépôts des taux d assurance-automobile et des systèmes de classification des risques Publiées avec le Bulletin No. A-12/01 de la Commission des services financiers de l Ontario

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Premier trimestre 2006. Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com

Premier trimestre 2006. Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com Premier trimestre 2006 1 Rapport aux actionnaires Trois mois terminés le 31 mars 2006 ING Canada inc. www.ingcanada.com Toronto (Ontario) Le 11 mai 2006 ING Canada affiche de solides résultats pour le

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Calcul des participations des polices avec participation

Calcul des participations des polices avec participation Note éducative Calcul des participations des polices avec participation Groupe de travail sur le calcul des participations Janvier 2014 Document 214008 This document is available in English 2014 Institut

Plus en détail

Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile. Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06

Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile. Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06 Exigences de collecte de données financières sur l assurance automobile Pièce jointe au Bulletin GISA 2012-06 Le 26 octobre 2012 1. Introduction... 1 2. Sociétés déclarantes... 1 3. Données de référence...

Plus en détail

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires MÉMOIRE DE L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DESTINÉ AU SURINTENDANT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES DE L ALBERTA, MINISTÈRE DES FINANCES DE

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC Février 2011 volume 7 DEUXIÈME ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS AUTORITE DES MARCHES

Plus en détail

SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés.

SECTION III. Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés. SECTION III Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés en assurance et en

Plus en détail

VISION DE L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES ASSUREURS MULTIRISQUES AU CANADA

VISION DE L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES ASSUREURS MULTIRISQUES AU CANADA VISION DE L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES ASSUREURS MULTIRISQUES AU CANADA COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC DÉCEMBRE 2011 AUTORITE DES MARCHES FINANCIERS COMITE

Plus en détail

ING Canada Inc. Résultats financiers et d exploitation du premier trimestre 2005. 12 mai 2005 PRELIMINARY DRAFT. www.ingcanada.com

ING Canada Inc. Résultats financiers et d exploitation du premier trimestre 2005. 12 mai 2005 PRELIMINARY DRAFT. www.ingcanada.com ING Canada Inc. Résultats financiers et d exploitation du premier trimestre 2005 12 mai 2005 PRELIMINARY DRAFT www.ingcanada.com Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 16 février 2006 P. 1 Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial Intact Corporation financière (TSX : IFC) L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial 2 mai 2012 Énoncés prospectifs et mise en garde Certains

Plus en détail

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015

Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ 2060 Winston Park Drive Suite 300 Oakville (Ontario) L6R 5R7 Genworth MI Canada Inc. présente ses résultats pour le deuxième trimestre de 2015 Primes souscrites : 205 millions de dollars, en

Plus en détail

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Rapport 2014 sur le financement des de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Commission des services financiers de l Ontario Mars 2015 Table des matières 1.0

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 29 juillet 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,56 $ avec un ratio combiné de 91,6 %.

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements.

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements. SECTION III Généralités Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur/la société à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés

Plus en détail

Revue de la performance du T2-2014

Revue de la performance du T2-2014 Revue de la performance du T2-2014 Intact Corporation financière (TSX : IFC) Le mercredi 30 juillet 2014 Intact Corporation financière Charles Brindamour Chef de la direction Intact Corporation financière

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN COMPORTE SIX (6) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 44 POINTS ET SIX (6) QUESTIONS À CHOIX

Plus en détail

Intact Corporation financière

Intact Corporation financière Intact Corporation financière (TSX : IFC) Un enthousiasme incessant à bâtir une société d assurance de dommages de classe mondiale Revue de la performance du T4-2013 Le mercredi 5 février 2014 Charles

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 1 er mai 2012 Intact Corporation financière annonce ses résultats du premier trimestre Croissance des primes de près de 50 % pour un deuxième trimestre consécutif Résultat

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Communiqué de presse TORONTO, le 8 février 2012 Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Croissance des primes de près de 50 % au quatrième trimestre,

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien Les assurances multirisques au Canada Aperçu Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assurances multirisques couvre les risques de toutes les branches d assurance,

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC Novembre 2008 volume 6 APPROCHE STANDARD POUR LE CALCUL DU COUSSIN DE SOLVABILITÉ LIÉ AU RISQUE DE MARCHÉ AUTORITE DES MARCHES

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LES EXIGENCES EN MATIÈRE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES DE DOMMAGES

LIGNE DIRECTRICE SUR LES EXIGENCES EN MATIÈRE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES DE DOMMAGES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES EXIGENCES EN MATIÈRE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES DE DOMMAGES Révisée Juin 2012 Table des matières Table des matières... 1 Chapitre 1. Introduction et instructions

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Guide d instructions

Guide d instructions Guide d instructions Objet : Date : Demande d agrément d un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) VERSION PROVISOIRE Introduction Les régimes de retraite qui accordent des prestations à des

Plus en détail

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Ébauche de note éducative Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Novembre 2006 Document 206148 This document is available

Plus en détail

Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario

Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Le 13 août 2014 Contenu Introduction... 2 Créances et restrictions...

Plus en détail

Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ

Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ MESURES D ALLÉGEMENT ET NOUVELLES MESURES PERMANENTES SUR LE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE Présentation de Réjean Bellemare, Service de la recherche de la FTQ 2005 Une première vague de mesures temporaires

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario

Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Groupe de travail antifraude de l assurance-automobile de l Ontario Examen préliminaire du rapport de KPMG daté du 13 juin 2012 24 juillet 2012 Auteur : M. Liam M. McFarlane Ernst & Young s.r.l. Services

Plus en détail

PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Définitions

PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Définitions PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Définitions Juillet 2014 N/Réf. : 930.01 Le Groupement des assureurs automobiles agit à titre d agence autorisée par l Autorité des marchés financiers. Ce document

Plus en détail

ING Canada continue d afficher de solides résultats

ING Canada continue d afficher de solides résultats Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 ING Canada continue d afficher de solides résultats ING Canada Inc. (TSX: IIC.LV) a déclaré aujourd hui un bénéfice net de 202,8

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Évaluation du passif des polices d assurance collective de personnes

Évaluation du passif des polices d assurance collective de personnes Note éducative Évaluation du passif des polices d assurance collective de personnes Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Juin 2010 Document 210034 This document is available

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA

VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA VISION POUR L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES COMPAGNIES D ASSURANCE DE PERSONNES AU CANADA COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ NOVEMBRE 2007 TABLE DES MATIÈRES Vision...2 Concepts clés...2 Cible réglementaire

Plus en détail

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1996. Régime d assurance-vie Fonction publique du Canada

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1996. Régime d assurance-vie Fonction publique du Canada RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1996 Régime d assurance-vie Fonction publique du Canada Le 27 février 1998 L honorable Marcel Massé, C.P., député Président du Conseil du Trésor Ottawa, Canada K1A 0R5 Monsieur

Plus en détail

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Méthodes comptables 1.A Principales méthodes comptables Description des

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 DÉCEMBRE 2013 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 Introduction La plupart des organismes sans but lucratif (OSBL)

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997. Régime d assurance-vie Forces canadiennes

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997. Régime d assurance-vie Forces canadiennes RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997 Régime d assurance-vie Forces canadiennes Le 27 février 1998 L honorable Marcel Massé, P.C., M.P. Président du Conseil du Trésor Ottawa, Canada K1A 0R5 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Guide d établissement des succursales de banques étrangères (Révisions de mars 2002)

Guide d établissement des succursales de banques étrangères (Révisions de mars 2002) Guide d établissement des succursales de banques étrangères (Révisions de mars 2002) Critères, exigences documentaires et procédures régissant l établissement et le fonctionnement d une succursale de banque

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004

L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004 COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE ANNONCE UNE AUGMENTATION DU BÉNÉFICE NET DE 29 % POUR LE PREMIER TRIMESTRE 2004 Québec, le 12 mai 2004 L Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc.

Plus en détail

Commission des services financiers de l Ontario. Lignes directrices pour le dépôt des demandes de taux

Commission des services financiers de l Ontario. Lignes directrices pour le dépôt des demandes de taux visant les voitures de tourisme formule abrégée (les «lignes directrices abrégées») Propositions de modifications aux taux d'assurance-automobile et aux systèmes de classement des risques A. RENSEIGNEMENTS

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013

La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de 2013 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE La Banque Nationale divulgue des résultats record au troisième trimestre de L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail