COMPÉTITIVITÉS ET REVENUS AGRICOLES DANS LES SECTEURS AGRO-ALIMENTAIRES DES PECO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPÉTITIVITÉS ET REVENUS AGRICOLES DANS LES SECTEURS AGRO-ALIMENTAIRES DES PECO"

Transcription

1 Octobre 2001 COMPÉTITIVITÉS ET REVENUS AGRICOLES DANS LES SECTEURS AGRO-ALIMENTAIRES DES PECO IMPLICATIONS AVANT ET APRÈS ADHÉSION POUR LES MARCHÉS ET LES POLITIQUES DE L UE Par Alain Pouliquen* * Directeur de recherche à l'inra (France) Les opinions émises dans cette étude n engagent que l auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la Commission européenne.

2 .

3 Remerciements Engagée en automne 2000 à la demande de la Direction Générale de l Agriculture de la Commission européenne 1, cette étude se nourrit largement des recherches que l auteur poursuit depuis 1975 sur l économie politique des transformations du secteur agro-alimentaire des Pays d Europe Centrale et Orientale et de la Communauté des Etats Indépendants. Naturellement elle est donc aussi tributaire des travaux et progrès de la communauté scientifique Est-Ouest des institutions et chercheurs les plus concernés, y compris à travers des débats qui ont opposé des pronostics très divergents sur les impacts du prochain élargissement agricole de l Union européenne. Je remercie particulièrement pour leur aide les instituts d économie agro-alimentaire et mes collègues des PECO, qui sont la source majeure de toute cette communauté, ainsi que les services responsables de la Direction Générale de l Agriculture 2 de la Commission européenne, ceux de l OCDE en charge de l analyse des politiques et dynamiques agro-alimentaires des économies en transition, et ceux du Ministère français de l agriculture. Mais par rapport à mes travaux antérieurs, la présente étude m'a conduit à un important saut qualitatif dans l analyse et dans son «calage» sur l information statistique et comptable disponible. Ce résultat a impliqué ma mobilisation intensive pendant plus d un an. Mais il doit aussi beaucoup à Dirk Ahner qui a lancé l opération, ainsi qu à la haute qualité professionnelle et à l appui de l équipe responsable de son suivi. Leurs réactions et suggestions, ainsi que leurs propres études, ont été des ressources très précieuses pour moi, sans jamais me détourner des lignes et conclusions essentielles de mon argumentation propre de chercheur. A tous ces égards, je remercie vivement Peter Berkowitz pour son implication particulièrement intensive dans ce suivi, ainsi que Wolfgang Munch dont l appui a été crucial, notamment en matière de données statistiques et de prévision. Alain Pouliquen 1 2 Contrat N AGR du Notamment dans ses précédents rapports sur la "Situation et (les) perspectives agricoles dans les PECO" auxquels j'ai été associé en 1995 et 1998

4 Table des matières REMERCIEMENTS... 3 TABLE DES MATIÈRES... 4 TABLEAUX ET GRAPHIQUES... 6 INTRODUCTION... 9 I. TENDANCES DE LA COMPÉTITIVITÉ EFECTIVE I.1. LA RELANCE ÉCONOMIQUE GLOBALE DES PECO I.2. NE S EST PAS TRANSMISE À LEUR PRODUCTION AGRICOLE, I.3.NI À SES DÉBOUCHÉS INTÉRIEURS, I.4.MAIS À LA DEMANDE D ALIMENTS TRANSFORMÉS ET À LEUR IMPORTATION NETTE EN PROVENANCE DE L UNION EUROPÉENNE I.5.MALGRÉ LEUR PROTECTION TARIFAIRE PLUS EFFECTIVE QUE CELLE DE L UNION À LEUR ÉGARD, I.6 ET MALGRÉ LES AVANTAGES DE NORMES QUALITATIVES MOINS CONTRAIGNANTES SUR LEURS MARCHÉS INTERNES ET TIERS I.7. DÉTÉRIORATION TENDANCIELLE ET ILLUSIONS DE LA COMPÉTITIVITÉ DES PRIX AGRICOLES DES PECO I.7.1. Convergence des prix agricoles vers les niveaux de l Union I.7.2. Handicaps hors-prix de l offre agricole des pays candidats I Ecarts de qualité...18 I Retards d organisation et/ou fragmentation excessive de l offre agricole...18 I Rentabilité agricole très faible ou négative...19 I.7.3. L appréciation monétaire a fait converger les prix agricoles, I.7.4 puis a imposé leur baisse interne, à partir de hauts niveaux relatifs, I.7.5. et a aligné les prix des intrants sur l Union, d où l effet de ciseaux, I.7.6 avec augmentation lente des marges en aval, plus étroites que dans l Union, MAIS LES SOUTIENS DIRECTS DE L AGRICULTURE RESTENT TRÈS INFÉRIEURS DANS LES PECO: HANDICAP ACTUEL, ATOUT POTENTIEL II. DÉTERMINATIONS DE LA COMPÉTITIVITÉ EFFECTIVE II.1. PRODUCTIVITÉS ET COMBINAISONS FACTORIELLES II.1.1. La faiblesse relative des productions agricoles par hectare...26 II.1.2 découle en partie d orientations productives moins intensives par hectare, II.1.3. mais aussi de la faiblesse persistante des rendements physiques, II.1.4 résultant de faibles usages d intrants achetés II.1.5. et plus fondamentalement du manque de financement, qui maintient la capitalisation du travail agricole à de faibles niveaux, II.1.6. La sanction: fortes sous- productivités du travail et de la terre agricoles II.2. DYNAMIQUES DES STRUCTURES ET REVENUS AGRICOLES II.2.1. Le chômage global et rural, facteur décisif de suremploi agricole II.2.2. Schéma général de la restructuration II Les exploitations individuelles de semi- subsistance...41 II Macro- exploitations sociétaires...45 II Les grandes exploitations individuelles, voie étroite pour l élevage intensif...48 II.2.3. Eléments de quantification: restructurations et revenus agricoles II Redistribution inter et intra- sectorielles des terres agricoles...49 II Analyse comptable par taille et forme sociale d exploitation...52 II.3. MARCHÉS FACTORIELS: FAIBLE INTÉGRATION DE L AGRICULTURE, ÉCARTS ET CONVERGENCES II.3.1. Marché du travail: exclusion prédominante II.3.2. Marché du capital: exclusion prédominante II.3.3. Marchés fonciers: faibles prix, faible activité II.4. INDUSTRIES ALIMENTAIRES: RETARDS PERSISTANTS EN AMONT, DYNAMISME EN AVAL II.4.1. Europe centrale II.4.2. Roumanie, Bulgarie II.5. DES POLITIQUES AGRICOLES SOUS FORTES CONTRAINTES MACRO-ÉCONOMIQUES ET SOCIALES II.5.1. Contraintes macro-économiques II.5.2. La contrainte sociale... 74

5 5 III. IMPLICATIONS PRÉVISIBLES APRÈS L ÉLARGISSEMENT III.1. LE SCÉNARIO DE L AGENDA III.1.1. Un recul des productions animales et plus encore des emplois liés III.1.2. Une éventuelle croissance modeste des productions céréalières et oléagineuses III. 2. L IMPACT À MOYEN TERME DES PAIEMENTS DIRECTS III.2.1. Le secteur animal : stagnation probable du porc et du lait, perspectives modestes pour l aviculture et la viande bovine III.2.2. Intensification et expansion de la production céréalière II.2.3. L impact sur les excédents communautaires III.3. DU RISQUE EXCÉDENTAIRE AU RISQUE SOCIAL: NÉCESSITÉ ET ENJEUX DE TRANSITIONS IV. CONCLUSIONS IV.1 AJUSTEMENTS SOUHAITABLES DES OUTILS COMMUNAUTAIRES DE L ÉLARGISSEMENT AGRICOLE IV.1.1 Le grand écart des politiques agricoles des PECO: quelles transitions vers la PAC? IV.1.2 Développement rural et/ou exode rural maîtrisé IV.1.3 Soutenir la fonction sociale de l agriculture de semi-subsistance: un filet social d accompagnement IV.2 DES TRANSITIONS BIEN CONDUITES, CLÉ DE LA RELANCE AGRICOLE À PLUS OU MOINS LONG TERME REFERENCES ANNEXE... 93

6 Tableaux et graphiques TABLEAU 1. CROISSANCE RÉELLE DU PRODUIT INTÉRIEUR BRUT: % DE VARIATION ANNUELLE...10 TABLEAU 2. PRODUCTION AGRICOLE BRUTE (1) ( % VARIATION ANNUELLE EN PRIX CONSTANTS)...11 TABLEAU 3. EVOLUTION DU BILAN PHYSIQUE GLOBAL DES PRINCIPAUX PRODUITS AGRICOLES DES DIX PECO CANDIDATS: MILLIONS TONNES...11 TABLEAU 4. DEGRÉ D AUTOSUFFISANCE DES PECO EN PRODUITS AGRICOLES MAJEURS: PRODUCTION % UTILISATION INTÉRIEURE TOTALE...12 TABLEAU 5. ECHANGES NETS DE PRODUITS AGRO-ALIMENTAIRES DES PECO (MILLIONS $)...12 TABLEAU 6. ECHANGES AGRO-ALIMENTAIRES NETS DES PECO AVEC L UE (1) (MILLIONS )...13 TABLEAU 7. PRINCIPAUX DROITS DE DOUANE (HORS QUOTAS PRÉFÉRENTIELS) MUTUELLEMENT APPLIQUÉS ENTRE TROIS PECO ET L UNION EUROPÉENNE: % ÉQUIVALENTS AD VALOREM...14 GRAPHIQUE 1. EVOLUTIONS DES TAUX DE CHANGE RÉELS PAR RAPPORT À L ECU...20 TABLEAU 8. RAPPORTS DU PIB EN POUVOIR D ACHAT (SPA-EURO) PAR HABITANT À SON NIVEAU EN EURO AUX TAUX DE CHANGE NOMINAUX EN TABLEAU 9. EVOLUTION CUMULÉE RÉELLE DES INDICES DE PRIX DANS TROIS PAYS CANDIDATS ET DANS L UNION EUROPÉENNE DEPUIS TABLEAU 10. ESTIMATION DU SOUTIEN À LA PRODUCTION: % ESP PAR PAYS...24 TABLEAU 11 - COMPARAISON DES PRINCIPAUX % ESP PAR PRODUIT, DE 1997 À TABLEAU 12. PRODUCTIONS AGRICOLES BRUTES (PAB) PAR HA SAU EN TABLEAU 13. ECARTS ENTRE PRODUCTIONS AGRICOLES BRUTES (PAB) ET «FINALES» (PAF) PAR HA SAU...27 TABLEAU 14. COMPARAISON PECO/UE DES PRODUCTIONS AGRICOLES BRUTES DIMINUÉES DES COÛTS FOURRAGERS TOTAUX (INTRACONSOMMATION AGRICOLE + ACHAT): PAR HECTARE SAU...28 TABLEAU 15. COMPARAISON PECO/UE DES ORIENTATIONS PRODUCTIVES...29 TABLEAU 16. COMPARAISON PECO/ UE DES PRINCIPAUX RENDEMENTS PHYSIQUES EN TABLEAU 17 : COMPARAISON PECO/UE DES PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DES BILANS FOURRAGERS ET ANIMAUX, PAR HABITANT...31 TABLEAU 18. COMPARAISON PECO/UE DES ACHATS D INTRANTS D ORIGINE EXTRA- AGRICOLE, PAR HECTARE SAU.33 TABLEAU 19. ACTIF TOTAL D EXPLOITATION (NON FONCIER), ACTIF MATÉRIEL FIXE, AMORTISSEMENT ET INVESTISSEMENT PAR EMPLOI AGRICOLE EN TABLEAU 20. COMPARAISON PARTIELLE PECO/UE DES DOTATIONS ET PRODUCTIVITÉS FACTORIELLES DE L AGRICULTURE...36 TABLEAU 21. COMPARAISON PECO/ UE DES TAUX DE CHÔMAGE, DES PARTS D EMPLOI AGRICOLE ET DE LA PRODUCTIVITÉ DU TRAVAIL AGRICOLE...39 TABLEAU 22. REDISTRIBUTION INTERSECTORIELLE DES SURFACES AGRICOLES: % SAU TOTALE ET TAILLES MOYENNES PAR SECTEUR...50 TABLEAU 23. SECTEUR INDIVIDUEL: % DE LA SAU PAR TAILLE ET PART DE LA SAU NATIONALE...51 TABLEAU 24. RÉSULTATS DES EXPLOITATIONS INDIVIDUELLES POLONAISES PAR CLASSE DE SAU (ÉCHANTILLON COMPTABLE) ET CALCULS DE L AUTEUR...53

7 7 TABLEAU 25. EVOLUTION RÉELLE DES REVENUS AGRICOLES HORAIRES ET DES REVENUS TOTAUX PAR PERSONNE DES EXPLOITATIONS INDIVIDUELLES POLONAISES, PAR CLASSE DE SAU...54 TABLEAU 26. POURCENTAGE DES EXPLOITATIONS INDIVIDUELLES POLONAISES PAR GROUPE DE SAU: ÉVOLUTION DE 1990 À TABLEAU 27. EVOLUTION DES PRODUCTIONS, DÉPENSES ET REVENUS PAR EXPLOITATION INDIVIDUELLE POLONAISE (MOYENNE PONDÉRÉE DE L ÉCHANTILLON COMPTABLE)...56 TABLEAU 28. COÛTS ET RENTABILITÉ DES PRINCIPAUX PRODUITS AGRICOLES DES EXPLOITATIONS INDIVIDUELLES POLONAISES EN 1999,...56 TABLEAU 29. EVOLUTION DE LA RENTABILITÉ MOYENNE (% DES COÛTS DE PRODUCTION) DES GRANDES EXPLOITATIONS EX-ÉTATIQUES DE POLOGNE...57 TABLEAU 31. RÉPUBLIQUE TCHÈQUE: EMPLOI AGRICOLE / 100 HA SAU, PAR TAILLE D EXPLOITATION ET PAR SECTEUR, SELON L ENQUÊTE TABLEAU 32. RÉSULTATS DE L ÉCHANTILLON COMPTABLE TCHÈQUE EN 1998 ET CALCULS DE L AUTEUR...61 TABLEAU 33. RÉSULTATS DE L ÉCHANTILLON FRANÇAIS POUR 1998 ET CALCULS PROPRES...63 TABLEAU 34. RÉPARTITION DE LA SAU EN CLASSES DE SURFACES: UE-15 ET FRANCE...64 TABLEAU 35. PRIX MOYENS DES TERRES AGRICOLES (PARCELLES): */ HA...68 TABLEAU 36. ROUMANIE: PRODUCTION DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES DE 1989 À TABLEAU 37. INDICATEURS DE LA CAPACITÉ MACRO-ÉCONOMIQUE DE SOUTIEN AGRICOLE EN TABLEAU 38. ESTIMATION DU SOUTIEN TOTAL: $ US PAR HABITANT ET % DU PIB; % ESP...74 TABLEAU 39. VALEUR DE SOUTIEN TOTAL : TRANSFERTS ANNUELS DES CONTRIBUABLES AU SECTEUR AGRO- ALIMENTAIRE: M. $ US...74 GRAPHIQUE 2. CONVERGENCE DES PRIX AGRICOLES DES PECO VERS LES NIVEAUX DE L UE-15 (SOURCE: DG AGRICULTURE)...93 TABLEAU 40. COMPOSITION EN % DES SOUTIENS TOTAUX DE LA PRODUCTION (ESP) ET DES SOUTIENS DIRECTS: COMPARAISON PECO-UE EN 1999 (1)...97

8

9 INTRODUCTION Cette étude vise à dégager les enseignements majeurs des situations et dynamiques observées des secteurs agro-alimentaires des PECO, quant à leurs compétitivités actuelles et prévisibles avant et après adhésion, par rapport à l Union européenne à quinze, et leurs implications pour les marchés et les politiques communautaires. L exercice porte sur une période où la concurrence entre les PECO et l Union dans le secteur agro-alimentaire est encore fortement déformée par les protections mutuelles de leurs marchés des produits et des facteurs de production concernés, et par les différences des politiques et régulations respectives. En particulier les soutiens budgétaires des agricultures des PECO sont très inférieurs au niveau communautaire et leurs normes qualitatives sont généralement beaucoup moins contraignantes que celles de l Union. Tout en diminuant, ces distorsions de concurrence affecteront encore fortement les périodes pré- adhésion. Dans ces conditions, le réalisme commande de faire porter l étude sur la compétitivité "effective" de l offre agroalimentaire des PECO, c est à dire sur l évolution observée et potentielle de sa place sur leurs marchés intérieurs et extérieurs, dont celui de l Union, résultant de l élimination graduelle de ces distorsions de concurrence. C est dans cette optique que l on analyse d abord (I) les manifestations globales de cette compétitivité effective, en croisant logiquement les tendances observées des productions, des échanges et régimes d échange, des prix et des soutiens directs du secteur, puis (II) ses déterminations à moyen et long terme, par pays. On examine d abord celle des productivités agricoles par les combinaisons factorielles nationales, puis- plus directement- par les dynamiques interreliées des structures et des revenus agricoles. A leur tour, ces dynamiques sont mises en relation avec les marchés factoriels et leurs tendances, avec celles des filières agro-alimentaires et avec les contraintes macro-économiques et sociales qui conditionnent les politiques agricoles. En troisième partie (III) on en déduit les principaux impacts probables à moyen terme d intégrations agricoles anticipées, dans le cadre prévu par l Agenda 2000, ou avec accès aux paiements directs, sur les productions et échanges agro-alimentaires et sur l emploi des PECO, ainsi que sur les excédents agricoles de l'union élargie. La conclusion (IV) dégage les messages-clés de l ensemble de l analyse, quant aux ajustements souhaitables des politiques appliquées par l Union à son élargissement agricole, et quant à la perspective à long terme de relance agricole dans les pays candidats, après adhésion. Les fortes différenciations nationales et internes des dix économies concernées et de leurs agricultures, l hétérogénéité des informations disponibles et la complexité des processus étudiés nous imposent d en simplifier le traitement. On privilégiera donc la «robustesse» 3 de l argumentation générale, et sa modulation en fonction des principales différences nationales et par production, avec une attention particulière aux principales agricultures des pays les plus avancés dans le processus d adhésion. A cet égard, rappelons que la Pologne fournit 59% de la Valeur Ajoutée Brute des cinq pays du «Groupe de Luxembourg», la Hongrie 22%, et la République tchèque 11%, soit 92 % pour ces trois pays (tableau 20 infra). 3 Le croisement logique des enseignements partiels des divers chantiers analytiques concernés réduit la sensibilité des conclusions d'ensemble aux approximations quantitatives de chacun de ces chantiers.

10 10 I. TENDANCES DE LA COMPÉTITIVITÉ EFECTIVE I.1. La relance économique globale des PECO Au prix d une (Europe centrale) ou deux (Balkans) phase(s) préalable(s) de forte récession inflationniste, la plupart des PECO candidats semblent avoir créé les bases systémiques d une nouvelle croissance globale durable, où les investissements étrangers jouent un rôle important. Depuis , cette relance globale a été particulièrement robuste en Pologne, Hongrie et Slovénie. Ses récentes pauses en République tchèque et en Slovaquie sont dépassées, ainsi que dans les pays baltes, qui ont été lourdement frappés par la chute du Rouble en La relance est aussi engagée depuis trois ans en Bulgarie, mais reste modeste en Roumanie. Tableau 1. Croissance réelle du produit intérieur brut: % de variation annuelle Pologne -11,6-7,0 2,6 3,8 5,2 7,0 6,1 6,9 4,8 4,1 4,2 Hongrie -3,3-11,9-4,3-2,3 2,9 1,5 1,3 4,4 5,1 4,5 5,3 R. tchèque -1,2-11,5-3,3 0,6 2,7 6,4 3,9 1,0-2,7-0,8 3,1 Slovénie -8,1-5,5 2,8 5,3 3,9 3,1 3,7 3,9 4,9 4,5 Estonie -22,0-8,5-1,8 4,3 4,0 5,2 4,0-1,1 6,6 Roumanie -5,6-12,9-8,8 1,5 3,9 7,1 4,1-6,6-7,3-3,2 1,6 Bulgarie -8,4-7,3-1,5 1,8 2,9-10,1-6,9 3,5 2,4 5,4 Slovaquie -2,5-14,4-6,5-3,7 5,0 7,0 6,9 5,9 4,4 1,9 2,2 Lituanie -3,3-13,1-34,0-30,4 1,0 3,3 4,7 5,7 5,1-4,2 2,9 Lettonie -34,9-14,9 0,6-0,8 2,8 3,5 3,6 1,1 5,7 PECO-10-3,2 0,6 4,1 5,7 4,3 3,5 2,2 4,0 UE-15 3,1 1,8 1,1-0,4 2,8 2,4 1,6 2,5 2,7 2,3 3,1 Source: Commission européenne I.2. ne s est pas transmise à leur production agricole, La récession initiale a frappé aussi l agriculture, surtout dans le secteur animal auparavant très soutenu. Mais le recul de la production agricole a été relativement modéré dans les pays à prédominance héritée (Pologne, Slovénie) ou nouvelle (Roumanie) de petites exploitations individuelles. Puis, après sa brève relance autour de 1995, due à une conjonction favorable du climat, des cycles productifs et du marché mondial, la production tend 4 généralement à reculer ou, au mieux, à stagner en termes réels, comme le montre le tableau 2 ci-après. Notons aussi qu à nouveau, sauf en Pologne, ce recul affecte surtout le secteur animal. 4 Compte tenu des aléas climatiques (dont l'impact est accru par la conduite extensive des cultures) et des variations cycliques dans l'élevage.

11 11 Tableau 2. Production Agricole Brute (1) ( % variation annuelle en prix constants) p Pologne -2,2-1,6-12,7 6,8-9,3 10,7 0,7-0,2 5,9-5,6 0,0 Hongrie -4,7-6,2-20,0-9,7 3,2 2,6 4,9-0,6-0,3-3,3 n.c R. tchèq. -2,3-8,9-12,1-2,3-6,0 5,3-0,9-5,9-1,3 1,1 n.c. Slovénie 4,2-0,2-5,5-1,0 10,1 1,2 1,2-3,5 3,5-2,4 n.c. Estonie -13,1-5,8-19,5-12,2-12,9-0,9-6,3-1,5-5,0-8,2 6,4 Slovaquie -7,8-9,0-21,7-8,1 4,8 2,3 2,0-1,0 5,9-5,6 0,0 Roumanie -2,9 0,8-13,3 10,2 0,2 4,5 1,8 3,4-7,5 5,2 n.c; Bulgarie -7,8-7,5-9,0-18,1-2,8 8,2-15,3 5,3 3,0 1,9-3,3 Lituanie -4,4-5,8-23,4-5,4-20,2 6,0 10,3 6,5-3,3-12,2-7,5 Lettonie -10,2-3,9-15,6-22,2-17,7-6,1-6,8 1,0-13,2-18,7 Source: OCDE, 2001; p:provisoire (1) production végétale + production animale I.3.ni à ses débouchés intérieurs, Au début de la transition, la rupture systémique a aussi fortement rétréci les débouchés intérieurs de la production agricole (tableau 3). Mais ensuite, la relance économique n a pas élargi ces débouchés globalement, tout en suscitant des substitutions internes à chaque famille de produits, comme celle de viande de volaille au bœuf, et d huiles végétales et margarine au beurre et au saindoux. En effet- on y reviendra plus bas- sous contrainte de revenus encore bas et face à des prix agricoles relatifs élevés, les gains de pouvoir d achat ont tendu logiquement à se porter vers d autres consommations, y compris celle de transformations alimentaires accrues. Le tableau 3 ci-après illustre l évolution qui en résulte pour les bilans physiques des principaux produits agricoles, à l échelle des dix pays candidats. Non reproduits ici, les bilans nationaux montrent qu elle a le même sens dans tous ces pays, malgré la diversité de leurs positions excédentaires ou déficitaires. Par ailleurs d autres sources indiquent que les bilans globaux et leurs évolutions sont à peu près similaires pour le sucre, les pommes de terre, les légumes et les vins. Tableau 3. Evolution du bilan physique global des principaux produits agricoles des dix PECO candidats: millions tonnes Production Utilisation intérieure Solde Céréales 88,2 83,7 75,9 72,9 62,2 89,6 75,0 72,1 72,2 67,0-1,4 8,7 3,8 0,7-4,8 Oléagineux 4,4 3,6 4,7 5,9 4,3 3,8 4,0 4,4 4,4 4,1 0,6-0,3 0,3 1,5 0,2 Lait 38,9 28,2 29,0 28,2 27,6 35,1 25,6 26,3 26,1 25,7 3,8 2,6 2,7 2,1 1,95 Bœuf et veau 2,06 1,22 1,16 1, 09 1,07 1,68 1,10 1,02 1,02 0,99 0,37 0,114 0,114 0,137 0,075 Porc 5,49 4,43 4,47 4,62 4,22 4,94 4,08 4,30 4,36 4,10 0,54 0,349 0,171 0,262 0,125 Poulet 1,78 1,57 1,68 1,78 1,80 1,43 1,52 1,61 1,67 1,68 0,35 0,05 0,07 0,11 0,12 Ovins, capr. 0,13 0,13 0,12 0,12 0,12 0,11 0,11 0,10 0,013 0,012 00,01 3 Source: Commission européenne «Prospects for Agricultural Markets in the Associated CEECs», novembre 2000; 1989: Summary Report ,013

12 12 Ainsi, au prix d une réduction substantielle, puis de la stagnation globale de leurs consommations agricoles par tête, les dix pays candidats ont globalement conservé des bilans physiques légèrement excédentaires en produits agricoles de la zone tempérée. Mais dans le secteur animal, particulièrement dans la production de viandes, cette position excédentaire est désormais beaucoup plus étroite que durant l ère communiste où les filières animales étaient très fortement subventionnées. Tableau 4. Degré d autosuffisance des PECO en produits agricoles majeurs: production % utilisation intérieure totale Céréales Oléagineux Lait Bœuf et veau Porc Volaille Ovins, caprins Source: idem tableau 3 et calculs de l auteur. I.4.mais à la demande d aliments transformés et à leur importation nette en provenance de l Union européenne En revanche le solde en valeur des échanges agro-alimentaires des dix pays est globalement négatif et s est fortement détérioré durant la transition dans tous les pays, y compris les deux seuls exportateurs nets que sont la Hongrie et la Bulgarie (tableau 5). En 1998 et 1999 on observe toutefois une stabilisation relative de ce solde dans trois pays (Bulgarie, Slovénie et Estonie) de poids global très minoritaire. Tableau 5. Echanges nets de produits agro-alimentaires des PECO (millions $) Pologne Hongrie R. tchèque Slovénie Estonie Roumanie Bulgarie Slovaquie Lituanie Lettonie Source : OCDE, 2000, et statistiques nationales (P,H,RT en 1999) Cette divergence croissante entre excédents physiques de produits agricoles «européens» et déficit agro-alimentaire croissant en valeur, est partiellement due à l importation de produits sans substitut domestique (café, thé, fruits tropicaux, soja, ingrédients divers, animaux reproducteurs, semences et plants sélectionnés, etc.), auparavant plus restreinte. Par ailleurs certains produits importants ont des qualités et des prix moyens plus élevés à l importation qu à l exportation. Mais l explication principale tient au degré moyen de transformation agro-alimentaire beaucoup plus élevé à l importation qu à l exportation, en particulier dans les échanges avec

13 13 l Union européenne 5, qui sont majoritairement responsables du déficit agro-alimentaire global des PECO (tableau 6). Autrement dit, ceux-ci sont principalement importateurs nets de valeurs ajoutées industrielles et commerciales d origine communautaire. Tableau 6. Echanges agro-alimentaires nets des PECO avec l UE (1) (millions ) Pologne Hongrie R. tchèque Slovénie Estonie PECO I Roumanie Bulgarie Slovaquie Lituanie Lettonie PECO II PECO Source : Eurostat- Phare, DG AGRI; calculs des soldes et sommes par l auteur. (1) avec les 15 pays- membres d après 1995; tous produits de 1à 24, produits URA inclus, moins poissons et produits du poisson. En revanche c est très majoritairement vers la Communauté des Etats Indépendants (principalement la Russie), et plus modestement vers d autres économies émergentes ou en développement, que les PECO ont trouvé des débouchés extérieurs pour des produits moins élaborés et de qualité hors normes communautaires, mais adéquats aux habitudes et au faible pouvoir d achat des consommateurs de ces pays. De 1992 à 1998 ce débouché a été fortement accru par l effondrement du secteur agro-alimentaire russe et la modération de sa protection douanière. Ainsi au premier semestre 1998, la CEI absorbait la moitié des exportations agroalimentaires de la Pologne et le quart de celles de la Hongrie. L effondrement du Rouble en été 1998 a divisé par trois ce débouché, et la relance de l économie russe depuis 1999 reste loin de lui avoir restitué son niveau antérieur, car elle a principalement bénéficié aux exportateurs occidentaux. Cette évolution, cette composition et cette orientation des échanges agro-alimentaires des PECO traduisent conjointement la difficulté structurelle de leur appareil de production et de transformation hérité du système antérieur, à répondre au basculement systémique de leur demande vers des produits plus élaborés, normés et diversifiés (cf. infra II). Globalement elles révèlent donc la sous- compétitivité effective de l offre agro-alimentaire des PECO par rapport à l Union et sa détérioration tendancielle. Cette indication est renforcée par le fait que ces tendances se sont développées malgré des barrières tarifaires et des écarts de réglementations qualitatives qui, dans les échanges mutuels, protègent en fait d avantage les PECO que l Union. Examinons ce point ci-après. 5 A. Charron "Les échanges commerciaux des PECO en produits agro-alimentaires", Rapport de stage, DG Agriculture, La dissymétrie des échanges UE-PECO porte principalement sur les produits les plus transformés.

14 14 I.5.malgré leur protection tarifaire plus effective que celle de l Union à leur égard, D une part en effet les industries alimentaires des PECO ont bénéficié jusqu à présent de droits de douane croissant avec le degré de transformation des produits agricoles, alors que cette «escalade des tarifs» est abolie dans l Union. D autre part la quasi-stagnation de la production agricole des PECO et de ses débouchés domestiques n a été obtenue que sous protection de droits d importation prohibitifs, même quand ils sont notablement inférieurs aux droits réciproques de l Union. Inversement, ces derniers s avèrent souvent inutilement élevés, voire sans objet, vis-à-vis des productions agricoles majeures des PECO, faute d offre compétitive aux normes et qualités requises. Les cas polonais, hongrois et tchèque en fournissent les illustrations suivantes, pour un ensemble de produits agricoles de base contribuant à la grande majorité de la valeur ajoutée et de l emploi agricoles de ces pays. Le tableau 7 présente l évolution récente (1997 et fin 1999) des droits effectivement appliqués par ces trois pays aux importations de produits de base, et leurs plafonds souscrits à l Organisation Mondiale du Commerce (OMC) pour 2000, ainsi que ces derniers pour l Union européenne. Il s agit des pleins droits appliqués au-delà des contingents à droits réduits des Accords Européens et des accès minima ou courants de l OMC. Les droits spécifiques ont été convertis en équivalents ad valorem en utilisant les prix mondiaux communs pour 1997 et Tableau 7. Principaux droits de douane (hors quotas préférentiels) mutuellement appliqués entre trois PECO et l Union européenne: % équivalents ad valorem Pologne Plafond Hongrie Plafond Rép. Tchèque Plafond UE: plafond Blé Oléagineux Sucre Beurre LEP * Fromage Bœuf Porc Volailles Sources : 1997 et 2000: CE 1998; 1999 : douanes hongroises, instituts nationaux des PECO et «Agra- food Europe»; seules sont mentionnées les variations repérées par l auteur. * LEP: lait écrémé en poudre Contrairement à une vision courante 6, la protection tarifaire appliquée par ces pays aux principaux produits agricoles de base en provenance de l Union n apparaît pas très inférieure 6 La confusion a été entretenue par la comparaison de moyennes des droits de douane, pondérées par les importations correspondantes. Surtout dans le cas présent, cette pondération sous-estime grossièrement la protection effective de chaque production nationale, car elle donne un poids très faible aux droits prohibitifs empêchant l'importation de produits majeurs et sensibles, et un poids considérable aux droits faibles ou nuls sur des produits secondaires et/ou sans substitut domestique (par exemple certains produits tropicaux), majoritairement importés. Les moyennes arithmétiques des droits ne sont guère plus fiables, car elles dépendent des nomenclatures conventionnelles de produits. Seule la pondération par les parts concernées de la production nationale donnerait un indicateur pertinent du degré de protection.

15 15 globalement, c est-à-dire en termes grossièrement pondérés par les productions respectives, à la protection réciproque de l Union. Elle lui est supérieure dans les trois pays pour les porcs et les volailles, soit plus de 80% des viandes produites et consommées par les PECO, ainsi que pour le blé et les oléagineux polonais, et pour les oléagineux tchèques. Par ailleurs son infériorité est sans portée effective dans tous les cas où son niveau est absolument prohibitif vis-à-vis de l Union. C est le cas pour le sucre, pour le boeuf et - à l exception du fromage tchèque- pour les produits laitiers, et même pour le blé hongrois. Déjà en 1997, avant la vague protectionniste de , ces droits dépassaient, en général largement, ceux des «restitutions» (subventions) aux exportations correspondantes de l Union vers les PECO, sauf également pour les fromages importés par la République tchèque 7. En conséquence, les exportations communautaires de ces produits vers les PECO sont restées confinées- pour l'essentiel- dans les limites étroites de quotas duty free ad hoc et/ou des contingents préférentiels des Accords Européens et/ou de l OMC, qu elles ont significativement utilisés largement malgré les droits encore substantiels appliqués à ces contingents. Par ailleurs les droits d importation appliqués par les PECO aux pommes de terre et aux principaux fruits et légumes frais nationaux en pleine saison sont généralement prohibitifs. Au total, c est essentiellement à leurs protections douanières que ces pays doivent la faible pénétration de leurs marchés intérieurs par ces exportations de l Union, et non pas à leur compétitivité effective pour ces productions de base. En sens inverse, la sous-compétitivité effective de ces productions des PECO sur le Marché Unique est également suggérée par le fait que leurs exportations vers l Union sont souvent restées loin de saturer les modestes quotas des Accords Européens à droits réduits (20% des pleins droits), malgré des subventions compensant généralement ces derniers, et encore moins les quotas OMC d accès minimum à l Union, à droits moins préférentiels. Les contreexemples minoritaires des exportations hongroises de céréales et de volailles appellent les précisions suivantes. Outre leur solide protection tarifaire contre l importation, les élevages porcins et avicoles de Hongrie, et ceux de la République tchèque en période de cours mondiaux élevés des céréales, et/ou de faibles récoltes, ont bénéficié d un soutien de prix indirect par la restriction quantitative de l exportation des céréales. Permise par leur position exportatrice nette de grains, surtout en Hongrie, cette politique a longtemps maintenu les prix intérieurs de ces derniers notablement au-dessous des cours mondiaux et communautaires. Ainsi les taux de soutien des volailles et des œufs, et du porc tchèque en 1999, qui-selon la méthodologie de l'ocde- incluent le soutien indirect découlant de bas prix des céréales, sont clairement supérieurs à ceux de l Union qui selon la même méthodologie incluent les aides directes aux productions végétales consommées par ces élevages (tableau 11 infra). Ceci traduit bien la médiocrité des niveaux moyens de productivité de ces élevages. En contrepartie, ces prix défavorables des céréales se sont joints à l inefficacité de la conversion fourragère pour contraindre financièrement la céréaliculture à des conduites très extensives. Mais toute relance céréalière dans ces deux pays impliquerait des coûts unitaires et des prix plus élevés. En ce qui concerne les impacts de l élargissement, ceci relativise la portée de la compétitivité apparente de leur céréaliculture, que suggèrent conjointement des prix agricoles et des droits de douane encore inférieurs à ceux de l Union, et la saturation régulière du contingent de blé 7 Comparaison par l'auteur des droits des PECO aux taux de restitution communautaire calculés en équivalents ad valorem. par Chevassus et Gallezot pour 1997 ("Effets de l'élargissement de l'ue aux PECO sur les marchés agricoles et agro-alimentaires", rapport au Ministère français de l'agriculture, décembre 1998).

16 16 hongrois des Accords Européens. Ceci relativise aussi la signification de la saturation du contingent hongrois de poulets et dindes, spécifiquement important (cas unique). Le cas de la viande de bœuf et de veau appelle aussi les précisions suivantes. Son exportation des PECO vers l Union relève presque uniquement d un contingent annuel de l ordre de veaux et jeunes bovins vivants, à droits très faibles et récemment annulés par les nouveaux Accords Européens 8. Ce contingent est très (et de plus en plus) majoritairement utilisé par la Pologne, à destination principale de l Italie, pour engraissement. Cette viande bovine est presque exclusivement le sous-produit excédentaire d une production laitière à rendement faible ou très faible. Sa qualité moyenne est donc basse. De plus les marchés domestiques des PECO la dévalorisent fortement: sa consommation par habitant est très faible et décroissante, ses prix de détail sont généralement inférieurs à ceux du porc. En conséquence, comme le montrent notamment les comptabilités polonaises, l élevage de ces veaux et jeunes bovins est de loin l activité agricole la moins rentable. La hausse des rendements laitiers conduit donc à la réduction tendancielle de l offre de viande bovine, provisoirement atténuée ou inversée par la décapitalisation correspondante du cheptel. Par ailleurs il est significatif que le substantiel quota d accès à très faibles droits au marché communautaire de la viande bovine, a priori très avantageux parce que très soutenu par rapport au marché mondial, n ait suscité en dix ans aucune émergence notable dans les PECO, d un élevage bovin spécialisé pour la viande, de type communautaire (vaches «allaitantes»). L obstacle décisif tient aux structures agraires. En effet, à la différence de l Union, les PECO disposent de très peu de surfaces herbagères à faible densité d emploi agricole, qui conditionnent absolument la viabilité économique de cette spécialisation. Ainsi s explique la lente diminution de cette exportation dont l élimination est prévisible à moyen ou long terme, jusqu à impliquer le passage des principaux PECO à l importation nette de viandes bovines. L infériorité des prix et des tarifs douaniers des PECO, par rapport à l Union ne reflète donc pas une compétitivité effective dans cette branche. Le rétrécissement tendanciel du marché communautaire de la viande bovine, amplifié par les épizooties (maladie de la vache folle, fièvre aphteuse), ne peut que la compromettre davantage. A première vue, les nouveaux Accords Européens, dits «doubles zéros», graduellement signés depuis Mai 2000, confirment bien l analyse qui précède. En effet la déprotection mutuelle PECO/UE y fait quelques progrès encourageants, mais sans risques commerciaux notables car elle se limite approximativement, en ce qui concerne les produits sensibles examinés plus haut, aux échanges de ces dernières années.le tableau 7 traduit aussi la réaction protectionniste des PECO examinés à la chute des prix mondiaux, entre 1997 et 1999, et ses limites. La hausse spectaculaire des droits polonais sur les céréales reflète bien les coûts élevés du morcellement foncier de cette agriculture. Ces coûts excluent tout passage de la Pologne jusqu à présent importatrice nette régulière de céréales- à leur exportation nette, d autant plus que le GATT n accorde à cette dernière aucun droit à subvention. Utilisant les clauses de sauvegarde, cette poussée protectionniste a même dépassé en 1999 les plafonds GATT en Pologne pour le porc et dans les deux autres pays pour le sucre. En Pologne elle a aussi affecté les yaourts (passage des droits de douane de 9% à 35%) et les œufs (de 40% à 111%), et en République tchèque les pommes et les pommes de terre (jusqu à des taux respectifs de 95% et 122%). Par ailleurs, en 1998 et 1999, la poussée protectionniste a gravement perturbé l application des accords préférentiels Centre Européens (CEFTA): les préférences tarifaires mutuelles ont fait l objet de suspensions partielles ou totales pour les produits sensibles. De façon non surprenante, la Pologne a initié ces mesures pour les céréales, le sucre, les viandes de porc et de volaille, et les yaourts, principalement à l encontre des exportations hongroises. La rétorsion hongroise a visé les fromages, les pommes de terre et les betteraves sucrières en provenance de Pologne. 8 dits du "double zéro" (zéro droit, zéro restitution).

17 17 I.6 et malgré les avantages de normes qualitatives moins contraignantes sur leurs marchés internes et tiers Durant les années 1990, les réglementations qualitatives et sanitaires des PECO sont restées beaucoup moins contraignantes que l acquis communautaire dans ce domaine, malgré leurs premiers progrès vers son application. Il n est donc pas surprenant que les normes communautaires aient constitué un obstacle non tarifaire majeur aux exportations agroalimentaires des PECO vers l Union. Mais ceci ne crédite nullement leur compétitivité potentielle sur le Marché Unique élargi, puisque cette intégration requiert l alignement unilatéral de leurs normes sur celles de l Union, y compris sur leurs marchés intérieurs et à l exportation vers les pays tiers. En revanche la réglementation moins contraignante des PECO a donné jusqu à présent à leurs secteurs agro-alimentaires un substantiel avantage comparatif de moindre coût (ceteris paribus)sur ces marchés intérieurs et tiers, par rapport aux exportations de l Union. Sur ces marchés, elle leur a ainsi fourni indirectement un soutien équivalent à une protection non tarifaire additionnelle vis-à-vis des exportations communautaires. Mais cette protection est vouée à l érosion, puis à la disparition, par la perspective d intégration européenne. Au total donc la prise en compte des écarts PECO/UE de régulation qualitative aggrave le diagnostic et le pronostic de sous- compétitivité effective croissante de l offre agroalimentaire des premiers par rapport à la seconde, que suggèrent les constats précédents. I.7. Détérioration tendancielle et illusions de la compétitivité des prix agricoles des PECO I.7.1. Convergence des prix agricoles vers les niveaux de l Union En ce qui concerne les produits de base, une récente étude interne de la Commission 9 (voir graphique 2 en annexe) confirme la convergence tendancielle des prix agricoles moyens des pays candidats vers les niveaux communautaires, et parfois à les dépasser, à partir de leur infériorité marquée du début des années Point crucial, elle montre aussi que cette tendance est conditionnée par le rapprochement tendanciel entre les prix communautaires et mondiaux. A cet égard deux cas doivent être distingués. Les soutiens de prix des PECO par rapport au marché mondial ne peuvent pas atteindre les niveaux de l Union quand ceux-ci sont élevés, car ils sont limités par les contraintes qu ils ont souscrites à l OMC, et plus encore par leurs faibles pouvoirs d achat intérieurs et l inefficacité relative des filières agro-alimentaires concernées. (infra II.4.) Par degré croissant de soutien, ceci concerne le lait, le bœuf et le sucre. Toutefois la tendance convergente est claire pour le lait et le bœuf, et a déjà conduit leurs prix notablement au-dessus des niveaux mondiaux, surtout dans le groupe de Luxembourg. Confrontée à sa baisse mondiale, l évolution du prix du sucre est plus diverse. Sans atteindre encore le niveau communautaire, la Pologne et la Slovénie s orientent vers un fort soutien de prix, qui reflète conjointement les coûts élevés d une production betteravière hautement fragmentée et l influence des corporations sucrières nationales. Dotées de meilleures structures de production et de transformation, la Hongrie et la République tchèque sont en situation intermédiaire. Les autres pays restent très proches des 9 "Agricultural Prices in Candidate Countries", Document interne de la DG Agriculture, Les principaux données sont reproduites en annexe.

18 18 cours mondiaux, en relation avec leur forte dépendance, ancienne (pays baltes) ou nouvelle (Bulgarie, Roumanie), de l importation nette de sucre brut et/ou raffiné. En revanche les prix des céréales (à moindre degré pour le maïs et le seigle) et des oléagineux sont dans l ensemble très proches des moyennes communautaires, et celui du blé polonais les dépasse déjà notablement. Au delà des cycles productifs, le dépassement tendanciel est aussi acquis généralement pour le porc, les volailles et les œufs, surtout à qualité égale. Vu les très faibles niveaux tendanciels de rentabilité de ces productions dans les PECO (infra II), ces convergences et leur différenciation traduisent assez bien les évolutions respectives des coûts convertis en Euro. I.7.2. Handicaps hors-prix de l offre agricole des pays candidats I Ecarts de qualité Faute de statistiques plus élaborées, les comparaisons de prix agricoles moyens à la ferme portent sur les qualités moyennes effectives, qui, dans les PECO, sont encore commercialement inférieures aux niveaux de l Union, et largement hors normes communautaires. A qualité égale, la proximité et/ou le dépassement des prix communautaires apparaîtraient donc plus marqués, particulièrement pour les produits animaux et dans les pays les moins avancés dans l application de ces normes. Au sein du groupe de Luxembourg, ceci concerne notamment la Pologne, handicapée à cet égard par la forte fragmentation de sa production. Ainsi par exemple la fraction encore minoritaire (qualité «extra») du lait polonais correspondant à la qualité la plus courante dans l Union reçoit déjà des prix très proches de la moyenne communautaire. En Hongrie et en République tchèque, ces écarts qualitatifs sont nettement moins larges, en relation avec une concentration plus élevée de l offre et une restructuration plus avancée de la filière laitière. En dynamique, l application étendue des normes communautaires dans les PECO conjugue et conjuguera deux effets contradictoires sur leur offre agricole et ses prix moyens. D un côté, elle exclut du marché une offre sous-standard à bas prix, encore recherchée par les catégories pauvres de consommateurs, sur les marchés intérieurs des PECO et sur certains de leurs marchés extérieurs, en particulier la CEI. A structures constantes ou peu évolutives, ceci peut rétrécir l offre et/où augmenter ses coûts et prix moyens, donc réduire sa compétitivité effective. D un autre côté, l application croissante de ces normes peut avoir les effets inverses, en accélérant les restructurations génératrices de gains d efficacité en agriculture et dans les filières agro-alimentaires. Le premier effet risque de prévaloir à moyen terme dans les pays où ces restructurations sont les moins avancées et les plus lentes. C est notamment le cas de la Pologne, par opposition à la Hongrie et à la République tchèque où des structures agraires et des filières agro-alimentaires plus concentrées, intégrées et évolutives permettent d espérer une prédominance plus rapide du deuxième effet, favorable à la compétitivité «européenne» du secteur. I Retards d organisation et/ou fragmentation excessive de l offre agricole Dans l Union européenne comme dans toutes les économies développées, la compétitivité effective de l offre agricole dépend de plus en plus de son aptitude à satisfaire les exigences élevées et croissantes de concentration, d organisation, de flexibilité, et de «traçabilité», imposées par les industries de transformation, qui les subissent elles-mêmes du grand commerce de détail. Ce paramètre relativise fortement le rôle des prix agricoles, c est-à-dire peut rendre compétitives des offres concentrées et adéquatement organisées à prix agricoles

19 19 supérieurs à la moyenne. Ceci n a rien de surprenant car ce paramètre commande la baisse des coûts 10, l augmentation des profits et celle des parts de marché pour les opérateurs dominants en aval des filières agro-alimentaires, en particulier les centrales d achat des hypermarchés et supermarchés. A cet égard la production agricole des PECOs est encore loin d'avoir surmonté l'héritage de "l'économie d'offreurs" antérieure. De plus sa fragmentation, encore particulièrement excessive en Roumanie, en Pologne et en Slovénie, s'est aggravée dans la majorité des autres pays durant la dernière décennie. I Rentabilité agricole très faible ou négative En deuxième partie on verra que, ces dernières années, la rentabilité de la production agricole dans les PECO est restée globalement très inférieure aux niveaux communautaires et s est détériorée, au point d entraîner généralement la décapitalisation du secteur. Ceci constitue le facteur limitant clef de leur offre agricole et entrave la baisse de ses coûts unitaires. En revanche l offre agricole de l Union était alors et reste principalement contenue par sa régulation quantitative directe et indirecte, cependant que les profits et les investissements agricoles y ont permis la poursuite soutenue de gains de productivité. A prix agricoles désormais globalement comparables, cette dissymétrie correspond nécessairement à une moindre compétitivité effective des PECO, et conduit à sa détérioration tendancielle. I.7.3. L appréciation monétaire a fait converger les prix agricoles, Au début de la transition, pour atteindre la convertibilité et une stabilisation relative de leurs monnaies, les PECO les ont fortement dévaluées. En conséquence, leurs taux nominaux de change (exemple: n Zlotys par Euro) étaient alors trois à cinq fois plus élevés que leurs taux réels, calculés à parité de pouvoir d achat. Toutes choses égales par ailleurs, cet écart conférait aux PECO une forte compétitivité internationale (au moins apparente) de leurs prix agricoles. Depuis, cet écart tend à diminuer car les dévaluations des PECO, c est-à-dire les hausses de leurs taux nominaux de change, ralentissent au point de ne plus compenser leurs écarts d inflation par rapport à l Union, ce qui diminue les taux réels (RER sur le graphique 1 ciaprès où NC désigne les monnaies nationales). Ce mécanisme «d appréciation réelle» des monnaies des PECO est conjointement impulsé par leurs croissances globales, leur stabilisation monétaire graduelle, leur intégration croissante dans les échanges internationaux, leurs excédents commerciaux et les investissements nets étrangers. Il transforme mécaniquement des prix constants en termes réels internes (corrigés de l inflation nationale) en prix réels croissants en Euro, donc détériore la compétitivité-prix des PECO vis-à-vis de l Union. Or, après leur chute des débuts de la transition, les prix agricoles des principaux PECO se sont approximativement stabilisés en termes réels internes jusqu à Ceci a résulté d une stabilisation relative de leur demande intérieure par leurs relances globales, mais aussi de la hausse des prix mondiaux et de la montée de leurs protections douanières. Dans ces conditions, l appréciation réelle tendancielle des monnaies des PECO impliquait la hausse des 10 Notamment les coûts de collecte, stockage et transport, ainsi que ceux des pertes de produits périssables

20 20 prix agricoles des PECO en Euro, donc leur convergence vers ceux de l Union, alors que ceux-ci se rapprochaient de prix mondiaux en forte hausse. Graphique 1. Evolutions des taux de change réels par rapport à l ECU Luxembourg Group: Development of the RER NC/ 1995= Czech Republic Estonia Hungary Poland Slovenia EU Helsinki Group: Development of the Real Exchange Rate (NC/ ) = Bulgaria Latvia Lithuania Romania Slovak Republic EU I.7.4 puis a imposé leur baisse interne, à partir de hauts niveaux relatifs, Le graphique 1 montre aussi que, depuis 1996, cette appréciation monétaire a continué à un rythme soutenu dans les PECO. Même si les prix mondiaux en étaient alors restés constants, ceci impliquait tôt ou tard un tournant de tendance vers la baisse réelle interne des prix agricoles des PECO, du fait des limites susmentionnées de leurs possibles soutiens de prix. La forte baisse des prix mondiaux en a donc amplifié brutalement ce tournant. Ainsi, de

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN

La gestion de l offre dans le secteur laitier, un mode de régulation toujours pertinent SOMMAIRE. Daniel-Mercier GOUIN Groupe de recherche en économie et politique agricoles, Département d économie agroalimentaire et des sciences de la consommation, Université Laval SOMMAIRE PRÉAMBULE Daniel-Mercier Gouin est directeur

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Concurrents, partenaires et clients

Concurrents, partenaires et clients Concurrents, partenaires et clients FRANÇOISE LEMOINE * LL intégration des pays d Europe centrale et orientale à l économie de l Union est déjà largement réalisée, à la fois par les échanges et par les

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne Capitale : Varsovie Président : Bronislaw Komorowski Président du conseil : Donald Tusk Superficie : 312 685 km² Population : 38 441 588 habitants Croissance

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques Michael Andrade 1INCE FARMERS) L agriculture en Inde 10 % tranche supérieure Progressif & inclus Plus grand groupe d exploitants Exploitants

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONVERGENCE

RAPPORT SUR LA CONVERGENCE FR RAPPORT SUR LA CONVERGENCE juin 2014 En 2014, toutes les publications de la comportent un motif figurant sur le billet de 20 euros. RAPPORT SUR LA CONVERGENCE juin 2014 Banque centrale européenne, 2014

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail