«Étude-action sur les biffins» Chiffonniers, récupérateurs, vendeurs de la porte Montmartre VOLETS SOCIAL ET ECONOMIQUE. Août 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Étude-action sur les biffins» Chiffonniers, récupérateurs, vendeurs de la porte Montmartre VOLETS SOCIAL ET ECONOMIQUE. Août 2008"

Transcription

1 «Étude-action sur les biffins» ` Chiffonniers, récupérateurs, vendeurs de la porte Montmartre VOLETS SOCIAL ET ECONOMIQUE Août 2008

2 SOMMAIRE Introduction...2 L étude... 2 Essai de définition de l objet d étude :... 3 Contexte local :... 4 Situation actuelle :... 7 Enjeux :... 7 Plan du rapport :... 8 Synthèse :... 9 Partie I : Description de la population des biffins ) Méthodes ) Les conditions de réalisation de l étude ) Description générale ) Situations sociales des biffins ) L activité économique des biffins Partie 2 : Les positions des acteurs de la situation ) Les élus du 18 ème ) Les élus de Saint-Ouen ) Revendications des biffins, de l association «Sauve qui peut» et du comité de soutien ) Les positions des riverains ) Les positions des puciers ) Les associations Partie 3 : Comparaisons ) Autres marchés aux puces ) Quelques réglementations atypiques ) L exemple des coopératives de chiffonniers au Brésil (Bruno Lautier) Partie 4 : Préconisations ) Maintenir l activité des biffins en l encadrant ) Maintenir l activité des biffins, en modifiant sa forme et/ou l emplacement35 3) Intégrer les biffins dans la filière en construction des ressourceries Conclusion : Annexes Annexe 1 : cahier des clauses techniques particulières Annexe 2 : le questionnaire

3 Introduction L étude : L étude-action sur les biffins : chiffonniers, récupérateurs, vendeurs de la Porte Montmartre (18 ème arrondissement) a été commandée par la Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration (DPVI) et la DDEE (Direction du Développement Economique et de l Emploi) de la Ville de Paris. Elle porte sur les chiffonniers s installant tous les week-ends aux abords du marché aux puces Clignancourt - Saint-Ouen. L Adie (association pour le droit à l initiative économique) a été chargée, suite à sa réponse à un appel d offres, de la réalisation de l étude (le cahier des charges est consultable en annexe). Le cahier des charges partait d une double problématique : sociale et économique. Sur le volet social, la mission principale consistait à «établir des préconisations pour une meilleure intégration et une meilleure reconnaissance sociale de la population des biffins». Plus spécifiquement, les attendus consistaient à «caractériser cette population le plus en détail possible, définir le mode de vie et les solidarités en place, analyser la problématique de l accès aux droits (accès santé/hygiène, droit au logement, prestations sociales ) et à la prévention (alcoolisme, toxicomanie, toutes formes de violence ), déceler les freins et les potentiels afin d établir des préconisations d actions visant à une meilleure intégration et reconnaissance sociale des biffins». Sur le volet économique, il s agissait d «appréhender le rôle et les flux économiques générés par l'activité des biffins afin de déterminer si une structure (association) serait en mesure d'assurer une régularisation juridique de leur existence type "vente au déballage" ou "vide grenier". Les attendus étaient les suivants : «déterminer le type de produits vendus, les prix et la fréquence des ventes, évaluer la quantité d objet voué à la décharge, et donc de ce fait recyclés, étudier la typologie de la clientèle, estimer le montant des recettes générées par l'activité et le "panier moyen "d'un biffin, définir l organisation spatiale de l activité (mobilité des biffins, lieux de stockage, lieux d approvisionnement et de revente ), analyser la capacité d'une structure associative existante à superviser un dispositif d'encadrement des biffins (emplacement, cotisation éventuelle etc.) Il conviendra de mieux spécifier cette réalité afin de trouver des voies de légalisation de tout ou partie de ces transactions économiques». 2

4 Essai de définition de l objet d étude : Les «biffins» ou chiffonniers mènent une activité réduite et informelle de vente de petits objets récupérés (poubelle, associations, effets personnels ). Les objets sont généralement vendus à un prix dérisoire, et sont étalés à même le sol sur une nappe ou une bâche. Notons d ores et déjà que le terme est loin d être connu de tous, y compris par ceux que nous désignons, de notre position d observateur, comme tels. Ne connaissent le terme que ceux qui connaissent, voire se revendiquent, de l histoire et de la tradition des puces. Nous utiliserons toutefois le terme de biffins par souci de facilité. Les biffins sont d une certaine manière les descendants des vendeurs originels des marchés aux puces. Les foires où se vendaient hardes, défroques et divers objets d occasion ont laissé des traces dans l histoire de France depuis le VIIe siècle. Les pouvoirs publics s en occupent depuis le XVIIe siècle, tantôt en interdisant certaines pratiques, tantôt en les réglementant. Ainsi par exemple, en 1828, le Préfet de Police Louis-Marie de Belleyme institue la «médaille du chiffonnier» avec un numéro de signalement, ce qui permit la délivrance de 1000 médailles entre 1830 et Mais dès 1832, les épidémies de choléra conduisirent les pouvoirs publics à interdire la fouille des ordures. Sous le Second Empire est instauré un droit de chiffonnade entre minuit et 5 heures du matin. A la fin du XIXe siècle, les anciennes zones de fortification en périphérie de Paris commencent à être occupées par des chiffonniers. A Saint-Ouen, un rapport de 1902 fait état de 130 marchands, le dimanche essentiellement. On commence alors à parler de «marché aux puces». Un droit de stationnement existe depuis 1891, qui était à l époque d un montant de 10 centimes/m_/jour. Le marché s organise. Dans les années 1920, les chiffonniers seront séparés entre Saint-Denis et Saint-Ouen. Le marché de Saint-Ouen se maintiendra toutefois, et connaîtra une professionnalisation progressive, jusqu à la situation actuelle. Plusieurs plans de restructuration furent mis en place, notamment un plan en 1967 sur le modèle du Rastro de Madrid 1. Aujourd hui, nous nous intéressons moins à cette dimension traditionnelle qu aux enjeux sociaux et économiques du développement de ces activités informelles. D ailleurs, le fait que la plupart des vendeurs ne connaissent pas le terme de «biffins» laisse penser que leur présence relève moins de la tradition que de difficultés socio-économiques. 1 Ces informations proviennent de l ouvrage de BEDEL Jean, Les puces ont cent ans. Du chiffonnier à l antiquaire, Editions Dorotheum,

5 Contexte local : L existence de biffins n est pas exclusive aux abords du marché aux puces Clignancourt Saint-Ouen, aux alentours de la porte Montmartre. Leur présence est également avérée aux abords des autres marchés aux puces parisiens (Montreuil, Vanves), mais aussi d autres marchés plus récents et hétéroclites (Belleville, Couronnes), ou encore d autres villes françaises et étrangères. Le terme «biffins» est d ailleurs loin d être universel, mais leur situation l est bien davantage. Il aurait certainement été enrichissant d étudier plus en profondeur ces autres situations, notamment parisiennes. C était d ailleurs l intention première de la DPVI, l un des deux commanditaires de l étude. La DPVI et la DDEE ont toutefois décidé de lancer une étude portant exclusivement sur le quartier de la Porte Montmartre. Au vu des délais courts (2 mois), compte tenu d une population de biffins très importante dans le 18 ème arrondissement (près de 400 personnes) et de leur présence intensive seulement deux jours par semaine, il n a pas été possible d étudier de manière approfondie les autres marchés parisiens. Nous nous sommes toutefois rendus une journée à Montreuil, et nous avons capitalisé des informations sur plusieurs autres marchés aux puces, parisiens ou non. Un débat relativement ancien Le problème se pose au niveau du marché aux puces Clignancourt - Saint Ouen depuis plusieurs années. Auparavant, les biffins semblaient davantage intégrés dans le marché aux puces de Saint-Ouen. Depuis une trentaine d années, ils en ont été exclus et se retrouvent à la marge de celui-ci. Cette évolution est sans doute due à la croissance du nombre de biffins. Il est difficile d évaluer cette augmentation puisqu aucune étude antérieure n a été réalisée sur le sujet. On ne peut donc que se fier aux discours des plus anciens vendeurs et habitants, qui suggèrent une augmentation du nombre de biffins depuis 10 ou 20 ans. Sur les 49 biffins qui nous ont renseignés sur l ancienneté de leur activité, seuls 35% viennent depuis 10 ans ou plus. En outre, nous savons de manière plus générale que la fréquentation (mais aussi la participation en tant que vendeur) de vide-grenier et de brocante est une des activités culturelles de loisirs qui connait la plus forte augmentation depuis quelques décennies 2. Si nous revenons sur la zone de la Porte Montmartre, la commande d une étude se situe dans la continuité de nombreuses discussions dans le cadre des conseils de quartiers et d arrondissement. Ainsi, un vœu a été proposé par le Conseil de Quartier Porte Montmartre Moskova - Porte de Clignancourt le 27 septembre 2005, que nous retranscrivons ci-dessous : «Les membres du Conseil de Quartier restreint réunis le 7 juin 2005 faisant suite aux précédentes réunions concernant la propreté, ont approuvé et voté à l unanimité des présents (11 membres) la nécessité d organiser les puces sauvages de la porte Montmartre. 2 Voir SCIARDET Hervé, Marchands de l'aube. Ethnographie et théorie du commerce aux puces de Saint-Ouen, Economica,

6 Les personnes défavorisées qui revendent des objets récupérés dans nos poubelles trouvent là un moyen de subsistance honnête et nous ne souhaitons pas les voir disparaître. La répression policière actuellement en vigueur ne peut que les fragiliser et les précariser encore davantage. Par contre, il nous semble que leur offrir une réglementation en termes d emplacement et d horaires pour un «euro symbolique» leur donnerait des droits mais aussi des devoirs. Cela permettrait également de mieux contrôler le marché. C est pourquoi nous demandons la mise en place d un comité de pilotage qui, inclus dans le cadre du GPRU, serait à même de procéder à une régularisation-organisation de ces puces sauvages en trouvant des lieux appropriés et en définissant les horaires et les règles nécessaires à leur bon fonctionnement. Cette intégration/organisation légale des puces sauvages aura comme objectifs : - de déterminer un lieu d accueil aux «biffins» en concertation avec la mairie de St- Ouen - de redonner une vraie dignité à ces gens qui recyclent nos déchets et de les aider à sortir du cycle sans fin et sans solution de la répression - de trouver une solution durable qui satisfasse le besoin légitime de tranquillité des riverains qui subissent le marché actuel - de déterminer ce qui est vendable ou non en préservant l identité «pucière» du marché (oui aux objets de récupération recyclés, non à la revente de téléphones portables, vtt et autres objets de vols d époque) - de mieux assurer la propreté du quartier en donnant des droits et des devoirs» 3 Ce vœu a été étudié lors du Conseil d Arrondissement du 28 avril 2006, au cours de la délibération sur le classement en périmètre «Paris respire» du secteur parisien des Puces. Deux vœux étaient alors étudiés conjointement, l un portant sur des questions d urbanisme et l autre sur les biffins. Le vœu du conseil de quartier a été rejeté à l issue de la délibération. Voici le compte-rendu de cette décision : «Sur proposition du rapporteur, le conseil d arrondissement donne un avis défavorable à ce projet de vœu du conseil de quartier. Le vœu est rejeté soit 20 voix contre dont 8 pouvoirs (groupe PS et UMP), 3 abstentions dont 1 pouvoir et 10 voix pour dont 3 pouvoirs (groupe des Verts). Mme Demangel ne prend pas part au vote en tant que présidente de Conseil de Quartier.» Et ci-dessous la justification exprimée par le Maire Daniel Vaillant : «Les problèmes liés à la porte Montmartre ne datent pas de 2001 ou de 1995 et nous recevons de nombreuses plaintes de riverains. Le vœu du conseil de quartier restreint, comme il est précisé dans le texte, date d octobre. Il m apparaissait très restrictif par rapport à la problématique beaucoup plus large du quartier. J ai saisi le Maire de Paris pour que les services concernés appréhendent globalement la question. En matière d exécution des travaux de police, le commissaire Pecquet considérait qu il ne disposait pas des moyens nécessaires, notamment pour lutter contre la circulation de produits illicites. Il demandait depuis des mois un compacteur que la Ville de Paris se disait hors d état de fournir. Il a fallu cette réunion à l Hôtel de Ville pour que, sous ma pression et celle d Annick Lepetit, cela devienne possible. Par 3 Compte rendu du conseil de quartier public Moskova - Porte de Montmartre - Porte de Clignancourt du 27 septembre

7 ailleurs, il faut aussi mentionner des problèmes d aménagement plus globaux. Le Maire de Saint-Ouen demande de la réglementation et une coordination des effectifs de police, considérant que la vie des habitants est extrêmement perturbée par certaines activités qui n ont rien à voir avec les puciers. Ce vœu très particulier ne correspondait donc pas à la démarche globale que nous souhaitions mener pour traiter les problèmes de ce quartier. Je comprends la problématique des biffins, mais comme Maire d arrondissement, je me refuserai à trier les produits recyclés et à émettre un avis sur telle ou telle personne faisant du commerce. Vous imaginez si je prenais la responsabilité de légaliser quelqu un qui ferait du recel? Comment l administration d arrondissement pourrait-elle réglementer quelque chose qui est difficilement compatible avec le droit et la loi? Avec ce vœu de la municipalité, il faut que nous sachions à l échelon de la Ville ce qu il est possible ou non de faire. Je ne me sens pas en état de faire ce que la Ville est peut-être en mesure d entreprendre avec sa Direction des affaires juridiques. Si le vœu du conseil de quartier avait été mis aux voix tel qu il est rédigé, j aurais appelé à voter contre par prudence. Il faudra aussi aborder ce sujet avec la Direction du commerce, les services financiers et les services fiscaux de l Etat.» 4 Un quartier spécifique : Les biffins vendent essentiellement sur l avenue de la Porte Montmartre, entre la crèche et le pont du périphérique. Le quartier de la Porte Montmartre Porte de Clignancourt se situe au nord du 18 ème arrondissement, entre le boulevard Ney et le boulevard périphérique à la hauteur de Saint-Ouen, dans l ancienne zone des fortifications. Ce quartier a été classé politique de la ville depuis 1995, et fait partie des «zones urbaines sensibles». Il bénéficie également du «grand projet de renouvellement urbain» depuis Ce quartier de l entre-deux-guerres est exclusivement constitué d habitat social. Un tiers de la population du quartier vit sous le seuil des bas revenus (contre 11% à Paris). Au niveau économique, du fait de l aspect résidentiel du site, le territoire accueille relativement peu d emplois. Le commerce local est peu dense (indice par habitant de 8 pour mille contre 30 pour mille à Paris). Situé principalement à Saint-Ouen, le marché aux puces orchestre cependant pleinement la vie du quartier du samedi au lundi. Avec 17 marchés couverts et 2000 stands et boutiques, les puces drainent des milliers de personnes et créent une ambiance particulière. 4 Compte-rendu du conseil d arrondissement du 18 ème du vendredi 28 avril

8 Situation actuelle : L observation sur le terrain a mis au jour plusieurs centaines de vendeurs chaque week-end (samedi, dimanche, lundi), qui exercent de manière totalement informelle. Une description détaillée de la population sera exposée au début du rapport. Les problèmes d hygiène sont incontestables, puisque les marchandises sont souvent abandonnées ou jetées du côté des immeubles lors du passage de la police, voire quand les biffins finissent leurs ventes. Les biffins sont confrontés à des passages de police plusieurs fois par jour. Toutes les journées d étude sur le terrain ont été rythmées par les passages de policiers. Ceux-ci agissaient de manière ciblée (à la recherche de personnes vendant des marchandises volées) ou non, avec le soutien logistique d une benne ou non. Notons que des problèmes de logement se greffent sur la question des biffins. Ainsi, 10 à 12 biffins sont installés dans un campement de SDF le long du périphérique, rue Louis Pasteur Vallery-Radot. La Mairie du 18 ème s est préoccupée de ce problème et s est engagée à trouver des solutions de relogement acceptables. Au moment de l étude, le campement était toujours occupé. L eau courante y avait été installée peu avant. Enjeux : Deux objectifs étaient assignés à l étude : - «Etablir des préconisations pour une meilleure intégration et une meilleure reconnaissance sociale de la population des biffins - Appréhender le rôle et les flux économiques générés par l activité des biffins afin de déterminer si une structure (association) serait en mesure d assurer une régularisation juridique de leur existence type «vente au déballage ou vide-grenier.» L enjeu central est celui de la gestion locale et plus globale d une situation produite par une conjoncture économique déprimée et ses conséquences sociales, en termes de pauvreté et de précarité. Deux questions semblent donc à distinguer : la question des pratiques économiques des biffins, et celle de l emplacement de ces activités. En tant qu association extérieure aux municipalités et aux services d urbanisme, nous pouvons davantage apporter un éclairage sur la question des pratiques que sur celle des emplacements, qui nécessite une concertation des acteurs en responsabilité sur les questions d aménagement du territoire. Il est à noter que la thématique des activités informelles fait l objet de nombreuses recherches économiques et sociologiques, mais portant quasi exclusivement sur les pays en développement. Il est sans doute symptomatique que ce type de problématiques se pose aujourd hui en France. 7

9 Les politiques mises en œuvre au niveau international vis-à-vis du travail informel ont connu une nette rupture, si l on suit l analyse de Bruno Lautier 5. Au cours des décennies 1970 et 1980, des politiques de formalisation de l informel ont été mises en œuvre. Cet axe politique était le fruit de l analyse selon laquelle la situation informelle résultait de manques (de crédit, de formation) et non d'un choix, et que les travailleurs informels avaient intérêt à entrer dans la légalité. On a ensuite réalisé que les micro-entreprises informelles ayant les capacités de devenir des petites entreprises dynamiques en voie de modernisation ne représentaient qu un pourcentage infime des activités informelles. Depuis 1987, un changement de paradigme a eu lieu au sein des institutions internationales. La lutte contre la pauvreté devient prioritaire, et on reconnaît alors un rôle social à l informel. Le secteur informel n'a plus vocation à créer un vivier d'entreprises modernes, mais doit générer des emplois et des revenus, même très faibles et non fiscalisés. On vante dans ce contexte les dimensions de «débrouillardise» et de solidarité de l économie informelle. Certains y voient même un modèle économique alternatif. Plan du rapport : Nous nous attacherons dans une première partie à décrire la population des biffins, tant sur le plan social que sur le plan de leur activité économique. Dans une seconde partie, nous passerons en revue les différents acteurs de la situation, et leur avis sur celle-ci. Dans un troisième temps, nous étudierons diverses situations nationales et internationales qui apportent un éclairage intéressant sur le cas des biffins de la Porte Montmartre. Enfin, nous formulerons une série de préconisations, sous forme de propositions alternatives ou complémentaires, répondant à la situation des biffins. 5 LAUTIER Bruno, L économie informelle dans le tiers monde, Editions La Découverte,

10 Synthèse : Malgré les difficultés du terrain (nombre beaucoup plus important de biffins que prévu, passages de la police qui font fuir les biffins), l étude à permis de mettre en lumière les ressorts économiques et sociaux de l activité des biffins. Le dispositif d'étude comportait un volet social (situation sociale des biffins, accès aux droits,...) et un volet économique (recettes générées, sources des marchandises...). On peut en résumer les enseignements comme suit. => En termes sociaux, les biffins sont dans une nette majorité des retraités ou des personnes âgées de plus de 50 ans, et qui souffrent d un handicap les empêchant de trouver un emploi. Il y a également des sans-papiers et quelques salariés. A 90%, les biffins ne sont pas dans une situation leur permettant l'accès au marché du travail, pas même via des filières de réinsertion par l'activité économique, ni dans la situation de créer une entreprise. Les situations sociales des biffins sont donc largement polarisées, en dépit de leur disparité. => En termes économiques, cette activité rapporte peu!: de l ordre de euros par jour (mais les recettes sont parfois nulles, et il y a même de la revente à perte), et les situations de recel sont marginales. => Au total, l étude met au jour un très net décalage entre les postulats de départ (une quarantaine de biffins, avec possibilité d insertion par l emploi) et la réalité sur le terrain (près de 400 biffins, éloignés du marché du travail). => Les opinions et souhaits des acteurs de la situation sont divergents. Les biffins attendent essentiellement de pouvoir exercer leur activité (dont ils tirent une fierté liée au sentiment de se «!débrouiller seuls et de manière honnête!»), en échange d une petite contribution financière. Ils sont soutenus en ce sens par un comité de soutien et plusieurs associations de quartier. Les municipalités souhaitent limiter l occupation de l espace public, et se préoccupent des problèmes sociaux des biffins. Les riverains se plaignent des problèmes de propreté et de stationnement, mais semblent pouvoir se satisfaire d un marché encadré et réglementé. Les puciers se plaignent pour certains de l image que les biffins donnent au marché, ou d un sentiment de concurrence déloyale. => Les comparaisons ont permis de découvrir des marchés aux puces dans lesquels les biffins sont tolérés, ou exercent leur activité de manière régulée (mais avec des démarches minimales). Sur un autre plan, le cas du Brésil offre un aperçu riche d enseignements d une institutionnalisation de l activité de récupération/revente des déchets. => Ces enseignements débouchent sur des préconisations sous la forme de trois grands scenarii alternatifs!: Maintenir l activité des biffins en l encadrant. Maintenir l activité des biffins, en modifiant sa forme et/ou son emplacement. Intégrer les biffins dans la filière en construction des ressourceries. 9

11 Partie I!: Description de la population des biffins 1) Méthodologie de l étude a) Volet enquête auprès des biffins Pour ce volet, il était nécessaire de cerner au mieux la situation sociale des biffins, ainsi que les enjeux de leur activité marchande. Pour ce faire, l Adie a eu recours à une méthodologie qualitative par entretiens individuels. Un travail d enquête a été mené au long de 12 journées et d une nuit d observation et d entretiens sur le terrain. On a ainsi pu observer l activité des biffins sur plusieurs fins de semaines, et à toutes les heures du jour et de la nuit. Au total, nous avons pu mener des entretiens, plus ou moins formalisés, avec 61 biffins. Il s agissait d acquérir des éléments de description sociodémographique, ainsi que des éléments de compréhension de l activité des biffins. Nous avons eu recours lors de certains de ces entretiens à un questionnaire (voir annexe 3). Mais un nombre important de biffins étaient réticents à répondre à un questionnaire. Plusieurs raisons permettent de comprendre ces réticences : la défiance vis-à-vis des institutions, la peur d être «fiché» liée aux fréquents passages de police, la préférence pour l oral, liée à la culture et/ou à la position sociale, etc. Les entretiens ont donc été en majorité informels. Cela a dégagé un plus large espace de liberté pour la parole des biffins, mais n a pas permis un recueil de l information parfaitement systématisé. b) Volet acteurs institutionnels et associatifs / comparaison avec des expériences similaires Nous avons rencontré ou discuté avec l ensemble des acteurs identifiés de la situation. Nous avons ainsi rencontré : - les élus et administratifs locaux : - élus du 18ème arrondissement de Paris : M. Briant, adjoint au maire chargé des affaires sociales, Mme Pigeon, adjointe au maire chargée de la politique de la ville, Mme Gabelotaud, adjointe au maire chargée du développement économique. Au niveau du 18ème, nous avons également dialogué avec l Equipe de Développement Local. - élus et administratifs de Saint-Ouen : M. Macédo (élu, à la tête de la délégation artisanat, commerce et développement économique des puces) et M. Guégou (direction du développement économique de Saint-Ouen) - équipes de la DPVI - les représentants des biffins : l association Sauve qui peut, et le comité de soutien - les acteurs des Puces : M. Chekroun (président du syndicat des commerçants du Plateau Clignancourt et de la rue J-H Fabre), M. Delannoy (président de l Association 10

12 de Défense et de Promotion des Puces de Saint-Ouen), et des commerçants à proximité de l avenue de la Porte Montmartre. - les acteurs du quartier : riverains, amicales de locataires, associations (Petit Ney) En dehors du terrain précis de l avenue de la Porte Montmartre, nous avons également dialogué avec certaines institutions concernées à divers niveaux. Nous avons ainsi mené des recherches sur les législations concernant les ventes au déballage, les vide-grenier Le bureau du commerce non sédentaire de la Ville de Paris nous a apporté son aide sur ces questions. Nous avons dialogué avec des associations mêlant action sociale et activité de recyclage (l Interloque et Emmaüs). Nous avons cherché à joindre, sans succès, le Codev (le conseil de développement économique durable de la Ville de Paris). Enfin, nous avons réalisé un travail de capitalisation et de comparaison autour d autres expériences nationales et internationales. 2) Les conditions de réalisation de l étude L étude a été supervisée par la Responsable Études et Perspectives de l Adie. Une première réunion de cadrage a eu lieu 26 mars L enquête de terrain a ensuite débuté dès les jours suivants. Les conditions de recueil de l information ont révélé des décalages non négligeables entre, d une part, les hypothèses de départ et le schéma de travail établi avec les commanditaires de l étude, et, d autre part, la réalité du terrain. Ces décalages concernent à la fois la réalisation du volet biffins et les conditions de pilotage de l étude. a) Volet enquête auprès des biffins Concernant ces derniers, l Adie souhaitait, en sus du cahier des charges, et en complément des observations et des entretiens, réaliser un travail de type cartographique, afin de repérer l ensemble des biffins, et de dresser leur portrait socio-économique. Cependant, au cours de ce travail, nous nous sommes trouvés confrontés à deux problématiques majeures : - La première constitue l un des enseignements essentiels de l étude : il s agit de l effectif réel des biffins, qui s est révélé très supérieur aux estimations des commanditaires de l étude. Il avait en effet été question d une quarantaine de personnes. Or nous avons repéré près de 400 personnes présentes de manière plus ou moins régulière sur le territoire concerné du XVIIIème arrondissement. Les délais impartis permettaient sans doute d étudier de manière satisfaisante 40 personnes, mais étaient de toute évidence insuffisants pour étudier la réalité du terrain sur l ensemble des biffins. - La seconde tient aux conditions même d exercice de l activité de la population. Chaque journée d enquête a été rythmée par les passages des forces de l ordre, qui font fuir l ensemble des biffins. D une part, cela entraînait des temps morts pour l étude. D autre part, cela nous a empêché de mener un 11

13 travail de repérage de l ensemble de la population, et de cartographie de l espace occupé. b) Pilotage de l étude Là également, certains décalages ont été constatés, qui ont influé sur l application concrète de la méthodologie retenue en amont. Le pilotage de l étude devait être assuré par le Secrétariat Général mais a de fait été délégué à la mairie du XVIIIème arrondissement, qui connaît de fortes pressions sur cette question aux enjeux locaux. Les réunions de pilotage, associant des acteurs aux points de vue, voire aux intérêts, plus ou moins convergents, ont certes permis des avancées dans la conduite de l étude, mais pas aussi significatives que prévu. La première s est tenue le 21 mai, avec les élus du 18ème et les représentants des biffins. La seconde s est tenue le 12 juin avec la DPVI, les élus du 18ème et les représentants des biffins. Les tensions entre les deux derniers n ont pas permis le recueil des opinions des acteurs eu égard aux premières pistes de préconisations formulées. La troisième, le 26 juin, réunissant Mairie de Paris, Mairie du 18ème et DPVI, s est tenue très tardivement par rapport au planning, et il restait donc très peu de temps pour répondre aux recommandations. Enfin, nous n avons jamais eu l occasion de rencontrer de représentants de la DDEE (Direction du Développement Economique et de l Emploi), laquelle devait faire partie de nos interlocuteurs privilégiés. 3) Description générale Les biffins sont présents aux abords du marché aux puces les samedis, dimanches et lundis. Lors de nos journées d observation, nous en avons compté environ 300 aux heures d affluence maximale, c est-à-dire le samedi et le dimanche aux environs de midi. Les ventes commencent dès 4 heures du matin, sous le pont du périphérique côté ouest, ainsi que le long de la rue Louis Pasteur Vallery-Radot. Parmi ces premiers biffins, les SDF du campement, mais aussi des retraités. Leur venue très matinale trouve deux justifications : la volonté d éviter la police, et le fait que les brocanteurs passent pour repérer les objets qui présentent de la valeur à leurs yeux. Cette première vague de biffins se disperse dans la matinée. Vers 8-9 heures, d autres biffins arrivent et s installent. L espace occupé change puisque c est alors le côté est sous le pont du périphérique qui devient le lieu des ventes. Au fur et à mesure de la matinée, d autres biffins affluent et c est alors le côté est de l avenue de la Porte Montmartre qui se trouve progressivement occupé. Vers midi le samedi et dimanche, les biffins occupent tout le côté est de l avenue, jusqu à la rue René Binet, et sont environ 300. A partir de 15 heures, l espace commence à se vider, pour être totalement libéré en fin d après-midi, vers heures. Nous ne pouvons guère être plus précis sur les horaires puisque la mobilité des biffins est très sensible à deux éléments extérieurs : les passages des forces de l ordre, et les conditions météorologiques. Notons que du côté de Saint-Ouen, des biffins (une trentaine) s installent également rue l Ecuyer. Le lundi, la situation est bien plus calme, avec environ 50 biffins présents. 12

14 La population des biffins est relativement fluctuante. Toutefois, nous avons repéré un noyau dur majoritaire de biffins réguliers (qui viennent plus de 4 fois par mois), qui représentent environ 2/3 de la population totale. Ainsi, sur les 61 biffins interrogés, 60% ont déclaré venir souvent, c est-à-dire au plus tous les week-ends, et au moins 2 week-ends par mois. 4) Situations sociales des biffins a) Des situations sociales polarisées L hétérogénéité des parcours des biffins ne doit pas masquer une forte polarisation en termes de situations sociales des biffins. Sur les principales variables sociodémographiques, nous obtenons les résultats suivants. Notons que nous avons obtenu des pourcentages sur notre échantillon de 61 biffins, pourcentages que nous avons dû rectifier puisque notre échantillon était un peu biaisé. En effet, au vu de la prépondérance de certaines situations «typiques» des biffins, à savoir des hommes retraités d origine maghrébine, nous avons souhaité interroger en priorité les biffins ne correspondant pas à ce schéma. Nous savons alors avoir une surreprésentation de femmes et de jeunes dans notre échantillon. Sur les différents indicateurs, nous donnerons donc le pourcentage obtenu à partir de cet échantillon, et sa pondération au vu de notre appréhension de la situation d ensemble. Cette pondération permet d obtenir un pourcentage moins précis en termes mathématiques mais plus juste en termes sociologiques. L âge : Echantillon Pondération Plus de 50 ans 66% 75% Plus de 55 ans 59% 67% Plus de 70 ans 23% 13

15 Nous pondérons à la hausse car notre échantillon est biaisé en faveur des jeunes. Plus des 2/3 des biffins ont au-delà de 55 ans, ce qui est considérable. Les biffins sont ainsi dans une large mesure des personnes âgées, voire très âgées puisque dans notre échantillon (pourtant biaisé en faveur des jeunes) 23% des personnes interrogées ont plus de 70 ans. Le sexe : Echantillon Pondération Hommes 69% 85% Femmes 31% 15% Nous pondérons à la hausse pour les hommes car notre échantillon est biaisé en faveur des femmes. Le marché des biffins est un univers très masculin, même si les femmes interrogées n ont pas manifesté de gêne par rapport à cette spécificité. L origine : Echantillon Pondération France 20% 15% Maghreb 32% 45% Afrique Noire 22% 15% Europe 13% 10% Autre (Chine, Turquie ) 33% 15% Les biffins sont dans une très large majorité (80 à 90%) d origine étrangère. Les nationalités les plus représentées sont les nationalités maghrébines, en tête desquelles les Algériens. Les statuts sont toutefois divers en fonction de la date d arrivée en France, et de la possession de titres de séjour, voire de la nationalité française. La situation sociale Echantillon Pondération Retraités ou +50 ans 55% 75% handicapés Salariés précaires 17,5% 10% Sans papiers 19% 10% Recherche d emploi 8,5% 5% Les biffins sont dans une nette majorité des retraités, ou sont âgés de plus de 50 ans et souffrent d un handicap les empêchant de trouver un emploi, et les plaçant dans une situation où ils disent attendre leur retraite. On trouve par ailleurs trois autres types de situation en moindre proportion : des salariés précaires cumulant pour la plupart instabilité de l emploi et faibles rémunérations ; des personnes sans-papiers qui ont pour la plupart déposé un dossier de régularisation ; et des personnes en recherche d emploi. Les revenus perçus par les biffins sont donc particulièrement faibles. Les retraités touchent des pensions allant de 375 à 900 euros, les salariés sont au SMIC horaire et ont des contrats instables ce qui procure un revenu mensuel souvent inférieur au SMIC, les sans-papiers sont sans ressources du moins sans ressources stables, et enfin les personnes en recherche d emploi touchent toutes le RMI ou l ASS (sauf une femme en raison des revenus de son mari). 14

16 Conséquence : - une population en quasi-totalité sous le seuil de pauvreté (seuil à 60% du revenu médian : 817 euros pour 1 personne) b) Des parcours contrastés mais des situations typiques La population des biffins présente un large éventail de situations. Aux deux extrêmes, d une part des SDF cumulant le RMI et la «biffe», mais cumulant également les difficultés sociales (en termes de logement bien sûr mais aussi souvent de santé ), et de l autre des particuliers, parfois propriétaires de leur logement, qui viennent occasionnellement vendre des effets personnels dont ils n ont plus usage. Notons toutefois que même les biffins de cette dernière catégorie ne semblent pas utiliser l avenue de la Porte Montmartre comme un vide-grenier gratuit, mais viennent souvent suite à des difficultés financières. Ainsi, nous avons rencontré de nombreux retraités qui avaient l habitude de donner des effets personnels usagés, et qui ont rencontré le besoin à un moment de vendre ces objets plutôt que de les donner. Sur cette question du logement, précisons que quel que soit le mode d habitation, une très large majorité de biffins habitent le quartier du nord du 18 ème, ou Saint- Ouen. Ils sont donc à proximité du marché aux puces. Leur mobilité semble donc réduite, ce qui a été confirmé par la faible proportion de biffins vendant également sur d autres marchés. Nous pensons ainsi que les biffins sont plus semblables que dissemblables. Tout d abord, il existe des profils types, que nous avons déjà évoqués : des hommes retraités d origine étrangère, qui ont eu des carrières incomplètes et avec des bas salaires. Bien entendu, tous les biffins ne suivent pas ce schéma et les parcours de vie sont hétérogènes. Mais les points communs sont nombreux : revenus faibles ou très faibles, origine étrangère, difficulté ou impossibilité de trouver un emploi Les biffins viennent donc, au-delà de leurs différences, dans une même logique de survie, de complément de faibles, ou très faibles, revenus. Enfin, ils ne présentent pas pour la grande majorité d entre eux de problèmes apparents liés à l alcoolisme, la toxicomanie Ces questions sont toutefois difficiles à aborder, notamment lors d entretiens en public. Nous pouvons alors envisager les biffins comme l illustration d un nouveau type de travail au noir. En effet, si l on suit les analyses de Florence Weber, «le travail au noir qu il ait augmenté ou non- a profondément changé de sens. Il est passé de ce que j appellerai l aménagement d une niche de vivabilité c est-à-dire le fait que des salariés stables amélioraient leur ordinaire grâce à des formes d économie non officielle à des activités qui se situent à présent du côté de l économie de survie. Ce point est surtout valable quand on observe les travailleurs masculins» 6. 6 WEBER Florence, Le travail au noir : une fraude parfois vitale?, Editions Rue d Ulm/Presses de l Ecole Normale Supérieure, Paris,

17 c) Un point commun : l exclusion par rapport au marché du travail Pour des motifs divers (âge, handicap, papiers), près de 90% des biffins ne semblent pas en mesure ni de trouver un emploi, ni de créer une entreprise. Ainsi, sur notre échantillon de 61 biffins, seuls 13% ont moins de 55 ans, ont des papiers d identité en règle et ne sont pas en situation d incapacité au travail (pour des motifs de handicap physique ou de longue maladie), et cela alors même que notre échantillon était biaisé en faveur des jeunes. On peut donc vraisemblablement penser que le pourcentage est inférieur à 13% sur l ensemble des biffins. Parmi eux, 2/3 ont déjà un emploi mais précaire, et 1/3 environ cherche un emploi. Il faut bien évidemment prendre en compte ces biffins particuliers. Mais il est à noter que ces biffins en «capacité» de travailler soit ont un emploi, soit sont intégrés dans les parcours de recherche d emploi et sont déjà suivis par une conseillère ANPE ou une assistante sociale. Un traitement social individualisé par le biais des parcours classiques de l insertion ne semble donc pas suffisant. D autant que l accès aux droits est relativement bon pour l ensemble des biffins. Ils bénéficient des aides financières existantes en fonction de leur situation : les retraités touchent une pension, les autres perçoivent le RMI, l ASS, des pensions d invalidité Certains ont mentionné leur CMU, et beaucoup ont mentionné leurs APL. Ainsi, même si un accompagnement social complémentaire serait nécessaire, l accès aux droits est correct, et ce sont les droits qui sont insuffisants. Les biffins ne sont pas à la marge des systèmes d aide publique, mais les revenus perçus nécessitent un complément. 5) L activité économique des biffins a) «Vrais biffins» et revenus dérisoires. L appel d offre faisait référence à deux populations distinctes : «les bandits qui vendent une marchandise dérobée, ou les biffins qui récupèrent des objets jetés ou donnés et les revendent ensuite». Sur le terrain, nous avons pu observer la nette domination de la seconde catégorie, puisque la marchandise d occasion récupérée représente près de 85% de ce qui est proposé sur l avenue de la Porte Montmartre. Les produits neufs et/ou volés (il est souvent impossible de les distinguer) représentent environ 15% des transactions. Et enfin, les produits alimentaires sont extrêmement marginaux (à peine 1%, c est-à-dire 2 ou 3 personnes concernées), même si leur présence est problématique. Les produits volés sont essentiellement des vélos ou des téléphones portables, tandis que les produits neufs (éventuellement volés aussi) consistent en des lames de rasoir, des outils Ces produits restent marginaux, et sont vendus à d autres endroits du quartier. Par ailleurs, nous pensons que le climat de suspicion qui pèse sur l ensemble des biffins est profitable aux voleurs et receleurs qui y trouvent un espace de vente. L encadrement de l activité des biffins devrait résorber rapidement ce commerce illicite, ainsi que les amalgames entre biffins et voleurs. 16

18 Par les marchandises d occasion, certains produits sont récurrents : vêtements et chaussures usés, vieil électroménager (fer à repasser, télécommande). En témoignent ces photographies de paniers typiques de biffins : Bâche d un retraité de 77 ans d origine portugaise Des vieilles paires de chaussures et des vêtements d occasion. Nappe d une femme retraitée. Quelques CD, une poupée, une vieille télécommande, des babioles 17

19 Des revenus plus que modestes La plupart des objets vendus par les biffins sont proposés à 1 euro (voire 0,50 euro). Seuls quelques biffins proposent des vêtements de marque ou autres objets à ou 50 euros (ce qui représente un maximum absolu). Le revenu moyen pour une journée est de l ordre de euros, mais fluctue fortement selon les vendeurs et selon les jours. Nous avons même observé des cas de revente à perte. Ainsi, un homme âgé qui avait acheté un mètre pliable à 2 euros sur un vide-grenier, a accepté de le revendre à un autre biffin qui rassemblait ses centimes, et est à peine parvenu à donner un euro. Il n y a donc aucune logique d accumulation de type capitaliste, voire pas toujours de logique de maximisation du profit, ce qui est classique des activités informelles. Les revenus générés par l activité sont utilisés immédiatement pour l achat de biens de première nécessité. b) Les circuits des marchandises Nous nous sommes intéressés à la circulation des marchandises proposées par les biffins. Là encore, la diversité existe mais des parcours types la limitent. Origines diverses : La première source d approvisionnement des biffins rassemble la poubelle et les dons (issus du voisinage ou d associations). Il est difficile de distinguer les deux segments de cette première source, qui constitue environ 75% des marchandises des biffins. La deuxième source relève des circuits internes au milieu de la biffe et de la brocante puisqu il s agit d objets achetés sur d autres marchés ou à d autres biffins (environ 15%). La troisième source est constituée d effets personnels revendus. On peut l estimer à 10%. Au vu de l origine des marchandises proposées par les biffins, nous pouvons souligner la dimension écologique et de recyclage de l activité des biffins, puisque l ensemble des marchandises était voué à la poubelle. Enfin, les objets invendus de la journée sont pour la plupart stockés dans des petites valises, ou dans les nappes repliées. Toutefois, au vu des conditions de logement parfois précaires des biffins, leurs capacités de stockage restent tout à fait limitées, ce qui explique les objets laissés sur place en fin de journée. Clientèle : trois types de circuits Les principaux acheteurs sont des particuliers (environ 80%), souvent des habitants du quartier aux revenus modestes. On y trouve également des habitués des puces, des amateurs de brocante qui viennent plus dans l espoir de trouver un objet extraordinaire, que pour les bas prix pratiqués. Les clients peuvent également être des biffins, qui achètent pour leur usage personnel, ou pour revendre l objet (après l avoir remis en état, ou simplement en le présentant autrement). Cette destination peut être estimée à 15% des ventes. Enfin, les brocanteurs et antiquaires professionnels font également partie des clients des biffins (à hauteur de 5% des ventes environ). Les reventes par ces professionnels 18

20 se réalisent avec une marge considérable, le prix pouvant être multiplié par 10 ou 20. Ainsi, nous avons observé l achat par un brocanteur d une lampe Bergé pour 3,50 euros, lampe qu il a indiqué pouvoir revendre à 70 euros sur un vide-grenier. Les biffins constituent donc une source d approvisionnement du marché aux puces, même si cette source est marginale. Et il ne semble pas y avoir de concurrence au vu du rapport entre les prix pratiqués par les biffins et ceux pratiqués par les professionnels. c) Les logiques de l activité Logique de survie, de subsistance Hormis pour quelques particuliers plus aisés revendant des effets personnels, la logique est plus celle de la subsistance que de l activité commerciale. L argent issu des ventes est affecté aux premiers besoins (logement, nourriture, remboursement de dettes). Un espace de sociabilité Venir vendre sur l avenue de la Porte Montmartre ou rue l Ecuyer est souvent présenté comme un moyen de lutter contre la solitude. Beaucoup ont ainsi fait référence à une «famille des puces», qui serait devenue leur famille. Nombre de biffins ont également formulé des remarques similaires du type : «je viens plutôt que de rester seul à regarder la télé» ou encore «je viens plutôt que de voler». L activité de vente des biffins correspond donc à des fonctions économique et sociale. Se mêlent impératif de revenu complémentaire et enjeux de sociabilité. 19

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

LES HABITANTS DE LA RUE VILLA HERMOSA VOUDRAIENT DORMIR TRANQUILLES

LES HABITANTS DE LA RUE VILLA HERMOSA VOUDRAIENT DORMIR TRANQUILLES !"#$%%$ Communiqué de presse du mercredi 21 décembre 2005 LES HABITANTS DE LA RUE VILLA HERMOSA VOUDRAIENT DORMIR TRANQUILLES LA RÉGION DOIT DEMANDER UN PERMIS D URBANISME POUR LES TRAVAUX EN COURS SUR

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales ENQUÊTE SUR LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET LE NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES 2011 Dépenses de consommation des ménages algériens en 2011 - Par

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Table des matières I II III IV V VI Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Le marché des Services de

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel

Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel Ville de Kelowna (Colombie-Britannique) Population : 106 707 Source : Ville de Kelowna Le zonage en faveur du logement Résumé

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Sortir du surendettement

Sortir du surendettement Analyses 2013 13 PRÉCARITÉ 1 Sortir du surendettement Le surendettement n est plus seulement l affaire de consommateurs trop dépensiers. Pour aider les personnes à se sortir de situations apparemment sans

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance Juin 2012 Prévoyance collective, assurance santé et dépendance La Comarep vient de publier un état des lieux de la protection sociale complémentaire des branches à fin 2011. C est l occasion d en tirer

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE

XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE XXVI E ASSISES DE LA TRADUCTION LITTÉRAIRE COLLOQUES TRADUIRE ÉROS 73 TRADUCTION / ÉDITION : ÉTAT DES LIEUX DELPHINE RIVET 86 COLLOQUES QUI sont les traducteurs aujourd hui? Comment leur rémunération a-t-elle

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail