POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs"

Transcription

1 POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient la lourde charge d ouvrir cette matinée de réflexion pour la construction d indicateurs afin de faciliter la négociation lors de la NAO. La commande passée par votre secrétaire générale consiste à questionner «le décalage entre l opinion des ménages et l analyse officielle à propos des prix et des revenus». Ma posture de sociologue ne me permet pas d aborder des mécanismes techniques de formations de prix par exemple, Michel BRANCHI, économiste, plus averti que moi le fera avec maestria. Je me contenterai : - d une part, de planter le décor en vous brossant, à grands traits, un état de la question, à travers différents écrits, notamment le récent rapport d Alain QUINET sur la Mesure du pouvoir d achat des ménages du 6 février 2008, - d autre part, de formuler une série de questions pour faire prendre conscience que les solutions ne sont pas simples et qu elles sont à construire avec les organisations syndicales. Avant toutes choses, il importe de préciser que le questionnement à propos des indicateurs que la France s est donnée pour apprécier sa situation d une manière générale, posent problème aujourd hui. Les indicateurs qui servent à mesurer la croissance, mesure importante en lien avec le Produit Intérieur Brut (PIB), sur lequel Michel BRANCHI 1

2 reviendra, cette croissance qui se veut être l expression du bien-être de la population et exprimer un niveau de développement du pays, est fortement ébranlée au regard du concept de développement durable. En effet, la croissance qui est purement économique ne traduit pas les progrès du bien-être ou du développement humain. Complètement impersonnelle et relevant des logiques macroéconomiques, la comptabilité nationale est au cœur des questionnements du Gouvernement. Un éminent économiste américain nommé Joseph STIGLITZ, très convoité par de nombreux Etats, analyse et critique fortement la frénésie du fanatisme du marché et invite à adapter la microthéorie à la macrothéorie. Cette préoccupation est au cœur de la question du pouvoir d achat. Le rapport QUINET tente d humaniser cette question. Vous constaterez l exercice de la Commission pour parvenir à mailler microsocial et macrosocial. Le pouvoir d achat, qui bénéficie d une définition officielle, mesure l évolution des revenus des ménages diminuée de la progression de l indice des prix des biens et services qu ils consomment. Une hausse des revenus augmente donc le pouvoir d achat, tandis qu une augmentation de l indice des prix érode le pouvoir d achat à revenus donnés. Une interrogation intervient immédiatement, la nature des biens consommés est très relative, dans une société qui incite à consommer de plus en plus de biens et de services et qui crée des différenciations très fortes. Cela peut conduire celles et ceux qui ne parviennent pas à consommer un certain type de biens, à considérer leur pouvoir d achat 2

3 insuffisant et s estimer faire partie des «pauvres», car exclus d un type de consommation. Pour illustrer mon propos, l enquête «Standards de vie» 2006 de l INSEE, qui entend mettre en lumière les privations qui traduiraient un signe de pauvreté, fait ressortir que pour 9 % des français interrogés, «ne pas pouvoir se payer un lecteur DVD» est un signe de pauvreté. Pour 19 %, «ne pouvoir se payer au moins une tenue à la mode» est également un signe de pauvreté. Pour 44 %, «ne pouvoir se payer un aspirateur» est également une privation qui traduit un signe de pauvreté. Bien entendu, les approches officielles ont cadré la notion d indice des prix à la consommation, qui mesure précisément l évolution du prix d un panier de biens et services parfaitement identique entre deux périodes. Il ne prétend pas en revanche donner une mesure complète de l évolution du coût de la vie, laquelle résulte non seulement de l augmentation du prix de chaque produit, mais aussi des modifications de la structure de la consommation. Le principe consiste à construire un échantillon comportant plus de produits élémentaires corrélés à : - la variété : produits génériques - les agglomérations : les prix relevés sont répartis géographiquement dans 96 agglomérations métropolitaines + les 4 préfectures des DOM - les formes de vente : hypermarché, hard discount, petit magasin traditionnel L indice des prix à la consommation ne prend en compte l évolution de la structure de la consommation que lors de la mise à jour annuelle de son 3

4 échantillon et des pondérations. Ainsi, un changement dans la composition de la consommation n aura aucun impact sur l indice des prix. En effet, l indice des prix ne suit pas l évolution de la dépense des ménages mais l évolution de la dépense des ménages à structure de consommation constante, c est-à-dire identique à la période base. La construction d un indice du coût de la vie a vocation à suivre l évolution des dépenses, c est-à-dire l effet combiné de l évolution des prix et de l évolution de la structure de consommation. Ainsi cet indice peut augmenter si les prix augmentent mais aussi si les consommateurs s orientent vers des produits plus chers sans que les prix changent. Cet indice du coût de la vie est nettement plus complexe et donc beaucoup plus couteux à construire qu un indice des prix à la consommation. Vous constaterez le différentiel entre une vision officielle qui a vocation à généraliser des situations et une vision particulière, je dirai ménagère, qui vit un quotidien et apprécie ses conditions matérielles d existence, mais également son degré d inscription dans la société. Les situations d inégalité et d exclusion prennent naissance dans ces appréciations différentes. Pour tenter d être dans le «raisonnable», doit-on résolument s arcbouter sur des produits de première nécessité? C est une question que je laisse à votre réflexion, car au cœur d une action syndicale. Doit-on élaborer un «budget type de l ouvrier», comme si l ouvrier devait être hors d un certain type de produits de consommation? Le pouvoir d achat participe à l inscription des individus dans la société. Pouvoir d achat et socialisation sont intimement liés. 4

5 Un décalage existe entre la mesure du pouvoir d achat, la perception des ménages et les codes de la société. Le rapport QUINET fait ressortir des éléments intéressants que je vous soumets. - Les débats ont été centrés durant les dernières décennies sur l indice des prix à la consommation. Le champ des interrogations est aujourd hui plus large, puisqu il porte également sur la mesure des revenus et du pouvoir d achat. Cette idée appelle de ma part plusieurs interrogations : doit-on se contenter d un observatoire local sur les prix? Les préoccupations ne se posent jamais en soi, le prix en soi n a pas de sens. Les analyses et observations doivent s inscrire dans une dynamique itérative, donc interactionniste. Comment doit-on accompagner l évolution de la norme sociale de consommation? Comment considérer les incitations à consommer portées par la publicité, dans les processus de négociations? - Les ménages pourraient ne pas pondérer de la même manière l ensemble de leurs revenus. Les primes, intéressement, participation et revenus du patrimoine ne sont pas considérés à part égale avec les revenus salariaux et pensions de retraite. - La commission considère qu au-delà de ces explications, il convient de bien cerner le champ de validité des statistiques de pouvoir d achat : les indicateurs publiés par l Insee permettent de rendre compte des évolutions macroéconomiques et conjoncturelles mais elles doivent être complétées par des indicateurs permettant de mieux saisir les 5

6 réalités individuelles et qui s affranchissent, si nécessaire, du cadre méthodologique de la comptabilité nationale. - Le premier problème est celui de la prise en compte de la diversité croissante des situations individuelles et des modes de consommation. En effet, les situations individuelles en matière de pouvoir d achat se caractérisent par une plus grande disparité : disparité des situations familiales, avec notamment la tendance observée à l évolution de la taille des ménages, à l augmentation du nombre de personnes isolées et de familles monoparentales ; diversification accrue des métiers, des formes d emploi stable ou précaire, à temps plein ou à temps partiel, salarié ou non salarié et tendance à l individualisation des modes de rémunération ; - Le second problème est celui de la prise en compte du prix de logement. Une critique régulièrement adressée à la mesure du pouvoir d achat serait qu elle ne refléterait pas suffisamment l évolution du coût du logement. En effet, les statistiques de revenu et de consommation enregistrent bien les dépenses de loyers, les charges liées au logement et les intérêts d emprunt. Elles ne prennent pas en compte en revanche la charge de remboursement du capital emprunté pour acquérir son logement. Une telle charge de remboursement est bien la contrepartie d une augmentation du patrimoine détenu, mais elle peut freiner l accès au crédit et pèse à court terme sur les possibilités de consommation. A mon avis, les syndicats ont un rôle très important à jouer dans la connaissance des réalités individuelles. Le travail initié par votre syndicat pour mieux connaître le niveau des revenus devrait s accompagner 6

7 d une meilleure compréhension des modes de vie des salariés. Un partenariat devrait être proposé à l observatoire social du Conseil Général. Les organisations syndicales pourraient être les relais de terrain de l Observatoire social. Cette piste est à creuser dans le contexte de l Agenda 21. Les recommandations : - Publier régulièrement des indicateurs de pouvoir d achat par unité de consommation («pouvoir d achat des familles»). Le pouvoir d achat par unité de consommation est le pouvoir d achat du ménage divisé par sa taille selon cette échelle d équivalence. Cette mesure est la plus pertinente car elle permet de rendre compte à la fois de l augmentation de la population, de la réduction tendancielle de la taille des ménages et des économies d échelle de la vie à plusieurs. L unité de consommation est ce qui permet de tenir compte de la taille et de la composition des familles. Celle-ci est définie à partir d une échelle d équivalence destinée à prendre en compte les économies d échelle au sein du ménage. L échelle d équivalence de référence, dite «échelle d équivalence de l OCDE modifiée», comptabilise la première personne du ménage comme 1 unité de consommation, puis chaque adulte supplémentaire (à partir de 14 ans) comme 0,5 unité et chaque enfant comme 0,3 unité. - Publier des mesures de la disparité d évolution du pouvoir d achat. L Insee fournit un certain nombre de mesures des inégalités, par exemple les inégalités de salaires et le taux de pauvreté. La commission estime nécessaire que la France dispose d une analyse plus complète des disparités de pouvoir d achat et de leurs évolutions. 7

8 L objectif serait de disposer d une décomposition plus complète et plus systématique du revenu et de la consommation par niveau de vie. Audelà de ces décompositions «en coupe», la commission demande à l Insee de mieux appréhender la disparité des évolutions individuelles. - Publier un indicateur de dépenses pré-engagées et un indicateur de revenu libéré. Il convient, au sein du pouvoir d achat par unité de consommation, d identifier deux composantes : une composante «contrainte», correspondant aux dépenses de consommation des ménages pré-engagées par un contrat ou un abonnement («dépenses pré-engagées»), ou nécessaires pour leur survie ou leur travail («dépenses nécessaires»). une composante «arbitrable», «libérée», mesurant ce qu il reste aux ménages une fois qu ils ont payé ces dépenses contraintes. - Mieux prendre en compte le logement en intégrant, notamment, les remboursements d emprunts immobiliers dans les dépenses préengagées. La question de la prise en compte de l actif logement dans les évaluations de revenu et de prix est ancienne, controversée et complexe, comme en témoigne par exemple le débat sur la prise en compte des prix d actifs dans la définition des politiques monétaires. Le chantier est ouvert pour avoir une autre approche constructive des questions de pouvoir d achat et des clés de lecture plus en accord avec la réalité. A partir de cet ensemble d éléments, comment devrait se situer votre syndicat d une part, dans une intersyndicale sur la participation à la construction d éléments statistiques sur le pouvoir d achat avec l appui 8

9 d experts et d autre part, quels indicateurs retenir dans le cadre des prochaines NAO sachant que toute nouveauté crée des blocages. Comment préparer le terrain? Je vous remercie. 9

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

C8S1 : La conjoncture économique : L EVOLUTION DES PRIX

C8S1 : La conjoncture économique : L EVOLUTION DES PRIX C8S1 : La conjoncture économique : L EVOLUTION DES PRIX 1. L observation des prix et du pouvoir d achat Doc 1 : L indice des prix à la consommation L'indice des prix à la consommation (IPC) est l'instrument

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015 Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale Rapport ONPES 2014-2015 L Union européenne a initié une réflexion sur ce que pourrait être

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière Après le succès de l action carte-pétition qui s est traduite par près de 100 000 cartes signées et remises à l

Plus en détail

Évolution de la pauvreté

Évolution de la pauvreté PREMIÈRE PARTIE Évolution de la pauvreté CAHIER 1 Actualisation des données relatives à la pauvreté Niveaux de vie et pauvreté monétaire en 2007, Jérôme Pujol, Magda Tomasini (INSEE) 17 Niveaux de vie

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Niveaux de vie comparés des retraités et des actifs : évolutions récentes

Niveaux de vie comparés des retraités et des actifs : évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre 2009 9 h 30 «Niveau de vie des retraités» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Niveaux de vie comparés des retraités

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

La librairie, repères économiques

La librairie, repères économiques La librairie, repères économiques Un objet statistique incertain La librairie est mal cernée au plan statistique. À la différence de l édition, elle ne bénéficie ni d un code d activité propre au sein

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Fiches thématiques. Revenus

Fiches thématiques. Revenus Fiches thématiques Revenus 1.1 Revenu des ménages en comptabilité nationale u niveau de la Nation, la masse des A ressources disponibles de l ensemble des ménages est mesurée par le revenu disponible brut

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

CONVENTION n 2014053NF relative au tableau de bord de l ARF sur le développement durable des régions

CONVENTION n 2014053NF relative au tableau de bord de l ARF sur le développement durable des régions MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DE L'ECONOMIE, DU REDRESSEMENT PRODUCTIF ET DU NUMERIQUE Institut national de la statistique et des études économiques ASSOCIATION DES REGIONS DE

Plus en détail

La formation des salaires

La formation des salaires La formation des salaires I. Les mécanismes de formation des salaires 1. Définition du salaire - Le salaire constitue la rémunération du travailleur lié à son employeur par un contrat de travail. - Le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/13 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS

L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS L ÉVOLUTION SUR LONGUE PÉRIODE DU PRIX DES LOGEMENTS Jacques FRIGGIT Depuis le travail de pionnier réalisé par Gaston Duon dans les années quarante sur le prix des logements à Paris de 840 à 944, la statistique

Plus en détail

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS Selon Hicks, le rev est ce qu un agent éco peut consommer au cours d une période donnée, sans s appauvrir, sans entamer la valeur de son patrimoine (= sans

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 2 Janvier 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Evolution des dépenses contraintes et de

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 La Vendée est un département où, nous dit-on, il fait bon vivre! Le SNUI syndicat national unifié des impôts membre de l Union

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC

Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC Réunion du Cotech du 19 juin Les notions de pauvreté et de précarité Les définitions

Plus en détail

FEC asbl mai 2012. L index pointé du doigt

FEC asbl mai 2012. L index pointé du doigt FEC asbl mai 2012 LB L index pointé du doigt L index, le thermomètre des fluctuations de prix Objectif : Protéger les revenus contre la hausse de prix Construit mensuellement à partir de l observation

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité?

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Accueillir Héberger Accompagner Insérer Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Comité d Etude et d Observation 14 octobre 2008 FNDSA Comité d Etude et d Observation 14_10_2008 1 Les critères de référence

Plus en détail

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais

La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010. La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Compte satellite du tourisme 2010 La clientèle locale, soutien du tourisme réunionnais Sommaire Cadre d élaboration des comptes satellites du tourisme

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015 LesFurets.com Etude réalisée par pour Publiée le 13 octobre 2015 Levée d embargo immédiate Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 10 et 11

Plus en détail

Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015

Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015 Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015 Vous avant tout Édito Que vous soyez un particulier cherchant à s établir au Luxembourg ou voulant investir dans la pierre,

Plus en détail

BASE DE DONNEES - FRANCE

BASE DE DONNEES - FRANCE BASE DE DONNEES - FRANCE SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne/Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la population

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS?

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? Par Julien Rollet, actuaire Gras Savoye Juin2013 Avec 216 145 médecins généralistes actifs en 2011 (+92 % en 30 ans), la France n'a jamais compté autant de

Plus en détail

Les coûts du TRM Quelles perspectives pour 2013?

Les coûts du TRM Quelles perspectives pour 2013? Synthèse Les coûts du TRM Quelles perspectives pour 2013? OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM Pour les transporteurs, la fin de l année est la période traditionnelle de révision des offres tarifaires. Sans

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective

Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la complémentaire santé collective Les salariés du secteur privé face à la généralisation de la santé collective Etude réalisée pour Swiss Life France Contact Ifop : Frédéric Dabi / François KRAUS Directeur d études d opinion 01 72 34 94

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011

Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011 Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 18 mai 2011 En introduction, le modérateur du groupe présente ses excuses pour le report de

Plus en détail

13-1 L AIDE PERSONNALISEE AU LOGEMENT

13-1 L AIDE PERSONNALISEE AU LOGEMENT 13-1 L AIDE PERSONNALISEE AU LOGEMENT Deux sources de données ont été principalement mobilisées pour reconstituer les séries chronologiques présentées dans cette fiche : les comptes du logement, d une

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI Gemmeo Commerce. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Sommaire Avertissement...3 Investir indirectement dans de l immobilier de commerce...4 Une stratégie de gestion à l écoute des tendances

Plus en détail

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali ( Les FRANCAIS l EPARGNE & la RETRAITE ENQUETE Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Etudes et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre

Plus en détail

Comment utiliser, critiquer et compléter les indices de prix de l'insee dans les négociations salariales

Comment utiliser, critiquer et compléter les indices de prix de l'insee dans les négociations salariales CGT métallurgie CGT finances CGT INSEE Dossier annexé à la note FTM Comment utiliser, critiquer et compléter les indices de prix de l'insee dans les négociations salariales Actuellement, les revendications

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

BAROMÈTRE 2015 BNP PARIBAS ÉPARGNE & RETRAITE ENTREPRISES. Reflet d une société en mutation. Conférence de Presse

BAROMÈTRE 2015 BNP PARIBAS ÉPARGNE & RETRAITE ENTREPRISES. Reflet d une société en mutation. Conférence de Presse BAROMÈTRE 2015 BNP PARIBAS ÉPARGNE & RETRAITE ENTREPRISES Reflet d une société en mutation Conférence de Presse 31 MARS 2015 Partie 1 ÉTAT DES LIEUX Partie 1 - état des lieux DES DISPOSITIFS D ENTREPRISES

Plus en détail

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du secteur public? 2 Les services publics, une réponse aux

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité Une étude du Crédit Foncier synthèse En avant-première du Salon National de l Immobilier (3-6 avril 2014, Paris), le Crédit Foncier

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux

De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux De meilleurs salaires et plus d emplois: comment le Brésil a obtenu les deux Paulo Eduardo de Andrade Baltar Jusqu ici, le XXI e siècle a été favorable à un grand nombre de Brésiliens. L emploi formel

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011 Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement Jeudi 10 Novembre 2011 L Observatoire du Financement du Logement de CSA en quelques

Plus en détail

L évolution des dépenses de sécurité sociale (2002-2012)

L évolution des dépenses de sécurité sociale (2002-2012) Commission des comptes de la sécurité sociale Secrétariat général n 24 février 2012 L évolution des dépenses de sécurité sociale (2002-2012) Ce document présente l évolution de 2002 à 2012 des dépenses

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Un territoire aux dimensions réduites, très densément peuplé...23 L économie taïwanaise en chiffres...24

Un territoire aux dimensions réduites, très densément peuplé...23 L économie taïwanaise en chiffres...24 Sommaire Avant-propos................................................................................................5 Remerciements............................................................................................7

Plus en détail

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 213 Les indicateurs de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-213-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (213),,

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 1 Novembre 2011 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les indices des prix à la consommation dans

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

Brésil. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Brésil. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

FICHES THEMATIQUES. Patrimoine des ménages

FICHES THEMATIQUES. Patrimoine des ménages FICHES THEMATIQUES Patrimoine des ménages 19 Performance des placements sans risques Les actifs financiers les plus répandus parmi les ménages sont les comptes ou livrets d épargne. Ils offrent une disponibilité

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 3 Inégalités professionnelles ÉCARTS DE SALAIRES Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes traduisent pour partie les inégalités

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 Jeudi 2 octobre 2014 1 SOMMAIRE PRÉAMBULE : TENDANCE MACRO-ÉCONOMIQUE L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION AUGMENTATIONS : PRATIQUES 2014 & TENDANCES 2015 NAO ET BUDGETS

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Les disparités entre ménages dans les comptes nationaux : de l épargne au patrimoine

Les disparités entre ménages dans les comptes nationaux : de l épargne au patrimoine Les disparités entre ménages dans les comptes nationaux : de l épargne au patrimoine Sébastien Durier, Lucile Richet-Mastain et Mélanie Vanderschelden* Le compte des ménages, publié par les comptes nationaux,

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi Thème : Cohésion sociale et territoriale Orientation : Favoriser l inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales) La part des jeunes s diplôme en 2006 par zone d'emploi Pour les jeunes sortis

Plus en détail

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence?

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Patrick Belser Salaires moyens La crise financière et économique a approximativement réduit de moitié la croissance des salaires à l échelle mondiale

Plus en détail

Sources et méthode. Qui sont les non-salariés? De nouvelles sources pour appréhender les non-salariés

Sources et méthode. Qui sont les non-salariés? De nouvelles sources pour appréhender les non-salariés Sources et méthode Qui sont les non-salariés? Les non-salariés se distinguent des salariés par l absence de contrat de travail et par le fait qu ils ne dépendent de personne (pas de lien de subordination

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail