ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne"

Transcription

1 Manuel de terrain Direction Scientifique et Technique ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne FRANCE 4 rue Niepce Paris Tel : Fax : SPAIN C/Caracas, 6, 1º 28010, Madrid Tel: Fax: UNITED KINGDOM First Floor, rear premises, Greenwich High Road, London, SE10 8JA Tel: Fax: UNITED STATES 247 West 37th Street Suite 1201 New York, NY Tel: CANADA Action Contre la Faim 7105 Rue St-Hubert, Bureau 105 H2S 2N1 Montreal, QC, Canada Tel: Fax: ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne

2 Manuel de terrain Direction Scientifique et Technique ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS: un concept clé pour une sécurité alimentaire pérenne Service Sécurité Alimentaire Version n 1 et Moyens d existence Septembre 2009

3 Edition: Action Against Hunger - ACF Internacional Dépôt légal: M Impréssion: EGRAF, S.A.

4 SOMMAIRE Pages OBJECTIF DU LIVRE Constituer un outil de référence méthodologique, technique et pratique pour la mise en œuvre d Activités Génératrices de Revenus. SOMMAIRE PREAMBULE INTRODUCTION CHAPITRE 1: JUSTIFICATION ET DEFINITION DE PROGRAMMES QUI ENCOURAGENT ET SOUTIENNENT LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS I. Moyens d existence II. Le rôle du marché III. Qu est-ce qu un programme générateur de revenus? IV. La dimension sociale des programmes V. Pourquoi mettre en œuvre des AGR? VI. Quelques principes de base RESUME CHAPITRE 2: ANALYSE DU CONTEXTE, DÉFINITION DE LA STRATÉGIE D INTERVENTION ET DU PROGRAMME I. De l évaluation du contexte à l étude de la chaîne de production sur le marché. 22 II. L étude de la filière de production sur le marché III. Définition de la stratégie RESUME CHAPITRE 3: LES TYPES DE PROGRAMMES ET LES ASPECTS À SOULIGNER I. Les types de programmes proposés II. Travailler avec des groupes ou des unités familiales III. Comment financer les AGR IV. L équipe de la sécurité alimentaire pour mettre en œuvre les AGR V. Les partenaires RESUME

5 Pages CHAPITRE 4: PROGRAMMES DE GÉNÉRATION DE REVENUS I. Présentation du programme II. Les bénéficiaires et les AGR III. Réponses à différents problèmes RESUME CHAPITRE 5: SUIVI, ÉVALUATION ET SYSTÉMATISATION DES PROGRAMMES I. Suivi II. Évaluation III. Systématisation RESUME CHAPITRE 6: ENSEIGNEMENTS CHAPITRE 7: QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES LISTE DES SCHÉMAS LISTE DES EXEMPLES LISTE DES ANNEXES BIBLIOGRAPHIE

6 PREAMBULE Ce livre fait partie d une série de livres sur la sécurité alimentaire développée par Action contre la Faim - International (ACF 1 ) et basée sur la capitalisation d expériences et d études menées ces 10 dernières années sur le terrain. Cette série étudie et développe les aspects spécifiques des différents programmes de sécurité alimentaire et plus particulièrement, les outils techniques qui peuvent être utilisés au cours de projets précis. Chacun de ces livres peut être lu séparément ou peut être complété et consolidé par les autres livres sur la sécurité alimentaire d ACF. Tous ces livres constituent le «kit sécurité alimentaire» qui se présente de la manière suivante: Introduction à la sécurité alimentaire principes dʼintervention Evaluations et surveillance de la sécurité alimentaire Aide alimentaire et alternatives à lʼaide alimentaire Activités génératrices de revenus Programmes agricoles Ces livres s adressent à un large public et en particulier à la communauté humanitaire internationale, les équipes techniques et opérationnelles sur le terrain et également toute personne souhaitant s informer sur la sécurité alimentaire au niveau international. Chaque livre contient un sommaire détaillé avec des exemples de différents outils qui peuvent être utilisés pour la mise en œuvre des programmes et un 1 Créée en 1979, Action contre la Faim est aujourd hui l une des plus importantes organisations internationales humanitaires de lutte contre la faim dans le monde. Constituée en réseau international avec cinq sièges (Paris, Londres, Madrid, New York et Montréal), Action contre la Faim International est intervenu en 2008 dans 47 pays frappés par des crises alimentaires graves, en mettant en œuvre des programmes d urgence et de relance dans les domaines de la nutrition, de l autonomie alimentaire, de l eau et de la santé. En 2008, Action contre la Faim - International est venue en aide à près de 5 millions de personnes. (France) / (Canada) 5

7 glossaire des terminologies techniques. Le livre présente aussi une liste des questions les plus fréquentes afin de donner au lecteur une réponse rapide aux points clés soulevés à travers le document. Cette série pourrait être aussi prochainement complétée par des documents concernant d autres types de programmes de sécurité alimentaire développés dans les domaines du développement et de la recherche in situ (par exemple : la sécurité alimentaire en contexte urbain, en environnement pastoral ou encore d autres sujets tels que la participation communautaire ou les interventions monétaires). Tous ces livres sont susceptibles d être complétés ou améliorés à tout moment selon le développement du département sécurité alimentaire d Action contre la Faim et les évaluations internes et externes des différentes activités en sécurité alimentaire. 6

8 INTRODUCTION Ce livre concerne les activités génératrices de revenus ainsi que les principes et les méthodologies de cette ligne d intervention que les équipes de sécurité alimentaire d ACF ont développés au cours des dernières années sur le terrain. Générer des revenus peut aider à surmonter une insécurité alimentaire lorsque des facteurs économiques sont une cause fondamentale d insécurité alimentaire et lorsque la nourriture est disponible sur les marchés locaux, mais que la population vulnérable manque d argent. Cependant, la promotion des activités génératrices de revenus n est pas une recette qui peut être suivie dans tout type de situation. L analyse initiale du contexte de la sécurité alimentaire et des problèmes rencontrés par la population vulnérable est essentielle afin de déterminer le type de réponse le plus adapté pour chaque cas spécifique. Avant de commencer ce livre, il est intéressant de lire les autres livres de cette série, intitulés Introduction à la sécurité alimentaire et Évaluations et surveillance de la sécurité alimentaire car ils servent de base pour ce texte. Deux autres livres complètent la série, Programmes agricoles et Aide alimentaire et alternatives à l aide alimentaire. Ils offrent ensemble une représentation globale des interventions qu ACF peut mener dans le domaine de la sécurité alimentaire. Pour faciliter la lecture de ce livre et pour avoir une vision complète du travail qui peut être développé dans ce domaine, connaître le «pourquoi», le «quand», le «comment», le «avec qui», le «où» et le «quoi», sept chapitres rassemblent les expériences menées dans plus de vingt pays. Les annexes présentent une variété d outils qui seront utiles pour se lancer dans le développement d une intervention génératrice de revenus. Le premier chapitre de ce livre définit les interventions génératrices de revenus et leurs objectifs souhaités et présente également les arguments qui justifient ce type de programme. Le second chapitre est consacré à l analyse du contexte et à la définition de la stratégie d intervention pour les programmes générateurs de revenus. En utilisant comme base de référence, le modèle de l évaluation de la sécurité alimentaire, on recommande des méthodologies pour analyser et évaluer si les activités génératrices de revenus (AGR) sont des solutions pertinentes et viables pour répondre aux besoins de la population avec laquelle le programme prévoit de travailler. Les différentes activités qui peuvent être incluses dans les programmes générateurs de revenus sont décrites dans le chapitre trois. On y trouve également des pro- 7

9 positions pour les différents types de programmes, les niveaux auxquels on peut les développer et les différents systèmes financiers qui peuvent être utilisés. Le chapitre 4 étudie la mise en place du programme. Il couvre les activités principales qui peuvent être menées et les composantes qui peuvent apporter des solutions pour surmonter certaines limites liées à la génération de revenus. Le chapitre 5 concerne le suivi, l évaluation et la systématisation des expériences. Le sixième chapitre résume quelques leçons que nous avons pu tirer des expériences vécues et le septième chapitre répond brièvement à certaines des questions les plus fréquemment posées sur les programmes générateurs de revenus. REMERCIEMENTS La réalisation de ce livre a été possible grâce au travail de terrain des équipes de sécurité alimentaire et à toutes les expériences qu elles ont développées. Le recueil des informations et l élaboration de la première version du livre ont été menés par Marta Valdés García. De nombreuses contributions ont été apportées. Merci à tous ceux qui ont donné des idées, fait des suggestions et apporté leur aide. Merci notamment à: Lisa Ernoul pour son assistance pendant tout le processus et pour sa précieuse contribution à l édition du livre. Carole Lambert pour toutes les idées proposées, les efforts et la révision. Bronwen Gillespie et Julián Carrazón, pour les discussions constructives, les précieux commentaires et les suggestions pertinentes. Carmelo Gallardo pour son analyse concernant le microcrédit, pour toutes les idées partagées pendant son travail au sein du Département sécurité alimentaire à Madrid et pour la révision de ce document. Adrián Diáz, Claudio Freda et Joaquín Cadario qui ont donné de nombreuses idées pendant nos séances de travail. La traduction française de ce livre a été assurée par Carole Lambert. Le livre a ensuite été révisé par une équipe de relecture composée de Christine Baki, Ludovic Bourbé, Hélène Deret, Amador Gomez et Sabrina Valy. 8

10 Manuel de terrain Direction Scientifique et Technique CHAPITRE 1: JUSTIFICATION ET DÉFINITION DE PROGRAMMES QUI ENCOURAGENT ET SOUTIENNENT LES ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS RÉSUMÉ Les AGR peuvent être une réponse efficace pour la récupération et/ou le renforcement des systèmes d existence et de la sécurité alimentaire puisque les revenus constituent une dimension fondamentale de ces systèmes. Aucune recette universelle pour la mise en place de ce type de programme n existe. Il faut évaluer la pertinence du programme dans chaque situation et adapter les activités aux caractéristiques spécifiques du contexte. Avant d introduire de nouveaux types d AGR, la réactivation et/ou le renforcement des activités traditionnelles est recommandé lorsque cela est possible: l impact sera plus rapide et plus durable. Comme les autres types d interventions, ces programmes peuvent produire des impacts négatifs inattendus. Il faut évaluer tous les risques potentiels et soupeser les aspects négatifs et positifs avant d initier le programme. Les programmes de génération de revenus ne représentent pas toujours une alternative pertinente pour la population la plus vulnérable. La motivation et la participation de la population impliquée dans le projet sont des conditions indispensables pour tout type de programme d AGR. Au cours de ces dernières décennies, l analyse autour de la sécurité alimentaire a évolué pour inclure différentes initiatives qui visent à améliorer les opportunités de générer des revenus pour les personnes les plus vulnérables. Dans les années 70, le concept de la sécurité alimentaire était pensé en fonction de la disponibilité alimentaire et c est seulement dans les années 80 que les idées de l accès à la nourriture et de son utilisation ont été intégrées comme nouveaux aspects du concept, assumant que la sécurité alimentaire était une priorité pour les populations vulnérables. Cependant, l analyse des processus qui conduisent à l insécurité alimentaire a démontré qu en périodes de pénurie ou de crise, les populations touchées choisissent parfois de souffrir d un certain niveau de faim avant de vendre ou de consommer leur biens de production, car cela ébranlerait leur capacité de gains future. Aussi, il est nécessaire de comprendre que pour la population vulnérable, la sécurité alimentaire constitue une partie d un plus grand objectif intégrant des critères sociaux et économiques qui assurent la sécurité des moyens d existence 2. 2 «La sécurité alimentaire sera atteinte lorsqu une croissance équitable assurera que les populations pauvres et vulnérables auront des moyens d existence durables» (Maxwell 1990, cité dans Maxwell et Frankenberger, 1992: 31). 9

11 Les populations qui se retrouvent en insécurité alimentaire chronique 3 n ont pas de moyens d existence sécurisés leur permettant de subvenir à leurs besoins de première nécessité. Cette fragilité provoque une vulnérabilité et une impossibilité de faire face aux chocs et à l adversité ; cela ouvre la porte aux processus qui peuvent entraîner une faim sévère et une malnutrition chronique ou aiguë. Bien entendu il faut intervenir pour soulager une faim imminente. Cependant, l expérience a montré que ces types d initiatives ne résolvent pas le problème: on ne s attaque pas à la cause même. Bien que la complexité du sujet ne facilite pas la proposition de solutions alternatives, le soutien et le renforcement des moyens d existence peuvent représenter une stratégie appropriée et durable. Les interventions conçues avec ce type de stratégie comprennent celles qui encouragent et soutiennent les activités génératrices de revenus et tous les aspects qui influencent leur mise en place et leur développement. Certains aspects théoriques concernant les moyens d existence sont présentés cidessous, comme les objectifs et les principes qui caractérisent les programmes générateurs de revenus ainsi que les projets qui ont été menés par ACF. I. Moyens d existence Dans le premier livre de cette série, Introduction à la sécurité alimentaire, les moyens d existence sont définis comme la combinaison de toutes les activités développées en lien avec les ressources qui permettent aux ménages de subvenir à leurs besoins afin de continuer d exister et de se développer. Divers éléments, à différents niveaux, interagissent au sein de ces systèmes: Le contexte de vulnérabilité peut refléter des facteurs géographiques, le climat, l histoire, la démographie et la situation sociale et économique. Ce contexte définit les risques que la population affronte. Les ressources ou les biens auxquels la famille ou les individus ont accès, qu ils contrôlent ou possèdent et avec lesquels ils réalisent des processus de production, participent au marché du travail ou qu ils utilisent pour les échanges avec les autres familles ou individus. Ils peuvent être classés de la manière suivante: Capital naturel: composé des ressources naturelles telles que la terre, l eau et d autres ressources biologiques. 3 L insécurité alimentaire chronique fait référence à des situations dans lesquelles l alimentation est pauvre de par un manque de nourriture et un manque d accès économique à la nourriture. Il peut y avoir des périodes cycliques dans lesquelles la pénurie devient sévère à cause des conditions du milieu et du manque de services qui limitent les opportunités d une exploitation appropriée des ressources. Le manque de ressources limite le processus de développement durable. 10

12 Manuel de terrain Direction Scientifique et Technique Capital physique: inclut les biens qui ont été créés à travers des processus de production, par exemple l infrastructure (routes, ponts) et les machines. Capital humain: les compétences et la capacité à travailler d une unité familiale ou individuelle. Capital financier: l accès du ménage à l argent, qui peut être via des économies ou du crédit. Capital social: attitude de réciprocité au sein de la communauté, entre les ménages ou les individus, basée sur la confiance construite à travers les liens sociaux (Moser, 1998) 4. Les politiques, les institutions et les organisations influencent l accès aux ressources nécessaires pour mettre en place des activités qui donnent les moyens de vivre et elles touchent les processus de production, en créant des facteurs conditionnels, tels que les lois ou les services. On peut voir ainsi que ces variables agissent les unes sur les autres pour déterminer la manière dont les ménages ou les individus mènent leurs stratégies concernant les activités qui vont leur donner les moyens de vivre. Elles correspondent simplement à la façon dont ils développent leurs activités ou obtiennent leurs moyens pour vivre, leur nourriture ou leurs revenus et ainsi leur capacité à subvenir à leurs besoins de première nécessité. Ce processus détermine le niveau de sécurité alimentaire, la sécurité économique et les conditions de vie fondamentales de la famille. Lorsque les populations sont confrontées à une situation difficile ou à une crise, elles utilisent des stratégies pour mettre en place des activités qui vont leur donner les moyens de vivre et qui sont adaptées pour faire face aux risques. On les appelle les stratégies d adaptation ou d adaptabilité. «Un système d existence est durable lorsqu il est capable de faire face à des tensions et des convulsions et de s en remettre, lorsqu il est capable de maintenir ou d augmenter ses capacités et ses biens et d offrir des opportunités pour avoir des moyens de vivre qui soient pérennes pour la génération à venir» (Chambers & Cornway, 1992). Le schéma suivant représente la manière dont les différentes variables agissent les unes sur les autres et se nourrissent entre elles au sein du système d activités qui donnent les moyens de vivre 5. 4 cf. Ellis, Tout au long de ce document «moyens d existence» fait référence aux systèmes d activités qui donnent les moyens de vivre (d exister, de subvenir à l ensemble de ses besoins) et pas seulement à la manière de gagner sa vie. En effet, ce dernier concept peut être interprété de manière plus statique, alors que la référence aux systèmes intègre l interaction entre tous les facteurs qui composent ces systèmes. 11

13 Figure 1: Systèmes des activités qui donnent les moyens dʼexister Contexte de vulnérabilité Ressources pour les moyens dʼexistence Stratégies dʼexistence Moyens dʼexistence { Sécurité } alimentaire et économique conditions de vie Politiques, institutions et organisations Ce schéma tente d expliquer visuellement le processus à travers lequel une population devient vulnérable face à divers facteurs négatifs. Par exemple, une communauté sans accès à des soins sanitaires adéquats, se trouve menacée d un risque accru de propagation d une épidémie, qui réduira le capital humain, limitant la capacité à mener des activités traditionnelles de subsistance. Leurs moyens d existence seront donc menacés. Dans d autres contextes, les catastrophes naturelles privent des populations entières de leurs biens de production et de leurs ressources naturelles, affectant sérieusement leur capacité à subvenir à leur besoins essentiels. Ce sont seulement deux exemples pour montrer à quel point les stratégies concernant les activités qui donnent les moyens de vivre sont fondamentales pour atteindre des standards de vie acceptables. La composition et le niveau de revenus, en argent ou en nature, d un individu ou d un ménage, sont les résultats les plus directs et les plus mesurables des stratégies concernant les activités qui donnent les moyens de vivre à un moment déterminé (Ellis, 2000). Aussi, bien que ces deux concepts ne soient pas synonymes, ils sont étroitement liés. Afin de gérer et minimiser les risques, les populations vulnérables, à la fois urbaines ou rurales, diversifient souvent leurs sources de revenus 6. L accès et la capacité à participer aux marchés sont des conditions préalables nécessaires pour la viabilité de ces stratégies. II. Le rôle du marché Le marché fait partie du quotidien de chacun. La population vulnérable dépend des marchés formels et des marchés informels 7 pour vendre des produits, offrir sa main d œu- 6 Tout au long de ce document, le concept de revenu fait aussi bien référence aux ressources monétaires qu aux ressources en nature. 7 Les activités qui n apparaissent pas dans les statistiques ou dans les registres fiscaux sont celles du marché ou de l économie informels. 12

14 Manuel de terrain Direction Scientifique et Technique vre, financer ses activités et, bien entendu, obtenir les articles de base comme la nourriture. Cependant, la réalité démontre que cette population peut rencontrer des difficultés d accès aux marchés, et laisser passer les opportunités que le marché apporte en termes de participation à l activité économique et l amélioration des conditions de vie. On peut observer des difficultés et des fonctionnements imparfaits des marchés, à différents niveaux: Difficultés en termes d accès: Accès physique: manque d infrastructure de communication et de transport, notamment pour les communautés rurales pauvres, souvent situées dans des zones isolées, qui entravent les contacts avec les marchés. Accès à l information: dans de nombreux cas, l information sur l offre et la demande est indispensable pour participer et agir en interaction avec le marché. Savoir comment trouver des informations fiables est d une importance clé. Exclusion de certains domaines: un exemple clair est celui du marché financier, puisque le manque de garanties formelles et d informations adéquates 8 empêchent l accès des personnes vulnérables au capital financier. Discrimination envers certains groupes. Pénurie de marchés appropriés: manque de marchés qui offrent des biens et des services accessibles, adaptés au type et à la taille de l activité économique développée. Les distributions gratuites ou les dons peuvent être nécessaires pour soulager une situation de faim imminente et d insécurité alimentaire, mais ne constituent qu une solution temporaire sauf si cela contribue à générer de nouvelles sources de revenus pour les secteurs les plus pauvres. Pour que la population vulnérable puisse subvenir à ses besoins de première nécessité par les AGR, le marché doit offrir des opportunités qui les encouragent à développer leurs ressources de production, leur permettent d avoir accès à des services adaptés et d offrir des produits compétitifs. III. Qu est-ce qu un programme générateur de revenus? Les programmes d ACF soutiennent et encouragent les AGR afin d aider les populations vulnérables à subvenir à leurs besoins et à leur alimentation de base, de manière durable, à travers les revenus qu elles produisent. Les programmes doivent permettre une amélioration de la situation économique des familles par une augmentation du pouvoir d achat du ménage. 8 La population vulnérable n est peut être pas capable de fournir l information nécessaire au marché financier qui doit évaluer les risques qu il prend en offrant des services financiers. 13

15 Ce type de programme peut être mis en place dans des zones rurales ou urbaines, où les conditions minimums existent (pour plus d informations, reportez-vous au chapitre 2) et lorsque les besoins existants sont identifiés. Cependant, il est important de noter que les programmes générateurs de revenus ne peuvent pas toujours être ciblés sur la population la plus vulnérable, car il est essentiel que les ménages ou les individus, qui prennent part aux initiatives, puissent travailler et satisfaire un niveau minimum de participation. La croissance de l économie locale, à travers les activités génératrices de revenus, peut améliorer la disponibilité de certains produits sur le marché, et peut entraîner une création de postes, favorisant indirectement les secteurs les plus vulnérables. Les AGR impliquent un ou plusieurs des objectifs spécifiques suivants sachant cependant que la promotion des AGR doit toujours être adaptée au contexte dans lequel le programme travaille. Récupérer et/ou réhabiliter la capacité à générer des revenus par: L évaluation et la sélection de solutions viables pour récupérer la capacité à générer des revenus La récupération et l amélioration des biens de production L augmentation et/ou l amélioration des capacités techniques et de gestion Lorsque la nourriture est disponible sur le marché, la restauration de la capacité à générer des revenus est une alternative possible pour supprimer petit à petit l aide alimentaire. Les revenus augmentés peuvent accroître l accès non seulement aux denrées alimentaires, mais aussi à d autres produits et services disponibles localement. Exemple 1: Mise en œuvre d AGR en Tchétchénie, dans le nord Caucase La population tchétchène vivant dans les régions montagneuses du sud ont beaucoup souffert de l effondrement de l union Soviétique, de la guerre pour l indépendance et de tensions politiques constantes. La dégradation de l économie du ménage, à la suite de la perte des biens de production, tels que le bétail et la terre agricole, n a pas permis à la population de subvenir à ses besoins de première nécessité. ACF a commencé à distribuer de la nourriture pour compenser le manque d activité économique et agricole et l aide alimentaire est devenue un soutien fondamental pour les personnes les plus vulnérables. Cependant, la faible pérennité et la possible dépendance que ce type d intervention risque de créer dans le long terme ont mené l équipe d ACF à la recherche d alternatives. Malgré la tension politique et l insécurité perpétuelles, les évaluations de la sécurité alimentaire ont commencé à montrer que la production locale et le commerce à petite échelle se développaient à nouveau lentement. Ce changement a permis à ACF de commencer à réduire son aide alimentaire et soutenir de nouvelles activités génératrices de revenus. 14

16 Manuel de terrain Direction Scientifique et Technique En commençant en septembre 2004, 57 familles ont profité de l opportunité et ont rejoint un projet pilote d apiculture. Elles ont ainsi reçu le matériel nécessaire pour augmenter la production de miel de la famille afin de générer des revenus. Cette activité est traditionnelle dans la zone et la redynamiser permet aux familles de retrouver leur autonomie et réduire leur dépendance à l aide extérieure. La localisation proche de Grozny facilite les ventes du produit sur le marché. Améliorer le rendement des AGR existantes à travers: L introduction de techniques améliorées pour optimiser la quantité et la qualité de la production ou les services offerts par les AGR Le soutien pour faciliter l accès aux biens de production et aux intrants nécessaires La promotion de l accès aux produits financiers L augmentation de la disponibilité de l information concernant le fonctionnement du marché et des services liés Le soutien de la formation Le renforcement des processus commerciaux Le soutien à l organisation de groupes de producteurs Dans de nombreux cas, la population vulnérable mène des activités qui ont un potentiel à générer des revenus. Cependant, elle peut rencontrer des difficultés dans la chaîne de production et/ou au moment des ventes qui la dissuadent d augmenter ou de développer l activité. Une identification spécifique des obstacles et des solutions viables peut avoir un impact sur la génération de revenus. Exemple 2: Augmentation de rendement de certaines AGR traditionnelles en Arménie La région de Syunik, dans le sud de l Arménie, a été touchée par l effondrement de l union Soviétique et ensuite par le conflit avec l Azerbaïdjan pour le contrôle de Nagorno Karabaj. La population du district de Sisian fait face à une situation complexe, dans une région touchée par une dépression économique et caractérisée pas des conditions géographiques et climatiques non favorables. Les habitants vulnérables des zones rurales du district ramassent des cynorhodons (églantines), qui poussent naturellement dans la zone, pour leur propre consommation. Comme ils n avaient pas de contacts avec des acheteurs intéressés par ce fruit, sans infrastructure pour le sécher, la totalité de la production disponible, abondante, n est pas récoltée. En 2005, après une étude de marché, 15

17 l équipe d ACF a informé les communautés des filières de commercialisation et du potentiel du marché. La population vulnérable fut particulièrement motivée pour augmenter sa cueillette de cynorhodons et ainsi augmenter ses revenus. Cependant, devant la possibilité de créer une unité de séchage gérée par un groupe de familles la communauté a préféré envisager la gestion et le financement partiel de cette unité par un commerçant indépendant, tandis qu un accord leur garantissait l achat d un volume important de la récolte. ACF a soutenu cette stratégie de diversification des revenus à travers la construction d une unité gérée par ce commerçant ayant signé l accord d achat auprès des cueilleurs. Divers facteurs ont influencé cette décision prise par la population: la saisonnalité de l activité, le temps nécessaire à investir dans la gestion de l unité de séchage, l aversion aux risques éventuels lors de la commercialisation et la nécessité de générer des revenus rapidement, sont parmi sont qui ont le plus de poids. Diversifier les sources de génération de revenus par: La promotion de nouvelles initiatives. Par exemple, l initiation d activités de transformation pour avoir une valeur ajoutée sur les matériels bruts. La création de liens entre différentes activités, le développement et l amélioration de la position de la population locale dans la chaîne de production et/ou de services. Le soutien à apporter pour commencer de nouvelles AGR peut être orienté vers des activités de transformation rentables pour les populations dépendantes de la vente de matières premières, créant ainsi une valeur ajoutée. Cela peut être aussi combiné avec des améliorations techniques visant à augmenter le volume de production des matières premières. Exemple 3: Création d AGR aux Philippines Philippines, Sur l île de Luzon, au Nord des Philippines, ACF a développé un programme de soutien sur 4 ans pour les associations de pêche de la zone. L utilisation des rivières pour la pêche et la production de poissons représentaient l une des principales ressources pour la population. Cependant, les méthodes de pêche dégradaient l environnement local et son potentiel de production, réduisant ainsi de manière irréversible la production et augmentant la vulnérabilité des pêcheurs. Après une évaluation de la sécurité alimentaire ACF a entrevue la possibilité d introduire des méthodes de production durables, et également celle de développer de petites initiatives complémentaires pour améliorer les conditions de vie des membres de l association. 16

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation Mur des préjugés Idée reçue Réalité Argumentation 1 Une idée reçue très courante consiste à croire que les gens souffrent de la faim seulement en situation de famine ; or derrière le mot faim se cache

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Karen Rideout, M.Sc. Centre de collaboration nationale en santé environnementale Centre de contrôle des maladies de la

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE

PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE COMMUNICATION DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE GESTION (I.U.G.) DE BAMAKO I) Offre de formation de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Résumé du projet de Guide de l OCDE pour des chaînes d'approvisionnement agricoles responsables, qui était soumis a consultation en janvier-février 2015 Dans les années

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

«Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes

«Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes «Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes Proposition de projet Localisation: Début du projet : Durée du projet : Objectif : Nombre de bénéficiaires : San Carlos

Plus en détail

Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel

Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel Le Code International est composé d un préambule et de 10 articles : Article 1 : But du Code Le Code International et les Résolutions

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables Session 1 La vision chinoise Approche du problème : une approche holistique pour résoudre la question multidimensionnelle que pose l association du développement durable et des concepts de chaînes d approvisionnement

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

De la Protection à la Production:

De la Protection à la Production: De la Protection à la Production: Les transferts monétaires directs et leur rôle pour le développement économique rural Hafez Ghanem, Sous-directeur général, FAO Département du développement économique

Plus en détail

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL AVIS À MANIFESTATION D INTÉRÊT (SERVICES DE CONSULTANT) BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Département

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail