Inspection générale des finances N 2007-M RAPPORT SUR LA MISE EN PLACE DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE. Établi par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Inspection générale des finances N 2007-M-092-01 RAPPORT SUR LA MISE EN PLACE DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE. Établi par"

Transcription

1 Inspectin générale des finances N 2007-M RAPPORT SUR LA MISE EN PLACE DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE Établi par Alain QUINET Inspecteur général des Finances Thmas CAZENAVE Inspecteur des Finances Renaud GUIDÉE Inspecteur des Finances - DÉCEMBRE

2 SOMMAIRE INTRODUCTION ET SYNTHESE...3 I. LE CHOIX DU VECTEUR : PRESTATION SOCIALE, CREDIT D IMPOT OU CREDIT DE COTISATIONS SOCIALES...12 II. LA GOUVERNANCE ET LE PILOTAGE DU RSA...18 III. LE CHOIX DE L OPERATEUR EN CHARGE DU VERSEMENT...25 IV. L IMPACT DU CHOIX DU VECTEUR SUR LE TAUX DE PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES...29 V. LA GESTION DE LA TRANSITION

3 INTRODUCTION ET SYNTHESE I - LE PROJET DE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) VISE A REPONDRE A TROIS TYPES D OBJECTIFS : lutter cntre la pauvreté ; inciter à la reprise d un empli, en apprtant un cmplément de revenu aux travailleurs pauvres, sans renchérir pur autant le cût du travail ; simplifier et rendre plus lisible le système de slidarité. 1 - Pur atteindre ces tris bjectifs, l écnmie générale du revenu de slidarité active cnsisterait à : fusinner une partie des minima sciaux existants, ntamment le revenu minimum d insertin (RMI) et l allcatin de parent islé (API), auxquels purrait s ajuter l allcatin spécifique de slidarité (ASS) ; rapprcher en un dispsitif le plus intégré pssible ces minima sciaux ainsi fusinnés des mécanismes actuels d intéressement à la reprise d empli et de prime pur l empli (PPE). Plusieurs niveaux d intégratin snt pssibles, deux cas plaires puvant schématiquement être envisagés : un RSA versé à tus les bénéficiaires quelle que sit leur situatin (empli, chômage de lngue durée u inactivité) qui fusinnerait les minima sciaux, les dispsitifs d intéressement à la reprise d empli et la PPE ; un RSA cmprtant deux vlets distincts en fnctin de la situatin des bénéficiaires (un RSA de base pur les persnnes hrs de l empli éligibles aux minima sciaux, un RSA d activité pur les persnnes ccupant un empli faiblement rémunéré) ; définir un barème glbal permettant de lisser les taux marginaux d impsitin, afin d éviter les à-cups et les effets de seuil liés à la reprise d un empli. Un tel barème peut être illustré par le schéma 1 ci-dessus ; permettre un versement du RSA plus réactif que ne le permet la prime pur l empli actuelle, laquelle est fndée sur les revenus de l année précédente et n est versée qu après un décalage d un an suivant la reprise d un empli. 3

4 Schéma n 1 : le barème du RSA pint de srtie du RSA Revenu dispnible pint de srtie du m inim um scial Revenu d Activité Revenu d ' activité RSA Revenu dispnible sans RSA Minim um scial Revenu cible 2 - Pur instruire les cnditins de mise en place du RSA, une missin a été cnfiée à l Inspectin générale des finances sur deux pints : évaluer les différentes mdalités de versement pssibles du RSA prestatin sciale, crédit d impôt u crédit de ctisatins sciales ; définir les cnditins d un piltage efficace entre l Etat, aujurd hui respnsable du versement de la PPE, de la prime de retur à l empli, de l API et du barème du RMI, et les départements, respnsables de la mise en œuvre du RMI et de l insertin des persnnes élignées de l empli. II L OBJET DU PRESENT RAPPORT EST D ECLAIRER L ARBITRAGE D ENSEMBLE SUR LES CONTOURS DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE, EN SOULIGNANT LES CONDITIONS D UN PILOTAGE EFFICACE DE CE NOUVEAU DISPOSITIF. 1 - Première cnclusin : le RSA dit être l ccasin de clarifier les cmpétences et les financements de l Etat et des départements en matière d insertin sciale et prfessinnelle. Le RSA a pur ambitin de rapprcher deux lgiques - la slidarité et l insertin d une part, la valrisatin du travail d autre part - qui snt aujurd hui prtées par l Etat et les départements de manière enchevêtrée : l Etat finance l API alrs que le RMI est à la charge des départements ; la prime pur l empli (PPE) est un crédit d impôt natinal alrs que le dispsitif d intéressement qui permet pendant les premiers mis suivant la reprise d un empli de cumuler RMI et revenus d activité est à la charge des départements. 4

5 Par cnséquent, la mise en place du RSA sulève la questin de la répartitin du piltage et du financement du nuveau dispsitif entre l Etat et les départements. Un tel piltage devrait repser sur deux principes : premier principe : chacune des cllectivités publiques impliquées dans la mise en œuvre du RSA dit être financièrement respnsable et intéressée à la réussite du nuveau dispsitif ; deuxième principe : le piltage du RSA dit être étritement crdnné avec les plitiques d insertin dnt les départements nt la respnsabilité. Dans un tel cntexte, tris ptins snt a priri envisageables. a) Première ptin : un RSA intégralement centralisé. Dans ce scénari, le financement du RMI serait dnc recentralisé, la cmpétence d insertin des départements puvant tutefis être maintenue. Ce scénari présenterait des garanties de chérence, le RSA étant dans les mains d une même cllectivité, plitiquement et financièrement respnsable de la plitique publique mise en euvre. Il pserait cependant plusieurs questins : il bligerait à ruvrir une négciatin financière difficile entre l Etat et les départements, quelques années après avir décentralisé le RMI ; après la recentralisatin du RMI, l incitatin financière des cnseils généraux à pursuivre les effrts entrepris en faveur d actins d insertin dans l empli sulignée ntamment dans le récent rapprt de l IGAS sur l évaluatin de la li de purrait s émusser ; cette slutin serait par ailleurs parfaitement cntraire aux expérimentatins en curs qui prévient le versement du RSA par les Cnseils généraux. b) Deuxième ptin : un RSA intégralement décentralisé. Dans ce scénari, le RSA serait intégralement financé par les départements, ce qui ffrirait des garanties de chérence entre les plitiques d insertin et de slidarité. Il s agirait cependant d un changement d échelle imprtant pur les Cnseils généraux qui se verraient ainsi cnfier, en plus de l insertin, la lutte cntre les trappes à inactivité et le sutien au puvir d achat des travailleurs pauvres. Ce changement d échelle cncernerait à la fis la dépense financière et les publics cncernés. Rappelns qu actuellement le RMI, l API, la PRE et la PPE mbilisent 11,5 milliards d eurs au prfit de plus de 10 millins de persnnes. c) Trisième ptin : Un RSA natinal avec un système de cfinancement. Dans ce cadre, deux grands schémas snt envisageables : premier schéma, celui de la spécialisatin des financements : la prise en charge du cût du RSA versé aux persnnes sans empli serait assurée par les départements, tandis que le financement du RSA versé aux persnnes insérées dans l empli relèverait de l Etat. Une telle spécialisatin permettrait une clarificatin par rapprt à la ligne de partage actuelle des cmpétences entre Etat et départements, qui cnduit l Etat à prendre en charge l API et les départements l intéressement ; deuxième schéma, celui d une clé de répartitin dégressive, prévyant une qute-part de financement départemental maximale pur le RSA versé à des persnnes ayant un besin d insertin, puis décrissante jusqu à s annuler pur le RSA versé à des persnnes insérées dans l empli. 1 Rapprt d évaluatin de li du 18 décembre 2003 décentralisant le RMI et créant le RMA, IGAS, nvembre

6 La missin n a pas pu, dans les délais impartis, étudier plus avant les mdalités techniques de ces deux grandes ptins. Elle cnsidère à ce stade que ces deux grandes ptins purraient furnir le cadre réaliste d une clarificatin des respnsabilités entre l Etat et les départements au service de l insertin sciale et prfessinnelle des publics éligibles au RSA. 2 - Deuxième cnclusin : le chix de verser le RSA exclusivement sus frme de crédit d impôt u de crédit de ctisatins sciales ne permettrait pas de fusinner l ensemble des dispsitifs existants a) Le crédit de ctisatins sciales présenterait des difficultés de mise en œuvre : il ne serait par cnstructin envisageable que pur les titulaires d un empli. Il ne serait dnc pas pssible de mettre en place un dispsitif intégré s adressant à la fis aux actuels bénéficiaires des minima sciaux et aux travailleurs à faibles revenus ; il pserait, en utre, une difficulté de principe, dans la mesure ù il nécessiterait de mettre en place un système de ctisatins négatives. Au niveau du SMIC par exemple, le mntant des ctisatins salariales s élève à 96, ce qui purrait s avérer inférieur au mntant du RSA à recevir. Dans ces cnditins, les URSSAF deviendraient en quelque srte «verseurs» de ctisatins et c-financeurs de salaire ; un crédit de ctisatins est enfin difficilement «familialisable», sauf à transmettre à l emplyeur des infrmatins sur la situatin familiale et financière glbale du bénéficiaire. b) Le crédit d impôt généralisé serait également très cntraignant : la mise en place d un crédit d impôt généralisé aurait pur cnséquence une recentralisatin du financement du RMI et le transfert au Ministère du budget, des cmptes publics et de la fnctin publique de la gestin du RSA ; le crédit d impôt serait versé de manière autmatique en fnctin d un critère de revenu et ne purrait dnc être cnditinné à l accmplissement de démarches prévues dans un cntrat d insertin. Cette slutin ne semble dnc pas cmpatible avec le maintien d une lgique de drits et devirs ; Le RSA relèverait du champ du cntrôle fiscal. c) La slutin du crédit de CSG présente des incertitudes juridiques imprtantes : En première analyse, le risque juridique qui s attacherait à la mise en place du RSA sus frme de crédit de CSG excéderait les avantages relatifs que cette cnfiguratin serait éventuellement susceptible de présenter. 2 d) A l inverse, le versement d une prestatin sciale intégrée, fusinnant l ensemble des dispsitifs existants de slidarité et de cmplément de revenu aux bas revenus, présente quatre types d avantages : la prestatin serait cntinue quelle que sit la situatin des bénéficiaires (dans u hrs de l empli). Elle purrait être jugée à ce titre mins stigmatisante pur les titulaires actuels de minima sciaux ; la prestatin purrait être réactive et s ajuster en fnctin des évlutins de la situatin du bénéficiaire, même si cette réactivité a un cût de gestin pur l administratin et les bénéficiaires eux-mêmes ; 2 La décisin n DC rendue le 19 décembre 2000 par le Cnseil cnstitutinnel a censuré l article 3 de la li de financement de la Sécurité Sciale pur 2001 (qui instituait une réductin de CSG et de CRDS au bénéfice des seuls revenus d activité, dès lrs que ceux-ci étaient mensuellement inférieurs, une fis cnvertis en équivalent temps plein, à 169 fis le taux hraire du salaire minimum de crissance augmenté de 40%) au mtif qu il ne tenait cmpte ni des revenus du cntribuable autres que ceux tirés d une activité, ni des revenus des membres du fyer, ni des persnnes à charge au sein de celui-ci. Aux termes de la décisin, «le chix ainsi effectué par le législateur de ne pas prendre en cnsidératin l ensemble des facultés cntributives crée, entre les cntribuables cncernés, une disparité manifeste cntraire à l article 13 de la Déclaratin de 1789». 6

7 la prestatin sciale ffrirait davantage de flexibilité dans la définitin du barème et du ciblage. Elle purrait ainsi être facilement «familialisée» et prévir des critères de temps de travail pur cntrôler l effet du RSA sur le temps de travail très partiel ; enfin, cntrairement au crédit d impôt, une prestatin n aurait pas de caractère autmatique et purrait dnc être assez facilement cnditinnée au respect des engagements prévus dans le cadre d un cntrat d insertin. Au regard de ces avantages cmparatifs, la prestatin sciale présente tutefis l incnvénient de faire mnter le taux de prélèvements bligatires à hauteur de la part de la prime pur l empli aujurd hui cmptabilisée en atténuatin de recettes qui serait cnvertie en dépense (sit 0,22 pint de PIB pur 2008). 3 Trisième cnclusin : un guichet unique purrait être chargé du versement du RSA Actuellement, le versement des prestatins sciales et du crédit d impôt qui cnstituent le scle du futur RSA est éclaté entre tris guichets : le Trésr public, les caisses d allcatin familiales (CAF) et les ASSEDIC. La missin cnsidère qu il serait pssible et suhaitable de regruper le versement du RSA en un guichet unique, indépendamment du statut dans l empli u hrs de l empli des bénéficiaires. Quelle que sit la slutin retenue, ce chix devrait ccasinner des cûts de gestin élevés liés à la nécessité de verser mensuellement et d actualiser régulièrement les drits de plusieurs millins de persnnes. La missin n a pas pu, dans les délais impartis, évaluer ce surcût. Pur le chix du guichet en charge du versement du RSA, tris ptins snt envisageables : a) Première ptin : l pérateur issu de la fusin ANPE-ASSEDIC. L bjectif d insertin durable dans l empli des bénéficiaires actuels des minima sciaux purrait cnduire à cnfier à ce nuvel pérateur le versement du RSA. Cette slutin serait d autant plus pertinente que l ASS rentrerait dans le champ des dispsitifs fusinnés. Elle présenterait cependant plusieurs difficultés : dans ce scénari, le nuvel pérateur serait amené à accueillir, en plus des 2 millins de persnnes aujurd hui inscrites cmme demandeurs d empli à l ANPE, les futurs bénéficiaires du RSA actuellement titulaires de minima sciaux mais nn inscrits au chômage et ceux qui snt actuellement dans l empli. Seln les estimatins, 70% des bénéficiaires du RSA seraient des actifs ccupés. Ce changement d échelle interviendrait alrs que le nuvel pérateur est d res et déjà cnfrnté à l enjeu d un meilleur accmpagnement des demandeurs d empli ; par ailleurs, de nmbreux bénéficiaires de minima sciaux rencntrent des difficultés d insertin qui dépassent la questin de l empli (santé et lgement par exemple) et qui appellent des répnses plus diversifiées que celles qui seraient prpsées par le nuvel pérateur ; enfin, cette slutin purrait s avérer stigmatisante pur les travailleurs pauvres mais durablement insérés dans l empli qui devraient cntinuer de s adresser à cet pérateur pur le versement du RSA. b) Deuxième ptin : les Trésreries. Les guichets du Trésr public ne snt pas aujurd hui rganisés pur accueillir les bénéficiaires des minima sciaux et assurer leur infrmatin et leur rientatin. Ces fnctins snt élignées de leurs missins actuelles. Leur cnfier cette tâche signifierait un changement très imprtant de culture et demanderait seln tute vraisemblance un renfrcement des myens au niveau des guichets alrs même que les réseaux financiers snt engagés dans un vaste prcessus interne de rérganisatin. 7

8 c) Trisième ptin : les caisses d allcatins familiales Les CAF snt élignées du marché de l empli, ce qui peut pser une questin de principe lrsque l n recherche un guichet dnt la missin serait de verser un revenu de slidarité destiné à favriser le retur vers l empli et à valriser le travail. Dans le même temps, les CAF cnstituent en pratique le guichet le mieux utillé pur gérer une prestatin à grande échelle grâce à leur implantatin territriale (envirn pints d accueil sur l ensemble du territire) et leur savir-faire : cmpte tenu des publics visés par le RSA, les allcataires actuels des CAF devraient représenter une part imprtante des bénéficiaires du RSA (envirn 50%) ; par ailleurs, les CAF assurent déjà le versement du RMI et, pur 11% des départements, l instructin des dssiers et le «prfilage» des bénéficiaires seln les filières d insertin. Sans dute cnvient-il de suligner que l unificatin du «guichet de versement» n implique pas la respnsabilité de l accmpagnement persnnalisé. Dans ce schéma, les CAF n auraient en effet pas de missins d insertin prprement dites. Elles assureraient une rientatin de premier niveau vers les pérateurs spécialisés en fnctin du prfil du bénéficiaire cmme elles le fnt aujurd hui dans le cadre du RMI pur le cmpte des départements. III LE RSA «GUICHET UNIQUE», COFINANCE PAR L ETAT ET LES DEPARTEMENTS Parmi les différents scénaris envisageables pur mettre en œuvre le RSA, la missin cnsidère qu au-delà des deux scénaris d res et déjà identifiés - «RSA englbant», fndé sur la fusin des dispsitifs existants, et «RSA chapeau», fndé sur le maintien d une distinctin claire entre les bénéficiaires dans l empli et les bénéficiaires hrs de l empli un trisième scénari, le «RSA guichet unique», mériterait d être apprfndi. 1 - Dans ce scénari, le RSA ffrirait un barème unifié, défini au niveau natinal. Les bénéficiaires s adresseraient, quelle que sit leur situatin, à un guichet unique. Dans le même temps, deux mdes de financement distincts du RSA seraient pérés en back ffice : Le RSA versé aux bénéficiaires hrs de l empli serait financé par les cnseils généraux. Dans ce scénari, il cnviendrait dnc de prcéder à la décentralisatin de l API. Le RSA versé aux bénéficiaires dans l empli serait financé par l Etat. L intéressement, qui cnsiste à verser pendant quelques mis aux bénéficiaires du RMI leur allcatin alrs qu ils nt repris un empli, devrait être recentralisé. Deux ptins snt envisageables pur la participatin de l Etat : une prestatin qui présente l avantage principal de la simplicité. un crédit d impôt. Le maintien du crédit d impôt permettrait d éviter une hausse du taux de prélèvements bligatires 3 liée à la suppressin de la PPE. Tutefis, pur satisfaire aux exigences de réactivité, la partie crédit d impôt devrait être versée par acmptes mensuels sur la base d un calcul péridique. Ce calcul purrait être annuel, avec le risque de régularisatins significatives, u trimestriel, ce qui implique des cûts de gestin plus élevés mais limite le risque d indus. 3 Dans ce scénari, la hausse ptentielle du taux de prélèvements bligatires ne serait pas liée à la nature du versement, mais au ciblage du nuveau barème sur les bas revenus. Seln les règles statistiques en effet, un crédit d impôt est cmptabilisé en baisse de prélèvements bligatires si sn mntant ne dépasse pas le mntant de l IR et de la CSG payés par les bénéficiaires. La partie du crédit d impôt venant en excès de l IR et de la CSG payés est ensuite cmptabilisée en prestatin sciale. Le recentrage d un crédit d impôt au prfit des bas salaires, en transfrmant une baisse de recettes en dépenses nuvelles, fait dnc mnter les prélèvements bligatires. 8

9 Une slutin de même nature a été retenue au Ryaume-Uni. En effet, le WFTC, créé en 1999, a été prfndément réfrmé en Désrmais, il existe deux crédits d impôts : le Wrking Tax Credit (WTC), pur augmenter les revenus tirés de l activité ; le Child Tax Credit, pur sutenir financièrement les familles pauvres. Ces deux crédits d impôt pursuivent des bjectifs séparés mais leur gestin est cmplètement intégrée. 2 - Ce scénari présenterait plusieurs avantages : pur les bénéficiaires, l bjectif de simplicité et de lisibilité serait satisfait puisqu ils ne traiteraient qu avec un seul guichet ; il permettrait de clarifier les cmpétences Etat cnseils généraux, en limitant l ampleur des négciatins à uvrir entre l Etat et les départements. L bjet de la négciatin serait de décentraliser l API, préalable nécessaire à sa fusin avec le RMI, et de recentraliser l intéressement du RMI, avant de le fusinner avec la PRE et la PPE. Ainsi, dans ce schéma : les cnseils généraux seraient respnsables de la slidarité et de l insertin ; l Etat prendrait quant à lui en charge le financement des dispsitifs de lutte cntre les trappes à inactivité et de sutien au puvir d achat des travailleurs pauvres ; il permettrait d identifier aisément les titulaires de minima sciaux appelant une démarche d insertin fndée sur une lgique de drits et de devirs, cette cnditin d insertin étant par ailleurs suppsée satisfaite pur ceux qui ccupent un empli ; il ffrirait éventuellement la pssibilité de verser un RSA aux jeunes de mins de 25 ans ccupant un empli, cmme c est le cas aujurd hui avec le RMI, sans uvrir nécessairement ce drit aux inactifs du même âge si l ptin du crédit d impôt pur la participatin de l Etat était retenue. 9

10 Schéma n 2 - L rganisatin actuelle Le public: s adresse: qui versent: financé(e) par: Slidarité et insertin sans empli éligible aux minima sciaux aux CAF aux CAF le RMI l API les départements l Etat Valrisatin du travail à la frntière de l empli u en situatin de travailleurs pauvres aux trésreries aux ASSEDIC aux CAF la PPE la PRE l intéressement l Etat l Etat les départements Schéma n 3 Le RSA «guichet unique» Le public: s adresse: qui versent: financé par: Slidarité active quelle que sit sa situatin à un guichet unique le RSA, avec un barème unique fixé par l Etat les départements (RSA versé aux persnnes recherchant un empli, défini cmme une prestatin) l Etat (RSA versé aux persnnes insérées dans l empli, travailleurs pauvres) * * * 10

11 Pur cnclure, la missin cnsidère que plusieurs questins qu elle n a pas directement examinées dans les délais qui lui étaient impartis devraient faire l bjet d investigatins cmplémentaires. Ces questins cncernent en particulier, au-delà de la stricte définitin du barème, les pints suivants : la place respective de l Etat et des départements dans le financement du dispsitif ; la mise en œuvre pératinnelle du guichet unique si ce scénari devait être retenu. Le chix précis du guichet service public de l empli u CAF dépendra en particulier de l arbitrage qui sera rendu sur l inclusin pssible de l ASS dans le périmètre du RSA ; la mise en chérence, dans le cadre d un barème unifié, des cnditins d éligibilité aux prestatins sciales et au crédit d impôt si les deux dispsitifs étaient maintenus en back ffice ; les cûts de gestin du dispsitif, ptentiellement élevés dans la mesure ù il faut garantir à l ensemble des persnnes éligibles au RSA, qu elles sient sans empli u dans l empli, le versement mensuel du RSA ; la gestin de l année de transitin ; la mise en place d une instance au niveau natinal en charge du piltage et de l évaluatin du RSA, de l égalité de traitement entre départements ainsi que de l appui technique aux cnseils généraux. 11

12 I. LE CHOIX DU VECTEUR : PRESTATION SOCIALE, CREDIT D IMPOT OU CREDIT DE COTISATIONS SOCIALES Les deux grands bjectifs du RSA snt, d une part, la lutte cntre la pauvreté et, d autre part, l améliratin des incitatins au retur à l empli. C est au regard de leur capacité à remplir ces deux bjectifs qu il faut évaluer les mérites et difficultés respectifs des différents vecteurs envisageables : prestatin sciale, crédit d impôt u crédit de ctisatins sciales. A. Au regard de l bjectif de lutte cntre la pauvreté, la prestatin sciale semble la mieux adaptée. La lutte cntre la pauvreté se traduit aujurd hui par le versement de minima sciaux tels que le RMI, l API et l ASS ainsi que par des mesures de sutien aux travailleurs à faibles revenus via principalement la prime pur l empli (PPE). 1. Seule la prestatin sciale permet d envisager un RSA fusinnant l ensemble des dispsitifs existants (a minima : API, RMI, PRE et PPE). Aujurd hui, les instruments de lutte cntre la pauvreté snt très segmentés. Les minima sciaux snt versés sus frme de prestatins sciales et la prime pur l empli sus frme de crédit d impôt. Un des bjectifs du RSA est de simplifier le système d aides pur rendre l ensemble plus lisible pur les bénéficiaires et les accmpagnants sciaux. L ptin cnsistant à fusinner tut u partie des dispsitifs existants emprte des cnséquences sur la frme envisageable du dispsitif : Le crédit de ctisatins sciales ne peut fnctinner qu au prfit des bénéficiaires ccupant un empli. Pur les persnnes hrs de l empli, il serait en tute hypthèse nécessaire d envisager un dispsitif cmparable aux actuels minima sciaux. La mise en place d un crédit d impôt fusinnant l ensemble des dispsitifs existants repse sur tris cnditins exigeantes : - recentraliser le financement du RMI. Le crédit d impôt reste en effet une prérgative d Etat ; - prévir des versements mensuels alrs qu en règle générale le crédit d impôt est versé annuellement ; - transférer au ministère du budget, des cmptes publics et de la fnctin publique le calcul et le versement des minima sciaux. En définitive, et cmme le mntre le tableau 1 ci-après, seule la prestatin sciale permet de rendre aisément pérant un dispsitif ttalement intégré. 12

13 2. Au-delà des prblèmes de faisabilité, le crédit d impôt glbal et le crédit de ctisatins sciales sulèvent des difficultés par rapprt à la lgique d insertin. Actuellement, les titulaires des minima sciaux divent s inscrire dans une lgique d insertin qui prend la frme, pur les bénéficiaires du RMI, d un cntrat d insertin indiquant leurs drits et leurs devirs. Si l n suhaite maintenir vire dévelpper cette lgique de drits et de devirs, le crédit d impôt fusinnant l ensemble des dispsitifs devrait être écarté. En effet, le crédit d impôt présente un caractère autmatique : il est versé en fnctin d un critère de revenu et ne peut être cnditinné à l accmplissement de démarches prévues dans un cntrat. De même, le crédit de ctisatins est autmatique et semble dnc peu cmpatible lui aussi avec la lgique «drits et devirs». 3. La prestatin sciale ffre plus de flexibilité dans la définitin du barème et du ciblage. Pur satisfaire l bjectif de lutte cntre la pauvreté, les minima sciaux actuels prennent en cmpte la situatin familiale des bénéficiaires. La PPE est quant à elle très partiellement «familialisée». Pur que le RSA atteigne ses bjectifs en matière de réductin de la pauvreté, il est imprtant que le dispsitif retenu ffre suffisamment de flexibilité dans la définitin de ses paramètres, afin de cibler les publics identifiés cmme priritaires. Prise en cmpte de la situatin familiale Le crédit d impôt et la prestatin sciale peuvent facilement prendre en cmpte la situatin familiale. La familialisatin apparaît en revanche beaucup plus cmpliquée à mettre en œuvre avec un crédit de ctisatins sciales. D une part, il s agirait d un changement de nature très imprtant pur ce prélèvement, dnt la lgique assurantielle se truverait affaiblie. D autre part, l emplyeur devrait avir cnnaissance de la situatin familiale et financière de ses salariés. Prise en cmpte du temps de travail, pur éviter par exemple, les situatins de temps de travail très partiel. Sur le mdèle de la PPE, le crédit d impôt uvre sans difficultés cette pssibilité. Rien ne s ppse nn plus à ce que le temps de travail sit inséré dans les critères de versement d une prestatin. Pur le crédit de ctisatins, il cnviendrait de revir cmplètement le mde de calcul de ce prélèvement. Le calcul purrait également s avérer très cmpliqué dans les cas de situatins multi-emplyeurs. Ciblage sur les plus de 25 ans Rien ne s ppse à ce qu une prestatin sit ciblée sur une catégrie particulière de bénéficiaires. Actuellement, les minima sciaux snt versés sus cnditin d âge : il faut ainsi avir plus de 25 ans pur être éligible au RMI. Par ailleurs, l exemple des allègements des ctisatins sciales patrnales indique que le ciblage est également pssible dans le cadre d un dispsitif de crédit de ctisatins sciales. En revanche, le ciblage du crédit d impôt sur les plus de 25 ans purrait sulever des difficultés juridiques au regard du principe d égalité devant l impôt. 13

14 B. Sur le plan de l incitatin au retur à l empli, les tris dispsitifs peuvent ffrir des perfrmances cmparables. L effet incitatif du RSA dépend essentiellement de deux paramètres : sa réactivité lrs de la reprise d un empli et sa lisibilité pur le bénéficiaire qui peut mesurer le gain effectif qu il en retire. 1. La réactivité Les prestatins sciales versées aujurd hui répndent aux exigences de réactivité dans la mesure ù elles fnt l bjet d une régularisatin infra-annuelle. Ainsi, pur le RMI, le drit est calculé tus les tris mis en fnctin des ressurces du trimestre précédent. Les changements de situatin prfessinnelle u familiale snt pris en cmpte mensuellement. La PPE, en revanche, est un dispsitif peu réactif. En effet, le versement de la prime calculée sur les revenus de l année n intervient en septembre n+1. Les dispsitifs d acmptes et la mensualisatin ne crrigent qu imparfaitement cette absence de réactivité, dans la mesure ù l actualisatin de la situatin des bénéficiaires a lieu en fin d année. La réactivité du dispsitif en cas de retur à l empli est l un des bjectifs principaux assignés au RSA. Au regard de cet bjectif, le crédit d impôt, la prestatin u le crédit de ctisatins sciales peuvent ffrir des perfrmances cmparables : la réactivité du crédit de ctisatins sciales est liée à la cnceptin même du dispsitif. Versé par l emplyeur mensuellement, il peut être ajusté en temps réel aux évlutins de l activité et à la situatin du bénéficiaire ; la prestatin peut être actualisée sur un rythme régulier, cmme c est aujurd hui le cas avec le RMI ; par cnstructin, le crédit d impôt induit un décalage d un an. Deux slutins snt envisageables pur amélirer la réactivité du crédit d impôt : - Première ptin : les acmptes. L exemple de la PPE invite à la prudence, dans la mesure ù le système des acmptes a été peu utilisé. Le dispsitif des acmptes est tutefis perfectible afin de le rendre plus cntemprain de la situatin des bénéficiaires. Dans l hypthèse d un RSA versé sus frme de crédit d impôt, il purrait être ainsi envisagé de mettre en place un dispsitif d acmptes mensuels u trimestriels actualisés en fnctin de la situatin des bénéficiaires pur éviter des indus trp imprtants en fin d année. Cela nécessite une transmissin régulière d infrmatins au service en charge de la gestin du dispsitif, ce qui représente un cût et une cntrainte pur l usager. Tutefis, il s agit des cntreparties habituelles de la réactivité, qui ne snt en rien spécifiques au crédit d impôt. Elles se retruvent en effet de la même façn dans un dispsitif de type prestatin par exemple. - Deuxième ptin : faire du RSA un crédit d impôt versé directement par l emplyeur dans le cadre du passage à l impôt sur le revenu prélevé à la surce (cf. encadré 1). Le RSA serait ainsi nécessairement fnctin de la situatin cntempraine du bénéficiaire. Le mntant du RSA purrait être calculé chaque mis en fnctin des revenus effectivement versés. Cet ajustement régulier des mntants versés limiterait les indus et dnc les régularisatins l année suivante. 14

15 Encadré 1 Le prélèvement à la surce de l impôt sur le revenu Chaque année, envirn cinq millins de fyers impsables subissent une variatin imprtante de leur revenu et du mntant de leur impôt, à la suite d un changement de situatin persnnelle u prfessinnelle. La retenue à la surce permettrait de prendre en cmpte plus rapidement ces variatins en rapprchant le mment de la taxatin de celui de la perceptin du revenu. Le rapprt de Françis Auvigne, Claude Bébéar et Raymnd Vircelle de mars 2007 a étudié les mdalités de mise en œuvre du prélèvement à la surce de l impôt sur le revenu en France. Les auteurs snt arrivés aux cnclusins suivantes : - le champ de réfrme devrait être limité, dans un premier temps, aux salaires et aux revenus de remplacement ; - le recurs à un taux myen d impsitin pur prtéger les dnnées cnfidentielles des salariés sur leur situatin financière glbale et familiale. Calculé par les services fiscaux, ce taux serait cmmuniqué par le salarié à sn emplyeur ; - les revenus cncernés par la réfrme seraient exnérés lrs de l année de transitin. Cela devrait s accmpagner de la mise en place d un dispsitif anti-abus pur éviter les cmprtements d ptimisatin ; - le délai de mise en œuvre de la réfrme (mise à jur des systèmes infrmatiques et des prcédures) s élèverait à deux ans. 2. La lisibilité Afin de rendre lisible le gain au retur à l empli, la questin de l inscriptin du RSA sur la feuille de paye se pse. Le crédit d impôt sur feuille de paye est envisageable. Il est techniquement plus facile dans le cadre d un prélèvement à la surce de l impôt sur le revenu. Avec un crédit de ctisatins sciales, l inscriptin sur la feuille de paye ne pse pas nn plus de prblème particulier. De même, il purrait, techniquement, être envisagé de faire verser une prestatin par l emplyeur et dnc d inscrire sn mntant sur le bulletin de salaire. Les tris dispsitifs uvrent la faculté d inscriptin sur la feuille de paye et ne se distinguent dnc pas sur ce pint. Tutefis, cette ptin sulève plusieurs difficultés qui méritent d être sulignées : elle implique la transmissin à l emplyeur des infrmatins sur la situatin financière glbale, mais aussi sur la situatin familiale dans le cadre d un RSA familialisé ; la cnnaissance par l emplyeur du mntant de RSA versé peut venir perturber les négciatins salariales ; l inscriptin sur la feuille de paye revient à faire supprter aux entreprises une part imprtante du cût de gestin du dispsitif. Tutes les petites et myennes entreprises ne seraient pas en mesure d y faire face. Il faudrait, pur celles-ci, envisager prbablement des dispsitifs de gestin dans le cadre de grupements d emplyeurs ; ce dispsitif intrduit, de fait, une discntinuité de traitement seln que le bénéficiaire est dans u hrs de l empli. Il faut alrs définir un pérateur en charge du versement pur les persnnes sans empli. 15

16 Au ttal, la cmparaisn des tris dispsitifs pssibles permet de tirer les cnclusins suivantes : la prestatin semble s impser si le principe d une fusin cmplète est retenu (RMI, API et la PPE) ; le crédit de ctisatins sciales présente trp de limites intrinsèques par rapprt aux autres slutins pur être envisagé ; le crédit d impôt purrait être mis thériquement en place dans le cadre d un dispsitif fusinné mais au prix d une recentralisatin de l ensemble des cmpsantes du futur RSA et de l abandn de la lgique d insertin. 16

17 TABLEAU 1 LE CHOIX DU VECTEUR Prestatin sciale Crédit d impôt Crédit de ctisatins sciales Guichet unique Oui Oui, mais cela nécessite une recentralisatin cmplète Nn. Le crédit de ctisatins sciales est «versé» par les emplyeurs pur les bénéficiaires en empli. Les bénéficiaires hrs de l empli devraient recevir le RSA d un autre pérateur Réactivité en cas de retur à l empli Pssibilité d inscriptin sur la feuille de paye. Cmpatibilité avec une lgique drits/devirs Pssibilité d'ajustement mensuel u trimestriel Pssible techniquement. Reviendrait à faire verser la prestatin par les emplyeurs. Par cnstructin, le crédit d impôt induit un décalage d'une année. Deux ptins pur y remédier : - les acmptes. - le paiement à la surce, dans le cadre du passage à la retenue à la surce. Pssible, ntamment dans un scénari d impôt sur le revenu retenu à la surce. - Risque de perturbatin des négciatins salariales - Infrmatins dnnées à l emplyeur sur la situatin financière glbale et la situatin familiale Oui, à cnditin de puvir Nn du fait du caractère autmatique du crédit d impôt identifier parmi les bénéficiaires ceux qui snt hrs de l empli Actualisatin mensuelle. Régularisatin en fin d'année Pssible. Nn, du fait du caractère autmatique du crédit de ctisatins sciales Familialisatin Pssible. Autmatique - ce serait un changement de nature très imprtant pur les ctisatins sciales - les infrmatins sur la situatin familiale devraient être transmises à l'emplyeur Prise en cmpte du temps de travail dans le barème. Oui Oui Difficile à mettre en place. Prblème des situatins multiemplyeurs 17

18 II. LA GOUVERNANCE ET LE PILOTAGE DU RSA A. Les enjeux de guvernance snt liés à la nature cmpsite du RSA Le RSA a vcatin à intégrer, au minimum : le RMI, prestatin dnt la gestin et le financement nt été décentralisés, en lien avec la cmpétence des départements en matière d insertin, mais dnt le barème reste fixé à l échelle natinale (avec une pssibilité thérique de mdulatin, cf. infra) ; l API, prestatin à gestin centralisée ; la PPE, crédit d impôt à gestin centralisée. En utre, la situatin des bénéficiaires du RSA devra être appréciée en prenant en cmpte les drits cnnexes natinaux et lcaux (qui peuvent être ctryés par chacun des tris échelns de cllectivités territriales) attachés à certains statuts (éligibilité à certains dispsitifs, aides financières directes, mdulatins de tarificatin des services publics, exnératins fiscales, aides en nature). Encadré 2 : le rapprt de l IGAS de nvembre 2006 sur le RMI L incitatin à l efficacité de la plitique d insertin des bénéficiaires du RMI, qui relève des cnseils généraux depuis 1998, est d autant plus frte que ces derniers snt également appelés à prendre en charge le financement de l allcatin (ce qui est le cas depuis 2003). Le rapprt d évaluatin de la li du 18 décembre 2003 décentralisant le RMI et créant le RMA remis par l IGAS en nvembre 2006 suligne ainsi que la respnsabilisatin des départements les cnduit à mettre en chérence les actins de suivi scial et d accmpagnement vers l empli. Ce rapprt relève par ailleurs : - que le transfert du RMI aux départements n a pas entraîné de discntinuité u de difficulté pératinnelle majeure, ntamment grâce à la qualité du partenariat entre cnseils généraux et rganismes payeurs ; - que ce transfert n a pas entrainé d inégalités de traitement sur le territire dans l applicatin et l interprétatin de la législatin u dans l appréciatin des cnditins d uverture des drits. La guvernance du RSA dit permettre d assurer la mise en chérence du dispsitif : d une part, avec des plitiques publiques définies à l échelle natinale, ntamment la plitique de l empli et la plitique fiscale 4 ; d autre part, avec des plitiques qui ne peuvent être mises en œuvre que lcalement, en premier lieu les plitiques d insertin. B. Scénari 1 : Décentralisatin cmplète du RSA Descriptin : Première ptin : transfert intégral aux départements de la guvernance, du piltage et du financement du RSA Les cnseils généraux snt respnsables du piltage et du financement du RSA, dnt ils définissent le barème (dans des cnditins fixées par la li). 4 L ampleur et les mdalités de la redistributin résultent de préférences cllectives exprimées à l échelle natinale. 18

19 Avantages : Difficultés : Descriptin : Avantages : Difficultés : Ce scénari garantit l efficacité de la gestin du dispsitif (l autrité qui décide de la dépense est aussi celle qui en supprte le financement) et la mise en chérence du piltage du RSA et des plitiques d insertin. La fixatin du barème par les cnseils généraux peut également permettre une adaptatin aux cntextes lcaux d empli, de lgement et de cût de la vie 5. Une décentralisatin cmplète du dispsitif impliquerait un transfert supplémentaire de ressurces aux cnseils généraux (dnt une part de recettes fiscales, afin de respecter le rati de ressurces prpres défini cnfrmément à l article 72-2 de la Cnstitutin par la li rganique n du 29 juillet 2004, qui s établit à 58,5% pur les départements), alrs même que le précédent transfert de ressurces lié à la décentralisatin du RMI reste un sujet débattu entre l Etat et les départements. En utre, ce scénari induit un risque d hétérgénéité et de disparité à l échelle du territire, cmparable à celui qui s était matérialisé lrs de la mise en place de la prestatin spécifique dépendance (PSD) et avait cnduit in fine à une recentralisatin du barème avec la créatin de l allcatin persnnalisée d autnmie (APA). Deuxième ptin : territrialisatin du RSA Les cnseils généraux prennent en charge le financement du RSA, dnt le barème est fixé à l échelle natinale. Cette cnfiguratin revient à transpser l architecture actuelle du RMI à l ensemble du dispsitif de RSA. Ce scénari garantit la mise en chérence du piltage du RSA et des plitiques d insertin. La fixatin d un barème natinal préserve l unité du dispsitif, sans pur autant interdire tute suplesse puisqu elle peut être assrtie d une pssibilité de mdulatin par les départements (tutefis, cette faculté qui leur est déjà uverte cncernant le RMI 6, en applicatin de l article L du CASF, ne semble guère utilisée en pratique). Dans la mesure ù le RSA cuvre un champ plus large que le RMI, l attributin de cette cmpétence aux départements requiert un transfert supplémentaire de ressurces (de même ampleur que dans la première variante) et va à l encntre de la demande d une «pause» dans la décentralisatin exprimée par l Assemblée des Départements de France (ADF). C. Scénari 2 : Centralisatin du RSA Descriptin : Avantages : Difficultés : Le piltage et le financement du RSA relèvent de la respnsabilité exclusive de l Etat (indépendamment de la gestin pératinnelle du dispsitif, ntamment la fnctin de guichet, qui peut être cnfiée à une autre cllectivité publique u à un pérateur). Ce scénari garantit la mise en chérence du piltage du RSA avec les rientatins des autres plitiques publiques natinales (ntamment la plitique de l empli et la plitique fiscale). Ce scénari induit un décuplage entre l autrité en charge du financement du RSA (l Etat) et l autrité en charge de l insertin de ses bénéficiaires (le département), ce qui supprime l effet incitatif existant aujurd hui pur les cnseils généraux (cf. encadré 2). Sa mise en place purrait dnner lieu à une transitin difficile, à l issue d expérimentatins menées lcalement avec une implicatin imprtante des cllectivités cncernées. 5 La mise en œuvre de ce scénari présenterait également l avantage d assurer une transitin fluide à l issue des expérimentatins en curs, qui ne s pèrent pas de façn unifrme sur l ensemble du territire. Tutefis, ce critère n est pas nécessairement pertinent : c est le dispsitif-cible qui dit cnditinner les mdalités de l expérimentatin, et nn l inverse. 6 A la hausse exclusivement. 19

20 D. Scénari 3 : cfinancement du RSA avec clé de répartitin Descriptin : Première ptin : RSA prestatin sciale Le dispsitif de RSA est unifié mais sn financement est cnjintement pris en charge par l Etat et les départements. Dans la mesure ù l effrt d insertin (qui cntinue à être assuré par les cnseils généraux, dans une lgique d accmpagnement de prximité) est priritairement destiné aux publics élignés de l empli, et nn aux travailleurs pauvres, la qute-part de financement du RSA à la charge des départements peut, à envelppe cnstante, être cncentrée sur le financement du RSA minimal versé aux sans empli (R) retenu dans les hypthèses de travail des grupes administratifs, puis crrélée négativement avec le niveau d activité des bénéficiaires du dispsitif (cf. encadré 2). Encadré 3 : clé de répartitin pssible Etat-départements A titre indicatif, le mde de calcul de la qute-part du RSA financée par les cnseils généraux purrait être le suivant : - pur le RSA servi égal à R 0, la clé de répartitin devrait permettre de respnsabiliser les départements (ce qui requiert une part de financement largement prépndérante) sans pur autant engendrer de surcût par rapprt à la dépense qu ils cnsentent actuellement au titre du RMI (ce qui implique de retenir une clé inférieure à 100%, puisque le vlume de crédits devra permettre de cntribuer également au financement du R 0 -API et, de façn dégressive, du RSA versé à des bénéficiaires qui se snt insérés dans l empli) ; - la qute-part de financement des cnseils généraux devrait décrître dès l insertin dans l empli. Afin d éviter des ajustements mensuels, la qute-part de financement serait régularisée en fin d exercice, sur la base d une analyse statistique du RSA versé (permettant ntamment d isler le nmbre de R 0 ). En gestin, cela impserait dnc que l pérateur du RSA garde trace du degré de temps partiel effectué par les bénéficiaires. Avantages : Difficultés : Descriptin : Ce scénari garantit la mise en chérence du piltage du RSA, d une part avec les plitiques d insertin (sans présenter les incnvénients prpres au scénari 2 de décentralisatin ttale), et d autre part avec les plitiques publiques natinales (sans présenter les incnvénients prpres au scénari 2 de centralisatin). L assciatin des départements au financement du dispsitif pur les publics élignés de l empli maintient l effet incitatif à l efficacité de leur plitique d insertin. Par ailleurs, le calibrage de la qute-part de financement prise en charge par les départements pur la mise en place du RSA sur le mntant actuellement dépensé pur le versement du RMI permet d éviter de nuveaux transferts entre Etat et départements. La définitin du «R 0» sulève la questin de l harmnisatin entre RMI et API (qui n est pas prpre à ce scénari, mais prend ici une dimensin cruciale puisqu elle détermine la clé de répartitin du financement entre Etat et départements). Deuxième ptin : RSA crédit d impôt fusinnant les dispsitifs existants L Etat assure la guvernance et le piltage du RSA mais les départements cntribuent au financement du dispsitif. Dans la mesure ù l effrt d insertin (qui cntinue à être assuré par les cnseils généraux, dans une lgique d accmpagnement de prximité) est priritairement destiné aux publics élignés de l empli, et nn aux travailleurs à faibles revenus, la qute-part de financement du RSA à la charge des départements peut, à envelppe cnstante (égale au mntant ttal de RMI aujurd hui versé), être cncentrée sur le financement du «R 0», puis crrélée négativement avec le niveau d activité des bénéficiaires du dispsitif (cf. encadré 3). 20

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 7 : Le lgement des persnnes défavrisées ENJEUX - Fluidifier les parcurs résidentiels des persnnes défavrisées

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

Master en alternance dans l enseignement supérieur. Vade-mecum à destination des étudiants

Master en alternance dans l enseignement supérieur. Vade-mecum à destination des étudiants Master en alternance dans l enseignement supérieur Vade-mecum à destinatin des étudiants Préambule Ce dcument ne préjuge pas de l évlutin des législatins ni de l indexatin et /u des mdificatins des mntants

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires Grupe ERAMET Accrd Cmpte Epargne Temps Grupe MODIFICATION CGT - Rajuter avenant 1 et 2 Paris le 18 ctbre 2012 Préambule La Directin du Grupe ERAMET et les Organisatins Syndicales nt suhaité cmpléter les

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues Obligatins des emplyeurs par seuils d effectifs de l entreprise Tutes entreprises cnfndues Affichages bligatires Déclaratin et cmmunicatin à caractère péridique : Déclaratins et cmmunicatins à caractère

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

UNION EUROPEENNE Fonds Social Européen. Département de Seine-Maritime. Accompagnement Socioprofessionnel Renforcé en Association Intermédiaire

UNION EUROPEENNE Fonds Social Européen. Département de Seine-Maritime. Accompagnement Socioprofessionnel Renforcé en Association Intermédiaire UNION EUROPEENNE Fnds Scial Eurpéen Département de Seine-Maritime Accmpagnement Sciprfessinnel Renfrcé en Assciatin Intermédiaire 2012/2013 Accmpagnement Sciprfessinnel Renfrcé en Assciatin Intermédiaire

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014 Cadre d interventin des aides versées aux emplyeurs d apprentis : Créatin d une aide au recrutement à cmpter du 1 er juillet 2014 Adpté par délibératin 15.03.21.19 du 20.03.2015 et abrgeant les délibératins

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS»

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» APS Frmatin 15 Rue de Ngent 51100 REIMS Tel : 03.26.82.84.84 / Fax : 03.26.82.58.23 www.apscnsult.fr CONTEXTE Dans l Entreprise, le rôle de l Expert-Cmptable

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions Dns des entreprises Vus êtes une entreprise, relevant de l IS (impôt sur les sciétés) u de l IR (impôt sur le revenu)? Vus puvez apprter un sutien matériel à une assciatin u une fndatin à travers des pératins

Plus en détail

CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES CONSULTATION POUR LE CHOIX D UNE MUTUELLE DE COMPLEMENTAIRE SANTE AU BENEFICE DES SALARIES DU CDTO CAHIER DES CHARGES Le présent cahier des charges définit le périmètre de la prestatin attendue, en vue

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité Changez pur Gas Natural Fensa en tute liberté et en tute simplicité Savez-vus que depuis 2004 vus puvez chisir vtre furnisseur de gaz naturel? Le marché du gaz naturel pur les prfessinnels a été libéralisé

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

Projets petite enfance enfance

Projets petite enfance enfance 17/5/10 Réunin petite enfance éléments préparatires page 1/5 Prjets petite enfance enfance Cmité de suivi schéma fil d échanges : Rappel des champs relatifs à la préparatin du Cntrat Enfance Jeunesse (CEJ)

Plus en détail

CACES ou autorisation de conduite?

CACES ou autorisation de conduite? ntre réussite : vus faire réussir CACES u autrisatin de cnduite? pur être autrisé à cnduire un charit élévateur Sit le salarié passe un certificat «cariste» CACES = Certificat d Aptitude à la Cnduite En

Plus en détail

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique Agence d ingénierie et de services pur entreprendre autrement Réfrme des financements de l Insertin par l Activité Ecnmique LES ORIGINES DE LA REFORME DES FINANCEMENTS Le secteur de l IAE en quelques chiffres

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES

POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE. et de LICENCE TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE ACA-FESC EN MATIÈRE DE FORMATION CONTINUE et de LICENCE Révisin le 22 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES But... 2 Définitin... 2 Aperçu... 2 Particularités... 3 Crédits de licence... 4 Délai d exécutin

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Cahier des charges pour le référencement dans le réseau MOUV EMPLOI

Cahier des charges pour le référencement dans le réseau MOUV EMPLOI Dévelppement d un réseau de partenaires lcaux spécialisés dans la mise à dispsitin de slutins de mbilité lcale (Lcatin de vitures, deux rues, transprt à la demande) Cahier des charges pur le référencement

Plus en détail

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au sins de premier recurs Article 18 : Généralisatin du tiers-payant Cmmuniqué du Ministère Purqui le Guvernement prend-il cette mesure? De nmbreux Français renncent

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER Sessin Interentreprises «Cnstruire et négcier l accrd d entreprise Frmatin & GPEC» - suite Réfrme FPC 5 mars ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER «METTRE EN PLACE UN ACCORD D'ENTREPRISE FORMATION/COMPETENCES»

Plus en détail

Point presse annuel du Régime social des indépendants (RSI) 25 février 2015

Point presse annuel du Régime social des indépendants (RSI) 25 février 2015 Dssier de presse Pint presse annuel du Régime scial des indépendants (RSI) 25 février 2015 Gérard Quevilln, président natinal du RSI et Stéphane Seiller, directeur général du RSI Smmaire : - 2015 : De

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État La Directin Interministérielle des Systèmes d Infrmatin et de Cmmunicatin en cllabratin avec le Service des Achats de l État Demande d Infrmatin : Slutin de messagerie et utils cllabratifs pur l État 1

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Directin des cmmunicatins Mise à jur : 15 mai 2014 Entrée en vigueur : 13 janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 3 2. CHAMPS D APPLICATION... 3 3. FONDEMENTS

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

Protection Complémentaire Santé

Protection Complémentaire Santé Nus smmes là pur vus aider Prtectin Cmplémentaire Santé Cuverture Maladie Universelle et Déductin sur les ctisatins u primes de prtectin cmplémentaire santé Vus truverez dans ce dssier tut ce dnt vus avez

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Contrat de gestion du FOREM

Contrat de gestion du FOREM Cntrat de gestin du FOREM 2011-2016 TABLE DES MATIÈRES Identificatin des Parties... 5 Préambule... 5 TITRE I Dispsitins générales... 7 Article 1. Définitins... 7 Article 2. Objet du Cntrat... 10 Article

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

PREAMBULE ARTICLE 1 ARTICLE 2

PREAMBULE ARTICLE 1 ARTICLE 2 Prtcle d Accrd sur les bjectifs en matière d Egalité Prfessinnelle et de mixité entre les Hmmes et les Femmes et les mesures permettant de les atteindre. Le présent accrd d entreprise ayant pur bjet l

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Nouveautés apportées à l assessment-tool

Nouveautés apportées à l assessment-tool Nuveautés apprtées à l assessment-tl La dcumentatin et les utils d aide de Friendly Wrk Space snt régulièrement révisés, actualisés et dévelppés. Ainsi, la directive a une nuvelle fis été mise à jur en

Plus en détail

Guide technique sur la participation des employeurs territoriaux aux garanties de protection sociale complémentaire

Guide technique sur la participation des employeurs territoriaux aux garanties de protection sociale complémentaire Guide technique sur la participatin des emplyeurs territriaux aux garanties de prtectin sciale cmplémentaire PLAN 1 ère PARTIE : LES BASES JURIDIQUES DE LA PARTICIPATION FINANCIERE DE L'EMPLOYEUR PUBLIC

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté Prcédure de Gestin de la présence au travail et du Retur au travail adapté déculant de la plitique intégrée en santé, sécurité et bien-être au travail (2012) DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique

Agence d ingénierie et de services pour entreprendre autrement. Réforme des financements de l Insertion par l Activité Economique Agence d ingénierie et de services pur entreprendre autrement Réfrme des financements de l Insertin par l Activité Ecnmique REFORME DES FINANCEMENTS DE L INSERTION PAR L ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE 1 Les rigines

Plus en détail

- Le service aux tables. - Le service rapide & commande pour emporter. - Le service à l auto. - La livraison. o Voir le feuillet Livraison.

- Le service aux tables. - Le service rapide & commande pour emporter. - Le service à l auto. - La livraison. o Voir le feuillet Livraison. Pint De Vente Lgiciel de gestin Les Lgiciels Velce, Vtre gestinnaire La versatilité, la simplicité et la rapidité de ntre pint de vente, ne fnt pas qu amélirer vtre service à la clientèle, elles permettent

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

Scénario 2 : La promesse

Scénario 2 : La promesse Scénari 2 : La prmesse D enise est infirmière auxiliaire autrisée depuis 10 ans, Elle exerce dans une clinique externe d un grand hôpital général. Aujurd hui, elle est chargée de prendre sin d Amanda,

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

adifco Convention de formation N 20110550 Formation au référencement 3 jours

adifco Convention de formation N 20110550 Formation au référencement 3 jours 1 Cnventin de frmatin : référencement internet. adifc Cnventin de frmatin N 20110550 Frmatin au référencement 3 jurs Signature bligatire : ADIFCO, sarl au capital de 10 000, SIREN 451 292 544, RCS Dijn,

Plus en détail

VDI Vendeur à Domicile Indépendant

VDI Vendeur à Domicile Indépendant VDI Vendeur à Dmicile Indépendant Nte liminaire L'activité de vendeur à dmicile indépendant (VDI) désigne une frme de distributin réalisée auprès de particuliers, à leur dmicile u sur leur lieu de travail

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE?

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? Plusieurs d entre vus se snt plaints du fait que, malgré le fait qu ils sient nn vlntaires pur participer à la permanence

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

DEMANDE D AIDE D INVESTISSEMENT POUR LES LIEUX DE VIE COLLECTIFS

DEMANDE D AIDE D INVESTISSEMENT POUR LES LIEUX DE VIE COLLECTIFS Ce dcument est une aide à la cnstitutin du dssier de demande d aide financière et cmplète les circulaires qui définissent le champ d applicatin des prjets financés par la Carsat Sud-Est : - CNAV N 2010-45

Plus en détail