SENIORS, SANTÉ ET PERSONNES AGÉES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SENIORS, SANTÉ ET PERSONNES AGÉES"

Transcription

1 SENIORS, SANTÉ ET PERSONNES AGÉES : Plan «maladies neurodégénératives» 50 nouvelles MAIA vont être créées en : L'UFC-Que choisir épingle les EHPAD sur la qualité des repas : Actualités sociales : Un nouveau type de viager pour payer sa maison de retraite De plus en plus de seniors travaillent en France Mutuelles : plus chères pour les retraités que pour les actifs : Plan «maladies neurodégénératives» 50 nouvelles MAIA vont être créées en 2015 Présenter les modalités de déploiement des maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'alzheimer (MAIA) en 2015 (1). C'est l'objet d'une circulaire conjointe de la direction générale de la cohésion sociale, de la direction générale de l'offre de soins et de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) adressée aux agences régionales de santé (ARS). Pour mémoire, prévu par le plan «Alzheimer» , le dispositif MAIA doit permettre, à partir d'une structure existante, de coordonner la prise en charge des malades et de leurs familles. A la fin 2014, 252 MAIA étaient déployées sur le territoire national, rappelle la circulaire. Le plan «maladies neurodégénératives» a, quant à lui, prévu la création de 100 MAIA supplémentaires, dont 50 cette année et 50 l'an prochain. Rappelons encore que les modalités de fonctionnement de ces dispositifs ont été définies dans un cahier des charges national. Une répartition territoriale équitable En 2015, plusieurs critères visent à permettre une répartition équitable des dispositifs MAIA entre les régions tout en tenant compte du déploiement existant. Ainsi, la répartition des 50 nouvelles MAIA, figurant en annexe 1 de la circulaire, tient compte des besoins exprimés par les ARS pour 2015 et 2016, du nombre de personnes âgées de 60 ans et plus par région, du nombre de dispositifs déjà déployés sur le territoire ainsi que du déploiement prévisionnel Un appel à candidatures Comme l'an passé, les ARS doivent organiser une large diffusion du cahier des charges national des MAIA, qui vaut appel à candidatures. Le contenu du dossier de candidature et de demande de financement est précisé en annexe 2 de la circulaire. La date limite de réception des dossiers est fixée à la mi-avril Les demandes seront instruites par les agences de la mi-avril à la mi-mai. Une commission régionale consultative constituée par chaque agence doit rendre un avis sur les dossiers recevables et peut proposer un classement des projets. Le directeur général de l'ars doit décider des projets retenus et financés en 2015 au plus tard le 30 mai. Les mois de juin et juillet seront consacrés au recrutement et à la prise de poste des «pilotes», celui d'octobre à leur formation ainsi qu'au

2 recrutement des gestionnaires de cas. La formation de ces derniers aura lieu en novembredécembre. La signature d'une convention La création de la MAIA est formalisée par la signature d'une convention entre PARS et le porteur de projet. L'agence a le libre choix entre une convention annuelle et une convention pluriannuelle tenant compte de l'échéance de labellisation à trois ans, dont un modèle est annexé à la circulaire. La convention fixe les engagements mutuels des parties. Elle définit notamment les objectifs, le calendrier de mise en oeuvre, le montant des financements octroyés et leurs modalités de versement. Parallèlement, le porteur de projet doit conventionner avec les autres financeurs identifiés dans son dossier de candidature. Le cas échéant, une convention unique peut lier le porteur du projet et l'ensemble des cofinanceurs. Les modalités de financement En 2015, la CNSA finance - via le fonds d'intervention régional des ARS - les 50 nouvelles maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'alzheimer à hauteur de 4,5 millions d'euros qui couvrent le pilotage sur six mois et la gestion de cas sur quatre mois, soit par MAIA. Ainsi, les délégations de crédits aux ARS s'effectuent à hauteur de pour le financement du pilotage et du fonctionnement de la MAIA et de par gestionnaire de cas, soit pour deux gestionnaires de cas par MAIA. (1) Rappelons que le projet de loi relatif à l'adaptation de la société au vieillissement prévoit de transformer la signification de l'acronyme MAIA en «méthode d'action pour l'intégration des services d'aide et de soins dans le champ de l'autonomie : L'UFC-Que choisir épingle les EHPAD sur la qualité des repas Alors que la dénutrition est fréquente chez les personnes âgées, l'ufc-que choisir a interrogé les résidents de 43 établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et analysé les menus de 88 autres structures réparties dans 48 départements. Si les résidents sont globalement satisfaits de la qualité du service et de leur alimentation, les résultats concernant la qualité nutritionnelle des repas proposés sont inquiétants : trop souvent les menus se révèlent mal équilibrés et les établissements cherchent à réaliser des économies «notamment sur les sources de protéines (viande rouge, poisson) au profit de plats pauvres en protéines ou de plats industriels bon marché». Un EHPAD sur deux ne respecte pas les recommandations du groupe d'étude des marchés de restauration collective et de nutrition (GEMRCN) en matière de fréquence de fruits et un quart ne donne pas suffisamment de produits laitiers aux résidents. «L'intérêt sanitaire des seniors [est] trop souvent sacrifié au profit de l'organisation du personnel», pointe aussi l'ufc-que choisir. Aucun des 43 EHPAD ne respecte les recommandations sur les horaires de repas. Ainsi le dîner est servi à 18 h 25 en moyenne, ce qui allonge la période de jeûne nocturne. Face à ces constats, l'ufc- Que choisir demande «l'instauration d'une obligation réglementaire sur la qualité nutritionnelle et les rythmes des repas servis dans les EHPAD». En réponse à cette enquête, l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) rappelle que la dénutrition est «un phénomène fréquent» chez les personnes âgées souffrant de plusieurs pathologies et qu'il «

3 n'a rien à voir avec la sous-nutrition ou la faim». Le constat de l'ufc-que choisir est, selon l'association, «inévitable» car 4 es besoins des personnes âgées sont soumis à l'organisation des personnels, elle-même soumise à la limitation des moyens budgétaires». L'AD-PA considère que la mise en place de contrôles supplémentaires serait «inefficace» et demande aux pouvoirs publics de réaliser une étude sur la mise en oeuvre des textes sur l'alimentation dans les établissements, à savoir le décret du 30 janvier 2012 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre des services de restauration des établissements sociaux et médicosociaux. A l'issue de cette évaluation, «il s'agira ensuite d'arbitrer sur l'attribution des crédits nécessaires aux établissements qui ne les ont pas, ou en cas d'impossibilité d'affecter ces moyens, d'adapter les textes aux choix économiques» : Actualités sociales EHPAD : Les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) présentent un taux d'occupation «très satisfaisant» (95 %), se félicite la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) en publiant un rapport sur la gestion du risque en EHPAD. S'appuyant sur les données recueillies par les agences régionales de santé dans le cadre des programmes de gestion du risque, le rapport analyse huit indicateurs centrés sur l'efficience des EHPAD. En 2012, l'étude a concerné un échantillon de 2210 établissements. Ainsi, les EHPAD utilisent 90 de leur dotation «soins» pour rémunérer le personnel. Les dépenses de soins sont estimées à par an et par place, dont de soins de ville (17 %). Le niveau d'encadrement de la section «soins» est de 23 équivalents temps plein pour 100 places, dont 16 aides-soignants/aides médicopsychologiques, 6 infirmiers, 0,6 personnel paramédical et 0,6 médecin. Le taux d'hospitalisation des résidents (1,24 %) varie, quant à lui, en fonction de la zone d'implantation (urbaine ou rurale), de la taille ou de l'option tarifaire de l'établissement. Gestion du risque, Axe «efficience en EHPAD, Analyse statistique des remontées des ARS dans les comptes administratifs Janvier Disponible sur Adessadomicile a signé, le 12 mars, sa troisième convention avec la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) dans l'objectif de moderniser ses services d'aide à domicile dans les cinq ans à venir. Parmi les axes du programme figurent l'accompagnement des adhérents dans leurs démarches de coordination entre l'aide et le soin, et en particulier, le soutien à la création de services polyvalents de soins et d'aide à domicile (Spasad), ou encore l'accompagnement à des démarches «qualité». Les principales fédérations nationales d'associations ou d'entreprises de services d'aide à domicile bénéficient du soutien de la CNSA pour le financement de programmes de modernisation des structures de leurs réseaux : Un nouveau type de viager pour payer sa maison de retraite L Etat veut développer le viager pour permettre aux retraités propriétaires de financer leurs séjours en maison de retraite ou leur maintien à domicile en cas de perte d autonomie. Lancé en septembre 2014, le fonds viager Certivia devrait commencer

4 à réaliser des opérations immobilières à partir du printemps 2015, la première acquisition devant avoir lieu au mois d avril Certivia est une tentative des pouvoirs publics de populariser le viager "intermédié" en France. "Le viager a une image assez négative en France", concède Laurence Rossignol, la secrétaire d Etat en charge de la Famille et de l Autonomie. "Mais cet outil peut être utile pour permettre aux personnes âgées qui ont souvent leur maison pour seul patrimoine -, de financer leur accueil en établissement." Le dispositif constitue donc l un des axes de la convention signée le 4 mars 2015 entre l Etat et la Caisse des dépôts - la principale institution financière publique du pays - dans le cadre de la future loi d adaptation de la société au vieillissement. Pour les plus de 70 ans Le fonds Certivia réunit, autour de la Caisse des dépôts, neuf partenaires institutionnels (CNP Assurances, Suravenir, AG2R La Mondiale, Groupama, Maif, Macif, Crédit Mutuel nord Europe, Unéo), mobilisés pour acheter des logements occupés par des seniors d au-moins 70 ans. Comme dans tout viager, le vendeur (le crédirentier) perçoit un "bouquet" (un capital versé au moment de la vente) et une rente à vie. Un moyen pour les seniors d améliorer leurs revenus. Un viager plus sécurisé Avec le viager "intermédié", le crédirentier ne se trouve pas face à un acquéreur (le débirentier) particulier mais à un fonds doté, gage de sécurité, d une assise financière de 120 millions d euros. Cette enveloppe doit d ailleurs être abondée au cours du second semestre 2015 avec l entrée dans le dispositif de nouveaux investisseurs institutionnels. Certivia prend en charge les gros travaux et la taxe foncière, le crédirentier étant tenu d acquitter les charges courantes, la taxe d habitation et d assurer l entretien du bien. En outre, un héritier pourra acquérir le bien au prix du marché, après le décès du bénéficiaire du viager. Un moyen de limiter le coût de la dépendance L objectif de Certivia est de réaliser 400 opérations en cinq ans dans les zones "en tension" : En Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte-d Azur, et dans les grandes agglomérations. Une ambition modeste, à l échelle du recours au viager en France qui représenterait, selon les estimations, moins transactions immobilières par an. Une goutte d eau par rapport aux ventes réalisées dans le pays. Première étape Le fonds Certivia est donc un premier jalon posé par les pouvoirs publics pour aplanir les résistances psychologiques des Français face au viager. Et trouver ainsi un moyen de financer l aide au grand âge - via le patrimoine privé- alors que les projections tablent sur le doublement du coût de l Allocation personnalisée d autonomie (APA), à l horizon 2040 (11, 2 milliards d euros contre 5,5 milliards actuellement). L enjeu est réel: le tarif hébergement moyen d une maison de retraite médicalisée s élève à 1 769

5 par mois, soit 106% des revenus des foyers de retraités, souligne la dernière étude de l Observatoire Cap retraite (2014). Mais dans certains départements, l écart entre les ressources des personnes et le prix de séjour est encore plus important (154% en Seine-Saint-Denis, 133% dans les Alpes-Maritimes, 124% en Seine-et-Marne, 111% dans le Gers ou en Dordogne). Plus d'informations sur le site certivia.fr ou par téléphone au Jean-Christophe Martineau De plus en plus de seniors travaillent en France Le Figaro / Cécile Crouze En France, 45% des ans travaillent. Les carrières se sont allongées en France. Néanmoins, le taux d'emploi des ans est deux fois plus important en Allemagne. En dix ans, le nombre de seniors qui travaillent a considérablement augmenté: selon une étude des services du ministère du travail publié jeudi, 45,6% des ans étaient en emploi en 2013, contre 37% en C'est une des conséquences majeures des réformes successives des retraites. A vrai dire, la progression s'est surtout faite sur les ans, qui sont désormais 67,5% à travailler. Dans cette tranche d'âge, le taux d'emploi est en France supérieur de près de 3 points à la moyenne européenne. En revanche, chez les ans, il est inférieur de 11 points à celui de nos voisins: en 2013, à peine 23,3% des seniors français de ces générations étaient toujours en poste. C'est deux fois moins qu'en Allemagne. Dans de nombreux pays en effet, l'âge de départ à la retraite est plus élevé que dans l'hexagone et tourne autour de 65 ans. Sur les dernières années, la tendance n'était pas au resserrement de l'écart entre la France et ses voisins européens. En 2012, une des premières décisions du gouvernement Ayrault a été d'élargir les conditions de départ à la retraite pour carrière longue. Résultat, personnes de plus sont parties en retraite anticipée en Ce qui a eu un impact sur les chiffres globaux: le taux d'activité (qui agrège les personnes en poste et au chômage) sousjacent des ans n'a presque pas augmenté cette année-là. Globalement donc, les réformes des retraites ont provoqué un allongement de la carrière des seniors. Dans l'immense majorité, ces derniers ont conservé un travail, comme le montre la hausse du taux d'emploi. Le report de l'âge de départ à la retraite n'a pas provoqué l'explosion du chômage promise par certains syndicats. Le taux de chômage des ans (7% fin 2013) est resté inférieur à celui des autres tranches d'âge. Forte hausse du chômage Néanmoins, les seniors n'ont pas été épargnés par la crise: de début 2008 à fin 2013, leur taux de chômage a grimpé de 3,2 points, contre une augmentation 2,8 points pour l'ensemble des actifs. L'habitude, en cas de difficultés, de se séparer d'abord des salariés les plus âgés, reste bien ancrée en France Pour cela, les entreprises utilisent beaucoup les ruptures conventionnelles. Pis, une fois sans emploi, les seniors ont plus de difficulté à retrouver un poste. Fin 2013, 59% d'entre eux étaient au chômage depuis plus d'un an, une proportion nettement plus haute que pour l'ensemble des chômeurs (42%).

6 Les seniors sont également plus nombreux que les autres actifs à travailler à temps partiel. Ainsi, 36% des femmes de plus de 55 ans ne sont pas à plein temps: ce sont typiquement des assistantes maternelles et des employées de maison Mutuelles : plus chères pour les retraités que pour les actifs Le Parisien Selon notre sondage Odoxa - «le Parisien» - «Aujourd'hui en France» - Caisse d'épargne, 98 % des retraités sont couverts par une mutuelle. Mais ils y consacrent en moyenne 121 par mois, contre 72 aux actifs. Les Français se portent comme des charmes. Selon notre sondage exclusif Odoxa - «le Parisien» - «Aujourd'hui en France» - Caisse d'épargne, 85 % des actifs et des retraités affirment être en bonne santé. Ce qui ne les empêche pas de consulter un médecin quatre à cinq fois par an, en moyenne. Un chiffre assez élevé car, selon Céline Bracq, directrice générale d'odoxa, «la moyenne est tirée vers le haut par une petite proportion de la population qui, elle, fréquente très souvent les cabinets médicaux», analyse-t-elle. 11 % des retraités consultent plus de dix fois par an, tandis qu'un tiers d'entre eux assurent s'y rendre moins de trois fois par an. Une fréquentation pas si assidue que cela... 98% ont une complémentaire santé.sur le plan financier, la facture reste donc, dans l'ensemble, modérée. Cinq retraités sur 10 dépensent moins de 50 par mois, alors que 2 sur 10 y consacrent un budget de plus de 150 mensuels et même 2 % plus de par mois! Dans l'ensemble, les actifs et les retraités se disent satisfaits du niveau de remboursement de l'assurance maladie et presque tous disposent par ailleurs d'une complémentaire santé. 86 % des actifs et 98 % des retraités sont concernés. «C'est très étonnant qu'autant de Français possèdent une mutuelle. Cela veut dire, qu'en dépit de la baisse du pouvoir d'achat, la santé reste une préoccupation majeure», constate Céline Bracq. Pourtant, son prix grimpe en flèche après la fin de l'activité professionnelle. Un budget souvent trop serré Quand les actifs dépensent en moyenne 72 mensuels pour une complémentaire, les retraités, eux, y consacrent un budget de 121. «C'est la double peine, non seulement leurs problèmes de santé sont de plus en plus fréquents avec l'âge, mais leur facture est deux fois plus élevée», commente la directrice d'odoxa. Seule une petite catégorie fait le choix de renoncer totalement à une mutuelle. Les 2 % de retraités et les 14 % d'actifs concernés, soit en moyenne 9 % de Français, représentent environ 4,5 millions de personnes. Pour quelles raisons choisissent-ils de s'en passer? D'abord, 60 % d'entre eux estiment que le rapport qualité/prix n'est pas optimal, que le tarif d'une complémentaire est trop élevé par rapport aux services rendus. Enfin, 40 % disent qu'ils auraient bien eu besoin d'une mutuelle mais que leur budget est trop serré. Le constat est sans appel : deux millions de Français n'ont aujourd'hui pas les moyens de souscrire une mutuelle

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES

ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ACCUEIL DE PERSONNES ÂGÉES... 7 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

2012 / 2017 Quelle politique familiale? Mercredi 23 mai 2012 19H Salle des Fêtes rue du Général Leclerc WAMBRECHIES

2012 / 2017 Quelle politique familiale? Mercredi 23 mai 2012 19H Salle des Fêtes rue du Général Leclerc WAMBRECHIES 2012 / 2017 Quelle politique familiale? Mercredi 23 mai 2012 19H Salle des Fêtes rue du Général Leclerc WAMBRECHIES I. Soutenir les familles A. Un effort politique généreux 100 milliards d' par an soit

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

L investissement en EHPAD

L investissement en EHPAD Guide Habiteo.com Mai 2015 L investissement en EHPAD Questions/Réponses SOMMAIRE I- Qu est-ce qu un EHPAD? p. 2 Encadré : Réglementation de l EHPAD p. 2 II- Pourquoi investir en EHPAD? p. 3 A- Pour répondre

Plus en détail

Comment financer sa maison de retraite?

Comment financer sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 2 Comment financer sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES L accueil des personnes âgées Les tarifs en maison de retraite L APA en établissement L Aide

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Étude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises 1 Deux enquêtes téléphoniques auprès de : Méthodologie

Plus en détail

Modes de financt MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 ANNEXE I LES MODES DE FINANCEMENT DES MAISONS DE SANTE PLURI-PROFESSIONNELLES (MSP) Sous réserve de répondre, a minima, aux critères définis au II 2 du cahier

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES C11 Hébergement par un accueillant familial à titre onéreux : Financement de l accueil Nature de la prestation : Références : Prestations légales pour le financement du coût de l'accueil familial : Décret

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux?

LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? . LES ÉTABLISSEMENTS POUR PERSONNES ÂGÉES ET POUR ADULTES HANDICAPÉS Au niveau national, quelle place pour les établissements médico-sociaux? Des crédits en augmentation pour financer les établissements

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» Qui prévoit cette nouvelle expérimentation? Cette expérimentation figure à l article 70 de

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Aides aux personnes âgées

Aides aux personnes âgées SOLIDARITÉS CÔTES D ARMOR S Action Sociale Aides aux personnes âgées Le guide pour mieux s'y retrouver Votre Conseil général les solidarités, assurer l équilibre 1 2 Édito L'aide sociale aux personnes

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux Sèvres-Vienne Règlement d'action Sanitaire et Sociale Projet Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Principes Généraux Préambule

Plus en détail

INFORMATIONS MAISONS DE RETRAITE

INFORMATIONS MAISONS DE RETRAITE INFORMATIONS MAISONS DE RETRAITE 1. LES TYPES D'ETABLISSEMENTS Le Conseil général assure également le financement de l hébergement en EHPAD agréés (maisons de retraite et unités de soins de longue durée)

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016

Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Notice relative à la mise en place de la couverture santé complémentaire obligatoire à partir du 1er janvier 2016 Préambule Le régime de couverture complémentaire des frais de santé, financé en partie

Plus en détail

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX

SANTÉ ET PRÉVOYANCE DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire n 23/2012 Cl. C 451 / C 456 Colmar, le 05 juin 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com UNE PROTECTION SOLIDE... PRO BTP est le groupe de protection sociale géré par les représentants des entreprises et des

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) :

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) : Groupement des Métiers de l Imprimerie ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 34 LE COMPTE PERSONNEL

Plus en détail

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement A l'attention de Septembre 2008 Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement Au sujet de la garantie prise par la banque : Voici les caractéristiques et le coût des différents

Plus en détail

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Les structures juridiques porteuses de dispositif MAIA disposant d un

Plus en détail

4 ème réunion PAERPA EHPAD

4 ème réunion PAERPA EHPAD 4 ème réunion PAERPA EHPAD Jeudi 16 avril 2015 14h30 17h Délégation territoriale de Paris 1 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour 1. Actions déployées

Plus en détail

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Présentation du second rapport de la mission «Prospective des équipements et services pour les personnes âgées dépendantes» D un rapport à

Plus en détail

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3 n w Click to edit Master text styles Second level l Third level Ø Fourth level w Stand D3 VIRAGE- VIAGER 2014 Le viager comme soludon de complément de retraite Une nouvelle forme : Le viager mutualisé

Plus en détail

Les données récentes de l AFG sur l épargne salariale et le PERCO. Association française de la gestion financière

Les données récentes de l AFG sur l épargne salariale et le PERCO. Association française de la gestion financière CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 11 Document de travail, n engage pas le Conseil Les données récentes

Plus en détail

«EHPAD et Innova/ons» Jeudi 2 juillet 2015 à Talence

«EHPAD et Innova/ons» Jeudi 2 juillet 2015 à Talence «EHPAD et Innova/ons» Jeudi 2 juillet 2015 à Talence «Des solu/ons innovantes pour les aidants» DES SOLUTIONS INNOVANTES POUR LES AIDANTS L ACTION DE LA CNSA BernadeFe MOREAU Directrice de la compensa/on

Plus en détail

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales

Pourquoi investir dans la pierre? Les principales lois fiscales Pourquoi investir dans la pierre? Pour réduire sa fiscalité Pour épargner intelligemment Pour préparer sa retraite Pour protéger ses proches Pour créer des revenus Pour transmettre un patrimoine Les principales

Plus en détail

Fonds de prêt d honneur pour l entrepreneuriat féminin

Fonds de prêt d honneur pour l entrepreneuriat féminin APPEL A PROJETS 2013 Fonds de prêt d honneur pour l entrepreneuriat féminin * REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000 POITIERS REMISE DES DOSSIERS DE CANDIDATURE : AU PLUS TARD LE 13/06/2013

Plus en détail

Résidences seniors : une alternative à développer

Résidences seniors : une alternative à développer Résidences seniors : une alternative à développer IStock - YvanDube Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays. Afin

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le Gouvernement a fait le choix d une loi d orientation et de programmation, inscrivant la totalité

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE SESSION 2012 Durée : 3 heures Coefficient 2 : BTS Banque Coefficient 3 : BTS Professions immobilières

Plus en détail

ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE

ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE PREAMBULE : Le projet départemental de développement et de modernisation de l aide à domicile repose sur un ensemble de valeurs fondamentales

Plus en détail

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012 L accueil des personnes âgées en établissement janvier 2012 1 1. Démographie D : quelques données clés Un nombre croissant de personnes âgées : Haut-Rhin 2008 2011 2016 2021 Nombre 85 ans et + 13 253 16

Plus en détail

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement

Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DU VAR SERVICE HEBERGEMENT ACCOMPAGNEMENT LOGEMENT Pole Accompagnement Vers et Dans le Logement Affaire suivie par : Yann FAVERIE ANNEXE 1 : CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail FONDS NATIONAL DE SOUTIEN RELATIF A LA PENIBILITE Cahier des charges de l appel à projet Date de lancement : jeudi 12 avril 2012 Date limite de dépôt des dossiers : lundi 2 septembre 2013 1 Appel à projets

Plus en détail

Congé de soutien/solidarité familiale

Congé de soutien/solidarité familiale Congé de soutien/solidarité familiale Si un membre de votre famille, handicapé ou dépendant, a besoin de votre présence pour quelques temps, sachez que vous pouvez désormais bénéficier d'un congé spécifique.

Plus en détail

Loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires ;

Loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires ; Direction de la santé publique Direction de l offre de soins et de l autonomie Novembre 2015 1 Appel à projets pour le développement et la promotion de programmes d éducation thérapeutique des patients

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS

COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS D 1 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS La Ville propose un grand nombre de services et d animations pour les personnes âgées encore relativement autonomes. Mais,

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance Juin 2012 Prévoyance collective, assurance santé et dépendance La Comarep vient de publier un état des lieux de la protection sociale complémentaire des branches à fin 2011. C est l occasion d en tirer

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

Direction. Départementale des. Le rôle de la Direction. Territoires. Territoires (DDT) concernant les EHPAD

Direction. Départementale des. Le rôle de la Direction. Territoires. Territoires (DDT) concernant les EHPAD Direction Départementale des Territoires Le rôle de la Direction Départementale des Territoires (DDT) concernant les EHPAD Un rôle de financeur via le prêt locatif social (PLS) Le PLS a été institué par

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales des affaires sanitaires et sociales

à Mesdames et Messieurs les préfets de département Directions départementales des affaires sanitaires et sociales Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Ministère des solidarités, de la santé et de la famille Direction générale de l action sociale Sous direction des âges de la vie Bureau des personnes

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE

LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE sont accessibles à tous les salariés L épargne salariale offre à toutes les entreprises l opportunité de motiver et fidéliser leurs collaborateurs avec des dispositifs

Plus en détail

Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013

Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013 Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013 Vous vivez à domicile mais vous souhaitez être aidé dans votre quotidien. Bien vivre dans son logement : Le maintien à domicile peut être facilité

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Décembre Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Voulu par le Président de la

Plus en détail

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE 2012-2016 Actualisation septembre 2012 L ACTUALISATION DU PRIAC 2012/2016 : les principes Rappel de la définition

Plus en détail

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol Depuis le 1 er janvier 2002, une nouvelle aide, l Allocation personnalisée d autonomie ou APA, remplacera l actuelle

Plus en détail

Personnes âgées FAVORISER LA COHESION SOCIALE

Personnes âgées FAVORISER LA COHESION SOCIALE #1 2 10 A l'instar de ce que l on observe au niveau national, la part des personnes âgées augmente régulièrement, au sein de la population. Alors que la ville se distingue par son offre d'animation et

Plus en détail

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises.

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises. entreprises Epargne Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise L offre globale Groupama Assurances et Services pour le développement des entreprises. epargne Comment maintenir le niveau des retraites?

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Le Parlement et le Gouvernement

Le Parlement et le Gouvernement et chiffres clés 2 3 Le plus important régime de retraite Le cadre général Le système de retraite français, fondé depuis 1945 sur la technique de la répartition, repose sur la solidarité entre les générations.

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE

LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE Août 2014 LA TAXATION DES AVOCATS : LE TYPE MEME DE LA FAUSSE BONNE IDEE Dans le débat sur la réforme du financement de l aide juridique apparaît, aux côtés des propositions de taxation des actes juridiques

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONCEPT

PRÉSENTATION DU CONCEPT PRÉSENTATION DU CONCEPT Immo-Retraite 75, Boulevard Haussmann - 75008 PARIS www.immoretraitegroupe.fr Tél. : 01 42 63 15 77 Le constat Les plus de 60 ans représentent actuellement 20% de la population

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2008

RAPPORT D ACTIVITE 2008 CLIC RIOM LIMAGNE COMBRAILLES Association «RESEAU SENIORS» RAPPORT D ACTIVITE 2008 Président : M. le Docteur C. CHALAFRE 73 Rue Lafayette 63 200 RIOM Tél : 04.73.33.17.64 Fax : 04.73.33.17.62 1 Les interventions

Plus en détail

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle offre non fiscale viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle de viager mutualisé viager SICAV contractuelle de viager mutualisé Un investissement SOCIALEMENT RESPONSABLE Permettre aux retraités

Plus en détail

ETAPES DE LA SOLUTION 16

ETAPES DE LA SOLUTION 16 ETAPES DE LA SOLUTION 16 Comité de suivi du plan Alzheimer 30 juin 2010 Direction générale de la cohésion sociale Dr Jean-Philippe Flouzat Solution 16 du plan Alzheimer Création ou identification, au sein

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES C6 L aide sociale à l hébergement en établissement Références Code de l Action Sociale et des Familles Art. L 113-1 Art. L 131-1 à L 131-7 Art. L 132-1 et suivants Art. L 231-4 à L 231-6 Art. R 131-1 et

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

plan Psychiatrie et santé mentale

plan Psychiatrie et santé mentale N 1 La Lettre du plan Psychiatrie et santé mentale Rappel des principaux points du plan Les bases du plan et les moyens d agir sont en place Les investissements Le tutorat La circulaire budgétaire commune

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Signature de la convention de partenariat pour la mise en place d actions de prévention au bénéfice des adhérents de la CARSAT

DOSSIER DE PRESSE. Signature de la convention de partenariat pour la mise en place d actions de prévention au bénéfice des adhérents de la CARSAT DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention de partenariat pour la mise en place d actions de prévention au bénéfice des adhérents de la CARSAT Lundi 18 mai 2015 de 10h à 10h30 à la Carsat Sud-Est Immeuble

Plus en détail

Alimentation en Ehpad

Alimentation en Ehpad Alimentation en Ehpad Une politique de prévention s impose! UFC - Que Choisir 24 mars 2015 La dénutrition des séniors : un enjeu de santé publique Entre 450 000 et 700 000 personnes âgées touchées Une

Plus en détail

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Agence Nationale pour la Participation des Employeurs à l effort de Construction LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Mai 2010 GMV Conseil 25 rue Titon F- 75011

Plus en détail

La protection sociale dans l entreprise

La protection sociale dans l entreprise (r) assurez-vous sur La protection sociale dans l entreprise livre blanc «assuré d entreprendre» - n 2 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE Intro La protection sociale connaît en France une vraie mutation.

Plus en détail

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants.

SOUTIEN PUBLIC. Ce chapitre décrit la panoplie des allocations et l'effort public de soutien aux familles ayant de jeunes enfants. SOUTIEN PUBLIC Les pouvoirs publics, État, Caisses d'allocations familiales, collectivités locales principalement, ont à la fois une politique de soutien aux familles nombreuses et une politique de soutien

Plus en détail

ACTEURS DE LA GERONTOLOGIE

ACTEURS DE LA GERONTOLOGIE Bulletin d'information du CLIC de Caen et couronne Février 2015 1 / 5 CLIC INFO Février 2015 ACTEURS DE LA GERONTOLOGIE PAERPA Géroscopie pour les décideurs en gérontologie n 51 décembre 2014, p.37 ASH

Plus en détail

L INVESTISSEMENT DANS LES ETABLISSEMENTS MEDICO- SOCIAUX

L INVESTISSEMENT DANS LES ETABLISSEMENTS MEDICO- SOCIAUX L INVESTISSEMENT DANS LES ETABLISSEMENTS MEDICO- SOCIAUX L apport des plans d aide à l'investissement de la CNSA Bilan 2006-2009 Région Pays de la Loire Dossier tec 1 Sommaire Introduction 3 1 - L'ampleur

Plus en détail

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection Maison de Retraite Sélection QUE CHOISIR? Maison de Retraite / Résidence Services / Maintien à domicile +10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts EDITO Partir en Maison de Retraite

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale Si vos revenus ne vous permettent pas de couvrir la totalité des frais d'hébergement en maison de retraite (EHPAD), le coût des prestations d'aide

Plus en détail

Conseil général des Deux-Sèvres

Conseil général des Deux-Sèvres Agence Régionale de Santé Conseil général des Deux-Sèvres IDENTIFICATION DE LITS EHPAD POUR PERSONNES HANDICAPEES VIEILLISSANTES REFERENTIEL 1 24/10/2013 I - Présentation du référentiel et cadrage du projet

Plus en détail

Connaissance de la population des personnes âgées dépendantes Mesure administrative, enquêtes en établissement, enquêtes en population générale

Connaissance de la population des personnes âgées dépendantes Mesure administrative, enquêtes en établissement, enquêtes en population générale Connaissance de la population des personnes âgées dépendantes Mesure administrative, enquêtes en établissement, enquêtes en population générale Le système d informations statistiques piloté par la DREES

Plus en détail