Santé-social L action de la Région pour le bien-être de tous

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Santé-social L action de la Région pour le bien-être de tous"

Transcription

1 Santé-social L action de la Région pour le bien-être de tous

2 ÉDITORIAL Une politique sociale et de santé ambitieuse pour l Île-de-France Vue de loin, l Île-de-France est une région riche et prospère, où l on vit mieux et plus longtemps qu ailleurs. Mais vue de près, cette image perd de sa puissance, car elle masque de fortes disparités : d un bout à l autre de la ligne de métro n 13, la différence d espérance de vie est de deux ans. La santé des Franciliens les plus précaires, le parcours de vie des plus pauvres, la qualité de vie des personnes en situation de handicap ou des seniors contrastent fortement avec la situation des Franciliens valides, celle des plus aisés ou des plus diplômés. Lutter contre ces disparités, faire progresser la qualité de vie, et la faire progresser pour tous : c est le sens de la politique sociale et de santé ambitieuse que nous avons voulue pour l Île-de-France. Pour faire reculer les inégalités quelles qu elles soient devant les difficultés de la vie quotidienne, nous avons construit, avec tous nos partenaires, un bouclier social en cinq volets : accompagnement social, prévention, renforcement et accès à l offre médicosociale comme à l offre de soins, avec un axe fort de santé environnementale. C est un choix qui va bien au-delà des compétences obligatoires de la Région et que nous sommes fiers de porter au quotidien. Car en période de crise, où les inégalités sociales sont amplifiées par les inégalités économiques et environnementales, il est plus que jamais nécessaire de ne laisser personne au bord du chemin. Permettre à tous d accéder à une vie meilleure, accompagner chacun, c est une vraie mission de service public. Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d Île-de-France Laure Lechatellier Vice-présidente chargée de l action sociale, des formations sanitaires et sociales, de la santé, et du handicap

3 sommaire Éditorial Introduction 6 La prévention 8 L accès aux soins L offre de soins 15 L accompagnement social 18

4 introduction introduction l 7 L Île-de-France : une Région engagée pour la santé et le bien-être de tous Depuis 1998, la Région Île-de-France s investit dans les secteurs social, médico-social et de santé au service des Franciliens et des Franciliennes, notamment les plus fragiles : les jeunes, les personnes âgées ou de handicap, les personnes en situation de grande précarité, les femmes victimes de violences. Objectifs : lutter contre les inégalités sociales et réduire l impact des conditions de vie sur la santé. Une vision globale et transversale En 2011 et 2012, deux rapports cadres ont redéfini le périmètre des missions sanitaires et sociales de la Région. La santé s inscrit désormais dans une vision globale et transversale, qui englobe des dispositifs régionaux conçus pour améliorer le cadre de vie : transports, logement, environnement, etc. La Région a développé également une politique volontariste au-delà de ses champs de compétences. Quatre actions en une, au nom de la qualité de la vie Concourir à mieux informer les citoyens et les citoyennes, compléter l offre en structures sociales et sanitaires, permettre à tous de disposer des moyens de se soigner et de bénéficier d un accompagnement social : tels sont les quatre piliers de la politique dans ce domaine en Île-de- France. La Région intervient par le biais de nombreux dispositifs tant en matière d aide à l investissement qu en soutien au fonctionnement. L innovation durable Dès 2008, la Région inclut des clauses environnementales aux projets soutenus dans ce domaine. Ces clauses responsables, telles que le respect des normes de construction «haute qualité environnementale» (HQE), visent deux ambitions : améliorer le confort des personnes accueillies et réduire les consommations énergétiques. La Région impose également des clauses d insertion sociale pour les plus gros projets. ª Les compétences sanitaires et sociales Les lois de la décentralisation du 13 août 2004 ont transféré aux Régions des responsabilités sanitaires et sociales. Aides aux étudiants, dont la distribution des bourses. Financement des centres de formation sociale et sanitaire. Élaboration et suivi du schéma régional des formations sanitaires et sociales. Retour sur les spécificités des territoires franciliens Les personnes les plus modestes, qui sont en moins bonne santé que la moyenne, sont aussi celles qui se soignent le moins : 29 % des Franciliens et des Franciliennes déclarent en effet avoir renoncé à se soigner pour des raisons financières. Un chiffre qui chaque année augmente sensiblement, témoignant d une forte inégalité des chances face à la santé. La Région Île-de-France a donc choisi de s impliquer. Origines sociales et environnement impactent la santé Accès à l éducation, alimentation, loisirs ou comportements à risque définissent, dès le plus jeune âge, des trajectoires de santé. Il est aujourd hui prouvé que les disparités de santé observées dans l enfance se retrouvent souvent à l âge adulte, tant en termes de prévalence que d espérance de vie. La santé des Franciliens et des Franciliennes est donc déterminée par des facteurs sociaux, économiques et environnementaux, assujettis aux ressources, aux conditions de travail, de vie et de logement. Une part importante de la population est exposée à un environnement marqué par des pollutions diverses et est touchée par une précarité croissante. La médecine de premier recours doit être renforcée La médecine générale n est pas répartie de façon égalitaire dans les territoires. Paris est par exemple 4,57 fois mieux équipé que le département de Seine-et-Marne (77). En outre, l âge moyen des praticiennes et des praticiens franciliens (54 ans) induit un nombre important de départs à la retraite dans les années à venir, qui ne donnera pas systématiquement lieu à des remplacements, aggravant ainsi ce problème d accès aux soins. Tenant compte de ces paramètres, l Agence régionale de santé (ARS) a déterminé un certain nombre de territoires en voie de désertification ou fragilisés sur le plan de la démographie médicale, zones sur lesquelles l offre de soins doit être développée de manière prioritaire et où la Région investit. Les soins sont parfois difficiles à financer La paupérisation de la population générale aggravée par la crise financière et la montée du chômage représentent des facteurs de précarisation. Les populations de travailleurs pauvres, qui ne peuvent cotiser à une mutuelle complémentaire, fréquentent les lieux de soins où ils n auront pas à faire l avance de frais, quand ils ne renoncent pas directement aux soins faute de pouvoir assumer le paiement du ticket modérateur, des franchises et autres forfaits. ª L ÎLE-DE-FRANCE, UN TERRITOIRE DE CONTRASTES 30 % des Franciliens habitent en zone urbaine sensible 7 % en France métropolitaine 13,3 % des Franciliens vivent en dessous du seuil de pauvreté 14,1 % en France métropolitaine 37 % des cadres français vivent en Île-de-France 19 % des allocataires français du RSA résident en Île-de-France Source : Inégalités de niveau de vie et mesures de la pauvreté, INSEE 2009

5 la prévention l 9 LA PRÉVENTION La Région agit en matière de prévention des risques sanitaires. Une initiative qui va bien au-delà des compétences attribuées aux conseils régionaux dans le cadre de la loi de décentralisation. À ce titre, la Région Île-de-France soutient l action des organismes engagés dans les territoires. Elle finance des structures telles que le Centre régional d information et de prévention du sida (CRIPS), participe à l organisation d événements comme Solidays et accompagne un nombre important de porteurs de projet dans leurs actions. Le Pass contraception, gratuit et anonyme Depuis 2011, le Pass contraception est disponible dans 930 lycées, centres de formation des apprentis (CFA) et instituts de formation sanitaire et sociale (IFSS) franciliens. Il s agit d un chéquier, ouvrant l accès à un suivi médical (consultations et analyses) et à la délivrance de contraceptifs. Une campagne promotionnelle a été lancée à la rentrée , s adressant aux salariés des établissements, aux élèves et aux professionnels de santé. Encarts dans la presse professionnelle, affichage et déploiement digital sur des sites et applications mobiles à très forte audience jeune (Skyrock, Deezer, Facebook ) permettent une diffusion élargie de l information. Soutenir les structures professionnelles Alors que l offre de soin est dévolue à l État, la prévention reste à développer. Le soutien de la Région Île-de-France dans ce domaine est donc essentiel pour répondre aux besoins des territoires et des structures d accueil. Une politique de prévention étendue La Région Île-de-France déploie des programmes de soutien aux structures dans de multiples domaines : addictions, maladies et infections sexuellement transmissibles, cancers, éducation nutritionnelle, vieillissement, etc. La Région accentue son intervention pour les publics fragiles. Des spécificités franciliennes : VIH, addictions, pollutions L Île-de-France a ses spécificités en matière de santé. Par exemple, l infection par le VIH-Sida a affecté précocement et très fortement les populations franciliennes. Les problématiques inhérentes à la toxicomanie sont très concentrées sur les territoires, ou encore les pathologies liées à la souffrance psychique. Sans oublier certaines formes de pollution, qui ont des répercussions sur la santé : le bruit ou les pollutions atmosphériques (gaz d échappement dus aux forts trafics routiers et aériens). Les publics les plus fragiles sont aussi les plus exposés : c est vers eux, jeunes, femmes, enfants en bas âge, personnes en situation très précaire que la Région se tourne en priorité. Liberté et IVG : près de d aides en 2013 Les difficultés d accès à la contraception ou à l avortement constituent un frein à l égalité des chances. La Région Île-de-France se veut un facilitateur, accompagnant notamment les plannings familiaux. En 2013, elle a soutenu les actions de la Fédération régionale du mouvement français du planning familial, en finançant d une part 45 % du budget de fonctionnement de l organisation et d autre part une campagne de communication cartes-pocket ont par exemple été diffusées à cette occasion, avec des résultats concrets à la clé : la plate-forme téléphonique a vu ses appels entrants augmenter pendant et après les deux semaines et demie d affichages grands formats.

6 10 l la prévention Santé et environnement : réduire les inégalités des populations face aux risques sanitaires Les outils mis en œuvre dans le cadre de la politique régionale de prévention constituent des réponses à l augmentation des maladies chroniques. Ces pathologies sont étroitement liées aux modes de vie en Îlede-France (difficulté d accès à une alimentation équilibrée, surmenage, stress, défaut d exercices physiques, etc.), et à un environnement pollué (air, eau, omniprésence des composants chimiques, etc.). L Observatoire régional de la santé (ORS), un organisme d étude L ORS d Île-de-France est un département technique intégré à l Institut d aménagement et d urbanisme (IAU Île-de-France), cofinancé par la Région et l ARS (Agence régionale de santé). Sa mission : aider à l élaboration des politiques sanitaires et sociales régionales. Il observe, surveille et étudie les pathologies spécifiquement franciliennes, renforçant les connaissances en matière de déterminants de santé, d inégalités sociales et territoriales face à la santé, ou de qualité de vie. LES SUBVENTIONS AUX PROJETS DE PRÉVENTION ET D ÉDUCATION À LA SANTÉ Répartition des projets par thématiques en 2013 (en % de dossiers) 32,7 % 19,2 % De grandes causes régionales en matière de santé La Région met en place annuellement un appel à projet (APP) spécifique à la prévention «santé jeune». En 2013, il était lié à l alcool, en 2014, au sommeil. Chaque année, une problématique est érigée en «Grande Cause régionale». Le principe : créer un appel à projets thématique et susciter des propositions novatrices visant à mieux comprendre ou à endiguer le phénomène en question. Afin de souligner l intérêt des projets retenus, les financements attribués dans ce cadre sont majorés. L année 2013 a été consacrée à l information sur les effets des perturbateurs endocriniens (PE), présents en quantité non négligeable dans des produits de consommation courante ou dans l environnement. Campagnes de sensibilisation du grand public, soutiens aux bonnes pratiques, luttes contre les comportements à risque comptaient parmi les actions éligibles. Cinq projets ont été soutenus en 2013, pour un montant de près de Pour 2014, la Région cible son action sur l évolution des comportements alimentaires et leur impact sur la santé à travers ses dimensions nutritionnelles, économiques (actes d achat), sociales (convivialité, plaisir, structuration des repas) et sanitaires (aliments bénéfiques pour la santé et adaptés aux besoins physiologiques de chacun). L ACCèS AUX SOINS Précarisation, inégalités territoriales, déserts médicaux Autant de facteurs qui agissent sur l état de santé de populations déjà fragilisées. La Région défend donc l accès à des soins pour tous. Sa politique volontariste se tourne en priorité vers les publics qu elle juge les plus vulnérables. Elle intervient particulièrement en soutenant la création, l extension, la restructuration ou l équipement d établissements spécialisés et innovants : maisons de naissances, établissements de prise en charge psychothérapeutique, centres médicaux universitaires, antennes de soins mobiles, etc. AAP Jeunes Alcool Santé mentale 5,8 % 11,5 % 9,6 % Éducation à la sexualité Contraception / IVG Prévention / ES Autres pathologies VIG / IST AAP Perturbateurs endocriniens 3,8 % 2 % Source : Région Île-de-France Périnatalité Accompagnement Nutrition

7 12 l l accès aux soins l accès aux soins l 13 Une complémentaire santé pour les jeunes démunis La Région développe une action solidaire vers les jeunes. À ce titre, elle propose une aide de 100 euros pour la cotisation à une complémentaire santé. Presque étudiants et étudiantes ont bénéficié du dispositif en 2013 et, bientôt, des apprentis franciliens ne bénéficiant pas d une mutuelle d entreprise ou des jeunes en insertion professionnelle y auront accès. Depuis 2010, une aide spéciale jeunes boursiers Cela fait trois ans que les étudiants boursiers de ans inéligibles à l ACS (Assurance complémentaire santé) et à la CMU-C (Couverture universelle complémentaire) peuvent obtenir une aide à l acquisition d une couverture santé complémentaire. Les critères d éligibilité sont les suivants : résider en Île-de-France, être inscrit dans un établissement d enseignement supérieur (ou un institut de formation sanitaire et sociale francilien) et être allocataire d une bourse sur critères sociaux ou d une bourse régionale (échelon 0 à 3 et 4 sous conditions). La Région participe à hauteur de 100 par personne et par année universitaire. En 2014, le dispositif s étend aux jeunes en situation d apprentissage ou en insertion professionnelle Cette aide est désormais ouverte aux apprentis non couverts par leur mutuelle d entreprise et aux jeunes en situation d insertion, inscrits dans l un des dispositifs du service public régional de formation professionnelle : Avenir jeunes, Écoles de la deuxième chance, programme régional qualifiant compétence. Des centres de planificationcontraception-ivg accessibles à toutes et tous La Région lance chaque année une campagne «Sexualité, contraception, avortement : un droit, mon choix, notre liberté». La plate-forme téléphonique régionale «Info IVG contraception» animée par les associations départementales du Planning Familial est au cœur de cette opération d information. Les Franciliennes sont confrontées à des inégalités sociales. Toutes ne disposent pas de la connaissance des comportements préventifs en matière de sexualité. L Île-de-France se distingue en effet par des défaillances en matière de contraception et un recours à l interruption volontaire de grossesse (IVG) plus élevé que la moyenne métropolitaine. La prévalence de certaines infections sexuellement transmissibles témoigne également de situations de prises de risques fréquentes. La Région s engage pour un choix en matière de sexualité, de contraception, d avortement et de fécondité, en confirmant son soutien aux centres de planificationcontraception-ivg d une part, et aux services de périnatalité d autre part de subventions en 2013 Création du centre IVG de l hôpital Tenon (20 e arrondissement de Paris). Création d un centre d éducation et de planification familiale dans la future maison de santé étudiante de la rue des Quatrefages (Paris 5 e ). Acquisition de quatre échographes à destination du Centre médical de santé du Blanc-Mesnil (93) et des hôpitaux Tenon (75) et Béclère (92).

8 14 l l accès aux soins L ÎLE-DE-FRANCE EST PARTICULIÈREMENT CONCERNÉE PAR LE VIH/SIDA Nouvelles contaminations rapportées à la population par an 11 pour pour France Outre-mer 39 pour Île-de-France Taux d incidence selon les populations en Île-de-France 1600 pour ,5 pour Chez les homosexuels (hommes) Chez les hétéros (mixte) Mais c est la région où l activité de dépistage du VIH est la plus élevée 1,23 millions en ÎLE-DE-FRANCE 5 millions de sérologies par an en France L OFFRE DE SOINS Les inégalités sociales face à la santé se conjuguent avec des déséquilibres territoriaux. Si l Île-de-France est fortement médicalisée, elle présente de nombreuses disparités : en mars 2011, Paris comptait 1 médecin généraliste pour 840 habitants, contre seulement 1 pour en Seine-Saint- Denis (93). Parallèlement, une majorité de jeunes médecins, plutôt que d exercer de manière isolée, souhaite partager un projet de santé et mutualiser les coûts d installation. Des regroupements (pôles, centres et maisons de santé pluridisciplinaires) sont opérés afin de mieux coordonner les pratiques et d offrir une meilleure prise en charge. Dans l objectif d enrichir et d améliorer l offre médicale, la Région mène deux actions clés : elle soutient la création de services collectifs de santé, sous réserve de conformité du projet social de soin, et aide les praticiens à installer ou à maintenir leur activité en zones déficitaires. ET LES DROGUES ILLICITES Top 3 des consommations en Île-de-France, selon l âge et le sexe (% de répondants) Ensemble des Franciliens Hommes Femmes 37 % 9,5 45 % Cannabis 4 29,3 % 6,6 6,4 4,7 3,2 Poppers Cocaïne Sources : Observatoire régional de santé Île-de-France ; Baromètre santé 2010, INPES - Exploitation ORS Île-de-France. VIH-Sida, hépatite, addiction : proposer une prise en charge globale Réduire le nombre de contaminations est l enjeu majeur de la lutte régionale contre le VIH-Sida et les addictions. Cet objectif repose non seulement sur l accroissement des investissements en matière de prévention, mais aussi sur la qualité de la prise en charge médicale des patients et des personnes en situation de toxicomanie, des campagnes d éducation à la santé et, en aval, son soutien aux structures médicales. Créer des établissements dédiés aux personnes atteintes du VIH Sida Aujourd hui, les besoins (suivi médical et soins) des personnes séropositives restent importants. En conséquence, la Région soutient en priorité les établissements proposant une prise en charge médicale globale des patients et des patientes. Elle soutient également des associations œuvrant pour la prévention et l accompagnement des personnes infectées. Accompagner et soigner les personnes souffrant d addiction Les territoires franciliens regroupent une part importante des décès français par overdose. La mise en vente libre des seringues stériles et l accès aux produits de substitution aux opiacés ont permis de réduire le taux de transmission des infections, en particulier du VIH et des hépatites. Autre progrès : l amélioration des prises en charge médicale et sociale de ces personnes. Environ ont été financés en 2013, répartis entre plusieurs projets, tels que l aménagement d automates distributeurs et récupérateurs de matériels d injection ou le soutien d associations spécialisées dans l accompagnement de patients souffrant d addiction, les centres d accueil et d accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD) et les centres de soins, d accompagnement de prévention en addictologie (CSAPA). Les salles de consommation Elles permettent de contrôler la propagation des infections transmissibles (VIH et hépatites), d offrir des services de santé de qualité aux usagers, de réduire les consommations par injection ou inhalation dans les lieux publics, de diminuer la délinquance. Une première expérimentation est attendue. La première salle de consommation francilienne devrait ouvrir dans Paris.

9 16 l l offre de soins l offre de soins l 17 UNE RÉGION TRÈS BIEN DOTÉE EN MÉDECINS Nombre de médecins en activité régulière pour habitants Corse Alsace Lorraine Midi-Pyrénées Aquitaine Limousin Languedoc-Roussilon Prov.-Alpes Côte d Azur Nord-Pas-de-Calais Poitou-Charentes Bretagne Auvergne Île-de-France Franche-Comté Pays de la Loire Rhône-Alpes CHIFFRES CLÉS * Hors AP-HP Yvelines Val-d Oise 95 MAIS UNE RÉPARTITION INÉGALE SUR LE TERRITOIRE 92 établissements publics à but commercial Essonne 91 privés d intérêt collectif Carte des zones déficitaires Seine-et-Marne centres municipaux de santé Sources : Agence régionale de santé Île-de-France (ARS), Atlas de la démographie médicale au 1 er janvier 2013, Plan régional santé de l ARS. Picardie Centre Haute-Normandie Champ.-Ardenne Bourgogne Basse-Normandie et fragiles 75 Paris 92 Hauts-de-Seine 93 Seine-Saint-Denis 94 Val-de-Marne 90 réseaux de santé Territoires : de l égalité en matière de soins Comment veiller à ce que les soins médicaux, généralistes ou spécialisés, soient accessibles à tous et à toutes? En s assurant d une répartition territoriale équilibrée de l offre médicale. Dans ce cadre, l intervention régionale est multiple : favoriser l implantation de structures médicales partout en Île-de-France, s attacher à maintenir les services existants en place. Favoriser les centres, maisons et pôles de santé pluridisciplinaires L exercice de la médecine en groupes pluriprofessionnels connaît un développement accru en Île-de-France. Il constitue une des solutions les plus efficaces à la volonté d améliorer les conditions de travail et de vie des professionnels. Il répond également à l accroissement des besoins des populations en matière de santé. Aussi, la Région promeut la création des structures dites de premier recours. En plus des soins, elles offrent un ensemble de services de prévention, d éducation à la santé, pratiquent le tiers payant et une facturation de secteur 1. En 2013, la Région a permis un certain nombre d opérations : 52 projets ont été financés, pour un montant de presque 5,2 M, soit une progression de 96,09 % par rapport à L effort de l investissement en 2014 se poursuit. Des contrats régionaux d exercice sanitaire Afin de permettre à tous les citoyens et citoyennes d accéder à des soins de proximité et de qualité, la Région a créé des Contrats régionaux d exercice sanitaire (CRES). Il s agit de favoriser les praticiens et les praticiennes (médicaux ou paramédicaux : infirmiers, kinésithérapeutes, etc.) qui décident d exercer en zones déclarées par l ARS déficitaires ou fragilisées. L aide s adresse à deux catégories de personnes : les étudiants et étudiantes, via une allocation d études, et les professionnels de santé (généralistes, spécialistes de premier recours et paramédicaux), via une aide à l installation. Cette dernière prend en charge une partie des travaux d équipement ou de sécurisation des locaux. Les bénéficiaires s engagent en contrepartie à s installer pour une période minimale de trois ans dans une zone déficitaire ou fragilisée. La permanence des soins La Région contribue à maintenir les installations existantes et à les rénover. Par ailleurs depuis 2002, en partenariat avec l Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) et l ARS, la Région accompagne le transport sanitaire d urgence grâce au financement d un hélicoptère basé au centre hospitalier Henri-Mondor (Créteil). L appareil permet de rallier les hôpitaux franciliens en moins de 20 minutes et sert également à effectuer des liaisons interhospitalières.

10 l accompagnement social l 19 Handicap : l égalité des chances D après le baromètre santé 2010 de l INPES (Institut national de prévention et d éducation pour la santé), près de 14 % des Franciliennes et des Franciliens âgés de 15 à 85 ans se sentent limités dans leurs activités quotidiennes (professionnelles, à domicile ou pour les soins personnels). Une limitation d activité reflète différentes situations de handicap qui vont de la définition la plus large à la plus restrictive. Par ailleurs, 1 % des enfants vit avec des déficiences sévères. Le financement des structures d hébergement pour les personnes en situation de handicap L enveloppe régionale est avant tout utilisée pour développer et rénover services et établissements. En 2013, 12,2 M ont été versés aux porteurs de projets destinés aux enfants et aux adultes en situation de handicap : centres d action médico-sociale précoce, instituts thérapeutiques et pédagogiques, instituts d éducation motrice ou sensorielle, foyers de vie, foyers d accueil médicalisé, entreprises adaptées, etc. Aider à l autonomie Au-delà du financement des équipements et véhicules des services de maintien à domicile, la Région contribue également aux fonds de compensation des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Plus de 2 M ont été attribués aux huit MDPH en 2013, en vue de financer des travaux d adaptation des logements ainsi que des acquisitions d aides techniques ou d appareillages. En 2014, 1 million supplémentaire y sera consacré au vu des besoins. Un agenda 22 La Région a adopté son agenda 22, un cadre stratégique visant à l accessibilité des personnes en situation de handicap dans tous les domaines de la vie, au même titre que tout autre citoyen ou citoyenne, par un suivi opérationnel transversal des réalisations concrètes en ce sens. C est le passage d une vision sectorielle du sujet (lycées et handicap, transports et handicap, sports et handicap, etc.) à une vision globale qui permet de penser l accessibilité universelle tout au long de la vie. Il permet de donner une vision claire et pédagogique des politiques publiques et des actions menées par la Région en faveur des citoyennes et citoyens en situation de handicap. L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL En 2010, 600 acteurs et actrices du champ médico-social et social ont participé à la révision de la politique sociale francilienne autour de trois grands thèmes : l égalité des chances des personnes en situation de handicap, l état des lieux de la pauvreté sur les territoires, l accompagnement du vieillissement de la population. Conformément à la démarche de l Agenda 21, le programme d action sociale vise le développement durable. Parmi les ambitions : réduire les inégalités sociales et territoriales en améliorant la qualité de vie des Franciliennes et des Franciliens. Personnes en situation de handicap, seniors, personnes en grande précarité, gens du voyage, petite enfance, femmes victimes de violence : la Région Île-de-France accompagne les populations les plus fragiles pour leur offrir des conditions de vie adaptées à leurs besoins. Elle participe en particulier à la création, à l extension ou à la réorganisation de places en structures d accueil ou de services adaptés.

11 20 l l accompagnement social l accompagnement social l 21 Petite enfance : faciliter le quotidien des parents DES ACTIONS EN FAVEUR DES SANS-ABRI Nombre de places dédiées à cette population Places créées Places réhabilitées Places équipées Source : Région Île-de-France places depuis Femmes : halte aux violences et à la précarité Les femmes sont statistiquement plus touchées par la précarité que les hommes. De ce fait, et particulièrement dans le cas des violences subies, il est indispensable de veiller à la sécurisation de leur parcours et de donner les moyens d une mise à l abri. La Région intervient en investissement et en fonctionnement sur cette problématique. Par ailleurs, les violences faites aux femmes sont un des thèmes de la Grande Cause sociale régionale en Gens du voyage : une offre d habitat enrichie à gens du voyage résident en Île-de-France aujourd hui (source MIPES - Mission d information pour la pauvreté et l exclusion sociale). La densité urbaine francilienne et les coûts du foncier accroissent les difficultés des familles à séjourner ou habiter dans le respect de leur mode de vie. Depuis maintenant plus de douze ans, la Région Île-de-France mène une politique sociale active à destination des gens du voyage. Il s agit d améliorer tant quantitativement que qualitativement l offre d habitat, sur tous les territoires franciliens. La Région intervient en concertation avec les professionnels de terrain, collectivités ou associations. En 2013, deux aires d accueil ont été financées, offrant 64 places réparties entre la Seine-Saint-Denis (93) et le Val-d Oise (95). La Région soutient financièrement les structures d accueil collectif des jeunes enfants âgés de trois mois à trois ans en les incitant à répondre à des besoins spécifiques. L insuffisance de l offre en matière de garde d enfants en Île-de-France est un problème important. Pour aider à le résoudre, la Région cible ses aides sur les structures d accueil collectif. Entre 2008 et 2011, 138 établissements ont été soutenus et plus de places supplémentaires ont été créées. La Région soutient particulièrement les établissements qui se veulent innovants : l une amplitude horaire élargie pour mieux répondre au travail des parents en horaires décalés ; l l accueil d enfants en situation de handicap ; l des programmes mixtes établissement pour personnes âgées - crèche, assurant un rapprochement intergénérationnel. En 2013, 23 structures de garde collective pour jeunes enfants ont été financées, pour un montant total de 2,2 M : 4 crèches, 2 haltes-garderies et 17 multiaccueils. Soit 656 places nouvelles. Grande précarité Environ bénéficiaires des allocations familiales franciliens vivent avec moins de 942 par mois. La moitié d entre eux se compose de familles monoparentales et de couples avec enfants. Au total, 1,5 million de personnes sont concernées, soit 13 % des Franciliens et des Franciliennes. Apporter la réponse la plus adéquate La Région accompagne la très grande difficulté sociale en participant au financement de structures d accueil (et à la création de places supplémentaires) qui offrent refuge, domiciliation et suivi social : des centres d hébergement pour une première stabilisation jusqu aux maisons-relais pour une réelle insertion. Des logements pour les femmes victimes de violences Le nombre de femmes, avec ou sans enfants, présentes dans les structures d accueil et d hébergement augmente chaque année. À propos des femmes victimes de violences, le recensement des places d accueil met en lumière une offre inférieure de 10 % aux sollicitations reçues. Depuis 2008, la Région, en partenariat avec la Fédération nationale solidarité, femmes (FNSF), met des logements sociaux à la disposition de ces femmes maltraitées. Des téléphones portables La Région Île-de-France participe à la protection des Franciliennes en finançant un programme expérimental innovant : la distribution de téléphones portables d alerte aux femmes repérées comme étant en très grand danger. Les critères sont définis par le Parquet en fonction de la gravité des faits, du profil social de la victime, et des caractéristiques de l agresseur. En 2013, la Région a soutenu en Seine-Saint-Denis et à Paris l accompagnement de ces femmes à hauteur de 35 K. Cette expérimentation a vocation à s étendre à l ensemble des départements dès 2014.

12 22 l l accompagnement social Seniors : un soutien orienté vers les personnes âgées dépendantes et leurs aidants Près d un million de Franciliens et Franciliennes seront âgés de 75 ans et plus en % d entre eux seront en situation de dépendance ou de précarité. Aussi, depuis 2004, près de 220 M ont été consacrés aux seniors, une politique sociale qui se renforce en particulier en 2011, sur une des plus importantes problématiques de santé publique : la maladie d Alzheimer et des troubles associés. Ce sont les familles qui dans 70 % des cas prennent en charge le malade et permettent son maintien à domicile. La Innovation : de l intergénérationnel à Notre-Dame du Bonsecours La résidence sociale Notre-Dame du Bonsecours (Paris 14 e ) se veut un pôle médico-social de proximité, intergénérationnel, destiné aux personnes atteintes de troubles du comportement et des fonctions supérieures. Le soutien régional a permis d y intégrer 98 lits Alzheimer, dont six réservés à un hébergement temporaire. En outre, il comprend : un foyer d accueil médicalisé de 90 lits, dont 14 réservés à des patients Alzheimer jeunes ; une crèche accueillant des enfants en situation de handicap ; un centre médico-psycho-pédagogique ; un espace de convivialité et de services : le Petit Café, géré par l association AFASER. Région a bien conscience de l apport considérable de ces «aidants». Les soutenir constitue aussi une réponse à la prise en charge de la maladie d Alzheimer. La Région s engage dans le financement des structures, services et associations qui œuvrent dans ce sens. Participer à l augmentation du nombre de places disponibles La Région soutient en premier lieu les établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Elle finance également les centres d accueil de jour, proposés par les Ehpad ou autonomes. Ces centres accueillent des patients pris en charge à domicile. Si cette initiative permet aux familles de se trouver du répit, elle offre aux patients la possibilité de participer à des activités de stimulation cognitive. Soutenir les aidants L inscription de cette thématique au rang de Grande Cause régionale de l année 2012 a permis d en accroître la visibilité et de majorer les financements qui y ont été consacrés. Elle a permis de susciter l émergence de projets associatifs innovants destinés à apporter une réponse au besoin de répit, à prévenir les risques médico-sociaux (ruptures familiale, sociale et professionnelle) ainsi qu à mieux cerner les problématiques sociales et les besoins en termes de santé des aidants de malades d Alzheimer jeunes et de personnes handicapées vieillissantes. À ce titre, 17 projets pour un montant de euros ont été financés. Crédits photographiques (De gauche à droite et de haut en bas) : Couverture : Tetra Images/Andia ; p. 6 : Laurent Villeret/Picturetank ; p. 7 : WeDoData ; p. 8 : Laurent Villeret/Picturetank ; p. 9 : Plainpicture ; p.10 : WeDoData ; p.11 : Éric Garault/Picturetank ; p.12 : Xavier Schwebel/Picturetank, Région Île-de-France, Odilon Dimier/PhotoAlto/Photononstop ; p.13 : Creatas/icidesign N.Prinz/Ing amplublising/patrick Sheandell O Carroll/PhotoAlto/MFPF, Patrick Gaillardin/Picturetank ; p. 14 : WeDoData ; p.15 : Éric Garault/Picturetank ; p. 16 : WeDoData ; p.17 : Éric Garault/Picturetank ; p.18 : Bruno Fret/Picturetank ; p.19 : André Lejarre/le bar Floreal.photographie, Jean-Marc Armani/Picturetank ; p.20 : Jéromine Derigny/Picturetank, WeDoData, Bernard Baudin/le bar Floreal.photographie ; p.21 : Alain Le Bacquer/Picturetank, Alain Le Bot/ Photononstop ; p. 22 : Jean-Robert Dantou/Picturetank.

13 Région Île-de-France Unité société Direction du développement social de la santé et de la démocratie régionale 35, boulevard des Invalides Paris / Conception graphique : Rampazzo & Associés - Mai Impression : Imprimerie de Compiègne

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir

En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir www.iledefrance.fr En Île-de-France, les jeunes ont de l avenir 600 000 étudiants, 480 000 lycéens et plus de 100 000 apprentis : les jeunes ont de l avenir

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

INTRODUCTION 2/12. Les pathologies parodontales atteignent la majorité de la population adulte, dont 15% sévèrement.

INTRODUCTION 2/12. Les pathologies parodontales atteignent la majorité de la population adulte, dont 15% sévèrement. SYNTHÈSE INTRODUCTION La santé bucco-dentaire, souvent délaissée par une partie de la population qui considère qu elle n a pas de caractère de gravité ou d urgence et ne fait pas le lien avec l état de

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

vous guider Guide de l Action Sanitaire et Sociale www.msa-alsace.fr

vous guider Guide de l Action Sanitaire et Sociale www.msa-alsace.fr vous guider Guide de l Action Sanitaire et Sociale www.msa-alsace.fr La gouvernance de l Action Sanitaire et Sociale Le Conseil d Administration de la MSA d Alsace Détermine les orientations d action sanitaire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

"L accès aux soins des étudiants en 2015"

L accès aux soins des étudiants en 2015 Dossier de Presse "L accès aux soins des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées,

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées, Février 2008 PRÉAMBULE L aide sociale qui relève de la compétence des conseils généraux depuis les lois de décentralisation de 1983 comprend des prestations et services destinés aux personnes qui se trouvent

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

(Commission Permanente du 19 octobre 2012)

(Commission Permanente du 19 octobre 2012) (Commission Permanente du 19 octobre 2012) Les principaux aménagements sont les suivants : Concernant la Protection Maternelle et Infantile : - La capacité d accueil des enfants de moins de 18 mois limitée

Plus en détail

La santé des étudiants

La santé des étudiants La santé des étudiants Organisation et problématiques Centre de Formation SOMMAIRE Introduction Les origines de la santé étudiante La santé étudiante aujourd hui Les acteurs de la santé étudiante Conclusion

Plus en détail

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins.

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins. L origine de l association remonte aux années 1990 avec la création du programme de réduction des risques de Médecins du monde (MDM) à Marseille : le bus échange de seringues de MDM s est posé pour la

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%>

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%> Rapport pour la commission permanente du conseil régional Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION DE

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

La reconnaissance du handicap

La reconnaissance du handicap Information La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail