dossier Le temps des seniors : une nouvelle conjugaison

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dossier Le temps des seniors : une nouvelle conjugaison"

Transcription

1 Le temps des seniors : une nouvelle conjugaison Ils sont de plus en plus nombreux, vivent de plus en plus longtemps, et, fort heureusement, en bonne santé. D ailleurs, les seniors ne se sentent pas vieux puisque «la jeunesse, c est le temps qu il reste à vivre», comme l écrivait Simone de Beauvoir. Chef de file de l action sociale, le Département les accompagne dans leurs projets. Il a d ailleurs réactivé le Comité départemental des retraités et des personnes âgées (CODERPA), en 2005, pour se tenir à leur écoute, réfléchir avec eux, informer, proposer Et lorsque des pertes d autonomie surviennent, il leur donne le choix du maintien à domicile ou de l hébergement dans divers établissements. Cela dit, avec l arrivée de la génération Baby boom, le temps des seniors reste à réinventer! 13

2 Des services pour bien vieillir «Bien vieillir dans le Doubs, c est avoir le libre choix de son mode de vie», affirme Jean-Marie Bart, conseiller général délégué et président du Coderpa. C est pourquoi le Département mène une politique volontariste de création de places d hébergement, et auprès des associations d aide à domicile, depuis Le retard qu il accusait alors est désormais rattrapé. Ça commence quand la vieillesse? À 60 ans, âge légal de la retraite? Au bout de 41 années de cotisations pour bénéficier complètement de ses droits? Lorsqu on devient dépendant? La question peut paraître anodine mais elle en suggère une autre : quelle est la place de la personne âgée dans notre société? «C est l un des débats qui anime le Comité départemental des retraités et des personnes âgées (Coderpa)», note Jean-Marie Bart, qui préside cette instance consultative réactivée en 2005 par le Conseil général. «Des groupes de travail traitent, entre autres sujets, des relations intergénérationnelles, des services à la personne, de l hébergement, de la bientraitance Il en ressort des propositions qui sont intégrées au volet vieillissement du Schéma départemental de l organisation sociale et médico-sociale, et dans notre projet Doubs 2017.» «Parallèlement, nous avons créé des Centres locaux d information et de coordination (CLIC), dans le cadre de partenariats avec les collectivités et les professionnels de la gérontologie, signale Danièle Nevers, vice-présidente en charge des Solidarités. Ce sont des relais d information et d accompagnement de proximité pour les personnes âgées et leurs familles. Nous soutenons aussi le mouvement associatif car il a un rôle primordial dans le maintien de l autonomie par la prévention» Des projets de vie «Nous voyons bien que le fait d avoir des projets et des activités retarde la perte d autonomie, enchaîne Danièle Nevers. C est pourquoi il est important que la personne âgée détermine son projet de vie. Nous savons que la majorité de nos concitoyens préfèrent le maintien à domicile. Le Conseil général s attache à satisfaire cette attente, avec un dispositif d'adaptation du logement, par exemple, Danièle Nevers, vice-présidente en charge des Solidarités et Jean-Marie Bart, conseiller général délégué en charge du Handicap et président du Coderpa. en soutenant les associations d aide à domicile. Nous apportons aussi une attention particulière à l accompagnement des aidants car ils jouent un rôle indispensable. C est en pensant à eux que nous favorisons la création de places d accueil temporaire, de jour notamment.» (Voir l encadré Le Doubs pionnier). Hébergement : un effort considérable Toutefois, le maintien à domicile ne peut être la seule réponse, même avec le développement des services infirmiers et la professionnalisation des intervenants, sachant qu une personne âgée sur six devient dépendante en fin de vie. Depuis Repères 32 M : budget départemental de l APA à domicile en 2012 pour personnes âgées. 15,3 M : budget départemental de l APA en établissement en 2012 pour résidents. 58,78 : prix de journée moyen restant à la charge des résidents. 1 personne âgée sur 6 devient dépendante. 85 ans : c est l âge moyen d entrée en établissement. Jusque-là, 9 personnes sur 10 vivent à leur domicile. Claude Jeannerot, président du Conseil général du Doubs «Un fonctionnement intenable» «L État laisse aux Départements le soin de prendre en charge l essentiel d une aide qui devrait relever de la solidarité nationale, estime Claude Jeannerot. Ainsi, dans le Doubs, en 2003, avons-nous versé 27 millions d euros au titre de l Allocation personnalisée d autonomie, et reçu une compensation de 10 M (soit 37 % du total) de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA). En 2012, nous mobilisons plus de 47 M pour une compensation qui ne dépassera pas 12 M. Nous arrivons au bout d un fonctionnement intenable. La solidarité nationale devrait jouer ; mais, vu l état des finances publiques, il faut imaginer d autres modes de financement, plus justes et plus efficaces. C est toute la fiscalité qu il faut repenser.» 14

3 «La personne bénéficiaire d un suivi est au cœur des préoccupations d AFL, constate Jeanine Mélières. Par exemple, Guy, mon mari, a toujours affaire aux deux mêmes intervenantes. C est appréciable.» «Nous nous adaptons aux attentes des personnes pour leur faciliter la vie», répond Charlène Grégis, aide à domicile diplômée. 2005, le Conseil général du Doubs mène une politique de développement des établissements d hébergement qui se distingue au niveau national. Pas moins de 500 places ont été créées entre 2005 et fin Et 400 le seront d ici à À cette date, ce seront 1755 places globalement qui auront été construites ou reconstruites, accessibles à l aide sociale pour l essentiel. «Cet effort d investissement de 29 millions d euros sur neuf ans a permis aux secteurs public et privé associatif de contenir ses emprunts dans des limites raisonnables et de maîtriser le prix de journée», souligne Jean-Marie Bart. Confronté à une population plus vieillissante que la moyenne nationale (au-delà de 75 ans), le Doubs comble ainsi son retard en quantité mais aussi en qualité. En savoir plus : coderpa.doubs.fr Aide à domicile pour le bien-être «Les tâches de l aide à domicile sont de plus en plus complexes face au vieillissement de la population», souligne Sébastien Briouz, directeur de l Association des familles laïques Emploi-Famille, de Besançon. «Le métier d aide à domicile a deux aspects : l aide ménagère et l aide à la personne. Mais le ménage n est qu'un moyen d améliorer les conditions de vie du bénéficiaire, et se fait suivant une procédure sanitaire particulière», présente Sébastien Briouz. Les tâches sont variées et multiples : aide au lever et au coucher, à la toilette, aux repas, aux courses, aux démarches administratives «Dans toutes les structures, on observe un glissement des tâches du médecin vers l infirmière, puis vers l aide-soignante et vers l aide à domicile», note de son côté la sociologue Isabelle Moesch. «Les trois-quarts de nos 35 intervenantes (un seul homme pour le moment!) sont diplômés, au terme d une année de formation spécialisée : soit auxiliaires de vie sociale, soit assistante de vie aux familles, précise Sébastien Briouz. La formation continue et l accompagnement individuel sont indispensables car elles sont confrontées à des situations délicates, et, souvent, au deuil.» Association présidée par Jean-Marie Dame, AFL suit 350 personnes âgées sur Besançon (80 %) et son agglomération. «7 jours sur 7 avec 25 équivalents temps plein», ajoute Sébastien Briouz. Elle est l une des neuf structures autorisées signataires d un Contrat pluriannuel d objectifs et de moyens. Tél Le Doubs pionnier du partenariat avec les associations Le Doubs compte parmi les quatre départements pionniers qui ont expérimenté les Contrats pluriannuels d objectifs et de moyens. Il les a mis en place avec les neuf structures d aide à domicile habilitées. Ces contrats mettent fin à une libre concurrence qui ne permettait pas de répondre, à qualité égale, aux besoins sur l ensemble du territoire ; et elle ne garantissait pas la maîtrise des tarifs. Désormais, les usagers ne paient que le ticket modérateur quel que soit l opérateur choisi. Les interventions peuvent être modulées en fonction de leurs besoins réels. Les opérateurs perçoivent une dotation qui leur permet d avoir de la visibilité, celle-ci étant calculée à partir des heures prévisionnelles, notamment. Cette nouvelle organisation apparaît d ores et déjà source d économies pour tout le monde. 15

4 Le point de vue de la sociologue, Isabelle Moesch : «Des projets jusqu au bout de la vie» Isabelle Moesch. Sociologue, chargée d études et de recherches à l Institut régional du vieillissement, Isabelle Moesch interroge volontiers le sens des mots pour découvrir ce qu il cache : «Les Français utilisent le terme de dépendance pour désigner l ensemble des soins apportés aux personnes âgées face à la perte de capacité dans l accomplissement des actes essentiels à la vie. Les Italiens désignent une politique de non-autosuffisance! Les Nordiques préfèrent le terme d autonomie pour évoquer la capacité de la personne à choisir ses modes de vie. Les Japonais parlent de solidarité Ces termes ne sont pas anodins car ils révèlent la place qu une société accorde aux citoyens âgés. Si une nouvelle catégorie apparaît, celle des seniors actifs, les très grands vieillards n en sont pas moins mis à part. Dans une société qui a le culte de la jeunesse et de la vitesse, ils nous rappellent trop que nous sommes mortels. Et face à cette réalité que nous occultons, nous avons recours à une médicalisation poussée.» «La vieillesse n'est pas une pathologie» «Or la vieillesse n est pas une pathologie, elle est une nouvelle étape de la vie. Même la fin de la vie ne signifie pas la fin de la place occupée, on reste inscrit dans une généalogie Une politique nationale de l autonomie reste à inventer pour accompagner les personnes âgées dans leurs projets. L un d eux, essentiel, touche à la transmission. Mais pour qu elle puisse opérer, il faut que chacun soit bien à sa place, il faut du temps, des lieux de rencontres, dans des territoires vécus où chacun s enracine. L essentiel pour la personne âgée, c est de pouvoir choisir son parcours de vie jusqu au bout, quitte à prendre des risques, comme tout au long de la vie. Je pense que la génération du papy-boom, celle des seniors actifs, va transformer le regard de notre société sur le vieillissement et la perte d autonomie. Elle va affirmer ses choix d autant plus facilement qu elle sera nombreuse et représentera un poids économique.» IRV, tél Alzheimer : mieux comprendre pour mieux accompagner L accompagnement d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer est une charge lourde, le plus souvent assumée bénévolement par un membre de la famille ou un proche Pour aider ces derniers à l accomplir du mieux possible sans s épuiser, France Alzheimer Franche- Comté organise des cycles de cinq réunions de formation (espacées de 15 jours environ chacune). Un membre bénévole de l association et une psychologue s appuient sur les expériences de chaque participant pour trouver réponses et solutions, fournir des informations sur les symptômes et l évolution de la maladie Ces formations gratuites, ouvertes à tous les aidants familiaux, adhérents ou non à l association, débutent en avril, simultanément à Maîche, Morteau et Ornans. Pour en savoir plus, contacter France Alzheimer Franche-Comté, 2 rue Kepler à Besançon, tél Jouer pour entretenir sa mémoire. 16

5 Perte d autonomie : un financement toujours en question Présidente de l Instance régionale d éducation et de promotion de la santé (IREPS), Jeannette Gros a étudié de près la question du financement de la dépendance et participé à de nombreux débats nationaux. Ancienne agricultrice avec son mari, présidente de la Mutualité sociale agricole de 1997 à 2005, elle connaît particulièrement bien les difficultés des retraités, notamment en milieu rural. «Une priorité s impose : réduire le coût qui reste à la charge d une personne âgée en établissement d hébergement, estime-t-elle. Si les soins sont pris en charge quasiment à 100 % par l Assurance-maladie et les organismes complémentaires, l APA ne couvre qu une partie des frais liés à la dépendance. Et l hébergement reste à la charge de la personne âgée et de sa famille : chambre et repas, frais administratifs Mais est-il normal qu elle participe aux amortissements mobiliers et immobiliers, sachant que la durée de son séjour sera, en moyenne, de trois ans?» Des pensions de retraite insuffisantes «L hébergement coûte en moyenne en milieu rural, en milieu urbain, indique Jeannette Gros. Ce qui reste à charge du résident s élève environ à Or, la pension de retraite atteint en moyenne 1 200, et la moitié des retraités perçoivent une pension inférieure à Tant et si bien que les personnes âgées utilisent leurs économies puis entament leur patrimoine, et enfin font appel aux enfants. Ainsi, les plus modestes s appauvrissent. Ou bien ils se privent de soins et leur état de santé se dégrade.» «Sachant que les Départements ne peuvent pas continuer à supporter la charge de l APA, des solutions ont été évoquées : alignement de la CSG des actifs et des retraités, création d une deuxième journée de solidarité, taxe sur les droits de succession Si les contrats d assurance privée devaient se développer, il faudrait que ce soit de façon encadrée.» «Deux autres priorités s imposent : le soutien aux organismes d aide à domicile qui doivent faire face à des besoins de plus en plus complexes, et professionnaliser toujours plus leur personnel. Et le soutien aux aidants familiaux pour les personnes âgées qui restent à leur domicile. Ils ont besoin d être formés et accompagnés pour disposer de moments de répit. Une chose Jeannette Gros. est sûre : la solidarité publique encourage la solidarité privée!» IREPS, tél Forum Prévention santé dans le Pays Doubs central L Espace Seniors renouvelle en mars son Forum Prévention Santé avec ses partenaires de l accompagnement des retraités et personnes âgées (de 13h30 à 17h). Il saisit cette occasion pour présenter ses missions de Centre local d information et de coordination (13h30-14h), et propose une conférence (14h-15h) sur la prévention des maladies cardio-vasculaires. De 15h à 16h, une réunion d information est organisée sur le thème Mémoire et nutrition et Arts du cirque, en sus, à Roulans! Enfin, l association Jalmav (Jusqu au bout accompagner la vie) évoque ses missions auprès des malades en fin de vie et de leurs familles. Le 19 mars à Rougemont, Maison des associations. Le 20 mars à Roulans, salle des fêtes Espace culturel. Le 30 mars à Sancey-le-Grand, salle des Miroirs. Espace Seniors, tél

6 Pays du Haut-Doubs : un espace réservé aux retraités et aux professionnels Le Centre local d information et de coordination (CLIC) du Pays du Haut- Doubs a une approche collaborative du vieillissement avec le Centre hospitalier de Pontarlier. Le CLIC partage des locaux avec l'équipe mobile de gérontologie du Centre Hospitalier, l'équipe mobile de soins palliatifs, le service social hospitalier et le réseau de Santé Haut-Doubs Jura santé territoire. Son rayon d action couvre les cantons de Pontarlier, Levier, Mouthe et Montbenoît soit 78 communes. En plus de ses missions classiques d'accueil du Stéphanie Pourchet en visite chez Geneviève Serra, et Marie-Claude Bongay, aide à domicile de l'assad. public senior et des familles, il se charge de remettre les dossiers d'admission pour l EHPAD du Larmont, à Doubs. Des projets en 2012 Plus largement, il anime sur tout le secteur des réunions de coordination entre les différents intervenants auprès des personnes âgées afin, par exemple, de veiller à la continuité de la prise en charge entre l hospitalisation et le domicile, et de trouver des solutions aux situations complexes. Des plaquettes d'information sur les aides accessibles sont diffusées auprès des mairies et des professionnels. En 2012, l assistante, le travailleur social et la coordinatrice du CLIC travaillent avec l équipe de gérontologie à la mise en place de cycles d aide aux aidants, à Pontarlier, Morteau et Montbenoit, dans le cadre du plan Alzheimer. Des journées du bien vieillir sont destinées aux personnes retraitées valides dans un objectif de prévention. La création d un lieu de parole pour les aidants est en préparation sur le secteur de Labergement-Mouthe. De gauche à droite : Sandrine Beline, conseillère en économie sociale et familiale, Stéphanie Pourchet, secrétaire médicale et Isabelle Koch, coordinatrice. Un service de proximité Dispositif de proximité mis en place par le Conseil général, le Centre local d information et de coordination est un lieu d information et d orientation pour les personnes âgées, leur entourage et les professionnels de la gérontologie. Il assure un accueil personnalisé, gratuit et confidentiel. Parallèlement, le CLIC anime et coordonne un réseau de professionnels et d associations pour satisfaire au mieux les attentes des retraités : campagne d information, animations diverses, rencontres thématiques sont organisées régulièrement. Quatre CLIC existent actuellement, mais le Conseil général a l'ambition de couvrir l'ensemble du département à terme. CLIC du Pays du Haut-Doubs CLIC du Pays Doubs Central CLIC Maison des Seniors de la CLIC du Pays de Montbéliard Centre Hospitalier de Pontarlier Espace Seniors Ville de Besançon 28 avenue Wilson Faubourg Saint-Étienne Association centrale de 8 rue Pasteur Besançon Montbéliard Pontarlier Coordination Médico-Sociale Tél Tél Tél rue Barbier Baume-les-Dames besancon.fr paysdemontbeliard.fr Accueil du lundi au vendredi Tél Accueil du mardi au vendredi (8h30-17h30). Rendez-vous (10h30-18h30), Accueil du lundi au vendredi en soirée et visites à domicile Accueil du lundi au vendredi le samedi (9h-12h) (9h-12 h et 14h-18h) possibles si nécessaire. (9h-12h et 14h-17h) 18

7 Mutualité française : mutuelle tout au long de la vie Prévention, soin, accompagnement structurent toute l activité de la Mutualité française du Doubs, forte de collaborateurs. Organisme fédératif à but non lucratif, elle gère, par délégation de service public du Conseil général, 10 établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Une éthique partagée. Joël Beugin (à gauche) et Pierre Alixant : «Nous considérons qu il faut mutualiser la prise en charge de la perte d autonomie.» «Notre mouvement est bien ancré ici puisqu il rassemble 70 % de Doubiens», souligne Pierre Alixant, président de la Mutualité française du Doubs et de Franche-Comté. Autour de son rôle de complémentaire santé et de prévoyance, celle-ci a développé progressivement des services de soins. Le premier centre dentaire est apparu vers 1957, suivi de centres optique puis audition. Tout naturellement, la Mutualité française s est investie dans le secteur hospitalier lorsqu elle a été sollicitée par des médecins porteurs d un projet : ainsi est née la Polyclinique de Franche-Comté, à Besançon. «Toujours selon nos principes mutualistes de solidarité, souligne Pierre Alixant. Par exemple, les dépassements d honoraires sont limités, voire inexistants en maternité». Suivront le rachat de la Polyclinique du Parc, à Dole, et la création du service d hospitalisation à domicile (120 lits actuellement). Parallèlement, en 2004, le Conseil général confie à la Mutualité française du Doubs, par délégation de service public, la gestion de 10 Unités de vie : de petites maisons de retraite de 24 places au maximum, créées essentiellement en milieu rural, spacieuses et agréables. Cette délégation a été renouvelée en 2012 pour cinq ans. Répondre aux besoins des personnes âgées «Les pensionnaires vieillissants et perdant de leur autonomie, nous avons procédé à la médicalisation de ces unités qui sont devenues des EHPAD à part entière», indique Joël Beugin, directeur de la Mutualité. «Nous percevions bien, depuis de nombreuses années, les besoins croissants des personnes âgées, précise Pierre Alixant. Par sa politique dynamique de création de places, le Conseil général nous a donné l opportunité d y répondre. À la même époque, nous avons créé un établissement de 75 places en partenariat avec la commune de Maîche. Nous avons repris La Retraite, à Besançon, qui sera agrandie en 2013, puis créé une résidence à Grand- Charmont, avec l'appui du Conseil général. Nous ouvrirons une nouvelle résidence à Bart fin C est devenu pour nous une activité à part entière avec, toujours, comme spécificité, la solidarité : tous nos établissements peuvent donner accès à l aide sociale en fonction des revenus familiaux. Ainsi, nous accompagnons les Doubiens tout au long de la vie!» L'association SIEL bleu promeut l'exercice physique dans les clubs Troisième âge et les établissements pour personnes âgées. Ici, Laetitia Ferreux, responsable départementale, intervient à la maison de vie de Saint-Vit. Historique Si les racines du mouvement mutualiste plongent dans l histoire de la révolution industrielle du XIX e siècle, la création de la Sécurité sociale les a incitées à se développer sur le terrain de la prévention et de la promotion de la santé. Ce qui en fait le troisième acteur national en la matière, après l État et l Assurance-maladie. 550 C est le nombre de places d accueil pour personnes âgées dont dispose la Mutualité française du Doubs dans ses 13 établissements. Il en sera créé 150 d ici à fin

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville.

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville. Ville d Albertville Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées www.albertville.fr Sommaire Logement-foyer : la résidence des 4 Vallées p. 4 Service maintien

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 Suite à son Conseil d administration de mars 2011, l UNAF a fait part de l ensemble de ses analyses et propositions dans un document

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile Seniors Eléments d état des lieux Un vieillissement rapide D'un point de vue démographique, le Jura se situe à un niveau intermédiaire par rapport aux autres départements métropolitains français : la part

Plus en détail

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection Maison de Retraite Sélection QUE CHOISIR? Maison de Retraite / Résidence Services / Maintien à domicile +10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts EDITO Partir en Maison de Retraite

Plus en détail

Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013

Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013 Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013 Vous vivez à domicile mais vous souhaitez être aidé dans votre quotidien. Bien vivre dans son logement : Le maintien à domicile peut être facilité

Plus en détail

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget SOMMAIRE Logement Maintien à domicile Santé Alimentation Transport Budget LOGEMENT PACT Pays-Basque Le PACT vous aide à adapter votre logement : un diagnostic accessibilité réalisé par le PACT. Évaluation

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Synthèse 2008-2013. Département de l Indre. Schéma Gérontologique. Bien vieillir dans l Indre

Synthèse 2008-2013. Département de l Indre. Schéma Gérontologique. Bien vieillir dans l Indre Synthèse Département de l Indre Schéma Gérontologique 2008-2013 Bien vieillir dans l Indre 2 chéma Gérontologique Édito Véritable outil de pilotage départemental de politique publique, le schéma gérontologique

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

GUIDE. de l exposition. «CAMPAGNES EN MOUVEMENT 65 ans d actions mutualistes avec la MSA» @Roger-Viollet

GUIDE. de l exposition. «CAMPAGNES EN MOUVEMENT 65 ans d actions mutualistes avec la MSA» @Roger-Viollet GUIDE de l exposition @Roger-Viollet «CAMPAGNES EN MOUVEMENT 65 ans d actions mutualistes avec la MSA» 1 2 introduction l La MSA contribue à améliorer la protection sociale et les conditions de vie des

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE -

SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE - SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE - Le schéma d organisation sociale et médico-sociale est un outil de planification essentiel

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Vous accompagner pour bien vivre votre retraite Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Sommaire Pour Audiens, votre groupe de protection sociale,

Plus en détail

Guide des actions et services gérontologiques

Guide des actions et services gérontologiques Guide des actions et services gérontologiques du territoire de la Communauté de Communes du Genevois (CCG) à destination du grand public Elaboré par le collectif gérontologique du territoire de la CCG

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Site internet : www.ehpad-gautier.com 1 PRESENTATION

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES C6 L aide sociale à l hébergement en établissement Références Code de l Action Sociale et des Familles Art. L 113-1 Art. L 131-1 à L 131-7 Art. L 132-1 et suivants Art. L 231-4 à L 231-6 Art. R 131-1 et

Plus en détail

«BIEN VIEILLIR DANS 20 ANS» Imaginer et construire les solutions du futur

«BIEN VIEILLIR DANS 20 ANS» Imaginer et construire les solutions du futur Dossier de presse Le 10 octobre 2014 «BIEN VIEILLIR DANS 20 ANS» Imaginer et construire les solutions du futur Contact presse Anne BERNARD 01 41 37 11 49 abernard@cg92.fr www.hauts-de-seine.net SOMMAIRE

Plus en détail

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol Depuis le 1 er janvier 2002, une nouvelle aide, l Allocation personnalisée d autonomie ou APA, remplacera l actuelle

Plus en détail

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 3/9/15 Durée : 1h30 ACCUEIL ET

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

des Aînés Information Orientation Proximité Écoute Coordination Échange Accompagnement Accueil La Ville de Strasbourg proche des personnes âgées.

des Aînés Information Orientation Proximité Écoute Coordination Échange Accompagnement Accueil La Ville de Strasbourg proche des personnes âgées. La Ville Les Maisonsensemble des Aînés Information Écoute Échange Coordination Orientation Proximité Accompagnement Accueil La Ville de Strasbourg proche des personnes âgées. Depuis quelques années déjà,

Plus en détail

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Dijon, le 6 mars 2014 Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Le 6 mars 2014 à Dijon, Thierry Beaudet, président du groupe MGEN, et

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

CODERPA 89 RAPPORT COMMISSION INTERNET ET COMMUNICATION. du mercredi 8 octobre 2008

CODERPA 89 RAPPORT COMMISSION INTERNET ET COMMUNICATION. du mercredi 8 octobre 2008 du mercredi 8 octobre 2008 Etaient présents : Mme BEAUCHEMIN M. DEFOSSEZ M. HUTIN M. OURCEYRE M. SAPIN. Absents : M. KRASNOPOLSKI. Mise au point sur le rapport qui sera lu au cours de la Séance Plénière

Plus en détail

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P.

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P. 1 Sommaire État des lieux P. 4 Carte des EHPAD P. 6 Priorités stratégiques P. 7 En Bref P. 10 Perte d'autonomie, que faire? P. 11 3 État des lieux 1. État des lieux démographique, social et sanitaire

Plus en détail

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Chiffres clés MAJ du 20 juin 2014 Page 1/6 Chiffres clés Assurance maladie Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Montant de l'aide pour les + de 60 ans : 550 / an Nombre

Plus en détail

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS CCN, des organismes gestionnaires de Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs. RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Livret CCN FSJT 2 Humanis s engage à vous accompagner durablement

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE - MATHAY -

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE - MATHAY - CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE - MATHAY - Depuis juin 2011, Mme Nadia ABIDI, responsable du C.C.A.S. est à votre écoute et à votre disposition pour vous conseiller et vous aider dans toutes vos démarches.

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

Contrat de séjour Maison de Retraite MLX0MSM0 2013 Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent CONTRAT DE SEJOUR

Contrat de séjour Maison de Retraite MLX0MSM0 2013 Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent CONTRAT DE SEJOUR Centre de Gériatrie Route des roches BP 323 40107 Dax-Cedex CONTRAT DE SEJOUR EHPAD Les Albizzias et Le Hameau de Saubagnacq Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l établissement

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique 1 Le Centre Communal d Action Sociale Un établissement public communal chargé de la mise en œuvre de la politique de développement

Plus en détail

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS. Établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées CCN 66

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS. Établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées CCN 66 L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS Établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées CCN 66 L Action Sociale, à vos côtés "Protéger c'est s'engager" Une valeur fondamentale mise en œuvre par

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

LES ACTEURS INTERVENANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

LES ACTEURS INTERVENANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP . LES ACTEURS INTERVENANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Les Services de l État : ARS* DDCSPP* DIRECCTE* Fonction publique Les collectivités

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie"

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives La Mesnie Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie" PROJET DE VIE ASSOCIATIF ALAPA 2014-2019 Projet approuvé en Conseil de Vie Sociale le Projet approuvé

Plus en détail

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines ACCORD-CADRE Fédération Nationale de la Mutualité Française Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines CAISSE AUTONOME NATIONALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DANS LES MINES 77 avenue de

Plus en détail

Comment financer sa maison de retraite?

Comment financer sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 2 Comment financer sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES L accueil des personnes âgées Les tarifs en maison de retraite L APA en établissement L Aide

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Guide. Seniors. Mieux connaître et utiliser les services aux Aînés. à QUINT-FONSEGRIVES

Guide. Seniors. Mieux connaître et utiliser les services aux Aînés. à QUINT-FONSEGRIVES Guide Seniors Mieux connaître et utiliser les services aux Aînés à QUINT-FONSEGRIVES Le devoir de solidarité envers nos aînés est une nécessité morale. Nous ne pouvons être heureux que si nos seniors le

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La dépendance Organisée par : Mutualité Française délégation départementale des Bouches-du-Rhône, URIOPSS PACA, PSP-Pôle Services à la Personne-PACA, CRESS PACA Date & Lieu

Plus en détail

Le CLIC IGEAC sera fermé du 24 décembre 2013 à midi au 27 décembre 2013 inclus.

Le CLIC IGEAC sera fermé du 24 décembre 2013 à midi au 27 décembre 2013 inclus. Lettre d information n 2 du CLIC IGEAC Fermeture CLIC IGEAC Le CLIC IGEAC sera fermé du 24 décembre 2013 à midi au 27 décembre 2013 inclus. Forum : vieillir une chance! Mardi 3 décembre de 10h à 18h00,

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

SOMMAIRE 1 OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE...- 4 - 2 DISPOSITIONS GENERALES ET MODALITES D ADMISSION...- 4 - 3 DESCRIPTION DES PRESTATIONS...

SOMMAIRE 1 OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE...- 4 - 2 DISPOSITIONS GENERALES ET MODALITES D ADMISSION...- 4 - 3 DESCRIPTION DES PRESTATIONS... CONTRAT DE SEJOUR SOMMAIRE 1 OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE...- 4-2 DISPOSITIONS GENERALES ET MODALITES D ADMISSION...- 4-3 DESCRIPTION DES PRESTATIONS...- 4-3.1 Le logement... - 4-3.2 Prestations comprises

Plus en détail

Comprendre la tarification. de nos EHPAD RÉSIDENCES. Des tarifs différenciés. Les aides et allocations. Nos Maisons, nos tarifs

Comprendre la tarification. de nos EHPAD RÉSIDENCES. Des tarifs différenciés. Les aides et allocations. Nos Maisons, nos tarifs Comprendre la tarification de nos RÉSIDENCES Des tarifs différenciés Les aides et allocations Nos Maisons, nos tarifs L orientation en Maison de retraite est un choix difficile pour la famille, pour la

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil.

Pour les modalités d admission, de suspension ou d interruption, se référer au livret d accueil. PREAMBULE : Le présent règlement de fonctionnement décrit les modalités mises en œuvre par le service pour remplir sa mission. Il est le garant du respect du droit commun qui s applique à tout citoyen

Plus en détail

SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS

SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS L ACTION SOCIALE AU SERVICE DES SALARIÉS Une difficulté passagère? Faites appel à l action sociale Maternité, chômage, divorce, handicap, retraite, dépendance Chaque moment sensible de la vie suscite des

Plus en détail

Le SPASAD. Service Polyvalent d Aide. & de Soins à Domicile 63. Logement-Foyer

Le SPASAD. Service Polyvalent d Aide. & de Soins à Domicile 63. Logement-Foyer Le SPASAD Logement-Foyer Service Polyvalent d Aide & de Soins à Domicile 63 Avoir besoin d aide à son domicile pour un soutien dans les tâches quotidiennes ou pour des soins médicaux peut arriver à tout

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

LE PETIT GUIDE. des. personnes. agees

LE PETIT GUIDE. des. personnes. agees LE PETIT GUIDE des personnes agees Édito Avec l allongement de l espérance de vie, qui augmente de près d un trimestre chaque année en France, grâce aux progrès sociaux et médicaux, un francilien sur cinq

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Vos droits. > Les aides et la solidarité

Vos droits. > Les aides et la solidarité > Les aides et la solidarité................. 12 > Les aides facultatives..................... 14 > Informations fiscales et juridiques........ 16 > L action sociale à Pontarlier............. 18 12 > Les

Plus en détail

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux. Centre Hospitalier de Dreux Livret d accueil Le Prieuré EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.fr Bienvenue Ce livret d accueil

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et

LES AINES RURAUX. 8677 adhérents. : 191 clubs. En Saône-et LES AINES RURAUX Fédération Départementale de Saône-et-Loire 46 rue de Paris 71000 MACON Tél. : 03.85.39.51.34 e-mail : aines.ruraux71@orange.fr Site internet national : www.ainesruraux.org départemental

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées

Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées Livret d information à destination des usagers, de leur famille et des professionnels www.cg58.fr www.bienvieillirennievre.fr

Plus en détail

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir L évaluation de l autonomie Lors du dépôt du dossier d admission en établissement, une évaluation actualisée du degré de dépendance est demandée aux futurs résidents. Ce degré de dépendance est évalué

Plus en détail

EHPAD* «L Orée du golf» à Épron

EHPAD* «L Orée du golf» à Épron EHPAD* «L Orée du golf» à Épron Pose de première pierre le vendredi 15 novembre 2013 *Etablissement d hébergement pour personnes âgées HISTORIQUE La création d'un EHPAD faisait partie de l'engagement de

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76. 2O14 IVRET D ACCUEI DES RESIDENTS EHPAD es Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMAIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.01 lessavarounes@wanadoo.fr Bienvenue e plus grand bien qu on puisse faire

Plus en détail

Personnes âgées FAVORISER LA COHESION SOCIALE

Personnes âgées FAVORISER LA COHESION SOCIALE #1 2 10 A l'instar de ce que l on observe au niveau national, la part des personnes âgées augmente régulièrement, au sein de la population. Alors que la ville se distingue par son offre d'animation et

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DU TRANSPORT SANITAIRE

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DU TRANSPORT SANITAIRE T R A N S P O R T LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DU TRANSPORT SANITAIRE S A N i T A I R E Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Catalogue des prestations d action sociale et prévention

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Catalogue des prestations d action sociale et prévention CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Catalogue des prestations d action sociale et prévention Décembre 2014 L action sociale et prévention Préambule Animée par la volonté de développer sa politique

Plus en détail

Maintien à domicile des

Maintien à domicile des Maintien à domicile des personnes âgées Rencontre avec le Point Paris Emeraude et l équipe mobile de gériatrie du XVIII arrondissement avril 2010 Point Paris Emeraude (PPE) = CLIC (centre local d information

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Le coût de la dépendance des personnes âgées - Éléments de cadrage

Le coût de la dépendance des personnes âgées - Éléments de cadrage Le coût de la dépendance des personnes âgées - Éléments de cadrage Drees Bureau Handicap et Dépendance 1 Définition des personnes âgées dépendantes (PAD) 1/ 60 ans ou plus (on parle sinon de handicap et

Plus en détail

SEPTEMBRE 2004. Pour pouvoir rester ensemble le plus longtemps possible

SEPTEMBRE 2004. Pour pouvoir rester ensemble le plus longtemps possible SEPTEMBRE 2004 Pour pouvoir rester ensemble le plus longtemps possible SOMMAIRE Aujourd hui vous avez de belles années devant vous et vous envisagez votre retraite en toute sérénité. Cependant, l âge,

Plus en détail

PRÉSENTATION. Guide des services pour les Seniors

PRÉSENTATION. Guide des services pour les Seniors PRÉSENTATION Mairie des Herbiers - Service des Affaires Sociales Tél. : 02 51 91 29 78 - www.cc-paysdesherbiers.fr Guide des services pour les Seniors Le CLIC du Haut-Bocage,, Le CLIC du Haut-Bocage, antenne

Plus en détail

Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements, visites de convivialité.

Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements, visites de convivialité. Centre communal d action sociale Des services pour vous accompagner dans votre vie... Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements,

Plus en détail

AMENAGER LE QUOTIDIEN

AMENAGER LE QUOTIDIEN AMENAGER LE QUOTIDIEN Aides financières, humaines et matérielles Formation Aide aux Aidants / Octobre 2008 Syndicat Intercommunal de la Vallée de l'ondaine, 44 Rue e la Tour de Varan, 42700 FIRMINY 1 Aides

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social.

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social. JE SUIS... Santé - Social - Soins esthétiques AIDE À DOMICILE Réalisation : Luc Millet Production exécutive : CRIPT Sylvestre Audiovisuel Production : Educagri éditions, DRAF SRFD Pays de la Loire, ONISEP

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES DISPOSITIFS

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES DISPOSITIFS DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES S D ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES Familles de France 28 Pce Saint-Georges 75009 PARIS Fax : 01 45 96 07 88 http://www.familles-de-france.org

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

AG2R LA MONDIALE : Sa fondation, Ses trophées de l innovation sociale Présentation pour : URIOPSS BOURGOGNE lundi 23 janvier 2015 Intervenant(s) :

AG2R LA MONDIALE : Sa fondation, Ses trophées de l innovation sociale Présentation pour : URIOPSS BOURGOGNE lundi 23 janvier 2015 Intervenant(s) : AG2R LA MONDIALE : Sa fondation, Ses trophées de l innovation sociale Présentation pour : URIOPSS BOURGOGNE lundi 23 janvier 2015 Intervenant(s) : Isabelle ROUSSELET AG2R LA MONDIALE Un peu d histoire

Plus en détail

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Livret d accueil Les Quatre Saisons Appartement gérontologique 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Présentation La résidence Les Quatre Saisons est un appartement d accueil, non médicalisé,

Plus en détail

Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012

Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012 Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012 Le CCAS de Grenoble Près de 58 000 grenoblois concernés par l action du CCAS de Grenoble 1400 agents permanents 100 équipements BUDGET FONCTIONNEMENT

Plus en détail