L avenir d un marché de l électricité libéralisé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L avenir d un marché de l électricité libéralisé"

Transcription

1 Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement Département fédéral de l'économie Dipartimento federale dell'economia Departament federal d'economia L avenir d un marché de l électricité libéralisé Discours de M. Pascal Couchepin, Conseiller fédéral, Chef du Département fédéral de l économie en vue de la votation sur la loi sur le marché de l électricité Genève, le 27 août Embargo /18:30 Seule la version orale fait foi!

2 Mesdames, Messieurs, 2 Le marché européen de l électricité est en profonde transformation. Les monopoles d approvisionnement régionaux et nationaux ont volé en éclats. De coûteux cartels ont été éliminés. Le commerce de l électricité, réservé jusqu ici aux grandes compagnies, cède la place à un marché où prédominent les rapports contractuels directs entre producteurs et consommateurs, comme lorsqu on choisit sa compagnie de téléphone ou son fournisseur de mazout. L ouverture des marchés a trois objectifs: accroître le rendement des entreprises électriques, réduire les tarifs et améliorer l offre par l introduction de la concurrence. La situation en Europe Le processus de libéralisation des marchés de l électricité au sein de l Union européenne a commencé en L ouverture devait être progressive et relativement lente. Dans les faits, elle s est accélérée ces dernières années. Plusieurs pays ont déjà ouvert leur marché à 100%. A Barcelone, en mars dernier, l Union européenne a amorcé la phase fi nale de la libéralisation du marché de l électricité qui introduit le libre choix du fournisseur pour tous les clients industriels dès A cette date, le marché devra être ouvert à 60% au minimum dans tous les Etats membres. Le principe de l ouverture à tous les consommateurs est décidé. La date sera fi xée dès que la directive précisant la notion de service public aura été adoptée. L Union européenne s engage donc maintenant en faveur d une libéralisation totale. L Union européenne voit dans la libéralisation du marché de l électricité une mesure de promotion économique. Elle reconnaît que l électricité, comme le pétrole, est un facteur de croissance qui renforce la compétitivité des pays européens. La Suisse ne peut rester à l écart d un tel mouvement. Notre économie gagne un franc sur deux à l étranger; il est donc essentiel que

3 nos entreprises ne paient pas leur énergie plus cher que la concurrence étrangère. Des comparaisons internationales montrent que nos PME sont gravement pénalisées par des prix surfaits. Or, ces entreprises occupent 85% de la main-d oeuvre en Suisse. La LME est donc indispensable à la place économique et de travail suisse. J y reviendrai plus tard. 3 Pour la Suisse, cette évolution est décisive. Notre pays est une plaque tournante du marché de l électricité au coeur de l Europe. C est un atout pour nos régions de montagne que nous pourrons conserver seulement si l ouverture des marchés est réciproque. Depuis 1996, date de l ouverture des marchés européens, nos exportations ont doublé vers l UE. Elles rapportent environ 500 millions de francs par année. Nous devons par conséquent empêcher l isolement des installations de production helvétiques et leur assurer le libre accès au marché de l Union européenne. L UE a une clause de réciprocité dans sa directive et nous avons un accord de libre-échange avec l Union européenne datant de L électricité peut y être soumise et pourra alors être soumise à la réciprocité. Jusqu ici l UE n a appliqué cette clause. Mais rien n indique qu elle continue à avoir une attitude positive si la Suisse refuse la LME. Avec ou sans LME, la libéralisation est un fait en Europe. Elle se poursuivra. Il est illusoire de croire que la Suisse pourra continuer d écouler ses excédents électriques vers les pays voisins tout en verrouillant son propre marché. Le commerce international de l électricité est indispensable à nos entreprises si elles veulent amortir leurs investissements. Au bout du compte, cela apporte des revenus et assure des emplois à beaucoup de régions suisses.

4 Dans l Union européenne, les prises de participation entre partenaires étrangers se multiplient dans la branche. 4 En Allemagne, il y a tout juste deux ans que la fusion Veba-Viag donnait naissance à E.ON, la plus grande entreprise électrique allemande de l époque, et déjà E.ON fusionne avec Ruhrgas. En Italie, Edison, l ancienne Montedison, a cédé son nom à sa société-mère, Italenergia, propriété d EdF et de Fiat, et se sépare de ses activités agro-industrielles et chimiques pour se concentrer sur l énergie. En France, le gouvernement a décidé une privatisation partielle d EdF et GdF. En Angleterre, EdF est devenu le quatrième fournisseur en Grande-Bretagne. E.ON a aussi acquis une société anglaise, tout comme RWE. Ces exemples pourraient être étendus à d autres pays, y compris les pays d Europe centrale et orientale qui s apprêtent à entrer dans l Union européenne. Et en Suisse? Le secteur électrique est en situation de monopole. Les consommateurs doivent se fournir en électricité auprès de l exploitant local auquel ils sont raccordés. Résultat, les petits clients et les PME ne peuvent choisir leur fournisseur. Cette situation est inéquitable. Il y a dix ans, nous avions 1200 entreprises électriques. Aujourd hui, leur nombre a diminué à 900. La branche compte emplois et représente 2,6% du PIB, légèrement davantage que l hôtellerie et la restauration ou l agriculture. L électricité est donc un secteur important de notre économie.

5 La restructuration est inéluctable, avec ou sans LME. Sur le marché européen, la taille critique d une entreprise électrique a continuellement augmenté ces dernières années. Actuellement, elle atteint quelque 7 millions de consommateurs, alors qu en Suisse, en dépit du mouvement de concentration amorcé, nous avons une moyenne d à peine 8000 clients par entreprise. Il manque pratiquement un facteur de 1000 pour être compétitif à l échelle européenne! 5 Un gouvernement responsable ne peut rester les bras croisés face à pareille évolution. L électricité est une marchandise qui fait l objet d un commerce aussi bien au niveau national qu international. Aujourd hui, une seule question domine ce marché: le prix. Or, le prix dépend des conditions de concurrence. La Suisse n échappera pas à l ouverture des marchés. Les objectifs de la LME Mais l objectif de la LME n est pas d ouvrir le marché n importe comment et brutalement. Non, la LME prévoit une ouverture réglementée là où la libéralisation est nécessaire: dans la production et le commerce mais pas dans le transport et la distribution. L objectif de notre libéralisation est un accès réglementé et non discriminatoire au réseau, avec la garantie de disposer d un approvisionnement sûr et bon marché, respectueux de l environnement et favorable à l énergie hydraulique. La sécurité d approvisionnement est inscrite dans la loi, tout comme la nécessité de disposer d énergie de réserve. Grâce à toutes ces conditions, les impératifs du service public sont maintenues, que la production d électricité soit en mains publiques ou privées. L ouverture se fera en trois étapes, selon la taille des consommateurs. Six ans après l entrée en vigueur de la LME, le marché sera ouvert à tous les consommateurs, soit en 2009, date à laquelle l UE aura déjà ouvert totalement son marché.

6 Cette ouverture progressive est un compromis équilibré soutenu par une large coalition réunissant les cantons, les milieux économiques, la branche électrique, des associations de protection de l environnement et de défense des consommateurs et la majorité des partis politiques. 6 Les opposants mènent un combat idéologique contre tout ce qui ressemble de près ou de loin au marché et à la concurrence. Ils veulent fi ger des structures désuètes sans tenir compte de l environnement international et des intérêts de l économie et des consommateurs. Il est surprenant de voir une certaine gauche protéger un monopole qui est une rente de situation pour certains producteurs électriques. Permettez-moi d ouvrir ici une parenthèse. Le Seco a publié une intéressante étude qui montre que les inégalités de revenus ont augmenté de 3,5% ces dix dernières années en Suisse. Or, seulement la moitié de cet accroissement d inégalité est imputable à la globalisation de l économie (les personnes les mieux qualifi ées en profi tent davantage que les autres). L autre moitié est imputable à des facteurs internes, par exemple la hausse des prix administrés, la hausse des diverses taxes, la TVA également, qui touchent proportionnellement davantage les petits revenus que les gros. Il en va de même des prix de l électricité, puisque chacun, riche ou pauvre, paie le même tarif pour son courant. La LME, en faisant pression sur les prix et par ricochet sur la fi scalité indirecte qui s ajoute à la facture, profi tera donc d abord aux ménages disposant de revenus faibles qu aux revenus élevés. Une loi avec des gardes-fous La LME fi xe un certain nombre de barrières et de garde-fous. Pendant six ans après l entrée en vigueur de la LME, les tarifs d utilisation du réseau devront rester fi xes. Le réseau restera une activité à

7 caractère de monopole, avec un tarif d utilisation, le timbre, qui sera étroitement surveillé. Le réseau haute tension (380 et 220 kv) de Suisse sera géré par un seul opérateur national que les propriétaires actuels devront instaurer dans les trois ans qui suivent l entrée en vigueur de la LME. Avec ce système, nous aurons un organe de régulation semblable à la Banque nationale dans le système bancaire. La société suisse pour l exploitation du réseau aura pour tâche l organisation des échanges vers l étranger et entre les différents groupes en Suisse. Elle veillera à ce que le réseau soit ouvert au courant de toute provenance pour tout consommateur fi nal, quelles que soient la topographie et la densité de population. 7 Une commission d arbitrage devra statuer de tout différend au sujet des tarifs d acheminement. Cette commission aura des pouvoirs étendus et pourra faire des enquêtes, puis ordonner des baisses de prix du réseau. Elle sera l homologue du «régulateur» qui existe dans d autres pays européens, mais pas en Allemagne, ce qui explique la récente hausse des prix dans ce pays. La Surveillance des prix et la Commission de la concurrence protégeront aussi les consommateurs d éventuels abus. Par ailleurs, les coûts engendrés par des mesures de reconversion du personnel seront répercutables sur les prix du réseau. La LME protège donc mieux les travailleurs de la branche qu une absence de loi. La LME accorde une place particulière aux énergies renouvelables. L énergie hydroélectrique (60% de notre production) bénéfi ciera de prêts préférentiels, soit pour amortir ses investissements non amortissables, soit pour renouveler ses installations, cela pendant dix ans. Les nouvelles formes d énergies renouvelables (éolienne, biomasse, solaire, petites centrales hydrauliques) pourront bénéfi cier d un acheminement gratuit vers le consommateur également durant les

8 dix premières années suivant l entrée en vigueur de la LME. Dans une société qui attache une importance croissante à la protection de l environnement et à l effet de serre, la LME apporte sa contribution à cet effort. Le développement des énergies vertes est également un business d avenir. Dans ce domaine, tous les consommateurs, pas seulement les gros clients, auront un accès libre dès l entrée en vigueur de la loi. La LME n est pas une loi exigeant une privatisation quelconque. Dans les structures démocratiques qui sont les nôtres, les décisions de privatiser les entreprises électriques sont prises par les cantons ou les collectivités locales qui sont leurs propriétaires. Ces décisions sont le plus souvent soumises à référendum. Des cantons et des communes ont décidé en votation populaire de se préparer à cette privatisation, d autres, comme la ville de Zurich, l ont refusée. La LME ne touche en rien ces droits démocratiques. 8 L ouverture a déjà débuté Le combat des opposants à la LME est dépassé lorsque l on sait qu avant même l entrée en vigueur de la LME, le vent du changement s est déjà fait sentir en Suisse. Rares sont les entreprises électriques qui n ont pas négocié des conditions favorables avec leurs gros clients. Dans la plupart des cas, ce sont des contrats de fi délisation qui diminuent les prix au niveau supposé après l ouverture du marché. Dans un cas concret, un gros consommateur a fait appel, avec succès, à la Commission de la concurrence pour demander l accès au réseau et à un autre fournisseur. Cette méthode est problématique car elle ne crée pas la transparence dans les tarifs d utilisation des réseaux et ne garantit pas l égalité des chances entre entreprises électriques de notre pays. C est pourquoi nous avons besoin de la LME.

9 Sans cadre légal, les PME et les ménages seront moins protégés. Ils subiront par ricochet les baisses de prix accordées aux gros clients qui ont une capacité de négociation très forte. 9 Des écarts de prix impressionnants Les écarts de prix sont impressionnants pour les consommateurs industriels. Les PME suisses font durement les frais du monopole. Elles paient jusqu à 40% plus cher que leurs consoeurs à l étranger, par exemple françaises et allemandes. Un entrepreneur à Genève paie 14,40 centimes pour son kwh, alors qu il ne débourserait que 4,71 centimes à Stockholm. Même des grandes villes comme Londres ou Paris, où le niveau des prix et loyers est semblable aux villes suisses, les prix de l électricité industrielle sont moins élevés que dans une petite ville comme Fribourg qui a pourtant les tarifs parmi les plus bas de Suisse. Mais, comme je l ai déjà dit, de nombreux gros clients disposent à l heure actuelle de prix inoffi ciels bien plus bas. Les règles actuelles sont donc dépassées en ce qui concerne les gros consommateurs industriels. Or, quand une règle n est plus applicable, il convient de la changer. C est une question d honnêteté et d équité. La LME est une loi pour les PME, pas pour la grande industrie. A l intérieur de la Suisse aussi, les tarifs varient fortement et de manière peu compréhensible entre un lieu et un autre. Il s agit d un marché opaque. D une manière générale, il existe des différences qui vont presque du simple au double entre les villes suisses, par exemple entre certaines villes valaisannes et Genève, Lausanne ou Neuchâtel. Le cas de Lausanne est intéressant. La centrale de Lavey dont la ville de Lausanne est propriétaire et qui couvre le tiers des besoins urbains, produit à un coût entre 2 et 2,5 cts/kwh. Son coût de valorisation est de 7,5 et 8 cts/kwh et le prix EOS est de 12 cts. La

10 centrale de Lavey permet donc à Lausanne, qui vend son kwh à plus de 26 cts, de remplir sa caisse communale grâce à la fi scalité indirecte et de procéder à des dépenses publiques avec cet argent. Est-ce tout à fait démocratique? Une chose est sûre, on comprend que certains syndics craignent la transparence accrue des factures d électricité. Pourtant, les services industriels n ont pas à craindre cette loi : les consommateurs ne changeront pas de fournisseurs si les différences de prix restent modestes. En revanche, il y aura plus de clarté politique quant aux sommes d argent prélevées à des fi ns fi scales par les communes. 10 La LME n interdit pas aux communes de prélever des impôts mais elle oblige à la transparence des éléments qui font la tarifi cation ce qui, à terme, débouchera sur des comparaisons d effi cacité, donc des baisses de prix. Le consommateur verra sur ses factures séparément le coût de production de l énergie, son origine, le coût de son acheminement, mais aussi la partie des taxes et prestations dues aux collectivités publiques. Quand nous allons au restaurant ou dans un magasin, nous sommes habitués à voir la TVA affi chée séparément sur la facture. C est une disposition analogue qui sera réalisée dans la LME. Avec la nouvelle loi, les actuels payeurs deviendront des clients et les actuels fournisseurs des prestataires de services. Les risques d un refus de la LME Je ne voudrais pas manquer d évoquer les conséquences d un refus de la LME. La branche électrique et les cantons ont beaucoup investi dans la clarifi cation des règles visant à accompagner l ouverture du marché. Il est probable que cet acquis sera utilisé dans un accord intra-branche visant à libéraliser le marché. Nous aurions alors le modèle allemand, sans discipline ni régulateur, donc moins de protection pour les consommateurs et des risques de hausses de prix, car les gros clients obtiendront toujours des tarifs avantageux tandis que les petits clients paieront pour les rabais consentis aux gros.

11 Un non à la LME ne mettra pas un frein à la libéralisation ni en Suisse, encore moins en Europe. Au contraire, un non à la LME nous laisserait sans défense. La LME est une solution typiquement suisse, modérée, équilibrée, résultant d un long débat démocratique, qui n instaure pas une concurrence absolue mais limitée, avec des conditions-cadres fi xées par l Etat, qui protègent les consommateurs, l environnement et les régions périphériques. 11 Je crois qu il ne faut pas avoir peur des changements. En matière économique, le choix n est pas entre immobilisme et changement mais entre les changements qui nous sont imposés et les changements que nous voulons accomplir. Des emplois sont toujours supprimés lorsqu il y a restructuration d anciens monopoles. Mais l ouverture des marchés, on l a vu avec les télécommunications, crée aussi de nouveaux débouchés. D autres emplois sont créés ou préservés grâce à la compétitivité accrue que retirera la place de travail suisse de cette libéralisation. Le niveau relativement bas du chômage montre que notre marché du travail fl exible permet de retrouver relativement facilement un emploi, et dans un délai assez court. La Suisse a donc moins à craindre des réformes encore à réaliser que d autres pays. Le rapport mondial sur la compétitivité de l IMD place la Suisse en 7e position en Le bilan est donc encore bon mais il faut rester critique: en Suisse, depuis la moitié des années 1970 et particulièrement depuis les années 1990, la croissance est moins forte qu ailleurs. Le rapport sur la croissance publié par mon département et l analyse de l OCDE qui a suivi le disent à l unisson : les perspectives de croissance sont modestes si nous ne faisons pas un important effort de réformes en matière de libéralisation et de concurrence. Bref, sans réformes intérieures, la Suisse perdra peu à peu ses avantages concurrentiels et nous serons alors dans l impossibilité d affronter sereinement les conséquences sociales engendrées par le vieillissement de la population.

12 La Suisse a pris du retard par rapport aux libéralisations intervenues dans l Union européenne. Le fait de ne pas faire partie de l Union européenne est un handicap en termes de potentiel de croissance, car la pression est moins forte, mais cela ne signifi e pas que les réformes sont impossibles. Tout doit être mis en oeuvre pour améliorer la productivité du travail (par l innovation et la formation) et la concurrence (par la libéralisation). Ce sont les clés de la croissance. 12 La Suisse ne peut plus s appuyer sur les anciennes structures qui ont forgé sa prospérité. L effort de réforme ne doit pas être relâché, malgré les résistances nombreuses, à gauche et à droite. C est un challenge que je continuerai de relever. Chaque fois que l on fait une réforme, on s attaque à un groupe de privilégiés qui bénéfi cie du statu quo. Et ceux qui pourraient profi ter des changements hésitent. Finalement, il n y a que l Etat, c est paradoxal, pour faire bouger les coalitions d intérêts privés.

Swisspower l entreprise prestataire de services en matière d énergie soutient la LME

Swisspower l entreprise prestataire de services en matière d énergie soutient la LME Sujet Loi sur le marché de l électricité (LME) Votation fédérale du 22 septembre 2002 Swisspower l entreprise prestataire de services en matière d énergie soutient la LME Swisspower Limmatquai 2 Postfach

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse 23 OCTOBRE 2012 FICHE THEMATIQUE : PENURIE D ELECTRICITE un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse Le Conseil fédéral et le Conseil national souhaitent sortir du nucléaire à

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013 Point de situation ti Libéralisation des marchés électricité et gaz Ecube -6 décembre 2013, Auberge communale de Puidoux Xavier Righetti responsable de l unité étude énergétiques SILCom - Direction des

Plus en détail

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger Dpt fédéral de l environnement, transports, énergie et communication (DETEC) Palais fédéral Nord 3003 Berne Lausanne, le 10 juin 2008 Consultation : révision

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Le marché suisse des assurances

Le marché suisse des assurances 16 Le marché suisse des assurances Le secteur des assurances favorise la croissance et la prospérité Ces dernières années, le secteur des assurances a sans cesse accru sa contribution à la croissance et

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Cycles de séminaires en coopération entre Sciences Po CERI et EDF R&D. Equilibres et enjeux internationaux de l énergie

Cycles de séminaires en coopération entre Sciences Po CERI et EDF R&D. Equilibres et enjeux internationaux de l énergie 1 Cycles de séminaires en coopération entre Sciences Po CERI et EDF R&D Equilibres et enjeux internationaux de l énergie Séminaire 3 : The German Energiewende after the elections and before the EU-2030

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL

RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL Réponse à la motion de M. le Conseiller communal Tefik Rashiti "Nyon zone hors AGCS" Délégué municipal : Monsieur Daniel Rossellat Nyon, le 4 mai 2009 Monsieur

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care!

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! ARGUMENTAIRE DÉTAILLÉ Aujourd hui, tous les habitants et habitantes de notre pays sont assurés au sein de l assurance de base pour

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1327

Secrétariat du Grand Conseil M 1327 Secrétariat du Grand Conseil M 1327 Proposition présentée par les députés: MM. Alberto Velasco, Christian Brunier et Pierre-Alain Cristin Date de dépôt: 28 février 2000 Messagerie Proposition de motion

Plus en détail

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Exercice 2010 Seul le discours prononcé fait foi Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Discours de M. Hermann Ineichen, chef du secteur d activité Energie Suisse, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

Renforçons la classe moyenne!

Renforçons la classe moyenne! Renforçons la classe moyenne! Précisions sur la résolution du PDC suisse pour une classe moyenne forte. Introduction La classe moyenne est le cœur de notre société : elle inclut les familles, les retraités

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 3. Évolution des conditions cadres du marché du lait / Présentation des Priorités 2014 2017 de FROMARTE

Plus en détail

«Le ras-le-bol d une profession»

«Le ras-le-bol d une profession» «Le ras-le-bol d une profession» Nous vous rappelons la position de l UMIH concernant les points suivants : I. Projet de loi REBSAMEN : Une usine à gaz pour nos TPE Nous sommes totalement opposés à toute

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID»

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» La Suisse est-elle prête pour la concurrence et pour l Europe? Urs Meister, Avenir Suisse Document de discussion Ce document

Plus en détail

Quelle durée retenir?

Quelle durée retenir? 5 Quelle durée retenir? C est désormais aux caractéristiques propres de l entreprise qu il convient de se référer pour déterminer la durée et le mode d amortissement d une immobilisation. En pratique,

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

Stratégie pour L approvisionnement

Stratégie pour L approvisionnement Stratégie pour L approvisionnement de la Suisse en électricité dans le contexte européen --------------------------------------------------- Urs Meister (Traduction : Jan Marejko) ---------------------------------------------------

Plus en détail

Cordiale bienvenue au

Cordiale bienvenue au Cordiale bienvenue au Pascal Broulis, Chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) Président de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) Page 1 CGN, Le Lausanne, 2 septembre

Plus en détail

L importance du secteur bancaire suisse

L importance du secteur bancaire suisse Août 2012 L importance du secteur bancaire suisse Une étude économique L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012 1 L importance du secteur bancaire suisse Executive summary 5 1 Le secteur bancaire

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 266 Séance du 11 novembre 1997 à 18 h, Hôtel Beau-Rivage, Neuchâtel Présents : 28 Thème : RÔLE D UNE BANQUE CANTONALE DANS

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

L état actuel et l évolution future du système d assurances sociales: un débat

L état actuel et l évolution future du système d assurances sociales: un débat L état actuel et l évolution future du système d assurances sociales: un débat Les questions relatives à l état actuel et à l avenir de l AVS sont au centre du débat ci-contre entre Thomas Daum, directeur

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

L Organisation mondiale du commerce...

L Organisation mondiale du commerce... L Organisation mondiale du commerce......en quelques mots, l Organisation mondiale du commerce (OMC) est la seule organisation internationale qui s occupe des règles régissant le commerce entre les pays.

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond Pour une protection solidaire et équitable : l assurance générale

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine 5 mars 2012 Au cours de la première semaine de la session, le Conseil national a renvoyé le projet du Conseil fédéral demandant la modification de

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Table des matières 1. Introduction Présentation des 7 accords : Qu est-ce que les Accords bilatéraux et que vont-ils changer? Ce qui ne change pas 2. Libre

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge

Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge Interdiction des taux d intérêt fixes au Cambodge Le recours a la méthode de calcul des taux fixes pour les produits de microcrédit a été proscrit depuis 2001 au Cambodge. Conformément à l application

Plus en détail

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands UNIDEN UNION DES INDUSTRIES UTILISATRICES D'ENERGIE 19.04.04 DIRECTIVE «QUOTAS D EMISSION» : COMMENT EVITER DE DESASTREUSES CONSEQUENCES? La mise en œuvre de la Directive «Quotas d émission», via son impact

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch Donc, le 9 février 2014 Stopper l immigration massive www.immigration-massive.ch Immigration oui, ma Dépourvue de matières premières, la Suisse doit sa prospérité à la force créative de ses habitants.

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Libéralisation dans l assurance accidents

Libéralisation dans l assurance accidents Libéralisation dans l assurance accidents Exposé de Lucius Dürr, Directeur de l Association Suisse d Assurances, présenté à la conférence de presse du 25 janvier 2006 Mesdames, Messieurs, Ainsi que le

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 3 e semaine

Session de printemps Compte rendu de la 3 e semaine Session de printemps Compte rendu de la 3 e semaine 21 mars 2014 Le Conseil national a augmenté de 180 millions de francs le plafond de dépenses pour la promotion du trafic ferroviaire de marchandises

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

La situation économique des PME depuis 1997 en Allemagne

La situation économique des PME depuis 1997 en Allemagne La situation économique des PME depuis 1997 en Allemagne Deutsche Bundesbank Les petites et moyennes entreprises (PME) continuent de jouer un rôle essentiel au sein de l économie allemande. Cet article,

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.058 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Pour Initiative populaire sur les bourses d'études et révision totale de la loi sur les contributions

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Rapport de Stage Energie Service Deutschland

Rapport de Stage Energie Service Deutschland Rapport de Stage Energie Service Deutschland Année 2010-2012 Master Pro Economie et Gestion de l environnement Université Bordeaux 4 Thomas Mauss 1 Table des matières I. Energie Service Deutschland AG.

Plus en détail