L avenir d un marché de l électricité libéralisé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L avenir d un marché de l électricité libéralisé"

Transcription

1 Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement Département fédéral de l'économie Dipartimento federale dell'economia Departament federal d'economia L avenir d un marché de l électricité libéralisé Discours de M. Pascal Couchepin, Conseiller fédéral, Chef du Département fédéral de l économie en vue de la votation sur la loi sur le marché de l électricité Genève, le 27 août Embargo /18:30 Seule la version orale fait foi!

2 Mesdames, Messieurs, 2 Le marché européen de l électricité est en profonde transformation. Les monopoles d approvisionnement régionaux et nationaux ont volé en éclats. De coûteux cartels ont été éliminés. Le commerce de l électricité, réservé jusqu ici aux grandes compagnies, cède la place à un marché où prédominent les rapports contractuels directs entre producteurs et consommateurs, comme lorsqu on choisit sa compagnie de téléphone ou son fournisseur de mazout. L ouverture des marchés a trois objectifs: accroître le rendement des entreprises électriques, réduire les tarifs et améliorer l offre par l introduction de la concurrence. La situation en Europe Le processus de libéralisation des marchés de l électricité au sein de l Union européenne a commencé en L ouverture devait être progressive et relativement lente. Dans les faits, elle s est accélérée ces dernières années. Plusieurs pays ont déjà ouvert leur marché à 100%. A Barcelone, en mars dernier, l Union européenne a amorcé la phase fi nale de la libéralisation du marché de l électricité qui introduit le libre choix du fournisseur pour tous les clients industriels dès A cette date, le marché devra être ouvert à 60% au minimum dans tous les Etats membres. Le principe de l ouverture à tous les consommateurs est décidé. La date sera fi xée dès que la directive précisant la notion de service public aura été adoptée. L Union européenne s engage donc maintenant en faveur d une libéralisation totale. L Union européenne voit dans la libéralisation du marché de l électricité une mesure de promotion économique. Elle reconnaît que l électricité, comme le pétrole, est un facteur de croissance qui renforce la compétitivité des pays européens. La Suisse ne peut rester à l écart d un tel mouvement. Notre économie gagne un franc sur deux à l étranger; il est donc essentiel que

3 nos entreprises ne paient pas leur énergie plus cher que la concurrence étrangère. Des comparaisons internationales montrent que nos PME sont gravement pénalisées par des prix surfaits. Or, ces entreprises occupent 85% de la main-d oeuvre en Suisse. La LME est donc indispensable à la place économique et de travail suisse. J y reviendrai plus tard. 3 Pour la Suisse, cette évolution est décisive. Notre pays est une plaque tournante du marché de l électricité au coeur de l Europe. C est un atout pour nos régions de montagne que nous pourrons conserver seulement si l ouverture des marchés est réciproque. Depuis 1996, date de l ouverture des marchés européens, nos exportations ont doublé vers l UE. Elles rapportent environ 500 millions de francs par année. Nous devons par conséquent empêcher l isolement des installations de production helvétiques et leur assurer le libre accès au marché de l Union européenne. L UE a une clause de réciprocité dans sa directive et nous avons un accord de libre-échange avec l Union européenne datant de L électricité peut y être soumise et pourra alors être soumise à la réciprocité. Jusqu ici l UE n a appliqué cette clause. Mais rien n indique qu elle continue à avoir une attitude positive si la Suisse refuse la LME. Avec ou sans LME, la libéralisation est un fait en Europe. Elle se poursuivra. Il est illusoire de croire que la Suisse pourra continuer d écouler ses excédents électriques vers les pays voisins tout en verrouillant son propre marché. Le commerce international de l électricité est indispensable à nos entreprises si elles veulent amortir leurs investissements. Au bout du compte, cela apporte des revenus et assure des emplois à beaucoup de régions suisses.

4 Dans l Union européenne, les prises de participation entre partenaires étrangers se multiplient dans la branche. 4 En Allemagne, il y a tout juste deux ans que la fusion Veba-Viag donnait naissance à E.ON, la plus grande entreprise électrique allemande de l époque, et déjà E.ON fusionne avec Ruhrgas. En Italie, Edison, l ancienne Montedison, a cédé son nom à sa société-mère, Italenergia, propriété d EdF et de Fiat, et se sépare de ses activités agro-industrielles et chimiques pour se concentrer sur l énergie. En France, le gouvernement a décidé une privatisation partielle d EdF et GdF. En Angleterre, EdF est devenu le quatrième fournisseur en Grande-Bretagne. E.ON a aussi acquis une société anglaise, tout comme RWE. Ces exemples pourraient être étendus à d autres pays, y compris les pays d Europe centrale et orientale qui s apprêtent à entrer dans l Union européenne. Et en Suisse? Le secteur électrique est en situation de monopole. Les consommateurs doivent se fournir en électricité auprès de l exploitant local auquel ils sont raccordés. Résultat, les petits clients et les PME ne peuvent choisir leur fournisseur. Cette situation est inéquitable. Il y a dix ans, nous avions 1200 entreprises électriques. Aujourd hui, leur nombre a diminué à 900. La branche compte emplois et représente 2,6% du PIB, légèrement davantage que l hôtellerie et la restauration ou l agriculture. L électricité est donc un secteur important de notre économie.

5 La restructuration est inéluctable, avec ou sans LME. Sur le marché européen, la taille critique d une entreprise électrique a continuellement augmenté ces dernières années. Actuellement, elle atteint quelque 7 millions de consommateurs, alors qu en Suisse, en dépit du mouvement de concentration amorcé, nous avons une moyenne d à peine 8000 clients par entreprise. Il manque pratiquement un facteur de 1000 pour être compétitif à l échelle européenne! 5 Un gouvernement responsable ne peut rester les bras croisés face à pareille évolution. L électricité est une marchandise qui fait l objet d un commerce aussi bien au niveau national qu international. Aujourd hui, une seule question domine ce marché: le prix. Or, le prix dépend des conditions de concurrence. La Suisse n échappera pas à l ouverture des marchés. Les objectifs de la LME Mais l objectif de la LME n est pas d ouvrir le marché n importe comment et brutalement. Non, la LME prévoit une ouverture réglementée là où la libéralisation est nécessaire: dans la production et le commerce mais pas dans le transport et la distribution. L objectif de notre libéralisation est un accès réglementé et non discriminatoire au réseau, avec la garantie de disposer d un approvisionnement sûr et bon marché, respectueux de l environnement et favorable à l énergie hydraulique. La sécurité d approvisionnement est inscrite dans la loi, tout comme la nécessité de disposer d énergie de réserve. Grâce à toutes ces conditions, les impératifs du service public sont maintenues, que la production d électricité soit en mains publiques ou privées. L ouverture se fera en trois étapes, selon la taille des consommateurs. Six ans après l entrée en vigueur de la LME, le marché sera ouvert à tous les consommateurs, soit en 2009, date à laquelle l UE aura déjà ouvert totalement son marché.

6 Cette ouverture progressive est un compromis équilibré soutenu par une large coalition réunissant les cantons, les milieux économiques, la branche électrique, des associations de protection de l environnement et de défense des consommateurs et la majorité des partis politiques. 6 Les opposants mènent un combat idéologique contre tout ce qui ressemble de près ou de loin au marché et à la concurrence. Ils veulent fi ger des structures désuètes sans tenir compte de l environnement international et des intérêts de l économie et des consommateurs. Il est surprenant de voir une certaine gauche protéger un monopole qui est une rente de situation pour certains producteurs électriques. Permettez-moi d ouvrir ici une parenthèse. Le Seco a publié une intéressante étude qui montre que les inégalités de revenus ont augmenté de 3,5% ces dix dernières années en Suisse. Or, seulement la moitié de cet accroissement d inégalité est imputable à la globalisation de l économie (les personnes les mieux qualifi ées en profi tent davantage que les autres). L autre moitié est imputable à des facteurs internes, par exemple la hausse des prix administrés, la hausse des diverses taxes, la TVA également, qui touchent proportionnellement davantage les petits revenus que les gros. Il en va de même des prix de l électricité, puisque chacun, riche ou pauvre, paie le même tarif pour son courant. La LME, en faisant pression sur les prix et par ricochet sur la fi scalité indirecte qui s ajoute à la facture, profi tera donc d abord aux ménages disposant de revenus faibles qu aux revenus élevés. Une loi avec des gardes-fous La LME fi xe un certain nombre de barrières et de garde-fous. Pendant six ans après l entrée en vigueur de la LME, les tarifs d utilisation du réseau devront rester fi xes. Le réseau restera une activité à

7 caractère de monopole, avec un tarif d utilisation, le timbre, qui sera étroitement surveillé. Le réseau haute tension (380 et 220 kv) de Suisse sera géré par un seul opérateur national que les propriétaires actuels devront instaurer dans les trois ans qui suivent l entrée en vigueur de la LME. Avec ce système, nous aurons un organe de régulation semblable à la Banque nationale dans le système bancaire. La société suisse pour l exploitation du réseau aura pour tâche l organisation des échanges vers l étranger et entre les différents groupes en Suisse. Elle veillera à ce que le réseau soit ouvert au courant de toute provenance pour tout consommateur fi nal, quelles que soient la topographie et la densité de population. 7 Une commission d arbitrage devra statuer de tout différend au sujet des tarifs d acheminement. Cette commission aura des pouvoirs étendus et pourra faire des enquêtes, puis ordonner des baisses de prix du réseau. Elle sera l homologue du «régulateur» qui existe dans d autres pays européens, mais pas en Allemagne, ce qui explique la récente hausse des prix dans ce pays. La Surveillance des prix et la Commission de la concurrence protégeront aussi les consommateurs d éventuels abus. Par ailleurs, les coûts engendrés par des mesures de reconversion du personnel seront répercutables sur les prix du réseau. La LME protège donc mieux les travailleurs de la branche qu une absence de loi. La LME accorde une place particulière aux énergies renouvelables. L énergie hydroélectrique (60% de notre production) bénéfi ciera de prêts préférentiels, soit pour amortir ses investissements non amortissables, soit pour renouveler ses installations, cela pendant dix ans. Les nouvelles formes d énergies renouvelables (éolienne, biomasse, solaire, petites centrales hydrauliques) pourront bénéfi cier d un acheminement gratuit vers le consommateur également durant les

8 dix premières années suivant l entrée en vigueur de la LME. Dans une société qui attache une importance croissante à la protection de l environnement et à l effet de serre, la LME apporte sa contribution à cet effort. Le développement des énergies vertes est également un business d avenir. Dans ce domaine, tous les consommateurs, pas seulement les gros clients, auront un accès libre dès l entrée en vigueur de la loi. La LME n est pas une loi exigeant une privatisation quelconque. Dans les structures démocratiques qui sont les nôtres, les décisions de privatiser les entreprises électriques sont prises par les cantons ou les collectivités locales qui sont leurs propriétaires. Ces décisions sont le plus souvent soumises à référendum. Des cantons et des communes ont décidé en votation populaire de se préparer à cette privatisation, d autres, comme la ville de Zurich, l ont refusée. La LME ne touche en rien ces droits démocratiques. 8 L ouverture a déjà débuté Le combat des opposants à la LME est dépassé lorsque l on sait qu avant même l entrée en vigueur de la LME, le vent du changement s est déjà fait sentir en Suisse. Rares sont les entreprises électriques qui n ont pas négocié des conditions favorables avec leurs gros clients. Dans la plupart des cas, ce sont des contrats de fi délisation qui diminuent les prix au niveau supposé après l ouverture du marché. Dans un cas concret, un gros consommateur a fait appel, avec succès, à la Commission de la concurrence pour demander l accès au réseau et à un autre fournisseur. Cette méthode est problématique car elle ne crée pas la transparence dans les tarifs d utilisation des réseaux et ne garantit pas l égalité des chances entre entreprises électriques de notre pays. C est pourquoi nous avons besoin de la LME.

9 Sans cadre légal, les PME et les ménages seront moins protégés. Ils subiront par ricochet les baisses de prix accordées aux gros clients qui ont une capacité de négociation très forte. 9 Des écarts de prix impressionnants Les écarts de prix sont impressionnants pour les consommateurs industriels. Les PME suisses font durement les frais du monopole. Elles paient jusqu à 40% plus cher que leurs consoeurs à l étranger, par exemple françaises et allemandes. Un entrepreneur à Genève paie 14,40 centimes pour son kwh, alors qu il ne débourserait que 4,71 centimes à Stockholm. Même des grandes villes comme Londres ou Paris, où le niveau des prix et loyers est semblable aux villes suisses, les prix de l électricité industrielle sont moins élevés que dans une petite ville comme Fribourg qui a pourtant les tarifs parmi les plus bas de Suisse. Mais, comme je l ai déjà dit, de nombreux gros clients disposent à l heure actuelle de prix inoffi ciels bien plus bas. Les règles actuelles sont donc dépassées en ce qui concerne les gros consommateurs industriels. Or, quand une règle n est plus applicable, il convient de la changer. C est une question d honnêteté et d équité. La LME est une loi pour les PME, pas pour la grande industrie. A l intérieur de la Suisse aussi, les tarifs varient fortement et de manière peu compréhensible entre un lieu et un autre. Il s agit d un marché opaque. D une manière générale, il existe des différences qui vont presque du simple au double entre les villes suisses, par exemple entre certaines villes valaisannes et Genève, Lausanne ou Neuchâtel. Le cas de Lausanne est intéressant. La centrale de Lavey dont la ville de Lausanne est propriétaire et qui couvre le tiers des besoins urbains, produit à un coût entre 2 et 2,5 cts/kwh. Son coût de valorisation est de 7,5 et 8 cts/kwh et le prix EOS est de 12 cts. La

10 centrale de Lavey permet donc à Lausanne, qui vend son kwh à plus de 26 cts, de remplir sa caisse communale grâce à la fi scalité indirecte et de procéder à des dépenses publiques avec cet argent. Est-ce tout à fait démocratique? Une chose est sûre, on comprend que certains syndics craignent la transparence accrue des factures d électricité. Pourtant, les services industriels n ont pas à craindre cette loi : les consommateurs ne changeront pas de fournisseurs si les différences de prix restent modestes. En revanche, il y aura plus de clarté politique quant aux sommes d argent prélevées à des fi ns fi scales par les communes. 10 La LME n interdit pas aux communes de prélever des impôts mais elle oblige à la transparence des éléments qui font la tarifi cation ce qui, à terme, débouchera sur des comparaisons d effi cacité, donc des baisses de prix. Le consommateur verra sur ses factures séparément le coût de production de l énergie, son origine, le coût de son acheminement, mais aussi la partie des taxes et prestations dues aux collectivités publiques. Quand nous allons au restaurant ou dans un magasin, nous sommes habitués à voir la TVA affi chée séparément sur la facture. C est une disposition analogue qui sera réalisée dans la LME. Avec la nouvelle loi, les actuels payeurs deviendront des clients et les actuels fournisseurs des prestataires de services. Les risques d un refus de la LME Je ne voudrais pas manquer d évoquer les conséquences d un refus de la LME. La branche électrique et les cantons ont beaucoup investi dans la clarifi cation des règles visant à accompagner l ouverture du marché. Il est probable que cet acquis sera utilisé dans un accord intra-branche visant à libéraliser le marché. Nous aurions alors le modèle allemand, sans discipline ni régulateur, donc moins de protection pour les consommateurs et des risques de hausses de prix, car les gros clients obtiendront toujours des tarifs avantageux tandis que les petits clients paieront pour les rabais consentis aux gros.

11 Un non à la LME ne mettra pas un frein à la libéralisation ni en Suisse, encore moins en Europe. Au contraire, un non à la LME nous laisserait sans défense. La LME est une solution typiquement suisse, modérée, équilibrée, résultant d un long débat démocratique, qui n instaure pas une concurrence absolue mais limitée, avec des conditions-cadres fi xées par l Etat, qui protègent les consommateurs, l environnement et les régions périphériques. 11 Je crois qu il ne faut pas avoir peur des changements. En matière économique, le choix n est pas entre immobilisme et changement mais entre les changements qui nous sont imposés et les changements que nous voulons accomplir. Des emplois sont toujours supprimés lorsqu il y a restructuration d anciens monopoles. Mais l ouverture des marchés, on l a vu avec les télécommunications, crée aussi de nouveaux débouchés. D autres emplois sont créés ou préservés grâce à la compétitivité accrue que retirera la place de travail suisse de cette libéralisation. Le niveau relativement bas du chômage montre que notre marché du travail fl exible permet de retrouver relativement facilement un emploi, et dans un délai assez court. La Suisse a donc moins à craindre des réformes encore à réaliser que d autres pays. Le rapport mondial sur la compétitivité de l IMD place la Suisse en 7e position en Le bilan est donc encore bon mais il faut rester critique: en Suisse, depuis la moitié des années 1970 et particulièrement depuis les années 1990, la croissance est moins forte qu ailleurs. Le rapport sur la croissance publié par mon département et l analyse de l OCDE qui a suivi le disent à l unisson : les perspectives de croissance sont modestes si nous ne faisons pas un important effort de réformes en matière de libéralisation et de concurrence. Bref, sans réformes intérieures, la Suisse perdra peu à peu ses avantages concurrentiels et nous serons alors dans l impossibilité d affronter sereinement les conséquences sociales engendrées par le vieillissement de la population.

12 La Suisse a pris du retard par rapport aux libéralisations intervenues dans l Union européenne. Le fait de ne pas faire partie de l Union européenne est un handicap en termes de potentiel de croissance, car la pression est moins forte, mais cela ne signifi e pas que les réformes sont impossibles. Tout doit être mis en oeuvre pour améliorer la productivité du travail (par l innovation et la formation) et la concurrence (par la libéralisation). Ce sont les clés de la croissance. 12 La Suisse ne peut plus s appuyer sur les anciennes structures qui ont forgé sa prospérité. L effort de réforme ne doit pas être relâché, malgré les résistances nombreuses, à gauche et à droite. C est un challenge que je continuerai de relever. Chaque fois que l on fait une réforme, on s attaque à un groupe de privilégiés qui bénéfi cie du statu quo. Et ceux qui pourraient profi ter des changements hésitent. Finalement, il n y a que l Etat, c est paradoxal, pour faire bouger les coalitions d intérêts privés.

Swisspower l entreprise prestataire de services en matière d énergie soutient la LME

Swisspower l entreprise prestataire de services en matière d énergie soutient la LME Sujet Loi sur le marché de l électricité (LME) Votation fédérale du 22 septembre 2002 Swisspower l entreprise prestataire de services en matière d énergie soutient la LME Swisspower Limmatquai 2 Postfach

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE Céline IDE Novembre 2009 Dans la perspective de mise en place d un véritable marché unique et dans le but de renforcer les conditions

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

«NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché»

«NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché» «NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché» Position de Swissmem en rapport avec la stratégie énergétique 2050 Hans Hess, président Swissmem Conférence

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AXE POLITIQUE 1. SANTE Une santé moins chère, mais plus transparente 2. CONCURRENCE Plus de concurrence et une action

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL

RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL RAPPORT MUNICIPAL N 99 AU CONSEIL COMMUNAL Réponse à la motion de M. le Conseiller communal Tefik Rashiti "Nyon zone hors AGCS" Délégué municipal : Monsieur Daniel Rossellat Nyon, le 4 mai 2009 Monsieur

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine 5 mars 2010 Au cours de la première semaine de la session, le Conseil national a débattu de la 11e révision de l AVS : il a renoncé à atténuer les

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

Le changement climatique : un défi incontournable

Le changement climatique : un défi incontournable CEP G 12/02/2009. Le changement climatique : un défi incontournable Dominique Defrise Constat Le capitalisme génère non seulement une crise financière majeure mais aussi une crise climatique. Les réponses

Plus en détail

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 Le programme SuisseEnergie doit non seulement reprendre les structures et les produits d Energie 2000 qui ont donné satisfaction, il doit encore assurer

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins 1946-1996 Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement de Gaulle une tarification au service de la réponse aux besoins Le 8 avril 1946 sous l impulsion de Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Date de dépôt: 10 octobre 2007 Messagerie Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Pierre Kunz : Les SIG veulent augmenter le prix de l'électricité

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Pour un monde allant vert

Pour un monde allant vert Pour un monde allant vert L augmentation des émissions de CO 2 issues des transports représente désormais quasiment 30 % du total des émissions dans l UE. Avec une croissance explosive des transports routier

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ Carte routière de restucturation dans le secteur métallurgique - gestion de la restructuration, inclusion active des partenaire sociaux, diffusion

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Ce que les Suisses pensent des banques

Ce que les Suisses pensent des banques Novembre 2015 Ce que les Suisses pensent des banques Résultats des échanges au sein des groupes de réflexion et de l enquête d opinion de l Association suisse des banquiers (ASB) Introduction Quels avantages

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. 02/289.76.11 Fax 02/289.76.99 CONFÉRENCE DE PRESSE Bruxelles - le 5 avril 2002 COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Accord économique et commercial global entre le Canada et l Union européenne : chapitre sur les marchés publics

Accord économique et commercial global entre le Canada et l Union européenne : chapitre sur les marchés publics Accord économique et commercial global entre le Canada et l Union européenne : chapitre sur les marchés publics Webinaire FCM/MAECD 18 juin 2015 IB : 6713055 1 Aperçu Le 5 août 2014, le Canada et l Union

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1018125L PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45%

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45% Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Combien de travailleurs sont employés dans le secteur de la santé? Près de 4,9 millions d actifs travaillent en Suisse, dont un

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Commerce d électricité en Suisse

Commerce d électricité en Suisse . Commerce d électricité en Suisse Conditions-cadres et évolution des prix sur le marché libéralisé Jeudi 3 décembre 2009, 13h30 à 17h15 Site de la Saidef, Posieux (Fribourg) Co organisateur : Energy Center

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 Recommandations pour le financement de la distribution d eau directive SSIGE WX, (actuellement en consultation) 23.05.07 / J-M Pache SDESR 1 Pourquoi une nouvelle

Plus en détail

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois?

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? 2. Emploi La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? Dans cette étude, nous dressons un bilan de la mesure récente du gouvernement concernant la défiscalisation

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié

Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Exercice 2010 Seul le discours prononcé fait foi Assurer l avenir avec un parc de production diversifié Discours de M. Hermann Ineichen, chef du secteur d activité Energie Suisse, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050.

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. La production d électricité, aujourd hui et demain. Des défis pour ewz. Sortie du nucléaire, objectifs en matière de climat, libéralisation

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005 CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005 I. La consommation en Suisse en 2005 1) Contribution accrue de la consommation privée des ménages à la croissance économique La consommation privée en Suisse en 2005

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 Nous reprenons dans ce document les principaux messages délivrés lors du séminaire de formation sur les bourses de l électricité

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Programme d action contre les prix excessifs

Programme d action contre les prix excessifs PDC suisse Programme d action contre les prix excessifs Résolution du PDC suisse, adoptée lors de l Assemblée du 15 septembre 2007 au Säntis Nous faisons couler l îlot de cherté : programme en 10 points

Plus en détail

Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière

Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière Tier & Technik St. Gall, 22 février 2013 Dr. Markus Bild Willimann Président VMI Agenda Contexte Analyse SWOT

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

RIE III Procédure de consultation

RIE III Procédure de consultation Economiesuisse Hegibachstrasse Case postale 8032 Zurich Neuchâtel, 20 janvier 2015 RIE III Procédure de consultation Madame, Monsieur, Les statuts spéciaux sont contestés par l OCDE et l Union européenne,

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

A. LES ENTREPRISES VISEES PAR LES NOUVELLES REGLES. Quelles sont les entreprises visées par les nouvelles règles?

A. LES ENTREPRISES VISEES PAR LES NOUVELLES REGLES. Quelles sont les entreprises visées par les nouvelles règles? LA LEGISLATION SUR LES AGENCES DE TRAVAIL TEMPORAIRE ET LES TRAVAILLEURS INTERIMAIRES EN GRANDE-BRETAGNE INTRODUCTION : Good afternoon, ladies and gentlemen. Comme vous l aurez probablement deviné, je

Plus en détail

la révision de l ordonnance sur l énergie (OEne): augmentation du supplément visé à l art. 15b de la loi sur l énergie (art. 3j, al.

la révision de l ordonnance sur l énergie (OEne): augmentation du supplément visé à l art. 15b de la loi sur l énergie (art. 3j, al. Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l énergie OFEN Division Efficacité énergétique et énergies renouvelables Avril 2015 Rapport

Plus en détail