1'}$i,:"&{rrt CONSEIL D'ADM I N ISTRATION CONSEJO DE ADM!NISTRACION GOVERNING BODY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1'}$i,:"&{rrt CONSEIL D'ADM I N ISTRATION CONSEJO DE ADM!NISTRACION GOVERNING BODY"

Transcription

1 INTERNATIONAL LABOUR OFFICE BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO GOVERNING BODY CONSEIL D'ADM I N ISTRATION CONSEJO DE ADM!NISTRACION GB.2t4/PDA/1/1 2I4e session Genbve, Novembre f980 PROGRAMME, FINANCIAL AND AOMINISTRATIVE GOMMITTEE commtssron DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L'ADMINISTRATION COMISION DE PROGRAMA, PRESUPUESTO Y ADMINISTRACION B.\.1' 1'}$i,:"&{rrt *U S:'1""r;3.1 sll,, rzliursse _ froj-sidme question i lrordre du jour MPPORT DU COMIflE ADMINISTMTIF DE COORDINAT]ON l. 1,e Sapport drensenble aruruel- du Comit6 a.dministratif cle coordinati-on (CAC),oo, igzg]aot*'"ei-"oori" a i" comnission des organisations internationares conform6nent I lrusage 2.Toutefois,lerapportpourlg?9-soaborded.esquestionsdIordrefinarrcj.er et budg6taire qui i=a"""teii-r-'i"tgr6i-poo= 1a Commission du prograntre, du budget et de Ita.clninistration. 0n en trouvera ii-aprbs les passages traitant tle ces questions. En ce qui concerrre les questions fing+eibres et-budg6taires, Ie-principal souci du cai -au-;;;;-d"-""ti" p6riode a 6t6, en veillant, chaque foi-s que ;;;;iti!,-a-rrofi"re= r"u,rorr"'" de qua1it6,-de connuniquer les renseignements et anaryses dont 1es organes intergouvernementaux centraux avaient besoin pour s'acquitt"r ae--i"ors foictionj-a"-eoordination pour les.activit6s des divers ;=;;G;;s-ao-"y"iEr". r,a pr6sentation du rapport traditionnel ilu CAC sur les 66penses des orga.nismes iles Nations Unies au titre des progpltes a 6t6 sin- ;iiila;-d tgigi 9t 1e rapport lulatme srest inspir6 tilune classification sectorielle r6vis6e des activitej ae progranme que le CAC espbre voir utifiser i. I'avenl" iiuclra rbpldcer-ttan-" un ca.dre commu:r fes activit6s Et-r"i-aEperr"e" "ia;;-ioi"-n;;ir des organisnes. r,es eitets de l-'instabillt6 non6taire sur fes budsets aes-oriurrismesl qui aviient fait lrobjet d'un rapport ttu CAC b lrassen- ;i:e';e":i}"-8" lglt irt-q"'o"*"-"o"ti"oe b siivre tle pree-tlepuis rors, ont ir nouveau ="t"io-upe"iifererit Itattention. Une nouvelle analyse iles mesures prlses po i"";iii6;"i" oreorijr;i-poo".faire face i ces lroblbmes a 6td 6tablie et sera so*nise pour e*!re" au C-onsei] 6conomiqqe 9t socj-a1 en l-980' 0n Z-Zg"1" i"t -"i"ri"z i question des rapports et ctes 6tats financi-ers des organismes,.ri"j;"reiioi"r et-a'harmoni-ser Ia pr6sentation cle ces docunents et de les rentlre "r, Plus ma^niab1es. f Do",-"r.t cles Nations unies E/L98o/74.

2 le CAC a 5galement poursuivi ses travaux visant ir hamoniser les pratlques financieres et budg6taires cles organi-smes clu systdme et b pronouvoir des solutions conmunes aux probldnes se posant clans ce donalne. Pl-usieurs d6cisions ont 6t6 prlses drun conmun accorrl au couxs de cette p6riode sur diverses questions; on.a notanment, en ee qui concerne fes rnonnaies i utiliser pour 1es traitenents du personnel de ta cat6gorie deb adninistrateurs et des cat6gori-es sup6ri-eures, employ6 par les d.iff6rents organisnes, actopt6 une nouvelle formule glrantissant ir ce personnel 1e verseuent cltun pourcentage 6quitable de sa r6uun6ration d.ans l-a monnaie du pays of ii ei:t affect6. Sous les anspiees ctu CAC, 1es organismes sont 6galement arriv6s ir un accord sur la cr6ation et le financement conjoj.nt drun fonds d.estin6 ir financer les mesurres de s6curit6 qui poulraient stav6rer n6cessaires pour prot6ger les fonctionnaires internationaui dans 1es situatlons de crise. 0n peut, sur clenancle, obtenir des exemplaires clu rapport.du CAC sur 1es d6penses des organismes des Nations Unies au titre des progrannes' dont it est fait mention dans lrextrait ci-dessus. Itexpos6 du CAC analysant les mesures prises pour faire face aux effets de Irinstabilit6 mon6taj-re persistante sur les budgets cles organisations du systbme iles Nations Unies, ctont ii est aussj- question plus haut, fi.gure en arulexe i ce document. 3. Document sounis pour information. Genbve, 2$ septeubre' I Do"'-"rrt des Nations unies E/L979/90.

3 A TT'iJ'I'V-11 dlgttrr/\ll NAtr'ChJS U'V'ES CCNSEII. ECONOI.AIQUE ET SCCIAL.6: t-:. =.lr. rr-# -<--- :.-- --J =a*,z-eac: : Distr. GENERALE E/t9\o/39 9 mai rg8o FBANCAIS ORIGfNAL : AIIIGLAIS Seconde session ordinaire d.e 19BO Point t)+ d,e lrordre d.u jour provisoire COOPERATION ET COORDINAT]O}I INTERNATIO}TALES DANS LE CADRE DU SYSTE}i1E DES NATIOI\TS UNIES Effets de lti.nstabilit6 mon6taire persistante sur les budgets Qes oreanisations du strs d.es Nations Unies Excos6 du Comit6 adrninistratif de coordination 1. Les effets bud.g6taires et financiers de ltinstabilit6 non6taire persistante ont fait lrobjet, ces aernieres ann6es, d.rune analyse approfondie au sein d.u syst6me des Nations Unies. Le Comit6 ad.ministratif d.e coordination (CAC) a, pour 1a premiere fois d 1rautomne l)73, examin6 ce probleme et Ies solutions pouvant 1ui 6tre apport6es dans un document soumis i ftassembl'ee g'enlerale d sa vingt-huitieme session ei pr6c6a6 d'un rapport d.u Comit6 consultatif pour les questions administratives et tud.g6taires (CCQle) sur 1e m6me sujet I/. AprEs avoir examin6 ces documents, 1'Assembllee g6n6rale a d6sign6 un Groupe de travail de f instabilit6 mon6taire en vue d.'6tud.ier les diverses solutions pouvant 6tre apport6es d ce probleme; ei1e a examin6 1e rapport d.u Groupe d.e travail (A/9773) d sa vingt-neuvieme session. A cette session,1'assembllee g6n6rale 6tait 6galement saisie drun expos6 dans Ieque1 1e CAC (l/c,5/t6zz, annexe), suite d une recommandation du CCOAB, 6tudiait de maniere plus approfond.ie 1a possibilit6 de recouvrer dans plusieurs monnaies 1es contribulions aux budgets des organisations. Plus r6cemment, clans son rapport i lrassembllee g6n6ra1e i sa trente-troisibme session Q_/, le Comit6 des contributions a examin6, aux fins d.u recouvrement des contributions, diverses formules faisant intervenir des ttpaniers" de monnaies et des unit6s de compte internationales. Les organes directeurs d t autres organisations d.u systeme des Nations Unies ont 6galement r6a1is6 ou fait r6aliser des 6tudes sur 1es effets de lrinstabilit6 mon6taire. 1/ Documents oflicfels de 1'Assembl6e s6, Suppt6me e.?/ Lbid,., trente-troisieme session, Suppl6ment No 11 (A/33/LL). Bo-:-r59:

4 E/L9Bo/39 Page 2 2. Devant la r:ersistance de leinstabilit6 nion6taire, le CAC a ax6 son analyse sur les effets d.es ftuctuations d.e change d,ans les organisations d.u systbme des Nations Unies et sur les d.iff6rentes m6thod.es utilis6es par ces dernieres pour y faire face. Le CAC est convaincu que la meilleure fagon d.r6valuer Ies conclusions d.es recherches mentionn6es ci-dessus et 1es correctifs qutil convient 6ventuel-lement de leur apnorter consiste d proc6d.er d une analyse comparative des m6thod.es adopt6es par 1es organisations. II 'eontinuera d.e suivre avec attention les 616ments importants qui interviendront d.ans ce d.omaine. 3. Comme lta ind.iqu6 t-e CaC d.ans son rapport de 1973 : "Le probleme vient essentiellement d"e 1a d.6pr6eiation du do11ar des Etats-Unis (ta monnaie d.ans 1aquelle les budgets de }a plupart d.es organisations sont pr6sent6s et dans 1aque1le la plupart des contributions des Etats membres sont fix6es et pay6es) par rapport d, dtautres monnaies, te11es que 1e franc suisse, 1e schilling autrichien, 1a lire italienne, Ia livre sterling et 1e franc frangais, dans lesqueltes une grande partie d.es d6penses sont r6g16es. S'iI y a d.iminution du taux de change auquel les d.6penses pr6vues d.ans ces monnaies ont 6t6 inscrites dans les budgets ca1cul6s en dollars, les ouvertures de cr6dits en dollars seront trop faibl-es pour permettre aux organisations de se procurer 1es montants d.ont elles ont besoin dans 1es autres monnaies aux nouveaux taux d,e change. Depuis L9TL, Ie probteme a pris des proportions de plus en pius graves pour les organisations au fur et i mesure que Ia valeur de leurs recettes d.e contributions se d.6t6riorait notablement et constarrment - parfois d.run mois D ltautre - par rapport d leurs besoins dans 1es monnaies au moyen d,esquelles elles rbglent une grande partie d.e leurs d.6penses 3/. " Ni Ie CAC ni le Comit6 consultatif pour les questions ad.ministratives et bud.g6taires ni le Groupe de travail d.e I' instabilit6 mon6taire n'ont 6t6 en mesure cle recommander une option unique pour 1'avenir qui permettrait al toutes 1es organisations concern6es d"e r6soudre Ie probleme. Le Groupe de travail a estim6 que i t'les fluctuations mon6taires... a1l-aient vraisemblablement se poursuirre et qutil n'y aurait sans doute pas d,e retour rapid,e E d.es valeurs fixes. Les questions d.ont il- 6tait saisi 6taient extr6mement complexes et susceptibles d.'6vo1uer rapidement sous lteffet des mod.ifications de Ia situation financiere mond.iale. En outre, Ie Groupe 6tait profond6ment conscient d,e ce que toute mesure propos6e devrait 6tre suffisamment souple pour pouvoir stad'apter 5 la situation particulidre d.e chacun d.es organismes d.es Nations Unies ' Qui 6taient touch6s A d-es degr6s divers par f instabil-it6 mon6taire et qui, de plus, avaient des proc6dures bud.g6taires et financieres d,iff6rentes." (a/9'(lz, par. 10) )+. Ayant fait sienne cette conclusionr le CAC ajoutait, dans 1'expos6 qu'il.a sor:mis i 1'Assembl6e g6n6ral-e i la vingt-neuvibme session (a/c.5/t6zz, annexe), 3/ Tbid., vinst-huitieme session, Suppl6nient IIo BA (A/9OoB/Add,.1-31+), doeument A/9OOB/Add.15, annexe, pu. 2.

5 E/t9\o/39 Page 3 que, puisque aucune mesure consid6r6e isol6ment ne pouvait pai1ie:: l-es d.ifficutt6s qui =L posaient, lrobjectif principal d.emeurait, d-rune Dart, de pr6server, dans toute Ia mesure d.u possible, les progrannnes et 1es brrdgets des organisations du systeme des Irlations Unies des effets d.es fluctuations mon6taires et de ltinflation et, drautre part, d.e r6duire autant que possible les demandes cte cr6dits ad.ditionnels et les contributions ad.d.itionnell-es correspondantes mises en recouvrement aupr6s des Etats membres (ifia.r p&r. 11). Les d6penses suppl6mentaires clui ne porrraient 6tre couvertes en recourant D Ia pratique de la budg6tisation int6grale devraient 6tre financ6es : a) En absorbant ces d6penses, c'est-5-d,ire en effectuant toutes les 6conomies et r6d.uctions de d.6penses possibles; b) En r6am6nageant 1es priorit6s, d.ans la mesure oi cel-a pourrait se faire sans porter gravement pr6judice aux programmes approuv6s par les organes a6tib6rants, en particul-ier les programmes d.rassistance aux pays en voie d.e d.6veloppement I c) En dernier recours, en Dr6sentant d.es demandes d.e cr6d.its ad.d.itionnels ou en pr6levant sur les r6serves sp6ciales, Ies cr6d.its pour impr6vus, etc. (l-brd., por. -^\ L5 ). Le CAC a 6galement estim6 que la possilitit6 ae cr6er des r6serves sp6ciales, soit sous forme de fonds d.istincts des fonds de roulement des organisations, soit sous forme de r6serves pour inpr6vus d.ans Ie cadre du budget, d.evait 6tre examin6e par 1es organisations dont 1es organes d6lib6rants ont t6moign6 de f int6r6t pour ee type d.e mesures sans pour autant avoir atteint 1e stade de leur mise en application ( itia., p&r. 1, ). 5. Les pressions budg6taires suscit6es par 1a situation financiere internationale, et en particulier par f instabilit6 mon6taire, ont amen6 les organisations d chercher sans cesse h r6al-iser des 6conomies, en ajournant ou en r6d.uisant des activit6s de prograrnme et en 6liminant des activit6s non prioritaires, de m6me qu'en s'efforsant d'am6liorer l-refficacit6 et de r6duire les d6penses d'exploitation. DBs lorsr les organisations ont tent6 1e plus souvent dfabsorber les co0ts Ii6s aux fluctuations mon6taires, soit de fagon iso16e, soit dans 1e caclre c[run ensemble d.e mesures sp6cialement congues i cet effet, ce qui a permis de freiner Ia croissance budg6taire et de r6d.uire sensiblement 1es demandes d.e cr6d,its suppl6mentaires. Ces mesures ont 6galement 6t6 renforc6es par une gestion financiere rigoureuse, accord.ant notemment une attention particuliere au calendrier d.es op6rations de change en ce qui concerne les recettes et 1es d"6penses pr6vues. Lrencaissement des contributions aux dates convenues peut 6vid-emment beaucoup facil-iter cette gestion. 6. Dans Ia pratique, 1a plupart des organisations ont de plus en plus tendance ol baser les pr6visions de d.6penses sur les taux de change en vigueur au moment de l-'6tatrlissement du budget p1u-t6t que sur des pr6visions en matiere de change. Ce systlme pr6sente lravantage rle faire reposer 1es pr6visions de d.6penses sur une base factuel-ie plus ferme, mais ii peut 6galement n6cessiter d.es ajustements plus importants au niveau des ressources pour parer aux effets d.es fluctuations d.e

6 F,ltg\o/39 Page h change apres lt6tablissement du budget. A maintes reprises, ces ajustements ont 'et'e op'er'es par l-e biais d.e demandes d.e cr6d.its ad.ditionnels, aplrouv6es fr6quemment dans fe cadre d.run col-l-ectif lr6voyant 1rabsorption partie]le d.es d,6penses suppl6mentaires rrar Itorganisation. Selon 1es circonstances, des d6oenses sunpl6mentaires peuvent 6tre i:galement financ6es, en tout ou partie, au moyen des fonds d.ont dispose i ce moment l'organisation. A cette fin, on a autoris6 ltutilisation d'exc6dents d.e tr6sorerie, de r6serves non d.istribu6ese d.tarri6r6s de contributions perqus, d.e fonds d.t6quipement et de revenus d.ivers ainsi que des retraits remboursabl-es sur des fond.s t1e roufement. Dans le cadre de tef s arranger.ents, Ies d-6penses suppl6mentaires sont natureflement prises en charge indirectement et en dernidre analyse Dar 1es Etats membres, mais cela permet dans I'imm6d.iat d'6viter d.es ajustements au barbme des quotes-parts, ou dten r6d.uire I I ampleur. 7, D'autres organisations ont julg6 pr6f6rable d-?ouvrir des cr6d-its budg6taires, qui peuvent prenclre Ia forme de cr6dits pour impr6virs e pour parer aux effets des fluctuations de change suscentibles drintervenir apres l'6tablissement du budget. Leutilisation de cr6dits sp6cialenent pr6vus a) cet effet est normalement assujettie i d.es cond-itions fix6es par les organes directeurs d"es organisations int6ress6es. Dans certains cas, 1es cr6dits servent i alimenter des eomptes ou r6serves 6tablis sous Itautorit6 des organes directeurs en vue de financer des d6penses suppl6mentaires. B. Dans lrune d-es organisations qui ont introduit un tel- arrangement, Ies derniers budgets comdortaient une ligne ae cr6d.it sp6ciale d.estin6e ) alimenter un compte de fluctuation mon6taire. Les dispositions adopt6es pr6voient clue Ie compte sera r6aliment6 a) I'aide de cr6aits ad-d.itionnels si Ia valeur de la monnaie dans laquelle est 6tab1i 1e bud.get (ci-apres appel6e "monnaie du budget") tombe au-d.essous d.es taux d"e change retenus d.ans fe budget en ce clui concerne les principales monnaies dans lesquel-tes sont effectu6es 1es d6penses (ci-apres appel6es "monnaies de c16pense"): d.ans Ie cas contraire, les fonds suppl6mentaires pergus sont cr6dit6s au compte. A 1a cl6ture de chaque exercice financier, 1e solde du compte est revers6 aux Etats nerbres. 9, Dans une autre organisation, un compte sp6cial d.e r6serve pour 1es d6penses suppl6mentaires non,or6vues au budget est aliment6 dans un premier temps par les fond"s dont d.ispose I'organisation. Etab1i d t'origine i titre temporaire, Ie compte est devenu permanent et son niveau est fix6 pour chaque exercice financier en fonction <1u montant du bud.get approuv6. Dans 1es l-imites du niveau fix6, 1e solde est report6 dtun exercice financier D, lrautre. l-0. Une autre organisation a r6cemment ad.opt6 une formuj-e qui consiste 6galement d affecter ) t'avance des cr6dits (autres que les contributions mises en recourrrernent) aans des limites pr6d,6termin6es en vue de parer aux effets de lrinstabilit6 mon6tairel 1'organisation a r6ussi de ta sorte i isoler 1e taux de change bud.g6taire et, Dar cons6quent,ie budget 1ui-m6me, des incidences d.es fl-uctuations mon6taires survenant apres 1'6tablissement de ce bud.get. Cette formufe vise particulidrement A r6auire sinon i 6timiner les demandes d.e cr6dits add.itionnels destin6es D compenser Ies pertes bud.g6taires r6sultant des fluctuations mon6taires. ElIe permet i son tour d.t6viter d'augmenter Ie montant du budget aoprouv6 al. cette fin d.run exercice D

7 E/198o/-?9 Page 5 ltautre; le taux d.e change retenu d cet effet est celui qui existe au moment de l-,6tablissement du bud.get entre l-a monnaie du budget et 1a principale monnaie de d6pense. Les d6i,enses suppl6mentaires r6sultant des fluctuations de change survenues au cours d,e Itexercice financier sont couvertes par Ies revenus occasionnels [/ d.ont d.ispose d ce moment-la\. I'organisation, i concurrence drun rnontant maximr:m fix6 par les organes directeurs. Si les fluctuations de change permettent d.e.r6aliser d.es 6conomies, Ie montant correspondant est vers6 aux revenus occaslonnels, ce qui a pour effet de r6d.uire 1e montant total des d6penses sans diminuer le montant d"u budget approuv6 pour ltexercice financier. Les revenus occasionnels non utilis6s sont mis a) Ia aisposition d.es organes directeurs. 1l-. Si I'on considere lrensemble des organisationsr les fluctuations de change se sont traduites beaucoup plus souvent ces dernidres ann6es par des cofits supp16- mentaires que par aes 6conomies. Toutefois, d,es 6conomies ont 6t6 r6alis6es d-e temps i autre dans d-eux ou trois organisations et de manibre r6gulibre dans cerlaines autres, D savoir ce11es dont les budgets sont l-ibe116s et l-es contributions mises en recourrement en francs suisses, mais dont 1es d"6penses sreffectuent en partie en dollars. Selon 1es arrangements mis en place i titre perm.anent ou en ionction des eirconstances, les 6conomies ont 6t6 util-is6es pour couvrir les d.6penses suppl6mentaires r6sultant de Irinflation ou d.e fluctuations de change a6iavorables ou cr6ait6es i des comptes de r6serve ou d.es comptes sp6ciaux ou encore ont servi i r6d.uire les contributions des Etats membres. Les organes directeurs de plusieurs organisations ont examin6, sans Ies avoir eneore adopt6es, des propositions tend.ant h, ce que les bud,gets ca1cu16s en dollars soient l-ibell-6s et les contributions recouvr6es dans la principale monnaie de d6pense. II en va de m6me d,es propositions tendant D ce que lron utilise pour Ie recouvrement d.es contributions aux bud.gets cal-cu16s en d.oflars une combinaison d.e dollars et de 1a principale monnaie de d.6pense. L2. Le CAC estime que les 616ments sur }esquels ii a appel6 lrattention clans ce bref examen confirment Itobservation du Groupe de travail de f instabilit6 mon6taire, cit6e au paragraphe 3 ci-d.essus, selon 1aque1le i1 est important que les organisations tiennent compte de leur situation particuliere lorsqurelles adoptent des mesures visant a\, parer aux effets de ltinstabilit6 mon6taire. Le CAC avait d6jd conclu dans 1e m6me sens en 1973 et 197\. De fait, i1 apparait plus 6vident que jamais, d Ia lumibre de lrexp6rience, que les mesures et trains cle mesures que peuvent envisager 1es diverses organisations d6pend.ent essentiellement non seulement de 1a nature des effets de f instabilit6 mon6taire tels qutelles les ressentent, mais 6galement d-rautres facteurs - 1e volume et Ia date des d.6penses suppl6mentaires, Ieur situation financidre g6n6ra1e ainsi que leurs m6thod.es et donn6es drexp6rience en mati}re bud.g6taire et financiere. Dans ce contexte, les cas dans lesquels ii sf est av'er'e possible de parer aux effets de ltinstabil-it6 mon6taire au moyen d.e mesures pouvant 6tre appliqu6es d.e fagon syst6matique et continue (tets Ies comptes h/ Oans ltorganisation en question, Ies revenus occasionnels comprennent les,"rrents divers (revenus d.'int6r6ts, contributions vers6es par 1es nouveaux membres, etc. ) et 1es arri6r6s de contributions.

8 E/1980/39 "t'age o d.e r6serve ou l-taffectation de revenus occasionnels) pr6sentent un grand int4r6t. De fagon rlus g6n6ra1e, le CAC persiste d nenser, conme ii Ie rappelle au oaragraohe )+ ci-dessus, que toutes les m6thodes, n6cessairement d.iverses, eui pouront 6tre ad.opt5es pour faire face au probldme de lrinstabilit6 mon6taire devront se conformer strictement i un double objectif : pr5server 1es programmes et 1es budgets d.es organisations et r6duire 1es d.emand"es de cr6dits additionnels et 1e versement de contributions add,itionneffes.

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Allégements fiscaux pour les Canadiens février 1998 En ce qui concerne maintenant la fiscalit, je tiens rappeler tout d abord notre objectif. Notre

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

--------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------- INTERNATIONAL LABOUR OFFICE BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO GB.249/PFA/ll/15 24ge session GOVERNING BODY CONSEIL D'ADMINISTRATION CONSEJO DE ADMINISTRACION Genève, Février-mars

Plus en détail

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants :

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants : LE PROJET TUTOR I. LA DFINITION Le projet tutor en LEA est un rapport rdig par un tudiant ou un groupe dåtudiants destin Ç permettre Ç låtudiant de dfinir son orientation et son parcours universitaire

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE

ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE ASSOCIATION DES PRODUCTEURS RESPONSABLES ETAT DES PRODUITS ET CHARGES ET EXCEDENT CUMULE 31 DECEMBRE 2OT2 ASSOCIATION DES PRODUCTETTRS RESPONSABLES Etat des produits et charges et exc6dent cumul6 Pour

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2015 L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/7 15 août 2014 Distribution générale Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(58)/1, Add.1

Plus en détail

Ordre du jour et programme

Ordre du jour et programme BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/(Rev.1) et programme Section institutionnelle INS 1. Adoption des procès-verbaux de la 319 e session

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif _.- -. 4,_ I ;, % i :.,.% * es- >,y p L _. J 1 r\sll ::Y 4, ex Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent trente-cinquième session 135 EX/21 PARIS,

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC)

Principes régissant les travaux du GIEC PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Principes régissant les travaux du GIEC Appendice B PROCÉDURES FINANCIÈRES DU GROUPE D'EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L'ÉVOLUTION DU CLIMAT (GIEC) Adoptées à la douzième session du GIEC (Mexico, 11-13

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service Juillet 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19-23 septembre 2005 Financement des obligations relatives aux coûts de l assurance maladie après cessation de service I. Introduction 1. Le Comité

Plus en détail

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION

BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I. Gdndralitds BONUS OU MALUS? 1) MAX GURTLER Bale, Swisse I. INTRODUCTION I1 est peu de probl~mes, dans l'industrie de l'assurance, dont la solution occasionne autant de difficult6s que celui consistant

Plus en détail

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE

APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE APER~U DU CHAMP D'APPLICATION DE LA THI~ORIE DU RISQUE DANS L'ASSURANCE DE CHOSES EN AUTRICHE L. NEUMANN Vienne I. INTRODUCTION Nous donnerons ci-apr~s un aper~u de quelques domaines d'application de la

Plus en détail

PFA. Incidence des fluctuations du taux de change sur le programme et budget SEPTIÈME QUESTION À L'ORDRE DU JOUR

PFA. Incidence des fluctuations du taux de change sur le programme et budget SEPTIÈME QUESTION À L'ORDRE DU JOUR GB.264/PFA/7 264 session Genève, novembre 1995 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA SEPTIÈME QUESTION À L'ORDRE DU JOUR Incidence des fluctuations du taux de change sur le programme

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé

RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE D ASSURANCE-MALADIE. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-sixième session 186 EX/26 Rev. PARIS, le 3 mai 2011 Original anglais Point 26 de l'ordre du jour provisoire RAPPORT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALE SUR LA SITUATION DE LA CAISSE

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION

QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION Original: anglais 20 octobre 2005 QUATRE-VINGT-DIXIÈME SESSION RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE DE L OIM Amendement au Statut du personnel pour les fonctionnaires et les employés Page 1 RÉGIME DE SÉCURITÉ SOCIALE

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/70/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 22 JUILLET 2014 Comité de coordination de l OMPI Soixante-dixième session (45 e session ordinaire) Genève, 22 30 septembre 2014 STATUT ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL :

Plus en détail

Demande d achat pour formulaires de poursuite et de faillite. Office central fdrai des imprim6s et du matriei 3000 Berne. A. Formulaires obligatoires

Demande d achat pour formulaires de poursuite et de faillite. Office central fdrai des imprim6s et du matriei 3000 Berne. A. Formulaires obligatoires : Feuille 26 Prix courant valable dös le..997 - - Demande d achat pour formulaires de poursuite et de faillite Date Livraison Facture Office ral fdrai des imprim6s et du matriei 3000 Berne Dsignation des

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

SAGE. SAGE comptabilité

SAGE. SAGE comptabilité 2 sances Un dcoupage en 2 sances vous permettra d tudier les principales fonctionnalits des 3 logiciels : : 7 sances : 8 sances : 5 sances comptabilit ance : ration de la socit et mise en place des fichiers...

Plus en détail

UNIDROIT 2012 ASSEMBLEE GENERALE A.G. (71) 4 71 ème session Original: anglais/français Rome, 29 novembre 2012 octobre 2012

UNIDROIT 2012 ASSEMBLEE GENERALE A.G. (71) 4 71 ème session Original: anglais/français Rome, 29 novembre 2012 octobre 2012 UNIDROIT 2012 ASSEMBLEE GENERALE A.G. (71) 4 71 ème session Original: anglais/français Rome, 29 novembre 2012 octobre 2012 FR Point n 7 de l ordre du jour: Ajustements au budget de l exercice financier

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Credit Manual s AEIO-O000-O000. Manuel de credit agricole. EttesvoldA.R. PN-AAE-713 AID/AFR/RTAC. O Agricultural economics. 1962 31p.

Credit Manual s AEIO-O000-O000. Manuel de credit agricole. EttesvoldA.R. PN-AAE-713 AID/AFR/RTAC. O Agricultural economics. 1962 31p. FOR INTERNATIONAL OEVELOPMF.NT WAHINNGTON. 0- C- 20B92 BIBLIOGRAPHIC INPUT SHEET AGENCY IA, PRIMARf l..urject i Food production and nutrition.lassi- FICATION FIA 81. ifa O Agricultural economics A FOR

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER RÈGLEMENT FINANCIER ET RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Document établi

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967

CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967 CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA RECHERCHE NUCLEAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH COMITE DU CONSEIL Cinquantemeuviéme réunion Genéve - 17 mars 1967

Plus en détail

0.982.2 Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique

0.982.2 Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique Conclue par échange de lettres du 22 novembre 1946 Le secrétaire du département du Trésor des

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

RIWYAUMIE DU MARO~C. Encitations Endustriedies et Promotion des Exportations RAPPORT ECONOMIQUE DE LA BANQUE MONDIALE (77-01. 0035

RIWYAUMIE DU MARO~C. Encitations Endustriedies et Promotion des Exportations RAPPORT ECONOMIQUE DE LA BANQUE MONDIALE (77-01. 0035 Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized RAPPORT ECONOMIQUE DE LA BANQUE MONDIALE RIWYAUMIE DU MARO~C Encitations Endustriedies et Promotion des Exportations Public Disclosure Authorized

Plus en détail

Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace

Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace feuille de route Avril 2010 Sommaire Prambule/avant propos p.3 Les pralables à un projet de bâtiment basse consommation p.4 Un

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DU COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ SEPTEMBRE 2003 Direction de la vérification ( SIV )

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/21/FC/5 Commission des finances Distr. limitée 4 juin 2015 Français Original : anglais Vingt et unième session Kingston (Jamaïque) 13-24 juillet 2015 État

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/51/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 16 SEPTEMBRE 2013 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante et unième série de réunions Genève, 23 septembre 2 octobre 2013 FINANCEMENT DES PRESTATIONS À LONG

Plus en détail

Information transmise sous l autorit de l Agence F d rale des M dicaments et des Produits de Sant. Communication directe aux professionnels de la sant

Information transmise sous l autorit de l Agence F d rale des M dicaments et des Produits de Sant. Communication directe aux professionnels de la sant Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

Equilibre technique d'un exercice de souscription

Equilibre technique d'un exercice de souscription ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur

Plus en détail

RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX. Résumé

RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/30 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 30 de l'ordre du jour provisoire RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX Résumé Conformément

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles

LA SOIF DU BONUS. JEAN LEMAIRE Bruxelles LA SOIF DU BONUS JEAN LEMAIRE Bruxelles R~su~ L'introduction d'un syst~me bonus-malus ind@pendant du montant des sinistres en assurance automobile incite les assur@s ~ prendre eux-msmes en charge les frais

Plus en détail

CertificatÊdassurance

CertificatÊdassurance Aperu DtailsÊdu certificat Police dassurance collective CertificatÊdassurance VoiciÊlesÊdtailsÊduÊprsentÊcertificatÊdassurance lment Dtails Assur JohnÊAÊSample DateÊdeÊnaissanceÊdeÊlassur octobre PoliceÊdassuranceÊcollective

Plus en détail

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1 Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction Administrative ICC/AI/2004/005 Date : 04 novembre 2004 CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE Section 1 L'article 116

Plus en détail

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI)

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Le plus important fournisseur de solutions d assurance-vie au Canada en matière de planification successorale et fiscale Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Tirer parti d une FCI pour générer

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

7. Règlement financier et règles de gestion financière *

7. Règlement financier et règles de gestion financière * 7. Règlement financier et règles de gestion financière * Table des matières Page Article 1. Champ d application... 267 Règle 101.1. Champ d application et pouvoirs... 267 Règle 101.2. Responsabilité...

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Ce rectificatif est disponible sur le site de l AMF ( www.amf-france.org) et auprès

Plus en détail

TIMBRES-POSTE DE L'ERADICATION DU PALUDISME. Corrigendum

TIMBRES-POSTE DE L'ERADICATION DU PALUDISME. Corrigendum WORLD HEALTH ORGANIZATION CONSEIL EXECUTIF Trente-quatrième session Point 7*3 de l'ordre du jour provisoire ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ЕВ34Д9 Corr.l 25 mai 1964 FRANÇAIS SEULEMENT TIMBRES-POSTE

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 1- Introduction Ce document de politique d exécution des ordres (ci-après «la Politique») vous est proposé (client ou futur client) en accord avec la «Provision des Services

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION 2015 NOTICE D INFORMATION Chirurgien dentiste Rachat d années d études supérieures et d années civiles validées Informations pratiques Depuis la loi Fillon du 21 aou t 2003, deux nouvelles possibilite

Plus en détail

- Conformité du Projet de programme et de budget pour 1986-1987

- Conformité du Projet de programme et de budget pour 1986-1987 121 EX/INF.9 PARIS, le 24 mai 1985 Original français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONSEIL EXECUTIF Cent vingt et unième session SUGGESTIONS DU PRESIDENT DU

Plus en détail

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins)

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins) FÉDÉRATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR GUIDE POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN DES COLLEGES LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et

Plus en détail

PROGRAMME D'AIDE A LA REMISE EN ETAT DES LOGEMENTS

PROGRAMME D'AIDE A LA REMISE EN ETAT DES LOGEMENTS ~VALUATION DU PROGRAMME D'AIDE A LA REMISE EN ETAT DES LOGEMENTS DIVISION DE L'EVALUATION DE PROGRAMME SOCIETE CANADIENNE D'HYPOTHEQUES ET DE LOGEMENT MAl 1986 La Societe canadienne d'hypotheques et de

Plus en détail

l*" Srrurt o*1. SSo a* 6 JUIII 1973 2-1 -6-8 revlent dans Les orgaalsatlons de la fanllle des fable d.es natlbreg Dixlbne queetlon b Ir ordre du Jour

l* Srrurt o*1. SSo a* 6 JUIII 1973 2-1 -6-8 revlent dans Les orgaalsatlons de la fanllle des fable d.es natlbreg Dixlbne queetlon b Ir ordre du Jour o*1. vv INTER.NATIONAL LABOUR OFFIGE BUBEAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL '6rrcrNA INTERNAoToNAL DEL TRABAJo GOVERNING EODY QOTI SEIL D'ADM I il I STRATIO}I CONSEJO DE ADtf, IilISTRACIOiI /' l*" Srrurt SSo

Plus en détail

Remarques sur l absorption optique des métaux du groupe IB pris en couches très minces pour différentes vitesses de formation

Remarques sur l absorption optique des métaux du groupe IB pris en couches très minces pour différentes vitesses de formation Remarques sur l absorption optique des métaux du groupe IB pris en couches très minces pour différentes vitesses de formation N. Emeric, A. Emeric, R. Philip To cite this version: N. Emeric, A. Emeric,

Plus en détail

Le budget de 2013 Le Plan d action économique de 2013 : Améliorer l intégrité du régime fiscal

Le budget de 2013 Le Plan d action économique de 2013 : Améliorer l intégrité du régime fiscal Le budget de 2013 Le Plan d action économique de 2013 : Améliorer l intégrité du régime fiscal Dans un contexte mondial entouré d incertitude, l apport le plus important que le gouvernement puisse faire

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

Programme d'assistance Financiere de la FIFA (FAP) et prime de resultat financier 2011-2014: Reglement et directives administratives pour 2015

Programme d'assistance Financiere de la FIFA (FAP) et prime de resultat financier 2011-2014: Reglement et directives administratives pour 2015 FIF4 For the Game. For the World. A I'attention des associations membres de la FIFA Circulaire n 1463 Zurich, le 19 decembre 2014 SG/clo-csu-nsa Programme d'assistance Financiere de la FIFA (FAP) et prime

Plus en détail

Cent cinquante-septième session

Cent cinquante-septième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent cinquante-septième session 157 EX/12 PARIS, le 9 septembre 1999 Original anglais Point 4.1 de l'ordre

Plus en détail

ANNEXE VII-22 ACCORD POUR LA MISE EN APPLICATION DU PROTOCOLE PORTANT CRÉATION D UNE CARTE BRUNE D ASSURANCE DE LA CEDEAO

ANNEXE VII-22 ACCORD POUR LA MISE EN APPLICATION DU PROTOCOLE PORTANT CRÉATION D UNE CARTE BRUNE D ASSURANCE DE LA CEDEAO RECUEL DES NSTRUMENTS JURDQUES ET NSTTUTONNELS DE FACLTATON DU TRANSPORT ET DES ÉCHANGES EN AFRQUE SUBSAHARENNE ANNEXE V-22 ACCORD POUR LA MSE EN APPLCATON DU PROTOCOLE PORTANT CRÉATON D UNE CARTE BRUNE

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale

Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale Accord entre l organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la République d Autriche sur la sécurité sociale Vu les sections 27 et 28 de l Accord entre l Organisation des Nations

Plus en détail

2. Sommaire des principales conventions comptables

2. Sommaire des principales conventions comptables Notes complementalres aux etats financiers COMMISSARIAT A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVF:E nu CANADA 1. Pouvoirs et objectifs Le Commissariat it la protection de la vie privee du Canada (Ie «Commissariat»)

Plus en détail

NOTIONS ELEMENTAIRES DE GESTION COMMERCIALE

NOTIONS ELEMENTAIRES DE GESTION COMMERCIALE NOTIONS ELEMENTAIRES DE GESTION COMMERCIALE A I'usage des petites entreprises du secteur de la planification familiale The Enterprise_. Program,. W%-"_ 1616 N. For' Myer Dr., 11th Floor John Snow, Inc.

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. Restreinte UNEP/OzL.Pro/ExCom/40/5 19 juin 2003 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Les jeunes et l apprentissage

Les jeunes et l apprentissage Les jeunes et l apprentissage Beatrice Appay To cite this version: Beatrice Appay. Les jeunes et l apprentissage. Casterman, pp.166, 1982, E3- Enfance - Education - Enseignement, 2-203-20266-1.

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 page 16 B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 Résumé 28. Le budget proposé pour 2002-2003 s élève à 678 400 000 francs suisses, soit une augmentation de 112 542 000 francs suisses, ou

Plus en détail

1. Le prdsent rapport fait euite a la ddcision du Conseil dradministration

1. Le prdsent rapport fait euite a la ddcision du Conseil dradministration INTERNATIONAL LABOUR OFFICE BUREAU INTEBNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO GOVERNING BODY CONSEI L D'ADI,I I N ISTRATIO N CONSEJO DE ADMINISTRACION c8.224imne/2/2 224e seseion GenEve,

Plus en détail

Conversion des devises

Conversion des devises exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Conversion des devises Octobre 2009 date limite de réception des commentaires : le 15 JANVIER 2010 Le présent

Plus en détail

PROGRAMM DE BASE DU CERN/M YRIN

PROGRAMM DE BASE DU CERN/M YRIN GERN/716 Original: anglais 29 mai 1967 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA RECHERCHE NUCLEAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH TRENTE QUATRIEM SESSION DU CONSEIL Genéve 14 @*0 15 juin 1967 PROJET

Plus en détail

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Conditions Générales Applicables aux Accords de Prêt et de Garantie pour les Prêts à Spread Fixe En date du 1 er septembre 1999 Banque Internationale

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf : HRSS/15/09/1366 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE P-3 Assistant spécial du Directeur de la Division de l administration Classe du poste Titre fonctionnel Commission

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI OMPI WO/GA/24/4 Rev. ORIGINAL : anglais DATE : 19 juillet 1999 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI Vingt-quatrième session (14 e session ordinaire)

Plus en détail

REPIUDWIIE DII MNIGER J. MNISiERE DE LjAR UTR. T iti k% r I, NI.,

REPIUDWIIE DII MNIGER J. MNISiERE DE LjAR UTR. T iti k% r I, NI., REPIUDWIIE DII MNIGER J MNISiERE DE LjAR UTR 'E P UU7UTI EM TA A T iti k% r I, NI., NOTE DE PRESENTATION DE L'ARMA La Cellule ARMA (Artisanat Rural et Machinisme Agricole) qui a t initi~e en 1985, est

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/7 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOUT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 RAPPORT FINANCIER ANNUEL ET ETATS FINANCIERS POUR établi

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.15/204/Corr.1 Distr. générale 10 juin 2010 Français Original: anglais et français Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

Plus en détail

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N RÈGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale Extraordinaire AGRICA du 28 juin 2006 Modifié par le Conseil d administration du 5 décembre 2008 GIE AGRIC A GESTION SOMMAIRE ART. 1 OBJET 3 ART. 2

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève CONSEIL EXÉCUTIF EB136/39 Cent trente-sixième session 12 décembre 2014 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

La bonne foi dans l'ex cution des contrats. Ginette Leclerc*

La bonne foi dans l'ex cution des contrats. Ginette Leclerc* La bonne foi dans l'ex cution des contrats Ginette Leclerc* Cet article examine l'dtat actuel du droit qu~b6cois sur Ia notion de bonne foi dans l'ex6cution des contrats et, en parall~le, les r~gles 6tablies

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail