PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer"

Transcription

1 PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer Validé le 29 septembre 2011

2

3 PRÉAMBULE «En 2008, nos deux villes ont souhaité conjointement mettre en place un Atelier Santé Ville intercommunal sur nos quartiers respectifs en Politique de la Ville. En effet, nous pensons fortement que cette expérience de mutualisation des moyens ne peut-être qu enrichissante à la fois pour nos deux territoires, mais aussi et surtout pour nos habitants. Même si la santé n est pas une compétence directe de nos collectivités, elle fait partie intégrante de la vie quotidienne de nos administrés. Ainsi, les questions d accès aux soins, d accès aux droits, de bien-être et de vieillissement des populations sont pour nous les enjeux majeurs de notre Atelier Santé Ville.»

4

5 SOMMAIRE I. L historicité du dispositif Atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer : une volonté politique intercommunale page 6 II. La mise en oeuvre de l'atelier Santé Ville depuis septembre Une démarche conjointe 2. La mise en oeuvre de l Atelier Santé Ville intercommunal page 8 page 10 III. La mise en place du Plan Local de Santé 1. La méthode retenue 2. Le diagnostic commun et décliné par commune 3. L inventaire des actions et des initiatives existantes 4. Les enjeux communs et déclinés par commune page 11 page 16 page 38 page 45 IV. La programmation triennale déclinée en actions 1. Mise en réseau des acteurs 2. Personnes âgées 3. Accès aux droits / Accès aux soins 4. Bien-être / Prévention de la souffrance psychique page 57 page 58 page 61 page 66 page 71

6 V. L'organisation du projet Plan Local de Santé 1. La gouvernance du projet 2. L évaluation du projet page 76 page 79 Annexes

7 I. L historicité du dispositif Atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer : une volonté politique intercommunale

8

9 L'Atelier Santé Ville (ASV) s'inscrit dans la lutte contre les inégalités de santé et ce, dans le cadre de la loi n du 1 er Août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine. Il cible particulièrement les quartiers identifiés comme prioritaires au titre des Contrats Urbains de Cohésion Sociale (CUCS). Il s'agit d'un dispositif de coordination qui n'a pas vocation à être porteur de projet. Son rôle est principalement de repérer les besoins et les attentes, de créer des passerelles entre les différents acteurs (élus, professionnels, associations et habitants), de faciliter l'émergence d'actions (groupes de travail, accompagnement méthodologique,...) et d'accompagner les habitants dans leurs requêtes de santé et de bien-être. En 2005, un diagnostic communautaire a été réalisé par l'afresc (Action Formation Recherche En Santé Communautaire), conjointement, sur les communes de Grande-Synthe, Saint-Pol-sur-Mer, Dunkerque et Fort-Mardyck dans le cadre du Contrat Territorial de Santé. Il pointait les thématiques prioritaires aux yeux des habitants, à savoir la pollution, le lien social et le lien avec les soignants. Or, peu d'actions abordaient ces sujets sur les territoires. L'une des conclusions de ce rapport pointait «l'intérêt de développer des actions à partir des préoccupations des gens, systématiquement dans les quartiers, de manière coopérative et concertée, de monter des actions plus globales et plus visibles à l'échelle de l'agglomération, en laissant le soin aux acteurs locaux d'une déclinaison locale et de faire en sorte qu'une coordination se mette en place au niveau de l'agglomération». 1 Ainsi, sur le territoire d agglomération, deux démarches ont été initiées : une à Dunkerque et une en intercommunalité à Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer. Par ailleurs, le 9 mars 2006, le Comité Interministériel des Villes (CIV) a réaffirmé la place essentielle des élus des communes pour le développement des Projets Locaux de Santé Publique et la mise en œuvre de la Politique de Santé Publique au niveau local. L un des moyens de la mise en œuvre d un Plan Local d action de Santé sur les territoires des CUCS est l ASV, outil supplémentaire qui doit permettre de renforcer la dynamique de santé sur les territoires inscrits en géographie prioritaire. 1 Source : AFRESC, Conseil Général du Nord, Communauté Urbaine de Dunkerque 6

10 Conformément au guide méthodologique Politique de la Ville élaboré en 2007 par la Préfecture du Nord (Annexe 1), l'atelier Santé Ville est inscrit comme un dispositif à part entière de la Politique de la Ville. L'objectif d'un ASV est de mettre en oeuvre un Plan Local d'actions de Santé sur un territoire donné, inscrit dans la politique régionale de santé et tout particulièrement dans celle correspondant aux actions financées dans le Plan Local de Prévention (PLP). Les Villes de Grande-Synthe et de Saint-Pol-sur-Mer sont inscrites toutes deux en Politique de la Ville respectivement depuis 1977 et Grâce à la volonté politique des deux Villes, aux caractéristiques sociologiques et démographiques très proches, l'atelier Santé Ville intercommunal a été mis en place. L ASV intercommunal a pour ambition de mener un travail conjoint sur les deux Villes et de mutualiser leurs moyens pour mieux prendre en compte les attentes des habitants des quartiers prioritaires. L ASV intercommunal s appuie sur l'expérience et la dynamique du Centre de Santé de Grande-Synthe (Annexe 2) qui mène depuis plus de 30 ans des actions de promotion et d'éducation à la santé. 7

11 II. La mise en oeuvre de l'atelier Santé Ville depuis septembre 2008

12

13 1. Une démarche conjointe L'ASV a été élaboré conjointement par les Villes de Grande-Synthe et Saint-Pol-sur-Mer en Les deux Villes ont confié au Centre de Santé de Grande-Synthe, ingénierie locale reconnue sur le territoire intercommunal ayant une mission en matière de santé, la mise en œuvre opérationnelle de l ASV sur les deux territoires. L ASV intercommunal a été officialisé en juin 2009 par la signature de la convention tripartite entre les deux Villes et le Centre de Santé de Grande-Synthe. La coordination de l ASV intercommunal L ASV s'est concrétisé en mars 2009 par la création d'un poste de coordinateur, réparti équitablement entre Grande-Synthe et Saint-Pol-sur-Mer, dans le respect du référentiel proposé par l'etat. Durant la première année de fonctionnement de l ASV, le coordinateur a assuré la communication et la promotion du dispositif ASV, recueilli les attentes des différents partenaires associatifs et institutionnels sur les deux territoires d'intervention. Il est également allé à la rencontre des habitants pour définir les besoins en matière de santé. Le coordinateur a ensuite participé à l élaboration du Plan Local de Santé triennal intercommunal en parallèle du suivi et de l aide au montage des projets portés par les associations. Le financement et les moyens techniques L'ASV intercommunal a pu être mis en place grâce au financement de l'etat à hauteur de 50 % de son coût annuel avec la contribution des Villes de Grande-Synthe et de Saint-Pol-sur-Mer à hauteur de 25 % chacune. Le coordinateur dispose de deux bureaux, l'un à Saint-Pol-sur-Mer, l'autre à Grande-Synthe, avec accès à Internet et téléphone fixe. Il dispose également d'un ordinateur portable et d'un téléphone portable. 8

14 La convention Une convention a été établie pour la mise en œuvre de l'atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer, sa signature officielle ayant eu lieu le 5 juin Elle fixe les objectifs de l'asv intercommunal : Coordonner et mettre en cohérence les actions de santé identifiées sur les territoires visés, en direction des populations fragilisées et favoriser les actions de santé communautaire Mutualiser les moyens existants pour répondre aux besoins spécifiques des publics en difficulté Diminuer les impacts négatifs des déterminants de santé liés aux conditions de vie (pollution, logement, précarité,...) La convention est conclue pour une durée d'un an, à partir de la date d'embauche du coordinateur. Elle est renouvelable par reconduction de l ASV et de son financement. La concertation intercommunale et le suivi La concertation intercommunale est menée lors de temps de travail réunissant des représentants des Villes de Grande-Synthe, de Saint-Pol-sur-Mer ainsi que le Centre de Santé de Grande-Synthe. Des points d'étapes et d'information sont menés avec l'etat et le coordonnateur PLP. Le travail mené par l'asv intercommunal fait l'objet de bilans annuels transmis aux communes et à l'etat. L'ASV intercommunal permet au territoire Saint-Polois de bénéficier de la technicité et de l'expérience du Centre de Santé de Grande-Synthe. De même, le territoire Saint-Polois apporte une approche plus pragmatique de la mise en place d'actions avec les habitants. Le but est le partage et la mutualisation d'expériences tout en gardant les spécificités de chaque territoire. Un lien est également recherché avec la Maison de Promotion de la Santé de Dunkerque et l ASV dunkerquois. 9

15 2. La mise en œuvre de l Atelier Santé Ville intercommunal Le poste de coordinateur ASV est un temps plein, soit 35 h par semaine, réparti équitablement entre les deux Villes : Ville de Grande-Synthe : Mardi, mercredi (les semaines paires): 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Mardi, mercredi, jeudi (les semaines impaires) : 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Ville de Saint-Pol-sur-Mer Lundi, jeudi, vendredi (les semaines paires): 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Lundi, vendredi (les semaines impaires) : 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Dans la pratique, le coordinateur modifie ce planning, en fonction des rendez vous ou manifestations. Durant son temps de travail sur la Ville de Grande-Synthe, le coordinateur est basé au Centre de Santé, place de l'europe à Grande-Synthe. Il travaille sous la responsabilité de la Direction du Centre de Santé selon le règlement intérieur et les orientations Politique de la Ville. Durant son temps de travail sur la Ville de Saint-Pol-sur-Mer, le coordinateur est basé dans les locaux du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, Résidence Guynemer Entrée G / Apt 1, Boulevard de l Espérance à Saint-Pol-sur-Mer. Il travaille selon les modalités de fonctionnement du Contrat Urbain de Cohésion Sociale et les orientations Politique de la Ville. 10

16

17 III. La mise en place du Plan Local de Santé

18

19 1. La méthode retenue La mise en place du Plan Local de Santé intercommunal s est appuyée sur 8 étapes déclinées ci-après : Etape 1 : Les résultats du diagnostic communautaire AFRESC A Saint-Pol-sur-Mer, les problématiques préoccupant les habitants étaient la pollution, la perception de la perte de lien social, le chômage, actions de santé avaient été répertoriées, sollicitant principalement la population globale et démontrant une réelle volonté de mener des actions de promotion de la santé auprès de tous. Les actions menées concernaient particulièrement l'alimentation (22,72 %), l'insertion (18,18 %) et la toxicomanie (18,18 %). A Grande-Synthe, les thématiques principales évoquées par les habitants étaient la pollution et les problématiques liées aux personnes âgées, actions de santé avaient été recensées. Les actions de promotion de la santé, majoritaires, portaient davantage sur le bien-être (25,7 %), l'alimentation (17,14 %), mais aussi l insertion. Les actions concernant la maladie et l hygiène (11,42 %) touchaient la population générale. Très peu d'actions se dirigeaient spécifiquement vers les personnes âgées malgré les problématiques évoquées par les habitants. Pour Saint-Pol-sur-Mer et Grande-Synthe, les campagnes d'information et de prévention santé étaient fréquentes avec une prédominance pour la question de l'alimentation. La thématique de la pollution, et en particulier la notion de risque, était apparue prégnante pour les habitants et certains professionnels, mais n'était déclinée dans aucune action répertoriée. Le diagnostic communautaire de l AFRESC avait ainsi mis en évidence un écart entre la perception des professionnels et l'attente des habitants, qui souhaitaient plus de réciprocité avec les professionnels. 11

20 Etape 2 : Le recensement des besoins Afin d'affiner le diagnostic communautaire, de nouveaux entretiens ont été réalisés : - Rencontre de 11 groupes d habitants Grand-Synthois et Saint-Polois - Participation à des activités et des réunions de groupes d'habitants afin de repérer, valoriser et accompagner leurs initiatives en matière de santé globale - Rencontre des professionnels de terrain institutionnels et associatifs (40 structures) pour identifier les actions menées sur le territoire et repérer les attentes des partenaires. Selon les habitants rencontrés, la santé c'est : ne pas être malade ne pas avoir mal avoir une bonne hygiène de vie être entouré se sentir bien être capable de se déplacer et de rester autonome Les problèmes économiques et le manque de lien social ont été soulevés à de nombreuses reprises. Les groupes évoquent le bienfait apporté par leur participation à la vie des structures, telles les Maisons de Quartier, où ils peuvent se retrouver, échanger et sortir de chez eux. Parmi les besoins exprimés par les habitants rencontrés : A Grande-Synthe Activités sportives proposées par la Ville adaptées aux personnes âgées Demande exprimée par les personnes âgées, besoin en matière d'aide ménagère, d aide aux soins, de téléalarme, d aide aux démarches Besoin d'un écrivain public Besoin d'activités de loisirs, de sortir de chez soi, de se changer les idées, de rencontrer des personnes, de rompre la solitude, d oublier les soucis A Saint-Pol-sur-Mer Besoin de propreté, de civisme Problème lié à l'alcool Accès aux soins, non remboursement de certains soins, besoin de médecins spécialistes Besoin d'accéder à certains services ou associations, besoin d «aller demander de l'aide» Besoin de plus d accessibilité (taille des trottoirs par exemple) Sentiment de rejet et de stigmatisation liés aux conditions sociales 12

21 Parmi les difficultés exprimées par les habitants sur les 2 territoires : Bruit (trouble de voisinage, nuisance circulation, rassemblement de jeunes) Sentiment de peur et d'insécurité Problèmes de voisinage Pollution Problèmes de logement (sous ou sur occupation, logement pas adapté) Manque de structures d'aide aux aidants Manque d'information sur les actions existantes Parmi les besoins repérés par les partenaires rencontrés : Les différents partenaires ont abordé la question de la santé en évoquant des thématiques qui leur semblent prioritaires. Parmi ces thématiques : les personnes âgées : dépendance, prévoyance, isolement, hygiène la pollution industrielle la maltraitance le bruit l'accès aux soins et les délais d'attente chez certains praticiens la CMU la santé mentale l'hygiène l'insertion par le sport la sécurité routière, les accidents domestiques l'accueil des enfants handicapés dans les accueils de loisirs les grossesses précoces la mobilité l'illettrisme, les savoirs de base le lien social l'alcool 13

22 Etape 3 : Le bilan d activité de l ASV de mars 2009 à février 2010 Suite au travail de recensement auprès des habitants et des professionnels, un bilan d'activité a été réalisé reprenant les perspectives et les pistes de travail envisagées. (Annexe 3 : Bilan de l ASV Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer Mars 2009 / février 2010) Etape 4 : Le groupe de travail pour l écriture du PLS Un groupe de travail composé de techniciens de la Ville de Saint-Pol-sur-Mer, de la Ville de Grande-Synthe, du Centre de Santé et du coordinateur ASV se réunit afin de définir des enjeux communs, de s'assurer que le cahier des charges de l'asv est respecté et de créer les conditions nécessaires à l'élaboration du Plan Local de Santé. Les réunions de travail (Annexe 4 : Comptes-rendus des réunions de travail) ont permis de dégager les priorités du territoire et de valider les trois champs d exploration (cf. page 45) pour le Plan Local de Santé intercommunal à partir du diagnostic partagé : - Personnes âgées - Accès aux droits / Accès aux soins - Bien-être / Prévention de la souffrance psychique Etape 5 : L inventaire des actions et des initiatives existant sur les 2 territoires La liste des actions existantes (cf. page 38) n est pas exhaustive. Les actions et/ou d'initiatives proposées dans les trois champs d'exploration par les partenaires institutionnels ou associatifs sont nombreuses et variées. Ainsi, la première liste évoluera dans le temps et sera complétée. Rappelons que l'action de l'asv est bien de conforter l existant, de créer ou de valoriser les liens : - entre le public cible et les différents partenaires - entre les partenaires et les réseaux d acteurs 14

23 Etape 6 : Le diagnostic Un diagnostic commun (cf. page 16), puis décliné par commune, a permis de définir les enjeux communs dans les trois champs d exploration. Il s agit alors de mesurer les écarts entre l'existant identifié et les besoins repérés (données statistiques, rencontres habitants et rencontres partenaires). Etape 7 : Le programme d actions Un programme d actions, conjointes aux deux Villes ou spécifiques à chacune d entre elles, a été élaboré. (cf. page 57) Etape 8 : L organisation du PLS Pour développer le Plan Local de Santé et le réajuster au plus près des besoins des territoires, diverses instances de réflexion et de concertation sont mises en place (cf. page 76) : - Un Comité de Pilotage intercommunal - Un Comité Technique intercommunal - Des Groupes de Travail intercommunaux (un par champ d exploration) 15

24 2. Le diagnostic commun et décliné par commune Le diagnostic commun POPULATION 2 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Population Municipale : Population Municipale : Répartition par tranches d âge : Grande-Synthe Saint-Pol-sur-Mer 0 à 14 ans 23,16 % 21,41 % 15 à 29 ans 23,28 % 21,81 % 30 à 44 ans 19,27 % 18,94 % 45 à 59 ans 20,18 % 20,5 % 60 à 74 ans 11,22 % 11,02 % 75 ans et + 2,89 % 6,32 % % sur la population municipale 2 Source : INSEE, RP 2007 exploitation principale 16

25 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER 46,4 % de la population a moins de 30 ans 14,1 % a plus de 60 ans (en 1999, le taux était de 9,7 %) Au 1 er juillet 2010, le pourcentage des seniors atteint 18,9 % 3 Parmi les personnes vivant seules, 50,5 % ont plus de 55 ans 19 % des plus de 55 ans vivent seuls 43,2 % de la population a moins de 30 ans 17,3 % a plus de 60 ans (contre 15,6 % en 1999) Le vieillissement de la population est dû à l'augmentation de la part des personnes de 75 ans et + : 4,4 % de la population totale en 1999, contre 6,3 % en Parmi les personnes vivant seules, 58,8 % ont plus de 55 ans 29,1 % des plus de 55 ans vivent seuls Même si la part des moins de 30 ans reste importante, celle des plus de 60 ans est en augmentation. Le vieillissement de la population sur les deux territoires entraîne de nouvelles perspectives. Le taux des personnes de plus de 75 ans est près de 2,5 fois plus élevé à Saint-Pol-sur-Mer qu à Grande-Synthe. Face à ce constat, de nouveaux besoins sont à prendre en compte au regard du graphique. La croissance de la part des 60 ans et + dans la population de 1999 à 2007 (+5.5 points pour Grande-Synthe et +2.6 points pour Saint-Pol-sur-Mer) est également constatée au niveau de la région Flandres Dunkerque (+2.6 points) et de façon moindre sur la Région Nord-Pasde-Calais (+0.9 points). 3 Source : fichier population Seniors de 57 ans et plus juillet 2010 Ville de Grande-Synthe 4 Source : Insee, RP 1999,

26 EMPLOI / EDUCATION 5 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Chômage des ans (au sens du recensement INSEE) : Taux de chômage : 24,9 % Taux de chômage des hommes : 21,8 % Taux de chômage des femmes : 29,3 % Taux d activité des ans : 60,2 % (dont 15 % de chômeurs) Parmi les 39,8 % d'inactifs, 8,7 % sont retraités ou préretraités Catégories socioprofessionnelles des actifs : Ouvriers : 40,9 % Employés : 30,3 % Cadres ou professions intermédiaires : 23,4 % Demandeurs d emploi en fin de mois (DEFM) catégorie ABC 6 : Au 31/12/2008 : dont 51,6 % issus de la ZUS Au 31/12/2009 : dont 51 % issus de la ZUS soit une évolution de +7 % (+6 % pour la ZUS, +15 % pour le Nord) Chômage des ans (au sens du recensement INSEE) : Taux de chômage : 21,4 % Taux de chômage des hommes : 19 % Taux de chômage des femmes : 24,6 % Taux d activité des ans : 62,5 % (dont 13,4 % de chômeurs) Parmi les 37,5 % d inactifs, 8,7 % sont retraités ou préretraités Catégories socioprofessionnelles des actifs : Ouvriers : 41,5 % Employés : 31,8 % Cadres et professions intermédiaires : 20,9 % Demandeurs d emploi en fin de mois (DEFM) catégorie ABC 6 : Au 31/12/2008 : dont 50,6 % issus de la ZUS Au 31/12/2009 : dont 50,5 % issus de la ZUS soit une évolution annuelle de +17 % (+16 % pour la ZUS, +15 % pour le Nord) Niveau de formation DEFM catégorie ABC 7 : 64 % des DEFM Cat. A, B et C ont un niveau de formation inférieur ou égal à un niveau V (63,6 % sur la ZUS) Niveau de formation DEFM catégorie ABC 7 : 72,8 % des DEFM Cat. A, B et C ont un niveau de formation inférieur ou égal à un niveau V (75,9 % sur la ZUS) 5 Source : INSEE, RP 2007 exploitation principale 6 Source : Pôle Emploi 7 Source : Pôle emploi, traitement INSEE, au 31/12/

27 La part des femmes parmi les actifs chômeurs est identique sur les 2 communes : 49 %. La population active se caractérise par une prépondérance de la CSP ouvriers 8 et un poids important des bas niveaux de formation. En 2007, il est constaté un pourcentage élevé de la population âgée de 15 ans et + n ayant aucun diplôme (31,8 % pour Grande-Synthe, 29,4 % pour Saint-Pol-sur-Mer, 19,8 % pour la CUD, 17,9 % pour la Région Nord Pas de Calais, 15,8 % au niveau national). Rappelons que le niveau d études peut avoir un impact sur l état de santé des individus (cf. «regard sur l éducation 2010 : les indicateurs de l OCDE»). RESSOURCES / ACCES AUX DROITS GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Ressources Revenus net déclaré moyen par foyer fiscal 9 : Foyers fiscaux 10 : Nombre de foyers fiscaux 2008 : dont non imposés, soit 62,5 % Nombre de ménages fiscaux 11 : dont 59,8 % non imposables Actifs occupés sous le seuil de bas revenus 12 : 18,5 % des actifs occupés sont sous le seuil de bas revenus (soit actifs occupés parmi les allocataires CAF) Ressources Revenus net déclaré moyen par foyer fiscal 9 : Foyers fiscaux 10 : Nombre de foyers fiscaux 2008 : dont non imposés, soit 61,4 % Nombre de ménages fiscaux 11 : dont 60,5 % non imposables Actifs occupés sous le seuil de bas revenus 12 : 16,6 % des actifs occupés sont sous le seuil de bas revenus (soit actifs occupés parmi les allocataires CAF). 8 Source : Rapport Mensia, évaluation CUCS Source : DGIPFiP, Impôts sur le revenu des personnes physiques, 2008, traitement INSEE 10 Source : Sous-Préfecture de Dunkerque 2010 ; Direction des services fiscaux 2008, traitement AGUR 11 Source : INSEE Source : CAF 2008, INSEE RP 2007, traitement AGUR 19

28 Définitions Le seuil de bas revenus selon la source de la CAF est utilisé pour une approche monétaire de la précarité à partir de fichiers de bénéficiaires de prestations sociales, le seuil de bas revenus est un seuil relatif déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l ensemble de la population. Dans les fichiers des allocataires CAF et MSA, il s applique au revenu (disponible avant impôts) par unité de consommation mesuré dans ces fichiers. Le seuil de bas revenu et son calcul au niveau national ont été revus en Il est fixé dorénavant à 60 % du niveau de vie médian. Il est égal à 871 par mois par unité de consommation en Revenu annuel moyen par foyer fiscal (ou revenu net imposable moyen de l'année) : C'est le revenu net imposable moyen de l'ensemble des foyers fiscaux (imposés et non imposés). Le revenu net imposable comprend le revenu brut (traitements, pensions, revenus des capitaux mobiliers, revenus fonciers, revenus des professions non salariées...) duquel sont déduits les charges et abattements. Selon l INSEE, le terme foyer fiscal désigne l ensemble des personnes inscrites sur une même déclaration de revenus. Il peut y avoir plusieurs foyers fiscaux dans un seul ménage (par exemple, un couple non marié où chacun remplit sa propre déclaration de revenus compte pour deux foyers fiscaux. Le seuil de pauvreté selon FILOCOM 13 est calculé selon la définition de la demi médiane du revenu net par unité de consommation sur la France métropolitaine, soit à l année. Le revenu net de FILOCOM ne contient pas les aides sociales, ce seuil de pauvreté ne peut se comparer avec le seuil de pauvreté de l INSEE ou de la CAF. 13 Le fichier FILOCOM (fichier de logements par commune) repose sur l exploitation des déclarations de taxe d habitation et d impôts sur le revenu faite par la DGI. Ce fichier est mis à jour tous les 2 ans. 20

29 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Prestations Bénéficiaires des prestations légales 14 : allocataires CAF (représentant personnes couvertes) Prestations Bénéficiaires des prestations légales 14 : allocataires CAF (représentant personnes couvertes) Grande-Synthe % Saint-Pol-sur-Mer 30,6 Allocataires isolés 35,6 17,6 Familles monoparentales 17,5 29,7 Bénéficiaires du RSA 28,8 70,2 Allocataires percevant une Allocation Logement 71,9 9,4 Allocataires percevant l Allocation Adulte Handicapé 9 31,5 Allocataires dont le revenu est constitué à plus de 50 % de prestations sociales 31,9 17 Allocataires dont le revenu est constitué à 100 % de prestations sociales 18,7 Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC) 15 : 92,7 % de la population dépend du régime général de la Sécurité Sociale (soit personnes) Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC) 15 : 91,3 % de la population dépend du régime général de la Sécurité Sociale (soit personnes) 7,3 % de la population dépend d un régime spécial (Mutualité Sociale Agricole, Régime Social des Indépendants ) personnes bénéficient de la CMUC 16 (soit 17 % de la population couverte) dont : 40,2 % ont moins de 18 ans 7,74 % ont de 50 ans à moins de 60 ans 557 personnes bénéficient de l Aide Complémentaire Santé (ACS 17 ) 18 8,7 % de la population dépend d un régime spécial (Mutualité Sociale Agricole, Régime Social des Indépendants ) personnes bénéficient de la CMUC 16 (soit 16 % de la population couverte) dont : 40,3 % ont moins de 18 ans 9,57 % ont de 50 ans à moins de 60 ans 432 personnes bénéficient de l Aide Complémentaire Santé (ACS 17 ) Source : CNAF, Source : CNAM, Le plafond de ressources pour bénéficier de la CMUC est fixé à 634 par mois pour une personne seule en France Métropolitaine 17 Le plafond de ressources de l ACS est porté au niveau du plafond CMUC majoré de 26 % soit 799,17 par mois pour une personne 18 Source : CPAM Flandres 21

30 La part des foyers fiscaux non imposables (dans l ensemble des foyers fiscaux) est de 50,7 % sur la zone d emploi de Dunkerque et de 44,6 % en France métropolitaine. 19 Les revenus nets déclarés moyens par foyer fiscal 20 à Grande-Synthe ( ) et Saint-Pol-sur-Mer ( ) sont les plus faibles de l'agglomération. Pour l ensemble du territoire de la CUD, il est de En 2007, en France, il était de Les fichiers fiscaux identifient ménages sous le seuil de pauvreté dans la région dunkerquoise. Cela représente 20 % du total des ménages, soit 3 points de plus qu en France. Un ménage sur 3 est pauvre à Grande-Synthe, près de 30 % à Saint-Pol-sur-Mer. 21 Au 1er janvier 2006, la Région Nord Pas de Calais compte près de bénéficiaires la CMUC soit 11 % de bénéficiaires contre 7 % au niveau national. 22 Les bénéficiaires de la CMUC représentent 9 % de la population couverte sur la circonscription de Dunkerque. C'est au centre de l'agglomération et dans la partie ouest du territoire que le nombre de bénéficiaires de la CMUC est le plus important. 19 Source : DGI, Insee Revenus fiscaux localisés des ménages en Source : Direction Générale des Impôts, 2008, traitement INSEE / traitements AGUR 21 Source : FILICOM Observatoire de la Solidarité, AGUR Source : Atlas Régional Santé Nord-Pas-de-Calais, 01/01/

31 LOGEMENT GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Nombre total de logements 23 : dont 96,4 % de résidences principales 3,1% de logements vacants Parmi les résidences principales 24 : sont des HLM louées vides soit 58,59 % ont un occupant principal pauvre soit 32,6 % Nombre de logements sociaux en : Nombre de logements sociaux en : soit une augmentation de 188 logements sociaux Part des logements sociaux en : 64 % Part des logements sociaux en : 66 % Nombre total de logements 23 : dont 96,1 % de résidences principales 3,6 % de logements vacants. Parmi les résidences principales 24 : sont des HLM louées vides, soit 41,7 % ont un occupant principal pauvre soit 29 % Nombre de logements sociaux en : Nombre de logements sociaux en : soit une augmentation de 58 logements sociaux Part des logements sociaux en : 45,3 % Part des logements sociaux en : 46,4 % Parmi les résidences principales que compte la Région Flandre-Dunkerque, sont des HLM louées vides soit 25,5 % (elles représentent 19 % dans la Région Nord-Pas-de-Calais et 15% en France) personnes vivent seules, quel que soit leur âge, soit 23 % de la population. Parmi elles, ¼ ont entre 65 et 79 ans. 27 Parmi les personnes vivant seules, 50,47 % ont plus de 55 ans à Grande-Synthe et 58,8 % à Saint-Pol-sur-Mer A Grande-Synthe, 19,05 % des plus de 55 ans vivent seuls ; à Saint-Pol-sur-Mer, ils sont 29,1 %. 23 Source : INSEE Source : FlLOCOM Source : Fiche de notification DSU Source : Fiche individuelle DGF Source : INSEE

32 PERSONNES ÂGÉES Sur les deux communes, on constate l existence de nombreux dispositifs similaires en direction des seniors : Le service de téléalarme Le service de portage de repas à domicile L accompagnement social par les CCAS respectifs (maintien à domicile, accès aux droits, transport, accès aux soins, ) Les animations municipales Le plan canicule Les établissements d hébergements : - à Grande-Synthe : EHPAD Zélie Quenton (66 lits) - à Saint-Pol-sur-Mer : Foyer logement Ambroise Croizat EHPA (76 appartements) L AFEJI a obtenu l agrément pour l ouverture d un accueil de jour Alzheimer à Grande-Synthe. Cette nouvelle structure d accueil de jour pour des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ouvrira ses portes courant 2012 et proposera 12 places. 24

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 Adoma - Résidence sociale «Le Grand Cèdre» 114, rue Joseph Hue, 76250, DÉVILLE-LÈS-ROUEN

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : 1 Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 6 Parc de logement social dans l agglomération : 18 354 au 1 er janvier 2011 Aide financière

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont :

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont : QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE La conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale de (le 10 et 11 décembre 2012) a fait de la lutte contre les inégalités sociales une priorité nationale

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DES ALPES-MARITIMES

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DES ALPES-MARITIMES FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT DES ALPES-MARITIMES Demande d'aide(s) financière(s) pour le maintien dans le logement Vous êtes LOCATAIRE et en difficulté financière, Le Fonds de Solidarité pour le

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local. Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé

De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local. Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé De l Opération de Renouvellement Urbain au Plan Stratégique Local Le quartier du Grand Bellevue à Trélazé Opération de Renouvellement Urbain Quartier du Grand Bellevue Ville de Trélazé Les chiffres de

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

- Etat de santé, besoins et réponses exprimées par les habitants et les professionnels

- Etat de santé, besoins et réponses exprimées par les habitants et les professionnels Atelier santé ville Villeurbanne Charpennes Tonkin Diagnostic des besoins de santé - Etat de santé, besoins et réponses exprimées par les habitants et les professionnels Juin 2006 Mathilde Moradell CRAES-CRIPS

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

La diffusion des données infracommunales

La diffusion des données infracommunales La diffusion des données infracommunales Annie Clerzau, Service études et diffusion, Insee Centre-Val de Loire Chrystel Scribe, Pôle Développement Social Urbain Insee Centre Une diffusion infracommunale

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations Service hébergement, accès au logement, familles vulnérables. PRÉFET DE LA MAYENNE CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

Programme Local. de l Habitat BILAN SYNTHETIQUE

Programme Local. de l Habitat BILAN SYNTHETIQUE Programme Local de l Habitat 8 BILAN SYNTHETIQUE sommaire INTRODUCTION 8 8 9 5 Introduction Rappel des objectifs annuels du PLH I) Améliorer l attractivité résidentielle du territoire et relever le défi

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet

NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet Restructuration du pôle commercial «Les Gauchetières» à Nogent-le-Rotrou_27 janvier

Plus en détail

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013 Dossier de presse Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013 19 Mars 2013 Contacts presse : Myra Frapier-Saab 06 70 10 82 24 1 Les enjeux Le nombre croissant de personnes

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

La reconnaissance du handicap

La reconnaissance du handicap Information La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012 > familles monoparentales nta prévention du surendettement soutien à la parentalité familles nombreuses des C A ides F ommission > aides aux projets aux F I amilles inancières ndividuelles Guide Cafif

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER. Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations?

VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER. Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations? Adresses

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

TABLEAU DE SUIVI DES CONVENTIONS INTERMINISTERIELLES

TABLEAU DE SUIVI DES CONVENTIONS INTERMINISTERIELLES Convention Objectif stratégique Objectif opérationnel BOP Indicateur Valeur cible nationale Résultat régional 2013 Observations Priorisation des jeunes résidents des ZUS dans les entrées sur le dispositif

Plus en détail

DEMANDE D'AIDE FONDS COMMUN LOGEMENT

DEMANDE D'AIDE FONDS COMMUN LOGEMENT DEMANDE D'AIDE FONDS COMMUN LOGEMENT AIDE A L'AMELIORATION DE L'HABITAT DES PROPRIETAIRES OCCUPANTS Demandeur : Mme, Melle, M. :... Adresse :...... Commune :... Canton :... Téléphone de la personne à contacter

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE

Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE DE FRANCE A Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE 1- Objet de la demande : O Allocation de solidarité O Allocation à durée déterminée O Allocation adulte ou enfant handicapé

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL

CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL CONTRAT DE VILLE NOTE AU BUREAU MUNICIPAL Objet : les dispositifs politique de la ville La politique de la ville est la pièce majeure des politiques publiques de lutte contre toutes les formes d'exclusion

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements, visites de convivialité.

Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements, visites de convivialité. Centre communal d action sociale Des services pour vous accompagner dans votre vie... Un service vie quotidienne Portage de repas à domicile, foyers-restaurants, télé-alarme, accompagnement des déplacements,

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE PRÉFET DE L ORNE PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE Département de l Orne 27 septembre 2013 SOMMAIRE Méthodologie retenue Eléments de repères

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

auremar - Fotolia.com

auremar - Fotolia.com auremar - Fotolia.com Bien vivre chez soi Différents dispositifs permettent aux seniors giffois de rester chez eux avec des repas à domicile, des aides ponctuelles comme le ménage, le repassage, les courses

Plus en détail

02 Avril 2014. Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine de Lille Métropole

02 Avril 2014. Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine de Lille Métropole 02 Avril 2014 Contribution du mouvement HLM au contrat de ville de la Communauté Urbaine de Lille Métropole 1/12 Dans le cadre de l élaboration du Contrat de Ville préfigurateur de Lille Métropole Communauté

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE L expertise foncière au service de vos projets Mot du Président Alain LEBOEUF Président de l EPF de la Vendée Les données démographiques nous le rappellent chaque

Plus en détail

SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL. CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013

SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL. CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013 SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013 Le service social 2 Pour qui? Les adhérents d'un contrat individuel MNSPF santé ou prévoyance : - Les Sapeurs-Pompiers inscrits

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail