PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer"

Transcription

1 PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer Validé le 29 septembre 2011

2

3 PRÉAMBULE «En 2008, nos deux villes ont souhaité conjointement mettre en place un Atelier Santé Ville intercommunal sur nos quartiers respectifs en Politique de la Ville. En effet, nous pensons fortement que cette expérience de mutualisation des moyens ne peut-être qu enrichissante à la fois pour nos deux territoires, mais aussi et surtout pour nos habitants. Même si la santé n est pas une compétence directe de nos collectivités, elle fait partie intégrante de la vie quotidienne de nos administrés. Ainsi, les questions d accès aux soins, d accès aux droits, de bien-être et de vieillissement des populations sont pour nous les enjeux majeurs de notre Atelier Santé Ville.»

4

5 SOMMAIRE I. L historicité du dispositif Atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer : une volonté politique intercommunale page 6 II. La mise en oeuvre de l'atelier Santé Ville depuis septembre Une démarche conjointe 2. La mise en oeuvre de l Atelier Santé Ville intercommunal page 8 page 10 III. La mise en place du Plan Local de Santé 1. La méthode retenue 2. Le diagnostic commun et décliné par commune 3. L inventaire des actions et des initiatives existantes 4. Les enjeux communs et déclinés par commune page 11 page 16 page 38 page 45 IV. La programmation triennale déclinée en actions 1. Mise en réseau des acteurs 2. Personnes âgées 3. Accès aux droits / Accès aux soins 4. Bien-être / Prévention de la souffrance psychique page 57 page 58 page 61 page 66 page 71

6 V. L'organisation du projet Plan Local de Santé 1. La gouvernance du projet 2. L évaluation du projet page 76 page 79 Annexes

7 I. L historicité du dispositif Atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer : une volonté politique intercommunale

8

9 L'Atelier Santé Ville (ASV) s'inscrit dans la lutte contre les inégalités de santé et ce, dans le cadre de la loi n du 1 er Août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine. Il cible particulièrement les quartiers identifiés comme prioritaires au titre des Contrats Urbains de Cohésion Sociale (CUCS). Il s'agit d'un dispositif de coordination qui n'a pas vocation à être porteur de projet. Son rôle est principalement de repérer les besoins et les attentes, de créer des passerelles entre les différents acteurs (élus, professionnels, associations et habitants), de faciliter l'émergence d'actions (groupes de travail, accompagnement méthodologique,...) et d'accompagner les habitants dans leurs requêtes de santé et de bien-être. En 2005, un diagnostic communautaire a été réalisé par l'afresc (Action Formation Recherche En Santé Communautaire), conjointement, sur les communes de Grande-Synthe, Saint-Pol-sur-Mer, Dunkerque et Fort-Mardyck dans le cadre du Contrat Territorial de Santé. Il pointait les thématiques prioritaires aux yeux des habitants, à savoir la pollution, le lien social et le lien avec les soignants. Or, peu d'actions abordaient ces sujets sur les territoires. L'une des conclusions de ce rapport pointait «l'intérêt de développer des actions à partir des préoccupations des gens, systématiquement dans les quartiers, de manière coopérative et concertée, de monter des actions plus globales et plus visibles à l'échelle de l'agglomération, en laissant le soin aux acteurs locaux d'une déclinaison locale et de faire en sorte qu'une coordination se mette en place au niveau de l'agglomération». 1 Ainsi, sur le territoire d agglomération, deux démarches ont été initiées : une à Dunkerque et une en intercommunalité à Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer. Par ailleurs, le 9 mars 2006, le Comité Interministériel des Villes (CIV) a réaffirmé la place essentielle des élus des communes pour le développement des Projets Locaux de Santé Publique et la mise en œuvre de la Politique de Santé Publique au niveau local. L un des moyens de la mise en œuvre d un Plan Local d action de Santé sur les territoires des CUCS est l ASV, outil supplémentaire qui doit permettre de renforcer la dynamique de santé sur les territoires inscrits en géographie prioritaire. 1 Source : AFRESC, Conseil Général du Nord, Communauté Urbaine de Dunkerque 6

10 Conformément au guide méthodologique Politique de la Ville élaboré en 2007 par la Préfecture du Nord (Annexe 1), l'atelier Santé Ville est inscrit comme un dispositif à part entière de la Politique de la Ville. L'objectif d'un ASV est de mettre en oeuvre un Plan Local d'actions de Santé sur un territoire donné, inscrit dans la politique régionale de santé et tout particulièrement dans celle correspondant aux actions financées dans le Plan Local de Prévention (PLP). Les Villes de Grande-Synthe et de Saint-Pol-sur-Mer sont inscrites toutes deux en Politique de la Ville respectivement depuis 1977 et Grâce à la volonté politique des deux Villes, aux caractéristiques sociologiques et démographiques très proches, l'atelier Santé Ville intercommunal a été mis en place. L ASV intercommunal a pour ambition de mener un travail conjoint sur les deux Villes et de mutualiser leurs moyens pour mieux prendre en compte les attentes des habitants des quartiers prioritaires. L ASV intercommunal s appuie sur l'expérience et la dynamique du Centre de Santé de Grande-Synthe (Annexe 2) qui mène depuis plus de 30 ans des actions de promotion et d'éducation à la santé. 7

11 II. La mise en oeuvre de l'atelier Santé Ville depuis septembre 2008

12

13 1. Une démarche conjointe L'ASV a été élaboré conjointement par les Villes de Grande-Synthe et Saint-Pol-sur-Mer en Les deux Villes ont confié au Centre de Santé de Grande-Synthe, ingénierie locale reconnue sur le territoire intercommunal ayant une mission en matière de santé, la mise en œuvre opérationnelle de l ASV sur les deux territoires. L ASV intercommunal a été officialisé en juin 2009 par la signature de la convention tripartite entre les deux Villes et le Centre de Santé de Grande-Synthe. La coordination de l ASV intercommunal L ASV s'est concrétisé en mars 2009 par la création d'un poste de coordinateur, réparti équitablement entre Grande-Synthe et Saint-Pol-sur-Mer, dans le respect du référentiel proposé par l'etat. Durant la première année de fonctionnement de l ASV, le coordinateur a assuré la communication et la promotion du dispositif ASV, recueilli les attentes des différents partenaires associatifs et institutionnels sur les deux territoires d'intervention. Il est également allé à la rencontre des habitants pour définir les besoins en matière de santé. Le coordinateur a ensuite participé à l élaboration du Plan Local de Santé triennal intercommunal en parallèle du suivi et de l aide au montage des projets portés par les associations. Le financement et les moyens techniques L'ASV intercommunal a pu être mis en place grâce au financement de l'etat à hauteur de 50 % de son coût annuel avec la contribution des Villes de Grande-Synthe et de Saint-Pol-sur-Mer à hauteur de 25 % chacune. Le coordinateur dispose de deux bureaux, l'un à Saint-Pol-sur-Mer, l'autre à Grande-Synthe, avec accès à Internet et téléphone fixe. Il dispose également d'un ordinateur portable et d'un téléphone portable. 8

14 La convention Une convention a été établie pour la mise en œuvre de l'atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer, sa signature officielle ayant eu lieu le 5 juin Elle fixe les objectifs de l'asv intercommunal : Coordonner et mettre en cohérence les actions de santé identifiées sur les territoires visés, en direction des populations fragilisées et favoriser les actions de santé communautaire Mutualiser les moyens existants pour répondre aux besoins spécifiques des publics en difficulté Diminuer les impacts négatifs des déterminants de santé liés aux conditions de vie (pollution, logement, précarité,...) La convention est conclue pour une durée d'un an, à partir de la date d'embauche du coordinateur. Elle est renouvelable par reconduction de l ASV et de son financement. La concertation intercommunale et le suivi La concertation intercommunale est menée lors de temps de travail réunissant des représentants des Villes de Grande-Synthe, de Saint-Pol-sur-Mer ainsi que le Centre de Santé de Grande-Synthe. Des points d'étapes et d'information sont menés avec l'etat et le coordonnateur PLP. Le travail mené par l'asv intercommunal fait l'objet de bilans annuels transmis aux communes et à l'etat. L'ASV intercommunal permet au territoire Saint-Polois de bénéficier de la technicité et de l'expérience du Centre de Santé de Grande-Synthe. De même, le territoire Saint-Polois apporte une approche plus pragmatique de la mise en place d'actions avec les habitants. Le but est le partage et la mutualisation d'expériences tout en gardant les spécificités de chaque territoire. Un lien est également recherché avec la Maison de Promotion de la Santé de Dunkerque et l ASV dunkerquois. 9

15 2. La mise en œuvre de l Atelier Santé Ville intercommunal Le poste de coordinateur ASV est un temps plein, soit 35 h par semaine, réparti équitablement entre les deux Villes : Ville de Grande-Synthe : Mardi, mercredi (les semaines paires): 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Mardi, mercredi, jeudi (les semaines impaires) : 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Ville de Saint-Pol-sur-Mer Lundi, jeudi, vendredi (les semaines paires): 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Lundi, vendredi (les semaines impaires) : 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Dans la pratique, le coordinateur modifie ce planning, en fonction des rendez vous ou manifestations. Durant son temps de travail sur la Ville de Grande-Synthe, le coordinateur est basé au Centre de Santé, place de l'europe à Grande-Synthe. Il travaille sous la responsabilité de la Direction du Centre de Santé selon le règlement intérieur et les orientations Politique de la Ville. Durant son temps de travail sur la Ville de Saint-Pol-sur-Mer, le coordinateur est basé dans les locaux du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, Résidence Guynemer Entrée G / Apt 1, Boulevard de l Espérance à Saint-Pol-sur-Mer. Il travaille selon les modalités de fonctionnement du Contrat Urbain de Cohésion Sociale et les orientations Politique de la Ville. 10

16

17 III. La mise en place du Plan Local de Santé

18

19 1. La méthode retenue La mise en place du Plan Local de Santé intercommunal s est appuyée sur 8 étapes déclinées ci-après : Etape 1 : Les résultats du diagnostic communautaire AFRESC A Saint-Pol-sur-Mer, les problématiques préoccupant les habitants étaient la pollution, la perception de la perte de lien social, le chômage, actions de santé avaient été répertoriées, sollicitant principalement la population globale et démontrant une réelle volonté de mener des actions de promotion de la santé auprès de tous. Les actions menées concernaient particulièrement l'alimentation (22,72 %), l'insertion (18,18 %) et la toxicomanie (18,18 %). A Grande-Synthe, les thématiques principales évoquées par les habitants étaient la pollution et les problématiques liées aux personnes âgées, actions de santé avaient été recensées. Les actions de promotion de la santé, majoritaires, portaient davantage sur le bien-être (25,7 %), l'alimentation (17,14 %), mais aussi l insertion. Les actions concernant la maladie et l hygiène (11,42 %) touchaient la population générale. Très peu d'actions se dirigeaient spécifiquement vers les personnes âgées malgré les problématiques évoquées par les habitants. Pour Saint-Pol-sur-Mer et Grande-Synthe, les campagnes d'information et de prévention santé étaient fréquentes avec une prédominance pour la question de l'alimentation. La thématique de la pollution, et en particulier la notion de risque, était apparue prégnante pour les habitants et certains professionnels, mais n'était déclinée dans aucune action répertoriée. Le diagnostic communautaire de l AFRESC avait ainsi mis en évidence un écart entre la perception des professionnels et l'attente des habitants, qui souhaitaient plus de réciprocité avec les professionnels. 11

20 Etape 2 : Le recensement des besoins Afin d'affiner le diagnostic communautaire, de nouveaux entretiens ont été réalisés : - Rencontre de 11 groupes d habitants Grand-Synthois et Saint-Polois - Participation à des activités et des réunions de groupes d'habitants afin de repérer, valoriser et accompagner leurs initiatives en matière de santé globale - Rencontre des professionnels de terrain institutionnels et associatifs (40 structures) pour identifier les actions menées sur le territoire et repérer les attentes des partenaires. Selon les habitants rencontrés, la santé c'est : ne pas être malade ne pas avoir mal avoir une bonne hygiène de vie être entouré se sentir bien être capable de se déplacer et de rester autonome Les problèmes économiques et le manque de lien social ont été soulevés à de nombreuses reprises. Les groupes évoquent le bienfait apporté par leur participation à la vie des structures, telles les Maisons de Quartier, où ils peuvent se retrouver, échanger et sortir de chez eux. Parmi les besoins exprimés par les habitants rencontrés : A Grande-Synthe Activités sportives proposées par la Ville adaptées aux personnes âgées Demande exprimée par les personnes âgées, besoin en matière d'aide ménagère, d aide aux soins, de téléalarme, d aide aux démarches Besoin d'un écrivain public Besoin d'activités de loisirs, de sortir de chez soi, de se changer les idées, de rencontrer des personnes, de rompre la solitude, d oublier les soucis A Saint-Pol-sur-Mer Besoin de propreté, de civisme Problème lié à l'alcool Accès aux soins, non remboursement de certains soins, besoin de médecins spécialistes Besoin d'accéder à certains services ou associations, besoin d «aller demander de l'aide» Besoin de plus d accessibilité (taille des trottoirs par exemple) Sentiment de rejet et de stigmatisation liés aux conditions sociales 12

21 Parmi les difficultés exprimées par les habitants sur les 2 territoires : Bruit (trouble de voisinage, nuisance circulation, rassemblement de jeunes) Sentiment de peur et d'insécurité Problèmes de voisinage Pollution Problèmes de logement (sous ou sur occupation, logement pas adapté) Manque de structures d'aide aux aidants Manque d'information sur les actions existantes Parmi les besoins repérés par les partenaires rencontrés : Les différents partenaires ont abordé la question de la santé en évoquant des thématiques qui leur semblent prioritaires. Parmi ces thématiques : les personnes âgées : dépendance, prévoyance, isolement, hygiène la pollution industrielle la maltraitance le bruit l'accès aux soins et les délais d'attente chez certains praticiens la CMU la santé mentale l'hygiène l'insertion par le sport la sécurité routière, les accidents domestiques l'accueil des enfants handicapés dans les accueils de loisirs les grossesses précoces la mobilité l'illettrisme, les savoirs de base le lien social l'alcool 13

22 Etape 3 : Le bilan d activité de l ASV de mars 2009 à février 2010 Suite au travail de recensement auprès des habitants et des professionnels, un bilan d'activité a été réalisé reprenant les perspectives et les pistes de travail envisagées. (Annexe 3 : Bilan de l ASV Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer Mars 2009 / février 2010) Etape 4 : Le groupe de travail pour l écriture du PLS Un groupe de travail composé de techniciens de la Ville de Saint-Pol-sur-Mer, de la Ville de Grande-Synthe, du Centre de Santé et du coordinateur ASV se réunit afin de définir des enjeux communs, de s'assurer que le cahier des charges de l'asv est respecté et de créer les conditions nécessaires à l'élaboration du Plan Local de Santé. Les réunions de travail (Annexe 4 : Comptes-rendus des réunions de travail) ont permis de dégager les priorités du territoire et de valider les trois champs d exploration (cf. page 45) pour le Plan Local de Santé intercommunal à partir du diagnostic partagé : - Personnes âgées - Accès aux droits / Accès aux soins - Bien-être / Prévention de la souffrance psychique Etape 5 : L inventaire des actions et des initiatives existant sur les 2 territoires La liste des actions existantes (cf. page 38) n est pas exhaustive. Les actions et/ou d'initiatives proposées dans les trois champs d'exploration par les partenaires institutionnels ou associatifs sont nombreuses et variées. Ainsi, la première liste évoluera dans le temps et sera complétée. Rappelons que l'action de l'asv est bien de conforter l existant, de créer ou de valoriser les liens : - entre le public cible et les différents partenaires - entre les partenaires et les réseaux d acteurs 14

23 Etape 6 : Le diagnostic Un diagnostic commun (cf. page 16), puis décliné par commune, a permis de définir les enjeux communs dans les trois champs d exploration. Il s agit alors de mesurer les écarts entre l'existant identifié et les besoins repérés (données statistiques, rencontres habitants et rencontres partenaires). Etape 7 : Le programme d actions Un programme d actions, conjointes aux deux Villes ou spécifiques à chacune d entre elles, a été élaboré. (cf. page 57) Etape 8 : L organisation du PLS Pour développer le Plan Local de Santé et le réajuster au plus près des besoins des territoires, diverses instances de réflexion et de concertation sont mises en place (cf. page 76) : - Un Comité de Pilotage intercommunal - Un Comité Technique intercommunal - Des Groupes de Travail intercommunaux (un par champ d exploration) 15

24 2. Le diagnostic commun et décliné par commune Le diagnostic commun POPULATION 2 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Population Municipale : Population Municipale : Répartition par tranches d âge : Grande-Synthe Saint-Pol-sur-Mer 0 à 14 ans 23,16 % 21,41 % 15 à 29 ans 23,28 % 21,81 % 30 à 44 ans 19,27 % 18,94 % 45 à 59 ans 20,18 % 20,5 % 60 à 74 ans 11,22 % 11,02 % 75 ans et + 2,89 % 6,32 % % sur la population municipale 2 Source : INSEE, RP 2007 exploitation principale 16

25 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER 46,4 % de la population a moins de 30 ans 14,1 % a plus de 60 ans (en 1999, le taux était de 9,7 %) Au 1 er juillet 2010, le pourcentage des seniors atteint 18,9 % 3 Parmi les personnes vivant seules, 50,5 % ont plus de 55 ans 19 % des plus de 55 ans vivent seuls 43,2 % de la population a moins de 30 ans 17,3 % a plus de 60 ans (contre 15,6 % en 1999) Le vieillissement de la population est dû à l'augmentation de la part des personnes de 75 ans et + : 4,4 % de la population totale en 1999, contre 6,3 % en Parmi les personnes vivant seules, 58,8 % ont plus de 55 ans 29,1 % des plus de 55 ans vivent seuls Même si la part des moins de 30 ans reste importante, celle des plus de 60 ans est en augmentation. Le vieillissement de la population sur les deux territoires entraîne de nouvelles perspectives. Le taux des personnes de plus de 75 ans est près de 2,5 fois plus élevé à Saint-Pol-sur-Mer qu à Grande-Synthe. Face à ce constat, de nouveaux besoins sont à prendre en compte au regard du graphique. La croissance de la part des 60 ans et + dans la population de 1999 à 2007 (+5.5 points pour Grande-Synthe et +2.6 points pour Saint-Pol-sur-Mer) est également constatée au niveau de la région Flandres Dunkerque (+2.6 points) et de façon moindre sur la Région Nord-Pasde-Calais (+0.9 points). 3 Source : fichier population Seniors de 57 ans et plus juillet 2010 Ville de Grande-Synthe 4 Source : Insee, RP 1999,

26 EMPLOI / EDUCATION 5 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Chômage des ans (au sens du recensement INSEE) : Taux de chômage : 24,9 % Taux de chômage des hommes : 21,8 % Taux de chômage des femmes : 29,3 % Taux d activité des ans : 60,2 % (dont 15 % de chômeurs) Parmi les 39,8 % d'inactifs, 8,7 % sont retraités ou préretraités Catégories socioprofessionnelles des actifs : Ouvriers : 40,9 % Employés : 30,3 % Cadres ou professions intermédiaires : 23,4 % Demandeurs d emploi en fin de mois (DEFM) catégorie ABC 6 : Au 31/12/2008 : dont 51,6 % issus de la ZUS Au 31/12/2009 : dont 51 % issus de la ZUS soit une évolution de +7 % (+6 % pour la ZUS, +15 % pour le Nord) Chômage des ans (au sens du recensement INSEE) : Taux de chômage : 21,4 % Taux de chômage des hommes : 19 % Taux de chômage des femmes : 24,6 % Taux d activité des ans : 62,5 % (dont 13,4 % de chômeurs) Parmi les 37,5 % d inactifs, 8,7 % sont retraités ou préretraités Catégories socioprofessionnelles des actifs : Ouvriers : 41,5 % Employés : 31,8 % Cadres et professions intermédiaires : 20,9 % Demandeurs d emploi en fin de mois (DEFM) catégorie ABC 6 : Au 31/12/2008 : dont 50,6 % issus de la ZUS Au 31/12/2009 : dont 50,5 % issus de la ZUS soit une évolution annuelle de +17 % (+16 % pour la ZUS, +15 % pour le Nord) Niveau de formation DEFM catégorie ABC 7 : 64 % des DEFM Cat. A, B et C ont un niveau de formation inférieur ou égal à un niveau V (63,6 % sur la ZUS) Niveau de formation DEFM catégorie ABC 7 : 72,8 % des DEFM Cat. A, B et C ont un niveau de formation inférieur ou égal à un niveau V (75,9 % sur la ZUS) 5 Source : INSEE, RP 2007 exploitation principale 6 Source : Pôle Emploi 7 Source : Pôle emploi, traitement INSEE, au 31/12/

27 La part des femmes parmi les actifs chômeurs est identique sur les 2 communes : 49 %. La population active se caractérise par une prépondérance de la CSP ouvriers 8 et un poids important des bas niveaux de formation. En 2007, il est constaté un pourcentage élevé de la population âgée de 15 ans et + n ayant aucun diplôme (31,8 % pour Grande-Synthe, 29,4 % pour Saint-Pol-sur-Mer, 19,8 % pour la CUD, 17,9 % pour la Région Nord Pas de Calais, 15,8 % au niveau national). Rappelons que le niveau d études peut avoir un impact sur l état de santé des individus (cf. «regard sur l éducation 2010 : les indicateurs de l OCDE»). RESSOURCES / ACCES AUX DROITS GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Ressources Revenus net déclaré moyen par foyer fiscal 9 : Foyers fiscaux 10 : Nombre de foyers fiscaux 2008 : dont non imposés, soit 62,5 % Nombre de ménages fiscaux 11 : dont 59,8 % non imposables Actifs occupés sous le seuil de bas revenus 12 : 18,5 % des actifs occupés sont sous le seuil de bas revenus (soit actifs occupés parmi les allocataires CAF) Ressources Revenus net déclaré moyen par foyer fiscal 9 : Foyers fiscaux 10 : Nombre de foyers fiscaux 2008 : dont non imposés, soit 61,4 % Nombre de ménages fiscaux 11 : dont 60,5 % non imposables Actifs occupés sous le seuil de bas revenus 12 : 16,6 % des actifs occupés sont sous le seuil de bas revenus (soit actifs occupés parmi les allocataires CAF). 8 Source : Rapport Mensia, évaluation CUCS Source : DGIPFiP, Impôts sur le revenu des personnes physiques, 2008, traitement INSEE 10 Source : Sous-Préfecture de Dunkerque 2010 ; Direction des services fiscaux 2008, traitement AGUR 11 Source : INSEE Source : CAF 2008, INSEE RP 2007, traitement AGUR 19

28 Définitions Le seuil de bas revenus selon la source de la CAF est utilisé pour une approche monétaire de la précarité à partir de fichiers de bénéficiaires de prestations sociales, le seuil de bas revenus est un seuil relatif déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l ensemble de la population. Dans les fichiers des allocataires CAF et MSA, il s applique au revenu (disponible avant impôts) par unité de consommation mesuré dans ces fichiers. Le seuil de bas revenu et son calcul au niveau national ont été revus en Il est fixé dorénavant à 60 % du niveau de vie médian. Il est égal à 871 par mois par unité de consommation en Revenu annuel moyen par foyer fiscal (ou revenu net imposable moyen de l'année) : C'est le revenu net imposable moyen de l'ensemble des foyers fiscaux (imposés et non imposés). Le revenu net imposable comprend le revenu brut (traitements, pensions, revenus des capitaux mobiliers, revenus fonciers, revenus des professions non salariées...) duquel sont déduits les charges et abattements. Selon l INSEE, le terme foyer fiscal désigne l ensemble des personnes inscrites sur une même déclaration de revenus. Il peut y avoir plusieurs foyers fiscaux dans un seul ménage (par exemple, un couple non marié où chacun remplit sa propre déclaration de revenus compte pour deux foyers fiscaux. Le seuil de pauvreté selon FILOCOM 13 est calculé selon la définition de la demi médiane du revenu net par unité de consommation sur la France métropolitaine, soit à l année. Le revenu net de FILOCOM ne contient pas les aides sociales, ce seuil de pauvreté ne peut se comparer avec le seuil de pauvreté de l INSEE ou de la CAF. 13 Le fichier FILOCOM (fichier de logements par commune) repose sur l exploitation des déclarations de taxe d habitation et d impôts sur le revenu faite par la DGI. Ce fichier est mis à jour tous les 2 ans. 20

29 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Prestations Bénéficiaires des prestations légales 14 : allocataires CAF (représentant personnes couvertes) Prestations Bénéficiaires des prestations légales 14 : allocataires CAF (représentant personnes couvertes) Grande-Synthe % Saint-Pol-sur-Mer 30,6 Allocataires isolés 35,6 17,6 Familles monoparentales 17,5 29,7 Bénéficiaires du RSA 28,8 70,2 Allocataires percevant une Allocation Logement 71,9 9,4 Allocataires percevant l Allocation Adulte Handicapé 9 31,5 Allocataires dont le revenu est constitué à plus de 50 % de prestations sociales 31,9 17 Allocataires dont le revenu est constitué à 100 % de prestations sociales 18,7 Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC) 15 : 92,7 % de la population dépend du régime général de la Sécurité Sociale (soit personnes) Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC) 15 : 91,3 % de la population dépend du régime général de la Sécurité Sociale (soit personnes) 7,3 % de la population dépend d un régime spécial (Mutualité Sociale Agricole, Régime Social des Indépendants ) personnes bénéficient de la CMUC 16 (soit 17 % de la population couverte) dont : 40,2 % ont moins de 18 ans 7,74 % ont de 50 ans à moins de 60 ans 557 personnes bénéficient de l Aide Complémentaire Santé (ACS 17 ) 18 8,7 % de la population dépend d un régime spécial (Mutualité Sociale Agricole, Régime Social des Indépendants ) personnes bénéficient de la CMUC 16 (soit 16 % de la population couverte) dont : 40,3 % ont moins de 18 ans 9,57 % ont de 50 ans à moins de 60 ans 432 personnes bénéficient de l Aide Complémentaire Santé (ACS 17 ) Source : CNAF, Source : CNAM, Le plafond de ressources pour bénéficier de la CMUC est fixé à 634 par mois pour une personne seule en France Métropolitaine 17 Le plafond de ressources de l ACS est porté au niveau du plafond CMUC majoré de 26 % soit 799,17 par mois pour une personne 18 Source : CPAM Flandres 21

30 La part des foyers fiscaux non imposables (dans l ensemble des foyers fiscaux) est de 50,7 % sur la zone d emploi de Dunkerque et de 44,6 % en France métropolitaine. 19 Les revenus nets déclarés moyens par foyer fiscal 20 à Grande-Synthe ( ) et Saint-Pol-sur-Mer ( ) sont les plus faibles de l'agglomération. Pour l ensemble du territoire de la CUD, il est de En 2007, en France, il était de Les fichiers fiscaux identifient ménages sous le seuil de pauvreté dans la région dunkerquoise. Cela représente 20 % du total des ménages, soit 3 points de plus qu en France. Un ménage sur 3 est pauvre à Grande-Synthe, près de 30 % à Saint-Pol-sur-Mer. 21 Au 1er janvier 2006, la Région Nord Pas de Calais compte près de bénéficiaires la CMUC soit 11 % de bénéficiaires contre 7 % au niveau national. 22 Les bénéficiaires de la CMUC représentent 9 % de la population couverte sur la circonscription de Dunkerque. C'est au centre de l'agglomération et dans la partie ouest du territoire que le nombre de bénéficiaires de la CMUC est le plus important. 19 Source : DGI, Insee Revenus fiscaux localisés des ménages en Source : Direction Générale des Impôts, 2008, traitement INSEE / traitements AGUR 21 Source : FILICOM Observatoire de la Solidarité, AGUR Source : Atlas Régional Santé Nord-Pas-de-Calais, 01/01/

31 LOGEMENT GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Nombre total de logements 23 : dont 96,4 % de résidences principales 3,1% de logements vacants Parmi les résidences principales 24 : sont des HLM louées vides soit 58,59 % ont un occupant principal pauvre soit 32,6 % Nombre de logements sociaux en : Nombre de logements sociaux en : soit une augmentation de 188 logements sociaux Part des logements sociaux en : 64 % Part des logements sociaux en : 66 % Nombre total de logements 23 : dont 96,1 % de résidences principales 3,6 % de logements vacants. Parmi les résidences principales 24 : sont des HLM louées vides, soit 41,7 % ont un occupant principal pauvre soit 29 % Nombre de logements sociaux en : Nombre de logements sociaux en : soit une augmentation de 58 logements sociaux Part des logements sociaux en : 45,3 % Part des logements sociaux en : 46,4 % Parmi les résidences principales que compte la Région Flandre-Dunkerque, sont des HLM louées vides soit 25,5 % (elles représentent 19 % dans la Région Nord-Pas-de-Calais et 15% en France) personnes vivent seules, quel que soit leur âge, soit 23 % de la population. Parmi elles, ¼ ont entre 65 et 79 ans. 27 Parmi les personnes vivant seules, 50,47 % ont plus de 55 ans à Grande-Synthe et 58,8 % à Saint-Pol-sur-Mer A Grande-Synthe, 19,05 % des plus de 55 ans vivent seuls ; à Saint-Pol-sur-Mer, ils sont 29,1 %. 23 Source : INSEE Source : FlLOCOM Source : Fiche de notification DSU Source : Fiche individuelle DGF Source : INSEE

32 PERSONNES ÂGÉES Sur les deux communes, on constate l existence de nombreux dispositifs similaires en direction des seniors : Le service de téléalarme Le service de portage de repas à domicile L accompagnement social par les CCAS respectifs (maintien à domicile, accès aux droits, transport, accès aux soins, ) Les animations municipales Le plan canicule Les établissements d hébergements : - à Grande-Synthe : EHPAD Zélie Quenton (66 lits) - à Saint-Pol-sur-Mer : Foyer logement Ambroise Croizat EHPA (76 appartements) L AFEJI a obtenu l agrément pour l ouverture d un accueil de jour Alzheimer à Grande-Synthe. Cette nouvelle structure d accueil de jour pour des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ouvrira ses portes courant 2012 et proposera 12 places. 24

Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012

Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012 Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012 Le CCAS de Grenoble Près de 58 000 grenoblois concernés par l action du CCAS de Grenoble 1400 agents permanents 100 équipements BUDGET FONCTIONNEMENT

Plus en détail

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI?

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? Projet de Rénovation Urbaine du Courghain : Modalités de l accompagnement au relogement. SOMMAIRE I. Eléments de contexte. 1. Situation

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF

CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF Fortement occupés par le parc social, les quartiers de la politique de la ville (QPV) de Sénart représentent un véritable

Plus en détail

La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013

La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013 La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013 La rénovation urbaine à Romans: Cadre, objectifs, réalisations Quartier

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi)

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Diagnostic local de santé de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Contexte et méthode Les inégalités, y compris de santé, entre les quartiers prioritaires et les autres quartiers

Plus en détail

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté 1 - RELATION AU CONTRAT CADRE Afin de préciser les actions qui seront mises en place jusqu en 2003, les partenaires du contrat de ville

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Lundi 17 mars 2014 Direction Régionale EDF 69006 LYON 17 MARS 2014 Salle EDF 8 place Danton 69003 LYON TEL : 09 80 86 76 93 DEROULEMENT Propos introductifs

Plus en détail

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Mars 2013 Ville de Rosny sous Bois Programme d actions PLH 2013 2018 Page 2 Sommaire 1 Déclinaison du programme d actions selon

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Communiqué de Presse Dunkerque, lundi 4 avril 2005 La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Michel Delebarre, Ancien Ministre d Etat, Député-Maire

Plus en détail

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Décembre Sommaire PREAMBULE...p I. TYPOLOGIE DES LOGEMENTS...p.. Répartition par type de logement...p.. Répartition des

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

MISSION ENTREE EST CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE PROGRAMMATION 2015 NOTE DE CADRAGE TERRITORIALE MERMOZ - LYON 8 E

MISSION ENTREE EST CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE PROGRAMMATION 2015 NOTE DE CADRAGE TERRITORIALE MERMOZ - LYON 8 E MISSION ENTREE EST CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE PROGRAMMATION 2015 NOTE DE CADRAGE TERRITORIALE MERMOZ - LYON 8 E Le quartier Mermoz, 3 137 habitants en 2009, est classé en ZUS Zone urbaine sensible

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

Enjeux. habitat pour l'agglomération. atu. La réhabilitation du parc privé CHIFFRES CLÉS POUR UN ENJEU MAJEUR

Enjeux. habitat pour l'agglomération. atu. La réhabilitation du parc privé CHIFFRES CLÉS POUR UN ENJEU MAJEUR Juin 2012 Enjeux habitat pour l'agglomération La réhabilitation du parc privé CHIFFRES CLÉS POUR UN ENJEU MAJEUR 60 000 logements potentiellement énergivores, soit un tiers du parc, dont 15 000 occupés

Plus en détail

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien Les Quartiers Crêt de Roc et Tarentaize-Beaubrun, dans le dossier ANRU de Saint Etienne L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien La stratégie habitat de la Ville de Saint

Plus en détail

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE REFERENTIEL «ACCOMPAGNEMENT A L INTEGRATION ET A L ACCES AU DROIT COMMUN DES RESIDENTS» Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime 1 Sommaire

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

La rénovation du Jeu de. encadré). Le Jeu de Mail nouveau a commencé

La rénovation du Jeu de. encadré). Le Jeu de Mail nouveau a commencé cité Avec des liaisons interquartiers, une voirie réorganisée, des espaces verts réaménagés et 215 nouveaux logements, le futur quartier du Jeu de Mail s ouvrira pleinement au reste de la cité et de l

Plus en détail

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron Contexte 1. La commune de Bron : 39 000 habitants 2 quartiers ZUS Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre 6 000 9 500 39 000 d habitants Plus

Plus en détail

A CTUALISATION - JUILLET 2010 F RAIS VALLON - LA ROSE - LES OLIVES

A CTUALISATION - JUILLET 2010 F RAIS VALLON - LA ROSE - LES OLIVES A CTUALISATION - JUILLET 2010 F RAIS VALLON - LA ROSE - LES OLIVES SOMMAIRE LES FLUX Un secteur qui connaît une croissance de population mesurée 11 Vers un vieillissement de la population 11 Qui pourrait

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Plan Départemental de l Habitat de l Eure

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Département de l Eure Direction du Développement Economique et de l'aménagement du Territoire Plan Départemental de l Habitat de l Eure Fiche territoriale SCOT de la CA Seine Eure - Forêt de Bord SCOT

Plus en détail

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Rhône-Alpes Chef de projet : Sabine Guillaume Chargée d'études : Maud Coudène SEPTEMBRE 2010 Étude réalisée par l'insee Rhône-Alpes

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Élément de dynamisme, la population du Grand Creillois est jeune : 36,7 % des habitants ont

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018)

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Les copropriétés dans leur diversité 1. un petit immeuble datant du moyen âge (15 ème siècle), en pans de bois,

Plus en détail

Des éléments du territoire fondant la stratégie de la Ville

Des éléments du territoire fondant la stratégie de la Ville Des éléments du territoire fondant la stratégie de la Ville La ville de Rillieux-la-Pape est une des 58 communes de la communauté urbaine du Grand Lyon. Elle compte 30 375 habitantes. Un territoire mixte

Plus en détail

L analyse des revenus des ménages

L analyse des revenus des ménages À, la précarité se cantonne à l est de la ville Nicole GICQUAUD (Insee) Avec près de 44 000 emplois salariés en 2008, la ville de et sa première couronne disposent d un important bassin d emplois. Au-delà

Plus en détail

SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE -

SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE - SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE - Le schéma d organisation sociale et médico-sociale est un outil de planification essentiel

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

Direction Départementale des Territoires. Le Programme local de l'habitat

Direction Départementale des Territoires. Le Programme local de l'habitat Direction Départementale des Territoires Le Programme local de l'habitat Ordre du jour I - Définitions. Le PLH. Le logement II - Cadre juridique/repères historiques III - La démarche d'élaboration du PLH.

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

L'Atelier Santé Ville présente LA SANTÉ POUR TOUS. Tome 1 - Le Parcours de soins

L'Atelier Santé Ville présente LA SANTÉ POUR TOUS. Tome 1 - Le Parcours de soins L'Atelier Santé Ville présente LA SANTÉ POUR TOUS Tome 1 - Le Parcours de soins 1 Édito «Le bien-être et la santé de tous les angoumoisins est au cœur des préoccupations de la municipalité. C est pourquoi,

Plus en détail

Association de Gestion des Appartements Temporaires

Association de Gestion des Appartements Temporaires Association de Gestion des Appartements Temporaires Projet associatif 2012/2015 AGATE est une association loi 1901, née en 2003 de la réflexion de la communauté soignante de l hôpital ESQUIROL (aujourd

Plus en détail

Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015

Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015 Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015 1 1) Le contexte institutionnel : Conformément à la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine promulguée

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris MAIRIE DE PARIS - DU - MCC Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2010 SEPTEMBRE 2011 L Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : 1 Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 6 Parc de logement social dans l agglomération : 18 354 au 1 er janvier 2011 Aide financière

Plus en détail

Fiche communale BOURG LES VALENCE

Fiche communale BOURG LES VALENCE Fiche communale BOURG LES VALENCE Synthèse de l entretien en commune du 30 juin 2011 CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA COMMUNE La ville de Bourg les Valence est traversée par différents axes de communication

Plus en détail

VILLE. Amélioration de l habitat Une priorité de l équipe municipale

VILLE. Amélioration de l habitat Une priorité de l équipe municipale Avec la par ticipation de l'etat, du Conseil Régional et du Conseil Général VILLE Amélioration de l habitat Une priorité de l équipe municipale L objectif premier de l action mise en œuvre par l équipe

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

Analyse des besoins sociaux sur le bassin annonéen

Analyse des besoins sociaux sur le bassin annonéen Analyse des besoins sociaux sur le bassin annonéen Compte rendu atelier n 2 Précarité, Insertion 1 er décembre 2011 13h30-15h30 (Château de la Lombardière) Présents Responsable de la démarche Jean-Luc

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004 ANNEXE 2 Convention de délégation de compétence de gestion des aides à la pierre en application de la loi du 13 août 2004 Passée entre L ETAT et PERPIGNAN MEDITERRANEE Communauté d Agglomération 2006-2008

Plus en détail

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 Ville de MONTPELLIER - DAP - Service renouvellement urbain OBSERVATOIRE des COPROPRIETES Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 PACT Hérault Sommaire Présentation : cadrage du champ de l étude

Plus en détail

L O.P.A.H - R.U : un outil privilégié

L O.P.A.H - R.U : un outil privilégié Dossier de presse Signature officielle du renouvellement de la convention O.P.A.H.-R.U. Lundi 18 février 2013 Dans le cadre de la signature officielle du renouvellement de la convention «Opération Programmée

Plus en détail

ATELIER N 2 Identification et programmation des produits logement

ATELIER N 2 Identification et programmation des produits logement ATELIER N 2 Identification et programmation des produits logement SOMMAIRE Rappel du diagnostic La programmation logements La programmation locative sociale Les publics spécifiques Rappel du diagnostic

Plus en détail

GLOSSAIRE. Définitions AAH. Aire urbaine ALF. Allocataire ALS API APL

GLOSSAIRE. Définitions AAH. Aire urbaine ALF. Allocataire ALS API APL Définitions AAH L Allocation aux adultes handicapés est un minimum social, créé par la loi du 30 juin 1975. C est une prestation versée à tous les handicapés souffrant d une incapacité évaluée à au moins

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

sociale Repères croisés Franche-Comté sur la cohésion sociale Franche-Comté emploi formation insertion

sociale Repères croisés Franche-Comté sur la cohésion sociale Franche-Comté emploi formation insertion Repères croisés sur la cohésion sociale Franche-Comté Repères croisés sur la cohésion sociale Franche-Comté en Indicateurs pour la Franche-Comté et ses départements décembre 2013 emploi formation insertion

Plus en détail

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011 Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire Avril 2011 Méthodologie L'étude s est déroulée par Internet du 24 février au 25 mars 2011. 1 691 professionnels

Plus en détail

ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE»

ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE» COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX COMMUNE DE BEGLES AQUITANIS ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE» RAPPORT DE PRÉSENTATION 1/6 ZAC QUARTIER DE LA MAIRIE RAPPORT DE PRESENTATION JANVIER 2013 1 PREAMBULE 1.1 Rappel

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG. COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015

VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG. COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015 VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015 L APPEL A MANIFESTATION D INTERET Rappel de la démarche Un programme concernant les communes

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux

Projet. Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014. Principes Généraux Sèvres-Vienne Règlement d'action Sanitaire et Sociale Projet Règlement d Aide Au Maintien à Domicile des Personnes Agées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Principes Généraux Préambule

Plus en détail

DÉVELOPPER LES RÉSIDENCES SÉNIORS

DÉVELOPPER LES RÉSIDENCES SÉNIORS APPEL À PROJETS 2013 CG67 - CUS DÉVELOPPER LES RÉSIDENCES SÉNIORS APPEL A PROJETS 2013 RESIDENCES SENIOR Cahier des charges CUS/CG 67 Résumé introductif... 2 1 Contexte et enjeux... 3 1.1 Le vieillissement

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

Lannion-Trégor Communauté Projet de territoire 2015-2020 1 Concertation publique Rapport de présentation (le 13/04/2015)

Lannion-Trégor Communauté Projet de territoire 2015-2020 1 Concertation publique Rapport de présentation (le 13/04/2015) Lannion-Trégor Communauté Projet de territoire 2015-2020 1 1. Présentation de Lannion-Trégor Communauté : Après le regroupement de Lannion-Trégor Agglomération et la commune de Perros- Guirec, avec la

Plus en détail

PROTOCOLE RELOGEMENT

PROTOCOLE RELOGEMENT Grand Projet de Ville de Rillieux-la-Pape Opération de Renouvellement Urbain Quartiers Velette et Semailles PROTOCOLE RELOGEMENT fixant les modalités de mise en œuvre des relogements Entre : L Etat La

Plus en détail

1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour améliorer la santé des Bordelais... 3

1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour améliorer la santé des Bordelais... 3 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour améliorer la santé des Bordelais... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé de Bordeaux... 5 3.

Plus en détail

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE Le 14 Mai 2014 USH Service Politiques urbaines et sociales L architecture des contrats de ville Contrat de ville : projets territoriaux intégrés

Plus en détail

Qu est-ce que le CCAS?

Qu est-ce que le CCAS? Qu est-ce que le CCAS? Le centre Communal d Action Sociale est un établissement public chargé d exercer les compétences détenues par la commune en matière d action sociale. C est un établissement ayant

Plus en détail

Mise en copropriété des immeubles HLM

Mise en copropriété des immeubles HLM Mise en copropriété des immeubles HLM Opportunités et risques Soraya DAOU, architecte DPLG Sommaire Anah Enjeux de la vente HLM PLH et politique de l habitat Leviers L Anah L'Anah, établissement public

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P.

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P. 1 Sommaire État des lieux P. 4 Carte des EHPAD P. 6 Priorités stratégiques P. 7 En Bref P. 10 Perte d'autonomie, que faire? P. 11 3 État des lieux 1. État des lieux démographique, social et sanitaire

Plus en détail

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA.

Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès aux droits et aux soins CMU ACS ASS AME. Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. CMU ACS ASS AME BILAN DE SANTÉ Sylvie, 44 ans, en recherche d emploi, perçoit le RSA. > Côté santé, elle bénéfi cie de la Couverture Maladie Universelle. Profil des bénéficiaires des dispositifs d'accès

Plus en détail

Visite de. Dominique BRAYE Président de l Anah. Saint-Flour

Visite de. Dominique BRAYE Président de l Anah. Saint-Flour Visite de Dominique BRAYE Président de l Anah Saint-Flour Mercredi 7 mars 2012 1 L ANAH Agence Nationale de l Habitat Son président : Dominique BRAYE. Son vice-président : Pierre JARLIER Créer en 1971,

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Journée d étude normande

Journée d étude normande Journée d étude normande Contexte global, la gestion du vieillissement Enjeu démographique Pyramide des âges de la population alsacienne en 2007 et 2040 Population âgée du Bas-Rhin (au1 er janvier2012)

Plus en détail

H&H 21/05/2015 Y. MOULIS CITHADÉ cithade@orange.fr P 1/5

H&H 21/05/2015 Y. MOULIS CITHADÉ cithade@orange.fr P 1/5 Je suis responsable du bureau d'études CITHADÉ et Urbaniste de formation. Nous intervenons actuellement sur le centre ancien de Narbonne en tant qu'opérateur de l'opah RU, (c'est une opération de revitalisation

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile Seniors Eléments d état des lieux Un vieillissement rapide D'un point de vue démographique, le Jura se situe à un niveau intermédiaire par rapport aux autres départements métropolitains français : la part

Plus en détail

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville.

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville. Ville d Albertville Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées www.albertville.fr Sommaire Logement-foyer : la résidence des 4 Vallées p. 4 Service maintien

Plus en détail

LA STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE? Simple volet d une Stratégie d Entreprise

LA STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE? Simple volet d une Stratégie d Entreprise LA STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE? Simple volet d une Stratégie d Entreprise REVE PROJET Objectifs Moyens Actions Freins Indicateurs Résultats Attentes des parties prenantes Bilan global Diagnostic stratégique

Plus en détail

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 Vendredi 15 mars 2013 Dossier de presse CONTACTS presse Grand Nancy : Élise FRISONI - 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00- elise.frisoni@grand-nancy.org

Plus en détail

ATLAS DEPARTEMENTAL DES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

ATLAS DEPARTEMENTAL DES PROFESSIONNELS DE LA SANTE ATLAS DEPARTEMENTAL DES PROFESSIONNELS DE LA SANTE Juin 2012 Quels accès à la santé dans les quartiers prioritaires de Guyane? Philippe DAMIE, Directeur de l Agence Régionale de la Santé (ARS) de Guyane

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 Adoma - Résidence sociale «Le Grand Cèdre» 114, rue Joseph Hue, 76250, DÉVILLE-LÈS-ROUEN

Plus en détail