PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer"

Transcription

1 PLAN LOCAL DE SANTE TRIENNAL INTERCOMMUNAL Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer Validé le 29 septembre 2011

2

3 PRÉAMBULE «En 2008, nos deux villes ont souhaité conjointement mettre en place un Atelier Santé Ville intercommunal sur nos quartiers respectifs en Politique de la Ville. En effet, nous pensons fortement que cette expérience de mutualisation des moyens ne peut-être qu enrichissante à la fois pour nos deux territoires, mais aussi et surtout pour nos habitants. Même si la santé n est pas une compétence directe de nos collectivités, elle fait partie intégrante de la vie quotidienne de nos administrés. Ainsi, les questions d accès aux soins, d accès aux droits, de bien-être et de vieillissement des populations sont pour nous les enjeux majeurs de notre Atelier Santé Ville.»

4

5 SOMMAIRE I. L historicité du dispositif Atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer : une volonté politique intercommunale page 6 II. La mise en oeuvre de l'atelier Santé Ville depuis septembre Une démarche conjointe 2. La mise en oeuvre de l Atelier Santé Ville intercommunal page 8 page 10 III. La mise en place du Plan Local de Santé 1. La méthode retenue 2. Le diagnostic commun et décliné par commune 3. L inventaire des actions et des initiatives existantes 4. Les enjeux communs et déclinés par commune page 11 page 16 page 38 page 45 IV. La programmation triennale déclinée en actions 1. Mise en réseau des acteurs 2. Personnes âgées 3. Accès aux droits / Accès aux soins 4. Bien-être / Prévention de la souffrance psychique page 57 page 58 page 61 page 66 page 71

6 V. L'organisation du projet Plan Local de Santé 1. La gouvernance du projet 2. L évaluation du projet page 76 page 79 Annexes

7 I. L historicité du dispositif Atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer : une volonté politique intercommunale

8

9 L'Atelier Santé Ville (ASV) s'inscrit dans la lutte contre les inégalités de santé et ce, dans le cadre de la loi n du 1 er Août 2003 d'orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine. Il cible particulièrement les quartiers identifiés comme prioritaires au titre des Contrats Urbains de Cohésion Sociale (CUCS). Il s'agit d'un dispositif de coordination qui n'a pas vocation à être porteur de projet. Son rôle est principalement de repérer les besoins et les attentes, de créer des passerelles entre les différents acteurs (élus, professionnels, associations et habitants), de faciliter l'émergence d'actions (groupes de travail, accompagnement méthodologique,...) et d'accompagner les habitants dans leurs requêtes de santé et de bien-être. En 2005, un diagnostic communautaire a été réalisé par l'afresc (Action Formation Recherche En Santé Communautaire), conjointement, sur les communes de Grande-Synthe, Saint-Pol-sur-Mer, Dunkerque et Fort-Mardyck dans le cadre du Contrat Territorial de Santé. Il pointait les thématiques prioritaires aux yeux des habitants, à savoir la pollution, le lien social et le lien avec les soignants. Or, peu d'actions abordaient ces sujets sur les territoires. L'une des conclusions de ce rapport pointait «l'intérêt de développer des actions à partir des préoccupations des gens, systématiquement dans les quartiers, de manière coopérative et concertée, de monter des actions plus globales et plus visibles à l'échelle de l'agglomération, en laissant le soin aux acteurs locaux d'une déclinaison locale et de faire en sorte qu'une coordination se mette en place au niveau de l'agglomération». 1 Ainsi, sur le territoire d agglomération, deux démarches ont été initiées : une à Dunkerque et une en intercommunalité à Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer. Par ailleurs, le 9 mars 2006, le Comité Interministériel des Villes (CIV) a réaffirmé la place essentielle des élus des communes pour le développement des Projets Locaux de Santé Publique et la mise en œuvre de la Politique de Santé Publique au niveau local. L un des moyens de la mise en œuvre d un Plan Local d action de Santé sur les territoires des CUCS est l ASV, outil supplémentaire qui doit permettre de renforcer la dynamique de santé sur les territoires inscrits en géographie prioritaire. 1 Source : AFRESC, Conseil Général du Nord, Communauté Urbaine de Dunkerque 6

10 Conformément au guide méthodologique Politique de la Ville élaboré en 2007 par la Préfecture du Nord (Annexe 1), l'atelier Santé Ville est inscrit comme un dispositif à part entière de la Politique de la Ville. L'objectif d'un ASV est de mettre en oeuvre un Plan Local d'actions de Santé sur un territoire donné, inscrit dans la politique régionale de santé et tout particulièrement dans celle correspondant aux actions financées dans le Plan Local de Prévention (PLP). Les Villes de Grande-Synthe et de Saint-Pol-sur-Mer sont inscrites toutes deux en Politique de la Ville respectivement depuis 1977 et Grâce à la volonté politique des deux Villes, aux caractéristiques sociologiques et démographiques très proches, l'atelier Santé Ville intercommunal a été mis en place. L ASV intercommunal a pour ambition de mener un travail conjoint sur les deux Villes et de mutualiser leurs moyens pour mieux prendre en compte les attentes des habitants des quartiers prioritaires. L ASV intercommunal s appuie sur l'expérience et la dynamique du Centre de Santé de Grande-Synthe (Annexe 2) qui mène depuis plus de 30 ans des actions de promotion et d'éducation à la santé. 7

11 II. La mise en oeuvre de l'atelier Santé Ville depuis septembre 2008

12

13 1. Une démarche conjointe L'ASV a été élaboré conjointement par les Villes de Grande-Synthe et Saint-Pol-sur-Mer en Les deux Villes ont confié au Centre de Santé de Grande-Synthe, ingénierie locale reconnue sur le territoire intercommunal ayant une mission en matière de santé, la mise en œuvre opérationnelle de l ASV sur les deux territoires. L ASV intercommunal a été officialisé en juin 2009 par la signature de la convention tripartite entre les deux Villes et le Centre de Santé de Grande-Synthe. La coordination de l ASV intercommunal L ASV s'est concrétisé en mars 2009 par la création d'un poste de coordinateur, réparti équitablement entre Grande-Synthe et Saint-Pol-sur-Mer, dans le respect du référentiel proposé par l'etat. Durant la première année de fonctionnement de l ASV, le coordinateur a assuré la communication et la promotion du dispositif ASV, recueilli les attentes des différents partenaires associatifs et institutionnels sur les deux territoires d'intervention. Il est également allé à la rencontre des habitants pour définir les besoins en matière de santé. Le coordinateur a ensuite participé à l élaboration du Plan Local de Santé triennal intercommunal en parallèle du suivi et de l aide au montage des projets portés par les associations. Le financement et les moyens techniques L'ASV intercommunal a pu être mis en place grâce au financement de l'etat à hauteur de 50 % de son coût annuel avec la contribution des Villes de Grande-Synthe et de Saint-Pol-sur-Mer à hauteur de 25 % chacune. Le coordinateur dispose de deux bureaux, l'un à Saint-Pol-sur-Mer, l'autre à Grande-Synthe, avec accès à Internet et téléphone fixe. Il dispose également d'un ordinateur portable et d'un téléphone portable. 8

14 La convention Une convention a été établie pour la mise en œuvre de l'atelier Santé Ville Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer, sa signature officielle ayant eu lieu le 5 juin Elle fixe les objectifs de l'asv intercommunal : Coordonner et mettre en cohérence les actions de santé identifiées sur les territoires visés, en direction des populations fragilisées et favoriser les actions de santé communautaire Mutualiser les moyens existants pour répondre aux besoins spécifiques des publics en difficulté Diminuer les impacts négatifs des déterminants de santé liés aux conditions de vie (pollution, logement, précarité,...) La convention est conclue pour une durée d'un an, à partir de la date d'embauche du coordinateur. Elle est renouvelable par reconduction de l ASV et de son financement. La concertation intercommunale et le suivi La concertation intercommunale est menée lors de temps de travail réunissant des représentants des Villes de Grande-Synthe, de Saint-Pol-sur-Mer ainsi que le Centre de Santé de Grande-Synthe. Des points d'étapes et d'information sont menés avec l'etat et le coordonnateur PLP. Le travail mené par l'asv intercommunal fait l'objet de bilans annuels transmis aux communes et à l'etat. L'ASV intercommunal permet au territoire Saint-Polois de bénéficier de la technicité et de l'expérience du Centre de Santé de Grande-Synthe. De même, le territoire Saint-Polois apporte une approche plus pragmatique de la mise en place d'actions avec les habitants. Le but est le partage et la mutualisation d'expériences tout en gardant les spécificités de chaque territoire. Un lien est également recherché avec la Maison de Promotion de la Santé de Dunkerque et l ASV dunkerquois. 9

15 2. La mise en œuvre de l Atelier Santé Ville intercommunal Le poste de coordinateur ASV est un temps plein, soit 35 h par semaine, réparti équitablement entre les deux Villes : Ville de Grande-Synthe : Mardi, mercredi (les semaines paires): 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Mardi, mercredi, jeudi (les semaines impaires) : 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Ville de Saint-Pol-sur-Mer Lundi, jeudi, vendredi (les semaines paires): 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Lundi, vendredi (les semaines impaires) : 8 h 30 / 12 h 13 h 30 / 17 h 30 Dans la pratique, le coordinateur modifie ce planning, en fonction des rendez vous ou manifestations. Durant son temps de travail sur la Ville de Grande-Synthe, le coordinateur est basé au Centre de Santé, place de l'europe à Grande-Synthe. Il travaille sous la responsabilité de la Direction du Centre de Santé selon le règlement intérieur et les orientations Politique de la Ville. Durant son temps de travail sur la Ville de Saint-Pol-sur-Mer, le coordinateur est basé dans les locaux du Contrat Urbain de Cohésion Sociale, Résidence Guynemer Entrée G / Apt 1, Boulevard de l Espérance à Saint-Pol-sur-Mer. Il travaille selon les modalités de fonctionnement du Contrat Urbain de Cohésion Sociale et les orientations Politique de la Ville. 10

16

17 III. La mise en place du Plan Local de Santé

18

19 1. La méthode retenue La mise en place du Plan Local de Santé intercommunal s est appuyée sur 8 étapes déclinées ci-après : Etape 1 : Les résultats du diagnostic communautaire AFRESC A Saint-Pol-sur-Mer, les problématiques préoccupant les habitants étaient la pollution, la perception de la perte de lien social, le chômage, actions de santé avaient été répertoriées, sollicitant principalement la population globale et démontrant une réelle volonté de mener des actions de promotion de la santé auprès de tous. Les actions menées concernaient particulièrement l'alimentation (22,72 %), l'insertion (18,18 %) et la toxicomanie (18,18 %). A Grande-Synthe, les thématiques principales évoquées par les habitants étaient la pollution et les problématiques liées aux personnes âgées, actions de santé avaient été recensées. Les actions de promotion de la santé, majoritaires, portaient davantage sur le bien-être (25,7 %), l'alimentation (17,14 %), mais aussi l insertion. Les actions concernant la maladie et l hygiène (11,42 %) touchaient la population générale. Très peu d'actions se dirigeaient spécifiquement vers les personnes âgées malgré les problématiques évoquées par les habitants. Pour Saint-Pol-sur-Mer et Grande-Synthe, les campagnes d'information et de prévention santé étaient fréquentes avec une prédominance pour la question de l'alimentation. La thématique de la pollution, et en particulier la notion de risque, était apparue prégnante pour les habitants et certains professionnels, mais n'était déclinée dans aucune action répertoriée. Le diagnostic communautaire de l AFRESC avait ainsi mis en évidence un écart entre la perception des professionnels et l'attente des habitants, qui souhaitaient plus de réciprocité avec les professionnels. 11

20 Etape 2 : Le recensement des besoins Afin d'affiner le diagnostic communautaire, de nouveaux entretiens ont été réalisés : - Rencontre de 11 groupes d habitants Grand-Synthois et Saint-Polois - Participation à des activités et des réunions de groupes d'habitants afin de repérer, valoriser et accompagner leurs initiatives en matière de santé globale - Rencontre des professionnels de terrain institutionnels et associatifs (40 structures) pour identifier les actions menées sur le territoire et repérer les attentes des partenaires. Selon les habitants rencontrés, la santé c'est : ne pas être malade ne pas avoir mal avoir une bonne hygiène de vie être entouré se sentir bien être capable de se déplacer et de rester autonome Les problèmes économiques et le manque de lien social ont été soulevés à de nombreuses reprises. Les groupes évoquent le bienfait apporté par leur participation à la vie des structures, telles les Maisons de Quartier, où ils peuvent se retrouver, échanger et sortir de chez eux. Parmi les besoins exprimés par les habitants rencontrés : A Grande-Synthe Activités sportives proposées par la Ville adaptées aux personnes âgées Demande exprimée par les personnes âgées, besoin en matière d'aide ménagère, d aide aux soins, de téléalarme, d aide aux démarches Besoin d'un écrivain public Besoin d'activités de loisirs, de sortir de chez soi, de se changer les idées, de rencontrer des personnes, de rompre la solitude, d oublier les soucis A Saint-Pol-sur-Mer Besoin de propreté, de civisme Problème lié à l'alcool Accès aux soins, non remboursement de certains soins, besoin de médecins spécialistes Besoin d'accéder à certains services ou associations, besoin d «aller demander de l'aide» Besoin de plus d accessibilité (taille des trottoirs par exemple) Sentiment de rejet et de stigmatisation liés aux conditions sociales 12

21 Parmi les difficultés exprimées par les habitants sur les 2 territoires : Bruit (trouble de voisinage, nuisance circulation, rassemblement de jeunes) Sentiment de peur et d'insécurité Problèmes de voisinage Pollution Problèmes de logement (sous ou sur occupation, logement pas adapté) Manque de structures d'aide aux aidants Manque d'information sur les actions existantes Parmi les besoins repérés par les partenaires rencontrés : Les différents partenaires ont abordé la question de la santé en évoquant des thématiques qui leur semblent prioritaires. Parmi ces thématiques : les personnes âgées : dépendance, prévoyance, isolement, hygiène la pollution industrielle la maltraitance le bruit l'accès aux soins et les délais d'attente chez certains praticiens la CMU la santé mentale l'hygiène l'insertion par le sport la sécurité routière, les accidents domestiques l'accueil des enfants handicapés dans les accueils de loisirs les grossesses précoces la mobilité l'illettrisme, les savoirs de base le lien social l'alcool 13

22 Etape 3 : Le bilan d activité de l ASV de mars 2009 à février 2010 Suite au travail de recensement auprès des habitants et des professionnels, un bilan d'activité a été réalisé reprenant les perspectives et les pistes de travail envisagées. (Annexe 3 : Bilan de l ASV Grande-Synthe / Saint-Pol-sur-Mer Mars 2009 / février 2010) Etape 4 : Le groupe de travail pour l écriture du PLS Un groupe de travail composé de techniciens de la Ville de Saint-Pol-sur-Mer, de la Ville de Grande-Synthe, du Centre de Santé et du coordinateur ASV se réunit afin de définir des enjeux communs, de s'assurer que le cahier des charges de l'asv est respecté et de créer les conditions nécessaires à l'élaboration du Plan Local de Santé. Les réunions de travail (Annexe 4 : Comptes-rendus des réunions de travail) ont permis de dégager les priorités du territoire et de valider les trois champs d exploration (cf. page 45) pour le Plan Local de Santé intercommunal à partir du diagnostic partagé : - Personnes âgées - Accès aux droits / Accès aux soins - Bien-être / Prévention de la souffrance psychique Etape 5 : L inventaire des actions et des initiatives existant sur les 2 territoires La liste des actions existantes (cf. page 38) n est pas exhaustive. Les actions et/ou d'initiatives proposées dans les trois champs d'exploration par les partenaires institutionnels ou associatifs sont nombreuses et variées. Ainsi, la première liste évoluera dans le temps et sera complétée. Rappelons que l'action de l'asv est bien de conforter l existant, de créer ou de valoriser les liens : - entre le public cible et les différents partenaires - entre les partenaires et les réseaux d acteurs 14

23 Etape 6 : Le diagnostic Un diagnostic commun (cf. page 16), puis décliné par commune, a permis de définir les enjeux communs dans les trois champs d exploration. Il s agit alors de mesurer les écarts entre l'existant identifié et les besoins repérés (données statistiques, rencontres habitants et rencontres partenaires). Etape 7 : Le programme d actions Un programme d actions, conjointes aux deux Villes ou spécifiques à chacune d entre elles, a été élaboré. (cf. page 57) Etape 8 : L organisation du PLS Pour développer le Plan Local de Santé et le réajuster au plus près des besoins des territoires, diverses instances de réflexion et de concertation sont mises en place (cf. page 76) : - Un Comité de Pilotage intercommunal - Un Comité Technique intercommunal - Des Groupes de Travail intercommunaux (un par champ d exploration) 15

24 2. Le diagnostic commun et décliné par commune Le diagnostic commun POPULATION 2 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Population Municipale : Population Municipale : Répartition par tranches d âge : Grande-Synthe Saint-Pol-sur-Mer 0 à 14 ans 23,16 % 21,41 % 15 à 29 ans 23,28 % 21,81 % 30 à 44 ans 19,27 % 18,94 % 45 à 59 ans 20,18 % 20,5 % 60 à 74 ans 11,22 % 11,02 % 75 ans et + 2,89 % 6,32 % % sur la population municipale 2 Source : INSEE, RP 2007 exploitation principale 16

25 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER 46,4 % de la population a moins de 30 ans 14,1 % a plus de 60 ans (en 1999, le taux était de 9,7 %) Au 1 er juillet 2010, le pourcentage des seniors atteint 18,9 % 3 Parmi les personnes vivant seules, 50,5 % ont plus de 55 ans 19 % des plus de 55 ans vivent seuls 43,2 % de la population a moins de 30 ans 17,3 % a plus de 60 ans (contre 15,6 % en 1999) Le vieillissement de la population est dû à l'augmentation de la part des personnes de 75 ans et + : 4,4 % de la population totale en 1999, contre 6,3 % en Parmi les personnes vivant seules, 58,8 % ont plus de 55 ans 29,1 % des plus de 55 ans vivent seuls Même si la part des moins de 30 ans reste importante, celle des plus de 60 ans est en augmentation. Le vieillissement de la population sur les deux territoires entraîne de nouvelles perspectives. Le taux des personnes de plus de 75 ans est près de 2,5 fois plus élevé à Saint-Pol-sur-Mer qu à Grande-Synthe. Face à ce constat, de nouveaux besoins sont à prendre en compte au regard du graphique. La croissance de la part des 60 ans et + dans la population de 1999 à 2007 (+5.5 points pour Grande-Synthe et +2.6 points pour Saint-Pol-sur-Mer) est également constatée au niveau de la région Flandres Dunkerque (+2.6 points) et de façon moindre sur la Région Nord-Pasde-Calais (+0.9 points). 3 Source : fichier population Seniors de 57 ans et plus juillet 2010 Ville de Grande-Synthe 4 Source : Insee, RP 1999,

26 EMPLOI / EDUCATION 5 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Chômage des ans (au sens du recensement INSEE) : Taux de chômage : 24,9 % Taux de chômage des hommes : 21,8 % Taux de chômage des femmes : 29,3 % Taux d activité des ans : 60,2 % (dont 15 % de chômeurs) Parmi les 39,8 % d'inactifs, 8,7 % sont retraités ou préretraités Catégories socioprofessionnelles des actifs : Ouvriers : 40,9 % Employés : 30,3 % Cadres ou professions intermédiaires : 23,4 % Demandeurs d emploi en fin de mois (DEFM) catégorie ABC 6 : Au 31/12/2008 : dont 51,6 % issus de la ZUS Au 31/12/2009 : dont 51 % issus de la ZUS soit une évolution de +7 % (+6 % pour la ZUS, +15 % pour le Nord) Chômage des ans (au sens du recensement INSEE) : Taux de chômage : 21,4 % Taux de chômage des hommes : 19 % Taux de chômage des femmes : 24,6 % Taux d activité des ans : 62,5 % (dont 13,4 % de chômeurs) Parmi les 37,5 % d inactifs, 8,7 % sont retraités ou préretraités Catégories socioprofessionnelles des actifs : Ouvriers : 41,5 % Employés : 31,8 % Cadres et professions intermédiaires : 20,9 % Demandeurs d emploi en fin de mois (DEFM) catégorie ABC 6 : Au 31/12/2008 : dont 50,6 % issus de la ZUS Au 31/12/2009 : dont 50,5 % issus de la ZUS soit une évolution annuelle de +17 % (+16 % pour la ZUS, +15 % pour le Nord) Niveau de formation DEFM catégorie ABC 7 : 64 % des DEFM Cat. A, B et C ont un niveau de formation inférieur ou égal à un niveau V (63,6 % sur la ZUS) Niveau de formation DEFM catégorie ABC 7 : 72,8 % des DEFM Cat. A, B et C ont un niveau de formation inférieur ou égal à un niveau V (75,9 % sur la ZUS) 5 Source : INSEE, RP 2007 exploitation principale 6 Source : Pôle Emploi 7 Source : Pôle emploi, traitement INSEE, au 31/12/

27 La part des femmes parmi les actifs chômeurs est identique sur les 2 communes : 49 %. La population active se caractérise par une prépondérance de la CSP ouvriers 8 et un poids important des bas niveaux de formation. En 2007, il est constaté un pourcentage élevé de la population âgée de 15 ans et + n ayant aucun diplôme (31,8 % pour Grande-Synthe, 29,4 % pour Saint-Pol-sur-Mer, 19,8 % pour la CUD, 17,9 % pour la Région Nord Pas de Calais, 15,8 % au niveau national). Rappelons que le niveau d études peut avoir un impact sur l état de santé des individus (cf. «regard sur l éducation 2010 : les indicateurs de l OCDE»). RESSOURCES / ACCES AUX DROITS GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Ressources Revenus net déclaré moyen par foyer fiscal 9 : Foyers fiscaux 10 : Nombre de foyers fiscaux 2008 : dont non imposés, soit 62,5 % Nombre de ménages fiscaux 11 : dont 59,8 % non imposables Actifs occupés sous le seuil de bas revenus 12 : 18,5 % des actifs occupés sont sous le seuil de bas revenus (soit actifs occupés parmi les allocataires CAF) Ressources Revenus net déclaré moyen par foyer fiscal 9 : Foyers fiscaux 10 : Nombre de foyers fiscaux 2008 : dont non imposés, soit 61,4 % Nombre de ménages fiscaux 11 : dont 60,5 % non imposables Actifs occupés sous le seuil de bas revenus 12 : 16,6 % des actifs occupés sont sous le seuil de bas revenus (soit actifs occupés parmi les allocataires CAF). 8 Source : Rapport Mensia, évaluation CUCS Source : DGIPFiP, Impôts sur le revenu des personnes physiques, 2008, traitement INSEE 10 Source : Sous-Préfecture de Dunkerque 2010 ; Direction des services fiscaux 2008, traitement AGUR 11 Source : INSEE Source : CAF 2008, INSEE RP 2007, traitement AGUR 19

28 Définitions Le seuil de bas revenus selon la source de la CAF est utilisé pour une approche monétaire de la précarité à partir de fichiers de bénéficiaires de prestations sociales, le seuil de bas revenus est un seuil relatif déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l ensemble de la population. Dans les fichiers des allocataires CAF et MSA, il s applique au revenu (disponible avant impôts) par unité de consommation mesuré dans ces fichiers. Le seuil de bas revenu et son calcul au niveau national ont été revus en Il est fixé dorénavant à 60 % du niveau de vie médian. Il est égal à 871 par mois par unité de consommation en Revenu annuel moyen par foyer fiscal (ou revenu net imposable moyen de l'année) : C'est le revenu net imposable moyen de l'ensemble des foyers fiscaux (imposés et non imposés). Le revenu net imposable comprend le revenu brut (traitements, pensions, revenus des capitaux mobiliers, revenus fonciers, revenus des professions non salariées...) duquel sont déduits les charges et abattements. Selon l INSEE, le terme foyer fiscal désigne l ensemble des personnes inscrites sur une même déclaration de revenus. Il peut y avoir plusieurs foyers fiscaux dans un seul ménage (par exemple, un couple non marié où chacun remplit sa propre déclaration de revenus compte pour deux foyers fiscaux. Le seuil de pauvreté selon FILOCOM 13 est calculé selon la définition de la demi médiane du revenu net par unité de consommation sur la France métropolitaine, soit à l année. Le revenu net de FILOCOM ne contient pas les aides sociales, ce seuil de pauvreté ne peut se comparer avec le seuil de pauvreté de l INSEE ou de la CAF. 13 Le fichier FILOCOM (fichier de logements par commune) repose sur l exploitation des déclarations de taxe d habitation et d impôts sur le revenu faite par la DGI. Ce fichier est mis à jour tous les 2 ans. 20

29 GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Prestations Bénéficiaires des prestations légales 14 : allocataires CAF (représentant personnes couvertes) Prestations Bénéficiaires des prestations légales 14 : allocataires CAF (représentant personnes couvertes) Grande-Synthe % Saint-Pol-sur-Mer 30,6 Allocataires isolés 35,6 17,6 Familles monoparentales 17,5 29,7 Bénéficiaires du RSA 28,8 70,2 Allocataires percevant une Allocation Logement 71,9 9,4 Allocataires percevant l Allocation Adulte Handicapé 9 31,5 Allocataires dont le revenu est constitué à plus de 50 % de prestations sociales 31,9 17 Allocataires dont le revenu est constitué à 100 % de prestations sociales 18,7 Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC) 15 : 92,7 % de la population dépend du régime général de la Sécurité Sociale (soit personnes) Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMUC) 15 : 91,3 % de la population dépend du régime général de la Sécurité Sociale (soit personnes) 7,3 % de la population dépend d un régime spécial (Mutualité Sociale Agricole, Régime Social des Indépendants ) personnes bénéficient de la CMUC 16 (soit 17 % de la population couverte) dont : 40,2 % ont moins de 18 ans 7,74 % ont de 50 ans à moins de 60 ans 557 personnes bénéficient de l Aide Complémentaire Santé (ACS 17 ) 18 8,7 % de la population dépend d un régime spécial (Mutualité Sociale Agricole, Régime Social des Indépendants ) personnes bénéficient de la CMUC 16 (soit 16 % de la population couverte) dont : 40,3 % ont moins de 18 ans 9,57 % ont de 50 ans à moins de 60 ans 432 personnes bénéficient de l Aide Complémentaire Santé (ACS 17 ) Source : CNAF, Source : CNAM, Le plafond de ressources pour bénéficier de la CMUC est fixé à 634 par mois pour une personne seule en France Métropolitaine 17 Le plafond de ressources de l ACS est porté au niveau du plafond CMUC majoré de 26 % soit 799,17 par mois pour une personne 18 Source : CPAM Flandres 21

30 La part des foyers fiscaux non imposables (dans l ensemble des foyers fiscaux) est de 50,7 % sur la zone d emploi de Dunkerque et de 44,6 % en France métropolitaine. 19 Les revenus nets déclarés moyens par foyer fiscal 20 à Grande-Synthe ( ) et Saint-Pol-sur-Mer ( ) sont les plus faibles de l'agglomération. Pour l ensemble du territoire de la CUD, il est de En 2007, en France, il était de Les fichiers fiscaux identifient ménages sous le seuil de pauvreté dans la région dunkerquoise. Cela représente 20 % du total des ménages, soit 3 points de plus qu en France. Un ménage sur 3 est pauvre à Grande-Synthe, près de 30 % à Saint-Pol-sur-Mer. 21 Au 1er janvier 2006, la Région Nord Pas de Calais compte près de bénéficiaires la CMUC soit 11 % de bénéficiaires contre 7 % au niveau national. 22 Les bénéficiaires de la CMUC représentent 9 % de la population couverte sur la circonscription de Dunkerque. C'est au centre de l'agglomération et dans la partie ouest du territoire que le nombre de bénéficiaires de la CMUC est le plus important. 19 Source : DGI, Insee Revenus fiscaux localisés des ménages en Source : Direction Générale des Impôts, 2008, traitement INSEE / traitements AGUR 21 Source : FILICOM Observatoire de la Solidarité, AGUR Source : Atlas Régional Santé Nord-Pas-de-Calais, 01/01/

31 LOGEMENT GRANDE-SYNTHE SAINT-POL-SUR-MER Nombre total de logements 23 : dont 96,4 % de résidences principales 3,1% de logements vacants Parmi les résidences principales 24 : sont des HLM louées vides soit 58,59 % ont un occupant principal pauvre soit 32,6 % Nombre de logements sociaux en : Nombre de logements sociaux en : soit une augmentation de 188 logements sociaux Part des logements sociaux en : 64 % Part des logements sociaux en : 66 % Nombre total de logements 23 : dont 96,1 % de résidences principales 3,6 % de logements vacants. Parmi les résidences principales 24 : sont des HLM louées vides, soit 41,7 % ont un occupant principal pauvre soit 29 % Nombre de logements sociaux en : Nombre de logements sociaux en : soit une augmentation de 58 logements sociaux Part des logements sociaux en : 45,3 % Part des logements sociaux en : 46,4 % Parmi les résidences principales que compte la Région Flandre-Dunkerque, sont des HLM louées vides soit 25,5 % (elles représentent 19 % dans la Région Nord-Pas-de-Calais et 15% en France) personnes vivent seules, quel que soit leur âge, soit 23 % de la population. Parmi elles, ¼ ont entre 65 et 79 ans. 27 Parmi les personnes vivant seules, 50,47 % ont plus de 55 ans à Grande-Synthe et 58,8 % à Saint-Pol-sur-Mer A Grande-Synthe, 19,05 % des plus de 55 ans vivent seuls ; à Saint-Pol-sur-Mer, ils sont 29,1 %. 23 Source : INSEE Source : FlLOCOM Source : Fiche de notification DSU Source : Fiche individuelle DGF Source : INSEE

32 PERSONNES ÂGÉES Sur les deux communes, on constate l existence de nombreux dispositifs similaires en direction des seniors : Le service de téléalarme Le service de portage de repas à domicile L accompagnement social par les CCAS respectifs (maintien à domicile, accès aux droits, transport, accès aux soins, ) Les animations municipales Le plan canicule Les établissements d hébergements : - à Grande-Synthe : EHPAD Zélie Quenton (66 lits) - à Saint-Pol-sur-Mer : Foyer logement Ambroise Croizat EHPA (76 appartements) L AFEJI a obtenu l agrément pour l ouverture d un accueil de jour Alzheimer à Grande-Synthe. Cette nouvelle structure d accueil de jour pour des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ouvrira ses portes courant 2012 et proposera 12 places. 24

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI?

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? Projet de Rénovation Urbaine du Courghain : Modalités de l accompagnement au relogement. SOMMAIRE I. Eléments de contexte. 1. Situation

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS

Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Expertise Action sociale DONNEES LOGEMENT HABITAT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Décembre Sommaire PREAMBULE...p I. TYPOLOGIE DES LOGEMENTS...p.. Répartition par type de logement...p.. Répartition des

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron Contexte 1. La commune de Bron : 39 000 habitants 2 quartiers ZUS Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre 6 000 9 500 39 000 d habitants Plus

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004 ANNEXE 2 Convention de délégation de compétence de gestion des aides à la pierre en application de la loi du 13 août 2004 Passée entre L ETAT et PERPIGNAN MEDITERRANEE Communauté d Agglomération 2006-2008

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité 4 Action sociale Fiche Axe 3 Garantir la cohésion sociale, l'accès à la ville pour tous, intégrer les habitants et améliorer la qualité de vie Enjeux du développement durable Faire reculer la pauvreté

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Précarité dans l'agglomération de Grenoble : pas uniquement dans les zones urbaines sensibles. La Lettre Analyses n 99, Insee Rhône-Alpes

Précarité dans l'agglomération de Grenoble : pas uniquement dans les zones urbaines sensibles. La Lettre Analyses n 99, Insee Rhône-Alpes Précarité dans l'agglomération de Grenoble : pas uniquement dans les zones urbaines sensibles La Lettre Analyses n 99, Insee Rhône-Alpes Annexes méthodologiques et statistiques La communauté d'agglomération

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011 Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire Avril 2011 Méthodologie L'étude s est déroulée par Internet du 24 février au 25 mars 2011. 1 691 professionnels

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE Le 14 Mai 2014 USH Service Politiques urbaines et sociales L architecture des contrats de ville Contrat de ville : projets territoriaux intégrés

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 LES PARTENAIRES DU CADRE D INTERVENTION GUP 2013-2014 L Etat, représenté

Plus en détail

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Rhône-Alpes Chef de projet : Sabine Guillaume Chargée d'études : Maud Coudène SEPTEMBRE 2010 Étude réalisée par l'insee Rhône-Alpes

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013

La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013 La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013 La rénovation urbaine à Romans: Cadre, objectifs, réalisations Quartier

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012

Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012 Rencontre Rhône-Alpes URIOPSS et CARSAT 26 avril 2012 Le CCAS de Grenoble Près de 58 000 grenoblois concernés par l action du CCAS de Grenoble 1400 agents permanents 100 équipements BUDGET FONCTIONNEMENT

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont :

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont : QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE La conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale de (le 10 et 11 décembre 2012) a fait de la lutte contre les inégalités sociales une priorité nationale

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION Historique Le Foyer Logement de Châteauboeuf a été créé par la Municipalité de Fort-de- France désireuse d apporter une solution au problème de logement des personnes

Plus en détail

LES INDICATEURS ARRONDISSEMENT D ABBEVILLE DE COHÉSION SOCIALE

LES INDICATEURS ARRONDISSEMENT D ABBEVILLE DE COHÉSION SOCIALE LES INDICATEURS DE COHÉSION SOCIALE ARRONDISSEMENT D ABBEVILLE Démographie -------------------------------------------------------- Emploi, fragilité professionnelle et revenu ------------------ Éducation

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris MAIRIE DE PARIS - DU - MCC Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2010 SEPTEMBRE 2011 L Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

Plus en détail

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX

SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX SEMINAIRE DEPARTEMENTAL ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX Lundi 17 mars 2014 Direction Régionale EDF 69006 LYON 17 MARS 2014 Salle EDF 8 place Danton 69003 LYON TEL : 09 80 86 76 93 DEROULEMENT Propos introductifs

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Alertes sur la dégradation de la situation de l emploi dans les ZUS En juillet 2012, l augmentation du chômage dans

Plus en détail

Le guide des données : bref état des lieux

Le guide des données : bref état des lieux Le guide des données : bref état des lieux Ce document ne peut pas reprendre l'ensemble des données qui sont ou peuvent être disponibles. En effet, d'une région à l'autre il y a de multiples variations.

Plus en détail

PRESENTATION DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006

PRESENTATION DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 PRESENTATION DE L ENQUÊTE LOGEMENT 2006 Christelle MINODIER Principales caractéristiques Christelle MINODIER 1 Place dans le dispositif statistique Une des principales enquêtes de l INSEE Par son ancienneté

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF

CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF CONTRAT DE VILLE DE SENART CONTRIBUTION DU DISPOSITIF DE PROJET TERRITORIAL DE L AORIF Fortement occupés par le parc social, les quartiers de la politique de la ville (QPV) de Sénart représentent un véritable

Plus en détail

Enjeux. habitat pour l'agglomération. atu. La réhabilitation du parc privé CHIFFRES CLÉS POUR UN ENJEU MAJEUR

Enjeux. habitat pour l'agglomération. atu. La réhabilitation du parc privé CHIFFRES CLÉS POUR UN ENJEU MAJEUR Juin 2012 Enjeux habitat pour l'agglomération La réhabilitation du parc privé CHIFFRES CLÉS POUR UN ENJEU MAJEUR 60 000 logements potentiellement énergivores, soit un tiers du parc, dont 15 000 occupés

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

Inégalités sociales et territoriales de santé

Inégalités sociales et territoriales de santé Inégalités sociales et territoriales de santé Quels enjeux de santé dans les quartiers prioritaires? Quels outils pour y répondre? 20 mars 2012 Une situation régionale préoccupante accrue dans les quartiers

Plus en détail

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget SOMMAIRE Logement Maintien à domicile Santé Alimentation Transport Budget LOGEMENT PACT Pays-Basque Le PACT vous aide à adapter votre logement : un diagnostic accessibilité réalisé par le PACT. Évaluation

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

La diffusion des données infracommunales

La diffusion des données infracommunales La diffusion des données infracommunales Annie Clerzau, Service études et diffusion, Insee Centre-Val de Loire Chrystel Scribe, Pôle Développement Social Urbain Insee Centre Une diffusion infracommunale

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Nombre de réponses par quartiers

Nombre de réponses par quartiers Quartier 10 Nombre de réponses par quartiers Quartier 16 Quartier 15 165 176 Quartier 14 94 Quartier 13 156 Quartier 12 229 Quartier 11 201 Quartier 10 252 Quartier 9 344 Quartier 8 200 Quartier 7 236

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles

Ordre du jour. 1 ère. 2ème étape. Bilan intermédiaire 17 septembre 2009. Implication des. Synthèse des réunions multiprofessionnelles Ordre du jour Bilan intermédiaire 17 septembre 2009 - Participation des habitants - Présentation des résultats (réunions + enquête habitants) - Tour de table, échange sur les priorités de santé - Groupes

Plus en détail

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement

AIDES au LOGEMENT. Bénéficiaires des aides au logement Bénéficiaires des aides au logement Le dispositif d aide au logement comprend trois allocations principales : l APL (Aide personnalisée au logement), l ALF (Allocation de logement dite «à caractère familial»)

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi)

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Diagnostic local de santé de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Contexte et méthode Les inégalités, y compris de santé, entre les quartiers prioritaires et les autres quartiers

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés - PNRQAD Notre-Dame / Thiers / Vernier

DOSSIER DE PRESSE Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés - PNRQAD Notre-Dame / Thiers / Vernier DOSSIER DE PRESSE Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés - PNRQAD Notre-Dame / Thiers / Vernier Contacts presse : Emmanuelle Gantié 04 97 13 42 12 - emmanuelle.gantie@nicecotedazur.org

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

GRAND PROJET DE VILLE DE VENISSIEUX. La démarche Projet de Gestion de Site (PGS) Journées d échanges GSUP Grenoble 17 novembre 2011

GRAND PROJET DE VILLE DE VENISSIEUX. La démarche Projet de Gestion de Site (PGS) Journées d échanges GSUP Grenoble 17 novembre 2011 GRAND PROJET DE VILLE DE VENISSIEUX La démarche Projet de Gestion de Site (PGS) Journées d échanges GSUP Grenoble 17 novembre 2011 VENISSIEUX: ELEMENTS DE CONTEXTE Vénissieux: 3 ème commune du Rhône, située

Plus en détail

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE

Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Bilan d une action de prévention et de suivi des caries dentaires dans les écoles en Zone Urbaine Sensible (ZUS) de Grenoble FRANCE Dr Simone BOUSSUGES médecin conseiller technique Christiane BRUN assistante

Plus en détail

Grand Projet de Ville d Orléans

Grand Projet de Ville d Orléans Grand Projet de Ville d Orléans quartier de La Source La Gestion Urbaine de Proximité Signature d un convention de Gestion urbaine de proximité autour de 7 thématiques 1 - Veiller à la qualité des investissements

Plus en détail

L analyse des revenus des ménages

L analyse des revenus des ménages À, la précarité se cantonne à l est de la ville Nicole GICQUAUD (Insee) Avec près de 44 000 emplois salariés en 2008, la ville de et sa première couronne disposent d un important bassin d emplois. Au-delà

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Département des Landes (40) - Dossier complet

Département des Landes (40) - Dossier complet Département des Landes (4) - Dossier complet Chiffres clés Évolution et structure de la population Département des Landes (4) POP T - Population par grandes tranches d'âges 211 26 Ensemble 387 929 1, 362

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

20 ème arrondissement quartier Belleville Amandiers

20 ème arrondissement quartier Belleville Amandiers 20 ème arrondissement quartier Belleville Amandiers Présentation 37 000 habitants 86 hectares 36% de logements sociaux SRU Quartier reconduit (en partie ZUS) Situé au nord-ouest du 20è arrondissement,

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE L AUTO-RÉHABILITATION De l expérimentation au déploiement

MISE EN ŒUVRE DE L AUTO-RÉHABILITATION De l expérimentation au déploiement AMÉNAGEMENT & HABITAT 8 JANVIER 2015 MISE EN ŒUVRE DE L AUTO-RÉHABILITATION De l expérimentation au déploiement SÉMINAIRE CONTRAINTES ENERGETIQUES ET INNOVATIONS SOCIALES 2 QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE

Plus en détail

Qu est-ce que le CCAS?

Qu est-ce que le CCAS? Qu est-ce que le CCAS? Le centre Communal d Action Sociale est un établissement public chargé d exercer les compétences détenues par la commune en matière d action sociale. C est un établissement ayant

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012

Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 «Aux côtés de nos publics fragiles : Les situations d exclusion des soins Résultats de 2012 CONTEXTE et OBJECTIFS DE L ETUDE L accès aux soins et aux droits des assurés est une des 3 missions du service

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Le Projet pédagogique Secteur Adultes

Le Projet pédagogique Secteur Adultes Le Projet pédagogique Secteur Adultes I. Introduction... 2 II. Les Objectifs Généraux Statutaires Spécifiques au Secteur... 2 Le 2ème : Renforcer le lien social... 2 Le 3ème : Identifier et formaliser

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

HABITAT ET CADRE DE VIE

HABITAT ET CADRE DE VIE HABITAT ET CADRE DE VIE Dans le cadre de sa politique d'action sociale résolument axée vers la prévention et en faveur de la préservation de l'autonomie des retraités, l'assurance retraite apporte son

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

La mesure de la pauvreté locale en Île de France. Les travaux de l Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

La mesure de la pauvreté locale en Île de France. Les travaux de l Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion La mesure de la pauvreté locale en Île de France. Les travaux de l Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion CRIES Présentation Apur : Emmanuelle PIERRE-MARIE et Pauline VIROT

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail