Ces deux cérémonies ont connu une grande mobilisation des autorités nationales, des acteurs du développement et de la société civile.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ces deux cérémonies ont connu une grande mobilisation des autorités nationales, des acteurs du développement et de la société civile."

Transcription

1 P N U D BURKINA FASO Numéro 179 Vendredi 07 juin 2013 PNUD-KIBAI [BULLETIN MENSUEL DU PNUD BURKINA FASO] SOMMAIRE Editorial 1 EDITORIAL : DEVELOPPEMENT HUMAIN : LES RAPPORTS MONDIAL ET NATIONAL LANCES AU BURKINA FASO Focus 2-4 Actu 5-6 Vie des Projets 7 Page OMD 8-9 Page VNU 10 La Parole à Agenda et annonces 13 Détente 13 Le chiffre du mois: 92 En millions de dollars US, le montant qui a été injectés par le Japon dans 20 pays africains dont le Burkina Faso, en vue de relever les défis multiformes et complexes en matière d adaptation aux changements climatiques et ce par le canal du programme d adaptation Afrique, un projet de la TICAD. Le PNUD Burkina Faso a respecté la tradition en procédant au lancement courant mai, du Rapport Mondial sur le Développement Humain 2013 avec pour thème "L essor du sud : le progrès humain dans un monde diversifié" ainsi que le Rapport National sur le Développement Humain 2012 avec pour thème "Développement humain et travail décent". Il s'agit de deux exercices très importants pour le PNUD car ils rentrent dans l'objectif général de promotion du Développement Humain, à travers la mise à disposition des Etats, de données et de statistiques devant contribuer à ajuster les politiques et stratégies de développement. Ces deux cérémonies ont connu une grande mobilisation des autorités nationales, des acteurs du développement et de la société civile. Ce bulletin vous propose en "Focus" un article sur l'élaboration de la feuille de route des Ambassadeurs Initiative Pauvreté Environnement (IPE) et un autre sur la visite du Représentant Résident au projet ACRIC à Dédougou. Toujours en "Focus", il vous est proposé un article sur la signature de l'avenant sur l'accord entre la Coopération Autrichienne et le PNUD dans le cadre du projet Consolidation de la Gouvernance Environnementale et Locale. L'article sur l'atelier de restitution de l'étude sur l'impact du cheptel des réfugiés maliens vous est proposé en "Actu". Dans la même rubrique, il vous est proposé un élément sur l'atelier de validation du rapport sur les consultations nationales OMD Post La rubrique "Vie des projets" aborde le lancement du Sous programme «Augmentation de revenus et promotion de l emploi décent en faveur des femmes et des jeunes» (PARPED). Un seul article en "Page OMD", il s'agit de celui qui porte sur le cross organisé pour marquer les 1000 jours avant l'échéance de 2015 pour les OMDs, illustré par un bel album photo. En "Page VNU", il est fait cas du code de conduite des Volontaires des Nations Unies. Dans la rubrique "La Parole à...", un entretien avec Madame Aimée Florentine Kaboré, vient mettre fin au bulletin. La rédaction

2 PNUD-KIBAI Page 2 FOCUS: LES AMBASSADEURS IPE DRESSENT LEUR FEUILLE DE ROUTE L Initiative-Environnement-Pauvreté (IPE) veut passer à l étape du concret. Huit (08) mois après l installation officielle des ambassadeurs IPE, s est tenu à Ouagadougou les 23 et 24 mai 2013 un atelier d élaboration de leur feuille de route. La cérémonie d ouverture a été présidée par le Ministre de l Environnement et du Développement Durable, Monsieur Salif Ouédraogo qui représentait le Premier Ministre Luc Adolphe Tiao (chef de file des ambassadeurs IPE). Le PNUD était représenté par Madame Ingrid Cyimana, Directrice Pays. L initiative Pauvreté Environnement est un programme mondial lancé en 2005 à New York dans le but de fédérer les forces et les valeurs ajoutées de ces deux agences afin d accélérer l atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et promouvoir le développement durable. Ce projet couvre 22 pays dans le monde, dont 10 en Afrique à savoir, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Mali, le Malawi, le Libéria, le Kenya, le Rwanda, l Ouganda, la Tanzanie, le Botswana. Les résultats attendus sont entre autres : (i) la prise en compte systématique des questions pauvretéenvironnement dans les politiques nationales et locales ; (ii) - les investissements durables canalisés dans le secteur de l environnement et de la gestion des ressources naturelles pour une croissance pro-pauvres ; (iii) la traduction des priorités pauvreté - environnement en activités concrètes, intégrées dans la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD), les plans sectoriels et budgétisés dans le Programme d Action Prioritaire (PAP) de la SCADD, les Cadres de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) sectoriels et les cadres budgétaires régionaux ; (iv) l intégration des indicateurs pauvreté-environnement dans les cadres de suivi, d évaluation de la SCADD et les politiques sectorielles Pour un développement durable sur les plans économique, social et environnemental pour notre planète et pour les générations actuelles et futures, la lutte se doit d être permanente et collective au vue de l urgence de la situation. Cette conviction, les acteurs de l IPE l ont, et bien plus, ils veulent aller à l action concrète avec des ambassadeurs savamment choisis. Selon le Ministre de l Environnement et du Développement Durable, Salif Ouédraogo, l atelier permettra d engager des échanges avec ces ambassadeurs sur leurs rôles, missions et questions spécifiques liées au développement durable en vue d élaborer leur feuille de route. En présence d une quinzaine de participants, des pistes d intervention ont été précisées pour chaque ambassadeur à l issue de cet atelier. Toutes les activités, y compris les différentes communications, se sont déroulées en plénière avec la participation de tous les ambassadeurs ; chacun devant apporter ses contributions singulières à l élaboration de la feuille de route. Ces derniers dont la liste actuelle s étend à 19 personnes sont selon la Directrice Pays du PNUD, «dotés d une grande notoriété, d une respectabilité reconnue, d une renommée nationale, de talents de communication extraordinaires et d une grande force de persuasion». Ces qualités sont ainsi des atouts non négligeables pour une meilleure sensibilisation en vue d une prise de décisions d investissements publics et privés en faveur du développement durable. Et ce cadre a été le lieu pour que, selon son domaine d intervention, chaque ambassadeur signifie ce qu il entend faire afin d apporter son appui et de mieux lutter contre la pauvreté tout en protégeant l environnement au Burkina Faso. C est la synthèse de ces propositions d activités, avec une définition des zones d intervention, un chronogramme précis et les besoins d appuis divers (Conseil, financiers et matériels) qui constitue la feuille de route des Ambassadeurs IPE. Emmanuel Dori (stagiaire) Quelques messages de sensibilisation de l IPE : Gérer rationnellement notre environnement, c est améliorer nos conditions de vie. Les femmes sont aussi un des levers de l économie verte et du développement durable. La dégradation de l environnement fait perdre par an FCFA par habitant. L exploitation durable de l or passe par la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Plus de 80% de burkinabè vivent des ressources naturelles en dégradation continue.

3 PNUD-KIBAI Page 3 FOCUS : LA COOPERATION AUTRICHIENNE ACCROIT SON APPORT FINANCIER AU PROJET DE CONSOLIDATION DE LA GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE LOCALE Le représentant de la «Austrian Development Agency», Monsieur Walter Ehmeir et la Directrice Pays du PNUD, Madame Ingrid Cyimana signent et échangent les parapheurs contenant l avenant n 1. Le vendredi 17 mai 2013 a vu la signature d'un avenant à l'accord initial de la «Austrian Development Agency» et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) dans le cadre du financement du projet Consolidation de la Gouvernance Environnementale Locale (COGEL). L objectif du projet COGEL est de renforcer les capacités des acteurs privés et publics au niveau des collectivités décentralisées à gérer efficacement les risques et les opportunités liés aux changements climatiques. Deux communications ont été faites, l'une sur l'état d'avancement du projet par Monsieur Bobodo Sawadogo, Coordonnateur du COGEL et l'autre par Monsieur Alexis Kaboré, Chargé de Programme au PNUD, sur l'utilisation qui sera faite des fonds additionnels. Ainsi donc, il ressort que le projet COGEL s inscrit dans les priorités de la SCADD pour la période de 2011 à 2015, avec un budget global de 8, 430 Millions USD (Environ 4, 215 Milliards FCFA) financé par le PNUD, l Etat burkinabè et la «Austrian Development Agency». Il intervient principalement dans les régions du Centrenord et de l Est. Le COGEL aide au suivi de la mise en œuvre des politiques environnementales au niveau décentralisé. Non seulement les plans locaux de développement sont rendus résilients aux changements climatiques et orientés vers une faible émission de gaz à effet de serre (GES), mais en plus, les communautés ont accès aux sources de financement et aux technologies appropriées pour mettre en œuvre des plans locaux de développement grâce à l intervention du projet. A titre d exemple, 120 ménages dans les communes de l Est et du Centrenord ont accès à l énergie fournie par les bio-digesteurs comme alternative au bois-énergie et moyen de promotion de la fumure organique et d emplois verts. A la date du 31 décembre 2012 le taux d exécution physique du COGEL était déjà à 78,39 % avec un taux d exécution financière de 85%. Tout en marquant sa satisfaction pour les résultats obtenus par le projet au cours de ces derniers mois, Mme Ingrid Cyimana, Directrice Pays du PNUD, a relevé que les changements climatiques constituent un défi pour les collectivités territoriales sur le plan de l accès à une information environnementale robuste en appui à la planification du développement local, l accès aux financements climat et l accès à des paquets technologiques adaptés. Le représentant de Austrian Development Agency, Monsieur Walter Ehmeir a manifesté sa satisfaction par rapport aux efforts menés sur le terrain par le projet. Il a indiqué la volonté de la «Austrian Development Agency» d accompagner le COGEL dans l extension géographique de ses activités à travers l avenant n 1 de la convention de financement signé avec le PNUD. L objectif de cet avenant est de combler le gap financier et de permettre l extension géographique des activités du COGEL dans la région du Mouhoun. Plus rien donc ne s'opposait à la signature de l'avenant numéro un à l'accord initial, pour un financement complémentaire, salutaire, du reste déjà programmé. Ma- Emmanuel Dori (stagiaire) et hamadi Ouédraogo

4 PNUD-KIBAI Page 4 FOCUS: LE REPRESENTANT RESIDENT VISITE LE PROJET «APPUI AUX COMMUNES RURALES ET AUX INITIATIVES COMMUNAUTAIRES» (ACRIC) A DEDOUGOU Après la cérémonie de lancement du projet «Augmentation de revenus et promotion de l emploi décent en faveur des femmes et des jeunes» (PARPED), M. Pascal Karorero, Représentant Résident du PNUD a visité le projet d Appui aux Communes Rurales et aux Initiatives Communautaires (ACRIC) ; il était accompagné de Armande Sawadogo en mission à Dédougou pour le compte du projet PARPED. Le Coordonnateur du projet, appuyé des experts en Suivi Evaluation et en Développement Economique Local a accueilli le Représentant Résident et lui a fait une présentation des objectifs du projet, des réalisations sur le terrain, des difficultés rencontrées et des perspectives. A titre de rappel, le projet ACRIC est un projet qui se propose d appuyer les communes de la région de la Boucle du Mouhoun dans les domaines comme la maîtrise d ouvrage communale, la promotion du développement économique local, la communication participative et l appui à la planification. Dix sept (17) communes (des Balé et du Mouhoun) bénéficient des contributions du projet sur un total de 47 communes de la région. Le projet a démarré en juillet 2009, a migré dans l UNDAF 2011/2015 et s exécute sur quatre ans avec un budget estimatif de F CFA dont sont déjà mobilisés. ACRIC est maintenant logé dans les locaux flambant neufs du Conseil Régional de la Boucle du Mouhoun. Il ressort clairement que le projet ACRIC est très sollicité par les communes rurales en particulier, mais les besoins demeurent énormes face à des ressources insuffisantes. ACRIC appuie les communes pour la réalisation d infrastructures marchandes, des salles de classes des CEG, des dispensaires et maternités, des parcs de vaccination et ces contributions sont très appréciées des populations. Une enquête de satisfaction menée en 2012 l a prouvé. Le RR a pris bonne note des résultats déjà atteints par le projet et a été informé des défis à relever. Il a exhorté le projet à monter des actions de synergie avec le COGEL (Consolidation de la Gouvernance environnementale) qui grâce à un appui de la coopération autrichienne, pourra désormais intervenir dans la Boucle du Mouhoun en plus du Centre Nord et de l Est. La Représentant Résident, accompagné de Armande Sawadogo et de l équipe de ACRIC, a pu visiter les boutiques du marché de Dédougou, dont 24 ont été construites par ACRIC et aménagées par les bénéficiaires eux-mêmes. La visite a pris fin avec celle des 48 boutiques du marché de Tchériba et des salles de classes du CEG de la même localité. La construction des infrastructures se fait grâce à un effort conjoint du projet et des communes rurales concernées. Bon vent à ACRIC Armande Sawadogo

5 PNUD-KIBAI Page 5 ACTU : REFUGIES MALIENS : APRES LES HOMMES, LE CHEPTEL La Région du Sahel, le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), l Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture (FAO), le Bureau de Coordination pour les Affaires Humanitaires (OCHA) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), ont organisé un atelier de restitution de l étude sur l Evaluation Environnementale Stratégique de l installation des Réfugiés Maliens dans la Région du Sahel et pour la réflexion sur l impact du cheptel des réfugiés maliens au Burkina Faso. L objectif global de l atelier était de valider d une part, les résultats de l évaluation environnementale stratégique de l installation des réfugiés dans les provinces du Soum, du Seno et de l Oudalan et d autre part, mener de manière participative et constructive des réflexions sur la gestion efficace du cheptel des réfugiés maliens et de leurs hôtes. L arrivée massive des refugiés et de leur cheptel a augmenté la pression sur les ressources naturelles. Cela impose la nécessité d évaluer l impact que cela entraîne sur l environnement et de trouver les moyens pour gérer les réfugiés et leur cheptel afin d anticiper les éventuels conflits. Ont participé à cet atelier le Gouverneur du Sahel, les Hauts Commissaires des provinces de la Région du Sahel, les services techniques de la Région du Sahel et des provinces de l Oudalan, du Soum et du Séno (Elevage, Agriculture, Environnement), le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, le Ministère de l Agriculture et de la Sécurité Alimentaire, le Ministère de l Environnement et du Développement Durable, les membres du Comité de Pilotage de l Etude, les partenaires techniques et financiers (PTF) et les ONG actives dans l appui sur le secteur pastoral et environnemental relatif aux réfugiés et les autres acteurs humanitaires. Le gouvernement du Burkina Faso est accompagné par ses différents partenaires tels le HCR, la FAO, OCHA, le PNUD et d autres acteurs. La région du Sahel est une zone d élevage et de transhumance des troupeaux du Niger, du Mali et parfois du Tchad et de la Mauritanie. Monsieur Jean Marie Dipama, Maître de Conférence à l Université de Ouagadougou a présenté l'étude en analysant les effets induits de la présence des réfugiés maliens sur les milieux physique et humanitaire dans le Sahel burkinabè. Les acteurs humanitaires ont octroyé des appuis en aliments pour bétail et assuré une couverture sanitaire du cheptel des réfugiés et de leurs hôtes au cours de l année La FAO a mis à la disposition des réfugiés et de leurs hôtes, plus de 1000 tonnes d aliments pour bétail dans tous les sites. Plus de 3000 ménages de réfugiés et 500 ménages hôtes ont été bénéficiaires. La FAO a également donné, plus de ml de produits vétérinaires et environ têtes d animaux, toutes espèces confondues ont été traitées caprins dont 750 femelles ont été mis à la disposition de 750 ménages vulnérables et réfugiés pour la production laitière. Une présentation a été faite par M. Alexis Kaboré du PNUD sur les résultats de l analyse du climat au Burkina Faso, l impact sur l agriculture, la santé, l élevage et la question environnementale. Les facteurs météorologiques ont également été expliqués. A la fin de l'atelier, les préoccupations des réfugiés et des populations hôtes ont été répertoriées et ont fait l'objet de recommandations avec un échéancier clair, suivant leur volonté. Ainsi donc, l identification des zones de pâturage à proposer aux réfugiés et leurs hôtes, la réhabilitation des forages, l aménagement des aires à potentialités fourragères, la délimitation des aires de pâture, la construction de biodigesteur, la promotion et la vulgarisation des broyeurs polyvalents, l augmentation des infrastructures sanitaires, ont été programmés sur une courte période compte tenu de l'ampleur du problème et de l urgence qui s impose. Mahamadi Ouédraogo

6 PNUD-KIBAI Page 6 ACTU : LE RAPPORT DES CONSULTATIONS NATIONALES POUR L'AGENDA POST 2015 VALIDE Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) constituent depuis plus d une décennie, le principal cadre international de développement. Ils ont orienté et continuent d orienter les politiques et programmes de développement dans les pays concernés. A trois années de l échéance des OMD fixée au 31 décembre 2015, la nécessité de réfléchir sur la mise en place du prochain cadre de développement s imposait. C est cette nécessité qui a conduit le Secrétaire Général de l ONU à instituer un Groupe de travail des Nations Unies sur le Programme de développement pour l après 2015 Le 17 Janvier 2013, le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), en collaboration avec le gouvernement burkinabè, avait procédé au lancement de consultations nationales dans les treize régions du pays. L objectif principal était de recueillir les aspirations et priorités de l ensemble des parties prenantes pour l après 2015 dans la perspective de préparer le Burkina Faso à sa participation au processus de négociations intergouvernementales de l agenda de développement de l ONU pour la période post Le vendredi 03 Mai dernier à la DGCOOP, a eu lieu l atelier de validation du rapport produit au terme de ces consultations nationales. Ce rapport a fait un recensement des besoins exprimés par les populations lors des consultations régionales. Même si force est de constater que 13 ans après le lancement des OMD, les aspirations semblent être les mêmes avec quelques légères différences. Elles sont la résultante des besoins réels exprimés cette fois par la population elle-même. Selon le Représentant Résident du PNUD «Le processus de formulation des prochains objectifs de développement prend en compte les acquis de la mise en œuvre des OMD, en Le Parrain des Consultations Nationales Post 2015, le Général Tiémoko Marc Garango y intégrant les leçons apprises parmi lesquelles la nécessité d impliquer depuis le début, la population à la base dans le processus.» L ambassadeur, le Général Tiémoko Marc Garango qui avait été sollicité pour lancer un appel à la mobilisation de la population dans toutes les régions du pays, a souhaité dans son intervention que les voix des populations du Burkina exprimées lors de ces consultations soient prises en compte dans les formulations mondiales. Il faut savoir que ces consultations sont conduites dans une cinquantaine de pays dans le monde pour impliquer et engager les différents segments de la société dans les pays concernés. Elles sont complétées par des consultations en ligne et par onze consultations thématiques. Ces dernières aideront à guider la réflexion sur la façon d'inclure les questions émergentes dans l Agenda de développement pour l'après Les Consultations nationales qui se sont déroulées entre janvier et mars à travers une centaine de focus- groupes et plus d une vingtaine d ateliers d échanges avaient pour ambition de recueillir les aspirations des populations du Burkina Faso, toutes couches confondues, en termes de priorités de développement et ont été conduites par le Centre d Etudes, de documentation et de Recherche Economique et Sociale (CEDRES). Le Représentant Résident du PNUD s est voulu rassurant car ditil «après validation du rapport, il sera exploité au niveau mondial à l instar des rapports des autres pays pour une synthèse globale qui reflètera le futur que nous souhaitons.» Des inquiétudes ont été soulevées et des recommandations formulées, qui seront prises en compte par l équipe du CEDRES qui a travaillé sur les consultations nationales. Laetitia Ouoba

7 PNUD-KIBAI Page 7 VIE DES PROJETS : LANCEMENT OFFICIEL DES ACTIVITES DU PARPED A DEDOUGOU Le lancement officiel des activités du Sous programme «Augmentation de revenus et promotion de l emploi décent en faveur des femmes et des jeunes» (PARPED) a eu lieu le samedi 25 mai 2013 à Dédougou, chef lieu de la région de la Boucle du Mouhoun. Cet important événement a connu la participation de Monsieur Emile Basga Dialla, Ministre de la Jeunesse, de la Formation Professionnelle et de l Emploi (MJFPE), de Monsieur Pascal Karorero, Représentant Résident du PNUD et des autorités Politiques et Administratives de la région de la Boucle du Mouhoun. Ce lancement officiel a été précédé par des journées de réflexions les 23 et 24 mai 2013 qui ont donné l occasion à la Coordination du PAR- PED de réunir à Dédougou les Directeurs Régionaux et Provinciaux du MJFPE, points focaux du sous programme pour se pencher encore une fois sur les défis à relever en termes de promotion de l emploi décent pour les jeunes et les femmes dans les 3 prochaines années dans les deux régions d intervention du PARPED : le Nord et le Boucle du Mouhoun. Il s agissait des deuxièmes journées de réflexion, les premières s étant tenues à Ouahigouya les 6 et 7 décembre Quinze (15) participants ont pris part à l atelier. Au cours de la journée du 23 mai, l Unité de Coordination du PARPED a présenté les objectifs, les stratégies d intervention, les résultats attendus, le budget du sous programme, ce qui a permis de mettre tous les participants au même niveau d information. La journée du 24 mai a été l occasion pour le PNUD d expliquer le processus de programmation du SNU et du PNUD, du Bilan Commun de pays (CCA) au PARPED en passant par l UNDAF et le CPD/CPAP, de montrer les liens entre ces instruments et les priorités nationales définies par le Gouvernement dans la SCADD et de placer le PARPED dans la chaîne des résultats. Des questions aussi diverses que pertinentes ont été posées par les participants. Le PNUD a donné les réponses sur chacune des questions posées. Les participants se sont dits satisfaits et surtout édifiés par les échanges et souhaitent que lors de telles rencontres les autorités administratives des régions du Nord et de la Boucle du Mouhoun participent pour qu ensemble on prenne à bras le corps l épineuse question de l employabilité des femmes et des jeunes dans le pays. Armande Sawadogo

8 PNUD-KIBAI Page 8 PAGE OMD : OMD : A 1000 JOURS DE L'ECHEANCE 2015, UN CROSS DES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT Les acteurs de lutte pour l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ont rappelé l opinion nationale et internationale que nous sommes à 1000 jours de la date butoir pour atteindre les huit (08) objectifs fixés en Pour marquer symboliquement leur ardeur dans la poursuite de ces objectifs nobles, un cross dénommé «1000 jours à courir pour atteindre les OMD» a été organisé le jeudi 09 mai 2013 par le Système des Nations Unies au Burkina. Pour courir, on a souvent besoin que d'un but. Et quoiqu il arrive dans une course, il ne faut pas en vouloir à l aiguille du compte à rebours! Dans maintenant moins de 1000 jours, nous serons au terme de l'échéance de 2015 pour l'atteinte des OMD. Les principaux acteurs au développement multiplient la sensibilisation pour le maintien des efforts dans tous les domaines des OMD. Des acquis sont là, certes mais le reste du parcours est long pour beaucoup de pays. Ceci étant, aucun des acteurs ne compte baisser les bras. De la Place de la Nation au Rondpoint des Nations Unies, une foule immense composée du personnel de la représentation nationale du Système des Nations Unies, élèves, étudiants, hommes de tenue et civils issus de plusieurs secteurs d activités, a couru deux kilomètres environ, pour marquer leur engagement à la cause. A l arrivée, l assistance a eu droit à de multiples discours témoignant les avantages des OMD et marquant aussi l engagement de chaque organisme à poursuivre la lutte. A 1000 jours de l échéance 2015, le constat est décapant. Des pays sont à la traîne, la pauvreté, la misère, la faim sont toujours le lot quotidien de millions d âmes dans le monde. Principale cause, le refus des Etats à distribuer équitablement les richesses. Au Burkina Faso, des acquis existent au niveau de l'accès à l'eau potable et au niveau de la santé. Il reste donc moins de trois ans pour améliorer les résultats dans les autres objectifs du millénaire, malgré la crise mondiale qui touche tous les pays. Au niveau global, Il faut reconnaitre que les OMD ont aidé à fixer des priorités mondiales et nationales, à mobiliser les énergies et à obtenir des résultats remarquables. «Ces 10 dernières années, 600 millions de personnes sont sorties de la grande misère, soit une réduction de 50 %», selon Ban Ki-Moon, Secrétaire Général des Nations Unies. Et pour Pascal Karorero, Coordonnateur Résidant du SNU au Burkina Faso, il n y a aucune raison de tomber dans le désespoir et sombrer dans la déception. S il est vrai qu un voyage de kilomètres commence par un seul pas, à compter de cette date les pas devraient être encore beaucoup plus fermes et décisifs en vue de nous acheminer vers une nouvelle ère. Il faudra tirer le meilleur parti possible de ces prochains jours. Après tout, des plans pour l après sont prévus pour fixer de nouveaux défis aux pays. Des consultations nationales ont été réalisées à cet effet au Burkina Faso dans toutes les régions du pays, comme ailleurs dans d autres pays, pour faire l évaluation des objectifs réalisés et les nouveaux challenges à lancer pour l après Ces consultations nationales post 2015 ont concerné toutes les couches de la société, dans les 13 régions que compte le pays, et cela dans le but de considérer toutes les sensibilités, prendre en compte tous les besoins et ainsi, faire des propositions concrètes qui seront partagées au niveau mondial. Emmanuel Dori (stagiaire) et Mahamadi Ouédraogo

9 P N U D - K I B AI Page 9 ALBUM PHOTO OMD : A 1000 JOURS DE L'ECHEANCE 2015, UN CROSS DES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT

10 PNUD-KIBAI Page 10 PNUD-KIBAI PAGE VNU : CODE DE CONDUITE : LES VOLONTAIRES SE METTENT A JOUR C est au travers de 04 sessions de renforcement des capacités tenues à Djibo, Dori, Bobo et Ouagadougou qu une quarantaine de Volontaires de Nations Unies ont amélioré leurs connaissances sur les principes de codes de conduite des volontaires des Nations Unies. Le bal s est ouvert le 02 Mai 2013 à Djibo. Paul Armand Menye, chargé de programme des volontaires des Nations Unies et Assanatou Kam, Programme Associate ont alors engagé par Djibo des rencontres de monitoring et d échanges avec les volontaires sur le terrain. A chaque étape, il a été question de revoir ce que les textes prévoient en matière de code de conduite, de discuter sur des cas pratiques et les moyens de gérer les situations d éthique ou de conduite qui peuvent se dérouler. Cette mise à jour rendue obligatoire par le siège du programme VNU dès le mois de mars 2013, avait pour objectifs : de permettre de mieux comprendre les tenants et aboutissants du Code de Conduite VNU et de la procédure disciplinaire de VNU ; de faire mieux comprendre la pertinence du Code de Conduite et ce que la procédure disciplinaire signifie pour les VNUs, et enfin, de faire mieux comprendre le rôle et les responsabilités liées au statut de Volontaire des Nations Unies et l importance de guider son comportement en fonction des valeurs des Nations Unies. Les échanges sur les cas pratiques ont été très fructueux. Ils ont permis d attirer l attention par exemple sur les AES (Abus et Exploitation Sexuelle) dont les formes pernicieuses peuvent souvent s introduire dans le mandat d un VNU, soit en tant qu auteur, soit en tant que victime. Au final, Les VNUs en postes au Burkina Faso, nationaux et internationaux ont exprimé leur joie et leur satisfaction sur cette mise à jour venue à point. La dernière étape à Ouagadougou qui a eu lieu le 30 Mai était aussi l occasion de dire un au-revoir chaleureux à Assanatou Kam dont c était le dernier jour de travail au sein du programme VNU et qui devait s en aller à une retraite largement méritée. Un hommage lui est ici rendue, elle qui a été d une immense richesse toutes ces années. Paul Armand Menye

11 PNUD-KIBAI Page 11 LA PAROLE A... : AIMEE FLORENTINE KABORE, LAUREATE DU PRIX SPECIAL GALIAN 2013 OFFERT PAR LE PNUD Pour la 2 ème fois consécutive, le PNUD Burkina Faso a participé à la nuit du communicateur. Récompenser l excellence dans les domaines d intervention du PNUD afin d atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, tel est l objectif qui a motivé notre bureau a participer à cette 16 ème édition des Galians, le vendredi 17 Mai dernier. Aimée Florentine KABORE, lauréate du prix spécial attribué par le PNUD, nous donne au cours de cette interview, ses impressions, sa reconnaissance au PNUD et les raisons de ce cri de cœur qu elle lance pour éveiller les consciences. Qui est Aimée Florentine et quelle est votre histoire avec le PNUD? Je suis journaliste aux Editions Sidwaya, depuis avril 2000, d abord comme stagiaire, pendant 3 mois, ensuite comme pigiste durant 6 ans ; et finalement, à la faveur de l intégration massive des pigistes de la RTB et de Sidwaya à la fonction publique, je suis maintenant une contractuelle de l Etat. Mon histoire avec le PNUD commence officiellement avec le prix spécial qu il vient de m offrir au Galian Auparavant, j avais bénéficié d un atelier de formation sur les changements climatiques initié par le PNUD et couvert quelques activités du PNUD au Burkina. D où vous est venu l intérêt d écrire sur les questions environnementales? C est justement à l issue de cet atelier organisé par le PNUD sur le changement climatique que l idée m est venue de faire un reportage sur la mare d Oursi. J ai donc fait un projet de reportage que j ai soumis à ma hiérarchie qui a salué cette initiative. J ai contacté les acteurs impliqués sur place à Ouagadougou et programmé des rendez-vous avec ceux de la province du Seno et de l Oudalan ; sur place, l un d entre eux s est fait guide pour nous conduire à la mare. La question de l environnement revêt d énormes facettes qui pouvaient être aussi exploitées. Pourquoi spécifiquement un reportage sur les actions anthropiques? En fait, la mare d Oursi a une renommée internationale. Sans être une spécialiste des questions environnementales, je me devais de tirer la sonnette d alarme et de conscientiser l opinion publique sur les effets néfastes de l action humaine sur cette mare et sur la biodiversité fortement menacée ; certes, il y a les effets du changement climatique mais les Hommes euxmêmes, par leurs activités quotidiennes, ont contribué à aggraver les choses ; l ensablement de la mare, la déforestation et autres actions néfastes ne font qu aggraver la situation. ->

12 PNUD-KIBAI Page 12 LA PAROLE A... : AIMEE FLORENTINE KABORE, LAUREATE DU PRIX SPECIAL GALIAN 2013 OFFERT PAR LE PNUD (SUITE) Il existe un club des journalistes spécialisés sur les questions environnementales. En êtes-vous membre? que pensez-vous de cette initiative? Existe-t-il d autres clubs de ce genre qui traitent d autres problématiques tel que la gouvernance, l économie? Je savais seulement que des journalistes s intéressaient à la question et comptaient mettre en place un réseau mais je n étais pas au courant de l existence du club dont vous parlez ; je n en suis donc pas encore membre, puisque je viens de découvrir son existence. J ai en effet connaissance de l existence de réseaux de journalistes dans plusieurs secteur tels que l éducation, la culture, l économie, la gouvernance, la citoyenneté Tous ces différents réseaux ne visent qu un seul objectif, celui de promouvoir leur secteur d activité. Votre reportage vient un peu à point nommé, car le PNUD et ses partenaires s apprêtent à entreprendre une série d action pour renforcer la protection de sites tels que la mare d Oursi et autres. Serez-vous disponible à travailler en collaboration avec le PNUD sur ce projet? Je suis vraiment réconfortée de savoir que le PNUD et ses partenaires s apprêtent à entreprendre une série d actions pour renforcer la protection de sites tels que la mare d Oursi et autres. Bien sûr que je serai disponible à travailler en collaboration avec le PNUD sur ce projet. Je suis toujours prête à m engager pour soutenir ou défendre des causes justes. Votre dernier mot Je remercie le PNUD pour la distinction qui m a été faite. J avoue que j ai été touchée par toute l attention dont je bénéficie en ce moment. Je souhaite que le prix spécial du PNUD se pérennise pour faire le bonheur d autres journalistes. Propos recueillis par Laetitia Ouoba

13 Le soleil PNUD-KIBAI Page 13 P N U D BURKINA FASO AGENDA & ANNONCES PNUD Immeuble des Nations Unies 01 BP 575 Ouagadougou 01 Burkina Faso Tél. : /63/64 Fac-similé : Courriel : Visitez notre site web : Directrice de Publication Ingrid Cyimana Il Dans le cadre du plan de sécurité du Système des Nations Unies au Burkina Faso, il se tiendra une formation des chefs d îlots, le vendredi 27 juin 2013 dans la salle de conférence de l immeuble des Nations Unies. Editeur Dieudonné Kini Coordonnateur de la Rédaction Mahamadi Ouédraogo Rédacteurs Brice Millogo Philippe Athanassiou Alexis Kaboré Hervé Kouraogo Armande Sawadogo Paul-Armand Menye Mahamadi Ouédraogo Ouoba Laetitia Stagiaires Emmanuel Dori Conception et mise en page Mahamadi Ouédraogo Photos PNUD Burkina Faso Le Comité de Pilotage du «Plan Stratégique de Développement du Parlement» se tiendra le mardi 11 juin 2013 à l Assemblée Nationale à 10h. DÉTENTE : REFLECHISSONS UN PEU Enoncé Solution Je ne fais aucun bruit, pourtant, je réveille tout le monde. Qui suis-je? Réponse

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture & SAWAP Programme Sahel et Afrique de BRICKS SAWAP BRICKS Synthèse des travaux SAWAP 1 12 3 La conférence du Programme Sahel et Afrique de l Ouest en appui à la Grande muraille verte (SAWAP) et le lancement

Plus en détail

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme Foire aux savoirs Consolider la Résilience à l insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel / Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso, 5-7 Novembre 2013 Appel à propositions Venez nous rejoindre

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Monsieur le Commissaire européen, Monsieur le Premier ministre Jomaa, Mesdames, Messieurs, Chers

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Assises de la Coopération luxembourgeoise 2014 (24-25 avril 2014) Discours d ouverture du Ministre Romain Schneider du 24 avril 2014

Assises de la Coopération luxembourgeoise 2014 (24-25 avril 2014) Discours d ouverture du Ministre Romain Schneider du 24 avril 2014 Assises de la Coopération luxembourgeoise 2014 (24-25 avril 2014) Discours d ouverture du Ministre Romain Schneider du 24 avril 2014 Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX RENCONTRE NATIONALE "Le financement des collectivités locales de la Côte d Ivoire à travers le Partenariat Public Privé". Du 30 au 31 Juillet 2013 à

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Le Réseau de Systèmes d Alerte Précoce contre la Famine Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Ouagadougou, Burkina Faso 18-20 Novembre 2013 Plan A. Qu est-ce que FEWS NET? B. Les

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Stations de radios locales (communautaires, associatives, confessionnelles, éducatives)

Stations de radios locales (communautaires, associatives, confessionnelles, éducatives) APPEL A CANDIDATURES POUR UNE FORMATION A LA CONCEPTION ET LA MISE EN ŒUVRE DE «PROGRAMMES INTEGRES DE COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT SOCIAL» (PICCS). Durée de formation: 12 semaines sur 8 mois Date

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012. www.uncsd2012.org

Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012. www.uncsd2012.org Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012 www.uncsd2012.org «Rio+20 sera l une des plus importantes réunions internationales sur le développement durable de notre époque. À Rio, notre vision doit être claire

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade 1 Contexte et justification: La Loi sur le Domaine Nationale aura exactement 51 ans jour pour

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI

SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SIGNATURE DE L ACCORD DE DON EN FAVEUR DU MALI POUR LE FINANCEMENT DE LA BONIFICATION PARTIELLE DES INTERETS

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Le contexte : l'agenda post-2015 sur le développement global

Le contexte : l'agenda post-2015 sur le développement global Les Nations Unies et leurs partenaires se sont associés pour rédiger et diffuser un sondage innovant et global, sous le nom de MY WORLD, pour que les citoyens puissent participer au processus d'après -2015,

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST

Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST Ouagadougou/Burkina Faso, du 05 au 07 novembre 2013 1. Introduction Au Sahel, environ

Plus en détail

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail

AGENDA HEBDOMADAIRE DU -=-=-=-=-=-=-=-=-

AGENDA HEBDOMADAIRE DU -=-=-=-=-=-=-=-=- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -=-=-=-=- SECRETARIAT GENERAL -=-=-=-=- BURKINA FASO Unité Progrès Justice -=-=-=-=-=- AGENDA HEBDOMADAIRE DU MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -=-=-=-=-=-=-=-=-

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES,

LE PRESIDENT DU FASO, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, 1 sur 10 09.04.2012 17:27 DECRET N 2011-512/ PRES/PM/MS/MASSN du 9 août 2011 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national de lutte contre le SIDA et les Infections Sexuellement

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

PLACE DE LA FORMATION DANS LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L EAU

PLACE DE LA FORMATION DANS LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L EAU PLACE DE LA FORMATION DANS LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L EAU Forum National de l Eau Ouagadougou - 12 au 14 février 2015 Dr. Lakhdar BOUKERROU Directeur Régional Florida International University USAID

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE Fiche d Information sur le genre Les Fiches d Information sur le genre, rédigés par le Help Desk pour l

Plus en détail

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE RAPPORT DE RÉUNION Réunion des Organes et Institutions Spécialisées de la CEMAC consacrée à l élaboration des fiches-projets, cadres logiques et stratégies de promotion du Programme Économique Régional

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité Sommaire Préambule I Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité II La stratégie : définition des messages et des cibles Professionnalisme

Plus en détail

Editorial. d emplois pour moins de pauvreté. Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013

Editorial. d emplois pour moins de pauvreté. Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013 APERP Plus d emplois pour moins de pauvreté Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013 Editorial Bien connu des acteurs de l emploi des pays

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Secteur de la croissance verte à Madagascar

Secteur de la croissance verte à Madagascar Influence- Communication-Publicité Pour l Afrique et Madagascar Secteur de la croissance verte à Madagascar Revue de presse destinée aux investisseurs potentiels 23 août 2014 Croissance verte: une stratégie

Plus en détail

Multifonctionnelles» du Mali

Multifonctionnelles» du Mali COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL CILSS SECRETARIAT EXECUTIF PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION DES ENERGIES

Plus en détail

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 Le Premier Ministre du Japon, S.E.M. Shinzo ABE, a effectué une visite en République

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones L enquête sur My World est disponible à travers trois canaux principaux: en ligne sur www.myworld2015.org hors ligne sous

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Document final de la Réunion régionale d application de l Afrique pour les Processus de suivi Post-Rio+20

Document final de la Réunion régionale d application de l Afrique pour les Processus de suivi Post-Rio+20 Document final de la Réunion régionale d application de l Afrique pour les Processus de suivi Post-Rio+20 Union africaine Banque africaine de développement Document final de la Réunion régionale d application

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix.

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix Esther Favre-Félix est diplômée en Relations internationales de l Université

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail