L auto-mesure de l INR : est-elle le futur? Raymond Roudaut Hôpital Cardiologique du Haut-Lévêque Université Victor Segalen Bordeaux2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L auto-mesure de l INR : est-elle le futur? Raymond Roudaut Hôpital Cardiologique du Haut-Lévêque Université Victor Segalen Bordeaux2"

Transcription

1 L auto-mesure de l INR : est-elle le futur? Raymond Roudaut Hôpital Cardiologique du Haut-Lévêque Université Victor Segalen Bordeaux2 2009

2 Auto-mesure de l INR Les AVK sont indispensables dans de nombreuses pathologies thrombotiques, ils réduisent les accidents thromboemboliques mais : zone thérapeutique étroite lorsque INR > 3 risque hémorragique croît de façon linéaire 1 ère cause de iatrogénie en médecinem ( patients hospitalisés par an en France) impact de santé publique non négligeablen Horstkotte D, J Thor Cardiovasc Surg 1994;107:

3 Auto-mesure de l INR L optimisation du traitement AVK fait appel : meilleure «éducation thérapeutique» du patient et du médecin traitant +++ Multiplication des dosages INR : lorsque l INR est mesuré une fois par mois, seuls 50% des pts sont dans la fourchette thérapeutique, contre 85% si l INR est mesuré une fois par semaine développement «algorithmes d adaptation d du traitement» informatisés s ou non, propres à chaque molécule développement des «cliniques des anticoagulants» «auto-mesure AVK»

4 Auto-mesure de l INR Expérience de 15 ans, 5 générations g d appareils commercialisés s dans de nombreux pays La technologie diffère selon les constructeurs,, les performances ne peuvent donc pas être généralisg ralisées. Fiabilité et précision doivent être étudiées pour chaque appareil Amélioration constante des contrôles de qualité interne-externe externe +++ Vers une excellente reproductibilité, fiabilité,, précision +++

5 Auto-mesure de l INR L auto-mesure peut consister en : «auto-mesure isolée»,, l adaptation l du traitement est assuré par le médecin m généraliste g (self monitoring) «auto-mesure + autogestion du traitement» selon un algorithme pré-établi (self management) Nombreux travaux internationaux (États- Unis, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, Pays-Bas, Espagne). Pathologies : FA, prothèse de valve cardiaque...

6 Self-monitoring of oral anticoagulation : a systematic review and meta-analysis C. Heneghan, Lancet 2006;367: études randomisées : amélioration de la qualité de l anticoagulation l en terme de proportion INR dans zone thérapeutique amélioration de la sécurits curité thérapeutique : moins d éd événements thromboemboliques, hémorragies, décèsd les patients qui couplent auto-mesure et autogestion ont les meilleurs résultats r!

7 Self monitoring of oral anticoagulation : a systematic review and meta-analysis Heneghan C, Lancet 2006;367: «accidents thromboemboliques» événements thromboemboliques 55%

8 Self monitoring of oral anticoagulation : a systematic review and meta-analysis Heneghan C, Lancet 2006;367: «hémorragie majeure» Hémorragies 33%

9 Self monitoring of oral anticoagulation : a systematic review and meta-analysis Heneghan C, Lancet 2006;367: «décès»

10 Auto-mesure de l INR Précision : excellente corrélation avec l INR l de référence r rence du laboratoire avec les appareils de nouvelle génération g à 0.98 Le coefficient de variations de mesure est de l ordre l de 3.5 à 5%. McBane RD, Mayo Clin Proc 2005

11 Auto-mesure de l INR / Avantages Réduction des fluctuations de l INR :

12 Auto-mesure de l INR / Avantages Amélioration de commodité de l examenl (absence de déplacement d au laboratoire, résultats r immédiats) d oùd une meilleure compliance au traitement amélioration qualité de vie Diminution des événements thromboemboliques, des hémorragies, h des décèsd Pour certains auteurs : diminution du niveau de la zone cible (Körtke)

13 Auto-mesure de l INR : Limites Tendance à sous-estimer les INR élevés Mauvaise appréciation INR si anémie, fièvre, syndrome inflammatoire, diarrhée, déshydratation, anticoagulants circulants, héparine Non réalisable r chez tous les patients : nécessité sélectionner candidats et réaliser r «éducation thérapeutique»

14 2 études : Auto-mesure de l INR : où en sommes-nous en France? PHRC Clermont-Ferrand (Pr. De Riberolles) 200 pts STIC 2006 : étude multicentrique nationale 872 patients en cours Autorisation de mise sur le marché en cardiopédiatrie à la suite d une d travail mené depuis 2 ans par la Filiale de Cardio-pédiatrie diatrie de la S.F.C. et du G.E.H.T. (mai-juin 2008) Actuellement, pas d autorisation d chez l adulte

15 PHRC CLERMONT-FERRAND HCRP ANTICOAGULATION SELF-MEASUREMENT LABORATORY Group : 102 studied patients DEVICE Group : 90 studied patients 50 Coaguchek 40 INRatio Correlation between INR measurements Device // Laboratory Correlation coefficient = 0,80 (p<0,000 1) for a confidence interval of 95 %, correlation coefficient from 0,78 to 0,82

16 PHRC CLERMONT-FERRAND HCRP ANTICOAGULATION SELF-MEASUREMENT Labo Group Device Group INR Groupe Laboratoire (fourchette CHU) INR Groupe appareil (fourchette CHU) TARGET Zone TARGET Zone INR Max 100 INR Max INR Min 0 INR Min Semaines Semaines INR Groupe Laboratoire (zone thérapeutique) INR Groupe appareil (zone thérapeutique) THERAPEUTIC Zone THERAPEUTIC Zone INR Max 100 INR Max INR Min 0 INR Min Semaines Semaines Dauphin C, Arch Cardiovasc Dis 2008;101:

17 PHRC CLERMONT-FERRAND HCRP ANTICOAGULATION SELF-MEASUREMENT SIGNIFICANT DIFFERENCES Lab. Group Device Group p Severe Hemorrhage + Thrombo-Embolic Events 5+2 = 7 / % 0/90 0% Cost : > (missing expenses: 1 hospitalisation and fares due to neurological effects) Dauphin C, Arch Cardiovasc Dis 2008;101:

18 STIC 2006 ETUDE 4A Apport d un d Appareil d Autod uto-mesure de l Anticoagulation «Evaluation médicale m et économique de l auto-mesure de l anticoagulationl en ambulatoire, chez le porteur de prothèse valvulaire mécanique m cardiaque par rapport à un suivi classique de l anticoagulation l» Avis CPP : 27 décembre 2006 Autorisation AFSSAPS : 10 janvier 2007 Inclusions : début : 31 mai 2007 fin : janvier 2009 Durée suivi par patient : 12 mois Résultats attendus mi 2010

19 STIC 2006 ETUDE 4A Etude multicentrique nationale prospective 24 centres médicom dico-chirurgicauxchirurgicaux / groupe de travail : chirurgien cardiaque, cardiologue, hémobiologiste, h ARC Randomisation en 2 groupes : Groupe A «Suivi CLASSIQUE» : 293 pts (33,6%) Groupe B «AUTO-MESURE» : 579 pts (66,4%) CoaguChek XS (Roche Diagnostics) INRatio (Hemosense AAZ) n = 294 pts n = 285 pts

20 Paramètres étudiés : STIC 2006 ETUDE 4A Objectif principal : «Evaluation médicale m et économique de l auto mesure de l anticoagulation l en ambulatoire, chez le porteur de prothèse valvulaire mécanique m cardiaque par rapport à un suivi classique de l anticoagulation l» Comparaison à 1 an de l effet l de l autol auto-mesure de la coagulation par rapport à un suivi classique sur : Incidence des complications liées aux AVK (épisodes hémorragiques, thrombo-emboliques ou DC) Proportion des mesures mensuelles situées dans la fourchette de l INR cible Qualité de vie et la satisfaction du patient Evaluation de l apprentissage l du patient à être autonome pour l auto-mesure

21 ETUDE 4A Les inclusions des 24 centres 872 patients inclus (83% de l'objectif à atteindre) Inclus Non inclus ANGERS NANCY CAEN MONTPELLIER Le PLESSIS BREST LIMOGES DIJON NANTES AMIENS REIMS GRENOBLE POITIERS PARIS HEGP MARSEILLE PARIS MONDOR LYON RENNES TOULOUSE PARIS BICHAT LILLE CLERMONT-F BORDEAUX PARIS PITIE Centres à 30 patients d'objectif d'inclusions Centres à 60 patients d'objectif d'inclusions

22 Étude 4A : résultats préliminaires Très s bon «vécu» du protocole dans les différents centres Peu d éd événements majeurs à 6 mois! Patients du bras «suivi classique» Mieux suivis que dans la vraie vie Attendre mi 2010!!!

23 Auto-mesure de l anticoagulation Est une réalité dans beaucoup de pays du monde pour le plus grand bien des patients sous AVK au long cours (prothèse de valve) Autorisation de mise sur le marché en France en cardio-pédiatrie (18/06/08) En ce qui concerne les adultes : intérêt en particulier les pts à haut risque prothèse valvulaire mécanique Le futur : télésurveillance

24 Personnal account Self-monitoring of oral anticoagulation Evelyn Richardson, Lancet 2006;367:412. I would recommend portable monitoring to anyone who travels a lot, who feels able to control their own warfarin dosage, and who does not mind adding the machine, which is rather smaller than a hard-backed book, to their luggage. It gives me freedom and, above all, peace of mind.

25

26 Étude 4A : expérience de BORDEAUX 55 inclus réels r sur 41 attendus FEMME HOMME 5 18 CoaguChek XS ; 19 INRatio ; 18 Classique 50 Age moyen : 56 ans [22-69] 1 er inclus : 05/06/07 1 ère visite à M6 : novembre 2007 Nbre de visites S6 faites : 48/ non inclus sur 174 patients sélectionnés : - 36% plasties ou valves bio - 13% refus - 19% pb de compréhension - 13% pathologies associées (diabète;vih/vhc) - 15% pb planning opératoire (opéré le lundi consentement non récupr cupérable) - 4% alcoolisme important

27 Automesure de l INR Ansell J, Chest 2004;126:

28 Automesure de l INR Les appareils d auto-mesure évaluent un temps de coagulation médié par la thromboplastine à partir d un échantillon de sang total prélevé au doigt Le résultat est converti en un équivalent de temps de prothrombine plasmatique par un microprocesseur et est alors exprimé en TP et INR Chaque constructeur établit une formule de conversion en comparant les résultats de son appareil à ceux du laboratoire (méthode de référence)

29 Indications for early INR self-management Körtke and Körfer, Ann Thorac Surg 2001;72:44-8.

30 Automesure de l INR/Recommandations récentes Ansell J, ACCP Conference, Chest 2004 Pas de recommandation spécifique choix laissé aux médecins et aux patients en fonction de leurs préférences et de leurs besoins. Butchard EG, ESC recommendations, Eur Heart J 2005 Les patients doivent être éduqués sur les AVK y compris les interactions médicamenteuses et l autocontrôle si besoin. Ansell J, International Consensus, Int J Cardiol 2005 Automesure et autogestion représentent une méthode utile de surveillance des AVK, produisant des résultats au moins aussi bons et possiblement meilleurs que ceux d une clinique d AVK. Il s agit de la méthode la plus séduisante pour une prise en charge au long cours des AVK avec contrôle fréquent de l INR

31 STIC 2006 ETUDE 4A Promoteur : CHU de Bordeaux Investigateur principal : Pr ROUDAUT Centre de Méthodologie M et de Gestion : Pr. CHENE USMR du CHU de Bordeaux ARC coordonnateur national : Christel DUPRAT

32 STIC 2006 ETUDE 4A Comité scientifique Méthodologiste G. Chêne (USMR CHU Bordeaux) Economiste de la santé I. Durand-Zaleski (Paris) Pharmacien V. Philip (CHU Bordeaux) Statisticien J. Asselineau (USMR CHU Bordeaux)

33 STIC 2006 ETUDE 4A Comité indépendant : Pr. P.L. MICHEL, cardiologue, Paris Pr. M. MARCHAND, chirurgien cardiaque, Tours Dr. M.H. HORELLOU, hémobiologiste, h Paris Pr. G. CHATELIER, méthodologiste, m Paris Rôle : Consultatif pour l investigateur l coordonnateur et le conseil scientifique Donne un avis général g sur la marche de l él étude Peut donner un avis sur : L arrêt prématur maturé de l él étude Les modifications du protocole Sur l interprl interprétation tation des résultatsr

34 Étude 4A - Groupe Automesure i Si l INR dosé par auto-mesure pas dans la fourchette de l INR Cible : Adaptation de dose par le MG Refaire dosage par auto-mesure dans les 48h à 72h. La même procédure est répétée jusqu à ce que l INR cible soit atteint i Si l INR dosé au LAM une fois par mois est : en dehors de la fourchette de sécurité (< 1.5 ou > 5) + en discordance avec l INR auto-mesure Refaire les dosages par auto-mesure et au LAM Le médecin généraliste contactera l hémobiologiste référent de l hôpital, pour la conduite à tenir (des écarts de l ordre de 0,5 à 1 point d INR sont possibles entre le LAM et l auto-mesure)

35 Étude 4A - Groupe Suivi Classique isi l INR dosé au labo pas dans la fourchette de l INR Cible : Refaire dosage au labo dans les 48h à 72h en cas de modification de posologie

36 Self-monitoring of oral anticoagulation : a systematic review and meta-analysis. C. Heneghan, Lancet 2006;367: études chez les porteurs de valves cardiaques : Horstkotte D J Thromb Thrombolysis 1998;5: Körtke H Ann Thor Surg 2001;72: Ann Thor Surg 2007;83:24-9. Sidhu P Ann Thor Surg 2001;72: résultats tout à fait satisfaisants

37 Self-management of oral anticoagulation therapy improves longterm survival in patients with mechanical heart valve replacement Koertke H, Ann Thorac Surg 2007;83: patients suivis 12 ans ( ) : 2 groupes : 488 auto-mesure et auto-gestion 442 conventionnel

38 Self-management of oral anticoagulation therapy improves longterm survival in patients with mechanical heart valve replacement Koertke H, Ann Thorac Surg 2007;83:24-9. INR cible

39 PHRC CLERMONT-FERRAND HCRP ANTICOAGULATION SELF-MEASUREMENT Dispensaries Devices delivery Motivated Patient Patient training Training of trainers Prescribers Validation Trainers Use of Self-measurement 2nd Validation Continued use of Self-measurement

40 STIC 2006 ETUDE 4A Comité scientifique Cardiologues J. Cassagnes (Clt. Ferrand) G. de Gevigney (Lyon) E. Ferrari (Nice) G. Helft (Paris) B. Iung (Paris) M. Laurent (Rennes) R. Roudaut (Bordeaux) Chirurgiens cardiaques C. de Riberolles (Clt. Ferrand) A. Pavie (Paris) A. Prat (Lille) X. Roques (Bordeaux) P. Vouhé (Paris) Hémobiologistes B. Jude (Lille) D. Lasne (Paris) I. Elalamy (Paris) M.F. Roudaut (Bordeaux)

41 STIC 2006 ETUDE 4A Critères res d inclusion d : Remplacement valvulaire cardiaque unique ou multiple par prothèse mécaniquem isolée e ou associée à une revascularisation myocardique ou à un autre geste Traitement par AVK Patients 18 ans, des deux sexes Affilié ou bénéficiaire b d un d régime r de sécurits curité sociale Consentement libre, éclairé et écrit signé par le patient et l investigateurl

42 STIC 2006 ETUDE 4A Critères res d exclusion d : Femmes enceintes ou désirant d une grossesse Femmes allaitantes Incapacité à réaliser l autol auto-mesure Patients placés s sous sauvegarde de justice Consommateurs excessifs d alcoold Dialysés Présence d Antid Anti-coagulant circulant Difficultés s de compréhension des instructions Malvoyants ou ne pouvant pas lire correctement

43 STIC 2006 ETUDE 4A Organisation de la «formation à l automesure» : 4 séances de 30 mn/4 j en phase hospitalière par l ARC en petits groupes ou individuelle Évaluation de la formation : - questionnaire à la fin de la formation - à la 6 ème semaine, contrôle pratique par l ARC de la capacité du patient à effectuer l automesure

44 Étude 4A - Groupe Automesure 1ères semaines post-op op sortie du centre de convalescence : 1 dosage : - par AUTO-MESURE 2 à 3 fois /s - au LABORATOIRE Au moins 1 fois /s INR de référence = INR labo Au retour à domicile : 1 dosage - par AUTO-MESURE 1 fois par SEMAINE *lundi matin de préférence rence - au LABORATOIRE 1 fois par MOIS *lundi matin de préférence rence *même laboratoire INR de référence = INR auto-mesure Patient communique c le résultat r de l INR l d autod auto-mesure au MG le jour même, pour adaptation éventuelle de la posologie de l AVK. l

45 Étude 4A - Groupe Suivi Classique 1ères semaines post-op op sortie du centre de convalescence : 1 dosage au LABORATOIRE au moins 1 fois par SEMAINE Au retour à domicile : 1 dosage au LABORATOIRE 1 fois par MOIS, * lundi matin de préférence rence * même laboratoire Le labo communique c le résultat r de l INR l au médecin m généraliste g et au patient le JOUR même, pour adaptation éventuelle de la posologie de l AVK.

46 Étude 4A Tableau de suivi

47 Étude 4A - ÉVALUATION ECONOMIQUE Coût t du matériel d automesure d - Formation à l auto- mesure : durée, nombre de séancess Prise en charge du patient en ambulatoire : laboratoire analyses médicales m (transport, nbre actes) consultation généraliste g (transport, nbre actes) consultation cardiologue (transport, nbre actes) Hospitalisation éventuelle : durée e, GHS (Groupement Homogène de Séjour) S

48 THIRNS a prospective randomized controlled trial of the impact of home INR testing on clinical outcomes : the home INR study A.K. Jacobson, AHA patients 2 groupes : Groupe automesure adaptation posologique par clinique anticoagulant Groupe contrôle clinique anticoagulant Suivi moyen : 2,0 à 4,5 ans Critères res primaires : AVC, hémorragie h majeure, décèsd Résultats : Pas de différence significative de critères res primaires (RR = 0,87, IC = 95% : 0,74 1,03 p = 0.4) Conclusions : Faisabilité Et fiabilité de l automesure l à grande échelle

49 PHRC CLERMONT-FERRAND HCRP ANTICOAGULATION SELF-MEASUREMENT SIGNIFICANT DIFFERENCES Device Group Labo Group p Average time within target zone 61 % 55 % Average deviation to target zone

EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE

EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE EVALUATION DE L AUTOSURVEILLANCE DE L INR CHEZ LES PATIENTS ADULTES TRAITES PAR ANTIVITAMINES K EN VUE DE LA PRISE EN CHARGE PAR L ASSURANCE MALADIE DES DISPOSITIFS D AUTOMESURE DE L INR OCTOBRE 2008 Service

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Introduction 2 Définition : La télécardiologie est une branche de la télémédecine. Elle permet de surveiller à distance le bon fonctionnement

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

LA MESURE DELOCALISEE DE L INR POUR LA SURVEILLANCE DES TRAITEMENTS PAR AVK

LA MESURE DELOCALISEE DE L INR POUR LA SURVEILLANCE DES TRAITEMENTS PAR AVK LA MESURE DELOCALISEE DE L INR POUR LA SURVEILLANCE DES TRAITEMENTS PAR AVK Dominique LASNE, Laboratoire d hématologie, Hôpital Necker-Enfants-Malade, Paris ACNBH 42 ème Colloque National des Biologistes

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Les grandes études de télémédecine en France

Les grandes études de télémédecine en France Les grandes études de télémédecine en France Optimisation de la Surveillance ambulatoire des Insuffisants CArdiaques par Télécardiologie De Midi-Pyrénées au Sud de la France M Galinier, A Pathak Pôle Cardio-Vasculaire

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

CORTISEL. «Un régime alimentaire pauvre en sel et pauvre en sucres est-il nécessaire lorsqu un traitement corticoïdes est prescrit?

CORTISEL. «Un régime alimentaire pauvre en sel et pauvre en sucres est-il nécessaire lorsqu un traitement corticoïdes est prescrit? CORTISEL «Un régime alimentaire pauvre en sel et pauvre en sucres est-il nécessaire lorsqu un traitement corticoïdes est prescrit?» Investigateur coordonnateur : Pr. Loïc Guillevin Pôle de Médecine interne

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS;

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS; Surveillance de la qualité de vie des patients hémophiles QV HÉMOPHILIE Coordination de l étude: Pr. Serge BRIANCON Ecole de Santé Publique, Faculté de Médecine de Nancy Service d Epidémiologie et d Evaluation

Plus en détail

Service de cardiologie, Pôle Thoracique, Vasculaire et Métabolique CHU Rennes

Service de cardiologie, Pôle Thoracique, Vasculaire et Métabolique CHU Rennes Service de cardiologie, Pôle Thoracique, Vasculaire et Métabolique CHU Rennes L environnement actuel de l activité TAVI Comment simplifier l organisation pré-tavi? L environnement actuel de l activité

Plus en détail

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT Densité d implantation des divisions NBRE DE DIVISIONS Aca Paris Aca Lyon Aca Versailles Aca Nantes Aca Lille Aca Rennes

Plus en détail

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 18 avril 2007. INRatio, dispositif d automesure de l INR

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 18 avril 2007. INRatio, dispositif d automesure de l INR COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 18 avril 2007 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références retenus : Fabricant / Distributeur : Demandeur : Données disponibles : INRatio,

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO CHU GRENOBLE Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO Pr G Pernod Médecine Vasculaire CH Grenoble Nouveaux anticoagulants: CHU GRENOBLE Administration orale Action immédiate Demi-vie

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014 Sessions 2014 DCG 2014 s de 0 1 Contrôle de Anglais appliqué aux affaires 4 langue vivante Inscrits 5603 9956 9092 9913 5030 5565 8142 5085 8709 10613 9356 8480 2616 1350 Présents 4784 8484 7694 8405 4212

Plus en détail

6 741 6 883 7 199 7 194 7 328 2004 2005 2006 2007 2008 î î î BRUXELLES LILLE CAEN ROUEN COURBEVOIE METZ BREST SAINT-BRIEUC QUIMPER RENNES VANNES VERSAILLES PARIS CRÉTEIL STRASBOURG NANTES TOURS DIJON

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

La recherche dans les CHU

La recherche dans les CHU CONFEDERATION SYNDICALE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE La recherche dans les CHU Conférence du Pr Olivier Boyer (Inserm U905, Rouen) au symposium sur l avenir des carrières hospitalo-universitaires Cochin 22

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie

Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie Mise en place du programme AcSé Moléculaire Accès Sécurisé à des thérapies ciblées innovantes en Oncohématologie Plateforme de génétique moléculaire des cancers de l Arc Alpin CHU de Grenoble Les incontournables

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Avc à la phase aigue prise en charge. Hubert Desal CHU Nantes Serge Bracard CHU Nancy

Avc à la phase aigue prise en charge. Hubert Desal CHU Nantes Serge Bracard CHU Nancy Avc à la phase aigue prise en charge Hubert Desal CHU Nantes Serge Bracard CHU Nancy Bien codifiée: recommandations HAS, SFNV, Société de réanimation Circulaire DGOS 6 mars 2012 sur la diminution du délai

Plus en détail

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD

Les dispenses. Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD Les dispenses d épreuves du DSCG Liste complète par diplôme obtenu après la réforme LMD Type Date limite d obtention CAPET D2 Techniques s CAPET Economie et gestion option A Economie et gestion administrative

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D.

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D. Evolution maternelle et fœtale des grossesses survenant chez des malades atteintes de thrombose chronique de la veine porte (TVP) : résultats d une étude européenne multicentrique A. Plessier (1) ; PE.

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Comment devenir hospitalo-universitaire en pharmacie clinique?

Comment devenir hospitalo-universitaire en pharmacie clinique? 1 ères Journées SFPC/ANEPC Lyon 10-11 Avril 2013 ASSOCIATION NATIONALE DES ENSEIGNANTS DE PHARMACIE CLINIQUE Comment devenir hospitalo-universitaire en pharmacie clinique? Marie-Claude Saux, PU-PH en Pharmacie

Plus en détail

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES ANNEXES 2D - A D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - (2013-2014) (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES 1ère partie Anatomie et cytologie pathologiques Cardiologie et maladies vasculaires Dermatologie et

Plus en détail

1980/1981 (Arrêté du 9 janvier 1980)

1980/1981 (Arrêté du 9 janvier 1980) 1980/1981 (Arrêté du 9 janvier 1980) «Dans chaque académie, la date de début des vacances d été de l année scolaire 1979/1980 ainsi que le calendrier de l année scolaire 1980/1981 pour les écoles maternelles

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN?

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? M. Megne Wabo 1, S. Mosnier-Thoumas 1, I. Barcos 4, D.

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 En service au CHU de Nantes depuis 2009 Déployé sur les CHU de la DIRC HUGO 2012-2013 (Brest, Angers, Poitiers, Tours, Rennes) Acheté par l AP-HM Marseille,

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Masters professionnels

Masters professionnels Amiens Avignon Besançon Bordeaux Brest Caen Universités Calais, université du littoral Chambéry Masters professionnels sport, performance, qualité de vie entraînement développement personnel, ressources

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Barres d entrée du mouvement inter 2014

Barres d entrée du mouvement inter 2014 Discipline : Allemand L 0421 Aix-Marseille 421.3 Besançon 21 Bordeaux 148 Caen 185.1 Clermont-Ferrand 121.1 Dijon 21 Grenoble 71.1 Guadeloupe 144 Guyane 121 Lille 71 Limoges 528.2 Lyon 221.3 Martinique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone.

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. 1 Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. PLAN 1. SONDAGE 2. POURQUOI INFORMATISER LE CIRCUIT DU MEDICAMENT 3. EXPERIENCE CHALONNAISE 1. CONTEXTE 2. PRESENTATION DU LOGICIEL 3. UTILISATION

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Mise en place d une Plateforme Interactive Médecins Patients santé (PIMPS)

Mise en place d une Plateforme Interactive Médecins Patients santé (PIMPS) Mise en place d une Plateforme Interactive Médecins Patients santé (PIMPS) Etude multicentrique randomisée de télémédecine avec Automesure d un Biomarqueur à domicile P Jourdain,; F.E.S.C Unité thérapeutique

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

DFMS DFMSA P r C h C ri r st s ophe e C h C ag a nau a d

DFMS DFMSA P r C h C ri r st s ophe e C h C ag a nau a d DFMS DFMSA Pr Christophe Chagnaud Service de Radiologie et Imagerie Médicale Marseille Objectifs affichés DFMS DFMSA Améliorer la qualité de la formation en réservant un contingent national de postes de

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ANNEXES

PRÉSENTATION DES ANNEXES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ASSURANCE Session 2016 PRÉSENTATION DES ANNEXES SESSION 2016 I. CALENDRIER DES ÉPREUVES II. REGROUPEMENTS INTERACADÉMIQUES III. MODÈLE DE LIVRET SCOLAIRE SESSION 2016 IV.

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Protocole: éléments pratiques

Protocole: éléments pratiques Protocole: éléments pratiques Qui le rédige? A quoi sert le protocole? Protocole Document de référence Elaboré par l investigateur principal Pour la partie scientifique En collaboration avec le promoteur,

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 14 novembre 2011 fixant, pour l année universitaire 2012-2013,

Plus en détail

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge

Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Cardiomyopathie ischémique et personnes âgés, difficultés de prise en charge Gilles Barone- Roche=e Cardiologie interven.onnelle et imagerie cardiaque Pôle Thorax et vaisseaux- CHU de Grenoble Inserm 1039

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins MONTPELLIER JOURNEES DE MEDECINE PERINATALE 19 OCTOBRE 2012 Bénédicte Belgacem SANTE PUBLIQUE CHU Clermont-Fd PEPRADE La satisfaction

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Liste des masters de santé publique et apparentés 2011

Liste des masters de santé publique et apparentés 2011 1. Université Aix-Marseille II... 2 2. Université Amiens... 2 3. Université Angers... 3 4. Université Bordeaux II... 3 5. Université de Clermont-Ferrand... 4 6. Université de Dijon... 4 7. Université Grenoble

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements.

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements. IV.2 Air IV.2.1 Indications Les investigations ne se justifient qu en zones à environnement maîtrisé, c est à dire lorsqu il existe un système de traitement d air dont la conception, la performance et

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail