Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse"

Transcription

1 Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse Xavier Guigas, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Raphaël Defert, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Nicolas Delpech, SMAT, Toulouse, France Bruno Rivault, SMAT, Toulouse, France Résumé Afin d'améliorer la sécurité des usagers, le Maître d'ouvrage du métro de Toulouse a engagé en 2007 un diagnostic de sécurité de la partie tunnel de la ligne A mise en service en 1993 (longue de 12.5 km, la ligne A possède 9.5 km de tunnel). Cette étude déboucha sur le projet dit "Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A" dont la phase étude débuta en 2008 (avant-projet) et dont les travaux s'achèveront fin Le présent article décrit ce projet d'amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A et en particulier la modernisation du système de ventilation / désenfumage des tunnels. Sont décrits: L'organisation générale du projet ainsi que les différents thèmes d'amélioration de la sécurité. Le système de ventilation / désenfumage (12 puits répartis le long de la ligne), les principes de fonctionnement et scénarios de désenfumage, les objectifs de performances du nouveau système ainsi que le cadre règlementaire applicable. Les spécificités techniques du projet. Les outils de simulations aérauliques utilisés pour le dimensionnement du système de ventilation / désenfumage ainsi que pour l'établissement des scénarios de désenfumage en phases travaux et en phase définitive (simulations numériques monodimensionnelles et tridimensionnelles). La méthodologie d'organisation, de planification des travaux et de mise en œuvre du nouveau système de ventilation / désenfumage en relation avec le maintien en exploitation de la ligne avec le niveau de sécurité requis (maîtrise du risque selon le principe GAME) pour ses deux cent mille utilisateurs quotidiens. Abstract The owner of the Toulouse Metro has launched in 2007 a diagnostic study aiming at identifying the potential safety shortcomings of the tunnel part of the line A commissioned in 1993 (the line A is 12.5 km long with 9.5 km of tunnels). This diagnostic study lead to the project known as "Tunnel Safety Improvement of Toulouse Metro Line A" started in 2008 (preliminary studies). The works related to this project are ongoing and should end in winter This paper describes the Line A Tunnel Safety Improvement Project, with an emphasis on the refurbishment / modernization of the tunnel fire ventilation system. Will be described in details: The project organisation and the various themes of the safety improvement. The tunnel fire ventilation system (12 ventilation shafts distributed along the line), the fire ventilation scenarios, and the performance objectives set for the new system in relation with the applicable safety regulations. The technical specificities of the project. The simulation tools used for the sizing of the new ventilation system and for the calculation / definition of the ventilation scenarios during and after the refurbishment works The methodology for the organisation and planning of the works in relation with the operation continuity of the line with an adequate safety level for its two hundred thousand daily users (risk management according to the GAME principle Globalement Au Moins Equivalent)

2 Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse Xavier Guigas, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Raphaël Defert, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Nicolas Delpech, SMAT, Toulouse, France Bruno Rivault, SMAT, Toulouse, France 1 Introduction La ville de Toulouse dispose de deux lignes de métro, les lignes A et B, mises en service respectivement en 1993 (prolongée en 2002) et 2007, et toutes deux équipées de matériel roulant de type VAL (Véhicule Automatique Léger). Ces deux lignes sont exploitées par TISSEO. La réalisation d un programme d amélioration de la ligne A, en service depuis 20 ans, a été confiée par l Autorité Organisatrice des Transports (Syndicat Mixte des Transports en Commun de l Agglomération Toulousain) à la SMAT (Société pour la Mobilité de l'agglomération Toulousaine), Maître d'ouvrage délégué. Figure 1: Les lignes de métro de Toulouse et le VAL. Dans un souci d'amélioration de la sécurité des usagers, la SMAT a engagé en 2007 un diagnostic de sécurité dans la partie tunnel de la ligne A (longue de 12.5 km, la ligne A possède 9.5 km de tunnel). Cette étude déboucha sur le projet dit "Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A" dont la phase étude débuta en 2008 (avant-projet) et dont les travaux, d'une durée de 30 mois, s'achèveront en Objectifs généraux du projet / Référentiel normatif / Dossier de sécurité Le diagnostic de sécurité a permis d'identifier les thèmes suivants d'amélioration de la sécurité des tunnels: Amélioration des dispositifs d'évacuation des usagers : Les travaux ont consisté en la rénovation complète de l'éclairage de balisage et de cheminement, la pose d'une main courante, la pose d'une signalétique d'évacuation ainsi que le traitement des obstacles identifiés sur les cheminements d'évacuation afin de garantir le respect du gabarit d'évacuation prescrit par la réglementation. Amélioration des dispositifs d'intervention des services de secours : Il s'agit de créer un nouvel accès au tunnel localisé au niveau du puits Garonne. Amélioration du système de désenfumage (hors prolongement) : Les travaux englobent la modernisation de 12 puits de désenfumage (replacement des ventilateurs et des équipements - 2 -

3 électromécaniques en puits); l'adaptation du système d'alimentation électrique des puits aux nouvelles puissances des ventilateurs; la mise en place de portes motorisées et télécommandées dans la galerie de liaison entre les lignes A et B; l'installation d'une gaine de désenfumage dans la station Esquirol; mise à disposition de l'exploitant d'un système informatisé d'assistance au choix du scénario de désenfumage (PAD: Poste d'assistance au Désenfumage). Le référentiel normatif utilisé est l'arrêté du 22 novembre 2005 relatif à la sécurité dans les tunnels des systèmes de transport publics guidés de personnes. Ce référentiel fixe les performances à atteindre en termes de sécurité une fois les travaux d'amélioration achevés. L'objectif de niveau de sécurité pendant la phase de travaux (pendant laquelle cohabitent, par exemple, anciens et nouveaux équipements) a été choisi GAME (Globalement Au Moins Equivalent) à celui prévalant sur la ligne A avant travaux d'amélioration. Le DPS (Dossier Préliminaire de Sécurité) et le DS (Dossier de Sécurité) élaborés par BG Ingénieurs Conseils, respectivement avant et après les travaux, visent à démontrer le respect de ces nivaux de sécurité. 3 Organisation du projet Le Maître d'ouvrage (MOA: SMAT) s'est entouré d'un Maître d'œuvre (MOE: groupement BG Ingénieurs Conseils / OTCE MP / OPMP, piloté par BG), d'un contrôleur technique (SOCOTEC), d'un Coordinateur en matière de Sécurité et de Protection de la Santé des travailleurs (SOCOTEC) ainsi que d'un Expert ou Organisme Qualifié Agréé en matière de sécurité des usagers (CERTIFER). Le projet a fait également intervenir activement l'exploitant du métro de Toulouse (TISSEO) et le concepteur du système VAL (SIEMENS) pour les aspects d'intégration des systèmes rénovés dans le contrôle-commande de la ligne. L'ensemble des travaux d'amélioration sécurité tunnel a été divisé en quatre lots selon la figure 2 cidessous qui résume l'organisation du projet. Contrôleur Technique SOCOTEC CSPS SOCOTEC EOQA CERTIFER Maîtrise d'ouvrage SMAT Maîtrise d'œuvre Exploitant TISSEO Système VAL SIEMENS BG / OTCE MP / OPMP Marché 1a Amélioration des dispositifs d'évacuation des usagers INEO / ARTEL - Eclairage tunnel - Main courante - Signalétique - Corrections gabarit de fuite Marché 1b Amélioration des dispositifs d'accés pour services de secours BOURDARIOS - Création accès Garonne Marché 2a Alimentation électrique des nouveaux ventilateurs SPIE Sud Ouest - Modifications sous-stations - Liaisons puissance en tunnel - Création sous station Garonne Marché 2b Ventilation COFELY AXIMA / FONTANIE - Ventilateurs et éqpt. en puits - Armoires puissance / commande - Portes VDS - Gaine Esquirol - PAD - Essais globaux Figure 2: Organisation générale du projet 4 Principes de fonctionnement et performance du désenfumage tunnel Le système de désenfumage des tunnels de la ligne A consiste à extraire les fumées par un puits situé dans l'inter-station sinistrée, de façon à limiter la propagation des fumées à cette inter-station et à protéger les stations encadrantes et les tunnels. Les puits d'inter-stations sont chacun dotés d'un unique ventilateur réversible. Les ventilateurs sont activés en mode insufflation d'air frais ou extraction des fumées suivant la position du puits par rapport au sinistre et suivant l'état de disponibilité du système de ventilation (mode nominal ou modes dégradés, cf. figure 3)

4 Figure 3. Principe du désenfumage en mode nominal et modes dégradés (incendie en inter-station N). Les objectifs de performances sont : Mode nominal : correspond aux prescriptions de l'arrêté de 2005 pour le cas où le matériel roulant ne satisfait pas aux normes NF F / 102 et 103 (ce qui est le cas des véhicules VAL circulant sur la ligne A). Dans ce cas, les vitesses de balayage dans l'inter-station où est localisé l'incendie doivent être supérieures ou égales aux vitesses critiques calculées pour les caractéristiques des tronçons de tunnels considérés et pour la puissance de l'incendie prise en compte : 6 MW dans le cas de la ligne A. Ces vitesses de balayage convergent vers le puits extracteur. Mode dégradé "extracteur défaillant": dans ce cas, les fumées sont poussées vers un des puits encadrant, enclenché en mode extraction, alors que l'autre puits encadrant ainsi qu'un puits supplémentaire (N+2 ou N-2 suivant les cas) sont enclenchés en mode insufflation. Le puits extracteur "de remplacement" est déterminé en fonction de sa proximité au puits défaillant. Une vitesse de balayage supérieure ou égale à la vitesse critique est induite dans l'inter-station incidentée, une vitesse d'air convergeant vers l'extracteur en service permet d'assurer la non-propagation des fumées dans le reste de l'ouvrage. Mode dégradé "insufflateur défaillant": l'autre insufflateur est arrêté et les vitesses de balayage dans l'inter-station incidentée, qui doivent être supérieures à 1.0 m/s, convergent vers l'extracteur en service. 5 Dimensionnement des ventilateurs / optimisation des puits Comme indiqué précédemment, les objectifs de performance se situent au niveau des vitesses de balayage à atteindre en tunnel. Le dimensionnement a donc consisté, dans un premier temps, à déterminer les débits de ventilation de chaque puits, nécessaires à générer les flux d'air prescrits en tunnel pour les différents modes de fonctionnement (nominal, dégradés) et pour les différents scénarios de ventilation (position de l'incendie). Dans un second temps, les pertes de charge et puissances des ventilateurs sont déterminées. Le calcul des débits nécessaires a été réalisé via un modèle aéraulique unidimensionnel et in stationnaire complet des tunnels de la ligne A (la figure 4 montre un exemple de l'interface graphique du modèle). En plus des effets classiquement pris en compte (pertes de charges linéaires et singulières, thermique, contre pression due au vent aux portails), ce modèle différencie les puits "NON RENOVES" (c'est-à-dire possédant encore leurs anciens équipements fonctionnels), les puits "EN TRAVAUX" (fermés par rapport au tunnel) et les puits "RENOVES" (avec leurs nouveaux ventilateurs). Outre le dimensionnement des ventilateurs, cet outil, calibré à l'aide de mesure in situ, a - 4 -

5 permis de calculer de manière rationnelle et pertinente les scénarios de désenfumage en mode travaux. Figure 4. Simulateur 1-D du désenfumage de la ligne A. La figure 5 compare les débits et puissances des anciens et nouveaux ventilateurs. Les principales spécifications contractuelles à garantir par l'entreprise titulaire étaient : les débits d'air en puits, une réversibilité de 100% en débit, les puissances minimales des machines, une capacité de fonctionnement à tous régimes sous une contrainte de variation de pression de +/- 500 Pa due au pistonnement des rames et une résistance à la température de 200 C pendant 2 heures. Figure 5. Comparaisons des débits et puissances des anciens et nouveaux ventilateurs / nouveau ventilateur en cours de tests usine. Une des contraintes principales du projet a consisté à conserver le génie civil des puits de ventilation existants tout en augmentant considérablement les débits des ventilateurs (les débits sont triplés dans certains cas). Une optimisation poussée de l'aérodynamique des puits a été rendue nécessaire afin de rationaliser les puissances électriques installées et à conserver un niveau de nuisances acoustiques compatible avec l'environnement urbain. La figure 6 montre un exemple de simulations 3-D de l'écoulement en puits pour le régime d'extraction maximum. Ces simulations prennent en compte la géométrie réelle des équipements proposés par l'installateur et ont permis de contrôler la pertinence des choix techniques, notamment au niveau des pièges à sons de grande longueur dont les baffles ont été équipés de diffuseurs (gain important en perte de charge)

6 Figure 6. Simulation 3-D (Fluent) de l'écoulement au travers d'un des puits de désenfumage. 6 Alimentation électrique et contrôle-commande L'architecture d'alimentation électrique et de contrôle-commande des nouveaux équipements de ventilation est résumée dans la figure 7. Figure 7. Architecture d'alimentation et de commande des ventilateurs (exemple pour un puits). Les nouvelles puissances des ventilateurs ont rendu nécessaire une refonte complète de leurs systèmes d'alimentation électrique (remplacement des transformateurs et des TGBT en stations ainsi que des liaisons de puissance en tunnel). Chaque puits est alimenté par le biais de deux nouveaux transformateurs situés dans la station la plus proche, chacun connecté à une des deux artères 20 KV transitant le long de toute la ligne A. Les ventilateurs sont alimentés aux travers de nouveaux variateurs de fréquence dont les caractéristiques principales sont : 315 kw / faible rejet d'harmoniques (< 4%) / freinage par rejet d'énergie sur le réseau / fonctionnement garanti pour une température de 70 C pendant une heure. Les télécommandes et télésurveillance de chaque puits, depuis le PCC, sont réalisées via le réseau de contrôle-commande général de la ligne A (appelé réseau C200). Une commande additionnelle et - 6 -

7 sécurisée des fonctionnalités désenfumage est disponible par les coffrets pompiers situés en stations. Les commandes aboutissent en puits à de nouvelles armoires automates industriels gérant les différents régimes de rotation des ventilateurs et surveillant leurs fonctionnements. Les régimes de rotation préprogrammés commandables depuis le PCC sont : désenfumage extraction / désenfumage insufflation / confort extraction PV ou GV / confort insufflation PV ou GV. En outre, une routine de ventilation de confort est programmée dans l'automate puits; cette routine régule automatiquement le débit d'air extrait ou insufflé en fonction des températures extérieures et intérieures et en fonction de plages horaires préprogrammées. Un système informatique visant à aider l'opérateur PCC (Poste de Commande Centralisé) à choisir le scénario de désenfumage adéquat, en fonction de la localisation de l'incendie et de la disponibilité des systèmes techniques, a été développé. Ce système remplace les "classeurs" de scénarios utilisés jusqu'à présent sur les lignes A et B. Le graphisme du PAD (Poste d'assistance Désenfumage) a été étudié de manière à reproduire au mieux les graphismes et symboles utilisés sur les IHM (Interfaces Homme Machine) de contrôle commande du PCC (la figure 8 donne un exemple de fenêtre PAD). Figure 8. Exemple d'interface du Poste d'assistance au Désenfumage (PAD). 7 Portes dans la galerie d'interconnexion LA - LB L'interconnexion (appelée aussi voie de service - VDS) est une galerie souterraine monovoie qui relie les lignes A et B au niveau des inter-stations Capitole Jean Jaurès (ligne A) et Jeanne d'arc Jean Jaurès (ligne B). Longue d'environ 300 m, cette galerie est utilisée pour l'échange / transfert de rames entre les lignes A et B vers les dépôts et centres de maintenance de Borderouge et Basso Cambo ainsi que pour le passage de trains de travaux. Les études aérauliques ont montré que cette galerie perturbe le fonctionnement du désenfumage tunnel et amoindrit ses performances. Pour résoudre ce problème deux portes motorisées et télécommandées ont été installées aux extrémités de la VDS. Ces portes sont "normalement fermées", elles ne sont ouvertes que pour les besoins de transfert de rames et d'engin indiqués plus haut. La sécurité de fonctionnement des portes vis-à-vis du risque de collision avec les rames est traitée de la manière suivante : l'autorisation de passage d'une rame au travers de la VDS n'est fournie que si les fins de course (triples, câblés en série) de chacune des portes remontent une information "portes ouvertes et verrouillées" vers le système VAL. Parallèlement à cette autorisation de passage, un ordre de "non autorisation de manœuvre" des portes est transmis par le système VAL vers le système de portes. Cet ordre agit directement sur l'alimentation électrique des moteurs des portes (coupure de - 7 -

8 l'alimentation électrique). Une fois la rame transférée, l'ordre "non autorisation de fermeture" est annulé, la porte peut être refermée. Figure 9. Portes de l'interconnexion (courtoisie de COFELY AXIMA et Elkuch-Bator) Les portes sont conçues pour résister à une température de 450 C durant 2 heures, sans déformation menant à la ruine (la fonction d'isolation de deux lignes de métro en cas d'incendie est assurée par le système de deux portes, distantes de 300 m environ). Les temps de manœuvre sont de l'ordre de 30 secondes (ouverture ou fermeture). Un critère de résistance à la pression de 500 Pa a été retenu. L'étanchéité des portes est assurée par une guillotine mobile épousant au mieux la géométrie des équipements sur radier (rails de roulement et de guidage). 8 Gaine de désenfumage de la station Esquirol La législation (arrêté du 22 novembre 2005) exige de protéger des fumées les stations encadrant le tunnel. De ce fait et en vue de la future utilisation de la ligne A par des rames de 52 m, le point d'extraction des fumées d'une des voies de la station Esquirol a dû être décalé d'une longueur d'environ 30 m afin de permettre une extraction des fumées au tympan de la future station prolongée. Ce décalage est réalisé via une gaine sous voûte d'une section de 4 m 2 et d'une longueur de 30 m environ. Pour des raisons d'organisation des travaux (réalisation en nuits courtes), une construction métallique / plaques de matériau isolant a été choisie. 9 Méthode et planning de réalisation Afin de minimiser tant les risques sur les usagers que les risques projet (retards, réclamations, ) et d'interruption d'exploitation, SMAT et TISSEO ont mis en place une cellule de travail spécifique (cellule POM: Planification / Organisation / Méthode) appliquant la méthodologie suivante: En phase projet: découpage des futurs travaux en tâches, puis, pour chacune de ces tâches, élaboration conjointe (MOA / MOE / Exploitant / CT) de DM (Dossiers de Modification) et d'as (Analyses de Sécurité). L'objectif de cette démarche est de décrire succinctement les travaux et d'y associer les contraintes à respecter par les entreprises (par exemple travaux de nuits, contraintes de protection incendie, ) afin de minimiser les risques, tant du point de vue de la sécurité des usagers que du maintien en exploitation de la ligne. En phase étude d'exécution: Elaboration par les entreprises de DR (Dossiers de Réalisation) et ADS (Analyses Détaillées des Sécurité) décrivant les méthodes de travaux utilisées ainsi que les moyens mis en œuvre pour limiter les risques. Ces DR et ADS sont soumis à l'approbation de MOA / MOE / Exploitant / CT

9 En phase travaux: contrôle par la MOE et le CT de la mise en œuvre des dispositions prévues dans les DR / ADS validés. Le cadencement des travaux en puits (cf. figure 10) a été construit de manière à assurer un niveau de sécurité GAME par rapport à la ligne A avant travaux. En particulier, les travaux de modernisation des puits de désenfumage ont été cadencés de telle manière que des capacités de désenfumage compatibles avec la sécurité des usagers soient conservées lors des travaux. Ceci a conduit, par exemple, à ne jamais entreprendre des travaux sur deux puits consécutifs de la ligne et à limiter à deux le nombre de puits simultanément en travaux. A chaque phase travaux correspond un ensemble de scénarios de "désenfumage travaux" calculés sur la base du modèle de simulation décrit précédemment. Le passage d'une phase travaux à l'autre implique une coordination fine avec l'exploitant s'agissant des procédures de désenfumage à appliquer. Figure 10. Cadencement des travaux des puits de désenfumage. 10 Conclusion / remerciements Cet article a présenté le projet d'amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse dont les travaux, d'une durée de trois ans, s'achèveront fin Les principaux défis du projet étaient : Conduire, sans interruption de l'exploitation du métro, des travaux complexes, multidisciplinaires (électricité, ventilation, contrôle-commande, génie-civil, ) et multi-sites (environ 9.5 km de tunnel, 14 stations, 12 puits de ventilation désenfumage). Garantir, pendant les travaux, un niveau de sécurité adéquat pour les deux cent mille utilisateurs quotidiens de cette ligne. Obtenir, pour les nouveaux systèmes de sécurité mis en place, les performances prescrites par la réglementation sécurité en vigueur tout en minimisant l'impact sur les constructions existantes du métro. Ces défis ont pu être relevés avec succès par l'application d'une méthodologie d'organisation / planification des travaux très élaborée impliquant tous les acteurs du projet dès la phase d'étude; par l'utilisation d'outils de modélisation et de calcul performants ainsi que par une identification / quantification / gestion pertinente des risques. BG Ingénieurs Conseils remercie le Maître d'ouvrage, SMAT, pour l'autorisation de publication de cet article et la participation à sa rédaction

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les. systèmes de lutte contre. l incendie par brouillards d eau

Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les. systèmes de lutte contre. l incendie par brouillards d eau Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les systèmes de lutte contre l incendie par brouillards d eau Lieutenant-colonel Ronan POILVERD Chef du bureau prévention PLAN La culture du risque française: un

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Mise en sécurité. Choisissez votre système de mise en sécurité. Qu'est-ce qu'un système de mise en securité? Catégorie d'un SMSI

Mise en sécurité. Choisissez votre système de mise en sécurité. Qu'est-ce qu'un système de mise en securité? Catégorie d'un SMSI Mise en sécurité Choisissez votre système de mise en sécurité Qu'est-ce qu'un système de mise en securité? Les systèmes de mise en sécurité (SMSI) sont des automates qui ont pour finalité de protéger les

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT. Site manager

RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT. Site manager RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT > TRAVAUX DATE DE MODIFICATION : 27/04/2015 FAMILLE : Mise en œuvre / Réalisation APPELLATIONS

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR REHABILITATION DU BATIMENT 33 SITE DE LA GAILLARDE VILLE DE MONTPELLIER C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR ZAC de Tournezy 23 rue Nelson Mandela 34070 Montpellier Tél. 04.99.52.81.40 Fax. 04.99.52.81.49

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Conditions Particulières

Conditions Particulières Le 18 février 2015 Modèle de Convention d exploitation pour un Site de consommation raccordé au Réseau Public de Distribution HTA ou HTB Conditions Particulières Résumé La Convention de Conduite et d Exploitation

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Guide des dossiers de sécurité des tunnels routiers

Guide des dossiers de sécurité des tunnels routiers centre d Études des Tunnels les repères Guide des dossiers de sécurité des tunnels routiers Fascicule 2 Tunnels en exploitation «de l état des lieux à l état de référence» Juin 2003 Le Guide des dossiers

Plus en détail

Instruction permanente prévention Doctrine GN8

Instruction permanente prévention Doctrine GN8 PRÉFET DE L'AIN Application des principes fondamentaux de conception et d'exploitation d'un ERP pour tenir compte des difficultés rencontrées lors de l'évacuation Table des matières 1 - Principes...2 2

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION Contact : Alexandre Ducolombier, chargé de mission bâtiment durable Tél : 09.72.39.88.42 Mail : alexandre.ducolombier@ale-lyon.org 1. OBJET

Plus en détail

A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition

A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition L'article 5-3 de la norme NFP 03-100 donne la liste des missions de contrôle technique complémentaires

Plus en détail

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades protection incendie Ouvrant de façade : Orcades FTE 502 130 D Mai 2011 Orcades ouvrant de façade d amenée d air Avantages Esthétique soignée (grille Cyclades en façade intérieure en option). Bonne isolation

Plus en détail

Quadra Entreprise On Demand

Quadra Entreprise On Demand Quadra Entreprise On Demand LS -Quadra Entrepriset OD- 11/2013 ARTICLE 1 : DEFINITIONS LIVRET SERVICE QUADRA ENTREPRISE ON DEMAND Les termes définis ci-après ont la signification suivante au singulier

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

CEP-CICAT 5 Février 2015. Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention

CEP-CICAT 5 Février 2015. Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention CEP-CICAT 5 Février 2015 Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention EVACUER EN TOUTE SECURITE ESPACES D ATTENTE SECURISES SOLUTIONS EQUIVALENTES CAS D EXONERATION ERP CODE DU TRAVAIL IGH Introduction

Plus en détail

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique]

[Résumé: Intégration d un contrôle automatisé dans une station de test électrique] SEPTEMBRE 2013 INSA de Strasbourg Génie électrique : Option énergie Par : Adnane BOUKHEFFA Tuteur Institutionnel : M. Guy STURTZER Réalisé au sein du Groupe Legrand 290 Avenue de Colmar, Strasbourg 67100

Plus en détail

Jean-Louis FELIPE. Consultant en systèmes d information Membre de la commission expertise ITIL d itsmf France SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Jean-Louis FELIPE. Consultant en systèmes d information Membre de la commission expertise ITIL d itsmf France SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE Jean-Louis FELIPE Consultant en systèmes d information Membre de la commission expertise ITIL d itsmf France Diplôme de l Ecole Supérieure d Electronique Armée de terre, 1982 SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE Une

Plus en détail

R41 REGLE DE PRESCRIPTION. Télésécurité. Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000)

R41 REGLE DE PRESCRIPTION. Télésécurité. Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000) R41 REGLE DE PRESCRIPTION Télésécurité Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000) Fédération Française des Sociétés d'assurances Cette règle a été élaborée au sein des instances de

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS La réglementation : C est la loi Les supports réglementairesr Le règlement de sécurité : C est l ensemble des textes relatifs à la sécurité applicables aux Établissements

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

PROGRAMME FONCTIONNEL RELATIF A L ACHAT D UN CLUSTER DE CALCUL

PROGRAMME FONCTIONNEL RELATIF A L ACHAT D UN CLUSTER DE CALCUL PROGRAMME FONCTIONNEL RELATIF A L ACHAT D UN CLUSTER DE CALCUL I Contexte Le Lycée de Bagnols sur Cèze veut se doter d'un centre de calcul scientifique et de stockage pour la conduite de projets éducatifs

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

Vendredi 22 mars 2013. Prolongement de la ligne B du métro Toulouse > Ramonville > Labège

Vendredi 22 mars 2013. Prolongement de la ligne B du métro Toulouse > Ramonville > Labège Vendredi 22 mars 2013 Prolongement de la ligne B du métro Toulouse > Ramonville > Labège 2 ème phase de concertation publique 25 mars au 12 avril 2013 2 ème phase de concertation publique sur le projet

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

Formation projet informatique. Expression de besoins, définir un besoin informatique

Formation projet informatique. Expression de besoins, définir un besoin informatique Formation projet informatique Expression de besoins, définir un besoin informatique Enjeux L'expression de besoins est le premier document produit, avant même le commencement du projet Détermine le lancement

Plus en détail

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Fiche technique 2011 / 01 Nouvelles dispositions prévues par le règlement de sécurité pour l évacuation des personnes en situation

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Groupement prévention du SDIS 85 PREAMBULE La loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

REGLES APSAD R81 DETECTION INTRUSION

REGLES APSAD R81 DETECTION INTRUSION REGLES APSAD R81 DETECTION INTRUSION La règle s applique à tous types de sites ou bâtiments quels qu en soit la surface totale et l usage. L avantage d un unique document est d harmoniser les méthodes

Plus en détail

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières COMMUNE D EPERLECQUES Entretien et rénovation du parc d Eclairage Public - Location, pose et dépose des motifs d illuminations des fêtes de fin d année Cahier des Clauses Techniques Particulières Maître

Plus en détail

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES

NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES NOTRE OFFRE GLOBALE STAGES INTER-ENTREPRISES HYDRAULIQUE MOBILE 5 Stages de 4 jours ----- HM1 HM2 HM3 HM4 HM5 2 Stages SAUER DANFOSS de 2 jours ----- PVG 32 ----- POMPE 90 MOTEUR 51 ELECTRONIQUE EMBARQUEE

Plus en détail

METRO D ALGER : LIGNE 1

METRO D ALGER : LIGNE 1 INAUGURATION DE LA PREMIERE LIGNE DU METRO D ALGER Dossier de presse 31 octobre 2011 Sommaire 1/ RATP Dev met en service, via sa filiale RATP El Djazaïr, la première ligne du métro d Alger. 2/ Présentation

Plus en détail

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE 069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE Centre de Ressources des Technologies de l'information pour le Bâtiment 069.1. Clauses techniques générales 069.2. Clauses techniques particulières

Plus en détail

OBLIGATIONS DES EXPLOITANTS D UN ERP EN MATIERE D ENTRETIEN ET DE VERIFICATIONS TECHNIQUES DES INSTALLATIONS Etablissements du 1 er groupe

OBLIGATIONS DES EXPLOITANTS D UN ERP EN MATIERE D ENTRETIEN ET DE VERIFICATIONS TECHNIQUES DES INSTALLATIONS Etablissements du 1 er groupe Page 1 / 11 1 PUBLIC VISE Exploitant(e) d un établissement recevant du public (ERP) du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) et membres des commissions de sécurité 2 OBJECTIFS L exploitant(e) est responsable

Plus en détail

PRESCRIPTIONS POUR LE RACCORDEMENT DES INSTALLATIONS POUR LE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE

PRESCRIPTIONS POUR LE RACCORDEMENT DES INSTALLATIONS POUR LE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE COMMUNE D'ORSIERES Rue de la Commune 3-1937 Orsières PRESCRIPTIONS POUR LE RACCORDEMENT DES INSTALLATIONS POUR LE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ARTICLE 1 INTRODUCTION 1. Le chauffage électrique des locaux est accordé

Plus en détail

Plan de secours. Marie-pascale Delamare d'après "Plan de continuité d'activité publié par le CLUSIF" LE PLAN DE CONTINUITÉ DE SERVICE (PCS)

Plan de secours. Marie-pascale Delamare d'après Plan de continuité d'activité publié par le CLUSIF LE PLAN DE CONTINUITÉ DE SERVICE (PCS) Plan de secours Un plan de continuité de service (PCS) contient à la fois un plan de secours informatique (PSI) et un plan de reprise d'activité (PRA). Avant de commencer une étude de Plan de Secours Informatique,

Plus en détail

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : U N E N O U V E L L E P R A T I Q U E D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T Pour les bâtiments et à l'échelle

Plus en détail

AUTOMATISMES DE PORTE DA460, DA461 et DA430

AUTOMATISMES DE PORTE DA460, DA461 et DA430 AUTOMATISMES DE PORTE DA460, DA461 et DA430 OUVRE-PORTES AUTOMATIQUES Fonctionnalité accessibilité pour plus de confort. Fonctionnalités Confort de l ouverture automatique Dans les situations où ouvrir

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

Potentialité des modèles de calcul en matière de désenfumage

Potentialité des modèles de calcul en matière de désenfumage Journée SSPS 05.05.2011 Désenfumage & Installations aérauliques Potentialité des modèles de calcul en matière de désenfumage Didier Guignard, ECA Vaud Des fumées et des hommes Désenfumage: gérer des fumées,

Plus en détail

VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire

VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire Notice de Montage VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire VC 100876 - D920_a - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France VMT Mod est un système de ventilation intelligent à destination

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

De nouveaux horizons pour votre Datacenter

De nouveaux horizons pour votre Datacenter Gestion et surveillance de l'infrastructure au service de la continuité d'activité (Business- Critical Continuity TM ) De nouveaux horizons pour votre Datacenter Avocent Data Center Planner Vers un nouveau

Plus en détail

LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI

LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI 1/15 LOT N 12 - ELECTRICITE CFO/CFA-SSI 12.3. CADRE DE DECOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE A Généralités 1 Installations Electriques de chantier - Disjoncteur

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE?

HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE? HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE? Les dépenses publiques des hôpitaux ont augmenté de 50% en 10 ans et les hôpitaux ont une consommation d environ 400 kwh/m² d énergie finale (contre 100

Plus en détail

Solutions de surveillance OMICRON

Solutions de surveillance OMICRON Solutions de surveillance OMICRON Surveillance des décharges partielles sur les équipements haute tension M/G Allongement de la durée de vie des équipements haute tension Pourquoi assurer une surveillance?

Plus en détail

Éditions QAD On Demand est disponible en trois éditions standard : QAD On Demand is delivered in three standard editions:

Éditions QAD On Demand est disponible en trois éditions standard : QAD On Demand is delivered in three standard editions: QAD On Demand QAD On Demand est une option du déploiement de QAD Enterprise Applications. Grâce à elle, les utilisateurs tirent un profit maximum de QAD Enterprise Applications, partout dans le monde,

Plus en détail

Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva

Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva Numéro d affaire : Etablie entre : Vialis, Gestionnaire de Réseau

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision Mise en sécurité des ascenseurs Solutions techniques pour répondre à l obligation réglementaire de précision d arrêt et maintien à niveau des ascenseurs Utilisation des variateurs électriques de vitesse

Plus en détail

ORT 19 décembre 2014. Accessibilité des transports collectifs urbains et information voyageurs - Des solutions pour tous les usagers?

ORT 19 décembre 2014. Accessibilité des transports collectifs urbains et information voyageurs - Des solutions pour tous les usagers? ORT 19 décembre 2014 Accessibilité des transports collectifs urbains et information voyageurs - Des solutions pour tous les usagers? 1 Sommaire 1 - La structure de Tisséo 2 - Les effets du changement législatif

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC»

Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» Dispositif de soutien à la rénovation BBC des immeubles de logements en copropriété Règlement de la subvention «Mission de Maîtrise d œuvre BBC» 1 Contexte Nantes Métropole s'est fixé comme objectif, en

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel

Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel 1 Sommaire 1) Présentation du contexte technique...3 1.1) Des

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Supervision & Maintenance des centrales photovoltaïques en toiture GARANTIR LA PERFORMANCE DE VOS INVESTISSEMENTS DANS LE TEMPS

Supervision & Maintenance des centrales photovoltaïques en toiture GARANTIR LA PERFORMANCE DE VOS INVESTISSEMENTS DANS LE TEMPS Supervision & Maintenance des centrales photovoltaïques en toiture GARANTIR LA PERFORMANCE DE VOS INVESTISSEMENTS DANS LE TEMPS 2 EDF ENR Solaire La Supervision-Maintenance des toitures photovoltaïques

Plus en détail

Assurance qualité du côté de l'entreprise (1) pour l'utilisation de systèmes de peintures intumescentes

Assurance qualité du côté de l'entreprise (1) pour l'utilisation de systèmes de peintures intumescentes Assurance qualité du côté de l'entreprise (1) pour l'utilisation de systèmes de peintures intumescentes sur acier (en tant qu'annexe 3 de la publication SZS C2.5 «Peintures intumescentes» reconnue officiellement

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture

Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de. l architecture Réduction de la consommation énergétique des datacenter : optimisation du conditionnement d air, influence de Orange Labs l architecture David Nörtershäuser, Recherche & Développement Stéphane Le Masson,

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

SYSTEME DE DESENFUMAGE 12 NIVEAUX

SYSTEME DE DESENFUMAGE 12 NIVEAUX EGEE SYSTEME DE DESENFUMAGE 12 NIVEAUX POUR IMMEUBLES D'HABITATION 3eme FAMILLEB et 4eme FAMILLE NOTICE TECHNIQUE MISE EN SERVICE NOTICE D'UTILISATION (Indice I) Réf : NT008PT Date : 20/10/05 Ind : I Page

Plus en détail

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise ManageEngine IT360 Présentation du produit ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise Améliorer la prestation de service à l'aide d'une approche intégrée de gestion des performances

Plus en détail

SECURITE DES BATIMENTS Alarmes incendie

SECURITE DES BATIMENTS Alarmes incendie SECURITE DES BATIMENTS Alarmes incendie BTS Electrotechnique ALARMES INCENDIE 1. LES NORMES EN VIGUEUR page 2 2. SSI et EA page 2 a. Protection des personnes, Etablissement Recevant du Public page 2 b.

Plus en détail

Impact de la réglementation incendie 2009 dans les ERP sportifs

Impact de la réglementation incendie 2009 dans les ERP sportifs Narbonne 26 septembre 2013 Impact de la réglementation incendie 2009 dans les ERP sportifs Debusschère Vincent Chef du service des sports - Bordeaux Andiiss National Impact de la nouvelle réglementation

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8843 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 9 septembre 2002 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit d'investissement de 3 470 000 F pour la mise en conformité

Plus en détail

Le confort, sans effort. domotique

Le confort, sans effort. domotique Le confort, sans effort domotique Vous êtes sur le départ? Votre maison est prête, elle aussi. Il vous suffira d appuyer sur un bouton pour éteindre toutes les lumières, fermer les volets, couper le chauffage

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E

somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E " 1 SOMMAIRE GÉNÉRALITÉS 2 L univers Somfy? 2 Assistance 2 CONSIGNES DE SÉCURITÉ 3 Normes 3 Consignes de sécurité 3 PRÉSENTATION DU PRODUIT 3 Description

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Memory Arrays avec Memory Gateways Version 5.5.2 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN IMMEUBLE DE 70 LOGEMENTS PHASE PRO. Annexes au C.C.T.P.

CONSTRUCTION D UN IMMEUBLE DE 70 LOGEMENTS PHASE PRO. Annexes au C.C.T.P. ARCOBA «Le jardin bleu» CONSTRUCTION D UN IMMEUBLE DE 70 LOGEMENTS 20,24 RUE COROT- 13013 MARSEILLE PHASE PRO Annexes au C.C.T.P. LOT n 14 PLOMBERIE SANITAIRES/VMC/DESENFUMAGE Maître d Ouvrage ICADE CAPRI

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Plan présentation RATP

Plan présentation RATP Plan présentation RATP Présentation réseau RATP Présentation de la maintenance des caténaires Risques rupture caténaire Sélection du nouveau système Présentation du réseau RATP NANTERRE T1 T2 T3 VAL DE

Plus en détail

Gestion Technique et Energétique du Bâtiment

Gestion Technique et Energétique du Bâtiment Gestion Technique et Energétique du Bâtiment Jean VINTOUSKY Philippe CÔTE Sommaire I. Présentation Société ABELIC et TREND II. Pourquoi investir dans une GTEB III.La GTEB IV.Exemples concrets : GUILLIN

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU D EAUX USEES DU BOURG

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU D EAUX USEES DU BOURG MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Objet du marché TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU D EAUX USEES DU BOURG 4 - B O R D E R E A U D E S P R I X U N I T A I R E S ( B P U ) Maître de l'ouvrage Commune de Mouzeil

Plus en détail

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale 68 NOMBREUSES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR AMP 1 69 INFORMATION PRODUIT AMP 1 Avec un Airmaster vous ne choisissez pas seulement une solution d'avenir durable - mais PLEINS FEUX SUR LA FONCTIONNALITÉ ET LE

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables.

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Nos moyens humains et techniques Nos moyens humains : EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Notre équipe multi-technique et

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail