Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse"

Transcription

1 Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse Xavier Guigas, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Raphaël Defert, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Nicolas Delpech, SMAT, Toulouse, France Bruno Rivault, SMAT, Toulouse, France Résumé Afin d'améliorer la sécurité des usagers, le Maître d'ouvrage du métro de Toulouse a engagé en 2007 un diagnostic de sécurité de la partie tunnel de la ligne A mise en service en 1993 (longue de 12.5 km, la ligne A possède 9.5 km de tunnel). Cette étude déboucha sur le projet dit "Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A" dont la phase étude débuta en 2008 (avant-projet) et dont les travaux s'achèveront fin Le présent article décrit ce projet d'amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A et en particulier la modernisation du système de ventilation / désenfumage des tunnels. Sont décrits: L'organisation générale du projet ainsi que les différents thèmes d'amélioration de la sécurité. Le système de ventilation / désenfumage (12 puits répartis le long de la ligne), les principes de fonctionnement et scénarios de désenfumage, les objectifs de performances du nouveau système ainsi que le cadre règlementaire applicable. Les spécificités techniques du projet. Les outils de simulations aérauliques utilisés pour le dimensionnement du système de ventilation / désenfumage ainsi que pour l'établissement des scénarios de désenfumage en phases travaux et en phase définitive (simulations numériques monodimensionnelles et tridimensionnelles). La méthodologie d'organisation, de planification des travaux et de mise en œuvre du nouveau système de ventilation / désenfumage en relation avec le maintien en exploitation de la ligne avec le niveau de sécurité requis (maîtrise du risque selon le principe GAME) pour ses deux cent mille utilisateurs quotidiens. Abstract The owner of the Toulouse Metro has launched in 2007 a diagnostic study aiming at identifying the potential safety shortcomings of the tunnel part of the line A commissioned in 1993 (the line A is 12.5 km long with 9.5 km of tunnels). This diagnostic study lead to the project known as "Tunnel Safety Improvement of Toulouse Metro Line A" started in 2008 (preliminary studies). The works related to this project are ongoing and should end in winter This paper describes the Line A Tunnel Safety Improvement Project, with an emphasis on the refurbishment / modernization of the tunnel fire ventilation system. Will be described in details: The project organisation and the various themes of the safety improvement. The tunnel fire ventilation system (12 ventilation shafts distributed along the line), the fire ventilation scenarios, and the performance objectives set for the new system in relation with the applicable safety regulations. The technical specificities of the project. The simulation tools used for the sizing of the new ventilation system and for the calculation / definition of the ventilation scenarios during and after the refurbishment works The methodology for the organisation and planning of the works in relation with the operation continuity of the line with an adequate safety level for its two hundred thousand daily users (risk management according to the GAME principle Globalement Au Moins Equivalent)

2 Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse Xavier Guigas, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Raphaël Defert, BG Ingénieurs Conseils, Lausanne, Suisse Nicolas Delpech, SMAT, Toulouse, France Bruno Rivault, SMAT, Toulouse, France 1 Introduction La ville de Toulouse dispose de deux lignes de métro, les lignes A et B, mises en service respectivement en 1993 (prolongée en 2002) et 2007, et toutes deux équipées de matériel roulant de type VAL (Véhicule Automatique Léger). Ces deux lignes sont exploitées par TISSEO. La réalisation d un programme d amélioration de la ligne A, en service depuis 20 ans, a été confiée par l Autorité Organisatrice des Transports (Syndicat Mixte des Transports en Commun de l Agglomération Toulousain) à la SMAT (Société pour la Mobilité de l'agglomération Toulousaine), Maître d'ouvrage délégué. Figure 1: Les lignes de métro de Toulouse et le VAL. Dans un souci d'amélioration de la sécurité des usagers, la SMAT a engagé en 2007 un diagnostic de sécurité dans la partie tunnel de la ligne A (longue de 12.5 km, la ligne A possède 9.5 km de tunnel). Cette étude déboucha sur le projet dit "Amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A" dont la phase étude débuta en 2008 (avant-projet) et dont les travaux, d'une durée de 30 mois, s'achèveront en Objectifs généraux du projet / Référentiel normatif / Dossier de sécurité Le diagnostic de sécurité a permis d'identifier les thèmes suivants d'amélioration de la sécurité des tunnels: Amélioration des dispositifs d'évacuation des usagers : Les travaux ont consisté en la rénovation complète de l'éclairage de balisage et de cheminement, la pose d'une main courante, la pose d'une signalétique d'évacuation ainsi que le traitement des obstacles identifiés sur les cheminements d'évacuation afin de garantir le respect du gabarit d'évacuation prescrit par la réglementation. Amélioration des dispositifs d'intervention des services de secours : Il s'agit de créer un nouvel accès au tunnel localisé au niveau du puits Garonne. Amélioration du système de désenfumage (hors prolongement) : Les travaux englobent la modernisation de 12 puits de désenfumage (replacement des ventilateurs et des équipements - 2 -

3 électromécaniques en puits); l'adaptation du système d'alimentation électrique des puits aux nouvelles puissances des ventilateurs; la mise en place de portes motorisées et télécommandées dans la galerie de liaison entre les lignes A et B; l'installation d'une gaine de désenfumage dans la station Esquirol; mise à disposition de l'exploitant d'un système informatisé d'assistance au choix du scénario de désenfumage (PAD: Poste d'assistance au Désenfumage). Le référentiel normatif utilisé est l'arrêté du 22 novembre 2005 relatif à la sécurité dans les tunnels des systèmes de transport publics guidés de personnes. Ce référentiel fixe les performances à atteindre en termes de sécurité une fois les travaux d'amélioration achevés. L'objectif de niveau de sécurité pendant la phase de travaux (pendant laquelle cohabitent, par exemple, anciens et nouveaux équipements) a été choisi GAME (Globalement Au Moins Equivalent) à celui prévalant sur la ligne A avant travaux d'amélioration. Le DPS (Dossier Préliminaire de Sécurité) et le DS (Dossier de Sécurité) élaborés par BG Ingénieurs Conseils, respectivement avant et après les travaux, visent à démontrer le respect de ces nivaux de sécurité. 3 Organisation du projet Le Maître d'ouvrage (MOA: SMAT) s'est entouré d'un Maître d'œuvre (MOE: groupement BG Ingénieurs Conseils / OTCE MP / OPMP, piloté par BG), d'un contrôleur technique (SOCOTEC), d'un Coordinateur en matière de Sécurité et de Protection de la Santé des travailleurs (SOCOTEC) ainsi que d'un Expert ou Organisme Qualifié Agréé en matière de sécurité des usagers (CERTIFER). Le projet a fait également intervenir activement l'exploitant du métro de Toulouse (TISSEO) et le concepteur du système VAL (SIEMENS) pour les aspects d'intégration des systèmes rénovés dans le contrôle-commande de la ligne. L'ensemble des travaux d'amélioration sécurité tunnel a été divisé en quatre lots selon la figure 2 cidessous qui résume l'organisation du projet. Contrôleur Technique SOCOTEC CSPS SOCOTEC EOQA CERTIFER Maîtrise d'ouvrage SMAT Maîtrise d'œuvre Exploitant TISSEO Système VAL SIEMENS BG / OTCE MP / OPMP Marché 1a Amélioration des dispositifs d'évacuation des usagers INEO / ARTEL - Eclairage tunnel - Main courante - Signalétique - Corrections gabarit de fuite Marché 1b Amélioration des dispositifs d'accés pour services de secours BOURDARIOS - Création accès Garonne Marché 2a Alimentation électrique des nouveaux ventilateurs SPIE Sud Ouest - Modifications sous-stations - Liaisons puissance en tunnel - Création sous station Garonne Marché 2b Ventilation COFELY AXIMA / FONTANIE - Ventilateurs et éqpt. en puits - Armoires puissance / commande - Portes VDS - Gaine Esquirol - PAD - Essais globaux Figure 2: Organisation générale du projet 4 Principes de fonctionnement et performance du désenfumage tunnel Le système de désenfumage des tunnels de la ligne A consiste à extraire les fumées par un puits situé dans l'inter-station sinistrée, de façon à limiter la propagation des fumées à cette inter-station et à protéger les stations encadrantes et les tunnels. Les puits d'inter-stations sont chacun dotés d'un unique ventilateur réversible. Les ventilateurs sont activés en mode insufflation d'air frais ou extraction des fumées suivant la position du puits par rapport au sinistre et suivant l'état de disponibilité du système de ventilation (mode nominal ou modes dégradés, cf. figure 3)

4 Figure 3. Principe du désenfumage en mode nominal et modes dégradés (incendie en inter-station N). Les objectifs de performances sont : Mode nominal : correspond aux prescriptions de l'arrêté de 2005 pour le cas où le matériel roulant ne satisfait pas aux normes NF F / 102 et 103 (ce qui est le cas des véhicules VAL circulant sur la ligne A). Dans ce cas, les vitesses de balayage dans l'inter-station où est localisé l'incendie doivent être supérieures ou égales aux vitesses critiques calculées pour les caractéristiques des tronçons de tunnels considérés et pour la puissance de l'incendie prise en compte : 6 MW dans le cas de la ligne A. Ces vitesses de balayage convergent vers le puits extracteur. Mode dégradé "extracteur défaillant": dans ce cas, les fumées sont poussées vers un des puits encadrant, enclenché en mode extraction, alors que l'autre puits encadrant ainsi qu'un puits supplémentaire (N+2 ou N-2 suivant les cas) sont enclenchés en mode insufflation. Le puits extracteur "de remplacement" est déterminé en fonction de sa proximité au puits défaillant. Une vitesse de balayage supérieure ou égale à la vitesse critique est induite dans l'inter-station incidentée, une vitesse d'air convergeant vers l'extracteur en service permet d'assurer la non-propagation des fumées dans le reste de l'ouvrage. Mode dégradé "insufflateur défaillant": l'autre insufflateur est arrêté et les vitesses de balayage dans l'inter-station incidentée, qui doivent être supérieures à 1.0 m/s, convergent vers l'extracteur en service. 5 Dimensionnement des ventilateurs / optimisation des puits Comme indiqué précédemment, les objectifs de performance se situent au niveau des vitesses de balayage à atteindre en tunnel. Le dimensionnement a donc consisté, dans un premier temps, à déterminer les débits de ventilation de chaque puits, nécessaires à générer les flux d'air prescrits en tunnel pour les différents modes de fonctionnement (nominal, dégradés) et pour les différents scénarios de ventilation (position de l'incendie). Dans un second temps, les pertes de charge et puissances des ventilateurs sont déterminées. Le calcul des débits nécessaires a été réalisé via un modèle aéraulique unidimensionnel et in stationnaire complet des tunnels de la ligne A (la figure 4 montre un exemple de l'interface graphique du modèle). En plus des effets classiquement pris en compte (pertes de charges linéaires et singulières, thermique, contre pression due au vent aux portails), ce modèle différencie les puits "NON RENOVES" (c'est-à-dire possédant encore leurs anciens équipements fonctionnels), les puits "EN TRAVAUX" (fermés par rapport au tunnel) et les puits "RENOVES" (avec leurs nouveaux ventilateurs). Outre le dimensionnement des ventilateurs, cet outil, calibré à l'aide de mesure in situ, a - 4 -

5 permis de calculer de manière rationnelle et pertinente les scénarios de désenfumage en mode travaux. Figure 4. Simulateur 1-D du désenfumage de la ligne A. La figure 5 compare les débits et puissances des anciens et nouveaux ventilateurs. Les principales spécifications contractuelles à garantir par l'entreprise titulaire étaient : les débits d'air en puits, une réversibilité de 100% en débit, les puissances minimales des machines, une capacité de fonctionnement à tous régimes sous une contrainte de variation de pression de +/- 500 Pa due au pistonnement des rames et une résistance à la température de 200 C pendant 2 heures. Figure 5. Comparaisons des débits et puissances des anciens et nouveaux ventilateurs / nouveau ventilateur en cours de tests usine. Une des contraintes principales du projet a consisté à conserver le génie civil des puits de ventilation existants tout en augmentant considérablement les débits des ventilateurs (les débits sont triplés dans certains cas). Une optimisation poussée de l'aérodynamique des puits a été rendue nécessaire afin de rationaliser les puissances électriques installées et à conserver un niveau de nuisances acoustiques compatible avec l'environnement urbain. La figure 6 montre un exemple de simulations 3-D de l'écoulement en puits pour le régime d'extraction maximum. Ces simulations prennent en compte la géométrie réelle des équipements proposés par l'installateur et ont permis de contrôler la pertinence des choix techniques, notamment au niveau des pièges à sons de grande longueur dont les baffles ont été équipés de diffuseurs (gain important en perte de charge)

6 Figure 6. Simulation 3-D (Fluent) de l'écoulement au travers d'un des puits de désenfumage. 6 Alimentation électrique et contrôle-commande L'architecture d'alimentation électrique et de contrôle-commande des nouveaux équipements de ventilation est résumée dans la figure 7. Figure 7. Architecture d'alimentation et de commande des ventilateurs (exemple pour un puits). Les nouvelles puissances des ventilateurs ont rendu nécessaire une refonte complète de leurs systèmes d'alimentation électrique (remplacement des transformateurs et des TGBT en stations ainsi que des liaisons de puissance en tunnel). Chaque puits est alimenté par le biais de deux nouveaux transformateurs situés dans la station la plus proche, chacun connecté à une des deux artères 20 KV transitant le long de toute la ligne A. Les ventilateurs sont alimentés aux travers de nouveaux variateurs de fréquence dont les caractéristiques principales sont : 315 kw / faible rejet d'harmoniques (< 4%) / freinage par rejet d'énergie sur le réseau / fonctionnement garanti pour une température de 70 C pendant une heure. Les télécommandes et télésurveillance de chaque puits, depuis le PCC, sont réalisées via le réseau de contrôle-commande général de la ligne A (appelé réseau C200). Une commande additionnelle et - 6 -

7 sécurisée des fonctionnalités désenfumage est disponible par les coffrets pompiers situés en stations. Les commandes aboutissent en puits à de nouvelles armoires automates industriels gérant les différents régimes de rotation des ventilateurs et surveillant leurs fonctionnements. Les régimes de rotation préprogrammés commandables depuis le PCC sont : désenfumage extraction / désenfumage insufflation / confort extraction PV ou GV / confort insufflation PV ou GV. En outre, une routine de ventilation de confort est programmée dans l'automate puits; cette routine régule automatiquement le débit d'air extrait ou insufflé en fonction des températures extérieures et intérieures et en fonction de plages horaires préprogrammées. Un système informatique visant à aider l'opérateur PCC (Poste de Commande Centralisé) à choisir le scénario de désenfumage adéquat, en fonction de la localisation de l'incendie et de la disponibilité des systèmes techniques, a été développé. Ce système remplace les "classeurs" de scénarios utilisés jusqu'à présent sur les lignes A et B. Le graphisme du PAD (Poste d'assistance Désenfumage) a été étudié de manière à reproduire au mieux les graphismes et symboles utilisés sur les IHM (Interfaces Homme Machine) de contrôle commande du PCC (la figure 8 donne un exemple de fenêtre PAD). Figure 8. Exemple d'interface du Poste d'assistance au Désenfumage (PAD). 7 Portes dans la galerie d'interconnexion LA - LB L'interconnexion (appelée aussi voie de service - VDS) est une galerie souterraine monovoie qui relie les lignes A et B au niveau des inter-stations Capitole Jean Jaurès (ligne A) et Jeanne d'arc Jean Jaurès (ligne B). Longue d'environ 300 m, cette galerie est utilisée pour l'échange / transfert de rames entre les lignes A et B vers les dépôts et centres de maintenance de Borderouge et Basso Cambo ainsi que pour le passage de trains de travaux. Les études aérauliques ont montré que cette galerie perturbe le fonctionnement du désenfumage tunnel et amoindrit ses performances. Pour résoudre ce problème deux portes motorisées et télécommandées ont été installées aux extrémités de la VDS. Ces portes sont "normalement fermées", elles ne sont ouvertes que pour les besoins de transfert de rames et d'engin indiqués plus haut. La sécurité de fonctionnement des portes vis-à-vis du risque de collision avec les rames est traitée de la manière suivante : l'autorisation de passage d'une rame au travers de la VDS n'est fournie que si les fins de course (triples, câblés en série) de chacune des portes remontent une information "portes ouvertes et verrouillées" vers le système VAL. Parallèlement à cette autorisation de passage, un ordre de "non autorisation de manœuvre" des portes est transmis par le système VAL vers le système de portes. Cet ordre agit directement sur l'alimentation électrique des moteurs des portes (coupure de - 7 -

8 l'alimentation électrique). Une fois la rame transférée, l'ordre "non autorisation de fermeture" est annulé, la porte peut être refermée. Figure 9. Portes de l'interconnexion (courtoisie de COFELY AXIMA et Elkuch-Bator) Les portes sont conçues pour résister à une température de 450 C durant 2 heures, sans déformation menant à la ruine (la fonction d'isolation de deux lignes de métro en cas d'incendie est assurée par le système de deux portes, distantes de 300 m environ). Les temps de manœuvre sont de l'ordre de 30 secondes (ouverture ou fermeture). Un critère de résistance à la pression de 500 Pa a été retenu. L'étanchéité des portes est assurée par une guillotine mobile épousant au mieux la géométrie des équipements sur radier (rails de roulement et de guidage). 8 Gaine de désenfumage de la station Esquirol La législation (arrêté du 22 novembre 2005) exige de protéger des fumées les stations encadrant le tunnel. De ce fait et en vue de la future utilisation de la ligne A par des rames de 52 m, le point d'extraction des fumées d'une des voies de la station Esquirol a dû être décalé d'une longueur d'environ 30 m afin de permettre une extraction des fumées au tympan de la future station prolongée. Ce décalage est réalisé via une gaine sous voûte d'une section de 4 m 2 et d'une longueur de 30 m environ. Pour des raisons d'organisation des travaux (réalisation en nuits courtes), une construction métallique / plaques de matériau isolant a été choisie. 9 Méthode et planning de réalisation Afin de minimiser tant les risques sur les usagers que les risques projet (retards, réclamations, ) et d'interruption d'exploitation, SMAT et TISSEO ont mis en place une cellule de travail spécifique (cellule POM: Planification / Organisation / Méthode) appliquant la méthodologie suivante: En phase projet: découpage des futurs travaux en tâches, puis, pour chacune de ces tâches, élaboration conjointe (MOA / MOE / Exploitant / CT) de DM (Dossiers de Modification) et d'as (Analyses de Sécurité). L'objectif de cette démarche est de décrire succinctement les travaux et d'y associer les contraintes à respecter par les entreprises (par exemple travaux de nuits, contraintes de protection incendie, ) afin de minimiser les risques, tant du point de vue de la sécurité des usagers que du maintien en exploitation de la ligne. En phase étude d'exécution: Elaboration par les entreprises de DR (Dossiers de Réalisation) et ADS (Analyses Détaillées des Sécurité) décrivant les méthodes de travaux utilisées ainsi que les moyens mis en œuvre pour limiter les risques. Ces DR et ADS sont soumis à l'approbation de MOA / MOE / Exploitant / CT

9 En phase travaux: contrôle par la MOE et le CT de la mise en œuvre des dispositions prévues dans les DR / ADS validés. Le cadencement des travaux en puits (cf. figure 10) a été construit de manière à assurer un niveau de sécurité GAME par rapport à la ligne A avant travaux. En particulier, les travaux de modernisation des puits de désenfumage ont été cadencés de telle manière que des capacités de désenfumage compatibles avec la sécurité des usagers soient conservées lors des travaux. Ceci a conduit, par exemple, à ne jamais entreprendre des travaux sur deux puits consécutifs de la ligne et à limiter à deux le nombre de puits simultanément en travaux. A chaque phase travaux correspond un ensemble de scénarios de "désenfumage travaux" calculés sur la base du modèle de simulation décrit précédemment. Le passage d'une phase travaux à l'autre implique une coordination fine avec l'exploitant s'agissant des procédures de désenfumage à appliquer. Figure 10. Cadencement des travaux des puits de désenfumage. 10 Conclusion / remerciements Cet article a présenté le projet d'amélioration de la sécurité des tunnels de la ligne A du métro de Toulouse dont les travaux, d'une durée de trois ans, s'achèveront fin Les principaux défis du projet étaient : Conduire, sans interruption de l'exploitation du métro, des travaux complexes, multidisciplinaires (électricité, ventilation, contrôle-commande, génie-civil, ) et multi-sites (environ 9.5 km de tunnel, 14 stations, 12 puits de ventilation désenfumage). Garantir, pendant les travaux, un niveau de sécurité adéquat pour les deux cent mille utilisateurs quotidiens de cette ligne. Obtenir, pour les nouveaux systèmes de sécurité mis en place, les performances prescrites par la réglementation sécurité en vigueur tout en minimisant l'impact sur les constructions existantes du métro. Ces défis ont pu être relevés avec succès par l'application d'une méthodologie d'organisation / planification des travaux très élaborée impliquant tous les acteurs du projet dès la phase d'étude; par l'utilisation d'outils de modélisation et de calcul performants ainsi que par une identification / quantification / gestion pertinente des risques. BG Ingénieurs Conseils remercie le Maître d'ouvrage, SMAT, pour l'autorisation de publication de cet article et la participation à sa rédaction

CYBER PRO2 COFFRET DE RELAYAGE À LOGIQUE PROGRAMMÉE

CYBER PRO2 COFFRET DE RELAYAGE À LOGIQUE PROGRAMMÉE CYBER PRO2 COFFRET DE RELAYAGE À LOGIQUE PROGRAMMÉE Gain de temps très important au câblage et économies sur les linéaires de câble Commande confort et protection(s) thermique(s) intégrées avec fonction

Plus en détail

Lycée G MONERVILLE- STS électrotechnique. FORMATION A L HABILITATION ELECTRIQUE : Présentation du système de ventilation du métro de PARIS

Lycée G MONERVILLE- STS électrotechnique. FORMATION A L HABILITATION ELECTRIQUE : Présentation du système de ventilation du métro de PARIS Classe : ELECTROTECHNIQUE Lycée G MONERVILLE- STS électrotechnique FORMATION A L HABILITATION ELECTRIQUE : Présentation du système de ventilation du métro de PARIS Durée 1h30 I. PRESENTATION DU SYSTEME

Plus en détail

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment ventilation CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment ventilation CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Organisation de l'entreprise Expliquer et appliquer les procédures de l'entreprise Objectifs évaluateurs Décrire le plan directeur et l'organigramme de l'entreprise Expliquer et

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie

Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie Sinteso TM, détection et mise en sécurité incendie Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie STT20 www.siemens.fr/buildingtechnologies Certifié NF - SSI La réglementation de sécurité incendie des Etablissements

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les. systèmes de lutte contre. l incendie par brouillards d eau

Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les. systèmes de lutte contre. l incendie par brouillards d eau Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les systèmes de lutte contre l incendie par brouillards d eau Lieutenant-colonel Ronan POILVERD Chef du bureau prévention PLAN La culture du risque française: un

Plus en détail

Présentation de SPK Engineering. Ingénierie de la Sécurité Incendie. Assistance à maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre

Présentation de SPK Engineering. Ingénierie de la Sécurité Incendie. Assistance à maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre Présentation de SPK Engineering Ingénierie de la Sécurité Incendie Assistance à maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre Sommaire Présentation de SPK Engineering Références Prestations proposées : Audit

Plus en détail

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir EMPL Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir Services légaux et complémentaires pour la Wallonie Optimising work environments Vers une politique rationnelle en matière d'énergie. Le changement

Plus en détail

Mise en sécurité. Choisissez votre système de mise en sécurité. Qu'est-ce qu'un système de mise en securité? Catégorie d'un SMSI

Mise en sécurité. Choisissez votre système de mise en sécurité. Qu'est-ce qu'un système de mise en securité? Catégorie d'un SMSI Mise en sécurité Choisissez votre système de mise en sécurité Qu'est-ce qu'un système de mise en securité? Les systèmes de mise en sécurité (SMSI) sont des automates qui ont pour finalité de protéger les

Plus en détail

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Projeteur en technique du bâtiment sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Organisation de l'entreprise Expliquer et appliquer les procédures de l'entreprise Objectifs évaluateurs Décrire le plan directeur et l'organigramme de l'entreprise Expliquer et

Plus en détail

ADAPTATION DES STATIONS EXISTANTES DE LA LIGNE

ADAPTATION DES STATIONS EXISTANTES DE LA LIGNE ADAPTATION DES STATIONS EXISTANTES DE LA LIGNE Dossier d enquête publique au titre du code de l environnement et portant sur la mise en compatibilité du Plan Local d Urbanisme de Paris ADAPTATION DES STATIONS

Plus en détail

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A.

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. CHAUFFAGE URBAIN SOCIETE CHAMBERIENNE DE DISTRIBUTION DE CHALEUR SCDC CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. SIEBENBOUR SOMMAIRE

Plus en détail

Concept de protection d incendie ligne diamètrale (DML)

Concept de protection d incendie ligne diamètrale (DML) Concept de protection d incendie ligne diamètrale (DML) Une rétrospective sur les 10 dernières années Journée Professionelle SSPS, le 13 novembre 2014 23.11.2014 Table des matières 1. Aperçu bref sur les

Plus en détail

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement.

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. 1.1. Vérifications à effectuer avant toute mise en service La mise en service est une opération obligatoire imposée

Plus en détail

COFFRETS DE DÉSENFUMAGE PILOT PARC

COFFRETS DE DÉSENFUMAGE PILOT PARC COFFRETS DE Gestion de l utilisation confort et désenfumage des parkings Pilote le sfflage et/ l extraction Conforme aux réglementations incendie ne nécessitant pas de coffret de relayage NF Interrupteur-sectionneur

Plus en détail

Lot n 6: Electricité - Chauffage électrique et VMC CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29

Lot n 6: Electricité - Chauffage électrique et VMC CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29 CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29 03.02 BASE DE CHOIX ET CALCUL...29 03.03 QUALITE DES INSTALLATIONS...29 03.03.01 Matériels...29 03.03.02 Installations électriques...30

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail

SOLUTIONS POUR BÂTIMENTS DE SANTÉ

SOLUTIONS POUR BÂTIMENTS DE SANTÉ SOLUTIONS POUR BÂTIMENTS DE SANTÉ la solution électrique maîtrisée ISO 9001:2008 Armoire IT MEDICAL L ARMOIRE IT MEDICAL est conçue pour alimenter les locaux à usage médical, plus particulièrement les

Plus en détail

Prescriptions techniques

Prescriptions techniques Prescriptions techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

PLUS DE CONTROLE PLUS DE VALEUR AJOUTEE INTRODUCTION AU CONTRÔLE À DISTANCE

PLUS DE CONTROLE PLUS DE VALEUR AJOUTEE INTRODUCTION AU CONTRÔLE À DISTANCE PLUS DE CONTROLE PLUS DE VALEUR AJOUTEE INTRODUCTION AU CONTRÔLE À DISTANCE GROW MORE WITH LESS Comme la population mondiale ne cesse de s'accroitre et que les ressources naturelles deviennent de plus

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

Corrigendum 2010-09 E+C. 5.6 Alimentations pour services de sécurité

Corrigendum 2010-09 E+C. 5.6 Alimentations pour services de sécurité 5.6 Alimentations pour services de sécurité 5.6 Alimentations pour services de sécurité.1 Selon les prescriptions de l'aeai (4Norme de protection incendie de l'association des établissements cantonaux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - BlueKit

DOSSIER DE PRESSE - BlueKit DOSSIER DE PRESSE - BlueKit Bâtiment et gaines d ascenseurs : Le système de ventilation intelligente pour gaines d ascenseurs BlueKit est conforme à la législation française www.bluekit.eu REDUIRE LES

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Supervision & Maintenance des centrales photovoltaïques en toiture GARANTIR LA PERFORMANCE DE VOS INVESTISSEMENTS DANS LE TEMPS

Supervision & Maintenance des centrales photovoltaïques en toiture GARANTIR LA PERFORMANCE DE VOS INVESTISSEMENTS DANS LE TEMPS Supervision & Maintenance des centrales photovoltaïques en toiture GARANTIR LA PERFORMANCE DE VOS INVESTISSEMENTS DANS LE TEMPS 2 EDF ENR Solaire La Supervision-Maintenance des toitures photovoltaïques

Plus en détail

Protection incendie dans les installations aérauliques

Protection incendie dans les installations aérauliques BB_001_FR www.ig-bsk.ch Communauté d intérêts pour les systèmes de protection incendie et de désenfumage Protection incendie dans les installations aérauliques Hallenstadion Zurich Aéroport de Zurich,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Objet de la consultation : GROUPEMENT DE COMMANDE POUR LES VERIFICATIONS PERIODIQUES DES EQUIPEMENTS ET DES INSTALLATIONS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU TRIEVES

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

1-DECOUVERTE DU PRODUIT

1-DECOUVERTE DU PRODUIT AALYSE FOCTIOELLE Compétences techniques mises en œuvre : CI 1 (AF1 AF2 AF3) - configurer, faire fonctionner le produit - identifier et définir le besoin auquel répond le produit et ses fonctions de service

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Le logiciel «dispositif médical» à l ANSM

Le logiciel «dispositif médical» à l ANSM Le logiciel «dispositif médical» à l Les logiciels dispositifs médicaux à l L est l autorité compétente en matière de DM et de DMDIV Les Logiciels de gestion des laboratoires de biologie médicale entrent

Plus en détail

Protection incendie dans les installations de ventilation

Protection incendie dans les installations de ventilation Communauté d'intérêts pour les systèmes de protection incendie et de désenfumage Protection incendie dans les installations de ventilation École Scherr, Zurich Immeuble Belimo LONGUS, Hinwil Business Tower,

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail

BIGSUR VERROUILLAGES ÉLECTROMÉCANIQUES EN APPLIQUE SYSTÈMES DE VERROUILLAGE. Fonctionnalités

BIGSUR VERROUILLAGES ÉLECTROMÉCANIQUES EN APPLIQUE SYSTÈMES DE VERROUILLAGE. Fonctionnalités BIGSUR SERRURE MOTORISÉE MULTIPOINTS EN APPLIQUE Très haute protection et endurance aux usages les plus intensifs. Fonctionnalités Très haut niveau de sécurité Grâce à son pêne demi-tour, la serrure BIGSUR

Plus en détail

83100 TOULON CREATION D UN DESENFUMAGE NATUREL DE L ESCALIER DE SECOURS

83100 TOULON CREATION D UN DESENFUMAGE NATUREL DE L ESCALIER DE SECOURS Maître d Ouvrage INSPECTION ACADEMIQUE DU VAR RUE MONTEBELLO 83100 TOULON Projet CREATION D UN DESENFUMAGE NATUREL DE L ESCALIER DE SECOURS LOT UNIQUE Maitrise d œuvre BUREAU D ETUDES INGECOM AGENCE VAR

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

PROTECTION INCENDIE DES BATIMENTS

PROTECTION INCENDIE DES BATIMENTS Certificate of Advanced Studies PROTECTION INCENDIE DES BATIMENTS Prescriptions Ingénierie Concepts www.cas-pibat.ch www.postformation.ch Certificate of Advanced Studies PROTECTION INCENDIE DES BATIMENTS

Plus en détail

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER

DATA CENTER. Règles d'ingénierie du Data Center DATA CENTER Règles d'ingénierie du Data Center SOMMAIRE La problématique La climatisation Les planchers techniques L énergie L urbanisation L industrialisation Conclusion LA PROBLEMATIQUE Rappel sur les Tiers Chaque

Plus en détail

Toulouse - Le Mirail. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage SETOMIP, puis Ville de Toulouse. Gestionnaire Ville de Toulouse.

Toulouse - Le Mirail. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage SETOMIP, puis Ville de Toulouse. Gestionnaire Ville de Toulouse. Toulouse - Le Mirail Généralités Maître d'ouvrage SETOMIP, puis Ville de Toulouse Gestionnaire Ville de Toulouse Linéaire 840 m Année de construction 1972 Description générale Réalisation d'une galerie

Plus en détail

Dossier Technique Ventilation de gaine d ascenseurs

Dossier Technique Ventilation de gaine d ascenseurs Dossier Technique Ventilation de gaine d ascenseurs Avril 2012 1 Sommaire Avant-propos... 3 1 Objet du dossier technique... 3 2 Domaine d application... 3 3 Référentiels... 4 3.1 Historique des textes

Plus en détail

Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur

Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur 1. GENERALITES L'ensemble doit satisfaire aux normes suivantes: NBN D 50.001 NBN EN 308 Exigences PEB NBN S 01-400-1 (confort acoustique) Réglementation

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

1 - LE TUNNEL DE MONACO

1 - LE TUNNEL DE MONACO Résumé : Le tunnel de Monaco est situé sur le réseau d'autoroute ESCOTA, il forme un des principaux accès à la ville de Monaco depuis l'autoroute A8 Nice - Vintimille. Cet ouvrage, construit à la fin des

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CERN LIBRARIES, GENEVA CERN/FC/1849 Original: français 2 juin 1975 CM-P00092339 ORGANISATION EUROPĒENNE POUR LA RECHERCHE NUCLĒAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH COMITE DES FINANCES Cent

Plus en détail

Equipements Thermiques Série TORCH AIRNOX

Equipements Thermiques Série TORCH AIRNOX Equipements Thermiques Série TORCH AIRNOX FABRICATION FRANCAISE Indice 7 01 03 2011 Page 1 sur 5 Equipement TORCH AIRNOX MT type Moyenne Température sur Skid TORCH AIRNOX Très Haute Température Haute Vitesse

Plus en détail

Service de maintenance 1.1 VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE 1.2 SERVICES DE RÉPARATION SUR SITE. Pièces, déplacements et maind'œuvre

Service de maintenance 1.1 VISITE DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ANNUELLE 1.2 SERVICES DE RÉPARATION SUR SITE. Pièces, déplacements et maind'œuvre - 1 - Contrat de service Advantage Ultra pour EV Chargeur Descriptif EV Chargeur Contrat de service Advantage Ultra Service de maintenance Service 1.0 Synthèse Table des matières 1.0 Synthèse 2.0 Caractéristiques

Plus en détail

Electronique pour les Machines mobiles.

Electronique pour les Machines mobiles. Electronique pour les Machines mobiles. Siège HYDAC Allemagne HYDAC Italie HYDAC Pays-Bas HYDAC France HYDAC Corée HYDAC Chine HYDAC USA Votre partenaire compétent pour les machines mobiles. Avec plus

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

COORDONNATEUR (TRICE) DES SYSTEMES DE SECURITE INCENDIE «COORDINATION SSI»

COORDONNATEUR (TRICE) DES SYSTEMES DE SECURITE INCENDIE «COORDINATION SSI» COORDONNATEUR (TRICE) DES SYSTEMES DE SECURITE INCENDIE «COORDINATION SSI» Titre de niveau III (Arrêté du 19 novembre 2014 portant enregistrement au RNCP - JO du 29 novembre 2014). 1. Pré-requis pour accéder

Plus en détail

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter.

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Cependant si vous désirez un audit sécurité complet, il

Plus en détail

SOLUTIONS DE DÉSENFUMAGE 4. 1. La ventilation longitudinale 4 2. La ventilation transversale 5 3. Contraintes équipements 6 CONTRAINTE ACOUSTIQUE 7

SOLUTIONS DE DÉSENFUMAGE 4. 1. La ventilation longitudinale 4 2. La ventilation transversale 5 3. Contraintes équipements 6 CONTRAINTE ACOUSTIQUE 7 TABLE DES MATIÈRES MONTÉE EN TEMPÉRATURE 3 VISIBILITÉ 3 SOLUTIONS DE DÉSENFUMAGE 4 1. La ventilation longitudinale 4 2. La ventilation transversale 5 3. Contraintes équipements 6 CONTRAINTE ACOUSTIQUE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE WT/BFA/W/238 7 juin 2011 (11-2784) Comité du budget, des finances et de l'administration RAPPORT SUR LA SÉCURITÉ DE L'OMC I. CONTEXTE 1. En 2004, la sécurité du Secrétariat

Plus en détail

COMMUNIQUEZ AVEC VOTRE INSTALLATION ÉLECTRIQUE

COMMUNIQUEZ AVEC VOTRE INSTALLATION ÉLECTRIQUE COMMUNIQUEZ AVEC VOTRE INSTALLATION ÉLECTRIQUE SYSTÈME DE SÉCURITÉ DSC VMC GAZ AVEC LE WATTLINK DSC 2 Système de sécurité DSC VMC GAZ avec le Wattlink DSC 3 Le Wattlink permet de communiquer sur le réseau

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE ÉLÉMENT DE L INGÉNIEUR Déterminer les objectifs du projet avec l'architecte et le client Participer à une

Plus en détail

IRIS International Railway Industry Standard

IRIS International Railway Industry Standard Français Addendum 19 Juin 2008 IRIS International Railway Industry Standard Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

Les préactionneurs et les actionneurs pneumatiques

Les préactionneurs et les actionneurs pneumatiques Section : S Option : Sciences de l ingénieur Discipline : Génie Électrique Les préactionneurs et les actionneurs pneumatiques Domaine d application : Contrôle de l énergie Type de document : Cours Classe

Plus en détail

Comment s harmoniser à l architecture canadienne?

Comment s harmoniser à l architecture canadienne? L'implantation du centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU) de Montréal dans le cadre de l'architecture canadienne 2010 Comment s harmoniser à l architecture canadienne? Hugues Bessette, ing Chef

Plus en détail

REGION FRANCHE-COMTE LYCEE EDGAR FAURE 25503 MORTEAU CEDEX. APPEL à CONCURRENCE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

REGION FRANCHE-COMTE LYCEE EDGAR FAURE 25503 MORTEAU CEDEX. APPEL à CONCURRENCE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DERNIERE MODIFICATION le 20/02/2015 REGION FRANCHECOMTE LYCEE EDGAR FAURE 25503 MORTEAU CEDEX TOUR A COMMANDE NUMERIQUE 4 AXES APPEL à CONCURRENCE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Région FrancheComté

Plus en détail

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du :

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : Motif d actualisation : Internalisation ressources 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GENERAUX CARACTERISTIQUES TECHNIQUES PRINCIPALES PORTES PALIERES. GAINE Pylône tôlé OBSERVATIONS - RESULTATS DE L'EXAMEN:

RENSEIGNEMENTS GENERAUX CARACTERISTIQUES TECHNIQUES PRINCIPALES PORTES PALIERES. GAINE Pylône tôlé OBSERVATIONS - RESULTATS DE L'EXAMEN: Département Ascenseurs 8/16, rue Paul Vaillant Couturier 92240 MALAKOFF Tél.: 01.49.65.50.10 Fax : 01.49.85.32.33 Certificat N CDP-ASC0087 VERIFICATIONS GENERALES PERIODIQUES (ARRETE DU 29/12/2010) Réalisées

Plus en détail

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE SECURITE INCENDIE DANS LES ERP

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE SECURITE INCENDIE DANS LES ERP 1 - Les grands principes Les différentes réglementations fixant les règles de sécurité contre l'incendie visent essentiellement à respecter les grands principes suivants : L'évacuation rapide et en bon

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes

Plus en détail

LA DISTRIBUTION ELECTRIQUE Introduction : EDF

LA DISTRIBUTION ELECTRIQUE Introduction : EDF LA DISTRIBUTION ELECTRIQUE Introduction : EDF L'électricité circule depuis le lieu où elle est fabriquée jusqu à l endroit où elle est consommée, par l intermédiaire d un réseau de lignes électriques aériennes

Plus en détail

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 -

1 ère Année. Programme du DUT GMP. IUT GMP de St Quentin, Formation en apprentissage, Année universitaire 2006-2007 - 1 - Programme du DUT GMP 1 ère Année Construction mécanique - connaître le langage du dessin technique, - connaître les fonctions mécaniques élémentaires, - utiliser des composants simples, - concevoir des

Plus en détail

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades protection incendie Ouvrant de façade : Orcades FTE 502 130 D Mai 2011 Orcades ouvrant de façade d amenée d air Avantages Esthétique soignée (grille Cyclades en façade intérieure en option). Bonne isolation

Plus en détail

Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires

Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires Concilier Isolation Thermique, Confort Acoustique et Qualité de l Air Intérieur : les Nouveautés Techniques et Réglementaires L attestation de Prise en Compte de la Réglementation Acoustique : Décryptage

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ INDUSTRIELLE DANS LES PROJETS DE CONSTRUCTION D USINES DE TRAITEMENT DES EAUX DANS LE CADRE DES MARCHÉS PUBLICS

PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ INDUSTRIELLE DANS LES PROJETS DE CONSTRUCTION D USINES DE TRAITEMENT DES EAUX DANS LE CADRE DES MARCHÉS PUBLICS PRISE EN COMPTE DE LA SÉCURITÉ INDUSTRIELLE DANS LES PROJETS DE CONSTRUCTION D USINES DE TRAITEMENT DES EAUX DANS LE CADRE DES MARCHÉS PUBLICS 1 e édition - novembre 2014 Les traiteurs d eau regroupés

Plus en détail

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2 Préconisations pour la mise en place de panneaux Service PréveNTiON edition mars 2010 En l absence de réglementation applicable à l installation de panneaux,

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DIVERS

RENSEIGNEMENTS DIVERS NOTICE DE SECURITE Références: A joindre obligatoirement à tout dossier de permis de construire ou déclaration de travaux exemptés de permis de construire relatifs à un établissement recevant du public

Plus en détail

Familiariser les professionnels aux impératifs de la performance énergétique

Familiariser les professionnels aux impératifs de la performance énergétique La formation CONSTRUCTION DURABLE & PERFORMANCE ENERGETIQUE du BATIMENT OBJECTIFS & PUBLIC du CURSUS de FORMATION OBJECTIFS Appréhender la construction passive et ses enjeux Familiariser les professionnels

Plus en détail

FICHE PRODUIT Diagral connect. Nom :Diagral Connect. Marque :Diagral. Garantie :2 ans

FICHE PRODUIT Diagral connect. Nom :Diagral Connect. Marque :Diagral. Garantie :2 ans Réf produit : DIAG41BCF Désignation produit : Boîtier de pilotage à distance via ADSL de l alarme, des automatismes et des périphériques de confort Diagral Nom :Diagral Connect Marque :Diagral Garantie

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 2-1. Groupe électrogène 3 2-2. Contrat de maintenance 5 MATH Ingénierie Page 1/5

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon

Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon Journée d'information et d'échanges sur les Systèmes de Transport Intelligents (STI) Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon Nicolas DITCHI Réseau Scientifique et Technique

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247 Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 Une méthodologie pour des audits énergétiques de qualité dans des secteurs spécifiques Une norme en 5 parties EN 16247-1

Plus en détail

Consommations forfaitaires. Règles de prélèvement d'énergie électrique sans comptage

Consommations forfaitaires. Règles de prélèvement d'énergie électrique sans comptage C3/2 Consommations forfaitaires Règles de prélèvement d'énergie électrique sans comptage 1. C3/2 Version 2009.04 1/6 Généralités et domaine d'application Ce document fixe les règles qui régissent le prélèvement

Plus en détail

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Direction des Lycées REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Avril 2002 I. Réglementation en vigueur. Code de la construction et de l'habitation. ( CCH ) Arrête du 25 juin 1980 modifié

Plus en détail

MANAGEMENT DE PROJETS LES FONDAMENTAUX DE LA GESTION DE PROJET

MANAGEMENT DE PROJETS LES FONDAMENTAUX DE LA GESTION DE PROJET MANAGEMENT DE PROJETS LES FONDAMENTAUX DE LA GESTION DE PROJET OBJECTIFS 1. Pouvoir expliquer ce qu est fondamentalement un projet et quelles en sont les particularités 2. Caractériser les différents modes

Plus en détail

Rapport n : 2010.06./14. Date d édition : 14 juin. 2010 Client : Cabinet IPG Adresse Client : 58 Rue BEAUBOURG 75003 PARIS Repère installation :

Rapport n : 2010.06./14. Date d édition : 14 juin. 2010 Client : Cabinet IPG Adresse Client : 58 Rue BEAUBOURG 75003 PARIS Repère installation : Rapport n : 2010.06./14. Date d édition : 14 juin. 2010 Client : Cabinet IPG Adresse Client : 58 Rue BEAUBOURG 75003 PARIS Repère installation : Adresse installation :. N O R M E S E T C O N D I T I O

Plus en détail

Domaines d application. Fonctions. HOTELGYR Interface utilisateur (MMI) Logiciel PC

Domaines d application. Fonctions. HOTELGYR Interface utilisateur (MMI) Logiciel PC 6 243 HOTELGYR Interface utilisateur (MMI) Logiciel PC Un PC avec logiciel MMI constitue l'interface d'information et l'interface opérateur pour le système de gestion de chambres d'hôtel HOTELGYR. Le logiciel

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE AIRVENT PC 13/11/2013

NOTICE DE MONTAGE AIRVENT PC 13/11/2013 NOTICE DE MONTAGE AIRVENT PC Testé et agréé par le CTICM (PV n 04-H-156) pour l'extraction de fumées en cas d'incendie avec une limite de fonctionnement de 1/2 heure à 400 C. 13/11/2013 SOUS RÉSERVE DE

Plus en détail

La ventilation. La ventilation facilite l'aération des locaux en évacuant l'air vicié et en le renouvelant par de l'air frais.

La ventilation. La ventilation facilite l'aération des locaux en évacuant l'air vicié et en le renouvelant par de l'air frais. La ventilation La ventilation facilite l'aération des locaux en évacuant l'air vicié et en le renouvelant par de l'air frais. I) La ventilation naturelle La ventilation naturelle est assurée par des entrées

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE RELATIVE AUX AVIS TECHNIQUES SUR LES PROJETS

Plus en détail

Voie qui mène vers un emplacement sûr en cas d'urgence.

Voie qui mène vers un emplacement sûr en cas d'urgence. 5.6.4 Classification 5.6.2.10 Service de veille Etat de service d'un système d'éclairage dans lequel les lampes de l'éclairage de secours sont en service uniquement après une défaillance de l'alimentation

Plus en détail

VMc PaVillonnaire GUIDE DE LA QUALITÉ D AIR LES SOLUTIONS HYGRORÉGLABLES. produit ÉCONOMIES D ÉNERGIE FILTRATION DE L AIR SILENCE

VMc PaVillonnaire GUIDE DE LA QUALITÉ D AIR LES SOLUTIONS HYGRORÉGLABLES. produit ÉCONOMIES D ÉNERGIE FILTRATION DE L AIR SILENCE VMc PaVillonnaire GUIDE DE LA QUALITÉ D AIR LES SOLUTIONS HYGRORÉGLABLES produit ÉCONOMIES D ÉNERGIE FILTRATION DE L AIR SILENCE PourQuoi Ventiler? sans ventilation les polluants s accumulent > de nombreuses

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail