Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal"

Transcription

1 Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

2 Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression d un trop, d un insoutenable de la pensée Sentiment en rapport avec la difficulté à renoncer Une des composantes de la souffrance, qui est : Médicale Psychologique Sociale Spirituelle Attention à ne pas projeter nos propres valeurs sur les souffrances du patient

3 Le Normal / Le Pathologique Le normal est ce qui est adapté à la situation Justifie un accompagnement Le pathologique est inadapté Justifie d un traitement

4 Pour le malade, les temps de la maladie Le temps du diagnostic Le choc de l annonce Les mécanismes de défense L adaptation Réajustement L altération de l image corporelle Les deuils

5 Être confronté à la maladie grave, c est Être confronté à la PEUR De souffrir De perdre De mourir Être confronté à la TRISTESSE (la perte) Perte de temps Perte de ses capacités Perte de son intégrité Perte des liens Perte de la vie

6 Peur Anxiété - Angoisse Peur : l objet est présent Ex : j ai peur du serpent qui est face à moi Anxiété : l objet est représenté Ex : j ai peur d aller dans le bois car il y a des serpents dedans Angoisse : pas d objet représenté mais une représentation inconsciente, attente d un trauma qui ne serait que la répétition d un autre trauma antérieur Ex: j'éprouve une panique à aller dans le bois, je ne sais pas pourquoi. Sans m en souvenir on m a raconté que mon grand père a été mordu par un serpent dans un bois

7 Tristesse - Dépression Tristesse : Sentiment associé à la perte La personne s habitue à cette perte Dépression : sentiment associé à la perte sans capacité pour l individu à l intégrer, à l élaborer psychiquement Accompagné d un sentiment de dévalorisation de soi Accompagné d autres symptômes : Perte de l élan vital Perte de l appétit Perte du sommeil Envie de mort Asthénie Voire au maximum la mélancolie

8 Les mécanismes d adaptation Lorsqu il y a trop d angoisse, notre psychisme détourne la pensée de l événement angoissant Tout le monde a des mécanismes d adaptation : Le patient L entourage Les soignants Intérêt de sa reconnaissance : Mieux repérer l angoisse Mieux comprendre la réaction de chacun Ce n est pas pour mettre la personne dans une «case»

9 Exemples de mécanismes d adaptation Déni Régression Déplacement Refoulement Rationalisation Isolation Idéalisation

10 Que faire des mécanismes d adaptation? S ils sont protecteurs : les respecter Attention casser un mécanisme de défense met le patient face à ce qu il cherche à éviter risque de crise de panique, de confusion S ils mettent le patient en danger : y travailler Pour les soignants : les travailler

11 Réactions psychiques à la maladie grave Face à la maladie grave, il est normal d être triste et inquiet Cela permet d intégrer les modifications liées à la maladie Cela permet au patient de s adapter à sa situation Rappel : la souffrance psychique : difficulté à renoncer Comment les diagnostiquer? L installation Le comment être L empathie L écoute La reformulation

12 Que faire de cette souffrance psychique? L entendre et l accompagner si elle est adaptée Elle n est pas une maladie La traiter si elle est pathologique Et provoque un arrêt de la vie psychique Elle est une maladie

13 Attention aux pièges Des symptômes physiques peuvent faire évoquer des symptômes psychiques Alors qu ils sont directement en lien avec la maladie somatique Ex : perte de poids, asthénie, agitation, Des symptômes psychiques peuvent être masqués par les symptômes physiques L absence d affect est inquiétant Peut être en lien avec un mécanisme de défense? Risque de décompensation : panique, mélancolie, confusion,

14 Le moment de la mort : Un moment d une grande intensité! On ne sait qu une chose, c est qu on ne sait pas ce qui arrive Les croyances aident éventuellement à s en protéger Le moment de l exacerbation de toutes les ambivalences de la vie et de la relation

15 Le temps du mourir Pour le patient La perte de ce qu il a construit, de la vie, des siens, Réaction de colère, de tristesse, de peur, de replis, Désinvestissement progressif de la sa vie et de la relation Amadou Hampaté Bä : «en Afrique, un vieux qui meurt, c est une bibliothèque qui brûle» Pour la famille Ambivalence : celui qu on aime, celui qu on déteste, celui qui souffre, Conflit interne entre l amour, le désir de mort, le désir de soulagement, De ce fait la famille peut être aux extrêmes très demandeuse ou très absente Attention à ne pas juger mais à accompagner Pour les soignants Confrontation à notre mort, à celle de nos proches, à celle de nos patients,

16 Le Deuil Intégrer la perte Investir de nouveaux objets Pour continuer à vivre Modification du rapport de soi aux autres Le deuil se vit dans sa tête, dans son corps, dans ses liens Un deuil réveille les deuils précédents Ce que l on a ressenti à l époque vient s ajouter à ce que l on ressent maintenant

17 Le deuil «normal» Différentes étapes : Sidération Recherche de l objet perdu restructuration Le temps du deuil Importance des rites

18 Exemples de deuils pathologiques Le deuil anticipé Vivre prématurément la perte Il devient difficile d investir ce qui reste à vivre Ex : famille parlant au passé d u patient qui est dans la chambre à côté Le deuil pathologique Réaction inadaptée à la perte Persistance d un état dépressif, Troubles somatiques, Modification du comportement Personne délirante, confuse, mélancolique, reconstruisant les événements, Augmenté par la brutalité du décès, la proximité avec le défunt et les deuils précédents non résolus

19 Deuil des soignants Attention à la récurrence Risques Blindage, amenant à des soins inhumains Burn out (épuisement professionnel) atteinte de la vie psychique du soignant avec répercutions somatique, sur la vie privée, sur l humeur,

20 Être confronté tous les jours à la mort et à la souffrance ET VOUS LA DEDANS?

21

22

23

24

25

26

27 La solution?

28 Ou encore?

29 Apprenez à vous protéger

30 Ma théorie du setter irlandais

31

32

33

34

Accueillir la mort. Le travail de deuil.

Accueillir la mort. Le travail de deuil. Accueillir la mort Le travail de deuil. Qu est-ce-que le deuil. Le deuil correspond aux réactions d une personne à la perte d un être cher. Il revêt différents aspects : - c est un ressenti physique. -

Plus en détail

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»?

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Décembre 2014 Philippe Ceccaldi, psychiatre, Unité 29, CHU Nena

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

Professeur Mireille MOUSSEAU

Professeur Mireille MOUSSEAU UE7 - Santé Société Humanité Médecine et société La mort et la souffrance dans la relation médecin malade Chapitre 2 : La Mort comme crise existentielle Professeur Mireille MOUSSEAU Année universitaire

Plus en détail

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN Valance Ramis - Psychologue Centre hospitalier de Versailles Service de gynécologie L annonce Comment dire le difficile à dire? Comment gérer ses propres émotions

Plus en détail

NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES

NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES 12.01.09 Dr Lagier Psychiatrie NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES Névrose : façon dont on est fabriqué pour être dans la société : lot du genre humain Décompensation dans une névrose :

Plus en détail

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Le vendredi 8 décembre 06 PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Danièle Le Couster Infirmière Clinicienne, Consultante en Soins Palliatifs et Douleur en Gérontologie, titulaire

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE

ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE ACCOMPAGNEMENT DE LA P.A EN FIN DE VIE I/ Définitions et introduction Acharnement thérapeutique : attitude qui consiste à poursuivre une thérapeutique lourde à visée curative, alors qu'il n'existe aucun

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille

Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille SAHGEED Comment annoncer le diagnostic de cancer au patient, à sa famille Jean-Louis Legoux CHR d Orléans Cours Intensif, Alger 2016 Importance du problème w Grande fréquence w Stressant pour le médecin

Plus en détail

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Patricia Plasier, Psychologue Introduction La maladie grave = événement potentiellement traumatique pour le malade et pour les proches La

Plus en détail

Anne Lahaye. Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Anne Lahaye. Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu une conception du soin et de ses missions, mais

Plus en détail

Comment accompagner et être en relation avec une personne en fin de vie et son entourage?

Comment accompagner et être en relation avec une personne en fin de vie et son entourage? Comment accompagner et être en relation avec une personne en fin de vie et son entourage? Christian Dufrène. Médecin Marie-Laure Comont. Cadre de santé Xavier Alonso. Psychologue Accompagner, c est être

Plus en détail

Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie

Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie Collection Médecine Une production de l UFR de Médecine & du CEMU Université de Caen Basse-Normandie Troubles de l attachement et prématurité Dr Christine Albert La théorie de l attachement aujourd hui.1

Plus en détail

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le patient âgé,! peur du miroir!! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Introduction Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu

Plus en détail

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique R. Baraka, D.Benmoussa,Y.Taleb,H.Takirate,L.Mejrebe B. GRIENE Consultation douleur CPMC La douleur un phénomène universel

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

Le patient face à la maladie grave

Le patient face à la maladie grave Le patient face à la maladie grave L annonce du diagnostic Un acte si court aux répercussions si longues 1 2 L ATTENTE L existence de symptômes et de signes de dysfonctionnement évocateurs ont incité la

Plus en détail

Psycho oncologie et sujet âgé

Psycho oncologie et sujet âgé Psycho oncologie et sujet âgé Dr Julie Rieu Psychiatre Institut Universitaire du Cancer Oncopôle 22/01/2015 1 Plan Introduction Vulnérabilité et spécificité psychologiques du sujet âgé Troubles psychopathologiques

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues Facteurs qui vont influencer les comportements d un patient

Plus en détail

Les Risques Psychosociaux

Les Risques Psychosociaux Les Risques Psychosociaux Dr Françoise Siegel Médecin du Travail, Spécialiste en Santé au Travail Référent en Risques Psychosociaux Forum Risques Psychosociaux - 20 octobre 2009 Forum Risques Psychosociaux

Plus en détail

L EPISODE DEPRESSIF Dr Dahoudi Psychiatrie. I)Généralités. A)Dépression endogène/dépression psychogène

L EPISODE DEPRESSIF Dr Dahoudi Psychiatrie. I)Généralités. A)Dépression endogène/dépression psychogène 20.01.09 Dr Dahoudi Psychiatrie L EPISODE DEPRESSIF I)Généralités A)Dépression endogène/dépression psychogène 1)Dépression endogène 2)Dépression «psychogène, réactionnelle, névrotique, exogène» B)Dépression

Plus en détail

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND MESSAGE N 1 LA DEPRESSION DU SUJET AGEE EST DIFFICILE A REPERER CAR ELLE PEUT SE PRESENTER SOUS DES FORMES DIVERSES ET ATYPIQUES MESSAGE

Plus en détail

Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace

Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace Cours du 12 novembre 2012 Philippe BARAN «N oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET DR S.COREAU-GUILLIER

LA DEPRESSION DU SUJET DR S.COREAU-GUILLIER LA DEPRESSION DU SUJET AGE DR S.COREAU-GUILLIER généralités Elle est fréquente et sous-estimée dans ¾ des cas. Prévalence de 10 à 15%, mais bcp plus impte en hospitalisation (40%) Souvent non diagnostiquée

Plus en détail

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE Pour faciliter la prise en charge des soins infirmiers en psychiatrie, il est indispensable de se questionner sur la douleur morale et la souffrance psychique qui existe

Plus en détail

Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail?

Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail? Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail? F. GUILLON & A. EL KHATIB 27 novembre 2014 Maladies susceptibles d être imputées au travail Maladies* Dépression Trouble anxieux généralisé (TAG) Etat

Plus en détail

L approche du deuil. Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges

L approche du deuil. Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges L approche du deuil Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges Combien de temps avant de reprendre goût à la vie? Est-il possible de vivre maintenant? Pourra-t-on jamais vivre comme avant? Pourquoi

Plus en détail

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE Joël François Pons, Rive-Neuve 2004 Journée de formation continue Bénévoles Vaud Crêt-Bérard, 9 octobre 2014 BÉNÉVOLES ET SP La place des

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

LES DERNIERS INSTANTS DE LA VIE D UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE. Chantal SILVESTRI, Psychologue, 2014

LES DERNIERS INSTANTS DE LA VIE D UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE. Chantal SILVESTRI, Psychologue, 2014 LES DERNIERS INSTANTS DE LA VIE D UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE Chantal SILVESTRI, Psychologue, 2014 APPROCHE CULTURELLE DE LA MORT La mort est vécue de façon différente selon des facteurs socio-culturels

Plus en détail

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue

Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales. Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Les soignants désignés dans ce diaporama concernent autant les professions médicales que paramédicales Dr Lila SIMON RENDU Maud TRIKI Psychologue Plan Contexte Réactions des uns et des autres Quelles questions/quelles

Plus en détail

LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC

LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC AVC et gériatrie: qualité de la prise en charge LE SEISME PSYCHOLOGIQUE ET COGNITIF DE L AVC îmes - 23 Septembre 2014 Anaïs SALMON-LEBRUN L Accident Vasculaire Cérébral Préambule Définition de l OMS: =>

Plus en détail

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire Définition de l approche systémique générale Champ interdisciplinaire relatif à l étude d objets, de phénomènes

Plus en détail

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste Le modèle psychanalytique Le modèle humaniste «Le deuil est régulièrement la réaction à la perte d une personne aimée ou d une abstraction mise à sa place, la patrie, la liberté, un idéal etc. L action

Plus en détail

L EPISODE DEPRESSIF 1. GENERALITES: 2. SEMIOLOGIE 3. LES FORMES CLINIQUES DE LA DEPRESSION 4. EVOLUTION 5. TRAITEMENT

L EPISODE DEPRESSIF 1. GENERALITES: 2. SEMIOLOGIE 3. LES FORMES CLINIQUES DE LA DEPRESSION 4. EVOLUTION 5. TRAITEMENT L EPISODE DEPRESSIF 1. GENERALITES: A. Dépression endogène/ Dépression psychogène B. Dépression primaire/dépression secondaire: LES CAUSES 2. SEMIOLOGIE A. La ralentissement psychomoteur B. L humeur basse

Plus en détail

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille 1 Savoir être, Savoir dire, Savoir faire. La communication! On

Plus en détail

Les relations psychosociales soignants résidents au sein des EHPAD

Les relations psychosociales soignants résidents au sein des EHPAD LA GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAUX Journée interrégionale du 06-05-2010 Les relations psychosociales soignants résidents au sein des EHPAD Natacha DUBAR PSYCHOLOGUE Pôle EHPAD

Plus en détail

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G Éthique et refus de soins Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G CHER APHP LIMEIL Le refus de SOINS Un mode d expression pour le soigné Un choc pour les soignants Et pourtant Le refus de traitement

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE

EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE EVALUATION DE LA DOULEUR CHEZ LA PERSONNE NON COMMUNICANTE Gabrielle DAUCE, Morgan FRIBAULT Infirmières coordinatrices 2017 INTRODUCTION La douleur de la personne âgée est sous estimée alors que la fréquence

Plus en détail

Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité. Florence Barruel

Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité. Florence Barruel Prendre en compte la souffrance et Dépister les patientes à risque de fragilité Florence Barruel Objectifs Soutenir les patientes psychiquement dès l annonce et pendant et après les traitements Faciliter

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

Décompensation dépressive du SA: Généralités

Décompensation dépressive du SA: Généralités Décompensation dépressive du SA: Généralités Prévalence: 2 à 60% fonction du type de population et du lieu d évaluation Mortalité et morbidité élevées Associée ++ au vieillissement et aux pathologies neurologiques

Plus en détail

Table ronde 3 : Prévenir et agir : initiatives à promouvoir, actions possibles. Docteur Eric GALAM

Table ronde 3 : Prévenir et agir : initiatives à promouvoir, actions possibles. Docteur Eric GALAM Table ronde 3 : Prévenir et agir : initiatives à promouvoir, actions possibles Docteur Eric GALAM SOIGNER LES SOIGNANTS ET PRESERVER NOTRE «CAPITAL SOINS» Ni vous ni moi, mais. 101 DES DONNEES DERANGEANTES...

Plus en détail

Le STRESS au travail Approche Clinique

Le STRESS au travail Approche Clinique Le STRESS au travail Approche Clinique Présenté par Pauline Hanique, psychologue clinicienne, EPSM Lille Metropole, doctorante en psychopathologie clinique et santé. Membre de l association PROMOCOM. phanique@epsm-lille-metropole.fr

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

DOULEUR ET SANTE MENTALE. Moyens d évaluation de la douleur

DOULEUR ET SANTE MENTALE. Moyens d évaluation de la douleur DOULEUR ET SANTE MENTALE Moyens d évaluation de la douleur en santé mentale 11ème rencontre REMALDO Jeudi 15 Octobre 2015 Docteur Périne BROUSSAUD-BLAMOUTIER CETD Clinique La Sagesse Rennes CH Guillaume

Plus en détail

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Aspects psychologiques et communication date Etablissement 1 Aspects psychologiques 2 Aspects psychologiques (1/2) Côté patient La sidération

Plus en détail

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée

La fin de vie. d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée d une personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 s inscrit dans la continuité de la démarche de soins auprès de la personne Elle peut être longue Elle n est pas synonyme de stade terminal

Plus en détail

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant

Plus en détail

UE 4.2 Soins relationnels

UE 4.2 Soins relationnels 25 septembre 2012 UE 4.2 Soins relationnels La relation d aide: Les attitudes thérapeutiques du soignant 1 PLAN Les attitudes selon Rogers 1. Le regard positif inconditionnel 2. La congruence ou authenticité

Plus en détail

LA RELATION AIDANT-AIDE

LA RELATION AIDANT-AIDE LA RELATION AIDANT-AIDE LA RELATION AIDANT-AIDE L annonce diagnostique est un bouleversement pour la personne malade, mais aussi pour son entourage. Les projets sont remis en cause L équilibre et l organisation

Plus en détail

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc

La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer: Difficultés pour les proches et les soignants Par Lambeau Jean-luc du GHdc La maladie d alzheimer 1 personne sur 4 après 80 ans Altération de la mémoire Perturbations émotionnelles

Plus en détail

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE A partir de quand une attitude, un comportement devient pathologique, anormal? Le normal et le pathologique en médecine. Maladie= variation quantitative d un même

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Cours intensif de psychiatrie Toulouse, 27 février 2014 Dr Ludivine Franchitto, SUPEA franchitto.l@chu-toulouse.fr Les interactions parents bébé

Plus en détail

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle.

APIRAF mars Annie DEBARD Psychologue du travail. Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. La dépression APIRAF mars 2009 Annie DEBARD Psychologue du travail Introduction La dépression est elle une maladie? Un diagnostic qui renvoie à une fragilité personnelle. Une «externalisation» de la maladie

Plus en détail

Formation tout-public. Ecoles et institutions

Formation tout-public. Ecoles et institutions SE FORMER, S INFORMER / AGIR Ecoles et institutions La mort à l école Face à l individualisation de la mort dans notre société, le brassage culturel, et les pertes de repères, l enseignant a peu de moyens

Plus en détail

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des Nom de l organisme : AXE PRO FORMATION Intitulé de la formation : La fin de vie, le deuil Réf : PAAD Nbre d heures : 20 Nom du (des) intervenant(s) : BARBERO Elodie Horaires proposés : 8h30/12h30 13h30/17h30

Plus en détail

CHAPITRE I : TROUBLES ANXIEUX ET NÉVROSES

CHAPITRE I : TROUBLES ANXIEUX ET NÉVROSES Psychopathologie intégrative : rassembler les différentes approches, l explication est en lien avec le traitement proposé au patient. On se détache de l explication théorique. CHAPITRE I : TROUBLES ANXIEUX

Plus en détail

L approche du deuil. Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges

L approche du deuil. Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges L approche du deuil Dr Stéphane MOREAU Hématologie clinique CHU Limoges Item 69 Deuil normal et pathologique chez l adulte. Objectifs pédagogiques : 1. Reconnaitre le deuil comme élément normal. 2. Appréhender

Plus en détail

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de DAI Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de D.A.I I.

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE ET DE

LES FACTEURS DE RISQUE ET DE LES FACTEURS DE RISQUE ET DE PROTECTION EN PRÉVENTION DU SUICIDE: QUELLES SONT LES PARTICULARITÉS DE LA CLIENTÈLE AÎNÉE ET COMMENT LES UTILISER POUR GUIDER NOTRE INTERVENTION Karine Dufour, superviseure

Plus en détail

Faculté de Médecine Poitiers. Le malade anxieux. Sémiologie 2

Faculté de Médecine Poitiers. Le malade anxieux. Sémiologie 2 Faculté de Médecine Poitiers Le malade anxieux Sémiologie 2 Définition Pierre Janet : peur sans objet Sentiment d attente, crainte d un danger mal défini Anxiété comme vécu psychologique et angoisse marquée

Plus en détail

pathologie létale, poursuivre sa grossesse. Le point de vue de «l usager» Mai Roncq

pathologie létale, poursuivre sa grossesse. Le point de vue de «l usager» Mai Roncq Après un diagnostic anténatal d une pathologie létale, poursuivre sa grossesse. Le point de vue de «l usager» Mai 2010 - Roncq IdM1 Quelques pistes de réflexions, autour des poursuites de grossesse : 1.

Plus en détail

Apport de l homéopathie dans l accompagnement psychothérapeutique d un enfant présentant une pathologie grave

Apport de l homéopathie dans l accompagnement psychothérapeutique d un enfant présentant une pathologie grave Apport de l homéopathie dans l accompagnement psychothérapeutique d un enfant présentant une pathologie grave Dr Patrick Vachette FRANCE Introduction Un accompagnement psychothérapeutique pour lui-même

Plus en détail

3. Maladies mentales

3. Maladies mentales 3. Maladies mentales Plan Qu est ce que la santé mentale? Dépression Suicide Trouble Anxieux Le vieillissement «réussi» Santé mentale État de bien-être dans lequel la personne peut se réaliser, surmonter

Plus en détail

Approche psychologique de la maladie de Charcot

Approche psychologique de la maladie de Charcot Approche psychologique de la maladie de Charcot (Sclérose Latérale Amyotrophique) Emmanuelle MAY Psychologue clinicienne Centre SLA- Hôpital Pierre Paul Riquet may.e@chu-toulouse.fr Le vécu du patient

Plus en détail

L INTERVENTION SOIGNANTE EN SOINS PALLIATIFS. Maryse ANNETTE Psychologue Clinicienne Psycho oncologue Formation IFSI Soins Palliatifs Decembre 2014

L INTERVENTION SOIGNANTE EN SOINS PALLIATIFS. Maryse ANNETTE Psychologue Clinicienne Psycho oncologue Formation IFSI Soins Palliatifs Decembre 2014 L INTERVENTION SOIGNANTE EN SOINS PALLIATIFS Maryse ANNETTE Psychologue Clinicienne Psycho oncologue Formation IFSI Soins Palliatifs Decembre 2014 Les peurs du patient en Soins Palliatifs Peur d être dépendant

Plus en détail

Le plaisir dans le soin gériatrique. Dr Christophe Bouché Psychiatre des hôpitaux Unité de psychiatrie du sujet âgé François Rabelais.

Le plaisir dans le soin gériatrique. Dr Christophe Bouché Psychiatre des hôpitaux Unité de psychiatrie du sujet âgé François Rabelais. Le plaisir dans le soin gériatrique Dr Christophe Bouché Psychiatre des hôpitaux Unité de psychiatrie du sujet âgé François Rabelais. Quimperlé Affect fondamental. Un des deux pôles de la vie affective

Plus en détail

Je suis en deuil à la suite d un sinistre

Je suis en deuil à la suite d un sinistre Je suis en deuil à la suite d un sinistre Un sinistre constitue une réalité particulière et inhabituelle en raison de son caractère soudain et imprévisible ainsi que par l ampleur des pertes qu il a causées.

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

Accompagnement et fin de vie au domicile. Réunion Pluridisciplinaire de Concertation et de Formation Myriam Legenne

Accompagnement et fin de vie au domicile. Réunion Pluridisciplinaire de Concertation et de Formation Myriam Legenne Accompagnement et fin de vie au domicile Réunion Pluridisciplinaire de Concertation et de Formation Myriam Legenne introduction «Le mot accompagner, de lui-même indique une attitude une conception du soin

Plus en détail

Maladie d Alzheimer : Quelle douleur derrière la plainte? Dr Nicolas AUGUSTE FARAP Saint Etienne 28 Septembre 2012

Maladie d Alzheimer : Quelle douleur derrière la plainte? Dr Nicolas AUGUSTE FARAP Saint Etienne 28 Septembre 2012 Maladie d Alzheimer : Quelle douleur derrière la plainte? Dr Nicolas AUGUSTE FARAP 2012 - Saint Etienne 28 Septembre 2012 Maladie d Alzheimer: un diagnostic «facile à faire» Critères diagnostic (DSM IV)

Plus en détail

Chapitre 5 : Freud et l'inconscient (pp ) L'angoisse selon la théorie freudienne

Chapitre 5 : Freud et l'inconscient (pp ) L'angoisse selon la théorie freudienne Chapitre 5 : Freud et l'inconscient (pp. 136-141) L'angoisse selon la théorie freudienne Biographie de Sigmund Freud et Quelques données pour meilleure compréhension Sigmund Freud est né le 6 mai 1856

Plus en détail

Travail psychologique du malade en fin de vie. Étapes décrites par Elisabeth Kubler Ross. Mécanismes de défense des malades

Travail psychologique du malade en fin de vie. Étapes décrites par Elisabeth Kubler Ross. Mécanismes de défense des malades Travail psychologique du malade en fin de vie À l'annonce de la maladie grave : choc. Confrontation à une réalité difficile à intégrer. Il faut du temps pour que l'information soit reçue. Pendant le temps

Plus en détail

Les Risques psychosociaux liés au travail: de la déclaration en MCP à la reconnaissance MP?

Les Risques psychosociaux liés au travail: de la déclaration en MCP à la reconnaissance MP? Les Risques psychosociaux liés au travail: de la déclaration en MCP à la reconnaissance MP? Dr Jean-Yves DUBRÉ, Dr Véronique TASSY Médecins Inspecteurs du Travail, DIRECCTE Pays de la Loire SMSTO, Cholet,

Plus en détail

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs

EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE. Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs EVALUATION D UN PATIENT EN FIN DE VIE Philosophie et Grands Principes de la pratique des Soins Palliatifs APRÈS DES ANNÉES DE TRIOMPHALISME MÉDICAL ET DE DÉNI DE LA MORT, AMENANT LES SOIGNANTS À DES VICTOIRES

Plus en détail

Les personnalités limites

Les personnalités limites Jean-Michel Fourcade Les personnalités limites Hypersensibles, à fleur de peau, écorchés vifs Tous borderlines?, 2011 ISBN : 978-2-212-54710-8 Chapitre Trop émotif? Beaucoup d entre nous éprouvons des

Plus en détail

De l intérêt de ne pas rester seul...

De l intérêt de ne pas rester seul... De l intérêt de ne pas rester seul... Valérie de Chabalier Cadre de Santé Nena Stadelmaier Psychologue 1 Comment repérez-vous Chez vous, chez vos collègues Ce qu on appelle épuisement professionnel? 2

Plus en détail

La mort et le deuil chez l enfant. Anne Perrot, PédopsychiatreP Chloé Bonnaud,, Psychologue

La mort et le deuil chez l enfant. Anne Perrot, PédopsychiatreP Chloé Bonnaud,, Psychologue La mort et le deuil chez l enfant Anne Perrot, PédopsychiatreP Chloé Bonnaud,, Psychologue I. Les aspects sociologiques et culturels de la mort. II. Le deuil 1. Définition 2. Le processus de deuil 3. Le

Plus en détail

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers

Examen médicopsychologique. Examen psychiatrique. Sémiologie Psychiatrique 1. Faculté de médecine Poitiers Faculté de médecine Poitiers Examen médicopsychologique Examen psychiatrique Sémiologie Psychiatrique 1 Définition Psychiatrie : discipline médicale qui étudie et traite les maladies du psychisme Psychologie

Plus en détail

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne Formation Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement Programme DPC Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne C.L.E.F : Centre de Liaison, d Étude et

Plus en détail

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni Plan Douleur et Cognition Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Douleur : expérience émotionnelle et sensorielle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite

Plus en détail

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A.

LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. COLLOQUE EPSM-MAIA 26 MAI 2016 LA DEPRESSION DU SUJET AGE DOULEUR ET DEPRESSION CHEZ LA P.A. LA P.A. EST-ELLE PLUS EXPOSEE A LA DOULEUR? Prévalence : estimée de 40 à 80%..., 70%... Pourquoi? Les polypathologies

Plus en détail

Développer son empathie

Développer son empathie Sarah Famery Développer son empathie, 2003, 2007 ISBN : 978-2-212-53833-5 Sommaire Introduction. L empathie au cœur des relations humaines....... 1 Un besoin croissant d empathie...........................

Plus en détail

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008

LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 LE BURN OUT: SEULEMENT POUR LES AUTRES? Dr Évelyne CAHEN NANCY Thionville, mardi 9 décembre 2008 Historique En France, 1959, Claude Veil: les états d épuisement au travail, fruit de la rencontre d un

Plus en détail

L ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

L ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE L ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE Dr N PRIETO Psychiatre Cellule d Urgence Médico-Psychologique SAMU de Lyon Hôpital Edouard Herriot La temporalité Tr. immédiats Tr. post-immédiats ESA PTSD Evt 24 h 1

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010

LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010 LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010 2011-09-01 1 Plan Comprendre l intervention en soins spirituels

Plus en détail

Gérer le stress et la souffrance de vos collaborateurs

Gérer le stress et la souffrance de vos collaborateurs Gérer le stress et la souffrance de vos collaborateurs SVATI Formation Intervention du 9/01/12 Florian FAURE Delphine LUCE Laura CUTIVET 1 2 «La souffrance s affiche mieux qu elle ne se dit» L enjeu pour

Plus en détail

Dépression autour de la grossesse

Dépression autour de la grossesse Dépression autour de la grossesse Dr Michel Maron Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Clinique de Psychiatrie, rue André Verhaeghe 59037 Lille D ÉPRESSIO N AUTO UR DE LA G RO SSESSE Dépression

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Maladie incurable et maintenant?

Maladie incurable et maintenant? Maladie incurable et maintenant? Lorsqu une maladie grave progresse et qu il n existe aucun espoir de guérison, des questions difficiles viennent à l esprit: Combien de temps me reste-t-il encore à vivre?

Plus en détail

S adapter aux risques côtiers

S adapter aux risques côtiers S adapter aux risques côtiers DOCUMENT D INFORMATION sur les différents risques côtiers, dont l érosion des berges, la submersion marine et la hausse du niveau des océans. Les régions du Bas-Saint-Laurent,

Plus en détail

La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition

La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition Promotion de la santé et handicap La santé en question pour les personnes ayant des troubles de la vision ou de l audition Audrey Sitbon chargée d études et de recherches INPES Convention CNSA/INPES Question

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail