Gamme STAGNO. Venez découvrir nos nouveaux luminaires étanches à l occasion des journées IHF. stand 24. L IP 65 en pleine lumière MAD IN FR AEN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gamme STAGNO. Venez découvrir nos nouveaux luminaires étanches à l occasion des journées IHF. stand 24. L IP 65 en pleine lumière MAD IN FR AEN"

Transcription

1 1

2 Gamme STAGNO L IP 65 en pleine lumière MAD IN FR AEN CE w w w.tlv.f r Venez découvrir nos nouveaux luminaires étanches à l occasion des journées IHF stand 24 2

3 SOMMAIRE EDITORIAL PROGRAMME SYNOPTIQUE 4 PLANNING DES SESSIONS 4 PROGRAMME DÉTAILLÉ 6 de la séance plénière des ateliers des forums des innovations & des techniques des visites techniques L es 54es Journées d études et de formation des Ingénieurs Hospitaliers de France se tiennent en 2014 à Toulouse, métropole régionale reconnue internationalement pour son dynamisme, notamment au travers de l industrie aéronautique et spatiale, mais également dans le domaine de la santé et de la recherche auquel contribue largement le CHU de Toulouse. Cette année, les Journées IHF s articuleront au travers de deux thèmes majeurs de l ingénierie hospitalière, la gestion patrimoniale et la conception architecturale et technique des établissements de santé. INFORMATIONS PRATIQUES 20 PLAN DU SITE & DE L EXPOSITION 22 LISTE DES EXPOSANTS 23 La gestion patrimoniale, qui fera l objet de la séance plénière et de plusieurs ateliers abordera les problématiques des plans directeurs immobiliers et techniques, de l exploitation technique, de la maintenance, et bien sûr de la gestion des énergies dans une vision patrimoniale globale pour assurer l efficience et la pérennité de l outil mis à disposition des professionnels de la santé et du public. Son corolaire, la conception architecturale et technique des établissements de santé sera traitée au travers de retours d expérience français mais aussi internationaux sur des pratiques innovantes et les interactions entre programmation, conception et exploitation. 54ES Comme chaque année, fournisseurs, concepteurs, consultants animeront un salon, lieu d échange privilégié entre tous les acteurs de l ingénierie hospitalière. Journées d Etudes et de Formation COMITÉS DES 54ES JOURNÉES IHF Nous vous attendons nombreux, inscrivez vous sans tarder pour bénéficier des meilleurs tarifs et pour participer à la réussite et à la pérennité de cette manifestation à laquelle nous tenons beaucoup. Djamil Abdelaziz, Coordonnateur du comité local d organisation COMITÉ SCIENTIFIQUE Jacques ROOS, coordonnateur - CHU de Strasbourg Djamil ABDELAZIZ - CHU de Toulouse Daniel BRIAND - Institut Saint-Pierre - Palavas Les Flots Anne BUXEDA - CH Sainte-Anne - Paris Guillaume CATOIRE - CHU de Nantes Gilles FRENKIAN - AP Hôpitaux de Marseille Philippe STALLIVIERI - CH Sainte-Anne - Paris Alexandre TOESCA - CHU de Nice Jacques Roos, Président des Ingénieurs Hospitaliers de France COMITÉ D ORGANISATION Philippe STALLIVIERI, coordonnateur national - CH Sainte-Anne - Paris Djamil ABDELAZIZ, coordonnateur local - CHU de Toulouse Bernard ADER - CHU de Toulouse Abdellah AZNAY - CHU de Toulouse Vincent BERDEIL - CHU de Toulouse Daniel BLOCHS - CHU de Toulouse Caroline BRIEND - CHU de Toulouse Anne BUXEDA - CH Sainte-Anne - Paris Didier CASSAN - CHU de Toulouse Dominique CHUPEAU - CHU de Toulouse Patrick FONTANEL - CHU de Toulouse Laurent GIRAUD - CHU de Toulouse Thierry GUILLOT - CHU de Toulouse Henri HÉBRARD - CHU de Toulouse Emeline LACAVE - CHU de Toulouse Christian LALANDE - CHU de Toulouse Bernard MAZANA - CHU de Toulouse Fabien MÉZAILLES - CHU de Toulouse Béatrice NOUVEL - CHU de Toulouse Philippe ORGEBIN - CH Marchant José PEREIRA - CHU de Toulouse Jean PETIT - CHU de Toulouse Ghislain PRAT - CHU de Toulouse Isabelle ROULIER - CHU de Toulouse 3

4 PROGRAMME SYNOPTIQUE MERCREDI 11 JUIN JEUDI 12 JUIN VENDREDI 13 JUIN 8h30-10h00 Ateliers 8h30-10h00 Ateliers 10h00-10h30 Pause sur l exposition 10h00-10h30 Pause sur l exposition 10h30-12h00 Ateliers 10h30-12h00 Forums des industriels 12h00-14h00 Pause sur l exposition Déjeuner 14h00-17h00 Visites techniques 11h00-13h30 Accueil /Déjeuner 12h00-14h00 Pause sur l exposition Déjeuner 13h30-16h00 Séance plénière 14h00-15h30 Forums /symposium des industriels 16h00-17h00 Pause sur l exposition 15h30-16h30 Pause sur l exposition 17h00-18h00 Table ronde 16h30-18h00 Ateliers 18h00-20h30 Inauguration de l exposition 18h15-19h15 Assemblée Générale 20h00 Dîner de Gala PLANNING DE LA SÉANCE PLÉNIERE ET DES ATELIERS MERCREDI 11 JUIN 13h30-16h00 Séance plénière : Gestion patrimoniale Salle A 17h00-18h00 Table ronde : Gestion patrimoniale Salle A JEUDI 12 JUIN 8h30-10h00 10h30-12h00 16h30-18h00 Atelier 1 : Conception architecturale et technique Atelier 2 : Traitement de l air Salle A2 Atelier 3 : Conception architecturale et technique Atelier 4 : Management Salle A2 Atelier 5 : Bâtiments hospitaliers et santé mentale Atelier 6 : Énergie Salle A2 VENDREDI21 13JUIN JUIN VENDREDI 08h30-10h00 4 Atelier 7 : Développement durable Atelier 8 : Gestion de la qualité et des risques Salle A2

5 PLANNING DES FORUMS JEUDI 12 JUIN Forum CAMEO Les Certificats d Économies d Énergie (CEE), le levier opérationnel de la performance énergétique 14h00-14h40 Forum GROUPE GC / STERILWAVE Avantage du pré-traitement par désinfection par rapport à l incinération Salle A2 Forum LEGRAND Allier efficacité énergétique et retour sur investissement 14h50-15h30 Forum A2CH, Groupe ACCEO Comment bénéficier d un délai supplémentaire de 3 à 6 ans pour la mise en Accessibilité des Centres Hospitaliers? Salle A2 VENDREDI 13 JUIN Forum SOCOMEC Sécurité des soins : approche pragmatique du besoin et du cadre normatif électrique 10h30-11h10 Forum ETAP Efficacité énérgétique, facteurs de maintenance : Leds et tubes fluorescents Forum SCHNEIDER ELECTRIC Comment la performance énergétique peut améliorer la santé financière de l hôpital? Salle A2 11h20-12h00 Forum DS AUTOMOTION Les enjeux de l automatisation des flux logistiques dans l Hôpital Salle A2 HORAIRES D OUVERTURE - ESPACE EXPOSANTS MERCREDI 11 JUIN / 11H00-20H30 JEUDI 12 JUIN / 08H00-19H30 VENDREDI 13 JUIN / 08H00-14H00 5

6 PROGRAMME DES SÉANCES PLÉNIÈRES & ATELIERS THÉMATIQUES MERCREDI 11 JUIN - SÉANCE PLÉNIÈRE & TABLE RONDE 13H30-16H00 OUVERTURE DES JOURNÉES - salle A J. ROOS, Président IHF, Responsable de la maîtrise d ouvrage des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg M. CAVALIER, Directrice de l ARS Midi-Pyrénées SÉANCE PLÉNIÈRE - Salle A Gestion patrimoniale La gestion patrimoniale est au cœur de nos métiers de l ingénierie hospitalière et mobilise de nombreuses composantes dans une vision nécessairement transversale et pluridisciplinaire. La séance plénière y sera consacrée avec un retour sur l élaboration d un schéma immobilier hospitalier régional, en l occurrence celui de l Ile de France, deux interventions sur des travaux menés pour mieux cerner et fiabiliser les coûts de maintenance du patrimoine hospitalier, un retour sur la mise en place de la maintenance et du management de l exploitation du nouveau Centre Hospitalier Universitaire de Montréal, un exposé sur la méthodologie de conduite des projets à Aéroport de Paris et un regard plus extérieur avec une présentation du rapport de la Cour des comptes sur la gestion du patrimoine immobilier des CHU affectés aux soins. La table ronde qui suivra permettra des échanges entre conférenciers et le public sur les méthodes, les outils et les moyens humains et financiers nécessaires pour optimiser et pérenniser la prise en compte de cette thématique dans la gestion des établissements de santé. Présentation des modalités d élaboration d un schéma immobilier hospitalier régional D. BOURDON, ARS Ile de France (Paris) Présentation du projet de fiabilisation du coût de la fonction Entretien/Maintenance dans les CHU F. RIMATTEI, Directeur au CHU de Toulouse (Toulouse) Dans un contexte T2A marqué par la nécessaire maîtrise des dépenses d exploitation des établissements, les CHU ne disposaient jusqu alors d aucun outil d évaluation et de benchmark des coûts d exploitation et de maintenance de leurs bâtiments et de leurs installations techniques. En lien avec la DGOS et en étroit partenariat avec la Base d Angers, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU a réuni un groupe de travail national rassemblant directeurs techniques et directeurs financiers de CHU avec pour objectif premier l élaboration d une base de benchmark fiable, partagée et opposable. Sur la base des résultats obtenus lors de cette première étape, l objectif est dorénavant de produire en routine les indicateurs adaptés à un pilotage optimisé de cette fonction. La conduite des projets à Aéroports de Paris B. CATHELAIN, Directeur Général Adjoint, Aménagements et Développements, Aéroports de Paris (Paris) Aéroports de Paris depuis sa création n a eu de cesse de se développer jusqu à devenir aujourd hui l un des trois grands groupes aéroportuaires mondiaux. Ce développement a pu se faire grâce à une organisation robuste en terme de gestion de projet et de processus d investissements. ADP dispose d une organisation dite «intégrée» avec l ensemble des compétences internalisées en matière de conduite de projets. Les récents partenariats avec des aéroports de premier plan comme celui d Amsterdam ou de Séoul ont par ailleurs permis à ADP de comparer les organisations notamment en terme de maintenance. Le document support vise à faire une présentation de l ensemble de ses aspects en soulignant la complexité de l environnement aéroportuaire, compte tenu du volume d investissement engagé, 6

7 de la nature très diverse des projets et d un nombre important d intervenants dans le processus aussi bien en interne qu en externe. Mise en place de la maintenance et du management de l exploitation du nouveau Centre Hospitalier de l Université de Montréal R. STOKIC, Directeur de projets hospitaliers - CHUM Québec (Canada) Dalkia Santé Services Montréal (DSSM) sera responsable de l exploitation technique du nouveau Centre Hospitalier de l Université de Montréal (CHUM) à partir d avril 2016 jusqu en 2050, soit pour une période de 34 ans. Ses responsabilités couvrent notamment l entretien, et la gestion du cycle de vie des installations du nouveau CHUM. Je me propose d aborder en séance, en 4 points, les avantages et les points de vigilances à respecter dans le cadre de la mise en place de la maintenance et du management de l exploitation du plus grand hôpital en construction d Amérique du Nord, en mettant l emphase sur la gestion de l énergie. Evaluer les coûts de maintenance dans les établissements hospitaliers F. LAVRARD-CARUEL - P. DEGREMONT, Département Performance des Ouvrages EGIS (Guyancourt) Sur la durée de vie d un bâtiment, l entretien, l exploitation-maintenance, les grosses réparations représentent 75 à 80% des dépenses effectuées sur un bâtiment. Ces couts peuvent varier fortement en fonction de la politique de maintenance de l établissement. Au cours de cette présentation seront donc abordés donc les différentes étapes de la définition de cette politique de maintenance ainsi qu une méthode de calcul des coûts de maintenance. Présentation du rapport de la Cour des comptes sur «La gestion du patrimoine immobilier des CHU affecté aux soins» C. PRÉVOST-MOUTTALIB, Rapporteur - Cour des comptes (Paris) La Cour des comptes a rendu public, le 2 octobre 2013, un rapport sur la gestion du patrimoine immobilier des centres hospitaliers universitaires (CHU) affecté aux soins. Ce rapport a été commandé par la commission des finances du Sénat, en application de l article 58-2 de la loi organique du 1er août 2001 relative aux lois de finances. 17H00-18H00 TABLE RONDE - Salle A Gestion patrimoniale D. BOURDON, ARS Ile de France (Paris) F. RIMATTEI, Directeur au CHU de Toulouse (Toulouse) B. CATHELAIN, Directeur Général Adjoint, Aménagements et Développements, Aéroports de Paris (Paris) R. STOKIC, Directeur de projets hospitaliers - CHUM Québec (Canada) F. LAVRARD-CARUEL, Département Performance des Ouvrages EGIS (Guyancourt) P. DEGREMONT, Département Performance des Ouvrages EGIS (Guyancourt) C. PRÉVOST-MOUTTALIB, Rapporteur - Cour des comptes (Paris) E. DUPEYRON, Directeur Général Adjoint du CHU de Toulouse 7

8 JEUDI 12 JUIN - SESSIONS ATELIERS 8H30-10H00 ATELIER 1 - Conception architecturale et technique Conception/Réalisation, Bail Emphytéotique Hospitalier, Loi MOP et dialogue maître d ouvrage, maître d oeuvre et utilisateurs : trois procédures, trois projets avec des objectifs spécifiques, trois retours d expérience qui mettront en exergue les points forts et les points faibles de chacun d entre eux. Construction d une stérilisation centrale au CHU de Nantes G. CATOIRE, Ingénieur conducteur d opération CHU de Nantes (Nantes) C. LAMBERT, Chef de projet, EGIS Bâtiments Centre-Ouest Le C.H.U. de Nantes a implanté une stérilisation centrale sur le site de l Hôpital Saint Jacques. La fonction de stérilisation était répartie sur plusieurs sites, ce qui ne favorisait pas la mutualisation des moyens et l optimisation de l exploitation des locaux. Le projet de centralisation de la stérilisation devait répondre à plusieurs objectifs : Garantir la qualité, la sécurité et la continuité de la production de stérilisation Optimiser les coûts d exploitation et d investissement Rechercher une cohérence de site Présentation du projet et retour d expérience après un an de fonctionnement. Construction en BEH du CH Pierre Oudot J. JOLY, Ingénieur en chef CH de Bourgoin-Jallieu (Bourgoin-Jallieu) Le nouveau centre hospitalier Pierre-Oudot a ouvert ses portes le 17 mai 2011 sur le site du Médipôle à Bourgoin-Jallieu (38). Ce projet de reconstruction complète a été mené selon la procédure du Bail Emphytéotique Hospitalier. D une capacité de 400 lits et places dans un bâtiment compact et fonctionnel, il offre désormais une palette complète d activités MCO et un plateau technique de grande modernité. Les conditions d accueil et d hébergement des patients sont devenues particulièrement chaleureuses et confortables, et le cadre de travail des professionnels de santé a été repensé pour plus d efficacité. Programme de rénovation d un bâtiment existant : la nécessité du dialogue maîtrise d ouvrage/utilisateurs/maîtrise d œuvre I. ROULIER, Architecte programmiste responsable du secteur études patrimoniales, programmation et architecture du CHU de Toulouse (Toulouse) Dans le cadre d une rénovation particulièrement complexe, Le CHU de Toulouse a mis en œuvre la procédure spécifique «d accord cadre mono attributaire» pour arriver désigner une équipe de maitrise d œuvre qui serait associée très en amont afin de définir un programme en cohérence avec les contraintes architecturales et techniques du bâtiment. Ce travail de collaboration maitrise d ouvrage / maitrise d œuvre s est poursuivie durant tout le projet, notamment dans le cadre de l opération «plateau d endoscopie» et a permis de concevoir un projet répondant aux exigences fonctionnelles des utilisateurs dans un contexte pourtant très contraint 8

9 JEUDI 12 JUIN - SESSIONS ATELIERS ATELIER 2 - Traitement de l air Salle A2 Le traitement de l air au centre des problématiques de qualité, d hygiène et de gestion des risques dans des locaux à contraintes maximales, les blocs opératoires bien sûr traité successivement par un ingénieur et un médecin hygiéniste avec la prise en compte de la nouvelle norme NF S , mais aussi la complexité de la problématique du confinement biologique pour la prise en charge des patients atteints de maladies infectieuses à haut risque de contamination à partir de l expérience de la conception de l IHU des maladies infectieuses tropicales à Marseille. Qualité de l air au bloc opératoire B. BRESSON,Ingénieur biomédical - ARS Midi-Pyrénées (Toulouse) La qualité sanitaire des bâtiments et donc la qualité de l air intérieur sont devenues des préoccupations majeures liées à une meilleure connaissance de l impact des polluants présents dans les bâtiments sur la santé humaine. On peut discerner des pollutions «visibles» (humidité, odeur, fumée) mais nous sommes également victimes de pollutions cachées : allergènes, micro-organismes, CO2, polluants chimiques, radon. Certaines activités propres aux établissements de santé nécessitent un environnement maîtrisé. C est le cas du bloc opératoire pour lequel la maîtrise de la qualité de l air est essentielle. Pour cela des règles de comportement et d organisation s ajoutent à des impératifs structurels : architecture des locaux et traitement de l air. Afin d évaluer la maîtrise de ces risques, l ARS Midi-Pyrénées a élaboré une grille de contrôle environnemental du bloc opératoire. Une partie est dédiée à la qualité de l air. Elle fait notamment référence à la nouvelle version de la norme NFS publiée en avril L enjeu de la qualité de l air au bloc opératoire P. CARENCO, Médecin hygiéniste - CH de Hyères (Hyères) En France, les infections du site opératoire (ISO) connaissent une diminution régulière depuis de nombreuses années. La maîtrise de la qualité de l air au bloc opératoire participe à l asepsie de l environnement opératoire. En milieu clos, l homme est la plus importante source de particules dans l air. L auteur expose des mesures particulaires en activité dans différents types de salles opératoires, montrant que la connaissance par les utilisateurs des principes et des comportements adéquats apparaît indispensable pour éviter un mésusage conduisant à la dégradation de la qualité de l air. Confinement biologique et prise en charge des patients atteints de maladies infectieuses à haut rique de contamination M. ROTH, Directeur de projet EGIS Bâtiments (Guyancourt) La prise en charge des maladies infectieuses dans le cadre d un secteur d hébergement spécifique n est pas sans poser des problèmes nouveaux. Le confinement biologique des zones de prise en charge et d hébergement des malades contagieux à haut risque, s oppose aux dispositions réglementaires relatives aux établissements recevant du public. Les mesures à mettre en œuvre relèvent alors de la responsabilité du chef d établissement qui doit, à travers des réglementations pas toujours adaptées, faire appliquer les dispositions qui découlent directement de son analyse de risques. 9

10 JEUDI 12 JUIN - SESSIONS ATELIERS 10H30-12H00 ATELIER 3 - Loi MOP / Conception Réalisation Retour sur des opérations internationales qui, contrairement à nos pratiques nationales, lient programmation et conception dans un processus itératif, réflexion sur l architecture au carrefour de la fonctionnalité, de la perception de l environnement et de la valeur d usage et apport de l ergonomie au processus de conception des établissements de santé déclinent la richesse et la complexité des processus de conception architecturale et technique. Space planning & design : expériences internationales P. MARTINET, Ingénieur expert santé, Iosis Ingéniérie P. PICARD, Architecte, programmiste expert santé, Egis bâtiments conseil (Guyancourt) La démarche de programmation et la conception de l ouvrage sont deux phases bien distinctes et successives dans la grande majorité de nos projets hospitaliers publics en France. Du fait de ce séquençage et des règles de passation des marchés, l échange proactif entre le concepteur de l ouvrage et le programmiste n existe pratiquement pas. Cette conférence rend compte, à travers trois différentes expériences à l étranger, de fonctionnements basés sur l interaction programme/conception, des bénéfices mais aussi des écueils rencontrés dans leur pratique. L hôpital demain : une «machine à soigner» ou un «espace de soins convivial»? S. GAUSSIN, Architecte Entrer comme patient dans un établissement hospitalier génère instantanément angoisse et stress. L écriture architecturale revêt ainsi une fonction éminente dans la bonne prise en charge. L hôpital d aujourd hui n est pensé que dans sa performance technique, ignorant la dimension thérapeutique de la convivialité et du confort. Le fort développement de l ambulatoire, la baisse appréciable de la DMS et la prise de conscience profonde par le monde médical que l acte technique ne garantit plus seul la qualité et l efficacité du soin, conduisent à repenser l agencement, la hiérarchisation des espaces et enfin la qualité apaisante du traitement architectural. Intégration d une démarche ergonomique dans un projet de construction hospitalière T. GAUMART, Ingénieur au CHD Vendée (La Roche-sur-Yon) N. HEDDAD, Ergonome au cabinet Transition par l Ergonomie (Paris) Cette communication à deux voix, technique et ergonomique, se donne comme objectif de discuter et partager une expérience de conduite d opération autour d un projet de construction hospitalière ayant intégré, dès la conception, une démarche ergonomique. Participative, elle a permis de travailler sur des supports de simulation des activités comme aide à la décision pour arrêter des choix spatiaux. L exploration des scénarios a concerné des critères tout aussi bien d espaces, de conditions de travail, d organisation et d objectifs de fonctionnement. Cette démarche, inédite, répond à la complexité des projets conduits dans le secteur de la santé. Le nouveau bâtiment doit être livré en septembre

11 JEUDI 12 JUIN - SESSIONS ATELIERS ATELIER 4 - Management Salle A2 Les activités d achat, de coordination, de pilotage et de communication sont essentielles dans le management de l ingénierie hospitalière. Deux retours d expérience de Suisse avec le processus de formalisation des appels d offres des marches publics dans le canton de Vaud et le remplacement des groupes électrogènes de secours dans un grand CHU en fonction qui décline, outre les problématiques techniques, l importance d un management s appuyant sur une méthodologie organisationnelle dans le cadre d une analyse de gestion des risques. Enfin un exposé qui démontre, au delà des aspects purement techniques, l importance de la communication avec les utilisateurs et l ensemble des interlocuteurs pour conforter une politique de gestion énergétique d un parc de bâtiments de la société Airbus. Formalisation des analyses d offres dans les marchés publics du canton de Vaud (Suisse) F. XAINTRAY, Directeur adjoint services techniques du CHUV (Suisse) L objectif de l intervention est de présenter une directive cantonale définissant de façon précise le contenu de l analyse des offres pour les marchés publics dans un souci de transparence vis-à-vis des soumissionnaires. Grâce à ce document, l analyse des offres est formalisée et prend en compte 5 critères (le prix, l organisation pour l exécution du marché, les qualités techniques de l offre, l organisation de base du candidat et les références liées au marché analysé) répondant d une part à la qualité technique mais aussi à l engagement des entreprises soumissionnaires aux objectifs de l état de Vaud. L Energétique sur un parc de bâtiments : de l importance de la communication A. S. BARQUERO, Energy Manager - Société Airbus (Toulouse) Ce sujet traite de la communication autour de la thématique énergétique d un parc de bâtiments : quel intérêt? quelles contraintes, quelles actions possibles? Trois catégories seront ainsi étudiées : le projet de bâtiment neuf, la rénovation de bâtiments existants, et enfin l utilisation et l exploitation quotidiennes. Les différents interlocuteurs à cibler seront identifiés, les points d attention spécifiques seront commentés et les dysfonctionnements possibles évoqués. Remplacement des groupes de secours dans un hôpital en fonction K. SOUMILLION, Chef de section installations EMA au CHUV à Lausanne (Suisse) Le CHU Vaudois a décidé de remplacer ces groupes électrogènes de secours par 3 nouveaux groupes au même emplacement. Ces travaux ne devaient pas provoquer de perturbations aux services hospitaliers, tout en respectant la garantie de pouvoir fournir du courant secouru à chaque moment. En passant par plusieurs particularités propres au système existant, ce projet a été réalisé selon le planning et a répondu aux attentes. Les nouveaux automatismes installés ont permis d améliorer le confort pour les utilisateurs médicaux et techniques. 11

12 JEUDI 12 JUIN - SESSIONS ATELIERS 16H30-18H00 ATELIER 5 - Bâtiments hospitaliers et santé mentale La conception et l exploitation des établissements de santé mentale présentent de nombreuses similitudes avec le secteur hospitalier traditionnel mais aussi de nombreuses spécificités. Trois retours d expérience avec une opération avec plusieurs maîtres d ouvrage et les spécificités qui en découlent, sujet d actualité à l aune du développement des GCS ou d autres structures de santé qui mènent des opérations communes, une opération en conception réalisation d un pavillon classique qui analyse les points forts et faibles de cette procédure et décline les points de vigilance à mettre en place et une intervention plus ciblée sur les spécificités du secteur de la psychiatrie avec la problématique des patients hospitalisés sous contrainte. Présentation du projet du CH de Carpentras G. VAYSSIERE, Directeur adjoint CITADIS (Avignon) B. BRICHE, Ingénieur - CH de Montfavet (Montfavet) En 2001, l un des premiers regroupements public-privé a permis l ouverture du pôle santé de Carpentras, 10 ans plus tard, le CH de Carpentras poursuit son évolution avec trois partenaires, l UGECAM, l ATIR et le CH de Montfavet (Avignon). L intervention évoque le montage juridique, le déroulement de l opération de travaux, le rôle de CITADIS (AMO) ; la convention mise en place pour la gestion des nouveaux bâtiments et des bâtiments existants ; et enfin, présente le bâtiment réalisé pour le Centre Hospitalier de Montfavet. Retour d expérience sur la construction d un bâtiment d hospitalisation de psychiatrie en conception-réalisation A. MENU, Directrice adjointe au CH d Erstein (Erstein) Le Centre Hospitalier d Erstein, établissement public de santé mentale a entrepris en 2011 la reconstruction d une partie de ses capacités d hospitalisation complète. Le projet concerne un bâtiment de 96 lits d hospitalisation de psychiatrie adulte, construit en conception-réalisation. L intervention, sous forme d un retour d expérience pratique détaillera les différentes étapes du projet, en mettant en avant certains choix et leurs impacts, en détaillant les points forts et les points de vigilance de la procédure menée, et en analysant la place des différents intervenants (Centre Hospitalier, entreprise mandataire, architectes, bureaux d études,...) Prise en charge des patients hospitalisés sous contrainte : Du pavillon d admission aux UHSA P. ORGEBIN, Ingénieur hospitalier CH Marchant (Toulouse) B. MALVY, Architecte (Cahors) La loi du 5 juillet 2011 réforme la loi du 27 juin Cette réforme a été rendue nécessaire en raison des difficultés constatées dans l accès aux soins psychiatriques et de l évolution générale des conditions de prise en charge. Cette loi répond à 4 objectifs : - favoriser l accès aux soins et garantir leur continuité, - adapter la loi aux évolutions des soins psychiatriques et des thérapeutiques disponibles, - renforcer la sécurité des patients et des tiers, - renforcer les droits des patients La réponse programmatique et architecturale à ces objectifs se retrouve dans les projets du Centre Hospitalier en conciliant : - la sécurité pour le patient et le soignant - le respect des droits du patient - l humanité. 12

13 ATELIER 6 - Energie Salle A2 La maîtrise des consommations énergétiques est et restera un des axes majeurs de l exploitation technique des établissements de santé. Deux retours d expérience sur des périmètres élargis : la politique de production de chaleur mise en place par le CHU de Montpellier et les stratégies et orientations politiques suivies par la Communauté urbaine Toulouse Métropole. Enfin une intervention rappelant l importance de l organisation, des méthodes, des outils et des compétences pour optimiser la gestion des énergies. La production de chaleur au CHRU de Montpellier S. LEMAÎTRE, Ingénieur hospitalier (Montpellier) Deux cogénérations sur deux sites arrivant à leur terme des 12 ans, une opération subventionnée par la région a été lancée afin de remplacer ces installations. Cela a conduit à deux solutions technico/économiques différentes dont une a été une cogénération en CREM (conception, réalisation, exploitation et maintenance) par Dalkia et l autre un raccordement au réseau de chaleur de l université produit par une chaufferie bois gérée par la SERM (Société d Equipement de la région Montpelliéraine). Quelles stratégies et coordinations des politiques énergétiques mises en place au sein de Toulouse Métropole? M. LORENZO, Communauté urbaine Toulouse Métropole (Toulouse) La première des Actions du Plan Climat Energie Territorial (PCET) de la VT et la CUTM a été la création en 2012 d une Autorité Organisatrice de l Energie (AOEn) afin d atteindre les objectifs de «sobriété énergétique et développement des énergies renouvelables».grâce à cette organisation interne, la CUTM et la VT entendent jouer pleinement leurs rôles d autorités organisatrices, stratèges et coordonnatrices des enjeux liés à l énergie, en définissant, en mettant en place et en coordonnant la stratégie énergétique territoriale selon 4 axes définis : - la diminution des consommations énergétiques - la diversification de la production d énergie et développement des énergies renouvelables - l optimisation de la distribution d énergie et développement des réseaux de chaleur - le développement des conseils et des aides sur l énergie. Des actions ont été engagées comme sur les réseaux de chaleur et la création d un conseil Métropolitain de l Energie (CME). L accès à la performance énergétique des bâtiments de santé : des compétences d ingénieurs et des outils performants pour atteindre les cibles énergétiques B. PERRIN, Ingénieur énergéticien - Bouygues Energie Services (Saint-Quentin-en-Yvelines) La performance énergique du Centre Hospitalier Pierre Oudot (NCHPO) à Bourgoin-Jallieu (38) est suivie dans la durée au travers de données mensuelles, analysées selon trois axes (fluides, usages, zones) et de courbes de tendances. Des objectifs d optimisation ont été définis et des actions concrètes d amélioration entreprises. L organisation mise en place et l approche collective menée entre exploitant hospitalier et équipes de maintenance permet d agir efficacement pour le confort et la sécurité des usagers et une baisse significative de la consommation est enregistrée. Ces résultats sont aujourd hui stimulants, encourageants et devront se poursuivre demain. 13

14 VENDREDI 13 JUIN - SESSIONS ATELIERS 16H30-18H00 ATELIER 7 - Développement durable Un focus sur l analyse du cycle de vie et de son coût, une notion fondamentale du développement durable encore peu développée mais qui ne devrait cesser de s affirmer au travers des recherches d un fabricant de centrales de traitement d air et d un premier bilan d un établissement de santé en Suisse, complété par un retour d expérience sur l utilisation d un système original de ventilation naturelle assistée pour remplacer les systèmes classiques de climatisation dans un établissement de santé en climat tropical. Lifecyclecosting à la Clinique Romande de Réadaptation de Sion T. BUCHER, Responsable Service technique et de sécurité, Clinique Romande de Réadaptation de Sion (Suisse) La clinique de réadaptation à Sion (CH) a ouvert ses portes en Son installation de chauffage se présentait à l époque comme projet ambitieux et avant-gardiste en termes de consommation d énergie. Pour calculer le coût du cycle de vie et ainsi gagner de la transparence pour nos besoins en ressources financières à long terme nous avons crée un outil simple sur Excel. Nous avons réalisé un retour d expérience sur l installation de chauffage en appliquant cet outil pour une vue en arrière et ainsi confirmer la justesse du choix fait il y a presque15 ans. La nouvelle cité hospitalière du Lamentin en Martinique M. BEAUVAIS, Architecte (Paris) F. FRUSTA, Expert en performance environnementale (Aubagne) Quel est le «retour d expérience» sur le confort thermique du patient en climat tropical?... à partir d une conception unique et originale de ventilation naturelle assistée, pour les hébergements de la Nouvelle Cité Hospitalière du Lamentin. Sa mise en activité depuis pratiquement trois ans, témoigne de la réussite de sa conception conjuguant la fonctionnalité et technicité, permettant de créer les conditions d usage, adapté à la spécificité de la Martinique. Notre démarche s est développée à partir d un choix technique conçu dès le concours d architecture et sa mise au point par des modèles appropriés à ce dispositif au caractère expérimental. Analyse de cycle de vie F. ROZMIAREK, Market manager environnement CIAT (Culoz) A. MARTY, Responsable éco-conception CIAT (Culoz) Le bâtiment est en pleine mutation en raison de son impact sur la dégradation de l environnement due à l activité humaine. Les normes, certifications et réglementations évoluent fortement sur un plan énergétique. Néanmoins les perspectives montrent une volonté de prise en compte de critères environnementaux plus étendus. Les méthodes de conception de systèmes actifs doivent donc se mettre en phase, grâce à l utilisation d outils permettant la détermination des impacts sur l ensemble du cycle de vie, et également l amélioration de la qualité sanitaire de l air intérieur. 14

15 VENDREDI 13 JUIN - SESSIONS ATELIERS ATELIER 8 - Gestion de la qualité et des risques Gestion de crise versus gestion des risques en milieu hospitalier et comment se préparer pour les cadres techniques qui sont concernés, exposé par le responsable aux normes au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé pour faire suite au large débat sur la quantité et la pertinence des normes en général et dans le domaine de l ingénierie hospitalière et enfin retour et bilan sur l interface entre une réglementation sur la radioprotection de plus en plus contraignante et la conception architecturale et technique des secteurs concernés. Evolution de la réflexion sur la gestion de crise en milieu hospitalier F. BRAYDA-CASABONNE, Ingénieur en chef SAMU de Paris (Paris) La gestion de crise en milieu hospitalier occupe désormais une place entière dans la structuration managériale des équipes de direction. Elle a pour objectif, quel que soit l événement, de limiter les impacts de ce dernier, de garantir le retour dans les meilleurs délais à un niveau de sécurité maximale pour l établissement, ses personnels et les patients, enfin de se prémunir, dans un objectif d efficience, d un nouvel événement indésirable. Cette évolution passe par une redéfinition des situations de crise, versus la gestion des risques, ainsi qu une réflexion sur la formation et l expertise des équipes hospitalières, le tout s adossant aux retours d expériences totalement mutualisés, ce de manière sécurisée. La fonction de responsable ministériel aux normes : ses missions, son rôle C. DESMARES, Responsable aux Normes au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé (Paris) Le responsable ministériel aux normes (RMN) est un des acteurs de la gouvernance du système français de normalisation. Il est chargé de coordonner et promouvoir les travaux de normalisation compte tenu des enjeux liés aux normes techniques - qualité et sécurité, respect des exigences nationales, simplification de la réglementation mais également levier potentiel de croissance. Dans un contexte d évolution marquée de l activité européenne et internationale de normalisation sur le champ de la santé, le RMN mobilise son expertise pour favoriser l implication essentielle du ministère des affaires sociales et de la santé. Radioprotection et conception architecturale et technique N. BOROT, Président du réseau des acteurs de la radioprotection en Midi Pyrénées (Toulouse) Les rayonnements ionisants occupent une place originale parmi les risques professionnels puisqu ils sont réglementés par une transcription dans le droit français des directives européennes EURATOM. Cette réglementation impose la justification de leur utilisation, l optimisation des dispositifs et la limitation de l exposition. Ces trois principes se traduisent par des contraintes fortes dans la réalisation des salles où sont utilisés des rayons X, des services de médecine nucléaire et des laboratoires de biologie utilisant des sources radioactives. La radioprotection doit donc être prise en compte dès la conception des locaux et de leurs voisinages. Cette démarche doit tenir compte des évolutions probables du matériel, de l activité des services et du projet médical ou biologique. 15

16 PROGRAMME DÉTAILLÉ DES FORUMS DES INNOVATIONS & DES TECHNIQUES JEUDI 12 JUIN - PROGRAMME DES FORUMS 14H00-14H40 - FORUM CAMEO Les Certificats d Économies d Énergie (CEE), le levier opérationnel de la performance énergétique B. FERRES, Président Un dispositif qui évolue. Bien qu existant depuis 2006, les CEE sont encore méconnus et sous utilisés dans le secteur hospitalier. La prolongation du dispositif jusqu à fin 2017 le fait évoluer pour en faire enfin un véritable levier opérationnel de la performance énergétique. Le principe initial est simple : les fournisseurs d énergie ont l obligation légale de monétiser dès à présent une partie des économies d énergies à venir. L impact est donc très fort pour le financement des investissements notamment en milieu hospitalier. En revanche, les conditions d applications opérationnelles sont extrêmement complexes. Un levier puissant pour financer l investissement : l exemple du Centre Hospitalier Saint-Anne. Pris en amont d un projet, optimiser les choix d investissement en intégrant les primes CEE potentielles, permet de libérer du budget pour financer certains travaux ou favoriser le choix d équipements plus performants et moins énergivores. A travers le cas du Centre Hospitalier Saint Anne, CAMEO ENERGY se propose de revenir sur la méthodologie pour intégrer, en amont des décisions d investissement, les CEE et mettre ainsi en œuvre de manière opérationnelle une politique de management de l énergie pouvant mener jusqu à la Certification Iso (Management de l Energie). 14H00-14H40 - Salle A2 FORUM GROUPE GC / STERILWAVE Avantage du pré-traitement par désinfection par rapport à l incinération G. SOCCOJA VALENTE, Chef de projet STERILWAVE Vous souhaitez maitriser les coûts de votre filière DASRI tout en restant conforme à la réglementation et en préservant l environnement? Le pré-traitement par désinfection est une alternative à l incinération qui n émet pas de rejet nocif. La phase de broyage et de traitement par micro-ondes, transforme les DASRI en ordures ménagères (DAOM). D autre part, le concept innovateur et performant de pré-traitement in situ des DASRI : STERILWAVE, particulièrement destiné aux établissements gros producteurs (60 tonnes/an min), œuvre pour le développement durable et limite les risques en supprimant le transport par route des DASRI. 14H50-15H30 - FORUM LEGRAND Allier efficacité énergétique et retour sur investissement F. BONIFACE, Conseil en communication Diminuer les consommations énergétiques du bâtiment tout en garantissant un niveau de service optimal est un des enjeux majeurs que les établissements Hospitaliers se doivent de relever pour demeurer compétitifs et remplir dans de bonnes conditions leurs missions traditionnelles. Compte tenu d un contexte économique et réglementaire des plus contraignants, les marges de manœuvre sont de plus en plus étroites. Au de là, du coût d achat c est avant tout le cout d exploitation qu il faut prendre en compte. Engagé depuis de nombreuses années dans une démarche de progrès, Legrand propose des solutions innovantes, économiques et durables. Elles répondent aux obligations de moyens et de résultats de performance énergétique des établissements hospitaliers. 16

17 JEUDI 12 JUIN - PROGRAMME DES FORUMS 14H50-15H30 - Salle A2 FORUM A2CH, GROUPE ACCEO Comment bénéficier d un délai supplémentaire de 3 à 6 ans pour la mise en Accessibilité des Centres Hospitaliers? R. LOISEAU, Directeur Adjoint Division Accessibilité ACCEO - A2CH La loi du 11 Février 2005 sur l égalité des chances impose que tous les Etablissements Recevant du Public (ERP 1 à 5) soient accessibles à tous les usagers et ce quel que soit le type de handicap, avant le 1er Janvier Pour faire face à cette échéance les maîtres d ouvrages et les exploitants peuvent désormais disposer d un délai supplémentaire de mise en accessibilité en contrepartie de la réalisation d un Agenda d Accessibilité Programmée (Ad Ap). Les Ad Ap représentent une réelle bulle d oxygène dans la mise en accessibilité des établissements recevant du public. Qu est ce qu un Ad Ap? Comment le mettre en place? A quelle date? Sous quelle forme? Quel délai sera accordé? Quelle stratégie adopter?... VENDREDI 13 JUIN - PROGRAMME DES FORUMS 10H30-11H10 - FORUM SOCOMEC Sécurité des soins : approche pragmatique du besoin et du cadre normatif électrique H. MAGONI, Ingénieur expert segment médical Lors des interventions invasives ou non, en cas de défaut, le patient peut être soumis à un courant dangereux voire mortel. Pour cette raison, les normes «produits» et les normes «d installations» ont été établies afin d assurer la sécurité du patient et du personnel hospitalier. Cet article présente dans un premier temps un rappel des effets physiopathologiques du courant sur le corps humain ; ensuite, est proposé une analyse pragmatique des exigences normatives ; enfin un survol est fait de la vision normative dans deux pays Européens pour les locaux à usage médical. 10H30-11H10 - Salle A2 FORUM ETAP Efficacité énérgétique, facteurs de maintenance : Leds et tubes fluorescents M. FERRET, Directrice des Ventes Grand Sud Ouest Les solutions d éclairage peuvent consommer moins d énergie grâce à une conception optique sophistiquée, à la qualité supérieure de réflecteurs et diffuseurs, la maîtrise de tous les fondamentaux de l éclairage et des implantations étudiées des luminaires. La conception des luminaires est primordiale pour garantir dans le temps : les niveaux d éclairement. Plusieurs paramètres rentrent en compte, dont notamment : le facteur de dépréciation. Les LEDS sont à la mode. Cette source lumineuse innovante offre aujourd hui une solution de remplacement économique et écologique, à condition naturellement que les solutions à LED bénéficient d une bonne étude technique, ce qui n est pas évident. Ce facteur de dépréciation va avec les luminaires à leds être encore plus déterminant pour le choix de solutions efficaces en énergie. Cet article est consacré aux notions importantes de l éclairage, et la distinction entre le facteur de dépréciation pour l éclairage fluorescent et celui à LED. 17

18 PROGRAMME DÉTAILLÉ DES FORUMS DES INNOVATIONS & DES TECHNIQUES VENDREDI 13 JUIN - PROGRAMME DES FORUMS 11H20-12H00 - FORUM SCHNEIDER ELECTRIC Comment la performance énergétique peut améliorer la santé financière de l hôpital? F. BROUTIN, Directeur Segment Santé France L. DE CRÉMOUX, Responsable Efficacité Energétique Secteur Santé L Hôpital est un Bâtiment avec des process critiques. Schneider Electric répond avec des solutions intégrées prenant en compte la sécurisation de l énergie électrique, les infrastructures réseau de communication, et améliore le confort et la sécurité des patients, du personnel et des biens. Nous déployons également des Solutions innovantes pour Améliorer la Performance de l Hôpital de demain.d autre part, plus, en réponse à la hausse des coûts de l énergie et des nouvelles réglementations environnementales (Bilan Carbone), nos équipes sont en mesure d apporter leurs services dans la construction du bâtiment hospitalier jusqu à son exploitation. Ceci en intégrant les besoins au niveau de la gestion de l énergie et du développement durable. Pour ce qui est des Bâtiments de Santé existants, nous souhaitons apporter notre expertise en terme d Efficacité Energétique. Nos approches innovantes permettent de réduire les coûts énergétiques des bâtiments en maintenant, voire en améliorant le confort pour les occupants. 11H20-12H00 - Salle A2 FORUM DS AUTOMOTION Les enjeux de l automatisation des flux logistiques dans l Hôpital F. SERRADJ, Ingénieur technico-commercial, DS AUTOMOTION (Paris) L Hôpital est aujourd hui devenu très sensible à l étude de ses différents flux logistiques dont les optimisations permettent de répondre à une obligation d améliorer la productivité, tout en tentant de réduire les dépenses et en garantissant un niveau élevé de qualité de services. Automatiser le transport des containers au sein d un établissement de santé répond à tous ces critères. C est la garantie d avoir à la fois une solution fiable, sûre et traçable dont les coûts et les délais sont maitrisés mais aussi une amélioration de la sécurité et du confort du personnel et des patients. DS AUTOMOTION propose des systèmes logistiques automatisés compétitives et adaptés à tout type de structure hospitalière. 18

19 PROGRAMME DES VISITES TECHNIQUES VENDREDI 13 JUIN Rendez-vous devant l entrée Agora à 13h45 VISITE TECHNIQUE PÔLE ENERGIE SITE DE PURPAN 2 chaudières biomasse de 2,5Mwh chacune 14,5Mwh de production de froid, dont 2,7Mwh par stockage de place l 16Mwh de production de chaleur gaz et fuel l 2 demi centrales électriques de 3 G.E chacune, puissance totale de 12MVA. l l VISITE TECHNIQUE URGENCES RÉANIMATION MÉDECINES - PIERRE PAUL RIQUET Pierre Paul Riquet Le programme : m² SDO 576 lits et places, 3 Pôles Cliniques : Pôle Locomoteur, Pôle Céphalique et Pôle Neurosciences, 3 pôles Médico-Techniques : Anesthésie/Réanimation, Blocs opératoires et Imagerie, 1 Centre d enseignement universitaire et de conférences (3000m²) Urgences Réanimation Médicales Le programme : m² SDO Accueil général, Médecine d urgence, Soins critiques, Caisson hyperbare, Pôle des Médecines PROGRAMME SOCIAL PROGRAMME DES ACCOMPAGNANTS l l Mercredi 11 juin : Visite originale de Toulouse et découverte de produits locaux Rendez-vous à 13h15 à Diagora ou à 14h à la sortie principale du métro Jean Jaurès Jeudi 12 juin : Visite d Albi Rendez-vous à 08h00 à Diagora SOIRÉE DE GALA l Jeudi 12 juin, une soirée jazz dans un lieu tendance et citadin en surplomb de la ville de Toulouse. Avec le soutien de Schneider Electric et MAS Rendez-vous à 20h Espaces Vanel - Arche Marengo - Médiathèque 1, allée Jacques Chaban Delmas TOULOUSE Une navette est prévue au départ de Diagora à 19h15 et pour le retour (dépose prévue aux hôtels situés à Labège suivants : Appart City, Première Classe, Innostar, Le Sextant, Campanile) Voir détail page 20 19

20 INFORMATIONS PRATIQUES NAVETTE Un service de navettes IHF dessert Diagora, la gare SNCF Labège-Innopôle et les hôtels suivants situées à Labège : Appart City, Première Classe, Innostar, Le Sextant, Campanile. MERCREDI 11 JUIN MATIN SOIR DÉPART ARRIVÉE DÉPART ARRIVÉE Gare SNCF Labège - Innopole Diagora Diagora Première Classe Campanile Le Sextant Innostar Gare SNCF Labège - Innopole 10:30 10:45 10:45 12:30 13:15 13:30 11:00 12:45 13:30 13:45 18:30 19:00 19:30 20:00 20:30 18:40 19:10 19:40 20:10 20:40 18:45 19:15 19:45 20:15 20:45 18:50 19:20 19:50 20:20 20:50 18:55 19:25 19:55 20:25 20:55 19:00 19:30 20:00 20:30 21:00 JEUDI 12 JUIN MATIN DÉPART BUS SOIRÉE DE GALA ARRIVÉE Gare SNCF Labège - Innopole Innostar Le Sextant Campanile Première Classe Diagora 07:40 07:50 07:55 08:00 08:05 08:10 08:00 08:20 08:40 08:10 08:30 08:50 08:15 08:35 08:55 08:20 08:40 09:00 08:25 08:45 09:05 08:30 08:50 09:10 DÉPART ARRIVÉE Diagora Espace Vanel - Médiathèque 19:15 19:30 20:00 20:15 ARRIVÉE DÉPART ARRIVÉE Diagora Première Classe Campanile Le Sextant Innostar Gare SNCF Labège - Innopole Espace Vanel - Médiathèque Diagora 18:15 18:45 19:15 19:45 18:25 18:55 19:25 19:55 18:30 19:00 19:30 20:00 18:35 19:05 19:35 20:05 18:40 19:10 19:40 20:10 18:45 19:15 19:45 20:15 22:30 23:00 23:30 23:00 23:30 00:00 Soir SOIR DÉPART VENDREDI 13 JUIN MATIN DÉPART Gare SNCF Labège - Innopole APRÈS-MIDI ARRIVÉE Départ Arrivée Innostar Le Sextant Campanile Première Classe Diagora Diagora Gare SNCF Labège - Innopole 07:40 07:50 07:55 08:00 08:05 08:10 08:00 08:20 08:40 08:10 08:30 08:50 08:15 08:35 08:55 08:20 08:40 09:00 08:25 08:45 09:05 08:30 08:50 09:10 12:20 12:30 12:50 13:00 13:20 13:30 12:35 12:45 13:05 13:15 13:35 13:45 TRANSPORT EN COMMUN So-Toulouse met gratuitement à disposition des délégués, des titres de transport valables jusqu au 14 juin inclus sur le réseau Tisséo (Bus, métro, tram). Vous pouvez les retirer à l accueil des Journées. 20

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier Vos Enjeux Acteurs du marché de l immobilier, la performance énergétique est pour vous un enjeu économique, écologique et

Plus en détail

créateur de progrès énergétique

créateur de progrès énergétique ANTÉ H DALKIA, créateur de progrès énergétique Partenaire historique des acteurs de la santé, Dalkia propose une large gamme de services pour améliorer la sécurité et la fiabilité des installations techniques

Plus en détail

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Formations 2014 Soucieux de s inscrire dans une démarche de prise en compte des préoccupations de qualité environnementale et de développement durable dans le bâti et dans

Plus en détail

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé OPHELIE Emilie Gonzales, Sous direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins à la DGOS Bureau

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien

APPEL A CANDIDATURE. Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien APPEL A CANDIDATURE Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien LE MODELE THEORIQUE Sommaire APPEL A CANDIDATURE... 2 1- Contexte...2

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

La direction des soins dans la gouvernance par pôles

La direction des soins dans la gouvernance par pôles La direction des soins dans la gouvernance par pôles I PRÉSENTATION du C.H.U. de NANTES (France) II ÉLÉMENTS DE MISE EN OEUVRE ET ROLE DES ACTEURS III BÉNÉFICES & PRÉOCCUPATIONS IV PERSPECTIVES - FACTEURS

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Historique de l opération cogénération Le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Montpellier est un établissement

Plus en détail

Gaz de France et le développement durable

Gaz de France et le développement durable Gaz de France et le développement durable L engagement pour des territoires durables Groupe de pilotage «Entreprises Collectivités» Comité 21 20 juin 2006 Isabelle ARDOUIN DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Dossier de Presse. Avril 2012. Mars 2012. Le MAT ELECTRIQUE vous emmène en voyage!

Dossier de Presse. Avril 2012. Mars 2012. Le MAT ELECTRIQUE vous emmène en voyage! !!!! Dossier de Presse Mars 2012 Avril 2012 Le MAT ELECTRIQUE vous emmène en voyage! RIQUE ainsi que le jeu vous emmène en voyage! qui se tient du lundi 26 Mars au samedi 30 Juin 2012. texte peuvent ê

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F)

Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Responsable de l exploitation des applications de gestion (H/F) Emploi type : Ingénieur en développement et déploiement d applications BAP : E Niveau : Ingénieur d études N concours : EPRIE02 Affectation

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Conseil Général des Hauts de Seine En partenariat avec les bureaux d étude Trivalor et Nextep Cette action a comme principal

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire formation management des pôles en milieu hospitalier session 2014-2015 en réponse au décret n 201-656 du 11 juin 2010 formation

Plus en détail

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination,

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Démantèlement Nucléaire Gestion des Déchets - Sécurité Humaine &

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Le Dossier Patient Informatisé

Le Dossier Patient Informatisé Le Dossier Patient Informatisé D.P.I Yann MORVEZEN DSIO CHU de Toulouse Le contexte ( 1 ) Le projet d établissement «centré sur le patient, le système d information prend place parmi les enjeux et les

Plus en détail

Energivie 2008. 22 Mai 2008. Un montage financier innovant pour la MDE. Le Contrat de Partenariat Energétique

Energivie 2008. 22 Mai 2008. Un montage financier innovant pour la MDE. Le Contrat de Partenariat Energétique Energivie 2008 Un montage financier innovant pour la MDE Le Contrat de Partenariat Energétique 22 Mai 2008 SOMMAIRE 1. La MDE : un sujet complexe 2. Une réponse appropriée : Le CPE 3. Savoir Faire et Retour

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Environnements Sensibles

Environnements Sensibles Salles Propres salles propres Environnements Sensibles Air Climat en quelques mots Air Climat est un groupe indépendant, qui privilégie des valeurs essentielles : compétences des hommes, innovation et

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

L énergie, des enjeux pour tous

L énergie, des enjeux pour tous L énergie, des enjeux pour tous Transformer le Système d'information EURIWARE conçoit, développe et met en œuvre des systèmes d information métiers en réponse aux enjeux majeurs de performance et de transformation

Plus en détail

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA)

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Sciences humaines et sociales Master à finalité professionnelle MENTION : SCIENCES DE L EDUCATION SPÉCIALITÉ STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs : Former des spécialistes en

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N

d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N p r o x i m i t é d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é hseq sps audit - Conseil formation CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N Le management des risques professionnels HYGIÈNE

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS.

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS. Dans la période actuelle, sous l impulsion des nouvelles lois et pour accomplir leurs nouvelles missions, notamment dans le cadre de la décentralisation, les collectivités territoriales font face à un

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Roche Diagnostics France Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Notre expérience en effi cacité énergétique

Notre expérience en effi cacité énergétique ContratdePerformanceEnergÉtique ContratdePerformanceEnergÉtique Les bâtiments existants représentent 30 à 40 % de la consommation énergétique en France Notre expérience en effi cacité énergétique Grâce

Plus en détail

L air un capital commun

L air un capital commun L air un capital commun devenez partenaire page 3 Édito Édito page 4 Nos missions, nos moyens page 5 Nos champs d action page 6 Concertation et partenariat surveillance dispositifs et protocoles page 7

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

Organisation de la filière déchets à l hôpital. Julien COLLET / Jean-Noël NIORT

Organisation de la filière déchets à l hôpital. Julien COLLET / Jean-Noël NIORT Organisation de la filière déchets à l hôpital Julien COLLET / Jean-Noël NIORT Jean Noël NIORT Président National H360 Ingénieur aux services Techniques au Centre de Santé Mentale (CESAME) à Angers (49)

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence nationale

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Les grands enjeux de la gestion de patrimoine

Les grands enjeux de la gestion de patrimoine Les grands enjeux de la gestion de patrimoine Promouvoir la performance globale des établissements publics de santé Pierre-Hugues Glardon Sous direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU

OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU OFFRE DE SERVICE DE FORMATION AU SOUTIEN À L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LE CADRE DE LA STRATÉGIE MINISTÉRIELLE SUR LA MAIN D ŒUVRE EN SOINS INFIRMIERS La direction des ressources humaines AQESSS Octobre

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

Bureau d études techniques. DOSSIER DE PRESENTATION Septembre 2007

Bureau d études techniques. DOSSIER DE PRESENTATION Septembre 2007 ERMEL Energie Espace Saint-Germain 30 avenue du général Leclerc 38200 Vienne Bureau d études techniques Efficacité énergétique et Energies Renouvelables DOSSIER DE PRESENTATION Septembre 2007 ERMEL ENERGIE

Plus en détail

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001?

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

Atelier ManagEnergy ARENE IDF

Atelier ManagEnergy ARENE IDF Atelier ManagEnergy ARENE IDF Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique Le Contrat de Performance Energétique - Retex Cadre de l intervention Intervenant : Laurent Dandrieux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS

LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS 1 Cour des comptes La gestion du patrimoine 11 juin 2014 immobilier des CHU affecté aux soins LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS Communication de la Cour des comptes CHAMP DE

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Compétences en énergies. Gazelec en Région Atelier Electricité. Guillaume Benali Team Manager Projets internationaux

Compétences en énergies. Gazelec en Région Atelier Electricité. Guillaume Benali Team Manager Projets internationaux Compétences en énergies Gazelec en Région Atelier Electricité Guillaume Benali Team Manager Projets internationaux Cité Internationale - Centre de Congrès de Lyon, le 18 mars 2014 Ordre du jour 11:00 12:30

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Industries Secteur Public. Secteur Public*

Industries Secteur Public. Secteur Public* Industries Secteur Public Secteur Public* Le département «Secteur Public» Depuis près de 20 ans, le département Secteur public de PricewaterhouseCoopers accompagne les administrations, les organisations

Plus en détail