LES PRINCIPES DE LA «BONNE» GOUVERNANCE :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PRINCIPES DE LA «BONNE» GOUVERNANCE :"

Transcription

1 LES PRINCIPES DE LA «BONNE» GOUVERNANCE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS POUR LES INSTITUTIONS PUBLIQUES Conférence de Yvan Allaire, Ph.D. (MIT), MSRC Professeur émérite de stratégie (UQAM) Président du conseil, Governance Value Added Inc. Devant la Fédération des cégeps. 20 OCTOBRE 2004

2 Salutations d usage Le thème de la «gouvernance» est devenu omniprésent, à la fois cause et solution pour les problèmes des entreprises et des institutions. La «gouvernance» n est-elle qu une mode passagère avec son cycle habituel : engouement, diffusion massive, saturation, déclin et son remplacement par une nouvelle mode. Ce phénomène est notoire dans le monde de la gestion. S agit-il plutôt de la manifestation d un profond malaise, d un vice de fonctionnement des organisations, longtemps occulté par divers stratagèmes? Cette crise de la gouvernance est-elle née du constat que les entreprises et les institutions sont en voie de perdre leur légitimité, qu à l indifférence bénigne pour les carences du système d antan s est substituée une recherche impatiente de représentativité et d imputabilité. L enjeu fondamental de la gouvernance peut être formulé ainsi : Comment un petit groupe de personnes, travaillant à temps partiel, peut-il arriver à surveiller et contrôler les agissements des dirigeants d une entreprise ou d une institution, en prendre les décisions importantes et être imputable de celles-ci? Les procédures et mécanismes mis au point pour atteindre cet objectif sont rassemblés sous l étiquette de «gouvernance» ou, plus correctement, «régie des entreprises ou régie institutionnelle». L autonomie de fonctionnement de toute organisation dépend de son enchâssement dans un système de gouvernance performant. Lorsque la gouvernance est faible ou défaillante, on lui substitue un contrôle direct et omniprésent. Le problème fondamental de la gouvernance a été de tout temps que face à ce petit groupe d administrateurs à temps partiel, la direction de l entreprise ou de l institution jouit habituellement d une plus grande expertise, d une meilleure connaissance de l organisation, d une abondante information qu elle leur dispense de façon parcimonieuse et sélective pour orienter leurs décisions. Yvan Allaire Tous droits réservés. 2

3 Il y a plus de 60 ans (Berle et Means) que l on a identifié ce vice de fonctionnement des conseils et plus de 30 ans qu on lui a donné un nom et une assise théorique (Jensen et Meckling) : la «théorie des mandats» et les coûts associés aux mandats (agency costs et agency theory). La conviction que le problème des coûts de mandat est endémique aux entreprises cotées en bourse, que le problème est structurel et insoluble, a mené à une «révolution de la gouvernance» au cours des années 1980 sous la forme des LBO, de ces «privatisations» d entreprises alors cotées en bourse, l élimination des conseils traditionnels et leur remplacement par des conseils composés des nouveaux propriétaires directs de l entreprise. Les limites et les excès de cette «révolution» en ont diminué l influence, mais celle-ci fut remplacée au cours des années 1990 par une autre révolution, la révolution dite de la «création de valeur pour les actionnaires». Puisque la valeur du titre fournit une mesure «infaillible», croyait-on, de la qualité des dirigeants, en arrimant la rémunération variable de ceux-ci à l accroissement de la valeur du titre, on pourrait et devrait ainsi susciter chez les dirigeants des comportements toujours et exclusivement favorables aux intérêts des actionnaires. Les spectaculaires fiascos nommés Enron, Worldcom, Global Crossing, Hollinger et autres ont sonné un réveil brutal. Le séisme provoqué par ces déconfitures, ainsi que par les tractations douteuses, manigances et malversations de toute nature dans les milieux financiers, a suscité une remise en question de la relation entre investisseurs, conseils d administration et dirigeants d entreprises. Les causes de cette cascade de fiascos dans le monde de la finance et des entreprises, aux États-Unis surtout, sont nombreuses. De façon générale, les leçons à tirer de cet épisode sont d une pertinence limitée pour les institutions publiques au Québec. Yvan Allaire Tous droits réservés. 3

4 Par contre, ce qui est commun aux entreprises du secteur privé et aux institutions publiques, c est la contribution d une saine gouvernance à la protection des intérêts de leurs mandants et à l atteinte des objectifs de la société. Au fil des années s étaient installés dans la pratique de la gouvernance une certaine complaisance, un rituel de formes et de procédures, une courtoise domination des administrateurs par les gestionnaires. Depuis 10 ans, mais avec une intensité décuplée depuis deux ans, une pléthore de comités d experts ont proposé des recommandations précises pour améliorer la gouvernance des entreprises. Le renforcement de la gouvernance devint un enjeu universel, prenant toutefois des formes différentes selon les régions du monde et selon les types d entreprises. Les prescriptions pour une «bonne» gouvernance qui émanent de cette quête ont surtout pour objet d affirmer l imputabilité des administrateurs devant les actionnaires et de construire des garde-fous pour protéger ceux-ci contre des agissements répréhensibles de la direction. Plusieurs de ces recommandations sont pertinentes aux institutions publiques et sont donc reprises dans ce texte. Toutefois, les institutions publiques et les sociétés d État revêtent un caractère particulier, lequel commande des modes de gouvernance adaptés à leur contexte propre. Afin de donner une structure à ces propos, je vous propose de faire l examen des enjeux de gouvernance et des suggestions proposées pour son amélioration selon ce que nous appelons les quatre piliers de la gouvernance. Sous toute réserve de mon ignorance considérable du fonctionnement concret des Cégeps et des collèges, je tenterai de faire certains rapprochements aux structures actuelles de gouvernance dans ce domaine. Yvan Allaire Tous droits réservés. 4

5 Ces quatre piliers sont : 1. la légitimité et la crédibilité des administrateurs; 2. la démarche de gestion et de planification stratégiques; 3. la qualité de l information et des indicateurs de performance, son intégrité et sa transparence; 4. les systèmes de motivation et de rémunération et leur relation à la performance. L édifice de la gouvernance dépend de la qualité de ces quatre piliers; la faiblesse de l un ou de l autre menace la solidité de tout l édifice. Premier pilier : la légitimité et la crédibilité des administrateurs Il s agit d une condition nécessaire, d un préalable à toute gouvernance efficace L enjeu fondamental de la légitimité consiste à établir comment et par qui les administrateurs sont- ils élus ou nommés? Envers qui le conseil d administration estil imputable? Qui est le mandant du conseil? Les réponses à ces questions déterminent la légitimité des administrateurs. Il y a deux modèles, deux façons de composer avec cet enjeu dans les entreprises : 1. Le modèle dit de l actionnariat comme seul mandant; les actionnaires élisent un conseil qui leur est imputable. Celui-ci nomme les dirigeants de l entreprise qui doivent leur rendre des comptes. 2. Le modèle des parties prenantes (stakeholders) où l organisation compte plusieurs mandants, représentés sur son conseil d administration. Pour l entreprise en Amérique du Nord, le choix est net et clair : l actionnaire est le mandant et seul responsable de l «élection» (euphémisme pour «nomination») des administrateurs. La thèse est simple : les actionnaires assument les plus grands risques Yvan Allaire Tous droits réservés. 5

6 financiers de l entreprise en échange pour un droit de propriété sur les actifs et les profits. Ils réclament donc le pouvoir d élire des administrateurs qui agiront comme leurs fiduciaires et verront à défendre et à promouvoir leurs intérêts. Il n en est pas tout à fait ainsi ailleurs, du moins pas encore. Au Japon, les conseils sont souvent formés presque exclusivement de dirigeants de l entreprise. En Europe, le modèle «stakeholders», même si en perte de vitesse, se manifeste encore sous diverses formes : en Allemagne, on trouve un système dual a) un conseil de surveillance, dont les membres sont élus par les actionnaires, sauf un tiers des membres qui sont des représentants des travailleurs dans les entreprises de 500 à employés et de la moitié des membres dans les entreprises de plus de 2000 employés (avec toutefois un vote prépondérant au président), b) un directoire nommé par le conseil de surveillance dirige l entreprise; il est constitué essentiellement de cadres supérieurs de l entreprise. Les employés sont entendus au conseil de surveillance, mais ne peuvent bloquer les décisions du directoire. De plus, la loi allemande stipule clairement : les représentants élus par les actionnaires et les représentants du personnel sont pareillement tenus à agir dans l intérêt de l entreprise. En Suède, le conseil de toute entreprise ayant plus de 200 employés doit compter trois membres provenant du personnel salarié et des employés de l entreprise. En Suède, comme en Allemagne, les membres doivent tous agir dans le meilleur intérêt de l entreprise. Dans les sociétés d État, dans les institutions publiques, les universités, les Cégeps, qui sont les mandants du conseil d administration? Qui les administrateurs représentent-ils? Envers qui sont-ils imputables? La légitimité des administrateurs repose sur la réponse à cette question. Bien sûr, la réponse devrait se trouver aux textes de leur loi constituante, mais ces textes ne sont pas toujours éclairés ni bien adaptés au contexte changeant des institutions. Yvan Allaire Tous droits réservés. 6

7 Légitimité, mais aussi crédibilité. Par crédibilité, j entends l expérience et la compétence de l administrateur et la confiance qu il inspire aux mandants de l institution comme au personnel de la direction. Cette crédibilité se fonde sur une expertise pertinente aux enjeux de l institution et se développe par l expérience acquise au fil du temps et par un investissement intellectuel dans l apprentissage de l institution et de ses particularités. Il faut prendre bien garde que les critères fixés pour la légitimité des administrateurs ne nuisent pas à leur crédibilité; ainsi, l exigence de représentation de toutes les parties prenantes, comme dans le cas des Cégeps, mène à ce que plusieurs membres assument forcément des mandats de courte durée (parents et étudiants, par exemple). Cette exigence ne contribue pas à la crédibilité du conseil. Moins crédible le conseil d un organisme, plus limitée sera son autonomie de fonctionnement, plus directs et nombreux seront les contrôles exercés sur lui. C est une loi incontournable de la gouvernance dans le secteur public. Deuxième pilier : la démarche de gestion et de planifications stratégiques On s est beaucoup moqué, avec raison d ailleurs, de la planification stratégique; Ambrose Bierce définissait la planification ainsi : beaucoup d effort pour arriver à un résultat accidentel! Si on ne prend garde, la planification stratégique peut facilement aboutir : 1. à un document de relations publiques pour gérer l image de l institution et jeter de la poudre aux yeux aux parties prenantes externes; 2. à un exercice bureaucratique, répétitif et stérile, mené par des techniciens de la planification; 3. à un instrument de contrôle déguisé; 4. à une démarche pro-forma qui ne s adresse pas aux vrais enjeux, problèmes et défis de l organisation. Yvan Allaire Tous droits réservés. 7

8 Je pourrais continuer ainsi pour un bon moment, mais l argument est clair; une démarche de planification stratégique pour être efficace en termes de gouvernance, suppose un conseil formé d administrateurs légitimes et crédibles, qui participent activement au processus, revoient la démarche, approuvent les orientations avant même que les plans ne soient mis au point, et s assurent d un suivi serré des plans d action. Je comprends que tous les collèges du Québec préparent depuis un bon moment des plans stratégiques et que ceux-ci doivent être soumis depuis le 1 er juillet 2004 pour révision à la Commission d évaluation de l enseignement collégial. Troisième pilier : la qualité de l information et des mesures de performance, son intégrité et sa transparence Une gouvernance efficace doit s alimenter à une information pertinente, disponible en temps opportun; elle doit contenir des mesures fiables et valides de la performance de l organisation. Or, établir de telles mesures de la performance est un enjeu complexe mais fondamental. Dans le monde des entreprises, on crût pendant un temps que le profit et les valeur du titre représentaient des mesures absolues de la qualité des gestionnaires; les manipulations comptables et les acrobaties financières de Enron, Worldcom et les autres ont démontré la naïveté de cette croyance. Toute mesure est manipulable surtout lorsqu elle est utilisée par des administrateurs qui n en connaissent pas les hypothèses sous-jacentes et qui n ont pas l expertise pour mettre la mesure dans son contexte. Aussi, ce qui est mesuré et récompensé devient ce qui est important; cela est bien, mais suppose un choix judicieux, de bons arbitrages entre les différentes dimensions de la performance d une organisation ainsi qu entre le court et le long terme. Un exemple simple : le profit, même mesuré de façon impeccable, versus la satisfaction des clients, la qualité perçue du produit; le profit maximal à court terme versus les investissements stratégiques importants à long terme. Le niveau de profit d une entreprise ne prend tout son sens que si cette donnée est interprétée par des administrateurs crédibles qui comprennent ces enjeux. Yvan Allaire Tous droits réservés. 8

9 Je comprends que les Cégeps et collèges doivent produire des plans de réussite comportant des mesures jugées appropriées. C est une étape importante de la gouvernance. Encore faut-il que les mesures choisies soient sensibles à la réalité multidimensionnelle de la performance d un collège. La question essentielle est la suivante : un collège dont les scores, tel que mesurés dans les plans de réussite, s améliorent sensiblement, est-il un meilleur collège pour les étudiants et pour la société? Quatrième pilier : système de motivation et de rémunération variable Comment le conseil devrait- il reconnaître une bonne performance de la direction? Audelà de la satisfaction du travail bien fait, des accolades et des promotions, les incitatifs monétaires jouent un rôle important et périlleux dans le monde des entreprises. Périlleux surtout lorsque les piliers précédents sont chancelants : des administrateurs distraits et peu expérimentés et des mesures fragiles ou manipulables. Un régime d incitatifs financiers pour reconnaître une bonne performance est hautement souhaitable en théorie; en pratique, cela soulève d épineuses questions surtout dans le secteur public. Yvan Allaire Tous droits réservés. 9

10 Suggestions et pistes de réflexion, en guise de conclusion Qu est-ce qui émerge du brassage d idées et des débats sur l enjeu de la gouvernance, tant dans le secteur privé que publique; quelles sont les suggestions et les interrogations qui pourraient alimenter votre réflexion : 1. La composition du conseil a) des membres indépendants (à la grande majorité [2/3]) choisis pour leur expérience et leur expertise pertinente; nommés ou soumis au vote des mandants?; qui sont les mandants des collèges; le conseil est-il un lieu de concertation et d arbitrage, un organisme paritaire ou un lieu de prise de décision et d imputabilité? b) le Président du conseil devrait-il être nommé par le ministre ou élu par les membres du conseil? c) la durée du mandat d un administrateur : 3 ans renouvelable deux fois pour une durée maximale de 9 ans; cela suppose qu aucun administrateur ne représente une partie prenante en particulier; d) le conseil comporte trois comités statutaires : un comité de vérification, responsable de la fiabilité et de la validité de l information financière et stratégique; un comité de ressources humaines responsable des enjeux d évaluation et de motivation; un comité de gouvernance et de déontologie; ce dernier comité est responsable, entre autres, d identifier et de proposer des candidats aux postes d administrateurs qui présentent le profil d expérience et d expertise souhaité; e) qui de la direction devrait être membre d office du conseil? Le directeur général? Le directeur des études? Yvan Allaire Tous droits réservés. 10

11 2. Rôle et responsabilités du conseil a) Le conseil d administration nomme le directeur général et peut le destituer; il nomme aussi les autres membres de la direction, sur recommandation du directeur général; b) le conseil approuve la démarche de planification stratégique, discute et approuve les orientations du collège et son plan stratégique; c) le conseil approuve le budget annuel du collège, ainsi que ses budgets d investissement; d) le conseil approuve les objectifs et priorités proposés par le DG et évalue ses résultats et réalisations; e) le conseil approuve les grandes politiques et s assure de leur mise en application; f) le conseil approuve le programme de rémunération variable, s il y a lieu. 3. Information et transparence a) Les collèges rendent accessibles sur leur site Internet leur plan de réussite et leur plan stratégique et ce, dès leur approbation par le conseil; b) Le rapport annuel des collèges, aussi disponible sur le site Internet, comporte une section «gouvernance» où sont consignées les informations pertinentes sur : le profil ciblé d expérience et d expertise pour le conseil, ainsi que la représentativité ciblée ou mandatée par sa loi constituante; la formation et l expérience professionnelle de chaque administrateur; l assiduité aux réunions du conseil et de ses comités; la démarche d évaluation de la performance du conseil; la description des programmes de formation des membres du conseil; la date de leur nomination ou d élection comme administrateur, ainsi que la date d échéance de leur mandat; Le rapport annuel rend compte également de la performance du collège et de ses progrès selon les objectifs et cibles de son plan stratégique et de son plan de réussite. Yvan Allaire Tous droits réservés. 11

12 Un tel système de gouvernance est-il utopique pour l univers des collèges? L autonomie accrue d une institution publique suppose et repose sur un système efficace de gouvernance. L autonomie doit être enchâssée dans une gouvernance qui donne l assurance aux mandants ultimes (qu ils soient des actionnaires d entreprises ou des citoyens payeurs de taxes) que leurs argents sont dans de bonnes mains. Autonomie et gouvernance sont les côtés pile et face d une même monnaie. Merci. Yvan Allaire Tous droits réservés. 12

Mémoire relatif au projet de loi no 123 sur la fusion de la Société générale et financement du Québec et d Investissement Québec.

Mémoire relatif au projet de loi no 123 sur la fusion de la Société générale et financement du Québec et d Investissement Québec. Mémoire relatif au projet de loi no 123 sur la fusion de la Société générale et financement du Québec et d Investissement Québec. Présenté par : L Institut sur la gouvernance d organisations privées et

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le 26 février 2015 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le conseil d administration (le «conseil») est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire Limitée (la «Société»).

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques. Rapport du. Groupe de travail sur la gouvernance des universités du Québec

Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques. Rapport du. Groupe de travail sur la gouvernance des universités du Québec Institut sur la gouvernance d organisations privées et publiques Rapport du Groupe de travail sur la gouvernance des universités du Québec Septembre 2007 SOMMAIRE Les membres du groupe de travail...3 Avant-propos...4

Plus en détail

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES QUESTIONS POUR UN DIALOGUE ENTRE LES DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES SUR L INVESTISSEMENT RESPONSABLE DANS DES ZONES DE GOUVERNANCE DÉFICIENTE Examen

Plus en détail

Les entreprises à contrôle familial : performance et perspectives

Les entreprises à contrôle familial : performance et perspectives Les entreprises à contrôle familial : performance et perspectives Par : Pierre Maillé, M. Sc. Finance, EEE Le mercredi 7 décembre 2005 Présenté dans le cadre des séminaires Vision, Innovation et Performance

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Par. _Yvan Allaire, président exécutif du conseil. _Michel Nadeau, directeur général, Institut sur la

Par. _Yvan Allaire, président exécutif du conseil. _Michel Nadeau, directeur général, Institut sur la Mémoire de l Institut sur la gouvernance (IGOPP) Projet de loi n 10, Loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

Le 10 novembre 2014. Aux membres de la Commission des institutions Assemblée nationale du Québec

Le 10 novembre 2014. Aux membres de la Commission des institutions Assemblée nationale du Québec . 550, rue Sherbrooke Ouest Tour Ouest, bureau 890 Montréal (Québec) H3A 1B9 Téléphone : (514) 288-3574 Télécopieur : (514) 288-3580 courrier@professions-quebec.org www.professions-quebec.org Le 10 novembre

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

La reddition de comptes

La reddition de comptes Bureau du vérificateur interne Votre référence en gestion, risque et contrôle La reddition de comptes Novembre 2005 TABLE DES MATIÈRES Page 1. Introduction... 1 2. Une définition de la reddition de comptes...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Politique. de vote par procuration

Politique. de vote par procuration de vote par procuration Date de création : décembre 2009 Dernière mise à jour : avril 2014 Politique Exercer son droit de vote est l un des droits les plus précieux de l actionnaire, et avec ce droit vient

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

POLITIQUE INVESTISSEMENT RESPONSABLE

POLITIQUE INVESTISSEMENT RESPONSABLE POLITIQUE INVESTISSEMENT RESPONSABLE TABLE DES MATIÈRES 1. Contexte et mission... 1 2. Objectifs de la politique... 2 3. Fondements de la politique... 2 4. Approche d investissement responsable... 3 4.1

Plus en détail

Désignation de candidats pour l élection au sein de l Organe de contrôle de gestion commun

Désignation de candidats pour l élection au sein de l Organe de contrôle de gestion commun FONDS INTERNATIONAUX D INDEMNISATION POUR LES DOMMAGES DUS À LA POLLUTION PAR LES HYDROCARBURES IOPC/2014/Circ.2 6 janvier 2014 Fonds de 1992 Fonds complémentaire Fonds de 1971 Désignation de candidats

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE)

Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE) Notes pour l allocution de M. Luc Boulanger Directeur exécutif Association québécoise des consommateurs industriels d électricité (AQCIE) (Le texte lu fait foi) Montréal 18 octobre 2007 Salutations d usage,

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE * * * * * * * * * *

Plus en détail

Mémoire relatif au projet de loi no 127visant à améliorer la gestion du réseau de la santé et des services sociaux Présenté par :

Mémoire relatif au projet de loi no 127visant à améliorer la gestion du réseau de la santé et des services sociaux Présenté par : Mémoire relatif au projet de loi no 127visant à améliorer la gestion du réseau de la santé et des services sociaux Présenté par : Michel Nadeau, M.B.A. Directeur général Le 14 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Partie 1 Comprendre les marchés financiers : Y a-t-il une logique derrière les mouvements en apparence aléatoires des cours boursiers?

Partie 1 Comprendre les marchés financiers : Y a-t-il une logique derrière les mouvements en apparence aléatoires des cours boursiers? Sommaire Introduction... 1 Partie 1 Comprendre les marchés financiers : Y a-t-il une logique derrière les mouvements en apparence aléatoires des cours boursiers? Chapitre 1 L analyse fondamentale est incontournable...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Journée nationale de présentation du décret. du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics

Journée nationale de présentation du décret. du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics Journée nationale de présentation du décret du 20 mars 2013 relatif aux marchés publics Le nouveau décret des marchés publics : Une réforme globale et inclusive Monsieur Abdelkrim GUIRI Directeur de la

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

A16 FAIRE OU FAIRE FAIRE : DSP, SPL, RÉGIES

A16 FAIRE OU FAIRE FAIRE : DSP, SPL, RÉGIES A16 FAIRE OU FAIRE FAIRE : DSP, SPL, RÉGIES Organisateur LA LETTRE DU SECTEUR PUBLIC Coordinateur et animateur Jean DUMONTEIL, Directeur de la Lettre du secteur public Cet atelier est l occasion d aborder

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec concernant le projet de loi n o 133 sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES Conseil d administration Approbation initiale : 26 mai 2011 CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE I- MANDAT Conformément à la Loi constituant

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Statuts. La désignation des personnes s entend aussi bien au féminin qu au masculin.

Statuts. La désignation des personnes s entend aussi bien au féminin qu au masculin. Statuts La désignation des personnes s entend aussi bien au féminin qu au masculin. Nom et siège 1. La Fédération romande des consommateurs (FRC) est une association à but non lucratif au sens des articles

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) MARS 2011 Conseil québécois des ressources humaines en tourisme 1 AVANT-PROPOS Ce guide d implantation s adresse spécifiquement

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg

Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Luxembourgeois et étrangers : Renforcer la démocratie du Luxembourg Droit de vote pour les non-luxembourgeois aux élections législatives Prise de position de l ASTI Préambule Le débat sur le droit de vote

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

Statuts de la Société vaudoise de médecine

Statuts de la Société vaudoise de médecine Statuts de la Société vaudoise de médecine Date d entrée en vigueur : 1 er février 2008 Statuts acceptés par votation générale de janvier 2008, suite à leur adoption aux Assemblées des délégués des 25

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur la philanthropie 6 grands enjeux actuels pour les Fondations en santé

Ce qu il faut savoir sur la philanthropie 6 grands enjeux actuels pour les Fondations en santé 1 Ce qu il faut savoir sur la philanthropie 6 grands enjeux actuels pour les Fondations en santé Présentation de Carl Julien, CFRE, vice-président et Gil Desautels, vice-président principal Le 20 octobre

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Biologie (53411-53412), Entrepreneuriat (83411), Français (10411-10412)

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Biologie (53411-53412), Entrepreneuriat (83411), Français (10411-10412) PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 11 e et 12 e année Matières : Biologie (53411-53412), Entrepreneuriat (83411), Français (10411-10412) Titre de la leçon : Mascotte magnifique!

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Politique de communication citoyenne

Politique de communication citoyenne Politique de communication citoyenne Service des relations avec le milieu Décembre 2011 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 3 1. Raisons d être de la politique... 4 2. Définition de la communication

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval Politique de gouvernance Association des diplômés de l Université Laval Adoptée en décembre 2011 et modifiée en mars 2014 - Page 1 Table des matières 1. Objectifs de la politique de gouvernance... 3 2.

Plus en détail

ÆGLO Association des étudiants en génie logiciel Charte, statuts et règlements

ÆGLO Association des étudiants en génie logiciel Charte, statuts et règlements ÆGLO Association des étudiants en génie logiciel Charte, statuts et règlements Version 2.2 Mars 2014 1 Dispositions générales 1.1 Nom Le nom de l Association est Association des étudiants en génie logiciel

Plus en détail

AMÉLIORER LA COLLABORATION, OPTIMISER LA QUALITÉ

AMÉLIORER LA COLLABORATION, OPTIMISER LA QUALITÉ AMÉLIORER LA COLLABORATION, OPTIMISER LA QUALITÉ PROPOSITIONS DES ORDRES PROFESSIONNELS POUR L AMÉLIORATION DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR SOMMET SUR L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Montréal, 25-26 février 2013

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Quelle gouvernance dans les jeunes entreprises en croissance?

Quelle gouvernance dans les jeunes entreprises en croissance? Quelle gouvernance dans les jeunes entreprises en croissance? Agoranov 3 mars 2015 Christine MONIER www.apia.asso.fr 1 les questions Qui dirige vraiment l entreprise? Comment se prennent les décisions?

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État Avis présenté dans le cadre des consultations de la Commission de révision permanente des programmes Par la Fédération de la santé du

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Responsabilité de gestion : Direction générale Date d approbation : 1996.06.06 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 1996.06.06 Référence

Plus en détail

Les marchés font-ils

Les marchés font-ils Le marché, la crise, l austérité et la croissance 5 Pascale-Marie Deschamps Les marchés font-ils la loi? Réponses aux idées reçues et aux solutions toutes faites Entretiens avec Pierre de Lauzun et Philippe

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l éducation

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l éducation Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l éducation sur le projet de loi n o 38 (Loi modifiant la Loi sur les établissements d enseignement de niveau universitaire

Plus en détail

III MEMBRES I BUTS II SIÈGE

III MEMBRES I BUTS II SIÈGE STATUTS Le Collège Suisse des Experts Architectes (CSEA) est une association au sens des articles 60 à 79 du CCS. I BUTS Art. 1 L Association encourage et facilite les contacts entre ses membres. Elle

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous?

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? Contributions volontaires ou obligatoires? Claude Montmarquette CIRANO et Université de Montréal Le 17 octobre 2013 Problématique Il y a un constat de fait

Plus en détail