LA POLITIQUE D ALVARO URIBE : ENJEUX ET IMPACTS REGIONAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA POLITIQUE D ALVARO URIBE : ENJEUX ET IMPACTS REGIONAUX"

Transcription

1 LA POLITIQUE D ALVARO URIBE : ENJEUX ET IMPACTS REGIONAUX Mémoire de Recherche présenté par : Anne-Charlotte LABIS Sous la direction de Michel BERTRAND Année :

2 REMERCIEMENTS Je tiens à adresser tous mes remerciements à mon Directeur de Mémoire, Monsieur Michel Bertand, pour avoir accepté de diriger ce mémoire et pour ses précieux conseils. Je remercie également ma tante pour sa disponibilité, ses recommandations et ses encouragements ainsi que mes parents et ma sœur de m avoir épaulée tout au long de la rédaction de ce mémoire. Je remercie enfin tous les colombiens qui m ont aidée à mieux connaître leur pays. ii

3 AVERTISSEMENT L IEP de Toulouse n entend donner aucune approbation, ni improbation dans les mémoires de recherche. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteur(e). iii

4 ABREVIATIONS PAR ORDRE ALPHABETIQUE AELE: ALBA: ALENA: ATPDEA: AUC: CAN: CEPALC: ELN: FARC: Association Européenne de Libre Echange Alliance Bolivarienne pour les Amériques Accord de Libre Echange Nord-Américain Andean Trade Promotion and Drug Eradication Act Autodéfenses Unies de Colombie Communauté Andine des Nations Commission Economique Pour l'amérique Latine et les Caraïbes Armée de Libération Nationale Forces Armées Révolutionnaires de Colombie G3: Groupe des Trois IPA: IRA: MILA: Initiative Pour les Amériques Initiative Régionale Andine Marché Intégré Latino Américain MERCOSUR: Marché Commun du Sud OMC: PEC: PDSD: SPG: TIAR: TLC: UNASUR: UNHCR: ZLEA: Organisation Mondiale du Commerce Politique Extérieure Commune Politique de Défense et de Sécurité Démocratique Système de Préférences Généralisées Traité Interaméricain d Assistance Réciproque Traité de Libre Commerce Union des Nations Sud Américaines Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies Zone de Libre Echange des Amériques (ou ALCA : Area de Libre Comercio de las Américas) iv

5 SOMMAIRE TABLE DES ANNEXES... viii INTRODUCTION... 1 PARTIE 1 : LA SPECIFICITE DE L INTEGRATION REGIONALE COLOMBIENNE : UN SOUTIEN INCONDITIONNEL AU REGIONALISME OUVERT... 7 A- LA POSITION DIVERGENTE DE LA COLOMBIE FACE AU MODELE BOLIVARIEN D INTEGRATION Deux approches différentes de l intégration régionale dans la zone andine... 8 a) La divergence des modèles de développement économique dans la région andine 8 b) Des partenaires communs mais des ambitions différentes Le fossé politique entre la Colombie et les pays andins a) L isolement politique de la Colombie dans la région andine b) Le projet bolivarien : un projet alternatif au modèle d intégration de la Colombie 15 B- LA VOLONTE DE LA COLOMBIE DE S AFFIRMER COMME PUISSANCE REGIONALE La Colombie : un partenaire économique et commercial essentiel a) Le dynamisme économique colombien b) Les enjeux des relations économiques entre la Colombie et le Venezuela c) La multiplication des accords commerciaux La Colombie, moteur de l intégration régionale andine a) Une politique extérieure fondée sur un principe de coopération b) Le rôle de la Colombie dans les avancées de l intégration de la CAN c) La CAN : une plateforme d insertion internationale PARTIE 2 : LES RELATIONS PRIVILEGIEES ENTRE LA COLOMBIE ET LES ETATS UNIS, SOURCE DE TENSIONS DANS LA REGION ANDINE A- LES ETATS-UNIS : UN ALLIE PRIVILEGIE DANS LA POLITIQUE COLOMBIENNE v

6 1. Colombie/Etats-Unis : un partenariat asymétrique a) La dépendance économique et militaire de la Colombie vis-à-vis des Etats-Unis 33 b) Les intérêts stratégiques des Etats-Unis en Colombie La sécurité : thème central commun à la Colombie et aux Etats-Unis a) L harmonisation des politiques de sécurité de la Colombie et des Etats-Unis b) La Politique de Défense et de Sécurité Démocratique d Alvaro Uribe, appuyée par les Etats-Unis B- LA COLOMBIE, INTERFACE AMERICAINE : LES CONSEQUENCES DANS LA REGION ANDINE Le soft power des Etats-Unis : Une stratégie de contrôle régional permise par la Colombie a) L ingérence économique des Etats-Unis dans la région andine b) La tentative d ingérence politique des Etats-Unis dans la région andine c) La tentative d ingérence militaire des Etats-Unis dans la région andine Les accords entre la Colombie et les Etats-Unis : analyse des conséquences sur la Colombie et sur la région andine a) La signature du Traité de Libre Commerce colombo-américain b) Les impacts du Plan Colombie PARTIE 3 : L INTERNATIONALISATION DU CONFLIT COLOMBIEN, ENTRE MYTHE POLITIQUE ET FACTEUR D INSTABILITE DANS LA REGION ANDINE A- LES DYNAMIQUES D INTERNATIONALISATION DU CONFLIT COLOMBIEN Les courroies de transmission du conflit colombien à l international a) Le conflit colombien : un danger pour la sécurité internationale b) Les déplacements liés au débordement du conflit colombien L internationalisation du conflit colombien : un mythe politique a) L impact limité du conflit colombien b) Des zones frontalières poreuses : Un facteur d extension du conflit? c) Un amalgame entre la drogue et le conflit armé colombien vi

7 B- LES STRATEGIES ET LES TENSIONS LIEES A L EXTENSION DU CONFLIT Les stratégies d internationalisation du conflit colombien a) La stratégie d Alvaro Uribe : la construction d un «pays-menace» b) La stratégie états-unienne : entre guerre totale et volonté d implication des voisins andins dans le conflit c) La stratégie des pays andins : une instrumentalisation du conflit colombien comme diversion des défaillances internes L expansion du conflit : entre tensions diplomatiques et enjeux politiques a) Les relations entre la Colombie et les pays andins : «paix impossible, guerre improbable» b) La position des pays andins face au conflit et les enjeux de leur implication CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE vii

8 TABLE DES ANNEXES ANNEXE 1 : Carte politique de l Amérique Latine (Mars 2009) ANNEXE 2 : Aide américaine et budget de la défense colombien ( ) ANNEXE 3 : Moyennes annuelles d ide (investissements directs à l étranger) interceptés par les pays de la CAN ( ) ANNEXE 4 : Croissance économique en Colombie ( ), taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant en Amérique Latine ( ) ANNEXE 5 : Distribution géographique des exportations colombiennes (premier semestre 2009) ANNEXE 6 : Commerce bilatéral Colombie-Venezuela ( ) ANNEXE 7 : Relations commerciales entre la Colombie et le Venezuela (2011) ANNEXE 8 : Exportations au sein de la communauté andine ANNEXE 9 : Nombre de transactions par partenaire commercial ( ) ANNEXE 10 : Assistance militaire et policière des Etats-Unis ( ) ANNEXE 11 : Distribution des ressources du plan Colombie ( ) ANNEXE 12 : Lettre du Président de la République de Colombie, 16 juin 2003 ANNEXE 13 : Préambule du traité de libre commerce ANNEXE 14 : CAN décision 598 : relations commerciales avec des pays tiers ANNEXE 15 : Production et trafic de drogues en Amérique Latine ANNEXE 16 : Facteurs générateurs de déplacements (2004) ANNEXE 17 : Principales destinations des migrations colombiennes ANNEXE 18 : Départements occupés partiellement par les FARC ANNEXE 19 : Un nouveau bloc commercial de milliards de US$ viii

9 INTRODUCTION La Colombie est souvent perçue de l extérieur comme un Etat dévasté par une les guérillas et par le narcotrafic. Bien que ces fléaux soient réels, ces stéréotypes empêchent de saisir la complexité de la réalité du pays. En effet, au-delà des guérillas et de la production de cocaïne, thèmes essentiellement traités dans la littérature ou dans les médias, la géopolitique colombienne apparaît également intéressante à analyser, à travers l étude des différentes mesures et stratégies mises en œuvre par le président Alvaro Uribe Vélez, à la tête du pays de 2002 à deux mandats consécutifs-. Le contexte tumultueux dans lequel se déploie la politique de ce dernier nous invite également à observer les dynamiques du conflit armé colombien, les divers acteurs dans leurs interactions et les rapports de force entre la Colombie et les pays andins frontaliers. A.Uribe se fait le relais d une population épuisée par les précédents échecs politiques, à l origine d un renforcement du conflit et d une hausse de l insécurité. Il jouit ainsi d un large soutien populaire auprès des colombiens, notamment grâce à sa «Politique de Sécurité Démocratique» qui leur redonne confiance. Toutefois, si les médias tendent à montrer que sa présidence coïncide avec une baisse du nombre d assassinats, de kidnappings et de la violence en général, A. Uribe est souvent pointé du doigt par la communauté internationale pour ses mesures, qu il légitime par la lutte tenace qu il mène contre «le terrorisme». Ces diverses visions de la politique colombienne, intérieure et étrangère, sont liées à de nombreux enjeux stratégiques sur lesquels il convient de se pencher. Par ailleurs, l originalité de la politique uribiste réside dans le changement des méthodes qu elle opère par rapport aux gouvernements précédents. En effet, si la position tenue face à l intégration régionale, le rapprochement opéré avec les Etats-Unis et le processus d internationalisation du conflit -thèmes abordés dans ce mémoire- ne constituent pas des faits nouveaux, ils sont largement renforcés sous la présidence d A. Uribe. Cette politique tend à placer la Colombie comme acteur à part entière dans la région andine. De ce constat surgissent un ensemble de questions : Quels sont les enjeux économiques, stratégiques et diplomatiques de la politique menée par A. Uribe durant ses deux mandats? Quels sont les impacts de cette politique sur la Colombie et sur les pays frontaliers? En quoi la politique uribiste constitue t-elle un facteur d isolement du pays dans la région 1

10 andine. Dans quelle mesure peut-on dire que les divers plans et mesures, développés par le président colombien, sont orientés par la volonté d affirmer la place de la Colombie sur la scène régionale et internationale? Dans ce contexte, il est intéressant d analyser la politique intérieure et la politique étrangère, étroitement liées, mises en œuvre par A. Uribe et les répercussions de celles-ci sur les pays voisins pour comprendre en quoi la Colombie apparaît comme un acteur isolé au sein de la région andine. Au-delà de l orientation politique et économique du pays qui s aligne sur celle des Etats-Unis, le distinguant des autres pays andins fortement ancrés à gauche, le programme «Mano dura, corazón grande» d A. Uribe tend également à isoler la Colombie du reste de la région, par les critiques et les conséquences qu il implique. Toutefois, cet isolement, limité à la zone andine, apparaît davantage diplomatique et constitue l un des aboutissements de la stratégie du président colombien de peser politiquement et économiquement sur la scène tant régionale qu internationale. A cet égard, le rôle de la Colombie dans le modelage de l intégration andine est intéressant à analyser. L ouverture du régionalisme par une consolidation des rapports avec les Etats-Unis et la lutte pour le leadership régional révèlent la position paradoxale du pays dans la zone andine. En effet, détracteur de l intégration de la région, la Colombie constitue également l un de ses principaux moteurs. Le terme «pays andins» fait ici davantage référence aux pays frontaliers de la Colombie et membres de la Communauté Andine des Nations (CAN) 1, brièvement analysée dans ce mémoire. Celle-ci cristallise l opposition entre deux modèles de développement et d intégration. L approche retenue repose ainsi sur la comparaison entre le modèle néolibéral et le modèle bolivarien, incarné respectivement par la Colombie et le Venezuela. De plus, si le premier constitue le meilleur allié des Etats-Unis dans la région, le deuxième voit dans les Etats-Unis son pire ennemi. Bien que tout semble opposer ces pays, ils partagent toutefois les mêmes ambitions et revendiquent tous deux le leadership au sein de la zone andine. Ils sont également conscients de l importance réciproque des relations qu ils entretiennent. Ainsi, 1 CAN : Communauté Andine des Nations. Issue du Pacte Andin de 1969, fondée en 1997, cette organisation économique sous-régionale est composée de la Colombie, de la Bolivie, de l Equateur, du Pérou et, jusqu en 2006, du Venezuela. Les objectifs de la CAN consistent à promouvoir le développement des pays membres par l intégration et la coopération. 2

11 constituant les principaux acteurs clés dans la région, il apparaissait pertinent de limiter la comparaison à ces deux Etats. Par ailleurs, les «voisins andins» avec lesquels la Colombie entretient des rapports houleux se résument essentiellement à l Equateur et au Venezuela. Le charisme des présidents respectifs, leur relative indulgence envers les guérillas et les nombreux incidents frontaliers constituent en effet des sources de tensions fréquentes avec la Colombie. L analyse des rapports colombo-américains apparaît également judicieuse pour justifier la position isolée de la Colombie dans la région et les tensions diplomatiques entre celle-ci et les pays andins. Tant le conflit armé colombien que la politique étrangère menée par A. Uribe favorise le rapprochement avec les Etats-Unis et permet à ces derniers d intervenir politiquement, économiquement et militairement dans la région andine. Cette alliance suscite une vive contestation des Etats voisins, qui voient dans la Colombie le fer de lance de l ingérence américaine. En outre, on ne peut parler de la politique uribiste sans se référer aux étroites relations entre la Colombie et les Etats-Unis dans la mesure où ce sont principalement ces derniers qui guident les mesures mises en œuvre par le président colombien, notamment en matière sécuritaire et de lutte contre le narcotrafic. Ainsi, à travers sa «Politique de Sécurité Démocratique», A. Uribe s associe aux Etats-Unis dans leur guerre contre le terrorisme. Malgré la bonne entente générale entre les deux pays, l alignement de la politique colombienne sur la politique américaine se justifie essentiellement par la dépendance financière et militaire de la Colombie vis-à-vis des Etats-Unis. L aide américaine, considérée comme un outil essentiel à la résolution du conflit, n est en effet accordée que sous certaines conditions, que le président colombien se voit obligé d accepter. Le «Plan Colombie» et le Traité de Libre Echange, principaux accords qui seront abordés dans ce mémoire, révèlent, au-delà de l asymétrie des relations colombo-américaines, le «manquement» de la Colombie à son engagement régional, tendant à isoler, une fois encore, le pays dans la région andine. Enfin, s il ne s agit pas d étudier le conflit armé colombien en tant que tel, le sujet étant déjà amplement traité, l analyse de la stratégie et du processus d internationalisation de ce conflit présente un certain intérêt. Outre l orientation politique et économique suivie par A. Uribe et le choix qu il fait d une alliance étroite avec les Etats-Unis pour renforcer le rôle de la 3

12 Colombie au sein de la communauté internationale, il instrumentalise la crise colombienne afin d obtenir le soutien tant politique que financier de cette dernière. Ainsi, malgré les impacts du conflit dans les pays voisins, il convient de nuancer l extension de celui-ci. Si les courroies de transmission du conflit à l international sont multiples, l internationalisation relève en effet davantage d un mythe politique qui, parallèlement aux intérêts d A. Uribe, servent également les intérêts américains et ceux de la région. Cette stratégie tend toutefois à faire déborder le conflit colombien et l ensemble des fléaux qui l accompagnent hors des frontières, causant de fortes tensions politiques dans la région, et notamment dans les zones frontalières. Les pays andins refusent en effet toute implication dans la résolution du conflit. Il est cependant important de souligner que l isolement politique apparent de la Colombie ne remet pas en cause le poids et l influence du pays dans la zone andine, avec lesquels doivent compter les Etats voisins. Ce mémoire propose donc, d une manière générale, une approche géopolitique de la Colombie. Il démontre en effet l impact des facteurs géographiques, économiques et culturels sur la politique uribiste. A cet égard, tant la position géographique stratégique du pays dans la région, que le modèle économique et la tradition pro-américaine qu il présente, conditionnent la politique en œuvre par le président colombien. L aspect géopolitique est également appréciable à travers l analyse des objectifs poursuivis par les divers acteurs et des moyens utilisés pour les atteindre ainsi qu à travers l analyse des rivalités de pouvoir dans la région. L ensemble des raisonnements proposés témoigne de l ambiguïté et du paradoxe qui caractérisent la politique d A. Uribe. Celle-ci vise à affirmer le rôle de la Colombie sur la scène régionale et internationale. Toutefois, elle tend à isoler le pays dans la région andine. Ainsi, si le modèle d intégration colombien, les relations colombo-américaines et l internationalisation du conflit apparaissent, au premier abord, comme des thématiques indépendantes, elles sont davantage compréhensibles les unes par rapport aux autres. L approche pluridisciplinaire de la problématique permet en effet de résoudre l ambivalence de la politique uribiste. L intérêt pour ce thème de recherche s est affirmé au cours de mon année de mobilité où j ai été amenée à étudier, de manière autonome, les processus d intégration régionale et la politique colombienne. Mon souhait était, au départ, d analyser le rôle de la Colombie dans le processus d intégration de la CAN, afin de montrer la double position adoptée par A. Uribe, 4

13 dont la politique contribue tant aux avancées de la CAN qu à son effondrement. Toutefois, la littérature portant sur les organisations régionales latino-américaines traite principalement du 2. Par ailleurs, si les analyses relatives à la CAN existent, elles n en abordent que les aspects institutionnels et économiques et évoquent peu le rôle et les stratégies spécifiques à la Colombie. Enfin, mes diverses recherches ont révélé que la CAN n occupait finalement qu une place assez modeste dans la politique d A. Uribe. Dès lors, mon choix d origine d étudier la politique colombienne, en se focalisant essentiellement sur le bloc économique andin, a été revisité pour s orienter vers une analyse, davantage géopolitique, sur les enjeux de la politique uribiste et ses impacts sur la Colombie et sur la région andine. Par ailleurs, la période au cours de laquelle j ai fait le choix de ce sujet correspond à la passation de pouvoir entre Alvaro Uribe et Juan Manuel Santos. Il m apparaissait ainsi intéressant de dresser un bilan de la politique, tant intérieure qu étrangère, du président sortant durant ses deux mandats. L intérêt de s interroger sur ce sujet réside également dans l approfondissement d une thématique encore relativement peu étudiée en France, du moins dans une perspective géopolitique et internationale. Meilleur allié des Etats-Unis et utilisé par ces derniers, dénoncé et stigmatisé par la communauté internationale, désapprouvé par les présidents des pays voisins, mais estimé par la grande majorité des colombiens, A. Uribe fait l objet d appréciations diverses. L analyse pluridisciplinaire apparaît donc comme la plus appropriée pour traiter le sujet sous un angle plus vaste que celui qui recouvre uniquement le problème du narcotrafic et des guérillas. Afin de réaliser ce mémoire, j ai effectué de nombreuses recherches, notamment lors de mes séjours en Colombie et suivi assidûment l actualité colombienne. Si celle-ci est polarisée autour du président nouvellement élu J.M Santos, A. Uribe fait toujours parler de lui. En effet, l heure est au bilan de ses deux mandats. Par ailleurs, dans la mesure où le président sortant s inscrit dans la continuité de la politique uribiste, celle-ci reste toujours d actualité. 2 Le MERCOSUR : Marché Commun du Sud (Mercado Común del Sur). Communauté économique fondée en 1991 et composée de l Argentine, du Brésil, du Paraguay et de l Uruguay. 5

14 Ce travail de recherche a été conçu à partir de diverses techniques d investigation. La perception de la politique d A. Uribe diverge selon l angle sous lequel elle est analysée. Il convenait donc d utiliser des sources d information variées. Ce mémoire se base donc sur des ouvrages écrits tant par des économistes, que des sociologues, des politologues et des historiens. Toutefois, il m est apparu que la plupart de mes lectures manquaient souvent d une approche globale de la problématique. Ainsi, de nombreux articles, parus dans la presse colombienne et/ou internationale, ont été utilisés afin de disposer d un éclairage sur les enjeux et perspectives de la politique uribiste. Par ailleurs, tant l approche économique du mémoire que le thème du conflit armé et de ses impacts nécessitaient le recours à des données statistiques. Celles-ci rendent souvent les faits plus parlants. La différence entre les Etats dans la réalisation des statistiques remet cependant parfois en cause leur objectivité. Malgré la vision plus large que m offraient ces diverses sources, j ai rencontré certaines difficultés. Tout d abord, la politique d A. Uribe n est principalement étudiée qu à travers sa «Politique de Sécurité Démocratique» et peu à travers ses ambitions régionales et internationales. Par ailleurs, il existe peu d analyses véritablement objectives. En effet, cellesci tendent soit à condamner de manière disproportionnée la politique uribiste, soit à la défendre avec ardeur. Enfin, il a été relativement complexe de réduire mon champ de recherche dans la mesure où les problématiques sont fortement corrélées. Malgré la variété des thèmes abordés et l optique large que j ai adoptée, j ai tenté au mieux de replacer la problématique principale par rapport aux différentes questions qui en émanent. A partir de ces outils méthodologiques, nous analyserons dans ce mémoire les divers aspects de la politique d A. Uribe et les enjeux qu elle soulève, à l égard des pays andins comme des Etats-Unis. Dans un premier temps, nous analyserons la spécificité qui caractérise la politique d intégration régionale dans la région andine (1). Puis, nous aborderons la politique étrangère à l égard des Etats-Unis (2). Enfin, nous étudierons le processus et les enjeux de l internationalisation du conflit armé (3). Ainsi, à travers ces trois thématiques étudiées, nous tenterons de démontrer le caractère paradoxal de la politique uribiste : facteur d isolement dans la région andine, elle constitue également un outil de puissance régionale et internationale. 6

15 PARTIE 1 : LA SPECIFICITE DE L INTEGRATION REGIONALE COLOMBIENNE : UN SOUTIEN INCONDITIONNEL AU REGIONALISME OUVERT Au début des années 1990, devant le nouveau contexte de l économie mondiale marqué par la globalisation croissante des marchés, les pays andins adoptent un modèle économique néolibéral. Enterrant le modèle endogène axé sur la substitution aux importations, l adhésion au «régionalisme ouvert» 3 modifie profondément les processus d intégration latinoaméricains. La solidarité régionale n est désormais plus incompatible avec les politiques d ouverture à l international. Intégration régionale et libéralisation économique sont désormais complémentaires. Ainsi, parallèlement à la multiplication des accords intégrationnistes dans le cadre de la CAN, la diffusion des principes néolibéraux et l interdépendance avec le reste du monde se renforcent progressivement. Animée par la volonté de peser davantage dans la région andine et sur la scène internationale, la Colombie entreprend une série de réformes reposant sur la libéralisation et la dérégulation des marchés. La Colombie multiplie et diversifie ainsi ses traités commerciaux avec un grand nombre de pays. Toutefois, elle privilégie sa relation avec les Etats-Unis, allié géostratégique historique et davantage conciliant vis-à-vis de ce régionalisme ouvert, qui permet progressivement à la puissance américaine de s imposer dans la région andine. Si l on peut constater, à partir des années 1990, une certaine continuité en matière de politique commerciale dans les gouvernements colombiens successifs, la politique menée par le président Uribe est davantage emprunte de libéralisme économique. Le soutien affiché aux valeurs néolibérales et au régionalisme ouvert révèle la spécificité de la Colombie au sein du continent latino-américain, marqué à partir des années 2000 par l ascension de la gauche au pouvoir. En effet, dans un contexte de crise du libéralisme, la majorité des pays d Amérique latine présentent des alternatives économiques, politiques et idéologiques relativement éloignées du modèle prôné par la Colombie. Ainsi se confrontent deux modèles de développement et d intégration, l un en faveur du libre échange et d un rapprochement avec les Etats-Unis (modèle prôné par la Colombie et, dans 3 Concept diffusé par la CEPALC au début des années 1990, qui prône simultanément une intégration régionale et une ouverture des économies aux échanges internationaux 7

16 une moindre mesure, par le Pérou), l autre davantage fondé sur des considérations sociales que commerciales, marqué par un certain anti-américanisme et privilégiant un développement endogène (prôné par le Venezuela, la Bolivie et l Equateur). Ce modèle alternatif au néolibéralisme, caractéristique du projet bolivarien, est donc suivi par la majorité des pays andins, semblant isoler la Colombie au sein de la Communauté Andine. Cependant, ce relatif isolement ne l empêche pas de s affirmer en tant que puissance régionale, et de peser sur la scène internationale. En effet, en développant des relations de coopération avec ses voisins andins, la Colombie apparaît à la fois comme un partenaire économique important mais également comme un des moteurs essentiels de l intégration régionale andine. A- LA POSITION DIVERGENTE DE LA COLOMBIE FACE AU MODELE BOLIVARIEN D INTEGRATION Face au projet bolivarien d intégration, orienté vers une rupture avec le système capitaliste et défendu par la majorité des pays andins (le Venezuela en tête), la Colombie défend un modèle d intégration essentiellement économique et largement ouvert sur l extérieur. Ces deux approches de l intégration révèlent des ambitions distinctes, malgré des partenaires communs. Au-delà de cet aspect économique, les divergences entre la Colombie et les autres pays de la région andine sont également visibles au niveau politique. 1. Deux approches différentes de l intégration régionale dans la zone andine a) La divergence des modèles de développement économique dans la région andine Au sein de la région andine, les divergences tant idéologiques que politiques et économiques sont manifestes. Deux visions s affrontent quant au modèle de développement économique, au projet d intégration régionale et à l insertion à l international. Si au début des années 1990, la Colombie, comme les autres pays de la région andine, ont adopté un modèle de développement basé sur l ouverture et la libéralisation, le basculement à gauche de la majorité des pays andins témoigne d un certain rejet des politiques néolibérales. Ainsi, la Colombie et le Pérou militent en faveur d un libre échange et prônent une intégration andine essentiellement économique. À l inverse, le Venezuela, la Bolivie et l Equateur partagent une 8

17 même réprobation du néolibéralisme et défendent davantage une conception sociale de l intégration régionale. Cette divergence de modèles creuse le fossé entre ces deux groupes de pays au sein de la région andine et symbolise deux façons de concevoir le régionalisme ouvert. La Colombie d Alvaro Uribe et le Pérou d Alain Garcia ( ) sont tous deux partisans du libre échange et principalement soucieux du développement économique. L ouverture de leur marché aux autres pays d Amérique latine et à l ensemble des pays du monde est guidée par la volonté de ne pas se cantonner à un cadre régional trop exclusif. A cet égard, la CAN a prévu la possibilité pour les pays de la zone andine de signer des accords bilatéraux avec des pays tiers, facilitant ainsi le développement des relations commerciales extra-régionales. La Colombie et le Pérou cherchent à intensifier ces dernières, principalement avec les Etats-Unis, se détournant parfois des partenaires de la région andine que sont la Bolivie, l Equateur et le Venezuela. Ces pays, plus orientés à gauche, rejettent la politique de libre échange classique et veulent fonder l intégration andine davantage sur des considérations sociales, culturelles et environnementales que sur des valeurs purement économiques. Par ailleurs, face à l ouverture des politiques économiques de la Colombie et du Pérou, ils privilégient des politiques relativement fermées et nationalistes. Celles-ci reposent sur un développement endogène, qui permettrait de remédier à la dépendance vis-à-vis du marché international et notamment vis-àvis des Etats-Unis. La CAN cristallise pleinement l affrontement entre ces deux conceptions. Elle se situe entre le MERCOSUR au Sud et l ALENA 4 au Nord, qui a une conception davantage économique et commerciale de l intégration. Face à ces deux voies possibles, les membres de la Communauté Andine vont «flirter, tour à tour, avec ces deux blocs, mais sans jamais vraiment choisir leur camp, en raison des aléas de l économie de la région 5». La stratégie d insertion continentale présente un certain risque pour la cohésion et l identité de la communauté, tiraillée entre deux projets d intégration. Ainsi, la Colombie et le Pérou sont 4 ALENA : Accord de Libre-Échange Nord-Américain. Traité entré en vigueur le 1 er janvier 1994, créant une zone de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique 5 Sanchez (Gabriel), La Communauté andine entre le nord et le sud, Séminaire EMMA-RINOS, Analyse comparatiste des processus d intégration régionale Nord-Sud, mai

18 en faveur d une multiplication des accords commerciaux bilatéraux avec les Etats-Unis et consentent à créer un marché commun andin dominé par la présence états-unienne. A l inverse, la Bolivie, l Equateur et le Venezuela recherchent essentiellement l approfondissement de l intégration régionale andine et se tournent davantage vers le MERCOSUR. Le rapprochement manifeste de la Colombie avec les Etats-Unis, depuis l arrivée d A. Uribe au pouvoir, et les négociations amorcées en 2004 entre ces deux pays quant à un éventuel accord de libre échange, détériorent la bonne coopération commerciale entretenue par la Colombie et le Venezuela. Ainsi, les préférences commerciales négociées dans le cadre de la CAN sont menacées d annulation par le président Hugo Chavez, dans la mesure où cet accord de libre échange entre la Colombie et les Etats-Unis remet en cause l essence même de l intégration andine. En effet, s ils ont tenté de rendre cet accord compatible avec la CAN, la Colombie et le Pérou ont dû s engager à ne pas accorder à ses voisins andins des avantages qu ils n octroyaient pas aux Etats-Unis 6. Cette approche de l intégration contraste avec celle incarnée par le président vénézuélien, affirmant à ce titre que «la CAN sert les élites, les multinationales, mais non les noirs, ni les blancs, ni les pauvres». 7 Ainsi, les divergences idéologiques quant à l orientation de la politique économique et au modèle d intégration régionale, peuvent expliquer la crise de la CAN. Les pays andins restent incapables d aboutir à une harmonisation de leur modèle de développement, partageant ainsi la région entre deux blocs à la tête desquels se démarquent deux pays : la Colombie et le Venezuela. Le modèle néolibéral lié aux Etats-Unis et le soutien inconditionnel au régionalisme ouvert font la spécificité de la Colombie face aux autres pays andins partisans du projet bolivarien, initié par le Venezuela. Les différences politiques et économiques entre ces deux pays, auxquelles s ajoute une lutte pour le leadership dans la région andine, témoignent d ambitions distinctes malgré des partenaires communs. 6 Daza (Enrique), La Communauté andine des nations et l intégration sud-américaine, Risal info, Amérique du Sud : La Communauté Andine des Nations est en crise, LatinReporters,

19 b) Des partenaires communs mais des ambitions différentes La volonté de consolider leur position sur la scène tant régionale qu internationale a incité la Colombie et le Venezuela à multiplier leurs partenaires commerciaux. Le rapprochement avec certains pays ne répond toutefois pas aux mêmes stratégies 8. Dès le début des années 1990, la Colombie et le Venezuela tentent ensemble de se rapprocher de l ALENA. Ils instaurent alors une zone de libre échange avec le Mexique sous le nom de «Groupe des Trois» 9 afin d accéder au marché mexicain, désormais ouvert à la libre circulation des biens et services provenant des Etats-Unis. L ambition de la Colombie et du Venezuela de devenir membres à part entière de l ALENA se heurte à des obstacles (crise mexicaine, réticence du Congrès américain), les incitant ainsi à se tourner vers le MERCOSUR. Le rapprochement avec ce bloc est davantage visible pour le Venezuela (notamment depuis l arrivée d H. Chavez au pouvoir) qui cherche à renforcer l intégration latino-américaine dans le but de contrer le leadership nord-américain. Bien que les Etats-Unis constituent un partenaire commercial de taille pour le Venezuela, dans la mesure où celui-ci reste l un de ses principaux fournisseurs de pétrole, le Venezuela favorise ainsi un cadre d intégration alternatif à l ALENA et au projet plus général de la ZLEA 10. La Colombie adopte une attitude plus offensive quant à son rapprochement avec les Etats- Unis. Elle cherche avant tout à retrouver un accès préférentiel au marché nord-américain et à ne pas être désavantagée par rapport à ses concurrents d Amérique centrale qui ont déjà signé des accords avec les Etats-Unis. Elle soutient également le projet de la ZLEA. La proximité de la Colombie et du Venezuela avec les Etats-Unis répond donc à des projets divergents. C est également le cas concernant le rapprochement des deux pays andins avec le MERCOSUR. 8 Andrade Benitez (Amanda), L état de l intégration colombo-vénézuélienne : le «dessous» informel et illégal du processus, Territoires et Sociétés dans les Amériques, G3 : Zone de libre échange entre la Colombie, le Mexique et le Venezuela, instaurée en ZLEA : Zone de Libre Échange des Amériques. Projet de communauté économique, mis en avant par les Etats-Unis, qui engloberait 34 pays, soit toute l Amérique latine, excepté Cuba, la France (DOM-TOM), le Royaume-Uni et les Pays Bas. 11

20 En effet, la Colombie ne se montre pas indifférente à un rapprochement avec le MERCOSUR. Elle n a toutefois pas les mêmes ambitions que le Venezuela qui accorde son plein soutien au bloc économique. A cet égard, l accord de libre commerce signé en mars 2004 entre la Colombie, le Venezuela, l Equateur et le MERCOSUR 11 relève davantage, pour la Colombie, d un intérêt au développement des échanges commerciaux que d une réelle volonté d intégration latinoaméricaine pouvant servir de contrepoids au modèle d intégration nord-américain. Ainsi, la Colombie limite ses engagements en termes de libéralisation et préfère remettre les négociations à plus tard pour une majorité de produits. Cette limitation peut s expliquer également par la crainte de la Colombie de devoir faire face, dans le cadre de l élimination des préférences commerciales de la CAN, à la concurrence brésilienne (le Brésil exportant des produits industriels similaires) 12. Le Venezuela, au contraire, réduit la quasi-totalité de ses barrières tarifaires et coopère avec le MERCOSUR dans des domaines plus larges comme celui de l approvisionnement énergétique. Il cherche avant tout à renforcer la coopération entre les pays latino-américains par diverses initiatives parmi lesquelles on trouve le projet «Pétrosur» qui vise à rassembler les entreprises pétrolières publiques du Venezuela, de l Argentine, de la Bolivie, du Brésil, de l'uruguay et de l'equateur, afin de remédier au déficit énergétique des autres pays du continent. Cette coopération économique est recherchée et mise en œuvre dans le cadre de la lutte anti libérale menée par le président vénézuélien qui entend promouvoir davantage de complémentarité et de solidarité dans la région. Les pays andins se sont alors rapprochés alternativement, voire simultanément, de l ALENA (stratégie davantage soutenue par la Colombie) et du MERCOSUR (stratégie mise en avant par le Venezuela). La difficulté d élaborer une approche commune aux deux pays a mis en évidence les divergences internes à la communauté andine quant au modèle d intégration à suivre. 11 Lamonde (Marie-Claude), La Communauté andine : entre déconstruction et convergence, Centre d Etudes Interaméricaines, Calero (Jean-Paul), Les enjeux actuels dans les relations commerciales entre la Colombie et le Venezuela face à l intégration dans les Amériques : de la coopération à la rupture? La Chronique des Amériques, février

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud

Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud Par Christophe Ventura L Amérique latine pourrait-elle devenir, ces prochaines années, une «plateforme extraterritoriale» de

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

En 2006, des élections présidentielles se sont tenues

En 2006, des élections présidentielles se sont tenues Argentine Belize Bolivie Chili El Salvador Équateur Guatemala Guyana Honduras Mexique Nicaragua Paraguay Pérou Suriname Uruguay Venezuela Amérique latine (Plan d action de Mexico) Environnement opérationnel

Plus en détail

RELATIONS ÉCONOMIQUES CANADA BRÉSIL: CE QUE LES ENTREPRENEURS CANADIENS DOIVENT SAVOIR

RELATIONS ÉCONOMIQUES CANADA BRÉSIL: CE QUE LES ENTREPRENEURS CANADIENS DOIVENT SAVOIR RELATIONS ÉCONOMIQUES CANADA BRÉSIL: CE QUE LES ENTREPRENEURS CANADIENS DOIVENT SAVOIR WWW.CEI.ULAVAL.CA Les commentaires et recommandations qui suivent sont issus de recherches et d entrevues réalisées

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

I - DE LA SUPERPUISSANCE A L HYPERPUISSANCE

I - DE LA SUPERPUISSANCE A L HYPERPUISSANCE Problématique : Quelles sont, en Amérique, les différentes sphères d'influence des États- Unis? Comment les États-Unis parviennent-ils à organiser la mondialisation à leur profit? I - DE LA SUPERPUISSANCE

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR / S. Aguilar UNHCR / S.Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR, Bureau pour l Europe, Bruxelles, Belgique

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé?

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé? Trading our health away Prêts à échanger votre santé? Plan I. Est-ce grave docteur? 1. Tensiomètre : définir les concepts 2. Documentaire : une pêche d'enfer 3. Quiz : les raisons du libre-échange 4. Photo-langage

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

VISITE D ADMINISTRATEURS FRANÇAIS. Adrian van den Hoven le 9 février 2012

VISITE D ADMINISTRATEURS FRANÇAIS. Adrian van den Hoven le 9 février 2012 VISITE D ADMINISTRATEURS FRANÇAIS Adrian van den Hoven le 9 février 2012 Introduction Crise de l Eurozone - Situation économique difficile - Réformes sociales importantes - Politique de croissance: - Marché

Plus en détail

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1 UE 5 - ECONOMIE Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Grands courants de pensée et principaux faits économiques et sociaux (35 heures) 1.1 Histoire des faits

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Intervention de Monsieur l Ambassadeur Norbert Frick Porte parole AELE pour les négociations de l Accord de Libre-échange AELE-Algérie Monsieur

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1 Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation Page 1 Documents de lancement Source : http://www.telleestmatele.com/article-36865965.html Page 2 Rio de Janeiro 2016 Page 3 Activité élèves : (analyses de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/404 4 juin 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Onzième session São Paulo, 13-18 juin 2004 La nouvelle géographie

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE

PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE PROJET CULTUREL Environnement et culture scientifique DEVELOPPEMENT DURABLE,COMMERCE EQUITABLE ET CITOYENNETE ANALYSE DE SITUATION : Ce projet se situe dans le prolongement des actions menées l an dernier

Plus en détail

LE MEXIQUE FACE AU MONDE

LE MEXIQUE FACE AU MONDE 2 LE MEXIQUE FACE AU MONDE 2.1 Situation Economique et Commerciale Actuelle Le Mexique, aujourd hui neuvième économie mondiale et première puissance commerciale de l Amérique Latine 1, se trouve dans un

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière

L agriculture canadienne et les négociations du commerce international. Symposium sur les perspectives de l industrie laitière L agriculture canadienne et les négociations du commerce international Symposium sur les perspectives de l industrie laitière 16 mai 2013 Plan Le secteur agricole canadien et le commerce international

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1018125L PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud Françoise Gérard, CIRAD, SFER, 7 mai 2010 La libéralisation des échanges et la réforme de la PAC : une solution contre l insécurité

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail