année 2010 rapport de branche : quelques éléments Nombre d entreprises & chiffre d affaires chiffres d affaires SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "année 2010 rapport de branche : quelques éléments Nombre d entreprises & chiffre d affaires chiffres d affaires SOMMAIRE"

Transcription

1 e r v i c e s r a n s p o r t s q u i p e m e n t n v i r o n n e m e n t Prévention sécurité année 2010 rapport de branche : quelques éléments Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité - Enquête de branche Prévention - Sécurité - Septembre 2011 données économiques générales Nombre d entreprises & chiffre d affaires Strates d'effectifs salariés Nombre d'entreprises Répartition en % Chiffre d affaires en million Plus de salariés (10) 10 } (1.504 (29 %)) (29,5 %) 500 à salariés (21) 20 (2,5 %) 2,5 % (654 (12 %)) 667 (12,5 %) 100 à 499 salariés (206) 198 (1.330 (25 %)) (25 %) 20 à 99 salariés (832) 842 (9 %) 9 % (1.058 (20 %)) (19,5 %) 1 à 19 salariés (2.790) 2860 (29,5 %) 30,5 % (520 (10 %)) 504 (9,5 %) Sous total (3.859) 3930 (41 %) 42 % 0 salarié (5.566) 5462 (59 %) 58 % (224 (04 %)) 217 (4 %) Total (9.425) % (5.290) ( ) chiffres 2009 chiffres d affaires Évolution du chiffre d affaires 2010/2009 Strates d effectifs salariés Évolution 2010 / 2009 Chiffre d affaires 2010 de la profession : millions d euros H.T. Plus de 500 salariés + 2,5 % 100 à 499 salariés 0 % 20 à 99 salariés - 2,5 % 0 à 19 salariés - 3 % Ensemble 0 % Évolution du chiffre d affaires de la profession 2010/2005 : + 13,5 % Évolution moyenne annuelle : 2010 / % 2010 / par an % SOMMAIRE Données économiques générales P. 1 Chiffre d affaires P. 1 à 2 Seniors P. 2 Données sociales P. 2 à 4 Rémunérations, répartition du travail, durée de vacation, formation professionnelle P. 4 Sûreté aéroportuaire P.5 à 8 FÉDÉRATION DE L ÉQUIPEMENT, DE L ENVIRONNEMENT, DES TRANSPORTS ET DES SERVICES - FORCE OUVRIÈRE Supplément secteur fédéral Prévention-Sécurité n 1 au n 99 de septembre 2011 Directeur de la Publication : J.HEDOU Rédaction : J.L SECONDI

2 Répartition du chiffre d affaires profession Activité C.A Rép. en % Surveillance M 72,5 % Télésurveillance 580 M 11,5 % Intervention 180 M 3,5 % Installation de systèmes 100 M 2 % Formation 35 M 1 % Transport de fonds 5 M < 0,5 % Protection rapprochée 50 M 1 % Sûreté aérienne et aéroportuaire 379 M 7,5 % Autres* 63 M 1 % Ensemble M 100 % Répartition du chiffre d affaires selon la nature des marchés Marchés publics : M 23 % 77 % Marchés privés : M * Location-gérance de systèmes de sécurité, maintenance, convoyage de documents, audit, conseil en sécurité... seniors Part des salariés âgés de 50 ans et plus parmi les temps partiels : (7 %)* 6 % Ce qui correspond à 6 % des salariés de plus de 50 ans (6 % en 2009) Part des salariés âgés de 50 ans et plus parmi les embauches : 5,5 % des embauches (5 % en 2009) Données sociales Effectifs salariés au 31/12/2010 Strates d effectifs salariés Effectifs salariés Répartition en % Plus de salariés (46.000) (31 %) 32 % 500 à salariés (20.000) (14 %) 13,5 % 100 à 499 salariés (40.800) (27 %) 27,5 % 20 à 99 salariés (28.000) (19 %) 18,5 % 1 à 19 salariés (13.000) (9 %) 8,5 % Ensemble ( ) % ( ) données au 31/12/2009 source UNEDIC * données 2009 Effectifs selon la durée des contrats Temps partiel : salariés 84 % 16 % Temps plein : salariés Publication éditée par la Fédération FO de l Équipement, de l Environnement, des Transports et des Services (FEETS-FO) - 46 rue des Petites Écuries PARIS Impression FEETS-FO au siège de la Fédération - Tél. : Fax : Publicité : au Journal - Courriel : - Adresse site internet : N CPPAP : 0514 S N ISSN : Prix à l unité : 0,84 Euros - Abonn. t annuel : 10,06 Euros (12 numéros) Abonn. t principal + supplément : 13,72 Euros - Abon. t de soutien : 15,24 Euros Page 2

3 les embauches en 2010 Strates d effectifs salariés Nombre d embauches Nombre de départs Total embauche Plus de salariés (18.400) (19.100) (- 700) à salariés (8.800) (8.950) (- 150) à 499 salariés (20.400) (20.000) (+ 400) à 99 salariés (12.900) (12.700) (+ 200) à 19 salariés (2.200) (3.400) ( ) Ensemble (62.700) (64.150) ( ) les transformations de cdd en cdi en 2010 Strates d effectifs salariés Transformation Taux de transformation* Plus de 500 salariés (600) 500 (1 %) 1 % 100 à 499 salariés (400) 400 (1 %) 1 % 20 à 99 salariés (800) 800 (3 %) 3 % 1 à 19 salariés (200) 200 (1,5 %) 1,5 % Ensemble (2.000) (1,5 %) 1,5 % * Nombre de transformation de CDD en CDI de l année rapporté à l effectif au 31 décembre ( ) Données 2009 Ancienneté des salariés > 15 ans (5 %) 7 % 13 à 15 ans (5 %) 3 % 11 à 12 ans (6 %) 5 % 8 à 10 ans (13 %) 12 % 4 à 7 ans (20 %) 19 % 1 à 4 ans < 1 an (18 %) 18 % (33 %) 36 % Répartition Hommes-Femmes Femmes : salariés 15 % (16 %) 85 % (84 %) Hommes : salariés Nature des embauches Age des salariés C.D.D. : salariés 55 ans et plus (5 %) 5 % 42 % ans ans (11 %) 10 % (12 %) 13 % 58 % ans ans (19 %) 17 % (41 %) 45 % C.D.I. : salariés an (12 %) 10 % Page 3

4 Agents d exploitation : répartition par métier Filière surveillance (67 %) 64 % dont : Agent de sécurité qualifié (coef. 120) (13 %) 18 % Agent de sécurité confirmé (coef. 130) (24 %) 26 % Agent de sécurité chef de poste (coef. 140) (15,5 %) 9 % Agent de sécurité cynophile (coef. 140) (4 %) 3,5 % Agent de sécurité mobile (coef. 140) (4,5 %) 6 % Agent de sécurité filtrage (hors aéroportuaire) (coef. 140) (0,5 %) 0,5 % Agent de sécurité opérateur filtrage (hors aéroportuaire) (coef. 150) (5,5 %) 1 % Filière distribution (7 %) 6 % dont : Agent de sécurité magasin pré-vol (coef. 130) (1,5 %) 1 % Agent de sécurité magasin vidéo (coef. 130) (0,5 %) 0,5 % Agent de sécurité magasin arrière caisse (coef. 140) (5 %) 4,5 % Filière télésurveillance (6 %) 6 % dont : Agent de sécurité opérateur SCT1 (coef. 140) (3,5 %) 3,5 % Agent de sécurité opérateur SCT2 (coef. AM 150) (2,5 %) 1,5 % Filière incendie (12 %) 16 % dont : Agent des services de sécurité incendie (coef. 140) (6,5 %) 12,5 % Chef équipe des services sécurité incendie (coef. AM 150) (5 %) 3 % Pompier d aérodrome (coef. 150) (0,5 %) < 0,5 % Pompier d aérodrome chef de manœuvre (coef. AM 185) (< 0,5 %) < 0,5 % Responsable SSLIA (coef. AM 235) (< 0,5 %) < 0,5 % Filière aéroportuaire (annexe 8 CCN) (coefficients après période d essai) (6 %) 7 % dont : Agent d exploitation de sûreté (coef. 150) (1 %) 1 % Profileur (coef. 160) (< 0,5 %) < 0,5 % Opérateur de sûreté qualifié (coef. 160) (4 %) 4,5 % Opérateur de sûreté confirmé (coef. 175) (< 0,5 %) < 0,5 % Coordinateur (coef. 190) (< 0,5 %) 0,5 % Chef d équipe (coef. AM 200) (< 0,5 %) 0,5 % Superviseur (coef. AM 255) (< 0,5 %) < 0,5 % Non identifiés (2 %) 2 % Ensemble des agents d exploitation 100 % Rémunérations Masse salariale La masse salariale brute 2010 (hors charges patronales) s élève à 2,88 milliards d euros, soit un niveau quasi identique à l année précédente, lui même en contraction de 1,5 %. En 2010, 45,5 % de la masse salariale provient de la trentaine d entreprises de plus de 500 salariés. Cotisations patronales Les cotisations patronales représentent 35 % de la masse salariale en 2010, soit un montant proche de millions d euros (quasiment identique à 2009). ( ) chiffres 2009 (2 %) 2,5 % Formation professionnelle Motif des départs (3 %) 2,5 % Dimanche 7 H 00 Autres (13 %) 15 % (13 %) 15 % (40 %) 41 % répartition du travail Les dépenses au titre du plan de formation se stabilisent à 37 millions d euros en 2010 (38 millons en 2009), ce qui correspond à 1,3 % de la masse salariale (taux identique à 2008). Pour autant le nombre de salariés formés chute fortement, puisqu il représente désormais 52 % des effectifs de la profession contre 59 % en En parallèle, la durée moyenne des formations baisse, passant de 14 heures en 2009 à 12 heures en (14 %) 8 % 14 % (16 %) (15 %) 16 % Ruptures conventionnelles Pendant ou à l issue de la période d essai Licenciements Fin C.D.D Démissions Non identifiés Autres 4 % (3 %) Jours fériés 82 % (81 %) Jours de semaine ouvrables (lundi au samedi, hors jours fériés) Durée de vacation (17 %) 18 % (36 %) 32 % (47 %) 50 % 12 H 00 Page 4

5 Sûreté aéroportuaire Aéroports français en 2010 Nombre de sites français en 2010 : 203 sites (1) Répartition des sites selon leurs catégories 2 % 3 % Île de France (2) : 4 sites Métropoles régionales (3) : 7 sites Autres : 192 sites 95 % Nombre de sites français concernés par le trafic des passagers en 2010 : 144 sites (1) Trafic des passagers (1) Répartition du trafic des passagers selon les catégories de sites 21 % 25 % 54 % Autres : 32,3 millions de passagers Métropoles régionales (3) : 38,2 millions de passagers Île de France (2) : 83,4 millions de passagers Nombre de passagers en 2010 : 153,9 millions (1) soit + 1,3 % comparé à 2009 (1) Source Union des Aéroports Français (2) : Roissy, Orly, Le Bourget, Lognes (3) : Lyon, Nice, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes Page 5

6 Chiffre d affaires de la profession en 2010 : 379 millions d euros H.T. Répartition du chiffre d affaires de la profession selon l activité Répartition du chiffre d affaires de la profession selon les catégories d aéroports 19 % Sûreté aéroportuaire : 307 M Sûreté aérienne : 72 M 12 % 19 % 81 % 69 % Autres : 40 M Métropoles régionales (2) : 61 M Île de France (1) : 262 M Évolution 2010/2009 du chiffre d affaire : + 4,5 % Nombre de salariés présents au 31 décembre 2010 : salariés Répartition des effectifs salariés selon le sexe 53 % 47 % Hommes : 5200 Femmes : 4550 Age moyen des salariés en 2010 : 35,5 ans Ancienneté moyenne dans l entreprise des salarié en 2010 : 5 ans Part des salariés âgés de 50 ans et plus dans les embauches : 4 %, soit 100 personnes Soit un taux d embauche de 12,5 % parmi les salariés âgés de 50 ans et plus Age moyen de départ à la retraite en 2009 : 62,3 ans Répartition des effectifs salariés en 2010 selon l ancienneté dans l entreprise 16 ans et plus 10 à 15 ans 8 à 10 ans 5 à 7 ans 1 à 4 ans <1 % (50 personnes) 7 % (650 personnes) 22 % (2.150 personnes) 23 % (2.200 personnes) 30 % (2.950 personnes) Répartition des effectifs salariés selon l âge 55 ans et plus 50 à 54 ans 45 à 49 ans 40 à 44 ans 26 à 39 ans 3 % (350 personnes) 5 % (450 personnes) 8 % (850 personnes) 18 % (1.750 personnes) 53 % (5.200 personnes) Moins d un an 18 % (1.750 personnes) 25 ans et moins 12 % (1.150 personnes) Page 6

7 Répartition des effectifs salariés selon la catégorie professionnelle (au 31/12/2010) En nombre En pourcentage Agent d exploitation de sûreté (coef. 150) % Profileur (coef. 160) % Opérateur de sûreté qualifié (coef. 160) % Opérateur de sûreté confirmé (coef. 175) 150 1,5 % Coordinateur (coef. 190) % Chef d équipe (coef. AM 200) % Superviseur (coef. AM 255) % Non identifié 800 8,5 % Ensemble % Répartition des effectifs salariés selon la durée du travail Répartition des effectifs salariés selon la nature des contrats de travail Temps plein : salariés Temps partiel : salariés 8 % 25 % 75 % 92 % C.D.D : 800 personnes C.D.I : personnes Nombre d embauches en 2010 : personnes Soit un taux d embauche (1) de 25,5 % Nombre de départs en 2010 : personne Soit un taux de départ (2) de 26 % Solde embauches-départs : - 0,5 % Soit 50 salariés de moins (1) Taux d embauche en 2010 : nombre d embauches en 2010 rapporté au nombre de salariés présents au 31 décembre (2) Taux de départ en 2010 : nombre de départs en 2010 rapporté au nombre de salariés présents au 31 décembre Page 7

8 Répartition des embauches selon la nature des contrats de travail 7 % 34 % 59 % Contrat de professionnalisation : 200 personnes C.D.D. : personnes C.D.I. : 800 personnes Répartition des départs selon les motifs Non identifiés 4 % Fin de CDD 48 % Démissions 11 % Licenciements pour motif personnel 22 % Départs pendant ou à l issue de la période d essai 6 % Transferts 6 % Rupture conventionnelle 2 % retaite ou pré-retraite 10 % Métropoles régionales (Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Toulouse) 7 sites au total dont 7 sites sont concernés par le trafic des passagers 7 entreprises intervenant sur 2,5 sites en moyenne. 38,2 millions de passagers en 2010 (25 % du trafic français) 72 millions d euros hors taxe de chiffre d affaires en 2010 (19 %) salariés présents au 31 décembre 2010 (21 %) Dont - 55 % d hommes et 45 % de femmes - 80 % de temps plein et 20 % de temps partiel Page 8

Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité

Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire des Métiers de la Prévention

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2014 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

SÉCURITE PRIVÉE : SURVEILLANCE HUMAINE & TECHNOLOGIES

SÉCURITE PRIVÉE : SURVEILLANCE HUMAINE & TECHNOLOGIES SÉCURITE PRIVÉE : SURVEILLANCE HUMAINE & TECHNOLOGIES GROUPE DE TRAVAIL CNAPS & PROFESSION : ENJEUX DES ÉVOLUTIONS TECHNOLOGIQUES DANS LES MÉTIERS DE LA SÉCURITÉ PRIVÉE PRÉSENTATION DE LA SURVEILLANCE

Plus en détail

Agent de Prévention et de Sécurité

Agent de Prévention et de Sécurité Agent de Prévention et de Sécurité 1 er Niveau de Qualification ACCESSIBLE EN MODULE DE FORMATION «AGENT DE SECURITE POLYVALENT» VOIR FICHE SPECIFIQUE!!! PUBLICS CONCERNE Homme et Femme, à partir de 18

Plus en détail

Les métiers de la sécurité privée dans une période charnière Enjeux de la professionnalisation

Les métiers de la sécurité privée dans une période charnière Enjeux de la professionnalisation Février 2009 Les métiers de la sécurité privée dans une période charnière Enjeux de la professionnalisation INFOREM, Observatoire Emploi Formation Sommaire I. Portrait du secteur... p. 3 1.1. Cinq filières

Plus en détail

ENTREPRISES DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ

ENTREPRISES DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ ENTREPRISES DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ Convention collective nationale N 3196 15 février 1985 IDCC 1351 CONVENTION COLLECTIVE LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE 1 Le champ d application 3-4

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE 2009

RAPPORT DE BRANCHE 2009 RAPPORT DE BRANCHE 2009 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie Convention Collective Nationale n 3240 Données 2008 2 SOMMAIRE SOMMAIRE-I Perimetre de l étude SOMMAIRE...3 Précisions méthodologiques...5

Plus en détail

Panorama de branche. Commerce de détail de l'horlogerie bijouterie. Convention Collective n 3240 IDCC 1487

Panorama de branche. Commerce de détail de l'horlogerie bijouterie. Convention Collective n 3240 IDCC 1487 Panorama de branche Commerce de détail de l'horlogerie bijouterie Convention Collective n 3240 IDCC 1487 Données SOMMAIRE RAPPEL CHIFFRES CLES 2011... 5 INTRODUCTION... 6 APPROCHE METHODOLOGIQUE... 9 VOLET

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE EXERCICE 2009. Convention Collective Nationale n 3240 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie

RAPPORT DE BRANCHE EXERCICE 2009. Convention Collective Nationale n 3240 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie RAPPORT DE BRANCHE EXERCICE 2009 Convention Collective Nationale n 3240 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie 1 2 SOMMAIRE SOMMAIRE 3 AVANT PROPOS METHODOLOGIQUE 5 1. Périmètre de l étude 6 2.

Plus en détail

Prévention et sécurité

Prévention et sécurité Prévention et sécurité Convention collective Signature Extension JO Révision Extension JO Brochure JO IDCC Prévention et sécurité (entreprises de) 15-2-85 25-7-85 30-7-85 - - - 3196 1351 Section 1 Champ

Plus en détail

3 3 3 : :..4 :... 5 :...5 : 7 : 8 : 8 9 12 13 : DIF

3 3 3 : :..4 :... 5 :...5 : 7 : 8 : 8 9 12 13 : DIF 2 SOMMAIRE: Le Contrat de travail:... 3 La période d essai:...... 3 Le temps de travail:... 3 La majoration des salaires : Heures supplémentaires:.....4 Le travail de nuit :..4 Le travail du dimanche :...

Plus en détail

Coût de revient horaire d'un agent de sécurité

Coût de revient horaire d'un agent de sécurité horaire d'un agent de sécurité AGENT DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ QUALIFIÉ - COEFFICIENT 120 AGENT DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ CONFIRMÉ - COEFFICIENT 130 AGENT SSIAP 1 - COEFFICIENT 140 AGENT SSIAP 2

Plus en détail

Coût de revient horaire d'un agent de sécurité

Coût de revient horaire d'un agent de sécurité horaire d'un agent de sécurité AGENT DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ QUALIFIÉ - COEFFICIENT 120 AGENT DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ CONFIRMÉ - COEFFICIENT 130 AGENT SSIAP 1 - COEFFICIENT 140 AGENT SSIAP 2

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1351. ENTREPRISES DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1351. ENTREPRISES DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3196 Convention collective nationale IDCC : 1351. ENTREPRISES DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ AVENANT DU 28 JANVIER 2011

Plus en détail

Resp employeur 30.11.09 CDOS 57 LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Chapitre 8 de la CCNS

Resp employeur 30.11.09 CDOS 57 LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Chapitre 8 de la CCNS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Chapitre 8 de la CCNS PART DES COTISATIONS «FORMATION» DANS LES CHARGES PATRONALES ( STRUCTURE DE MOINS DE 10 SALARIÉS) TYPE POURCENTAGE DE LA MASSE SALARIALE Organisme Paritaire

Plus en détail

ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002

ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002 ACCORD DE REPRISE DU PERSONNEL PROJET DE REECRITURE DE L ACCORD DE 2002 Préambule Le présent accord est conclu en vue de conserver les effectifs qualifiés et de préserver l emploi des salariés dans la

Plus en détail

Actualité sociale Juillet 2008

Actualité sociale Juillet 2008 Marseille, le 10 juillet 2008 N/REF : ACM-JMM 1 ère mise à jour du 22.07.2008 Actualité sociale Juillet 2008 Attention dernière minute : En page 5 : nouvelle valeur du point de la convention collective

Plus en détail

Coût de revient horaire d'un agent

Coût de revient horaire d'un agent VALIDÉ PAR Coût de revient horaire d'un agent APPLICABLE AU 1ER JANVIER 2014 HEURE DE JOUR - HORS CHARGES DE STRUCTURE AGENT DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ QUALIFIÉ - COEFFICIENT 120 C O N V E N T I O N

Plus en détail

Actualité Sociale. 21 Mars 2013

Actualité Sociale. 21 Mars 2013 Actualité Sociale 21 Mars 2013 Actualité Sociale Binôme Jeune/Senior : le contrat de génération Les dossiers sociaux dans les «tuyaux» pour 2013 Sécurisation de l emploi Financement du régime des retraites

Plus en détail

CENTRE EST FORMATION PREVENTION SECURITE (CEFPS)

CENTRE EST FORMATION PREVENTION SECURITE (CEFPS) PUBLIC CONCERNE Homme et Femme, à partir de 18 ans, entrant dans les prérequis visés ci-dessous et souhaitant devenir Agent de Sécurité COMPLET avec toutes les spécialisations acquises sur les 1er et 2ème

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent.

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent. ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société «AD Missions», SAS au capital de 150.000 Euros, RCS Paris 412 383 234 dont le siège social est situé 20 rue Brunel 75017 PARIS, représentée par Monsieur Sylvestre BLAVET,

Plus en détail

I - Législation du travail :

I - Législation du travail : POLYNESIE FRANCAISE Les dispositions en matière de droit du travail, protection sociale et fiscalité sont différentes de celles en vigueur en Métropole. I - Législation du travail : Autorisation de séjour

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. 2011 SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11

Plus en détail

BIENVENUE à la 3 ème Rencontre des Entrepreneurs Joviniens. Vendredi 19 avril 2013

BIENVENUE à la 3 ème Rencontre des Entrepreneurs Joviniens. Vendredi 19 avril 2013 BIENVENUE à la Vendredi 19 avril 2013 Emploi d avenir Contrat de génération Sommaire POINT D ACTUALITE EMPLOI D AVENIR CONTRAT DE GENERATION - Emploi d avenir, - Contrat de génération. ECHANGE POINT D

Plus en détail

Démarches à l embauche d un travailleur salarié en Belgique 05/07/2012

Démarches à l embauche d un travailleur salarié en Belgique 05/07/2012 Démarches à l embauche d un travailleur salarié en Belgique 05/07/2012 Ordre du jour Les affiliations obligatoires La DIMONA Le contrat de travail & le règlement du travail Le barème salarial & les sursalaires

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11 16

Plus en détail

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Commission Mixte Paritaire 19 septembre 2013 Service Observatoires

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

AGEFOS PME ET LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU SPORT. www.agefos-pme-midipyrenees.com

AGEFOS PME ET LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU SPORT. www.agefos-pme-midipyrenees.com AGEFOS PME ET LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU SPORT Textes de référence et obligations Les dispositions de la CCN du Sport (7 juillet 2005 et étendue par arrêté du 7 décembre 2006) s appliquent à toutes

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle et du DIF

La réforme de la formation professionnelle et du DIF FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL La réforme de la formation professionnelle et du DIF Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel : 01 55 56 62 18 Fax : 01 55 56 62 11 Sommaire

Plus en détail

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011

GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. Au 01/01/2011 GUIDE DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION Au 01/01/2011 Maison Familiale Rurale De Coqueréaumont 1888 route de Coqueréaumont 76690 SAINT GEORGES SUR FONTAINE 02.35.34.71.22-02.35.34.27.54 Courriel : mfr.coquereaumont@mfr.asso.fr

Plus en détail

PERSONNELS OGEC TEXTES APPLICABLES

PERSONNELS OGEC TEXTES APPLICABLES ANNEXE 1 à la Circulaire 2013/2014.2 PERSONNELS OGEC TEXTES APPLICABLES Les dispositions dénoncées de la Convention collective PSAEE ont disparu le 6 décembre 2012. Suite à l opposition formée contre l

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2014 SAFRAN

BILAN SOCIAL 2014 SAFRAN BILAN SOCIAL SAFRAN BILAN SOCIAL La loi n 77-769 du 12 juillet 1977 fait obligation aux entreprises, comptant des établissements de plus de 300 salariés, d élaborer chaque année un bilan social pour chaque

Plus en détail

Sommaire. Rémunération et charges accessoires. Conditions d hygiène, de sécurité et de travail. Autres conditions de travail

Sommaire. Rémunération et charges accessoires. Conditions d hygiène, de sécurité et de travail. Autres conditions de travail Bilan social 2012 Sommaire Les données chiffrées 2010 / 2011 / 2012 Emploi 3 Rémunération et charges accessoires 19 Conditions d hygiène, de sécurité et de travail 25 Autres conditions de travail 33 Formation

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Les 13 chapitres de la Convention Collective Nationale du Sport

Les 13 chapitres de la Convention Collective Nationale du Sport Les 13 chapitres de la Convention Collective Nationale du Sport Ch.1 - Champs d application «La CC du sport règle ( ) les relations entre les employeurs et les salariés des entreprises exerçant leur activité

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Rapport annuel de branche 2013

Rapport annuel de branche 2013 Rapport annuel de branche 2013 La Commission Paritaire Nationale (CPN) Délégation salariés : CFDT : Robert BALTHAZARD - Titulaire Antonio MARTINS - Suppléant CFTC : CGT : Jean-Jacques GRANDCOIN - Titulaire

Plus en détail

Sommaire EMPLOI RÉMUNÉRATIONS CONDITIONS D HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL FORMATION RELATIONS PROFESSIONNELLES

Sommaire EMPLOI RÉMUNÉRATIONS CONDITIONS D HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL FORMATION RELATIONS PROFESSIONNELLES Sommaire 1 1 2 3 4 5 6 7 EMPLOI RÉMUNÉRATIONS CONDITIONS D HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL FORMATION RELATIONS PROFESSIONNELLES AUTRES CONDITIONS DE VIE PAGE 3 PAGE 13 PAGE 15 PAGE

Plus en détail

SPORT & REFORME DE LA FORMATION. (réunion CROS et Ligues - 2 février 2006)

SPORT & REFORME DE LA FORMATION. (réunion CROS et Ligues - 2 février 2006) SPORT & REFORME DE LA FORMATION (réunion CROS et Ligues - 2 février 2006) ORDRE DU JOUR 1- La réforme de la formation professionnelle 2- La branche du sport et la formation LA REFORME DE LA FORMATION Introduction

Plus en détail

LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT GUIDE PRATIQUE

LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT GUIDE PRATIQUE SIMPLIFIER LA FORMATION FACILITER L EMPLOI Convention Collective Nationale de l Import-Export (CCN N 3100) LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT

Plus en détail

ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE ET ENSEIGNEMENT

ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE ET ENSEIGNEMENT ESTHÉTIQUE - COSMÉTIQUE ET ENSEIGNEMENT Convention collective nationale N 3123 24 juin 2011 IDCC 3032 CONVENTION COLLECTIVE LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE 1 Le champ d application 4 2 Le salaire

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES CABINETS D AVOCATS DU 20 FEVRIER 1979

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES CABINETS D AVOCATS DU 20 FEVRIER 1979 ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES CABINETS D AVOCATS DU 20 FEVRIER 1979 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ENTRE LES SOUSSIGNÉS : Le Confédération Nationale

Plus en détail

Le FAF TT : Fonds d Assurance Formation du Travail Temporaire

Le FAF TT : Fonds d Assurance Formation du Travail Temporaire Le FAF TT : Fonds d Assurance Formation du Travail Temporaire Conseiller en projet professionnel Sommaire Le FAF.TT Les outils de la sécurisation des parcours dans le travail temporaire Quelques chiffres

Plus en détail

SOMMAIRE METHODOLOGIE 3

SOMMAIRE METHODOLOGIE 3 Bilan social casinos Groupe LUCIEN BARRIERE ANNEE 2008 SOMMAIRE METHODOLOGIE 3 I DENOMBREMENT DES CASINOS BARRIERE 4 II EFFECTIFS SALARIES PRESENTS AU 31/12/2008 4 III REPARTITION DES SALARIES PRESENTS

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AOÛT 2012 LES ADRESSES ET NUMÉROS UTILES Ce guide a été réalisé à l intention

Plus en détail

Les heures effectuées au-delà du dixième et dans la limite du tiers de la durée du contrat, restent majorées de 25 %.

Les heures effectuées au-delà du dixième et dans la limite du tiers de la durée du contrat, restent majorées de 25 %. Note d information Janvier 2014 1 er Degré 2 nd Degré I - SMIC Le taux horaire du SMIC est fixé à 9,53 au 1 er janvier 2014 (contre 9,43 ) soit un montant mensuel brut de 1 445,38 pour un temps plein.

Plus en détail

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Forum SETO 2013 11 décembre 2013 Synthèse des résultats Plan Les enjeux de l étude L activité Benchmark Rémunération d Aon Hewitt Caractéristiques de l

Plus en détail

LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU COMMERCE DE DETAIL DE L HABILLEMENT ET ARTICLES TEXTILES EN 2014

LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU COMMERCE DE DETAIL DE L HABILLEMENT ET ARTICLES TEXTILES EN 2014 LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU COMMERCE DE DETAIL DE L HABILLEMENT ET ARTICLES TEXTILES EN 2014 Vous pouvez prendre connaissance du rapport de branche dans son intégralité sur le site internet de la FNH

Plus en détail

LE POINT SUR LA PROFESSION

LE POINT SUR LA PROFESSION LE POINT SUR LA PROFESSION Edition 2011 Données 2009 1 / 44 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 3 1ERE PARTIE: POSITIONNEMENT ECONOMIQUE DE LAPROFESSION 5 I Dénombrement 6 II -Chiffre d

Plus en détail

Rapport annuel de branche 2009

Rapport annuel de branche 2009 Rapport annuel de branche 2009 Enquête annuelle fédérale 2009 sur les effectifs, les salaires et la formation professionnelle Données arrêtées au 31 décembre Pour toutes les questions relatives à l enquête

Plus en détail

Recommandation patronale du 04 septembre 2012. Fiche n 1 : Nature juridique de la recommandation patronale p.5

Recommandation patronale du 04 septembre 2012. Fiche n 1 : Nature juridique de la recommandation patronale p.5 N 223 juillet - août 2012 N 2012/008 Du 1 er octobre 2012 SOMMAIRE Recommandation patronale du 04 septembre 2012 Fiche n 1 : Nature juridique de la recommandation patronale p.5 Fiche n 2 : Notion d avantage

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

AGENCES ET DE TOURISME

AGENCES ET DE TOURISME AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME Convention collective nationale N 3061 12 mars 1993 IDCC 412 CONVENTION COLLECTIVE LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE 1 Le champ d application 3 2 Le salaire 4

Plus en détail

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE À L EMPLOI ET LA DÉMOCRATIE SOCIALE IMPACTANT LES MISSIONS SOCIALES DES CABINETS Nicolas GALLISSOT Responsable social Infodoc-Experts

Plus en détail

Rapport annuel d activité2012 des Prestations Familiales et Assurance Chômage. Protection Sociale et Espace Santé

Rapport annuel d activité2012 des Prestations Familiales et Assurance Chômage. Protection Sociale et Espace Santé Rapport annuel d activité2012 des Prestations Familiales et Assurance Chômage Protection Sociale et Espace Santé > SOMMAIRE 3 Le responsable 4 Le risque chômage 7 Le risque famille 9 Le Supplément Familial

Plus en détail

2012 DONNÉES CHIFFRÉES

2012 DONNÉES CHIFFRÉES DRHG DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 2012 DONNÉES CHIFFRÉES BILAN SOCIAL A travers le Bilan Social, Société Générale partage les indicateurs sociaux reflétant la dimension sociale de l entreprise, sur

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle Réforme de la formation professionnelle Etat des lieux Initiée par l Accord National Interprofessionnel du 20 septembre 2003 (intégré dans l accord général du 5 décembre 2003), confirmée par la loi du

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

GESTION DU PERSONNEL et ressources humaines

GESTION DU PERSONNEL et ressources humaines www.cterrier.com 1/8 27/09/2009 GESTION DU PERSONNEL et ressources humaines Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

CCN 51. Ou#l explica#f dénoncia#on : conséquences pour les salariés SUITE AU QUIZZ, OUTIL À DESTINATION DES MILITANTS CFDT

CCN 51. Ou#l explica#f dénoncia#on : conséquences pour les salariés SUITE AU QUIZZ, OUTIL À DESTINATION DES MILITANTS CFDT CCN 51 Ou#l explica#f dénoncia#on : conséquences pour les salariés SUITE AU QUIZZ, OUTIL À DESTINATION DES MILITANTS CFDT La FEHAP a acté définitivement sa dénonciation partielle de la CCN 51. Plus de

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 L avenant du 15 septembre 2009, étendu par un arrêté du 16 avril 2010 (JO du 27 avril 2010) modifie les articles 17 et 18 du chapitre

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2014. a s s u r e r t o u s l e s a v e n i r s

BILAN SOCIAL 2014. a s s u r e r t o u s l e s a v e n i r s BILAN SOCIAL 2014 a s s u r e r t o u s l e s a v e n i r s Sommaire I - Emploi I.1 - Effectifs I.2 - Travailleurs temporaires I.3 - Mouvements de personnel I.4 - Absentéisme II - Rémunérations et charges

Plus en détail

& "# " "#$ '# "" ( "( ( "( "# ##"#,-.),- 2# 3 4 # 56''7 # "8$ # 1 "" $ *# ()( $ 5 )" ) 2 *$ # * ). + )1 " # "" #.. =$ > " " ) 1

& #  #$ '#  ( ( ( ( # ###,-.),- 2# 3 4 # 56''7 # 8$ # 1  $ *# ()( $ 5 ) ) 2 *$ # * ). + )1  #  #.. =$ >   ) 1 !"#$ %#"#"" #""" $ & "# " "#$ '# "" ( "( ( "( )$*+## "# ##"#,.), //,0"**, ##), 11## 2# 3 4 # 56''7 # "8$ 2#1")#"" $/9"56''7# "#".** # 1 "" $ *# ()( $!" #$ # (1"""(, : / ;#

Plus en détail

Données sociales 2002. Juin 2003

Données sociales 2002. Juin 2003 Données sociales 2002 Juin 2003 asf - Données sociales 2002-2 - Sommaire Pages Avant-propos : La conjoncture économique... 4 Données sociales : Eléments de synthèse... 5 La situation de l emploi au 31

Plus en détail

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE

SURVEILLANCE. SÛRETé AéROPORTUAIRE SURVEILLANCE SÛRETé AéROPORTUAIRE Ingénierie sûreté TechnologieS télésurveillance sécurité mobile formations services 1 er groupe français indépendant de sécurité privée Une grande entreprise familiale

Plus en détail

L emploi direct d un assistant de vie. Quelques points de droit essentiels

L emploi direct d un assistant de vie. Quelques points de droit essentiels L emploi direct d un assistant de vie Quelques points de droit essentiels L emploi direct CDI ou CDD? L exigence d un contrat Les conditions d emploi La question des horaires La liberté de l employeur

Plus en détail

La FEHAP solde notre convention collective!

La FEHAP solde notre convention collective! SANTÉ SOCIAL La FEHAP solde notre convention collective! Les négociations portant sur la révision de la convention collective, terminées ce 27 juin dernier, se sont traduites par un an de dialogue de sourds,

Plus en détail

PERSONNELS OUVRIERS ROULANTS Taux horaires à compter de la date de première revalorisation du SMIC intervenant après le 1 er février 2008

PERSONNELS OUVRIERS ROULANTS Taux horaires à compter de la date de première revalorisation du SMIC intervenant après le 1 er février 2008 Accord du 18 février 2008 portant revalorisation des rémunérations conventionnelles PERSONNELS OUVRIERS ROULANTS Coefficients A l embauche Après 2 ans Après 5 ans Après 10 ans 115 M 118 M 120 M 8,71 8,8842

Plus en détail

Formation professionnelle continue et les entreprises

Formation professionnelle continue et les entreprises Formation professionnelle continue et les entreprises Des obligations légales l à la formation des salariés Dates Importantes Loi du 16 juillet 1971 : Obligation pour les entreprises de verser des cotisations

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Versailles Gare des Chantiers é Versailles Pershing

Versailles Gare des Chantiers é Versailles Pershing é Lundi au vendredi en période scolaire 5.53 6.16 6.31 6.41 6.51 7.01 7.08 7.15 7.22 7.28 7.35 7.41 7.47 7.53 8.00 8.06 8.13 8.19 8.26 8.32 8.39 8.45 8.52 8.58 9.05 9.11 9.18 9.25 9.32 9.39 9.46 9.53 10.02

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Respect d un délai de prévenance

Respect d un délai de prévenance Par UNSA-ASSMAT 91 Respect d un délai de prévenance Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 24 heures à l avance en dessous de 8 jours de présence dans l entreprise 48 heures à l avance entre 8 jours et 1 mois

Plus en détail

ANIMATION Avec la CFDT, l animation pour tous!

ANIMATION Avec la CFDT, l animation pour tous! ANIMATION Avec la CFDT, l animation pour tous! Le salaire SOMMAIRE : Le salaire P.3 La fiche de paie P.4 La F3C CFDT défend les salaires de tous les personnels de l animation qu ils soient ouvriers, employés,

Plus en détail

AUDIOVISUEL, ELECTRONIQUE ET EQUIPEMENT MENAGER

AUDIOVISUEL, ELECTRONIQUE ET EQUIPEMENT MENAGER AUDIOVISUEL, ELECTRONIQUE ET EQUIPEMENT MENAGER Convention collective nationale CONVENTION COLLECTIVE N 3076 IDCC 1686 LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE 1 Le champ d application 3 2 Le salaire

Plus en détail

PRESENTATION DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE

PRESENTATION DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE PRESENTATION DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE RESTAURATIION RAPIIDE CCN n 3245 AGEFOS PME est partenaire de la Branche de la Restauration Rapide depuis la signature de l accord du 14 décembre 1995, étendu

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

Le départ du salarié: rupture du contrat de travail et obligations de l employeur

Le départ du salarié: rupture du contrat de travail et obligations de l employeur Le départ du salarié: rupture du contrat de travail et obligations de l employeur Après vous avoir exposé les différentes obligations de l employeur lors du départ du salarié (I), cette Fiche conseil vous

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2012 JCDECAUX SA

BILAN SOCIAL 2012 JCDECAUX SA BILAN SOCIAL JCDECAUX SA Faisant suite à la fusion des entités juridiques en France, l activité en France de JCDecaux est dorénavant portée par JCDecaux France ; JCDecaux SA regroupe les services supports

Plus en détail

Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche

Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche I N T E R- S E C T E U R S P A P I E R S C A R T O N S Production Transformation Distribution Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche Observatoire Prospectif des Métiers

Plus en détail

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Le contrat doit être transmis au salarié, au plus tard dans les deux jours suivant l'embauche (article L122-3-1 du code du travail).

Plus en détail

Dares Indicateurs. Les mouvements de main-d œuvre au 3 e trimestre 2012 : nouvelle hausse du taux d embauche en CDD

Dares Indicateurs. Les mouvements de main-d œuvre au 3 e trimestre 2012 : nouvelle hausse du taux d embauche en CDD Dares Indicateurs MARS N 7 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les mouvements de main-d œuvre au e trimestre : nouvelle hausse du taux d embauche

Plus en détail

Bilan Social données 2010

Bilan Social données 2010 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité Bilan Social données 2010 Le Bilan Social permet à l OEMM de donner une description précise du champ de la Mutualité. L ensemble des organismes appliquant

Plus en détail

UPEC 2015 2016. Organisation et management des activités sportives L1. Cours n 9

UPEC 2015 2016. Organisation et management des activités sportives L1. Cours n 9 UPEC 2015 2016 Organisation et management des activités sportives L1 Cours n 9 Quand le droit du travail s applique à tous. Même aux sportifs (éducateurs, entraîneurs, administratifs, managers, sportifs

Plus en détail

GUIDE DE L AUXILAIRE DE VIE SCOLAIRE

GUIDE DE L AUXILAIRE DE VIE SCOLAIRE LES FONCTIONS Les auxiliaires de vie scolaire exercent dans les écoles primaires et les établissements scolaires publics du second degré la fonction d aide à l accueil et à l intégration des élèves handicapés.

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2014. Version imprimable

BILAN SOCIAL 2014. Version imprimable BILAN SOCIAL Version imprimable Édito Édito Chiffres clés Emploi Rémunérations et charges accessoires Conditions d hygiène et de sécurité Autres conditions de travail Formation Relations Autres conditions

Plus en détail