OTeN. Technologies de l Information et Développement Economique. Du diagnostic territorial au plan d actions. Méthode et supports d analyse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OTeN. Technologies de l Information et Développement Economique. Du diagnostic territorial au plan d actions. Méthode et supports d analyse"

Transcription

1 OTeN Technologies de l Information et Développement Economique Du diagnostic territorial au plan d actions Méthode et supports d analyse Marc Sahraoui DEVISE SARL Programme IRIS Page 1

2 PREAMBULE La prise de conscience de l'enjeu des technologies de l information et de la communication (TIC) pour le développement économique local pousse les différents territoires (régions, départements, communes, pays, stations...) à se doter d'un cadre stratégique de référence qui trouvera naturellement son articulation avec le schéma régional de développement économique (SRDE). L'objet de cet ouvrage est de proposer aux collectivités territoriales un guide technique pour la mise en place d'une véritable stratégie mettant les TIC au service du développement économique local. Pour cela, nous allons croiser deux dimensions, celle du territoire d une part et celle de l activité économique d autre part et identifier les enjeux des technologies de l information pour chacune d entre elles. Ces enjeux seront analysés à partir d une batterie de 23 critères portant sur l attractivité du territoire, l environnement local des entreprises, la compétitivité des entreprises, leur positionnement sur le marché et la gestion des compétences et de l innovation. Plus qu'un simple recueil de données sur les différentes approches méthodologiques et sur les meilleures pratiques, cet ouvrage fournit aux acteurs du développement économique une méthode de travail opérationnelle en 4 étapes : segmentation, diagnostic, analyse et plan d action. Chaque étape est documentée et illustrée par de nombreux exemples et supports permettant leur mise en œuvre. C est donc une véritable «boîte à outils pratiques» qui permet d'appréhender, de réaliser et de conduire concrètement un diagnostic de l influence des TI sur un territoire. La réalisation de ce diagnostic va permettre d identifier les cibles prioritaires de la stratégie territoriale et les différents leviers TIC sur lesquels agir. La dernière étape est consacrée à la rédaction du plan d actions qui va permettre d identifier et qualifier des actions-clés et des mesures d accompagnement. Cette démarche de diagnostic «TI et développement économique local» permettra ainsi de formaliser l ensemble des données pre-existantes sur le territoire et sur les entreprises, d identifier les priorités d action mais aussi et surtout d effectuer une véritable coordination territoriale au cours des réunions de validation à chacune des étapes de la démarche. Page 2

3 INTRODUCTION...5 1ÈRE PARTIE : IDENTIFICATION DES CIBLES D ACTION LA MÉTHODE DE CIBLAGE DES ACTIONS LA SEGMENTATION PREMIÈRE ÉTAPE, LA SEGMENTATION INTUITIVE DEUXIÈME ÉTAPE, DÉTERMINATION ET QUALIFICATION DES SEGMENTS ÈME PARTIE : LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE» INTRODUCTION À LA MÉTHODE DE DIAGNOSTIC PRÉSENTATION DE LA SÉQUENCE DU DIAGNOSTIC PRÉSENTATION DES PRINCIPES DU DIAGNOSTIC LE DIAGNOSTIC DES LEVIERS TI LIÉS AU TERRITOIRE LE DIAGNOSTIC DES LEVIERS TI LIÉS AUX RÉSEAUX MODE D ÉVALUATION DES RISQUES PRÉSENTATION DÉTAILLÉE DES CRITÈRES D ÉVALUATION DU RISQUE ET DES LEVIERS TI CORRESPONDANTS CRITÈRES D ÉVALUATION DU RISQUE LIÉ AU TERRITOIRE Risques liés à l enjeu d implantation Critère L accès aux infrastructures de télécommunication...24 Critère L accès aux infrastructures logistiques et de transport...27 Critère L accueil immobilier Critère L éloignement des clients et des fournisseurs Risques liés à l enjeu d environnement local...34 Critère La difficulté d accès aux services grand-public Critère 2.2 L environnement financier de l entreprise...37 Critère 2.3 L environnement réglementaire...40 Critère 2.4 L entreprise citoyenne CRITÈRES D ÉVALUATION DU RISQUE LIÉ AUX RÉSEAUX Risques liés aux enjeux d entreprise et de marché...44 Le dialogue avec les responsables d entreprises se noue autour de l impact des TI sur leurs pratiques d affaires. Dans chaque filière, le diagnostic des organisations professionnelles, des principaux donneurs d ordres et des prescripteurs doit être l objectif recherché pour identifier les risques et les opportunités des TI Critère la performance interne de l entreprise Critère les exigences techniques et commerciales des fournisseurs Critère les exigences des clients et donneurs d ordre Critère le suivi des relations clients et le service après-vente...50 Critère La gestion des stocks intermédiaires et des ré-approvisionnement Critère Un territoire de marché réduit...53 Critère La volatilité de la clientèle existante Critère La faible différenciation par rapport à la concurrence...55 Critère La difficulté de conquérir de nouveaux clients...57 Critère Un marché trop neuf et pas encore structuré Risques liés à l enjeu des compétences...60 Critère La difficulté d accès au recrutement...60 Critère L absence de prestataires et sous-traitants de proximité Critère L absence de relations inter-entreprises Critère l accès à la formation continue et la présence de formateurs qualifiés Critère L absence de relais d innovation et d expertise PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU DIAGNOSTIC Diagramme d indice stratégique Supports de mise en œuvre UTILISATION COMPLÉMENTAIRE DU DIAGNOSTIC Page 3

4 6.1. Actualisation du diagnostic Exercices de simulation ÉME PARTIE : MISE EN OEUVRE DU PLAN D ACTIONS INTRODUCTION AU PLAN D ACTIONS ETAPE N 1, LA FORMULATION DES HYPOTHÈSES ETAPE N 2, LA JUSTIFICATION DU CHOIX DES CIBLES DES ACTIONS À ENGAGER ETAPE N 3, LES OBJECTIFS À ATTEINDRE PAR SEGMENT «ENTREPRISES TERRITOIRE» DÉFINITION TECHNIQUE DES ACTIONS À ENGAGER DÉFINITION NON TECHNIQUE DE L ACTION FIXATION DES OBJECTIFS DE L ACTION ETAPE N 4, DÉTERMINATION DU PLAN D ACTIONS LES ACTIONS-CLÉS LES ACTIONS D ACCOMPAGNEMENT ET DE SENSIBILISATION ETAPE N 5, FIXATION DU BUDGET ET DES MOYENS À MOBILISER ETAPE N 6, LES PARTENARIATS...79 ANNEXES MATRICE DE SEGMENTATION TABLEAUX DE NOTATION DES SEGMENTS ÉTUDIÉS MATRICES DE PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU DIAGNOSTIC MÉTHODE DE TRAVAIL OPÉRATIONNELLE...92 Page 4

5 Introduction Si les TI constituent un potentiel de croissance qui n a pas stoppé sa progression au cours de ces dix dernières années, il est encore difficile d établir une relation directe entre les investissements en TI, la croissance et la productivité des entreprises et le développement économique d un territoire. Il n y a en effet pas d automaticité et ces conséquences positives des TI dépendent des délais de mise en œuvre, des compétences dans les entreprises, de leur réorganisation en cohérence avec l ensemble de leur filière ou de l effet «réseau» des relations inter-entreprises dans une filière ou sur un territoire géographique. En effet, équipements et réseaux ne suffisent pas pour en retirer des avantages économiques. D autres facteurs, comme l environnement réglementaire, une offre de qualifications adéquate, la capacité à modifier la configuration des organisations, ou encore la robustesse des innovations dans les applications «communicantes», influent sur la capacité des entreprises à mettre à profit les TI. De ce fait, des territoires où les niveaux de diffusion des TI sont équivalents n enregistreront pas toujours des incidences analogues des TI sur leurs performances économiques. On peut distinguer trois types d incidences des TI sur la croissance économique. Premièrement, un investissement dans les TI accroît le stock de capital à la disposition des travailleurs et contribue donc à améliorer la productivité du travail. Les États-Unis, l Australie, le Canada et les Pays-Bas ont enregistré l effet le plus marqué, le Japon et le Royaume-Uni ont suivi d assez loin et l effet a été beaucoup plus faible en Allemagne, en France et en Italie. L investissement dans le logiciel a représenté jusqu à un tiers de la contribution au capital de TI. Deuxièmement, la filière TI joue un rôle important dans certains pays membres de l OCDE, bien qu il soit relativement faible en France. Il peut être intéressant de disposer d un secteur producteur de TI, car celui-ci s est caractérisé par un progrès technologique rapide et une très forte demande. Troisièmement, l utilisation des TI sur l ensemble de la chaîne de valeur contribue à améliorer la performance de l entreprise. L utilisation intelligente des TI peut aider les entreprises à accroître leur efficience globale par la combinaison du travail et du capital et donc la productivité multifactorielle (PMF). L utilisation des TI peut également Page 5

6 accentuer les effets de réseau, tels que la réduction des coûts de transaction et l accélération de l innovation, ce qui peut améliorer la PMF. On constate dans certains pays que les secteurs qui ont le plus investi dans les TI, comme le commerce de gros et de détail, ont enregistré une croissance plus rapide de la PMF. Les données recueillies au niveau des entreprises montrent également que l utilisation des TI peut aider les entreprises à élargir leur gamme de produits, à personnaliser les services qu elles offrent ou à mieux répondre à la demande, c est-à-dire à innover. Par ailleurs, les TI peuvent aider à réduire les stocks ou aider les entreprises à intégrer des activités sur l ensemble de la chaîne de valeur. On relève également que l adoption et l incidence des TI varient en fonction de la taille, de l âge, de l activité et du niveau de qualification de l entreprise. Les analyses microéconomiques confirment en effet la complémentarité entre la technologie et les qualifications dans l amélioration de la productivité. Nombreuses sont également celles qui montrent que l informatique est une technologie qui élève le niveau des qualifications, en augmentant la demande de travailleurs qualifiés et en diminuant celle de travailleurs sans qualifications. En relation étroite avec le capital humain, il faut mentionner le rôle du changement organisationnel. On peut aujourd hui affirmer que les retombées des TI sont maximales quand l investissement dans ces technologies est associé à d autres changements organisationnels, tels que nouvelles stratégies, nouveaux processus et pratiques industrielles ou nouvelles structures organisationnelles. Or, les PME françaises, et notamment celles qui sont indépendantes des grands groupes, sont relativement démunies des compétences nécessaires pour innover en interaction avec leur environnement. Cette difficulté tient à un déficit de pratiques de mise en réseau et à un manque d intermédiaires professionnels. La mise en cohérence de l organisation de l entreprise avec celle de l ensemble de sa chaîne de valeur s avère donc indispensable pour obtenir des gains de productivité pour l ensemble de la filière. Plusieurs études ont porté sur la relation entre les TI et la taille de l entreprise. Alors que les petites entreprises comptant de 10 à 40 salariés utilisent Internet comme unique technologie de réseau, les grandes entreprises combinent différentes technologies. Ces différences sont dues en partie au fait que les grandes entreprises utilisent généralement ces technologies pour réorganiser la circulation de l information et la communication au plan interne et intégrer ces flux dans l ensemble du processus de production. Page 6

7 Enfin, les incidences de l utilisation des TI n apparaissent souvent qu après un certain temps. En raison du temps nécessaire pour s adapter aux TI, il n est guère surprenant que les avantages des TI puissent n apparaître qu après un certain délai. C est ce que montre la relation entre l utilisation des TI et l année où les entreprises ont adopté pour la première fois ces technologies. C est à partir de la troisième année d adoption des TI que les effets sur la productivité de l entreprise sont les plus forts, à partir de la cinquième année d adoption pour en mesurer les effets sur l ensemble de la filière ou de la chaîne de valeur. Au-delà de cet inventaire des différents paramètres qui influent sur les relations entre TI, entreprises et développement économique local, notre objectif est d influer sur la qualité de cette relation. Pour cela, nous allons croiser ces deux dimensions, territoire d une part et activité économique d autre part et identifier les enjeux des technologies de l information sur chacune d entre elles. Nous avons ainsi regroupé les paramètres influant sur la relation entre TI et territoire autour de deux grands enjeux : 1- L enjeu d implantation, où l on viendra estimer les risques liés aux difficultés matérielles auxquelles se heurtent les entreprises implantées ou qui souhaitent s implanter sur le territoire. Nous retrouverons ici les contraintes liées à la géographie du territoire, aux capacités d accès des entreprises aux différents types de réseaux et aux capacités d accueil immobilier. 2- L enjeu de l environnement local nous permettra d apprécier les risques externes posés par l environnement de l entreprise. Ces risques externes pourront être aussi bien liés à l environnement réglementaire et financier des activités des entreprises qu à la capacité du territoire à proposer un cadre de vie agréable et facile pour ses habitants et à encourager l utilisation des TIC dans leur vie quotidienne. Puis nous avons regroupé les paramètres influant sur l adoption des TI par les entreprises autour de deux grands enjeux : 1- L enjeu d activité économique se rapporte directement à l organisation des entreprises et de leurs marchés respectifs. Cet enjeu permet de prendre en compte la gestion interne de l entreprise, ses relations commerciales avec ses clients, donneurs d ordre et fournisseurs, mais également son positionnement sur son marché. 2- Enfin, l enjeu des compétences fera apparaître les besoins de mobilisation des ressources humaines pour favoriser la dynamique de développement économique local. Cet Page 7

8 enjeu prend également en compte la gestion des connaissances et les potentialités locales de recherche et développement. L analyse de ces deux grandes dimensions va nous permettre de lier «technologies de l information» et «développement économique local» dans une stratégie de territoire cohérente. Pour cela nous vous proposons de suivre une méthode rigoureuse d analyse, de diagnostic et de choix d actions qui intègre ces différents paramètres géographiques, technologiques, économiques et politiques. Cette démarche permettra de formaliser l ensemble des données pre-existantes sur le territoire et sur les entreprises, d identifier les priorités d action mais aussi et surtout d effectuer une véritable coordination territoriale au cours des réunions de validation à chacune des étapes de la démarche. C est cette méthode de travail que nous vous proposons de suivre ensemble dans une démarche directement opérationnelle en 4 étapes : 1. identification des cibles d action 2. diagnostic des relations TI et développement économique par cible 3. analyse stratégique TI et développement économique local 4. définition du plan d action Page 8

9 1 ère partie : Identification des cibles d action 1. La méthode de ciblage des actions Le diagnostic préalable à la définition du plan d actions nécessite un ciblage des actions, donc une segmentation des entreprises à qui il s adresse. Ce ciblage des actions peut s effectuer en regroupant les entreprises sur la base de différents critères : - sur des critères quantitatifs de taille d entreprise ou de chiffre d affaire - sur une typologie des entreprises : entreprises de commerces, de services, d artisanat, de production industrielle,... - sur les secteurs d activités ou les filières d appartenance des entreprises - sur les relations d affaires entre les entreprises : o o clusters, dont l'efficacité est fondée sur la spécialisation dans des filières d'activité fortement intégratrices d'innovation, Systèmes Productifs Locaux (SPL) fondés sur la synergie des entreprises qui agissent en réseau, grandes entreprises et PME. Cette approche, basée sur une segmentation descriptive, suppose que les attentes, les freins et les moteurs à la mise en oeuvre et au développement des TI sont connus et que la technologie est stable. Elle est rationnelle et efficace dans le cas d un usage des TIC clairement identifié par le groupe d entreprise lui-même. Or, dans le cas des technologies de l information, cette démarche peut être un piège car les technologies évoluent et l entreprise, à fortiori un groupe d entreprises, n a que rarement une vision claire des usages potentiels qu elles lui apporteront : - les utilisateurs existants sont peu nombreux car il s agit en général de services nouveaux - la technologie est instable ou tout au moins susceptible d évoluer rapidement - l utilisateur ne connaît pas la technologie et le service. Page 9

10 Nous préfèrerons donc utiliser une «segmentation par avantages recherchés», basée sur l analyse des apports possibles des TI à l entreprise. Le principe consiste à isoler des groupes d entreprises qui seront caractérisées par des attentes homogènes à l égard des TI. Ces caractéristiques vont également servir de base à la définition des actions possibles et donc du plan d actions. 2. La segmentation 2.1- Première étape, la segmentation intuitive Etape fondamentale de la segmentation par avantages recherchés, elle repose sur la connaissance des entreprises et de leurs dirigeants et consiste à former autant de groupes d entreprises que vous avez identifié concrètement de «types de réactions» ou de «comportements différents» face aux enjeux des TI pour l entreprise. Pour cela nous constituerons une matrice de segmentation qui comportera en colonne les enjeux des TI pour l entreprise et en ligne les groupes d entreprises homogènes en termes de comportements, d exigences, de motivations ou de préoccupations par rapport aux apports des TI proposés. Nous avons retenu quatre grands types d enjeux se rapportant d une part au territoire sur lequel est ou sera implantée l entreprise, d autre part à l activité économique dans laquelle évoluent les entreprises étudiées : 1- L enjeu d implantation, où l on viendra estimer les risques liés aux difficultés matérielles auxquelles se heurtent les entreprises implantées ou qui souhaitent s implanter sur le territoire. Nous retrouverons ici les contraintes liées à la géographie du territoire, aux capacités d accès des entreprises aux différents types de réseaux et aux capacités d accueil immobilier. 2- L enjeu de l environnement local nous permettra d apprécier les risques externes posés par l environnement de l entreprise. Ces risques externes pourront être aussi bien liés à l environnement réglementaire et financier des activités des entreprises qu à la capacité du territoire à proposer un cadre de vie agréable et facile pour ses habitants et à encourager l utilisation des TIC dans leur vie quotidienne. Page 10

11 3- L enjeu d activité économique se rapporte directement à l organisation des entreprises et de leurs marchés respectifs. Cet enjeu permet de prendre en compte la gestion interne de l entreprise, ses relations commerciales avec ses clients, donneurs d ordre et fournisseurs, mais également son positionnement sur son marché. 4- Enfin, l enjeu des compétences fera apparaître les besoins de mobilisation des ressources humaines pour favoriser la dynamique de développement économique local. Cet enjeu prend également en compte la gestion des connaissances et les potentialités locales de recherche et développement. A titre indicatif, nous avons décomposé les différents domaines d enjeux des TI pour les entreprises de la manière suivante. Cette liste n est pas exhaustive et pourra être adaptée au contexte du territoire à analyser, selon le contexte local ou selon une typologie particulière d entreprises. Cependant il faudra veiller à ce que cette adaptation soit identique pour tous les segments étudiés au cours du diagnostic afin de permettre leur comparaison. Liste indicative : - Enjeux d implantation et d attractivité du territoire l accès aux infrastructures de télécommunication l accès aux infrastructures logistiques l accueil immobilier l éloignement des clients et des fournisseurs - Enjeux d environnement local de l entreprise l accès aux services à la population l environnement financier de l entreprise l environnement réglementaire de l entreprise l entreprise citoyenne - Enjeux de gestion de l entreprise la performance interne de l entreprise (gestion administrative et financière, gestion de production) les exigences techniques et commerciales des fournisseurs les exigences des clients et donneurs d ordre le suivi des relations clients et le service après-vente la gestion des stocks intermédiaires et des réapprovisionnement - Enjeux de marché un territoire de marché réduit Page 11

12 la volatilité de la clientèle existante la faible différenciation par rapport à la concurrence la difficulté de conquérir de nouveaux clients un marché trop neuf et peu structuré - Enjeux de compétences la difficulté d accès au recrutement, réactivité du marché du travail l absence de prestataires et sous-traitants de proximité les relations inter-entreprises locales l accès à la formation continue et la présence de formateurs qualifiés l absence de relais d innovation et d expertise On identifiera ainsi les différents segments sur la grille ci-dessous : ENJEUX GROUPES D ENTREPRISES Enjeux de territoire Enjeux d entreprise Enjeux de marché Enjeux de compétences Enjeux d environnement E1 E2 E3 E4 E5 La méthode idéale pour effectuer cette segmentation est de s appuyer sur la conduite de diagnostics TI auprès des entreprises situées sur le territoire analysé. On pourra s appuyer par exemple sur la réalisation de «pré-diagnostic» à l aide du questionnaire préconisé par le Ministère de l Industrie (étude Algoé diffusion Racines 2004) qui identifie des thèmes critiques pour les TI dans l entreprise sur la base d une analyse des apports des TI aux différents processus en oeuvre dans l entreprise. Ce questionnaire est organisé en 27 processus clefs réparties entre les 9 principales fonctions de l entreprise : - les fonctions de production : Recherche & Développement, Achats, Production, Marketing & Commercial, Service client - les fonctions support : Organisation et Management, Gestion des ressources humaines, Gestion financière et Administrative, Risques informatiques Page 12

13 La segmentation intuitive pourra alors se faire en regroupant les entreprises qui identifient le(s) même(s) processus clef(s) et l apport des TI à ces processus comme critique(s) pour leur développement. Dans le cas où cette démarche de diagnostics individuels se révèle trop lourde à mettre en oeuvre, la conduite d entretiens ciblés sur les TI par un chargé d études permettra d élaborer intuitivement ce premier niveau de regroupement. Toujours en référence au guide méthodologique du Ministère de l Industrie, cette classification intuitive pourra être pondérée par une qualification des relations d affaires de l entreprise et donc des apports des TI à ces relations d affaires : PME régionale ou locale opérant sur un marché de proximité PME régionale ou locale adhérente à un groupement ou représentant un nombre limité de fournisseurs PME opérant sur un marché B2C national PME opérant sur un marché B2B national diffus PME travaillant pour un nombre limité de clients nationaux ou régionaux PME concurrencée sur le marché domestique par l'importation PME réalisant une partie substantielle de son CA à l'exportation PME opérant dans une filière soumise à la pression de la mondialisation Il pourra également être utile de se référer au document «Schéma Régional de Développement économique» (SRDE) pour être en cohérence avec les priorités déjà identifiées dans la mesure où elles s avèreront pertinentes au cours de l analyse Deuxième étape, détermination et qualification des segments Les groupes d entreprises constitués au cours de l étape de segmentation intuitive vont nous permettre d identifier puis de caractériser chaque segment (S1, S2, S3,...) sur trois dimensions : - les caractéristiques techniques, c est-à-dire tous les éléments qui vont servir à définir le problème à résoudre, les contraintes imposées par le problème et par l organisation de l entreprise, les fonctions exigées par le chef d entreprise et les critères de performances attendues. Page 13

14 - Les caractéristiques comportementales vis-à-vis des TI, c est-à-dire l objectif visé en adoptant les TI (réduire le coût, améliorer la qualité ou la productivité, se plier à une contrainte ou à une norme,...), le niveau de maturité et de compétence TI du problème à traiter, le processus d adoption ou c achat des TI, le comportement face à l innovation, la santé financière de l entreprise, la participation à un réseau et le rôle possible de ce réseau, l importance de l investissement pour l entreprise, l impact des TI sur son marché, l importance donnée au prix,... - Les caractéristiques distinctives qui sont en fait des données objectives sur l entreprise : chiffre d affaire, taille de l entreprise, âge du chef d entreprise, localisation géographique, secteur industriel d appartenance, mode de production, pouvoir d investissement, position dans la filière ou dans le SPL, statut juridique,... Ces caractéristiques distinctives permettront de nommer le segment, elles permettront également de quantifier le groupe d entreprises. La matrice de segmentation finale sera ainsi obtenue en étudiant s il n existe pas la possibilité de regrouper une ou plusieurs cases de la matrice : ENJEUX De ENTREPRISES Territorial D entreprise E1 E2 E3 S1 marché De compétences E4 S2 S3 S4 E5 D environnement S5 Le diagnostic peut maintenant s opérer sur chacun des segments séparément. Dans le cas d un territoire étendu il conviendra d établir une segmentation intermédiaire constituée de couples «segment - territoire», l impact de la localisation pouvons jouer de manière différente, par exemple en milieu urbain, péri-urbain ou rural. Page 14

15 2 ème partie : Le diagnostic territorial «Technologies de l Information et Développement Economique» 1. Introduction à la méthode de diagnostic Le diagnostic consiste à porter des jugements sur les apports des TI au développement économique local, il sert à mesurer des risques et à identifier des actions à mettre en oeuvre. Le diagnostic a plusieurs objectifs qui se traduisent par le choix des leviers TI sur lesquels agir et la stratégie à adopter pour amorcer une dynamique de développement économique local, - il doit conduire à une meilleure maîtrise de la diffusion des TI, - il doit servir de guide à l allocation judicieuse des ressources limitées que la collectivité territoriale peut consacrer à ce thème, - il doit redonner une cohérence, une unité fonctionnelle à la politique des TI locales en permettant de faire converger les efforts et les réflexions des différents services orientés TIC, entreprises et aménagement du territoire. Le diagnostic s appuie sur la matrice des territoires identifiée par le Schéma régional de développement économique. Il va s appliquer sur chaque territoire géographique et sur chaque segment théoriquement accessible à l intervention de la collectivité territoriale. On effectue donc autant de diagnostic élémentaire qu on a identifié d unités territoriales. Un diagnostic traditionnel consiste à porter des jugements sur une activité ou une situation en termes de points forts / points faibles ou de contraintes / opportunités. Dans le cas d une stratégie TI et développement économique local il convient de prendre en compte deux niveaux d analyse, d une part le niveau lié à la géographie du territoire, d autre part le niveau lié aux réseaux des hommes et des organisations sur ce territoire. Pour tenir compte de ces deux niveaux nous découperons le diagnostic en deux blocs : - un diagnostic du territoire qui portera sur les enjeux d implantation et d environnement local, - un diagnostic des réseaux qui portera sur les enjeux de gestion d entreprise, de marché et de compétences. Page 15

16 Ces deux blocs seront enfin synthétisés en un diagnostic stratégique qui visualisera les risques liés au territoire et les risques liés aux réseaux qui influeront sur la dynamique entre TI et développement économique local. 2. Présentation de la séquence du diagnostic Parmi les différents types d actions des pouvoirs publics et collectivités territoriales identifiés dans les initiatives IRIS nous avons recensé 5 domaines d enjeux, et pour chacun d entre eux des obstacles à lever et des leviers stratégiques sur lesquelles la politique régionale peut agir, soit toute seule, soit en partenariat avec d autres acteurs locaux. L objectif du plan d actions est de lever les obstacles ou amorcer une dynamique positive qui permette de capitaliser sur le développement des entreprises locales : o o o o gains de productivité moteur de croissance accentuation des effets de réseau gains de performance La méthode de diagnostic que nous vous proposons de suivre va nous permettre d identifier correctement des leviers stratégiques puis des moyens d actions (des modalités d intervention) et, par leur combinaison, d organiser une stratégie dotée d objectifs mesurables. Pour rendre ce diagnostic à la fois riche et facile à déchiffrer, je vous propose de suivre une méthode qui présente l information à plusieurs niveaux de synthèse. Vous commencerez par utiliser une liste de critères «TI et Territoire» puis une liste de critères «TI et Réseaux». Vous noterez chaque territoire sur chacun de ces critères, vous identifierez ainsi ce qui risque de favoriser ou au contraire de retarder la dynamique TI et développement économique local. Cette liste de critères a été identifiée au cours de l étape de segmentation. Nous nous appuierons pour l exposé sur la liste indicative suivante : - Critères d évaluation des leviers TI liés au territoire o Enjeux d implantation Page 16

17 l accès aux infrastructures de télécommunication l accès aux infrastructures logistiques l accueil immobilier l éloignement des clients et des fournisseurs o Enjeux d environnement local la difficulté d accès aux services à la personne l environnement financier de l entreprise l environnement réglementaire de l entreprise l entreprise citoyenne - Critères d évaluation des leviers TI liés aux réseaux o o Enjeux d entreprise et de marché la performance interne de l entreprise les exigences techniques et commerciales des fournisseurs les exigences des clients et donneurs d ordre le suivi des relations clients et le service après-vente la gestion des stocks intermédiaires et des ré-approvisionnement un territoire de marché réduit la volatilité de la clientèle existante la faible différenciation par rapport à la concurrence la difficulté de conquête de nouveaux clients un marché trop neuf et pas encore structuré Enjeux des compétences la difficulté d accès au recrutement l absence de prestataires et sous-traitants de proximité l absence de compétences réactives sur le marché du travail l accès à la formation continue et la présence de formateurs qualifiés l absence de relais professionnels et d expertise A partir de cette liste de critères vous construirez deux matrices d évaluation des risques, une matrice d indice de risque «TI et territoire» et une matrice d indice de risque «TI et réseaux». C est une manière de synthétiser l information sous forme visuelle afin d obtenir une vue générale permettant d apprécier la situation. Pour terminer sur une vue encore plus globale de la situation, vous ferez une dernière synthèse en construisant la matrice finale. Nous l appellerons matrice d indice stratégique qui présentera les informations principales : Page 17

18 - le risque TI et territoire encouru sur chaque unité géographique, - le risque TI et réseaux encouru sur chaque unité géographique, - la dynamique TI et développement économique local de chaque unité géographique - la position relative de chaque unité géographique par rapport aux autres - le risque global de la stratégie TI et développement économique local. On peut représenter schématiquement la démarche de diagnostic de la manière suivante : Niveau d information détaillé sur la situation de chaque territoire Critères d évaluation des leviers TI sur le territoire Critères d évaluation des leviers TI sur les réseaux Risque TI et territoires Risque TI et réseaux Premier niveau de synthèse X X X X X X X X Deuxième niveau de synthèse Diagramme d indice stratégique A partir des informations présentées à ces différents niveaux de synthèse vous pourrez rédiger une stratégie d intervention sur les leviers TI pour le développement économique local. Cette stratégie d intervention consistera à identifier le niveau de priorité à affecter à chaque levier TI et l ordre dans lequel vous allez agir sur les différents leviers TI, elle sera appuyée par le plan des actions à mener pour y arriver. Page 18

19 3. Présentation des principes du diagnostic 3.1- Le diagnostic des leviers TI liés au territoire Le diagnostic des leviers TI liés au territoire consistera à évaluer les risques selon deux enjeux : - L enjeu d implantation, où l on viendra estimer les risques liés aux difficultés matérielles auxquelles se heurtent les entreprises implantées ou souhaitant s implanter sur le territoire. Nous retrouverons les contraintes liées à la géographie du territoire, aux capacités d accès des entreprises aux différents types de réseaux et à ses capacités d accueil immobilier. - L enjeu de l environnement local, où l on viendra apprécier les risques externes posés dans l environnement de l entreprise. Ces risques externes pourront être aussi bien liés à l environnement réglementaire et fiscal des activités des entreprises qu à la capacité du territoire de proposer un cadre de vie agréable et facile pour ses habitants t à encourager l utilisation des TIC dans leur vie quotidienne. Vous évaluerez le risque TI et territoire global en attribuant à chaque territoire élémentaire une note de risque sur chacun des critères identifiés, vous obtiendrez ainsi une hiérarchisation des territoires en fonction des leviers TI pouvant être utilisés Le diagnostic des leviers TI liés aux réseaux Le diagnostic des leviers TI liés aux réseaux consistera à évaluer les risques selon deux enjeux : - L enjeu des organisations, des entreprises et de leurs marchés, où vous viendrez estimer les points forts et points faibles des leviers TI sur cette dimension pour chaque micro-territoire - L enjeu des compétences qui fera apparaître les besoins de mobilisation des ressources humaines pour favoriser la dynamique TI et développement économique local. Page 19

20 De la même manière que précédemment, ces notes de risques seront reportées sur un diagramme de risque pour chaque territoire étudié Mode d évaluation des risques Chacune des deux dimensions du risque est caractérisée par une série de critères de mesure. Ces critères correspondent à nos levier TI, ils seront notés et pondérés un à un de manière à rendre compte du poids qu ils représentent dans l estimation du risque. Vous noterez : ++ un critère qui influencera très favorablement le développement économique du territoire. + un critère qui influencera favorablement le développement économique du territoire. 0 un critère qui sera neutre - un critère qui influencera défavorablement le développement économique du territoire. - - un critère qui influencera très défavorablement le développement économique du territoire. A cette échelle correspond la grille de notation suivante : Evaluation du critère Note Dans le cas où vous manqueriez d informations pour évaluer un critère, vous noterez ce critère défavorablement afin de ne pas risquer de noter favorablement un critère sur lequel vous n avez pas de possibilité d action. Afin de mieux rendre compte de la réalité, vous caractériserez certains critères en les nommant Bloquant. Un critère Bloquant est un critère qui rendra à lui seul impossible la mise en place de votre stratégie s il est noté négativement. C est donc un critère qu il faut absolument maîtriser pour envisager la mise en oeuvre de votre plan d actions. Un conseil, lors de l évaluation des différents critères je vous recommande fortement de ne pas hésiter à mettre le plus fréquemment possible des notes très favorables (++) ou très défavorables (- -) afin de mieux identifier l efficacité de tel ou tel levier sur chaque territoire. Cela vous donnera une représentation plus claire et plus discriminante de vos capacités d action. Page 20

MANCHE NUMERIQUE. Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence

MANCHE NUMERIQUE. Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence MANCHE NUMERIQUE Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence 1 MANCHE NUMERIQUE Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence Dès 1995, le

Plus en détail

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr numérique & territoires Synthèse Janvier 2014 Impact territorial des Réseaux d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr synthèse Le diagnostic établi fin 2013 par l IDATE pour le compte de

Plus en détail

contexte actuel de l'ant : La montée vers le Très Haut Débit

contexte actuel de l'ant : La montée vers le Très Haut Débit Aménagement Numérique des Territoires contexte actuel de l'ant : La montée vers le Très Haut Débit AG des maires du Pays de Retz - 10/12/11 Hervé Saulnier-Rome Définition de l'a.n.t Aménagement numérique

Plus en détail

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique!

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! 0 Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! L objectif régional est simple et ambitieux : se rapprocher au plus vite de 100 % de Bourguignons connectés, quel que soit

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

RAPPORT D'ACTIVITE2008. De l'infrastructure à la délivrance des services...

RAPPORT D'ACTIVITE2008. De l'infrastructure à la délivrance des services... RAPPORT D'ACTIVITE2008 De l'infrastructure à la délivrance des services... EDITO SARTEL : une entreprise locale au service du territoire... Après plus de 2 ans de déploiement de ses infrastructures, l

Plus en détail

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne.

Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Actions régionales expérimentales d accompagnement des mutations économiques pour les territoires, les filières ou les entreprises en Bretagne. Préambule : L accompagnement des mutations économiques est

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Montée en débit : la mise en œuvre de l accès à la sous-boucle et son articulation avec le développement des réseaux FttH

Montée en débit : la mise en œuvre de l accès à la sous-boucle et son articulation avec le développement des réseaux FttH février 2010 Montée en débit : la mise en œuvre de l accès à la sous-boucle et son articulation avec le développement des réseaux FttH Orientations de l ARCEP - 1 - Introduction Bénéficier d une montée

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

SYNTHESE DE LA RÉUNION D INFORMATION SUR LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE SUR NOTRE ZONE D ACTIVITÉS

SYNTHESE DE LA RÉUNION D INFORMATION SUR LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE SUR NOTRE ZONE D ACTIVITÉS SYNTHESE DE LA RÉUNION D INFORMATION SUR LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE SUR NOTRE ZONE D ACTIVITÉS DATE ET LIEU : Jeudi 21 février 2013 SALLE GEORGES ALTER Accueil de l Association du Pôle d Activités

Plus en détail

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets!

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute Conseil et expertise en collecte et analyse de données Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute, un label pour vos études Sphinx Institute est un pôle de compétences qui vous conseille

Plus en détail

Programme cadre d actions de la Région Aquitaine pour le développement vers le très haut débit des infrastructures de communications électroniques

Programme cadre d actions de la Région Aquitaine pour le développement vers le très haut débit des infrastructures de communications électroniques Programme cadre d actions de la Région Aquitaine pour le développement vers le très haut débit des infrastructures de communications électroniques Table des matières I- 2003/2009 un schéma régional haut

Plus en détail

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1

LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 LA (LES) LOGISTIQUE (S) Qu'est-ce que c'est? Que peuvent faire les pouvoirs publics? Michel VIARDOT WP 24 CEE/ONU 17-18 mars 2008 1 Quatre volets - Description et périmètre de la logistique - La logistique

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Atelier sur les systèmes d information et de communication dans le secteur public: Etat des lieux, défis et orientations

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

PAU-PYRENEES, UNE AGGLOMERATION 100% HAUT ET TRES-HAUT DEBIT

PAU-PYRENEES, UNE AGGLOMERATION 100% HAUT ET TRES-HAUT DEBIT DOSSIER DE PRESSE PREMIERE EN FRANCE : AXIONE RACCORDE LE 5 000 EME USAGER A L INTERNET TRES HAUT DEBIT Le Très Haut Débit est désormais une réalité en France. Axione, filiale d ETDE (Bouygues Construction),

Plus en détail

LES RDV DU NUMERIQUE 15 JUIN CCI LIMOGES HAUTE VIENNE

LES RDV DU NUMERIQUE 15 JUIN CCI LIMOGES HAUTE VIENNE Aménageur Numérique Haut et Très Haut Débit des Territoires LES RDV DU NUMERIQUE 15 JUIN CCI LIMOGES HAUTE VIENNE 03/07/2015 1 Axione Qui sommes nous? Initié par la volonté des Collectivités 12% du territoire

Plus en détail

sommaire C'est quoi le Très Haut Débit? Pourquoi se raccorder au Très Haut Débit? Qui m'accompagne et me soutient dans ce projet?

sommaire C'est quoi le Très Haut Débit? Pourquoi se raccorder au Très Haut Débit? Qui m'accompagne et me soutient dans ce projet? DOSSIER DE PRESSE sommaire 3 4 5 6 7 8 9 Introduction C'est quoi le Très Haut Débit? Pourquoi se raccorder au Très Haut Débit? Qui m'accompagne et me soutient dans ce projet? Quels sont les critères d

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 Conseil Régional du 04 novembre 2013 ----------- Annexe au rapport spécifique «Politique

Plus en détail

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique 3 Éditorial «Le numérique est aujourd hui dans tous les usages : les transports, les entreprises, les loisirs, les objets connectés, l accès à l information, les smartphones, etc. Mais il n est pas dans

Plus en détail

Salon Progiciels 2007 Conférence «La description visuelle des flux d information» Avec le témoignage de la société

Salon Progiciels 2007 Conférence «La description visuelle des flux d information» Avec le témoignage de la société Salon Progiciels 2007 Conférence «La description visuelle des flux d information» Avec le témoignage de la société Contexte et historique du projet S. Chambost Demain Planning Conférence - Bélier Associés

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES

APPEL A PROPOSITION 2015 AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES APPEL A PROPOSITION 2015 AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES Dispositif : AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES (7.2.A) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Accroître la couverture du

Plus en détail

INAUGURATION. Lundi 26 septembre 2011 Conseil général, Chaumont

INAUGURATION. Lundi 26 septembre 2011 Conseil général, Chaumont INAUGURATION Lundi 26 septembre 2011 Conseil général, Chaumont SOMMAIRE Qu est ce que l ENE?... 2 L engagement haut-marnais... 2 Enjeux et contexte... 3 Ils soutiennent l ENE... 4 Les missions de l ENE...

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet?

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? 5ème Colloque mondial des régulateurs Session V Genève, 9 décembre 2004 Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? Audrey Baudrier Présidente de la CE1 de l UIT-D Rapporteur

Plus en détail

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS Cahier des charges 1 Appel à projets L amélioration des perspectives de croissance et de compétitivité de l économie marocaine passe, notamment, par le soutien à l innovation

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN ACHATS STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne dans

Plus en détail

Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste. Atteindre le facteur 4 en 2050 est un objectif ambitieux

Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste. Atteindre le facteur 4 en 2050 est un objectif ambitieux Certu M o b i l i t é s e t t r a n s p o r t s Le point sur 17 Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste La prise en compte des émissions de gaz à effet de serre dans les politiques

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL

Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL Une documentation Côtière Informatique Mise à jour du 20/01/2014 Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL Sommaire : 1) La face cachée de la technologie ADSL2+ page 1 2) Les caractéristiques de sa

Plus en détail

Transformation sociale. Renouveler les structures de rémunération. 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.

Transformation sociale. Renouveler les structures de rémunération. 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil. Transformation sociale Renouveler les structures de rémunération 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.fr Notre cabinet 18 ans d expérience dans le domaine du Conseil 2 associés

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur

Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur C l u s t e r P a c a L o g i s t i q u e Création d un Cluster Logistique en Région Provence Alpes Côte d Azur Le Cluster Paca Logistique, candidat aux labellisations Pôle de compétitivité et PRIDES,

Plus en détail

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011 Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique Novembre 2011 Préambule Ce document est destiné à la Filière, c est à dire les installateurs, prescripteurs, promoteurs, opérateurs, fabricants,

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

10 décembre 2014. Bilan de l introduction du VDSL2 sur la boucle locale de cuivre T4 2014

10 décembre 2014. Bilan de l introduction du VDSL2 sur la boucle locale de cuivre T4 2014 10 décembre 2014 Bilan de l introduction du VDSL2 sur la boucle locale de cuivre T4 2014 Depuis le 27 octobre 2014, le VDSL2 peut être utilisé par les opérateurs pour commercialiser des offres d accès

Plus en détail

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte 1 1. Le contexte international et les investissements à l étranger 2 Les dévelopements récents Plus de

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

NOUVEAU PROJET D INTERVENTION POUR L AMENAGEMENT NUMERIQUE DU DEPARTEMENT DES VOSGES

NOUVEAU PROJET D INTERVENTION POUR L AMENAGEMENT NUMERIQUE DU DEPARTEMENT DES VOSGES NOUVEAU PROJET D INTERVENTION POUR L AMENAGEMENT NUMERIQUE DU DEPARTEMENT DES VOSGES 1 Table des matières I. Axe 1 - Résorption des zones blanches haut débit et fourniture d un débit plancher de 2 Mbps

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I. Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.D et proposition Le contexte Une absence de concurrence «réelle» lors de la procédure

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 1

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 1 Décision n 2015-1369 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 novembre 2015 fixant le taux de rémunération du capital employé pour la comptabilisation des

Plus en détail

Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire

Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire 1 SOMMAIRE La démarche mise en œuvre Notre analyse Identification

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Observatoire du design en Rhône-Alpes

Observatoire du design en Rhône-Alpes Observatoire du design en Rhône-Alpes 2013 2014 Le codesign La région Rhône-Alpes, deuxième région française pour la concentration de designers et d entreprises utilisatrices de design, a structuré depuis

Plus en détail

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie Conseil Conseil Stratégique et assistance dans les Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie SIEGE 16, rue Kléber 92442 Issy-les-Moulineaux France www.items.fr

Plus en détail

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Communication relative au premier forum euro-méditerranéen de l enseignement technique et de la formation professionnelle Marseille, 18 décembre 2008

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE 1. PREAMBULE ET PROPOSITIONS D ELEMENTS DE METHODE POUR LE DEPLOIEMENT DU CONSEIL EN

Plus en détail

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte Rentabilité économique Améliorer le résultat d exploitation Vous avez besoin de prendre du recul pour choisir les bons leviers d amélioration de votre rentabilité? Dans cette réflexion complexe, FTC vous

Plus en détail

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION Objectif Actions à mener Outils Thématiques à aborder Contexte de création Évaluer l opportunité de création d un GE Entretien d opportunité Analyse

Plus en détail

INFRASTRUCTURES DE TELECOMMUNICATION

INFRASTRUCTURES DE TELECOMMUNICATION INFRASTRUCTURES DE TELECOMMUNICATION -Eléments dans le cadre de la GTEC du Pays de Figeac - Contenu de l analyse Cette fiche étudie l accessibilité et la qualité du réseau numérique sur le département

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

Présentation rapide de la situation numérique de la Haute-Saône

Présentation rapide de la situation numérique de la Haute-Saône Présentation rapide de la situation numérique de la Haute-Saône Un niveau de service haut-débit très en retard par rapport au niveau moyen national et régional Un dégroupage très limité Une infrastructure

Plus en détail

Livre blanc. Comment appréhender l acquisition et le déploiement d un logiciel TMS (Transport Management System)?

Livre blanc. Comment appréhender l acquisition et le déploiement d un logiciel TMS (Transport Management System)? Le spécialiste de la performance transport Livre blanc Comment appréhender l acquisition et le déploiement d un logiciel TMS (Transport Management System)? bp2r - 5, rue des Mathurins, 75009 Paris, France

Plus en détail

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013.

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Contact presse : Julie LECOEUR Responsable Communication 05 47 81 70 14 communication@cc-mimizan.fr

Plus en détail

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Février 2013 Les infrastructures de réseaux très haut débit

Plus en détail

Département de Seine-Maritime

Département de Seine-Maritime Annexe n 4 Département de Seine-Maritime Cahier des charges «Accompagnement Social Lié au Logement» Approuvé le 23 Juin 2009 42 1 - Préambule L accompagnement social instauré par la loi du 31 mai 1990

Plus en détail

Le Réseau Social d Entreprise (RSE)

Le Réseau Social d Entreprise (RSE) ALTANA CABINET D AVOCATS Le Réseau Social d Entreprise (RSE) Maîtriser les risques de ce nouvel outil numérique d entreprise et déterminer sa stratégie digitale Claire BERNIER Document confidentiel Ne

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME Brevet de technicien supérieur Communication II. CHAMP D'ACTIVITÉ II.1. Définition du métier Le titulaire du BTS Communication

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

RESPONSABLE LOGISTIQUE

RESPONSABLE LOGISTIQUE RESPONSABLE LOGISTIQUE Programme de formation et planning Du 16 octobre 2015 au 15 octobre 2017 (dates prévisionnelles) 988 HEURES EN CENTRE Titre certifié de niveau II (BAC + 4) enregistré au RNCP : Arrêté

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Le S.D.A.N. (Schéma Directeur d Aménagement Numérique)

Le S.D.A.N. (Schéma Directeur d Aménagement Numérique) Le S.D.A.N. (Schéma Directeur d Aménagement Numérique) 4 phases de déploiement dans la région Limousin Les différentes unités d œuvre en jeu dans ces déploiements sont représentées dans le tableau ci -dessous.

Plus en détail

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises

Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Fiche action 3 : Création, mise en réseau et transmission d entreprises Enjeu stratégique : Créer des emplois par l innovation et le partenariat *** Précision préalable : le terme «entreprise» comprend

Plus en détail

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 8 juin 2010 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Sommaire Définition Les enjeux La démarche En pratique: comment identifier les fonctions

Plus en détail

TRACENET FICHE SIGNALÉTIQUE

TRACENET FICHE SIGNALÉTIQUE TRACENET FICHE SIGNALÉTIQUE FILIÈRE PORTEUR Thématique(s) Equipe JOUET ET PUERICULTURE FJP, FÉDÉRATION DU JOUET ET DE LA PUERICULTURE Co-design PLM SCM Traçabilité Dématérialisation des flux logistiques

Plus en détail

Projet de l OCDE sur les biens incorporels : publication du Projet de rapport révisé

Projet de l OCDE sur les biens incorporels : publication du Projet de rapport révisé Projet de l OCDE sur les biens incorporels : publication du Projet de rapport révisé 8 octobre 2013 En bref Un peu plus d un an après la publication d un premier projet de rapport sur la révision des principes

Plus en détail

PRESENTATION DE LA DSP TRES HAUT DEBIT DE LAVAL AGGLOMERATION. TERRITOIRE 100% TRES HAUT DEBIT pour les entreprises et les particuliers

PRESENTATION DE LA DSP TRES HAUT DEBIT DE LAVAL AGGLOMERATION. TERRITOIRE 100% TRES HAUT DEBIT pour les entreprises et les particuliers :: LAVAL AGGLOMERATION :: PRESENTATION DE LA DSP TRES HAUT DEBIT DE LAVAL AGGLOMERATION TERRITOIRE 100% TRES HAUT DEBIT pour les entreprises et les particuliers 26 juin 2014 >> LAVAL AGGLOMERATION : un

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

Grand Lyon, L Esprit d Entreprise

Grand Lyon, L Esprit d Entreprise 3 e Etats Généraux de l économie lyonnaise Grand Lyon, L Esprit d Entreprise Introduction par Olivier TORRES Chercheur associé EM LYON Spécialité: Management des PME et Territoires 2 3 e Etats Généraux

Plus en détail

Plan marketing 2010-2014. Doubs tourisme (Cdt)

Plan marketing 2010-2014. Doubs tourisme (Cdt) Plan marketing 2010-2014 Doubs tourisme (Cdt) Pourquoi un plan marketing? Le schéma départemental de développement touristique Ce schéma (SDDT) définit cinq grands axes pour le développement touristique

Plus en détail

La desserte des entreprises par le RIP MELIS@ DIRECCTE le 26 juin 2014

La desserte des entreprises par le RIP MELIS@ DIRECCTE le 26 juin 2014 La desserte des entreprises par le RIP MELIS@ DIRECCTE le 26 juin 2014 1. L apport du RIP Melis@ aux entreprises 2. La democratisation de la FO auprès des TPE/PME 3. Les conditions d éligibilité à la fibre

Plus en détail

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Un partenariat fiable Avec la bonne expertise vers le succès Des arguments qui font la différence Les avantages d une solution

Plus en détail

SDSIT 2011-2015 - Gouvernance de la fonction S.I. Cadrage du soutien de la DSI à l informatique scientifique

SDSIT 2011-2015 - Gouvernance de la fonction S.I. Cadrage du soutien de la DSI à l informatique scientifique Institut de recherche pour le développement SIEGE 44, BOULEVARD DE DUNKERQUE F-13572 MARSEILLE CEDEX 02 TEL. : 33 (0)4 91 99 92 53 FAX : 33 (0)4 91 99 92 27 WEB DSI : WWW.IRD.FR/DSI DIRECTION DU SYSTEME

Plus en détail

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE La stratégie est une anticipation lucide, la tactique est une réactivité habile. 1 La Stratégie Est la détermination des buts et objectifs à long terme d'une entreprise et le choix

Plus en détail

Le très haut débit. Points de repère et perspectives

Le très haut débit. Points de repère et perspectives Le très haut débit Points de repère et perspectives Point presse du 10 Novembre 2006 photo: Modesto Alexandre Eléments de contexte 2 Le marché français du haut débit est dynamique Évolution du parc d accès

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail