Les enjeux et les avantages de la réduction des émissions de GES pour les entreprises. Le 15 février 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux et les avantages de la réduction des émissions de GES pour les entreprises. Le 15 février 2010"

Transcription

1 Les enjeux et les avantages de la réduction des émissions de GES pour les entreprises. Le 15 février

2 PRÉSENTATION DU BUREAU D ÉTUDE Fournisseur de solutions bas Carbone aux entreprises et collectivités 3 annéesd activité(créationen 2007) 6 employés CA 2009 prévisionnel: Domaines d intervention Biland émissionsde Gazàeffetde serre Plan d actionsde réductionsdes émissionsde GES Stratégies d atténuation, d adaptation et de diversification Stratégie de transition : révision business models, etc. (Soutien au) développement d activités bas-carbone Mécanismes de financement de l économie verte, bas carbone et positive. Secteurs: Energie, transports, Urbanisme, BTP, collectivité territoriale, éco-matériaux, Tourisme Pays : Belgique, France, Royaume-Uni, Espagne, Roumanie

3 QUELQUES CONSTATS Crise Financière Situation économique en déclin Emploi en Berne / chômage en Hausse MarchéUE = principalement remplacement Etats exangues, peu de potentiel de relance Alliance PME faibles en Europe ouest vs Occident ou USA Créativitélimitée : Entrepreneuriat moyen et conversion faible Réchauffement = enjeu majeur partagémais Faibles réductions dans les pays «développés»: optimisation àla marge ; «tourner les boulons» Fortes augmentations dans les pays «en transition» Belles opportunités de croissance dans les green businesses en Europe de l Ouest (Position de leader toujours à prendre dans de nombreux secteurs) Les mesures «régulatoires»sont inefficientes, timorées et source d incertitudes pour les entrepreneurs : EU-ETS, Taxe C, Relance par la consommation

4 Pourquoi le dirigeant doit se poser la question? Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone? Comment organiser la démarche Critique de la démarche 4

5 ENERGIE : chiffres pour éclairer le débat 5

6 L augmentation des consommations Sur 50 ans passé: Energie x 5 Population x 2 Sur 50 ans àvenir : Energie x 3 Population x 1,5 6

7 Le peakoil 400 Yrs 112 Yrs 100 Yrs 50 Yrs 7

8 Quel prix pour l énergie demain? Barrel Jul 07-Jul % Barrel Jan-Jul % Barrel Jul-Dec 08-70% BEL20 Same Year -55% 8

9 Combien de GES en Belgique? 9

10 Répartition des émissions sectorielles en Belgique 10

11 Production VS consommation de carbone Les ménages & entreprises achètent des biens produits en dehors des frontières nationales Le tourisme draine des consommateurs étrangers, qui dépensent en occident. Nos voyages offrent une valeur ajoutée, donc du carbone àdes pays étrangers Source : «Too Good to be True?»Helm & al % ou 18%?

12 CLIMAT : En quelques chiffres 12

13 Les stocks de carbone En milliards de tonnes de carbone Atmosphère : 750 Biosphère : 2360 Sols : 2/3 Végétation : 1/3 Océans : Lithosphère :

14 Stock et flux de carbone Flux Naturels Atmosphère En milliards de tonnes de carbone par an Flux Anthropiques Atmosphère 61, Biosphère Océans Biosphère Océans 0,8 0, Lithosphère Lithosphère Émissions totales: 550 GtC02 Séquestration: 562GtCO2 Émissions totales: 38,5 GtC02 Séquestration: 0 GtC02 14

15 CO2 fossile : 55% des émissions anthropiques Emissions mondiales En réalité, non pas 29 Gteq CO2 par an mais 51 Gteq CO MT éq CO2 Emissions mondiales par nature de gaz en 2004, en millions de tonnes équivalent carbone, hors ozone (Jancovici,, 2007, sur données GIEC, le CH 4 et le N 2 O sont repris avec leurs PRG 2007) 15

16 Quels problèmes? Ce que ne dit pas toujours la sciences Un peu de maths 51 Gt CO2e aujourd hui avec 6,5 G-habitants = 7,8 TCO2e / habitant 12 Gt CO2e en 2050 avec 9 G-habitants = 1,3 TCO2e par habitant) Réduction mondiale d un facteur 5,8 Une réduction pour la Belgique d un facteur 10 Le plus souvent on ne parle que des 29 Gt CO2 d énergies fossiles que l on réduit souvent àleur valeur de l année 2000 (22 Gt) et on oublie de ce fait les 45% d émissions anthropiques restantes!!! Problème de QUANTITES PROBLEME d ACCUMULATION 16

17 Un problème de risques Distribution actuelle Fréquence ou occurrence Risque x 25 pour +1,6 C Temperature Vent Pluie X 1 X 2 Sécheresse, inondation, ouragans,... 17

18 De fortes non linéarités Source :GIEC, Rapport 2007 Le Monde peut-il se permettre de dépasser les +2 C? 18

19 Pourquoi le dirigeant doit se poser la question? Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone? Comment organiser la démarche Critique de la démarche 19

20 De fortes non linéarités Communication Cost cutting Différenciation, Stratégie d entreprise Demande d un client ou d un fournisseur Anticipation réglementaire Vision environnementale portée au plus haut niveau 20

21 De fortes non linéarités People Management, transmettre la culture Carbone Cost cutting : tourner les boulons, éco-conception Différenciation, Stratégie d entreprise: Nouveaux produits, nouveaux marchés, produits services Demande d un client ou d un fournisseur : Etiquette Carbone Balance Carbone Relais de Croissance décarbonée Sensibilisation en dehors de l entreprise au sens strict. Réductions en dehors de l entreprise 21

22 AGIR ou se poser des questions? 22

23 Réagir face aux risques Le réchauffement Climatique Je réduis mes émissions Je ne réduis PAS mes émissions Est un Grand mensonge Crise économique et financière Bien joué! Bonne décision Va forcément arriver C était le bon choix Même si plus difficile à prendre Crise Mondiale Economique Finance Politique Sociale Ecologique Humiane Verticalement Science & Croyance Horizontalement : Comportements et choix

24 Dissonance cognitive Le Réchauffement Climatique Je réduis mes émissions Je ne réduis PAS Mes émissions Ne vas PAS Arriver Crise économique et financière Bonne décision Verticalement Science & croyance Est une réalité Bonne décision Crise Mondiale 24

25 Préparer l avenir Global Warming J AGIS Je ne fais rien Ne vas PAS arriver Crise économique et financière Bonne décisi on Est une réalité Bonne décision Crise Mondiale Horizontalement : Comportements et choix 25

26 Même pas chère de réduire Somme = coût nul Source : Mc Kinsey& Company, 2007 Actualisation 2009 en libre téléchargement Purement technique : hors changements de comportements 26

27 GREEN BUSINESS : qui / où / comment? 27

28 Où sont les Green Business? Grenelle en France : évalue les emplois verts dans le cadre du Grenelle à400 à unités. o la majorité de ces emplois sont temporaires (construction) pérennes Ce dont on parle aujourd hui : Green Techs o GreenEverything orecyclage assainissement déchets o Production d énergie alternatives (Biométhanisation, algues, éolien) o Dessalinisation o Green-IT(ECO-TIC) ohqe, éco matériaux, o Crédits Carbone, Stockage otrès sensibles àla santéde l économie «traditionnelle» oune partie de ses métiers sont «protégés» Les bulles àvenir omatières premières o Produits Agricoles oeau potable 28

29 Le Soir 14/12 : Carbon impact of consumption behaviors

30 Où sont les Green Business? Au delàdu miroir aux alouettes : ola Technologie implique d analyser les émissions de GES cachées àla production Eviter les raisonnements mono centrés o Investissements verts ocomportements verts oorganisation verte oculture Verte Quelques «secteurs»d avenir orelocalisation, diversification, intégration o Economies d énergie & de ressources oagriculture et foresterie ométiers d antan : Réparer, recycler, réutiliser, allonger, reproduire onouveaux business modèles dans l économie classique : Low Cost Low Carbon o Stratégie de la pénurie programmée 30

31 Croissance, décroissance, dé-carbonisation: le trio infernal Chiffre d affaires GES Croissance a-carbonée Emissions réelles Croissance décarbonée Réduction d émissions Activitépositive

32 La Green Companyde 2012, c est la votre! Postulat : Il ne faut pas attendre des miracles de l éco-preneurshipdans les conditions économico-socialesactuelles Produit id Métier id «Tourner les boulons»: optimiser Nouveaux marchés verts, service economy Complément de gamme «verte», fermer les boucles Nouveaux horizons, business modèles 32

33 Exemple Textile - Mode Produit id id Eco-concevoir Efficacitéénergétique des boutiques Fret Avion > bateau Recyclage Chutes de production en isolant Métier Location de garde robe Vêtement consigné, éco-concu et recyclé Collecte textile de maison Vendre de l économie de chaleur 33

34 Pourquoi le dirigeant doit se poser la question? Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone? Comment organiser la démarche Critique de la démarche 34

35 Bilan Carbone Permettre àune entreprise d estimer les émissions de GES (ordre de grandeur) associées aux processus physiques nécessaire à son existence. Tous gaz àeffet de serre : CO2, CH4, N2O, ICI et AILLEURS 35

36 Les fondamentaux du Bilan Carbone 2 OBJECTIFS COMPLEMENTAIRES ESTIMER LES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Et les réduire pour lutter contre le changement climatique. EVALUER LA VULNERABILITE DE LA DEPENDANCE AUX ENERGIES FOSSILES : anticiper les impacts économiques et sociaux de la raréfaction des énergies fossiles. OUTIL D'AIDE A LA DECISION ET A L'ACTION Ne pas déterminer un responsabledes émissions mais QUI est le plus àmême de pouvoir agirpour les réduire. 36

37 Sources d émission de GES Matériaux entrants fabrication initiale Transport fret amont Energie & Process transformation Transport fret aval Immobilisations Transport personnes Transport fret interne Déchets fin de vie Produits finis utilisation 37

38 Principe de la méthode Données observables X facteurs d émissions = émissions de GES consommations d énergie surfaces chauffées kilomètres parcourus quantité de matériaux Émissions de GES générées par une action donnée Ex: brûler 1 litre d essence combustion 1l essence = x g de CO2 en moyenne Données en ordre de grandeur >> Résultats aussi

39 Les facteurs d émission : Transport , train SNCF Train Royaume- Uni bus voiture, route avion long courrier voiture, ville avion court courrier

40 Les facteurs d émission : Nourriture

41 Les étapes du Bilan Carbone 0. PORTAGE DU PROJET PAR LE MAITRE D OUVRAGE 1. SENSIBILISATION A l EFFET DE SERRE 2. DEFINITION DU CHAMP DE L ETUDE 3. COLLECTE DES DONNEES 4. EXPLOITATION DES RESULTATS 5. ETABLISSEMENT DES PISTES D ACTION DE REDUCTION 6. LANCEMENT D ACTIONS DE REDUCTION

42 Les étapes du Bilan Carbone 2 Millions EUR environ / employé /an Env. 20% du budget annuel hors RH

43 Quelques exemples 43

44 Production de parfums et de cosmétiques 44

45 Production de parfums et de cosmétiques Diminuer fortement le fret aérien Moins prioritaire : Efficacité des process; électricité EDF ; Isolation ; chauffage solaire Périmètre global (tonnes équ. C) Revoir le flaconnage et le suremballage Moins de voiture domicile-travail (usine en banlieue, mal desservie par les TC) Moins de fret routier fournisseur (principaux fournisseurs àquelques dizaines de km seulement) Moins de fret routier client : il faudrait construire une voie ferré entre l usine et ses principaux entrepôts Revoir la composition des cosmétiques et parfums? 45

46 Fabrication de spiritueux 46

47 Fabrication de spiritueux Diminuer l énergie de distillation Développer le co-voiturage, le bus, levélo et la marche àpied Diminuer les engrais de la viticulture Moins prioritaire et/ou + difficile : Revoir la politique produits (la valeur ajoutée par unité de poids) Efficacitédes process ; électricitéedf ; Isolation ; chauffage solaire : marginal Revoir le fret routier jusqu à l embarquement Revoir le flaconnage et le suremballage 47

48 Activité Tertiaire (MEEDDAT) 48

49 Activité Tertiaire (MEEDDAT) 49

50 Evénement (J.O.) 50

51 Evénement (J.O.) 51

52 Evénement (J.O.) 52

53 Train régional

54 Train régional Emissions de GES Réduction d émissions de GES TeC TeC TeC T T ec T ec ec

55 Location d appartement 7,7% TOTAL Emissions TOTALES Emissions Directes 55

56 Location d appartement 1,5% 19% 4,3% 55% 13% 17% 3,0% 1% 0,3% 3,7% 0,2% 2,0% 79% 0% Emissions TOTALES Emissions Directes 56

57 Location d appartement Emissions TOTALES Directes 57

58 400 tonnes équivalent CO2 par an 2 TeCO2 / logement / an 0,67 TeCO2/habitant/an 20 kg CO2/m2 Construction de 200 logements : 1. Travaux 58

59 Construction de 200 logements : 2. Utilisation annuelle 59

60 Construction de 200 logements 60

61 Mode : 45 Millions de pièces par an Périmètre INTERNE TOTAL TCO2éq Achats Textile & Transformation = TCO2éq 61

62 Mode : 45 Millions de pièces par an Utilisation TCO2éq UTILISATION = TCO2éq 62

63 Mode : 45 Millions de pièces par an Résultats finaux TCO2éq Visiteurs : TCO2éq 63

64 Que retirer de tout ceci? 1. Réfléchir à ce dont j ai besoin pour exercer mon activité 2. Intégrer l ensemble des processus sans se poser de questions 3. Définir des périmètres de consolidation des résultats 4. Voir ce que donnent les résultats en ordre de grandeur 5. Vérifier si pas d erreur commise 6. Analyser les résultats (toujours des surprises!) 7. Agir sur les postes les plus significatifs, même s ils ne sont pas ceux que l on contrôle directement 8. Généralement, les émissions internes directes sont faibles dans le total du Bilan 9. Réfléchir à des actions avec return sur investissement intéressant pour débuter 10.Ne pas éliminer des postes si on pense ne pas pouvoir agir dessus 11.Ne pas hésiter à tenter des benchmarking (avec réserve quant à l interprétation des comparaisons) 12.Rechercher systématiquement l utilisation des produits et les émissions évitées (Balance carbone) 64

65 Que faire en priorité? Quelles sont les actions les plus efficaces? 65

66 Les préceptes d or L individu àla base des grands changements Agir seul = Maîtriser l ensemble des causes, conséquences et impacts de ses propres choix Dans l ensemble de ses rôles Au plus le nombre de décideurs est important au plus l accord est réduit. Accord > Compromis > Pis-aller > 3 Si la consommation est un problème, la solution passera par le problème et pas par l anti-problème Partir de Zéro = super, mais même avec 20% de croissance annuelle et il faut beaucoup de temps pour représenter qqch Plus simple de réorienter l existant actuel que de construire àpartir d une feuille blanche Pour changer profondément un système il faut s attaquer aux vraies causes 66 et pas seulement aux conséquences des causes.

67 Citoyen Réduire fortement la consommation de biens neufs Privilégier les biens existants, la réparation et l achat de seconde main. Travailler dans des entreprises à balance carbone positive et habiter près de celles-ci Investir dans les économies d énergie (logement, transport) en se projetant dans un monde à5 eurle litre de carburant Manger bas Carbone Facteur 5 à8 en fonction des repas Redéfinir la notion de richesse et de plaisir Repenser notre notion au temps On n est pas nésur Terre pour travailler Ni pour se comparer àson voisin Se battre pour des idées Redéfinir sa période de présence sur Terre. 67

68 Collectivités et pouvoirs publics Accorder des subventions publiques àdes solutions ET Efficaces en matière de réductions d émissions ET non compétitives à l heure actuelle. Elargir rapidement le système des SEQE nationauxpour y faire intégrer tous les acteurs, y compris tertiaires (cf. ce qui se fait en UK) Taxer les produits jetables et mono usages àconcurrence de 1500 eur/ TCO2 Obliger les producteurs de biens àrallonger d un an par an les durées de garantiede leurs produits Normer, encadrer et urbaniser selon le principe d éco-zonesde 300 khabquasi autonomes en énergie et alimentation Favoriser les puits de CDans le Nord Se développer en maximisant les potentialités offertes par les écosystèmes territoriaux Taxer le carbone importéaux frontières du pays pour relocaliser et produire plus durablement 68

69 Entreprises Passer progressivement du Produit au service Allonger les garanties Refaire de la qualité Vendre l usage plutôt que la possession Développer progressivement puis consolider des activités àbalance carbone positive Si impossible, intégrer le coût carbone de fabrication dans le prix de vente et favoriser l émergence de nouveaux modèles économiques et d activités innovantes et locales dans les pays du nord Sortir définitivement de l économie de remplacement, des push offerspour s attaquer durablement au marché des PVD et des économies en transition Redécouvrir les métiers d antan: réparer, assembler, allonger les durées de vie Repenser le lien au travail au regard de l évolution web 2.0 & Génération Y Les grands changements sont réalisés par des individus (conscients et volontaires) 69

70 Pourquoi le dirigeant doit se poser la question? Pourquoi décider de lancer une démarche Bilan Carbone? Comment organiser la démarche Critique de la démarche 70

71 Avantages Transformer la contrainte carbone en opportunité Optimisez le fonctionnement de votre entreprise vers une gestion écoresponsable Un outil d aide à la décision et de prioritisation des actions - Identifier de nouveaux marchés, de nouveaux positionnements Développer une stratégie climatique concrète Faire des émissions de CO2 un indicateur pertinent pour vos tableaux de bord Définir votre stratégie de lutte contre le réchauffement climatique Communication & sensibilisation Le Bilan Carbone est un formidable outil de communication et de suivi d actions de sensibilisation auprès des parties prenantes 71

72 Avantages socio-économiques Relocalisation de l économie Défense de l emploi Local mais attention on dépend de comportements amont et aval primordiaux Permet d envisager sereinement une reconversion pour les secteurs en difficulté compétitive (le problème sera pris à temps et géré sur le long terme) Favorise l économie verte, la compétitivité durable, le retour à une MO intensive, à l innovation Offre des opportunités de développement de nouveaux produits & services vers une économie de la fonctionnalité, positive, pour tous. 72

73 Limites de la méthode Mono-indicateur effet de serre Outil généraliste inadapté à ma situation Inadapté pour l étiquetage Carbone des produits à des fins commerciales Périmètre flou & non borné ; Démarche volontaire ; pas de comparaison possible ; pas de maîtrise directe Mise à jour des facteurs d émissions ; enrichissement BDD A intégrer dans un tableau de bord Guides d application, outils spécifiques ACV, Norme ISO 1404x Démarche interne d autoamélioration ; accompagnement Veille ACV & autres (+ Esprit critique) 73

74 Limites II Méthode en recherche de reconnaissance à l International (qques beaux succès) Mobilisation interne : nombreux acteurs portage fort Excel gare aux erreurs, double check, Licence d utilisation Formation en Belgique (L ADEME n est plus contre ) Ordres de grandeurs Parfois difficile à Faire passer Périmètres très large Parfois difficile à comprendre à priori 74

75 Bilan Carbone et environnement La Tonne de GES ne permet de vérifier 100% de la performance environnementale & encore moins de se positionner sur les indicateurs sociaux ou économiques sans étude complémentaire Indicateur CO2 Transports personnes et marchandises Matériaux entrants Energie directe et indirecte Changement usage sols Matériaux de construction Déchets Autres Consommation d eau Traitement des eaux usées Protection biodiversité Intégration paysagère Eutrophisation Acidification Immobilisations Travaux divers

76 Contact 20, Rue du Château 6536 Thuin BELGIUM Bureau 7, Rue Pierre Flamand 1420 Braine-l Alleud Frédéric Chomé Julie Castiaux +32 (0) (0)

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : OTIS S.A.S. Code NAF : 4329B Code SIREN : 521 07 800 Numéro de SIRET : 542107800 Nombre de salariés : 5 027 Adresse : 3 place de La Pyramide

Plus en détail

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU

GUIDE de L ÉCO CITOYEN. au BUREAU GUIDE de L ÉCO CITOYEN au BUREAU SUIVEZ LE GUIDE...................................................................... p.03 QUELS BESOINS, QUELS IMPACTS? ce qui est consommé ce qui est rejeté > Transport

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2013-2014 Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)... 1 Exercice 2013-2014... 1 1. Description de la personne morale concernée...

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats

Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Bilan des émissions de gaz à effet de serre : Hypothèses et Résultats Année de référence : 2011 Alpha Santé Document {auxilia} Novembre 2012 SOMMAIRE 1. Contexte et objectif du rapport 3 2. Méthodologie

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS Rapport d évaluation + + + + + ACV et Evaluation environnementale Outils logiciels R&D Transfert de compétences Eco-conception Eco-communication

Plus en détail

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Carbone de la Communauté d agglomération Loire Forez Patrimoine et Services 2009 Contexte de l étude Afin de lutter contre

Plus en détail

Cdiscount. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES. Page 1 sur 9. destinataires

Cdiscount. Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES. Page 1 sur 9. destinataires Cdiscount Restitution pour la publication du bilan d émissions de GES destinataires Préfecture de la région Aquitaine 2 Esplanade Charles de Gaulle CS 41397 33077 Bordeaux Cedex La DREAL Aquitaine Direction

Plus en détail

Dynamiseur en Développement Durable. 13 janvier. Bilan carbone - DEPAC CADEAUX Novembre 2009

Dynamiseur en Développement Durable. 13 janvier. Bilan carbone - DEPAC CADEAUX Novembre 2009 Dynamiseur en Développement Durable 13 janvier 1 Bilan Carbone 2 Contexte Préoccupée par la formalisation de son offre «développement durable», la société DEPAC sollicite LGE pour la réalisation de son

Plus en détail

Bilan Carbone MAAF :

Bilan Carbone MAAF : Bilan Carbone MAAF MAAF ET LES GAZ À EFFET DE SERRE La loi Grenelle II, promulguée le 12 juillet 2010, a rendu obligatoire la réalisation d un Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) pour toutes

Plus en détail

Distribution Casino France Hypermarchés Supermarchés - Supérettes

Distribution Casino France Hypermarchés Supermarchés - Supérettes Distribution Casino France Hypermarchés Supermarchés - Supérettes Restitution pour la publication du bilan d émissions de Destinataire climat.rhone-alpes.dreal-rhone-alpes@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits?

Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Compensation carbone produits bois : Comment estimer l impact sur le changement climatique des produits? Claire Cornillier, claire.cornillier@fcba.fr Estelle Vial, estelle.vial@fcba.fr Conférence-Débat

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES 1. Energies renouvelables et accès à l énergie : les modes de consommation et de production d aujourd hui et de demain. Innovations: éolien, hydroélectricité,

Plus en détail

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Schneider Electric Energy France Publication Décembre 2012 Emissions de l année fiscale 2011

Plus en détail

Synthèse du bilan carbone

Synthèse du bilan carbone Synthèse du bilan carbone patrimoine et services ville de CANNES Ce projet est co-financé par l Union europénne. Projet sélectionné dans le cadre du programme opérationnel FEDER PACA 27-213. Année de référence

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Bilan d émissions de gaz à effet de serre Rapport de restitution et synthèse d action Décembre 2012 édito La réduction des GES est un levier essentiel de la croissance durable Acteur majeur de l économie

Plus en détail

Comment réaliser un bilan de gaz à effet de serre pour les émissions de fonctionnement? Tome 2

Comment réaliser un bilan de gaz à effet de serre pour les émissions de fonctionnement? Tome 2 Comment réaliser un bilan de gaz à effet de serre pour les émissions de fonctionnement? Tome 2 Secteur financier TOME 2 COMMENT REALISER UN BILAN GES? 1. OBJECTIF 3 2. PERIMETRE ORGANISATIONNEL 3 Tome

Plus en détail

Évènements sportifs et développement durable : Nathalie FRELIER Déléguée Régionale Adjointe

Évènements sportifs et développement durable : Nathalie FRELIER Déléguée Régionale Adjointe Évènements sportifs et développement durable : gadget ou impératif tif? Nathalie FRELIER Déléguée Régionale Adjointe ADEME Rhône Alpes L ADEME Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Énergie Établissement

Plus en détail

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP Sommaire 1/ DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNÉE 2 2/ ANNÉE DE REPORTING DE L EXERCICE ET L ANNÉE DE RÉFÉRENCE 3 Utilisation d énergie sur

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 Analyses de Cycles de Vies des Technologies de l Information et de la Communication Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux? L ADEME

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012

France Telecom SA. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 France Telecom SA Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre (GES) Décembre 2012 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : France Telecom SA Code NAF : 6110Z / Télécommunications filaires

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

- BILAN CARBONE TM -

- BILAN CARBONE TM - - BILAN CARBONE TM - Évaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités du groupe assmann convis 15/19 rue Léon Geffroy - 94400 Vitry-sur-Seine - Tél. +33 (0)1 45 15 87 34 Fax

Plus en détail

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE?

PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? PAPIER OU SUPPORT NUMÉRIQUE, QUEL EST LE BON CHOIX ÉCOLOGIQUE? F R A N Ç O I S E B E R T H O U D G D S E C O I N F O / C N R S w w w. e c o i n f o. c n r s. f r F r a n c o i s e. B e r t h o u d @ g

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année 2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre. Année 2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Année 2011 P a g e 2 Sommaire 1. Description de la personne morale concernée... 3 2. Année de reporting et année de référence... 5 3. Résultats consolidés...

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

Plan Climat Energie du Conseil général de l Oise. Programme d actions 2013-2015

Plan Climat Energie du Conseil général de l Oise. Programme d actions 2013-2015 Plan Climat Energie du Conseil général de l Oise Programme d actions 2013-2015 SOMMAIRE Introduction... 3 1. L engagement du mondial au local dans la lutte contre le changement climatique et la dépendance

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Bilan d'émissions de GES

Bilan d'émissions de GES 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Code NAF : Code SIREN : Adresse : Nespresso France 1, Boulevard Pasteur 75015 PARIS Bilan d'émissions de GES Nespresso France SA Nombre de

Plus en détail

1S20 Classe énergétique d un véhicule

1S20 Classe énergétique d un véhicule FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S20 Classe énergétique d un véhicule Type d'activité Exercice/évaluation Notions et contenus Énergie libérée lors de la combustion d un hydrocarbure ou d un

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE SUR LE BILAN CARBONE DE L ENTREPRISE DELIFRUITS. Nicolas BONHOURE, responsable Méthodes&Industrialisation Refresco France

RETOUR D EXPERIENCE SUR LE BILAN CARBONE DE L ENTREPRISE DELIFRUITS. Nicolas BONHOURE, responsable Méthodes&Industrialisation Refresco France RETOUR D EXPERIENCE SUR LE BILAN CARBONE DE L ENTREPRISE DELIFRUITS Nicolas BONHOURE, responsable Méthodes&Industrialisation Refresco France SOMMAIRE -1-Présentation de la société -2-Contexte - objectifs

Plus en détail

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE :

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : UNE RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR VOTRE ENTREPRISE! Salon des Entrepreneurs Mercredi 4 février 2015 Intervenants Frédéric CURIER o Président de Bio Crèche Emilie DAMLOUP o

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement entend réaffirmer de nouvelles

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 CH SAINT-AFFRIQUE- Bilan des émissions des GES 2012 Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 En application de la Méthode pour la réalisation

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement

Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Les Technologies de l Information et de la Communication et leurs impacts sur l environnement Selon le rapport "Impacts of Information and Communication Technologies on EnergyEfficiency", réalisé par BIOIS

Plus en détail

LES REPONSES DES CANDIDATS

LES REPONSES DES CANDIDATS Lyon - 22 mars 2007 DECHETS ET ENERGIE LES REPONSES DES CANDIDATS AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES AMORCE, association nationale des collectivités et des professionnels pour la gestion des déchets et de

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

BILAN CARBONE 2011. avril 13. Services Technologies Industries Pour l Environnement

BILAN CARBONE 2011. avril 13. Services Technologies Industries Pour l Environnement Services Technologies Industries Pour l Environnement BILAN CARBONE 2011 avril 13 STIPE SARL SIEGE SOCIAL : 842 RUE JEAN GIONO 83600 FREJUS TEL FAX 04 94 53 55 74 AGENCE IDF : 22 RUE SADI CARNOT 92000

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

BILAN GES 2012 Centre Hospitalier Louis Giorgi

BILAN GES 2012 Centre Hospitalier Louis Giorgi BILAN GES 2012 Centre Hospitalier Louis Giorgi Réalisé le 25 Mars 2013 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 1.1 SYNTHESE DU BILAN GES DU CENTRE HOSPITALIER 3 1.2 ORGANISATION DU DOCUMENT 3 1.3 GLOSSAIRE 3 2 CONTEXTE

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl

GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl facteurs de reussite DES ENJEUX... DES ACTIONS ACTIONS DE COMMUNICATION AUTO EVALUATION DD-GUID-005 indice 1 GUIDES POUR UNE COMMUNICATION RESPONSABLE Charte Petzl pour une communication

Plus en détail

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales : Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire SCoT de la CUA 53 Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales: Quelles difficultés surmonter?

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Le webdéveloppement durable GreenIT à toutes les sauces

Le webdéveloppement durable GreenIT à toutes les sauces Le webdéveloppement durable GreenIT à toutes les sauces Paris Web 14 octobre 2011 Christophe Clouzeau @Christophe_Cl cclouzeau@neoma- interac;ve.com 1987 : Rapport Brundtland Commission des Na=ons unies

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Communauté Urbaine du Grand Toulouse Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Juin 2011 Table des matières 1 Introduction 3 1.1. Les défis énergétiques et climatiques 3 1.1.a. Les émissions

Plus en détail

Bilan d émissions de GES Centre Hospitalier Villefranche de Rouergue (12)

Bilan d émissions de GES Centre Hospitalier Villefranche de Rouergue (12) Bilan d émissions de GES Centre Hospitalier Villefranche de Rouergue (12) Application du décret du 11 juillet 2011 relatif au bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre. Format de restitution conforme

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Dossier de presse. La nouvelle offre de mobilité électrique solaire d EDF ENR. Contact presse. Service.presse@edf-en.com

Dossier de presse. La nouvelle offre de mobilité électrique solaire d EDF ENR. Contact presse. Service.presse@edf-en.com Dossier de presse La nouvelle offre de mobilité électrique solaire d EDF ENR Contact presse Service.presse@edf-en.com Manon de Cassini-Hérail Manon.decassini-herail@edf-en.com Tel. : 01 40 90 48 22 / Port.

Plus en détail

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ VADE-MECUM DE L UTILITÉ DE L INVESTISSEMENT EN INFRASTRUCTURES 02 LE CERCLE VERTUEUX DES INFRASTRUCTURES FINANCEMENT MOBILITÉ EAU ÉNERGIE EMPLOI CROISSANCE RÉSEAUX DU FUTUR PROTECTION CONTRE LES ALÉAS

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

Sommaire. Message du Président 3. Les 7 enjeux du développement durable 5. Notre Politique, nos actions. Partager une même éthique des affaires 6

Sommaire. Message du Président 3. Les 7 enjeux du développement durable 5. Notre Politique, nos actions. Partager une même éthique des affaires 6 Sommaire Message du Président 3 Les 7 enjeux du développement durable 5 Notre Politique, nos actions Partager une même éthique des affaires 6 Garantir et toujours renforcer la sécurité des collaborateurs,

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE Mettre la question énergie-climat au cœur des politiques

Plus en détail

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi?

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi? Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie Les chiffres clés Et moi? Bilan Green IT mars 2011 Bilan Green IT mars 2011 Pourquoi un bilan Green IT? > CONTEXTE En France, la loi sur la Responsabilité

Plus en détail

GIMI Green-IT. PCI reçoit le Trophée de l Innovation SISEG 2010 pour son logiciel GIMI Green-IT Gestion de la consommation d énergie

GIMI Green-IT. PCI reçoit le Trophée de l Innovation SISEG 2010 pour son logiciel GIMI Green-IT Gestion de la consommation d énergie GIMI Green-IT PCI reçoit le Trophée de l Innovation SISEG 2010 pour son logiciel GIMI Green-IT Gestion de la consommation d énergie Entrez dans une démarche de gestion des coûts et de maîtrise de l environnement

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Référentiel «Total Ecosolutions»

Référentiel «Total Ecosolutions» Référentiel «Total Ecosolutions» Version Date Rédigé par Approuvé par Modifications La Présidente du La secrétaire du CODIR et les 1 12/10/2009 CODIR Total coordinateurs Version 1 Ecosolutions des Comités

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique

ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique ACTION 2 : Optimisation des processus d extraction et valorisation énergétique Action 2.6. : Analyse environnementale de la filière microalgues-biodiesel Séminaire Final, Vitoria, 27 Mars 2014 Objectifs

Plus en détail